Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Dim 2 Déc - 22:27

• " Rusty " O'Connor


" Qui marche dans la neige...
... Ne peut pas cacher son passage.
"


Voilà quelques temps que mon innocence est passée d'un type équipement à un type cristallin. Je ne saurais dire quel laps de temps est passé depuis que cela m'est arrivé, mais qu'importe après tout. J'ai totalement retrouvé l'usage de mes mains et de mes doigts et je me sens différent, tout n'est plus comme avant.. Je le sens, que je suis plus fort et que je peux faire plus de choses qu'avant, mais par ailleurs, je suis plus vite fatigué qu'avant lorsque je m'entraîne, peut-être parce que l'innocence est en quelque sorte reliée à mon corps, maintenant. L'activation non plus ne se fait plus comme avant, je n'ai plus qu'à penser vouloir l'activer, pour que cette dernière le fasse. Ça change ! Je suis content et en même temps, j'ai peur de mon innocence. Je dois maitriser mes sentiments, car j'ai l'impression qu'elle a tendance à prendre tout et n'importe quoi comme un danger. Certes, avant, lorsque j'avais peur, je l'activais de mon plein grès et je me retrouvais à l'autre bout du monde, mais là, il lui arrivait de s'activer toute seule, sans pour autant que je ne le lui demande. C'est bizarre et j'espère que cela ne va pas me jouer de sales tours.



Une matinée toute simple à la Congrégation de l'Ombre. Le petit garçon émergeait de son lit suite aux appels incessants d'un golem de la section scientifique qui lui demandait de se rendre en salle d'examen dès qu'il serait levé. Les yeux encore fatigués, le petit garçon cacha sa tête sous son oreiller de plume, refusant de les ouvrir totalement. Il était tellement bien ici, sous ses couettes toutes chaudes et douces, il n'avait envie de se lever pour rien au monde, même pas pour aller prendre un bon petit-déjeuner au réfectoire. Mais bon, à force d'entendre le golem - ou tout du moins un scientifique caché derrière - crier comme un dingue, Rusty finit par se lever. Mais n'allez pas croire que l'enfant allait se rendre à la section scientifique, il ferait d'ailleurs tout pour éviter de s'y rendre, dans la mesure du possible. Après tout, il avait tout sauf envie de se faire examiner par ces assassins et ces malades de scientifiques et il rompu la connexion avec le golem.

Une fois habillé avec un pantalon noir et un T-shirt blanc, le petit garçon noua son foulard blanc autour de sa nuque et regarda par la fenêtre. Une petite brume baignait le sol, si bien qu'on avait l'impression d'être dans les nuages. C'était magnifique et cela témoignait de la froideur qui devait sans doute régner là dehors. Heureusement, ici, dans sa chambre et au sein de la Citadelle, il faisait bien chaud. Un petit regard vers les quatre bracelets d'innocence entrelacés ornés respectivement de petites croix, afin de vérifier si tout allait bien - et pourquoi cela n'irait pas d'ailleurs ? - et le voilà partis pour le réfectoire, l'estomac dans les talons.

Les repas de Jerry sont les meilleurs au monde, personne ne pourra dire le contraire. Tous ceux qui ont un jour goûté à ses plats n'en sont toujours pas revenus au vu de leur finesse, de leur délicatesse et de leur simplicité. Jerry est quelqu'un de très gentil, il est un peu comme un papa poule avec tout le monde à la Congrégation et Rusty ne faisait pas exception à la règle quand ce dernier venait quémander ses plats au jeune homme. Et ce dernier ne lui refusait jamais la moindre petite exigence et déposait même parfois quelques petites confiseries de sa confection sur le plateau du jeune exorciste et ce matin, il eut le droit à de petits chocolats en plus de son chocolat chaud et de ses tartines de beurre et de confiture. Il ne fallut pas longtemps au gamin pour aller s'asseoir à une table, tout seul, car il n'y avait pas grand monde encore à cette heure-là. Tranquillement, l'enfant put commencer son petit déjeuner, les yeux encore tout endormis et le regard perdu dans le vague. Enfin, cela ne l'empêchait pas de savourer ses tartines.

Il s'imaginait, être ici avec son jumeau Rusty et prendre un bon petit déjeuner, en riant, en se racontant les rêves de la nuit et en parlant de tout et de rien. Qui sait, son frère serait peut-être devenu traqueur, ou scientifique s'il n'avait pas perdu la vie et son frangin exorciste l'aurait accepté, car il ne haïssait les scientifiques que pour la mort de son double. Ah, si seulement il était encore là, tout serait si merveilleux.. Soudain, quelque chose sortis l'enfant de ses rêveries, ou plutôt quelqu'un :


" Tu n’avais pas un rendez-vous à la section scientifique toi ? "
" What ? I don’t understand.. "

Jouer la carte de l’incompréhension, voilà ce qu’il fallait faire. Ce scientifique-là, sa tête de lui revenait pas, il ne l’avait jamais vu auparavant et il ne devait pas le connaitre, ni savoir qu’il parlait correctement sa langue. Bon, ce n’était pas dans sa nature de mentir aux gens, mais si on pouvait éviter des examens en faisant ça.. Pourquoi pas.

" Te moque pas d’moi gamin, on sait tous ici que tu parles très bien notre langue. Alors ne te fais pas prier et viens avec moi pour tes examens s'il te plais. "
" I refuse, I don’t want too ! "

Grillé. Ils parlaient tous anglais ici, en plus de la langue qu’ils utilisaient afin que tout le monde puisse se comprendre. C’était mal barré pour le petit garçon. Ce scientifique n’était certainement pas farouche à la base, mais en tout cas, il attrapa le poignet du petit exorciste, non sans afficher un léger sourire pour rassurer l’enfant, mais cela eut l’effet inverse, le prenant pour une provocation. Il tire sur son bras, il tente de reculer, il a peur, il sent son rythme cardiaque s’accélérer et ses petites croix d’innocence s’agiter, puis un éclat vert traverse la pièce, l’enfant n’est plus là.



Boum. Dans un fracas presque trop calme, l'enfant tombe de nulle part, au beau milieu de nulle part. Sur l'instant, il n'a pas compris ce qu'il s'est passé exactement, il est couché, dos au sol, visage tourné vers le ciel bleu. Quelques secondes seulement, il les passe à fixer l'unique nuage se promenant dans le ciel, tout seul, sans sa famille, un peu comme Rusty, mais bien vite, l'enfant réagit, il a mal.

Cette douleur, indescriptible, une sorte de brulure, sans pour autant en être une : une gelure. Se relevant tout de suite, le petit garçon en chaussettes regarda tout autour de lui et découvrit avec effrois un paysage blanc, tout blanc, rien que du blanc perdu dans un ciel tout bleu. C'était magnifique, certes, mais terriblement effrayant. Où son innocence avait bien pu le ramener cette fois-ci ? Bonne question, mais il n'allait pas chercher à rentrer à la Congrégation de l'Ombre tout de suite, car il sentait le savon et la correction arriver à grands pas ! Alors, comme tout enfant, au lieu d'agir de la façon la plus logique qu'il soit, commence à marcher de ses petits pieds presque nus au beau milieu du vide neigeux, se tenant les bras afin de se réchauffer au maximum, une brume sortant de ses lèvres glacées à chaque respiration. Dommage qu'il soit ici tout seul, il aurait bien voulu qu'Akito soit là afin de jouer avec lui dans la neige. Tout était si magnifique ici, et Rusty voulait tout découvrir, tout visiter ! Jusqu'où allait-il marcher ainsi ? Vers où allait-il d'ailleurs ? Le vide, rien d'autre que le vide.






Pourquoi est-ce que tous les arbres se ressemblaient ? Pourquoi ne sentait-il quasiment plus ses pieds ? Il voyait de la fumée au loin, peut-être à un ou deux kilomètres de lui, il fallait qu'il y parvienne, vite. Rusty avait froid, il mourrait même de froid, puis il était fatigué, si fatigué, mais ne pouvait pas se permettre de s'arrêter maintenant. Utiliser son innocence ? Il tenta bien de le faire, mais il était sans doute trop affaibli pour ce faire. Tout ce qu'il avait envie, c'était de dormir, oui, de dormir.

Soudain, le petit garçon tombe à genoux, visiblement à bout de forces. Ses mains, bien vite, viennent rejoindre ses genoux dans la neige, son regard se perdant même dedans. Non ! Il fallait qu'il se relève, il n'avait plus beaucoup à marcher, il pouvait le faire. Que dirait le Maréchal Cross s'il le découvrait aussi faible, aussi stupide, aussi minable ? Il se prendrait sans doute une bonne chiée, puis après cela irait sans doute un petit peu mieux. Les yeux bleus du petit exorciste le piquent, la neige est trop blanche, il faut qu'il les ferme quelques instants. Finalement, dès qu'il eut fermé ses yeux, les bras du petit garçon lâchent et il se retrouve face et torse contre neige. C'est froid, ce n'est pas agréable, mais il n'arrive pas à se lever pour le moment. Il ouvre ses yeux un instant à peine, il semble voir quelqu'un au loin et espère que c'est Rusty, son Rusty, qui vient le chercher afin de rentrer à la maison, chez papa, chez maman, avec Chelsea et tous les autres.

Ses yeux se referment, il perd connaissance.

Spoiler:
 


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Dim 16 Déc - 6:33


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

Oslo, la « Terre des Dieux ».
À en suivre l’appellation de la capitale norvégienne, c’est en ces lieux que le Mythe devrait trouver ses aises.

Brille la crinière de Skínfaxi se dessinant au ciel. L’aube venait éclairer le paysage, et réchauffer les premiers habitants se baladant dans les rues de la ville. En effet cet hiver là s’annonçait rude, les caresses de Sól peinaient à faire fondre l’épaisse couche de neige qui recouvrait le pays. Les arbres s’habillent de givre, les eaux de Pipervika sont pour leur plus grande partie recouvertes par une fine couche de glace, et le cri des mouettes résonne dans la cité. Elles s’attroupent sur la glace dès que celle-ci se brise pour laisser place à l’eau gelée, quand d’audacieux norvégiens osent fouler la surface figée par le froid.

Faisant face à la baie osloïte, l’horizon miroite dans son regard nébuleux ; alors l’eau glaciale y vient peindre de bleu dragée ces pupilles habituellement ambré. C’est assis sur un banc qu’elle se tient depuis la première lueur du jour : la jeune femme que le mythique souvenir de Noé hante. Le teint blafard, les paupières brunis, une fragilité supposée ; elle n’a rien d’une fille de Freyja, cachée sous son long et large manteau.

La Cendrée appréciait particulièrement ces moments de quiétude devant là cette beauté naturelle de Norvège, pays lui rappelant vaguement ses origines. Précieux instants, ayant pour seule compagnie la Solitude tant désirée.

« Sjáið það… »

Un soupir. Un rêve. Un mythe.
Dès lors elle quittait le banc et ses mots disparurent aussitôt dans la brume de ce Neiflheim ; le Royaume des Glaces. Éternel palais des midgardiens morts de maladie ou de vieillesse. Palais où devait aujourd’hui se tenir l’âme de Nína, fille de Siríus, fils de Þjóðbjörn. Y régner au côté de ses ancêtres, à jamais.



Elle devait son salue au Mythe. Elle le savait. Malgré toute la rancœur qu’elle éprouvait envers ces êtres. Cet être. Elle était encore debout, là, à admirer ce décor. Si fascinant, si naïf. Par moment elle s’en voulait de vivre cette nouvelle vie ; elle devait mourir ce soir-là et tel devait être son destin. Pourtant, à cet instant fatidique, elle priait. Vivre à tout prix. Mais à présent, alors que ce qui fut son dernier vœu s’était réalisé, par moment elle regrettait : vivre à tout prix certes, mais pas cette nouvelle vie qui n’était plus vraiment la sienne.

Néanmoins il lui suffisait d’un souvenir pour qu'aussitôt se redresse son menton. Les yeux au Ciel, elle continuait de prier, comme elle le fit ce soir là. Son avenir alors était celui de renaître en tant que Noé ? Si les Cieux l’avaient souhaité ainsi, tel était réellement son destin. Il était écrit ; elle devait le suivre, aussi sombre soit-il. Il ne la mènera pas toujours là où elle voudra aller, mais simplement là où elle le devra.
Le temps passait et elle le réalisait ; renfermée sur elle-même depuis sa transformation, elle passait son temps en compagnie du silence, à méditer sur son sort. C’était pour elle une échappatoire à ce qui lui apparaissait comme une véritable prison : l’Arche. Elle s’y était réveillée un matin, enlevée à un passé auquel elle n’avait plus accès ; depuis elle ne faisait que la fuir, voyageant seule dans ses souvenirs, dans la méditation. Dans l’aigreur grandissante.

Ou comme elle le faisait aujourd’hui, venue chercher sa liberté ici en terre de Norvège.



Avançant dans la neige, elle fixe son châle de laine. La jeune femme le tenait dans ses mains, le serrant entre ses doigts, humant son doux parfum de holtasóley. Plongeant dans ses souvenirs. L’espace d’une seconde, le temps s’était arrêté.

Mais dès l’instant suivant, il reprenait son cours.
Alors qu’elle s’éloigne de la ville pour s’enfoncer dans les bois, elle aperçoit soudainement une forme enfouit dans la neige. Quittant sa mémoire et intriguée, La Fauve marche aussitôt dans sa direction jusqu’à reconnaître un enfant : sans attendre elle se hâte à ses côtés.
Elle s’étonnait presque de cette réactivité ; auparavant elle était une grande sœur protectrice et malgré sa résurrection, elle le restait. C’était un jeune garçon, pas plus âgé qu’Æsa. Il était si légèrement vêtu ; ainsi c’est instinctivement que Nína se résolu à l’enrouler dans son précieux châle, le serrant dans ses bras.

« Heyrðu, lítill… Fá upp ! »

Inconscient et totalement frigorifié. Elle se demandait ce qu'il pouvait bien faire ici.
Le portant, la Cendrée s’empressa alors de l’emmener avec elle à l’auberge la plus proche, où il trouverait confort et de quoi se réchauffer dans un lit.

Pourvu seulement qu’il n’était pas trop tard.












NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Sam 22 Déc - 22:45

• " Rusty " O'Connor


" Dans chaque petite chose,
Il y a un ange.
"


Tu abandonnes déjà ? Tu abandonnes, Rusty ? Je ne m'appelle pas ainsi, tu es bien placé pour le savoir... Je suis toi et tu es moi, qu'importe si l'on t'appelle Rusty ou Dirty. Comment es-tu capable de parler cette langue-ci ? Tu rêves, c'est normal. En tout cas, est-ce que tu abandonnes maintenant ? Que voudrais-tu que je fasse, je suis là, seul, trop stupide à avoir voulu marcher dans la neige. Je ne peux rien faire pour me sauver. On peut toujours trouver des solutions.. Effectivement, j'aurai pu décider de rentrer tout de suite à la Congrégation de l'Ombre, mais je ne l'ai pas fait. Je vais mourir ici. Que pensera le Maréchal Cross en voyant que tu baisses les bras ? Tu es mal placé pour me faire la morale quant au fait de baisser les bras, d'abandonner, tu m'as laissé tout seul il y a cinq ans. Ne retourne pas la situation contre moi.. Moi je voulais juste t'aider. ... Pardon, Rusty, je ne voulais pas te faire de la peine.. Il faut que tu te réveilles, Dirty, ouvre tes yeux. ... Qui donc me parle ?


Il rêvait, le froid et la fatigue le faisait revoir son très cher jumeau. Non pas qu'il venait à avoir des hallucinations, mais il avait tout simplement des rêves plus ou moins réalistes. Enfin, tout dépendait de ce que l'on entendait par réaliste. Ce Rusty qu'il voyait, ce n'était pas celui d'il y a cinq ans, c'était comme s'il n'était jamais mort et qu'il avait continué à grandir. D'ailleurs, son frère n'avait jamais appris à parler la langue que l'on utilisait à la Congrégation de l'Ombre. Il avait toujours parlé l'anglais avec son petit accent irlandais. C'était étrange, c'était tellement bizarre de le revoir après toutes ces années. Ce n'était pas la première fois que le petit garçon rêvait de sa feue moitié, mais jamais il n'avait pu le voir aussi distinctement. Quoi qu'il en soit, ce n'était pas les rêves du jeune garçon qui allaient le sauver du froid glacial et de la neige, mais une tout autre personne.

Une jeune femme s'était approchée de lui et de ses délicates mains, l'avait pris dans ses bras. Le pauvre gamin frigorifié et à la respiration rare fut enroulé dans une sorte de châle en laine par sa sauveuse. Le petit enfant toujours plus ou moins inconscient, il entendit dans son rêve cette voix angélique dire :


" Heyrðu, lítill… Fá upp ! "

L'enfant perdu se sentit soulevé dans les airs, sans pour autant être conscient de ce qui pouvait bien être la cause de ceci. En tout cas, la grosse écharpe de laine qui entourait partiellement le petit Rusty permis à sa température corporelle de se stabiliser, remontant même légèrement, suffisamment pour permettre à l'exorciste d’entrouvrir yeux et lèvres.

Tout n'était pas clair pour lui, seul le visage proche de la jeune femme lui paressait plus ou moins net, le reste, c'était flou et sombre à la fois. Tout ce qu'il parvenait à voir, c'était que sa peau n'avait pas un teint tout à fait normal, mais peut-être ne faisait-il que rêver encore une fois. Ses cheveux étaient d'une couleur incomparable, entre le blond et le blanc, une sorte d'ivoire magnifique. Quant à ses yeux, ils étaient aussi ambrés que pouvait l'être la plus pure des ambres. C'était étrange, il devait sans doute rêver, halluciner et fut dans un effort extrême que Rusty parvint à murmurer ces quelques mots :


" Are you..  An angel.. ? "

Peut-être qu'il était mort, en fait et qu'on venait récupérer son âme pour le mener au paradis. Non, s'il était décédé et que son âme avait quitté son corps, il ne serait pas en train de souffrir encore et toujours du froid. Gelés par le froid, les doigts sans sensations du petit exorciste se crispèrent légèrement sur le châle.

Frigorifié et comme si le fait d'avoir prononcé quelques mots l'avaient mis à bout de fatigue, voilà que le jeune enfant finit par s'évanouir de nouveau. Malgré tout, il se sentait bien contre cet ange. Elle était douce et chaleureuse et malgré le froid environnant, son corps contre celui du petit exorciste lui permettait d'acquérir un petit semblant de chaleur. Ce n'était peut-être pas une si mauvaise journée que ça, au moins, il avait pu rencontrer un ange.


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Dim 3 Mar - 2:21


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

L'Yggdrasil teintait le ciel migardien d'argent et ses feuilles, si blanches que la pureté même les jalouserait, venaient se poser son épaule. Par ailleurs, cette pureté s'ancrait dans le visage de l'enfant qu'elle tenait fermement au creux de ses bras. L'air si doux et fragile : sans doute l'était-il. Et c'est pourquoi Nína le réchauffait du mieux qu'elle le pouvait ; mais cette neige qui tombait à nouveau n'était plus vraiment désirée, aussi belle était la vision qu'elle pouvait offrir à la jeune femme.

Tout ce qu'elle devait s'empresser de faire à cet instant, c'était emmener ce jeune garçon dans un endroit où plus que sa chaleur corporelle conviendrait afin de lui éviter une hypothermie qui serait fatale. En attendant, prenant route vers l'auberge la plus proche, elle l'enroulait dans son châle. Un châle si particulier aux yeux de Nína, emplie de souvenir, comme si chaque fil de laine était un fragment du passé : il y a des années de cela, ce même habit de laine venait recouvrir les épaules d'Æsa dans une situation qui s'apparentait à ce que vivait aujourd'hui la Cendrée.

Un après-midi de décembre où comme en ce jour, les plaines de Reykjavík s'était habillé d'un étincelant manteau blanc. Le destin voulu que la cadette aux boucles blondes, alors à peine âgée de 5 ans, s'égare dans les bois avoisinant la ferme islandaise, avec pour seul guide sa curiosité ne demandant qu'à être assouvie. Après maintes recherches, au temps passé comblé d'inquiétude et d'idées saugrenues traversant son esprit quant à ce qui avait bien pu arriver à sa petite sœur tant chérie, Nína la retrouvait, évanouie au creux d'une vieille souche d'arbre. Et le réflexe qu'elle eut à ce moment là fut le même qu'aujourd'hui : ce vieux châle que Fönn tricotait des années auparavant pour sa première fille couvrait à cet instant le petit corps d'Æsa.

Alors l'enfant que la Solitaire à la chevelure ivoire trouvait dans ce jardin de Bertha, inconscient et tant frêle, comment ne pouvait-il pas lui rappeler sa chère petite sœur?

Elle se redressait, partant en lieu sûr pour ce jeune garçon. Seules les bruissements de la neige craquant sous les pas décidés de la jeune femme, ainsi que le chant du merle au petit matin, venaient étirer le calme qui régnait en ces bois. Et la Fauve s'en régalait. Ô combien elle pouvait se complaire du silence, la quiétude que lui apportaient ces lieux ouverts aiguillés par la Nature, cette même Nature qui cajolait son ancienne vie. Ô combien cette vie lui manquait.

« Es-tu... »
Faiblement prononcé. Presque inaudible.
Alors qu'elle regardait droit devant elle guettant une fumée de cheminée, aussitôt la concernée baissa la tête. Il la fixait, les yeux vaguement ouverts, mais suffisamment pour entrevoir la couleur de ses pupilles. Azurs. D'un bleu infiniment profond, infiniment profond comme lui semblaient les baies islandaises de son enfance. Décidément, la mélancolie signait cette journée en Norvège, où la fraîche descendante de Noé plongeait dans ses souvenirs à tout ce qui paraissait comme une relique d'un passé oublié.

« ... Un ange ? »
La comparaison penchait pour des traits facétieux ; intérieurement, elle souriait, d'un sourire attisé par l'ironie. Moi, un ange? Songea-t-elle. Si seulement il savait. Le sang du Démon coulait en ses veines, et malgré elle, elle voyait son âme drainée dans les sombres couloirs du Helheim. En revanche, l'enfant qu'elle serrait contre son buste charnu avait tout l'air du plus innocent des chérubins.

Nína continuait à le regarder, tandis qu'il empoignait mollement son châle, comme dans un dernier souffle de vie : sitôt il perdit à nouveau connaissance, assommé par le blizzard.
Le maintenant fermement contre son manteau, elle saisit délicatement sa petite main qui l'instant précédent s'était dressée vers elle. Elle était gelée, ainsi ce contact spontané venait quelque peu lui redonnait des couleurs.

La jeune femme accéléra alors le pas, traversant le sentier à vive allure, et bientôt une vieille bâtisse de pin noir apparaissait dans son champ de vision. La fumée qui en dégageait laissait déjà la jeune femme fantasmer pour un lit chaud au coin du feu, où non elle mais l'enfant viendrait s'y revigorer. Car naturellement le froid avait ses effets chez Nína, elle restait non moins humaine malgré le bouleversement qu'elle avait vécu, et qu'elle vivait encore ; cependant l'environnement dans lequel elle grandit lui permettait d'y résister davantage. Et vraisemblablement, on ne pouvait guère en dire autant pour l'enfant que le Mythe sortait d'une mésaventure frôlant le trépas.


Une vieille femme tenait cette petite auberge. Ce n'était pas le « grand luxe », mais Nína n'en demandait sûrement pas plus.
L'aubergiste norvégienne proposait au duo une chambre où siégeait un lit, aux côtés d'une petite table de nuit. Un vieux rocking chair était placé devant une cheminé offrant à ce logis de petite fortune tout le réconfort du monde. Une si douce chaleur s'échappait des flammes, la jeune femme en sentait son échine frissonner dès l'instant où elle pénétrait dans la pièce.
Sur l'heure elle installa délicatement le jeune garçon dans le lit, le couvrant jusqu'aux oreilles, puis alla se reposer au creux de la chaise à bascule.


Alors pris place la patience.












NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Jeu 7 Mar - 17:43

• " Rusty " O'Connor


" Rêver pour vous réveiller !
De rêveurs vous deviendrez des éveilleurs !
"


Je rêve, encore une fois, sauf que maintenant, je suis tout seul. Est-ce que j'aurais tout simplement vexé Rusty ? Peut-être en veut-il plus me parler, peut-être m'en veut-il toujours pour ce qu'il s'est passé il y a cinq ans, parce que je n'ai pas réussi à le protéger. Suis-je mort ? Je suis certain que la femme que j'ai vu était un ange.. Elle était si belle et semblait si douce, elle ne pouvait qu'être un ange. Mais si j'ai vu un ange, c'est que je suis mort. Pourquoi ne suis-je alors pas avec Rusty ? Suis-je allé en enfer pour l'avoir ainsi trahi ? Ou alors ne suis-je pas assez bon pour aller au paradis mais pas assez méchant pour aller en enfer ? ... Je crois que je vois de la lumière.


Endormis, le petit garçon ne pouvait savoir qu'on le transportait afin de le sauver. Comment aurait-il pu voir que son joli ange n'était qu'une simple jeune femme qui avait eu beaucoup de chance de l'apercevoir dans la neige avant que son corps ne finisse totalement caché par les flocons de neige ? Qui lui dirait qu'elle lui prenait la main afin de lui insuffler un semblant de chaleur, ce dernier le revigorant pour quelques secondes seulement ? Rusty n'était au courant de rien.


Dans ses songes, le petit enfant se voyait assis dans la neige. Il n'y avait personne d'autre que lui, il n'avait pas froid, il n'avait pas mal, il n'était pas fatigué, c'était comme s'il ne ressentait plus rien du tout. C'était comme s'il était mort. De plus, le petit garçon ne pouvait pas bouger, il ne pouvait que se regarder ainsi, assis dans la neige, comme s'il n'était pas lui-même, comme si c'était le véritable Rusty qui se tenait là et que ce n'était autre que Dirty qui le toisait du regard. Les rêves peuvent parfois être étranges. Soudain, la neige commença à fondre, du feu se mettant à consumer cette magnifique neige et son double disparut dans les flammes, ne bougeant pas. Les rêves peuvent même très souvent être étranges et virent facilement au cauchemars. Le petit exorciste commença à sentir de la chaleur, le rêve était terminé.


Combien de temps était-il resté inanimé ? Peut-être une heure, voire deux, lui ne pouvait le savoir, car lorsqu'on dort, on ne se rend jamais compte du temps qui passe. Qui sait, le petit garçon aurait très bien pu dormir pendant plus d'un mois qu'il n'aurait pas vu une seule différence avec ce réveil-ci.

Ses yeux engourdis mirent du temps à s'ouvrir, comme si ses paupières pesaient des tonnes et des tonnes, mais une fois ouverts, ses prunelles bleues n'étaient plus prêtes à se refermer avant un bon moment. Visiblement, il n'était plus allongé face contre la neige, ni étendu dans les bras d'un ange, mais bien couché dans un lit douillet et chaud. C'était si agréable de sentir cette chaleur après avoir connu trop de froideur. Si ça n'avait tenu qu'à lui et non pas à sa curiosité, il se serrait sans doute rendormis là afin de retourner dans le monde des songes.

Ainsi donc, au lieu de repartir rêver, le petit garçon se redressa afin de se mettre assis dans son lit, l'air encore endormis. Regardant autour de lui, Rusty put remarquer une cheminée où crépitaient des magnifiques flammes oranges et jaunes. Elles semblaient danser, c'était joli. Cependant, il n'était pas seul dans cette chambre, car il put apercevoir une jeune femme assis dans une chaise à bascule juste devant le feu.

Depuis son réveil, l'enfant était resté si silencieux qu'elle n'avait sans doute pas remarqué son éveil. Afin de la faire réagir et parce qu'il était avide de questions, le jeune garçon décida alors de faire entendre le son de sa voix quelque peu enrouée encore à cause du froid :


" Huh.. W.. Where am.. I ? "

Se frottant l'arrière de la tête, le corps tout engourdis, le jeune exorciste n'avait plus qu'à attendre maintenant que la jeune femme qui était tournée vers le feu ne daigne bien lui adresser la parole. Était-ce l'ange qui l'avait sauvé ? En tout cas, s'il était mort, le paradis semblait être un chouette endroit !


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Jeu 25 Juil - 5:59


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

Au dehors, il continuait de neiger, les flocons semblaient venir de toutes les directions. Cet hiver et la guerre sainte résonnaient comme le Fimbulvetr, ces innombrables guerres durant lesquelles le frère tuera le frère.
L'âme de la Skjaldmö s'évaporait à la chaleur des flammes, dansant sous un regard éteint et pourtant si perçant. Nína fixait la cheminée, et le Fripon trompait son ouïe au son des crépitements du feu.


Le Ciel s'obscurcira,
La Terre sombrera dans la Mer,
Les étoiles resplendissantes disparaîtront du Ciel,
La fumée tourbillonnera,
Le Feu rugira,
Les hautes flammes danseront jusqu'au Ciel.


Dans les flammes de la cheminée, le Géant de feu Surt lève son épée de lave et répand sa chaleur dans le veine du Divin Odin, donnant au combat l'allure d'une danse macabre.

La dompteuse, qui était assise dans le vieux fauteuil à bascule, revoyait les scènes des mythes de son enfance en se remémorant un vieux poème de la Völuspá. Perdue dans ses songes, elle se risquait à trahir le maître des lieux, lorsqu'un toussotement vînt briser le Silence.
Ce genre de tracas était inévitable, elle dût vite apprendre à les supporter ; ce mal l'avait foudroyée si jeune qu'elle s'en sentait presque vieillie. Cela faisait de longs mois qu'elle vivait avec sa maladie et sa résurrection en tant que descendante de Noé, bien que salvatrice, ne lui avait pas épargné ces douleurs.

Un compromis. Ainsi on lui redonnait vie au prix de souffrances sans limites.
Malgré tout, la jeune femme demeurait toujours imperturbable. Si la Fierté qu'elle héritait de ses ancêtres vikings y avait son influence, elle était moindre face à une douleur bien plus importante qui venait couvrir la sensation de la maladie. Celle ci était là la mosaïque des milliers de sentiments qui se bousculaient dans sa poitrine : le remord mêlé à la résignation, un triste espoir aux couleurs de l'aigreur... Chaque battement du cœur était tel le spectre d'un souvenir, et que celui-ci fut triste ou joyeux, le tourment était le même. À chacune de ces pulsations, elle revoyait ces images ; ces images d'un soir où sa première vie s'éteignait au rythme du soleil couchant. Un soir où la Cendrée lui fit face, à Elle, la sombre porteuse du funeste Destin.

Nína vit la Mort mais la Mort ne vit pas Nína.
C'est aussi à cette instant qu'elle aperçut – pour ce qu'elle croyait être la dernière fois – les visages des êtres si chers à son cœur qui formaient sa famille. Du bout des doigts, Fönn lui effleurait les joues, aussi tremblante que pouvait l'être la mourante. La chaleur de la chair de la mère se mêlait à celle des larmes de sa fille, elle pourtant si froide comme la Mort l'était. Depuis, les sensations de ces derniers contacts ne la quittaient plus : elle s'en raccrochait, à la fois lucide et soumise à ses obsessions ; elle refusait de les abandonner. Elle revoyait aussi sa douce Æsa, au son lui déchirant le cœur qu'étaient ses lamentations, la main tendue vers son aînée, effrayée par la Mort qui prenait possession du corps sa sœur. Elle revoyait son visage, à la fois emplie de tristesse évidente et d'incompréhension enfantine. Si le regret se frayait un chemin dans le cœur de Nína, il était celui de n'avoir pu les serrer dans ses bras une dernière fois, elles, sa jeune sœur, sa douce mère... et Siríus.

Siríus.

Ce prénom résonnait sans cesse dans sa tête, c'était comme si son regard perçant continuait de la foudroyer. La dernière fois qu'elle vit son père, il la fixait, stoïque, presque insensible. La crainte se lisait à peine sur son visage : l'amour et la compassion restaient – volontairement – cachés, la face figée, incapable de laisser paraître la moindre émotion. Et Nína le fixait, la vue brouillée, l'espoir lui laissant vivre cette vie quelques secondes de plus. Elle qui l'appelait du regard attendait une quelconque réponse de son père, mais il n'en fut rien ; il se tenait immobile au devant du lit, de marbre. Mais la jeune femme n'était pas dupe, elle connaissait aussi bien son père que lui pouvait la connaître : son absence de réaction était la plus belle des réponses qu'il pouvait lui donner.
Pourtant, elle décela à cet instant une étrange fausseté, et elle ne savait se l'expliquer, elle pensait même se tromper. Elle, qui a toujours fait preuve d'un grand flegme et d'une grande force, aussi impénétrable qu'austère ; qui avait toujours l'habitude de protéger les êtres chers, tout en restant humble, elle n'était pas de ces bonnes gens faible et dépendant - elle ne portait pas le surnom de « Skjaldmö » sans raison... Malgré tout cela, ce qu'elle pouvait se sentir minuscule au côté de son père. La femme confiante et maternelle qu'elle était redevenait la fillette fragile et dépendante de la protection de son père lorsqu'elle était avec lui. Elle le vénérait ; comme honteuse de lui imposer sa présence, mais si fière et honorée de pouvoir la partager avec lui. Pour toutes ses raisons, lorsqu'elle le vit au pied de son lit, elle douta. Avec le recul, durant ses méditations dans l'Arche, la seule explication qu'elle trouva à ce mystère fut qu'il savait. Il savait que ce n'était pas la dernière fois qu'il la verrait. Il savait que la Mort la fuirait.

Mais comment?

« Où... Où suis-je ..? »

Prisonnière de ses pensées, Nína n'avait pas entendu le jeune garçon se réveiller ; prise de cours, elle-même se surprenait à s'être laissée surprendre – ce qui ne lui ressemblait pas du tout. Les preuves étaient là : ce changement de vie l'avait tellement troublée et il lui était pénible de s'y accommoder. Mais qui pouvait le lui reprocher? Après avoir subi tant de bouleversement en une si courte durée, peu de personne en ce monde serait resté aussi solide que la jeune femme l'était.
Pour autant, l'islandaise revînt aussitôt à elle, gardant le visage figé, impassible. Sur la seconde, elle se retourna vers l'enfant, croisant à nouveau son regard azuré.

« Je t'ai trouvé, commença-t-elle, dans un anglais très approximatif, teinté de son accent scandinave – sa voix grave mais si douce semblait résonner dans la pièce. C'était encore une langue trop inconnue pour elle qui ne comprenait que très peu l'anglais, mais suffisamment pour comprendre sa question. Elle reprit dans sa langue maternelle : þú varst eins álfur inn í snjóþungt rúminu hans... »

La Cendrée s'appuya sur les accotoirs du fauteuil sur lequel elle était installée et se leva dans un mouvement naturellement subtil, féline. Attrapant la carafe d'eau et le verre posés sur la table de nuit, elle vînt s'installer au chevet du garçonnet ; le surplombant, ne tarda pas à remarquer les brûlures sur ses mains. Elle voulait croire qu'il s'agissait là d'un accident de travail – il n'était pas rare en ces temps de voir des orphelins risquer leur vie contre quelques pièces ou un peu de pain –, mais il n'avait indéniablement pas l'air d'être l'un de ces pauvres enfants. Elle s'imaginait diverses raisons des plus logiques aux plus improbables afin d'éviter de se l'admettre, mais c'était inéluctable : ces marques étaient les signes d'une Innocence, elle avait ressentie cette présence dès leur rencontre et ne s'était donc pas trompée. Sur l'instant, son sang bouillonna. Durant une seconde elle sentit son regard changé, ses pupilles dilatées, saisie d'une soudaine envie belliqueuse ; mais s'efforçant d'opprimer sa seconde nature – elle était avant tout humaine et tenait à le rester –, l'hôte du Mythe reprit son calme. Aussi courte avait pu être la subite-réaction du Noé, elle ne voulait éveiller aucun soupçon et, de toute manière, n'était pas malintentionnée.

« Tu n'es pas d'ici... Son ton restait maîtrisé, bienveillant. C'était plus une affirmation qu'une question. »

Nína versa un peu d'eau dans le verre qu'elle apporta aux mains du jeune garçon, continuant à le fixer de son regard pénétrant.








*Þú varst eins álfur inn í snjóþungt rúminu hans : « Tu étais comme un elfe dans son lit enneigé. »
- À mort Google-Traduction, j'ai passé une bonne heure à trouver une traduction plus ou moins correcte. D:< -

Les islandais adorent les histoires d'elfes et certains y croient, ça fait presque parti de leur culture!






NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Lun 5 Aoû - 17:31

• " Rusty " O'Connor


" Le bonheur est un ange au visage grave. "


Lorsque j’ai ouvert les yeux la première fois, j’étais dans les bras d’un ange, ou, tout du moins dans les bras d’une femme qui en avait tout l’air. Mais je me suis bien vite rendormis, sans doute avais-je trop froid. Maintenant que j’étais bien éveillé, le décor avait encore une fois changé, me voilà dans un lit bien protégé par des grosses couvertures. Ce n’est pas aussi agréable que les bras de l’ange, mais ça l’est bien plus que la simple neige. A dire vrai, je me sens bien ici, it’s a kind of paradise. Mais je ne pense pas être mort, tout ce qui m’entoure là, parait trop réel. Puis.. Je ne pense pas avoir des ailes dans mon dos, je les aurais senties sinon.


Durant un long moment avant sa question, le petit garçon s’était mis à scruter la pièce qui l’abritait désormais. Cela n’avait plus rien à voir avec cette vaste étendue de neige blanche à vous en piquer les yeux, mais bien une petite chambre assez accueillante. On se serait cru dans un chalet, peut-être en était-ce un. Des murs faits d’un bois plus que brun, des meubles en bois eux aussi, puis sans doute l’essentiel de la pièce : une grande cheminée aux flammes dansantes. A elle seule, elle réchauffait toute la pièce ainsi que le cœur gelé du petit exorciste. A Dublin, ses parents eux aussi avaient une jolie cheminée, quelque peu différente de celle de cette chambre, mais jolie tout de même. Souvent le soir en hiver, le père des petits jumeaux venaient à leur lire des histoires au coin du feu, jusqu’à ce que les deux ne finissent par s’endormir dans le fauteuil. Après ces histoires, le lendemain matin les petits garçons se retrouvaient à chaque fois dans leurs lits, un fantastique tour de magie dont aucun des deux n’eut jamais la véritable connaissance. Tous les papas sont magiciens de toute manière.

Détournant son regard de la cheminée, afin d’éviter de faire resurgir trop de mauvais et lointains souvenirs, c’est alors que le petit irlandais se demanda – ou plutôt demanda tout court – où ce qu’il pouvait bien se trouver. Une femme était assise dans un fauteuil près des flammes, sans doute allait-elle éclairer sa chandelle d’une lumière aussi vive que celle produite par la cheminée.

Une seconde seulement après l’intervention du gamin, la femme se tourna vers lui, le toisant sans afficher aucune expression sur son visage. Le petit Rusty cligna des yeux, surprit : elle était son ange. Cette femme correspondait exactement à l’ange qui l’avait sauvé du froid. Elle était belle, son ange, avec ses cheveux tirant vers l’argenté et ses yeux d’une couleur indéfinissable, même si ces derniers avaient l’air aussi fatigués que ceux de l’exorciste. La voilà qui entrouvre ses lèvres pulpeuses pour dire au petit enfant qu’elle l’avait trouvé, tout simplement, avec un accent tout à fait inconnu à l’oreille de l’irlandais. Pourtant, il en avait entendu des accents au cours de sa vie : l’irlandais, l’anglais, le chinois, le français, le portugais et bien d’autres encore ! Cependant, celui-ci ne correspondait à aucun, étrange. Puis voilà l’étrangère qui continue à lui parler mais.. Dans une voix totalement inconnue à l’enfant ! Du chinois cette langue, pourtant ça, il en avait déjà entendu. Il lui aurait été impossible de répéter ce que son ange venait de lui dire, sa langue restait un mystère. Peut-être en fait était-il vraiment mort et voilà la langue des morts. A cette pensée, le jeune O’Connor eu un léger frisson.

Tandis que le gamin ne pipait toujours aucun mot – peut-être encore trop faible pour se faire – l’inconnue à l’air fatigué se leva, venant s’installer au chevet du petit malade avant d’attraper un verre vide et une carafe d’eau. Avait-on besoin de boire au paradis ? Quelle perte de temps ! Après que la jeune femme ait posé un regard sur le jeune exorciste, elle clama, telle une affirmation :


" Tu n'es pas d'ici... "

Le petit garçon baissa alors les yeux, elle avait vu juste. Il ne venait pas de ce pays plein de neige, il ne venait pas non plus du paradis, il ne venait d’aucun de ces deux endroits, c’était certain. Mais d’où venait le pauvre enfant des neiges alors ? Où était son véritable chez-lui ? Certes, il n’était pas d’ici, mais que pouvait-on dire au sujet de ses origines ? Si on venait à lui demander d’où il venait, que pourrait répondre le jeune enfant ? Devait-il parler de sa ville natale, Dublin, dans laquelle il n’avait pas mis les pieds depuis cinq ans même s’il le désirait plus que tout autre chose ? Ou alors devait-il parler de la Citadelle dans laquelle il vivait depuis cinq ans mais à l’intérieur de laquelle il était enfermé contre son grès ? Bonne question, il aurait sans doute du mal à y répondre en tout cas.

Le regard bas, perdu dans les dizaines de plis formés par sa couette, Rusty restait plongé dans ses pensées, il ne savait pas vraiment quoi répondre à tout cela. Relevant les yeux vers son ange à l’accent prononcé, il balbutia alors :


" No it’s true.. Je viens du Royaume-Uni. "

Un petit sourire forcé s’afficha sur le visage constellé de tâches de rousseurs du petit enfant. Au moins, en répondant une telle chose, il ne pouvait pas mentir. Sa ville natale se trouvait en Irlande, puis sa prison en Angleterre, une pierre deux coups ! Au fond, peut-être que le jeune garçon aurait eu envie de répondre Dublin.. Cette ville lui manquait tant, ses parents aussi, mais jamais il n’oserait retourner les voir, non, pas sans sa moitié, jamais il n’en aurait le courage. Le pleurnichard de la Congrégation restera sans doute toujours un grand couard.

C’est alors que la jeune femme servit un verre d’eau à son petit protégé, le lui tendant. Quelle bonne idée, sa gorge était en effet sèche et plutôt douloureuse, un effet secondaire d’une longue exposition au froid, parait-il. De ses deux mains tremblantes, l’enfant attrapa le verre d’eau, le serrant avec assez de force entre ses doigts : impossible pour lui de savoir s’il le tenait bien ou non avec son absence de sensation dans les mains. Les brulures infligées par l’innocence lui avaient retiré à jamais toute sensation de toucher dans cette partie de son corps. Même si cela n’était pas dérangeant lorsqu’il souhaitait soulever un objet posé, il lui était plus difficile de récupérer quelque chose des mains de quelqu’un : ce n’était pas aisé de juger sa force lorsqu’un objet est déjà en l’air.


" Thank you. "

Voilà qu’un nouveau sourire s’afficha sur les lèvres sèches de l’irlandais, mais cette fois-ci en toute sincérité. Cette femme était délicate et maternelle, Rusty avait eu de la chance qu’elle tombe sur lui lorsqu’il s’était évanoui, sinon, ça aurait été sa fin, enfin.. S’il n’était pas déjà mort, bien sûr.

Portant le verre à ses lèvres, l’eau se mit alors à couler dans la gorge de l’exorciste miniature : quel bien cela lui faisait ! Sans doute ceci fut le verre d’eau le plus désaltérant de toute sa vie, si on oubliait ceux auquel le gamin avait le droit lorsqu’il était plus jeune et qu’on le forçait à se synchroniser avec le cristal divin. De mauvais souvenirs tout ça.. Une fois le verre à demi bu, l’enfant le prit à une main afin de le reposer sur la table de chevet. Mais sa main, sans doute encore trop faible pour porter une telle charge seule, laissa tomber la chose sur le sol avant qu’elle n’ait pu atteindre la table de chevet.

Un bruit de verre explosé se fit entendre et sembla résonner dans toute la pièce. Hoquetant, l’enfant eu un mouvement de recul et balbutia, tremblant :


" I.. I’m so sorry ! P-Please forgive me ! "

Ses yeux bleus écarquillés de posèrent alors sur la jeune femme. Si cela se trouvait, il venait de briser un de ses verres préférés et elle allait lui fourrer la tête dans la cheminée pour punition. Comment ça le petit O’Connor avait des réactions exagérées ? N’oubliez pas que vous parlez d’un enfant qui a été arraché à ses parents à l’âge de cinq ans et qui a vu son jumeau périr par sa faute.. Rien n’est jamais vraiment exagéré avec lui, la peur est toujours véritable.


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Sam 17 Mai - 18:30


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

Elle ne l'avait pas quitté des yeux.
Mais son regard n'était en rien menaçant ou distant, comme il l'était souvent en présence d'inconnu – elle n'était que rarement accompagnée, de toute manière. Non, ce regard-là qu'elle posait sur l'enfant était emprunt d'une certaine douceur, aussi imperturbable que bienveillant. En revanche, le jeune garçon détourna les yeux, baissant la tête. La tristesse trahissait ses traits, touchée au cœur, à l'âme-même ; mais loin de la Noé l'envie de le blesser. Ce pauvre enfant n'était pas comme les autres.

« Je viens du Royaume-Uni. »

Le Royaume-Uni ? Elle n'en connaissait surtout que les villes démentielles ; comme lui avait parue la Londres sous la pluie, où le temps n'avait pas empêché la capitale anglaise de s'animer si vivement que la skjaldmö en avait eu la nausée – en y repensant seulement, elle sentait presque les migraines lui revenir.
Ainsi cet ange n'était pas tombé du ciel, mais venait tout droit de la vieille île des monarques. Une réponse bien évasive au goût de l'Islandaise, et il était évident que cette fuite n'était pas innocente. Mais soit, Nína n'était pas inspectrice ni l'enfant coupable, l'heure n'était pas à l'interrogatoire. Il était exorciste après tout, révéler ses origines ne devait pas faire partie de ses habitudes ; et en tant que descendante de Noé, la douce viking ne saurait le blâmer. Qui des deux était le plus secret ?

Si le jeune garçon avait été expédié au Danemark sur les ordres de l'Ordre Noir – aussi égaré semblait-il être –, il ne devait pas être le seul exorciste dans les environs ; ou étaient-ils assez fous pour envoyer un enfant seul en mission ? Quoiqu'il en fut, elle devait alors rester sur ses gardes, du moins plus qu'à ses habitudes ; et ce serait chose aisée : la descendante de Noé n'avait pas besoin de présumer la menace de la Congrégation pour cacher la peau grise du Mythe. Humaine dans toute circonstance.

« Ekkert að þakka » souffla-t-elle en guise de réponse au timide « merci » du timide britannique, tandis que ce dernier s'hydratait enfin.


Nína le détaillait de la tête au pied, et l'apparente fragilité du garçonnet heurta son âme. S'en suivant à l'état dans lequel elle l'avait trouvé, une telle faiblesse n'était que logique, mais il y avait autre chose ; comme si cet incident n'avait été que superflu à le rendre aussi frêle.

Soudain, un fracas résonna dans la petite chambre de l'auberge ; les tessons de verre s'étalèrent sur le sol, et bientôt la frayeur de son petit protégé qui venait de briser le récipient s'anima au travers de ses excuses. Il semblait si paniqué ; pensait-il qu'elle allait lui enfoncer la tête dans la cheminée pour le punir ? Sa réaction était disproportionné mais pourtant si sincère qu'elle troubla presque l'imperturbable lionne – qui jamais ne restait insensible face à la détresse d'un enfant. Questions et réponses se bousculaient alors dans l'esprit de l'Islandaise ; notamment sur la nature des traitements que se permettait d'infliger l'Ordre Noir à ce si jeune soldat. In fine, ceux-là ne valaient pas mieux que le Clan Noé, envers qui elle éprouvait tout le mépris du monde. Mais pour l'heure, elle devait avant tout rassurer l'enfant terrorisé.

« Svona, svona ! Ekki hafa áhyggjur lítill engill » commença-t-elle par dire spontanément dans sa langue maternelle. Elle attrapa aussitôt ses mains froides pour les serrer dans les siennes, plongeant son regard dans ses iris azurées. Sa voix se fit douce et sereine : « þey... Pas d'inquiétude. »

Nína resta ainsi jusqu'à ce qu'il retrouve un semblant de calme, puis se leva pour ramasser le plus de débris possible. Ce genre de situation ne lui était pas étrangère ; avec le temps, Æsa était devenue un spécialiste pour briser les verres, quand son aînée l'était pour cacher les preuves des mésaventures.

« Þú dois avoir faim » supposa-t-elle alors qu'elle se débarrassait des derniers éclats du verre. Et même si l'appétit ne l'avait gagné, il devait reprendre des forces. Un peu de lichen pourrait le rendre plus robuste, surtout après être resté autant de temps dans le froid. Mais elle se rendit vite compte que la plante était manquante dans la petite sacoche où elle avait l'habitude de garder quelques herbes médicinales. Elle reprit dans un anglais très vague, mais pas assez pour être incompréhensible : « je vais nous chercher de quoi manger. »

Elle retourna vers le fauteuil qu'elle avait précédemment délaissé pour venir au chevet de l'enfant, puis attrapa son châle avant de le poser sur ses épaules. Ni une ni deux, la Fauve était déjà prête à quitter sa cage ; mais si en apparence elle semblait si calme, la confusion régnait dans sa poitrine comme dans ses pensées. Vers quoi s'aventurait-elle ? Elle était une descendante de Noé, et lui un exorciste : une amitié ne leur apportera sans doute rien de bon. Et c'était en songeant au bien de l'enfant qu'elle se posait tant de questions. Peut-être devrait elle lui amener à manger et disparaître avec la brume ? Mais n'était-elle pas humaine avant tout ? Qu'aurait fait ou pensé son père ? La réponse était là, plus limpide que la source de Mímir. La jeune femme soupira longuement, d'un imperceptible soulagement : jamais elle ne soumettra au Mythe. Et c'est bien en tant que simple être humain qu'elle se permettra l'affection du petit ange.

Habillée assez chaudement pour supporter de froid d'Oslo – qui n'avait rien à envier au blizzard islandais –, elle quitta l'auberge ; décidée à y revenir.












NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Lun 19 Mai - 18:53

Réconfort


" Les enfants sont des soucis certains et des réconforts incertains."


Je.. J'aurai dû faire plus attention avec ce verre. Par ma faute, celui-ci était tombé par terre et s'était fracassé en mille morceaux. Pleins de petites étoiles brillaient sur le sol maintenant. J'avais si peur d'avoir peut-être brisé un objet de valeur de celle qui venait de me sauver la vie, puis.. Peut-être allait-elle se couper en ramassant les morceaux brisés, peut-être allait-elle même marcher dans un de ceux-là ! Oh non, je ne voulais pas voir ça.. Je ne voulais pas que ça arrive.. Si seulement elle pouvait savoir à quel point j'étais désolé pour ce que j'avais fais..


Quoi qu'il puisse faire, le petit homme ne comprenait pas un traitre mot de cette si étrange langue qu'employait de temps à autres la cendrée. Sans doute était-ce un des dialectes de ce pays si froid mais pourtant pourvu de personnes si chaleureuses. Cette façon de rouler certaines lettres donnait une sonorité encore plus étrange aux mots que la jeune femme semblait employer. Même en se concentrant au maximum, Rusty était incapable de relier ces choses à d'éventuels mots anglais. Certains pouvaient se ressembler d'une langue à une autre, surtout avec les langues latines, mais là.. C'était un dialecte d'un autre temps, d'un autre lieu.

Pensait-elle seulement qu'il était d'ici pour lui parler ainsi ? A moins qu'elle ne sache que très peu parler l'anglais..

Ce n'est pas vraiment l'heure de songer à de telles choses, car déjà les frêles mains encore endormies du garçon lâchèrent le verre qu'elles tenaient, ce dernier s'écrasant avec fracas sur le sol. De petites larmes nerveuses perlèrent aux coins des yeux du gamin hoquetant de terreur. Qu'avait-il donc encore fait ? Pourquoi n'avait-il même pas été capable de poser un simple verre, à défaut de survivre de lui-même ? Tout portait à croire qu'il avait tout du pire des bons à rien.

" D-Dé.. D-Désolé.. " répétait-il encore et encore.

Une nouvelle fois, la jeune femme entrouvrit ses lèvres pour souffler quelques mots au jeune garçon ; encore une fois, il n'en comprit pas un seul. Cependant, le ton de sa voix était doux, cela n'annonçait aucune réprimande, mais comment savoir avec certitude ? Peut-être était-elle ce genre de femme à utiliser la douceur comme moyen de briser encore plus facilement ses petites victimes.. Pourquoi l'aurait-elle sauvé dans ce cas-là ? Clignant une ou deux fois des yeux, le jeune O'Connor préféra cesser de partir aussi loin dans ses songes pour le moment.

" þey... Pas d'inquiétude. "

Tout en disant ces quelques mots, elle lui prit les mains. C'est à cet instant précis que le petit garçon cessa de trembler, non pas parce qu'il avait été rassuré par les mots de son ange, mais bien parce qu'il était désormais tétanisé qu'on touche à ses mains. Pourtant, il la laissa faire, reprenant petit à petit son calme et adoptant une respiration plus lente et régulière. Ses petites mirettes bleues si fatiguées ne se détachaient pas de l'ambre de celles de la jeune femme. Pour lui, cet instant sembla durer une éternité.

Comme si elle avait attendu le moment précis où Rusty se serait totalement calmé, la jeune femme finit par doucement lui lâcher les mains, avant de s’atteler à ramasser les morceaux du verre explosé. Pendant ces longues secondes, minutes, même, l'exorciste lui, était resté silencieux.

" Þú dois avoir faim " reprit-elle alors tout en continuant de ramasser les tessons de verres éparpillés sur le sol, " je vais nous chercher de quoi manger. "

Il était vrai que le pauvre gamin avait été interrompu dans son petit-déjeuner le matin-même, et là, il était incapable de dire combien de temps il avait pu dormir là dans ce lit bien chaud ni même dans la neige. Cela faisait-il une heure ? Deux peut-être ? Une journée entière qui sait ! Dans tous les cas, l'estomac du petit grondait quelque peu ; rien de très pressant, mais à son âge, c'était plutôt difficile de tenir longtemps avec une telle sensation au creux de son ventre.

Ne se faisant pas prier, la jeune femme prit ses affaires, récupéra son châle avant de se diriger vers la sortie. Lui adresserait-elle seulement un regard ? Remettrait-elle seulement les pieds ici ou était-ce un mensonge monté de toutes pièces ?

" R.. Revenez vite.. " murmura-t-il.

Pendant de longues minutes, il resta là, à demi-couché dans ce lit si chaud. Son corps commençait de nouveau à recouvrir de ses sensations ; dire qu'il pouvait même bouger ses orteils sans ressentir aucune douleur liée au froid ! Pourtant, le temps commençait à paraître bien long pour un enfant comme Rusty. Au bout d'un moment, il finit par se relever.

Cependant, ce ne fut pas laborieux.

Ses jambes encore un peu endormies manquèrent de le faire tomber face contre le sol ; il n'y eut, de ce fait, que le rebord du lit pour le sauver. Ses petites mains crispées sur le bois du meuble, l'irlandais se mit à effectuer quelques pas : s'il se rapprochait du feu, tout irait pour le mieux. Après seulement quelques pas incertains, le jeune O'Connor se retrouva devant la cheminée où il resta debout l'espace d'un instant. Les mains tendues à une distance raisonnable des flammes, l'exorciste surveillait que ces dernières ne finissent pas plus brulées qu'elles n'étaient déjà - même si, au fond, il ne ressentirait aucune douleur. C'est juste qu'elles étaient suffisamment disgracieuses comme ça.

Finirait-elle seulement par revenir ? Peut-être était-ce une sorte de piège, que d'ici une minute à l'autre, la maison allait s'écrouler sur le pauvre petit Rusty. Non.. Cette femme lui avait sauvé la vie. A jamais l'enfant lui en serait reconnaissant ; elle qui avait tous les traits d'un ange.

Pourtant, malgré l'apparente certitude que sa bienfaitrice finirait par revenir avec quelque chose à manger, le gamin ne put s'empêcher de se mettre en tête d'aller à sa rencontre. N'ayant toujours pas de chaussure mais au moins une chaude couverture trouvée sur le lit désormais autour de lui, Rusty était paré à affronter le froid. Une fois sortit de la chambre, c'est là qu'il sembla comprendre que ce n'était sans doute pas la maison de la jeune femme, mais une auberge !

Toisant timidement du regard les rares personnes présentes dans l'endroit, le jeune O'Connor sembla entendre quelqu'un s'adresser à lui, mais comme il ne comprenait rien à leur dialecte, il passa son chemin afin de se retrouver dehors.

Le froid le mordit une nouvelle fois, surtout au niveau du visage. Fort heureusement, la neige avait été dégagé dans les allées principales, cela éviterait au gamin de se geler les pieds en marchant dedans. Remontant la couverture pour qu'une partie de cette dernière entoure sa tête, l'irlandais avait désormais l'impression de porter une cape. Quelle sorte de petit chaperon en chaussettes pouvait-il être au sein d'une ville enneigée dont il ne connaissait même pas le nom ? Sans doute avait-il l'air d'un pauvre petit enfant mendiant pour un misérable morceau de pain.

Pourtant, ce n'était pas ce genre de nourriture que le petit convoitait, mais bien quelques gâteaux vendus sur une étale. Clopinant pour éviter de marcher dans des petits tas de neige, Rusty s'approcha avec prudence sans rien dire. Les quelques pièces britanniques qu'il avait dans sa poche ne marcheraient sans doute pas ici-bas, pourtant, il tendit sa main brûlée et les quelques piécettes vers la vielle marchande. Encore une fois, cette langue qu'il ne comprenait pas. Un fin soupir s'échappa de ses lèvres gercées tandis qu'il remettait l'argent dans sa poche. Ce n'était pas pour lui qu'il avait souhaité acheter cela, mais bien pour qu'elle qui lui avait sauvé la vie.

Pourtant, alors qu'il s’apprêtait à rebrousser chemin, l'enfant sentit une pression sur son épaule. Prit de panique, il hoqueta avant de lever les yeux vers la personne qui en voulait à sa vie. Ce n'était autre que la vieille commerçante qui lui tendait un petit sachet - sans doute rempli de quelques délicieux gâteaux.

Surprit plus qu'apeuré, le mini exorciste prit le sac entre ses doigts avant de lever à nouveau les yeux vers celle qui venait de lui offrir ce présent. Un fin sourire traversa son visage.

" Merci. " dit-il dans sa langue natale.

Cachant le sachet sous sa cape de fortune, l'enfant se remit alors en route tout en regardant partout autour de lui. Le ciel était toujours aussi bleu que lorsqu'il était tombé du ciel au beau milieu de la neige. Sans doute n'avait-il pas été ramené très loin de cet endroit-là. Le cœur presque léger, loin de la guerre et de l'Ordre Noir, Rusty continuait d'arpenter les petites rues à la recherche de son ange. Après tout, il ne fallait surtout pas qu'elle rentre à l'auberge avant lui ! Ce serait le meilleur moyen de la perdre à tout jamais.

Pourtant, après de longues minutes, il finit par apercevoir sa chevelure si caractéristique. Se hâtant du mieux qu'il pouvait, le jeune O'Connor finit par la rattraper et lança d'une petite voix légèrement enrouée :

" Hé M.. Madame.. ! "

C'est vrai qu'il ne connaissait même pas son nom, comme elle ne connaissait pas le sien. De toute manière, personne ne connaissait réellement le prénom du petit irlandais endeuillé. Comment finirait-il par se présenter à la jeune femme quand le moment serait venu ? Lui-même ne le savait pas vraiment.

Une fois arrivé à ses côtes, pas certain qu'elle ait remarqué sa présence, Rusty attrapa doucement l'un des pans de son long châle en laine qui pendait au grès du vent. Tirant doucement dessus afin de ne pas l'abimer, l'enfant chercha ainsi à manifester une fois de plus sa présence. Dire que la cendrée était si grande.. Bien plus grande que lui, bien plus que la plupart des hommes de la Congrégation de l'Ombre même ! Enfin.. Tout le monde semblait si imposant quand on était qu'un gamin de dix ans.

" Ce.. C'est pour vous. Pour.. Pour vous remercier. "

Tendant d'une main le petit sachet vers la jeune femme, l'exorciste se mit alors à sourire. Après tout, s'il était encore en vie, c'était bien grâce à celle. Mais plus qu'une simple survie, la nordique lui avait également offert une sorte de chaleur, comme.. un genre de baume apaisant.

Jamais il ne pourrait oublier cet ange.


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Ven 30 Mai - 17:16


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

Les Cieux s'étaient comme dévêtus, libérés de leurs épais et bas nuages qui avaient apporté la neige sur Oslo, durant toute la matinée. En levant les yeux vers le ciel désormais dégagé, on devinait facilement qu'il était midi – du moins dans les alentours de cette heure-là.
Dans les jardins de la Dame des neiges, Sköll pourchassait Sól. La danse de l'astre faisait fondre la poudreuse, et dans chaque flocon luisaient ses rayons chauds ; donnant vie aux ruisseaux.
Ses pas foulaient la terre, qui lorsqu'elle n'était pas sous sa couverture d'hiver, se voyait tapissée de feuilles mortes, illgresi et autres conifères. L'apôtre du Mythe s'avançait entre les buissons et les quelques arbres dénudés par le frimas, qui formaient un semblant de bois entre l'auberge qu'elle avait quitté et la capitale norvégienne, qu'elle s'apprêtait à regagner.
La vision lui offrait une grâce fantomatique, presque elfique, laissant croire au blizzard qu'une ljósálfr était descendue sur le Midgard. Mais malgré toute sa bienveillance, celle des alfes de lumières, la Vérité voulut que l'éclat plus beaux que le soleil cachât une âme plus noire que la poix ; les Nornes voulurent que Nína fût une descendante de Noé.
Avant de retourner au cœur de la ville, elle s'était arrêtée un instant, s'éloignant du chemin afin de récolter les discrets dons qu'offrait la nature. La fine mousse proliférant sur les rochers – peu importe la saison – n'avait rien d'ensorcelant pour qui ne s'évertuait pas à reconnaître ses valeurs. Mais cette faculté là s'apparentait presque à un sixième sens pour toute personne ayant vu le jour et grandit en Islande, et la Cendrée n'échappait pas à cette règle ; c'est pourquoi elle s'était appliquée à récolter le peu de moss qu'elle trouvait. Les plantes médicinale ne seront que bénéfiques pour l'enfant.

Puis elle se remit en marche pour atteindre sans tarder le centre d'Oslo. Elle était restée un certain moment dans les bois, et si le temps ne lui était pas compté durant son voyage en Norvège – et simplement en tant que descendante de Noé –, elle ne souhaitait pas pour autant faire attendre son petit irlandais, et ce pour des raisons évidentes. Ce faisant, et pressant le pas, c'est bien assez tôt que les premières cheminées se firent voir à l'horizon. Arrivant discrètement au centre d'Oslo, la Fauve se faufilait au possible dans les rues les moins fréquentées, ou le long de murailles ; comme le fauve progresse en secret dans les broussailles. Sa marche fut alors plus placide, afin de ne pas attirer l'attention. De nature, la détentrice du Mythe n'était pas ce genre de personne à vouloir que tous les regards se posent sur elle, à vouloir briller en société ; c'était même tout le contraire. La discrétion dominait. Cela n'aurait été un secret pour personne, si Nína n'avait pas été un secret pour tout le monde – ou presque. D'ordinaire, elle n'avait pas tant besoin de s'efforcer pour se fondre dans le paysage, notamment en Scandinavie où croiser une femme de sa taille n'a rien de si remarquable. Mais s'en suivant à la présence de l'enfant-soldat, elle tâchait de rester sur ses gardes.

Tandis que la jeune femme partait vers le marché, une présence se fit soudainement sentir dans son dos. Quelle surprise ce fut lorsqu'elle découvrit que cette personne, qui avait tiré sur son châle pour signaler sa présence, n'était autre que le garçonnet secouru dans la matinée. Il était bien audacieux, ou inconscient, d'affronter le froid dans son état. Elle le vit lui tendre un petit paquet enfermant des gâteaux qui semblaient pour le moins appétissants.

« Ce... C'est pour vous. Pour... Pour vous remercier. »

Nína resta un instant muette, avant de s'agenouiller devant lui, saisissant délicatement son cadeau. C'est alors qu'il sourit, d'un sourire qui réchauffa son cœur de glace, comme jamais depuis sa transformation. Et comme elle ne l'avait que rarement fait depuis ce bouleversement, l'Islandaise se mit elle aussi à sourire : toute la tendresse qui s'esquissa sur ses lèvres était autant de franchise.

« Ó... C'est moi qui te remercie, » souffla-t-elle à l'intention du chérubin. Elle lui était reconnaissante pour bien plus que ces simples gourmandises. « Ils ont l'air délicieux... Là d'où je viens, on ne vend pas ce genre de gâteaux. »

Elle se pencha davantage et vint déposer un doux baiser sur le front de l'enfant – ce simple geste, que son père n'avait cessé de répéter de leur temps partagé, était tout un symbole à ses yeux. Cette journée était véritablement placée sous le signe de la mémoire.

« Takk kærlega. »

Mettant fin au contact, elle se re-concentra tout de même sur un fait qui était malgré tout primordial, en considération de la situation : le jeune garçon avait quitté l'auberge alors qu'il s'était vu en hypothermie le matin-même, affaibli, frôlant de peu les Portes du Nebelheim ; et voilà qu'il se trouvait là, trottinant à pieds nus sur les dalles gelées de la ville, n'ayant qu'une couverture pour protéger son corps si fragile.

« En hvernig hefur þú það ? » lança-t-elle dans sa langue maternelle, tout en cherchant les mots qui seraient davantage compréhensibles pour l'enfant : « comment... te sens-tu ? »

Elle se libéra aussitôt de son châle, pour venir le déposer sur les épaules du petit britannique. Son allure la fit sourire une nouvelle fois.

« Si la force est de nouveau tienne, » reprit-elle, peu sûre qu'il comprenne son anglais approximatif, « voudrais-tu m'accompagner au marché ? Pour commencer, nous devrions trouver de quoi te chausser. »

Avant de repartir et fouler la place des marchands, Nína ouvrit soigneusement le paquet que lui avait offert le petit exorciste ; en sortant un gâteau qu'elle lui tendit d'emblée.

« Dis moi, comment dois-je t'appeler ? »











NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Jeu 5 Juin - 2:38

Vérité


" Trois ordres de vérités nous guident : les vérités effectives, les vérités mystiques, les vérités rationnelles."


Sans elle, je ne serais plus de ce monde. Elle m'a arraché des crocs mordants de la neige comme on tirerait un souris des griffes d'un chat. La neige avait beau se montre aussi douce et intrigante qu'un chat pouvait l'être, elle en possédait également les crocs et les griffes. Qu'importe qui elle pouvait être, d'où elle pouvait venir : cette femme m'avait sauvé la vie et, même si depuis la mort de mon double, je n'ai jamais vraiment prétendu à espérer un avenir.. Je lui en serais éternellement reconnaissant. Tá sí mo aingeal caomhnóir.


Beaucoup auraient jugé l'acte du petit homme inconscient, stupide, digne d'un manque de maturité certain ; d'ailleurs, lui-même en était conscient. D'ordinaire, il serait resté bien au chaud afin de se reposer en tout quiétude, profitant un temps soit peu du calme et de la solitude qu'il appréciait tant. Pourtant, ici, dans ces terres enneigées, le jeune irlandais ne trouvait pas sa place ; ou tout du moins, pas seul. Rusty souhaitait être aux côtés de celle qui lui avait sauvé la vie, peut-être parce que d'une certaine manière, il craignait tout au fond de son être qu'elle ne disparaisse à jamais, tel un flocon de neige se mêlant à l'immensité de poudreuse entourant ces contrées. Pourtant, elle était là, juste devant lui.

Tel un ange dont les cheveux et la peau pouvaient se mêler parmi les rayons de soleil et la neige, elle se tenait là au détour d'une ruelle. Ses pas délicats laissèrent le petit garçon silencieux l'espace d'un instant, pourtant, il fallut faire entendre le son de sa voix à un moment ou à un autre ; si elle partait trop loin, l'exorciste risquait de la perdre à tout jamais.

Au moment où il tendit le petit paquet, le gamin craignit que sa bienfaitrice ne le prenne pour un voleur, tant et si bien qu'il sentit ses mains se mettre à trembler. Nerveusement, il aurait presque voulu dire que c'était une vieille dame qui les lui avait offert ; cependant, si l'Ange savait qu'elle recevait un cadeau destiné à un autre, sans doute serait-elle profondément déçue. Garder une part de mystère quant à l'origine de ces petits gâteaux pourrait toujours être une façon de laisser son esprit s'évader. Après tout, peut-être que le petit homme les avait dérobé à une quelconque créature de ces lieux et qu'ils renfermaient une certaine part de magie ? Enfin, tout ceci n'étaient que des histoires pour enfant, Rusty n'y croyait pas et n'y avait jamais cru ; sans doute, parce qu'au fond, personne ne lui avait offert la chance de croire aux merveilles des contes et légendes, quand bien même il avait lu bon nombres d'ouvrage à ce sujet.

La jeune femme resta muette pendant un moment, avant de finalement poser un genou à terre - ou à neige, comme vous préférez - comme si elle ne craignait en rien le froid de la glace. Un sourire naquit sur le visage de l'islandaise tandis qu'elle prit le présent des mains du petit homme ; un sourire si réchauffant qu'il aurait put amener l'été en plein mois de Décembre.

" Ó... C'est moi qui te remercie. Ils ont l'air délicieux... Là d'où je viens, on ne vend pas ce genre de gâteaux. "

A ces mots, le sourire du petit homme s'élargit tout autant que la surprise se lisait sur son visage. Un pays où l'on ne vendait pas de gâteaux ? Cela devait être si triste. Incapable de retenir son étonnement plus longtemps, l'irlandais fit entendre le son de sa voix ; tout du moins, il essaya.

" Vraim.. "

Le son de sa voix fut aspiré par un hoquet surprit. D'un geste doux et maternel, la jeune femme avait déposé un baiser sur le front de son petit rescapé, tant et si bien que ce dernier resta un long moment à la fixer d'un air incrédule, avant de sentir une vive chaleur émaner de tout son corps, notamment de son visage. Ses joues furent si rouges et chaudes qu'il eut l'impression de bouillir sur place. Assurément, la timidité du garçonnet l'avait rattrapé. Pourtant, il ne put s'empêcher d'afficher un léger sourire tandis que son regard se perdait de côté.

La jeune femme clama à nouveau quelques mots dans sa langue natale et l'enfant n'en comprit mot. Un jour, sans doute, il apprendrait cette si jolie langue qui semblait tout droit sortie des plus beaux contes. Une fois la délicatesse rompue, Rusty fut à nouveau capable de relever la tête en sa direction.

" Comment... te sens-tu ? " reprit-elle alors avant de déposer son grand châle sur ses épaules, souriant au passage, " Si la force est de nouveau tienne, voudrais-tu m'accompagner au marché ? Pour commencer, nous devrions trouver de quoi te chausser. "

Un fin sourire gêné s'afficha sur le visage du petit homme des neiges tandis qu'il repensa à ses pieds enchaussetés, trempés par la neige et glacés par le froid des pavés. Il était vrai qu'il commençait à ressentir des petits picotements, mais ce n'était plus dérangeant que ça - il avait déjà affronté bien pire. Près à répondre, le jeune O'Connor entrouvrit ses lèvres, mais fut coupé dans son élan :

" Dis moi, comment dois-je t'appeler ? "

Un gâteau lui fut tendu. Pourtant, le petit garçon n'avait désormais plus aucune envie de manger, sa gorge étant aussi nouée que la plus puissante des cordes. Il avait l'impression que le moindre mot qui s'échapperait de sa bouche l'étranglerait. Pourtant, l'exorciste finit par attraper la pâtisserie entre ses doigts brulés, balbutiant avec peine :

" M-Merci b-beaucoup. "

Portant le gâteau à sa bouche, l'enfant fut bien obligé d'abaisser à nouveau ses mains, le regard vide et posé sur ce petit gâteau. Au fond, l'aspect de ce dernier lui importait peu, pourtant, son regard semblait le contemplait ; en réalité, il n'était plus vraiment sur terre. Quel était son nom, voilà une question à laquelle le petit homme n'avait jamais vraiment répondre. Mentir, le gamin n'avait jamais aimé ça, pourtant, ce petit mensonge permettait à son double de continuer à vivre, tandis que lui était mort. Pourtant.. L'exorciste se refusait de mentir à celle qui lui avait sauvé la vie. Pouvait-il se permettre, le temps d'une rencontre, de donner son véritable nom ?

Juste une seule fois, Rusty.. songea l'enfant tandis qu'il levait les yeux vers la jeune femme.

" Je m'appelle D-Dirty, Dirty O'Connor. "

Ces mots semblèrent lui avoir arraché la gorge, provoquant une horrible sensation de mal-être à l'intérieur de tout son corps. Nerveusement, il détourna le regard, comme s'il avait l'impression d'avoir menti à son Ange ; pourtant, pour la première fois en cinq ans, l'enfant avait donné son véritable nom.

Comme si cette révélation avait puisé tout le peu d'énergie qu'il restait en lui, Dirty porta la petite confiserie à sa bouche, mordant dedans comme un chien errant dans un steak. Durant de longues secondes, il mangea avec peine le gâteau, la gorge et l'estomac noué. Secouant la tête, il la releva finalement une fois sa bouche difficilement vidée. Au fond de lui, le Pleurnichard ne revenait pas qu'il existait pour de bon depuis cinq ans. Les larmes auraient pu perler aux coins de ses yeux s'il n'avait pas craint qu'elles finissent gelées - ça devait faire mal, après tout.

Même si dire son vrai prénom l'avait comme terrassé - tout en le vivifiant - l'exorciste pensa à nouveau à l'autre question que lui avait posé son Ange. Il fut néanmoins difficile de reprendre la parole et ses mots furent hésitants.

" J-Je p-pense que ça devrait aller je.. je suis encore un p-peu engourdi mais.. ça va. "

Un fin sourire finit alors par traverser de nouveau son visage, le réchauffant quelque peu après ce terrible coup de froid. Du fin fond de son cœur, l'irlandais espérait que son jumeau, là-haut dans le ciel, comprenne son geste. Sans doute la moitié restante lui assurerait une prière le soir venu.

" Et.. c'est grâce à vous si.. si je suis encore en vie, je.. je ne voudrais pas trop vous en demander. "

Un nouveau sourire traversa le visage du petit, puis sauveur et sauvé se remirent en marche dans les rues. L'espace d'un instant, le jeune O'Connor leva le regard vers la main de sa bienfaitrice, tenté de la lui prendre pour s'aider à marcher ; mais il en détourna le regard tout en déglutissant.

Quelques lieux plus loin, la jeune femme du Nord put acheter une paire de chaussure de fortune à son petit protégé, quand bien même ce dernier sentit de nouveau ses joues devenir rouges comme pas deux tant il était gêné. A ce moment-là, Dirty aurait tout donné pour avoir mit une paire de chaussure ce matin-là ; après tout, peut-être que l'islandaise n'avait que peu d'argent et devrait beaucoup travailler pour avoir de quoi manger ? L'enfant sentit à nouveau sa gorge se nouer, pourtant, une fois chaussé et réchauffé, il fut bien obligé de la remercier ; et ce, non pas juste pour une paire de chaussures.

" Merci.. Merci infiniment pour tout ce que vous avez fait Madame.. ... Ah ! "

Affichant une mine incrédule, le petit homme se rendit enfin compte qu'il n'avait jamais retourné la question auprès de son ange : comment s'appelait-elle ? Sans doute avait-il été si troublé par l'annonce de son prénom que lui demander le sien avait parut disparaitre de sa petite tête brune. Mais maintenant, celui lui était enfin revenu ; et ses joues, elles, étaient plus rouges que jamais. Honte.

" J-Je ne vous ai même pas demandé.. E-Et vous ? Comment vous appelez-vous ? "

Quel était son nom ? D'où venait-elle ? Qui était-elle en réalité ? Avec une seule question, le petit homme espérait trois réponses. Il ne put s'empêcher d'afficher un nouveau sourire. Enfin, il allait savoir qui était cet Ange qui lui avait sauvé la vie ; pour ne plus jamais oublier son nom.


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Mer 16 Juil - 3:45


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

L'enfant resta silencieux. S'il n'avait pas mû en prenant le gâteau qu'elle lui tendait, Nína ne l'aurait cru de ce monde, tant son regard, posé sur la friandise qu'il tenait entre ses frêles mains, les fuyait ; elle comme le décor qui les entouraient. Nul besoin d'user de ses dons de descendante de Noé, sa question pourtant si banale l'avait comme foudroyé.

Finalement, il relève le menton ; les yeux presque larmoyants.

« Je m'appelle D-Dirty, Dirty O'Connor. »

Voilà un prénom bien étrange ; son nom, lui, avait toute la consonance  des patronymes d'Irlande. Dirty. Ses mots semblaient l'avoir tétanisé. Elle se demandait pourquoi révéler son identité lui était si peu aisé ; et ce comportement là comme d'autres gestes signifiaient aux yeux de la jeune femme un passé si lourd qu'il en était difficile à porter. Alors elle fera tout son possible, et le soutiendra. Mais pour l'heure, et vue de la gêne que lui avait causé sa question, elle fit taire les questions qui la taraudaient ; se contentant de suivre le chérubin du regard quand celui-ci apporta finalement le gâteau à ses lèvres gercées.
Somme toute, se savoir capable d'éprouver tel intérêt envers un enfant la rassurait. Qui d'humain n'en ferait pas tant ?

« J-Je p-pense que ça devrait aller je... Je suis encore un p-peu engourdi mais... Ça va. Et... c'est grâce à vous si... Si je suis encore en vie, je... Je ne voudrais pas trop vous en demander. »

Voyant la bouche du jeune garçon qui s'étirait à nouveau en un chaleureux sourire, l'Hôte du Mythe ne put s'empêcher de lui répondre par un geste similaire ; certes d'un sourire plus distant, mais dont les traits bienveillants et maternels étaient indiscutables.

« Ne t'en soucie guère, Dirty, » soutint-elle ; le ton rassurant.


Partant sur le marché en compagnie de l'enfant, elle marchait d'un pas souple et plus lent ; veillant à ce que le jeune irlandais ne se blesse pas aux pieds en se précipitant. Ensemble, ils atteignirent bientôt le premier comptoir où se trouvaient quelques paires de chaussure et autres bottines sans le moindre superflu, seulement suffisante pour avoir les  pieds bien au chaud. L'Islandaise s'avança, et sortant les pièces qui traînaient dans les poches de son manteau, échangea quelques mots en norvégiens avec le vieil homme qui veillait sur l'étalage. La paire de bottes achetée, elle les enfila aussitôt aux pieds du petit Dirty.

« Merci... Merci infiniment pour tout ce que vous avez fait Madame... ... Ah ! »

La Cendrée leva un sourcil, curieuse de savoir ce qui le faisait tant rougir.

« J-Je ne vous ai même pas demandé... E-Et vous ? Comment vous appelez-vous ? »

Hésitation.
Devait-elle lui donner un faux nom ? Elle devait tout de même se rappeler qu'elle avait affaire là à un exorciste, aussi jeune et innocent pouvait-il être. Ce n'était pas l'enfant-soldat en lui-même qui la préoccupait, mais bien les ficelles qui étaient tirées dans son dos, invisibles et sournoises. Certes, il ne savait pas qu'elle était une descendante de Noé, mais pouvait-elle se permettre de prendre le risque de lui révéler son identité ? Peut-être cela en valait la peine. Car après tout c'était elle, Nína, fille de Siríus et de Fönn, douce islandaise à la chevelure d'ivoire, et non le Mythe, occulte Souvenir de Noé,  qui se liait d'amitié avec cet être. Lui qui n'était qu'un jeune garçon avant d'être un exorciste ; un ennemi de ce Clan auquel elle refusait d'appartenir. Car l'on ne possède pas la Fauve ; pas même ce démon qui hantait son âme. De celle-ci, elle en restait l'ultime capitaine ; et de son enveloppe matérielle la froide Souveraine.

« Nína, » souffla-t-elle simplement. Alea jacta est. L'on ne ment pas quand on est fille de Siríus. « Sache que tu peux me tutoyer ; dans mon pays, tout le monde se tutoie. »

Tandis qu'elle lui soufflait ces mots, son regard se perdait sur les étalages chamarrés, ou fruits et légumes ne demandaient qu'à être payés puis dévorés. Après un silence qui commençait à se faire long, elle baissa la tête, plongeant son regard dans celui du garçonnet : dans cet océan azur, elle y vit alors milles questions flottant à sa surface.

« Je viens d'une île où Elfes et Hommes, comme Glace et Feu, vivent en harmonie. » confia-t-elle, d'une voix irréelle. « Crois-tu aux Elfes, lítill engill ? »

Lítill engill. Bien avant Dirty, c'était Æsa qui avait longtemps porté ce surnom. Et aujourd'hui, dans le dais céleste du Mythe, un nouveau petit ange prenait son envol.











NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Mer 16 Juil - 16:55



La mission que l'on lui avait confié ce jour-là était particulière, atypique. Pas le genre de tâche que ses supérieurs avaient l'habitude de lui confier, et pas non plus celles qu'Amelia préférait. Enfin, pas qu'elle ait eût de préférences, elle ne se contentait que d'obéir ; mais il était des devoirs qu'elle préférait accomplir que d'autres, notamment ceux qui lui permettaient de se perfectionner et qui requérait l'usage de ses armes. Amelia ne courrait pas après la perfection, car elle savait pertinemment qu'elle était inaccessible ; mais elle tentait par tous les moyens de combler les lacunes et les faiblesses qu'elle avait forcément de plus du fait d'être une femme, et cela passait par des entraînements intensifs. Que ce soit dans la salle d'entrainement, face à un allié ou mieux, face à un ennemi ; chaque occasion était bonne à prendre pour s'améliorer. Plus elle était efficace, et plus ses supérieurs plaçaient d'espoir en elle ; une attention gratifiante pour celle qui se serait damnée à suivre les ordres. Elle n'avait pas d'amour-propre et ne cherchait pas la satisfaction personnelle, ni quoi gonfler son ego ; elle ne voulait que briller pour ceux qui l'avaient faite ; et exceller, toujours plus. Aussi, lorsque l'on lui avait annoncé que l'on avait besoin d'elle pour une mission, elle s'était empressée de se rendre dans le bureau de son inspecteur en chef, prête à partir sur-le-champ s'il le fallait. Néanmoins, sans qu'elle n'en laisse transparaître quoique ce soit ; son impatience avait volée en éclat — emportant avec lui ce qui ressemblait à un genre d'enthousiasme — lorsque l'on lui avait récité l'énoncé de la mission en question. Elle devait ramener à la congrégation un exorciste âgé d'une dizaine d'années, en fuite depuis qu'il avait activé son Innocence pour fuir un examen médical. Et ce, dans les plus brefs délais.

Grâce au golem géo-localisateur que l'exorciste portait en permanence sur lui depuis les premiers incidents de ce genre — à croire qu'ils étaient fréquents, mais que faisait la section scientifique ? —, il n'avait pas fallu longtemps pour connaître précisément l'emplacement du fugitif. Sa petite escapade improvisée l'avait emmenée en Norvège, plus précisément dans sa capitale, à Oslo. Dès qu'elle fut mise au courant, Amelia prépara les affaires nécessaires au voyage qui, en principe, ne devrait pas durer plus longtemps que le temps qu'il fallait pour traverser l'Arche grâce au portail laissé précédemment par Allen lors d'une mission en Norvège. Elle s'habilla chaudement, pour être en mesure d'affronter le froid polaire et la neige du pays — d'autant plus que l'hiver n'était pas tendre, cette année —, et se mit aussitôt en route pour le port.

Amelia se trouva vite de l'autre côté de la mer, et le changement de climat fut pour le moins brutal. La saison avait beau être l'hiver dans une bonne partie du monde, les températures variaient d'un pays à l'autre et la corbeau en fit les frais : le froid ici était polaire, glacial et la neige abondante, recouvrant l'entièreté du décor éteint, endormi. Le matin était pourtant levé depuis longtemps ici, mais tout semblait éteint, sans vie ; tristement emprisonné dans ce paysage fade et sans couleur, nuancé que de blanc et de gris. Amelia n'avait que faire de ce qui l'entourait, elle était ici pour une seule raison, mais elle ne pouvait s'empêcher de chercher quitter au plus vite cet endroit qui ne la mettait pas au meilleur de sa forme. Elle n'avait qu'une hâte, qu'un seul objectif : retrouver l'enfant au plus vite et le ramener à la Congrégation, en espérant qu'ils soient cette fois capable de le retenir pour les prochaines fois. Décidément, ces scientifiques étaient de vrais incapables, comparé à l'élite toujours plus performante de Central.

Par chance, la précédente mission qui avait eu lieue ici n'était pas loin d'Oslo, aussi la jeune femme n'eut qu'à hélé une voiture pour l'emmener à la ville ; n'ayant pas la foi de faire la route à pieds alors qu'elle pouvait y être en quelques minutes de trajets seulement.

Lorsqu'elle arriva enfin sur les lieux, elle se mit aussitôt à scruter les environs, à la recherche de la moindre petite tête brune qu'elle pourrait apercevoir. Elle ne se souvenait pas l'avoir déjà vu, mais la petite photo qu'elle avait emporté avec elle lui suffirait pour sûr à le reconnaître s'il passait non loin d'elle.

Sa première stratégie consista à rendre dans un lieu peuplé de monde, l'enfant s'étant peut-être, dans la panique et dans le besoin, réfugié dans une auberge ou chez un habitant. Elle se rendit alors au marché du jour, d'où raisonnait déjà un brouhaha interminable, cacophonie de cris, de rire et de discussions aussi futiles qu'inutiles. Tout ce que la corbeau détestait. Elle n'était même pas encore arrivée sur place que le vacarme semblait l'assaillir de toutes parts ; si bien qu'elle failli faire demi-tour avant même d'y avoir mis les pieds.

Par chance, il ne lui fallu par longtemps pour l'apercevoir. Le petit garçon semblait même plutôt à ses aises en compagnie de la jeune femme qui l'accompagnait, une attitude qui eu le don d'agacer Amelia : Il avait une grave faute en quittant l'Ordre Noir sans prévenir, en fuyant ; et au lieu de chercher par tous les moyens à rentrer, voilà qu'il faisait le marché de la ville. Lui qui, d'après la description que l'on lui en avait faite, était d'un naturel timide et réservé ; ne semblait pas avoir eu de mal à communiquer avec cette femme, alors qu'ils ne parlaient probablement pas la même langue, à moins d'un heureux hasard. Tout ceci serait consigné dans le rapport qu'elle rendrait à Central, afin que les bonnes mesures soient prises pour éduquer cet enfant.

D'un pas ferme, elle se dirigea vers lui, et n'hésita pas une seconde pour s'introduire entre lui et la jeune femme qui l'accompagnait.

« Rusty O'Connor ? demanda t-elle. Je suis l'agent Amelia Parietti, de l'unité du CROW, envoyée par Central, se présenta t-elle. Je suis venue vous chercher afin de vous ramener immédiatement à l'Ordre Noir. »

Sur ces mots, et sans plus attendre, elle saisit le poignet du jeune garçon - sans le brusquer, mais avec fermeté - et l'attira vers elle, prête à repartir. Adressant une salutation de politesse à la jeune femme, qui ne devait pas vraiment comprendre ce qu'il se passait, elle s'adressa à elle en ces termes, en anglais :

« Central vous remercie d'avoir prit soin de lui, dit-elle sans donner plus de détails quant à l'autorité qu'elle évoquait. Au revoir. »

Sans s'attarder plus longtemps, elle se mit en route, emportant avec le petite exorciste peureux.

Froide Nébuleuse

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Sauver Nora.
Aime:
N'aime pas: avatar
Amelia PariettiFroide Nébuleuse
...

http://i.imgur.com/7AZMelo.png
▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 20 ▐ Autres Comptes : Bonnie R. O'Cahan, Xin-Yao Zhu, Bak Chan, Fleur-de-Lys Vallélian.
Féminin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : :tete4:
▐ Parcours RP : ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Mar 22 Juil - 4:59

Adieux


" On passe sa vie à dire adieu à ceux qui partent, jusqu'au jour où l'on dit adieu à ceux qui restent."


Je l'ai fais, enfin.. Pour la première fois en cinq ans, j'ai donné mon véritable prénom lorsque je me suis présenté. Rusty, m'en voudras-tu pour avoir voulu vivre ne serait-ce qu'une seule fois ? Jusqu'à ce jour je ne craignais pas de mourir, tant que ce n'était pas dans la souffrance et.. là, alors que cet Ange m'a sauvé de la mort, j'ai l'impression de voir les choses autrement. Comment aurais-je pu lui mentir sur mon nom ? Mon véritable nom.. Pardonne-moi, Rusty, pardonne-moi mille fois. J'aurai pourtant voulu que tu sois à mes côtés lors de cette rencontre. Toi aussi, tu l'aurais aimé. Aingeal.


Donner son véritable nom avait été une expérience traumatisante pour le petit homme ; mais au combien réjouissante par la même occasion. Cette jeune femme, cet ange gardien qui l'avait sorti des griffes de la neige, elle, ne méritait aucun mensonge. Pour une fois dans sa vie, il voulait être lui-même. Enfin, il n'en demeurait pas moins un enfant traumatisé, bien loin de ce qu'il aurait pu devenir sans cet enlèvement et la mort de son double mais.. Sans doute était-ce mieux que rien.

" Ne t'en soucie guère, Dirty. "

Ces mots, l'inconnue les avait soufflé lorsque son petit protégé avait encore une fois fait preuve d'une grande humilité. Des chaussures chaudes, il était vrai que l'exorciste aurait tout donné pour en avoir à ce moment là, mais la nordique lui avait déjà tant donné.. Bien plus qu'elle ne pouvait seulement l'imaginer.

Ensembles, ils se mirent néanmoins en marche dans le marché gelé.



Et une paire de chaussure pour le petit exorciste pieds nus dans la neige, une !

Les pieds battant légèrement dans le vide, assit sur une caisse, l'exorciste perdu avait laissé son ange gardien le chausser, se contentant de l'observer en silence. Une fois ses pauvres orteils au chaud, Dirty se sentit revivre, un sourire chaleureux traversant son visage d'ordinaire si triste. L'enfant ne put s'empêcher de la remercier, avant de finalement se rendre compte que dans la précipitation, il n'avait même pas pensé à lui demander son nom. Quel idiot il pouvait faire ! La honte l'avait gagné en un temps record, jetant le bonheur d'un bon gros coup de pied au cul. Un soupir s'était échappé de ses lèvres. Espérons qu'elle ne le prenne pas mal..

Pourquoi mettait-elle autant de temps à répondre ?

" Nína. " finit-elle par dire, " Sache que tu peux me tutoyer ; dans mon pays, tout le monde se tutoie. "

Gardant son regard ancré dans le sien même si la dite Nína ne le regardait, il fallut de longues secondes pour que l'enfant ne finisse par baisser la tête avant de timidement murmurer :

" Nína.. ? C'est.. je.. c'est un joli prénom.. "

S'il avait été capable de dire ces quelques mots, il semblait néanmoins impossible de la tutoyer. Durant toutes ces années passées à la Congrégation de l'Ombre, on lui avait apprit à toujours respecter les personnes plus âgées que lui - entendre par là, ses supérieurs - et toujours ce fier à cet apprentissage. Demain ne serait pas là veille où il oserait prendre de tels risques, même sous la demande de cet Ange.

Le silence des mots s'était alors imposé entre eux deux ; n'existait plus que le vacarme des rues. Il sentit une présence, douce et chaleureuse à la fois : Nína avait reporté son attention sur lui.

" Je viens d'une île où Elfes et Hommes, comme Glace et Feu, vivent en harmonie. Crois-tu aux Elfes, lítill engill ? "

Était-elle réellement un Ange ; ou, une fée ? Peut-être un peu des deux. Une Fée du Paradis ? Ou bien peut-être un Ange des Forêts ? Dirty avait dû lire trop de livres..

" Aux Elfes.. ? Eh bien.. comment dire.. "

Difficile à dire. Durant toutes ces années d'enfermement au quartier général, l'irlandais s'était plongé dans les livres, dévorants contes et histoires légendaires en tous genres. Dragons, elfes, fées, nains, animaux qui parlent et autres créatures magiques avaient été son quotidien ; lorsqu'on a tout perdu, il ne nous reste que l'imagination.

Ne sachant pas quoi répondre, un sourire timide s'afficha sur son visage ; avant de se briser.

Quelqu'un avait fait irruption entre la jeune femme et le petit garçon, n'hésitant aucunement à les séparer. Toujours assit, Dirty se vit dans l'incapacité de se relever ni même d'espérer fuir : c'était trop tard. Fichu golem à la con. Les yeux écarquillés et humides, il ne fallut pas longtemps au Pleurnichard pour reconnaître l'insigne de Central au niveau du cœur de l'inconnue.

" Rusty O'Connor ? "
" N-Non je..- "
" Je suis l'agent Amelia Parietti, de l'unité du CROW, envoyée par Central. Je suis venue vous chercher afin de vous ramener immédiatement à l'Ordre Noir. "

Sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit d'autre, la dite Amelia lui prit le poignet avant de tirer l'enfant vers elle, le forçant à se relever par la même occasion. Un hoquet nerveux s'échappa alors de ses lèvres. Qu'allait penser son Ange de lui ? Allait-elle croire qu'il lui avait menti.

" Central vous remercie d'avoir prit soin de lui. Au revoir. "

L'air toujours aussi apeuré, le petit homme releva ses yeux pleins de larmes pour capter à nouveau le regard de sa bienfaitrice. Il ne pouvait pas partir comme ça, comme.. un voleur ? Un malfrat que l'on viendrait quérir dans les bras de sa mère pour le ramener dans sa prison de fer. La corbeau se mit alors en marcher, sans se soucier de la coopération de l'irlandais.

Tirant quelque peu sur son bras, opposant à peine de la résistance, tout ce qu'il put faire, c'est de jeter un dernier regard en arrière, les joues noyées.

" Laissez-moi lui dire au revoir ! " aurait-il voulu crier de toutes ses forces, mais tout ce qui s'échappa de sa bouche fut un simple murmure : " Tá brón orm.. "

Pardon.

Dans ses mouvements vifs pour chercher à contrer l'emprise de l'inspectrice - ou quoi qu'elle soit en réalité - le châle enivrant de son ange simplement posé sur ses épaules glissa avant de s'évanouir dans la neige. D'une main fébrile, l'enfant tenta de le rattraper, en vain : Amelia ne comptait visiblement par ralentir le pas pour un chose aussi futile. Le seul souvenir matériel de la jeune femme avait disparu, il lui avait été arraché comme sa tendre présence. D'un triste regard par-dessus son épaule, le Pleurnichard vit la laine du vêtement disparaitre dans la neige, à moins qu'il ne soit déjà retourné auprès de sa propriétaire. Qui sait, un elfe aidé de quelques fées auraient très bien put lui ramener son bien. A quoi songeait-il exactement ?

Bien vite, à bout de force - mais craignant surtout d'éventuelles conséquences - l'enfant fut forcé de marcher aux côtés d'Amelia, la tête basse. Silencieux, seuls quelques sanglots avaient franchi la barrière de ses lèvres. S'il avait aujourd'hui rencontré un Ange, Dirty - ou Rusty.. - avait également fait la connaissance du diable.


Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. © by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †
Rusty Voice Acting - par Rayn


♥ :aesa::rusty: ♥


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Mar 16 Déc - 17:33


RUSTY & NÍNA
« I walk in your footsteps. »

« Aux Elfes... ? Eh bien... comment dire... »

Sa question semblait avoir, de toute logique, laissé l'enfant perplexe. Une question d'apparence simple, mais inattendue et pour le moins insolite pour qui n'était pas accoutumé aux mœurs et croyances du peuple des Terres glacées. Elle-même n'était pas certaine d'y croire, sans parvenir à nier l'existence des elfes et autres trolls : après tout, ce qui n'est pas visible à l’œil nu n'est pas inexistant pour autant. Qu'ils soient réels ou non, l'on vivait avec ces légendes, c'était là l'une des particularités de l'Islande qui faisait de ce pays tout un monde unique, à part : un monde où Hommes et créatures folklorique respirent le même air ; un monde où Rêve et Réalité ne font qu'un.

Et plus le temps passait, plus Nína se mettait à espérer que le petit ange découvre un jour son pays comme elle le voyait.

Comme une enfant, elle rêvait.
Ils auraient pu fuir cette guerre sainte, tous les deux, partir sur le champ pour rejoindre Reykjavík et construire un avenir radieux au bord de la Faxaflói ; retrouver Siríus, Fönn et Æsa – elle s'entendrait à merveille avec Dirty, la Cendrée en était convaincue –, oublier la Mort et ne vivre que de leur Amour. Elles étaient si belles, les images qui traversaient son esprit, si fausses et si naïves ; seulement impossibles.
Alors, elle se contentait de sourire, tristement, quand l'enfant levait yeux vers elle. Un sourire qui s'effaça aussitôt quand une femme fit irruption, ordonnant à son protégé de la suivre.

« Rusty O'Connor ? »

Rusty O'Connor. Avait-elle mal entendu ? Non, pas d'erreur possible. Lui avait-il menti, alors ? Cela pouvait expliquer son étrange réaction lorsqu'elle lui avait demandé son prénom ; pour autant, elle peinait à croire qu'il avait déformé la vérité ; car depuis leur rencontre, seule la sincérité semblait s'être faite une place entre les deux êtres. Peut-être que cette Amelia Parietti faisait erreur ? Dans tous les cas, l'apôtre du Mythe se devait de rester maîtresse de ses actes et de ses émotions ; face à un membre du camp "ennemi", elle ne devait éveiller aucun soupçon. Mais que pensera le jeune irlandais, en ne voyant aucune réaction chez celle qui lui avait sauvé la vie ? C'était peine perdue, mais elle devait réagir, même si cela s'avérait inutile.

« Il se nomme Dirty, vous devez faire erreur ! » souligna-t-elle.

Dans la précipitation, son anglais peu travaillé s'apparentait-là davantage à du yaourt – ou tout simplement à de l'islandais. La jeune femme vêtue de manière stricte qui était sortie de nulle part ne semblait en avoir compris le moindre mot, tant fut évident le mépris qu'elle afficha alors qu'elle s'apprêtait à disparaître avec l'enfant, aussi vivement qu'elle était apparue.

« Central vous remercie d'avoir prit soin de lui. Au revoir. »

Elle demeurait là, immobile, impuissante, regardant le corbeau emporter son ange. Elle ne pouvait réagir davantage, au risque de compromettre sa couverture, et d'exposer Dirty à un danger bien plus grand que Central. Mais ce n'était pas l'envie de se jeter à leur poursuite, et d'arracher l'enfant des bras de cette envoyée du Diable, qui lui manquait.

Quand leurs regards se croisèrent une dernière fois, voyant les larmes noyer le visage de l'enfant, l'Islandaise ne put contenir un sursaut d'émoi, bouleversée par la tristesse et la rage. Serrant les poings, elle s'avança calmement afin de récupérer son châle tombé sur le sol.

« Hittumst við aftur. » souffla-t-elle au vent.

Ils se reverront. C'était une promesse.







Pardon pour cette conclusion pourrave mais je tenais à la faire.
Vivement les retrouvailles. :feels:






NÍNA RUGIT EN THISTLE.
☩ La Lionne d'Islande ☩

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre à nouveau, et vivre en paix auprès des siens. || Actuellement : retrouver la trace de Siríus, Æsa et Myrkur.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nína Eve K. Siríussdóttir☩ La Lionne d'Islande ☩
☩ NÍNA EST CONSIDÉRÉE COMME MORTE DEPUIS LE 27 JUILLET 18**. DEPUIS, ELLE CACHE SA RÉELLE IDENTITÉ ET SE FAIT APPELER EVE KIERKEGAARD. ☩

▲▼. N Í N A ' S . V O I C E, .BY OPHELIA .▼▲

STATUT STAFF : PRÉSENCE RÉDUITE
STATUT RP : EN PAUSE




« Maintenant que tu es réveillé, Mythe, tout semble différent. Le coeur bat comme toujours, mais cette fois hors de la course du temps. »

Augað mitt og augað þitt, og þá fögru steina. Mitt er þitt og þitt er mitt. Sérðu ekki við fæddumst til að standa hlið við hlið.TYNA'S THEME. ♡

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 1220 ▐ Autres Comptes : COMING SOON (mais pas trop soon quand même faut pas exagérer hein) ✖
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans.
▐ Personnalité : Ténébreuse ✖ farouche ✖ solitaire ✖ bohème ✖ distante ✖ méfiante ✖ indépendante ✖ introvertie ✖ flegmatique ✖ intimidante ✖ impartiale ✖ impénétrable ✖ froide ✖ discrète ✖ douce ✖ subtile ✖ posée ✖ silencieuse ✖ vertueuse ✖ patiente ✖ humble ✖ pudique ✖ protectrice ✖ et bien plus encore.
▐ Parcours RP :


{ R P . E N . C O U R S }

Arche || Wisely Kamelot { 10 }
Irlande || Rusty O'Connor { 3 }
Arche || Tyki Mikk { 5 }
Angleterre || Yû Kanda { 1 }
France || Eugénie ; Nausicaa ; Maugrim ; Basile { 0 }

Prochainement : Eugénie ; Şehrazat ; Caleb.

1420 points.

RANG D.

Rang C dans 2 combats.
Rang B dans 80 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
I walk in your footsteps. [PV. Nína Siríussdóttir]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pit Walk Photo Collection
» Son étoile au Walk of Fame!
» Luxembourg [clubpolyglotte] Metz illuminated walk : saturday 11th December
» Walk on the wild side (sur deux films avec W. Harrelson)
» Zombie Walk de Strasbourg

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Scandinavie-
Sauter vers: