Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Vers l'Inconnu ; { Wisely }

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Sam 7 Sep - 23:10
    Je n'ai que peu de souvenirs de mon enfance. Et peu sont des souvenirs heureux. Étrange. Cela ne veut pourtant pas dire que j'ai eu une enfance malheureuse, vous voyez ? Enfin, je n'en ai pas l'impression. Je n'ai pas été battu, ou des choses dans le genre. Quant à mon adolescence, là, oui, c'est une autre tasse de thé. Mais, mon enfance a elle, été vierge de tout abus. Cependant les souvenirs que j'en garde sont moyens. Mitigés. Ou carrément malheureux. Est-ce que parce qu'on a tendance à mieux retenir les choses qu'on déteste plutôt que celle qu'on aime ?
    Je me souviens étrangement bien de mes cauchemars.
    Comme celui où je me faisais dévorer par ses parents, lors d'un festin. Ravissant comme rêve, n'est-ce pas ? Tout à fait sublime, pour garder des bons souvenirs. Je me souviens aussi avoir fuit mes parents comme la peste, durant une certaine période de temps. Ne me demandez pas pourquoi... Mais je sentais leur yeux rivés sur moi, qui me disséquaient impitoyablement. J'avais l'impression d'être un gibier, épié par les chasseurs. C'est vraiment irrationnel comme peur... Enfin... Peut-être pas tant que ça au fond. La situation financière s'aggravaient de jour en jour chez moi, ainsi que les rations quotidiennes... Alors, peut-être que j'ai été perçu comme la bouche de trop, celle à nourrir mais qui ne rapporte rien: Celle dont-il faut se débarrasser. Ils ne l'auraient jamais avoué évidemment. Mais ils n'avaient que cette envie. Que je disparaisse.

    Russie, charmante Russie. Sirius m'avait glissé, une fois, entre deux baisers qu'il y avait de la famille. Des cousins germains fort lointains, dont il était néanmoins assez proche, il entretenait d'ailleurs une correspondance régulière avec eux. Je le vois encore, penché sur son bureau, plume à la main, la lampe à huile posée sur un coin de bureau. J'entendais le grattement de la plume, comme un ronronnement régulier. Sirius avait une écriture agressive, mais tout en courbes cependant. Il était du genre à écrire frénétiquement, appuyant avec force sur la plume, quitte à faire des tâches d'encre. Ils s'étaient promis de se rencontrer un jour, autour d'un bon verre, et de partager leur amour pour l'art. C'était génétique ce truc. Sirius revendait d'ailleurs dans sa galerie, quelques tableaux d'origines russes, envoyés avec amour par ses cousins. Cela fait mal au cœur de penser que cette rencontre n'aura jamais lieu. Un jour, Sirius a « cessé d'être ». Mais son corps est encore là, j'en suis prisonnier. Alors, je continuais à recevoir les lettres de Russie. D'abord de façon régulière, s'espaçant d'une quinzaine de jours. A chaque quinzaine, le ton des lettres se faisaient de plus en plus inquiètes. Ils me pressaient de leur répondre, ajoutaient qu'ils s’inquiétaient énormément pour moi..Enfin, Lui. Je n'eus jamais le cœur de leur répondre. Je ne voulais pas m'engager dans une supercherie grotesque, remplie de qui pro quo plus tristes les uns que les autres.
    Pourtant, m'y voilà, en Russie. Par je ne sais quelle farce du destin. A Saint-Pétersbourg, plus précisément. La raison ? Le Comte Millénaire. Purement et simplement. Il m'y avait purement et simplement sifflé. Le sourire qu'il affichait tout en prononçant des paroles menaçantes me fit froid dans le dos. Il n'y a pas de personnages plus obscur que lui... Mais, j'avais bien compris quel serait mon sort, si je venais à échouer encore une fois. Comment vous raconter le désastre de la dernière fois... Une innocence, à Cambridge. Je m'y étais rendu, comme mon devoir me le demandait. Comme ma faim sanguinaire me le demandait. Et une fois sur place. Un carnage. Des corps de civils éparpillés, des akumas de niveau 1 tirant dans le tas. Et puis moi. Qui tuait autant que je pouvais. J'étanchais cette soif, ce désir de me venger sur les innocents, leur faire connaître ma souffrance. Cela aurait pu continuer un bon bout de temps, si les exorcistes n'avaient pas pointé rapidement leur nez. Ca m'a fait un choc. J'avais alors regardé mes serres carmins. Du sang. Tout l'appétit et la jouissance qui m'habitait alors s'évapora tout soudainement. A la place, un profond dégoût. Et cette peur, d'être en train de souiller à jamais le corps de Sirius...
    Alors je me suis eclipsé. Purement et simplement. Oh. Et si vous ne comprenez pas l'euphémisme. Disons que je me suis enfui. Lâchement. Qu'importaient les exorcistes à mes trousses. Je devais partir, loin, fuir ce carnage...
    Et évidemment, le Comte en avait été très mécontent... Triste Machine que je suis. Machine non seulement triste, mais aussi défectueuse. Et ici, il n'y a pas de place pour les défectueux. Le message du Comte était bien passé. Ma mâchoire se tendit à l'idée de souiller à nouveau ce corps. Mais si je ne le souillais pas à nouveau, je serai réduit à néant. Ainsi que toi, mon cher Sirius... Je ferai tout pour que cela n'arrive pas. Crois moi.

    Un billet de train plus tard, précédé d'un voyage en ferry pour rejoindre la France, et quinze longues heures de route, je posais le pieds à Moscou. Dois-je expliqué à quel point je peux haïr les voyages en train ? Ou tout simplement, les liens où l'affluence est forte ? Leur regards perçant et désagréable, inquisiteurs sur mon corps, mon visage. Sur ces cheveux blancs, et ces pupilles vermeilles qui se devinaient en dessous des verres teintés que je portais. La chaleur humaine, ou même le contact, bien qu'accidentelle dans une foule me dégouttaient fortement. Personne ne devrait pouvoir toucher ton corps, hormis moi... La Russie avait toutefois l'avantage de ne bénéficier d'un climat qui m'était plutôt agréable, si le Comte m'avait envoyé dans un pays chaud tel que l'Algérie, ou le japon, je n'aurais pas donné cher de ma peau... Le soleil était comme une agression permanente pour mes pupilles.
    Je me trouvais à présent sur un quai, attendant le train qui m'emmèneraient vers Saint-Pétersbourg, me remémorant les paroles du Comte. Il ne m'avait donné que peu d'indices concernant l'objet de ma quête, l'innocence. Il m'avait simplement dit de fureter un peu, et que l'innocence se révélerait d'elle-même. Aller faire plus mystérieux.
    Un coup d'oeil sur ma montre à gousset m'indiqua que le train était retardé de cinq minutes. Deux minutes de plus passèrent avant que celui-ci n'entrasse en gare, crachant dans un rugissement, un tourbillon de vapeur. Tout en m'installant à la place qui m'appartenait, je me dis que ce voyage commençait bien mal. Et ce fût avec une trentaine de minutes de retard que le train s'élança enfin dans la campagne russe, dans un vacarme digne du tonnerre.





- Pas encore eu le temps de relire et corriger, pour avouer j'ai la flemme là, jvais dormir, zut hein é__è -
:: La Muse Déchue ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Scar L. Heselton:: La Muse Déchue ::




Triste Machine.


Nínalove ♥️. pour l'avatar.

:scar:


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 115 Masculin
▐ RPG Age : Je ne compte plus.
▐ Personnalité : Comptemplative ;
▐ Parcours RP : En cours ;
Wisely // Vers l'Inconnu 3 pts
Nína // Venezia 3 pts
Sebastian// Don't look at me 6 pts
Nora //L'appel du Mal 7 pts

Terminé ; Agiki// Please don't be Afraid 12 pts
Intrigue // Chapitre I, la fuite d'Allen Walker 6 pts
Saint-Valentin // Lettres 2 pts
Alexander&Hereata// Parce que l'on récolte ce que l'on sème 8 pts
OS Scénario//Kveðjum 1 pt

Abandonnés ; Lilith //Rire. Son. Cacophonie & Violon 7pts
Alice // Véracité Mensongère 1pts
Raphaëlle// I don't wanna lose control 3 pts

Total = 650+150 = 800pts. Rang .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Dim 20 Oct - 20:48

« De tout inconnu le sage se méfie. »


Une mission. Encore. Ces derniers temps, il n'y avait pas moyen de se reposer un peu, les recherches d'innocence, la destruction de celles possédées par les exorcistes et même les missions de pure provocation envers l'ordre noir se succédaient à un rythme impressionnant. Et même lui, qui n'était à la base pas de ceux que le Comte envoyait sur le terrain, se retrouvait à devoir partir en Russie, à l'autre bout de l'Europe, pour trouver une innocence. Ce long voyage n'enchantait pas particulièrement notre Noé, mais les ordres étant les ordres, il était bien obligé de s'y rendre. Même si c'était loin.

La Russie. Wisely n'y avait encore jamais mis les pieds, mais c'était un pays plutôt agréable pour effectuer une mission. Les températures n'étaient pas pour le déranger et son statut de Noé le protégeait d'une quelconque maladie. C'était un pays assez sympathique, bien que trop vaste et éloigné du reste du monde. C'était d'ailleurs bien dommage que sa situation soit si peu stratégique pour que le Comte n'ait pas jugé utile d'y ouvrir une porte de l'arche ailleurs que dans la capitale. Wisely pouvait utiliser l'arche pour se rendre à Moscou, mais devait ensuite prendre le train pour rejoindre Saint-Petersbourg, n'ayant pu trouver Road  pour qu'elle lui ouvre un passage dimensionnel. Le train. Lui qui avait le bruit et la foule en horreur, devait traverser le plus grand pays d'Europe à bord d'un transport en commun qui crachait de la vapeur. Avec pour seule compagnie un Akuma, qu'il retrouverait d'ailleurs certainement à bord. Gamako n'était pas du voyage. Wisely n'avait pas eu le cœur d'infliger cette traversée au petit animal, qui était donc resté dans l'arche. Mais il commençait à regretter sa décision. Le batracien lui manquait et s'il avait été là, la foule qui se pressait sur le quai lui aurait presque paru plus supportable. Presque.

Le train avait du retard. Wisely espérait fortement que ce ne soit qu'une affaire de minutes, le bourdonnement incessant des pensées de toutes les personnes présentes sur le quai commençait à le fatiguer. On pouvait vraiment trouver de tout, dans cette foule qui pullulait de tous les côtés. Une jeune demoiselle piaffait d'impatience à l'idée de revoir son fiancé, resté à Saint-Petersbourg. Un homme d'âge mûr s'y rendait pour son travail. Il y avait aussi une mère exaspérée par ses deux enfants, qui ne tenaient pas en place. Un homme s'inquiétait de la fidélité de son épouse, alors que celle-ci se demandait quand elle pourrait revoir son amant. Plus loin, une bourgeoise, parée de bijoux tous plus chers les uns que les autres, s'affolait de la perte de l'une de ses valises. Wisely avait la tête pleine de ces histoires banales, sans intérêt, et tout simplement ridicules. Mais il y avait une conscience qui détonnait dans ce tourbillon de pensées parasites. Quelqu'un qui connaissait visiblement le Comte Millénaire, pour lui avoir parlé récemment à propos d'une certaine recherche d'innocence. Quelqu'un qui vivait depuis longtemps dans un corps qui n'était pas le sien. Wisely avait trouvé l'Akuma qui partait avec lui à Saint-Petersbourg.

Ils étaient censés, du moins d'après ce qu'Adam lui avait dit, se retrouver directement dans le train. Mais personne -Et surtout pas lui- ne s'était donné la peine d'arranger leurs horaires. Mais ce n'était pas plus mal ainsi, cela leur ferait gagner du temps. Wisely suivit l'Akuma des yeux. Celui-ci regardait l'heure, attendant avec impatience que le train entre en gare. Le Noé pouvait le comprendre. Lui-même prenait son mal en patience. Heureusement, la machine à vapeur ne tarda pas plus et finit par arriver, dans le vacarme infernal des roues qui crissaient contre les rails. Le train s'arrêta et l'incarnation de la sagesse monta à bord en même temps que les autres passagers, regrettant une fois de plus l'absence de portail de l'Arche dans la ville où était supposée se trouver l'innocence. Wisely fit particulièrement attention à ne pas perdre de vue l'Akuma. Hors de question de fouiller tous les wagons pour le retrouver. Et s'il pouvait lui expliquer ce qu'il attendait de lui pour la mission pendant le trajet, ils seraient plus efficaces une fois sur place. Ce qui n'était pas négligeable, puisqu'ils finiraient la mission plus rapidement.

Autrement dit, Wisely se retrouva bientôt dans le même compartiment que l'Akuma, assis juste en face de lui. Il n'avait pas vraiment eu le temps de l'observer sur la quai, aussi ne se gêna-il pas pour le faire en attendant que le train quitte la gare. Avec sa peau et ses cheveux d'une blancheur presque maladive, on pouvait dire que l'albinos attirait l'attention. Presque autant que lui avec son turban et l’œil démoniaque greffé sur son front. Wisely était presque certain que son compagnon de voyage portait des lentilles de contact. Cela n'avait pas une grande importance, mais il aurait été curieux de pouvoir contempler les iris sanguins de l'Akuma. Ce n'était pas une couleur très habituelle, mais c'était peut-être aussi ce qui la rendait si fascinante. Peut-être en aurait-il l'occasion plus tard ?

La porte du compartiment s'ouvrit brusquement pour laisser le passage à une femme, chargée d'une énorme valise et suivie de deux enfants, qui n'avaient d'ailleurs pas cessé de se chamailler depuis que Wisely les avait aperçus sur le quai. Leur mère adressa un petit sourire d'excuse à Wisely lorsqu'elle manqua de lui écraser le pied avec sa valise. Elle batailla encore quelques minutes pour faire rentrer ses bagages sur le compartiment en hauteur prévu à cet effet, puis s'assit à côté de l'Akuma, alors que ses deux adorables bambins prenaient place sur la banquette du Noé. Le silence qui régnait avant leur arrivée paraissait déjà bien loin.

Spoiler:
 



Spoiler:
 
L'Incarnation de la Sagesse ♠

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Gagner la guerre Sainte, et revoir sa jolie bohème
Aime:
N'aime pas: avatar
Wisely KamelotL'Incarnation de la Sagesse ♠
"Qu'importe aux cœurs unis ce qui change autour d'eux ? "

♥️ ♥️

Merci Nina !

Wisely lit tes pensées en #9999cc

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 291 ▐ Autres Comptes : Basile Armand
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Menteur - Manipulateur - Irresponsable - Paresseux - Indiscret - Peu motivé - & more
▐ Parcours RP : 1030 points

RANG C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Lun 28 Oct - 14:15


Une fois le train en marche, s'élançant, sifflant et filant vers l'horizon, je m'autorisai à m'installer , retirant écharpe, chapeau et manteau, que je déposais, avec la malle de cuir marron contenant mes affaires, à l'emplacement désigné, au dessus de mon siège. Je fis cela en silence, isolé dans une bulle, déconnecté du monde. Ni les cris d'enfants brailleurs, ni les injures russes proférées avec rage, suite à une collision entre un genou et une valise ne pouvaient transpercer cette armure mentale dans laquelle je m'étais enveloppé, pour échapper à la cacophonie ambiante. Il n'y a pas de meilleur refuge, que celui en soi. Sans m'importuner de saluer mes voisins de siège, ni même de leur accorder un quelconque regard, je me glissais confortablement dans mon siège, me préparant mentalement à affronter le voyage.
J'avais pris le soin cependant de retirer de la poche intérieure de mon manteau, le petit coffret noir où je rangeais mes lunettes, ainsi qu'un livre à la reliure abîmée et dont le cuir semblait avoir subi les dégâts de l'eau. Le journal intime de Sirius. Un carnet de bord en fait. Des croquis, un herbier, des pages éparses de romans arrachées, des articles de presses découpés à la va-vite et jeté dans cet espèce de pêle-mêle, ce capharnaüm de papiers froissés.  Sirius y ajoutait parfois des petites annotations, ou alors des pages entiers d'écritures. Il possédait une multitude de ces carnets, certains entièrement noircis, d'autre, dont les pages étaient presque vierges, à peine souillée de quelques timides croquis. Relire ces carnets, c'était comme faire revenir le souvenir de Sirius à la vie. Ses petites notes, ses commentaires sur le quotidien. On retrouvait dans ses mots son caractère taquin et cynique, sa chaleur, son obstination, sa grandeur... Ce tout qui fait que je l'aime tant. Tout ce qui fait que son absence me déchire le cœur. Relire ces carnets, c'était une douce drogue, une réminiscence du passée. Parfois, je retombais sur des croquis de l'ancien moi. De cette personne, qui était pleinement Scar. Mon cœur se serre, face à ces portraits. Parfois, je réalise tout ce qu'on a perdu, toi et moi. Tout ce bonheur qui nous a filé entre les doigts, sans qu'on comprenne vraiment ce qu'il s'était passé. C'est triste.
Le paysage russien continuait à défiler. J'enlevai mes lunettes teintées, pour dévoiler un regard bleuâtre. Des lentilles de contact en verre. Guère très agréables. Ils dissimulaient le regard sanguin qui était le mien. Question de sécurité, quand je m'aventurais en terres inconnus. J'attirais déjà suffisamment l'attention comme ça, avec ces cheveux couleur neige. Et cela devenait pire quand les autres croisaient le carmin de mes pupilles. Quoiqu'au fond, cela ne me dérangeait pas tant que ça. Tant mieux si je leur faisais peur. Tant mieux s'ils s'écartent sur mon passage. Si ça me permet de ne pas sentir leurs contacts impurs sur ton corps... Mais bon. Ces lentilles étaient plus là pour des... hmm.. raisons de sécurité. On ne sait jamais sur quels fous on peut tomber. Sur quels trafiquants du marché noir. Je les avais déjà vu, ces globes oculaires baignant dans du formol, dans des cabinets de curiosité bourgeois. Ces amateurs d'occultes à deux sous, qui collectionnaient dans leur salon des pièces rares et morbides... Plus la pupille était rouge, plus le globe se vendait cher. Je tournai mon regard vers la vitre, vers le paysage grisâtre qui défilait tranquillement. Cela me peinait légèrement d'ainsi modifier ton corps. Ça en devient encore plus perturbant, quand je croise mon regard dans la glace. Car c'était ce regard bleu fade et écœurant qui me scrutait en retour.  Mais bon. Plutôt ça que d'être mutilé... Enfin diantre. Qu'elles étaient inconfortables ces lentilles... Un énième soupir s'échappa de mes lèvres.
J'ouvris le coffret noir, et glissai mes lunettes sur mon nez, avant d'ouvrir précautionneusement le carnet de Sirius, et me mis à lire, bercé par le ronron du train, toujours isolé du monde ambiant.

_________________________


Les yeux endoloris par les lentilles de verre, je déposais le carnet de Sirius sur mes genoux, avant de doucement frotter mes paupières après avoir retiré mes lunettes. Mes yeux étaient las de la lecture. Je sortis ma montre à gousset de la poche interne de mon veston, et l'examinai un quart de seconde. Nous n'étions pas encore prêt d'être arrivé. Pour tout dire, nous avions fait qu'un quart d'heure de trajet. C'était désespérant. Et mes yeux n'étaient que souffrance. Satanées lentilles. Ma vision était troublée à cause de la sècheresse de mes pupilles. Ce voyage s'annonçait décidément être un véritable calvaire. Je fermai les yeux, afin de tenter de les soulager un peu, et laissai mon esprit divaguer.

Ce qui est drôle, entre guillemets, avec le Comte c'est l'obscurantisme dans lequel où abandonnait, moi et mes pairs, dès qu'il était question d'une mission. Les informations capitales ne nous étaient jamais confiées. Nous étions simplement baladé, d'un point X à un point Y, et devions nous jeter voracement sur la cible désignée. Point à ligne. Comprendre le pourquoi du comment ne nous étant pas indispensable, nous en étions carrément privé. Des pions aveugles sur un maudit échiquier. Devoir obéir sans se poser de question. Peut-être parce que nous étions considéré comme trop faible, pour parvenir à récupérer une innocence de nous-même. Faiblesse d'être niveau deux. Ceci expliquant notre dépendance aux Noés, auxquels nous devions obéir comme des chiens, dans le seul but de récupérer l'innocence. Puisque que sans eux, nous ne pouvions deviner où elle se trouve. Un soupir s'échappa de mes lèvres pâles. Le pire dans l'histoire, c'est que ce cher Comte n'avait pas jugé utile non plus de m'indiquer comment allais-je retrouver le Noé chargé de cette mission. Il avait dit que cela n'était pas la peine.
A croire que par un fabuleux tour du destin, il allait me tomber dessus. Je n'avais plus qu'à attendre. Ou agir de moi-même, si l'occasion s'en présentait. Récupérer cette innocence tout seul. Et rentrer chez moi. Cette dernière option, qui certes, semblait utopique, était de loin celle que je préférais. Mais quelle est la probabilité que l'innocence tombe droit sous mon nez ?... Hmm, pas besoin de faire de savants calculs pour savoir qu'elle était proche de néant. Je n'avais jamais été un garçon très très chanceux dans la vie.

J'étais plongé dans cet état, à mi chemin entre conscience et sommeil, perdu quelque part dans mes pensées. Cherchant un peu de sérénité dans mon cœur. Mais je fus brusquement réveillé par un coup de pied qui me frappa au niveau du genoux. J'ouvris brusquement les yeux pour avoir, sur la banquette d'en face, deux jeunes garçons qui se battaient pour l'appropriation d'un jouet. Ils s'empoignaient, et se donnaient mutuellement des coups de pied. D'où le pourquoi du comment du coup de pied qui avait atterris sur mon genou. Cette scène me mit dans une rage folle. Je me tournai vers ma droite, où un regard désolée et infiniment résigné me fixait. Je lui rendis un regard froid et pleins de fureur. Je ne pouvais pas supporter une quelconque agression faîte à son corps. Personne n'avait le droit d'oser. Mes doigts se crispèrent sous la colère. Mon sang bouillonnait, comme à chaque fois que j'étais pris dans l'étau de la colère.

« Un peu de sévérité ne leur ferait pas de mal, Madame. Loin de là. Cela évitera qu'ils aient un comportement digne de celui d'une bête en public. »

Je plantai mon regard dans le sien, m'assurant que le message était bien passé. Sa lèvre inférieure trembla, tandis qu'elle me fixait d'un regard mal assuré et effrayé. Un rictus de haine tordit ma bouche, et je la fusillai une dernière fois du regard avant de me détourner d'elle. Je n'avais pas plus de temps à lui accorder. Regardant droit devant moi, je me retrouvais face à un personnage qui avait été relativement discret depuis le début du voyage, et auquel je n'avais guère prêté attention. Aucun mot n'était sorti de sa bouche. Cependant, discret n'était pas le mot que j'emploierai pour décrire son physique. Turban. à rayures enroulé autour de la tête. Et ce regard, pénétrant et perçant, comme s'il raclait au fond de mon âme. Il n'avait pas les trois yeux supplémentaires sur le front, mais c'était lui.
Wisely.
C'était la description qu'on lui en avait fait. Le Noé que je cherchais, était à priori assis juste devant lui. Alors. Était-ce grâce à une soudaine chance, qui avait fait que par un fabuleux hasard qu'il se retrouvait sur la banquette d'en face ? Non. Mon quota de chance continuerait à fluctuer au niveau du néant. Les pouvoirs de Wisely me revinrent en mémoire. Il était clairement plus facile de retrouver quelqu'un dans une foule, si on pouvait le traquer, le pister à l'aide de ses pensées. Les paroles du Comte prenaient tout leur sens.
Alors, ainsi il m'épie depuis tout ce temps ? Quel effet cela doit-il faire, d'ainsi scruter dans les moindre recoins, même les moins reluisants l'esprit de quelqu'un ? D'entendre toutes ces pensées futiles et dérangeantes... Une agonie. J'éprouvais un sentiment proche de ce qu'on pourrait appeler de l'empathie envers ce cher Wisely. Lui aussi devait détester les foules.
Sans frémir à l'idée d'avoir l'intimité de mon esprit ainsi bafoué, j'adressai un salut mental à  Wisely, tout en plantant mon regard délavé dans le sien, avant d'esquisser un sourire sans joie. Ce fut à ce moment là que le train plongea dans un tunnel, nous laissant momentanément dans l'obscurité, le temps que les lumières fixées au plafond daignent s'allumer. Ce qu'elles ne firent pas, déclenchant une vague de cris d'effrois au sein du wagon.
 
:: La Muse Déchue ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Scar L. Heselton:: La Muse Déchue ::




Triste Machine.


Nínalove ♥️. pour l'avatar.

:scar:


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 115 Masculin
▐ RPG Age : Je ne compte plus.
▐ Personnalité : Comptemplative ;
▐ Parcours RP : En cours ;
Wisely // Vers l'Inconnu 3 pts
Nína // Venezia 3 pts
Sebastian// Don't look at me 6 pts
Nora //L'appel du Mal 7 pts

Terminé ; Agiki// Please don't be Afraid 12 pts
Intrigue // Chapitre I, la fuite d'Allen Walker 6 pts
Saint-Valentin // Lettres 2 pts
Alexander&Hereata// Parce que l'on récolte ce que l'on sème 8 pts
OS Scénario//Kveðjum 1 pt

Abandonnés ; Lilith //Rire. Son. Cacophonie & Violon 7pts
Alice // Véracité Mensongère 1pts
Raphaëlle// I don't wanna lose control 3 pts

Total = 650+150 = 800pts. Rang .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Lun 24 Mar - 23:20

Vers l'inconnu


Amer savoir, celui qu'on tire du voyage !


Ce voyage promettait décidément d'être bien long. Et dire que le train venait à peine de démarrer.. Wisely attendait déjà avec impatience le moment où le trajet prendrait fin. C'était décidé, jamais plus il ne remettrait les pieds à bord d'un engin crachant de la vapeur, ou d'un quelconque autre moyen de transport. C'était aussi la dernière fois qu'il partait aussi loin à la recherche d'une vulgaire innocence. Adam n'aurait qu'à se débrouiller, ou à envoyer quelqu'un d'autre, la prochaine fois.

Essayant, sans succès, d'ignorer les cris des deux enfant assis à ses côtés, Wisely dirigea son regard vers le paysage qui défilait à travers la vitre. Paysage bien monotone, à vrai dire, puisqu'il n'y avait que des champs à perte de vue. Ses yeux se perdirent dans la grise campagne russe, tandis que son esprit parcourait les méandres de son exceptionnelle mémoire, bercé par la mécanique régulière du moteur de la machine. Que ses souvenirs soient les siens ou bien ceux de quelqu'un d'autre, cela n'avait guère d'importance ; cela faisait bien longtemps qu'il avait cessé de faire la distinction. Les bribes de pensées se succédaient, sans aucune logique. Des visages apparaissaient, pour s'effacer aussitôt et laisser la place à d'autres. Il se souvenait de tous, mais rares étaient ceux qui étaient parvenus à le marquer suffisamment pour ne pas être noyés dans le nombre. Pourtant, se trouvait tout de même parmi eux un visage qu'il n'aurait voulu oublier pour rien au monde, et dont le souvenir étira ses lèvres en un léger sourire.

Décidément, où qu'il aille, la jolie Française ne semblait pas pouvoir quitter ses pensées.

L'espace d'un instant, un éclat de nostalgie traversa le regard doré de Wisely. Il n'avait pas revu la jeune bohème depuis qu'il avait disparu, sans dire un mot, la nuit de sa réincarnation. S'il n'avait pas hérité de la sagesse de Noé, serait-il encore à l'heure actuelle à Londres, avec elle ? ... Sans doute pas. Il n'était pas sans savoir que, depuis leur rencontre dans la capitale Anglaise, la jeune fille avait rejoint la congrégation de l'ombre. Après coup, il réalisait que c'était sans doute son but, même à l'époque. Avant, cela n'aurait pas vraiment posé problème ; mais ce n'était plus le cas désormais. Comment pouvait-il seulement envisager de reprendre contact avec une exorciste ? Il faudrait qu'il le fasse dans le dos de sa famille, ou cela passerait inévitablement pour un acte de trahison. Et Wisely n'avait guère envie de se retrouver dans la même position que le quatorzième. Il avait tout à perdre à partir à sa recherche.

S'enfonçant dans son siège, le Noé laissa échapper un discret soupir. Il n'était pas bon de trop songer au passé. Elle avait beau lui manquer atrocement, dans les moments comme celui-ci, il ferait mieux de se faire à l'idée qu'il ne la reverrai sans doute jamais. Et que c'était sûrement mieux ainsi. Il n'allait pas tout gâcher pour un souvenir. C'était tellement évident, et pourtant..
Pourquoi avait-il autant de mal à se faire à cette idée ?

La voix de l'Akuma qui lui faisait face finit cependant par le tirer de ses pensées.

« Un peu de sévérité ne leur ferait pas de mal, Madame. Loin de là. Cela évitera qu'ils aient un comportement digne de celui d'une bête en public. »

Le Noé esquissa un sourire, amusé. Cet Akuma semblait pour le moins.. divertissant. Il restait une machine sans âme, ou presque, mais il avait le mérite de ne pas lui taper sur les nerfs. Et pour se coltiner jours après jours une Akuma personnelle insupportable, Wisely savait apprécier cette qualité à sa juste valeur.

C'est alors que l'Akuma tourna la tête, et que ses yeux bleus délavés se plongèrent dans les siens, dorés. Parfait, il l'avait reconnu, et sans que le Noé au turban n'ait eu besoin de se manifester. L'Akuma paraissait à première vue loin d'être idiot, et trouvait en cela un peu de grâce aux yeux de l'incarnation de la sagesse. Aucun mot n'avait encore été prononcé. Cette atmosphère silencieuse convenait très bien à Wisely, et il semblait en être de même pour son acolyte. Ils n'avaient après tout pas grand chose à se dire, ils étaient seulement deux inconnus réunis par un objectif commun, à la recherche d'une innocence pour le Comte Millénaire.

Son partenaire d'un jour esquissa un maigre sourire, et le train s'engouffra dans un tunnel. Rien d'anormal jusque là. En revanche, ce qui l'était plus, c'était la durée bien trop longue que mettaient les lumières du wagon à s'allumer. Le train était plongé dans l'obscurité, et il n'en fallait pas plus pour déclencher une vague de panique parmi les passagers. Le Noé laissa échapper un gémissement, à la fois à cause de la désagréable sensation provoquée par tout ces esprits qui s'affolaient, et de cet imprévu qui l'agaçait sérieusement. Il avait horreur de ne pas pouvoir prévoir la suite des événements.

" Qu'est-ce que c'est que ça, encore.. " soupira-t-il, tout en se levant de la banquette.

La possibilité d'une simple panne de courant n'était pas à exclure, mais on ne perdait rien à être prudent. Wisely n'avait guère envie de se retrouver pris dans une quelconque ambuscade, quand bien même s'en sortir ne serait qu'une formalité. Il n'avait pas que ça à faire, zut.. Et d'ailleurs, pourquoi était-ce toujours lui que l'on envoyait sur le terrain ? Ce n'était pas son domaine, il était loin de faire parti des combattants. Le Comte devait vraiment manquer de main-d'oeuvre..

Bon. Il se doutait bien que les lumières ne s'étaient pas éteintes toutes seules, mais que pouvait-il y faire ? Le compartiment était plongé dans le noir, et rejoindre l'avant du train était inenvisageable à la vue de l'agitation qui régnait parmi les passagers. De toute façon, la lumière reviendrait lorsqu'ils sortiraient du tunnel. Il n'y avait pas là de quoi s'inquiéter. Le Noé reprit sa place sur son siège, restant cependant sur ses gardes, à l'affût du moindre élément suspect.

Heureusement, sa prédiction se révéla exacte, et le train parvint seulement quelques secondes plus tard au bout du tunnel. Mais ce que le Noé n'avait pas prévu, c'était la brutale secousse qui suivit, faisant trembler le wagon tout entier. Oubliée la panne d'électricité, tout cela n'avait définitivement rien de normal. Une attaque ? Possible. Mais de quoi ? Ou plutôt, de qui ? Ça, il n'allait sans doute pas tarder à le découvrir..

" Suis-moi. Je vais voir de quoi il s'agit. " lança-t-il à l'Akuma qui l'accompagnait.

Et joignant le geste à la parole, Wisely tenta de se frayer un chemin parmi les passagers, laissant derrière lui les deux enfants et leur mère, qui tentait tant bien que mal de les rassurer. L'angoisse était presque palpable, au sein du wagon. Certains n'avaient pas osé bouger de leur place, tandis que d'autres, comme lui, se dirigeaient vers l'avant du train, en quête d'explications.

Malheureusement, l'Anglais ne parvint pas jusqu'à la porte. Un petit attroupement s'y était déjà formé, et la conclusion ne s'était pas fait attendre. La porte était fermée à clé, et impossible de l'ouvrir. Ils étaient donc coincés ici, sans aucune idée de ce qu'il pouvait bien se passer à l'avant.. Merveilleux. Le Noé se tourna vers son compagnon, pour lui lancer un regard quelque peu blasé, qui reflétait bien le fond de sa pensée.

C'est alors que le train commença à ralentir, mais sans pour autant s'arrêter. Tout cela était de plus en plus étrange.. Finiraient-ils tout de même par arriver à Saint-Petersbourg ?


Spoiler:
 





Spoiler:
 
L'Incarnation de la Sagesse ♠

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Gagner la guerre Sainte, et revoir sa jolie bohème
Aime:
N'aime pas: avatar
Wisely KamelotL'Incarnation de la Sagesse ♠
"Qu'importe aux cœurs unis ce qui change autour d'eux ? "

♥️ ♥️

Merci Nina !

Wisely lit tes pensées en #9999cc

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 291 ▐ Autres Comptes : Basile Armand
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Menteur - Manipulateur - Irresponsable - Paresseux - Indiscret - Peu motivé - & more
▐ Parcours RP : 1030 points

RANG C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Mer 4 Juin - 15:47
Je n'osai même pas imaginer la cacophonie dans la tête de Wisely à cet instant. Je les entendais gémir d'effroi autour de moi. Tout ça, pour des lumières s'étant éteintes... Bon dieu. La peur du noir avait beau être un minimum rationnelle, puisque la vue était le sens le plus utilisé chez l'Homme, mais quand même... Un peu de retenue ne ferait pas de mal. Céder à la panique n'arrangeait aucune situation. Au contraire, cela l'aggravait.

Une brusque secousse agita le wagon, nous projetant contre nos sièges comme de vulgaires pantins, tandis que le train était encore dans le tunnel. Décidément, ce trajet n'allait pas s'annoncer de tout repos.

Wisely s'était levé, un soupir s'échappant de ses lèvres. Je fis de même à mon tour, comme un bon chien suivant fidèlement son maître. Ma propre attitude me dégoutait, mais mon instinct me poussait à être serviable avec eux. L'instinct de survie. Je l'avais bien compris, à force. En voyant mes «camarades» s'auto-détruire selon les désirs de nos cruels maîtres. Nous n'étions rien à leurs yeux. Cependant, ma condition s'était améliorée, depuis que j'étais devenu l'Akuma personnel de Nína.
Je me levai docilement, le suivant sans piper mots. Les mots avaient-ils une quelconque  utilité en présence de Wisely ?
Nous nous frayâmes un chemin à travers le wagon, écartant de notre passage les bonnes femmes effrayées. Je détestais cette atmosphère. Cette panique, cette moiteur... Leur angoisse me collait à la peau. Souillure.
Arrivée à la tête du wagon, nous fûmes dépité de trouver la porte fermée à clef... Trop facile, sinon.
Le regard blasé que dardait Wisely sur moi m'inspirait un sourire narquois. Voilà donc la fin de notre quête ? Arrêtés par une simple porte ? Je me faufilais devant Wisely, testant à mon tour la poignée. Fermé. Je ne voyais plus qu'un moyen. L'idée d'employer le corps de Sirius comme un outil, ainsi me rebutait quelque peu. Mais c'était mieux que de devoir rester ici, parmi cet attroupement. Le train perdait de la vitesse, semblant sur le point de s'arrêter, ou presque... Pourtant, la fin du tunnel n'était toujours pas en vue. Etait-ce une attaque des exorcistes ?
Sous l'assault de coups d'épaule solides, qui laisseraient sûrement un bleu sur ma chair délicate, la porte du compartiment finit par céder, dévoilant le compartiment suivant, lui aussi plongé dans les ténèbres. Les passagers de ce compartiment étaient tout aussi effrayés que celui du notre, et personne ne semblaient savoir quoi que ça soit.
Nous n'avions croisé aucun contrôleur de quelque sortes... Le personnel du train était introuvable. A vrai dire, je n'avais même pas le souvenir d'en avoir croisé un...

Un choc, encore plus violent que le précédent, arrêta définitivement le train, dans un grincement sinistre. La violence du choc me fit basculer vers l'arrière, et je me rattrapai comme je pouvais à un siège, pour éviter de chuter. Je jetai un regard vers l'arrière, m'assurant de la présence de Wisely.

« Je doute qu'il s'agisse d'exorcistes, mais nous ne sommes jamais trop prudent... Nous devrions aller jusqu'à l'avant du train, jusqu'à la locomotive... Ce train est étonnement vide de personnel, qui n'a donné aucun signe de vie... Qu'en pensez-vous ? »

Le tutoiement hypocrite, la fausse question. L'habitude de se soumettre aux ordres. De se plier à leur volonté.
Je ne voulais tout simplement pas rester ici, dans ce foutu train à attendre que les choses se passent. Mais bon. Je devais suivre les ordres, ou du moins, faire semblant de les suivre. Question de survie.
L'innocence devait être dans le coin. Quel étrange hasard. Moi qui pensait la trouver à St-Pétersbourg... Mais bon. Disons que le hasard fait fort bien les choses. Et plus vite cette maudite innocence serait entre nos mains, et détruite de celle de Wisely, mieux je me porterai... Et s'il était possible qu'il n'y ait aucun combat, cela me ravirait d'autant plus...
:: La Muse Déchue ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Scar L. Heselton:: La Muse Déchue ::




Triste Machine.


Nínalove ♥️. pour l'avatar.

:scar:


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 115 Masculin
▐ RPG Age : Je ne compte plus.
▐ Personnalité : Comptemplative ;
▐ Parcours RP : En cours ;
Wisely // Vers l'Inconnu 3 pts
Nína // Venezia 3 pts
Sebastian// Don't look at me 6 pts
Nora //L'appel du Mal 7 pts

Terminé ; Agiki// Please don't be Afraid 12 pts
Intrigue // Chapitre I, la fuite d'Allen Walker 6 pts
Saint-Valentin // Lettres 2 pts
Alexander&Hereata// Parce que l'on récolte ce que l'on sème 8 pts
OS Scénario//Kveðjum 1 pt

Abandonnés ; Lilith //Rire. Son. Cacophonie & Violon 7pts
Alice // Véracité Mensongère 1pts
Raphaëlle// I don't wanna lose control 3 pts

Total = 650+150 = 800pts. Rang .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Vers l'Inconnu ; { Wisely }
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] passage version 2.1 update 1 vers froyo
» [REQUETE] Captures d'écran du HD2 vers PC
» Vers le monde féérique de Sabine Hoffner-Begel
» [REQUETE] Transfert contacts vers HD sans Outlook
» [AIDE]Transfert mails Free vers HD2

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Russie-
Sauter vers: