Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Sam 14 Juin - 14:35

Souvenirs


" Tout grandit en se changeant en souvenirs. "


35 ans en arrière,
Quelques temps avant la mort de Néah.

Moi même je ne savais pas vraiment ce qui avait pu me mener jusqu'ici, si loin de chez moi. Encore et toujours, les ordres du prince m'avaient mené à la poursuite d'une innocence, d'un compatible qui s'était retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. La Norvège n'était pas un de mes lieux de prédilection, surtout pas sous la neige ; mais comme à chaque fois, j'allais où je devais me rendre.


Tel un animal marchant dans la neige, les pas du jeune Walker laissaient des traces, reliques d'un chemin connu par lui seul qui finiraient très rapidement cachés par les flocons tombant du ciel. Si une chose était sûre avec ces pays du Nord-Est de l'Europe, c'était que leurs hivers étaient aussi mordants que le plus enragé des loups. Paré d'une veste chaude fermée jusqu'en haut, seul des rubans rougeâtres dépassaient pour se laisser planer au grès du vent glacial de Trondheim.

Cette petite ville - qui au final n'avait de petit que le nom - semblait aussi froide que toutes les contrées alentours, tout en dégageant une chaleur humaine que le Noé se désespérait à comprendre. Quand bien même les sols étaient gelés et les chaumières habitées par des feux au bois sec et rare, les habitants gardaient le sourire et continuaient de vivre comme si l'été était présent. Malgré les larmes d'oiseaux gelées qui tombaient d'au dessus des nuages pour s'écraser sur le sol, rien ne semblait capable d'arrêter ces gens. Même si leurs terres était de glace, leur cœur, lui, était un astre incandescent. Mais ce n'était pas avec ces gens là que Néah devait avoir affaire ; il leur adressait des sourires, quelques mots, puis passa sa route.

Ses pas le conduisirent alors hors de la ville, car là où il n'y avait pas d'Akumas, il n'y avait pas d'innocence. La ville était bien trop paisible pour finir détruire sous les tirs de ces monstres et de cela, même l'anglais en était conscient.

Son golem à la taille imposante et à la mâchoire capable de tout briser voletait dans les airs, évitait les flocons de neige comme si sa vie en dépendait avant d'en attraper quelques uns dans sa gueule. Si on pouvait trouver qu'il n'y avait rien de plus paisible que le vol d'un oiseau, celui de Timcampy avait de quoi vous donner le tournis. Cependant, quelque chose finit par attirer l'attention de la créature qui, sans se faire prier, retourner auprès de son maitre comme si le diable était à ses trousses.

" Tu as entendu quelque chose ? "

Le petit animal doré s'agite sur l'épaule de son maitre, de l'une de ses frêles mains, il désigne la forêt dense entourant les terres de Trondheim. Le descendant de Noé, lui, sent cette menace qui rode dans les sous-bois, ces âmes déchirées au cœur enchainé : des Akumas. Mais il n'y a pas seulement ces horribles monstres du prince qui se cachent ci-bas, il y a.. autre chose, une chose bien différente à leur monde, un parfum de danger et de mort pour des créatures des bas-fonds comme eux et Néah : un compatible. Les pas de la Destruction finirent alors par le mener sur les traces de cet être pour le moins intriguant. Rencontrer un porteur d'innocence, c'était faire face à la mort en personne pour quelqu'un comme le jeune Walker.

Cette forêt était dense, bien plus que la plupart des forêts occidentales. Le calme y régnait mais, en même temps, il était perturbé par des bruits environnants, que ce soit l'eau ruisselante d'un lac à proximité, le chant des oiseaux ou le murmure des arbres. Un vacarme si reposant qu'il en devenait silence. Une détonation se fit alors entendre, brisant avec elle la sérénité des lieux. Était-ce déjà la fin pour cet exorciste ?

D'un calme alarmant, le descendant de Noé finit par arriver au détour d'une clairière, où les Akumas du Comte Millénaire faisaient face à un pauvre gamin. Quel âge avait-il ? Pas plus de dix ans, sans doute. Était-ce lui, le monstre que cherchaient les créatures sphériques au visage figé d'horreur ? Ils étaient nombreux, sans doute ne tiendrait-il pas longtemps face à ces armes meurtrières, même avec toute l'expérience du monde. Durant de longues secondes, Néah resta là, à l'observer, silencieux.

Le glas allait-il sonner pour ce petit homme ?

HRP:
 


I’ll keep on walking.
My left I give you to the Akuma. My right I give you to the humans. Both are a part of me. And equally important. So neither side be disappointed. Humans as well as Akuma will be saved!
   
† Le Destructeur du Temps †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Allen Walker† Le Destructeur du Temps †
Compte lié à celui de Néah D. Campbell.

" Il faut aller de l'avant,
Et manger des sangsues par le derrière. "


♥️ Allen x Kanda ♥️


Allen exorcise en Darkred

http://i.imgur.com/zUGJQMO.gif
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 485 ▐ Autres Comptes : Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans.
▐ Personnalité : Facile à connaitre non ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Ven 11 Juil - 0:27


“ Korrigans ? „



Sköll n’abandonnera jamais sa poursuite. L’astre du jour, cependant, n’aura de cesse de lui échapper. Et comme chaque matin, la chasse reprendra dès qu’Hati, le chasseur nocturne, aura laissé place à son Frère. Insensible à la traque du Loup Blanc, c’est dans la lumière d’une aube nouvelle que je marche, petite silhouette drapée du manteau immaculé de la neige. Car, enveloppé du Voile, ce dernier se confond avec la poudreuse tant leur deux blancheur sont identiques. Néanmoins, mon Innocence est une maigre protection face au froid mordant de la Norvège – même s’il n’a rien à envier à son cousin islandais. Les doigts serrés sur le tissu divin, je suis malgré moi secoué de grelottements. Le froid est comme un inconnu, ici. Alors qu’en Islande, il est ce vieil « ami » dont la présence est devenue habituelle et qui nous manque quand elle disparait trop rapidement. Il est le compagnon de voyage de tout vagabond et le premier auditeur des conteurs, l’ami des âmes errantes, le gardien d’un foyer. Il emprisonne nombre de choses et ne les libère qu’aux premiers rayons du printemps. C’est un voleur plutôt serviable, mais aussi un cruel assassin. Si les mythes de mon peuple ne lui avaient pas déjà donné un nom et une apparence, j’aurai, moi, imaginé un chien-loup ; il marcherait à mes côtés, vers Trondheim, tranquillement. Et mes pas ne seraient pas seuls. Je ne tracerai pas deux sillons solitaires dans la neige. J’aurai une agréable compagnie. Fidèle mais Sauvage.

Mais en attendant, je suis seul, quoi que je fasse. Dire que je n’en souffre pas serait mentir. Tout enfant craint la solitude. C’est un vide aussi bien dans le cœur que dans l’esprit, comme un sentiment de rejet. Un gouffre qu’aucun pont ne peut totalement enjamber, même lorsqu’on devient adulte. Malheureusement, avec le temps, elle devient autant une alliée qu’une ennemie. Nous en faisons, par dépit, notre confidente, et elle est la gardienne de nos secrets car on sait qu’elle est la seule qui ne révélera rien. Une tristesse et une souffrance que je ne souhaite à personne. Car la différence est bien souvent le prologue des chapitres de solitude. Et tout être un peu trop seul est malheureux.

Et moi, Siríus, suis malheureux à la Congrégation de l’Ombre.

Bien que j’aie Hillingar avec moi, on aura beau dire ce qu’on veut, un Voile, même divin, n’est tout de même pas bien … Expressif. Néanmoins, je le sais réceptif et compréhensif. C’est ironique : ma seule amie est mon Innocence. Une arme.

Portée par le vent, une nuée de flocons me passe devant les yeux et me tire de mes noires pensées. Je les observe exécuter un ballet, danseurs intrépides et un peu hasardeux. Et l’Ami que je dois à-nouveau apprivoiser me rappelle que je dois me hâter si je veux atteindre rapidement Trondheim et un repas chaud. Et qu’il n’hésitera pas à me tuer si je m’égare en cours de route. Mes lèvres laissent apparaître un pauvre sourire. Je juge nécessaire d’un peu plus serrer Hillingar contre moi et continue ma marche d’un pas décidé.

L’Ordre m’a demandé d’explorer les environs de la ville à la recherche d’une Innocence. Mais jusqu’à maintenant, je n’ai rien vu qui sorte de l’ordinaire. Les sapins sont toujours les mêmes, la neige et les rochers aussi. De plus, je n’ai pas cet étrange frisson qui me parcoure l’échine lorsque je suis en présence d’un compatible ou d’un cristal divin. Je n’ai pas l’habitude de faire de hâtives conclusions, mais je doute qu’il y ait quoi que ce soit de bien intéressant dans les parages … Sauf moi. Un Exorciste isolé est une proie facile. Et Odin sait à quel point les Akumas adorent ça, surtout quand le soldat en question est un enfant. Ils ne feront preuve d’aucune pitié et frapperont pour tuer avec d’autant plus de violence.

Malgré moi, je frisonne. Mais pas de froid, cette fois. La peur commence à s’insinuer dans mes tripes et une boule se forme dans ma gorge. Ca me pousse à aller un peu plus vite.

Me faire surprendre ici est tout sauf désirable.

Le Voile accompagne le moindre de mes mouvements d’un léger froufrou. C’est tout ce que je parviens à percevoir à cause du vent qui souffle à mes oreilles et qui crée une note grave comme la plainte d’un loup pendant que je m’échoue aux abords d’une clairière bordée par un petit bois de conifères. Leurs aiguilles vertes et sombres contrastent avec leur environnement d’un blanc étincelant.

Je fais un premier pas, incertain, assailli par un sentiment dérangeant. Instinctivement, mes doigts se referment un peu plus sur Hillingar. Mes yeux courent d’un bord à l’autre de la clairière lorsque je finis par m’arrêter complètement ; je scrute chaque ombre avec incertitude. Quelques monstruosités m’y attendent certainement. J’ai entendu dire que dans certaines forêts françaises, des créatures facétieuses et sournoises nommées Korrigans se tapissent dans les ténèbres et tendent des pièges aux voyageurs solitaires. Leur proie attrapée, ils l’emmèneraient jouer pour sa vie et sa liberté … Et je suppose qu’il est inutile de préciser que les Korrigans trichent.

Encore une fois, je frisonne.

Sauf que je suis en Norvège, pas en France. Il ne doit pas y avoir de Korrigans dans les parages … Enfin, théoriquement. Mais ça doit voyager, ces bêtes-là … Non ? Relativisons. Si ce ne sont que des monstres mortellement farceurs, j’ai certainement bien moins à craindre qu’une bande d’Akumas … J’entends par là je préférerai mille une fois une tribu de Korrigans à une armée de machines tueuses et diaboliques.

Je prends une grande inspiration et fais un deuxième pas.

Un bruit assourdissant ne manque pas de surpasser la longue plainte du vent. Le balayeur balayé. Je n’ai pas besoin d’énormément de temps pour comprendre que ce sont ce que je redoutais le plus il y a quelques minutes qui me font face … Ou peut-être pas. La brume – toxique – se répand tout autour de moi, d’un gris sale. Et, au-dessus de moi, d’immenses formes sphériques hérissées de canons et agrémentées d’un visage grimaçant. Des Niveaux 1. Beaucoup, même.

Vraiment, j’aurai préféré les Korrigans.

En plus de la morsure du froid, je ressens de la terreur. En un sens, elle est plus dangereuse que le chien-loup, car elle paralyse aussi bien que la glace. Figé d’effroi, je suis incapable d’esquisser le moindre mouvement. Mon esprit me crie de déguerpir, mais mon corps refuse pertinemment de bouger. Je ne suis qu’une simple statue de chair et d’os lorsque l’une des abominations lève un autre canon dans la ferme intention de ne pas me rater, cette fois.

Et lorsque l’urgence de la situation parvient enfin à me faire bouger, c’est pour lever un bras. Le Voile s’envole de mes épaules, claque sèchement dans l’air glacial de ce coin de Norvège et déchire sans mal l’abject brouillard.

Et lorsqu’Hillingar ondule à-nouveau au rythme d’un murmure, il dissimule l’Enfant qui, chimérique, s’évanouit silencieusement ; comme dans un rêve.

Un Apprenti de l’Illusion.
Voilà ce que je suis. Ils l’apprendront à leurs dépends.

Tandis que les mes ennemis demeurent sous l’emprise d’une méprise qui les enragera d’ici quelques secondes, je m’éloigne aussi vite que la haute poudreuse me le permet, en sens inverse, mon Innocence serrée contre moi. Je ne pourrai pas maintenir cette illusion bien longtemps. Ils sont bien trop nombreux.

Un corps que je n’avais pas vu. Ou bien qui n’était pas là auparavant. Mais que je percute violemment dans ma fuite quelque peu désordonnée. Sous le coup de ma surprise, ma concentration vole en éclats.

Le mirage aussi.



Spoiler:
 



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 105 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦️ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦️ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦️ Néah Walker - (50)
(www) ♦️ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦️ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire} ♦️ Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Jeu 17 Juil - 17:57

Illusion


" Qui sème l'illusion récolte la souffrance. "


Ce n'est qu'un gosse et pourtant le voilà déjà au service de son dieu, de leur dieu. Décidément, il était bien cruel d'envoyer de si jeunes brebis se faire sacrifier pour tenter en vain de gagner la guerre. Sans doute ne valait-il pas mieux que toute la foule d'adultes se battant de la même façon que lui, risquant sa vie pour celles d'autres humains.. Non. Du haut de ses quelques années, il valait bien plus dans mon estime que tous ses compagnons d'armes réunis. L'Ordre Noir et ses compatriotes étaient vraiment détestables..


Ce petit exorciste ne tiendrait pas longtemps face à autant d'Akumas, même s'ils étaient tous du niveau le plus bas possible. Combien de temps avant que son petit corps ne finisse parsemé de pentacles noirs ? Cela ne prendrait que quelques secondes, il n'aurait même pas le temps de souffrir. Face à une telle scène, l'apôtre garda un air interdit.

Les monstres faits de mécanique tournèrent leurs canons en direction du petit homme, qui, quant à lui, ne bougea point. Avait-il quelque chose derrière la tête pour agir de la sorte ? Ou était-ce la toute première fois qu'il faisait face aux créatures du Comte Millénaire ? La peur, vieille comme le monde, mais toujours présente, l'avait peut-être tétanisé. Tout ce qu'il fit, fut de lever un bras en direction de l'un de ses assaillants, tandis que le grand morceau de tissu que l'enfant portait jusqu'alors ne finisse par s'envoler.

Que tentait-il de faire ?

En un instant, le brouillard toxique des Akumas fut dispersé, permettant à l'exorciste de respirer convenablement ; puis il disparu de leur vision à tous. Surprit, le descendant de Noé cligna des yeux. Ce voile lui avait-il permit de se rendre invisible ? Malgré la stupeur apparente de l'anglais, ce dernier ne put s'empêcher d'esquisser un fin sourire. Le gamin avait de la ressource ; peut-être verrait-il demain venir. Perdu dans ses pensées et dans ce mirage, il n'avait même pas vu les pas de l'enfant se dessiner dans la neige.

Sans comprendre ce qui avait bien put lui arriver, Néah sentit sa respiration s'arrêter d'un coup, suite à un violent choc subit de plein fouet. Tombant en arrière, mains dans la neige, il lui fallut quelques instants pour reprendre ses esprits. Timcampy, quant à lui, s'était envolé dans les airs dès que son maître avait chaviré, reportant alors son attention vers l'objet de cette chute ; ou plutôt, la personne.

Relevant à peine son regard doré tout en se passant une main glacée sur son front, la Destruction ne put s'empêcher de souffler :

" Ah.. Décidément, un enfant reste un enfant.. "

Dire que l'espace d'un instant, il avait eut pitié de lui ; voilà comment il le remerciait ? Enfin, peut-être que dans sa fuite, le compatible ne l'avait pas vu. Son mirage avait-il donc fait disparaitre tout le monde de son champ de vision ? Allez savoir. En tout cas, une chose était sûre ; tout était revenu à la normale.

" Tu pensais réussir à les fuir, n'est-ce pas ? "

Toujours assit dans la neige, l'apôtre leva l'un de ses doigts en direction de la clairière. Si certains des monstres avaient disparu - sans doute pour partir à la recherche de l'exorciste - d'autres s'étaient montrés plus intelligents et avaient juste eu à attendre que l'illusion ne disparaisse pour reprendre leur traque. Désormais, deux boules d'acier s'approchaient de leur maître Noé, mais également de leur proie.

Un fin soupir s'échappa de ses lèvres.

En apercevant la Destruction, les deux machines se stoppèrent, stupidement. Il ne fallait pas trop leur en demander, ce n'était que des niveaux un. Leur vie s'achèverait sans doute une nouvelle fois d'ici peu, sans doute plus vite qu'ils n'auraient pu l'imaginer. Mais ces choses n'avaient aucune imagination, pas même une conscience.

" Le monde est cruel pour ceux qui ne savent pas s'imposer. " fut la dernière chose qu'il clama alors à l'enfant, avant de se relever.

Le toisant de son regard ambré tandis que Timcampy reprenait sa place sur son épaule, Néah ne bougea pas. Allait-il les combattre, ou fuir une nouvelle fois ?


I’ll keep on walking.
My left I give you to the Akuma. My right I give you to the humans. Both are a part of me. And equally important. So neither side be disappointed. Humans as well as Akuma will be saved!
   
† Le Destructeur du Temps †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Allen Walker† Le Destructeur du Temps †
Compte lié à celui de Néah D. Campbell.

" Il faut aller de l'avant,
Et manger des sangsues par le derrière. "


♥️ Allen x Kanda ♥️


Allen exorcise en Darkred

http://i.imgur.com/zUGJQMO.gif
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 485 ▐ Autres Comptes : Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans.
▐ Personnalité : Facile à connaitre non ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Jeu 7 Aoû - 18:00


“ L'absolu n'aide en rien



Deux éclats d’or m’observent, froids en dépit de leur chaude couleur. Ils m’apparaissent indéchiffrables, mais est-ce vraiment le cas ? Car ils luisent d’une précieuse étincelle de vie et seul l’œil d’un mort reste figé sans qu’on puisse y déceler son âme. Dans le silence glacial, j’ose m’aventurer dans les prunelles de cet inconnu … Et, enfin, je remarque sa peau grise, ainsi que ses stigmates. Serait-ce trop tard ? La peur nourrissant l’adrénaline qui m’a poussé à tenter une manœuvre de fuite franchit un nouveau seuil et s’insinue plus profondément en moi, comme un poison infâme. L’énergie formidable s’enfuit cependant ; et je reste pantelant, incapable de faire le moindre mouvement lorsque, finalement, je comprends.

Je comprends qu’Hillingar sera ma seule alliée.

Posé sur mes épaules, le Voile reste tout de même un bien maigre réconfort face au danger qui me guette. Instinctivement, je serre un peu plus ma sœur entre mes doigts maintenant glacés tandis qu’un puissant désir de m’écarter de cet homme ― si tant est qu’il détienne encore une parcelle d’humanité ― submerge mon âme. Comme le condamné, je n’abandonne pas l’espoir d’une fuite. Alors mon corps se tend et mon esprit cesse de prêter la moindre attention au diable qui me fait face et qui s’oppose certainement à mon envie de survivre un peu plus, tel une barrière inébranlable. Et même si j’amorce un mouvement de recule, je sais que le piège s’est d’ores et déjà refermé. Ils sont mes chasseurs.

« Ah … décidément, un enfant reste un enfant. »

Le timbre de sa voix transperce même le vent et me parvient assez distinctement. Nulle perfidie, nulle cruauté n’est perceptible. Un simple souffle. Ca n’est jamais qu’une constatation. Malgré moi, mon corps cesse tout mouvement et, dans le vent qui rugit autour de nous, j’attends et j’analyse cet être, mon ennemi. Encore une fois, je ne suis pas sûr de parvenir à saisir les fondements de ce soupir.

« Tu pensais réussir à les fuir, n’est-ce pas ? »

Qui chercherait à tenir compagnie à ces abominations ? Ils sèment le désordre et la mort, ils ne sont rien d’autre que les serviteurs d’un mal que toi, Noé, tu incarnes.
Il lève un doigt dans leur direction et, machinalement, je tourne la tête. Deux de ces machines infernales volent rapidement au-dessus de la neige que j’ai foulée en m’éclipsant, non-loin de l’odieux cratère que leur projectile a creusé. Mes doigts serrent plus fort encore l’étoffe du Voile divin qui, à-nouveau, se confond avec la poudreuse qui nous entoure. L’autre soupire. Encore. Et les deux Akumas s’arrêtent. J’imagine qu’on appelle ça « la chance ».

« Le monde est cruel pour ceux qui ne savent pas s’imposer. »

Il n’est pas l’heure de deviser, óvinur minn.

Mes yeux s’égarent sur la neige, remontent les traces de mes propres pas et je finis par retomber sur l’autre étrange philosophe. Et il se lève sans rien ajouter, reste devant moi sans même esquisser d’autres mouvements. Je ne comprends pas. Il devrait essayer de m’éliminer. Alors pourquoi ? Pourquoi ne tentes-tu pas de me tuer tant que tu en as l’occasion ?

A ma peur s’ajoute irrémédiablement le doute.

Je me redresse à mon tour, mais je suis sûrement trop couard pour oser reculer vers la paire d’Akumas. Je reste donc immobile à fixer le Noé tandis qu’Hillingar ondule autour de moi, battue et peu-à-peu recouverte par le blizzard. Ma respiration est mesurée, et j’ose enfin briser le silence que je m’étais imposé. Le froid de cette pâle imitation du Niflheim a bleui mes lèvres. Malgré ça, elle s’agitent et un mot s’en échappe.

« Já. »

C’est une note presque timide que je viens de t’offrir, toi le diable vagabond. Je consens à te laisser entendre ma voix. Un battement d’aile attire fugacement mon attention et j’aperçois une forme dorée ― dorée comme ses yeux ― se poser sur son épaule.

« Et un homme aussi absolu l’est plus encore. »

Un sourire éphémère arrondit la ligne de ma bouche, et il n’est pas narquois. Mais il est comme un mirage, car si fugace.
Que le Dieu cruel n’en soit jamais témoin.

« Qui es-tu ? » je demande finalement, relâchant doucement le Voile.



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 105 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦️ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦️ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦️ Néah Walker - (50)
(www) ♦️ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦️ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire} ♦️ Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Ven 29 Aoû - 2:07

Curiosité


" Le remède à l'ennui, c'est la curiosité. La curiosité elle, est sans remède. "


Les deux Akumas qui restent ne s'en prendront pas à cet exorciste, tout du moins, pas si je ne leur intime l'ordre. Ceux de ce niveau sont décidément trop bêtes pour prendre des décisions de leur propre chef, ils se contentent de me fixer, attendant avec impatience que je ne me décide à mettre un terme à cette discussion. Radicalement. Oh, je ne doute pas du fait qu'ils apprécieraient grandement d'ôter la vie de cet exorciste de leurs propres armes, mais ce n'était pas aujourd'hui qu'ils prendraient la vie d'un de ces apôtres de leur dieu imparfait, oh ça non. Ce petit m'intrigue.


Lorsque le descendant de Noé soufflait ses derniers mots, l'enfant, lui, leva enfin son regard en direction du sien. Il avait l'air si jeune, pourtant, son regard montrait qu'il avait déjà bien vécu ; peut-être même cent fois plus que Néah. Ce genre de lueur qui vous terrasse de l'intérieur, quelque chose de sombre sans doute, une lumière qui suscite l'intérêt. Était-ce pour ça que la Destruction n'avait pas encore accomplit son œuvre ? Ou était-ce à cause de son jeune âge ? Un peu des deux, sans doute. Ce petit fantôme des neiges norvégiennes l'avait intrigué, c'était indéniable. Pourtant, jusque là, aucun mot ne s'était échappé de ses frêles lèvres ; était-il muet, ou sourd ? Cela aurait bien été sa vaine, autant converser avec un mur plutôt qu'avec un infirme. Le petit perdrait alors tout intérêt aux yeux de l'anglais.

Était-il seulement capable de bouger ? Il avait tout d'une statue de glace. Voilà de longues secondes que l'enfant semblait figer ; puis, un léger mouvement, il vivait encore ! Pourtant sa peau était si pâle, comment faisait-il pour ne pas geler dans l'instant ? Tant de questions, dans de curiosité pour un si petit être, si jeune exorciste.. Enfin, il finit par faire entendre le son de sa voix, dans un souffle :

" . " fit-il dans un premier temps, avant de prendre une pause, " Et un homme aussi absolu l’est plus encore. "

Amusé, le descendant de Noé esquissa un fin sourire. Acculé et au bord de la mort, un homme est capable du pire ; alors qu'en était-il d'un enfant ? En face de lui se dressait la possible Destruction de l'union des deux êtres qui l'avaient engendrés ; puis derrière, deux créatures capables de le rendre à nouveau poussière d'un seul effleurement de leurs obus mortels. Quelle décision allait-il prendre ?

" Qui es-tu ? "

Ah, ça bonne question. Il était vrai que l'anglais ne s'était même pas présenté au petit homme ; mais lui non plus ne l'avait pas fait. Main toujours portée en direction de son fidèle golem pour lui caresser la tête, l'apôtre ne prit pas quant à lui une éternité pour lui répondre.

" Pardonne mon impolitesse, petit homme. Je suis la Destruction, mais tu peux plus simplement m'appeler Néah. "

Ponctuant ses paroles, un sourire plus large étira ses lèvres sans que ce dernier ne paraisse carnassier pour autant. La simplicité se lisait sur son visage, tout comme l'était son prénom. Nul besoin de décliner son nom de famille à ce petit être ; cela n'avait aucune sorte d'importance, dans ce monde. Ce nom n'appartenait qu'à lui, ainsi qu'à son très cher frère Mana. Reprenant ses esprits, le jeune Walker remarqua que les monstres n'avaient toujours pas bougé d'un pouce, canons braqués en direction de leur ennemi ; n'attendant qu'un battement de ciel de travers ou un signal pour faire feu, réduisant ainsi à néant l'enfant.

Cependant, pour le moment, cela n'était pas dans les plans de l'apôtre. D'une démarche lente, il fit quelques pas en direction du compatible. Pliant ses genoux, Néah finit par se mettre à sa hauteur tandis que Timcampy retenait un fin grondement. Sourire toujours aux lèvres, il souffla :

" Néanmoins, lorsqu'on vient à demander son identité à quelqu'un, il serait d'usure de se présenter avant ça. Enfin. Comment t'appelle-t-on, exorciste ? "

Sourire toujours aux lèvres, le jeune homme finit par porter son attention par-dessus l'épaule de son minuscule interlocuteur ; vers ces créatures qui baveraient presque d'impatience si babines elles avaient.

" Tu n'as pas peur, dis ? "

Quelque chose dans son regard semblait indiquer que non, mais ce n'était qu'un enfant. S'il avait baissé son voile, un peu plus tôt, était-ce pour se donner de la confiance ? Ou.. avait-il déjà suffisamment vu et vécu dans sa courte vie pour ne plus craindre ? Va, cultive cet intérêt petit homme.


I’ll keep on walking.
My left I give you to the Akuma. My right I give you to the humans. Both are a part of me. And equally important. So neither side be disappointed. Humans as well as Akuma will be saved!
   
† Le Destructeur du Temps †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Allen Walker† Le Destructeur du Temps †
Compte lié à celui de Néah D. Campbell.

" Il faut aller de l'avant,
Et manger des sangsues par le derrière. "


♥️ Allen x Kanda ♥️


Allen exorcise en Darkred

http://i.imgur.com/zUGJQMO.gif
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 485 ▐ Autres Comptes : Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans.
▐ Personnalité : Facile à connaitre non ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Sam 20 Sep - 21:43








Tu es ma hantise



Dans le silence de l’autre Vagabond, je ne sais quoi penser. Cet être-là, dangereux soit-il, demeure un mystère. Lui qui reste debout dans la neige à me faire face, avec cette étrange aura qui l’entoure. Il porte un Voile invisible. Un Voile d’Enigmes. Il me les pose, à moi de répondre d’une manière convenable. A mon sens, il est un Sphinx. Et ce Sphinx porte un nom : Néah. Mais, tout d’abord, je pense avoir mal entendu, et je cligne des yeux, incertain. Il dit être la Destruction, toutefois, à mes oreilles, cela sonne plutôt comme « Néant ». Le noir absolu, le vide, l’inconnu. Le Grand Rien, le Non-Être. Un point zéro.

Le Néant dû à la Destruction.

Eyðilegging se meuve jusqu’à moi. Son sourire s’est considérablement élargi. Je ne vois pas ce qu’il y a de drôle. Ou bien suis-je trop jeune les subtilités d’un esprit tel que le sien ? Est-il le Celui qui dévora l’Enfant ou l’Ami de l’Homme ? En même temps que son corps, ses ambigüités bougent. Je me tends alors que je remarque que c’est dans ma direction qu’il vient. L’envie de reculer est forte, cependant, je ne bouge pas d’un cil. Car cela pourrait être une mise à mort immédiate. Je me sais acculé. Les Monstres me guettent, leurs canons pointés vers moi. Je n’ai pas besoin de me tourner vers eux pour le savoir. Chez eux, tout n’est qu’action et réaction.

Eyðilegging s’accroupit devant moi, se mettant à la hauteur du petit enfant que je suis. Pas même en cet instant je n’ose songer à bouger, à reculer, à le fuir. C’est impossible. On ne leur échappe pas ainsi. Je ne suis pas naïf. Les secondes s’étirent, deviennent comme des heures, pendant que l’inquiétude lacère mon âme de ses griffes, cette lionne avide de la faiblesse des plus fragiles. Je sens Hillingar aux aguets. Mon Innocence veille sur moi, malgré sa froideur et celle du paysage immaculé qui nous entoure de toute part.

Le regard du Néant se posa sur le mien, et c’est celui du Fils du Décapité qui lui répond, glacial comme les grandes étendues d’Islande, toutefois aussi brûlant que ses nombreux volcans.

« Néanmoins, lorsqu’on vient à demander son identité à quelqu’un, il serait d’usage de se présenter avant ça. Enfin. Comment t’appelle-t-on, exorciste ? » demande la Destruction.

Mes yeux se posent un instant sur la boule dorée qui, perchée sur son épaule, laisse s’échapper un grondement qui se veut … Quoi ? Menaçant ? Un poussin ne peste pas contre un lionçeau. Je l’observe un instant, petit prince placide, avant de reporter mon attention sur Eyðilegging.

« Siríus, fils de Mímir. »

Cela s’échappe de ma bouche comme par automatisme, avec cet air noble qui m’avait coûté de nombreuses punitions à la Congrégation. Ici, toutefois, je suis libre de toute les entraves de ce lieu de souffrance et de peine, de cet endroit que nombre d’entre nous avons maudit, condamné aux Ténèbres alors que nous n’aspirions qu’à la Lumière. Nous prétendons la donner à ce monde, le leur car je ne reconnais pas le Midgard que je connais, mais nous plongeons peu-à-peu dans un puits sans fond et noir comme le Four Infernal.

Eyðilegging jette un coup d’œil par-dessus mon épaule, survole certainement des yeux les quelques mètres enneigés et balayés par le vent froid qui nous sépare des Akumas.

« Tu n’as pas peur, dis ? »

Veux-tu encore deviser, óvinur minn ?
Ca n’est toujours pas l’heure.


Je tourne la tête en direction des martyrs en me disant qu’une aide très deus ex machina qui les anéantirait tous serait la bienvenue. Je ne supporte pas longtemps leur vue, car ces âmes sont en peine, prisonnières de leur Noire Amure, et je ne le tolère pas. La souffrance et le désespoir des uns ne devraient pas être manipulés au profit d’une cause qui embourbe le monde. Voilà une attitude dégoûtante et humiliante, tout-à-fait honteuse.

« Dans l’immédiat, ils ne sont pas ce que je crains le plus. » je déclare alors en me tournant à-nouveau vers la Destruction. « Mais dire que je n’ai pas peur d’eux serait te mentir, ferðamaður, et seuls ceux qui ne connaissent pas la vraie grandeur mentent et ne redoutent rien. »

Car même toi, le seul véritable Prédateur de ces terres glacées, il t’arrive d’être effrayé par quelque chose ou par quelqu’un.

Et, dans mon cas, tu es ma hantise.


Spoiler:
 



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 105 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦️ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦️ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦️ Néah Walker - (50)
(www) ♦️ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦️ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire} ♦️ Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Lun 13 Oct - 23:24

Courage


" Le vrai courage ne se laisse jamais abattre. "


Le petit homme est courageux et ne baisse même pas le regard lorsque je lui parle. N'importe quel autre enfant connaissant ma véritable nature comme lui aurait pu se mettre à pleurer, ou aurait tenté de fuir sans demander son reste. Pourtant, lui, cet exorciste trop jeune pour servir la guerre, lui, il reste là à me fixer et à répondre à mes questions sans même baisser la tête. Serait-ce la présence des Akumas qui lui donne tellement de fougue, ou la vie lui a offert le courage de tous les enfants du monde ? Je n'ai malheureusement pas de réponse à cette question ; et c'est bien ce qui me pousse à rester à ses côtés. Tout du moins.. Pour le moment.


Il y avait quelque chose dans le regard de cet enfant, quelque chose.. de profond, presque infini. Il semblait avoir vécu une éternité et pourtant, au fond, il ne devait pas avoir plus d'une dizaine d'année. L'Ordre Noir était décidément détestable pour envoyer de si jeunes compatibles sur le terrain ; enfin, ce n'était pas vraiment ses affaires. Tout ce qui piquait la curiosité de Néah pour le moment, c'était ce qui cachait un tel regard. L'horreur ? Le sang ? La peur ? Qu'avait-il pu pouvoir pour grandir autant tout en restant malgré tout si jeune ? Décidément, ce jeune garçon ne cessait d'alimenter l'imagination de l'anglais ; et d'une certaine manière, c'est ce qui l'avait maintenu en vie jusqu'à maintenant.

Cependant, il ne connaissait même pas son nom. La Destruction l'avait donné sans réfléchir, sans craindre d'être reconnu ou abattu. Que pouvait bien lui faire un gosse comme lui de toute manière ? Il n'avait pas intérêt à se montrer agressif, sinon sa vie en dépendrait. Quand bien même Néah était plus placide que ses frères et sœurs, il n'en demeurait pas moins un descendant de Noé.

" Siríus, fils de Mímir. "

Ces quelques mots, le jeune enfant n'avait pas eut besoin de les imaginer bien longtemps pour les souffler avec tact ; comme si cette affirmation était l'évidence même. Surprit, l'anglais arqua un sourcil avant de laisser s'échapper un rire d'entre ses fines lèvres. Ce petit homme était plein de ressources.

" Eh bien. Il faut faire preuve de beaucoup d'audace pour se clamer fils de Dieu. Enfin, d'un dieu. "

Il n'y avait bien sûr qu'un seul dieu en ce bas-monde, tous les autres n'étaient que mensonges, au même titre que celui que vénéraient l'Ordre Noir et ses exorcistes. En quoi croyait ce petit homme ? L'innocence l'avait choisi malgré ses croyances impures ? Une nouvelle fois, la curiosité du jeune Walker fut piquée à vif. Ah, cet enfant était une énigme à lui tout seul ! Quel énorme fardeau pour un petit comme lui. Était-ce cela qui avait rendu son regard si profond et si mystérieux ? Ah, s'il survivait en ce triste jour, sans doute deviendrait-il quelqu'un de grand.

Tandis que Siríus reportait son attention vers les machines volantes, son interlocuteur finit par lui demander s'il n'était pas terrassé par la peur. Il ne fallut pas attendre longtemps avant de recevoir une réponse.

" Dans l’immédiat, ils ne sont pas ce que je crains le plus. " souffla-t-il avant de reporter son attention vers son adversaire, " Mais dire que je n’ai pas peur d’eux serait te mentir, ferðamaður, et seuls ceux qui ne connaissent pas la vraie grandeur mentent et ne redoutent rien. "

Amusé, un sourire traversa à nouveau le visage du descendant de Noé, tandis que ses prunelles dorées étaient à nouveau plongées dans les siennes faites de glace. Posant ses mains sur ses cuisses, Néah fit alors mine de se lever ; prenant même beaucoup de temps pour ce faire, comme si le froid avait ankylosé ses jambes, son corps tout entier même.

" Ton langage est décidément tout aussi curieux que le sont tes croyances, Siríus fils de Mímir. "

D'un geste presque affectueux, l'anglais passa alors une main dans les cheveux de la petite âme, usant également un peu de son crâne pour se redresser sur ses jambes. Enfin, cela ne risquait pas de lui offrir une migraine pour autant ! Faisant quelques pas dans la neige, le descendant de Noé s'approcha alors

" Ne me crains pas comme tu crains ces monstres. Sache que si mon intention avait été de mettre fin à ta vie, tu ne serais déjà plus là à me déblatérer toutes ces inepties. "

Une nouvelle fois, un rire, presque moqueur cette fois-ci. L'Ordre Noir devait décidément craindre de perdre cette guerre s'ils engageaient des enfants, infidèles de surcroit.

Avançant avec légèreté dans la neige, les pas du Noé finirent par le mener jusqu'aux boules mécaniques qui n'attendaient qu'une chose : tuer. Presque aussi bavant que des chiens enragés face à leur adversaire dans un terrible combat de pitbulls, les Akumas tremblaient d'excitation. Mais il y avait quelque chose de plus fort que l'envie de tuer : les ordres du maître. Posant l'une de ses mains sur la carapace de l'un des monstres, Néah finit par lever son regard vers le visage meurtri de l'âme en peine.

" Pourquoi ne pas les détruire si elles t'effraient tant ? "

Sourire toujours aux lèvres, l'anglais finit par retirer sa main avant de les amener toutes deux à ses poches, revenant par la suite à sa position face au jeune enfant. Pourquoi n'avait-il pas fuit ? Excellente question, encore une fois. Ah, tant d'interrogations et si peu de temps !

" Dis-moi plutôt : qu'est-ce que cette vraie grandeur dont tu sembles être habitué ? N'essaye pas de mentir, Siríus fils de Mímir, les grands hommes ne mentent pas. "

Tout en croisant les bras, la Destruction finit par s'adosser contre un arbre, plongeant ensuite son regard ensoleillé vers ceux du petit homme. Quel était donc cette grande vérité ?


I’ll keep on walking.
My left I give you to the Akuma. My right I give you to the humans. Both are a part of me. And equally important. So neither side be disappointed. Humans as well as Akuma will be saved!
   
† Le Destructeur du Temps †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Allen Walker† Le Destructeur du Temps †
Compte lié à celui de Néah D. Campbell.

" Il faut aller de l'avant,
Et manger des sangsues par le derrière. "


♥️ Allen x Kanda ♥️


Allen exorcise en Darkred

http://i.imgur.com/zUGJQMO.gif
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 485 ▐ Autres Comptes : Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans.
▐ Personnalité : Facile à connaitre non ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Mar 1 Mar - 13:37


“ audace „


Et alors que les flocons de neige tombent doucement du ciel, indolents, Néah me dit qu’il faut faire preuve d’audace pour se clamer fils d’un Dieu. Je l’observe non pas avec candeur, mais avec une sévérité qui n’aurait pas été étrangère sur le visage d’un roi. Il y a une différence entre « se clamer » et « être ». Une différence qu’ils ne peuvent saisir tant à la Congrégation que chez le Comte. Une différence qu’ils ne prennent même pas la peine d’essayer de comprendre, persuadés que leurs croyances à eux, celles qui nous ont menées sur les sentiers de cette Guerre qu’ils prétendent sainte, sont les plus valables à Midgard. Je ne te demande pas de juger, je te demande de respecter ce qui est différent de toi.

Et alors je le fixe, les yeux brûlants, une réplique acerbe prête à franchir la barrière de mes lèvres. Mes dents se serrent néanmoins et retiennent à grand-peine une sévérité maintenant muée en colère lorsque la Destruction s’amuse à me dire que mes croyances sont aussi étranges que mon langage. Puis il passe une main dans mes cheveux et ce n’est pas l’envie de lui mordre le poignet qui me manque. Or je ne bouge pas. Si d’aventure il m’arrivait d’irriter le Noé, je ne donnais pas cher de ma peau. Mais il existe toutefois des limites à ne pas franchir. Et il se trouve actuellement près de celle qui le tient hors de portée des foudres de ma haine.

La même haine née de la détestation pure et simple de l’Ordre Noir et dont je n’hésiterai pas à le gratifier s’il croit qu’il lui est permis de me prendre pour un imbécile, lui et ses fichues œillères. S’il lui plait d’être un imbécile aveugle, soit, mais qu’il ne vienne pas m’ennuyer avec sa condescendance.

« Ne me crains pas comme tu crains ces monstres. Sache que si mon intention avait été de mettre fin à ta vie, tu ne serais déjà plus là à me déblatérer toutes ces inepties. »

I-inepties ? Je l’entends rire d’un air moqueur. Puis il me tourne le dos et se dirige vers les Akumas et j’arrive au moment où j’espère que mon regard lui déchire chair et muscles afin d’atteindre ses omoplates et sa colonne vertébrale. A vrai dire, si j’étais effectivement lionceau, je lui aurai bondi dessus à cette occasion. Mais là encore, je ne bouge pas. Figé dans la neige, je ne peux qu’admirer son assurance lorsqu’il fait face aux monstres impatients, ces prédateurs d’outre-tombe aux âmes corrompues par son maudit Comte. Je grince des dents et me demande si quelque part en ce monde erre l’âme en peine de mon père adoptif. Et j’espère que non. De toutes mes forces.

« Pourquoi ne pas les détruire si elles t’effraient tant ? » demande Eyðilegging qui, de toute évidence, semble avoir complètement oublié mes précédentes paroles.

Je ne me répéterai pas. Je resserre ma prise autour d’Hillingar alors qu’il revient vers moi.

« Dis-moi plutôt : qu’est-ce que cette vraie grandeur dont tu sembles habitué ? N’essaie pas de me mentir, Siríus fils de Mímir, les grands hommes ne mentent pas. » s’enquit la Destruction alors qu’elle s’en va s’adosser à un arbre.

Je plante mes prunelles dans les siennes. Encore des devises ? Ca ne l’ennuie pas ? Non, visiblement non. Et je comprends soudainement que je suis sa source d’amusement et que ce que pour ça qu’il me permet encore de respirer le même air que lui. Et quel air.

« Tu peux aussi commencer à entrevoir la grandeur en ayant l’honnêteté d’admettre ton ignorance au lieu de la dissimuler derrière des jugements hâtifs et du mépris, Néah. Finalement, il n’y a pas grande différence entre toi et ces soi-disant soldats de Dieu. Le dégoût que vous m’inspirez est définitivement le même. » je lui crache au visage, le mien dissimulant à peine mon écœurement tandis que je fais quelques pas en arrière.

Je me tais un instant et inspire l’air glacial. Il descend jusque dans mes poumons et j’insuffle toute sa froideur dans mes mots :

« A ce compte-là, oui, je préfère être le fils de Mímir plutôt qu’un esclave et si cela n’avait été qu’un simple caprice, ou des inepties comme tu l’as si bien dit, Hillingar m’aurait déjà tué. Mieux, elle ne se serait même pas fatiguer à me choisir, tout impie que je suis. Au final, ce n’est pas l’Innocence qui me fait du mal. C’est tout ce qui gravite autour d’elle : vous, vos Akumas, l’Ordre … ça. » dis-je en embrassant l’endroit d’un ample geste du bras.

Je laisse le silence planer entre nous. Les secondes s’étirent alors qu’un triste sourire vient se poser sur mon visage. Ma colère retombe peu-à-peu, le lionceau rétracte ses griffes et bat lentement en retraite, se préparant à une éventuelle fuite si son éclat de colère a froissé le Noé.

J’ai toutefois une certitude : Hillingar, elle, ne l’est pas.


Spoiler:
 



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 105 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦️ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦️ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦️ Néah Walker - (50)
(www) ♦️ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦️ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire} ♦️ Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Mar 2 Aoû - 16:18

Esclave


" L'esclave qui aime sa vie d'esclave a-t-il une vie d'esclave ? "


Suis-je prompt à juger les croyances des autres ? Je serais tenté de répondre que oui, moi, l'un des descendants du Dieu Noé. Mais je doute que ce petit homme soit capable de réellement comprendre les enjeux de ces croyances et de la religion. Est-il seulement capable de comprendre la notion de Dieu unique lorsqu'on a une imagination comme celle de son peuple ? Je n'en ai pas la moindre idée. Plus précisément, je crois plutôt que cela m'importe peu. Les brebis pieuses ne sont pas mon problème et je n'ai pas à les ramener dans le droit chemin ; encore moins lorsqu'elles portent en elle ou à leurs côtés un fragment de cristal divin.


Car Néah n'était point un berger mais plutôt un loup.

Alors, de toutes ses dents dévoilées en un sourire - carnassier ? - et de ses yeux aussi dorés que ceux d'un animal en chasse, l'apôtre s'était remit à marcher autour de l'enfant au regard si déterminé. Comment faisait-il pour paraître aussi sûr de lui à son âge ? Comment faisait-il pour ne pas trembler malgré le froid qui mordait la peau jusqu'aux reins ? Comment pouvait-il seulement soutenir le regard de l'animal en bon petit agneau qu'il était, alors que le reste de la meute n'attendait qu'un signe de leur Alpha pour festoyer de ses entrailles ? Peut-être parce que la Destruction s'était trompée, et qu'il ne faisait pas face à un petit animal sans défense, mais plutôt à un chien aux dents pointues, envoyé par le berger pour se débarrasser des loups. Cette pensée laissa un sourire amer sur les lèvres de l'anglais.

Et tandis que le jeune homme à la peau cendrée posait de nouvelles questions à son interlocuteur, ce dernier ne put s'empêcher de plonger son regard dans le sien. Sans doute était-ce comme regarder la mort en face ; sauf que vu l'air qu'il arborait en le toisant, tout portait à croire que l'enfant était en réalité un immortel. Et que dans ce cas là il ne craignait aucunement la mort.

" Tu peux aussi commencer à entrevoir la grandeur en ayant l’honnêteté d’admettre ton ignorance au lieu de la dissimuler derrière des jugements hâtifs et du mépris, Néah. " lança l'enfant de sa voix aussi brulante que le venin d'une vipère, " Finalement, il n’y a pas grande différence entre toi et ces soi-disant soldats de Dieu. Le dégoût que vous m’inspirez est définitivement le même. "

Surprit par de telles paroles, Néah en perdit son sérieux l'espace d'un instant tandis qu'une mine décontenancée étirait les traits de son visage. Oh, si un jour on lui avait dit qu'un exorciste - et de surcroit un enfant ! - lui tiendrait un tel discours en connaissance de cause, sans doute se serait-il esclaffé de vive voix. Il ne put d'ailleurs, à cet instant là, se retenir de laisser un rire s'échapper de ses lèvres.

" Tu ne manques décidément pas de toupet pour un condamné à mort braqué par autant de fusils. " ne s'empêcha-t-il pas de souligner, non sans une voix amusée.

Il n'y avait décidément à dire, ce Siríus fils de Mímir l'amusait et l'intriguait énormément ; au point même que l'idée de mettre fin à ses jours avait commencé à disparaître de son esprit. Tout du moins, pour le moment.

" A ce compte-là, oui, je préfère être le fils de Mímir plutôt qu’un esclave et si cela n’avait été qu’un simple caprice, ou des inepties comme tu l’as si bien dit, Hillingar m’aurait déjà tué. " affirma-t-il comme s'il avait déjà entendu son arme lui tenir un pareil discours, " Mieux, elle ne se serait même pas fatiguée à me choisir, tout impie que je suis. Au final, ce n’est pas l’Innocence qui me fait du mal. C’est tout ce qui gravite autour d’elle : vous, vos Akumas, l’Ordre … ça. "

Et là, sans doute pour la première fois depuis cette rencontre, quelque chose d'autre que la haine semble briller dans l'esprit de l'enfant. Serait-ce de la tristesse ? Peut-être. Après tout, ce n'était qu'un gamin plongé dans la guerre, dans un combat qu'il n'avait peut-être même pas souhaité, et dont il n'avait peut-être jamais entendu parler avant d'y en être convié.

" Il faudrait être sot pour ne pas souffrir de la guerre, même indirectement. " clama-t-il alors, comme un écho à ses propres pensées, " Et tout me porte à croire que tu ne l'es pas, n'est-ce pas petit homme ? "

Voilà que désormais les deux interlocuteurs se toisaient avec un drôle de sourire chacun peint sur leurs lèvres. Et pourtant, même si la situation semblait s'être apaisée, tout pouvait se renverser d'un coup. Après tout, rien n'empêchait le descendant de Noé d'accomplir sa mission à bien, maintenant, et en finir une fois pour toutes avec l'existence de cet enfant aux cheveux de cendres. Il le pouvait, il en avait la capacité. Mais pouvoir le faire ne signifiait par forcément qu'on en avait le droit, ni même la nécessité. Et aujourd'hui, le loup aux yeux dorés avait été amusé par les crocs et les griffes dissimulés de l'agneau ; assez pour le laisser encore en vie, et même pour faire finalement signe aux machines de guerre de s'éloigner.

Oh, elles avaient soif de sang et de vie humaine, mais ne pouvaient se résigner à contredire les ordres d'un maître Noé. Elles ne tardèrent pas alors à reprendre forme humaine, tout en jetant un regard hébété à l'anglais, avant de finalement se retirer en laissant de lourdes traces de pas dans la neige.

" Est-ce que je te fais réellement du mal, Siríus fils de Mímir ? " fit-il alors avec une pointe de provocation dans la voix, et non sans un énième sourire tiré en coins, avant de finalement répondre à sa propre question : " Non, bien sûr que non. J'aurais déjà pu en finir avec toi depuis longtemps, et pourtant, tu te tiens toujours là. Sais-tu pourquoi ? "

Toutefois, l'enfant ne devait pas encore s'estimer sauvé. Qui sait, le loup avait peut-être éloigné les siens pour profiter seul de cette proie capable d'en découdre avec lui comme un égal.

Enfin, il ne fallait pas exagérer non plus.


Hrp:
 


I’ll keep on walking.
My left I give you to the Akuma. My right I give you to the humans. Both are a part of me. And equally important. So neither side be disappointed. Humans as well as Akuma will be saved!
   
† Le Destructeur du Temps †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre.
Aime:
N'aime pas: avatar
Allen Walker† Le Destructeur du Temps †
Compte lié à celui de Néah D. Campbell.

" Il faut aller de l'avant,
Et manger des sangsues par le derrière. "


♥️ Allen x Kanda ♥️


Allen exorcise en Darkred

http://i.imgur.com/zUGJQMO.gif
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 485 ▐ Autres Comptes : Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans.
▐ Personnalité : Facile à connaitre non ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Dim 18 Sep - 0:39


“ petit soldat „


Je ne suis pas courageux.

Imprudent serait un mot plus convenable afin de qualifier ma conduite et mes mots. Cet homme, si toutefois c’en est toujours un, Néah, pourrait me tuer en un geste. Jamais, ô grand jamais je ne me suis senti plus vivant qu’aujourd’hui. Pourtant je suis si proche de mourir. Car en cet instant fatidique, celui-ci qui succède à mes paroles emplies de colère et de peine, et aux siennes pleines d’amusement, je mesure soudain l’importance des battements de mon cœur. Et leur étrange entêtement à résonner là, dans un coin de ma poitrine, battements qu’un mouvement de sa part arrêterait aussi certainement, en même temps que le cours de ma petite existence.

Pourtant, óvinur est immobile et les Akumas également. Leurs corps se détachent dans la blancheur de la neige, au milieu de ce Niflheim paisible, maintenant troublé par nos simples présences. Finalement c’est la mâchoire du Noé, bavard, qui bouge et s’ouvre. Des phrases s’en échappent, bien sûr :

« Il faudrait être sot pour ne pas souffrir de la guerre, même indirectement. Et tout me porte à croire que tu ne l’es pas, n’est-ce pas petit homme ? »

Je sais uniquement que je ne suis pas brave. Je me retiens cependant de le lui faire savoir et préfère le Silence à l’Idiotie. Je marche sur le fil de la Vie, en choir me serait fatal. Toutefois, il n’a qu’un mouvement à faire pour me faire tomber ; et cette chute serait ma dernière. Je trépasserai ici, sur cette terre si semblable à la mienne, pourtant si loin de mon vrai foyer, si loin du peuple que j’aime.

Mon sang se glace dans mes veines, mon corps tout entier se fige alors que je le vois lever une main. La peur se mue en profonde terreur. Je crois avoir atteint le crépuscule de ma vie ; des mots s’enchainent confusément dans mon esprit, une prière ou un rite, je ne sais, mais je dédie mon âme aux Dieux, quels qu’ils soient. Face à tant d’ennemis, je n’ai aucune chance. La fuite aurait été ma seule option si seulement l’Ennemi ne m’avait pas acculé ici. Mes doigts se serrent à m’en faire mal autour du Voile quand mon corps amorce malgré tout un mouvement de recul. Je m’éloigne d’un premier pas et mes bottes s’enfoncent dans la neige. Je perds l’équilibre, m’écrase le dos dans la poudreuse, empêtré dans mon Innocence, comme une vulgaire marionnette à laquelle on aurait coupé les fils.

La couleur de cendre de mes cheveux ressort dans le blanc éclatant de la neige. Contraste saisissant, tout aussi saisissant que le froid que je sens vivement mordre la moindre parcelle de peau mise à nue. Un frisson désagréable m’agite ; je me redresse lentement, mesurant le moindre de mes gestes. Et j’observe l’Ennemi.
Puis ses Serviteurs.

Les machines se tordent et se transforment sous mes yeux, revêtent les traits d’hommes et de femmes. Leurs yeux sont brûlants de haine et de colère ; ces créatures en peine crient famine. Un nouveau tremblement me secoue. De dégoût, de peur ? Je suis confus. Je ne sais où poser mes prunelles sans risquer de croiser les leurs ― ou celles, vieil or, de Néah. Et pourtant je suis incapable de me détourner de ces créatures misérables faisant d’ailleurs volte-face. Elles s’éloignent. Ma surprise est grande ; c’est également un soulagement. Cependant, leurs traces de pas sont profondes, dans la neige, et leurs pas lourds. D’amertume, de rancœur. Déçus, toujours avides de violence, ces tristes automates s’en retournent les Ases savent où. Loin. Et j’espère ne plus jamais les revoir.

« Est-ce que je te fais réellement du mal, Siríus fils de Mímir ? » s’enquiert le Noé.

La question mérite effectivement d’être posée car c’est à lui que je dois maintenant mon salut. Je tourne finalement mon regard sur lui et l’en transperce avec. Pourquoi ? questionnent mes yeux, car le sens d’un tel acte m’échappe totalement. Je suis son ennemi, il est le mien. Alors pourquoi ne pas m’abandonner aux griffes de ces monstres ?

« Non, bien sûr que non. J’aurais déjà pu en finir avec toi depuis longtemps, et pourtant, tu te tiens toujours là. Sais-tu pourquoi ? »

Le Temps se fige et le silence de cette clairière norvégienne nous enveloppe. Mes lèvres demeurent scellées et moi je suis coi ; je reste figé sur place, drapé d’Hillingar, à la manière d’une statue. Pourquoi suis-je toujours en vie ? Pourquoi, oui ? La réponse qu’il me vient n’est probablement pas celle qu’il veut entendre et pourtant je la profère, la voix monocorde, brusquement vide :

« Car tu as pitié ? »

L’Ordre aussi à pitié de ce gamin, de ce fils de Mímir, alors au nom du Très Haut, au nom d’une Foi en laquelle il ne croit pas, il est puni pour ses croyances impies au lieu d’être simplement exécuté. Parce que c’est un enfant.

Il n’est pas convenable de tuer un petit garçon, n’est-ce pas ?

Mais est-ce plus moral de me laisser être un soldat ?


Spoiler:
 



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 105 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦️ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦️ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦️ Néah Walker - (50)
(www) ♦️ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦️ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire} ♦️ Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pour qui sonne le glas. [Pv. Siríus M. Þjóðbjörnsson]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Scandinavie-
Sauter vers: