Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Sam 19 Juil - 21:53

Vivre auprès des Sioux




27 Décembre 18XX, Dakota du Sud

"Ayanna, peux-tu venir dans la hutte du chef ? Nous avons besoin de ta présence
- J'arrive Ezhno. Je finis juste de bander la petite pour que la plaie à son pied ne se rouvre pas."

Le vieillard opina, bougeant sa canne jusqu'aux tapis du tipi pour se poser et observer la jeune femme à l’œuvre. Des longs doigts fins parcourant la peau par légères palpations et serres, des ongles longs et bien entretenus qui caressaient les lèvres fiévreuses de l'innocente blessée. Des doigts qui jusque là leur furent profitables, à défaut de médecin, comme les appelait si bien les blancs. Leur chamane était morte durant la dernière traversée, en compagnie de l'étrangère, alors qu'elles partaient chercher les herbes médicinales. Les charognards nocturnes, affamés, avaient eu raison de la doyenne, qui préféra sacrifier sa vie plutôt que celle de l'étrangère. Ayanna fut le prénom que la vieille donna à cette blonde à la peau pâle. Était-ce un prénom qui signifiait qu'elle connaissait la vraie nature de l'étrangère ? Même Ezhno, qui depuis toujours avait connu cette folle soigneuse, n'eut aucune information sur ce fameux prénom. Intrigante femme, de bientôt dix neuf ans, qui un jour débarqua à leur campement, eux les indiens Lakota. Blanche apparition d'il y a un an, sous une épaisse couche de neige, assise sur son cheval et morte de froid. Elle s'était évanouie devant leur campement, en tenant le carnet que le chef de leur groupe ne connaissait que trop bien. James Shepard avait été leur allié, déviant les trajectoires des sioux pour mieux resserrer l'étau sur les militaires américains. Une figure pour eux, alors savoir que leur nièce, placée de suite par la chamane sous sa protection tint tout le monde en respect. Chasser, pêcher, faire la course en cheval, la blonde étrangère se montra rapidement utile dans le camp. Mais le plus important fut les soins qu'elle apporta, jusqu'à maintenant. Voir ce visage blanc comme le lait, empli de douceur, aux yeux azur ne montrant que chaleur et amour à une peau brune était relaxant pour le vieillard. Il soupira, coupant le silence dans le tipi :

"Tu me rappelles ma fille, avant qu'elle ne soit enlevée par les militaires ..."

La jeune femme se retourna, se montrant surprise, lèvres entrouvertes, ses cheveux blonds et roses glissant un peu sur ses épaules et faisant tinter sa boucle d'oreille. Saige se tenait là, surprise par cet aveu du vieil homme, qui, jamais n'avait parlé de son passé à qui que ce soit d'autre qu'à son ancienne mentor, la chamane. Ezhno se plongea dans ces iris bleus qui brillaient sous les reflets du feu. La petite blessée gémit légèrement et la blonde rompit le contact visuel pour de nouveau s'occuper d'elle. Elle sortit un tissu mouillé pour remplacer celui à présent chaud, du front de l'enfant puis Saige se mit à genoux, face au vieil homme.

"Que lui est-il arrivé ?
- On l'a enlevée, en prétextant qu'elle servirait à repeupler un village de blancs. Je sais juste qu'elle est devenue prochti ... pro ...
- Prostituée.
- Voilà le mot. Désolé. J'ai encore du mal, malgré tes enseignements.
- Ce n'est pas grave. Et tu n'as pas à m'en dire plus si cela te fait souffrir. Je comprends que tu n'aies jamais voulu en parler."

La main fine de la jeune fille se posa sur cette épaule affaissée, laissant sa chaleur courir sur cette zone de corps vieilli par tant d'épreuves. Ezhno leva son regard vitreux vers ce qui lui semblait être le visage de Saige. Trop de larmes brouillaient sa vue en cet instant, il n'arrivait plus à distinguer les formes et couleurs. L'amérindien s'affaissa contre l'épaule frêle en hoquetant de sa voix grave et cassée. Les gouttes salées glissaient sur ses rides, pour enfin tomber sur le haut de la blonde, celle-ci restant là à lui prêter une épaule solide. Dehors, la nuit ressemblait à un épais voile bleu foncé, tirant vers le noir, la neige tombait à foison, mais semblait bien grise. Depuis quelques temps, l'ambiance se faisait sombre et prêtait à la confidence. Dans deux jours, les soldats venaient les sortir de leur territoire. Ce qui laissait Saige perplexe, car il y a de cela deux mois, elle avait, avec la chamane fait le nécessaire pour qu'ils gardent leurs parcelles. Non, ce ne serait pas cette présence qu'elle avait sentie dans les supérieurs militaires qui ... un Noé ? Sourcils froncés, la jeune fille se sentait bien impuissante, elle, simple exorciste débutante qui n'était pas rentrée à la Congrégation depuis plus de sept mois. Fuite en avant après sa première mission, ses premiers akumas tués. Elle s'en souvenait encore. Ces gens chaleureux, en Chine qui furent manipulés par les Noé. Les actifs de la branche asiatique ne purent arrêter le carnage et c'est de force que la jeune femme dût tuer. Devenant un moment blême, joue posée contre ce cou fin et ridé, Saige essaya de penser à une stratégie, sentant le carnage arriver.

"Nous devons aller voir le chef à présent. Je t'accompagnerai, si tu le veux bien."

Hochant la tête, la blonde se releva, prêtant son bras au vieillard pour qu'il puisse s'appuyer. Ainsi, ils partirent, enfonçant leurs bottes fourrées dans le peu de neige qu'il restait. Un an ... un an à missionner aux États-Unis, à demander à rester sur place, sur chaque conflit. Tous les enseignements qu'avaient pu lui donner les chamans au fil de ses différents voyages au niveau du soin, des mythes et des pouvoirs, elle était devenue rompue aux soins naturels et avait pu accroître légèrement sa capacité de régénération. Chauffant son nez de sa main libre, la marche lui sembla difficile jusqu'au tipi du chef. Tout ce qu'elle voyait à son passage n'était que mines résignées, enfants sans joie de vivre, femmes en train de faire de maigres repas. Tout n'était que misère et désolation à leur passage. Quand enfin ils arrivèrent au tipi, ils virent un nombre anormal d'hommes tassés à l'entrée, ainsi que des enfants, soudainement égayé par cette agitation. Quand Saige et Ezhno entrèrent, le corps de la jeune femme se figea en voyant ce qui avait amené cette réunion d'urgence. Un homme blanc, cheveux blonds, yeux bleus baissés vers les peaux de bête tapissant la demeure. Et dans sa main, un chapelet, noir comme le jais. De suite, The Mermaid teinta, sentant les ondes émanant du corps et de l'objet. Aucun doute, c'était un exorciste. Un exorciste attaché comme un vulgaire prisonnier blanc, pieds et poings liés et allongé sur le côté. L'homme leva les yeux vers elle un instant, et en se plongeant dans son regard, la blonde aux deux tresses indiennes coiffées de chaque côté se sentit rosir de honte. Le chef Isha, bardé de son bandeau et des ses cheveux couvert de perles et coquillages se leva pour aller à la rencontre de la jeune femme. Il s'adressa à elle en amérindien, ayant toujours refusé de prendre les cours d'américain qu'octroyait Saige :

"Te voilà Ayanna. Mes hommes ont assommé cet homme par coup de fronde, sur le chemin où le soleil se meurt. Un prêtre.
- Sans doute. Je dois lui parler pour vérifier.
- Il peut te mentir, comme ceux qui ont signé le traité pour nos parcelles. Nous savions tous que les blancs ne tiendrait pas leur promesse. Ils viennent piétiner le sacré avec leur faux dieu.
- Isha, je ne te permets pas. Certes que ces blancs là ne respectent pas vos pratiques, mais il y a des blancs comme moi qui les respectent. Et jamais vous ne m'avez reproché de ne pas avoir les mêmes croyances. Respecte aussi cet homme, qui est encore inconnu à tes yeux et à ton cœur !"

Isha leva la main, devant toute l'assemblée, blessé dans sa fierté d'homme. Et pourtant, Saige ne bougea pas, attendant cette "punition" Mais Ezhno se mit au milieu, tremblant de ses vieux os avant de dire d'une voix autoritaire, crachant presque avec le peu de dents qu'il lui restait :

"Tu veux que Kashina, qui est maintenant sur les plaines sacrées, te maudisse, Isha ? Elle est sa protégée et sa parole est sagesse ! Plus que tu ne l'as été durant les négociations !"

Le chef hésita, sourcils froncés avant de se résigner et laisser le passage jusqu'au blond. Il avait été bien frappé par une pierre, juste sur la tempe. Une légère hémorragie se propageait au niveau de son oreille et saignait. Saige se releva, ordonnant à deux personnes de détacher et tirer le blond jusqu'à son abri. Deux jeunes s'exécutèrent, deux hommes qui avaient une confiance aveugle en la jeune femme. Dans le froid, sur le retour, quelque chose sembla peser sur son cœur, lui donnant presque envie de vomir. Une odeur ferreuse, celle du sang, mélangée au pu vieillissant traînait non loin de là. Un cadavre de plus, un inconscient qui avait eu la malchance de se prendre une balle lors d'un "tir au pigeon" que s'organisait les soldats. Un inconscient qui avait refusé ses soins. Relevant ses fourrures, Saige accéléra le pas jusqu'à son tipi pour oublier l'odeur et la vision du cadavre pourrissant au niveau des intestins. Enfin ils arrivèrent et Saige offrit deux petits sacs de viande séchée à chacun des jeunes quand ceux-ci eurent déposé l'homme. Enlevant son épaisse fourrure, elle fit apparaître son cuir et se mit au travail. Ses doigts se posèrent sur le torse et agilement, elle déboutonna le chemisier du blond pour y passer un tissu mouillé et vérifier qu'il n'eut pas d'autres sévices avant qu'elle ne le récupère. Se penchant légèrement vers son visage, ses longs cheveux blonds aux deux tresses indiennes tombèrent légèrement sur le corps de l'homme, pendant qu'elle posait un cataplasme sur la plaie et sur sa lèvre inférieure coupée. Se redressant, la jeune femme se plaça de telle sorte que l'arrière de la tête du blond soit sur ses cuisses, le laissant en position allongée sur le dos. Ses mains se posèrent sur chaque côté du visage. Paupières closes, elle récita les paroles en sifflant de façon cristalline les passages de flûte

https://www.youtube.com/watch?v=uAK2pm9OJKA

La blessure se referma au bout de deux minutes et Saige nettoya ce qui restait du cataplasme vicié, attendant que son patient se remette de ce trop plein d'événements. Ses doigts se posèrent délicatement sur les cheveux blonds, les lissant pour ensuite vérifier la température au front. D'une voix douce et calme, son regard azur posé sur le bleu de cet homme qui à ses yeux innocents, avait un assez grand charme, elle dit :

"Tout va bien, ici vous ne craignez rien."

Elle posa un moment sa voix avant de reprendre, d'une voix un peu plus tremblante, tremblement dû à sa dépense d'énergie et à l'hésitation qui l'envahissait. La gêne aussi en remarquant qu'elle avait quand même mis torse nu un homme bien bâti et qui la regardait avec insistance :

"Vous ... êtes envoyé par la Congrégation pour me récupérer c'est ça ? P ... arce que la situation est désespérée. Mais ..."


Saige inspira un long moment et ajouta :

"Je me dois de découvrir et détruire les personnes à l'origine de ce futur massacre. Sinon leur combat, aura été vain, eux qui cherchaient juste un endroit où se poser. Dieu ne le pardonnerait pas, j'en suis sûre."


Ne pas laisser les akumas et ce Noé continuer à agir, à tuer de pauvres gens qui avant l'arrivée des blancs, vivaient dans un pays neuf, où seul l'auto suffisance était capitale. Elle comprenait pourquoi son oncle avait passé autant de temps dans ce pays, à présent ... parce qu'il avait été pur et vivant.




avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 20 Juil - 18:31


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Le froid régnait en maître dans chacune des étendus que traversait seul Seth. Un froid digne de l’Angleterre mais qui se faisait plus doux que celui, bien plus rude, des côtes norvégiennes. Toutefois, le peu de forêts ou même de masures rendait cette bise glacée bien plus mordante qu’elle ne l’était en vérité. Il avait quitté le dernier village, si on pouvait appeler l’amas d’un saloon, d’une banque, d’une boutique et de quelques maisons ainsi, il y a plus de deux heures, seul. Et il n’arrêtait pas de bougonner dans son coin, sur son cheval aussi noir que son uniforme. Avec un golem aux allures de chauve-souris, ce palefroi sombre était sa seule compagnie, si tant est qu’on puisse nommer cela ainsi.

La Congrégation l’avait envoyé bien loin de sa Norvège natale ou même de l’Angleterre. Le blond était loin, tellement qu’il avait quitté l’Europe. Il avait traversé l’Atlantique pour remplir une mission qu’il n’était même pas sûr de pouvoir accomplir. Le Grand Intendant lui avait expliqué en long, en large et en travers ce qu’il devait faire mais autant dire que c’était comme chercher une aiguille dans une botte de foin. Une exorciste avait déserté, du moins c’était ce que son comportement avait suggéré. Durant sa toute première mission, elle avait tué des akumas et en avait été traumatisée au point de s’enfuir. C’était il y a sept mois. Sem ne pouvait pas l’en blâmer. Il savait ce que le premier meurtre faisait. Lui-même avait passé deux ans dans un ‘institut psychiatrique’ après avoir tué ou plutôt détruit Noah. Toutefois la désertion pouvait être synonyme de rejet par le Seigneur, et on avait déjà vu les conséquences de l’apparition d’un rejeté.

Alors l’Administration avait décidé d’envoyer un exorciste sur le terrain, un seul étrangement. Et ce fut Cairn qui fut choisi. Mais l’apprentie n’avait pas pu fuir en Europe, non. Elle s’était apparemment réfugiée en Amérique, dans le Far West. Sinon, l’Ordre noir n’avait aucunes autres informations. De quoi mettre bien en colère le Norsk. Un nom, une description physique, voilà avec quoi il était parti voilà plus de deux semaines. Et enfin en quinze jours il avait fait une certaine avancé. Un américain lui avait indiqué avoir vu une blanche chez les peaux-rouges. Etrange information que celle-ci mais c’était sa seule piste et voilà donc qu’il chevauchait vers leur territoire, grognon mais non moins alerte et prêt à se protéger. Les amérindiens avaient quelques menus différents avec les colons européens et voir ainsi un blanc, blond qui plus est, seul sur un cheval était une proie facile à éliminer.

Il ne savait pas trop où aller, si ce n’était qu’il devait se rendre chez les Lakotas. Mais où pouvaient-ils bien se cacher ? Le racisme des blancs les avaient rendu méfiants assurément mais de là à ne pas les trouver, c’était assez étrange. Il cheminait tranquillement sur une sorte de sentier espérant qu’il le mène à son but quand il sentit un rude coup sur le crâne. La puissance était telle qu’elle le laissa pantois, incapable de riposter. Il finit par tomber de selle et perdre connaissance.

Il se réveilla avec quelques difficultés, la tête semblant lui exploser et le goût du sang persistant dans sa bouche. Il voulut se mouvoir mais des liens l’entravaient. Il leva des yeux petits vers la personne en face de lui : un indien avec une coiffe en plume typique du chef du village et les lieux semblaient être l’intérieur d’un tipi. Toutefois, il était trop faible pour parler et même pour soutenir sa tête. Il resta alors là, le regard rivé contre les peaux de bêtes qui couvraient le sol, tentant de comprendre ce qu’il s’était passé.

Malgré ce mal de tête infernal, il comprit qu’il était chez des indiens, sûrement les sioux qu’il cherchait et que ceux-ci ne lui avaient pas réservé un sort chaleureux. Et vu cela, ils devaient être en très très mauvais terme avec les américains. De plus, il devait avoir prit l’exorciste comme un évangélisateur même si c’était fini depuis bien longtemps.

Il y eut alors de l’agitation, des voix. Sem n’en comprit pas un traître mot et même s’il n’avait pas été sonné, ça aurait été la même chose. Tout ce qui lui importa fut qu’on le libéra pour le trainer hors du tipi. C’est alors qu’en rencontrant le froid de l’hiver, il se rendit compte qu’il avait été délesté de son uniforme mais il n’arriva pas à protester. Le vent sentait le cadavre mais il n’y fit pas attention. Finalement, le prêtre noir retrouva une relative chaleur lorsqu’on le mena dans un autre tipi. Là, les hommes qui l’avaient trainé sans vraiment de ménagement partirent sans un mot, le laissant seul avec une femme à la blancheur incroyable. Si ses esprits avaient été clairs, il en aurait tout de suite déduit qu’il s’agissait de l’exorciste. Celle-ci déboutonna rapidement sa chemise tachée de sang et appliqua sur son torse un linge humide. Ensuite elle déposa une substance sur la plaie de sa tempe mais aussi sur sa lèvre. Elle se mit alors à chanter d’une voix claire, magnifique.

C’était comme si Seth revivait, tous les maux qui l’assaillaient, le mal de tête, cette lèvre enflée, tout disparut et il se sentait revigoré et il retrouvait ses esprit, était à présent capable de réfléchir clairement. Le chant dura quelques minutes et il en profita pour regarder la jeune femme. Des cheveux blonds, des yeux bleus de ce qu’il avait pu voir, des tresses typiquement indiennes ainsi que la tenue qui allait avec. Saige Shepard, c’était bien elle et apparemment elle s’était bien faite à la vie tribale. Et il y avait cet éclat de lumière dont se paraît son oreille, son innocence à ce qu’avait pu lui dire Komui. Le norsk savait qu’elle possédait des pouvoirs de guérissions mais jamais il n’aurait imaginé que c’était à ce point là. C’était simplement magique.

Le chant amérindien prit fin et elle retira l’onguent des plaies à présent refermée de Seth. Ses yeux bleus azur n’avaient pas quittés ceux bleu acier de Seth et réciproquement. La jeune femme finit alors pas dire doucement, tendrement qu’il ne risquait rien ici. Il en conclut donc que c’était son tipi. Sem ne dit rien, peut-être trop subjugué par cette vision angélique mais elle, ses yeux finirent par descendre le long du visage puis du cou de sombre dévot pour venir se planter sur son torse dénudé. Elle sembla perdre en assurance et bredouilla :

« Vous ... êtes envoyé par la Congrégation pour me récupérer c'est ça ? Parce que la situation est désespérée. Mais ... Je me dois de découvrir et détruire les personnes à l'origine de ce futur massacre. Sinon leur combat, aura été vain, eux qui cherchaient juste un endroit où se poser. Dieu ne le pardonnerait pas, j'en suis sûre. »

Seth répondit par un simple hochement de tête à la question. Mais ce qui vint plus tard lui arracha un regard perplexe et un haussement de sourcil. Un massacre en devenir ? Sem n’était pas au courant et l’apprendre comme ça lui fit un choc. Les indiens allaient être lynché, tué. Mais par qui ? Si c’était par des akumas, ils pouvaient peut-être faire quelques choses ensemble mais si tel était le cas, comment elle, exorciste déserteur, aurait pu le savoir ? C’est donc qu’il s’agissait d’un acte qui allait être commis par les américains. Et ça, ils ne pourraient rien y faire.

Il se releva alors, ou du moins se mit assit pour ne plus reposer sur les frêles cuisses de Saige et la remercia simplement. Lui tournant à moitié le dos, il prit le col de sa chemise et le tira pour tenter de voir à quel point il avait saigné. Et il en arriva bien vite à la conclusion qu’elle était irrécupérable. Il soupira puis se tourna vers la jeune prêtre. Il n’allait pas lui demander d’où elle tenait cette information, si elle le savait elle le savait et ça lui était suffisant. Mais par contre, il allait devoir lui poser une question, au risque de devoir être impoli. Mais il devait savoir.

« Si ce sont des hommes qui perpétreront ce massacre, nous ne pourrons pas les arrêter. Du moins pas avec nos armes. Le Seigneur ne nous pardonnera pas si nous nous dressons contre eux. Et s’il s’agit d’akumas … Serez-vous en mesure d’en détruire un ? »

Il avait dit cela de but en blanc, sans le moindre tact. Il se devait d’être franc avec elle. Elle était partie, il devait la ramener et même s’il n’appréciait pas le fait que des gens se fassent tuer, il avait des ordres. Et si Saige n’était pas capable de se battre, cela ne servait à rien de rester et de se faire tuer avec eux. Si elle assurait que l’inverse était possible, alors il serait heureux de les aider. En résumé, sa réponse scellerait le sort des Sioux.

Pourtant, plus les secondes passaient, plus il se sentait coupable. Il venait de se rendre compte qu’il l’avait sûrement blessée en parlant ainsi. Quel gentleman faisait-il. Il baissa la tête, penaud et soupira :

« Désolé, je … Je ne voulais pas me montrer impoli ou impudent … »




To be continued ...


© Never-Utopia



Hors-RP:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 20 Juil - 20:32

Rester forte ...



La voix brute qui sortit d'entre ces lèvres sonna dans la tête de la jeune femme comme un coup de gong, violent, la rappelant à la triste réalité. Elle ne pouvait pas lui en vouloir car il ne savait pas ce qu'il s'était passé ces derniers mois, alors qu'elle voguait de camps en camps, accompagnée de la chamane. Les longues marches dans le froid, lakotas collés les uns contre les autres, des montures mortes de fatigue, les yeux brûlant tant l'air glacial se faisait impitoyable, les loups hurlant au loin, prêts à égorger les plus affaiblis ... et dans ces dangers, des akumas avaient trouvé leur chemin. Que ce soit sous leur forme "bestiale" pourrait-on dire, ou bien humaine, Saige avait dû en repousser bon gré mal gré à l'aide de ses pouvoirs et donc de nouveau tuer. Alors que le blond se relevait pour vérifier l'état de sa chemise, l'exorciste resta un moment sur ses genoux, se rappelant des akumas qu'elle avait tuée. C'était soit les enfants qui avaient un peu traîné, soit les akumas. Elle se souvint des battements violents de son cœur, le souffle qui lui manquait puis la soudaine parole que lui avait dite il y a de cela deux jours la chamane : "Ce sont des âmes perdues, Ayanna. Tu es guide, pas bourreau." Dans la mêlée, elle en tua deux, les fracassant de toutes ses forces par projections intenses d'ondes. Se mordant la lèvre inférieure, tête levée à présent vers le visage de l'exorciste, elle la secoua en lui répondant d'une voix calme :

"Vous n'avez pas à vous excuser ... vous ne savez pas ce qu'il s'est passé, le temps de ma soi-disant désertion ..."

La jeune fille posa ses mains sur ses cuisses, tirant légèrement le cuir de sa tenue pour combler son malaise, puis elle se leva, récupérant lentement son matériel de soin pour soit le mettre dans le baquet d'eau qu'elle avait améliorée avec une herbe aux propriétés d'aseptisation. Ses doigts filèrent dans ses propres cheveux pour en tordre quelques mèches, tout en évitant de regarder ces iris acier qui lui donnaient des frissons, frissons de froid, cinglants mais qui réchauffaient aussi violemment les parcelles de sa peau. Lèvres entrouvertes, léger sourire se dessinant sur celles-ci et pommettes rosies, Saige lui expliqua, sur un ton un peu gêné :

"J'ai eu le temps de reprendre confiance en mes capacités et à accepter le fait de tuer des akumas. J'ai dû même en tuer pour sauver des vies. Puis ... si ma fidèle Mermaid avait su que je fuyais simplement pour abandonner mon rôle, elle m'aurait tuée depuis longtemps ... non. Ici aussi, je sauve des gens et je redonne le sourire. Et cela, Dieu ne peut qu'y compatir."

Légèrement transportée par ses paroles et par les souvenirs qui fusaient dans sa tête, le sourire de Saige s'élargit et ses yeux devinrent plus rieurs, plus animés. Mais bientôt elle se reprit, partant à l'autre bout du tipi pour en sortir une couverture de fourrure et la placer délicatement sur les épaules du blond. Elle alla ensuite près du feu, au dessus duquel un pot en terre cuite était posé. La demoiselle le retira à l'aide de sa cape avant d'en déverser le contenu dans deux écuelles aux peintures bleues et blanches et d'en tendre une à l'homme. De nouveau leurs regards se croisèrent et de nouveau, elle détourna le sien, en se montrant pudique et innocente. Pudique, car voir un homme torse nu de si près, à part son oncle, était une première pour elle. Innocente parce que, malgré tous les exorcistes qu'elle avait pu croiser jusque là, elle n'avait jamais été aussi troublée. Sans doute était-ce ce regard bleu acier qui l'intriguait, comme il pouvait lui faire peur.

"Tenez ... c'est ... certes ce n'est pas les repas de Jerry, mais je ne m'en sors pas trop mal ... Et ça vous aidera à tenir."

Un bouillon de bison, mélangé à des galettes de blé et à des champignons. Un repas modeste qu'elle avait pris l’habitude de faire, en plus de se faire cuir des steaks, ou des truites, avec des galettes de graines. Une fois qu'il prit son écuelle, elle s'installa dans son coin, encore mal à l'aise avec cet homme. Elle commença à manger avec ses doigts les morceaux de viande en se les suçant par pure gourmandise puis la blonde reprit la parole pour expliquer toute chose qui aurait parut obscure pour l'exorciste :

"J'ai signé un traité avec le haut commandement, à Washington. Mais ... ce que j'ai malheureusement remarqué trop tard, est qu'un Noé fait partie de l'état major. Par supposition et en apprenant la nouvelle du côté maladif du général avec qui j'avais signé le traité, j'en ai déduis qu'ils avaient transformé celui-ci en akuma et annulé le traité le mois dernier. Au fait ... quel est votre prénom ?"

Saige arrêta de manger, tête baissée et paupières closes. Elle se sentait tellement coupable de ne pas avoir pu livrer à temps un message à la Congrégation, ainsi que ses rapports sur la situation. Ses doigts serrèrent alors l'écuelle, presque dans le but de la briser mais ceci ne se fit pas. Ezhno venait de soulever la fourrure de l'entrée et regardait les deux jeunes gens d'un petit air coquin. Le vieil homme laissa échapper un rire avant de fixer Saige avec intérêt, ce qui fit tressauter l'intéressée :

"Ayanna ... tu n'as fait que soigner ce beau jeune homme ? Quel dommage. Kashina aurait sauté sur l'occasion, plus jeune.
- M-m-m-ais je ne suis pas Kashina, Ezhno ! Et dans mon pays les femmes ne sont pas ... enfin ...comment dire ... téméraires ?
- Pourtant quand tu te baignais dans la rivière avec le reste du peuple ...
- Sors d'ici vieux grigou !"

La jeune fille pointa la sortie au vieil homme, voyant que celle-ci ne restait pas indifférente à ses mots. Pivoine et mal à l'aise, Saige avait malheureusement mis toujours son côté sentimental pour ne se dévouer qu'à ses entraînements et à l'étude. Les lakotas du camp en avait fait un jeu, taquin, au demeurant. Reprenant son souffle et le contrôle de ses émotions, Saige regarda d'un air un peu perdu le jeune homme. Front posé sur ses genoux repliés, elle se releva ensuite d'un coup, prenant ses fourrures pour les mettre sur son dos et ainsi sortir.

"Je ... vais vous chercher des vêtements. Ce sera plus chaud que ce que vous avez ... et je vous aiderai aussi à les mettre. Parce qu'il y a une certaine manière de ... enfin vous avez compris."

La demoiselle fila donc dans la nuit, laissant le blond seul dans son tipi. Tipi qui était aménagé de quelques souvenirs de la congrégation, comme la robe noire, accrochée comme une peau de bête, un pistolet qu'elle n'utilisait que quand les distances se faisaient trop éloignées, le carnet de son oncle où celui-ci avait retracé toutes ses aventures aux États-Unis, ou bien les quelques vieilles photos prises à l'aide d'une chambre photographique. On pouvait y voir Saige, Accompagné de son oncle borgne en train de faire des grimaces près de la Tour Eiffel, ou bien la jeune femme en train de se baigner dans le Huang He. Cette photo avait été prise par un chinois qui pensait que la jeune femme était une sirène. Et il était vrai qu'en voyant la photo, on pouvait le penser. Bras tendus vers le ciel, les cheveux ruisselant d'eau, de grands yeux émerveillés et un air doux sur le visage ... Des souvenirs qui lui permettaient de se rappeler qu'elle devait bientôt reprendre sa mission. Et justement, Saige était déterminée à d'abord étouffer les akumas et le Noé avant de repartir à la Congrégation et reprendre pleinement son rôle. Elle passa près du feu de camp, voyant les squaws chanter des lamentations et prier leurs dieux. Le cœur de la blonde s'alourdit mais elle cacha bien vite sa mélancolie en revenant chez elle :

"Voilà vos vêtements. Hm ... je vais vous laisser déjà mettre le haut puis le pantalon et ... je mettrai la lanière après. Je ... Je vais me retourner et et vous me direz quand c'est bon. Non je vais sortir et attendre. Dites moi juste si la petite qui dort au fond à droite gémit."

Complètement perturbée, la facétieuse exorciste s'agitait dans tous les sens, triturant ses mains et ses cheveux avant de sortir dans le froid, gardant bien sa fourrure autour d'elle. Soudain, elle se fit tirer par une petite main. Elle reconnut le frère de la blessée et elle se mit à lui parler en amérindien, d'une voix réconfortante et en lui faisant des petites blagues en anglais. Leur faire les leçons avait été un de ses passe temps favoris, mais ce temps là était bien loin à présent ... Son cœur s'alourdit à nouveau quand le petit partit, une fois qu'il avait eu des nouvelles. Des larmes montaient aussi, chaudes et salées. Son côté humain reprenait le pas sur son devoir d'exorciste, la tiraillant, lui rappelant à quel point toute cette ambiance allait lui manquer, et surtout que celle-ci allait être détruite. N'entendant plus que ses pensées, Saige s'autorisa à lâcher ces quelques larmes, qui lentement glissaient sur ses joues blanches et froides. Elle tira sur sa cape de fourrure, cachant comme elle pouvait son visage, contracté à cause de cette soudaine douleur au cœur. Il était dur de rester forte, mais elle n'avait pas le choix. L'exorciste devait sauver des vies, mais tout le monde ne pouvait être sauvé ... comme toujours. Comme Kashina la chamane ...





avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Lun 21 Juil - 15:48


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


La jeune femme finit par lui dire qu’il ne devait en rien s’excuser, invoquant un quelconque manque de savoir de la part du Norvégien. Mais pouvait-on seulement parler et dire des inepties si on ne savait rien ? Seth était de ceux qui pensaient que c’était impossible et quand bien même cela se produisait, cela menait à un quiproquo ou même à quelque chose de plus grave. Ainsi, il n’était pas d’accord avec Saige sur ce point mais préféra se taire.

L’allemande baissa la tête sur ses genoux et tentait de faire s’agrandir sa tenue comme si celle-ci était trop courte en tirant dessus. Elle semblait gênée de la présence de l’homme dans sa hutte. Pour chasser son doute, elle attrapa un bac d’eau et nettoya ses outils. Seth l’observait, tentant de comprendre ce qui pouvait tant la tracasser et il se rendit compte de l’accoutrement dans lequel il était. Débraillé à ce point, jamais il ne l’avait été. Il ne ressemblait à rien, à part à un sans-le-sou. Si le feu maître Yeegar l’avait, il aurait écopé d’une remontrance. Alors que la jeune femme s’occupait toujours de sa vaisselle, lui s’occupa de reboutonner sa chemise détruite, histoire d’épargner son corps à sa sauveuse. Alors vint la réponse qui scellerait le sort des Lakotas.

« J'ai eu le temps de reprendre confiance en mes capacités et à accepter le fait de tuer des akumas. J'ai dû même en tuer pour sauver des vies. Puis ... si ma fidèle Mermaid avait su que je fuyais simplement pour abandonner mon rôle, elle m'aurait tuée depuis longtemps ... non. Ici aussi, je sauve des gens et je redonne le sourire. Et cela, Dieu ne peut qu'y compatir. »

Bonne réponse que celle-ci. Elle avait raison sur toute la ligne. Dieu les jugeaient et les avaient toujours en vue. S’il ne la jugeait plus digne de Sa confiance, s’il la pensait devenue trop faible, alors elle aurait eu vite fait de devenir un rejeté. Mais voilà sept mois qu’elle était partie et elle était toujours capable d’utiliser la Mermaid. Et en plus, elle semblait bien décidée à protéger ces gens, Ses gens. Ils l’avaient comme adoptée et il était à présent de son devoir de les protéger.

Pourtant Seth ne dit rien, il avait prit en partie sa décision mais il attendait d’en savoir plus sur la situation. Protéger le peuple était une chose mais contre qui en était une autre. Avant de dévoiler ce qu’elle savait, Saige lui offrit un bol de bouillie avec quelques lamelles maigres de viande. Pour honorer son hôte mais aussi pour se sustenter, le Norsk mangea. Et enfin Saige lui dévoila son savoir.

Un Noé était dans l’Etat-Major de l’armée américaine ? Décidément, les armées du Comte étaient prêtes à tout, même à transformer un général en akuma pour perpétrer des massacres. Alors là, Sem tombait des nus. C’était une situation corsée mais ils pouvaient y faire quelque chose sans mettre en péril la confiance que plaçait le Créateur en eux. Bien, sa décision était prise. Entre deux bouchées de bouillie, il lui donna son nom sobrement, juste en un mot.

C’est alors que les fourrures qui protégeaient l’intérieur du froid se soulevèrent, laissant entrer la bise fraîche et la tête d’un homme aux cheveux d’argent. Seth se retourna et leva les yeux sur lui, il avait un sourire malicieux bien étrange tandis que le Norvégien avait les sourcils haussés au maximum. Et ce que l’amérindien se mit à dire dans un bon américain bien compréhensible mit Seth mal à l’aise et sûrement Saige aussi. Il sous-entendait des choses et honnêtement, s’il avait vu ce qu’il s’était passé avant, il aurait été en droit de se poser des questions. Mais là, non. Heureusement, le blond n’eut pas à intervenir puisque ce fut la presque-indienne qui le fit, d’abord gênée, outrée même puis elle le fit sortir promptement.

Seth soupira tandis que Saige était devenue pourpre. Déjà qu’elle semblait bien embarrassée, il fallait qu’en plus un indien vienne la chahuter encore plus. Cairn compatissait sur son sort, vraiment. La gêne de la jeune femme fut telle qu’elle ne put supporter bien longtemps le regard acier de l’exorciste. Elle prit ses fourrures et s’éclipsa dehors, invoquant le froid qui régnait.

« Je n’en ai pas bes … »

Elle était déjà sortie, le laissant là, pantois. Et bien, dans quelle aventure il ne s’était pas lancé là. Il soupira une énième fois, se disant que Komui aurait bien fait d’envoyer plus d’un exorciste sur le terrain. Les akumas qui viendraient, il pourrait sûrement les gérer avec le soutien de Saige mais le Noé, il avait de grands doutes là-dessus. Etait-il seulement en mesure de l’affronter plus d’une minute sans se faire écraser ? Certes, cela faisait des années qu’il était à la Congrégation mais jamais il n’avait rencontré de descendant.

Saige revint bien vite, lui donnant de quoi s’habiller à la mode lakota puis déclara qu’elle allait à nouveau sortir pour le laisser s’habiller tranquillement, rajoutant qu’il avait une invité qui dormait dans un coin de la tente. Une fois seul, Sem entreprit de se déshabiller. Alors qu’il était à moitié vêtu, la petite remua près de lui. Il n’appela pas Saige mais alla la voir. Elle avait simplement le sommeil agité, rien de grave et ce n’était pas elle qu’il entendit gémir juste après, ou pleurer même.

Il se releva et tendit l’oreille pour entendre que cela venait de l’extérieur. Ni une ni deux, il se dirigea vers la sortie pour découvrir l’allemande en train de pleurer. Sans même réfléchir, il brava le froid et vint à sa rencontre. Il ne savait pas pourquoi elle craquait, si c’était à cause de lui ou bien parce qu’elle s’inquiétait du sort des indiens. D’un doux mouvement, il écarta un pan de fourrure du visage de la jeune femme et le releva ensuite pour qu’elle le regarde. Il souffla alors ces mots :

« Je vais … Nous allons les aider et les sauver. Sèche tes larmes et rentre, tu vas prendre froid. »

Oui, c’était bien lui qui disait ça, lui qui était torse nu dans la nuit. Il la raccompagna alors dans le tipi. Il s’assit alors en tailleur sans même terminer de se vêtir. Il avait chaud, incroyablement chaud. Peut-être était-ce elle qui lui faisait cet effet-là.

« Tu n’as pas à te sentir responsable de ce qu’il leur arrive … Enfin, tu n’as pas à porter seule ce fardeau.»



To be continued ...


© Never-Utopia







Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Lun 21 Juil - 17:54

Redevenir une vraie exorciste



Des tremblements commencèrent à faire bouger son corps frêle, la faisant frissonner et se contracter de plus belle jusqu'à ce que ses genoux ne deviennent qu'une articulation digne d'une simple marionnette non maintenue par ses fils. Presque désarticulée, les mains glacées sur ses lèvres et les yeux écarquillés, Saige sentait les ondes laissées par les amérindiens, mélange de peur comme de joie. Ils étaient là, à savourer leurs derniers instants de liberté, leur dernière communion avec la terre qui les a toujours nourri. Les ondes sonores que lui passait Mermaid la faisait défaillir tant elles étaient belles. Un ode à la vie, aussi infime que cette vie pouvait l'être. Heureusement que le froid la rappelait à la raison sinon tout les efforts que la blonde avait fourni jusque là aurait été vains. Mais elle restait quand même sur place, ses doigts toujours posés sur ses lèvres devenues froides jusqu'à ce que quelque chose ou quelqu'un soulève la fourrure qui cachait son visage à la fois meurtri et embelli par les larmes. Son teint de porcelaine laissait une pleine vue sur ses joues rouges et ses lèvres rosées légèrement gonflées par tant de pressions. Elle croisa le regard acier à nouveau, écarquillant un peu les yeux sous le coup de la surprise et tremblant un peu des paupières. La voix grave et chaude qui sortit d'entre les lèvres du grand blond la calma et elle se reprit en disant presque dans un chuchotement, ses lèvres entrouvertes laissant filtrer une légère vapeur :

"Je suis désolée ..."

Désolée de ne pas avoir les nerfs assez solides, rien qu'en pensant que les akumas allaient encore tuer des innocente âmes, comme ce fut le cas en Chine. Et le montrer en plus à un inconnu, certes exorciste alourdissait un peu plus son cœur de remords. Ces mains qui la menèrent de nouveau dans le tipi lui paraissaient incroyablement chaudes et réconfortantes, lui rappelant celles de son oncle. Ces mains fortes qui l'avaient soulevée, le jour où sa famille fut massacrée, ces mains qui venaient caresser ses longs cheveux blonds ... Cela faisait sept mois qu'elle ne l'avait pas vu, ne lui avait pas donné de nouvelles après sa lettre de départ. Restant sous sa cape de fourrure une fois que chacun s'était installé dans le tipi. Assise près du feu, regardant les braises sauter, elle resta là, pensive, évitant tout contact avec le grand blond du nom de Seth. Quelques minutes passèrent avant qu'elle ne fasse tomber la cape sur les tapis et se permette de recroiser son regard. Plus apaisée, sa joue posée sur ses genoux repliés, elle l'observa, en tailleur, torse nu. Il avait l'air un peu tendu, comme elle tout à l'heure. Son cœur se mit de nouveau à chauffer comme le reste de sa peau. Malgré sa gêne, la jeune femme lui dit, tout en dégageant les cheveux de son épaule droite pour faire apparaître sa nuque :

"Seth ... dieu de la foudre, des violences, des terres arides. Pourtant vous ... enfin ... tu ne sembles pas ... être d'origine égyptienne ou orientale ... je me permets de te tutoyer, excuse moi."

Et de nouveau elle se mit à triturer quelques mèches, ce qui fit bouger sa boucle d'oreille. Celle-ci tinta et se mit à briller d'une couleur ambre qui signifiait qu'elle allait utiliser son pouvoir de régénération. Elle partit en direction de la petite blessée. Agitée, tremblant légèrement, on sentait que l'amérindienne combattait la fièvre que lui avait occasionné sa blessure. Les longs doigts de l'exorciste passèrent entre les cheveux de jais de la petite, et d'instinct ils furent agrippés par la petite main, comme pour se raccrocher au dernier pilier lui permettant de ne pas sombrer seule sur les plaines sacrées. Saige bougea alors ses lèvres, comme pour réciter une prière mais aucune voix ne sortit de sa gorge. Puis, voyant que Seth ne s'endormait pas, elle lui demanda :

"Peux-tu te reposer ? Demain, à l'aube, je vais avoir besoin de toi, pour me rendre au camp militaire qu'ils ont installés, à dix kilomètres d'ici. Nous allons devoir passer par les montagnes pour ne pas nous faire repérer. Ce sera notre seule chance pour exterminer les racines qui nourrissent et rendent plus fort le fils de noé."

Le voyant hésiter pendant un moment, Saige détacha délicatement ses doigts de la main de la petite à présent calmée pour s'approcher à quatre pattes de Seth en le fixant d'un air inquiet, sa bouche s'ouvrant pour sortir quelques mots mais ce furent ses paumes et la pulpe douce de ses doigts qui parlèrent. Lentement, ses doigts caressèrent la joue droite pour filer vers la nuque puis les clavicules tendues. Elle sentit les palpitations qui lui donnèrent des frissons mais elle ne perdit pas sa concentration. Les doigts appuyèrent sur les nerfs sympathique et lentement sa boucle dégagea les ondes, créant de l'endorphine pour calmer les muscles. Ses doigts tremblèrent encore sous l'effet électrique que lui avait apporté ce contact, la faisant légèrement grimacer de gêne. L'effet était certes temporaire mais permettait à Saige de préparer ses affaires pour demain, regroupant dans son sac d'expédition toutes ses affaires de la congrégation ainsi qu'un couteau à la lame arc en ciel que lui avait passé la chamane, prétextant que c'était un porte bonheur. Mais aussi le dernier souvenir qu'il restait à l'exorciste de la vieille dame. Alors que tout était prêt et qu'elle se tenait là, à méditer, une onde fit réagir son innocence. Interloquée par cette soudaine présence, elle se releva brusquement, partant dehors sans prendre le temps de récupérer sa cape. Tout feu était éteint, la nuit régnait en maître. Seul la lumière lunaire et quelques étoiles parvenaient à percer la couche sombre de ce décor de mort. Et une autre lumière, moins naturelle, comme si un léger brouillard fait de milliers de lucioles apparaissait au loin. Les pieds nus de Saige écrasaient la fine couche de neige, n'ayant cure du froid et des brûlures qu'occasionnaient les flocons. Une fois au bout du camp, dans le coin Est, la lumière arrêta de bouger, juste devant les colliers des morts. La silhouette se forma et l'on pouvait voir un dos courbé, de longs cheveux tressés et un petit sourire appelant à la bienveillance. Puis celle-ci vint vers sa disciple en lui tendant ses deux mains. La jeune femme posa les siennes sur celles de l'apparition fantomatique de la vieille dame qui dit calmement, d'une voix chevrotante :

"Alors ma petite. Comme ça, tu as oublié les fondamentaux ?
- Non ... je doute de mes capacités ... je ...
- Tu as peur de te sublimer Ayanna ... tu es innocence. Elle ne se brisera pas car tu portes en toi les ondes qui émanent en chacun de nous. Ces ondes te protègeront et te feront devenir ceci ..."

Lentement, Saige sentit émaner de la vieille dame une force bienveillante et chaleureuse, mais aussi violente et puissante, appelant à la paix. Paupières closes, la blonde se laissa transporter par ce sentiment, se sentant soudainement léviter et secouée par le vent. Les cheveux blonds devinrent argentés, et quelque chose se mit à briller dans la gorge de la demoiselle. Une chaleur intense s'installa et Saige posa automatiquement les mains sur sa nuque, surprise par cette vision. La chamane, ou plutôt son âme commença à disparaître, en offrant un dernier grand sourire à sa disciple et en lui disant avec sagesse :

"Celui qui n'est pas prêt à affronter la mort au terme de sa vie, ne sera pas en paix quand tombera la nuit."

Elle voulait dire que maintenant, quelle que soit les sacrifices que feraient les autres pour survivre, ils devaient en assumer les conséquences. L'apparition se dissipa dans la nuit, laissant une Saige qui observait avec mélancolie les étoiles. Fermant de nouveau ses yeux elle souffla un "merci" dans le vent avant de repartir vers le tipi, plus confiante et plus sérieuse. Quand elle revint, elle vit que la petite était toujours en train de dormir, Seth faisant de même. Sur son chemin pourtant, elle était sûre d'avoir senti une présence. Restant un moment à fixer le blond, penchée légèrement vers lui en tenant ses longs cheveux redevenus blonds et roses, sa main droite se posa sur la joue masculine, en une caresse. Les doigts descendirent, curieux sur le torse avant de se retirer rapidement, suite à des battements violents de cœur. Et ainsi, la jeune femme se posa pour dormir jusqu'à l'aube. Aube qui enfin arriva. Ouvrant difficilement ses yeux, elle partit rapidement vers l'enclos des étalons pour en sortir deux, attendant alors que Seth vienne. L'air déterminé, visage illuminé par le soleil rouge levant, Saige redevenait peu à peu l'exorciste forte mais douce qu'elle était.

(Je te laisse la liberté pour le fait que Seth se soit réveillé ou non pendant la rencontre entre la chamane et Saige et aussi sur le déroulement qui va suivre leur traversée ;3)




avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Jeu 24 Juil - 11:58


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Une fois à l’intérieur de son réconfortant tipi, Saige finit par sécher ses larmes et à redevenir normale. Enfin du moins presque comme avant. Elle semblait toujours aussi tendue, comme si la présence de son collègue la rendait nerveuse. Et après tout, il pouvait le comprendre, il ressentait le même embarras. Ce n’était sûrement pas tous les jours au cours de ces sept (Seth ; ohohoh) derniers mois qu’elle avait reçu la visite d’un homme blanc. Et en tout cas, si elle voulait cacher sa gêne, c’était vraiment rater. Elle commençait à manipuler des magnifiques mèches blondes rosées tout en faisant une rapide analyse du prénom de son invité. Elle déduit rapidement que son nom n’avait rien à voir avec ses origines et en vérité, même le prénom que lui avaient donné ses parents n’avait aucunes connotations avec la Norvège ou la Scandinavie. En fait, chacun des prénoms que portaient les enfants Cairn provenaient de la Bible, ce qui montrait l’attachement qu’avait eu leur mère pour le Seigneur et son livre saint. Alors que l’allemande se levait pour aller au chevet de la petite et ainsi tenter de la soigner, Seth lui expliqua, tout.

« Je suis norvégien. J’ai passé la majeure partie de ma vie à Bergen, sur la côte. Et bon, peut-être que mes parents ont voulu trouver un autre nom de Dieu de la foudre. Tu m’aurais vu m’appeler Thor ? »

Non, il ne lui avait rien dit sur son véritable prénom. Peu de gens le connaissaient en vérité. Ou du moins, ils n’en avaient pas conscience jusqu’à ce qu’ils lisent le dossier de l’exorciste Cairn. Elle n’avait pas besoin de tout savoir sur l’homme qui se tenait près d’elle, enfin par pour le moment, pas alors que ça faisait moins d’une journée qu’ils se connaissaient.

Alors que la Sirène s’occupait tendrement de la petite, Seth la regardait faire, à moitié absent. Il repensait à ce qu’elle lui avait dit peu de temps auparavant et comment il serait possible de protéger les Lakotas à eux seuls. Et comme si elle avait qu’il pensait à cela et que ça le préoccupait grandement, elle l’informa de ce qu’elle avait prévue pour la journée à venir et son plan pour ‘exterminer les racines qui nourrissent et rendent plus fort le fils de Noé’. Et de plus, elle l’enjoignit à se reposer. Pourtant Seth était perplexe quant à ce fait. Se reposer, certes, c’était essentiel mais il avait le sentiment qu’il ne le pourrait pas ou très difficilement. Il avait toujours eu le sommeil léger et la perspective d’une attaque sûrement surprise empêchait le grand blond de dormir paisiblement. Et à nouveau, Saige dut le sentir et s’approcha de lui, non sans que celui émette un mouvement de recul léger, surprit par l’initiative de la jeune femme. Et alors que ses doigts fins et prestes venaient faire plus ample connaissance avec la peau pâle du Norsk, celui-ci se calma, peu à peu, ses muscles se détendant lentement. Et alors que la voix de Saige, cette douce et mélodieuse voix, retentissait à l’intérieur du tipi comme dans le corps de Sem, celui-ci ferma les yeux pour s’endormir, l’esprit léger.

De la nuit, il ne vit rien et finit par se réveiller, reposé comme jamais. Il était seul dans le tipi, enfin Saige n’était pas là, sûrement était-elle déjà en train de se préparer au voyage. Il s’étira longuement avant de finalement se lever. Enfilant le haut de l’habit traditionnel, il s’apprêtait à sortir de la tente quand un gémissement se fit entendre. Le Scandinave se retourna et se présenta au chevet de la petite indienne. Il s’accroupit à coté d’elle et lui caressa doucement les cheveux. Au bout de quelques minutes, elle finit par se calmer et Seth put alors partir.

Il finit par trouver Saige à l’enclos des chevaux. Deux étaient déjà prêts mais avant de se mettre en selle, Cairn devait récupérer quelques affaires que les amérindiens lui avaient confisquées, notamment son golem. Après avoir demandé à l’Allemande où il pourrait trouver ce qu’il cherchait, ils purent partir, non sans que Saige ne l’habit correctement comme il était convenu de la faire la veille, non sans que le norvégien ne rougisse légèrement de ce contact fugace.

Ainsi ils se mirent en route, y allant d’un bon trot pour y arriver assez vite. A coté de Seth voletait sans faiblir la petite machine en forme de chauve-souris cyclope. La Congrégation n’avait pas semblé vouloir le contacter mais il était resté pendant plus d’un jour sans donner de nouvelles. Le Grand Intendant ou les scientifiques n’allaient pas tarder à le faire, tôt ou tard. Et c’est pour bien autre chose que le robot noir brailla, oui oui, cria. Enfin pas pour le premier mot dit par son interlocuteur mais pour la suite, si.

« Seth … BON ANNIVERSAAAAAAAAIRE !! »

Le concerné écarquilla grand les yeux lorsque la voix lui parvint aux oreilles. Il la connaissait très bien, cette voix rieuse et toujours de bonne humeur. Et pourtant, il mit du temps à comprendre à qui elle appartenait et même pourquoi la jeune fille lui criait cela. Oui, aujourd’hui était le 28 décembre et Seth venait donc d’avoir vingt-quatre ans. Et bien sûr, aussi pétillante qu’à son habitude et même si l’homme du jour était en mission, Catelyn n’avait pas hésité à le lui crier à tût-tête de peur qu’il ne l’entende. C’est alors gêné que Seth lui répondit.

« M… Merci Cat. Vraiment, merci. Ça fait du bien de voir que même loin de la maison, on ne m’oublie pas. »

Sur ce, il émit un petit rire pour faire croire qu’il n’était absolument pas gêné de la situation. Mais à l’instar de Saige qui n’arrivait pas à cacher son embarra, lui était en train de rougir. Et heureusement que Catelyn ne le voyait pas sinon il aurait été bon pour se faire charrier pendant un bon bout de temps. Surtout qu’elle lui aurait demandé jusqu’à ce qu’il craque pourquoi il devenait rouge, ce qui l’aurait mis encore plus mal à l’aise.

Et alors que la jeune exorciste aux cheveux roses parlait et parlait, il coupa court à la discussion pour ne pas laisser Saige dans un total désarroi. Non sans que Catelyn ronchonne alors que son coéquipier lui disait qu’il devait la laisser, la communication se termina. Et alors qu’ils chevauchaient toujours tranquillement, le Norsk finit par lui expliquer :

« C’était ma coéquipière. J’aurai dû me douter qu’elle allait finir par me contacter aujourd’hui … »



To be continued ...


© Never-Utopia





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Jeu 24 Juil - 15:24

Un moment de paix



Le pas des chevaux se faisait presque aussi silencieux que la forêt qu'ils traversaient. Juste quelques craquements de brindilles mortes et le bruit de leurs sabots s'enfonçant dans la neige. Le vent s'était un peu calmé depuis hier, se faisant simple brise glaciale dans cet environnement endormi. Pas un oiseau, pas un cervidé ne passait par ici depuis quelques mois. Les ressources se faisaient bien trop rares et les animaux s'étaient donc déplacés vers d'autres régions plus prospères. Cette ambiance pouvait être aussi apaisante qu'elle pouvait paraître inquiétante. Mais pour la jeune exorciste, ce n'était qu'un sanctuaire pur et appelant à la paix, pas encore touché par les pioches et les constructions des pionniers. Elle savait qu'en s'avançant plus loin, dans les montagnes, une fois descendu de leurs montures, le paysage changerait. Le camp militaire avait souillé la terre mère des Lakotas, laissant déchets putrides se mêler à une neige pleine de boue. Déterminée, droite sur son cheval Saige restait aux aguets, surveillant qu'aucune onde suspecte ne soit détectée par son innocence. Elle en voulait aux hommes ayant sa couleur de peau, mais elle ne pouvait pas non plus totalement les blâmer. Après tout, c'était dans la nature humaine de prendre possession de ce qui ne lui appartenait pas et surtout de ne pas le partager équitablement. Cela s'appelait l'égoïsme. Pressant soudainement le pas de son cheval pour se mettre à l'avant quand elle vit Seth se poster devant, la jeune femme se mit finalement à côté pour ne pas blesser la fierté du nordique. Mais cela ne l'aidait pas. Ses yeux azurs filaient par moments vers le blond pour l'observer quelques secondes, juste quelques secondes. Puis ils regardaient de nouveau la route. Seth l'intriguait. Chaque contact, que ce soit oculaire ou dermique éveillait en elle une curiosité, une gêne. Encore avant de partir, en mettant les vêtements de l'exorciste en place, elle s'était encore sentie frissonner, faisant alors tout pour le cacher à l'homme. Soudain, elle se souvint de la nuit, où volontairement, elle avait usé de son pouvoir pour l'aider à se relaxer et dormir. Certes il avait l'air plus détendu et moins affaissée, mais elle voulait savoir. Ouvrant ses lèvres en jetant un regard inquiet à Seth, main posée contre sa poitrine, elle commença sa phrase :

"Est-ce que tu ...
- Seth … BON ANNIVERSAAAAAAAAIRE !!"

Le hurlement la prit de court. Une voix féminine venait de sortir de nulle part et de la couper dans son élan. Sa main glissa de nouveau sur la crinière de son destrier et c'est les pommettes légèrement rosies par la gêne qu'elle abandonna, laissant la gaie jeune fille parler à Seth. De nouveau le regard porté vers les montagnes qui devenaient plus abruptes et pentues, Saige essaya de se rappeler le dernier anniversaire qu'elle avait fêté, une pointe d'amertume se glissant dans sa gorge. Le dernier cadeau offert par son oncle avait été ce fameux album duquel elle avait pris certaines photos de leurs voyages, en sept ans. Un cadeau bien plus précieux que ces choses dont les filles de son âge raffolaient, tel les robes ou les bijoux. Sentant que la conversation s'éternisait et qu'ils arrivaient bientôt à leur destination, l'allemande lâcha un petit soupir ponctué de légers tremblements, augmentant la vitesse de sa monture pour passer devant Seth. Celui-ci finit presque à quelques secondes d'intervalle de parler à cette "Cat". Non, il n'y avait pas à être envieuse ou jalouse Saige ! Concentre toi sur la mission ! Secouant la tête frénétiquement, ce qui fit voler ses cheveux décorés et sa boucle d'oreille. Elle se tourna légèrement vers Seth en évitant de le regarder et en faisant la moue. Elle avait peur de faire preuve de maladresse :

"Tant ... mieux. Du moment que ceux qui te sont proches ne t'oublient pas, c'est ce qui compte. Par contre ..."

Son regard devint plus sérieux et cinglant :

"Nous arrivons bientôt au camp. Donc évite toute communication à présent."

Sentant qu'elle fut trop brutale, ses joues devinrent plus rouges et sa moue plus présente. Non il ne fallait pas qu'elle se montre comme ça ! La mission ! Clignant fortement des yeux en fulminant contre elle même. Dos tourné et tête un peu baissée, la jeune femme dit d'une voix un peu hésitante :

"Sinon ... b ... bon anniversaire ... Je ferai mon possible en ... en rentrant au camp pour que ... tu aies un moment ... pour le fêter."


Puis elle finit par le laisser légèrement derrière, s'allongeant le long du coup de l'étalon, complètement exaspérée par son attitude. Mais au moins, la vraie Saige remontait lentement, se montrant plus gaie et expressive. Comme lui avait dit la chamane, elle devait affronter telle qu'elle était les prochains événements et elle avait sa propre force. Attrapant vivement son sac qui était sur le point de tomber sur la pente, la blonde glissa sur la croupe du cheval en gardant ses jambes plaquées contre pour se pencher en équilibre et rattraper le sac à la volée. L'air plus vif, la jeune femme calcula la hauteur à laquelle ils étaient puis descendit en sautant du cheval. Elle l'attacha à un arbre en lui mettant le petit sac de graines sur une branche à sa portée de col et de gueule avant de lever l'index vers un léger chemin pentu :

"Nous devons marcher à partir d'ici. Normalement, depuis mon dernier passage je crois qu'ils ont rajouté un guet. Il va falloir que je le neutralise discrètement et l'on pourra aller vers la tente où ils ont en quelque sorte entreposés les akumas."

Entreposé était un mot bien doux pour décrire la façon dont ces anciens hommes avaient été placés. D'anciens amérindiens capturés ou des pionniers sans le sou qui avaient préféré se sacrifier que de vivre dans la désolation, assis dans la boue, comme de vulgaires bêtes de zoo, ou mis en cage pour les plus puissants. Leur erreur stratégique avait été de signifier que cette tente était un entrepôt d'armes secrètes qui n'allaient servir qu'en cas d'urgence et celle-ci était accolée à celui de l'artillerie ... il fallait donc faire sauter la tente Sud contenant les armes pour souffler en grande partie les akumas. De ce qu'elle avait pu compter ils n'étaient que dix et cela faisait deux jours qu'elle n'était pas revenue. Sortant un ruban de son sac pour s'attacher les cheveux, l'exorciste les mit en chignon tombant sur la nuque, dégageant sa fine nuque blanche et palpitante qui disparut sous la cape de fourrure. Capuche mise, elle fila à petits pas dans ses bottes vers le chemin, sondant la zone pour repérer toute onde sonore suspecte, sans oublier de vérifier par petits arrêts que le nordique blond la suivait. Cette fois-ci, Seth put voir que la jeune femme avait totalement changé d'attitude, se montrant plus droite et sûre d'elle, comme l'était son oncle. Elle était presque ombre fugace quand ils arrivèrent près du guet. Agilement, la blonde glissa derrière un rocher avant d'observer combien de soldats étaient en poste. Un seul. Bingo ! Grimpant sur le rocher, elle bondit et d'un coup de pied bien placé dans la nuque, le soldat tomba à moitié assommé et sans souffle. Saige en profita pour le ligoter et jeter toutes les armes loin de lui avant d'appliquer le même procédé que pour Seth, hier soir. Le soldat tomba raide, endormi et elle le bâillonna avant de le traîner derrière les rochers. Travail terminé. Elle crut sentir le regard de Seth sur elle. La jeune femme se tourna donc vers lui en lui expliquant rapidement ce qu'ils devaient faire :

" (...) et après nous pourrons retourner au camp en passant par le tunnel minier près d'ici. Nous aurons une minute pour mettre le plus de distance possible entre la zone de l'explosion, qui atteindra normalement la tente principale et les provisions, et notre position."


Malheureusement, en sautant sur le militaire, Saige s'était un peu foulée la cheville. La douleur n'était pas grand chose pour le moment et puis elle pourrait se guérir d'elle-même après avoir fait sauter leur objectif. Serrant les poings, un sourire empli de courage et pur se dessinant, elle dit à Seth :

"Prête à vous suivre, mon cher guide ! Vous allez avoir un feu d'artifice pour votre anniversaire ! Et nous allons aussi étouffer nos ennemis dans la foulée !"

Un peu de gaieté malgré une action brutale, mais censée. Ca ne faisait pas de mal si ?



avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 27 Juil - 12:09


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Communication coupée, voilà que la discussion reprenait avec Saige, celle-ci n’entendant vraiment pas longtemps avant de parler. Seulement, elle semblait comme …gênée par la conversation que le nordique avait eu avec sa camarade. Elle venait de secouer la tête comme si elle tentait de se reprendre et ses mots étaient prononcés avec maladresse. Avait-elle quelques raisons d’éprouver de la jalousie à l’égard de Cat ? Oh si seulement elle savait qui unissait le Norsk et l’Irlandaise n’était que fraternel, elle aurait vite fait de se reprendre. Elle parla, invoquant le soutien qu’il avait de la part de ses proches et Seth se rembrunit. Après avoir déclaré qu’ils arrivaient au camp, Saige sembla troublée et semblait avoir besoin de se faire excuser. Mais ce n’était certainement pas à cause du soudain renfrognement de Sem, elle ne devait pas s’en être rendu compte.

Rangeant prestement et sans un mot son golem, il rumina. ‘Que tes proches ne t’oublient pas’ … Que lui restait-il, là était la question. Catelyn était bien la seule à penser à lui. Le Maître était bien trop occupé et même s’il n’appelait pas son disciple, ce dernier savait qu’il pensait à lui. Mais ils n’étaient que des amis, et même si au fil des ans il avait fini par les considérer comme sa famille, ils n’en restaient pas moins des amis. C’était plutôt sa vraie famille qui le faisait se rembrunir. Sa mère était morte, son frère pareil, Adah le considérait tout juste comme son frère et son père, tss, autant l’oublier. S’il n’était pas mort, tant mieux pour lui.

« Sinon ... b ... bon anniversaire ... Je ferai mon possible en ... en rentrant au camp pour que ... tu aies un moment ... pour le fêter. »

Sem dut faire les yeux ronds lorsqu’il entendit cela. Un moment pour fêter son anniversaire … Dans un campement indien avec pour seule connaissance Saige ? Quelle idée farfelue mais il aimait bien. Oui, ce serait bien ironique t pourtant tellement amusant. Mais d’abord, il fallait accomplir la mission. Seth ne pourrait pas faire la fête si une menace planait toujours sur les amérindiens. Et voilà justement qu’ils arrivaient en vue du camp militaire. L’Allemande lui expliqua brièvement ce qu’elle allait faire et le laissa ensuite là. Elle fondit prestement sur le garde posté là devant, lui asséna un coup de pied magistral et le neutralisa. Alors qu’il avançait, Seth ne put que se demander si cela faisait vraiment sept mois que la blonde était entrée à la Congrégation. Ces gestes, cette technique de combat, on ne l’acquérait qu’après nombre et nombre d’entraînements au sein de l’Ordre Noir.

Une fois arrivé à porté de voix de Saige, celle-ci lui transmit brièvement le plan. Mettre le feu à un dépôt de munition que se trouve juste à coté du baraquement des akumas. Quelle idée stratégique minable, vraiment. Saige était sûre qu’il y avait un Noé derrière tout ça mais le Norsk se mit à douter. Se pouvait-il qu’un descendant de la ‘race supérieure’ puisse faire des erreurs telles ? Oui, ça ne faisait que prouver qu’ils étaient humains.

Seth dégaina son rosaire, invoqua mentalement son pouvoir et celui-ci réagit, se parant de cette pâle et paisible lueur verte que certains auraient pu qualifier de maladive. Pour l’exorciste, elle était reposante, si reposante. Le sombre dévot observa le camp, ses alentours, chercha un plan d’attaque. C’est alors que Saige se permit un trait d’humour.

« Prête à vous suivre, mon cher guide ! Vous allez avoir un feu d'artifice pour votre anniversaire ! Et nous allons aussi étouffer nos ennemis dans la foulée ! »


« C’est trop d’honneur, ma chère, dit-il avant de reprendre rapidement son sérieux. Reste près de moi, je neutralise, tu endors. »

Ceci dit, il partit en avant. Etant des élus du Seigneur, ils ne pouvaient pas, sous aucun prétexte, supprimer une vie humaine avec leurs innocences. Ainsi Sem se contenterait de jeter à terre les militaires avec Sanctum Rosarius Tenebris ou même de les immobiliser comme il l’avait fait avec Allen et Saige, le suivant de près, userait de The Mermaid pour les endormir paisiblement sans qu’aucun ne donne l’alerte.

Discrètement, ils passèrent de tentes en tentes. Lorsqu’un militaire ne pouvait pas être évité, il était victime de la poigne de fer du chapelet qui le tirait en arrière, vers son propriétaire qui venait lui mettre une main devant la bouche pour l’empêcher de crier à tue-tête. Ensuite Saige faisait son travail, invoquant la Sirène. Et voilà qu’ils repartaient déjà, avançant toujours plus inexorablement vers les tentes principales. La jeune exorciste semblait bien à l’aise dans cette mission et ce ne fit qu’étonner le Norsk. Pourquoi avoir fuit durant sa première mission ? Une question qui resterait sûrement en suspens.

Deux endormis et les voilà devant la Tente Sud, grande tente en vérité. Ils se hâtèrent de rentrer à l’intérieur de peur d’être repérés et ils découvrirent monceaux d’armements, de poudres à canon et de munitions. Seth sourit puis déclara à mi-voix :

« Quel beau feu d’artifice ça sera. J’en ai de la chance. »

Il s’approcha des caisses et chercha un endroit pour démarrer le feu. Mais c’est alors que retentit derrière eux une voix de mauvais augure.

« Qu’est-ce que … Des Indiens ? Arrêtez tout de suite !»

Et merde … Seth soupira et regarda brièvement le militaire. Il pointait son arme à feu sur les deux exorcistes. Oui, il avait à faire à un idiot. Seth soupira encore une fois et se leva doucement, levant ses mains devant lui pour montrer qu’il ne faisait rien, son rosaire pendant à coté de son bras. Si l’américain tirait, tout partirait en fumée et eux trois en prime. Il ne valait donc mieux ne pas montrer de résistance. Montrer seulement, bien sûr. Agir était une autre chose.

D’un geste preste, le norvégien baissa son bras gauche et donna un grand coup dans l’air, le frappant de gauche à droite. Le Chapelet suivit le mouvement et vint cingler le gars sans même qu’il s’en rende compte. Il tomba à terre et Seth bondit, l’asphyxiant avec ses mains jusqu’à ce qu’il tombe dans les pommes. Il se releva et se retourna vers Saige.


« Je crois que dehors, ça s’affole. »



To be continued ...


© Never-Utopia





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 27 Juil - 13:56

Les hostilités commencent ...



Visiblement, tout devait bien se passer. Visiblement, j'insiste. La symbiose entre les deux exorcistes était parfaite, mais malgré tout, il y eut un bémol, de taille. Alors qu'ils attiraient, endormaient à chaque fois les soldats, Saige avait l'impression que quelqu'un les surveillait depuis la montagne. Par deux fois, elle leva le nez, mais la présence disparaissait. Qui cela pouvait-il être ? Encore plus sur ses gardes, son adrénaline montant comme durant les entraînements avec son oncle, la jeune femme devenait une vraie machine de soutien. Automatique, pleine de réflexes, elle savait ce qu'elle avait à faire. Après tout, depuis que James Shepard l'avait récupérée alors qu'elle avait plus d'une dizaine d'années, il avait entraîné sa nièce pour qu'elle soit rompue le moment venu. Même si au moment des vrais combats, l'allemande avait du mal à se concentrer quand celle-ci devenait une cible. Avançant toujours plus dans le camp, les deux exorcistes arrivèrent enfin à la tente où les armements étaient entreposés. La jeune femme en profita pour jeter un coup d’œil, s'avançant le plus discrètement possible dans la tente. Rien n'avait changé, depuis son dernier passage en éclaireur. Toujours autant de tonneaux de poudre et de canons, prêts à éventrer les sol purs du Dakota, des fusils aux balles destructrices ... des épées faites pour égorger. Elle en frissonna rien qu'en repensant à tous les massacres dont elle avait été témoin. Ses doigts se serrèrent sur la cape et elle rit un peu au commentaire de Seth :

"Que voulez-vous, mon cher. J'aime donner le meilleur."

Elle fit un petit clin d’œil malicieux au blond quand soudain une voix grave la fit tressauter. Un soldat. Restant figée comme demandé, elle observa le norvégien faire. Levant le bras, le chapelet attrapa rapidement le soldat sans qu'il ne puisse tirer ou frapper de la lame. Seth était fou, mais elle admirait. Ses doigts sur ses lèvres, ses iris brûlant d'admiration, Saige redevint normale quand celui-ci dit d'un ton sec qu'il y avait du grabuge. Fronçant les sourcils et regardant le soldat, elle eut une idée. Mais il fallait faire ça vite et bien. Déshabillant l'homme assommé, la blonde prit un à un ses vêtements avant de passer rapidement à Seth. Mais ... elle se résigna bien vite, se disant que ce n'était pas à elle de le faire, même si ça pouvait être un moyen de ... non et puis zut ! Saige sérieuse, le fixa intensément, en lui tendant les vêtements du soldat, les joues rouge de gêne :

"Déshabille-toi"

Un petit blanc suivit. La phrase pouvait porter à confusion ... ! Sentant la panique et ses joues devenir de vrais concentrés de chaleur, elle sursauta faiblement, ce qui fit voler ses cheveux dans le mouvement :

"Je voulais dire ... ! Mets-les, je vais jeter l'homme à l'arrière et mettre en route le feu"

Sa voix se fit douce mais sérieuse, montrant qu'elle était prête à réussir son coup coûte que coûte. Tirant le gars pour le jeter à l'arrière de la tente et ainsi attirer l'attention des soldats, elle les entendit dire d'aller dans la tente. Cassant de sa dague un tonneau pour mettre le feu à la poudre, l'exorciste se recula prestement quand le feu commença à démarrer d'un coup. Prenant Seth par le bras pour le tirer à l'arrière de la tente et ainsi sortir, elle fit la mimique du salut militaire de manière exagérée :

"En espérant que ça leur plaise !"


La minute qui suivit, la tente se mit à exploser et s'embraser. Les flammes montèrent à plus de trois mètres de hauteur et dans la foulée la tente à côté fut soufflée et brûlée. Des cris monstrueux en sortirent et les soldats venus pour étouffer le feu se mirent à hurler et paniquer. Tenant à présent la main de Seth de manière à ce qu'ils soient côte à côte la blonde courut avec lui jusqu'au tunnel en riant. Puis quand ils furent enfin dedans, elle le lâcha, sautant de joie, poing levé :

"On a réussi ! On a réussi !


La jeune femme laissait exploser sa joie, dansant le long du chemin en chantant à pleine voix un petit chant de victoire. Elle débordait soudainement d'énergie puis d'un coup elle s'arrêta, se souvenant qu'elle n'était pas seule. "Oups" fut l'interjection qui sortit de ses lèvres rosées, interjection joyeuse, mais gênée. Elle revint vers Seth alors qu'ils s'approchaient de la sortie. Délicatement, Saige posa ses propres mains sur sa poitrine et dit d'un ton chaleureux :

"Je ne sais vraiment pas comment te remercier. Ah ... ! erm ... désolée pour tout à l'heure. J ... je voulais juste que l'on aille plus vite et qu'on se fonde dans la masse. Je ... j'ai un peu perdu mes habitudes de femme de bonne famille en restant ici ... En tout cas, je m'excuse, vraiment !"

Saige le regarda encore un instant et prit un petit air gênée, ses pommettes devenues plus rouges à cause de toute cette gêne et excitation. Détournant ses iris azur de ceux bleu acier, elle devint soudainement silencieuse, n'osant plus dire quelque mot car perdue dans ses pensées. Mais bien vite, alors qu'elle s'appuyait sur un rocher, elle se rappela de sa cheville tordue et quoi de meilleur comme rappel qu'une vive douleur. Un genou à terre, la demoiselle se mit à masser l'endroit lésé une fois sa botte enlevée. Mais ... en fin de compte, ce ne fut pas une foulure qui était au niveau de la cheville. Non c'était bien trop gonflé. Une entorse, plutôt. Soufflant de dépit, le pied nu, la blonde regarda Seth qui était à présent devant elle. Les mots restaient coincés dans sa gorge, sans doute par fierté ... c'était si dur de les dire ... Se faisant suppliante et un peu désemparée, telle une enfant qui vient de faire une bêtise, elle lui demanda :

"Je ... est-ce que je peux te demander de me ramener jusqu'aux chevaux ... ? Je sais que ce n'est pas vraiment une requête recommandable ... sachant qu'à trop vouloir bien faire j'y ai laissé mon pied ... Si ... Sinon je vais essayer, si ça te gêne ... Se ...Seth"

Ces mots étaient si durs à dire, elle, l'impétueuse, la fière et pétillante exorciste. Elle en prenait un coup, ici, assise sur son petit rocher, jambe écartées et pied gonflé.




avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Mer 30 Juil - 12:28


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Il ne fallut pas longtemps à l’allemande pour trouver un stratagème de sortie. Prestement, elle vint se porter au devant du soldat sonné et tout aussi rapidement elle le déshabilla pour donner l’uniforme à son collègue non sans rester pantoise quelques instants devant lui. Quelle situation cocasse. Alors qu’ils devaient fuir rapidement et que lui devait enfiler d’autres vêtements, voilà qu’elle ne voulait pas lui donner comme si … elle voulait le voir se déshabiller et lui enfiler la veste militaire. Mais alors que tous deux n’allaient pas bouger, Seth n’osant lui prendre les vêtements des mains, Saige eut le bon sens de finalement les lui donner. Elle s’éloigna alors avec le corps inerte du soldat pendant qu’il enfilait cet uniforme bien différent de celui, noir de jais, de la Congrégation.

Le feu venait de prendre et voilà que Seth était habillé, fin prêt à tenter une sortie et il n’eut même pas le temps de franchir le seuil de la tente par lui-même, Saige le tirant par le bras un peu rudement comme si elle avait peur qu’il commette un impair. C’est donc en ronchonnant sur le fait qu’il était exorciste depuis bientôt sept ans et qu’il savait comment faire qu’il fut ‘trainé’ jusqu’à l’autre bout de la tente. Ils sortirent ainsi du camp, personne ne semblant vraiment prêter attention à deux soldats même si ceux-ci se dirigeaient vers la sortie alors qu’ordre avait été donné de se rassembler prêt de la tente principale. Oh quel beau spectacle ça allait donner ce feu d’artifice. Et même s’il n’y avait pas de quoi se réjouir de la mort de brebis de Dieu, Seth avait le sentiment du devoir accompli.

Ils n’étaient pas même arrivés au tunnel que les installations prirent feu et explosèrent en un magnifique spectacle pyrotechnique. Admirant quelques instants Son cadeau d’anniversaire, Seth finit par rejoindre Saige en courant jusqu’au tunnel. C’est là qu’elle explosa de joie, chantant et remuant. Sem n’était pas comme elle, peut-être un simple sourire tout au plus illuminait son visage. Il pouvait comprendre à quel point l’allemande devait être heureuse d’avoir évité un massacre qui aurait concerné tous ces gens qu’elle avait côtoyé et aimés. Oui, tant mieux pour eux et pour elle.

« Je ne sais vraiment pas comment te remercier. Ah ... ! erm ... désolée pour tout à l'heure. J ... je voulais juste que l'on aille plus vite et qu'on se fonde dans la masse. Je ... j'ai un peu perdu mes habitudes de femme de bonne famille en restant ici ... En tout cas, je m'excuse, vraiment ! »

« C’est normal, on a fait ce qu’il fallait faire. Il lui prit les mains et continua. Et je crois bien que je peux t’excuser pour avant. »

Juste après cela, il lâcha sa prise sur les doigts frêles et doux de la dame. Il se sentait comme troublé. Il ne savait pas vraiment pourquoi il avait fait cela. Tous deux étaient gênés parce qu’il s’était passé et Saige finit par détourner son regard bleuté de celui acier du Norsk. Elle s’éloigna et alors qu’elle posait un pied sur un rocher, elle se courba de douleur en se tenant la cheville. Il ne fallut pas longtemps à Cairn pour se rendre compte qu’elle s’était blessé et il s’approcha d’elle, lui posant une main sur l’épaule et s’accroupissant à ses cotés pour tenter de comprendre. C’est alors qu’elle lui demanda, suppliante, de l’emmener jusqu’aux chevaux.

Sans un mot, le Scandinave la prit dans ses bras, doucement et il se leva. Il marcha alors tranquillement dans le tunnel, il n’y avait aucune raison que des soldats aillent le vérifier, si toutefois ils en avaient la connaissance. Saige était légère, comme une fleur précieuse qu’il fallait à manipuler avec précautions. Alors qu’ils arrivaient au bout de l’antre noir, Sem s’enquit de savoir si c’était grave.

« Juste une foulure ou c’est plus sérieux ? »

Il n’y avait après tout peu de raisons de s’inquiéter. Saige possédait le divin pouvoir de soigner les maux et lui-même en avait été le témoin. Du moins, soigner une foulure, une coupure, cela devait être facile. Mais si maintenant, fracture il y avait, ç’aurait été plus problématique. Mais alors que le blond déposait Saige sur son cheval, il se dit que ce devait être bénin. Jamais elle n’aurait pu marcher durant la mission si c’était trop grave.

« Tu arriveras à monter ? »

Oui, il s’en faisait du souci pour elle.


To be continued ...


© Never-Utopia



Spoiler:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Mer 30 Juil - 16:19

Bon anniversaire !



Peut-être avait-elle été trop demandeuse. Peut-être qu'elle en profitait, non ... le fait de profiter de sa gentillesse alors qu'il la soulevait, était secondaire. Cette fois-ci, c'était un réel besoin. Son pied avait enflé et elle avait pu marcher certes en clopinant un peu durant le trajet, mais la douleur s'était relancée depuis que la jeune femme s'était mise à sauter pour exprimer sa joie. Ensuite, ces mains chaudes, ces grandes mains qui avaient enveloppé ses doigts, caressé la peau en les relâchant, elle les sentait encore. Agrippée à lui, les battements se firent soudainement plus rapides. Était-ce le fait qu'il la soulève avec autant de facilité ou bien ... qu'elle doive rester un moment contre lui ? Non, elle ne pouvait pas se permettre ! Et puis ce sourire qu'elle avait pu voir, lui qui avait l'air si braqué, si inaccessible. Soudainement, Saige avait envie de le voir plus souriant, plus humain. La jeune femme resta donc silencieuse le temps de la marche, se laissant bercer par les mouvements du corps de Seth. Quand son équipier s'enquit de l'état de son pied, elle se sentit justement perdre pied. Mais on ne pouvait pas vraiment dire ça, n'est-ce pas ... vu qu'elle n'était pas sur ses pieds ... enfin nous nous égarons ! Les cheveux blonds avaient au moins le mérite de cacher son visage, tel un voile protecteur.

"Ce ... je pense que je vais devoir déplacer mon os en rentrant. J'ai été un peu trop joyeuse dirait-on ... Mais ce n'est pas aussi grave que le fait de voir des gens souffrir de plaies béantes, je t'assure."


Oui, soigner les plaies n'avait pas été un exercice facile. Imaginez-vous devant une chair à moitié nécrosée, du liquide jaunâtre sortant d'un intestin, à nettoyer et couper la peau d'un couteau. Les doigts sur la chair infectée, molle pouvant se délabrer comme si l'ont touchait la lèpre. Ou bien même couper une jambe pour éviter la propagation d'une gangrène bien trop présente pour qu'elle puisse utiliser son pouvoir. Ce genre de situations, l'allemande avait dû les affronter, et prendre sur elle. De nombreuses nuits sans dormir, des maux de ventre affreux, lui faisant recracher de la bile tant elle ne pouvait manger. Une douleur persistante mais à laquelle on ne pouvait échapper. La douleur de la guerre. Ces atrocités qui revinrent au galop, tel un étalon fou dans son esprit lui offrirent gracieusement la sensation de piques saignant à blanc son estomac. Ses longs doigts tirèrent sur le veston militaire un instant, exprimant toute la tension que ressentait la portée. Fronçant les sourcils de force afin de combattre cette sensation, elle se sentit mise sur le cheval. Déjà, elle se doutait que les soubresauts de la traversée n'allaient pas être de tout confort. Il fallait rester forte comme toujours. Mais le cheval sentait bien la tension qui l'habitait et commençait déjà à taper du sabot contre le sol glacé. Tenir ... et oublier la douleur. Un frisson glacial monta jusqu'à la base haute de sa colonne vertébrale alors que de visage, elle ne s'autorisait qu'à sourire. Tête penchée vers le norvégien, ses doigts courant sur sa mâchoire pour pouvoir fixer ses iris de fer et ses lèvres fermées à tout sentiment, elle dit :

"Je vais bien. Ezhno m'aidera à remettre l'os en place. Pense à toi, et à ton anniversaire. C'est un jour de fête, ne l'oublie pas."

Protéger, oui protéger. Envelopper de ses bras chauds un corps meurtri, laisser battre le cœur de la terre mère contre ce visage aux nombreuses cicatrices, c'était ce qu'elle avait à faire, pour lui, lui qui avait trop donné. Une sensation qui normalement pouvait soigner bien des maux. Soudainement plus confiante, l'allemande se retira pour se placer, assise de côté, sur son cheval. Droite, visage levé vers le ciel Saige ferma les yeux, inspirant l'air frais, empreint du parfum des conifères non ravagés par les militaires. Sans doute que le vent répondit au souffle de celle qu'il avait accueilli sur cette terre de mythes, car celui-ci fit claquer sa cascade dorée et rosée comme l'aurore, la déployant en un voile épars de soie, aux senteurs d'onguents. Le Dakota du Sud, terre de mythes, terre des lakotas, peuple fier qui avait su accepter la pâleur en leur sein. Cœur plus léger et illuminée par le soleil levant, Saige tapa sur la croupe de son destrier, prête à les retrouver le plus rapidement possible. Ezhno, les enfants, les squaws potières ... elle voulait les retrouver. Dans un grand "Yah" victorieux, Seth put voir la femme partir droit devant, le long de la pente, au galop. Les sabots battirent le sol neigeux, levant les flocons qui s'étaient enlacés, les faisant de nouveau voler. Mais le ciel qui ce matin là devait être rosé n'offrait qu'une couleur âpre annonçant les tristes événements du prochain jour. Les ténèbres allaient contre attaquer.

Malgré cela, Saige leva une main vers ce ciel peu propice, en fredonnant l'air qui sortit du bâton qui chante. De loin, on pouvait voir sa boucle scintiller des trois couleurs de pierres précieuses et penser qu'un esprit du froid volait sur les plaines enneigées. Ezhno était arrivé il y a de cela une heure dans le tipi de la jeune femme, remarquant qu'il n'y avait plus que la petite dedans. Un coup au cœur le prit et les seuls mots qui purent sortir de sa bouche meurtrie par l'âge et les événements furent "J'espère que tu l'auras protégée ..." S'asseyant sur les tapis, bâton contre son épaule, le vieil homme se sentit abandonné, croyant que sa dernière lueur de joie venait de s'échapper. Mais à sa grande surprise, il vit des doigts à la teinte blanche relever la fourrure de l'entrée et des mèches blondes apparaître. Bras tendus, déchiré, Ezhno trembla comme il ne l'avait jamais fait, attrapant le visage familier entre ses mains meurtries. De son lakota, pourtant si parfait, sa voix se faisait hésitante :

"Te revoici ...
- Je tiens toujours mes promesses Ezhno. J'ai détruit les monstres qu'ils cachaient en leur sein.
- Ne recommence plus ça ... Et ... pourquoi clopines-tu.
- Il faut me remettre l'os du pied en place. C'est une fracture franche. Ah et c'est l'anniversaire de ...
- D'abord, assieds-toi."

Le lakota regarda un moment le jeune homme qui n'osait point entrer et il lui fit signe de le faire, d'un geste brusque avant de se focaliser sur sa protégée. Il appuya automatiquement sur la zone blessée ce qui fit crier l'allemande de douleur. Les fractures n'étaient jamais douces mais il fallait faire avec. Transpirante, contractée, Saige mit toute l'énergie qu'il lui restait pour provoquer la régénération cellulaire et ressouder l'os. Sans doute qu'un accouchement ferait le même effet, se dit-elle, vu comment elle se sentait tendue et épuisée. Au bout de trois minutes tout fut fini et la blonde s'effondra sur les tapis, en sueur, empourprée par tant d'efforts. Saige s'endormit presque instantanément, vaincue par la fatigues. Le vieil homme posa sa main sur le front fiévreux avant de dire au blond d'un ton respectueux et de son anglais un peu écorché :

"Elle est précieuse. Peux être un peu trop énergique agaçante à des moments, mais elle est vent bienfaiteur pour tous. Pour avoir protégé Ayanna, nous pouvons bien fêter votre nouvelle vie. Venez avec moi. Squaws vont s'occuper de la purifier"

Il cria des noms en sortant la tête du tipi et de suite des femmes se levèrent, lui parlant d'un ton inquiet quand il leur expliqua ce qu'il s'était passé. L'une d'elle arriva prestement et s'engouffra dans la maisonnée pour prendre la frêle blonde dans ses bras. Deux autres arrivèrent et regardèrent le norvégien en coin, en gloussant avant d'aider leur camarade à porter la jeune femme endormie. Bientôt, alors qu'elle se sentait vide et brûlante dans ce néant, Saige se releva en frissonnant. Elle était avec les potières, près de la rivière. Elles étaient en train de la nettoyer et de la couvrir d'huiles pour revigorer sa peau tirée par la fatigue. Oui, ça faisait près de deux jours qu'elle n'avait pas pris le temps de se laver. Fraîche et plus dispose, l'une de ses camarades lui passa la tenue que la blonde portait quand elle était arrivée. Ce béret noir à ponpon qu'elles avaient tant trituré par curiosité, ce veston bordeaux à boutons façon militaire, ces mitaines de cuire fourrées et cette longue jupe noire à volants. Oui le départ allait être imminent après tout et il fallait s'y préparer. Prenant entre ses bras les vêtements au point de les serrer trop forts, l'allemande se recroquevilla et se mit à lâcher quelques larmes, bercée par ces mains qui la caressaient tendrement. Ils avaient été sa proue et ceux lui permettant de prendre un nouveau départ ...

Pomponnée et habillée, ses longs cheveux bouclant comme au premier jour, ce fut joyeuse qu'elle arriva dans la soirée où déjà les festivités préparées en l'honneur de Seth battaient leur plein. Les tambours vibraient, les siyotanka laissaient échapper leur mélodie. Puis alors qu'elle fit un pas dans la lumière, toute l'assemblée se retourna pour l'observer, dans sa tenue de cavalière. Elle fut de suite tirée par les pans de sa jupe par les enfants pour qu'elle mange avec eux puis par les squaws qui voulaient la couvrir de baisers et cadeaux, comme certains adolescents. C'était comme une famille, mais dans un grand format. Chant et danses lui tournaient la tête et elle se sentit elle aussi tourner, faisant lever sa jupe noire, bras tendus dans le vide, et tête levée vers le ciel. L'allemande était heureuse. Puis soudain un bâton lui frappa doucement la hanche et elle se retourna pour voir Ezhno soudainement faire l'annonce en lakota :

"Nous fêtons en ce soir, jusqu'à ce que notre lumière du jour revienne le départ d'Ayanna, mais surtout ... la nouvelle vie de cet homme qui malgré notre accueil violent s'est montré courageux et capables de protéger nos vies. Je vous demande donc de lui montrer du respect, même toi, Isha."

Le chef qui parlait avec ses guerriers se leva brusquement pour défier du regard le vieil homme un instant. Puis il partit sans un mot dans son tipi, les laissant tous apprécier la fête sans sa compagnie. Un long silence suivit avant que les festivités ne reprennent. Saige observa la scène en soupirant puis se mit à chercher du regard l'exorciste, vive mais un peu hésitante. Puis elle le vit se faire engager tactilement par des jeunes lakotas. Les mains sur le ventre, elle observa un moment la scène avant de se résigner et de partir dans son coin, au calme, près des colliers des morts. Elle toucha les coquillages et lapi lazuli du collier de la chamane, les caressant délicatement, la nostalgie vibrant dans son corps en un sentiment violent. Sifflement du vent, brise légère et salvatrice, on crut entendre des chuchotements, là haut, dans ce ciel bardé de ses perles stellaires. Quand soudain, un bruit attira son attention. A peine se retourna-t-elle qu'elle crut reconnaître une grande veste d'un brun délavé dans la pénombre avant que celle-ci disparaisse. Son oncle ? Impossible. Non, enfin de compte, Saige était bien seule et elle se mit à bougonner de manière un peu enfantine, à voix basse, mais quand même audible si l'on était non loin :

"De toutes manières, il a rien d'intéressant ! Elles ont mauvais goût. Et je ... je ne suis pas jalouse ! Non ! On vient juste de se rencontrer !"


Et pourtant, elle ne pouvait pas le nier. Depuis ces quelques contacts, elle avait une attirance pour le moment assez prononcée pour le norvégien. Mais après tout, vu comment il se conduisait avec les squaws en ce moment, il ne disait pas non, non plus. Soupirant de l'air chaud dans ce froid glacial, la jeune femme se fit soudainement plus calme. Oui, elle ne le connaissait pas. Il fallait qu'elle apprenne à le connaître ! Gonflant sa poitrine, elle tourna les talons pour repartir vers le feu de camp mais bientôt elle buta, dans la nuit, son nez contre quelqu'un :

"Owh ! Désolée ! ah ... Seth ..."

Perdant son expression boudeuse pour lui offrir un grand sourire, la jeune allemande mit les mains sur sa poitrine :

"Alors, qu'est-ce que ça fait d'avoir un anniversaire pas comme les autres ? Et ... je sais que je n'arrête pas de t'en demander, depuis que l'on s'est rencontrés ... Mais cela t'indisposerait-il de danser avec moi ? Ce serait mon cadeau. Enfin je crois"

Elle fixait ces yeux attirant en détournant parfois le regard, gênée au point de s'en mordre l'ongle du pouce, peu habituée à faire ce genre de demandes. Mais il fallait avouer qu'elle voulait à tout prix que l'exorciste ait au moins un bon souvenir de son voyage, qu'il :

"Que tu ... enfin vous ... ne croyez pas que cette mission était irritante ..."




avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Jeu 31 Juil - 19:20


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Cassée ? Mauvaise nouvelle que celle-ci. Seth fronça les sourcils, plissa les yeux et fit la moue. Il ne savait absolument pas si la Sirène allait pouvoir soigner la maîtresse rapidement ou si elle allait devoir rester immobilisée quelques temps. Et en la voyant sur son cheval, se dandinant pour trouver une position confortable, il fut peiné. Il se sentait comme responsable de ce qui lui été arrivé. Un mot, un seul de sa part et le Norsk aurait effectué la mission seul, lui laissant le temps de se soigner correctement et ainsi de réduire la blessure. Mais est-ce qu’elle aurait accepté de rester sur le carreau alors que de cette mission résultait la vie ou la mort des indiens qui lui étaient si chers. Comme si elle le sentait soucieux, Saige le rassura :

«Je vais bien. Ezhno m'aidera à remettre l'os en place. Pense à toi, et à ton anniversaire. C'est un jour de fête, ne l'oublie pas. »

Elle n’avait pas tort, assurément. Mais qu’était un anniversaire s’il était terni par un accident du genre ? Cette pensée traversa l’esprit du Nordique quelques instants mais il finit par se dire que cela ne servait à rien de se gâcher tous les vingt-huit décembres en ne faisant que penser à Noah et à sa vie brisée bien trop vite … par sa faute à lui, son propre frère. Non, aujourd’hui était un jour de fête. Ils avaient sauvés les Lakotas d’une mort certaine et Saige était bien décidée à lui offrir un anniversaire qu’il n’oublierait pas de si tôt. Et puis, une fête chez les indiens, ça promettait d’être intéressant.

Pensant ainsi, il s’était mené jusqu’au son palefroi et s’y était mis en selle. Un cri de l’Allemande le ramena à la réalité et c’était justement pour la voir partant au galop comme si jamais une blessure si grave ne l’avait fait souffrir. Elle est forte, bien plus que d’autres. Il se lança à sa poursuite mais, étant bien plus mauvais cavalier, il mit un bout de temps avant de la rattraper.

Rapidement ils arrivèrent au village et ils se dirigèrent de suite vers le tipi de la peau-blanche tout en mandant le vieux Ezhno. Seth resta dehors alors que l’amérindien arrivait. Il ne serait pas d’une grande utilité et il n’était pas vraiment certain que Saige le veuille à ses cotés durant l’opération. Pourtant, le vieil homme finit par lui faire signe brusque, l’invitant à assister à la scène. Il remit l’os d’un coup sec en place, arrachant un cri à l’allemande qui aussitôt se mit à chanter. Seth s’obligeait à regarder cela mais il aurait volontiers détourné le regard. Pas qu’il était dégouté par la blessure, ça non. En six ans de Guerre Sainte, il en avait vu des blessés plus ou moins graves et des morts plus ou moins déchiquetés. Non, c’était simplement qu’il avait mal pour elle, ça lui pinçait le cœur que de la voir ainsi.

Et ce fut fini quelques minutes plus tard. Transpirante comme si elle avait courut un marathon, Saige s’affala au sol puis finit par s’endormir paisiblement. Ezhno, lui caressant doucement la tête et ses magnifiques cheveux, se tourna vers Seth avant de lui dire sur un ton doux :

«Elle est précieuse. Peux être un peu trop énergique agaçante à des moments, mais elle est vent bienfaiteur pour tous. Pour avoir protégé Ayanna, nous pouvons bien fêter votre nouvelle vie. Venez avec moi. Squaws vont s'occuper de la purifier »

«Je … Je prendrai soin d’elle lorsque l’on partira. »

Voilà qu’un serment était prononcé et Seth s’engagerait à ne pas le briser. Oui Saige était précieuse et son innocence, un don de Dieu magnifique. Soigner la plupart des maux humains, n’était-ce pas miraculeux ? Il fallait y faire attention et Sem se promit de la protéger à tout prix. Alors qu’ils sortaient de la tente tout hélant des femmes pour s’occuper de Saige, le norvégien se préparait à demander une chose au vieil homme. Si les amérindiens lui donnaient une fête d’anniversaire alors qu’il n’était encore pour eux qu’un étranger, il se devait de leur inspirer la confiance et les remercier comme il se doit.
« Juste une foulure ou c’est plus sérieux ? »

Il n’y avait après tout peu de raisons de s’inquiéter. Saige possédait le divin pouvoir de soigner les maux et lui-même en avait été le témoin. Du moins, soigner une foulure, une coupure, cela devait être facile. Mais si maintenant, fracture il y avait, ç’aurait été plus problématique. Mais alors que le blond déposait Saige sur son cheval, il se dit que ce devait être bénin. Jamais elle n’aurait pu marcher durant la mission si c’était trop grave.

« Dites-moi ? Serait-il possible de m’apprendre quelques mots de sioux ? J’aimerai vous remercier convenablement. »

« C’est possible, oui. Dites-moi simplement ce que vous voulez dire. »

Et c’est ainsi qu’ils firent un bout de chemin, tout en parlant et en s’exerçant à la langue des lakotas. Malgré un accent anglais sûrement épouvantable, au bout d’une demi-heure de pratique, il avait retenu la prononciation des quelques mots qu’il allait dire le soir même. Et même pendant que des squaws le rendait beau pour la fête, il se répétait les mots pour être sûr de n’en oublier aucun et de ne pas se ridiculiser devant tout le village.
Quand les femmes eurent fini, il alla se regarder dans le cours de la rivière non loin. Oh il était … très indien mais cette nouvelle mode le changeait, indéniablement, et en bien. Ses quelques cheveux plus longs que le reste avaient été noués en deux courtes tresses. Ses habits aussi étaient différents de ceux qu’il portait le matin, ils étaient plus … seyants. Un homme de peau pâle, aux cheveux blonds et aux yeux bleus dans un habit traditionnel indien. Ça aurait pu avoir un coté étrange, ça l’avait même mais ce n’était pas déplaisant. Du moins le Norsk se plaisait ainsi.

Et ainsi vint le soir et avec lui la fête en son honneur. Un grand feu de joie fut allumé et le village en entier s’était rassemblé autour. Les gens riaient, parlaient, regardant avec envie le bison qu’on avait tué pour l’occasion. Ils avaient faim, tous autant qu’ils étaient. Les récoltes étaient maigres, l’hiver rude. Finalement, fêter l’anniversaire du sombre dévot n’était pas si mauvais en soit. Ils pourraient tous se délecter d’une bonne tranche de bison et oublier, pendant cette soirée du moins, qu’ils vivaient une bien dure vie. Certaines jeunes femmes tournait autour de Cairn, semblant intriguées mais aussi attirés par cet européen en costume amérindien. Certaines le palpaient comme pour être sûres qu’il était réel, d’autres lui parlaient sans même qu’il ne comprenne un mot. C’était gênant d’être ainsi entouré et même s’il voulait leur dire d’arrêter, il ne pouvait tout simplement pas le faire, faute de savoir parler leur langue. Alors il se laissait faire, faisant abstraction, se concentrant sur une personne en particulier mais qu’il n’avait pas encore vu. Saige, voilà la seule personne qu’il aurait bien aimé avoir à ses cotés ce soir-là.

Alors qu’Ezhno faisait son annonce en sioux et que le chef, visiblement outré par ces quelques phrases, s’enfuyait pour laisser le monde tranquille. Etrange, oui mais tellement libérateur. Seth n’appréciait pas trop son regard inquisiteur qu’il posait à chaque fois sur lui. Le doyen, sûrement Ezhno l’était-il, fit un petit signe de main à Seth pour lui faire comprendre qu’il devait prendre la parole à ce moment précis. Il se leva alors, délaissant les quelques femmes l’entourant et regarda chaque villageois à tour de rôle, passant rapidement de l’un à l’autre puis finalement, il parla, dans un sioux étrange mais compréhensible. Il fit tout son possible pour avoir une prononciation correcte et ne pas être rit des amérindiens.

« J’aimerai vous remercier de m’avoir accueilli ici même si je suis un blanc qui, peut-être, vous faisait peur. Je vous remercie aussi d’être venu à cette ‘fête’ et … Amusez-vous ! »

Les gens présent eurent l’air tous soufflés. Aucun ne pensait qu’un blanc se donnerait la peine de prendre la parole dans leur langue pour les remercier alors qu’il n’en connaissait pas un traitre mot. En tout cas, à voir les mines des indiens, ils semblaient avoir comprit le monologue de leur invité. Bien, c’était ce qu’il voulait. Souriant, satisfait, il balada son regard dans l’assemblée jusqu’à La trouver. Une jeune femme magnifique aux cheveux si spécial qui fuyait, semble-t-il l’agitation de la fête. Pourquoi ? N’était-ce pas elle qui avait insisté pour lui donner le meilleur anniversaire possible ? Intrigué, Seth s’en alla la rejoindre, laissant derrière lui le tumulte des danses tribales et des rires.

Elle était là, pensive, les yeux rivés sur un collier, la brise lui battant les cheveux. Seth, dans la pénombre, la regardait tranquillement, ne sachant s’il devait la déranger ou non. Si elle était là, seule, c’était bien par une envie de s’isoler. Et au final, il l’écouta parler de lui, sans jamais se manifester.


« De toutes manières, il a rien d'intéressant ! Elles ont mauvais goût. Et je ... je ne suis pas jalouse ! Non ! On vient juste de se rencontrer ! »

Il leva un sourcil. Etait-ce vraiment ce qu’elle pensait ? Son corps en tout cas, n’était pas du même avis, il l’avait bien senti. Tous ses bafouillages, cette gêne. Enfin bon, comme on dit, le cœur à ses raisons que la raisons ignore … sciemment ou non. Et finalement, Saige finit par se retourner et par se retrouver nez à nez avec le grand blond. Elle en fut toute surprise, lui non.

Exhibant une mine radieuse, elle lui proposa quelque chose pour le moins étonnante : Danser. Et il en perdit ses moyens. Non pas qu’il ne savait pas danser mais le fait remontait à des années et des années. Et pois danser une valse, là, sur la terre mère devant des individus qui allaient les regarder avec avidité mais aussi incompréhension, c’était assez rebutant. Mais lui, un fier Norsk, n’allait pas refuser une danse à cette si belle femme. Un peu de galanterie tout de même !

« Je … Je serai honoré de partager ton cadeau avec toi. Ça ajoutera du piment à cette soirée magnifique. »

Il lui tendit le bras pour qu’elle prenne et ainsi ils allèrent à la rencontre du village, de façon sûrement un peu trop pompeuse. C’est alors que Saige lui demanda en usant du vouvoiement pour le plus grand étonnement de Seth :

« Que tu ... enfin vous ... ne croyez pas que cette mission était irritante ... »

« C’est une mission. Certaines sont plus plaisantes que d’autres, certes mais ça reste des missions. »

Ainsi ils arrivèrent devant le feu de joie. Et tous les regardèrent comme prévu de façon interloquée. Oh ils trouvaient cela étrange les us et coutumes européens et voilà que devant le feu, Seth lâcha Saige pour se présenter à elle de face et se penchant, en lui tendant une main.

« Me feriez-vous l’honneur d’une danse, madame ? »

Et ainsi ils commencèrent à valser, prestement, lestement. Une valse en plein milieu des plaines américaines, dans des habits du coin … C’était atypique mais intéressant et autrement plus plaisant à voir. Ils semblaient voler de quelques centimètres au dessus du sol, ils étaient si proches … Sem se délectait du doux parfum de la jeune femme et il espérait honnêtement que ce contact rapproché ferait comprendre à l’allemande qu’elle se trompait. Oui, Seth, lui, ne pouvait plus douter sur le fait qu’il ressentait quelque chose à l’égard d’elle.


To be continued ...


© Never-Utopia





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Jeu 31 Juil - 23:26

Valse de sentiments



L'attirance. Une sensation violente, une brûlure qui se propage instantanément dans votre corps. Fragile, déconcerté, vous la laissez vous envelopper, prendre entre ses mains de feu ce cœur encore ignorant. Ces battements purs et innocents qui n'ont vécus que pour trois choses : L'entraînement, vos amis et le chant. Jamais, non jamais, la poitrine ne fut aussi serrée, les lèvres aussi adoucies que ces yeux, jusque là emplis de simple malice. Non, quelque chose d'autre brillait, embellissait encore plus ce corps. Une large main, posée sur la taille, remontant jusqu'à votre dos, un souffle chaud qui embrume vos pensées. Perte de concentration, la danse ne comptait plus et les frissons augmentaient. Plus Seth pressait sa taille ou sa main droite, et plus Saige sentait son souffle lui manquer. Impossible de détourner le regard, de s'échapper de cette cage protectrice que le nordique posait en un voile sur l'âme de la jeune femme. Jamais elle ne s'était sentie aussi faible, pas même contre un ennemi. Non, elle ne pouvait comparer son partenaire de danse à un akuma. Aucun rejet n'était présent dans sa gestuelle. L'allemande se sentait même rapprochée. Quelque chose se brisa, en son for intérieur, tel du verre qu'elle avait à peine frôlé du doigt, pour observer ce qu'il se passait derrière.

Mais ce n'était pas elle qui avait brisé cette fine couche, non ... c'était la main de Seth, qui avait tout fait s'effondrer, qui avait tiré la pétillante et ignorante jeune femme sur ce chemin inconnu. Cette main tendue, cette main qu'elle avait tendue, si promptement. Elle la sentait encore trembler, les doigts parcourus de spasmes faibles. Et ils commencèrent à valser après que Saige ait dit, gonflée par toute cette émotion :

"Je ... serai ravie d'avoir l'honneur d'être votre partenaire"

Oui, transportée était l'adjectif la qualifiant. Transportée dans cet univers siégeant dans ces iris de bleu et d'acier, froids brûlants comme si ils étaient métal frappé à vive chaleur par le marteau du forgeron. Cette main qu'elle avait posée sur son épaule, qui avait serré légèrement son muscle s'était soudainement retirée. Pour aller où ? Pour aller toucher ce visage lentement, alors qu'ils faisaient pas et léger tours autour du feu, face à une assemblée médusée. Ses ongles frôlèrent en premier la mâchoire puis ce fut les doigts, la pulpe des doigts qui toucha cette peau un peu rugueuse. Lentement ils remontèrent vers la naissance de la chevelure, ce contact la faisant frisonner de plus belle. Saige ne pouvait le nier, malgré l'hésitation dans leurs premiers pas qui la rappelait à l'ordre. Elle ne pouvait nier cette attirance pour ce regard froid qui peu à peu la dévorait, tel un loup affamé. Et elle, pauvre proie, tendait la nuque pour toujours mieux se faire avaler, d'âme et de chair par le nordique.

Des battements plus rapides secouèrent son corps alors que le souffle chaud de Seth se collait à sa peau, telle une marque au fer rouge. Tournant sur elle-même en se mettant dos contre son torse, certes elle sentait un peu plus cette chaleur émanant de la bouche masculine, mais cela lui donnait un répit pour ne pas se sentir défaillir. Autour d'eux, rien semblait compter, les regards intrigués n'existaient plus. Sa main droite serrant toujours celle du danseur, la gauche partit donc chercher sa partenaire, large et réconfortante pour la caresser. La blonde ne pouvait nier son attirance, même si elle refusait de la laisser se dégager plus, comme son parfum à base de pin et de fleur de cactus. Parfum frais, à la douce odeur de rosée du matin mais à la peau maîtresse en feu. Un pas de raté. Saige se sentit partir en avant mais fut rattrapée. Combien de temps s'était-il passé avant qu'elle ne prenne conscience de son état. Que criait son corps ? Les ondes sonores l'effleuraient, chuchotant  en vagues rapides des "désirs", des "envies" ... les lakotas autour d'eux avaient beau être offusqué par cette danse, mais on pouvait, en tournant un peu le regard dans l'assemblée, voir des visages envieux, adoucis par cette scène. Même des enfants avaient essayé de les imiter. Serrée contre ce torse, son poignet fin serré par cette large main, Saige se sentit déstabilisée, les jambes lourdes, alors que quelques instants auparavant, elle voletait, ses cheveux dorés et roses se levant tout autant que sa longue jupe. Cherchant du regard Ezhno, pensant qu'il pourrait faire disparaître cette peur affolant ses sens, la demoiselle.

J'ai peur ... c'est la première fois que je ressens cela. Et pourtant c'est contradictoire je me sens bien. Cette envie, cette jalousie ...

Un petit gémissement filtra d'entre ses lèvres quand elle sentit le contact se rompre en une caresse, caresse qu'elle sentait encore sur sa taille. Se retournant promptement sur ses bottes pour de nouveau faire face à un Seth habillé tel un guerrier lakota, la blonde releva le visage pour le fixer quelques secondes mais vite rompre le contact, sa main droite posée sur sa joue devenue pourpre. Situation embarrassante, gêne constante. Mais bientôt les petites quintes de toux volontaires et les chuchotements la rappelèrent à l'ordre. Malgré ces petits bruits, le silence régnait près du feu de camp, ce qui augmenta l'embarras de la demoiselle :

"J'espère que ça t'aura ... enfin ça vous aura plu. Je ... je vais ... encore bon anniversaire ..."

Sa voix s'était faite de plus en plus basse et ses battements de cœur de plus en plus fort. Frissonnante, non pas de froid, l'allemande se recula prudemment avant de décamper rapidement vers la zone ouest du campement, ses doigts sur les lèvres, ses jambes flageolantes. Le vent glacé n'arrivait pas à glacer le souvenir de ce regard posé sur elle, de ces mains qui serraient sa taille et ses mains ... non ...   cette douleur qui l'obligeait à poser ses mains sur ses hanches, à serrer des bras son bassin et son ventre, n'était pas celle d'une blessure normale. Celle-ci était bien plus profonde et étouffante qu'elle en perdait sa lucidité. Le premier amour venait de la frapper. Ses doigts caressèrent sa nuque tandis que le vent faisait voler violemment ses cheveux, en un claquement de fouet. La chaleur qui attaquait sa gorge, fit de sa voix quelque chose de plus doux. Ce fut mains jointes, que la jeune femme se perdit dans les voix du vent.

Salva ... Salva
Domine deus miserere mei ...  Domine deus miserere mei
Carry me away
From the dark I fear
When the storm is near (...)


Prière vaine ... sachant que se dirigeait, face à elle, les ténèbres. Elle ne les vit que sur le moment, ces étalons fringants, enlevé à leur terre mère et dressés par ces hommes cupides en uniforme. Ces hommes qui arrivaient en hurlant vers le campement. Bom ... bom ... tel des tambours de guerre, la blonde vit les ombres fondre et coups de fusils fuser ... chuchotement presque étouffé par l'angoisse qui montait dans sa gorge, la jeune femme resta figée face à cette vision d'horreur, et de massacres futurs :

"Non ... pas ça"

Connaissez-vous l'histoire du massacre de Wounded Knee ? Ce fut le dernier acte de tuerie perpétré par les américains à l'encontre des amérindiens. Et celui-ci allait se passer devant les yeux de l'allemande, sans qu'elle ne puisse rien y faire ...



avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 3 Aoû - 12:13


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Douce valse que celle-ci. Jamais auparavant Seth n’avait ressenti ce que son corps et son cœur lui transmettaient en ce moment-même. Il n’avait jamais beaucoup dansé de cette danse si classique et pourtant si belle, toutefois, en ce jour, cette fois-ci, n’était pas la première. Et pourtant, il se sentait si fébrile, si tendu mais aussi si assuré, étrangement. Il aurait pu jurer que c’était comme s’il dansé cette valse à trois temps pour la première fois. Il ne se souvenait en ce moment plus des autres instants. Il n’y avait que cette danse comme la première, Saige et leurs regards se mêlant.

Plus rien autour d’eux n’existait, pas pour Seth du moins. Qu’avait-il à faire des regards étranges qui pouvaient porter les plus vieux de l’assemblée ? Etait-ce important de regarder ces gamins les singer, se collant l’un contre l’autre et tentant de bouger convenablement, tantôt l’un qu’i trébuche, tantôt l’autre ? Non, il n’y avait rien d’important, rien qui ne comptait plus que sa partenaire et leur valse. L’allemande semblait attirée par le regard perçant de Seth, elle ne pouvait pas s’en défaire, pas plus que lui le pouvait du sien si bleu, si clair.

Un fugace contact que celui des doigts légers de Saige sur la peau blanche du norvégien. Un contact qui les fit frémir tous les deux tandis qu’ils dansaient si prestement. Etait-il encore possible que Saige doute des sentiments que son corps ne lui criait qu’ardemment ? Etait-il possible que, dans cette danse, elle découvre cela ? Ses yeux regardaient Sem avec tellement de passion, doute il ne pouvait plus y avoir, presque plus. La jeune femme trébucha, son partenaire la rattrapa pour venir la coller à lui. Et alors que leurs yeux se retrouvaient, Cairn y lut une étrange chose. Eprouvait-elle un certain dérangement dans cette danse, elle était gênée, assurément. Seth fut perdu. N’était-ce pas elle qui lui avait proposé la danse, n’était-ce pas cette même personne qui éprouvait l’envie de valser avec lui ? Il ne comprenait pas, absolument pas.

«J'espère que ça t'aura ... enfin ça vous aura plu. Je ... je vais ... encore bon anniversaire ... »

Et sur ces quelques mots, elle s’extirpa de son étreinte pour s’enfuir, toute gênée qu’elle était. Cela acheva son partenaire. Pourquoi ? Qu’avait-il fait ? Avait-il eu tort d’accepter la danse ? Non, il aurait été impoli et peu galant de ne pas le faire et ç’aurait été pire. Et c’est donc pantois qu’il l’observa fuir dans les ombres. Les gens le regardaient étrangement, comme si cela était de sa faute et peut-être que s’ils continuaient et continuaient, il allait finir par plier et par culpabiliser.

Devait-il aller lui parler ? Devait-il se risquer à un mur ? Elle ne semblait pas vouloir accepter ses sentiments et pire même, elle les refoulait, tentant de se convaincre du contraire. Le Norsk soupira et se laissa choir au sol, les mains jointes et les avant-bras sur les genoux. Déjà quelques personnes partaient, bientôt d’autres les suivirent. Tous le regardaient, inquisiteurs. Ezhno arriva alors près de lui. Il était peut-être le seul à ne pas sembler lui en vouloir pour la réaction de Saige. Il ne fallut pas plus longtemps pour que Seth lui adresse la parole.

«Vous avez une idée de ce qu’il lui arrive ? »

«Absolument pas. Mais je ne pense pas que ce soit de ta faute. »

Seth n’eut le temps de répondre que des coups de feu se firent entendre dans les ténèbres. L’exorciste se leva en trombe, activant d’une pensée son innocence qui se para de cette lueur verte reposante. Des akumas ? Des américains ? Non impossible, Saige et lui avaient porté un coup en plein cœur à l’armée du Noé. Alors comment ? Déjà des cris de peur retentissaient. Il fallait agir et une seule pensée vint alors à l’esprit du scandinave : Saige.

Et il s’élança dans la nuit.



To be continued ...


© Never-Utopia



Spoiler:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 3 Aoû - 13:49

Wounded Knee




Les rires sadiques avançaient, les coups de feu s'approchaient. Au loin, on pouvait voir que les soldats n'étaient pas ceux de la faction qu'ils avaient mis hors d'état de nuire. Non, ils étaient moins désorganisés que les autres. Figée sur place, les mains sur sa poitrine, l'allemande n'arrivait pas à bouger, pas à donner l'alerte. Si elle le faisait, c'était elle qui devenait une cible, au vu de la distance qui la séparait de ces cavaliers. Attendant qu'ils s'approchent au galop, la jeune femme vit que l'un d'entre eux se détacha du reste pour venir vers elle. Vu ses épaulières et ses insignes, c'était un plus haut gradé, un colonel. Le cheval hennit quand cavalier se mit à tirer sèchement sur les rennes. Bête à plaindre, bête qui souffrait sous ces tires de mâchoire, mais bête qui devait se taire, tout comme l'allemande. Le Colonel la regarda un moment, la jaugeant de son regard brun et lubrique, plus porté sur le corps de la blonde que sur son visage en lui-même. Saige fit un pas en arrière, alors que dans le camp, l'on pouvait déjà entendre cris et agitations en tous genre se faire. Le soldat fit signe à ses sous officiers de s'arrêter, lui posant pied à terre pour se mettre à hauteur de cette blanche aux allures de bourgeoise tenant un champ de tabac qui n'avait rien à faire ici, comme il le pensait si bien. La jeune femme face à lui le fusillait du regard, bras croisés sur sa poitrine. Oh une tigresse ... Touchant sa légère barbe de ses doigts gantés, le regard toujours empli de mépris et de sadisme, il annonça alors d'un ton sec :

"Je suis le Colonel James Forsyth. Est-ce que le chef Big Foot est ici ?
- Il est dans son tipi. Vous êtes mandaté par les grands propriétaires de l'Est n'est-ce pas ?"

Le haut gradé resta un moment silencieux, reportant son regard qui courait sur les formes de la demoiselle sur celui azur qui ne l'accueillait pas de pied ferme. Blessé dans son estime d'officier, malgré le fait qu'elle avait entièrement raison sur les magouilles politiques engagées, il tira son sabre rapidement pour ensuite plaquer la demoiselle contre le tissu d'un des tipis, la lame glaciale à présent posée sur cette nuque blanche. Dans un rire narquois, il répliqua :

"Tu devrais te taire ma chérie. Ce sont des affaires d'hommes. Et ce n'est pas parce que le camp principal a été presque rasé par une explosion accidentelle, que nous n'allons pas faire ce qui est à faire. Compris Yellow Bird ?"

Il crut qu'elle se tairait, comme toutes femmes qu'il avait pu mater dans sa vie de soldat, au lit ou au sol mais ... Forsyth sentit soudainement quelque chose de froid, liquide sur sa joue. Il se la toucha de sa main libre, remarquant que c'était un crachat. La colère commença à gronder en lui et ce fut d'un geste preste de la main qu'il lui ficha une claque sur la joue. Saige tomba à terre, dans la neige, la lèvre ouverte à cause de l'impact du coup. Elle devait la jouer fine et se laisser saigner sinon ils étaient capables de la brûler vive si la blessure avait disparue. Souffrant de la brûlure du coup, avalant le liquide ferreux et sucré qu'était son sang, l'impétueuse blonde se releva lentement en défiant toujours du regard le Sergent chef. Yellow Bird ... c'était donc elle la chamane dont il avait eu vent. Une blanche ? C'était le comble, mais aussi un exotisme qui ne pouvait pas se refuser. L'attrapant d'une poigne ferme par les cheveux pour l'obliger à avancer avec lui dans le camp, le soldat tira pour la mettre à genoux. Les mains posées sur celle la maintenant de manière violente, l'allemande hurla de rage quand elle dut s'agenouiller, plantant même ses ongles dans le cuir du gant. Les soldats riaient en regardant l'assemblée qui devait être encore en fête avant leur arrivée, pensant qu'ils n'allaient pas être dérangés par les militaires. Le haut gradé dit alors d'un timbre de voix plus menaçant :

"Je suis le Colonel Forsyth de la septième cavalerie ! Je vous annonce que vous êtes encerclé par l'ordre de mon état major et que votre chef Big Foot a été transféré durant la nuit par le major. Artillerie et cavaliers sont en position donc rendez-vous sans émettre de résistance et désarmez-vous. Vous serez transférés, dans le Nebraska, à Omaha"

La majorité du camp était des femmes et enfants amérindiens, mais les hommes présents étaient équipés du minimum d'armes à feu pour chasser et repousser les attaques de peuples adverses. Quelques uns se relevèrent, défiant du regard ces visages pâles qui venaient les arracher à leurs terres. Serrant les poings, certains jeunes qui voyaient leur chamane blanche se faire menacer par le sabre luisant, la lèvre en sang et se prenant un coup de pieds dans les côtes, voulurent avancer. Mais la menace des armes à feu et voir le visage empli de douleur de la jeune femme les en empêcha. Ils s'ordonnèrent entre eux en amérindien de partir chercher les armes. Contenté, le colonel en profita pour regarder sa prise qui venait de cracher du sang sur la neige à la blancheur si pure. La blonde lui rendit son regard de façon assassine pendant que les armes tombaient une à une près du feu de camp. Le moment où les hommes lakotas se tinrent sans une arme de plus dans les bras, le colonel ordonna :

"Ils peuvent en avoir encore. Fouillez !

- Vous n'avez aucun respect ... ! Ils vous ont déjà tout mis en tas ... !, siffla Saige.
- La ferme. Fouillez !"

Jetée à terre sans sommation, la jeune femme se releva en poussant un râle de douleur, observant tous ces gens paniqués par cette démonstration de force. Ils commencèrent à s'offusquer, à crier en amérindien qu'ils ne devaient pas entrer. L'allemande rampa jusqu'à Ezhno qui l'aida à se relever comme il put, tandis qu'une ombre apparaissait non loin des tipis. Un claquement de cuir, onde sonore reconnue par Mermaid attira l'attention de la native de l'Est ... En fait, c'était bel et bien James Shepard qu'elle avait entendu depuis un moment, mais celui-ci avait attrapé Seth d'une traite pour le cacher, quelques instants auparavant. L'exorciste avait dit calmement, main plaquée sur la bouche du blond ces mots :

"Reste calme. Un mouvement brusque, et nous sommes morts. On va devoir aussi aider les survivants."

Relevant son chapeau pour observer la scène de son œil gauche valide, il rengaina son mousquet en intimant Seth de le suivre pour observer depuis la position au sol qu'il avait creusée d'un coup de son Innocence. Ils avaient vu Saige se faire frapper et raîner comme un vulgaire sac près du feu de camp mais ... ce qui devait arriver arriva. Un coup de feu retentit dans le camp et les soldats se mirent à hurler, tirant sans sommation sur des innocents :

"NOOOOOON"


La voix de la blonde déchira l'air, comme si l'on venait de lui asséner le pire coup de tout sa vie. Les larmes montèrent à ses yeux tandis qu'Ezhno se postait devant elle pour que les balles ne puissent l'atteindre. Et il tomba à terre, un sourire satisfait sur le visage, malgré les trois plombs qui venaient de se ficher dans sa panse. A genoux, et retenu par les bras tremblants de sa protégée, il prit son visage entre ses mains, essayant d'essuyer le torrent de larmes qui détruisaient les yeux azurs.

"C'est le moment de fuir, pour toi. Nous ne deviendrons pas des monstres car nous nous battrons jusqu'à ce que tout le monde soit tué."

Des coups de feu plus poussés déchirèrent soudain l'air, faisant sursauter la jeune exorciste. Ezhno la poussa en direction de ce bruit en lui faisant une dernière prière, affaissé contre sa canne. Relevée, les jambes flageolantes, Saige partit encourant dans le camp, soignant sa blessure tout en évitant les impacts qui fusaient de parts en parts. Yeux écarquillés, son pouvoir de vagues se mit automatiquement en route, à sa pensée quand un soldat se jeta sur elle en hurlant de rage.

Mermaid ... Aniel's ... judgement

Et le soldat vola, repoussé sur cent mètres, comme cette femme à l'époque, devenue akuma et qui avait fini empalée sur un poteau de bois cassé. Cependant, elle ne vit pas le second soldat, le fameux colonel. Forsyth l'attrapa à la gorge, ses yeux devenant soudainement rouge sang. Un akuma ... paralysée, elle était paralysée. C'était ça ... son pouvoir ... ? S'étouffant au fur et à mesure que la prise se resserrait, le souffle et le sang ne montant plus, c'est tétanisée qu'elle affronta la première vision de sa propre mort ... Jamais elle n'aurait pu dire à son oncle qu'elle l'aimait tout de même. Jamais elle ne pourrait revoir Asya et rire avec elle encore une fois. Jamais ... elle ne pourrait dire à Seth ce qui l'avait animée en passant ces quelques heures à ces côtés et qu'elle aurait voulu sans doute en passer plus ... La fierté. Trop de fierté ...



avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Jeu 7 Aoû - 11:51


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Coups de feu, cris, martellement des sabots, hurlements des soldats. C’était là la guerre mais dans une vision toute autre que celle à laquelle Seth était habitué. Il combattait des démons, les détruisait. Il tuait des créatures qui avaient perdu leurs âmes depuis bien longtemps et qui ne vivaient plus que pour tuer. Mais jamais il avait eu à affronter la folie humaine en face ni même à en être la victime.

Il vit Saige, là, droit devant lui, à genoux par terre. Elle ne bougeait pas, ne s’enfuyait pas et voilà qu’un gradé venait lui prêter de l’attention. Homme sec que celui-ci, bouc blanc, yeux petits et vicieux, traits tirés. Et il démontait pour se porter à la hauteur de l’allemande. Seth observa sans même bouger. Il ne savait que faire. Devait-il allait se porter à son secours ? Mais pour quoi ? L’homme ne semblait pas être une menace et l’intervention du Norsk pouvait envenimer la situation. Ainsi, resta là, caché. Ils parlaient, de quoi ? Impossible de le dire. Mais en tout cas, ça semblait mal se passer. Le soldat eut un mouvement de recul puis vint frapper Saige qui s’étala sur la neige. Merde ! Seth ne réfléchit pas plus, attrapa le crucifix de son arme anti-akuma et s’élança. Il n’allait pas laisser le soldat s’en prendre à Saige. Il avait fait une promesse, ce n’était pas pour la briser à peine avait-elle été formulée.

Mais jamais il ne parvint à son but. Une masse vint le happer en court de route. Un soldat l’avait vu ? Un indien affolé voulait qu’il lui porte secours et c’était là son seul et meilleur moyen d’attirer son attention ? Quoi qu’il en soit, le norvégien était trop surprit pour seulement raisonner et ce fut alors son inconscient qui prit le dessus et qui vint plaquer la pointe de Sanctum Rosarius Tenebris sur la carotide de l’ennemi. Ce n’était un amérindien ni même un soldat. Un blanc en tout cas, habillé un peu à la manière d’un cowboy. Il tenait un mousquet dans une main et jugeait l’exorciste de son seul œil valide. Il en imposait mais ne fit rien d’autre que de parler.

«Reste calme. Un mouvement brusque, et nous sommes morts. On va devoir aussi aider les survivants. »

Que ? Seth n’eut pas le temps de dire quelque chose qu’il fut tiré et fut obligé à suivre l’inconnu. Ils se terrèrent comme des lapins dans un trou creusé … par son mousquet. Assurément, cette arme n’avait rien de naturelle. Elle ne pouvait pas avoir la puissance d’un canon à moins que … Oui enfin ce n’était pas le moment de discuter. Des coups de feu retentirent, partout, suivis de cris atroces. Que se passait-il ? Seth ne pouvait, n’avait pas même le droit de le faire. Mais la fusillade ne s’arrêtait pas et il finit par craindre que Saige soit prise dedans. Ni une ni deux, il fit une sortie pour voir l’Allemande se faire étrangler par l’officier. Merde, il devait faire quelque chose.

«Seigneur, pardonnez-moi … »

Il lança son crucifix sur l’homme sans même soupçonner qu’il s’agissait d’un akume. Le Norsk était persuadé qu’en ce jour, il allait blesser et sûrement tuer un humain avec son innocence … Pour la première fois. Et le chapelet vint frapper en plein dans le bras de l’officier, passant à quelques centimètres du visage et de la gorge de Saige. L’effet fut immédiat et arracha un cri de douleur à la machine.

«Aaah De l’innocence ! »

Sem ne comprit pas tout de suite mais il courut pour rafler la jeune femme et la mettre à l’abri en la tirant. Elle n’avait pas bougé, ne s’était même pas défendue contre son assaillant, pourquoi ? Etait-ce le pouvoir malsain que lui conférait la matière noire ? Sûrement. Mais en attendant, il fallait s’occuper de Saige et s’enquérir de sa santé.

«Ça va ? Tu n’es pas blessée ? »



To be continued ...


© Never-Utopia



Spoiler:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Jeu 7 Aoû - 21:59

Rejet




Tout s'effaçait dans son regard, même si elle le soutenait pour regarder sa mort en face. Ce sourire lugubre, cette gueule commençant à changer pour être bardée de dents plus acérées. Cet akuma prenait plaisir à consumer cette victime au corps alléchant. Pourquoi ne pas en faire une des leurs après coup ? Mais non, cela ne se pouvait sans doute pas vu qu'elle avait une Innocence ... Saige se maudissait de son côté de ne pas avoir un pouvoir qui pouvait la couvrir au corps à corps. Ses mains se crispant sur cet avant bras musclé, l'allemande vit soudain que son agresseur observait avec une certaine envie sa boucle d'oreille. Sans doute était-ce les faibles lueurs qui en émanaient à mesure que Saige suffoquait. Il tendit sa main, comme attiré, mais bien vite il fut arrêté par quelque chose touchant son bras. Son bras brûla et dans un sifflement strident, il relâcha sa victime, à moitié assommée. Une quinte de toux prit la gorge de l'allemande mais elle ne pouvait encore pas bouger, encore sous l'effet du pouvoir. A terre, ses jambes se pliant très lentement, la jeune femme ne put lâcher les larmes qui étaient montées et ce fut donc avec la vue brouillée qu'elle se fit tirer par on ne sait qui. Mais bien vite, elle reconnut la poigne, souvenir encore frais d'un hier qui n'était plus. Bientôt, une autre sensation familière lui parvint. Une voix, grave, un peu cassée à force d'avoir trop fumé :

"Ça va ? Tu n’es pas blessée ?
- Les effets se dissipent. L'akuma avait un rang supérieur au sien, rendant son pouvoir était inefficace face aux attaques nerveuses qu'il lui a assené. MMais ton acte désespéré l'a sauvée.
- ... cle ... Ja ... mes ... "
- Doucement ... Dis-moi juste en un mot. Tu sais où vont les survivants ?
- Rivière ... je crois."

Encore la tête lourde, les membres endoloris, elle se soignait peu à peu. Signe distinctif, sa boucle d'oreille brillait, mais cette fois-ci en ne réagissant qu'à la volonté de son possesseur. L'oncle Shepard l'étudia un instant, voyant non seulement qu'elle avait maigri mais aussi changé. Quelque chose chez sa nièce était devenu plus fort, car même face à sa possible mort, elle n'avait pas pris peur. Il sourit faiblement quand celle-ci lui tendit la main et dans un signe de respect l'homme s'agenouilla en lui caressant les cheveux. Mais bientôt, ils durent bouger pour éviter les coups d'artilleries qui au fur et à mesure, étaient en train d'éventrer la terre et raser les tipis dans d'immenses explosions. Et aussi, s'occuper malheureusement du problème, contre lequel ils étaient en guerre : l'akuma. Se relevant un peu en titubant, la jeune femme se montra plus déterminée que jamais, entamant même une course vers la rivière. Son oncle la regarda s'en aller, soulagé de la voir grandir de cette manière. D'une petite pousse de l'index, il releva son chapeau avant de s'armer de son mousquet :

"Elle m'étonnera toujours ... Sinon. Je serai à distance, de l'autre côté de la rivière. Il n'ont pas placé leurs troupes en masse là bas. Ce sera facile pour moi de les éliminer et ouvrir la brèche. Suis-la de près, je vais avoir besoin de votre participation à tous les deux pour exploser d'une balle entre les deux yeux l'akuma."

Une fois son petit speech fini, il partit en silence au pas de course, tout en évitant les tirs, tuant quelques soldats sur son chemin. On pouvait entendre encore au loin les claquements des balles du mousquet et ceux de son long manteau marron délavé ... De son côté, Saige arrivait vers la rivière où déjà des femmes et des enfants s'engageaient pour y nager, portés par le courant. Malheureusement, nombre de cadavres jonchaient ce parcours et souvent ils étaient des proies faciles et visibles. Mais où était l'akuma ? ! Mains sur sa jupe noire pour la relever et courir, elle s'arrêta en fin de compte pour en arracher la moitié de la longueur. Quoi ? Il fallait bien qu'elle puisse courir et ce n'était pas les jupes de cavalières à l'américaine qui permettaient cela. Un groupe d'une vingtaine de personnes s’engageaient dans les courants mais la blonde les arrêta en usant de son pouvoir, les obligeant à reculer :

"Si vous allez de l'autre côté, vous allez mourir alors restez avec moi et calmez-vous !"


L'une des squaws se détacha en reconnaissant la voix et elle poussa les membres de son groupe pour aller à sa rencontre. Saige serra la potière dans ses bras avant de voir que Seth se tenait à côté d'elle. Sérieux, braqué, il observait au loin, attendant que l'akuma pointe certainement le bout de son museau. Mais leur attente ne fut pas bien longue ... Une chose hideuse avait tiré une masse blanche hors des buissons pour happer un amérindien passé par là. Ils entendirent juste le craquement des os, lent et bruyant, comme si un feu crépitait au ralenti. Les femmes hurlèrent, couvrant les oreilles de leur progéniture avant de se reculer. Il était là, en train de rire de sa voix grinçante, tenant le corps désarticulé de sa main droite. Ses mèches de cheveux filaient en tous sens, comme de la toile et son apparence était devenue une espèce de colosse faisant à peu près deux mètres de haut. Serrant les dents et s'adressant à Seth sans le regarder, la blonde énonça le plan :

"J'ai juste vu un seul des pouvoirs de ton Innocence ... Mais ce sera utile face à ça. Il faudra l'attraper à la base des pieds pour le renverser ou l'affaiblir en statique ... si seulement on avait eu ... un moyen de protection ..."

Une lumière jaillit du côté droit, ce qui fit sursauter la jeune femme. Qu'était-ce ? L'étincelle était en fait celle des combats non loin de la rivière. Mince son oncle n'avait pas eu le temps de se mettre en place il fallait gagner du temps ...

"Partez du côté droit, moi je m'occupe de ça avec mon part ...enaire ... !"


Ce mot qui filtra lui fit un léger effet, mais le temps n'était pas au sentimentalisme. Hurlant encore quelque chose en amérindien au groupe pour qu'enfin ils se mettent à partir, la blonde se mit en place, jambes ancrées dans le sol afin de pouvoir prendre son élan, le temps qu'elle serve d'appât.

"Seth ..."

Saige tourna un peu la tête pour le regarder, elle qui était à présent devant lui. Les mains sur les hanches, le regard malicieux, la blonde reprit ses paroles :

"Qui que soit cette Cateleya, je promets que je ferai tout pour être à cette place, dans votre coeur. En tant que fière allemande, je me dois de me battre pour obtenir ce qui me tient vraiment à cœur !"

Son sourire se fit doux et lumineux puis alors qu'elle s'apprêtait à inspirer et se préparer à foncer, une mèche en forme de pic faillit la toucher. Mais c'était sans compter sur son pouvoir de projection qui servait de formidable contre. Déviant la masse assassine, son corps fut quand même projeté sous le coup de l'impact et elle dut freiner sa chute rapidement de ses bottes. La neige teintée de rouge, allait être bientôt levée par une nuée bien plus impressionnante que les coups de canon. Courant vers l'akuma en essayant d'y ajouter une prière chantée, Seth faisait barrage de la lame de sa croix. Mais impossible de tout parer, il y avait quatre épaisses mèches en tout. Reculant encore en freinant sur le sol après un autre impact, Saige, un peu essoufflée, regarda autour d'elle rapidement, désespérée. Mais ... quelque chose lui vint soudain à l'esprit. Si elle pouvait projeter et attirer des ennemis, elle pouvait aussi prendre les objets et les lancer ? Un boulet passa à cinquante mètres de là et c'est d'un mouvement de main, en se concentrant sur l'objet qu'elle l'attira à elle, à une vitesse fulgurante. Sifflant dans le vent, la masse métallique arriva droit sur le visage de l'akuma qui dut se protéger de ses cheveux mouvants :

"Maintenant Seth coupe le tendon droit ! C'est son pied d'appel !"

Et l'exorciste s'exécuta, déstabilisant temporairement l'ennemi. Saige en profita pour courir et se mettre à portée, visant de sa main dans un cri les côtes.

Aniel's judegment

Ce fut dans un bruit d'ondes assassin que l'akuma se reçut le coup à courte distance, projeté en l'air et devenant une cible de choix pour le tireur à présent posté. Un seul coup partit, transperçant dans une lueur blanche la zone entre les deux yeux du monstre. Puis il retomba, inerte, sur le sol neigeux. C'était fini ... ? Abasourdie, encore étonnée de la force de ce pouvoir, Saige regarda ses mains avant de revenir à la réalité quand un homme du clan les appela au loin.

(...)

Dans cette zone de forêt, le calme régnait. On pouvait encore entendre les bruits sourds des coups de canon, mais cela n'enlevait presque rien au silence de ce sanctuaire glacé. Ils avaient réussi à fuir. Les survivants étaient abattus ou enragés. Les enfants pleuraient, les femmes se lamentaient. L'allemande faisait son possible avec son oncle pour les soigner quand soudain des hommes se levèrent et dirent :

"Nous allons contre attaquer ! Nous allons les venger !
- Mais vous êtes fous ! Certains sont morts pour vous protéger !
- Tu n'as aucun droit de nous dire cela, sorcière blanche.
- Si j'ai le ... !"

Mais elle ne finit pas sa phrase car on pointa sur elle un fusil chargé, le viseur vers son cœur. Ils la considéraient comme une bête à présent. Une simple bête à abattre. Larmes aux yeux, sa voix sifflant à force de retenir tout ce qui lui montait à la gorge, elle s'agenouilla. Les amérindiens donnèrent l'ordre aux survivants de se lever, certains hésitant car ils ne cautionnaient pas ce choix. Cependant, si ils s'y opposaient, ils allaient être traités en traître. Tête baissée, le groupe partit, laissant les trois blancs derrière eux. La guerre, c'était cela à chaque fois, après tout ... Les bons étaient toujours rejetés par les ignorants. L'oncle de son côté partait déjà, cigarette en bouche, ne trouvant pas les mots pour réconforter sa protégée :

"Seth Cairn. J'ai des choses à régler, ici. Ta mission est de la ramener seule alors fais-le."

Ainsi disparut l'oncle, qui ne leur jeta pas un dernier regard. Quand à Saige, elle demeurait silencieuse, le regard vide duquel des larmes ne tombèrent pas.

"Dites ... est-ce que ce que j'ai fait était mal ... ?"




avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Mar 12 Aoû - 16:16


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


La matière noire qui s’était infiltrée dans le corps de Saige n’avait pas encore disparut, raison pour laquelle il était futile de demander quoi que ce soit à la jeune femme, simplement parce que paralysée comme elle était, elle ne pouvait pas répondre. Bien que Seth ait compris cela un peu tard, certes, l’inconnu au mousquet se permit de lui expliquer que les effets auraient bientôt disparus. Bien, c’était très bien. Alors que l’akuma était encore sonné par le coup soudain du norvégien, James s’enquit de la position supposée des indiens fuyants. La rivière parvint à articuler Saige. Ils allaient donc y aller pour tenter de les protéger. Mais avant cela, l’exorciste que l’inconnu devait certainement être, leur déballa son plan. Mais avant cela, il fit une remarque sur Saige. Les quelques mots précédents de celle-ci ne permirent pas à Seth de comprendre le lien de parenté qui les unissait mais la façon que James avait de parler d’elle lui indiquait clairement qu’ils étaient proches, père et enfant, sûrement.

Avant même que Sem ouvre la marche vers la rivière, l’allemande avait fini de se soigner et était partie en première. Il ne lui restait donc plus qu’à la suivre. Et là, quelle vision fut-ce. Des femmes désespérées trainant des enfants en pleurs dans une rivière courroucée. Peu d’hommes, beaucoup de cadavres flottant dans le lit du fleuve. Et ça et là, on pouvait entendre des cris, les balles, des canons rugissants. Bon Dieu, pourquoi ne leur portez-vous pas secours. Vos enfants s’entretuent et vous ne faites rien … absolument rien. Seth s’arrêta quelques secondes à peine devant ce spectacle si attristant pour voir un enfant se noyer dans la précipitation. Il se retourna alors pendant que sa partenaire les imploraient de revenir sur la terre ferme, en sa compagnie si salvatrice, ce qu’ils firent bien heureusement.

Par endroits des akumas s’élevaient dans les airs surchargés de morts et de sang. Il ne fallut pas longtemps à Seth pour les transpercer. Et voilà l’Akuma, ce foutu lieutenant ou je-ne-sais-quoi comme grade. Mais toute grâce que pouvaient lui apporter l’uniforme l’avait quitté, tout comme le prestige. Il n’était plus qu’un golem, qu’un amas de chair difforme. On aurait pu le qualifier de Yokai … mais même un Yokai japonais avait plus de prestance que cette chose. Il fit craquer les quelques os qui restait à sa victime et arracha par ce biais des cris horribles de femmes et enfants, cris dont il se délecta avec joie. Saige transmit alors son plan à Seth. Lui bloquer les jambes, voilà qui n’allait pas être très difficile à réaliser. Et avant de se mettre à l’action, l’allemande parla encore quelques instants. Un mot franchit ses lèvres, avec difficulté certes mais il fut prononcé. ‘Partenaire’ oui, c’était ce que Sem était pour elle et ce qu’elle était pour lui.

«Qui que soit cette Cateleya, je promets que je ferai tout pour être à cette place, dans votre coeur. En tant que fière allemande, je me dois de me battre pour obtenir ce qui me tient vraiment à cœur ! »

Cairn fit un arrêt sur image. Etait-ce une déclaration mal formulée mais formulée quand même.Vu comment Saige avait été gênée d’entendre la conversation entre Cate et Seth, il n’était pas trop compliqué de comprendre qu’elle les pensait en couple. Et que du coup, elle voulait détrôner l’irlandaise. Alala, Seth devrait bien lui expliquer un jour qu’il considérait Catelyn comme sa sœur et que du coup, il n’y aurait jamais rien entre eux. Mais trêve de bavardages, ils avaient un ennemi à terrasser et celui-ci semblait plutôt outré qu’ils accordent plus d’importance à leur histoire de cœur qu’à sa décadente personne. Il passa à l’attaque avec ses cheveux-lance. Saige para, puis ce fut le tour de son partenaire.

La tâche qu’avait confiée l’allemande à son partenaire se révéla bien plus ardue qu’espéré. Quatre mèches se battaient de concert contre deux adversaires. Les lois de l’arithmétique donnaient forcément avantage à l’ennemi et de fait, Seth n’arrivait pas à trouver une ouverture. Mais là encore Saige ut la solution. Elle projeta un boulet de canon, aussi improbable que cela puisse paraître et, partant à la renverse, le démon laissa un moment à Seth qui, à peine Saige lui donnait l’ordre, trancha le tendon qui le fit tomber pour de bon. Une vague d’énergie le fit soulever et une détonation paracheva le tout. Lorsqu’il retomba sur le sol, il était inerte, bel et bien mort. Et les lakotas étaient saufs … de ceux qui avaient pu survivre.

Un soupir et Seth se laissa choir au sol, laissant son innocence reprendre son éclat de jais normal. Ils avaient vaincu et déjà les gens retournaient sur la rive pour souffler. Saige se joignit à lui et ils furent bientôt son oncle fit de même. Une voix retentit quelques temps plus tard, de l’amérindien. Mais à entendre la réaction de Saige et voir celle de l’homme qui l’avait provoqué, c’était plutôt houleux. Et finalement, un fusil se leva, se pointa sur Saige et Seth se leva, sans comprendre vraiment. Mais il n’eut le temps de faire quelque chose que les indiens se retiraient, têtes baissées, les uns après les autres. Et au final, Saige finit par poser une question à Seth tandis que monsieur Shepard se retirait.


«Dites ... est-ce que ce que j'ai fait était mal ... ? »

«… Ils ont vu des blancs se transformer en monstres. Ils ne savent rien et ne voudraient certainement pas apprendre parce que savoir que les blancs leur veulent du mal leur suffit. Dis-toi seulement que tu as pu leur apporter un train de vie moins pénible pendant quelques temps. »

Il fit une pause. Ce qu’il allait dire allait être dur.

«Tu serai parti avant, ça n’aurait fait qu’accélérer leur mort. Ceux qui sont morts aujourd’hui t’ont vu secourir les leurs et ils sont décédés l’espoir dans leur esprit, l’espoir que les Lakotas survivent. Ce que je veux dire par là, c'est que tu n'as pas à te reprocher leur choix. Tu leur a offert ta joie de vivre, ta bonne humeur et tu ne pouvais rien faire de plus. »




To be continued ...


© Never-Utopia






Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Dim 17 Aoû - 15:13

Reborn




Le vent glacial sifflait, tel un serpent crachant son venin sur cette terre pure et pleine de magie. Cette terre qui maintenant se viciait à chaque monceau de liquide. Mais ce n'était pas vraiment un liquide, n'est-ce pas ? Non ... ce qui frappait la terre n'avait de visqueux que les restes des corps déchiquetés. Corps qui ne furent pas dégradés par un quelconque acide mais simplement touchés par des boulets de fer, boulets qui s'écrasaient sur la terre et soulevait une force d'onde que la demoiselle, là, posé en hauteur et observant le carnage, pouvait elle même utiliser. L'azur, couleur si douce, rassurante, comme une mer non secouée par les remous des vagues. Calme ... le calme, mais aussi la solitude. Dans un océan de solitude, où les gens qui vous avaient soutenus, n'étaient plus. Imaginez cet endroit. Seul, recroquevillé sur vous même comme si vous n'étiez que le fœtus encore dans le ventre de sa mère. Pourtant, nu dans cette étendue liquide, faible et à la merci de toute blessure, aucune chaleur ne vous réconforte. Tout est glacé, votre peau n'est qu'un amas de glace, flottant entre abysse et surface. Ouvrez juste un instant vos yeux et regardez en bas. Que voyez-vous ... ? Les personnes que vous avez aimé, qui vous ont aimé en retour durant tout ce temps. Les rejoindre, rester avec elles, c'est la pensée qui anime soudainement votre cœur transi de froid.

"Arrêtez ..."

Vos mains se tendent, malgré cet engourdissement constant qui s'empare de vos muscles. Les blonds cheveux flottent dans cette eau si pure, se faisant caresser par ce liquide exempt de toute souillure. Les rires venant d'en bas réchauffent peu à peu votre cœur et vous voulez encore plus les rejoindre. Mais rien n'arrive. Rien ne bouge. Et tout se glace à nouveau ... Pourquoi ? Pourquoi le peu de chaleur, de paix, se fait manger par les ténèbres ?

"ARRÊTEEEEEEEZ"


Tout cet esprit qui hurle, à s'en déchirer la gorge et les poumons. Souffrance. Brûlure. Cœur qui implose dans la poitrine. Ne pas bouger, ne pas pouvoir tendre une main vers celle qui vous attend plus bas. Se sentir impuissant. Se débattre, essayer de secouer ces membres glacés, mais rester là, à observer la lente descente dans les ténèbres de ceux que vous aimez. L'avez-vous déjà ressenti ? A genoux, dans cette neige un peu boueuse, cet azur iris représentait toute cette douleur, ce froid qui parcourait ce corps frêle. La main droite se leva lentement, les doigts s'écartant, comme pour toucher ce brin de ciel auréolé de violet et rose. Déjà, il était déjà le soir ... tant s'était passé en une journée que la demoiselle plantée là, dans cette demi souillure, avait perdu la notion du temps. Encore une fois, c'était un échec. Encore une fois, elle les voyait mourir, qu'elle le veuille ou non, de sa main ou de l'arme des autres. Cela ne changeait pas vraiment à vrai dire ... non ? Ses lèvres qui toujours avaient été accros aux sourires francs, se tordaient ici de douleur, de spasmes de rage dus à cette impuissance qui figeait tout son corps. Tel Adam sur la peinture de Michel Ange, Saige levait son index, pour toucher ce soleil couchant, ce soleil qui vibrait des dernières touches de couleur de cette journée sanglante. Soudain, une voix grave la ranima quelque peu. Seth. Il lui disait qu'elle avait fait ce qu'elle avait pu, et que c'était leur choix. Les paroles de l'exorciste résonnèrent doucement à ses oreilles, agissant comme le chuchotement

On this road that leads to you, I tread with determination to start again
I'm searching for a trace of the dream that dyes the night-less town scarlet


"Peut-être ... peut-être que c'était les bons choix. Peut-être que j'ai agi comme la meneuse que je devais être. Peut-être ... qu'ils ont pu vivre, et mourir avec ce mince espoir. Peut-être. Mais ..."

L'allemande se releva lentement. Tout ce corps gelé, cette peau blanche comme de la porcelaine, tout ce qui faisait d'elle cette sirène à la voix maudissant le mal s'anima pour défier d'un regard franc et direct cet acier froid qui jusqu'à présent lui avait fait peur. Pénétrant les iris du norvégien sans être animée par la peur ou la gêne, Saige se sentit partir au loin, vers cet autre monde glacé, au vent pouvant vous lécher la peau de brûlures et d'engelures.

The rift in my dreams that swirls and rises in the sea of illusions; that's the guidepost
The stone monument of reality, carved in doubt, points towards the mirage journey......


" ... Seth ..."

Elle souffla ce prénom de sa voix cristalline entre les bruits sourds des canons. Illuminée de dos par se ce soleil couchant, la jeune femme tendit la main, en s'approchant de l'homme qui venait de lui permettre de briser cette chaîne animée par l'impuissance régnant depuis bien trop longtemps en elle. Un bruit de brisure, des monceaux tombant dans cet abysse, voilà ce qui se reflétait dans l'océan de ces iris. Cette âme torturée par une tristesse et une l'inconstance encore jeunes, se sentait attiré par la froideur et la dureté face à elle. Les doigts se posèrent alors sur ces lèvres fermées, sans expression, pour les caresser un instant, pendant que l'azur noyait un peu plus le métal iris du norvégien.

" ... Non. Vous avez raison. Je prends les événements trop à cœur alors que vous les prenez avec beaucoup trop de recul ... Je me demande ce qui vous rend si froid et dur. "

L'azur se mit à briller sous un léger flot d'émotion dû à ce faible contact de chair. Au fond d'elle, son âme voulait prendre ce corps rétracté, glacé par tant de choses qu'elle ne connaissait pas, pour lui permettre à lui aussi, de vivre. Enlacer, serrer le dos de cette autre âme endolorie. Un jour, sans doute, y arrivera-t-elle ...

"Je voudrai un jour savoir pour ... avoir la chance de ... de refaire vivre ce cœur brisé. Votre cœur."

Les pommettes se mirent à changer de teinte à mesure que s'échappait ces doigts qui si tendrement, avaient caressé les lèvres masculines. Choix audacieux, choix qui sûrement sera douloureux. Mais qu'elle devait accepter comme les autres. Saige se retira, tournant le dos à l'exorciste pour récupérer ses effets et pouvoir ainsi prendre la route vers Pierre, la toute neuve ville du Dakota du Sud et ainsi prendre le train nouvellement raccordé jusqu'à l'Est. Durant ce trajet, que ce soit en carriole, ou bien dans le wagon, la jeune femme mit toute son énergie pour oublier ces événements tristes, et s'occuper au mieux de celui qui occupait ses pensées. Certes, elle devait souvent attendre qu'il dorme ou qu'il soit seul et sans compagnie féminine de chemin pour l'approcher. Oui, car elle n'osait pas. C'était si nouveau pour elle, si violent. Et pourtant, l'ancienne fille de bonne famille osait, par petits pas, sans s'en rendre compte. Le temps d'arriver à l'antenne de l'ordre noir, elle s'était maintes fois assoupie en posant sa tête contre cette épaule large et réconfortante, relaxée et sans défense. Avant de partir de Pierre, elle l'avait emmené au saloon pour manger, jouer un peu aux cartes en évitant les bottes des tricheurs. Elle avait encore dansé avec lui et même un soir ... eu l'audace de venir discrètement dans sa chambre. Par petits pas, légers, comme ses cheveux et sa robe au parfum fleuri, aux accents de mandarine, de rose et de pivoine. Peut-être que cela l'avait faite repérée dans son "méfait", mais elle s'en fichait. Ses doigts filèrent vers ses cheveux un peu désordonnés à cause de mouvements dans le lit sans doute dus à un sommeil un peu agité. Lentement la pulpe avait dessiné chaque contour du visage, minute par minutes, tel que le ferait un sculpteur en façonnant le buste d'une personne. Et soudainement, elle s'était redressée pour se mettre à la hauteur d'un Seth endormi. En une semaine, malgré la froideur apparente du norvégien, la pétillante blonde était tombée sous son charme. Cheveux ondulés tombant sur le corps masculin pendant que les lèvres de l'allemande se dirigeaient vers l'oreille, elle chuchota faiblement :

"Je sais que ce que je vais dire, vous ne l'entendrez peut-être pas. Vous avez le sommeil lourd, comme j'ai pu l'observer durant notre retour. Mais ... je crois ... que plus je vous vois, plus je vous parle ... plus j'ai envie de dire que ..."

Des picotements parcoururent son nez et ses pommettes, violents et incroyablement chauds. Saige inspira un moment avant de reprendre, d'une voix un peu plus tremblante :

" ... j'ai des sentiments forts pour vous, Seth. Et même si nous ne nous revoyions pas après notre retour, je ferai en sorte d'apporter ... un peu de chaleur pour faire fondre votre glace, depuis mon point préféré de la Congrégation."


Oui, là haut, au point culminant du bâtiment, elle chanterait, comme elle l'avait toujours fait avant de partir en Amérique. Quand les ondes de tristesse, du désespoir résonneraient, elle et Mermaid, seront là, pour soigner à nouveau les blessures de ces cœurs innocents, des ces cœurs meurtris par cette guerre.

"Ce n'est vraiment pas facile à dire. J'ai l'impression de perdre vraiment toute contenance en disant ça. Mais j'espère ... vraiment ... que l'on se reverra, Seth ..."

Elle se pencha vers ce visage endormi, paupières à demi closes. Ses lèvres rosées, de nouveau chaudes et vivantes se posèrent sur celles inanimées pour les embrasser. Mermaid tinta en émettant une légère lueur rouge, couleur de passion. Un baiser tendre qui scellait le pacte que pensait secret, la jeune femme. Elle aimait et devait user de ce sentiment pour donner un nouvel éclat, là haut, dans les nuages ou sur terre, auprès de ses semblables. Ainsi, elle se retira, lentement, dans une volée de cheveux secoués par le vent glacial venant de dehors, aussi secoués que l'était la femme qui grandissait dans ce corps frêle. La porte de la chambre se ferma, émettant simplement un cliquetis, comme si une horloge venait d'à nouveau se réactiver.

This wish ... I sing to you echoes across to a faraway place
The flowers of dreams that bloomed in days that can never return will be reborn


Le reste du voyage, Saige n'étala pas plus ses sentiments, ne se montrant que joyeuse et attentive à l'égard de l'exorciste. Mais en elle, les aiguilles bougeaient. Tic ... tac ... Une horloge de vie. Ne l'entendez-vous pas, dans cette poitrine ? Elle luit, et émet ses cliquetis, derrière cette barrière faite de verre. Approchez, juste un instant et posez votre main ... et revivez.




avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Mar 19 Aoû - 10:44


Ecoute sinon ta langue te rendra sourd
Le Far West est bien différent de la Norvège




Feat
Saige Shepard
...
La Congrégation a perdu la trace de Saige, une exorciste qui a "fugué". Le Grand Intendant envoie Seth en Amérique pour la récupérer mais un évènement atroce risque de bouleversé la mission mais aussi les sentiments du Norsk.


Des cris, mais pas seulement là, devant eux, dans ce charnier, ce massacre auquel les amérindiens avaient décidé d’apporter leurs sangs sans même chercher à comprendre. Pauvres fous qu’ils étaient ou plutôt non, valeureux guerriers cherchant à honorer la mémoire et le sacrifice de leurs frères, pères et amis. Ces cris si proches du norvégien ne pouvaient être poussés que par Saige. Et à vrai dire, elle n’était pas la seule à avoir le cœur déchiré. Elle les avait aidés, leur avait apportés son sourire et sa spontanéité, les avait aimés. Et voilà qu’ils partaient vers une mort certaine en la reniant, celle qui avait fait tant pour eux. Seth avait le cœur gros quant au sort des Lakotas mais il était encore bien plus peiné par les cris déchirants, atroces et par l’abandon de Saige. Il aurait voulu la prendre dans ses bras, la réconforter mais ne savait pas si ça allait faire plus de bien que de mal. Il n’était plus sûre de la position de la jeune femme quant à leur relation et à vrai dire, doutait qu’il soit encore possible qu’elle l’aime après ce qu’il s’était passé, son impuissance, leur impuissance dans ce drame et à cause aussi de la façon qu’il avait eu de lui parler.

Mais la sirène fit de sorte à ce que ce dilemme ne dure pas plus longtemps. Elle se leva, digérant les paroles du norsk tout en évoquant monceaux de ‘peut-être’. Elle tremblait, elle avait froid et peur, oui peur. Sentiment si légitime que celui-là. Seth l’éprouvait aussi, bien qu’il n’est pas côtoyé les indiens aussi longtemps que sa partenaire. Il devait la réconforter, c’était une obligation, un devoir envers lui-même. Il ouvrit la bouche, cherchant les mots tout en s’avançant d’un pas mais fut soufflé par l’initiative de Saige. Avait-elle compris qu’il cherchait son contact, à la réchauffer, à lui faire passer cette vision d’horreur ? La refusait-elle en lui fermant la bouche d’un doigt glacé ? Elle évoqua leur différence évidente de points de vue et cette façon qu’il avait de se tenir à l’écart de tout. Et elle prononça un mot qui le souffla encore plus, le laissant pantois. ‘Froid’ suivit de ‘dur’. Etait-il comme cela vraiment ? N’était-il qu’un rocher aussi glacé que Niflheim qui exulterait son blizzard sur tout un chacun, les laissant ainsi penser de lui une tout autre chose que ce qu’il pensait envoyer ? La mort de sa mère et de son frère l’avaient-il à ce point marqué ? Il osait croire que non. Il n’était pas froid, pas distant avec elle. Il l’aimait, il l’avait compris depuis un certain temps et ne le refusait pas comme Saige avait semblait le faire.

«Je voudrai un jour savoir pour ... avoir la chance de ... de refaire vivre ce cœur brisé. Votre cœur. »

Elle voulait savoir ce qui le rendait si froid ? Si distant ? Lui-même à présent n’en était plus si sûr. Etait-ce parce que la mort le suivait dans son sillage ? Etait-ce parce que la plupart des personnes qu’il avait aimées lui ont été retirées ? Sa mère, Noah, son père qui s’était enfuit, sa sœur en orphelinat. Même le vieux maréchal s’en était allé, lui qui semblait repousser la mort par sa seule bienveillance. Il ne lui restait de précieux et de proches que deux personnes, Catelyn et Saige. Alors il ne se demander qu’une chose : Pour combien de temps ? Il réussit tout de même à lâcher quelques mots alors que les doigts si fins et frais de sa bien-aimée s’en allaient sans qu’il puisse y faire quelque chose.

«Un jour … tu sauras, je te le promets. »


Je ne sais simplement pas quand j’aurai le courage de t’expliquer ce point de vue douloureux. Plus de réponses de la part de Saige. Avait-elle compris qu’elle n’obtiendrait plus rien là-dessus ? Avait-elle compris que c’était une promesse lourde de sens aux yeux de Seth, que c’était la première fois qu’il l’expliquait à quelqu’un d’autre que son feu maître et que donc, elle bénéficiait de toute sa confiance ?

Les jours suivants furent consacrés au retour. Mais avant, Sem devait faire quelque chose, une sorte d’hommage à ces valeurs combattants sans aucunes chances de survie qu’avaient été les lakotas. Ils s’étaient terrés quelques temps pour laisser le massacre se terminer, aussi dur que cela puisse paraître. Puis il retourna dans le camp, ordonnant à Saige de rester là où elle se trouvait. En aucun cas elle ne devait voir ce charnier. Beaucoup de corps avaient été brulés, ainsi que la plupart du camp. Mais ça et là, des morts restés sur leur Terre Mère, incapable de la rejoindre correctement. Le cœur lourd, Cairn attrapa une torche et enflamma un à un les cadavres restant, permettant ainsi à leurs cendres de retrouver le chemin vers leurs ancêtres. Du tas de cadavres qui n’avait pas totalement brulé, il raviva le foyer dans le même but. Puis il revint vers son point de départ. Toutefois il tomba sur un enfant qu’il croyait mort sans que ce soit effectivement le cas. Pouvait-il le sauver ? Saige aussi ? Il regarda la plaie béante tandis que des yeux ronds emplis de tristesse, de colère et d’espoir, le fixaient sans vouloir s’en détacher. La blessure était trop grave, trop infectée. Il n’y avait aucun moyen de le sauver mais il était encore en vie même si son agonie n’allait plus durer très longtemps. L’achever d’un coup de crucifix ? Non, c’était humainement impossible et Seth était vidé. Non, il pouvait faire autrement : veiller et attendre son passage dans l’Au-delà. Tandis qu’il passait sa main dans les cheveux poisseux de sang de l’enfant, il fredonna cet air qu’il semblait avoir oublié tant il remontait à loin. Sa mère le leur avait chanté à lui et à son frère alors qu’ils étaient encore en bas-âge, de l’âge du mourant en fait. Finalement, le passage d’en l’Autre monde fut plutôt rapide et Seth ferma les yeux immenses de l’enfant, les larmes à ses propres yeux.

Il revint vers Saige sans même lui expliquer ce qu’il avait fait. Elle n’avait pas à savoir et quand bien même elle devait s’en douter, elle n’obtiendrait jamais ses aveux sur ces actes et ce qui lui avait apporté la larme à l’œil. Le reste du chemin se fit tantôt en train, tantôt en bateau. Doux aurait pu être le voyage mais aucun des deux comparses n’avait la tête à s’en émerveiller. Sem était vidé, littéralement. Et en plus de cette fatigue sans aucune comparaison possible, il se sentait changé là, au fond de lui. On lui avait ouvert les yeux sur le rendu qu’il donnait aux autres. Il avait la mort des hommes de si proche, comme jamais auparavant, et avec cela, avait éprouvé une peur immense.
Mais il l’avait aussi trouvée, elle. Il avait trouvé l’amour, la douceur, la joie de vivre et l’optimisme de Saige. Il espérait que les quelques rapprochements qu’ils avaient eu dans le train soient l’ébauche d’une relation que l’allemande n’avait pas dévoilé au grand jour … Du moins pas quand il était réveillé.

Mais au fond de lui-même, il n’avait pas besoin des mots de Saige pour comprendre ce qu’elle ressentait.




To be continued ...


© Never-Utopia





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» ஹஞ Ecoute sinon ta langue te rendra sourd ஞஹ (P.V Seth)
» Langue Hindi
» La langue française : orthographe, grammaire... !
» Quelle langue vous aimeriez parler?
» [SOFT] SPB FLASH CARDS : Apprenez une langue étrangère [Payant]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Amériques :: États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: