Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Tiré par les cheveux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Re: Tiré par les cheveux
Sam 18 Oct - 22:13
Je suis toujours immobile face au monstre. Je voudrais partir mais mes jambes refusent le moindre mouvement. Il ne me reste donc plus qu'à affronter ma mort en face. Leo m'ordonne de fuir. Le pauvre, il ne devrait pas voir cela. Ce n'est encore qu'un enfant. Pourquoi faut-il qu'il soit ici et lutte face à des créatures pareilles. Le monstre ouvre la bouche et quelque chose de noir commence à se former. C'est donc avec cela qu'il va me tuer. Bien. C'est alors que quelqu'un me tire par le bras. Angélique, la seule personne que j'appréciais au couvent. Elle me tire à terre et prend ma place. Et le coup part. Les secondes s'étirent et paraissent durer des heures. Je la vois tomber, comme une poupée qu'on aurait cassée. Lentement, elle effleure le sol et s'allonge. Ses yeux sont grands ouverts, mais la lueur de tendresse qui y luisait s'est éteinte. Son visage est toujours aussi beau. Mais un rictus d'horreur y est figé, comme pour marquer à jamais ce moment. Peu à peu, le sol autour d'elle s'assombrit. Des mots me reviennent à l'esprit. Poussière tu étais et poussière tu redeviendras. C'est donc tout ce que nous sommes ? Des être voués à mourir ? Je reste là, fixant du regard celle qui fut mon amie. J'entends Lëo hurler de rage et de désespoir. Mais je m'en fous. Je me fous de tout. Je ne ressens plus rien. Je deviens moi aussi une poupée dénuée d'émotions, prête à être cassée. Et puis, la colère commence à gronder. Non. Nous ne sommes pas que de la poussière. Nous sommes capables de beaucoup plus. Nous pouvons rire et faire rire, aimer et être aimé. Et surtout, nous pouvons nous battre. Je lève les yeux vers le monstre. Il est fière de lui.

«  On dirait que tu connaissais cette petite idiote. Ne t'inquiètes pas, tu ne vas pas tarder à la rejoindre. »

C'en est trop pour moi. Mon sang ne fait qu'un tour. Je lui crache au visage. Puis, je me redresse et recule en courant. Je ne mourrai pas. Pas ce soir. Il en est hors de question. J'empoigne mon arc et décoche ma première flèche. Je ne vise pas sa tête ni son torse, ce serait trop facile pour lui. Non, je vise son genou. Ou du moins ce qui y ressemble. Et j’atteins ma cible. Je le vois tomber et entends ce qui semble être un cri de douleur. Parfait, il sera tranquille pour un moment.
Je pars en courant et attrape mon carquois qui était par terre. Il faut que j'aide Lëo. Mais je n'ai pas le temps de faire trois pas que je suis saisie par le bassin, soulevée de terre et envoyée à l'autre bout. Il fallait m'y attendre, ce n'est pas une flèche en bois et pierre qui va venir à bout d'une telle créature. La chute est rude. Ma vue se trouble. Je me redresse et flanche quelque peu. Tout tourne. Je ferme les yeux, me concentre et le rouvre. Juste à temps pour voir un énorme truc noir me foncer dessus. Je me jette au sol en une pirouette pour l’éviter. J'attrape mon arc. Malheureusement mon carquois est beaucoup trop loin. Je suis perdue. C'est débile. J'étais motivée pour me battre. J’évite un nouveau coup, cherchant des yeux mes flèches. Tu n'en as pas besoin. De quoi ? Depuis quand un arc sans flèches est utile ? Je n'ai pas d'autres choix. Je me mets donc en position et bande mon arc, comme s'il avait une flèche. C'est alors qu'elle apparaît, toute bleue. Je souris, c'est magnifique, et la décoche. Cette fois ci, je ne vise pas les genoux. Non, elle part en plein cœur. Et elle le touche. C'est alors qu'elle explose. Je me retrouve à terre une nouvelle fois, soufflée par l'explosion. Je me relève avec difficulté. Mon dos me fait un mal de chien, et du sang me coule dans les yeux. Et bien, le moins qu'on puisse dire c'est que c'est … surprenant. Cette fois ci, on devrait vraiment être tranquilles.  J'espère que mon ami s'en sort.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mer 22 Oct - 22:00
Lëo soutenait le regard de son ennemi en armure. Le niveau trois chargeait son tir, le portugais faisait de même. Le premier qui tirera, gagnera. Le garçon trouva se temps long infiniment long. L'akuma referma sa bouche, étouffant la boule noir. Le portugais en fut surpris, pourquoi avait il arrêter. C'est alors qu'il entendit une branche craquer dans son dos. Lëo avait été stupide. Aveuglé par la haine qu'il lançait à cette abomination du comte, il n'avait pas vu, il n'avait pas entendu l'akuma dans son dos. Il n'avait pas entendu la barrière se briser, les os se craquer, la chair se briser.

Il eut à peine le temps de se retourner pour imprimer l'image de la bête, gueule ouverte, lui sautant dessus. Par réflexe, il leva le bras et sentit tout le poids de l'animal sur son petit corps. Sonné par le choc, il ne sentit pas tout de suite la douleur à son bras. En regardant mieux, il vit le crâne du loup juste au dessus de lui, babines retroussés, ses cris implanté dans sa chair. La manche de cuir était souillé de sang, du sang du gamin. En même temps que son cri de douleur, il entendit aussi les paroles du niveau trois.

Non, Gwenäelle ! Pas elle, il y avait déjà deux morts aujourd'hui. Déjà deux âmes qui sont déjà retourné près du seigneur. Sans compter tous ces marchands dont les corps vont nourir les pissenlit et les racines des pommiers et des châtaigners. Pourquoi ce monde devait il être aussi horrible, rempli de tant de sang envoyé sur les murs, de tant de cimetière qui ne cessent de s'agrandir, de lames plongés jusqu'à la garde ? Il avait tisser un lien trop fort avec cette jeune rousse. Il ne pouvait laisser ce monstre décider de son destin.

La douleur était trop fort, les dos raclant sur les os qui venait tout juste de se resouder. Les os ne se briserent pas mais la douleur continuait, il ne pouvait rien faire, juste continuer à brandir son bras laissant le canidé s'en donner à coeur joie.

Son seul espoir demeurait dans son innocence, c'est la seul solution. Gwenäelle va mourir, elle n'avait aucun moyen de se défendre. Elle n'était qu'une simple humaine. Un éclair passa devant les yeux du garçon, l'étreinte de la mâchoire devint de moins en moins fort, avant de voir le monstre au dessus de lui exploser. La poussière retomba, la mesange émeraude se posa alors sur le ventre du garçon. Encore une fois, sa plus fidèle compagne était son innocence.

Le bras blessé ne bougeait plus, ou s'il le bougeait il avait mal. En se relevant, il laissa donc son bras pendre le long de son corps. L'oiseau était sur son épaule. Devant lui, La bretonne tenait son arc et fisait le niveau trois. Elle n'avait aucune chance, aucune de tuer un akuma avec un simple arc et de simple flèche.

Il fallait l'aider avant que l'akuma ne se décide de la tuer. Il y avait encore une chance. Il se reconcentra sur sa projection en fermant les yeux et tira, un nouvelle éclair puis une explosion. Finalement, ils avaient réussi. Il en était venu à bout. Non sans sacrifice. Parmi les corps inertes, il y avait la none et le traqueur. Un dernier effort et le garçon tua l'akuma dans la barrière.

« Gwenäelle ! » Le prénom fut un peu étouffer par des larmes naissantes. « Gwen... » Il couru jusqu'à elle, la peine et la tristesse avait pris le dessus sur la douleur. Le bras ensanglanté le long du corps, il étreignit de toute ses forces la bretonne. « Tu... Tu n'aurait jamais dû voir ça ! Tu n'...n'aurais jamais du être là ! Ni toi, ni personne... Jamais... Plus jamais ! »

Les larmes coulerent, pour la none, pour Gwen, pour les marchands, pour le traqueur et surtout pour toutes les horreurs qu'il avait vu, entendu. Il laissa tout ça s'échapper par ses yeux, enserrant celle qui avait aussi besoin de réconfort, son amie qui n'aurait jamais dû se montrer...


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 28 Oct - 0:30
Je suis encore sous le choc, immobile. C'est la voix de Lëo qui me ramène à la réalité. Son cri me fait l'effet d'un coup de poing. J'en oublie tout ce qu'il vient de se passer, toute l'horreur que je viens de voir. Ma douleur disparaît elle aussi. Je n'ai plus qu'une seule priorité : l'enfant qui court vers moi. Je le réceptionne, non sans tirer une grimace, et le serre fort. Je sens son corps trembler, secoué par de gros sanglots. Il est beaucoup trop jeune pour de telles choses. Le voir s'inquiéter pour moi me fait mal. Il devrait d'abord s'inquiéter pour lui. Il ne devrait pas penser à moi. Il ne devrait pas avoir besoin de s'inquiéter. Il devrait être en train de jouer, entouré de ses parents. Et non pas en train de se battre, entouré de cadavres. Je me mets à pleurer à mon tour. Puis je chante. Doucement d'abord, puis de plus en plus fort. J'espère arriver à le calmer. Mais pour faire une telle chose, il faudrait d'abord que je sois moi même calme. Et c'est peine perdue.
Nous restons de longues minutes ainsi. Je lui caresse les cheveux et continue de chanter. Peu à peu, ses pleurs cessent. Les miens aussi. Je lui essuie les yeux avec un bout de ma manche et lui souris.

«  Nous devrions rentrer nous mettre au chaud, tu ne penses pas ? »

Je relève les yeux et vois les morts nous entourant. Je ne peux plus rien faire pour eux. Ou du moins, pas maintenant. Une fois au couvent, je leur demanderai d'envoyer quelqu'un. Sans savoir s'il est d'accord ou pas, je porte Lëo dans mes bras, attrape mon arc et mon carquois puis commence à marcher. Mes blessures se rappellent vite à moi. J'ai mal au dos, ma tête me tourne, mon sang coule dans mes yeux, mais je m'en moque. Il faut que j'amène le petit garçon au chaud, que je lui donne un bon bain chaud, un repas et un lit douillet, comme s'il ne s'était jamais rien passé. Je sais que dès demain il repartira, et qu'il retournera à cette horreur. Mais pas cette nuit. Tant qu'il est avec moi, il aura droit à une vie normal, loin de son enfer quotidien.

Je manque de chuter plusieurs fois, mais tiens bon. Je finis par apercevoir le couvent. Je crois que c'est la première fois que je suis aussi heureuse d'y retourner. Des nonnes viennent nous accueillir. Elles m'aident à porter mes affaires. Elles veulent aussi prendre Lëo, mais je ne le lâche pas. J'ai peur qu'il ne se casse si je le confie à d'autres.
La mère Supérieur m'attend sur le perron. Son regard est lourd. Mais ce ne sont pas des reproches que j'y lis. Je suis surprise lorsque je sens ses bras autour de moi.

«  Bon retour parmi nous. »

Deux nouvelles larmes roulent le long de mes joues. Ses mots me font chaud au cœur. Je lui souris, murmure un « désolée » et rentre. Désolée je le suis, après tout, j'ai détruit un mur.
Sans faire attention aux visages le long de mon chemin, je me dirige vers les bains. Une fois entrée, je déshabille l'enfant et le plonge dans une bassin d'eau chaude. Puis j'y entre à mon tour, sans prendre le temps d'enlever ma robe. J'attrape une brosse et le frotte. J'espère faire partir le sang et l'espèce de truc noir infâme qui le tâchent. Je finis par y arriver. Je relève enfin les yeux sur mon ami et lui souris.

«  Et voilà, comme s'il ne s'était rien passé. »

Ma voix est éraillée. Mon sourire est faux. Mes mains tremblent. Et au moment où je finis ma phrase, mes pleurs reprennent.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 28 Oct - 10:14







Comme si rien ne s’était passé ?Peut on se remettre de se genre de chose…



01101001110100101110001
S’abandonner dans les bras de quelqu’un, voila quelque chose que Lëo n’avait pas fait depuis longtemps. Sentir ce corps chaud vous serrer alors que vous vous pleurer. Et vous ne pouvez plus vous arrêter. Ses deux yeux étaient pointés au loing. Son unique œil voyait flou, floutait les arbres, floutait les branches, floutait l’herbe taché de sang, l’herbe taché de cadavre. Il ne pensait à rien, il ne pensait plus. Il était contre Gwen et ne voulait plus la lâcher. Il était paradoxalement heureux qu’elle soit là en vit alors que tant d’autres gens sont morts. Et pourtant, il en avait vu des morts, il avait cru pouvoir s’y habituer mais ce n’était pas le genre de chose à laquelle on s’habitue. D’ailleurs, la bretonne accompagne le portugais dans ces pleurs.

Puis, une voix s’élève, d’abord imperceptible parmi les pleurs et chevrotante, elle prit de l’ampleur. Doucement elle arriva aux oreilles de l’enfant. La douce mélodie vint entouré les deux êtres enlacés les enfermant dans une sorte de bulle. Peu à peu, à mesure que le chant ce faisait plus fort, le coeur de Lëo semblait penser quelque peu ses blessures. Il se calma focalisant son attention sur les mots prononcés par la rousse. La dernière larme finit sa course le long de sa joue et un état serein le pris. Il sentit enfin la main à l’arrière de sa tête qui le caressait. Cette dernière larme fut essuyée et il entendit distinctement la voix de Gwenaëlle.

«  Nous devrions rentrer nous mettre au chaud, tu ne penses pas ? »

Non, il pensait plus. Il se laissa aller. Il se sentit soulever. En temps normal, il aurait protesté. Mais ses bras ne répondirent pas. Le premier pendait encore le long de son corps, le liquide rouge ne coulait plus. L’autre restait autour de la rousse ne volant en aucun cas relâcher son étreinte. Il savait aussi marcher, il le pouvait encore, mais rien n’y faisait. Il restait dans ses bras, les yeux dans le vague fixant le fond de la forêt comme s’il voyait tout ce qu’il venait de voir s’éloigner et rester dans ce sanctuaire.

Il ne fit même pas attention au faites qu’il était sorti du bois et encore moins qu’ils étaient au couvent. Il ne vit aucun visage sur les corps des religieuses comme s’il se refusait de mettre un nom sur quelqu’un de peur qu’il disparaisse ensuite. Il entendit des lambeaux de phrase qui ne l’aidait pas à comprendre. Il se laissa porter jusqu’au lieu qu’il avait quitter il y a peu de temps. Les bains. C’était comme si, entre le moment où il était sorti retrouver Gwen et celui-ci, rien ne c’était passé. Et pourtant…

De même, il ne protesta pas quand on le déshabilla. Plus rien n’avait d’importance. Il sentit l’eau chaude le couvrir doucement remplaçant l’étreinte de la bretonne. Il vit son amie entrée avec lui dans l’eau. Quand le bras où il a était mordu toucha L’eau chaude, il sentit une nouvelle morsure. Il émit un petit gémissement de douleur sans plus malgré ce qu’il sentait réellement. Il sentit la brosse et l’éponge lui parcourir le corps et insister dans les zones où du rouge et du noir le tachaient. Il vit l’eau passer de clair à trouble puis noir.

«  Et voilà, comme s'il ne s'était rien passé. »

Comme s’il ne s’était rien passé… Comment pouvaient ils faire comme si rien ne s’était passé. Cette journée restera à jamais gravé dans sa mémoire, et Gwenaëlle sera contraint de faire de même. Les pleurs qui suivirent le confirmèrent. C’était au tour de Lëo d’essayer de la calmer. Son bras blessé lui faisait encore mal, mais il pouvait tout même le soulever. Il s’approcha de son amie et la reprit dans ses bras. Cette fois ci, c’est lui qui commença à fredonner une chanson, une comptine que lui chantait sa mère. Lui ne pleurer pas et il chantait d’une voix clair et distincte. Il chanta en portugais sentant que les pleurs diminuaient sans non plus s’arrêter. C’était la première fois qu’elle voyait un akuma et sûrement la première fois qu’elle voit tant de morts.

Finalement, on vint les déranger dans ce moment de complicité. Quelqu’un toqua à la porte, la voix de la Mére supérieur filtra par la porte.

« Gwenaëlle, désolé de te déranger, mais nous aimerions te parler à toi et à l’exorciste. On vous attend dans mon bureau… »

Lëo savait de quoi ils allaient parler, de ce qu’il vient de se passer. Ils sortirent tous les deux de l’eau sans dire un mot et allèrent chacun dans leur chambre pour s’habiller ou se changer. Lëo arriva dans sa chambre seul avec seulement Hina. Il y avait encore leurs affaires au sol, surtout ceux du traqueur, celui qui est mort. Le garçon détourna ses yeux et alla fouiller dans ses affaires en tentant de penser à autre chose. Une fois habillé, il pris la montre à gousset dans ses mains et la serra contre son cœur, avant d’aller vers la porte. Il s’arrêta devant la porte et baissa son œil pour regarder la croix rosaire sur sa poitrine. La congrégation étaient le seul moyen qu’il avait pour se venger de la mort de ses parents.

Il repris la route allant jusqu’à la chambre de Gwenaëlle. Préférant ne pas la déranger, il se mit assis en face de la porte les jambes entourer par ses bras. Hina se positionna sur son genou et ils attendirent que la porte s’ouvre.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Lun 3 Nov - 23:28
D'abord gênée de pleurer ainsi devant lui, je me laisse aller. J'ai l'impression qu'il y a des années que je n'ai pas pu évacuer toute ma tristesse de cette façon. Je pleure de plus en plus fort. Deux petits bras viennent m'entourer. Si je souris, mon rictus disparait bien vite. Je déverse mon torrent de larme devant mon ami. A mon tour, je deviens une enfant. J'aimerais que ce soit ma maman en ce moment même qui me réconforte. Mais je sais que cela n'arrivera jamais. Et ce sentiment d'abandon vient s'ajouter à mon malheur passager. J'ai mal. Peu à peu, j'entends la voix de Leö s'élever. Il chante. Je ne comprends pas un seul mot, mais c'est beau. Il devient la maman que je n'ai pas. Quelle drôle d'idée. Je devrais plutôt le considérer comme un petit frère. Je retrouve mon calme peu à peu, mais la peur et l'horreur sont toujours présentes. Plus rien ne sera jamais pareil. Je n'ai plus le droit au calme et à l'insouciance. Je vais devoir devenir adulte. Cette idée m'attriste un peu plus. Je ne veux pas être adulte. Les adultes sont tout le temps en train de râler. Aucun ne pense jamais à sourire ou à rire. Ou alors, ils le font par convention. Je ne veux pas. Je veux pouvoir apporter la joie autour de moi. Enfin, pour l'instant, vue mon état cela va être compliqué.

J'entends quelqu'un frapper à la porte mais ne fait pas attention. Je suis ailleurs. Je continue de fixer mes genoux, émergents de l'eau noir. Puis sentant Leö se lever, je fais la même chose, machinalement. Je me dirige vers ma chambre. J'ai envie de hurler mais en suis incapable. Je ne suis plus qu'un fantôme. Une coquille sans âme. Une fois arrivée dans la pièce, je me déshabille et enfile la première chose me passant sous la main...
En me penchant pour attraper une paire de chaussures, j'aperçois la statuette offerte par l'enfant. Elle est vraiment magnifique.

Je croise un miroir, et le reflet qu'il me renvoie me fait vaguement sourire. Mes cheveux sont dans un état pitoyable, humidité des bains oblige, j'ai le teint cireux, de grosses cernes. On a l'impression que je viens de mener une guerre durant dix longues années. Pourtant, je n'ai fait qu'un seul combat le temps d'une soirée. Et je ne sais pas pourquoi, mais j'ai l'impression que ça ne va pas s'arrêter tout de suite. A cette idée, mon sang ne fait qu'un tour. Je veux comprendre. Je veux savoir pourquoi je devrais me battre. Quelles étaient ces créatures. Suis-je vraiment obligée de faire une telle chose. Pas que le couvent me plaise au point que je veuille y rester... Mais je ne veux faire de mal à personne. Je m'arrache les cheveux hors de moi. Puis finalement, je déverse ma colère sur le mur, avant de m’effondrer sur le sol. Je n'ai même plus la force de pleurer. Je reste par terre, sans émotion aucune. Je ne sais même plus pourquoi je suis dans ma chambre. Ah oui. Le bureau de la Mère Supérieur.

Je sors et déambule dans les couloirs telle une mort vivant. Les autres filles me fixent mais je ne leur prête pas attention. Elles m'énervent. Je ne rêve que d'une chose, c'est d'oublier et de dormir. Mon dos me fait atrocement mal, et chaque pas est un supplice. La colère ressentie il y a peu ne disparait pas. Au contraire, elle augmente peu à peu. Je dois me raisonner. Mais je n'en ai pas la force.

Je finis par atteindre je ne sais comment la pièce tant désirée. Enfin. Une fois entrée, je m'affale sur une chaise et fixe le mur. Je ne suis plus que l'ombre de moi même.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 11 Nov - 0:09







Dure réalitéUnis dans le malheur comme dans le bonheur.



01101001110100101110001
Le garçon ne savait pas se qui pouvait retenir Gwenaëlle pendant autant de temps dans sa chambre. Mais il ne voulait pas la brusquer, il ne voulait pas la déranger. Il comprenait ce qu’elle venait de vivre. Il venait aussi de le vivre et il l’avait déjà vécu avant. Le portugais fixait son oiseau mécanique, un des seuls souvenirs qu’il avait de ses parents. Au départ un cadeau qu’il voulait faire pour son père, la sculpture s’était transformé en "cadeau de Dieu". Un cadeau bien amer pour un enfant comme lui. Comme son amie, il avait voulu être seul pour réfléchir, pour pleurer, pour faire son deuil.

La poigné finit tout de même à se tourner. La tignasse rousse ne tarda pas de se montrer, encore bien mouiller par le bain. Elle ne fit même pas attention à la petite masse noire qui la regardait sortir. Machinalement, elle se tourna vers un côté et se mit à avancer. Troublé par ce mutisme, le garçon fit de même. Il suivit doucement son amie. Les filles autour chahutèrent quand ils passèrent prés d’elle. Ni lui, ni elle ne levèrent les yeux.

La mère supérieur et le traqueur survivant de tenait devant la porte. Ils les attendaient. La rousse passa à côté avant de s’assoire. Lëo entra derrière elle, une larme coula le long de sa joue en revoyant l’image de son compagnon mort. Il ravala et renifla le plus discrètement possible. Il ne voulait pas briser ce silence dont chacune des personnes dans cette salle priait pour qu’il soit brisé. Ce fut, finalement, la mère supérieur qui commença en s’asseyant.

« Excusez moi les enfants… » Sa voix était légèrement chevrotante comme si elle revalait un sanglot. Ses yeux rougis témoignaient de pleures effacer pour ne pas se montrer devant Lëo, mais surtout devant Gwen. « Si j’aurais pu faire autrement, je vous aurais laissé seul… mais l’heure est grave. Nous sommes là pour toi, Gwenaëlle Roussel. » Sa voix se voulait rassurante. « Je suis désolé que tout cela arrive en de tel circonstance, mais nous n’avons pas le choix. Je comprendrais que tu ne veuille pas nous écoutez… Mais attends au moins que nous en ayons fini. » Elle laissa la parole au membre de l’ordre noir. Ce dernier s’approcha d’elle, s’accroupi à sa hauteur.
- Gwenaëlle, ce que tu as vu tout à l’heure… c’était des akumas. Des créatures qui essaient de tuer des humains. Et Lëo est ce qu’on appelle un compatible. Un monstre a créé ses créatures, et Dieu, en contre parti, nous a offert l’innocence. Cette matière est notre arme et elle choisit des personnes. Des personnes comme Lëo et son oiseau ou comme toi et ton arc. Si j’en crois ce que j’ai vu, tu es une compatible. »

Lëo en fut totalement étonné. Gwenaëlle était une compatible, elle était une exorciste comme lui. Il ne savait pas s’il devait être heureux pour elle, ou triste. Il ne savait pas quoi dire, quoi faire, où se mettre. Comment Dieu faisait il pour choisir ses soldats ? Pourquoi eux ? Qu’avaient ils de spécial ? Pourquoi faire subir ça à des enfants comme lui et des adolescentes comme elle ?

« Si tu le souhaites… Demain, nous partons pour la congrégation et tu peux venir avec nous. Mais ne te sens pas obliger. Là bas, tu pourras apprendre à utiliser tes pouvoirs et nous aider dans notre lutte. L’humanité a grand besoin de personne comme toi. Et si on ne fait rien ce sera peut être toute l’humanité qui périra. »

Les mots parurent durent à encaisser. Ils résonnaient dans le crâne de l’enfant. Mais il dut avouer que ses paroles étaient cruellement la vérité. Et égoïstement, il espéra que Gwenaëlle accepte.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Lun 17 Nov - 19:55
Je suis toujours assise, immobile comme une poupée cassée. Et c'est ce que j'ai l'impression d'être. Cassée. J'entends des voix parler. D'abord celle de la mère Supérieur. Elle est chargée de douleur et de tristesse, comme si chaque mot étaient une plainte. Au prix d'un grand effort, je me concentre et écoute ce qu'elle veut me dire. Ils sont là pour moi. Ils ? Je tourne la tête lentement et vois d'autres personnes. Ah. Très bien.
L'un des hommes s'approche et s'accroupit, me faisant face. J'ai donc l'air d'une enfant à ce point. Quel imbécile. Pour autant, je suis captivée par sa personne et j'écoute chacun de ces mots avec attention.  Il me donne des éléments de réponses. Et il vient créer de nouvelles questions. Si mon visage ne montre plus rien, mon esprit lui est en émerveillement. Je suis moi aussi une compatible. Je me disais bien que mon arc était étrange. Je frémis quelque peu en entendant le mot lutte. C'est ce qu'il me semblait. Il va y avoir d'autres combats. Et d'autres pertes. Mais ce ne sera pas pareil n'est ce pas ? Je serai entraînée. Je serai plus efficace.

«  L'humanité a grand besoin de personnes comme toi. »


Quoi ? Besoin de moi. Je. Enfin. Je ne suis pas habituée à une chose pareille. J'ai toujours été celle qu'on laisse dans un coin car beaucoup trop maladroite. Puis j'ai été enfermée ici. Ce serait donc là bas que je pourrais trouver ma place. Quelque chose roule le long de ma joue. Je sens mes muscles se tendre en un sourire. Je vais pouvoir sortir. Je vais voir le monde. Je vais rencontrer des gens qui ne sauront pas pour mon passé. Je ne serai plus à l'écart de tout. Je m'apprête à accepter quand un visage m’apparaît. Stefanu. Je lui ai dit que je vivais ici. Et s'il revenait me voir, alors que je pars. Le vivrait-il comme un trahison ? Et Elliot, Fleur, Ilias, Aiorog ? Comment pourrais je les revoir ? Surtout Elliot. Il est un akuma. Je serais donc censée le tuer. Mais. Je. Non. Enfin.
Je me mets une baffe. Je dois arrêter de penser à toutes ces choses là. Je tiens enfin le moyen de pouvoir partir. Je dois en profiter. Je serai libre. Je pourrai donc revoir mes amis comme bon me semble. Le monde n'est pas si grand.

«  J'imagine que je dois aller faire mes sacs ? »

L'homme hoche la tête et sourit avant de se redresser. Il est fière de lui. Il a trouvé les bons mots pour me convaincre. Je l'aime encore moins. J'ai le sentiment qu'il ne me considère que comme un objet. Peur m'importe en réalité, car je ne le verrai plus jamais. Je me tourne vers l'enfant qui est resté muet jusque là, enfin je crois.

«  Tu veux bien venir m'aider ? »

Je n'ai pas beaucoup d'affaires. Et même si mon dos me fait souffrir, je saurai m'en sortir toute seule. Mais je ne veux pas le laisser tout seul, surtout pas maintenant. Et je sais qu'il y a encore les affaires de ces hommes qui l'accompagnaient, ceux qui sont ….
Il ne doit donc pas être là bas. Je dois aussi avouer qu'avoir un peu de compagnie me fera du bien. Je me lève avec difficulté, puis vais prendre la Mère Supérieur dans mes bras.

«  Merci pour tout. Et … Désolée pour le mur»

Je ris doucement avant de déposer un bisous sur sa joue. Puis j'attrape la main de Lëo et nous sortons, direction ma chambre. Cette fois ci, je vois les visage rougis par l'excitation de mes amies. Aucune d'elle ne semble peinée. Elles ne doivent pas savoir pour Angeline. Je ne veux pas gâcher leur petit bonheur. Je leur souris faiblement. Le cœur n'y est qu'à moitié. Je rêve de pouvoir dormir, ne serait-ce qu'un peu.

Nous atteignons ma chambre et commençons à faire mes sacs. Aucun de nous deux ne parlent. Et ce silence me gêne. Pourtant, je ne sais pas quoi lui dire. Je n'ai aucun sujet. Je ne veux pas aborder ce que nous venons de vivre. Je ne veux jamais en reparler. Mes mains tremblent alors que je ne fais qu'y penser. Je secoue doucement la tête. C'est fini. C'est derrière moi. Tout va bien. Il faut que je lui dise quelque chose.

«  Je vais donc venir vivre avec toi. Nous sommes beaucoup là bas ? »

Cette question n'est pas qu'un prétexte pour discuter, je suis réellement curieuse. Je l'écoute donc me parler de cet endroit et des personnes qui y vivent. Je m'assois quelques instants pour soulager mon dos, m'appuyant contre mon oreiller. Puis, sans que je ne m'en rende compte, tout devient noir. Je m'endors en quelques secondes seulement, bercée par la voix de l'enfant.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 22 Nov - 21:54







Bonne nuit…Les petits…



01101001110100101110001
Le garçon fixait son amie, jugeant chacun de ses gestes. Elle souriait. Voir ce visage illuminait rassura un peu l’enfant, un instant il avait cru que son amie soit trop choquer pour réfléchir, traumatisé. Enfin, elle le sera sûrement pour toujours, mais elle semblait l’accepter. Lëo lui n’avait pas eut le choix qu’elle avait à faire ce soir. De toute façon, lui avait vu sa mère mourir, être purifier par l’innocence. Lui il n’avait plus d’attache et Gwenaëlle semblait en avoir autant. Peut être était elle dans ce couvent parce qu’elle avait perdu ses parents.

« J'imagine que je dois aller faire mes sacs ? »

Le portugais se refusa de sourire, mais en lui-même il était heureux, heureux de savoir qu’il n’aura pas à laisser une personne si formidable derrière lui. Ils pourront toujours se raconter des histoires, mangé ensemble, discuté ensemble, lire ensemble, peut être s’entraîner ensemble. Une nouvelle amie qui vient s’ajouter à ce qu’il considérait maintenant comme sa famille. Et la proposition qui suivit le fit bondir sur ses pieds.

« Tu veux bien venir m'aider ? »

Il fit de large mouvement de la tête de haut en bas pour signifier qu’il était d’accord. Il fit aussi extrêmement touché par l’étreinte de la rousse et la Mére Supérieur. Le merci sonnait des plus sincère et la larme qui coula le long de la joue de la nonne montrait qu’elle tenait aussi à sa protéger. Finalement ce fut main dans la main qu’ils sortirent tous deux. Dés qu’il sentit tous les regards braqués sur eux, il baissa les yeux. Qu’il était beau le pavé ! A force de regarder ses pieds, le garçon était devenu un expert du carrelage. Enfin, ils atteignirent la chambre. Il s’empressa d’y entrer et la porte se ferma. Il sentit qu’on ne le voyait plus et il put regarder son amie. Elle s’était déjà mise au travail et elle semblait s’en sortirent toute seule. Alors, je m’assis sur le lit et la regarde travailler, en silence. Hina sautillait sur sa cuisse.

«  Je vais donc venir vivre avec toi. Nous sommes beaucoup là bas ? »

La question surpris le garçon qui était perdu dans le vague. Il dut prendre quelque temps avant de reprendre ses esprits et de sourire.

« Ah oui beaucoup ! Y a des exorcistes comme nous, des traqueurs, des scientifiques et tout plein de monde. Y a par exemple, Rusty, c’est un petit irlandais qui est super gentil tu verras. Sinon y a Hereata. Je l’adore ! C’est une folle qui sourit tout le temps. Y a aussi Komui, un grand monsieur super intelligent qui a un bureau tout sale et même qu’un jour, et bin, Rusty, Hereata et moi on a du rangé le bureau. Il ne vit même pas Gwenaëlle se couché. Et après y a plein de grand combattant comme Cloud Nine… »

Il bailla en se tournant faisant une petit pause. La bretonne avait les yeux fermés, le visage paisible. La voir dormir lui arracha un nouveau bâillement. Inconsciemment, il ne voulait pas aller dans sa chambre, il ne voulait pas voir ses affaires à côté de celui qui avait dormi la veille avec lui et qui ne pourra pas le faire ce soir. Le dernier traqueur était tout seul dans la chambre sûrement. Il recouvrit Gwen de sa couverture et se mit assis à côté d’elle. Hina se mit à voler, au plafond. Pour mieux la regarder je me couche. Et elle tournait et tournait et tournait et tournait………………………………

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Lun 15 Déc - 11:23
Q uelque chose vient me secouer doucement l'épaule. Avec difficultés, j'ouvre les yeux en gémissant. Devant moi se tient un homme entre deux âges. Il me faut du temps pour me souvenir qu'il faisait partie de ceux accompagnant Lëo. Car oui, c'est un fait, je ne suis pas du tout du matin. Il murmure quelque chose. Je dois faire une drôle de bouille car il sourit gentiment et répète ce qu'il a dit. Il est bientôt l'heure de partir. Très bien. Je hoche la tête pour lui montrer que j'ai compris et lui fais signe que je m'occupe de réveiller l'enfant.  Je me souviens qu'il est venu se blottir contre moi hier soir. Je dormais déjà, mais je l'ai senti. Sa présence avait quelque chose de rassurant, et je suis persuadée que c'est grâce à lui que j'ai aussi bien dormi. Je dois essayer de me réveiller moi même. Ce qui est loin d'être un tâche facile. Cette nuit m'a fait le plus grand bien. En plus d'être reposée, je vois clair dans mes idées. Enfin, je verrai clair d'ici un ou deux heures, quand j'aurai émergé.

Je me roule sur le côté, non sans grimacer de douleur et regarde Lëo dormir. Il a l'air comme n'importe quel petit garçon. Qui pourrait croire qu'il a vécu de telles horreurs la nuit dernière, que ces mêmes horreurs se sont répétées dans son passé et se répéteront toute sa vie ? J'ai presque envie de le laisser là, au bon soin des sœurs et de partir en emportant Hina. Peut être aurait il droit ainsi à une vie normale ? Puis je me souviens de son regard lorsqu'il me parlait de la Congrégation, et comprends qu'être exorciste lui tient énormément à cœur. Tant pis. Bah, en vivant là bas, je pourrai toujours garder un œil sur lui et essayer de le protéger.
Je lui souffle sur le bout du nez pour le réveiller tout doucement. Mais cela ne marche pas. Je me lève donc en douceur et le laisse dormir encore quelques minutes de plus.
Tout doucement, et sans un bruit, je change de tenue et finis de faire mes sacs. Puis je reviens vers l'enfant et cette fois ci, j'y mets un peu plus de conviction. Lui caressant doucement la joue, je murmure.

  «  Debout petit bout. »

Finalement, il ouvre les yeux. Je crois que nous sommes deux à ne pas être du matin. Je lui offre un grand sourire.

  «  On va bientôt partir. Mais prends ton temps. Quand tu es prêt, rejoins moi en cuisine. Tu te souviens où c'est ? »

Il me fait comprendre que oui. Je quitte donc la pièce en lui faisant un dernier signe de la main. J'avance doucement dans le couvent. Mon mal de dos ne veut pas passer. Je crois que je vais avoir besoin de temps. Je croise quelques sœurs. Leur visage est marqué. J'imagine qu'elles sont appris pour la mort d' Angeline. Elle va manquer à beaucoup de jeunes filles ici.
Lorsque j'atteins les cuisine, l'homme est déjà en train de manger. Je lui adresse un sourire et commence à farfouiller dans les placard. C'est mon dernier petit déjeuner ici, alors pour une fois, je vais me faire plaisir. Dernier. C'est dur de se dire que je vais partir et quitter le couvent. Pendant deux ans, j'en ai rêvé toutes les nuits, et maintenant que l'occasion se présente, je ressens comme un pincement au cœur.

Je m'assois en face du traqueur et commence à manger. Le silence s'installe entre nous. J'ai une foule de question à lui poser, mais aucune ne se formule correctement. Mon esprit doit encore être en train de dormir. Après une concentration ultime, j'arrive à parler.

  «  Le voyage sera long ? »

Aucune réponse. Ça valait bien la peine que je me donne autant de mal. Bah. Peut être qu'il ne sait pas. Ou alors lui non plus n'est pas tout à fait réveillé. Je le fixe et aperçois des cernes sous ses yeux. Je comprends alors que sa nuit a du être atroce. L'un de ses compagnon est mort hier. Je me penche sur la table et lui attrape la main. Je ne sais pas pourquoi je fais ça. Peut être pour lui dire qu'il est toujours vivant ? Ou alors, pour lui montrer qu'il n'est pas seul. En tout cas, ça a l'air de fonctionner puisqu'il me sourit à son tour. Ce n'est qu'une faible esquisse. Pour autant, je sais qu'il est sincère, et qu'il sera bientôt suivi par d'autres beaucoup plus rayonnants.
Lëo finit par nous rejoindre. Je lui fais signe de s’asseoir. Une impression de déjà vu m'envahit et me fait sourire.

  «  Que voudras tu manger ? »



© Halloween






Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Jeu 18 Déc - 0:29







Histoire de tartineOn peux se souvenir de l’heure à laquelle on s’est couché mais jamais de l’heure à laquelle on s’est endormi.



01101001110100101110001
Son nez le chatouilla. Sans être réveillé, il sentit sa main frotter furtivement le bout du nez avant de faire tourner son corps tout entier sur le côté. Il se sentait bien, au chaud, apaisé. Et de suite, le néant reposant le repris. Il perdit conscience.

«  Debout petit bout. »

Voilà les mots, doux, lointain, maternelle. Ils semblaient venir du passé D’un temps d’avant la congrégation. Il était dis dans une autre langue mais avait la même signification. Doucement, son esprit émergea. Des lambeaux de souvenir des rêves de la nuit traversaient son esprit et puis rien. Les rêves avaient disparus. Mais ce n’était pas parce qu’il se réveillait doucement qu’il avait l’air frais. Il eut du mal à discerner les formes alors que des larmes se formaient au coin de joue car il baillait. Il baillait très fort et s’étira.

« On va bientôt partir. Mais prends ton temps. Quand tu es prêt, rejoins moi en cuisine. Tu te souviens où c'est ? »

"On va bientôt partir." Voila, ce qui lui fit comprendre. Il comprit qu’il n’était pas dans son lit. Il était dans le lit de Gwen. Il se souvint enfin de la veille, de l’histoire, de la fatigue qui l’avait parcouru et qui finalement était devenus sommeil. Le sens des mots était encore flou, pourtant il acquiesça et savait que la réponse était oui, pourtant c’était encore flou. Il se mit assis pour mieux voir  son hôtesse sortir de la chambre, le laissant seul.

Il se laissa retomber sur le matelas. La mission prenait alors fin. Bientôt, il ferait route vers ce qui leur servait de quartier général, de nouveau foyer pour certain, peut être pour Gwen. Foyer parce que c’était plus qu’un lieu où on dormait, mangeait, là bas on vivait. Le chemin ne sera pas trop long. De la Bretagne, la Grande Bretagne était tout prés.

Il eut le temps de se préparer. Il put avoir accès bizarrement à ses affaires. Qui les lui avait apporté ? La bretonne ou… l’autre traqueur… Il faudra le remercier. Enfin, pour le moment, il fallait allait manger. Il faut toujours manger le matin surtout quand on se lève tôt. Une fois habillé, il prépara le reste de ses affaires, fit un inventaire avant de sortir.

Dans les couloirs, plus de rire, de discutions, plus d’âme. Les lendemains de fêtes étaient souvent difficiles. Il les comprenait, il n’avait sûrement pas ressentit la même chose en voyant la none se sacrifier, il avait ressentit bien pire. Elles survivront. Si le cœur d’un enfant pouvait vivre avec, les filles n’avaient pas le choix. Mais c’était toujours le cœur serré par la compassion et ses propres émotions que le portugais entra dans la cuisine. Gwen me fit m’assoire à côté d’elle, à la même table que le traqueur.

«  Que voudras tu manger ? »

Rien il n’avait pas très faim. D’habitude son ventre réclamait son du pourtant… Mais s’il ne mangeait rien, il se ferait gronder ou on le conseillera de manger quand même. Alors il choisis.

« Un simple bol de lait chaud… »
Il se saisit d’un morceau de pain avec lequel il s’occupa légèrement les mains, découpant des petits bouts qu’il fourra doucement dans sa bouche. Gwen un peu surprise par la simple demande se leva et alla vers le lait chaud pour en remplir un bol. Le traqueur avait le même regard que ses collègues après une mission. Usé par une courte nuit. Il avait du avec l’autre traqueur qui était venu en renfort s’occuper des morts, de leur sépulture. Et Lëo savait que la veille avait été un carnage. Trop de poussière avait été renvoyé à la terre. Quoi de mieux pour remonter le moral qu’un sourire d’enfant. Il leva les yeux vers son compagnon.

« Merci pour mes affaires. »

Il leva aussi les yeux. Il ne pétillait pas réellement, mais un voile d’ombre sembla être soufflé par le vent. Un petit sourire en coin ne le quitta pas pendant quelques instants alors qu’il trempait sa tartine dans son bol. Il fit glisser un objet dans la direction du portugais.

« Tiens, manges. »

Une tartine beurré et de confiture était maintenant devant Lëo. Il fit un nouveau "Merci" alors que Gwenaëlle arrivait. Elle posa le bol devant lui et le garçon put croque dans sa tartine.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Ven 26 Déc - 15:30
Spoiler:
 

Je sers l'enfant et je reviens m’asseoir à ses côtés. Nous déjeunons en silence, le spectre de la soirée plane encore au dessus de nos têtes. N'importe qui nous voyant croirait apercevoir une famille normale. Cette pensée me fait sourire. Je me demande si j'aurais une famille un jour. Maintenant que je suis exorciste, cela me semble bien compliqué. Qui sait. Il faut laisser le temps au temps.
J'entends du bruit et relève la tête, m'attendant à voir Angeline. Mais ce n'est qu'un chat. Il a du profiter d'une porte ouverte. Même si cette matinée ressemble à celle d'hier, elles n'ont rien en commun.
Je finis de manger. Je n'ai aucun appétit, mais il faut bien avaler quelque chose. Puis j'ébouriffe Leö et retourne dans ma cellule pour prendre mes sacs.

Nous voilà devant la porte. Il est grand temps de partir. La mère Supérieur ne dit rien. En vérité, personne ne dit rien. Si ce n'est le traqueur. Il remercie les sœurs de leur accueil et de leur hébergement. Quelques jeunes filles essuient discrètement des larmes perlant aux coins des yeux. D'autres soupirs de soulagement. Je reste immobile, ne sachant pas quoi faire. Je voudrais prendre la veille femme dans mes bras, mais je sais que ce serait mal vu. Hier soir, j'ai pu le faire. Mais hier soir, c'était différend. Alors je souris, mais le cœur n'y est pas. Après tout, ce couvent fut mon chez moi pendant deux années. Et même si j'ai longtemps rêvé de m'enfuir d'ici, il n'est pas si aisé de le quitter. Finalement, je fais comme j'ai toujours fait. Je me moque de ce qui serait bien vu ou non. Je lâche mes affaires et me précipite sur la Mère Superieur. Notre embrassade est longue et intense. Lorsque je la lâche, j'essuie à mon tour mes larmes. Puis je fais demi tour, j'attrape mes sacs, la main de l'enfant et nous partons.

Plus j'avance et plus mon cœur se fait léger. Je vais partir. Je vais voir le monde. Je vais rencontrer d'autres personnes. Je suis libre. Je suis enfin libre. Je sautille presque sur le chemin.
Lorsque nous arrivons au port, je m'arrête émerveillée. Les bateaux semblent beaucoup plus gros que ce que je voyais du haut de notre falaise. Laissant mes sacs là, je cours dans tous les sens. C'est extraordinaire. On se croirait dans un monde à part. Pourtant, ce n'est pas un port important. Mais pour moi, c'est suffisant. Je reviens prendre mes affaires, et m'excuse au près de mes compagnons. Le traqueur sourit. Une bonne chose de faite.
Nous montons à bord. C'est ma première fois sur un bateau. Je regarde Lëo, mais il n'a pas l'air très rassuré. Je me demande pourquoi ? J'espère qu'il n'a pas de soucis. Je salue le Capitaine, souris aux membres de l’équipage. Puis, je me précipite à l'avant du bateau, et crapahute jusqu'en haut de la proue afin de m'y asseoir. Ici, il n'y a plus rien entre moi et la nature. Entre moi et la mer. C'est magnifique. Je lève les bras au ciel et pousse un hurlement de joie.

«  Et c'est parti ! »






Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Dim 28 Déc - 22:04







En avant pour la congrégation !En bateau…



01101001110100101110001
Lëo trampait sa tartine dans son lait chaud. Le reste du petit déjeuner se fit dans le silence. L’ambiance qui était plus conviviale la veille avait disparu. Personne n’osait parle, ouvrir la bouche pour briser le deuil. Chacun avait peur de dire des bêtises et qu’une vague de sanglots emplisse le réfectoire, là où les rires ajoutait un peu de vie. On entendait à peine les cuillères racler le fond des bols. Seul animation du repas, l’apparition d’un petit chat. L’animal grignota quelques bouts de pain en cachette avant d’être repéré. Une des sœurs le prit délicatement avant de le sortir dehors.

Le repas reprit son court dans le silence. Lëo finit son bol et comme tout le monde partit du réfectoire. Il fit un rapide tour dans la chambre de Gwenaëlle en prenant soin de toquer sans rentré à l’improviste. Une fois à l’intérieur, il reprit son sac en vitesse et ressortit pour laisser la bretonne finir de ranger ses affaires. Il sortit dehors pour l’attendre. Il s’assit dans l’herbe dos contre le mur. Alors qu’il attendait, il entendit un petit miaulement à sa droite.

C’était le petit chat. Il avait encore faim. Le garçon fouilla dans son sac, il lui restait un peut de fromage. Depuis qu’il connaissait Hereata, il avait pris l’habitude de prendre toujours un peu de nourriture dans son sac au cas où. Du coup, il le découpa en petits morceaux et les jeta à l’animal. Il s’en donna à cœur joie.

Finalement, le traqueur sortit et la rousse suivit derrière. Tout le couvent sortit avec. Le départ se fit des plus solennel. Enfin, jusqu’à ce que Gwen aille faire un câlin à le mère supérieur. Finalement, toutes les filles et toutes les nones appréciaient la rousse. Seulement, la différence qui échappait toujours au garçon n’était qu’une question de pudeur et de peur de l’inconnu et de la différence. Un dernier signe de main et tout le monde put prendre sa route.

C’est main dans la main que Lëo et Gwenaëlle s’avance vers leur nouvelle destinée. Si le garçon avait bien compris, son innocence n’était autre que son arc qui tirait des flèches d’innocence, il faudrait qu’elle lui fasse une démonstration enfin quand elle saura un peu les utilisés. Le portugais frissonna un instant en pensant à la petite visite qu’elle aura avec le grand intendant. Ce dernier s’occupait toujours des premières visites, enfin ce fut le cas de Lëo. Le garçon aurait préféré ne jamais la faire.

Et puis la plus rien n’allait plus. Déjà le garçon avait l’estomac retourner en la voyant au loin. LE PORT ! Mais il était obliger… obliger… Il suivit son amie qui montait sur le pont. Elle semblait heureuse. Mais elle va découvrir les magnifiques mouvements de bateau qui tangue à droite… puis à gauche… puis à droite… puis à gauche. Lëo commençait à avoir envie de vomir. Alors que son amie alla se placer dans l’endroit où jamais, au grand jamais Lëo aurait été, ce dernier alla se placer dans un coin pour s’assoire et se concentrer pour éviter de rendre son petit déjeuner. Finalement il n’aurait jamais du manger cette tartine.

«  Et c'est parti ! »

Le portugais leva légèrement son point avec un air de fausse joie et dis doucement sans qu’on puisse l’entendre.

« Oui ! Allons y… »

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Tiré par les cheveux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Tiré par les cheveux
» Tiré par les cheveux
» Histoire de cul tirée par le cheveux
» Coiffure "épi" pour cheveux raides
» Jeune fille cheveux bleus

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: