Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Londres - Rencontre renversante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Londres - Rencontre renversante
Lun 29 Sep - 21:53

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



Enfin ! J'avais enfin un peu de temps libre pour moi ! Depuis le temps que je voulais me balader dans mon pays natale, je pouvais enfin le faire ! Je n'allais donc pas me gêner pour prendre du bon temps. Londres était sans nul doute un endroit parfaitement approprié pour changer d'air et penser à autre chose que toute cette histoire de guerre, d'éveil de souvenir et de membre de la Congrégation que nous devons éliminer. Oui, il fallait vraiment que je me change les idées et que pour une fois, je vive comme une femme normale de mon rang.

Je pris donc le train pour me rendre à la capitale. Vêtue d'une robe blanche toute simple assortie d'une paire de gants en dentelle blanche et disposant d'une ombrelle de la même couleur, j'avais remonté mes cheveux en un chignon simple. Il faisait chaud, il valait donc mieux éviter le noir aujourd'hui ! Certes, mon pantalon et mon chemisier auraient été plus pratique pour me mouvoir. Mais étant donné mon rang social, je ne pouvais pas me balader vêtue de la sorte ! Je refusais d'être vu comme une fille de petite vie alors que je suis d'un statut social plus élevé ! Cela me paraissait donc parfaitement logique de sortir vêtue d'une robe.

Une fois dans la capitale, je me retrouvais face à un dilemme de taille : que faire dans cette ville que je ne connais pas ? C'est vrai, j'avais un large choix de lieux à visiter ! Je pouvais me rendre dans un parc ou dans un musée. Mais pour aujourd'hui, juste pour une journée au moins, je voulais museler Wrath. Je ne voulais pas qu'il me guide aujourd'hui. Cette fois je ne voulais pas me laisser guider par ce sentiment qui est bien souvent plus fort que tout. Je voulais juste profiter de cette journée, rire, m'amuser. Comme n'importe quel être humain de mon âge en somme. Pour cette journée, je ne voulais plus de cette guerre. Je ne voulais plus de ce parasite qui se cachait en moi et attendait le bon moment pour sorti. J'avais peur. Oui, peur de ne pas savoir contrôler Wrath. En trois mois, je n'avais jamais eu à le maitriser. Il avait le don de m'effrayer, je ne comprenais pas quel lien j'avais avec lui. Je ne savais pas pourquoi j'avais été choisi, moi la pauvre petite aristocrate qui avait perdu sa mère biologique à cause d'un homme trop jaloux. Je dois avouer que je ne savais plus où donner de la tête avec toutes ces histoires... Et je n'étais pas si proche que cela des autres descendants de Noé, je n'avais donc aucun moyen d'en savoir plus sur ce qui m'arrivait. Et je dois bien dire que je n'avais pas particulièrement envie d'aller vers eux, ces êtres qui semblaient là depuis si longtemps, qui comprenaient toute la situation alors que moi j'étais juste perdue.

Tout à ma réflexion, j'avais laissé mes pas me guider. Je n'avais donc pas fais attention à mon environnement. Je ne savais pas où j'allais ni ce que je voulais faire. Toujours prise dans mes pensées, je ne fis pas attention à la jeune fille qui se trouvait sur mon chemin et lui fonçais dedans, provoquant sa chute et vacillant par la même occasion. Quelle gaffe !!! Me remettant d'aplomb, je tendis la main à la jeune fille que j'avais malencontreusement renversée.

Oh je suis vraiment confuse ! Je ne faisais pas attention à la direction que je prenais. Sincèrement désolée!

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Mer 1 Oct - 8:28
Ah, Londres, quelle belle ville ! Bon bien sûr elle n’était pas, à mes yeux, à la hauteur de mon village natal français… mais je devais avouer que cette grande ville ne se débrouillait pas mal non plus. C’était donc admirative que je flânais innocemment dans les rues. Me nourrissant de la beauté des décors, je gambadais gaiement sur les routes. Cependant toute à ma joie, je fus rappelée à l’ordre par un petit papier dans ma poche.  Ce dernier comportait la commande des produits ménagers nécessaire à l’entretien de la congrégation. En effet, si j’avais quitté, à la base, mon lieu de vie, c’était avant tout pour refaire les stocks.

« Alors qu’est ce qu’il nous manque… » Déclarais-je à haute voix tout en mettant un pied devant l’autre.

Dépliant ma liste, je constatais que j’allais devoir passer une grosse commande. La congrégation étant une grande tour, il en fallait des bidons de produits pour la faire reluire de la tête aux pieds. Du coup, je me rendais tranquillement dans une boutique qui vendait ce dont j’avais besoins.

« Ah ma petite demoiselle, vous revoilà ! Encore une belle commande à me passer ? » déclara un bonhomme de grande taille que je connaissais plutôt bien et qui s’avérait être le vendeur de la boutique.

Bref, face à ses propos, j’approuvais d’un signe de la tête et le vendeur eu un sourire ravi.

« Vous êtes le rayon de soleil de mon chiffre d’affaire du jour ! C’est toujours un plaisir de vous recevoir !» s’exclama  t-il en voyant déjà l’argent qu’il allait se faire.

Ainsi, je passais la commande. Il y eu donc les produits pour les vitres, les tuyauteries, les carrelages, l’entretien du bois etc… Au final, le vendeur croula sous la demande et prit rapidement note de ce que je lui dictais. Il était bien sûr évident que je n’allais pas transporter tout cela. Déjà le vendeur n’avait pas tout sur place et allait donc devoir se faire livrer. Ensuite, et bien ma foi, il fallait conduire le tout à un point précis.  Les caisses, une fois apportées au lieu convenu, étaient transportées par des collègues et apportées à la congrégation.
Mais, fort heureusement pour moi, les commandes ne se faisaient que mensuellement. Ce qui était déjà pas mal. En même temps, je ne m’en plaignais pas trop dans la mesure où cela me permettait de sortir de la congrégation. C’était une petite excuse bien plaisante que je donnais à mes supérieurs pour pouvoir ensuite aller flâner dans Londres.

Ainsi vêtu de ma petite robe verte et de mes sabots, je décidais à présent de faire un peu de tourisme. Du coup, je portais mon dévolu sur une grande église. Cette dernière, ancienne, comportait bon nombre de gargouille en pierre qui ornait sa façade. Fasciné par ces dernières, je me déplaçais en regardant… en l’air.
Et bien entendu, le prévisible se produisit… je percutais quelqu’un de plein fouet. De part ma faible carrure, je me vautrais magistralement sur le sol. Les quatre fers en l’air… j’avais connu plus agréable comme rencontre. J’allais donc me relever tant bien que mal quand une main perça dans mon champ de vision.

« Oh je suis vraiment confuse ! »

Il n’y avait pas de mal. J’étais tout aussi confuse que la personne que j’avais percuté.

«  Je ne faisais pas attention à la direction que je prenais. »

Elle n’était pas la seule. Regarder bêtement des gargouilles conduisait également à une rencontre… fracassante ?

« Sincèrement désolée! »

De même ! Je me saisissais donc de la main tendu et me redressais tant bien que mal. Une fois bien stable sur mes deux jambes, je grimaçais douloureusement. Mon fessier avait méchamment ramassé pendant la chute… je me retenais cependant de me le masser devant la demoiselle contre laquelle j’avais buté. Histoire de conserver encore un peu d’estime.

«  C’est moi qui m’excuse, je regardais bêtement les gargouilles sans faire attention. Très mauvaise idée en pleine ville… Mais bon, pour ma défense cette église est vraiment magnifique. Vous ne trouvez pas ? »

Pour justifier mes propos, je désignais la façade du bâtiment qui m’avait odieusement distraite. Les gargouilles et autres statuettes reposaient tranquillement dans leurs emplacements et semblaient dénigrer le peuple qui circulait tranquillement plus bas. De mon point de vue, ces chefs d’œuvres poussaient à l’humilité. Il n’y avait pas à dire, ceux qui avaient participé à la construction de cette bâtisse avaient un véritable don. J’y étais clairement sensible et étais curieuse de pénétrer dans le bâtiment.
Cependant, consciente qu’on ne s’éclipsait pas de la sorte après une bousculade, je restais en compagnie de ma nouvelle rencontre. L’observant dans un premier tant, je constatais que cette inconnue avait une chevelure rougeâtre avec des yeux assortis. De plus elle portait une jolie petite robe blanche… mais ce n’était pas ce qui retint le plus mon attention. En effet, disons que son ombrelle me laissa hautement perplexe. N’ayant jamais compris à quoi pouvait bien servir ce genre d’accessoire, je me demandais si elle avait la peau particulièrement sensible face aux rayons du soleil…. Sinon c’était clairement s’embarrasser les mains avec un objet inutile. Mais je ne fis aucun commentaire. Pourquoi faire de toute manière ?

Bref, une fois ma curiosité satisfaite, je me contentais de fixer la demoiselle dans les yeux. En attendant la réponse à ma question. Bien que je me doutais que cette dernière comporterais bon nombre d’exclamations ravies… en effet qui n’aimait pas les églises ? Surtout une aussi belle et volumineuse ? Ah moins que cette jeune femme ne soit pas vraiment une amoureuse des grands arts, chose que je pouvais en partie comprendre.  Après tout certaines personnes trouvait l’Art comme étant tout bonnement inutile et superficiel… Dommage dirais-je, mais fort heureusement, il fallait de tout pour faire un monde.
Du coup patiente, j’en profitais pour épousseter quelque peu ma robe qui avait pris la poussière de la route. Histoire d’être un peu plus présentable face à cette jeune fille tirée à quatre épingles.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Londres - Rencontre renversante
Mer 1 Oct - 18:27

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



La jeune fille que j'avais renversé pris finalement la main que je lui tendais. Je ne pus m'empêcher de la détailler. Une petite robe verte, des sabots. Cette jeune fille n'était visiblement pas une aristocrate. Je ne juge pas les gens mais il n'est pas difficile de reconnaître une fille moins aisée. Je n'ai rien contre ce genre de personne. Je ne suis juste pas habituée à les rencontrer en ville, encore moins à les percuter. Il est vrai que nous sommes des opposées totales pour le coup ! Ma robe est longue, cachant mes jambes jusqu'à mes chevilles pour n'être remplacée que par mes chaussures totalement fermées. En revanche, sa robe est plus courte que la mienne et ses chaussures ne sont que de simples sabots. La différence de statut social est ici frappante ! Je dois lui paraître bien étrange avec mon ombrelle... Je crois me souvenir que des jeunes femmes qui travaillaient dans le manoir familial n'avaient jamais compris cette lubie que nous avions, Anya et moi de sortir avec ce genre d'accessoire. Cette fille me semblait tellement frêle... Non pas que je me trouve grosse, loin de là ! Mais cette demoiselles me semble d'une maigreur maladive... Sa chevelure est assez basique si on la compare à la mienne. Leur principal attrait est sans nul doute la quantité de reflets qui y passent, qui s'y cachent. D'une longueur semblable à la mienne, il est évident que cette fille prend soin d'elle malgré tout. Je ne sais que trop bien à quel point il est difficile d'entretenir une telle crinière... Puis je fus finalement frappée par son regard. C'est donc cela qu'on appelle des yeux vairons ? J'en avais entendu parlé sans pour autant en avoir vu un jour.

La douce voix de la jeune fille s'éleva alors dans l'air pour formuler des excuses. Elle m'expliqua alors qu'elle observait les gargouilles, trouvant cette église magnifique. Elle me demanda finalement mon avis sur ce lieu. Je levais alors les yeux vers la bâtisse que je longeais. Effectivement, il s'agissait bien d'une église. Nous étions pratiquants avec mon père et ma belle-mère mais nous n'avions pas besoin d'aller à l'église. En effet, après m'avoir retrouvé, mon père avait fait construire une chapelle sur notre propriété. Je pense qu'il ne voulait pas prendre le risque de croiser la famille Rockwell. Dans notre milieu, cela n'est pas rare de se rendre à l'église, bien au contraire ! Mais il était évident que mon géniteur désirait ardemment éviter tout scandale en ville... Je n'ai donc jamais connu d'église de ce genre. J'avais tout de même eu une éducation ! Mon père m'avait appris que ces étranges êtres de pierres étaient là pour chasser le malin. C'est pour cela que nous en avions deux qui encadrait les portes du bâtiment. Il est vrai que notre chapelle était petite, il n'y avait donc pas besoin d'autant de gargouilles que sur ce lieu sacré qui se trouvait face à moi. Pourtant, une certaines prestance se dégageait de cet endroit.

Il est vrai que ce lieu a quelque chose d'imposant. Tout le contraire de la petite chapelle dont nous disposions avec mon père ! Mais je dois bien avouer que j'ai toujours été plus attirée par les vitraux que par les gargouilles. Les églises paraissent si sombre, si austère vu de l'extérieur. Alors qu'à l'intérieur, tout n'est que joie, couleurs. Toute cette lumière qui arrive à entrer...

Pour le coup, j'avais envie d'entrer en ce lieu. Pour la première fois de ma vie, je voulais entrer dans une église et voir quelque chose de plus grand que la petite chapelle des Hodkins. Notre chapelle avait pourtant connu quelques événements ! Notamment le mariage de mon père avec Anya. Mais aujourd'hui, je voulais voir plus grand, voir toutes les couleurs de ce lieu si sombre d'extérieur.

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Jeu 2 Oct - 8:04
« Il est vrai que ce lieu a quelque chose d'imposant. »

Aaaah, je n’étais donc pas la seule à voir les choses ainsi et en était ravie. En effet, j’éprouvais une certaine joie quand je tombais sur des personnes qui pensaient un tantinet comme moi.
De mon point de vue, la gigantesque façade d’entrée était surement ce qui donnait cet aspect imposant. Sans parler de tous les détails apportés à ces murs… Ce qui était juste magnifique !

« Tout le contraire de la petite chapelle dont nous disposions avec mon père ! »

Attendez… elle a sa chapelle personnelle ? Oh… j’étais visiblement tombée sur une personne aisée… Très aisée. Pourtant elle ne semblait pas avoir ce petit côté pédant que je prêtais aux personnes bourges. Différence qui était, soit dit en passant, plutôt plaisante à observer.

« Mais je dois bien avouer que j'ai toujours été plus attirée par les vitraux que par les gargouilles. Les églises paraissent si sombre, si austère vu de l'extérieur. Alors qu'à l'intérieur, tout n'est que joie, couleurs. Toute cette lumière qui arrive à entrer... »

Les vitraux ? Pas faux… il était vrai que c’était plutôt joli aussi. Mais contrairement aux gargouilles qui n’étaient que de grosses bestioles que je rêvais dans certains songes de chevaucher, il n’en était rien des vitraux… trop plats à mon goût. Bref, je préférais les joies de la sculpture, nettement plus propice à s’ancrer dans la réalité et à faire fleurir mon imagination.

« Il est vrai que les vitraux sont aussi plaisants à observer… Venez, on va aller les voir ! »

Sans me soucier d’hypothétiques protestations et portée par mon enthousiasme, je saisissais le poignet de la demoiselle et la tirait à me suite dans la direction de l’entrée. Cette dernière, comportait une immense porte en bois massif qui semblait être ouverte. Enchanté, je la poussais donc et pénétrais avec respect dans ce lieu de prière.

Dès l’instant où mes sabots se mirent à raisonner sur le sol de pierre, je me sentis toute petite… déjà que je n’étais pas bien grande, mais les échos du lieu renforçait ce sentiment. J’étais clairement dans la maison de Dieu et non chez moi.
Rapidement, je fis le signe de la croix… qui me semblait adapté à la situation. Puis, délicatement, je quittais mes sabots et me retrouvais pieds nu, désireuse de faire le moins de bruits possible. Au passage, mon regard accrocha les immenses vitraux qui projetaient leurs lumières dans la pièce principale de l’église. La demoiselle avait eu raison d’en souligner la présence… une maison de Dieu sans ces chef d’œuvres seraient dépourvus d’une grande part de beauté.

Cependant, mon attention fut rapidement absorbée par le reste de ce qui se présentait devant moi… soit les rangs de chaises et de bancs en bois, l’orgue au fond, les statuettes des différents saints et martyrs, puis les tableaux, les lustres etc… une ribambelle de choses à voir qui me ravissait. Au passage, je constatais que nous étions seules dans ce lieu de culte. Chose qui me ravie. J’allais pouvoir agir librement sans me soucier d’éventuelle remontrance.

Du coup, d’un pas sautillant, je me rendais là où étaient disposés une multitude de petites lumières éphémères. En effet  avec une petite pièce, l’on pouvait faire brûler son propre cierge… ou une bougie. Il y avait le choix.

Personnellement je portais mon dévolu sur le cierge, plus fin mais plus grand. Laissant tomber ma pièce dans l’urne, cette dernière fit un vacarme affreux en résonnant. Ce qui me fit grimacer et lancer un petit regard d’excuse à ma camarade. Puis me saisissant d’une autre bougie présente, je l’utilisais pour dédoubler la flamme sur mon cierge. Une fois celui-ci allumé, j’en admirais la lueur qui perçait les ténèbres. Puis je mettais ensuite ma petite chandelle sur son socle en compagnie des 25 autres lumières placés. Oui je les avais compté. J’étais la 26 ème. Chiffre qui me portera peut être bonheur ?

Bref, une fois mon cierge installé, j’en profitais pour faire une prière. Joignant mes mains et fermant puissamment les yeux, je tournais mon âme vers le seigneur. Lui demandant de l’aide pour l’âme de ma sœur Milena… ainsi que pour mes collègues exorcistes et autres individus qui vivaient chaque jour au péril de leur vie dans la congrégation. Je priais également spécialement pour mes parents puis pour Valérian afin qu’il vive bien longtemps et bien vieux et que je puisse continuer à l’admirer. Une petite pensée également pour Fortunata, jeune femme avec qui j’avais vécu bien des péripéties. Puis dans un élan d’égoïsme final, je demandais au seigneur de me garder des pires pêchers et de l’égarement. Je savais qu’il aurait vraiment du boulot pour me faire filer droit, mais je lui faisais tout de même cette requête. Face à tout cela, je trouvais mon cierge bien rachitique pour porter à bout de bras toutes ces prières.  Mais je décidais de faire confiance en ma petite flamme…

Ainsi une fois ma prière envoyée, je me tournais vers la jeune inconnue et déclarais en murmurant :

« Vous voulez un cierge aussi ? »

Sortant déjà une pièce de mon petite porte monnaie, j’étais parfaitement prête à faire cadeaux d’une lumière à la jeune femme qui m’accompagnait. Petit moment religieux que nous pouvions partager ensemble.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Londres - Rencontre renversante
Jeu 2 Oct - 17:28

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



Je n'ai pas l'habitude de parler ainsi de ma vie. Généralement, je garde ces éléments pour moi. C'est vrai que vous ne pouvez pas dire à tout le monde que vous êtes un Descendant de Noé et que votre famille se compose essentiellement des autres descendants. Enfin nous agissons comme une famille mais j'ai encore du mal à considérer ces personnes comme ma famille. Pour moi, ma famille se compose uniquement de mon Akuma personnel ; l'âme de ma belle-mère Anya et l'enveloppe charnelle de mon défunt père. Sans doute le Divin m'avait-il abandonné pour ce que je suis devenue. Le Comte n'a de cesse de me répéter que ce que nous faisons est juste et que les Exorcistes vouent un culte à un faux Dieu, pire, que leur Dieu n'est autre que Satan lui-même ! Pour ma part, je me retrouve totalement perdue dans de tels instants. Je ne suis en rien responsable de l'état de mon père et de ma belle-mère. Pourtant, en cet instant, je ne pouvais me retenir de me sentir quelque peu coupable, me disant que j'aurai du trouver une autre solution, que mon père aurait pu continuer à vivre encore longtemps et que Anya aurait pu survivre. Je fus sortie de mes pensées par la jeune demoiselle à mes côtés qui me prit le poignet et me tira en ce lieu de culte. Surprise par cet élan notable de joie, je manquais de perdre l'équilibre. Décidément, cette fille avait décidé de me faire tourner la tête !

Nous avions donc passé une lourde porte de bois, sans doute du chêne. Le travail du bois était d'une splendeur à vous couper le souffle. A peine entrée, le bruit de mes talons martelant le sol de pierre noire au rythme de mes pas se fit entendre. La jeune demoiselle se trouvant avec moi n'hésita pas une seconde à retirer ses chausses pour aller se balader plus silencieusement dans l'église, comme si elle ne voulait pas déranger les entités qui y sommeillaient. Je ne me voyais pas faire de même ! Faisant le fameux signe de croix, je m'avançais alors doucement vers les vitraux. Empruntant la nef centrale, je me dirigeais lentement vers le vitrail le plus imposant, celui se trouvant dans le fond de l'église. Je ne pu que me sentir minuscule face au poème présent sur ce dernier.


« La mer au loin s'est retirée au fond des temps
et la forteresse ne vit plus qu'au souffle des vents.
Mais voici qu'elle peut renaître, la cité des rêves perdus.
Son lourd passé à cessé d'être une moisson d'espoirs déçus »


Une forteresse. Oui, voilà à quoi correspond au final l'aspect extérieur des églises... Ma compagne de l'instant venait de faire tinter une pièce de monnaie dans l'urne afin de placer un cierge avec les autres. Ce bruit me fit légèrement sursauter mais je restais comme captivée par ce vitrail. Oui, j'étais captivée par ce verre coloré qui laissait filtrer autant de lumière. La jeune demoiselle me demanda ce pendant si je voulais également un cierge. Cette question me permit de détacher mon regard du vitrail. J'adressais alors un triste sourire à ma camarade du jour. Avais-je le droit d'allumer un cierge ? Pouvais-je toujours prier, sachant que les âmes que je voulais sauver ne pourraient pas l'être ?

Je pense que le Seigneur m'a abandonné dès ma naissance et qu'il en a profité pour abandonner toute ma famille au passage. Je ne pense pas être en droit de lui faire entendre mes prières. Je pense qu'il y resterait sourd, pour me punir de ce que je suis.

Au fond, peut-être que je mérite une punition divine. Après tout, je ne suis que le fruit d'un abject adultère...

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Dim 5 Oct - 7:56
« Je pense que le Seigneur m'a abandonné dès ma naissance »

Immédiatement, je manquais de m’étouffer avec ma propre salive. Le seigneur n’abandonnait bien évidemment personne. J’étais clairement face au discourt d’une brebis égarée.

«  Et qu'il en a profité pour abandonner toute ma famille au passage. »

Ok… elle avait du vivre des choses peu évidentes pour en arriver à de tels conclusions. Immédiatement mon imagination fertile prit le dessus et mon esprit parti dans des élucubrations de passés peu reluisantes. En somme je cherchais les raisons qui pouvaient pousser à de telles paroles.

« Je ne pense pas être en droit de lui faire entendre mes prières. »

Bien sûr que si elle y était en droit. Tout le monde pouvait prier. Il suffisait d’avoir une âme pour cela. Mais et les akuma, étaient-ils en droit de prier ? Je n’en avais pas la moindre idée. Ils pouvaient toujours essayer, cela n’avait jamais tué personne. Hormis prendre un peu de temps, le recueil face au seigneur ne prenait rien d’autre de concret.

« Je pense qu'il y resterait sourd, pour me punir de ce que je suis. »

Oulalala… elle avait une bien piètre vision d’elle-même. Au final tout ce blanc qu’elle portait n’était qu’un masque pour cacher le noir qui l’entourait. Se voyait-elle avec une âme à damner ? Qu’est ce qu’elle pouvait tant être pour penser que le seigneur lui en tiendrait rigueur ? De toute façon, si l’on regardait bien, personne n’est vraiment digne de s’adresser à lui. On fait tous des erreurs et sommes tous bourrés de pêchés. Mais Dieu nous aime et nous protège. Il ne nous a pas mis sur ce monde pour nous abandonner face à nos tourments. Si ces derniers existent, ce sont simplement des épreuves. Oui voilà, il ne fallait juste pas confondre les épreuves que nous vivons avec un abandon du seigneur. Ce dernier est toujours là et veille sur nous tout en nous laissant  cette marge de liberté… Nous ne sommes pas ses esclaves et l’égarement est bien vite arrivé.

Bref, songeuse, je sortis tout de même une pièce de mon porte monnaie et fit un nouveau petit écho lorsque cette dernière toucha le fond de l’urne. Cette fois ci je portais mon dévolue sur une bougie plutôt qu’un cierge. Histoire de changer. Prenant ma dernière acquisition, je me servais de ma précédente chandelle pour dédoubler une nouvelle flamme et je déposais la naissante petite lueur en compagnie de sa camarade.

Joignant à nouveau les mains, je dédiais cette petite flamme à cette jeune femme qui était visiblement en pleine confusion. A défaut de vouloir prier, j’allais le faire pour elle. Demandant de ce fait un peu d’attention à mon dévoué Seigneur, je lui quémandais un peu de bonheur pour cette demoiselle qui se pensait non méritante. J’avouais au tout puissant, que j’ignorais tout de même tout de son histoire, mais que de mon point de vue et techniquement du sien, il fallait néanmoins savoir tout pardonner et tendre l’autre joue. Au passage, je lui demandais d’envoyer un signe, aussi grotesque et ridicule soit-il pour que ma camarade ne se sente pas abandonné mais soutenue. Cette âme avait clairement besoins d’assistance et je décidais dès à présent. De lui venir en aide… à ma façon.
Une fois ma prière envoyée, je faisais un nouveau signe de croix et me retournais en direction de la jeune femme. Toujours murmurante pour ne pas perturber le repos du lieu, je déclarais :

« Le seigneur n’abandonne jamais personne. Il est toujours présent même si l’on ne parvient pas à le distinguer face aux épreuves qu’il nous réserve. »

M’approchant d’elle, je continuais :

« Vous savez… j’ignore tout de qu’à bien être votre vie et ce qu’elle est aujourd’hui. Mais ne vous privez pas de la foi…. Cette dernière est porteuse d’espoir et cela est bien nécessaire dans de nombreux combats que l’on peut penser perdu d’avance. »

Je n’étais ni prêtre, ni moine et ni curé. Je me contentais de lui faire part du peu de chose que je savais… que j’espérais… et que je croyais.

« Je ne suis pas une bonne sœur et mon discourt est donc bien maladroit. Je suis par ailleurs une grande pécheresse et je doute de parvenir à vous convaincre de quoi que ce soit. Mais sachez que si vous avez besoins de vous épancher je suis là. »

Maladroite comme à mon habitude, je tentais de réconcilier ce petit bout de femme avec le seigneur. Cette quête était-elle vaine ? Je l’ignorais. Mais il ne me coutait rien d’essayer. Puis constatant que j’avais oublié la moindre des politesses, je tendais une main à celle qui me faisait face et déclarais :

« Au faite, je ne me suis pas présentée, je suis Erine. Erine Lycoris. »

Je ponctuais ma phrase par un sourire rayonnant. Ce dernier faisait nette concurrence à la luminosité des vitraux et j’en étais plutôt fière. C’était clairement le plus beau que j’avais en poche.  Mon regard, compatissant, scrutait le visage qui se tenait face à moi. Je tentais d’y dénicher des explications mais en vain. Je n’étais clairement pas faite pour lire les expressions des gens…. Mais qu’est ce que je faisais ?! De toute façon, son histoire ne me regardait nullement. Mais je faisais encore preuve d’une curiosité maladive…
Que le seigneur me pardonne.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Londres - Rencontre renversante
Dim 5 Oct - 18:52

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



Je ne me sens pas à l'aise ici. Ce bâtiment est immense pourtant je me sens oppressée, comme si Dieu lui-même désirait m'écraser, tel un vulgaire insecte. Peut-être Dieu n'est-t-il qu'un enfant. Un bambin qui joue avec les vulgaires insectes que nous sommes face à lui. Oui, je pense de façon cruel. Dieu se joue de nous, il réveille en nous, descendants de Noé, un sentiment qui est capable de prendre le pas sur l'humain. J'ai conscience d'accomplir sa volonté en ayant rejoins le Comte et les autres, là n'est pas la question. Mais le le trouve bien cruel de nous faire subir cela. Aucun humain n'ayant pas subit l'éveil ne peut comprendre ce qu'est la douleur que nous ressentons en cet instant. Aucun d'entre eux ne comprends nos craintes. Aucun d'entre eux ne peut comprendre notre vision du monde, ni même l'image que nous nous faisons de notre Dieu. Mais ça, nul ne dois jamais le savoir. Nous sommes là pour sauver le monde, nous avons le devoir de guérir cette Terre du mal qui la gangrène peu à peu.

Si l'on oublie ma part Noé pour ne garder que la part humaine, Dieu ne peut pas m'entendre. Je ne rentre pas dans le moule qu'il a créé pour le genre humain. Les enfants hors mariage ? On ne cesse de nous répéter que nous sommes maudits et à force, quand je vois tout ce que ma famille a subit, je me dis que cela doit être vraie. Je suis maudite et j'apporte le malheur aux êtres que je chéris le plus au monde. Anya a sombré lorsque son enfant est mort à la naissance. Cela l'a conduite à la mort. Puis mon père est mort à sa suite, la rappelant par amour. Chaque être que j'ai un jour profondément aimé n'est désormais plus de ce monde. Il m'est interdit d'aimer, interdit de prononcer un serment d'amour éternel. Je ne suis pas le fruit d'un amour éternel. Tel est ma punition pour avoir été le fruit d'un adultère. Moi qui n'ai jamais demandé à naitre, je porte le fardeau de l'erreur de ma génitrice, je porte sur mes épaules son immonde faiblesse qu'elle à montré à deux reprises.

Ma compagne alluma alors une nouvelle flamme. Elle pria de nouveau. Sans doute a-t-elle une meilleure image du Divin que moi. Elle se tourna finalement vers moi. Ce petit bout de femme tenta alors de me prouver que cet être supérieur n'abandonne jamais personne mais qu'il nous met à l'épreuve. Elle me demanda alors, indépendamment de ma vie passée, de ne pas me priver de la foi, cette chose porteuse d'espoir selon elle. L'espoir ? Il n'y en a plus aucun pour ce monde, tous les descendants de Noé savent cela ! Les humains dans l'ignorance me font un peu pitié. Ils ont une bien meilleure place dans mon estime comparé à ces Exorcistes qui pensent que l'humanité peut encore être sauvée. L'humanité est pourrie jusqu'à la moelle. Nul ne peut être sauvé. Ils ne sont tous que des brebis égarées. A demoiselle me sortit de mes pensées lorsqu'elle me proposa de me confier à elle. Il est vrai que j'ai une facilité déconcertante à lui parler alors que j'aurai pu tout simplement m'éloigner d'elle après l'avoir percuté devant cette église. Ne me laissant pas le temps de riposter ou de commencer à lui narrer ma vie, elle se présenta sous le nom de Erine Lycoris. Je serrais alors la main qu'elle me tendit.

Rose Elisabeth Hodkins

Je lui rendis faiblement son sourire. Oui, je pense que je peux lui faire confiance sur certains points au moins.

Erine sachez que Dieu a beau n'abandonner personne, il maudit les enfants qui sont le fruit d'un adultère.

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Jeu 9 Oct - 8:35
Je vis alors la demoiselle me serrer la main. Au moins mon discourt ne semblait pas l’avoir fâché contre moi… J’eu donc un petit soupir de soulagement.

« Rose Elisabeth Hodkins »

Rose Elisabeth ? Très jolie prénom. Cependant face au piteux sourire qu’elle me renvoya, j’eu le cœur meurtrie. Visiblement ses pensées n’étaient guère lumineuses…

« Erine sachez que Dieu a beau n'abandonner personne, il maudit les enfants qui sont le fruit d'un adultère. »

Dieu maudire ? Je n’en croyais rien. Bon peut être que cela était spécifié dans la Bible… mais je n’avais jamais lu ce gros pavé. Etant écrit par la main de l’homme, je n’avais guère de croyance en ces écrits. Je me contentais du savoir transits par ma mère et par mon cœur. Au final, je savais que Dieu n’était que miséricorde. Je ne le voyais clairement pas blâmer un nourrisson d’une faute faite par d’autres. Ce serait faire preuve de cruauté et d’un manque de discernement flagrant. Deux défauts que je ne pouvais clairement pas imputer au seigneur.

Du coup, je me mis à réfléchir. Ainsi donc Rose Elisabeth était le fruit d’un adultère… situation qui avait du être peu facile à gérer pour elle. Je n’étais pas en mesure de comprendre ce qu’elle avait vécu car j’étais le résultat d’un heureux mariage. Je ne pouvais donc clairement pas lui sortir un fameux « je comprends. » car je ne comprenais absolument pas. Tout ce que je savais c’était que le seigneur ne l’avait pas maudite. Il était Bon. Tout du moins c’était en ce seigneur si que je croyais. Si ma divinité blâmait réellement les nourrissons innocents, ce dernier perdrait bien de l’éclat dans mon cœur. Fort heureusement pour moi, ma foi était suffisante pour rejeter ce genre d’accusation.

Bref, prenant les mains de Rose Elisabeth dans les miennes, je murmurais :

« Le seigneur est bon. Il ne maudit pas un enfant pour l’erreur de ses géniteurs. Tout du moins, c’est en cette divinité ci que je crois et à qui je dédie mes prières. Je n’accorderai jamais ma foi à un Dieu cruel. »

Ne sachant cependant pas comment réagir face à la dernière déclaration de la jeune femme, je me mis à réfléchir. Un « je suis désolée » aurait pu être la réponse mais cela ne l’aurait pas avancée à grand-chose. Le « je comprends » était également et toujours exclu…. Au final, je n’avais pas grand-chose à en dire. C’était un fait que je me devais d’accepter. D’ailleurs si l’on regardait bien ce dernier ne me regardait en rien. Mais Rose Elisabeth avait ressentit le besoins de m’en parler. C’était forcement que cela lui pesait sur le cœur. Je ne pouvais donc pas me permettre de rester muette. Cependant, peut être avait-elle juste besoins de s’épancher. Mon avis n’apporterait pas grand-chose. Et puis d’ailleurs qu’est ce que je pensais de l’adultère ? Cela devait sans doute dépendre de l’histoire. Si les deux amants s’aimaient réellement ou non… ou ce n’était que le fruit de coucheries occasionnelles. N’ayant que 18 ans, je devais dire que je ne m’étais rarement interrogée sur ce genre de sujet. Rose Elisabeth me livrait donc une face du monde à laquelle je n’étais pas habituée.

« Après pour l’adultère… je ne sais guère quoi dire. Je suppose que cela à du être difficile à gérer pour vous. Surtout si vous avez été longtemps préservé de ce fait. J’espère juste que vous ne vous sentez nullement responsable de votre condition. Il est inutile de se blâmer pour les erreurs produites par les autres. Et encore… l’adultère est –il réellement une erreur ? Cela doit dépendre de la situation de chacun. »

Quoi de mieux qu’un peu de sincérité même si cette dernière était des plus maladroite ?
Tenant toujours les mains de la jeune femme, je tentais de lui faire passer toute mon assurance sur ma foi envers un dieu bon et généreux.
Puis avec un petit regard en coin j’observais mes deux bougies dont la lueur si éphémère illuminait une infime partie de l’église.

Seigneur si vous m’entendez, un petit coup de pouce ne sera pas de refus…
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Londres - Rencontre renversante
Jeu 9 Oct - 22:08

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



Je me sens comme maudite. Je ne suis pas un enfant née de l'amour. Ou du moins, je n'ai pas grandis dans un foyer aimant comme n'importe quel enfant normal. Sans doute mon père et ma mère s'étaient-ils aimé. Je ne vois pas pourquoi ils auraient commis le pêché de chair sinon. Mais si ma génitrice avait vraiment aimé mon père, pourquoi ne pas partir avec lui alors que j'étais son premier enfant ? Edwin Hodkins était aussi bien que cet idiot de Rockwell ! Ils auraient pu vivre heureux tout les deux ! Enfin si Dieu était capable d'admettre qu'une femme serait plus heureuse avec un autre. Mais non. Il a choisi de laisser mon grand-père maternel offrir ma mère a un homme dont elle n'avait que faire. Il a laissé ma mère aimer mon père. Il lui a offert de donner la vie. Pourquoi ne m'a-t-il pas offert l'amour d'une mère et d'un père ? Pourquoi ne m'a-t-il laissé que l'amour d'un père ? Avait-il tant besoin de moi qu'il décida tout de suite que je devais remplir les conditions pour jouer un rôle particulier dans le salut de ce monde ? Avait-il jugé que je me devais d'être une apôtre ? Une porteuse d'un des nombreux sentiments de Noé ? Oui, peut-être était-ce cela. Ma malédiction devenait donc un don. Cette pensée adoucissait un peu ma douleur sans pour autant la faire disparaître.

La jeune Erine m'expliqua alors sa façon de voir les choses. Non, Dieu ne m'avait pas puni pour l'erreur de mes parents, il m'avait offert un don afin que je puisse racheter leurs erreurs passées, erreurs qu'eux même ne pouvaient plus confesser ni se faire pardonner du Divin. Dieu m'a fait comprendre que ce don est précieux et que jamais je ne dois me laisser détourner de mon but. Oui, grâce à Wrath, je promets de sauver l'Humanité. Je promets de rendre ce monde meilleur. Nous allons le sauver, nous les Noé qui croyons en ce dieu unique. En ce Dieu qui ne permettrait pas l'existence de cet abomination qu'est ce que les exorcistes osent appeler le Cube divin. La jeune femme me sortis de mes pensées en exprimant l'hypothèse que l'adultère n'était peut-être pas une erreur. Oui, Dieu avait poussé ces deux êtres dans les bras l'un de l'autre afin de permettre ma conception pour ensuite faire de moi quelqu'un d'important à ses yeux. Oui, c'était cela. Comment avais-je pu douter de cette entité supérieur qui ne m'a pourtant jamais abandonné ? Je devais racheter les erreurs de mes pairs, je devais permettre leur salut. J'adressais alors un sourire à la petite tête blonde face à moi.

Oui vous avez raison Erine, si j'existe c'est parce que le Seigneur avait besoin de me confier une mission de la plus haute importance. Il avait besoin de moi, il a poussé mes parents à commettre cet acte car je suis destinée à accomplir de grandes choses en son nom!

Oui j'en suis convaincue. Nous, descendants de Noé, ennemis jurés des exorcistes, sommes les apôtres choisi par Dieu, porteurs de la mémoire de Noé afin de rappeler à ce monde que l'être humain a besoin de plus de sentiment que le bonheur ou que la simple joie. L'humain doit se libérer de ces œillères qu'il se met lui même, pour, dit-il, se protéger.

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Sam 11 Oct - 10:06
Suite à ma déclaration, je reçus un sourire… Au moins je ne semblais pas avoir dit d’énormité et une nouvelle fois j’eu un petit soupire de soulagement.

« Oui vous avez raison Erine »

J’étais toujours heureuse d’apprendre que je détenais la vérité. Surtout sur le domaine de la religion et de notre seigneur. Si j’avais pu éclairer d’une quelconque façon que ce soit l’esprit de Rose Elisabeth, j’en étais profondément heureuse.

« Si j'existe c'est parce que le Seigneur avait besoin de me confier une mission de la plus haute importance. »

Le seigneur, lui confier une mission ? Peut être bien. Au final nous étions tous des envoyés de Dieu avec divers objectifs dans la vie. Personnellement, je pensais que j’avais été envoyé sur cette terre pour assister les exorcistes dans leur dur combat contre le comte millénaire. Faite pour coucouner au mieux les apôtres de Dieu, je mettais toute mon âme dans cet objectif que je jugeais de la plus haute importance.
Ainsi, je ne doutais pas que Rose Elisabeth puisse également avoir sa mission. Qu'elle est en somme un but ultime dans la vie. Cette lueur d’espoir à laquelle se raccrocher lorsque le destin s’obscurcit précipitamment.

« Il avait besoin de moi »

Besoins ? Peut être également. Le seigneur ne pouvant agir directement sur ce monde, il utilise régulièrement ses créations pour intervenir. Ainsi, la jeune femme était peut être utilisée pour accomplir certaines choses.

« il a poussé mes parents à commettre cet acte car je suis destinée à accomplir de grandes choses en son nom! »

Là je demeurais plus sceptique. De mon point de vue, hormis pour les exorcistes… il était difficile de faire de grande chose au nom du seigneur. L’être humain était si rachitique… sans le moindre don… que du coup, il devait se contenter de millier de bonnes actions pour se distinguer aux yeux du tout puissant.
Je devais admettre qu’en écoutant le discourt globale de Rose Elisabeth, j’eu quelques frissons. « Destinée », « de grandes choses » « en son nom »…. Bien que dit avec toute la bonté du monde, ce dont je ne doutais pas… ce genre de discourt me rappelait les adeptes de la secte de ma sœur. Ceux qui s’étaient voué au Démon. Du coup, face à ce souvenir peu délicat, mon regard s’assombrit.

Milena… Ma très chère sœur, qu’avais-tu donc fait…

Immédiatement, je me secouais la tête pour en extraire mes sombres pensées. Puis je reportais me regard sur Rose Elisabeth.
Au final je semblais l’avoir conforté dans un rôle de main de Dieu…. Bonne ou mauvaise chose ? Je l’ignorais. Si la demoiselle décidait de mener sa vie à lutter contre la pauvreté et la maladie je supposais que notre discutions n’aura pas été vaine. Par contre si elle virait de mauvais côté comme l’avait fait ma sœur en massacrant tout ce qu’il y avait de bon en ce monde… je supposais que j’aurai mieux fait de la boucler. Mais ne sachant pas ce qui se trouvait dans la tête de ma camarade… je restais avec mes conjectures.

« Contente que vous me donniez raison. J’espère vous avoir été utile. »

Suite à ces mots, je reportais me regard sur ce grand lieu de culte. Toujours aussi immense et toujours aussi merveilleux… Au final je songeais que ma camarade et moi nous étions peut être rencontré selon la volonté de notre seigneur. Il serait donc mal avisé de nous quitter maintenant. Après tout, elle me semblait bien sympathique…. Plutôt ouverte… elle ne m’était en rien désagréable et sa compagnie aurait vite fait de me manquer. Etant quelqu’un d’assez solitaire de nature, il m’arrivait tout de même d’avoir besoins de rapports humains. Nous étions d’ailleurs faits pour avoir besoins du contact de nos pairs. Ainsi va l’univers.

Du coup, songeant à l’heure qu’il devait être, j’hésitais à prolonger cette conversation sur le seigneur. Certes très intéressante, mais cette dernière devenait de plus en plus profonde. Et je ne tenais pas particulièrement à évoquer ma propre histoire pour justifier tels ou tels de mes croyances. Du coup, désireuse de changer de sujet, j’avisais les allures proprette de ma camarade et me demandait ce qu’elle pouvait bien faire dans la vie. Mannequins ? Elle était loin d’être laide. Secrétaire ? Je ne l’a voyais pas dans un job qui nécessitait de trop se salir…
Me mettant à enrouler une mèche de cheveux autour de l’un de mes index, j’entrais en profonde réflexion. Puis subitement je lui demandais :

« Sinon, pour changer un peu de sujet, d’où venez vous ? Vous êtes de la région ? Vous travailler par ici ? »

J’étais effectivement curieuse d’en apprendre un peu plus sur ma camarade. Du coup, sans gêne, je me permettais de l’interrogé sur sa vie. J’espérais cependant qu’elle ne verrait aucun inconvénient à répondre à mes questions. Il fallait savoir que j’étais d’un naturel très curieux…

Du coup je m’empressais de rajouter :

« Si je suis trop curieuse n’hésitez pas à me le dire. Je ne sais jamais quand je deviens trop indiscrète... »
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Londres - Rencontre renversante
Mar 14 Oct - 11:53

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



Je ne peux pas dire à une inconnue que je suis une porteuse d'un sentiment de Noé. Mais je sais désormais ce que je vaux. Oui, je dois cacher cette nature aux humains. Elle ne me semble pas différente des humains que je peux croiser dans ma vie de tout les jours. Cette jeune femme est tout à fait normale. Elle ne me semble rien avoir à cacher. Si c'était le cas, si elle avait connaissance des Noé et des Akumas, elle aurait tendance à être plus méfiante, comme tout ces exorcistes qu'on peut croiser. L'avantage que j'ai sur eux ? En trois mois ils n'ont pas tellement eu l'occasion de me voir ! Enfin je me doute bien que cette situation ne durera pas, je finirai par me retrouver face à l'ennemi et ce jour-là, ils sauront que la Colère est de retour sous une nouvelle forme. Ils sauront que je fais partie de l'ennemi. Mais moi je sais qui sont mes ennemis. Je connais leur signe distinctif, nous, lorsque nous ne sommes pas sous notre forme de Noé, nul n'est capable de savoir ce que nous sommes !

Erine avait su me montrer que tout n'est pas si noir finalement. Tout n'est pas d'un blanc immaculé non plus bien évidemment mais il y a des bonnes choses dans ce monde. On ne né ni bon, ni mauvais. Nos actions déterminent ce que nous devenons. Et je sais que j'agis pour le bien de ce monde même s'il m'arrive parfois de penser le contraire quand je vois ma belle-mère réincarnée dans le corps de mon père. Mais oui, les Akumas sont un mal nécessaire pour le salut de ce monde. Je reportais finalement mon attention sur ma compagne. Que pouvait-elle faire ? Elle n'était certes pas de l'aristocratie. Peut-être de la petite bourgeoisie ? Enfin pour le coup, je ne savais que penser. Visiblement, elle sembla lire dans mes pensées car ses questions fusèrent. D'où est-ce que je viens ? Suis-je de la région ? Est-ce que je travaille par ici ? Cette réaction me fis sourire. Elle me demanda alors de la prévenir si je la trouvais trop indiscrète. Cette demoiselle me fit rire. Oui, elle était curieuse. Mais c'était plaisant d'avoir quelqu'un qui vous posait des questions aussi banales, concernant la vie courante.

Ne vous en faites pas, je vous répondrai de bon cœur ! Je viens d'une petite ville à environ deux heures de train d'ici. J'ai eu envie de venir me balader un peu, histoire de sortir du manoir et surtout de ma ville. Un besoin d'évasion vous voyez. Et je pense que cela m'a permis de réfléchir. Je me demande si je ne devrais pas reprendre les affaire familiales.

Oui, les affaires familiales sont un peu tombées à l'abandon. Et je ne vais pas toujours pouvoir vivre sur les économies réalisées par mon père ! Certes, avec le Comte je ne manque de rien. Mais je veux être indépendante.

Et vous Erine, que faites vous dans la vie?

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Mer 15 Oct - 10:24
« Ne vous en faites pas, je vous répondrai de bon cœur ! »

Cette petite phrase eu le mérite de me rassurer. Au moins ma curiosité n’était pas mal perçue. Chose qui me changeait agréablement… En effet, en temps normal, les gens n’y étaient pas particulièrement réceptifs. Du coup, je ne comptais plus le nombre de « vents » que je m’étais pris à la congrégation. Mais cela ne m’avait jamais découragé. Mon trait de caractère étant ancré en moi depuis l’enfance, je n’avais de cesse de me renseigner sur les gens et le monde qui m’entourait…

« Je viens d'une petite ville à environ deux heures de train d'ici. »

Ainsi donc Rose Elisabeth était anglaise. C’était toujours bon à savoir ! Du coup elle avait des origines différentes des miennes, ce qui était très intéressant. Etant française, j’aimais rencontrer des gens issus de culture différente. C’était toujours plaisant. Cela permettait de se confronter à des univers divers et variés.

« J'ai eu envie de venir me balader un peu, »

Tout comme moi, cela consistait notre petit point commun qui avait permis notre rencontre. Quoi que notre entrevue venait surement plus de notre maladresse à toute les deux qu’à de grand projet pédestre.

« Histoire de sortir du manoir et surtout de ma ville. Un besoin d'évasion vous voyez. »

Je comprenais parfaitement. Il m’arrivait moi-même d’avoir besoins de prendre l’air. De sortir de l’univers de la congrégation… comme aujourd’hui où j’avais profité de mes emplettes pour prendre la poudre d’escampette le temps d’une journée. Souffler pouvait s’avérer bénéfique. Surtout en temps de guerre…

« Et je pense que cela m'a permis de réfléchir. Je me demande si je ne devrais pas reprendre les affaires familiales. »

Je me demandais bien à quoi pouvais bien consister ses affaires familial… Ses parents étaient-ils à la tête d’usine de textile ? De centre de recherche ? Je n’en avais pas la moindre idée et je devais dire que la question me taraudait. Même si je voyais plutôt une affaire familiale des plus fleurissantes. Après tout, elle m’avait dit qu’elle vivait dans un manoir… ce n’était pas à la porté de n’importe quelle famille.

« Et vous Erine, que faites vous dans la vie? »

La question sur laquelle je ne pouvais pas être parfaitement honnête. En effet, je ne pouvais dire que je travaillais à la congrégation de l’ombre. Soucieuse de préserver l’anonymat de mon lieu de vie et de travail.
Du coup je me contentais du strict minimum :

« Je suis femme de ménage. Même si… enfin ce n’est qu’un projet…mais… »

Quelque peu gêné, je finissais par avouer à Rose Elisabeth mon aspiration futur :

« Je souhaite devenir infirmière. J’ose espérer y parvenir un jour… même si cela peut sembler un peu présomptueux de ma part. »

Pourquoi présomptueux ? Disons que je me rappelais assez bien du regard outré que m’avait jeté une infirmière de l’ordre lorsque je lui avais fait part de mon projet. Ceci avait eu le mérite de me pétrifier sur place. En somme certaines personnes estimaient que je ferais bien de me contenter de rester avec mes balais et mes serpillères. Point de vue que je pouvais comprendre. Après tout, de premier abord, je ne semblais peut être pas posséder les qualités requises pour le milieu du soin. Fort  heureusement, je ne baissais  pas les bras. Mon projet d’infirmière j’y tenais. Et ceux depuis bien trop longtemps pour me laisser décourager par certaines personnes. Mais cela ne m’empêchais pas d’évoquer ce désir avec… modestie ? Oui voilà.

Au passage, je constatais qu’une petite famille avait fait irruption dans l’église. Il était 5. Un couple et leurs trois enfants en bas âges. La petite troupe, après nous avoir vu et salué d’un aimable signe de tête, s’en alla se recueillir. Du coup, pensant que l’église n’était pas peut être plus le lieu le plus approprié pour faire connaissance, je décidais de nous faire migrer ailleurs. Si j’avais bonne mémoire, j’avais croisé sur mon trajet un petit parc avec la possibilité de s’y promener. Bien décidé à proposer une petite sortie à Rose Elisabeth j’ajoutais :

« Sinon que diriez vous d’aller profiter du beau temps ? Nous pourrions continuer notre conversation dans un lieu plus approprié. Si j’ai bonne mémoire, à quelques pattés de maisons d’ici, il y a un petit parc qui m’avait l’air fort agréable.  Nous pourrions nous y rendre ? Si cela vous convient bien sûr ! »
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Londres - Rencontre renversante
Ven 17 Oct - 15:29

Rose & Erine



"I'm so sorry !"



Des fois je me demandais si je ne devrais pas me plonger dans les livres de mon père. Les ouvrages de sa bibliothèque au sujet de la finance. Oui, cela aurait pu être une bonne idée ! La finance allait m'être très utile non ? Et puis après tout, je n'aime pas vivre en dépendant des autres alors il faut bien que je trouve un moyen ! Je ne supporte plus de passer mes journées dans l'Arche, c'est d'un ennui... Le meilleur moyen de m'aérer et sans doute de me mettre au travail. Il me fallait donc m'y mettre dès que je le pourrais. J'observais donc la jeune femme face à moi. Je ne saurai dire ce qu'elle pensais de moi. Après tout, je ne dois avoir l'air que d'une petite aristocrate qui profite de ce que les autres me fournissent. Mais non, je veux faire mes preuves et prouver qui je suis, prouver que sous mes airs de femme fragile, j'ai du caractère et que je ne me laisserai pas faire par des hommes qui me prennent pour un objet. J'allais donc sans doute investir de l'argent comme le faisait mon père avant moi. Mais je suis sûre qu'il ne me disait pas tout et que pendant ses jeunes années il avait aimé l'aventure.

La jeune Erine m'expliqua alors qu'elle était femme de ménage. Comme je m'en doutais, nous n'étions pas de la même classe sociale. Mais qu'importe, nous étions humaines. Certes, je portais en moi un des sentiments de Noé mais j'étais une humaine tout de même ! Et cette demoiselle était donc tout aussi humaine que moi. Mais cette demoiselle avait de l'ambition, elle rêvait de devenir infirmière. Un beau métier, de ceux qui consiste à faire le bien autour de soi. Je ne me vois tout de même pas me lancer dans des études de médecine. Je n'en vois strictement pas l'intérêt, devenir médecin ne conviendrait pas à mon statut de Noé. Les Akumas viendraient trop fréquemment. Et même si je sais de quoi est formé un Akuma, je ne me vois pas prévenir le Comte dès qu'une de ces machines peut être fabriquée. Ce n'est pas une profession que je voudrais faire de toute façon.

Un couple entra dans l'Eglise, accompagné de trois jeunes enfants. Ils nous adressèrent un signe de tête, je leur répondis de la même manière. Le sourire que je leur adressais devait sonner faux. Je me rendais compte, au fond de moi, que jamais je ne fonderai une famille. Moi mariée ? Mère de surcroît ? Cela tenait du rêve pur et simple pour moi. Je ne serai jamais une épouse ni une mère. Je n'ai pas le caractère convenable pour faire une bonne épouse, pensant que je mérite autant que n'importe quel homme d'être importante dans notre société. Jamais oh grand jamais je n'enfanterai ni ne vivrait une passion amoureuse. Ma compagne me sortit de mes pensées en me proposant d'aller dans un parc pour nous balader et discuter plus amplement. J’acquiesçais d'un mouvement de tête et me dirigeais déjà vers l'entrée. Je me dirigeais alors vers ledit parc à grandes enjambées. Si je l'avais pu, j'aurai sans doute couru. Couru pour fuir mes pensées sombres.

(c) Nekojune


Fire Wrath ♨

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rose E. HodkinsFire Wrath ♨
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 98 Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Impulsive ㄨ Extravertie ㄨ Colérique ㄨ Fière ㄨ Sûre d'elle ㄨ Battante ㄨ Franche ㄨ Têtue ㄨ Féministe
▐ Parcours RP : Présentation + 100 pts
HRP
1 anniversaire : 50 pts

France
Intrigue [all] +20 pts
Intrigue [Groupe 3] + 60 pts

Angleterre
Un bal ? Allons danser + 120 pts
Rencontre renversante + 70 pts

Allemagne
Rose des Vents et Vent du Nord + 50 pts

Arche de Noé
Maitriser sa Colère + 10 pt
Autre
Event Halloween [all] + 20pts
Event Halloween [gr 2] + 20 pts
OS Noel + 2 pts

TOTAL : 540 pts
Points avant prochain rang : 210 pts
RANG ACTUEL : E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Londres - Rencontre renversante
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Londres - Rencontre renversante
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Albert Londres
» Ouverture des rayons Noël à Londres
» La folle boutique Rolex vintage de Londres
» L'UREC de Kashala face aux combattants de Londres
» Londres en bonne compagnie, d'Anne Martinetti

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Royaume-Uni-
Sauter vers: