Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Bretteur en liberté !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Re: Bretteur en liberté !
Lun 15 Déc - 14:22


Bretteur en liberté


Le magicien ne semblait pas vraiment apprécier les entraves qui étaient les siennes et se débattait avec l’ardeur d’un démon, l’ardeur de sa vraie nature. Alors que le cri strident et horrible avait retenti, les parchemins cédaient petit à petit et laissaient maintenant un Nathanael libre de ses mouvements et apparemment furieux d’avoir ruiné une pièce de sa collectivité d’affreusetés excentriques. Parce que oui, peut-être que Josh avait réalisé le mouvement qui avait déchiré son pantalon si peu chic mais c’était le magicien lui-même qui avait causé la réaction de son ennemi.
Enfin toujours est-il que même s’il était directement responsable de son énervement, Nathanael ne semblait pas prompt à le taire, au contraire. Ses yeux brillaient d’une rage à peine contenue et voilà qu’il griffonnait du doigt quelques mots par ci par là, une fois contre son bras, l’autre sur son parapluie et même sur le pavé de la rue. Des interdictions, des obligations, des changements. Mais Josh n’en savait rien toutefois cela ne lui inspira aucune confiance. Ainsi se prépara-t-il à la charge adverse.

Qui ne vint pas.

L’écossais ouvrit les yeux de surprise mais ne s’en émut pas, loin de là. Il essayait de déchiffrer la tactique adverse. Le prestidigitateur était sur la défensive clairement et il attendait que son ennemi commette une erreur, ce qui n’allait pas arriver. Le cercle d’inscription n’était pas engageant et Josh n’allait pas y aller, du moins pas s’il n’y était pas obligé. Le meilleur moyen était d’attirer son ennemi à l’extérieur et reprendre le combat normalement. Il fourra à nouveau sa main dans sa poche pour en sortir un couteau de lancer qu’il s’évertua à cacher à Nathanael, ainsi son attaque n’en serait que plus soudaine.

Il évalua la situation du côté de l’insecte et du bretteur pour constater qu’ils maîtrisaient plus ou moins leur adversaire. Mais Arthropoda était bien trop faible pour annihiler le chevalier noir. Un changement de plan s’imposait. Parce que oui, leur mission était de ramener Kanda à la Congrégation, non de le perdre dans un combat qu’ils ne pouvaient pas gagner comme cela. Se dépêchant, Arryn relia des parchemins entre eux ainsi qu’au couteau. Les talismans n’avaient pas pour but de blesser Nathanael et donc aucun but offensif. Ils étaient là pour le rendre inutile. Puis soudain un nouveau cri déchirant le frappa, les frappa tous, eux mortels êtres de chair. Lâchant sa chaine pour se plaquer les mains contre les oreilles, Josh tomba à genoux. Il avait beau être plus loin d'Elliot que l'étaient ses camarades, ce cri de douleur atroce le frappait de plein fouet. A nouveau cette sensation horrible que de sentir son cerveau se liquéfier. Merde merde merde. Son offensive en serait grandement compromise. Pratiquement en position fœtale sur le pavé, Josh se lamentait. Mais finalement le cri du rossignol s'arrêta. C'était comme si un océan infini de douleur disparaissait de son esprit pour le laisser là, comme une loque sur le sol.

Il avait perdu du temps, un temps précieux. Il ne devait plus en perdre. De sa position, il roula pour se retrouver à quatre pattes, la tête baissée pour reprendre sa chaine de talismans. Il tenta de reprendre son souffle, ses esprits aussi. Bon, il fallait se relever. Une jambes après l'autre, un pas après l'autre, Pendragon se releva, la tête tournante, l'estomac fragile. Qu'importe si le goût acide de la bile lui étreignait les papilles. Qu'importe. Il devait agir.

Avec sa chaine de bouts de papier se terminant par une lame dans les mains, Josh se mit à courir droit vers la zone humide. Deux mètres de diamètres donc deux mètres de haut. Arrivé à la hauteur des inscriptions, il prit son impulsion et s’éleva dans les airs. Il libéra alors son couteau qu’il lança sur le Paon d’ébène alors qu’il était juste au-dessus de lui. Soit Nath esquivait le coup, soit il se faisait saigner. Mais ce n’était pas là ne plus important non. C’était la suite de talismans qui arrivait et allait s’enrouler autour du Noé. Ainsi, son poids serait multiplié et s’il se prenait le couteau, allait appuyer sur sa plaie, le rendant moins preste. Si le couteau se plantait au sol, il ferait office de piquet à la chaîne du chien qui serait incapable pendant quelques instants de suivre son assaillant.

Pendragon retomba derrière Nathanael dans la zone humide et sentit une douce chaleur moite lui étreindre la gorge. cette sensation ignoble fut accompagnée d'un haut-le-cœur qu'il s'efforça de retenir. D’une position ramassée, il se releva pour courir hors de la zone direction Kanda et Arthropoda. Arrivé près d’eux, il leur cria avec autorité alors que l’oiseau était sûrement encore aveugle :

« On se tire ! On doit revenir en vie au QG ! »

Il espérait sincèrement que Yû ne ferait pas sa légendaire tête blasée et le suivrait dans sa fuite. Parce que oui, il fuyait. Enfin seulement si les autres le suivaient.

Plus que quelques mètres avant de s'autoriser à rendre et à monter un signe de faiblesse. Quelques mètres.


Merci Malcolm pour cette magnifique signa *w*
† Pendragon †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa soeur
Aime:
N'aime pas: avatar
Josh A. Arryn† Pendragon †

Josh labhair #663366



▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 131 ▐ Autres Comptes : Seth, Dirty, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Optimiste invétéré !
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Cambridge80pts
Munich100pts
Irlande250pts
Glastonbury60pts
Congrégation40pts
Intrigue Chap. IV180pts
Hors-RP • 160pts

Rang D920 pts
Rang C dans • 130 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Ven 26 Déc - 22:28







Douleur sucré.Que j’aime voir les gens souffrir. Je suis un vrai pervers !



Bien au centre de son petit cercle, j’était fière de la perfection du tracée. Calmement je scrutais les moindre fait et gestes de mon adversaire. Mon camarade akuma semblait s’en sortir convenablement, à moins que je n’ai de la poussière. S’il le fallait, je pourrais aller l’aider. Et puis ses doux cris résonnaient encore à mes oreilles. Les mortels ne savent pas se qu’il manquent. Même le plus majestueux des oiseaux ne possède de cri aussi parfait et apaisant. Enfin, mes perceptions étaient probablement embellies par la joie de combattre avec un ami. Et quel naïveté avait il de croire que cette lame resterait invisible au yeux d’un aussi grand magicien. Il devrait peut être le caché dans sa manche. (Blague de magicien).

Le chant du chevalier se fit de nouveau entendre. Et quelle joie de voir Josh se courber, mettre ses mains à ses oreilles. J’eut du coup le temps de peaufiné mon œuvre. De la pointe de ma plume, j’inscrivis devant moi une nouvelle règle pour contrer la naïveté de mon adversaire. « Interdiction au couteau de passé ». Voila, j’était en sécurité dans mon cocon, serein. Je pris même le temps de m’ouvrir une petite sucette goût cerise sortit de ma manche.

L’écossais commençait à peine à se relever. Mais ce dernier avait légèrement roulé sur le côté. Et il se mit à courir. Que devait je faire ? Courir aussi dans le même sens ? Nan, ça s’appelle fuir et Nathanael ne fuit pas quand il peut gagner un combat ! Alors je garde ma position. Josh passa tout juste à côté de la barrière que j’avais érigée. S’il n’avait pas roulé, il se l’aurait pris de face. Puis il sauta. Et il fit ce que je pensais. Le couteau partit de sa main en un geste précis et rapide. Et je les vit, une dizaine de parchemins assemblés les uns derrière les autres en une chaîne. OH ! Le grand sourire et la grande joie que j’ai eut en pensant à tout ce que va ressentir mon camarade. Faisons le décompte ! 8 feuilles, 8 bouts de papiers ça fait dix interdiction bafoué et qu’est ce qui arrive quand on bafoue mes règles ! Il va le découvrir !

Et comme je l’avais prédit, le couteau heurta la barrière avant de retomber. Quand aux papiers utilisés, d’après Rätsel, ils devaient continuer leur route et m’entourer pour me serrer de nouveau. Sauf que, sauf que ! L’eau qui m’entoure, depuis peu, imbibait les feuilles qui tombèrent lourdement avec un ploc. Quel génie ! Il faudra que je remercie L’akuma de Mathilde qui était des plus serviables.

Josh, après une sublime roulade acrobatique, continue sa course. Parfois la douleur met du mal à monter mais, quand ça arrive ça fait mal, très mal !

« On se tire ! On doit revenir en vie au QG ! »

Il continua sa course. Puis il tomba lourdement. Toute cette douleur en même temps, et bin… ça devait être douloureux. Le temps d’effacer quelques inscription qui me prenait un peu d’énergie et je me dirigeait vers mon ami couché avec son rictus de douleur sur le visage.

« Alors, ça fait mal ? »

Rapidement pour ne pas être dérangé, j’écris entre le groupe de combattant et nous une petite interdiction pour chaque adversaire. Puis je me retourne vers mon souffre douleur. Je lui fait un très beau sourire. Empoignant mon parapluie comme si jouait au golf, je le frappai de toute mes force en plein ventre. En plus de la douleur du coup, une nouvelle décharge ne manquera pas de se faire sentir. Un rire cruel sortit de mes poumons. Je l’avais prévenu. Il n’avait qu’à me livrer le bretteur quand je lui avais demandé.

Niveau de douleur :
Nath : 1
Josh : 6

Interdiction en cours :
« Interdiction de toucher le bout du parapluie. »
« Interdiction à la mante humaine de passé. »
« Interdiction à Yu Kanda de passé. »


© Jawilsia sur Never Utopia




Viens Invité. Je te donnerait des centaines de caramels, sucettes, nougats. Tout plein ! Tout plein !

Pitit dessin de Wisely:
 
L'incarnation de l’Énigme ∮

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Pouvoir assouvir ses envies à tout moment.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanael ElmsleyL'incarnation de l’Énigme ∮
« Qui sème l'illusion récolte la souffrance. »

« Je crois qu’il y a encore beaucoup de bonbons qui nous attendent ! »

« Plus jamais … Plus jamais on se séparera … Dis … Papa. »



Nathanael dit des conneries en #ff00ff
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 137 ▐ Autres Comptes : Lëo de Olivieira ♠ Asya Zubkova ♠ Haydar A. Bara’Layal ♠ Ehsan Sa‘di de Chirāz ♠ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 33 ans
▐ Personnalité : Imprevisible ¤ Galant ¤ Possessif ¤ Protecteur ¤ Excentrique ¤ Gourmand ¤ Joueur ¤ Excessif ¤ Charismatique ¤ Paternel
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 1/3

- Liam A. Ludrick {7}

HRP : 200 + RP : 860
Pts : 1060

Rang C

Rang B dans : 440pts et 4/4combats

Fiches :
Présentation / Technique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Mar 13 Jan - 19:28

Spoiler:
 

 Plus qu'un PV  


Le hurlement lui brisa presque littéralement les tympans et sembla redoubler tel un écho dans son esprit déjà fort affaiblit. Si elle en avait eu la possibilité, elle l'aurait sûrement insulté dans toutes les langues qu'elle connaissait. La douleur des coups que lui infligea l'Akuma, fut telle, qu'elle ne sut pas comment elle avait fait pour ne pas s'évanouir. Mais lorsqu'une des griffes de l'oiseau lui arracha deux de ses mandibules, les plus grandes, elle se laissa brutalement tomber sur le sol comme un jouet cassé dans un hurlement de douleur. Elle souffrait. Le noir qui semblait « recouvrir » sa bouche laissa s'échapper une ruisseau vermeille qui s'imprima sur ses vêtements.

Elle savait qu'elle n'avait pas le droit de s'évanouir, si elle le faisait, elle condamnait Kanda et Josh, et même si elle ne les connaissait pas bien, elle ne pouvait pas leur faire ça. Elle se releva doucement son corps endolorie par les coups lui faisait mal, elle savait d'ailleurs que la prochaine fois elle ne se relèverait peut-être pas. Elle n'avait d'ailleurs plus la moindre chance de battre ce maudit oiseau. Et son visage qui lui brûlait atrocement, ses autres mandibules, s'agitait et la faisait agoniser en silence. Après tout n'était elle pas habitué.

Elle fixa Kanda et leva la main pour lui indiquer la rue principale menant à une gare, ceux qui pourrait lui permettre de contacter Komui, et donc du renfort. Elle espérait qu'il ne fuit pas, avant de se rappeler qu'il n'avait pas son innocence et qu'il serait purement et simplement suicidaire pour lui de se balader sans alors que tout les « méchants » semblaient vouloir sa mort. Alors que ses jambes semblaient la soutenir, elle tomba brutalement face au sol. Elle se battit presque contre ses membres, bien trop lourds, pour se relever et faire au moins face à l'Akuma. Elle espérait très fortement que le Kendoka était discrètement partit et que Josh pourrait encore tenir quelques instants contre le Noé. Ils devaient encore tenir. Elle savait que l'oiseau de malheur était si en colère qu'il voudrait sûrement se débarrasser d'elle avant de poursuivre le Japonais, elle allait donc tout faire pour que ce dernier puisse prendre autant d'avance que possible.

Elle savait néanmoins que ce temps était compté, elle ne pourrait pas tenir éternellement contre cet Akuma, beaucoup trop fort. Arthropoda puisa dans ses dernières forces, relevant ses membres avec l'énergie du désespoir, la seule dont elle disposait en ce moment. Ses bras pendaient lamentablement sur le sol tandis qu'elle affrontait l'Akuma du regard. Du moins autant que possible, puisque vu le coup qu'elle lui avait porté, il verrait flou encore quelques heures. Ce qui offrait un certain avantage à Kanda pour fuir.  

C'est ainsi que l'insecte, dans un équilibre précaire, inspirait la pitié, ses yeux tournés vers celui qu'elle savait être le « méchant » de l'histoire. Elle espérait d'ailleurs que, comme dans les contes, les gentils triompheraient à la fin. Mais, elle oublia volontairement un détail, la vie était loin d'être comme dans les contes.
[/quote]
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Mar 14 Avr - 20:52
Tout d'un coup, des lianes s’enroulèrent autour des  partisans de l'ordre noir pour les arracher aux coups de leurs adversaires respectifs. Les végétaux, visiblement composés d'innocence, les déposèrent avec délicatesse derrière une jeune fille avant de s'enrouler autour de la tête de leur propriétaire. En quelques instants, elles reformèrent une jolie couronne de fleurs qui déploya  de superbes corolles aux milles couleurs et surtout un pollen toxique pour les porteurs de matières sombres.

La nouvelle arrivante était visiblement essoufflée :  

« Pfffff.... HHHH...... Pffffff.....HHHHH..... Pffffffffff....j'ai cru que... Pffff … hhhh.... j'ai cru que j'arriverai trop tard. »

La jeune fille à la peau mate prit une grande inspiration. Ses joues tannées par le soleil étaient vermillon. Quant à sa chevelure ébène habituellement coiffée en deux couette, elle était complètement ébouriffée . Pas de doute, qui que soit cette personne, elle venait de piquer le sprint de sa vie.

«  Moi qui voulais juste sortir pour acheter du café aux scientifiques... j'aurai vraiment dû mettre mon uniforme. Ou au moins les bottes car les sandalettes c'est vraiment pas pratique pour courir.  »

Suite à cette observation d'ordre vestimentaire, la brunette tourna ses yeux caramels vers ceux qu'elle venait de sauver. Elle ne les connaissait pas, mais la congrégation était grande. Pour les réconforter, l'exorciste à la couronne de fleur leur adressa un des sourires chaleureux dont elle seule possédait le secret :

«  Tout le monde va bien ? »

Au passage, elle jugea du regard l'étendu des dégâts. À priori, ils avaient tous bien morflé. Il allait peut être falloir penser à un replis stratégique pour trouver un lieu moins exposé et appelé des renforts. Certains ne tenaient presque plus debout.

Afin de calculer leurs chances de replis, l'adolescente se tourna vers leurs ennemis.

Là bas , c'était un Akuma. Rang trois à première vu... et là, le type...

D'un coup sa physionomie changea pour celle de la saine et légitime colère. Ses doigts se crispèrent sur les volants de sa robe à fleur:

«  LE VOLEUR DE BONBONS ! »


Ce cri venait du cœur et résonna entre les murs. Nom d'une noix de coco ! Plus question de replis ! Elle allait lui faire sa fête à ce magicien de pacotille. Noé ou pas. Là, n'était pas la question ! D'ailleurs , il ne serait pas le seul à prendre aujourd'hui. La nouvelle belligérante avait aussi des comptes à régler avec le chat démoniaque qui lui servait de bête de compagnie. Notre exorciste était bien décidée à se venger de la créature qui avait laisse la trace de ses crocs sur son bras . D'ailleurs , elle était où cette saloperie ?
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Mar 14 Avr - 23:12

Supplice


" Qu'il fait bon d'avoir enduré ! Que le plaisir se goûte au sortir des supplices ! "


J'ai mal, mon oeil me fait un mal de chien, je ne vois plus rien, c'est le noir complet, j'ai mal, Ô si vous saviez à quel point j'ai mal, que quelqu'un me vienne à l'aide, je ne vais pas tenir très longtemps comme ça. Mathilde, où es-tu ? Il faut que tu viennes à mon secours, je ne vois plus rien, plus rien.. Je ne vais plus pouvoir me défendre, ils vont me détruire, plus personne ne sera là pour veiller sur vous s'ils me tuaient, aidez-moi. Je ne veux pas mourir, je ne veux pas disparaitre sur leurs coups ; je veux vivre, encore, grandir, voir le monde, vous retrouver, retrouver Ilias, découvrir des terres que personne n'a encore jamais vu. Mais je ne veux plus souffrir, je veux simplement rentrer, mais je ne vois plus rien, plus rien, plus rien.. Au secours.


Suite à la douleur, l'Oiseau en Cage avait hurlé - si fort, si fort ! - qu'il avait cru se briser les cordes vocales. Alors, comme vengeance - mais surtout afin d'oublier ses souffrances - il se mit à frapper son assaillante, encore et encore, jusqu'à entendre ses maudites pinces craquer, un morceau de sa gueule céder sous ses coups. Oh, il aurait tant aimé entendre son corps s'écrouler par terre et un dernier souffle s'échapper de sa bouche gorgée de sang ; mais quelque chose l'en empêcha.

Ce ne fut qu'un tout petit choc, pas même douloureux, comme lorsqu'on vous tape doucement dans le dos avec un bâton. Pourtant, pour le cavalier ailé en proie à ses démons, ce fut la pire des agressions. Le plus insoutenable fut sans doute de ne pas savoir où se tenait son ennemi ; alors, d'un coup, il se détourna d'Arthropoda pour frapper le vide, là où avait semblé provenir le coup. Où se tenait la personne qui avait osé l'attaquer en traitre ? Où se tenait ce sale petit bretteur ? Ah, s'il l'attrapait, il enfoncerait ses doigts si profondément dans ses orbites qu'il lui ferait exploser la tête ! Que cet exorciste souffre comme lui avait souffert, qu'il sente la vie s'échapper de son corps, quand bien même il reviendrait à la vie. Elliot le tuerait, encore et encore, jusqu'à ce qu'il ne reste plus un seul morceau de son corps capable de se recoller au reste. Qu'il crève, ce sale chien.

Toutefois, l'Aventurier avait beau frapper, étendre ses ailes, il ne trouvait plus aucune trace de ses ennemis. Où avaient-ils disparu ? Etaient-ils partis ? Non, impossible, Nathanael n'aurait pas laissé passer ça.. Heureusement, le corbeau fit entendre le son de sa voix, indiquant ainsi sa position à l'aveugle.

" On se tire ! On doit revenir en vie au QG ! "

Puis, il y eut un bruit lourd, comme un corps tombant au sol, et Christopher fut certain d'entendre la voix de son maître Noé du jour. Ah, il devait avoir maitrisé ce sale petit cloporte ! Tout du moins, le gamin l'espérait.

Toujours fou de rage, l'américain leva alors les mains à ses yeux, tout du moins, à son unique pupille crevée de sa forme d'Akuma. Tremblant comme jamais, il tenta de se frotter l’œil tout en continuant à geindre comme pas deux. Bon Dieu, ces foutus exorcistes allaient payer pour avoir osé lui faire ça, ils allaient mourir, crever comme des chiens, disparaitre de la surface de cette foutue planète. Le Monde n'en serait que plus beau ; son monde le serait. Puis, d'un coup, un nouvel éclat de voix et des mouvements autour de lui firent lever la tête du blessé :

" Pfffff.... HHHH...... Pffffff.....HHHHH..... Pffffffffff....j'ai cru que... Pffff … hhhh.... j'ai cru que j'arriverai trop tard. " s'époumona visiblement une jeune femme, " Moi qui voulais juste sortir pour acheter du café aux scientifiques... j'aurai vraiment dû mettre mon uniforme. Ou au moins les bottes car les sandalettes c'est vraiment pas pratique pour courir. "

Mais qu'est-ce qu'elle racontait ? Qui était-elle ? Que se passait-il ? Bordel ! Elliot n'y comprenait plus rien. Aveugle, malgré sa force, il était devenu aussi perdu qu'un chaton au beau milieu d'une allée fréquentée. Les voix semblaient venir de loin, de là où se tenait Nathanael mais.. plus loin quand même.

" LE VOLEUR DE BONBONS ! "

A nouveau surprit, le monstre fit un pas en arrière. Le voleur de bonbon ? Qui était-ce ? Cela n'était sans doute pas les membres de l'Ordre Noir à moitié morts mais.. et si ce n'était autre que le Noé de l’Énigme ? Après tout, Christopher se souvenait avoir reçu une sucrerie de sa part avant de commencer la mission. Bon dieu, cette nouvelle venue était-elle une exorciste, ou quelque chose qui pourrait faire du mal à son très cher maître d'un jour ? Impossible ! Impensable ! Mais comment revenir aux côtés de l'allemand alors qu'on ne voyait rien ?

Comme un enfant - ce qu'il était - qui venait de se blesser, le monstre abandonna alors sa forme bestiale, pour avancement en direction des éclats de voix. Son visage autrefois si innocent était désormais déformé par un trou béant au niveau de son œil gauche ; Ô, il semblait souffrir encore plus qu'avant.

" Maître Elmsleeeeeeeey ! " geignit-il à s'en arracher les cordes vocales tout en titubant.

Incapable de faire beaucoup de pas, le monstre blessé tomba rapidement à genoux, les mains plaquées sur la tête. Cette pourriture d'innocence le rongeait tellement, tellement ! Que quelqu'un arrête ça..


HRP:
 






Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Dim 19 Avr - 12:27
Bretteur en Liberté.
feat. des gens louches.

La situation était compliquée. Il était évident que les soldats de l’Ordre Noir étaient en très mauvaise posture… Car même avec l’aide de ce membre de Central, rien n’irait pour le mieux de leur côté. Cet Akuma était beaucoup trop puissant, d’autant plus que le Noé donnait du fils à retordre à ce Corbeau-là. Les choses tournaient mal et le bretteur japonais ressenti un malaise. Lui-même ne servait à rien, et ce sentiment-là était des plus douloureux pour lui. Lui qui a été crée. Lui qui a été manipulé. Lui qui a finalement choisi sa voie. Serrant des dents, et le regard noir ; le japonais se mit à fulminer intérieurement. Dieu qu’il détestait ces créatures, ces sbires du Comte Millénaire.

Soudainement, tout autant qu’un cheveu arrivant sur une soupe, l’épéiste fut emporté au loin par une sorte de liane. Il fut déposer au sol avec une délicatesse sans borne ; ce qui lui fit penser à un allié. En effet, une jeune femme aux cheveux bruns les avait sauvés. Très essoufflée, alors qu’elle tentait de parler, les mots ne venaient que par intermittence. Son visage avait rougis par sa probable course et sa coiffure n’était plus ce qu’elle avait semblé être. Mais Kanda décrocha lorsqu’elle se mit à blablater sur un morceau de sa vie, une raison, une explication qu’il ne voulait pas savoir.

Contrairement à ce qu’il aurait pu croire, Yû Kanda n’était même pas en colère. Enfin, encore un peu, mais pas contre cette femme. Elle leur avait probablement sauvé la vie et il lui en devait une bonne à cette heure-ci.
Finalement, elle demanda si tout le monde allait bien. Kanda ne répondit pas, ce n’était pas dans ses habitudes de se plaindre, et encore moins de parler de ses sentiments, de ses ressentis. Alors il se fit silencieux, et discret ; pour changer.

Et tandis qu’il s’apprêta à la remercier, la jeune femme s’écria… Ce qui fit sursauter et surprit très grandement l’apôtre. Mais que lui prenait-elle ? Lui qui avait cru avoir à faire à une jeune femme sereine et mature, voilà qu’elle venait de détruire l’image qu’il s’était fait d’elle en quelques secondes. Le jeune homme soupira. Dans le fond, elle lui faisait penser à Allen.

Le japonais tourna la tête vers leur précédente scène de combat ; l’akuma était à terre entrain d’agoniser, et l’autre ne faisait rien de particulier. Ce qui n’étonnait pas Kanda… Enfin, chacun son style de combat, n’est-ce pas ?

Une chose était certaine, la balle était dans le camp, tout autant que la victoire. Le retour à la Congrégation se ferait plus vite qu’il ne l’avait prévu, et c’était une bonne chose. Secrètement, il repensa à ce visage qu’il allait retrouver ; son cœur se mit à palpiter un peu plus rapidement, ses yeux pétillait légèrement et un mince sourire se dessina sur ses lèvres.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Dim 19 Avr - 19:06


Bretteur en liberté


La douleur. Il n’y avait que cela. La douleur et encore la douleur. Il n’était pas déjà en bonne posture, obligé de se replier comme un vulgaire nuisible face aux dératiseur, mais maintenant, cette sensation ignoble l’étreignait, ne laissait plus de place pour autre chose. Il s’était senti mal à cause de la moiteur de la zone où évoluait Nathanaël, il s’était ensuite senti tombé. Il était désorienté, avait simplement senti la rencontre avec le pavé. Lamentable. Il était étalé de tout son long, incapable de faire quoi que ce soit d’autre. Si le magicien avait été son ami, ce n’était plus le cas. Toute la compassion dont il avait fait preuve lors de leur rencontre à Munich s’était envolée. Il n’avait qu’une seule conclusion pour cette bataille : La douleur, encore plus forte, puis la mort.

Nathanaël était bien trop fort pour un simple corbeau comme lui. Il aurait dû le savoir mais il s’était laissé berner par l’excentricité du personnage. Un simple humain ne pouvait pas faire le poids face à un énergumène avec des pouvoirs certes étranges mais puissants. Josh entendit son ancien ami s’approchait, lui dire quelque chose qu’il ne comprit pas. Puis la souffrance. Un coup, deux coups, trois coups. Ça n’en finissait pas. Et si les coups étaient toujours portés avec la même puissance par le magicien, la douleur, elle, ne faisait qu’empirer.

Il perdit son souffle lors du dernier coup. Sa cage thoracique venait de le prendre au lieu de son ventre comme avant. Mais ce fut était bien trop fort, couplé avec le pouvoir du Noé, pour que ses côtes ne résistent. Il entendit un craquement, une douleur encore plus aigue, voulu crier mais n’en avait plus la force. Il était vaincu, il allait mourir.

Mais le dernier coup, ce qui l’achèverait, ne vint pas.

Il sentit quelque chose l’envelopper, aurait voulu résister mais n’en avait plus le courage. Il n’était même plus capable de comprendre ce qui lui arrivait. Puis ce carcan de lianes s’évapora et de chocs, il n’en reçut plus. Il avait du mal à respirer mais finit par reprendre le dessus sur ce subconscient qui lui disait de ne plus lutter. Il ouvrit les yeux faiblement, cligna puis vit que Nathanaël était loin de lui. Que s’était-il passé ? Il n’en savait rien mais son supplice semblait terminé.

« Tout le monde va bien ? »

Il ne réussit qu’à grogner. Cette jeune femme qui l’avait sauvé n’avait pas besoin d’une réponse claire pour voir qu’il n’allait pas bien. Il était vivant certes, mais douloureusement vivant. Il tenta de se relever, s’aida en s’appuyant sur ses mains, se mit d’abord à quatre pattes puis réunit son courage pour se remettre sur pied. Dans un autre grognement il y arriva, tentant d’oublier la douleur et cette impression qu’on pressait sur ses poumons. La fille des îles s’époumona, elle, pour crier quelque chose à l’intention, pouvait-on supposer, du magicien. Elle semblait le connaître et semblait aussi lui en vouloir. Pas plus que Josh en tout cas.

Elle avait beau être en pleine forme, il fallait la tempérer. Si elle était en état de combattre, ce n’était pas le cas de ses camarades. Josh risquait de se percer un poumon, Arthropoda saignait de partout et était aussi mal en point que lui et Kanda n’était pas capable de vaincre ne serait-ce un akuma de niveau un. Non, il fallait s’avouer vaincu et rentrer comme il avait pu l’ordonner quelques minutes avant. Ils avaient retrouvé Kanda, c’était le principal. Réunissant le peu de force qui lui restait, Josh souffla un ordre qui se voulait autoritaire mais qui en réalité, ne le faisait que paraître exténué et lassé de ce combat.

« Doucement … On ne t’est d’aucune utilité, ça sert à rien de vouloir s’en prendre à eux toute seule. On doit ramener Kanda à la Congrégation alors aide-nous à le faire. Aide-nous à nous replier. »

Josh eut l’idiotie de vouloir inspirer avant de reprendre. Il eut l’impression qu’on lui plantait un couteau dans les poumons.

« Tu … Tu auras ta vengeance un autre jour. ‘Fait chier … »


Merci Malcolm pour cette magnifique signa *w*
† Pendragon †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa soeur
Aime:
N'aime pas: avatar
Josh A. Arryn† Pendragon †

Josh labhair #663366



▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 131 ▐ Autres Comptes : Seth, Dirty, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Optimiste invétéré !
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Cambridge80pts
Munich100pts
Irlande250pts
Glastonbury60pts
Congrégation40pts
Intrigue Chap. IV180pts
Hors-RP • 160pts

Rang D920 pts
Rang C dans • 130 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Ven 8 Mai - 23:11







Partir en grande pompe !Et en toute humilité.



Victoire, j’avait réussi à soumettre le petit cafard qui ne m’avait pas fait confiance. Pourtant, on avait partagé un délicieux repas, la note avait même été "payer" par mes soins. Quoi de pire que de voir que cet humain se laissait à me trahir, si j’ose dire. Seulement je pouvais lui montrer ce qu’il en coûte de me faire ce genre de bassesse. Il aurait au moins pus me livrer le kendoka, après tout, il avait fait son temps et comme je ne pouvais pas passer mes nerfs sur l’exorciste, je le passais sur le petit homme de central étaler sur le sol se tordant de douleur. C’était tellement jouissif.

On avait l’avantage sur eux, m’apprêtant à laisser mon souffre douleur sur le sol pour rejoindre ma cible, je fus arrêter par des fils verts qui vers cueillir la larve sur le sol. Tout comme l’insecte et le bretteur, Josh fut emporter vers une sublime et délicate silhouette d’une jeune fille. Dés que je l’ai reconnu, je lui fis de grand signe du parapluie arborant un large sourire. De mon autre main, je fis entrer une sucette dans ma bouche.

«  LE VOLEUR DE BONBONS !
- BONJOUR JOLIE HEREATA ! MA NOIX DE COCO DES ÎLES ! COMME VOUS M’AVEZ MANQUÉ !
- Maître Elmsleeeeeeeey ! »

Ce cri déchira le cœur, déchira mon cœur de père. Ces cris étaient des cris d’enfants qui avait mal, qui souffrait. Le pauvre enfant akuma se faisait ronger par la culpabilité et l’innocence. Il devait s’en vouloir de ne pas avoir été à la hauteur. Laissant ma beauté du sud s’occuper de ses camarades blessés, enfin si elle avait un temps soit peu de bon sens, je m’approchai du garçon à genou posant les mieux au sol. Retirant mon chapeau, je le lui mets sur sa tête en disant :

« Ce n’est pas grave ! Tu peux me le garder pendant que je t’aide ! »

Sortant le petit mouchoir que je portant dans ma poche de veste, je me met à essuyer l’œil de l’enfant. Le passant de manière minutieuse comme un père pourrait le faire à son enfant. Il aura sûrement encore mal mais son cœur mort sera sûrement au moins abaisser. Il lui fallait un goût sucré à cette enfant. En lui demandant d’ouvrir la bouche, je lui mets un petit caramel dedans.

« Ce n’était qu’un bataille ! On aura fait ce qu’on a pu. Ne t’inquiète pas le comte ne te fera rien, il s’énervera sur moi. »

Prenant Elliot par les dessous de bras, je le mis sur mes épaules me relevant. Il était désormais aveugle et ne pouvait pas marcher sans les ralentir dans sa fuite. Je me retournai vers l’équipe de l’ordre noir.

« Je vous fait mes adieux mes amis. Hereata ! Je suis tellement triste de ne pas avoir pus passer un petit moment avec toi ! J’espère te revoir le plus vite possible. »

Refaisant quelques signes de la main.

« Tu dis au revoir mon capitaine ! »

Par simple sécurité, de la pointe de mon parapluie et une discrétion permise par mes élucubrations, j’écris sur le sol : « Interdiction de me suivre ». Laissant un cadeau avant mon départ, je lança une bonne poigné de bonbons, sucettes et sucreries avec écris sur l’un d’eux : « Interdiction de toucher un bonbon. »

Tournant les talons, Elliot sur mes épaules, je m’éloigne du groupe disparaissant de leur vue. Si j’étais en pleine forme, il fallait s’occuper du petit akuma.


© Jawilsia sur Never Utopia




Viens Invité. Je te donnerait des centaines de caramels, sucettes, nougats. Tout plein ! Tout plein !

Pitit dessin de Wisely:
 
L'incarnation de l’Énigme ∮

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Pouvoir assouvir ses envies à tout moment.
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanael ElmsleyL'incarnation de l’Énigme ∮
« Qui sème l'illusion récolte la souffrance. »

« Je crois qu’il y a encore beaucoup de bonbons qui nous attendent ! »

« Plus jamais … Plus jamais on se séparera … Dis … Papa. »



Nathanael dit des conneries en #ff00ff
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 137 ▐ Autres Comptes : Lëo de Olivieira ♠ Asya Zubkova ♠ Haydar A. Bara’Layal ♠ Ehsan Sa‘di de Chirāz ♠ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 33 ans
▐ Personnalité : Imprevisible ¤ Galant ¤ Possessif ¤ Protecteur ¤ Excentrique ¤ Gourmand ¤ Joueur ¤ Excessif ¤ Charismatique ¤ Paternel
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 1/3

- Liam A. Ludrick {7}

HRP : 200 + RP : 860
Pts : 1060

Rang C

Rang B dans : 440pts et 4/4combats

Fiches :
Présentation / Technique

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Jeu 14 Mai - 14:10

We're in this game together.     




▬ L'arthropode foutrement blessé ▬

Les coups du foutu oiseau avait redoubler d'intensités. Ton bras avait finit par se briser presque intégralement et ne tenait que par la force du saint esprit. Pour une fois qu'il servait à quelque chose celui-là. Puis, il s'était étrangement détourné de toi, ce qui t'avais laissé comme chance de tomber au sol puis de sombrer pendant quelques instants salvateurs. Tu ne te réveilla que quelque minutes plus tard. Du moins c'est ce qu'il te semblait, tu n'en savais rien.

Les événements autour de toi était particulièrement flous. Même si les coups que tu avais assenés au petit Akuma avait été particulièrement vicieux et bien placés, les yeux et les ailes, tu avais toi même pris particulièrement cher. Ne serais-ce qu'au niveau de ton visage. En effet, les deux mandibules manquantes avait laissé sur ton faciès une traîné de sang presque bleu, comme les limules. Tu t'étais sentis embarquer par ce qui semblait être une plante, ou quelque chose du genre.Tu entendis vaguement l'intervention d'une jeune demoiselle, sûrement celle qui t'avais sauvé des griffes de l'oiseau de malheur. Cela t'aurais sûrement fait rire si tu avais la possibilité. Elle avait débarqué sur le champs de bataille, surprenant tout le monde, d'une manière totalement imprévisible.

Te relevant péniblement, ton bras traînant sur le sol, inutile, tu t'approcha de Josh, qui semblait très mal en point, voir plus que toi vu ses blessures. Tu avais eu la chance de ne pas avoir trop de blessure interne. Ce qui ne semblait pas être son cas. Jaugeant un peu l'étendu des dégâts, tu te dis qu'il fallait vite rentrer à la congrégation. Votre mission était un succès, pas besoin de traîner plus par ici. Surtout que tu voyais vous deux ennemis prendre congé après le Noé ait lancé une poignée de bonbon. Tu t'enquis néanmoins de l'état du jeune corbeau :

« Tu pourras marcher ? »

Relevant tes yeux vers la jolie demoiselle qui fulminait, sûrement de ne pas pouvoir tuer celui qu'elle appelait « le voleur de bonbon. » Tu lui expliqua doucement, pour la persuader que rester ici n'était pas du tout une bonne idée :

« Josh à raison. Il faut que nous partions au plus vite d'ici avant que le Noé n'envoie d'autre Akuma pour nous achever. »

Car oui, rien n'empêchait l'espèce de magicien de faire venir d'autre Akuma pour vous tuer, après tout ce ne serait pas difficile, blessé que vous étiez. Tu vérifia que Kanda n'était pas loin, check. Il était là. Il souhaitait récupérer Mugen, donc il vous suivrait sans faire d'histoire. Surtout après ce qu'il venait de se passer. Tu te promis qu'une fois rentrer, tu ferais la plus grosse des sieste que tu n'avais jamais faîte. Et que tu mangerais le plus de pain d'épice possible. Fière de cette résolution, tu te remis bien droite, ignorant la douleur qui te donnais envie d'hurler, malgré le fait que tu n'est presque pas de terminaison nerveuse. Bordel.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Jeu 4 Juin - 14:40
Celui qui se faisait appeler Nathanaël sembla s'amuser de voir la fille des îles furibonde.
Il la salua même gaiement  :

« - BONJOUR JOLIE HEREATA ! MA NOIX DE COCO DES ÎLES ! COMME VOUS M’AVEZ MANQUÉ ! »

La demoiselle fit une grimace :

«  Je ne suis pas votre noix de coco et je crois que nous avons un compte à régler qui date de Eisernach. Cette fois, je peux vous assurer que je ne  vous laisserez pas vous en sortir aussi facilement. Et où est votre affreuse minette qui vous sert de bête de compagnie ? »

Mais avant que le pseudo magicien n’ait pu répondre, L’akuma qui l’accompagnait reprit forme humaine sous les yeux de l’ilienne. Son apparence terrifiante d’oiseau de proie gigantesque laissa la place au corps d’un fragile petit garçon blond à l’œil unique qui se mit à gémir pitoyablement :

" Maître Elmsleeeeeeeey ! "


Hereata fronça les sourcils, ne se laissant pas attendrir par l’état déplorable de l’enfant qui venait de tomber à genoux. Cette double apparence lui disait quelque chose. Soudain cela fit tilt. Ce gamin correspondait à la description qu’elle avait lu dans un des dossiers de l’ordre noir. Les poings de la vanuatane se crispèrent. Elle allait faire une pierre de coups en les rayant tous les deux de la surface du globe.

Elle s’apprêtait à foncer dans le tas quand une voix l’arrêta :

« Doucement … On ne t’est d’aucune utilité, ça sert à rien de vouloir s’en prendre à eux toute seule. On doit ramener Kanda à la Congrégation alors aide-nous à le faire. Aide-nous à nous replier. »

L’espace d’un instant l’exorciste à la couronne de fleur détourna son regard de ses ennemis pour observer le jeune homme qui se tenait à ses côtés et qui semblait visiblement mal en point.

Puis elle regarda les deux autres. Kanda ? De qui parlait-il ? Ce nom aussi lui disait vaguement quelque chose. La brune redressa la tête et croisa le regard de l’asiatique à la queue de cheval. A oui… elle l’avait vu quand elle avait rangé le bureau du grand intendant,  dans le carnet que tenait komui sur les hommes potentiellement dangereux et à surveiller car trop proche de Lenalee. Une lueur amusée traversa le  regard caramel de la jeune fille  jusqu’à ce que le blessé reprenne avec difficulté :


« Tu … Tu auras ta vengeance un autre jour. ‘Fait chier … »


Le visage de la brune fut  envahi d’une profonde tristesse :

«  Ce n’est pas une question de vengeance. Ces deux individus ont déjà assassiné de nombreuses personnes.  Si on les laisse partir, ils tueront d’autres gens. D’autres innocents. C’est donc  mon devoir que de les empêcher de nuire. Mais je ne vous demande pas de me suivre, vous avez déjà assez combattu. Je me débrouillerai seule. Tu peux me faire confiance. Ils ne me font plus peur. Et j'ai promis à quelqu'un de sauver le plus de personne possible. On peut pas revenir sur ce type de promesse hein?»

Elle lui sourit.

Pendant ce bref échange, le Noé avait récupéré son serviteur à l’agonie. Il salua les quatre membres de l’ordre noir :

« Je vous fait mes adieux mes amis. Hereata ! Je suis tellement triste de ne pas avoir pus passer un petit moment avec toi ! J’espère te revoir le plus vite possible. Tu dis au revoir mon capitaine !»

Puis le loufoque fit d’étrange signe avec son parapluie, inscrivant « Interdiction de me suivre » sur le sol. Ensuite, il lança en l’air des friandises où sur l’une d’elle apparut la phrase « Interdiction de toucher un bonbon. ».

Hereata tenta quand même de de le rejoindre. Mais une force inconnu l’en empêcha. Elle eut un grognement de colère. Il fut suivi d'un cri:
" REVIENT ICI TOUT DE SUITE OU SINON JE CRIe SUR TOUT LES TOITS QUE NATHANAËL ELMSLEY EST UN LÂCHE ET QU'IL A PEUR DES PETITES FILLES!"

Provocation stupide mais avec se frappadingue , cela pouvait marchait. Pourtant non, le noé tourna les talons et s'éloigna rapidement.

L’exorciste à forme insectoïde quand à elle tenta de calmer sa camarade qui tentait désespérément de trouver un moyen de passer outre cette sorte de barrière invisible.

« Josh à raison. Il faut que nous partions au plus vite d'ici avant que le Noé n'envoie d'autre Akuma pour nous achever. »

Mais sa jeune compagne secoua sa tête, revenant vers le petit groupe d'estropiès.

« Oh que non… cela ne se passera pas comme ça. »

La couronnée de fleur sortit rageusement de son sac une sorte de petit œuf vert.

«  Activation du golem personnel. Tama , met moi en relation avec le Q.G. Immédiatement. Je veux parler au grand intendant. C’est une urgence . »

L’objet déploya quatre patte et une tête mécanique avant de prendre son envol et de tourbillonner au-dessus de l’ilienne sous la forme d’une petite tortue volante.

Quelques instants s'écoulèrent. Il y eut un clic. Les yeux du golem s’allumèrent et le visage de Komui apparut dans les airs :

«  Bonjour monsieur Komui. Ici Hereata. Je suis à Cambridge. Vous arrivez à me repérer grâce aux donnés de mon golem ? Oui ?  Il faut que vous nous envoyiez de toute urgence  une équipe médicale. Nous avons trois blessés. Tama montre lui. »

Le golem survola le trio des rescapés pendant que la demoiselle de Montcalm continuait.

«  Il faut aussi que vous nous envoyez un groupe d’exorcistes.  Nathanaël Elmsley vient de prendre la fuite. Il a encore utilisé son étrange pouvoir qui lui permet de donner vie à des actions qu’il écrit avec son parapluie. A cause de ça, je ne peux pas le suivre pour le moment. Et Dieu seul sait se que ce fou est capable. Il a déjà failli faire dérailler un train en allemagne, je n’ose à peine imaginer dans un centre-ville. Il a emporté avec lui un akuma gravement blessé. Je pense qu’il s’agit du même que celui qui s’en est pris à Lëo aux États-Unis. C'est visiblement un niveau 3. Si c’est le cas, il est lui aussi extrêmement dangereux  et il ne faut pas les laisser s’échapper. Je reste avec les blessés pour les protéger jusqu’à que l’équipe de soutien arrive. Faites vite. Je coupe la retransmission car je vais essayer d’envoyer Tama pour savoir où ils vont»

Aussitôt dit, aussitôt fait. L’adolescente coupa sa retransmission puis envoya sa tortue volante mécanique, non pas suivre le duo infernal mais tenter de détourner la loi inscrite par le noé en lui demandant de prendre en photo l’enfant blond, sans vraiment savoir si cela marcherait.

Puis elle resta sur le qui-vive jusqu’à que l’ordre noir arrive.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Lun 15 Juin - 15:49

Bataille


" Le guerrier victorieux remporte la bataille, puis part en guerre. Le guerrier vaincu part en guerre, puis cherche à remporter la bataille. "


Je veux rentrer à la maison, maintenant.. Je veux poser ma tête contre Mathilde, et qu'elle me caresse les cheveux en me disant que tout va bien, que je ne souffrirai plus désormais. Je veux m'endormir et ne plus avoir mal, avant de rouvrir les yeux et de sourire comme si tout cela n'avait été qu'un cauchemar. Je ne veux pas rester une minute de plus, à entendre ces monstres grouiller autour de nous comme de véritables charognards, mais je ne veux pas non plus qu'ils rentrent triomphant, alors que nous, nous repartons la queue entre les jambes. Je veux qu'ils périssent, tous autant qu'ils le sont ; et je sais que ça arrivera, tôt ou tard.


Visage gorgé de larmes et d'un sang beaucoup trop noir pour être humain, le pauvre enfant blessé avançait à tâtons, incapable de savoir où il pouvait bien aller. Que cette foutue femme-insecte crève mille fois pour ce qu'elle avait osé lui faire ! Elle était désormais numéro un de sa liste de personnes à éliminer, oui, même devant Lëo ; et ça, ce n'était pas une mince affaire. L'autre mioche l'avait déjà blessé de nombreuses fois, mais jamais il n'avait osé s'en prendre à son unique oeil ; peut-être parce que lui savait ce que ça faisait de n'en posséder qu'un seul ? Allez savoir. Avant ce soir, Elliot ne s'était jamais vraiment posé la question, et ne pouvait qu'espérer retrouver très vite la vue, rien que pour le fait de ne pas souffrir.

Blessé, perdu, souffrant, l'Aventurier finit par tomber à genoux sur le sol, les mains plaquées de chaque côté de sa pauvre tête. De sa voix déchirée, il avait même imploré son maître Noé d'un jour, espérant qu'il saurait faire preuve de miséricorde à son égard. Des bruits de pas se firent entendre.. ami ou ennemi ? Nathanael allait-il le laisser mourir juste devant ses yeux ? Fort heureusement, non.

" Ce n’est pas grave ! Tu peux me le garder pendant que je t’aide ! " fit-il tout en posant son haut de forme sur sa tête.

Sans dire un mot, l'américain hocha la tête tout en hoquetant, avant de serrer les dents lorsqu'il sentit quelque chose passa sur sa plaie. C'était douloureux, oui, mais bien moins que la morsure de l'innocence ; mais déjà bien trop pour que le blondinet puisse l'accepter plus longtemps. Il en planta même ses ongles dans ses cuisses, ne pouvant qu'espérer que ce calvaire prendrait fin vite ; et ce n'était pas un caramel qui lui aiderait à aller mieux. Enfin, c'était toujours mieux que rien.

" Ce n’était qu’une bataille ! On aura fait ce qu’on a pu. Ne t’inquiète pas le comte ne te fera rien, il s’énervera sur moi. "
" M-Merci. " hoqueta péniblement l'enfant.

Comme un bon père aurait fais, le Magicien attrapa l'enfant-machine sous les bras, avant de le prendre sur ses épaules. Dans l'instant, Christopher posa alors sa tête sur celle de son protecteur ; prêt à s'endormir, d'un instant à l'autre. Tout ceci l'avait épuisé, physiquement.. comme moralement.

" Je vous fait mes adieux mes amis. Hereata ! Je suis tellement triste de ne pas avoir pus passer un petit moment avec toi ! J’espère te revoir le plus vite possible. " fit-il d'un ton joyeux tout en les saluant de la main, " Tu dis au revoir mon capitaine ! "

Surprit par les paroles de son maître Noé, le petit garçon se redressa légèrement, une main toujours posée devant son œil nouvellement invalide. Incapable de voir, il ne fut cependant pas difficile pour lui de tourner la tête en direction de la position de leurs ennemis qui n'avaient eut de cesse de parler depuis avant.

" Vous payerez pour cette bataille. " fit-il d'une voix sombre, agitée par un douloureux chagrin.

Puis, sans dire un mot de plus, l'enfant reposa sa tête sur celle du magicien, gardant pour lui ses tristes pensées. Il retrouverait leur noms, et se vengerait. Parole d'aventurier. Une dernière fois, la jeune filles des îles fraichement arrivée se mit à crier quelques vaines paroles au descendant de Noé ; mais l'américain, lui, ne les écouta même pas.

Son esprit vaquait déjà vers d'autre lieux.


Fin du Rp pour Elliot.






Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Lun 15 Juin - 16:02




















Hardis compagnons ! L'appel passé par Hereata ne sera pas vain, car déjà une réponse arrivait de la part de l'un des golems noirs de l'escouade :

" Nous vous envoyons une équipe tout de suite, ne bougez pas. "


Membre de l'Ordre Noir
avatarOrdre NoirMembre de l'Ordre Noir
...

▐ IRL Age : 27 ▐ Messages : 4 Masculin
▐ RPG Age : Variable
▐ Personnalité : Unis pour gagner la Guerre Sainte.
▐ Parcours RP : ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Lun 15 Juin - 16:05






Bretteur en liberté

▬ Arsène & Gabriel, équipe de choc ▬


Keep on dreaming, don’t stop breathing, fight those demons. Sell your soul, not your whole self If they see it when you’re sleeping, make them leave it. And I can’t even see if it’s all there anymore so. ▬ AFRAID


Arsène grogne.
Un golem sombre vole près de son oreille, porteur d'un message urgent — merci au grand intendant. Il passe une main agitée dans ses cheveux avant de se lever. Il déroule son corps de géant, chacune des vertèbres se redressant avant de tomber parfaitement à sa place. Il se tient droit devant son bureau, le regard fatigué.  
Ses yeux aconit glissent sur son collègue installé un peu plus loin. Il n'y a pas besoin de dire grand chose, ils ont tous les deux entendus ce qu'ils devaient faire. Situation critique qu'il a dit. Pas le temps de discuter.

Il se met en marche — de trois grandes enjambées il traverse la pièce. Ses mains volent, connaisseuses, à la recherche de ce dont ils auront besoin sur le terrain.
Rubans blancs bientôt tachés de sang.
Seringues et drogues.
La panoplie du parfait infirmier. eh. Il ne sait pas quoi prendre de plus, aucuns détails ne leur a été communiqués. Ils se lancent dans le vide, peut-être sous équipés. Ils n'ont pas le temps de réfléchir.
L'horloge tourne, moqueuse.

Ils quittent les lieux pour de nouvelles contrées.
Cambridge, il n'y a encore jamais mis les pieds.
Leurs pas se font rapide, son collègue trottine à ses côtés — le golem s'agite devant eux, ses ailes battant fébrilement. Il semble vouloir augmenter la cadence — vite, vite, il faut se dépêcher. Qui sont-il pour dénier les souhaites de ce petit être mécanique, simple incarnation d'angoisses proprement humaines ?  
Gauche.
Droite. Droite.

Ils arrivent enfin sur les lieux du crime de la bataille.
Ce n'est pas difficile à deviner — outre l'agitation renouvelée du golem.
Bâtiments partiellement détruits. Son regard perçant discerne sur le sol des traces d'hémoglobines — rien d'étonnant.
Il ne peut empêcher ses prunelles de s'écarquiller en voyant ce qui se présente à lui.
Une jeune fille en pleine santé.
Un homme qui semble capable de tenir sur ses jambes.
Un homme à terre.
Et puis.
Une chose.

Il frissonne.
Il sort de sa zone de confort.
Les plaies ouvertes, il connait.
Les os brisés, il connait.
Les membres amputés, il connait.
Mais cet amas de- il ne pourrait même pas qualifier ce- cette-. Il reste figé un instant, n'arrivant pas à se mouvoir. Pourtant on a besoin de lui, ce n'est pas pour rien que l'uns d'entre eux à demandé une aide médicale d'urgence.
Arsène soupire. Il ferme les yeux un instant, se re-centrant.
Il se concentre sur ce pourquoi il se trouve à Cambridge. Soigner des gens — ses collègues exorcistes. Et cette femme — peut-il réellement la qualifier ainsi ?, semble être celle ayant besoin de soins les plus pressant. Il déglutit avant de s'avancer, remarquant au fil de sa marche la hauteur de la jeune fille — presque sa taille. Une chose nouvelle. Il est habitué à dominer. Enfin. Là n'est pas la question.
Son regard se fait plus dur, sa moue pincée.

— « Que fais-tu encore debout ? » aboie-t'il à la femme-mécanique.  

Arsène arrive en face d'elle et l'observe d'un oeil critique.
Il n'a bien évidemment pas raté le membre inutile qui pend à la place du bras de la jeune femme. Il s'en occupera après. Ce qui semble être des — choses ? antennes ? mandibules ? ayant été arrachées l'inquiète au plus haut niveau.
Il pose précipitamment ses affaires sur le sol, farfouille un instant avant d'en sortir de l'ouate, une bouteille d'alcool ainsi que de l'huile de pavot.
Il soupire, avant de relever sa tête, tombant nez à nez avec sa patiente.

— « Je ne peux pas te donner quoique ce soit contre la douleur tant que je n'ai pas inspecté la blessure dans ta- herm. » finit-il misérablement se rendant compte que la chose n'a pas de bouche à proprement parler. Quelle patiente difficile eh. A-t'elle seulement de la salive pour lui permettre de cicatriser ?? Nouveau soupir, il se met au travail, désinfectant la plaie du mieux possible. « Tient ça devrait aider à amoindrir la douleur » dit-il tout en plaçant le goulot de la bouteille d'huile dans ce qu'il pense être l'orifice servant de bouche à ce monstre.

Il s'éloigne d'un pas, observant la jeune femme dans toute sa gloire.
Outre son bras dans un bien piètre état, il ne saurait dire si elle est blessée à d'autre endroit. Quelle patiente difficile, vraiment.
Il se décide finalement, plaçant ses mains contre ce qu'il supposait fortement être la cage thoracique de la chose — elle avait quand même une physionomie plus ou moins proche de l'humain. Il aurait préféré faire cet examen à même la peau, mais il n'allait pas lui faire cette offense. Ils étaient en public après tout.

— « Ce que je vais te demander va te paraître stupide, mais j'ai besoin que tu me dises si tu as plus mal lorsque je touche. » souffle-t'il.

Il ose un regard vers le membre blessé.
Elle ne va pas sentir grand chose avec ça, mais il préférait vérifier qu'elle n'avait pas de côte cassée — elle n'était plus à ça prêt.
Arsène soupire une dernière fois.
Arsène fait courir ses doigts le longs de ses côtes d'un geste assuré.





avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Lun 15 Juin - 16:10












« On ne guérit d’une souffrance qu’à condition de l’éprouver pleinement. » ▬ Marcel Proust




Je clos doucement mes paupières. Dans cette obscurité soudainement, mes sens s’éveillent, s’aiguisent, parés à percevoir le moindre danger. J’inspire calmement, humant doucement les différents parfums transportés par l’air. Au même instant, j’écoute avec attention ces scènes qui défilent autour de moi. Cependant, ce qui retient le plus mon attention, c’est cette alarme qui retentit dans mon esprit. Ce son profond et terrifiant qui me fait comprendre qu’une menace me guète. Lentement, un souvenir surgit, à la manière d’une vague qui roule, puis s’abat mélodieusement sur la plage. Ce souvenir, est neuf, frais ; c’est celui de la mission qui nous a été confié. À l’exception d’un fait, c’est pour moi, une mission comme une autre. Mon but est, et reste le même.
Je rouvre à nouveau mes yeux pour observer  ce qui se présente à moi. Cela fait à présent combien de temps que je n’eus la chance, ou peut-être même la malchance, d’aller à l’extérieur de la sombre Tour ? Mais peu m’importe. Ma concentration est seulement focalisée sur la raison de ma venue. Accompagné d’Arsène, cet autre infirmier avec lequel je partage la même addiction au sucre, je me presse vers le lieu où s’était déroulé le combat. Transportant l’un l’autre notre équipement nécessaire aux soins, nous suivons avec attention le golem qui nous servait de guide.

Une fois arrivé, mon regard, tel un éclair qui déchire le ciel, parcourt les décombres, pour ensuite venir se fixer sur les corps présent. Un lent frisson parcourt mon échine à la simple pensée de ce qui a pu se dérouler. Je laisse à nouveau un soupire s’échapper d’entre mes lèvres, avant d’aller rejoindre l’un des blessé. Arsène s’approche de la fascinante jeune fille insecte que j’avais déjà pu apercevoir dans les couloirs de l’Ordre. Quant à moi, c’est vers un jeune homme aux yeux écarlates que je me dirige. Posant mon regard sérieux sur lui, je lui souris calmement, dans un geste se voulant rassurant. Etouffant ma propre anxiété naturelle, je rentre définitivement dans mon rôle. D’un rapide coup d’œil, je peux aisément remarquer d’où proviennent ses blessures ; sa main, mais surtout de son torse. Au vu de son maintien, ses dommages doivent être d’ordre interne. Le soigner dans ces conditions, risquait d’être assez contraignant. Néanmoins, j’allais faire de mon mieux pour qu’il tienne le temps de retourner à la Congrégation.

« _ Pour que je puisse vous soigner, il va falloir que vous vous allongiez. Je m’excuse par avance, de la douleur qui pourrait survenir. »

Une fois cela dit, je l’aidais à s’exécuter. Malgré ma nature compréhensive, je n’attendais  point son accord fasse à ma décision. Sa santé était ma priorité. Si je n’agissais pas maintenant, des complications irréversibles pourraient surgir ; ce n’était pas le moment de jouer au soldat ou au héros. Délicatement, je posais mes mains gantées sur sa cage thoracique. Par des petits mouvements, j’analysais à quel niveau pouvaient être les fractures possibles. Ses réactions étaient suffisantes pour me guider comme il se fallait. Cependant, comme je m’y attendais, cela ne se présentait pas la meilleure façon qu’il soit. Je regardais mon patient dans les yeux, et lui expliquait simplement.

« _ Cela va très certainement vous sembler évident, mais il ne faut en aucun cas que vous fassiez le moindre mouvement brusque. Vous avez une côté brisée. Je vais vous administrer des antalgiques, ainsi qu’appliquer des bandes de maintien autour de votre torse, le temps que nous vous ramenions. Pendant ce temps, il va falloir que vous respiriez profondément. Cependant, pour que je puisse mettre ces bandes, il va falloir que vous vous releviez un peu, ainsi que vous retiriez votre haut, le temps que cela soit fait. »

À la suite, je lançais un simple regard à mon collègue, lui aussi occupé, avant de poser pendant quelques instants, mon regard sur la jeune exorciste fleurit, dont le nom semblait être Hereata, ainsi que sur le très célèbre Yû Kanda. À la suite, mon attention revint se poser sur le jeune blessé. Prenant mon matériel, je lui administre avec grand soin à l’aide d’une seringue, ce qui serait plus communément appelé des antidouleurs. Une fois cela effectué, je me mis à agir comme je l’avais expliqué. L’aidant à se relever, ainsi qu’à retirer son haut, je commence à poser les bandes. J’étais bien conscient, que cela n’allait pas annihiler toute présence de sa douleur, mais cela devait le soulager le temps de pouvoir revenir, et lui administrer les soins approprier. Car pour pouvoir correctement le soigner, il me faudrait aussi de la glace, impossible à transporter et ce surtout par un tel temps, à appliquer sur sa côte endoloris. De plus, il ne faut pas qu’il conserve ces bandes trop longtemps. Si elles permettent de fixer la cage, et d’apaiser quelque peu la douleur, à trop long terme, cela pourrait causer l’effet inverse, et devenir nocif. J’espérais pour ce jeune homme, qu’il ne soit pas d’une nature trop fougueuse, car le temps de récupération d’une telle blessure se comptait en mois. Sans évoquer le faite, que sa main, que j’allais par la suite soignée, mettrait aussi un certain temps à guérir.



Gabriel whispers in #009999


Spoiler:
 
L'Ange Souillé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Trouver la paix intérieur
Aime:
N'aime pas: avatar
Gabriel O'KeithL'Ange Souillé


« Ses lèvres étaient telles des pétales de roses, dont on ne pouvait détourner le regard. Délicates et tendres, elles chassaient un sourire après l'autre. Mais bien que scellées, d'elles émanait une douce mélodie semblable à une comptine d'un passé regretté. »



▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 294 ▐ Autres Comptes : ●•Akito/Agito Miyabi •●
Masculin
▐ RPG Age : ●• 21 ans •●
▐ Personnalité : ●•Timide•● ●•Anxieux•● ●•Gentil•● ●• Sugar Addict •●
▐ Parcours RP :
2/3 - Disponible -

●• Gwen || RP || Infirmerie [5] www
●•Nour || Mini-RP || Ordre Noir [3/3] www


Rang E

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Dim 28 Juin - 13:42
Bretteur en Liberté.
feat. des gens louches.

La scène sembla se dérouler hors-du-temps. Comme si maudit temps s’écoulait de manière extrêmement lente. Comme si… Kanda se trouvait dans un autre monde. Probablement que c’était encore un effet du cri de ce marmot. Cet akuma qui paraissait si jeune. Son cerveau aurait presque voulu dire que c’en était vraiment un… Ce n’était rien de plus qu’un monstre. Rien de plus qu’une machine qu’il était obligé de détruire. Tuer probablement deux enfants pour une seconde fois. Pourquoi ? Aussi loin qu’il se souvenait, ça avait toujours été comme ça. La loi du plus fort, c’était elle qui régissait ce monde, qui dirigeait la Guerre Sainte. Et toutes les prochaines guerres. Lorsque Kanda était avec Alma… Là encore il était question de la loi du plus fort. Alma s’était sacrifié pour que Kanda s’enfuit, lui qui aurait du mourir. Et si seulement il avait été « détruit »… Alma serait probablement à une place plus honorable. Et vivant. A cette pensée, le cœur du jeune exorciste se pinça, tandis qu’inconsciemment, il se mit à regarder le sol. Désormais, il pouvait le dire. Ca avait été son âme sœur, dans le sens propre du terme. Mais également un frère. Aussi pénible soit-il. Le revoir, le sauver… Et passer ses derniers instants avec lui – comme si cela avait été une promesse – avait fait remonter une tonne de souvenirs en lui… Cependant, cela lui avait également fait beaucoup de bien. Parce qu’il ne l’avait finalement pas tué. Kanda n’était pas responsable de ça.  

Maintenant, il était mort.

Kanda n’était pas assez stupide pour garder ce transfert sur cet oiseau de mal. Non. Il n’était pas lui avec Alma, ou l’inverse. Il était un ennemi, un assassin, un tueur de masse… Il devait mourir. Il méritait la mort. Plus que n’importe qui.

Animé par la haine, le bretteur serra des poings.

Tout autour de lui, il y avait des mots. Des mots qui tournaient. Des mots qu’il était incapable de comprendre. Soudainement, il avait des vertiges. Et… Ce devait être un nouvel effet secondaire. Comme si on avait appuyé sur une gâchette, non loin de ses oreilles. Elles sifflaient. C’était abominable. Quelques bribes de phrases devenaient perceptible…

« Congrégation » ; « Adieu » ; « Akuma » ; « Assassinés ! » ; « Noés » ; Q.G » ; « Equipe médicale » ; « Douleur » ; « Bandes de maintien »

Kanda se retourna et vit une équipe médicale prendre en charge les deux plus grands blessés. Ses yeux cobalts se tournèrent vers la jeune femme qui les avait sauvés. Il ne lui avait encore rien dit. Il s’approcha le plus naturellement possible d’elle. Lentement. Déglutissant. « Merci. » fit-il simplement. Merci de nous avoir sauvés. Merci d’avoir repoussé l’ennemi. Merci de me ramener à la Congrégation. Merci. Tout simplement.

Au fond de lui, il savait que cela n’allait pas le déranger d’être en équipe avec elle, ultérieurement. Il savait aussi que cette fois-ci… Il avait pris sa décision, et fait son choix. Il ne pouvait plus reculer. Et Kanda Yu ne reculerait plus jamais.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Bretteur en liberté !
Dim 28 Juin - 16:25


Bretteur en liberté


Arthropoda revenait vers eux et malgré ses blessures, restait debout, stoïque. La jeune fille des îles vociférait à l’attention de Nathanael mais ça n’avait que peu d’importance pour Josh. La douleur s’effaça un instant lorsqu’il posa les yeux sur la fille-insecte. On ne pouvait certainement pas la qualifier de belle ou même d’attirante mais le corbeau éprouvait de la compassion pour elle. Son visage était ravagé, l’un de ses bras devenu inutile. Le combat contre l’akuma avait dû être terrible, bien plus que contre le Noé. L’insecte avait sûrement surclassé par le démon qui ne lui avait pas fait de cadeau. Pourtant … Et pourtant. Elle était admirable. Elle avait réussi à mettre le sale gosse en fuite par un bon coup, elle tenait debout, supportant une douleur qui devait horrible. Et elle s’inquiétait pour lui qui, au final, ne s’en tirait pas si mal. Exténué, Josh lui répondit, droit dans les yeux, dans un soupir cachant son admiration : « Je ferai avec, ne t’inquiète pas. » Cela ne voulait dire qu’une chose : "Occupe-toi de tes blessures plutôt que des miennes." Arryn ne pissait pas le sang lui, il ne risquait pas grand-chose si ce n’est un poumon percé dans un mouvement trop brusque. Mais il avait bien trop mal pour bouger ainsi.

Il n’avait pas quitté Arthropoda des yeux mais fut bien obligé de le faire lorsqu’Hereata lui répondit, visiblement peinée de ne pas pouvoir poursuivre Nathanael. Ce qu’il pouvait comprendre. Lui aussi, si son état ne l’empêchait pas de bouger, se serait jeté à la poursuite du magicien, qu’importe le tapis de bonbons qu’il avait placé entre eux et lui. Mais ils devaient se rendre à l’évidence. Le combat était terminé pour aujourd’hui. « Alors nous les éliminerons un autre jour. » la coupa-t-il totalement vidé de toute énergie. Il n’était pas d’humeur à se quereller. « Ils ne me font plus peur. » Arthur n’eut qu’une envie, lui répondre qu’elle devrait pourtant. Mais elle n’était pas lui. Ce n’était pas elle qui venait de découvrir qu’une connaissance plutôt sympathique s’occuperait de lui donner une mort atroce la prochaine fois qu’ils se reverraient. Et bien sûr, elle devait être tellement plus puissante que le simple corbeau qu’il était …

Une dernière menace au magicien qui partait comme si de rien n’était et Hereata eut la présence d’esprit d’appeler des secours. Parce que Josh avait beau dire à la fille-insecte qu’il tiendrait debout, il n’en était même pas convaincu lui-même. En tout cas, pas dans des conditions comme celles-ci. Pendragon arriva à entendre la réponse du Grand Intendant bien que difficilement audible et fut rassuré. Des secours arriveraient au plus vite. Il soupira de soulagement mais le regretta aussitôt. Il s’était fourré dans un beau pétrin …

Un portail de l’Arche apparut rapidement sur la place dévastée et laissa arriver un groupe composé de traqueurs pour sécuriser la zone mais aussi de deux infirmiers qui prirent en charge les deux grands blessés. Le premier s’approcha d’Arthropoda et la regarda avec cet air dégoûté qui fit pitié à Josh. Il lui aurait bien dit de la traiter normalement, elle avait failli mourir après tout aujourd’hui. Et aussi repoussante soit-elle, sa perte aurait été terrible pour l’Ordre Noir. Mais il ne dit rien parce que le second infirmier s’était approché de lui. Mais aussi parce qu’il n’avait pas la force d’élever la voix. Le sourire doux de l’infirmier lui fit un peu oublier la douleur et Josh se dit que ce garçon aux cheveux bleus occupait là sa vocation, il était parfaitement taillé pour s’occuper des blessés. D’ailleurs, il commença de suite à s’occuper de lui en lui demandant de s’allonger, s’excusant même de la douleur qu’il pouvait ressentir. Josh rit doucement, répondant tout en s’allongeant comme demandé. « Ce n’est pas à vous de vous excuser pour ça. » C’était bel et bien Nathanael, ce chien, qui lui avait infligé ça, pas ce gentil infirmier. Il n’y avait qu’une personne qui devait s’excuser mais Josh n’était pas vraiment sûr de vouloir aller réclamer son pardon. Gabriel commença sans un mot l’osculation et Josh fit moins le fier.
Douleur.

Mais c’était une bonne chose. Enfin … Ça permettait à Gabriel de savoir exactement où il avait mal même si c’était si désagréable. Finalement il n’avait pas tort, Josh comprenait pourquoi il s’était excusé juste avant. Enfin, sûr de son diagnostic, l’infirmier lui expliqua comment il allait procéder et Arthur dut le regarder avec un air plutôt désapprobateur. Il lui demandait de s’allonger puis de se relever et d’enlever son haut ? Non mais c’est qu’il avait mal le corbeau. Enfin, c’était un mal pour un bien n’est-ce pas. Ronchonnant un peu pour lui-même, Josh apprécia néanmoins l’aide de l’infirmier -qu’il remercia simplement- puis le laissa commencer son travail. Non il ne jouerait pas les héros insensibles, ce n’était pas son genre. Surtout qu’il n’avait aucun intérêt à faire ça.

Et si un jour il voulait punir le magicien, il lui faudrait être au meilleur de sa forme. Ce qui n’était pas gagné pour le moment. Ce qui l’amena à poser une question bien que chaque mot le faisait souffrir comme jamais. « Et ma main ?» fit-il avec anxiété. Ce n’était pas vraiment une question. Ou plutôt plein en même temps. Qu’est-ce qu’il avait exactement ? Qu’allait faire Gabriel ? Dans combien de temps serait-elle "opérationnelle" ? Parce que oui, avec tout ça, Josh lui-même ne s’était plus préoccupé de sa main. Mais lorsqu’il la regardait, il ne voyait pas que la trace rouge du bout du parapluie de Nathanael. Le rouge avait été remplacé par le violacé et tout semblait lui indiquer qu’il avait aussi des os brisés là-dedans.


Merci Malcolm pour cette magnifique signa *w*
† Pendragon †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa soeur
Aime:
N'aime pas: avatar
Josh A. Arryn† Pendragon †

Josh labhair #663366



▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 131 ▐ Autres Comptes : Seth, Dirty, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Optimiste invétéré !
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Cambridge80pts
Munich100pts
Irlande250pts
Glastonbury60pts
Congrégation40pts
Intrigue Chap. IV180pts
Hors-RP • 160pts

Rang D920 pts
Rang C dans • 130 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Bretteur en liberté !
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Bretteur en liberté !
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Bretteur en liberté !
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» Education et Liberté
» Citations de personnes célèbres sur la Liberté.
» La liberté du Marchombre.

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Royaume-Uni-
Sauter vers: