Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Mar 2 Déc - 20:49
Fire & Ice
feat. E. Bookman
Je suis au cœur des Enfers. A. V. Rockwell

La nuit avait été douloureuse. Courte. La migraine ne voulait pas partir, et Morphée s’était enfuit. Il avait couru comme jamais dès lors qu’il avait compris ; toute cette douleur. Alexander ne pourrait pas se reposer contre lui. Ce fut le lendemain, qu’il ouvrit les yeux. La puissante lumière qui filtrait à travers la fenêtre le réveilla ; non sans douceur. Plusieurs fois de suite, il cligna des yeux… La migraine l’avait quitté. Etonnement. Soupirant, le jeune homme, partiellement nu, se plaça sur le dos ; une main sur ses yeux. Dormir, il voulait encore dormir.

Déglutissant ; il tenta de se rappeler la veille. Ah oui. Une même soirée depuis qu’il avait revu Rayn. Et ce, pour la toute et réelle dernière fois. Cela faisait il ne savait combien de jours… Peut-être une petite semaine. 5 jours ? Qui sait. Qu’il buvait chaque soir ; qu’il se saoulait ; chaque soir. Tant il souffrait. Il noyait son chagrin dans l’alcool et les cigarettes : jetant par les fenêtres, les économies de ses parents. Il s’en fichait ; finalement. Puisqu’il n’était qu’un bon à rien : un gamin. Comme Elle disait. Un enfant. Tssch ! Il allait lui en faire voir ! Tiens ! De toutes les couleurs.

Nouveau sanglot le prit. Peu importait sa main, le jeune homme ne pouvait pas les empêcher de couler ; malheureusement. Elles roulèrent sur ses joues, de travers, et atterrirent finalement sur les draps purs. Blancs. Immaculés. Il tenta de respirer ; mais sa cage thoracique était encore secouée par la tristesse qui ne le quittait plus. Pourquoi diable fallait-il qu’il soit si émotif ? Il essuya ses larmes ; déterminé.

Alexander trouva une idée. Il se lava, prenant une douche, remit ses vêtements de la veille et sortit de l’auberge dans laquelle il siégeait depuis quelques jours. Les mains dans les poches et la cigarette aux lèvres, il s’empressa de trouver une boutique. Il était peut-être près de midi. Peut-être même que cette heure était passée : peu importait. Le jeune homme entra dans une bijouterie. L’anglais aperçu un pendentif en forme de clé et la prit. Il avait sa solution. Son symbole ; ce qui allait le sauver. Par la même occasion, il acheta une chaîne pour aller avec et enfila immédiatement le bijou qu’il cacha derrière sa chemise. La froideur du fer le fit frissonner. Mais Alexander se sentait soudainement mieux.

Cette clé… Elle représenterait ce coffre entier d’émotions, de sentiments et de ressentis qui le bloquait. Elle représentait. C’était désormais le cas. Il se sentait soudainement allégé, mieux. Au revoir, Rayn. Adieu. Au revoir. Adieu ; Spleen. Bonjour froideur et indifférence. Il était enfin sauvé. Il était enfin sauvé ! Tout n’était que psychologique. Mais c’était si bon ; de se sentir vivant. Cette clé argentée… Le sauvait réellement. C’était miraculeux. Fou.

L’anglais tira une cigarette de son paquet de cigarettes neuf. La porta à sa bouche, et la positionna entre ses lèvres. Cependant, lorsqu’il voulu l’allumer, il remarqua qu’il n’avait plus d’allumettes.

« Fichtre. » fit-il pour lui-même.

L’exorciste chercha du regard s’il n’y avait pas quelqu’un. Vêtu des habits de civils, car toujours pas rentré de son « congé », il aborda un homme au hasard ; cigarette au bec.

« Excusez-moi, vous n’auriez pas une allumette, s’il vous plaît ? » demanda-t-il, après avoir reprit sa cigarette en main.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Dim 7 Déc - 22:45

Feu


" Une étincelle peut mettre le feu à la plaine. "


La guerre, l'Ombre, les morts, encore et toujours, telle une boucle infinie. Partout où je pose le pied, chaque ville que je visite, chaque personne que je rencontre est touchée de près ou de loin par cette réalité. L'humanité est un fléau pour elle-même, je ne peux même pas l'avoir en pitié. Les hommes récoltent ce qu'ils ont semé et depuis le bas-fonds de leur monde qui périt, je vois ce qu'ils préfèrent cacher aux yeux de tous. Voilà seulement deux jours que je suis arrivé à Paris et pourtant, la ville semble cacher de nombreux secrets. Des incendies à répétition, espacés sur de longs mois. Je ne suis pas un enquêteur, mais l'histoire se devait de connaître la raison de ces actes assassins. ... Pour l'humanité.


Ici, les étés étaient chauds, mais en rien comparables à ce que la Mémoire de l'Ombre avait pu affronter lorsqu'il était enfant. Ici, les bâtiments étaient hauts et permettaient de casser une bonne partie des rayons de soleil. En début de mâtiné ou en fin de journée, les ruelles parisiennes étaient plutôt fraiches ; même si celles de la Bute de Montmartre se relevaient être plus exposées au soleil. Néanmoins, n'allons pas comparer ce qui n'était pas comparable. Constantinople était une ville du Sud, pauvre et subissant des températures excessivement chauds ; alors que Paris était bien plus riche et située au Nord du globe. Enfin, ce n'était pas comme si le richesse d'une ville allait faire en sorte que celle-ci ait des températures plus agréables. Impensable. Mais il était étrange de noter que la plupart de ces pays se trouvaient dans l'hémisphère Nord : à croire que les personnes aisées n'aimaient pas la chaleur.

Pourtant, il y avait tant de choses à découvrir dans les plus sombres recoins de ces pays faits de sable et d'or. Des choses que l'humanité ne prendrait même pas en compte. Trop futile, matérialiste ; même pour les hommes vivants dans ces contrées. Il n'y en avait pas un pour rattraper l'autre. Lui n'était plus homme, mais Ombre ; et ce, depuis le jour de sa naissance. Gölge.

Deux jours, voilà deux jours qu'il avait plié bagage ici. Pour combien de temps ? Lui même ne le savait pas. Comme à son habitude, la Mémoire de l'Ombre travaillait plutôt de nuit, lorsqu'elle était omniprésente, prête à conquérir le cœur des hommes.

Les bohèmes de Paris étaient bruyants, des artistes, qui vivaient autant la nuit que le jour. Après seulement une nuit passé à leurs côtés, Elias ne sut dire où ils trouvaient toute cette énergie. De mauvaises langues auraient répondu qu'à force de boire, leurs esprits étaient corrompus, aliénés. Où était la vérité ? Il n'aurait su dire et d'une certaine manière, ce n'était pas ses affaires. Ils continueraient leur vie sans lui ; il ferait la sienne sans eux. Tout ce qu'il cherchait, c'était des informations ; et pour en avoir, il en avait eu ! Les français étaient bavards, en régle générale, pas seulement eux. Mais rien qui ne sortait de leur bouche n'intéressait la Mémoire de l'Ombre. Après deux jours passés dans la capitale, il ne savait toujours rien ; comme si l'humanité prenait fin ici.

Enfin, tout n'était qu'une question de temps.

L'air fatigué, au petit matin, le bookman décida alors que la journée prenait fin maintenant. Il avait posé bagages dans une auberge qui louait des appartements à la nuit et pourrait ainsi partir, dès qu'il le désirerait. Enfin, pour le moment, son programme était compromis par l'intervention incongrue d'un anglais à la mine fatiguée.

" Excusez-moi, vous n’auriez pas une allumette, s’il vous plaît ? "

Presque surprit de la carrure du jeune garçon, le vieil homme arqua un sourcil tout en stoppant sa marche. Sans doute n'était-ce qu'un de ces poètes, qui avait tout quitté de son ancienne vie pour aller se perdre dans les bas-fonds de Montmartre. Dans ce lieu dé dépravation.

" Il est curieux de voir un fumeur demander du feu. " ne put-il s'empêcher de soulever, avant de rétorquer, " As-tu seulement l'âge de fumer, gamin ? "

Ce n'était pas ses affaires, bien sûr que non. Mais depuis que Rayn - ou Leo - n'était plus à ses côtés, les remarques moralisatrices n'étaient plus de mises. Mettant une main à sa poche, la Mémoire de l'Ombre sortit à son tour une cigarette, puis un petit paquet rectangulaire.

" Enfin, ce n'sont pas mes oignons. "

Ceci dit, il craqua l'une des allumettes : et le feu jaillit. Tout d'abord, il alluma la sienne, avant de s'adosser au mur, puis de jeter le paquet au gamin. Qu'il essaye de s'enfuir avec, et c'est une torgnole en pleine tronche qu'il se prendrait.

Une dernière cigarette, puis la sommeil le gagnerait jusqu'à la tombée de la nuit.




Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Lun 8 Déc - 18:16
Fire & Ice
feat. E. Bookman
Je suis au cœur des Enfers. A. V. Rockwell

Si seulement il l’avait vu venir ; celui-là. Cet homme. Si seulement il avait su ; Alexander ne lui aurait rien demandé. Lorsque l’homme en question – à qui il venait de demander une cigarette – se retourna : l’anglais fut surprit. Sa bouche s’entrouvrit légèrement et ses yeux clignèrent plusieurs fois. Qui diable était-il ? D’autant plus pour avoir son « style » vestimentaire là. Si Alexander ressemblait à un aristocrate fauché… Lui ressemblait bien à un homme vivant dans les rues ; vivant dans l’Ombre. Il ressemblait beaucoup à ceux des bas-fonds des villes : ceux qui sont trop pauvres pour quoique ce soit.

Le regardant plus attentivement : son attention fut rapidement captivée par tous ses tatouages ornant sa peau et cette boucle d’oreille qui pendait. Rapidement, le poète ne pu s’empêcher de détourner le regard. Quelques secondes ; juste un peu de répit. Lorsqu’il le regarda à nouveau ; tandis de soutenir son regard sombre, quasi animal, l’exorciste se prit une remarque en pleine tête – sans compter le sourcil qui s’était levé de surprise. Valshe n’avait rien manqué à sa réaction et il était bien trop détruit pour se défendre.

« Il est curieux de voir un fumeur demander du feu… As-tu seulement l’âge de fumer, gamin ? » Ok. Ok. Là, il avait une raison de se défendre. Pourquoi tout le monde le traitait-il de gamin ? Sérieusement ? Il n’avait rien fais pour mériter ça ? Soupirant ; tentant de jouer la maturité ; Alexander demanda avec franchise et presque indifférence. « Pourquoi diable tout le monde pense que je suis un gamin ? » Quand bien même la question s’adressait à tout le monde, c’était bien à ce tatoué que l’anglais posait sa question.

Pour une fois, il avait envie de savoir pourquoi on le rabaissait sans cesse. C’était un homme bon sang ! Il avait 18 ans et combattait les Créatures du Comte ! Enfin… Il était censé. Mais Rayn avait totalement réduit en miettes sa motivation, hormis celle pour fumer et boire. Cela faisait de lui un homme, n’est-ce pas ? « Après tout, ce n’sont pas mes oignons. » avait-il rajouté.

Oui, enfin… A quand les allumettes ?

Il avait sortit une cigarette et venait de l’allumer. Attends… Il n’allait jamais l’avoir son allumette ? Vu la leçon de morale, Alexander méritait sa saloperie d’allumette ! Il méritait de fumer. Après tout ce qu’Elle lui avait dit. Il méritait de se tuer à petit feu. Finalement, il s’adossa au mur et jeta la boîte d’allumette au jeune homme. Ses yeux s’illuminèrent presque lorsqu’il put en craquer une et allumer cette fichue cigarette. Le poète glissa une main dans sa main, après avoir porté la cigarette à sa bouche, et tandis le petit paquet à l’inconnu qui venait de le dépanner.

« Merci. » fit-il.

Il tira sur sa cigarette, lentement ; comme s’il cherchait à savourer un maximum et – après avoir aspiré un peu de fumée – souffla le reste. Cela lui fit un bien fou ; plus qu’il ne l’aurait pensé. Alexander se tourna vers l’inconnu et lui demanda ; « Pourquoi vous êtes vous fais tatouer ? »

Ce fut la seule question trottant dans sa tête dont la réponse l’intéressait vraiment, et dont il ne connaissait tout simplement pas cette dernière. La curiosité est un vilain défaut comme on dit. Valshe voulait un peu de compagnie.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Jeu 11 Déc - 1:01

Enfant


" L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant qui vivait en lui et qui lui manquera beaucoup. "


C'est bien ma veine, ça, de tomber nez-à-nez avec un gamin alors que je comptais aller me coucher. C'est qu'il me ferait presque pitié, avec sa cigarette qui n'attendait qu'à être allumé. Si je n'avais pas été fumeur, moi aussi, j'aurai sans doute continué mon chemin après l'avoir envoyé bouler, mais j'étais en mesure de comprendre son désespoir. Pour le reste de la population, ce n'était qu'un moindre mal et pourtant, le simple fait d'allumer une cigarette semblait capable d'éloigner tous les maux. Était-ce pour ça que je m'étais mis à fumer ? ... Faut pas charrier non plus.


Tandis que le jeune garçon posait sa question à son interlocuteur, ce dernier n'avait pu s'empêcher de le fixer dans son intégralité. De la même manière dont il toisait le monde, jour après jour : sans aucun grand intérêt. Le jeune garçon, avec son anglais irréprochable, n'était sans doute pas français et, encore moins bohème, malgré sa tête à coucher dehors. D'une certaine manière, on aurait presque dit qu'il avait volé des habits à une quelconque riche personne, mais Elias savait mieux que personne que l'Ombre pouvait frapper n'importe qui, n'importe quand, et n'importe où. L'inconnu ne faisait sans doute pas exception à la règle. Qu'avait-il perdu ou vu pour se retrouver dans un état pareil ? Allez savoir, dans tous les cas, il s'en fichait.

Néanmoins, face à la première question de la Mémoire de l'Ombre, l'inconnu à la tignasse noire poussa un soupir, comme si son intervention l'avait blessé. Ou tout du moins, qu'il était las d'entendre ce genre de choses.

" Pourquoi diable tout le monde pense que je suis un gamin ? "

Roulant des yeux sous la lassitude, c'est à ce moment que le vieil homme décida de s'accouder au mur le plus proche, sur l'une des affiches grossièrement collée-décollée sur ce dernier.

" P't'être bien parce que t'en es encore un. "

Malgré son air légèrement hautain, le vieil homme se reprit rapidement en clamant qu'après tout, ce n'était en rien ses oignons. Malgré ses airs bourrus aux premiers abords, Elias n'était pas un mauvais bougre pour autant. Après s'être allumée une cigarette, il n'hésita pas à lancer sa boite d'allumettes au jeune garçon. Se faisait-il pardonner de ses paroles quelques peu malvenues ? Pas le moins du monde. Il se contentait juste de venir en aide à un gamin qui en avait besoin. Dès que cet échange serait terminé, il l'oublierait ; car il n'était même pas une tâche d'encre pour l'histoire. Tout du moins, c'était ce qu'il pensait.

" Merci. " fit-il, avant de le toiser un long moment, " Pourquoi vous êtes vous fais tatouer ? "

Quelque peu surprit, le turc tourna à nouveau la tête en direction de son interlocuteur, les paupières lourdes de lassitude. Eh bien, on pouvait dire qu'il n'y allait pas avec le dos de la cuillère celui-là. L'archiviste laissa un léger silence s'installer, avant qu'il ne lui crache sa fumée noire comme un dragon courroucé.

" Voilà une question singulière pour un parfait inconnu, qui plus est pour un enfant insouciant. " pesta-t-il de sa voix de contrebasse éventrée, " N'as-tu pas peur d'emporter la réponse dans ta tombe ? "

Durant un long instant, le regard sombre du maître fixa celui du plus jeune, avant qu'un épais nuage de fumée ne s'échappe de ses lèvres. Ce n'était pas une menace, simplement une façon de connaître les réactions du jeune homme. Il aurait pu démarrer au quart de tour et l'attaquer, comme fuir à toutes jambes. Qu'en serait-il de cet inconnu ? C'est alors que, sans lui offrir la moindre réponse, il lui posa une question à son tour. Une vraie, cette fois-ci.

" Que fait un aristo' comme toi dans les bas-fonds de la capitale ? "

Après tout, un bookman posait beaucoup de questions ; mais assurément, ne donnait que très rarement des réponses. Elias n'était qu'une ombre, et le jeune garçon aurait tôt fait d'oublier cette rencontre. Tout comme lui.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Jeu 11 Déc - 21:54
Fire & Ice
feat. E. Bookman
Je suis au cœur des Enfers. A. V. Rockwell

Lui aussi c’était mis à penser que c’était un gamin. Dieu que c’était horripilant ! Mais c’était l’Alexander du passé. Aujourd’hui, face à ce vieil homme qui semblait sortir de l’Ombre, et même d’un asile psychiatrique, l’ancien-aristocrate haussa simplement les épaules. Il n’avait ni l’envie ni la force de lui tenir tête et encore moins de lui lâcher un argumentaire pour lui prouver qu’il était devenu homme. Il porta la cigarette à sa bouche et en tira une bouffée. Qu’il finit par recracher… Nonchalamment. La nicotine lui faisait du bien ; elle lui permettait de se calmer et de … respirer enfin. En contrepartie, il risquait un cancer des poumons, majoritairement, et encore bien d’autres soucis. Mais peu importait. Plus vite il en avait terminé et mieux c’était. Cette Guerre ne prendrait probablement jamais fin aussi longtemps qu’il vivrait.

Alors à quoi bon ?

Il avait le cœur en miettes, et l’âme lacérée. A quoi pouvait-il être bon ? Il y songea, après lui avoir posé sa question. Pourquoi s’être fait tatouer ? Est-ce qu’il y avait un message derrière tous ces traits noirs ; où bien était-ce simplement ce qu’il était ? Qu’est-ce que tout ça était d’ailleurs ? Qui était-il ? Que faisait-il là ? Pourquoi Alexander était tombé sur lui et pas quelqu’un d’autre ?

Tout aurait été plus simple. Si seulement il avait su. Si seulement il avait pu deviner que cet homme ne lui apporterait que de la surprise… Il aurait fait demi-tour.

Evidemment, l’homme ne répondit pas à sa question. Il lui cracha simplement sa fumée au visage. Cette merde brûlait les yeux. « Voilà une question singulière pour un parfait inconnu, qui plus est pour un enfant insouciant. » Alexander le regarda simplement. Contenant sa colère. « N’as-tu pas peur d’emporter la réponse dans ta tombe ? » L’anglais esquissa un maigre sourire tandis que ses yeux criaient toute leur tristesse. Si seulement lui savait ce qu’il avait vécu. Oh s’il savait. « J’ai connu la mort de manière précoce. Je ne la crains pas. Je ne suis pas un gamin. » fit-il, froidement. Presque agressivement. Il se contenait tellement qu’il du tirer une latte de sa cigarette pour calmer ses nerfs. Tout ça n’était que psychologique. Il le savait. Et pourtant…

Leurs regards ne se lâchèrent pas. Inexorablement, il semblait qu’ils se regardaient dans le blanc des yeux. Et pourtant… Tout ceci n’était qu’un défi. Celui d’affronter l’autre. D’affronter la vie telle qu’elle était réellement. Finalement ; la voix de l’inconnu s’éleva. Une question. Sans même avoir répondu à sa question. « Que fait un aristo comme toi dans les bas-fonds de la capitale ? » désirait-il savoir ou bien fuyait-il simplement l’autre question ?

Valshe détourna naturellement le regard. Il regarda tout simplement ailleurs, réfléchissant et fumant sa cigarette. Une fois encore ; il en tira une bouffée. Qu’il recracha dans un souffle. Déjà, il aurait fallu qu’il sache s’il était véritablement un aristocrate ou bien... S’il ne faisait plus partie de ce rang. Pour ses parents devraient-ils le rester ? Ne vivait-on pas que pour soi-même ?

« Vous êtes de la police ? » rétorqua-t-il finalement. Puis il esquissa un sourire et répondit à sa question. « L’aristo est là parce qu’il avait besoin de se dépayser. Et vous ? Vous êtes chez vous dans ces bas-fonds, ou bien vous venez d’ailleurs ? » Il marqua une pause. « Laissez-moi deviner. Vous n’allez pas répondre ? » le provoqua-t-il gentillement.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Jeu 18 Déc - 12:28

Interrogation


" Apprends avant toute chose l'interrogation : elle tempère l'émerveillement. "


J'aurai dû mettre un frein à ses questions et son arrogance tout de suite, tant que j'en avais encore l'occasion : je n'étais pas son ami, encore moins quelqu'un à qui il pouvait parler de la sorte. Pour qui se prenait-il ? Enfin, à force de voyager, j’avais fini par comprendre que parfois, les pires raclures ne faisaient pas parti des bas-fonds. Si l’humanité était perdue, ce n’était pas à cause des mafieux, des bohèmes et des pauvres en règle générale, mais bien à cause de la « haute société » ; eux qui avaient volontairement décidé de tourner le dos aux autres, de les négliger, les trainer plus bas que terre. Qu’est-ce que je pensais de ce petit aristo là ? A dire vrai, je n’avais pas vraiment d’avis particulier à son sujet ; ce n’est pas à moi de juger s’il était bon ou mauvais, ce n’était qu’un gamin, peut-être moins chanceux que Rayn. Juste un garçon un peu perdu.


Comme à sa grande habitude avec les civils, le vieil homme répondait aux questions sans vraiment donner de véritable réponse ; après tout, à quoi bon ? La plume n’avait aucun compte à rendre avec les tâches d’encre ; c’était eux qui faisaient les mots, lui ne devait que les tracer. La plupart de la population ne pouvait pas comprendre le travail des archivistes, qui ne consistait qu’à rester dans l’ombre, à attendre que les évènements se fassent, sans jamais vraiment intervenir. Ils n’avaient pas de vie à proprement parler, comme une plume mouvante, capable d’opinions et d’agissements, mais qui ne trouvait aucun intérêt à réagir. Ils n’étaient pas des monstres pour autant, n’étaient pas censés intervenir, mais nombreux ne pouvaient laisser un enfant mourir entre leurs doigts, par exemple. C’était ainsi que la galloise était devenue l’apprentie de celui qu’on appelait aujourd’hui Elias. Un destin fort cruel, quand on y songeait un peu plus ; mais aujourd’hui, malgré tout ce qu’il pouvait dire à son sujet, jamais le vieil homme n’aurait pu imaginer vivre autrement.

En attendant, son interlocuteur se tenait toujours là, peu décidé à partir pour lui rendre sa paix. Il le toisait de son air presque hautain et de sa gueule de six pieds de long ; puis il lui posait des questions, tellement d’interrogations trainaient dans sa petite tête vide ! Il n’y avait vraiment pas idée d’autant casser les pieds à quelqu’un, surtout à une personne qui avait veillé toute la nuit et qui avait bien voulu lui offrir du feu.

" J’ai connu la mort de manière précoce. Je ne la crains pas. Je ne suis pas un gamin. "

Cherchait-il à se prendre une claque, le jeunot ? Ou peut-être voulait-il avoir une médaille pour avoir affronté la mort ? Se croyait-il le seul et l’unique à avoir perdu des autres chers ou avoir été battu à mort ? Avec son ton froid, presque agressif, il avait tout d’un chien prêt à mordre, mais qui serrait les crocs pour éviter de laisser ses pulsions prendre le dessus. Et là, cela se manifesta par une fumée qui s’échappait de sa bouche, tout en plongeant son regard dans le sien. Il semblait suffire de briser ce contact pour lancer la bête ; et le maître joua de ça.

" Affronter la mort ne fait pas de toi quelqu'un de plus grandis. "

Ce n’est qu’après lui avoir imposé cette évidence que la Mémoire de l’Ombre lui posa une nouvelle question ; s’intéressant à son petit côté aristocrate. C’est à ce moment que le jeune garçon finit par détourner le regard, comme si cette question l’avait touché au plus-profond de son être. Peut-être avait-il perdu toute sa fortune, ou que sa vie de poète ne lui sciait guère. Dans tous les cas, ce n’était pas vraiment son problème, après tout, il ne pouvait rien faire pour changer le cours de sa vie. Il n’était qu’un peu d’encre dans l’immense livre de la vie ; il ne lui apprendrait sans doute pas grand-chose. Rien qui ne puisse être écrit.

A moins que ?

" Vous êtes de la police ? " fit-il avec bêtise, " L’aristo est là parce qu’il avait besoin de se dépayser. Et vous ? Vous êtes chez vous dans ces bas-fonds, ou bien vous venez d’ailleurs ? Laissez-moi deviner. Vous n’allez pas répondre ? "

Encore des questions, toujours ; jamais il ne se taisait ? Durant quelques instants, le bookman resta silencieux, avant de finalement écraser sa cigarette sur le mur, puis de jeter le mégot à la tête de celui qu’il considérait toujours comme un « gamin ». Décidément, il lui courrait sur le système celui-là, un peu comme Rayn ; à croire que tous les jeunes adultes étaient des têtes à claques.

" As-tu seulement déjà vu un policier avec mon allure ? " fit-il d’un ton neutre, " Si je ne réponds pas à tes questions, c’est simplement parce que je ne trouve aucun intérêt à le faire. Qu’est-ce que cela changerait pour toi si je te répondais ? "

Cette fois-ci, le vieil homme avait posé cette question sans avoir d’arrière-pensée. Si la Mémoire de l’Ombre posait des questions, c’était pour remplir les archives de l’histoire, pas par curiosité, alors que les homes.. C’était futile, risible.

" Mais tu dois bien te douter que je ne suis pas d’ici, petit. "

Voilà tout ce qu’il pouvait lui dire ; tout du moins, pour le moment. Les bras croisés, le turc reporta alors son attention dans la rue, tandis que des personnes encore éméchées la remontaient en leur direction. Ils faisaient du bruit, beaucoup trop ; enfin, il faisait partie de leur onde, jamais ils n’iraient s’en prendre à lui, ne le regarderaient sans doute même pas.

L’artisto, par contre..





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Mar 6 Jan - 20:09
Fire & Ice
feat. E. Bookman
Je suis au cœur des Enfers. A. V. Rockwell

Le vieux n’avait de cesse de contredire l’ancien aristocrate. Toujours à le rabaisser à un niveau plus qu’inférieur. Qu’en savait-il, lui ? L’avait-il connu, la Mort ? Lui avait-il fait face ? Alexander avait vu son apparence ; et tous ces démons étaient désormais ses cibles. Il n’aurait de cesse que de venger ses parents. Durant toute sa vie entière ; il tuera les Akumas, il les tuera pour eux. Ce ne sera jamais assez. Toute sa vie, il tuera sans que jamais cela ne suffise…

Le regard clair d’Alexander se fit plus dur. Il n’en pouvait plus de cet abruti qui ne faisait que le contredire. Il n’en pouvait plus de sa supériorité. Il voulait simplement qu’on le respecte ; il voulait simplement montrer qu’il n’était pas un enfant mais chaque fois qu’il tentait sa chance de se faire accepter tel un homme… On lui coupait les jambes et le rabaissait plus bas que terre. Comment pouvait-il donc faire ? Face contre terre ; écrasé par un poids supérieur à sa force ?

« Tais-toi. » fit-il froidement, abandonnant sa politesse par la même occasion.

Cela suffisait. Alexander n’en pouvait plus de se laisser marcher sur les pieds. Il n’en pouvait plus qu’on le traite comme un moins que rien sans s’en mordre les doigts. L’enfant n’était plus, bon sang ! Il était un homme ! Âgé de 18 ans. C’était ainsi et pas autrement.

Après lui avoir retourné sa question… Alexander savait pertinemment que l’homme ne lui répondrait pas. Après tout ; il ne savait rien de lui et évitait toujours les questions. C’était soit un homme coupable, soit un homme qui n’avait rien à dire. Soit, comme il le fit remarquer en lui répondant ; « Si je ne réponds pas à tes questions, c’est simplement parce que je ne trouve aucun intérêt à le faire. » En toute vérité, Valshe eut du mal à accuser le coup. C’était assez difficile d’encaisser pareille réplique. Cet homme semblait être aussi froid que la glace.

Avant ça, l’homme avait terminé sa cigarette, éteint son mégot et l’avait jeté au visage de l’ancien-aristocrate. Ce dernier l’avait attrapé au vol, et l’avait écrasé dans sa main avant de le laisser tomber à terre. Pourquoi se prenait-il ? Utilisant son processus de protection psychologie – la clé pendant autour de son cou – l’anglais ne releva pas. Et resta parfaitement – autant qu’il le pouvait -  indifférent. Même si probablement, il ne pu s’empêcher de le fusiller du regard.

« Mais tu dois bien te douter que je ne suis pas d’ici, petit. » lui fit-il. Et à cette remarque, Alexander eut envie de lui sauter à la gorge et de le faire taire à tout jamais. Mais processus de protection psychologique ; l’anglais ne fit que le regarder le plus indifféremment possible. « T’as l’air de quelqu’un qui vient de nulle part. » lui renvoya-t-il.

C’était tout simplement l’impression qu’il donnait.

Soudainement, des ivrognes s’approchèrent. Ils marchaient tout simplement, tout du moins, essayaient. Alexander les regarda de sa petite hauteur ; et les Ombres le pointèrent du doigt avant de venir à lui.

« Bah alors, le riche ? On s’est perdu dans Paris ? »
« Tais-toi. » le défia-t-il.
« Oh… Mais c’est qu’il a du répondant, le gamin ! » Il s’esclaffa. Alexander ne lui laissa rien le temps de faire et lui envoya un droit dans les intestins.

Le groupe le défia du regard, et fondit sur lui…  

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Mar 13 Jan - 22:06

Altercation


" La dispute alimente la dispute et engloutit ceux qui s'y plongent. "


Ce gosse a du répondant, ça c'est sûr, mais qu'il n'aille pas me dire qu'il est adulte, car c'est faux. Si Rayn me disait ça, sans doute se prendrait-elle une bonne paire de claques derrière la tête. N'est pas adulte qui veut et, je pense qu'il vaut mieux pour eux de ne pas le devenir. Ce n'est pas parce qu'on a affronté la mort que l'on en devient un, bien au contraire. Lorsque mon maître m'a recueilli, je n'étais toujours qu'un enfant, même plus qu'auparavant. Si on m'avait dit que je n'étais qu'un gosse, sans doute aurais-je répliqué avec autant de férocité que l'Autre, si ce n'était pire alors.. oui, je pense pouvoir le comprendre, l'aristo.


Plus le jeune garçon restait aux côtés de l'ours, plus son regard devenait et froid comme la glace. Décidément, en voilà un qui n'était pas habitué à être remis à sa place ; Rayn, elle, ne l'aurait jamais regardé de cette manière. Tout du moins, pas avec une véritable haine dans le regard. Ils s'étaient toujours cherchés, tous les deux, mais cela s'arrêtait là ; peut-être était-ce, au fond, leur moyen mutuel de se montrer leur affection, comme un père et une fille aux relations étranges. Mais là, avec.. machin - tiens, il ne connaissait même pas son nom d'ailleurs - ce n'était pas qu'une affection dissimulée, mais bien de la colère, de la haine et une part d'incompréhension. Ce gamin devait avoir l'impression que le monde se retournait contre lui.

Et pourtant, très vite, il abandonna ses politesses et sa gentillesse apparente ; comme un adolescent à qui on aurait dit non pour la toute première fois. Elias ne pouvait pas lui en vouloir, car il n'était pas donné à tout le monde de le supporter, surtout dans les bas-fonds. Cela lui avait déjà attiré des tas d'ennuis ; mais il n'était pas effrayé de l'attitude du jeune homme, bien au contraire. Attiser les braises semblait même l'amuser.

" Tais-toi. "

C'est qu'il mordrait presque ! Face à ces deux mots, la Mémoire de l'Ombre ne put réprimer un sourire moqueur. Pensait-il seulement l'impressionner ? Ce ne fut pas ça qui le fit taire ; bien au contraire. C'était comme demander à un enfant de ne pas courir pour éviter de tâcher ses habits du dimanche. C'était plus fort que lui. Mais le pire dans cette discussion - à sens unique, presque - c'était l'attitude du jeune homme. Son visage demeurait impassible, alors que ses yeux lançaient des éclairs. Comment faisait-il seulement pour ne pas imploser ? ... Cela ne saurait tarder.

" T’as l’air de quelqu’un qui vient de nulle part. "
" Fine déduction, l'artisto. "

Sans doute auraient-ils pu continuer à s'affronter de la sorte, si du bruit n'avait pas retenu l'attention du bookman.

De nouveau adossé au mur, il se permit alors d'allumer une nouvelle cigarette, tandis que trois ivrognes du coin - bien éméchés - s'avançaient en leur direction. Elias les connaissait, de vue, sans pour autant avoir retenu leurs noms ; ceux-là n'étaient même pas une goutte d'encre pour l'histoire, pas même une vulgaire tâche déposée par mégarde. Dans tous les cas, ils ne firent même pas attention à la Mémoire de l'Ombre, pointant du doigt le jeune à la chevelure d'ébène.

Très vite, ils lui firent face, lui, à ce petit bout d'homme pas bien grand.

" Bah alors, le riche ? On s’est perdu dans Paris ? "
" Tais-toi. "
" Oh… Mais c’est qu’il a du répondant, le gamin ! "

Surprit, le turc releva un sourcil tout en expirant sa fumée en voyant que le jeune n'avait pas hésité un instant avant de foutre un coup de poing à l'un de ses assaillants. Avait-il finalement laissé toute sa colère ressortir ? Les deux autres se fixèrent, avant que tout le groupe ne fonde sur lui, ruant le pauvre môme de coups de pieds et poings. Sans doute eut-il le temps de s'en prendre des mauvais et douloureux avant que le cinquième ne se décide enfin à intervenir. Ce n'était pas dans ses habitudes, non ; mais pouvait-il seulement laisser un gamin comme lui se faire battre à mort pour des pièces, quand bien même il l'avait mérité ? Rayn lui aurait sans doute mis une claque.

Dans un geste vif, l'archiviste attrapa son sabre dans sa main, sans pour autant le sortir de son fourreau. Des coups bien placés derrière leurs têtes et dans leur dos firent reculer les assaillants de l'aristo.

" 'tain ! Mais qu'est-ce qui t'prend Elias ! " pesta l'un d'entre eux, en français, " M'dis pas que t'es du côté de ces bouseux d'friqués maint'nant. "
" Je n'suis du côté de personne. Mais toi, dis-moi. Depuis quand vous vous en prenez aux gosses ? "

Incapable de répondre, son interlocuteur finit par poser le regard sur le jeune garçon, avant de cracher par terre de colère. Il n'y en aurait rien à en tirer ; tout du moins, tant que l'ours serait présent. Sans demander leur reste, le groupe d'ivrognes finit par tourner les talons tout en lançant des injures à l'aristo. Ils n'en avaient visiblement pas fini avec lui.

Clope toujours au bec, la Mémoire de l'Ombre finit par baisser le regard en direction de l'autre ; et, lui tendit même la main.

" Ces rues ne sont pas faites pour toi. Relève-toi et rentre chez toi. "

Tout du moins, s'il en avait seulement un. L'inconnu ne devait pas s'habiller avec de telles tenues pour rien ; et devait, dans tous les cas, se les être procurées. Enfin, dans tous les cas, ce n'était pas les oignons du maître.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Mer 11 Fév - 16:45
Fire & Ice
feat. E. Bookman
Je suis au cœur des Enfers. A. V. Rockwell

Visiblement, l’inconnu ne venait pas d’un endroit précis comme chaque être humain. Alexander était né dans une maison de riches aristocrates, dans un village non loin de la capitale anglaise. Mais lui ; semblait venir de réellement nulle part. Il le lui avait d’ailleurs affirmé. Comment pouvait-on venir de nulle part ? Il y avait forcément un lieu à une naissance ; un temps ; une date. Il y avait forcément une trace de sa naissance. Et c’était plutôt louche… De toute façon, dès le premier regard, Alexander avait vu toute cette aura noire et ténébreuse qu’avait le « vieux ». C’était loin d’être rassurant ; cela faisait presque peur à voir. De plus, il avait une certaine prestance, inexplicable.

Il y pensa tandis que des coups de pieds et de poings rentraient dans sa chair. Il se demandait jusqu’où cela irait. Il se demandait également comment il avait bien pu faire pour en arriver ici. Ah oui… Il était orphelin et venait de connaître sa première déception amoureuse. Ce n’était qu’un enfant. Ils avaient tous raison. Rayn avait raison. Ce « vieux » type aussi. Pourquoi se refusait-il à voir la vérité en face ? Tout serait plus simple et il pourrait enfin grandir. Il pourrait enfin être un homme. C’était ce qu’il se vouait à être. Son monde d’adulte ne devait pas être bien pire que celui de son enfance. Tous ces démons qui proliféraient dans son âme à mesure que le temps passait rendraient forcément l’évolution plus facile.

La vie n’était belle pour personne ; il fallait bien qu’il se le dise.

Le sang jaillit de sa bouche dès lors qu’un pied vint se loger dans ses intestins ; des craquements se firent dès lors que des poings fermes vinrent frapper sa cage thoracique. Et du sang coula de son nez alors qu’un genou vint rencontrer celui-ci, ainsi que son œil. Il avait voulu jouer l’insolent, faire l’effronté : Alexander était entrain d’en payer le prix fort. L’anglais avait mal, terriblement mal mais il contenait ses gémissements et tentait de se protéger au maximum en se repliant sur lui-même. Cela ne changeait rien… Les coups se firent sur ses bras et jambes ; ces colosses n’avaient aucune pitié. Et encore moins pour les aristocrates ; cela se voyait à la perfection.

Soudainement, les coups cessèrent. Puis vint un dialogue duquel Alexander ne comprenait rien. C’était probablement du français ; puisqu’ils se trouvaient à Paris. La discussion avait su tourner dans son sens ; puisque les acolytes du « vieux » partirent aussi vite qu’ils étaient venus après avoir craché aux pieds de l’anglais et en vociférant.

Le poète toussota et cracha même un peu de sang. Il remarqua que l’inconnu lui tendait la main. Plaçant son insolence de côté – et totalement calmé par la rouste qu’il venait de prendre – l’exorciste accepta l’aide et prit sa main. Une fois sur ses jambes ; douloureuses, le jeune homme accepta la remarque du « vieux » ; « Ces rues ne sont pas faites pour toi. Relève toi et rentre chez toi. » Il n’avait pas tord, sur ce coup-là. « Je vous remercie. » fit-il alors en remarquant une fois de plus qu’il ne connaissait pas son nom. « Puis-je connaître le nom de l’homme qui vient de me sauver la vie ? » fit-il avec beaucoup de respect et comme métamorphosé.

Il le savait pertinemment ; il avait une énorme dette envers cet homme. Et Alexander était un homme d’honneur ; alors il la lui paierait.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Mar 17 Fév - 1:34

Aide


" La chance aide parfois, le travail toujours. "


Les bohèmes de la bute ne sont pas des mauvais bougres, mais comme tous êtres humains suffisamment éméchés, si on leur casse les pieds, ils sortent les poings. Ce gamin aurait dû y penser à deux fois avant de montrer les crocs face à eux ; il ne pouvait désormais que s'en mordre les doigts. Enfin, s'il avait encore des dents. J'crois pas qu'ils seraient allés jusqu'à lui ôter la vie, mais je suis quand même venu à son aide. Pourquoi ? J'en sais rien. Peut-être parce que les gosses n'ont pas besoin d'êtres frappés ; ils s'en prennent déjà suffisamment dans la gueule, avec ces guerres et la vie en générale. Moi aussi j'ai déjà vécu ça et, quelqu'un est également venu m'aider. Par contre, hors de question de prendre cet aristo sous mon aile. J'ai déjà une gamine geignarde, ça me suffit.


C'est qu'il faisait presque mal au cœur, ce gamin aux cheveux d'algues éclaté sur le sol. De nombreuses tâches de sang étaient tombées sur le sol, formant de petites mares irrégulières, comme des flaques d'eau avec une pluie de saison. Enfin, là, ce n'était vraiment pas comparable. On parlait tout de même d'un jeune garçon qui s'était fait battre après s'être montré un brin trop arrogant avec des alcooliques ; et c'était un peu plus compliqué que des flaques d'eau, il fallait se l'avouer. Et le vieil homme n'allait pas marcher dessus comme un gamin aurait fait les deux pieds joints ; grand Dieu non ! Pour toute marque de compassion - ou de pitié, plutôt - Elias se contenta de tendre sa main en direction du blessé. S'il avait eut la force de tenir tête à des personnes de l'ombre, alors il ne chouinerait pas pour se relever. C'était certes un gamin, mais pas un bébé non plus.

C'est alors qu'en silence, l’aristocrate ravala sa fierté pour attraper la main de son sauveur ; pour se relever peu laborieusement ensuite. Ce n'est qu'à ce moment que le turc lui fit remarquer qu'il n'avait pas sa place en ces lieux sombres ; tout y était trop dangereux, surtout lorsqu'on se laissait frapper sans même riposter.

" Je vous remercie. " souffla-t-il sans aucune sarcasme, " Puis-je connaître le nom de l’homme qui vient de me sauver la vie ? "

Eh bien, quel étrange changement. Adieu l'odieuse chenille, bonjour le respectueux papillon ! Si on avait dit au vieil ours qu'il suffisait de foutre deux trois avoines aux sales gosses pour les remettre dans le droit chemin, sans doute l'aurait-il fait avec Rayn. Enfin, trêve de vieux souvenirs. Il souffla une énième fois la fumée de sa cigarette entre ses dents.

" N’exagère pas non plus, gamin. " fit-il d'un ton un peu sec, " Je doute qu'ils soient allés jusqu'à te tuer, 'fin. "

Peu importait, là n'était pas la question ; et le vieil homme n'avait aucune envie de se lancer dans des explications à rallonge sur les bohèmes de Montmartre. S'il souhaitait connaitre des choses à leur propos, le gosse n'avait qu'à se bouger le cul jusqu'à une bibliothèque du quartier et puis voilà. Elias était un archiviste, pas un conteur d'histoires.

" Tu peux m'appeler Elias. " finit-il par lui confier, " Toi, je suppose que tu n'es pas seulement L'Aristo. T'as aussi un nom ? "

De toutes manière, il n'avait en rien l'allure d'un gosse des rues sans histoire ni nom ; à moins d'avoir volé des vêtements à un riche. Ce jeune homme représentait-il des goutes d'encre, ou le néant absolu ?

Ça, c'était à voir.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Dim 8 Mar - 0:03
Fire & Ice
feat. E. Bookman
Je suis au cœur des Enfers. A. V. Rockwell

S’il y avait des choses qui ne s’expliquaient pas ; le radical changement de personnalité d’Alexander en faisait partie. Jamais il n’avait pris de coups ; jamais il n’avait eu à se relever le visage couvert de sang. Les côtes douloureuses et endommagées, l’anglais apposa sa main sur un de ses flancs en gémissant discrètement. L’homme était-il finalement né ? Après toutes ces péripéties… Il lui en avait finalement fallu du temps. Cela était sûrement du à la violence des coups qui avaient rencontré sa chair et ses os. Ses os d’enfants qui s’étaient fêlés et peut-être même brisés… Seul l’avenir lui dira ; ou bien l’infirmière… Un médecin quelconque. Après tout ; tout ce qu’il voulait à présent c’était disparaître de cette ruelle et aller retrouver un lit chaud et surtout douillet.

« N’exagère pas non plus, gamin. » fit-il sèchement avant de poursuivre. « Je doute qu’ils soient allés jusqu’à te tuer,’fin. » termina-t-il. Dans un mouvement qui lui confia une douleur ; le poète haussa les épaules. Qu’est-ce qu’il pouvait bien avoir à en faire ? L’important était qu’ils étaient tous partis et qu’Alexander avait pu enfin se relever.

A la plus grande surprise de l’anglais ; le « vieux » lui donna son nom. Son prénom. Elias Il était aussi surprenant que l’hôte de ce dernier ; tout deux ne faisait pas partis du commun des mortels. « Toi, je suppose que tu n’es pas seulement L’Aristo. T’as aussi un nom ? » C’était maladroit mais sincère. Alexander parvint à esquisser un « tendre » sourire à son interlocuteur.

« Je m’appelle Alexander ; enchanté. » Respectueusement, l’anglais et ancien-aristocrate inclina très légèrement la tête pour le saluer. Quelques secondes à peine après ; il se gifla mentalement. Ne s’était-il pas dit que tout ceci était terminé ? Désormais ; il n’avait plus qu’à rentrer à la Congrégation et reprendre le cours de sa vie comme si de rien n’était.

Au revoir Paris.
Au revoir ; Rayn.

Bienvenue à vous, routine et désespoir.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Lun 9 Mar - 20:56

Souvenirs


" Les bons souvenirs durent longtemps, les mauvais plus encore. "


J'avais donné mon nom sans me poser de questions, car ce n'était qu'un mot, un titre que je finirais par abandonner au bout de quelques semaines ou mois. J'avais eu tellement de noms, que celui d'Elias ne signifiait rien en particulier pour moi ; si ce n'était que c'était mon tout premier depuis le départ de Rayn. Comme pour elle, c'était son tout premier sans être à mes côtés. Ils étaient synonymes de renouveau et un peu de vieillesse, aussi. On avait chacun grandit, ensembles ; et bientôt, de nouveaux noms remplaceraient Elias et Rayn, et nous redeviendront des ombres pour ce monde. Jamais l'Artisto ne me retrouverait s'il venait à tomber sur des alcooliques prêts à le passer à tabac. Dommage pour lui.


La Mémoire de l'Ombre avait posé une dernière question au jeune garçon : quel était son nom ? Enfin, non, il lui avait demandé s'il avait un nom, ce qui, au fond, était totalement différent. Si le gosse n'était qu'un enfant des rues qui avait volé des vêtements à un riche, il pouvait très bien n'avoir aucune identité, de la même manière que le turc lorsqu'il était plus jeune. Enfin, pouvait-on seulement dire qu'il en possédait un aujourd'hui ? Il n'aurait su répondre à cette question.

" Je m’appelle Alexander ; enchanté. " répondit-il avec simplicité.

Eh bien comme ça, l'archiviste était au courant. En plus de son accent anglais, il possédait un prénom de cette origine. Qu'était-il donc venu foutre à Paris, surtout si c'était pour agresser des hommes de l'ombre ? Allez savoir, ce n'était pas les oignons d'Elias. Après l'avoir toisé quelques secondes, le bookman s'alluma une énième cigarette - sans doute la troisième ou la quatrième de puis le début de cette rencontre - avant de laisser un sourire presque moqueur étirer son visage.

" Je n'oublierai pas ton nom, l'Artisto. "

Car au fond, pour lui, il resterait ce gamin aristocrate, incapable de se défendre de lui-même. Sans doute pourrait-il glisser un mot ou deux sur lui, lorsqu'il viendrait à écrire sur les bohèmes de Montmartre.

Suite à ces courtes présentations, le vieil homme décida qu'il était temps de prendre congés de ce nouvel ami. Sans même lui adresser un signe de la main ou une pseudo-accolade comme feraient les hommes, Elias reprit sa route sans plus lui adresser un regard. Désormais, c'était à Alexander de voler de ses propres ailes. Il ne pourrait pas compter éternellement sur des inconnus dans la rue pour lui venir en aide.

" Tache d'éviter de t'attirer des ennuis avec les bohèmes, la prochaine fois. " lui lança-t-il le dos tourné, " Et, tiens, attrape ça. "

Puis, sans dire un mot de plus, le vieil homme jeta son briquet en arrière, en direction du jeune anglais. Mieux valait qu'il évite de parler de nouveau à des inconnus pour avoir du feu ; quand bien même Elias lui avait un peu sauvé la vie. Désormais, le gamin devait reprendre sa route seul, de la même manière que Rayn avait fait en quittant son maître. Pourquoi pensait-il à elle, tiens ? Ce n'était sans doute pas important.

La Mémoire de l'Ombre finit alors par disparaitre, rejoignant son appartement de fortune ; pour y passer une nuit bien méritée. L'ours retrouva sa grotte.


HRP:
 




Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Fire & Ice || [ PV ; Elias Bookman ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Lady Lyndis ( Fire Emblem 7 et SSBB )
» Bedford QL Fire Tender IBG
» Rhapsody on fire
» [MANGA] Breath of Fire IV
» fire mission

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: