Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mar 2 Déc - 22:57







Au détour d’un chemin de campagne Seul, blessé, affamé et fatigué…



01101001110100101110001
Il n’y avait rien de pire et de plus difficile que de marcher. Ses poumons le brûlaient, son ventre le faisait souffrir, son crâne lui faisait mal. Il avait marché le plus longtemps possible. Sa marche était lente, mais il tenait bon. Il avait un but, quelque chose sur lequel s’accrocher, il devait survivre pour eux. Il l’avait laisser derrière lui comme pour mort, et malgré sa condition d’akuma, le garçon éprouvait un peut de compassion et espéra que lui aussi ait un chez-lui avec des gens qu’il aime.

Les nausées le reprirent, et il du s’arrêter sur le côté. C’était l’occasion de faire le point, de voir l’étendu des dégâts. Il dut enlever sa veste d’exorciste et lever son T-shirt. Et il vit une gigantesque tache brune jaunâtre. Un hématome couvrait quasiment entièrement son ventre, et les lésions internes devaient être nombreuses, mais il n’y avait pas d’hemoragie. Les côtes étaient miraculeusement intactes. C’est alors qu’il la vit, une plaie sur le flanc droit. Le sang ne coulait pas très rapidement, mais il fallait quand même empêcher le peu de sortir. Le garçon du fouiller dans son sac pour sortir un couteau. Il le planta dans sa veste d’exorciste et tenta de couper des bandelettes. Finalement, il retira son T-shirt et s’en servit pour compressé la plaie et le mettant en ceinture. Il gémit quand le tissu toucha la chaire à l’air libre. Pour le reste, ce n’était que des bleus ou des plaies mineurs.

Toujours fatigué et avec autant de douleur, il se releva et repris sa marche. Il laissa sa veste trop abîmée par le combat et les coups de couteaux inutiles. Dans le peu de souvenir de la carte, il y avait une route peu fréquentée non loin de là. Les grands axes étaient bien trop éloignés.

Le garçon se sentait seul et déjà le soleil avait laissé place aux étoiles. Hina aurait sûrement voulu battre de l’aile dans ce ciel noir perlé de points lumineux. Mais maintenant, Hina était en lui, dans son œil. Il ne le sait pas encore, mais, son œil était différent. Son œil était transparent et paraissait blanc sans pupille, seul deux rouages, l’un dans l’autre à la place de l’iris contrastait avec le blanc. À choisir, sans contrainte, il aurait préféré garder Hina avec lui. Hina était Lëo et Lëo était Hina. Le portugais eut un peu de mal à se repérer dans la nuit noir, seul quelques rayons de lune filtraient parmi les rares nuages du ciel.

En chemin, il arriva dans un petit village, encore fument. C’était eux, ces salops, Il n’y avait personne, pas un bruit, pas un seul. Personne. L’atmosphère faisait peur au garçon qui entra dans une rue. Il s’avança doucement. Un bruit dans son dos le fit sursauter, ce n’était qu’un pan de mur qui s’était écroulé. Le portugais s’arrêta devant une des seuls battisses encore en état convenable. Hâtivement, il entra à l’intérieur. Il pris rapidement deux trois trucs à manger et une petite chemise qui devait appartenir à l’enfant de la famille. Il préféra ne pas y penser et sortit de la maison. Il sortit rapidement du village fantôme presque en courant.

Pendant le reste du voyage, il grignota son bout de pain et une pomme. Au bout d’un moment, sa vision se fit flou et sa tête tourna de plus en plus. Il arrivait à la route ! Encore un effort ! Il avait peut être perdu trop de sang, ou son corps lâchait. Il devait dormir, il avait envie de dormir. Il ne devait pas dormir…

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mer 10 Déc - 0:41

Voyage


" Le voyage est un retour vers l'essentiel. "


Nous avons fuis, encore, et encore. A peine avais-eu le temps de retrouver les miens, qu'ils m'avaient retrouvé par la même occasion. Tout ce qui est arrivé est entièrement de ma faute. Ma famille, ceux que j'aime, ils ont du fuir la capitale car je l'avais fais, ils ont été brisé parce que je n'ai pas été assez forte pour les sauver. Me voilà de nouveau sur les routes, incapable de regarder derrière moi, le corps et l'âme encore meurtris, cependant.. cette fois-ci, je ne suis plus seule. Puis-je m'en réjouir pour autant ? Je n'en ai pas la moindre idée. Eux, ces membres de ma famille brisée auraient sans doute eut une plus belle vie si je n'étais pas arrivée dans la leur. Les voilà obligés de fuir à mes côtés. Amelia, pourquoi ne m'as-tu pas prévenue ?


Voilà déjà quelques jours que le camp de bohèmes de Varsovie avait été saccagé par les chiens de Central, de si longues minutes passées à fuir, ainsi que des pensées tournées vers Nephthys à chaque seconde. Le temps était terriblement long, lorsqu'on prenait tout ça en compte ; et il n'y avait strictement rien que l'on pouvait faire pour changer la donne. Une fois de plus, ils avaient perdu, écrasés par la suprématie du Vatican. Ils ne l'avaient pas eut elle, leur Vagabonde qui parcourait l'Europe pour survivre, mais ils avaient gagné un combattant. Une mère qui avait dû abandonner son enfant et sa famille, pour leur permettre une chance de survie. Il n'y avait sans doute pas de femme plus courageuse à ses yeux que celle-ci. Si un jour, il était permis à la bohème de donner la vie, sans doute rêverait-elle de devenir aussi grande que sa marraine. Et pour cela, il fallait de la vie, de la liberté, de l'espoir et de la force.

Mais là, il n'y avait plus rien.

Le pas lourd, l'Âme Errante n'avait même pas remarqué que les premières étoiles avaient fini par apparaître dans le ciel sombre ; incomparables aux nuits éclairées des grandes villes, qui cachaient ce spectacle. Si l'Ombre n'avait pas gagné son cœur, au point d'en briser ses sourires, sans doute y aurait-elle fait attention.

" Nora. Nora. Hé. Nora. Tu m'écoutes ? "

Clignant des yeux, la jeune femme fut sortie de ses pensées par une voix fort familière ; et qui eut le don d'alléger sa peine, le temps d'un court instant. Lorsqu'elle releva la tête pour croiser le regard fatigué de son compagnon de misère, la Lockwood se rendit compte que sa barbe mal-rasée faisait bien plus négligée qu'il y a quelques jours. Il n'y avait pas idée de penser à ce genre de détails dans une situation pareille. Enfin.. Le calme régnait encore pour le moment de toute manière.

" Ah euh, oui, désolée. J'étais.. ailleurs. "
" Eh ben ! Si seulement je pouvais l'être, moi aussi. "

Un rire s'échappa alors des lèvres de Jean, tandis qu'il levait la tête vers la voute céleste. Lui aussi avait quitté Paris, sans que la jeune femme ne puisse vraiment comprendre pourquoi, tout comme sa marraine et d'autres encore. Pourtant, malgré le voyage, la peur et la fuite incessante, il restait un espoir. Pas pour elle, mais pour eux.

" Tôt ou tard, on retournera à la maison. "

Bien évidemment, Nora ne s'incluait pas dans ce on ; et aucun sourire ne vint franchir la barrière de ses lèvres. Il n'y avait plus d'espoir, plus pour elle. En moins de deux semaines – beaucoup moins même – Central l'avait retrouvé, deux fois. La première fois, la fuyarde avait pu s'estimer triomphante, mais la seconde.. ... Elle ne préférait même plus y songer, tant son cœur et son corps en demeuraient meurtris. Pourtant, la Lockwood ne pouvait pas baisser les bras, tout ça parce que désormais, elle n'était plus seule. Leur présence lui faisait un bien fou, mais au fond, elle aurait tout donné pour retrouver sa solitude. Être accompagné, c'était devoir se sacrifier encore plus, mais surtout, risquer de tout perdre si l'on ne se montrait pas suffisamment prudent. L'Âme Errante avait déjà perdu des êtres chers ; elle ne voulait pas ressentir à nouveau cette sensation de vide, encore moins à cause de ses actes.

Tout à coup, une petite voix encore endormie s'éleva dans la pénombre :

" ... On arrive.. bientôt.. à la maison ? "

Regrettant d'avoir soulevé ces paroles à haute voix, c'est cette fois-ci vers le petit homme que la brunette tourna la tête. Agrippé aux épaules de Jean, l'enfant à moitié-endormi sur son dos peinait à garder les yeux ouverts ; pourtant, il semblait tout avoir entendu de leur conversation. Gêné, l'autre adulte ne sut que dire, préférant laisser à la Lockwood le soin de trouver les mots justes.

Un sourire, aussi tendre que possible, finit par illuminer le visage de la jeune fille, tandis que sa main agrippait l'une de celles du petit homme.

" On doit encore voyager, Charly. Si on retourne à Paris maintenant, Ellie sera toute seule ici. ... Il faut lui laisser le temps de nous rejoindre, d'accord ? "

Un mensonge, un espoir innocent, pour un enfant qui avait perdu sa mère. Encore porté par les bras de Morphée, les petits doigts du rêveur se serrèrent sur ceux de la bohème.

" ... Moui.. d'accord.. ... "

Puis, sans dire un mot de plus, le sommeil le gagna à nouveau. Comme si tout cela n'avait été qu'un rêve.

Suite à cela, un long silence s'installa entre les deux fuyards. Ils s'adressèrent un regard, sans dire le moindre mot, tandis que le vent frappa les steppes russes. Que pouvaient-ils dire ? Sans doute l'un comme l'autre avaient fini par se rendre à l'évidence : il n'y avait aucun espoir à portée de vue. Et ce n'était pas ces maisons fumantes qui allaient prouver le contraire. Sans un mot, ni sans s'en approcher, la petite troupe passa à côtés d'un village détruit. Dans les plaines, il n'y avait aucun bruit, pas même une trace de vie ; seulement de la fumée, et une angoisse indescriptible. Il y avait des Akumas qui étaient passés par là, ou bien des brigands ; dans les deux cas, Nora n'avait aucune envie de tomber sur eux. Son altruisme aurait pu la pousser à aller vérifier s'il y avait des survivants, mais sa raison l'en empêcha.

Dans un silence toujours aussi pesant, ils continuèrent à avancer.

" On devrait s'arrêter pour la nuit. "

Voilà les premières paroles de gens, après de longues minutes de marche. Pour toute réponse, la jeune femme hocha la tête, sans faire entendre son accent français ; puis, d'un coup, elle se stoppa net.

" Attend.. ce n'est pas normal. "

Son regard s'était porté sur la plaine, où seule la lumière des astres permettait de voir devant soi. Là, à seulement quelques mètres devant eux, se tenait un corps étendu sur le sol. Un petit corps. Il n'y avait plus de raison à avoir, lorsqu'il s'agissait d'une personne blessée et surtout, un enfant.

" Restez ici. "
" Si ce sont les créatures dont Ellie avait parlé, tu ne devrais pas.. NORA ! "

Mais il était déjà trop tard, l'exorciste en fuite s'était déjà avancé vers la petite âme. Lentement, elle laissa ses genoux se plisser pour se retrouver à genoux auprès du blessé. L'était-il vraiment ? Était-ce un piège ? Vivait-il seulement encore ? Tout en rapprochant sa tête de celle du petit homme – car oui, tout portait à croire que c'était un garçon – la Vagabonde souffla ces quelques mots, en un murmure :

" Hé.. Hé, tu m'entends ? "

L'espace d'un instant, elle fut presque certaine d'entendre son souffle. Que faisait un petit garçon si loin dans les steppes ? Avait-il fuit son village détruit ? Dans tous les cas, il avait l'air mal en point.

" Tu penses qu'il est.. "

Surprise, la bohème manqua de tomber à la renverse suite à l'intervention inopinée de Jean. Son cœur avait même failli s'arrêter, et pour se venger de cette mascarade, battait désormais à vive allure, comme un train filerait à toute vitesse sur ses rails, pour ne pas être en retard. Souffle coupé, Nora mit une main sur la bouche de son compagnon de bohème, pour lui intimer le silence, tout en affichant une mine exacerbée.

Si l'enfant était épuisé, il ne fallait pas le réveiller. Le sauver, par contre..




I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mer 10 Déc - 19:58







Sauvé !S’il vous plait…



01101001110100101110001
Aucun rêve ne venait troublé ce sommeil forcé. Il avait été si fatigué en un instant. Il s’était senti tombé, mais pas s’endormir. Il s’était senti fermer les yeux mais pas sombrer. Etait il encore seulement conscient ? Était il seulement encore vivant. Le petit oiseau américain avait peut être réussi là où la petit mésange avait échoué.

Mais il était sur qu’il était vivant car il avait froid, très froid. Et peut être qu’il ne le sera pas longtemps. Pourtant la nuit ne semblait être si fraîche. Pourtant il avait froid. Il sentait des douleurs, par si pas là. Sur le ventre, dans les muscles, à la tête. Il voulut lever son bras, le posé sur son ventre, se mettre sur son dos, éviter cette pression sur le ventre. Il aurait aimé ouvrir les yeux, voir où il était. Mais rien, plus rien ne répondait. Il fallait que quelqu’un arrive au plus vite. Sinon…

" Hé………entends ? "

Il n’avait entendu que des brides de voix comme arrivée soudainement de nulle part. Il y avait quelqu’un. Il y avait sûrement quelqu’un. Le cœur du garçon se remit à battre, il retrouvait un peu d’espoir. La voix ne pouvait pas être celle d’Elliot, c’était forcement quelqu’un d’autre. Une femme probablement.

" Tu penses qu'il est.. "

Une seconde voix fit sursauter intérieurement le garçon étendu sur le sol. Ils étaient deux. Deux sauveurs ! Ils étaient là pour lui. Exorciste, akuma, simple humain ? Peut importe, le sort de Lëo était déjà sceller. Soit il mourra aujourd’hui, soit ils vont le sauver. Pourvu que ce soit la deuxième solution.

Mais la phrase laisser penser qu’il le croyait mort. Il fallait qu’il donne un signe de vie. Il rassemblait le peu de force qu’il lui restait. Les paupières se levèrent enfin doucement. La première chose qu’il vit c’était les petits brins d’air qui dansait devant son œil. Puis il leva douloureusement les yeux vers le haut, directement vers l’enfant qui avait sa tête posé sur l’épaule d’un monsieur. Il me fixait, son visage montrait qu’il venait de se réveiller. Ce fut lui qui renvoya l’attention de l’homme et de la femme sur lui.

« Pourquoi le garçon il a un œil bizarre ? »

Les regards des deux adultes convergèrent vers le portugais, désormais sauvé. Il imprima rapidement les visages de ses deux futurs sauveurs, il en était certain, il était sauvé. Il vit surtout la femme, celle qui avait parler en première, elle semblait aussi mal en point. Pourtant, elle se mit vite à genou devant Lëo. Le garçon fit un léger sourire rassuré comme s’il souriait à un ange et put retourner dans son sommeil. Sa vie était désormais entre leurs mains…

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Ven 12 Déc - 18:26

Enfant


" Si l’on veut s’approcher des enfants, il faut parfois devenir enfant soi-même. "


Partout où je pose le pied, les malheurs semblent m’accompagner. Où que je puisse aller, je sème le malheur et la mort ; si je crois en ces quelques mots ? Assurément. Toutes les personnes qui m’entourent finissent par mourir ou par être blessés. Mes parents, Elsje, Alexander, Dirty, Ellie et tous les bohèmes qui avaient été assez fous pour m’approcher d’un peu trop près. Il n’y avait que de rares exceptions qui s’en étaient sortis indemnes, tout simplement car j’avais réussi à partir avant qu’il ne leur arrive quoi que ce soit. Timothy, Hereata, Sam, Bak, Amelia, mon londonien.. J’espère que tout va bien pour eux et qu’au fond, ils sauraient me pardonner pour mes péchés et ma trahison. Après tout, j’étais vraiment une belle enflure. Ah, Sam, j’aurai tant aimé que tu me le dises en face si je t’avais confié mes doutes. Tout cela ne serait pas arrivé sinon.


Accroupie aux côtés du petit homme étendu sur le sol, la bohème craignait le pire pour son état de santé. Même si ses habits semblaient neufs, il n’était pas difficile de lire la douleur sur son visage. Que lui était-il arrivé ? Sa famille avait-elle été attaquée par des brigands ou des Akumas ? S’il ne parlait que le russe, la conversation n’aboutirait à rien. Ah, si seulement l’un des gitans du coin était venu avec eux ! Ils n’auraient sans doute pas eu ce problème de barrière de langage. C’était déjà assez difficile pour la franco-anglaise de maitriser deux langues, alors une troisième aussi barbare que le russe ou le polonais : impossible. Elle ne l’imaginait même pas. Pourtant, pour connaître les maux de la petite âme, cela aurait bien pratique. A cette pensée, la Lockwood poussa un léger soupir de frustration ; mais elle n’avait pas vraiment le temps de se mettre à l’apprentissage d’une langue. Un jour, peut-être, quand sa course prendrait enfin fin. Jamais, donc.

Nerveuse, Nora vint à se demander si les pensées hautes de son comparse n’étaient pas vérifiées : l’enfant était-il encore en vie ? Elle était pourtant certaine de l’avoir entendu respirer, de sentir son souffle. Mais pour combien de temps ? Cette fois-ci, l’Âme Errante ne laisserait pas un autre être innocent perdre la vie par sa faute. Elle ferait tout pour le sauver.

" ... Pourquoi le garçon il a un œil bizarre ? "

Surprise, la parisienne croisa le regard embrumé de Charly avant celui de l’inconnu. Si l’un de ses yeux semblait sombre et tout à fait normal, l’autre était blanc et présentait d’étranges rouages. Qu’est-ce que ça pouvait bien être ? Qu’importait pour le moment, car cela signifiait que le petit homme avait encore suffisamment de force pour se réveiller. Néanmoins, elle ne put laisser la question de simili-neveu en suspens.

" Je n’en ai pas la moindre idée.. "

Réponse inutile, qu’on se le dise.

Sans détacher son regard du blessé, l’exorciste put alors voir un sourire traverser son petit visage. Il semblait comme apaisé, ce qui arracha également une mimique rassurée sur le visage de la jeune femme. Un sourire sincère, bien évidemment ; tandis que les paupières de l’enfant s’abaissaient à nouveau lourdement. Pour lui offrir du courage, s’il était encore éveillé, la Lockwood passa une de ses mains bandées dans ses cheveux ; presque comme une mère ferait pour aider son enfant à retrouver le sommeil après un douloureux cauchemar. Oui, tout cela ne pouvait que l’être.

" On ne va pas le laisser là, hein ? C'est qu'un tout p'tit.. "
" Bien sûr que non, on le prend avec nous. "

Tout en posant sa main libre sur le sol, la bohème entreprit de se relever, sous le regard interloqué de Jean. N’étaient-ils pas censés le récupérer ? Il était évident que oui, mais l’état physique de la Vagabonde ne lui permettait pas de porter un petit homme de l’âge du blessé ; alors que le fils de Nephthys et ses sept ans aguerris serait bien moins difficile pour ses côtes cassées. L’air penaud, elle finit par demander à son compagnon d’infortune :

" Tu veux bien le porter ? Je prends Charly sur mon dos, ce sera plus simple. "
" Pas d'soucis Chef ! "

Ces quelques mots suffirent à tirer un énième sourire sur le visage de la jeune femme, se doutant bien qu’il ne faisait que ça pour la charrier. Même, par vengeance, elle lui mit un léger coup de poing dans le bras, avant de laisser s’échapper un rire de ses lèvres ; le tout sous le regard rêveur de Charly. Ce dernier n’attendit pas longtemps avant de tendre les bras vers la bohème, qui l’attrapa de sorte à bien le prendre sur son dos et que ses pieds ne touchent pas ses côtes. Doucement, elle attrapa ses petites jambes tout en lui adressant un regard.

" Aller p’tit monstre, retourne à tes rêves, tu veux ? "

Le bohème haut comme trois pommes se contenta de répondre en un bâillement, avant de se frotter les yeux et de se cacher le visage derrière ses mains. Quand la Lockwood se tourna en direction de son comparse, il avait déjà pris le blessé sur son dos.

Le Voyage reprenait son cours.

Pendant près d’une heure, la petite escouade continua de marcher, avant de croiser de nouveau la route d’un village abandonné ; mais cette fois-ci, aucune trace de fumées ou de vie humaine. Il avait dû être délaissé depuis peu, mais suffisamment longtemps pour qu’ils n’aient rien à craindre en y passant la nuit. Dans tous les cas, il était bien trop dangereux de dormir à la belle étoile : on ne savait jamais sur quelle créature on pouvait tomber. D’un coup de pied, Jean ouvrit la porte d’une maison encore en bon état, avant que tous deux et leurs bagage respectif ne s’enfoncent à l’intérieur. Malgré la douce fraicheur de l’été, ils ne purent se retenir d’allumer un feu et de partir à la recherche de couvertures, ainsi que de coussins pour les plus jeunes. Malgré la peur de l’ennemi, il fut impossible aux deux adultes de monter la garde, bien trop épuisés pour ce faire. De plus, il était quasiment impossible de les voir depuis la pièce reculée où ils s’étaient réfugiés ; même de dehors avec le feu allumé.

Doucement, la jeune femme déposa son petit protégé sur un amoncellement de coussins, le couvrant avant de lui caresser la tête, puis de lui embrasser le front. De tout cœur, elle espéra que ses rêves n’étaient que légèreté et calme. Une fois Charly couché, elle laissa Jean s’endormir à son tour pour s’occuper du blessé. S’il le fallait, ils resteraient plusieurs jours ici, afin de lui laisser le temps de se retaper. Qu’ils reprennent tous des forces, même.

Allongé sur des coussins, le petit inconnu à l’œil mécanique semblait presque paisiblement endormi. Néanmoins, son souffle était bien trop faible pour que son état ne soit exemplaire. D’une main, la parisienne ouvrit la chemise bien trop propre de l’enfant, avant de lever une main à sa bouche. Quoi qu’il été arrivé à la petite âme, ce n’était vraiment pas beau à voir. Tout son poitrail était bleu et une vilaine plaie coupait même son ventre à un endroit. Qu’avait-il bien pu lui arriver ? De son autre main, la Vagabonde attrapa son sac à dos rapiécé, tandis que Misaïki s’en échappait en battant des ailes, avant qu’elle ne puisse atteindre des bandages. Ils auraient dû lui servir dans le cas où elle aurait – encore – du à se battre, mais l’enfant en avait mille fois plus besoin qu’elle. Le plus délicatement possible, la fuyarde entreprit alors d’appliquer les bandages tout autour de son torse, évitant au possible de trop le bouger, ne sachant même pas si certains de ses os étaient brisés. Désinfecter sa plaie n’était qu’un moindre mal face au fait de stopper l’hémorragie ; cela pouvait bien attendre son réveil.

Pourtant, malgré l’inquiétude concernant ses blessures et son état, une question continuait de tourner dans l’esprit de l’Âme Errante. Qui était-il ?





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 13 Déc - 19:16







Bien au chaud !Comment vous dire merci ?



01101001110100101110001
Une bonne nuit de sommeil. Voila ce doit il avait besoin. Et ce fut reposé que le gamin pus ouvrir les yeux, enfin son œil. A coté celle qui ne l’avait jamais quitter, cet petite créature mécanique qui se mouvait avec grâce comme tout ses semblables organique. Ce fut son vol que le garçon put suivre des yeux jusqu’à quelle passe par cette fenêtre en bois. Il était chez lui dans ses draps encore chaud. Une fine brise d’été faisait virevolter les rideaux. Tout était là, la malle remplie de pièce métallique, ses sculptures sur son bureau à côté des livres que lui avait prêté le vieillard.

Et il entendit ce cri si familier :


« Je suis rentré ! »


Son cœur se mit à battre, ça faisait combien de temps qu’il était parti, une semaine ? C’était court pour revenir de Porto, pourtant il était bien là. Il fallait voir à quelle vitesse, il descendit les escaliers, avant de se jeter dans leurs jambes. Ils étaient en train de s’embrasser. Maman aussi était contente de ce retour. Ce fut les yeux fermer qu’il put savourer ce moment. Il les ouvris pour réimprimer cette image comme si dans une seconde tout serait fini.

Le ciel s’assombrit soudainement. Faisant un pas en arrière sans comprendre, il la vit : sa mère ouvrir grand la bouche. Elle devint gigantesque, presque aussi grand que Lëo. Et son père fut aspiré dedans. Ce fut avec horreur que le garçon vit l’enveloppe corporelle de sa mère se fissurer. Et une de ces boules métallique se figea devant lui canon pointé. Comme une de ses sculpture, elle resta là figés, il put contempler le visage tourmenté de sa mère.

Il prit alors ses jambes à son cou. Une porte qui se tenait à côté de lui s’ouvrit, il s’y engouffra, et arriva ces beuglements, ceux qu’il entendait tous les jours depuis sa naissance. L’odeur du fumier vint chatouiller ses narines et il sentit la laine se frotter sur ses jambes. Cette sensation était agréable. Une partie des moutons buvaient dans l’auge, le reste dormait, mangeait ou gambadait. Il sentis un poids au bout de son bras. Il tenait un seau, un seau rempli de grain. Une bête avait la tête plongée dedans, la gourmande.

Il posa le seau, s’abaissa et passa sa main dans la toison blanche. Il leva sa main, une touffe de laine y était rester coller, un coup de vent et elle parti en poussière grise. Et il sentis le coup passer devant lui, et vis le mouton avoir le même destin que sa toison. Les murs de la grange se trouèrent peu à peu, les moutons s’effacèrent peu à peu.

La porte s’ouvrit, celle de la grange. Et une silhouette se présenta. Alors que le corps n’était pas visible dans la fumée, l’œil lui était bien distinct. Ce troisième œil, celui qui en avait deux et à qui il lui en avait fallu un troisième, un troisième pour faire le mal. Puis son sourire se fit tout aussi distinct que cet œil. Il brilla d’une lueur malsaine. Son cœur se mit à battre, son ventre devint douloureux. Il fut obligé de se mettre à genou. Ce fut quand il avait l’impression que son œil toquait à la porte de son esprit que ses yeux s’ouvrirent subitement.


Sa respiration était rapide. Sa poitrine lui faisait mal. Son front était trempé. Son œil se voila un instant avant de se rétablir et voir le noir complet de la pièce. Il se demanda où il était ? Regardant de chaque côté sans rien voir. Il ne voyait aucune étoile. S’il aurait été dehors, il les aurait vu. Il n’était donc pas dehors, c’était déjà ça. Ça voulait dire qu’on l’avait transporté. Etait ce la madame avec le monsieur et l’enfant ? Mais cette idée l’apaisa. Il n’était plus en danger. Tu vois sale oiseau, tu t’es bien loupé ! Il sentit les coussins sous son dos. Il put tout de même voir son sac à côté de lui. À tâtons, il put sortir sa lampe. Elle était en bon état.

Une fois allumée, Il put voir non loin de lui le petit garçon de tout à l’heure. Son sommeil semblait léger et beaucoup plus tranquille que le sien. À côté de cet enfant, un monsieur dormait. Sûrement son papa. La dame dormait elle aussi, dos contre le mur. La maman alors ? Que faisait une famille à marcher dans les steppes russes, surtout des gens qui ne parlait pas le russe. Il était sur de ne pas c’être trompé, ce ne devait pas être des russes. La lanterne à côté d’elle était éteinte. Elle devait avoir veillé sans avoir tenu. Le portugais ouvrit sa chemise. C’était bien ce qu’il pensait. Des bandages blancs couvraient sa plaie. Voila que le garçon cherchait déjà comment les remerciés. Mais quoi faire ? Quoi leur donné ? Il le saura bien assez vite !

Il aurait bien continué à dormir, mais il n’avait pas sommeil et le cauchemar qu’il venait de faire, tournait encore dans sa tête. Il avait bien essayé de se rendormir, mais c’était impossible. Il fallait qu’il trouve quoi faire. Mais quoi ? Il n’y avait rien à faire et puis s’il voulait faire quoi que ce soit, il avait mal. Il lui vint alors une idée, s’il voulait rentrer, le mieux aurait été de reconstruire son golem. Il chercha dans sa sac les quelques pièces en prenant soin de ne pas faire trop de bruit ce qui était des plus difficiles. Il commença à en faire l’inventaire.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Dim 14 Déc - 16:17

Rêve


" On croit que les rêves, c’est fait pour se réaliser. C'est ça, le problème des rêves : c’est que c’est fait pour être rêvé. "


J’espère que cet enfant va survivre, de tout mon cœur, je le souhaite. Ses blessures n’ont pas l’air mortelles, à première vue, mais.. je ne suis pas médecin, et je n’ai pas la moindre idée de ce qu’il a pu endurer physiquement. Il y a peut-être des blessures que je suis incapable de voir, je ne sais même pas si sa plaie au ventre n’a pas atteint un organe vital, plus profondément. Je ne sais absolument rien, pas même son prénom. Alors je me dois de le veiller, d’être prêt de lui s’il venait à en avoir besoin, lui montrer que malgré tout ce qu’il avait enduré, il n’était désormais plus seul. … Enfin, avoir un second enfant potentiellement blessé pour longtemps sur le dos n’était pas le plus recommandé dans une cavale.. L’abandonnerai-je pour autant ? Bien sûr que non. S’il souhaitait rester à mes côtés, alors je le protégerai au péril de ma vie. Personne ne devrait se retrouver seul.


Durant de longues minutes, presque interminables, l’Âme Errante avait veillé sur cette petite perdue, blessée et profondément endormie. Craignant pour sa vie, malgré le sommeil qui commençait à la gagner, la Lockwood tint bon presque une heure, assise à côté de son petit protégé, le couvant d’un regard protecteur. Mais à force de parcourir le monde et de fuir ses assaillants, la fatigue habitait son corps plus que de raison et c’est la tête posée sur ses genoux ramenés contre sa poitrine qu’elle finit par s’envoler vers le pays des songes. La bohème avait toujours eut cette capacité à s’endormir partout, du moment où elle pouvait poser sa tête sur quelque chose ; et cela s’était intensifié après tous ces mois sans le sou, où parfois, il lui fallait dormir dehors. Un peu de repos ne lui ferait sans doute pas de mal, malgré l’inquiétude qui faisait battre son cœur.

D’un coup, elle sentit une étreinte sur son épaule, comme si on la lui tapotait pour la réveiller de son long sommeil. Le regard embrumé, il fallut quelques instants à l’exorciste pour ouvrir les yeux et relever la tête, avant de croiser le regard las de Sam. Une fois totalement redressée, la Vagabonde remarqua qu’elle se trouvait dans le réfectoire et qu’une fois de plus, elle s’était endormie assise, la tête dans ses bras. Cela ne la surprit même pas et toutes ces semaines de cavale passèrent pour un mauvais rêve. Toutefois très réaliste. Sous les remarques de son ami, Nora finit par se lever tout en baillant et en se frottant les yeux, avant que quelque chose ne lui fasse courber l’échine. Ou plutôt quelqu’un. Un simple coup d’œil en arrière lui permit de croiser le regard de pétillant de Timothy, avant que la bohème ne le fasse basculer en avant pour le récupérer dans ses bras. Il n’y avait que des rires, de la joie, tandis qu’Alexander arrivait aux côtés de Hereata et ses petits gâteaux. Assis sur la table, ils burent même un coup grâce à l’une des bouteilles de son pseudo-père, tandis que Bak arrivait un peu en retard. Même Amelia était là, un peu en retrait, mais présente malgré tout ; comme si elle continuait de la surveiller et de la protéger, même en dehors du rêve. Deux petites brunes passèrent et lui adressèrent un doux sourire, tandis que l’un des gamins portait une longue écharpe blanche ; Dirty avait donc enfin retrouvé son frère. Tiens, étrange. Comment avait-elle fait pour connaître Alexander et Dirty, ici-bas ? Perturbée, l’exorciste se mit à réfléchir à la question, avant qu’une fillette ne s’arrête juste en face de la Vagabonde.

Ce regard, comment aurait-elle pu l’oublier ? Un air si innocent et pourtant si déchiré : Elsje. Impossible, ce n’était pas possible. Malgré les songes, la Lockwood savait pertinemment que la néerlandaise était morte, par sa faute. Elle entrouvrit ses lèvres, souffla quelques mots que la française ne comprit pas, puis l’Ombre les dévora tous. La jeune femme vit certains visages, comme ceux de ses sœurs, de son frère, ses parents – adoptifs ou non – puis les bohèmes, Ellie, Charly, Lucette, Marcel, Jean, tous ceux que la mémoire de la fuyarde avaient retenu. Tous finirent dévorés par les ténèbres ; et il ne resta qu’elle. Elle, l’orpheline de Paris qui apportait le malheur sur son passage.

D’un coup, le souffle court, Nora se redressa et cligna des yeux, retrouvant par la même occasion la quiétude de sa petite maison abandonnée. Un rêve, tout ceci n’avait été qu’un rêve. Un magnifique songe brisé par la réalité et le cauchemar. Jamais elle ne pourrait retrouver ses camarades à la Congrégation de l’Ombre ; rien ne pourrait jamais plus être comme avant. D’une main, la brunette essuya ses yeux humides à l’aide de ses longues manches noires, qui cachaient quasiment la totalité de ses mains bandées. Combien de temps avait-elle dormi ? Cela relevait du mystère le plus infini ; mais une autre question lui vint rapidement à l’esprit : qu’est-ce que c’est que ce bruit ?

Inquiète au début, un simple regard sur le côté suffit à lui faire croiser la lueur d’une petite lampe. Etait-ce à eux ? Non, cela appartenait à cette petite âme, ce garçon blessé qui avait réussi à se mettre assit et qui semblait trafiquer quelque chose ; que la bohème ne put voir au début à cause de ses prunelles fatiguées.

" Oh, tu es réveillé à ce que je vois.. " bailla-t-elle non sans un sourire, " Tu ne devrais pas t'agiter autant, je n'ai pas suffisamment serré tes bandages, ça risque de saigner à nouveau. "

Qu’est-ce qu’il pouvait bien faire ? Tout en reposant sa tête sur ses genoux, l’Âme Errante ne put s’empêcher de couver les faits-et-gestes du rescapé d’un air intéressé, mais également attendri. Pas totalement réveillée, elle ne put s’empêcher de poser une nouvelle question, enfin, deux ; et tout ça en simples murmures.

" Est-ce que tu.. comprends ce que je dis ? Ou là, tu préfères ? Même si je doute que tu parles français.. "

Cela serait un bien si le petit homme parlait l’anglais ; le français, encore plus, mais il ne fallait pas rêver non plus. Puis, là, tandis que les yeux de la jeune femme s’acclimataient à la pénombre, elle put voir ce que trafiquait l’enfant ; mais préféra garder ses doutes pour elle-même, tandis que son regard restait inchangé.

Cela expliquait bien des choses.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Dim 14 Déc - 23:15







Vieux amisPourquoi se donne t-on autant de mal pour quelqu’un alors qu’on se fait du mal à soit même ?



01101001110100101110001
À chaque fois qu’il passait sa main dans son sac, il en sortait de nouvelles pièces. L’état de l’outil était bien plus pitoyable qu’il l’avait cru. Et à premier vu, il devait manquer des pièces. Beaucoup de pièce. Si la coque extérieur était simplement coupé en deux, on distinguait parfaitement la forme de la petit chauve souris. Lëo savait que cet objet était résistant. Il se demanda même comment il avait pus se briser. Son choc avec le sol avait du être bien plus fort qu’il ne le pensait.

Il était très concentré, à conté un à un les engrenages. Finalement il commença à se résoudre à abandonner. Ça ne servirait à rien de s’acharner. Puis, il eut cette fois calme, maternel et à moitié réveiller qui le fit légèrement sursauter. Il manqua de faire tomber un des objets de métal qu’il rattrapa au vol non sans un petit picotement.

" Oh, tu es réveillé à ce que je vois.. Tu ne devrais pas t'agiter autant, je n'ai pas suffisamment serré tes bandages, ça risque de saigner à nouveau. "

En effet, elle avait plus que raison et combien de fois lui avait on dit d’arrêter de s’agiter, d’aller se recoucher, de ne pas travailler aussi tard. Surtout les infirmières quand il revenait de mission avec quelques égratignure.  Mais c’était un moyen de faire virevolter son esprit, de s’occuper les mains. Elle aurait peut être préférer qu’il reste coucher à regarder le plafond en repensant à tous ce qu’il avait vécu, à ses amis.

Mais finalement, ce fut la raison qui prit le dessus. S’il ne se reposait pas, il risquait de se remettre de ses blessures plus lentement. Et ça voulait dire qu’il rentrera plus tard, que ses amis vont s’inquiéter, le chercher et se mettre en danger pour rien. Et en plus, la gentil dame devra s’occuper plus longtemps de lui et il ne voulait pas trop la déranger. Elle avait peut être autre chose à penser, peut être une vie à reconstruire avec son mari et son fils. Il avait peut être perdu leur maison et ils veulent se trouver un nouveau chez eux.

Le garçon entrepris délicatement à ranger les pièces de métal dans une poche seul pour ne pas les mélanger avec le reste ou les perdre. Il était un peu gêné de l’avoir réveiller et du lui causer du souci. Il n’aimait pas qu’on s’occupe de lui car il avait l’impression d’être comme un boulet, un petit garçon à qui on devait prendre le bocal de cookie car il était en hauteur, et surtout il n’aimait pas déranger. Après un petit silence où on entendait que les petits cliquetis métallique, le doux chuchotement de la dame arriva jusqu’à ses oreilles.

" Est-ce que tu.. comprends ce que je dis ? Ou là, tu préfères ? Même si je doute que tu parles français.. "

Il avait bien compris. Elle pensait peut être qu’il était un de ces possibles petits rescapés des attaques. Mais il comprit les deux langues. Enfin, il comprit qu’elle avait parlé français en comprenant vaguement ce qu’elle disait. Lëo avait appris quelques mots de cette langues après avoir rencontrer Espérance, mais rien de plus. En revanche, avec la congrégation et son assiduité, il avait appris à parler parfaitement dans la langue de Shakespeare.

« Oui, madame… Je parle anglais ! »

S’il n’était pas en pleine nuit dans un droit on ne plus silencieux, elle n’aurait pas pus entendre le son timide de sa voix. Ce fut avec difficulté que le portugais se retourna doucement vers son interlocutrice. Il ne devait pas être trop timide surtout que la dame était gentille. Il n’avait rien à craindre. Et ce dut la première fois qu’il la vie vraiment de manière nette.

Ce bandage autour du cou, cette maigreur, et ses traits fatigués soulignait une profonde souffrance. Qu’avait elle subit pour en arrivé là ? Le gamin s’en voulu d’imposer cela à cette dame française. Il fallait qu’il s’excuse et qu’il se présente en bonne et du forme.

« Je…je m’appelle Lëo… Lëo de Olivieira… » Il leva timidement le regard avant de le redescendre sur ses souliers. « Je… je suis portugais. » Pourquoi il disait ça ? C’était un peu stupide. Son ange gardien devait se contrefoutre de ce genre de chose. Ses mains baladeuses passa dans sa poche pour en sortir sa montre à gousset. Il la faisait passé entre ses doigts pour les occuper. « Je… je suis désolé que… que vous soyez obliger de vous occuper de moi. »

Elle semblait l’écouter en silence. Sans dire mot, comme si elle laissait le contact se faire. Mais quelque chose intrigua tout de même le garçon. Ces traits lui semblaient familiers, comme une vieille connaissance qu’on retrouve après des années. Il devait rêver, il avait vu tellement de monde à la congrégation, il avait fiché une bonne partie. D’habitude, il avait une excellente mémoire, surtout quand il l’avait écrit ou lu. Donc soit il se faisait des idées, soit son esprit était encore embrumé par tout ce qui venait de se passer.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mar 16 Déc - 23:13

Mensonge


" Nulle raison ne pourrait justifier le mensonge. "


Comment aurais-je pu deviner que cet enfant appartenait à l'Ordre Noir ? Je me fais peut-être des idées, mais.. cette chose avec laquelle il semblait jouer, c'était un golem, presque le même que celui qu'Amelia m'a confié. Pourtant, vu l'état dans lequel celui-ci se trouve, peut-être n'a-t-il fait que le ramasser. Y avait-il des traqueurs ou des exorcistes dans ces villages abandonnés ? Ont-ils été tués ? Cet enfant s'est-il juste contenté de trouver ces débrits et de les garder par curiosité ? Je n'avais aucune certitude que cette version de l'histoire soit la bonne, mais.. je ne pouvais qu'espérer que ce soit le cas. C'était le mieux, pour lui, comme pour moi. Il faut que je reste prudente dans ce cas-là..


Encore un. Encore un enfant de plus dans cette guerre. Que pouvait-il bien être exactement ? Qu'est-ce qu'était ces rouages qui tournaient dans son œil ? Pourquoi était-il perdu en plein milieu des steppes russes, seul de surcroit ? Pourquoi possédait-il un golem en mille morceaux ? Qu'est-ce qui avait bien pu le blesser autant ? Toutes ces questions et plus encore tournaient dans l'esprit de la bohème, sans qu'elle ne puisse trouver de correctes réponses. Il y en avait bien certaines qui lui venaient à l'esprit, mais elles étaient généralement départagées entre toute une multitude d'autres. En bref : un véritable potage ambulant, sa pauvre tête de gamine. Au fond, Nora aussi était une enfant perdue dans cette guerre sans fin ; une pauvre fillette qui avait dû grandir beaucoup trop vite. Seul son regard aurait pu rester vif et pétillant, s'il n'était pas désormais embrumé par tous ces tracas. Un jour, peut-être, son âme d'enfant referait surface ; comme par exemple elle avait pu apparaître lors du bal de Noël. Un bonhomme de neige avec le chef de l'aile Asiatique, quelle idée ! La Lockwood aurait tant aimé avoir de ses nouvelles.

Enfin, pour le moment, elle devait plutôt s'occuper de son petit rescapé. Son état n'était visiblement pas aussi alarmant que la bohème avait pu croire, car il s'était réveillé de son propre chef. Peut-être était-il seulement épuisé ? Un peu comme eux tous, au fond. Lorsque la parisienne l'interpella, il se mit alors à ranger les pièces de son golem dans son sac, le tout dans le silence le plus absolu. Était-il muet ? Ce ne fut que lorsqu'elle lui demanda s'il la comprenait que le blessé se décida enfin à lui répondre :

" Oui, madame… Je parle anglais ! "

Madame, outch, ça faisait quand même un peu mal. Dire qu'elle n'avait même pas vingt ans ! A cet instant précis, l'Âme Errante émit une grimace désapprobatrice, avant de finalement laisser un tendre sourire traverser son visage.

" Je… je m’appelle Lëo… Lëo de Olivieira… " fit-il d'une petite voix, incapable de capter son regard, " Je… je suis portugais. "

Que faisait un petit homme comme lui si loin de sa mère patrie ? La jeune femme craignait de comprendre, mais resta néanmoins silencieuse, l'observant simplement jouer avec ce qui semblait être une montre à gousset. Visiblement, Lëo semblait bien timide, rien à voir avec Timothy ou Dirty, qui étaient tous deux plutôt loquaces et extravertis. Chaque petit âme était différente.

" Je… je suis désolé que… que vous soyez obligée de vous occuper de moi. "

Quelle politesse, cela tirailla même un peu le cœur de la Vagabonde de le voir si réservé. Pas patiente pour un sou - et sans aucun tact - la jeune femme finit par poser ses mains sur celles du rescapé, les serrant avec douceur tout en lui adressant un doux sourire. Il n'y avait vraiment pas à agir de la sorte avec une bohème au cœur aussi gros que le sien.

" Tu peux m'appeler Emma. ... Pas Madame, s'il te plaît. " lui confia-t-elle en un doux mensonge, avant de laisser s'échapper un léger rire entre ses lèvres, " Enchantée de faire ta connaissance, Lëo. Tu l'entends sûrement à mon accent mais moi, je suis française. "

Quelle histoire pourrait bien lui convenir ? Au vu de sa petite troupe, la parisienne pouvait très bien reprendre l'idée des réfugiés de guerre, fuyant l'Alsace-Moselle pour éviter d'avoir à supporter le régime allemand. Ça avait été l'histoire de Luce ; ce serait presque celle d'Emma également. Qui était alors Nora Lockwood ?

De ses doigts bandés, l'Âme Errante se mit à caresser les mains de son petit protégé, sans toutefois perdre son sourire.

" Personne ne m'a obligé à te venir en aide. " fit-elle d'une voix aussi douce que son air était compatissant, " Tant que tu en auras besoin, nous serons tous les trois là pour toi. "

Ceci dit, la Vagabonde finit par libérer son captif avant de retrouver sa place, dos au mur ; non sans une grimace douloureuse. Parler au nom de ses compagnons n'était pas la meilleure idée qui soit, mais elle savait au plus profond de son être que malgré tout, jamais ils ne pourraient abandonner Lëo. S'il désirait rester en leur compagnie alors, ce serait son droit ; tout du moins.. s'il n'était pas un allié de la Congrégation de l'Ombre. Et ça, la jeune française n'allait pas tarder à le savoir.

" Dis-moi, que fais-tu si loin de chez toi ? "

Tout en disant ces quelques mots, la brunette avait fouillé son sac à dos rapiécé pour en sortir une pomme puis, de la tendre au blessé. Il devait reprendre des forces, même au beau milieu de la nuit.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 20 Déc - 23:15







Loin des yeux…Loin du cœur…



01101001110100101110001
Il avait eut le temps de s’excuser de sa présence. Ça paraissait un peu stupide et superflue une fois dite et le garçon l’avait sentit. Mais ça restait plus fort que lui. C’était ce qu’auraient voulu ses parents qui l’avaient bien éduqué. Il avait peur d’être jugé au moindre mot ou de vexer la personne. Il essayait toujours de peser les mots au plus juste. En attendant, ces trois sauveurs avaient peut être quelque chose de beaucoup plus important que de l’aider. Et c’est toujours un peu nerveux que Lëo jouait à ouvrir et fermé sa montre.

Si soudain et si brusque, le contact de ses mains chaudes fit sursauter l’enfant qui leva ses yeux par réflexe dans ceux de la sauveuse. Les yeux azurs à peine éclairer par la faible lampe semblait tout de même briller. Ce regard était rassurant et amicale, Ce contact visuel calma le petit cœur du portugais qui se sentait plus apaisé. Et même si le contact des mains avait été si soudain, le garçon n’avait pas rechigné et enlevé. Il n’en avait de toute manière pas la force de faire trop de mouvement.

" Tu peux m'appeler Emma. ... Pas Madame, s'il te plaît. Enchantée de faire ta connaissance, Lëo. Tu l'entends sûrement à mon accent mais moi, je suis française. "

Madame Emma. Euh non, juste Emma… Le portugais avait l’impression d’avoir fait une gaffe en l’appelant madame, mais d’un autre côté comment l’appeler alors qu’il ne connaissait pas la française. Oui, française. Il l’avait deviné, il connaissait cet accent. Mais que faisait une française aussi loin de chez elle avec un enfant et un homme ? Pourquoi était elle bander au niveau du cou ? Elle devait être blessé gravement et la blessure semblait bien étalée. Il aurait eut envie de lui demander mais la dame parlait encore.

" Personne ne m'a obligé à te venir en aide. Tant que tu en auras besoin, nous serons tous les trois là pour toi. "

Maintenant qu’elle le disait, ils auraient pus le laissé seul pour mort sur le bord de la route. Un acte totalement non intéressé et spontané qui fit plaisir à Lëo. Sans eux, le gamin serait sans doute mort. Et plus, ils ne le laisseront pas seul. C’était quelque chose que le garçon ne voulait plus être, seul. À chaque fois qu’il voyait quelqu’un mourir, il avait encore plus de haine en vers le comte et les akumas. Et il s’était sentit tellement seul sans Hina, sans les traqueurs, sans l’exorciste. La question arriva comme un cheveu sur la soupe.

« Dis-moi, que fais-tu si loin de chez toi ? »

Une pomme lui avait été tendue. Il rangea la montre dans sa poche. Le gamin hésita avant de la prendre et de dire un petit "Merci". Avant de répondre, il croqua dans sa pomme en prenant soin de ne pas faire trop de bruit.

Ça ne l’avait pas frappé, mais le garçon était bien plus loin de chez elle qu’elle. Mais ça lui avait été si naturel de ne pas y penser. Il n’était pas retourner au Portugal depuis bien longtemps. Que devait faire le garçon ? Dire la vérité à ces gens qui ne semblait avoir rien à voir avoir la congrégation au risque de leur faire peur. Ou mentir ? Mais même comme ça, il ne savait pas quoi dire. Par où commencer… Parce que s’il lui disait qu’il avait été envoyé par un association de soldats qui combattent des monstres dans une guerre et qui envoie des enfants pour combattre, elle risquait de ne pas le croire.

Pourtant il ne trouva aucune autre explication. Il hésita un instant, le temps de finir sa bouché. S’il avait rangé sa montre dans sa poche, il jouer maintenant avec la pomme croqué. Il la fixait, tête baissée regardant ses mains la faire tournoyer. Ses yeux ne fixaient pas réellement la pomme, il regardait dans le vague.

« J’était en plein voyage avec trois monsieurs. On… on cherchait quelque chose d’important. Et en che… chemin on s’est fait attaquer par des monstres et… » Sa voix s’éteignît un instant dans sa gorge. « Et… ils sont tous mort… Et je suis resté tout seul… J’ai du les tués tout seuls… »

Sa voix était devenue chevrotante et s’était éteinte. Sa respiration plus saccader. Sa vision se fit flou alors que ses yeux s’humidifiaient. Il distinguait à peine le rouge de la pomme. Il ne sentit qu’une larme couler sur sa joue droite. Il passa une main sur son œil gauche, aucune larme n’en coulait. Il ne pleurait que du droit. Il était légèrement surpris. Il passa tout de même ses poignés sur ses yeux rapidement comme pour caché à un adulte qu’on venait de pleurer. Reprenant ses esprits. Il recroqua dans la pomme, sa main tremblait. Il avala. Il fallait qu’il parle d’autre chose. En levant les yeux il vit l’autre enfant endormis.

« J’avais une… une amie qui… qui venait de la France et qui était aussi grand que… que votre fils. Vous aussi vous êtes loin de chez vous ? »

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Ven 26 Déc - 16:29

Guerre


" La guerre est un mal qui déshonore le genre humain. "


Un enfant si loin de chez lui, ce n'est pas normal ; d'autant plus s'il n'est pas accompagné. Nous avons Charly à nos côtés, certes, mais lui n'a rien d'un combattant, ce n'est qu'un petit homme perdu entre deux fronts. Que fait Lëo perdu au fin-fond de l’Empire Russe ? Avait-il fuit le Portugal avec sa famille et en avait ensuite été séparé ? Que s’était-il passé ? Pourquoi venir ici ? Enfin.. Il pouvait très bien me retourner toutes ces interrogations. Je ne sais absolument pas pourquoi nous sommes ici, pourquoi nous prenons ces chemins-là. Chaque ville où je récupère les villes de mon londonien sont choisies aléatoirement, en fonction des panneaux que je rencontre sur les routes. Nous aurions très bien pu nous diriger vers l’Asie, mais la barrière du langage aurait cette fois-ci été terrible. L’Europe avait été un choix « stratégique » pour ne pas trop m’éloigner de Paris.  Mais pourquoi cet endroit précis ? Cette question s’appliquait aussi bien à lui, qu’à nous qu’à nous.


Quand bien même la bohème avait posé ses mains sur celles de l’enfant pour le rassurer, cela avait semblé avoir l’effet totalement opposé. En un frisson, le petit homme sursauta avant de plonger son si étrange regard dans ceux de glace de la jeune femme. Comment pouvait-il avoir un rouage qui tourne dans son œil gauche ? Pouvait-il seulement voir avec ? C’était étrange, l’une des choses les plus curieuses que la parisienne n’ait sans doute jamais vue. Ce léger détail et le fait que le petit homme ne soit pas du coin renforcèrent les soupçons qu’elle avait eu en apercevant à ce qui s’apparentait être un golem. L’Âme Errante croyait comprendre, le craignait, avait peur que cet enfant ne soit « qu’un de plus ». Comme Timothy, Elsje, Haede, Dirty, Rusty, Lëo peut-être ; et sans doute y en avait-il eut tant d’autres. Des noms d’enfants oubliés, disparus, perdus, plongés dans les méandres de ce monde. Combien y en avait-il eu avant son arrivée à la Congrégation de l’Ombre ? Combien de petites âmes avaient dû se perdre entre ces tristes murs de pierre ? Nora n’osait seulement l’imaginer.

Et une fois encore, la bohème avait offert un doux mensonge à son interlocuteur ; quand bien même ce n’était qu’un enfant. Elle s’était toujours montrée franche avec eux et là, comme à son habitude depuis de si longs mois, elle lui avait menti. Que craignait-elle ? Que Lëo trahisse son secret s’il se révélait être un des partisans de l’Ordre Noir ? Il y avait un peu de ça, mais la raison principale était la protection du petit homme. S’il ne savait pas qui elle était, il ne risquait pas d’être interrogé à son sujet ; sans doute avait-il bien mieux à faire que de négocier des pourparlers avec ces chiens de Central, d’autant plus si c’était avec une des raclures de l’espèce de ce nain ; celui qui l’avait attaqué il y a quelques jours de cela. Tant que le petit brun restait dans l’ignorance, il ne craignait rien ; tout du moins, pas de la part de son propre clan. Si toutefois il en avait un !

Et ces soupçons finirent par être confirmés, une fois que l’enfant avait croqué dans sa pomme. Toute mine réjouie semblait avoir disparu de son visage. Qu’avait-il vécu pour en arriver à un tel stade ? Sans doute quelque chose de terrible.

" J’étais en plein voyage avec trois monsieurs. On… on cherchait quelque chose d’important. Et en che… chemin on s’est fait attaquer par des monstres et… " souffla-t-il douloureusement, " Et… ils sont tous mort… Et je suis resté tout seul… J’ai dû les tuer tout seul… "

Un enfant exorciste ; encore un.

Cette fois-ci, il n’y avait plus de doutes à avoir. Suite à ces quelques mots, les doigts bandés de la bohème se crispèrent sur le tissu de sa jupe, tandis que Lëo affichait une mine terrassée. Son départ n’avait sans doute rien arrangé les choses, les enfants restaient des armes dans une guerre possiblement perdue d’avance. Ils n’étaient que des sacrifices qu’on jetait en pâture aux Akumas et aux descendants de Noé ; et ça, ça la rendait malade. Le pire vu sans doute de voir des larmes couler le long de la joue droite du petit homme, celles-ci brillant à peine sous la lueur de la lampe et du feu de camp. Elle aurait aimé le prendre dans ses bras, sécher ses pleurs ; mais ceux-ci étaient bien trop forts. Bien plus forts que ceux de Timothy après son cauchemar, encore plus que ceux de Haede de peur, mais presque comparables à ceux de Dirty qui pleurait son frère disparu ; Lëo, lui, avait vu des gens mourir sous ses yeux. Dans cette unique prunelle rougie par le chagrin, l’Âme Errante se revit des mois auparavant suite à la mort d’Elsje. C’était dur terriblement dur.

Dans un geste vif, le petit homme se frotta les yeux – même si seulement un seul semblait pleurer – avant de finalement croquer dans le fruit, une seconde fois. Comme pour détourner la situation vis-à-vis de sa condition ; il trouva même un nouveau sujet de conversation :

" J’avais une… une amie qui… qui venait de la France et qui était aussi grande que… que votre fils. Vous aussi vous êtes loin de chez vous ? "

Son fils. Ouille, c’était dur. L’égo inexistant de la Vagabonde se prit une claque ; paraissait-elle si vieille que ça ? Enfin, avec ses traits fatigués et sa maigreur apparente, il n’était pas évident de s’y retrouver. Devait-elle réagir là-dessus ? Si Lëo la prenait pour une jeune mère en cavale avec son compagnon, cela lui faisait un excellent alibi. Un tendre sourire de façade finit alors par reprendre place sur son visage.

" Nous v’nons de l’Est de la France. " souffla-t-elle sans grande précision, " A la frontière allemande, enfin.. en territoires bosches même. C’est à cause de la guerre perdue que nous avons fuis.. "

Suite à ces quelques mensonges, un fin soupir s’échappa de ses lèvres ; Emma la mère de famille n’avait décidemment rien à envier à Luce la solitaire qui chantait dans les rues de Salzbourg. A chaque ville son histoire ; à chaque rencontre son mensonge.

" Enfin, ce n’est pas l’plus important. "

A nouveau, le côté maternel de la parisienne reprenait le dessus. D’une main, elle vint doucement caresser la joue humide de l’adolescent, tandis que son regard brillait d’un air compatissant. Sa voix se transforma alors en souffle.

" Il ne faut pas que tu te morfondes à cause de ce qu’il s’est passé, de ce que ces.. monstres – ou je ne sais pas quoi – ont fait. Même si tes compagnons sont.. …  Enfin. Tu as survécu, Lëo, et si tu vis dans le chagrin tu.. ne pourras pas continuer à avancer. "

Sans doute ne serait-elle pas en train d’avoir cette discussion, si des mois plus tôt, on lui avait tenu le même discours. Parallèlement, l’enfant aurait pu mourir si Nora ne l’avait pas sauvé. Destins croisés, me direz-vous ?

Ce furent des petits bruissements d’enfant endormi qui finirent par lui faire tourner la tête ; enfin.. pas vraiment endormi tout compte fait. La couverture sur les épaules, le petit Charly s’était avancé jusqu’à eux, les yeux lourds de fatigue. Avait-il fait un cauchemar ? La jeune femme ne put que lui adresser un doux sourire, tandis qu’elle lui faisait signe de s’approcher ; chose que le petit bout fit sans se faire prier, avant de se laisser tomber dans les bras de sa protectrice, prêt à se rendormir à tout moment. Sous la force de l’impact avec son corps d’enfant, la Lockwood grimaça de douleur pour ses côtes, mais ne put s’empêcher de sourire.

D’une main, elle le sera alors contre elle, avant de lancer un regard amusé au voyageur miniature. Air qu’elle perdit immédiatement suite à la remarque du fils de Nephthys.

" Dis, Nora.. Pourquoi tu dors pas.. "

Et merde.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 27 Déc - 20:42







Secret……rime avec confiance.



01101001110100101110001
Oui, il était drôlement loin de chez lui. Vous ne pouvez pas savoir à quel point il aurait aimer être entourer de toutes ces bêtes laineuses, serrer se parents dans ses bras, continuer à aller chez le vieux monsieur, à écouter ses histoires toutes passionnantes. Il lui racontait ses voyages. Il avait vu des ossements d’animaux qui faisaient quatre à cinq fois la taille d’un homme, il avait vu la tour Eiffel, Big Ben, les palais du moyen orient. Il disait avoir visité le vatican. Parfois, Lëo allait le soir et restait la nuit avec lui. Il lui montrait les étoiles, les constellations. C’était lui qui lui avait donné le goût de la lecture et de la connaissance. Il y avait tant de choses passionnantes à voir, à écouter, à lire.

Mais sa condition d’enfant l’empêchait d’assouvir ce rêve de tout connaître. Et celle d’exorciste venait un peu nourrir cette espoir au portugais, celui de toucher ce but qui est bien évidemment irréalisable. Il le savait, mais ce n’est pas pour ça qu’il arrêterait d’apprendre. Et sans Emma, le garçon aurait du mettre un terme à cette idée. Enfin, pour le moment, il pensait à cette mystérieuse sauveuse. Elle aussi venait de loin. Elle devait avoir voyager depuis la France et traversé tant de pays avant d’arrivé ici. Mais qu’à bien pus poussé une telle famille à partir en voyage avec un si jeune enfant ? Lëo continua à manger sa pomme.

" Nous v’nons de l’Est de la France.  A la frontière allemande, enfin.. en territoires bosches même. C’est à cause de la guerre perdue que nous avons fuis.. "

Le garçon avait lu des choses sur cette guerre entre les français et les allemands pour le simple bout de terre que représentait l’Alsace-Lorraine. Pour le gamin, cette guerre était stupide comme toutes les guerres, surtout celle dans laquelle il a était engagée malgré lui. Il compatissait avec ses sauveurs. Lui comme eux avaient du tout effacer de leur passé pour vivre une seconde vie et essayer de trouver un endroit où être en sécurité. C’était peut être cette pièce, peut être avec eux. Le portugais avait beau être nerveux, il se sentait bien avec Emma. Elle était douce, gentille et compatissante. Inconsciemment, Lëo se représenta avec eux. En voyageant avec eux, il pourrait les protéger des attaques des akuma s’il y en avait. Il pourrait peut être éviter que le petit qui dort si calmement ne se retrouve comme Lëo, orphelin, ou que ses parents le perde. De nouveau, ce fut Emma qui le sortit de ses pensés.

" Enfin, ce n’est pas l’plus important. "

Les doigts pressèrent légèrement la joue de l’enfant comme pour finir d’essuyer une larme avant qu’elle ne finisse au sol. Lëo la regarda dans les yeux et vit ces yeux bleus, sa voix chuchota quelques mots.

" Il ne faut pas que tu te morfondes à cause de ce qu’il s’est passé, de ce que ces.. monstres – ou je ne sais pas quoi – ont fait. Même si tes compagnons sont.. …  Enfin. Tu as survécu, Lëo, et si tu vis dans le chagrin tu.. ne pourras pas continuer à avancer. "

Les même paroles que le garçon c’était dis peu de temps après s’être réveiller à la congrégation. Le problème était que les souvenirs ne sont pas écrits à la craie sur un tableau noir. Il ne suffit pas d’une brosse pour les effacer. Ils sont écrits à l’ongle, graver à la force de la chair dans la chair. Ce sont des griffures parfois douloureuses, ou non, qui ne peuvent laisser que des cicatrices. Et comme de vieilles blessures, la douleur refait surface. Et parfois, il est simple de venir y mettre son grain de sel. Et un grain de sel dans une plaie, ça fait mal. Le portugais avait beau se dire et avouer que ses parents était mort, il ne pouvait s’empêcher de penser à eux, chaque instant, se demandant s’ils sont fière de lui.

Pudique, le garçon évita de laisser une nouvelle larme coulée. Emma avait raison, le garçon était en vie. Il aura d’autres occasions d’éblouir ses parents qui doivent le regarder du ciel. Il fallait maintenant qu’il avance, mais pour aller vers où ? Le garçon avait l’esprit totalement embrumer et rempli de doutes. Il ne voulait plus voir de gens mourir. Mais s’il retournait à la congrégation, il risquait d’en voir encore et encore tant que cette guerre perdurera… Mais il ne pouvait laisser ses amis seuls…

Le petit dormeur venait de se réveiller. Et ce fut touché et ému que Lëo vit le petit se blottir contre sa mère. Il avait de la chance, beaucoup de chance. Il vit le sourire d’Emma et le lui rendit. Il aurait aimé être à sa place, entendre le cœur de sa mère battre sous sa peau et se laisser bercer. Il aurait aimer être dans les bras de…

" Dis, Nora.. Pourquoi tu dors pas.. "

… Nora ? Il fallut un instant pour comprendre les mots du Français. Non pas qu’il lui était difficile d’en comprendre la signification, mais plutôt qu’il avait buter sur un mot, plutôt sur un nom : Nora… Et tout devint claire à l’œil de l’enfant. Nora Lockwood. Sa fiche s’éclaircit dans son esprit et sa photo. En réalité, elle semblait plus maigre et plus fatigué que sur la photo. Mais maintenant il ne pouvait pas se tromper. Ce visage qui lui avait paru flou et inconnu devint clair. C’était la fuyarde comme l’appelait les membre de central. Ce fut sous l’effet de la surprise que Lëo balbutia ces mots :

« No…nora !? Nora Lockwood !? »

Nora et non Emma… la fuyarde de Paris et non de l’Est français… Tout devint clair, sa présence, ses blessures, sa fatigue. Et c’est là que le garçon, eut peur. Il eut peur qu’elle ne parte en courant si elle avait compris qu’il venait de la congrégation, peur qu’à cause de cela, elle s’enfuit pour sa vie. Mais il ne voulait pas qu’elle parte. Il ne voulait pas… Il voulait parler lui, lui qui préférait habituellement se taire. Lui poser un tas de question. Et aussi il eut peur qu’elle ne soit encore plus en danger à cause de lui. Si ce n’est déjà maintenant, un jour on essayera de récupérer le portugais, ou du moins son innocence, et ce jour là, il y aura peut être Nora… En attendant, elle restait quelqu’un que Lëo portait en admiration.

Elle avait défier une des choses qui faisait le plus peur à Lëo : Central et cette Dylan… Cette organisation qui ne demande pas l’avis des gens avant de les enfermés tous ensemble dans un grand bâtiment noir. Des êtres sans scrupules qui font des expériences qui ne devraient jamais avoir lieux. Lëo avait lu des dossiers qui n’auraient jamais du être entre ses mains et il aurait parfois préféré ne jamais les avoir lu. Maintenant qu’il savait ce des choses sur Nora, le risque était que quelqu’un veuille avoir ses informations. Même si elle lui avait menti, Lëo ne pouvait que la pardonner. Même si on ne peut parler de mensonge légitime, la bohéme l'avait pour sa vie et le gamin avait tout de même compris que si elle l'avait fait c'était aussi pour le protéger lui. Pour qu'aucune Dylan ne puisse avec sa langue de viper lui soutirer la moindre information. Comme s’il l’avait pressentit, le garçon empêcha la parisienne de parler en lui prenant la main.

« Ne… ne vous inquiétez pas… Je ne… ne dirai rien… à personne. Vous m’avez sauvé la vie, je vous doit bien cela… De toute façon, comme vous l’avez vu, je ne parle pas beaucoup… »

Le garçon fit un léger sourire timide, un peu forcé mais qui se voulait rassurant. Que gagnerait il à tout révéler, surtout à central. Et encore plus, qu’il aurait cela sur la conscience, sa capture, voir sa mort.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Ven 2 Jan - 0:58

Échec


" La pire erreur n'est pas dans l'échec mais dans l'incapacité de dominer l'échec. "


J'aurai dû penser à cette éventualité.. Pourquoi Charly n'aurait-il pas employé mon prénom pour me parler, après tout, il n'y avait en soi aucun mal à ça. Jean se doutait que mon nom était tabou pour les étrangers, car les nouvelles vont vite dans les villes et villages, mais Charly.. Enfin, il a déjà suffisamment à penser pour que je ne mette en tête de lui donner un faux nom pour me désigner. ... Il faudra que je lui en parle, malgré tout, afin que cela ne se reproduise plus. ... Un jeu, peut-être, afin qu'il ne se rende pas compte de la gravité de notre situation. ... Oui, voilà, un jeu de rôle serait une très bonne idée ; mais en attendant, j'ai des explications à fournir à Lëo.


Suite aux paroles de son petit protégé, la Vagabonde avait eut l'impression de tomber d'un immeuble ; comme si tout le poids de ses mensonges lui retombaient directement sur les épaules. La bohème n'avait pas été honnête comme avec les autres enfants qui avaient traversés sa route, elle avait donné de fausses informations à Lëo et ne pouvait que s'en vouloir de sa bêtise. Cependant, qu'aurait-elle pu faire d'autre ? Lui donner la vérité, c'était l'exposé à des dangers que l'enfant ne pouvait sans doute pas imaginer. Mieux valait ne rien savoir plutôt que trop ; connaître l'identité de la fuyarde, c'était devenir complice. Dieu seul savait à quel point Central n'aimait pas les traitres au sein de leurs murs, elle en avait eut la preuve plus d'une fois. Alors, tant qu'elle vivrait, Nora Lockwood ne laisserait plus jamais personne souffrir par sa faute.

Si un hoquet nerveux s'était échappé de la gorge de l'Âme Errante tandis que le petit homme relevait son secret si bien gardé, c'est très vite un doux sourire qui vint traverser son visage. Faux, bien évidemment, mais tendre malgré tout. D'une main, l'exorciste vint caresser les cheveux de Charly, tout en le serrant doucement contre sa poitrine. Un léger murmure s'échappa alors de ses lèvres :

" Rendors-toi.. tu veux ? "

Sans plus faire attention à son petit blessé, la bohémienne vint alors déposer un baiser sur le front du petit endormi. De part ces gestes, elle espéra se faire oublier du possible exorciste, afin de ne pas paraitre suspecte ; mais la réalité la rattrapa bien vite.

" No…nora !? Nora Lockwood !? "

Le masque tombait.

Une multitude de questions traversèrent alors l'esprit de la fuyarde. Comment pouvait-il connaître ce nom ? Elle aurait mit sa main à couper que l'enfant n'était pas présent lors de son passage à la Congrégation de l'Ombre. Avaient-ils diffusé son portrait et donnés des ordres quant à sa capture ? Où était la vérité derrière tout ça ? Sans un bruit, l'Âme Errante avait reporté son attention vers le feu, avant de sentir la main de l'enfant sur la sienne. Surprise, elle ne put que tourner la tête.

" Ne… ne vous inquiétez pas… Je ne… ne dirai rien… à personne. Vous m’avez sauvé la vie, je vous doit bien cela… De toute façon, comme vous l’avez vu, je ne parle pas beaucoup… "

Pour ponctuer ses mots, le petit homme laissa même un sourire traverser son visage, qui ne put que réchauffer le cœur de la menteuse. Doucement, elle vint alors prendre correctement la main de son interlocuteur, tout en lui adressant une triste mimique.

" Désolée de t'avoir menti. " lui souffla-t-elle d'un ton peiné, " Je ne voulais pas prendre le risque de te mêler à tout ça, à.. mes ennuis. ... Oublie Emma, eh ? "

Cette fois-ci, son sourire se vit plus grand tandis que sa main lâchait celle de Lëo, pour se glisser dans ses cheveux en vu de les ébouriffer. Tout ceci, ces actes comme ces sourires, n'existaient que pour rassurer l'enfant, de la même manière qu'il avait tenté de faire avec elle. Néanmoins, la brunette ne pouvait garder éternellement ce qu'elle avait sur le cœur. Un soupir s'échappa alors de ses lèvres, tandis que ses mains revenaient à leur place.

" Sache qu'il serait mieux pour toi que tu me vendes plutôt que de te mettre Central à dos. Si l'on venait à te poser des questions ou leur de ton rapport, je.. n'hésite pas à répondre franchement. "

Une nouvelle fois, ce fut un sourire qui étira les lèvres de la jeune femme. Elle ne voulait pas être enfermée, ni retourner là-bas ; quand bien même Nora était fatiguée de cette cavale qui ne voulait pas prendre fin. Peut-être était-ce le mieux à faire, que de laisser Lëo la vendre à la Congrégation de l'Ombre ? On finirait par venir la chercher, mais.. que deviendraient Jean et Charly, que penserait Nephthys ? Elle n'osait l'imaginer ; elle ne voulait pas que ça arrive.

Pourtant, ses paroles ne furent pas égoïstes.

" Je ne supporterai pas que quelqu'un comme toi soit puni à cause d'une enflure comme moi.. " finit-elle par lui confier.

Car après tout, c'était ce qu'elle était réellement.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 3 Jan - 23:55







Vendre quelqu’un ?Je ne peux pas désolé…



01101001110100101110001
Le petit homme semblait paisible entre les bras de celle qui n’était pas sa mère. Lëo en était maintenant certain. Jamais la française n’avait eut d’enfant, du moins c’est ce que le borgne avait lu dans les dossiers de la congrégation. À cette enfant, il lui avait fallu seulement une douce étreinte, une douce caresse, puis un petit murmure pour que ses paupières cèdent et se ferment. Pour le portugais c’était différent. À lui, pour s’endormir, il lui fallait le plus souvent une bonne insomnie pour que le lendemain il dorme comme enclume, enfin, jusqu’au moment où toutes ces images lui sautaient au visage. Et là, il était contraint de se réveiller et de ne pas se rendormir de la nuit. C’était comme cette nuit, il dormait si bien jusqu’à ce cauchemar et maintenant, dés qu’il fermera ses yeux, l’homme au troisième œil le fixait.

Il aurait aimé pouvoir en parler à la bohème, lui faire part de ses peurs, mais le moment serait mal choisi. Et Nora avait bien d’autres choses à pensés.

« Désolée de t'avoir menti. Je ne voulais pas prendre le risque de te mêler à tout ça, à.. mes ennuis. ... Oublie Emma, eh ? »

Mes ce qu’elle ne savait pas, c’était que cette fameuse Emma, son histoire et ses mensonges avaient été balayés par la surprise. Mais la maturité du garçon lui permettait de la comprendre. Lëo aussi n’aimait pas mêler les gens à ses problèmes, seulement, il avait beau ce dire qu’il n’avait pas besoin d’aide que parfois, il ne voulait pas en demander. C’était comme maintenant. Il voudrait lui demander de partir avec elle, le temps de retrouver un moyen de retourner à la congrégation, si seulement il voulait y retourner. Mais il ne voulait pas embêter sa sauveuse. Central peut être pas, mais le grand Intendant ne laissera pas le petit garçon dans la steppe. Central va, quand à elle, chercher son innocence.

Une main passa dans ses cheveux. Il les sentit se rebeller et partir dans tout les sens. Ce geste fit partir toutes ces pensés et attira son attention sur les paroles qui suivirent.

« Sache qu'il serait mieux pour toi que tu me vendes plutôt que de te mettre Central à dos. Si l'on venait à te poser des questions ou lors de ton rapport, je.. n'hésite pas à répondre franchement. »


Vendre un camarade, voila ce que demandait Nora. Pour le garçon, sur le moment, il n’en était pas question. Comment aurait il pus ? Il avait déjà menti à central, il avait menti à Dylan. Il avait eut peur un moment, mais il avait l’impression, pendant un instant, de défier le système. Il en était presque content, pourtant Dieu savait que c’était mal de mentir. Pourtant, le garçon ne pouvait pas vendre Nora. Il dira la vérité, celle qui était ça vérité il y a seulement quelques minutes.

La bohémienne fit un nouveau sourire rassurant.

« Je ne supporterai pas que quelqu'un comme toi soit puni à cause d'une enflure comme moi.. »

Cette phrase lourde de sens fit baisser les yeux de l’enfant. Pour lui, la personne avec laquelle il parlait était tout sauf une enflure. Son geste, sa fuite était légitime. Elle l’avait fait car elle le pensait juste. Le garçon avait lu les rapports, ceux des missions qui avaient précédé sa permission. Ces dossiers avaient été durs à avoir, mais avec beaucoup de ruses et quelques systèmes d’aération, un enfant de petite taille, un minimum habile de ces dix doigts pouvaient y avoir accès. Ce geste, c’était celui d’une femme parachuté dans un monde inconnu et cruel et qui n’avait pas supporté certaines choses, qui n’avait pas supporter les agissements de central. C’était aussi pour ça que Lëo était un peu plus gêné d’être devant elle. Il était lui aussi un de ces enfant chair à canon.

Pourtant cette chaire à canon avait un cœur et c’est avec lui et beaucoup de sincérité qu’il brisa un silence qui commençait à être long.

« Et… et » Il releva les yeux qui s’était un peu embrumer, enfin seulement le droit. « Croi…croyez vous que quelqu’un comme moi sup…supporterai d’avoir votre mort sur la conscience ? » Il avait utiliser le mot "mort" sur le coup, central n’osera pas la tuer sans récupérer un soldat ou du moins l’innocence. « Et…et qu’adviendrait de lui… et de lui » Il indiqua de la main, le jeune enfant dans les bras de la bohème et le monsieur au sommeil de plomb. « Je ne pourrais pas… » Il réfléchit un instant. « Je…je pourrais dire qu’une… qu’une gentil dame Emma et sa famille m’ont soigné. Ce ne…ne serait pas mentir… Hein ! Madame Emma… »

Alors qu’il tenta de faire un petit sourire, il s’éteignit bien trop vite. Le portugais du mettre sa main sur son nouvel œil. La vue de son œil valide se fit flou à la fois par des larmes que part sa tête qui commençait à lui tourner. Puis, il eut cette sensation très désagréable et douloureuse, comme quand on se met malencontreusement du savon dans l’œil et que vous sentiez comme si il brûlait. Lëo dut se coucher. Il gémissait quelque peut alors qu’il se frottait l’œil gauche espérant que la douleur parte comme sous la douche. Mais la douleur était bien pire.

Il n’y avait qu’une seule explication. Ce devait être le contre coup de sa cristallisation et de l’utilisation excessive de son innocence. Le taux de raisonnance du petit exorciste devait être bien grand pourtant un tel combat n’était pas encore supportable. Le corps de Lëo n’avait pas encore totalement accepté son nouveau compagnon éternel. Probablement que ce dernier tentait d’établir de meilleur connections. Enfin, pour le moment, il s’en foutait, il voulait juste ne plus avoir mal.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Dim 4 Jan - 16:27

Confiance


" Ne donnez pas votre confiance, prêtez-la. "


J'ai sans doute été un peu trop.. rude avec lui. Lui demander de me vendre à la Congrégation de l'Ombre, c'était un peu trop pour un petit comme lui, pourtant.. Qu'aurais-je pu lui dire d'autre ? Vivre dans la peur d'affronter la vérité et de payer pour ses mensonges, cela devait être bien plus difficile à supporter que de vendre l'un de ses camarades. N'est-ce pas ? ... Ni l'un ni l'autre n'étaient enviables, c'est vrai, mais notre chemin était tout tracé, impossible de faire machine arrière.. Je l'avais sauvé et il connaissait ma véritable identité, mon histoire, mes fautes, et tout ce qui allait avec.. ... A lui le choix désormais.


Malgré ses sourires et ses gestes tendres, l'Âme Errante ne pouvait s'empêcher de souffler des paroles lourdes, difficiles à entendre comme à dire. Que penserait le petit garçon de tout ça ? Comment verrait-il la Vagabonde qui demandait à ce qu'on l'offre pieds et mains liées à Central ? Elle qui avait fait tant de sacrifices suite à sa trahison, tout ça pour un semblant de liberté ? Visiblement, ces deux premiers termes étaient un sujet familial. La bohème aurait aimé qu'il le comprenne, qu'il se plie à ses demandes sans se poser de questions. Tout ça était ce qu'il y avait de mieux à faire pour un petit garçon comme lui. Pourtant, Lëo ne semblait pas entendre toutes ces belles paroles d'une très bonne oreille. Bien au contraire.

Un long silence s'installa rapidement entre les deux interlocuteurs, forçant la parisienne à détourner le regard vers son petit protégé. Il n'avait pas fallut grand chose à Charly pour se rendormir ; son air paisible aurait put arrêter toutes les guerres du monde en seulement un instant. Cependant, la réalité lui revint très vite à la figure.

" Et… et… Croi…croyez vous que quelqu’un comme moi sup…supporterait d’avoir votre mort sur la conscience ? "

Piquée à vif, on pouvait dire que la jeune française n'avait pas vu ça venir. C'est deux grandes billes rondes qu'elle tourna bien vite vers le petit homme ; alors c'était ça le sort que lui réservait Central ? Amelia ne lui avait rien dit, peut-être pour la protéger, mais.. là, à cet instant précis, elle eut l'impression de se prendre une claque.

" Et…et qu’adviendrait de lui… et de lui… " bégaya-t-il tout en désignant ses deux compagnons, " Je ne pourrais pas… ... Je…je pourrais dire qu’une… qu’une gentille dame Emma et sa famille m’ont soigné. Ce ne…ne serait pas mentir… Hein ! Madame Emma… "

Honteuse face à la détresse dans laquelle elle avait plongé le portugais, il n'en fallut pas plus à la fuyarde pour détourner le regard et le reporter sur l'endormi.

" Je.. Non, ce ne serait pas un mensonge.. " souffla-t-elle, non sans un triste sourire, " ... Merci de ta confiance. "

Elle aurait tant eut à lui dire encore, des excuses et des mots tendres, afin de le rassurer ; mais un couinement de douleur la sortit de ses pensées. Telle une girouette par grand vent, Nora tourna de nouveau la tête.

" Qu'est-ce qu.. ... Lëo ! "

Pendant un instant, la bohème fut prise entre deux feux : venir en aide au petit homme, et garder Charly dans ses bras. Malheureusement, l'un empêchait l'autre. Si elle se précipitait vers l'exorciste, le petit garçon risquait de se réveiller ; mais elle ne pouvait se permettre de laisser Lëo en proie à un mal qu'elle ne comprenait pas. Après quelques secondes de battement inutile, la bohème finit par se relever - l'endormi toujours dans ses bras - avant d'aller délicatement le reposer dans son lit de fortune. Ceci fait, elle n'attendit pas une seconde pour se précipiter au chevet du portugais, laissant ses genoux tomber sur le sol, tandis qu'une grimace douloureuse étirait son visage ; encore et toujours ses côtes qui subissaient le contre-coup.

Agenouillée aux côtés du jeune enfant, la Vagabonde le vit se tordre de douleur et frotter son œil si étrange. S'il était bien un compatible, la source de ses tourments devait être son innocence.

" Hé.. Hé.. Dis-moi ce qu'il t'arrive.. " peina-t-elle à dire, " C'est.. C'est ton œil qui te fait souffrir ? "

Que pouvait-elle seulement faire pour apaiser ses mots ? L'Âme Errante n'était même pas capable de soigner ses propres blessures, hormis en les cachant derrière des bandages en espérant les voir disparaitre. Alors celles d'un enfant ! Impensable. Alors, tout ce qu'elle trouva à faire, c'est passer ses mains blessées dans le dos du petit homme, afin de l'aider à se redresser ; avant de finalement le prendre dans ses bras.

Une simple étreinte ne pourrait le guérir ; mais au moins, elle pourrait l'apaiser le temps d'un court moment.

" Assez parlé de la Vagabonde, tu veux ? " murmura-t-elle à son oreille, " Tu ferais mieux de te reposer.. "

Qui sait ; peut-être pourrait-il trouver le sommeil aussi facilement que Charly ?





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Lun 5 Jan - 18:31







SommeilJe peux dormir avec toi… maman ?



01101001110100101110001
Son oeil le brûlait, il souffrais. Pourtant il serait les dents. Au départ, il avait voulu que ça souffrance passe inaperçu ce contentant de gémissement pour seul témoin. Mais la douleur augmentait et sa main me pouvait que venir appuyer et gratter sa paupière fermer. Il crut un instant que le mal partit, mais le repris fut de courte durée. Son coeur se mit à s'emballer comme si son sang devait s'accélérer.

Il entendit Nora s'activer. Elle devait encore porter l'enfant dans ses bras. Dormait il encore ? Et le monsieur ? Sa douleur avait il réveiller les nouveaux habitants de cette maison pour la nuit ? Finalement ce fut quelques brides de voix féminines qui lui indiqua que non. Le gamin aurait parlé, de même pour l'homme ne serait ce que pour savoir ce qu'il se passait.

La douleur à son paroxysme d'après le petit, le garçon dut s'agripper aux coussins de toutes ces forces. Ses dents lui firent un peu mal. Son ventre se contracta compressant son emmatome. Il cru que sa plaie s'était réouverte mais il en n'était rien.

Et alors que le borgne se contractait de douleur, il se sentit délicatement soulever. Il sentit ses bras passer dans son dos et les cheveux lui caresser le visage. Il ressentit encore un instant la douleur et comme un déclic. Le même que quand on force pour desserrer un boulon coincé et que d'un seul coup il cédait après une longue bataille. Puis il ressentit une sensation bizarre, comme s'il sentait son innocence plus que la minute qui avait précéder, comme si elle avait dur finir un travail fait à la va-vite. Ensuite son corps se détendit. La douleur diminua, mais pour le garçon, dès le moment où elle commença à partir, elle n'était déjà plus.

Son front suintait de gouttelettes. Sa gorge le brûlait à chaque respiration. Mais sa douleur à l'oeil avait totalement disparu. Il avait encore mal au ventre, mais rien de tout ça ne pouvait être comparé à celle d'avant. Alors il put répondre à l'étreinte. Son coeur battait toujours aussi fort, mais il se calmait. Avec tout cela, il se sentit vidé.

" Assez parlé de la Vagabonde, tu veux ? Tu ferais mieux de te reposer.. "

Pour répondre à cela, il relâcha l'étreinte. Il fit reculer doucement celle qui s'appelait la Vagabonde histoire de se replonger dans son regard azur. Puis il acquiesça de la tête.

Il attendit que la demoiselle se relève et aille elle aussi dormir. Pour le moment, elle ne devait pas se faire de soucis pour lui. Il fallait que elle aussi dorme. Demain, ou peut-être aujourd'hui, ils auraient probablement une longue route. Et Lëo devait aussi dormir. Il tenta de se trouver une position qui ne le gênait pas, ce qui fut difficile. Alors qu'il ferma les yeux, la fameuse image de l'homme au trois yeux arriva. Et il ouvrit de suite les sien. C'est alors que timidement il interpella la française.

« No...Nora... Vous pourriez dormir à côté de moi... s'il vous plait... »

Il était gêner de faire cette demande parce qu'il pensa de suite à sa mère. Mais la vagabonde vint tout de même se mettre près de lui. Maintenant qu'il pensait à sa mère et à Nora il put fermer les yeux sans que l'autre ne vienne le déranger. Le sommeil arriva bien trop lentement, pourtant il arriva tout de même. Et il saura seulement à son réveil si il était réparateur ou non... Et à son réveil, ils devront sûrement partir.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Ven 9 Jan - 17:52

Rêves


" La vie est un rêve, mais rêver n'est pas vivre. "


J'aimerai qu'il se sente mieux, que cette douleur qui semble lui tirailler l'esprit s'évapore et que le sommeil puisse finalement le gagner. Là, dans mes bras, il pourra sans doute s'endormir aussi facilement que Charly et demain sera un tout autre jour. Sans doute pourrais-je lui confier mon golem - enfin celui d'Amelia - pour qu'il puisse appeler la Congrégation de l'Ombre. ... Hm, peut-être pas en fait. Son golem est censé être cassé, il ne peut pas les contacter sans qu'ils aient des doutes. ... Il faudra que j'appelle Amelia pour la prévenir, peut-être qu'un ordre de mission soit lancé pour le retrouver et.. je lui dirai où chercher. Comme ça, Lëo pourrait retourner là-bas, afin d'y retrouver ses amis, et d'y être correctement soigné. Oui, c'est le mieux à faire.


Pendant de longues secondes, l'Âme Errante garda le petit garçon dans ses bras. Ses longs doigts fins passèrent dans ses cheveux, lui caressant la tête afin d'essayer de l'apaiser. Il souffrait, cela se voyait sur son visage ; cela s'entendait à ses quelques sanglots. Ce n'est qu'après qu'un long moment que le petit exorciste finit par lui rendre son étreinte, passant ses petits bras tremblotants dans son dos. Côtes toujours douloureuses - car toujours cassées - l'Âme Errante ne put retenir une grimace, mais resta néanmoins silencieuse. Pour une fois. Il n'y avait rien à dire, qu'aurait-elle pu seulement lui souffler à l'oreille ? Aucune de ses paroles ne pourrait le soulager de ses souffrances ; mais cette étreinte, peut-être un peu au moins.

Néanmoins - comme si, au fond, c'était trop dur pour elle de garder le silence - la bohème lança quelques mots à son petit protégé. La Vagabonde avait suffisamment été évoquée pour ce soir, ainsi que les jours à venir. Le mieux à faire pour le moment, c'était d'aller se coucher.

Répondant à sa question, Lëo relâcha doucement son étreinte avant de hocher la tête. Sans un mot, la bohème se releva alors, passant sa main dans les cheveux de l'adolescent ; il n'avait plus à s'en faire, ils étaient tous les trois là pour le protéger désormais. Nora lui adressa même un tendre sourire ; comme une mère aurait fait avant d'aller se coucher à son tour. Le corps endolori et douloureux, il lui fut difficile de se relever, mais une fois debout, la Vagabonde ne mit pas longtemps avant de regagner son lit de misère, à même le sol. Enfin, c'était toujours mieux que de dormir à la belle étoile, en présence de bêtes sauvages et d'éventuels nomades aux pensées mal placées.

Les yeux fermés, la brunette aurait pu s'endormir en seulement quelques secondes, si la voix du petit blessé ne s'était pas rapidement élevée dans les airs :

" No...Nora... Vous pourriez dormir à côté de moi... s'il vous plait... "

Surprise, la jeune fille se redressa, avant de laisser un énième sourire traverser son visage. Sans un mot, l'Âme Errante tira les couvertures miteuses et le coussin qui lui servaient de lit pour les ramener aux côtés de l'enfant. Épuisée, la jeune fille ne mit pas longtemps avant de se laisser aller au pays des songes, après seulement quelques secondes passées à chantonner à l'oreille du blessé ; telle une berceuse pour endormir les plus petits. Et d'une certaine manière, ça avait également marché pour la fuyarde.

La nuit fut longue et reposante ; une nuit sans rêve, ni cauchemar.

Ce n'est qu'au petit matin, lorsque le soleil s'était levé depuis plusieurs heures déjà que Nora émergea de son sommeil. Les yeux embrumés, elle put néanmoins apercevoir Charly blottit contre elle, les yeux à peine ouverts, tandis que Lëo dormait encore à ses côtés.

" Ah ben tout de même ! Je me demandais si tu allais te réveiller un jour. "

Malgré la fuite, la traque et l'angoisse, la voix de Jean était toujours aussi chaleureuse qu'à son habitude. Cela ne put qu'étirer un sourire sur le visage de la Lockwood, tandis qu'elle se mettait assise dos au mur ; le cadet en profitant alors pour poser sa tête sur ses jambes.

" Pour une fois qu'on peut profiter d'un toit. " lança-t-elle d'un ton presque amusé, avant de passer sa main dans les cheveux de Charly, " Et toi, tu as bien dormis ? "
" Oui, oui.. " lui répondit-il en baillant.

Le réveil n'était pas toujours facile ; et pour elle non plus. Tout en se frottant les yeux, une bonne odeur d’œufs cuits remonta jusqu'au narines de la Vagabonde. Ce n'est que lorsqu'elle posa son regard sur le feu qu'elle vit qu'un repas y cuisait. Depuis leur fuite, Jean et Nora ne prenaient que des repas le matin - et éventuellement un fruit dans l'après-midi - car ils préféraient économiser leurs provisions, et permettre au petit garçon de toujours manger à sa faim. Pourtant, ils n'avaient pas de produits aussi frais que des œufs ou de la viande.

Le regard de la Lockwood dut se faire suffisamment interrogateur pour que le bohème ne se décide à lui expliquer tout ça.

" J'ai trouvé de quoi préparer à manger dans les maisons alentours, et quelques provisions pour les jours à venir. " lança Jean, enjoué, " On va pouvoir prendre des bons repas ! "

Comme réveillé d'un coup, le cadet du petit groupe se redressa immédiatement, les yeux brillants.

" Vraiment ? "

Amusés, les deux adultes finirent par laisser de léger rires s'échapper de leurs lèvres, tandis que l'ainé tendait une assiette remplit d’œufs brouillés au gourmand. Puis, ce fut au tour de l'Âme Errante et du dormeur. D'une main, la jeune fille le poussa légèrement, avant de poser son assiette à ses côtés.

" Lëo, il est l'heure de se réveiller.. "

Une fois de plus, elle avait tout d'une mère s'occupant de se enfant qui refusait de sortir du lit. Ce petit-déjeuner ne pouvait que lui faire du bien.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 10 Jan - 23:27







Petit déjeunerJ’ai faim IRL !!!!!!!!!!!!!!!!



01101001110100101110001
Pourquoi les enfants ont peur du noir ? Pourquoi regardent ils sous leur lits ? Dans leur placard ? Pourquoi dorment ils la bougie allumée ? Pourquoi vont-ils se coucher dans le lit de leurs parents ? Pourquoi demandent ils à leur mère de dormir dans leur lit ? Ont-ils une imagination débordante ? Ont-ils un esprit tordu ? Qui crée des monstres en tout genre avec cinq bras, un œil –ou trois- et des dents acérées ? Ou, ont-ils une vision totalement différente de celle des alutes ? Voient ils des choses, des esprits, des trucs invisibles pour les grands ? Et que quand on grandit, on ne voit plus et on oublie…

Et c’est dans les ténèbres les yeux fermés que le marchand de sable vient faire sa tourné. La douce chaleur procurée par ce corps endoloris qui à côté de lui est venu se déposer lui permis, ne serait ce qu’un instant, de s’apaiser. Et ce fut dans un sommeil sans rêve, que l’enfant maintenant endormi, put apaiser ses peines et penser à ses amis. Et dans le silence, seul le feu crépitait, et dans l’instance, le temps s’accélérait.

Pas une image, pas un personnage, aucun grain de sable ne vint réveiller le borgne. Son sommeil était trop lourd. Les autres eurent le temps de se lever, d’entièrement se réveiller. Ni les bruits des œufs cassés, ni l’odeur qui s’en dégageait, ne vint le troublé. Ce fut cette pression douce et rassurante qui vint le surprendre. Et cette voix qui l’appelait. Les morceaux de puzzle purent se recoller. La douleur reprit, non pas celle de ses blessures, désormais l’enfant s’y était en partit habituer, mais plutôt ceux des courbatures.

Les yeux eurent du mal à s’ouvrirent, du sable était resté sur le coin de son œil et le collait. Cheveux en batailles, ces yeux témoignait d’une nuit de paix et de sérénité qu’on regrettait d’avoir briser. Et avec un rire moqueur qui ne se voulait pas méchant, le monsieur fit sa remarque :

« Ouh là ! Mon garçon, tu n’es pas du matin ! »

Pour le matin, on repassera. La matinée était déjà entamé. Il faut dire qu’après toutes les histoires de la veille, le jeune exorciste avait été secoué. Et même si cette nuit avait été précieuse, il avait peur de ne plus retrouver de semblable dans sa chambre entre les murs gris, sans Nora. Il se sentait bien avec elle, son aura de gentillesse était contagieuse. Alors que l’endormi essayait de faire le point sur la personne qui avait parler, ce dernier fit une nouvelle remarque :

« En plus de ne pas être du matin, tu dois avoir le nez bouché ! »

Et maintenant qu’il le disait, il n’avait pas fait attention à l’odeur de la nourriture. Et instantanément, le ventre répondit. Dans le petit silence qui suivi, son estomac fit des siennes. Un grondement sourd raisonna dans la pièce. Il y eut d’abord un sourire, puis tous, même le cadet partit en éclat de rire. Lëo ne ressentait aucune gêne, aucune honte… Il était juste bien. Le monsieur avait l’air gentil et drôle, Nora était aussi gentil et ce ne serait pas le petit… Charly c’est ça… qui ferait le contraire.

Le calme revenu, l’enfant put remercier ces sauveurs pour le repas et se saisir de son assiette. Depuis combien de temps n’avait il pas manger. Mis à part la pomme dans la nuit, il n’avait rien manger depuis le midi de la veille, c'est-à-dire longtemps. Et alors que les assiettes étaient presque finit, le garçon fouilla dans son sac. Il en sortit une petite boîte en fer un peu cabossé à cause de la veille. Il l’ouvrit avec un peu d’angoisse. Mais ils étaient presqu’intacte. Une dizaine de cookie, ceux d’Hereata, il les avaient piqué… enfin, emprunté. Depuis qu’il en avait mangé à Orléans, il pouvait en engloutir une dizaine par jour. Après en avoir mis un à côté de son assiette presque vide, il se leva -un peu difficilement…- et tendit la boite au cuisinier qui en pris un avec gourmandise, au petit garçon qui en pris même deux et enfin, à Nora.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mer 14 Jan - 1:40

Bonheur


" Les trois clés du bonheur dans la vie : se soucier des autres, oser pour les autres, partager avec les autres. "


J'aurai aimé connaître Lëo dans une autre vie, loin de cette guerre, loin de tout ça. Sans doute aurait-il été plus heureux de la sorte, plus souriant et jovial. Chaque visage enfantin que je croisais semblait plus triste que l'autre. Timothy pleurait le départ d'Allen, Elsje face à la mort, Dirty pour son frère et sa famille, Lëo pour ses compagnons morts au combat et pour tant de raisons encore. Si j'avais pu remonter le moral de certains d'entre eux, il m'était impossible de changer le passé. Je ne pouvais leur offrir une vie plus belle, un avenir plus radieux. Tout ce que je pouvais faire.. c'était de leur faire oublier leur condition, l'espace d'un instant. Pour qu'enfin, ils redeviennent de véritables enfants.


Si cela n'avait tenu qu'à la bohème, sans doute n'aurait-elle pas réveillé ce petit ange endormi. Après tout ce qu'il avait enduré, sans doute était-il épuisé. Pourtant, il lui fallait se lever et prendre un bon repas s'ils voulaient reprendre la route. Nora ne savait combien de temps il pourrait rester à leurs côtés mais.. le plus court serait le mieux ; pour lui, comme pour elle. Néanmoins, ils avaient encore un peu de temps avant de se dire adieu, ou au revoir. Finalement, le petit exorciste finit par ouvrir les yeux, le regard encore embrumé et les cheveux en bataille. Cette vision ne put que faire sourire la jeune fille, tandis qu'elle l'observait se redresser. Oh comme elle regrettait de l'avoir réveillé ! Cela devait vraiment être dur pour lui, en ce moment, de faire disparaitre tous ces moutons qui devaient courir devant ses yeux.

Sans doute aurait-il été capable de se rendormir dans l'instant si on lui en avait laissé l'occasion. Chose que Jean ne put s'empêcher de relever tout en riant de bon cœur :

" Ouh là ! Mon garçon, tu n’es pas du matin ! "
" Moi aussi, j'aurai bien dormi encore un peu.. "

Il était vrai qu'elle aussi n'était pas du matin et même, avait toujours été une grosse dormeuse. Ce n'était que depuis sa cavale que l'Âme Errante passait des nuits agitées par la paranoïa et la crainte de la capture. Enfin, là n'était pas la question ! Mieux valait penser à de jolies choses.

" En plus de ne pas être du matin, tu dois avoir le nez bouché ! "

Surprit, ce ne fut sans doute qu'à cet instant que le portugais se rendit compte que le repas était servi ; tout comme son estomac. Celui-ci se mit à faire un bruit monstre, avant qu'un lourd silence ne s'installe. Tous se mirent à sourire, avant de finalement laisser les rires voler en éclats. Même Lëo se joignit à la partie, comme si la guerre ne pesait plus sur leurs épaules à tous. C'est le moment que le petit homme trouva le plus propice à des remerciements, que ce soit pour le repas.

" Tu n'as pas à nous remercier ! C'est tout naturel. " lui répondit-elle avec simplicité, " Mange vite, va, avant que ça ne refroidisse. "

Comme intimé par les paroles de la Vagabonde, le petit garçon se mit enfin à manger, toujours sous son regard protecteur. Charly et Jean avaient quant à eux déjà presque terminés leur assiette. Ah, les hommes et la nourriture ! De vrais goinfres, surtout lorsqu'ils sont enfants. Elle ne put s'empêcher de faire une regard avec malice :

" Ça n'a peut-être pas l'air, comme ça, mais c'est bon. "
" Oh, t'es rude eh. Je me suis levé pour préparer tout ça ! "

Malgré ses paroles qui auraient pu être râleuses, il n'y avait que de la bonne humeur dans tout ça. L'atmosphère était si légère, si calme ; cela faisait un bien fou. Puis, cela ne s'arrête pas là.

Tandis que les assiettes se vidaient, le blessé se mit à fouiller son sac, en sortant une boite métallique qui intrigua les trois voyageurs ; surtout Charly. Très vite, il en sortit des gâteaux, qu'il proposa à tous les membres de l'escouade. L'ainé en prit un, la benjamine également et le cadet se laissa aller à la gourmandise en en prenant deux ; mais en le remerciant aussi chaleureusement.

" Merci ! "

Après tout, ils pouvaient bien se permettre ce genre d'écarts, surtout si c'était proposé avec tant de gentillesse.

" Ils sont excellents ! " fit remarquer la jeune fille, " C'est toi qui les a fait ? "

Ce n'est qu'après avoir obtenu sa réponse et que le repas fut officiellement terminé qu'ils commencèrent à plier bagages, ensembles. Jean et Charly furent les premiers à mettre le nez dehors, tandis que la parisienne peinait un peu plus à remettre son sac en ordre. Le golem que lui avait offert Aloïs, celui d'Amelia, les lettres de son londonien, les photos de famille.. C'est que ça prenait de la place ! Mais voilà tout ce que l'Âme Errante possédait. Un léger soupir s'échappa alors de sa bouche, tandis que son regard passait des photos à Lëo :

" On va te ramener jusqu'à la prochaine grande ville sur notre chemin. Comme ça, tu pourras appeler la Congrégation. Ça te va ? "

Un triste sourire naquit alors sur le visage de la brunette ; sans doute souffrait-elle autant de le perdre que lui, à les quitter. Mais ainsi se devait d'aller la vie.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Dim 18 Jan - 23:13







Les corbeaux migrentDernier voyage en si bonne compagnie.



01101001110100101110001
Le repas était délicieux. Et le portugais se donna à cœur joie pour finir son assiette et avec les cookies d’Hereata, c’était encore mieux. C’était un peu sa façon de les remercier et de contribuer à ce repas. C’était vraiment des gens gentils. Le garçon ne comprenait pas trop pourquoi on les poursuivait. Enfin, si ! Il comprenait : pour l’innocence et tout ça. Seulement comment on pouvait s’en prendre à des gens aussi gentils. Car, oui, les blessures caché par les bandages de son amie, la bohème, n’était sûrement pas du à autre chose qu’un combat.

" Ils sont excellents ! " complimenta-t-elle, " C'est toi qui les a fait ? "

Un sourire échangé. Non, ce n’était pas qu’y en était le pâtissier, cependant ceux qu’il avait fait avec l’îlienne étaient sûrement tout aussi bon. Mais ça, il ne le saura jamais.

« Non, c’est pas moi. C’est une amie, on en avait fait une fois, en cachette, mais pas ceux là. »

Ventre comblé, chacun pus faire l’inventaire de ses affaires. Charly et le monsieur sortirent dehors pendant que les deux blessé avait un peut plus de mal à finir. Lëo en profita pour faire le point sur ce qu’il avait. Seul le golem et la boîte en métal semble avoir été malmener. Il y avait des composantes électronique partout : condensateur, résistance, carte mémoire, caméra et tout plein de truc électronique en mille morceaux. Au moins, il était sûr d’une chose, il n’aurait pas pus être mis sur écoute. Il prit bien soin de regarder si sa montre à gousset était bien en état. Heureusement, elle était solide et de qualité.

Il finit par inspecter ses bandages qui n’étaient pas rouge du tout et son bleu au ventre, qui dépassait la zone bandé. Non sans mal, il mis son sac en bandoulière sur l’épaule et attendis Nora.

« On va te ramener jusqu'à la prochaine grande ville sur notre chemin. Comme ça, tu pourras appeler la Congrégation. Ça te va ?
- D’accord… »

C’était un petit "D’accord", à la fois parce qu’il hésitait à retourner à la congrégation mais en prenant le risque de gêné ses sauveurs, et à la fois parce qu’il voulait retrouver ses amis –et famille. À coup de sourire forcé, ils s’obligèrent à sortir comme si ni l’un ni l’autre ne voulait quitter cette endroit où ils avaient parlé, comme si quand il serait dehors, ils devraient de suite se préparer.

Mais le choc à la sorti fut rude. Le village… le village était totalement dévasté. Et c’était d’autant plus spectaculaire qu’il le voyait en plein jour. Là où devait sûrement se tenir un marché le matin même, il n’y avait qu’un rat qui grignotait des légumes. Façade éventrée, rue déserte, si l’un aurait été seul, il serait vite parti en courant. Et Lëo ruminait. Stupide akuma ! Il s’en voulait d’avoir perdu en Amérique et de ne pas être sûr de la mort de ce corbeau de malheur. Il n’avait pas pu donner le coup de grâce, faute de force. Lëo serra ses poings de colères et gardait la tête baissée pour ne pas regarder. Pourtant, il était déjà passé dans un de ces villages, c’était là qu’il avait piqué une chemise. Mais les blessures et la douleur lui avaient caché toutes les horreurs qui l’entouraient.

Heureusement, le calvaire fut de courte duré que déjà, ils sortaient du village. Et Charly, qui jusqu’à maintenant se taisait pris dans ses pensés à réfléchir et à essayer de comprendre se qu’il s’était passé, où à comment les oiseaux volaient, où d’autre pensées diverses d’un enfant de son âge, il courut vers l’exorciste enfantin et se mit à marché à côté de lui. Les adultes discutaient derrière eux.

« Dis ! Pourquoi t’as un œil tout bizarre ? »

Lëo, qui était déjà plus dans ses pensées depuis que le garçon l’avait rejoint, ne sembla pas choqué par la question. Combien d’enfant la lui avait déjà posé. Seulement cette fois, il ne pouvait plus répondre "parce que je suis né comme ça". Par contre, "C’est Dieu qui en a décidé ainsi" était une réponse tout à fait convenable.

« Et bin ! Parce que je suis un exorciste. »

La réponse lui sembla tout à fait banale au borgne. Mais cette réponse devait être accompagné d’une explication, sinon le petit français risque de ne pas comprendre.

« Attends, je vais te montrer ! »
Alors, par la penser, le petit garçon activa son œil. Il pris une faible lumière verte et le plus gros des rouages sortit, comme un spectre, de son œil cristallin. Et alors, avec un brin d’imagination, sur la main tendu, une forme apparu. De la paume, en sorti un petit moulin, à peine plus grand que sa main, ses pales semblait tourné au grés du vent. En réalité, c’était la parfaite réplique de celui qu’on voyait au loin. Puis, il parti dans un nuage de poussière. À la place, ce fut un oiseau, de la taille d’un corbeau. Il ouvrit ses ailes, serres entourant le bras du portugais, et il s’envola. Ce dernier fut même surprit d’un avoir projeter un aussi gros. Et l’oiseau vert décrivit un petit cercle avant de disparaître dans un nuage de paillettes.

Jugeant que la démonstration était des plus concluantes, le borgne désactiva son innocence. Il se sentait à peine fatigué. Le jeune garçon, lui, semblait émerveillé, yeux pétillant et bouche bée.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Jeu 22 Jan - 11:17

Crainte


" La volonté ne consent au mal que par crainte de tomber dans un mal plus grand. "


Le repas avait été léger, paisible et jovial. La dernière fois où je me suis sentie aussi bien, ce fut lors de mes retrouvailles avec Ellie et tous les bohèmes. Mais cette soirée là, tout avait basculé pour que la situation soit telle qu'elle l'est aujourd'hui. Je me souviens des cris, des coups de feux et des airs terrifiés. Le sang, la peur, l'angoisse, la mort.. Alors que quelques minutes auparavant, tout n'avait été que bonheur, rires et convivialité. Alors, oui, actuellement, j'étais terrifiée. Je craignais l'arrivée prochaine d'une catastrophe, de quelque chose qui briserait ce bonheur. Les Akumas qui avaient attaqué Lëo et son groupe pouvaient revenir ; mais pas seulement. Central et ses chiens pouvaient également retrouver notre trace, de la même manière qu'ils avaient fait dans le camp. Tant de choses pouvaient arriver.. sans que nous soyons prêts.


Quand bien même le petit garçon n'était pas le cuisinier des cookies, ils n'en demeuraient pas moins excellents. Ce genre de denrées, cela faisait de longues semaines que la Vagabonde avait mis une croix dessus ; se contentant du nécessaire et de quelques fruits les moins chers des marchés. Cela lui rappelait Hereata, ainsi que leur rencontre. Un jour avant sa terrible mission à Paris, la bohème avait fait la rencontre de l’îlienne et toutes deux avaient partagé des rires ainsi que de bons petits gâteaux. Au final, malgré les remontrances de Sam, la brunette continuait toujours de vivre dans le passé, de doux souvenirs qu'il lui était impossible d'oublier. Pire encore, Nora ne pouvait s'empêcher de revivre ces moments à chaque instant, tant ces morceaux du puzzle étaient plus beaux que ceux qu'elle construisait actuellement. Pourtant, là, le temps d'un simple repas, même le présent sembla beau et accessible.

Mais ces instants finirent également par prendre fin, pour ne devenir qu'un tendre souvenir. Il fut l'heure de préparer ses affaires et d'expliquer la situation au petit garçon. Au fond, la bohème n'avait aucune envie de l'abandonner ou de le laisser retourner là-bas ; mais pour lui, sa survie et son bonheur, c'était le mieux à faire. Et, au vu du faible " d'accord " que lui avait soufflé l'exorciste, la Lockwood sut qu'il était tout aussi perdue qu'elle.

C'est aidés de sourire de façade que les deux comparses quittèrent la maison abandonnée, avant de faire face à Jean et Charly.

" Vous êtes prêts ? On a une bonne journée de marche avant d'arriver à la prochaine ville. J'crois.. "

Si un sourire traversait son visage un brin fatigué, les pensées du trentenaire étaient toutes autres. Tout comme la Vagabonde et le jeune adolescent, il ne pouvait s'empêcher de fixer les décombres du village, désormais parfaitement visibles en plein jour. Face à une telle vision, la brunette sentit son estomac se nouer. Tout avait été laissé en plan, comme si la Mort les avait tous frappés en l'espace d'un instant. Un reste de marché continuait à subsister et de nombreux légumes étaient désormais dévorés par un rat solitaire. Peut-être que lui aussi avait perdu tout ce qui lui était cher, dans l'effondrement d'une maison. Les animaux aussi étaient touchés par cette guerre.

" Nous ferions mieux de partir. " souffla-t-elle, gorge nouée.

Ensembles, ils se mirent alors à marcher pour quitter le village ; ou, tout du moins, ce qu'il en restait. Si les deux adultes se tenaient en retrait pour discuter, ce n'était en rien le cas des deux jeunes enfants : Lëo ouvrant la marche et Charly se trouvant non loin de lui, visiblement occupé à observer les décombres. Tout cela devait être si dur pour lui, si sombre pour un esprit aussi lumineux.

" Tu penses qu'on arrivera à tout faire d'une traite ? "
" Nous n'avons pas le choix.. Je porterai Charly, s'il le faut. "

Lëo devait rentrer chez lui au plus vite et eux, devaient à nouveau disparaître dans la nature. Dans tous les cas, les trois bohèmes devraient abandonner l'adolescent dans une grande ville, sans pouvoir attendre l'arrivée des siens pour partir. Tout aurait été bien trop dangereux.

" Dis ! Pourquoi t’as un œil tout bizarre ? "

Surprise, la jeune femme finit par lever la tête en direction des deux plus jeunes. Décidément, la curiosité était un sacré défaut ; mais ne put que faire sourire la parisienne. Qu'allait répondre Lëo à ça ?

" Et bin ! Parce que je suis un exorciste. " lui répondit-il sans mesurer la gravité de ses paroles, " Attends, je vais te montrer ! "

Se tenant à seulement quelques mètres de l'adolescent, il ne fut pas difficile à la Vagabonde d'observer les exploits de ce dernier. Une vive lumière verte se mit à émaner de son œil, tandis qu'un moulin de lumière se formait dans la main du portugais. Puis, en l'espace d'un instant, il prit la forme d'un gros oiseau, avant de déployer ses ailes et de prendre son envol. Puissant, l'animal éclaira le ciel de sa lueur pendant un court moment, avant de disparaître en un nuage de paillettes verdâtres. L'innocence était belle, la jeune femme en était désormais consciente. Même si elle choisissait des être humains qui ne désiraient pas comprendre, elle n'en demeurait pas moins magnifique. Malgré les risques, l'Âme Errante ne put s'empêcher de laisser un sourire naître sur son visage ; tandis que Charly avait le regard aussi brillant que les paillettes d'innocence.

D'une démarche lente, la brunette finit par rejoindre les deux enfants et par poser sa main sur la tête de l'aîné tout en affichant un léger sourire.

" Ton innocence est impressionnante, Lëo. " fit-elle tout en lui ébouriffant les cheveux, " Mais évite de nous faire remarquer, n'importe qui a pu voir ce que tu viens de faire. "

Après tout, ils étaient en plein milieu des steppes russes et des éclats de lumière verte dans le ciel, ce n'était vraiment pas commun. Cela pouvait donner des informations à une éventuelle patrouille à la recherche de l'enfant, certes, mais cela pouvait également attirer les poursuivants de la Vagabonde. Pourtant, malgré la crainte qui avait animé les paroles de la fuyarde, elle n'avait pu en vouloir au jeune garçon. Après tout, il n'avait rien fait de mal.

Puis, tout à coup, Nora sentit une légère pression sur ses doigts bandés ; et il ne lui fallut pas longtemps pour croiser le regard chagriné de Charly.

" Peut-être que Mama nous a vu.. "

Il ne fallut qu'une phrase pour rompre le sourire de la Vagabonde. Silencieuse, la bohème finit par reporter son attention vers Jean, à la recherche de réponses, puis vers Lëo qui ne devait pas tout comprendre ; avant de fixer à nouveau le plus jeune du groupe. Un sourire de façade vint alors se loger sur les lèvres de la Lockwood, tandis que ses doigts serraient ceux du cadet.

" J'en suis sûre. " lui mentit-elle alors.

Presque rassuré, un sourire vint alors traverser le visage de Charly, tandis que ses yeux sombres parcouraient l'horizon, à la recherche d'une silhouette qu'il pourrait reconnaître. Attristée, la jeune femme finit par se remettre en marche, sans pour autant détacher son regard du petit garçon.

" Elle saura la route que nous avons prit et finira par nous rejoindre. Il faut qu'on se dépêche, si on veut dormir dans un bon lit ce soir ; et manger un repas chaud. "

Presque vivifié par de telles paroles, le petit brun se remit alors en route aux côtés des deux adultes. Ils se devaient d'arriver dans une grande ville avant la tombée de la nuit ; sans pour autant briser les rêves du petit garçon. Ce n'est que là que l'Âme Errante pourrait fournir d'éventuelles informations à Lëo. Là, devant Charly, elle se devait de garder le silence.

Et le sourire.


HRP:
 




I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Ven 30 Jan - 22:10







La dernière fois ?Bon repas ? Bon lit ?



01101001110100101110001
Les deux marchaient en tête. L’air était doux et la douce brise qui permis à l’oiseau de lumière de s’envoler faisant onduler leur cheveux. Maintenant qu’il venait de l’activer, il se rendit compte qu’il n’avait jamais vu son nouvel œil. Pourtant la réponse qu’il avait formuler pour son compagnon de route lui avait sembler si naturel et insouciant, ne songeant pas si l’enfant savait ce qu’était un exorciste. Cependant, la démonstration lui avait supprimé toute parole. Les poussière, comme les étoiles finissent par s’éteindre une à une. Aucune n’arrivera à touché terre car tout disparu bien avant. Ce fut cette main passée dans ses cheveux qui fit retomber sur terre l’adolescent.

" Ton innocence est impressionnante, Lëo. Mais évite de nous faire remarquer, n'importe qui a pu voir ce que tu viens de faire. "

Il fut alors tirailler par deux sentiments : la fierté et la honte. Fier de ce qu’il était devenu en aussi peu de temps et de tout ce qu’il avait eut l’impression d’accomplir. En effet, si son arme avait évoluer, c’était avant tout du à son entraînement.

Et le faite qu’on puisse le voir ne lui avait à aucun moment traverser l’esprit. Ce geste avait été fait de si bon cœur et avec une tel joie. Oui, il était fier de son innocence et il ne se passait pas un jour sans qu’il n’ait son petit quart d’heure d’entraînement. Enfin, aujourd’hui il devra s’en passer. Une bonne journée d’entraînement de marche forcé quoi de mieux ?

Comparer à certain qui rejette leur innocence, Lëo l’avait toujours accepter malgré les quelques problèmes que ça à put lui causer. C’est d’ailleurs grâce –ou à cause- d’elle qu’il était encore en vie et qu’il pouvait espérer rendre fière ses parents.

" Peut-être que Mama nous a vu.. "

Maman !? Il aurait voulu lui dire que maman l’avait sûrement vu comme toutes les fois où le portugais avait essayé de la rendre fière. Mais il se rendit que le cadet ne parlait pas de sa maman à lui mais de la sienne. Et le cœur du garçon se serra espérant de tout son cœur que la sienne soit encore de ce monde.

" J'en suis sûre. Elle saura la route que nous avons prit et finira par nous rejoindre. Il faut qu'on se dépêche, si on veut dormir dans un bon lit ce soir ; et manger un repas chaud. "

Le portugais en fut soulagé. De toute évidence, elle était encore en vie. Et le garçon se surpris de ne penser à rien d’autre qu’à un vrai bon lit et un vrai repas bien chaud. Non pas qu’il n’avait pas aimer la pomme de la nuit, ni le repas du matin mais il avait envie d’un repas très très copieux. Enfin, c’est avec cette pensé que la route continua pendant très longtemps.

*********************

Ce fut après de longues heures de marches, de courtes et peu nombreuses pauses, de faibles repas rationner, un sac un peu trop lourd, un ventre un peu trop douloureux, un vent un peu trop fort, des pieds un peu trop endolori… Tout cela pour dire que la fatigue avait rapidement gagné le petit comme le grand. Les deux enfants étaient très fatigués par ce voyage et tout ce qu’il s’est passé la veille.

Le cadet fut obliger d’être porter. Lëo lui préférait cacher sa fatigue et sa douleur, il détestait se plaindre. Quand on lui disait "ça va ?", il hésitait et puis disait "oui". Et ce jusqu’à ce que le soleil commençait à rougeoyer le ciel et à disparaître dans l’horizon. Tous, se demandèrent s’il arriverait quelque part avant que le lune ne se montre. Et enfin, elle apparu cette endroit inespéré : Minsk. Était ce la dernière ville où ils se verront ? Tous les quatre. La dernière fois qu’ils sont ensemble. Peut être la dernière ville où Lëo et Nora pourront parler… Mais Lëo espérait se tromper.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 7 Fév - 18:34

Adieu ?


" Le retour fait aimer l'adieu. "


La journée fut longue, bien plus que les autres fois. L'état de Lëo ne nous a pas permis de marcher à la même cadence que d'habitude et, comme à chaque fois, nous devions prendre de nombreuses pauses ; que ce soit pour lui comme pour Charly. Mes jambes me faisaient souffrir et je ressentais toujours la faim mais je ne pouvais me permettre de m'arrêter, ni même de me plaindre ; nous ne le pouvions pas. Comme du temps où j'étais encore à la Congrégation de l'Ombre, je me devais de sourire et de rester positive, pour eux. Pour ces pauvres enfants, voir l'un des leurs dépité devait être terrible, leur faire comprendre que quelque chose n'allait pas. Et ça, ça m'était impossible. Ils devaient en avoir conscience, bien sûr, mais en souffriraient plus si l'on venait à baisser les bras. Pour eux, je continuerai à sourire, à leur montrer qu'il reste toujours un espoir. Même si, au fond, je n'étais plus sûre moi-même de cette vérité.


Toute la journée durant, la petite escouade avait marché, encore et encore, traversant des steppes russes toujours aussi grandes, avec toujours les même décors. C'était comme faire du sur-place, sans même avancer d'un centimètre ; et ça avait quelque chose de déroutant. Malgré les pauses et les arrêts, la bohème avait l'impression que ses jambes allaient finir par lui lâcher. Cela faisait déjà deux semaines qu'elle ne s'était pas réellement posée quelque part, afin de se reposer dans une ville le temps de quelques jours. Là, elle ne s'était permis que de dormir la nuit, avant de marcher toute la journée. Ce n'était pas suffisant ; et ça, son cœur amaigrit et blessé n'avait de cesse que de lui rappeler. Une fois Lëo déposé dans la première ville qui traverserait leur chemin, la troupe prendrait sans doute une semaine de repos dans une autre un peu plus loin. Cela leur ferait du bien à tous ; et leur permettrait de gagner un petit peu d'argent. Car ça, après la fatigue, c'était leur plus gros soucis. Mais mieux valait ne pas penser à tout cela ; et tenter de motiver sa petite bande.

Ce ne fut que lorsque le soleil commença à disparaître à l'horizon qu'ils virent les premiers bâtiments d'une ville ; avant d'y arriver lorsque les premières étoiles apparurent dans le ciel, tout comme les lumières dans la ville. Tout était calme, la ville également. Malgré quelques passants qui vaquaient à leur occupations, la ville de Minsk respirait à la tranquillité. Et, au fond, c’est tout ce qu'ils cherchaient.

" Nous y voilà enfin ! " lança Jean d'une voix enjouée, mais fatiguée, tandis que Charly endormi sur son dos entrouvrait légèrement les yeux.

Après toute une journée de marche laborieuse, les voilà enfin dans une ville ; et pas abandonnée cette fois-ci. Tous pourraient passer une bonne nuit de sommeil dans une auberge, mais pas une de plus, car voilà tout ce que leurs économies leur permettait pour le moment ; avec un peu de provisions pour les jours à venir, mais rien d’extravagant.

" Nous avons bien mérité un peu de repos, ainsi qu'un bon repas. "
" Un bon repas.. ? "

Amusée par les paroles du petit, Nora hocha alors la tête, pour lui confirmer ses dires. Le ventre de Charly criait famine, et sans doute celui de Lëo également. Les enfants ne pouvaient se permettre de passer trop de temps sans manger et, au fond, l’Âme Errante comprenait très bien pourquoi. Mais hormis un peu de pain, la parisienne ne mangerait sans doute rien ce soir ; tout comme Jean. Enfin, ils pourraient au moins s’estimer heureux de passer la nuit dans un bon lit douillet. C’était toujours mieux que rien, et cela les aiderait à repartir du bon pied le lendemain matin. Ou dans la nuit éventuellement ; car il ne fallait pas trainer trop longtemps dans une ville où séjournait un exorciste perdu. La brunette avait du mal à songer à de telles séparations et pourtant, ils ne pouvaient y couper. Enfin, sans doute leur restait-il encore un peu de temps avant ça.

Tout en avançant dans la rue principale de la ville, le regard de la Lockwood se posa sur une façade portant un insigne avec des écritures étranges. Et, au vu de la tête du bâtiment et de l’odeur qui s’en dégageait, cela ne pouvait qu’être une auberge. Enfin, elle l’espérait.

" Allons voir si cette auberge a encore une chambre. " souffla-t-elle alors, " On ne restera pas plus d'une nuit ici de toute manière. "

Et pas même une nuit complète, aurait-elle voulu ajouter ; mais mieux valait éviter de songer à ça pour le moment.

Ensemble, le petit groupe s’avança alors à l’intérieur de la bâtisse, avant de se diriger vers le comptoir où une vieille femme à la mine aigrie mais chaleureuse se tenait. Heureusement, les gérants de ce genre d’endroits parlaient souvent l’anglais ; mal pour tenir une conversation très longtemps, mais suffisamment bien pour louer une chambre et donner quelques explications. En échange de la plupart de leurs économies, ils obtinrent une chambre avec deux lits pour la nuit, ainsi que le petit-déjeuner offert par la maison ; ils durent avancer encore un peu d’argent pour que les deux petits puissent bénéficier d’un dîner chaud. Clefs obtenues, l’Âme Errante se sentie presque soulagée, mais toujours aussi nerveuse à l’idée de tomber – à un moment ou à un autre – sur une troupe envoyée par la Congrégation de l’Ombre.

Après avoir poussé un léger soupir, sans toutefois perdre son sourire, la parisienne reporta son attention sur Jean.

" J'vais aller acheter quelques provisions pour les jours à venir avant qu’il ne fasse totalement nuit. Vous feriez mieux d'en profiter pour aller prendre un bain. "

Face à ce conseil, ce fut Nora comme Charly qui tirèrent une moue perplexe. L’ainée n’avait jamais aimée se retrouver dans des étendues d’eau, sans pour autant être une personne sale pour autant. Mais ces moments passés à se laver étaient toujours une grande source d’angoisse pour elle. Enfin, ce n’était pas une baignoire qui aurait raison d’elle. La jeune fille se devait d’être forte et puis, cela lui ferait du bien de se décrasser un peu.

Sourire aux lèvres, la brunette baissa alors le regard en direction des petits garçons, avant de leur dire :

" Je vais vous faire couler un bain chaud et.. je vous fais confiance pour que vous vous laviez correctement, d'accord ? "
" Oui d'accooord.. "

Après tous, même s'ils étaient tous les deux des enfants, ils n'étaient plus des bébés pour autant. Ceci dit, la jeune femme se dirigea vers l'une des salle d'eau, s'occupant durant de longues minutes à leur faire chauffer une grande baignoire remplie d'eau et de savon, avant d'aller chercher des serviettes auprès de l'aubergiste. Elle les posa sur une chaise juste à côté de la bassine, ainsi qu’un gros savon avec lequel ils pourraient tous deux se nettoyer. D’ordinaire, cela n’aurait pas dérangé à la bohème de prendre un bain avec le cadet – après tout, il était comme un frère pour elle – mais pour un jeune adolescent comme Lëo, ça aurait pu être dérangeant. Pas pour elle, pas pour lui ! Alors, tant qu’à faire, ils n’avaient qu’à prendre le bain ensembles ; et que la brunette se retrouve enfin seule à seule.

" Si vous avez besoin de quelque chose, je serai juste à côté. Sinon, quand vous serrez propres et secs, vous pourrez descendre manger. Pas besoin de m’attendre. " leur souffla-t-elle alors, avant de les laisser dans la salle d’eau.

A son tour, l’Âme Errante se fit couler un bain dans la pièce annexe, avant de laisser glisser dedans après avoir retiré ses habits. Perdue dans ses pensées – et nerveuse dans cette eau chaude – la Vagabonde songea au dernier bain qu’elle avait pris. Fermant les yeux, elle aurait presque été capable d’imaginer Ellie à ses côtés, avec sa présence rassurante, ainsi que ses mots justes. Comment tout ceci avait fait pour basculer aussi vite ? Pourquoi fallait-il que tout cela soit arrivé ? Plus le temps passait, plus la fuyarde regrettait ses gestes et ses actions. Qu’aurait-elle donné pour ouvrir les yeux et se retrouver aux bains de la Congrégation, en compagnie d’Amelia et de Hereata ! Ou mieux, seule, dans la baignoire de ses parents à Montmartre. … Ou chez elle, tout court. Mais, sans cela, jamais elle n’aurait pu connaître son londonien, ni Alexander, ni Lëo, ni Sam, ni aucun des membres de sa si grande « famille ». Pourquoi la vie était-elle si rude ?

Quelques gouttes d’eau salée vinrent alors se mêler à l’eau chaude.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mer 11 Fév - 23:31







Conspiration entre enfantsContre les conspirations d’adultes.



01101001110100101110001
La ville arriva comme un miracle, comme un salut divin au moment où chacun baissait les bras. Dieu avait entendu leur sourde plainte et leurs pieds endoloris. Même le grand monsieur se laissa à quelques faibles effluves de joie. Le seul pensé de chacun était celle d’un bon repas chaud et d’un bon lit. Nora le confirma et Charly comme Lëo ne pouvait cacher leur joie pour le confort et la nourriture.

Voir des gens entier et bien vivant réchauffer le cœur d’un enfant qui était trop jeune pour ce genre de joie. Voir une ville habiter par d’autre chose que des rats et des chats errants faisait du bien. Et sentir l’odeur de la nourriture, du gras, de la friture était beaucoup plus plaisant que celui du sang et de la pourriture…

Finalement, Nora finit par choisir une auberge, mais seulement pour une nuit, car ILS ne pourront pas rester. Lëo le savait implacablement bien, il restera dans cette ville jusqu’à l’arrivé des secours et ses sauveurs repartiront comme ils sont revenus. Mais là, il fallait pensée à l’auberge, les adultes prirent alors une chambre avec deux lits, alors qu’on était quatre. Et il vit Nora chuchoter quelque chose, sauf que désolé pour elle, mais le petit portugais ne parlait pas beaucoup mais entendait très bien. Il entendit très bien qu’il n’y aurait que Charly qui aurait droit à dîner. Et c’était inconcevable pour lui. Lui allait bientôt retrouver ses amis, sa cantine, ses bon repas, ses draps, son oreiller et tout le confort, alors qu’eux sont voués à fuir pendant quelque temps. Il avait déjà des idées en tête…

Jean se chargeait des courses. Et Nora, elle, se chargera des bains.

« Je vais vous faire couler un bain chaud et.. je vous fais confiance pour que vous vous laviez correctement, d'accord ? »

Lëo acquiesça de la tête. Quand elle tourna le dos pour aller dans les bains. Le garçon se faufila discrètement et rapidement vers la porte. Heureusement Jean n’était pas encore parti trop loin, il était dans la boutique en face. Le portugais traversa la rue et tira la manche du monsieur.

« Oh ! Mais qu’est ce que tu fais là ? Tu devrais être en train de te débarbouiller ! »

Ne sachant pas comment amener la chose, le garçon tendit sa main.

« Tenez ! »

Jean tendit la sienne. Une bonne dizaine de pièce tomba dans les mains du français. C’était au moins la moitié de sa solde du mois dernier. Le garçon, prévoyant comme il était, amenait toujours de l’argent avec lui. Surtout depuis qu’il avait vu cette montre dans une boutique avec Gwenaëlle et qu’il n’avait pas pus se l’acheter. Depuis, il avait beaucoup d’argent sur lui. Avec un timide sourire, il regarda Jean dans les yeux.

« C’est pour vos course ! »

Et sans laisser la possibilité d’une réponse, il se retourna et retraversa la rue pour entrer dans l’auberge. Cela signifie qu’il n’avait pas d’autre choix que de les garder.

Discrètement, comme il paressait souvent invisible, il rejoignit les autres. Son bain semblait à peine terminer. De toute façon, ça ne lui avait pas pris beaucoup de temps.

« Si vous avez besoin de quelque chose, je serai juste à côté. Sinon, quand vous serrez propres et secs, vous pourrez descendre manger. Pas besoin de m’attendre. »

Elle ne voulait donc pas manger de repas ce soir. Elle préférait se sacrifier pour les deux enfants. Lëo remarqua et respectait ce choix. Seulement, il détestait que les adultes fassent cela. Ses parents s’étaient déjà privés, faignant de manger, pour que le portugais mangeait. Sauf que si lui mangeait, les autres avaient aussi le droit. Heureusement, il lui restait encore quelques sous dans sa poche.

Une fois seuls, les deux enfants se déshabillèrent en silence. Lëo fut le premier à l’eau. Elle était bien chaude et agréable. Le garçon adorait l’eau, mais détestait les bateaux. À part le bruit de l’eau, il n’y avait rien. Le silence. Le borgne faisait glisser son doigt sur la surface alors que Charly se mouillait les cheveux. Et puis, il a bien fallu que quelqu’un brise le silence.

« Dis elle est où ta maman ? »

Cette question sonna comme si elle était préparée. Ces questions d’enfant qui trottine dans leurs têtes parce qu’il pense à d’autre chose. Lui devait sûrement penser à la sienne et ne pensait pas à mal en posant cette question. Le portugais eut simplement un sourire triste en ne voulant pas gêner le petit garçon. Ce n’était pas de sa faute.

« Elle est au ciel, au paradis. Elle est sûrement en train de nous regarder.
- À non ! Elle peut pas, elle a pas le droit de nous voir tout nu. » Ce ne put que faire sourire le garçon.
- Mais non, je voulais dire qu’elle veille sur moi. C’est devenu un ange.
- Et bin, moi, ma maman est bin c’est déjà un ange. Et bientôt, elle reviendra et on pourra encore voyager ensemble et tu viendras avec nous.
- J’aimerais bien Charly, seulement…
- Seulement quoi ? Si je le dis à Nora elle sera d’accord ! Et Jean aussi.
- Nan, c’est pas ça, c’est que j’ai plein d’ami qui m’attendent dans mon chez moi. Et je veux les retrouver.
- Ah ! Tu as beaucoup d’ami.
- Oui plein. Y a un monsieur un peu vieux mais très intelligent et qui fabrique plein de trucs qui explosent. Y a une dame, Hereata, toujours souriante. C’est elle qui a fait les cookies. Si tu veux, il m’en reste encore un peu.
- Oh oui ! Ils étaient trop bons ! Et puis y a qui encore.
- Et bin, y a un petit irlandais qui peut se téléporte. Et puis, ma maîtresse, elle a un petit singe trop mignon. Il fait comme ça. » Lëo se lança dans une piètre imitation de singe en se grattant le torse et la tête. « Y a aussi Gwen, c’est une française comme toi. Elle a les cheveux aussi rouge que le feu. Ils sont trop beaux. Et tout plein de gens tous aussi formidables.
- Ils ont l’air trop bien tes amis ! Tu me les présenteras, tous !
- Peut être un jour, on verra si l’occasion se présente. Enfin, là pour l’instant on va faire un jeu. On prend une grande inspiration et le premier qui n’arrive plus à rester sous l’eau a perdu. »

Il fit de grand signe de la tête.

« Alors, un… deux… Trois ! »

Une grande inspiration et les têtes furent plongées entièrement. Si Lëo savait rester calme et concentré, Charly ne pus résister très longtemps et don il perdit.

« Comment t’as fait pour rester sous l’eau aussi longtemps. Tu es trop fort.
- Ce n’est rien. J’ai lu qu’il y avait des gens qui pouvaient rester des minutes entières sous l’eau. Mais ce sont des professionnels et il ne faut pas le faire sans entraînement. D’accord !? »

Le ton ressemblait à celui d’un frère qui mettait en garde son frère d’un danger.

« Attend ! » Le borgne pris le savon. Il se badigeonna les mains avec et mis ses doigts en cercle. Il souffla à l’intérieur et une gigantesque bulle de dix centimètre de diamètre grossissait jusqu’à qu’elle n’explose. Émerveillé, le cadet se saisit du savon et fit de même. Il souffla, mais rien. Et le portugais fut pris d’un fou rire. Et il rigolait, et rigolait.

« Pourquoi tu rigoles !?
- Pour… pour rien.
- C’est pas drôle.
- Nan, c’est pas drôle, tu as raison. Tiens, mets tes doigts comme ça, et souffles. »

Si la bulle ne fut pas très grosse, elle était bien là et le petit en fut fier.

« Bon ce n’est pas tout ça, mais on est censé se laver ! »

Alors, ils le firent. Ils se nettoyèrent mutuellement le dos et se rhabillèrent. Leur repas les attendait. Il n’était pas extrêmement élaboré mais il était chaud et bon. Les deux enfants se régalèrent. Le repas était même un peu trop copieux pour eux. Le garçon rassembla tous se qu’il pouvait rassembler dans une serviette et la prit à la main.

« C’est bon, tu as bien mangé Charly ?
- C’était délicieux.
- Alors on peut y aller. Dis Charly, comme Jean et Nora va sûrement dormir par terre. Ça te dit de demander si tu peux dormir avec moi dans le même lit, comme ça l’un des deux pourra dormir dans l’autre.
- Oh ! C’est une trop bonne idée ! »

Les adultes n’allaient pas les avoir sur ce coup là. Lëo voulait absolument ne pas les déranger, il détestait qu’on se prive pour lui et encore plus quand c’est lui qui leur était redevable. Il leur devait la vie tout de même. Le repas encore tiède, ils arrivèrent dans la chambre. Tous deux se dirigèrent vers la vagabonde qui se battait avec ses cheveux pour essayer de les sécher.

« Tenez madame Nora. C’est pour vous, comme vous n’avez pas beaucoup mangé… »

Et les deux enfants sourirent, une nouvelle fois, ce fut un sourire qui ne laissait pas d’autre choix. C’était un ultimatum. Seulement, Jean n’était pas encore là pour manger sa part. Du coup, Charly garda sa serviette dans les mains.

« Jean n’est pas là encore ? »

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Mar 24 Fév - 18:33

Se coucher


" L'homme est le seul animal qui se couche sans avoir sommeil et se lève en ayant encore envie de dormir. "


J'aurai aimé rouvrir les yeux, et me retrouver chez moi, à Montmartre, à patauger sans me soucier de ce qu'il pouvait bien arriver dans la journée, à ne pas craindre une éventuelle attaque d'Akuma ou quelque chose dans ce genre là. J'aurai sans doute songé à ce que je ferais dans la soirée ; vagabonder dans les ruelles et faire de nouvelles rencontres, ou bien aller au théâtre. A cette époque, c'est le genre de pensées que j'aurai eu, légères, sans crainte ni angoisse. Là, je me demandais comment Lëo allait faire pour retourner chez lui sans que nous ne nous fassions prendre, ce que Charly allait bien pouvoir penser de ces douloureuses séparations, et si moi-même je parviendrais à dire adieu à ce petit ange. J'aurai sans doute mieux fais de fermer les yeux et d'essayer de m'endormir. Enfin, j'aurai pu le faire si je n'avais pas été dans l'eau.


Le corps à moitié plongé dans l'eau, l'Âme Errante fut incapable de compter les secondes qui avaient bien pu passer depuis qu'elle avait quitté les deux enfants. Tout ce dont elle était sûre, c'était que depuis l'eau avait considérablement refroidit et, l'avait en même temps motivé à sortir hors de ce liquide qui l'angoissait tant. Enfin, après avoir passé quelques minutes de plus à se laver le corps et les cheveux, bien sûr. Pour une fois que Nora pouvait prendre un bon bain chaud, elle n'allait pas passer à côté de ça. S'ils avaient eut plus de temps, sans doute en aurait-elle profité pour également fait tremper et sécher ses vêtements mais.. ce ne serait pas pour cette fois. La bohème pouvait au moins s'estimer heureuse qu'Ellie lui ait fourni de nouveaux habits, durant cette triste soirée. Les autres - troués et brûlés - n'auraient pas tenu bien longtemps ; et la jeune fille aurait peiné à s'en payer des nouveaux digne de ce nom. Même dans les moments les plus difficiles et précaires de sa vie, l'égyptienne avait été pour l'aider à remonter là pente. Pourrait-elle seulement un jour l'en remercier convenablement, ou lui rendre la pareille ? La Lockwood ne pouvait que l'espérer.

Cheveux encore humides, la jeune exorciste quitta la salle d'eau pour en les ébouriffant avec une serviette. Au moins, elle ne risquait pas d'attraper froid à cause des basses températures ; l'été était chaud, même dans un pays qu'on imaginait coincé dans les glaces éternelles tout le long de l'année. Épuisée, il ne fallut pas longtemps à la brunette pour se laisser choir dans l'un des grands lits de leur chambre de fortune ; tout en continuant à frotter ses cheveux avec vigueur. Sans doute se ferait-elle un peu plus de nœuds qu'elle n'avait déjà. Mais rapidement, elle abandonna la serviette dans ses cheveux, pour se saisir de son golem ; enfin, celui que lui avait confié la corbeau. C'était il y a si longtemps désormais.. tout comme ses retrouvailles avec son londonien. Allaient-ils bien, tous les deux ?

" Hé, je suis tombée sur un enfant exorciste dans les steppes russes. Il va sans doute passer un appel à la Congrégation pour qu'on puisse venir le chercher. Je repartirai juste après. Je te tiendrai au courant pour la suite. " laissa-t-elle comme message à Amelia, à travers le golem.

Ceci dit, la jeune femme eut à peine le temps d'éteindre le petit appareil et de le ranger dans son sac que déjà des bruits de pas résonnaient dans le couloir. Avant que la porte ne s'ouvre sur deux petites têtes bien propre et malicieuses.

" Déjà de retour ? " leur demanda-t-elle dans l'instant, un fin sourire sur le visage.

Tandis que les deux enfants s'approchaient d'elle, l'Âme Errante entreprit de recommencer à sécher ses cheveux ; au moins un petit peu, histoire de ne pas tremper les drapas en ramenant la moitié du bain. Mais Nora eut bien vite d'autres préoccupations ; car le petit borgne lui tendit une serviette semblant contenir de la nourriture.

" Tenez madame Nora. C’est pour vous, comme vous n’avez pas beaucoup mangé… "

Face à une telle attention, la Vagabonde ne put qu'afficher une mine surprise, avant de laisser son visage s'étirer en un fin sourire. Sur le coup, elle accepta le cadeau en silence, toisant à tour de rôle les visages illuminés des petits garnements.

" J'espère pour vous que les portions étaient copieuses et que vos estomacs sont bien remplis. " souffla-t-elle un peu sèchement, mais non sans malice, avant de retrouver sa tendresse, " Merci beaucoup. "

Lentement, la bohème se releva alors pour déposer un baiser sur le front de chacun des deux petits garçons, avant de retrouver sa place originelle. Il n'y avait pas lieu d'être si gentils ; tout ce qu'elle avait fait jusqu'à maintenant, c'était uniquement dans leur intérêt, pas pour obtenir quelque chose en échange.

" Jean n’est pas là encore ? " finit par demander Charly.

Durant le cours laps de temps où le silence s'était installé dans la pièce, la brunette eut le temps de croquer dans un morceau de viande, mais pas de la mâcher entièrement. Il lui fallut quelques secondes pour répondre aux interrogations de son petit protégé.

" Non, mais je ne pense pas qu'il va tarder. " lui répondit-elle avec légèreté, " Tu n'as qu'à poser les restes sur la table de chevet, là, il les verra en rentrant. Vous, vous allez bientôt vous mettre au lit, d'accord ? On a une longue route à faire demain.. "

Enfin, eux, pas Lëo ; mais c'était tout comme. Le cadet n'avait pas encore besoin de savoir cette triste vérité. Le visage bougon mais malicieux, Charles s'avança vers l'autre lit, avant de grimper dessus et de faire signe à son nouvel ami de le suivre ; pendant ce temps où ils purent sans doute partager une ou deux histoires, la Lockwood put terminer ce léger repas. Une fois la serviette vide, la parisienne se releva tout en s'étirant, avant de désigner le lit désormais vide.

" Laissons ce lit pour Jean, si vous le voulez bien. A moins que ça ne vous dérange que je vienne prendre toute la place dans le lit ? "

Il y aurait largement assez de place pour qu'ils puissent dormir tous les trois dans l'un des deux lit ; et, au pire, ils ne souhaitaient pas le partager avec elle, Nora irait dormir avec Jean et puis, c'est tout. Ce n'est pas comme si la bohème avait grandit à ses côtés ; dormir avec Henri, Louise, Ellie, Jean ou l'un des autres vagabonds du théâtre, c'était du pareil au même pour Nora. Ils faisaient tous partie de sa famille et, quand on a peu voire pas de moyens, on faisait avec ce qu'on a.

Tout en se dirigeant vers le lit où les deux enfants se tenaient, la Lockwood attrapa son sac avant d'en sortir le golem d'Amelia ; le réglant avant de finir par s'asseoir sur le rebord du lit.

" Tiens. " fit-elle tout en lui tendant la créature mécanique, " Je l'ai réglé sur la fréquence de la Congrégation, tu vas pouvoir les appeler comme ça. Et.. leur dire où tu es. "

Parce qu'il était hors de question de quitter la ville sans qu'ils soient certains que quelqu'un viendrait chercher le petit homme. On abandonne personne, chez les bohèmes.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  ©️ by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Ganuguryonu-chan† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1123 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : Watashi wa Ganuguryonu desu !!
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Sam 7 Mar - 22:17







AppelRassuré



01101001110100101110001
Une fois le repas offert, la française taquina un peu les deux enfants qui répondirent timidement d’un hochement de la tête. Et elle les remercia calmement. Pour le borgne, c’était la moindre des choses. Elle lui avait sauvé la vie. Puis, elle leur déposa un baiser sur le front. Lëo baissa les yeux en rougissant. Combien de temps lui avait on fait cela la dernière fois ?

" Non, mais je ne pense pas qu'il va tarder. Tu n'as qu'à poser les restes sur la table de chevet, là, il les verra en rentrant. Vous, vous allez bientôt vous mettre au lit, d'accord ? On a une longue route à faire demain.. "

Le portugais aurait préféré ne pas aller se coucher tout de suite, ou même très bientôt. Il n’avait pas sommeil. Surtout que ça veut dire que demain, à son réveil, il devra dire "au revoir"… Et il voulait vérifier que Jean avait bien utiliser les sous qu’il lui avait donner. Mais bon, Charly s’était déjà assis sur le lit et lui fit signe de venir. Nora finissait son repas pendant que les deux enfants regardaient le plafond. Ils avaient la tête dans les étoiles. Et Lëo tourna sa tête vers le petit.

« Charly, comment elle est ta maman ? »

Le petit eut directement les yeux brillants, non pas de larmes vu qu’il était sûr de son retour, mais d’admiration. C’était l’admiration d’un fils pour sa mère. Il ne se tarissait pas d’éloge, comme elle était belle, le teint bronzé, ses yeux. Il lui parla longuement de son tatouage, et un peu de son métier. Un peu le même que le petit portugais –tuer des méchant. Avec toutes ses informations le petit borgne compte, au cas où il tomberait sur elle, il pourra la rassurer sur son fils.

Il ne voulait pas que lui aussi perde sa mère, qu’il connaisse se manque, qu’il ne puisse plus être réveiller par cette voix familière, douce et chaleureuse. Surtout qu’il était plus jeune que lui.

« Et toi, elle est comment ta maman ? »

Silence. Le garçon se perdit dans le plafond, perdu dans un mutisme soudain. Il pensait avoir tourner la page. Il la voyait, son visage devant ses yeux. C’était son visage souriant, sourire forcé, alors qu’elle venait de l’apprendre. Il la voyait, il l’entendait lui dire d’aller dans sa chambre avec une voix calme, celle qui précède les pleurs. Et elle ne lâcha pas son sourire. Une larme perla du côté caché aux yeux de Charly, de son seul œil valide.

" Laissons ce lit pour Jean, si vous le voulez bien. A moins que ça ne vous dérange que je vienne prendre toute la place dans le lit ? "

Le garçon revint à lui, essuyant maladroitement la larme, essayant de le cacher au mieux. Il fit signe que ça ne le dérangeait pas. Au contraire, il se sentira bien plus rassurer. En chemin, elle prit son sac et lui tendit un objet très bien connu de l’enfant.

" Tiens. Je l'ai réglé sur la fréquence de la Congrégation, tu vas pouvoir les appeler comme ça. Et.. leur dire où tu es. "

Seulement, de suite, il eut plein de chose en tête. Il allait appeler la congrégation avec le golem de quelqu’un d’autre, et sûrement celui de Nora. Et si c’est lui qui appelait avec, en rentrant, on lui posera des questions auquel un enfant n’aurait jamais à répondre. Et surtout, il ne pourra pas mentir. Si Central arrivait à identifier le golem, elle risquait d’avoir beaucoup trop de problème. Du coup, serrant les petites ailes de l’automate, il se leva du lit fouillant dans une poche de son sac.

« Nora, je peux le bidouiller un peu… parce que si central intercepte la transmission, il risque de vous retrouver… Je ne ferai rien de mal et je ne le casserais pas… »

La bohême sembla un peu perplexe, cependant elle accepta non sans doute. Sourire aux lèvres de pouvoir touche un peu de mécanique, le portugais fit un grand sourire. Il se baissa excité et fouilla encore plus dans son sac, il sortit une paire de lunette spéciale. Bon, un verre était cassé, mais c’était le gauche, alors il s’en foutait. Il les mit, prit une petite trousse, des débris de son golem, des restes de câbles et se mit à les étaler sur la table.

Il ouvrit sa trousse, terriblement bien rangé, il y avait plein de tournevis, des cliquets, un petit marteau, tout plein d’outil. Et d’un geste précis, il ouvrit en deux le golem laissant apparaître les composants. Sérieux, il tripatouillait un peu partout. Il fit en sorte de connecter ce qui restait de son golem à l’autre. Et fit plein d’autre truc compliquer, avant de recoller les deux coques. Ainsi, aucun soucis, normalement…

Il demanda la permission de sortir pour passer l’appel. Il sortit en vitesse et se trouva un endroit calme et lança l’appel. Personne, le répondeur. Tout le monde devait soit être au réfectoire, soit en train de dormir. Enfin, il essaya une seconde fois.

« Congrégation ! Bonjour !
- Bon…bonjour monsieur.
- Qui est ce ?
- Lëo… Lëo de Oliveira, monsieur.
- Lëo le petit exorciste perdu !?
- Euh, oui, monsieur.
- Dieu soit loué ! Comment tu vas gamin ? Tu n’as rien de casser ?
- Non ça va monsieur.
- Allez arrête de m’appeler monsieur. Tu es où maintenant ?
- Je suis à Minsk, monsieur. » Il rigola
- Alors écoute moi bien, tu vas rester là où tu es, d’accord.
- D’accord.
- Une équipe est déjà en route ! Il ne devrait pas tarder. Tache de ne pas t’attirer de problème, si tu as le moindre soucie, tu rappel ! On vas les prévenir qu’il se dépêche !
- D’accord monsieur.
- Je vais te laisse et les appeler de suite !
- Merci, pour tout monsieur ! »

Et il raccrocha. Ils étaient déjà en route. Finalement, on faisait attention à lui. Rassuré par ce qu’il venait d’entendre, il retourna dans la chambre. Charly semblait déjà dormir, Nora non. Il put alors lui tendre le golem. Avec ce qu’il avait fait, Lëo avait enregistrer certaines donnés sur son propre golem cassé. Il les utilisera sur le prochain et avoir des nouvelles de Nora. Bien sur, un jour il espère pouvoir l’appeler.

« Voilà ton golem, merci. Il y a déjà des gens qui son parti de la congrégation pour aller me chercher. Et avec ce que j’ai fait sur ton golem, tu pourras appeler sans qu’on puisse te repérer ou l’intercepter. Tu devrais être plus tranquille, j’espère… »

Il fit un sourire en tendant l’automate de la congrégation à son réel propriétaire.

01101001110100101110001

©️ Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Au détour d'un chemin de campagne [PV Nora]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Chemin de campagne + Format carré
» Au détour d'un chemin sur Bréhat
» fleur bleue au détour d'un chemin
» Ma belle au détour d'un chemin de fer
» campagne bfg : Tour 2

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Russie-
Sauter vers: