Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
[Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Mar 17 Mar - 11:54

Tempête


" Le voeu fait dans la tempête est oublié dans le calme. "


Voilà quelques temps que je suis à Paris désormais et, chaque nuit m'a semblé différente de la précédente. Ici, tout bouge sans arrêt, comme dans une immense fourmilière mal organisée et qui tient malgré tout très bien en place. Les habitants de Montmartre savent faire la fête, et ne se cachent pas pour le faire ; mais même du côté des plus riches bourgeois le calme ne règne pas pour autant. Je dois bien avouer que c'est une belle ville, quand bien même elle ne vaudra jamais Constantinople et les pays du Sud. Sans doute finirais-je par y retourner pour revoir l'ombre de leurs bas-fonds, quand ceux de l'Europe m'auront fatigué.


Voilà quelques jours que la population parlait de faits étranges, de manifestations divines, de l'arrivée du jugement dernier et tous ces trucs de cul-bénis. Et pourtant, même si l'archiviste n'était pas croyant, il n'en demeurait néanmoins pas curieux vis-à-vis de ces rumeurs. Lorsqu'on avait des apprentis qui trainaient les pattes parmi la guerre sainte, il n'était pas difficile de croire en ces on-dit.

Et la Mémoire de l'Ombre avait eu raison de tendre l'oreille.

Un jour, tandis que ses pas l'avaient mené jusqu'en haut de la bute Montmartre, des détonations se firent entendre dans toute la ville. Paris était-elle attaquée ? Assurément que oui ; mais pas d'allemands avant l'heure, seulement des monstres. De loin, le vieil homme observa les évènements sans même intervenir, toisant ces créatures faites de mécanique frapper la population. Ce ne fut que lorsque les hommes en noir firent enfin leur apparition qu'Elias se mêla à eux, en tant que médecin. Il ne sut dire combien de civils vinrent à sa rencontre dans les combles d'une vieille maison sur la place Pigalle, mais ne put s'empêcher de pousser un long soupir de fatigue lorsque les affrontements cessèrent. Le calme semblait être revenu grâce aux exorcistes, mais pour combien de temps ? Combien de temps avant que ces vermines n'amènent de nouveau la peste ? L'archiviste n'aurait sut dire.

Dehors, tout n'était plus que débris et bâtiments abimés. Même l'une des ailes du Moulin Rouge avait été emportée dans ce carnage ; lumières rouges brisées que un homme bedonnant tentait vainement de ramasser. Peut-être était-ce le propriétaire de l'endroit ? Le vieil homme ne put s'empêcher de s'approcher, pour lui porter son aide ; mais surtout pour obtenir des informations sur le réel combat.

" Eh bien, avec tout c'qu'il c'est passé, les clients n'vont pas être nombreux. "
" Oh ne m'en parlez pas ! "

Le rouquin avait soufflé ces mots comme si le ciel lui était tombé sur la tête. Le Moulin Rouge connaissait-il déjà un déclin qui n'allait pas s'arranger avec tous ces dégâts ? Mais, ne perdant pas le Nord, l'Autre lança un regard brillant à son sauveur.

" A moins que vous ne vous soyez enfin décidé à passer la nuit en compagnie de l'une de nos filles, hum ? "

C'est qu'il ne perdait pas le nord le vieux moustachu ! Mais non, le bookman n'était pas là pour passer une nuit en compagnie d'une fille de joie. Certes, il devrait sans doute passer la nuit dans le cabaret et maison close mais.. pas pour les mêmes raisons que le tenancier espérait.

" Très peu pour moi, merci bien. " répondit-il avec une certaine humilité, " Je n'suis qu'ici pour aider à remettre tout ça en ordre et pour soigner vos blessés. Voyez plutôt ça avec les cul-bénis et leur croix de rosaire.. "

Tout en disant ces quelques mots, la Mémoire de l'Ombre désigna du regard des exorcistes et autres membres de l'Ordre Noir s’affairer à remettre la place en ordre, tandis que toutes les étoiles brillaient déjà dans le ciel. Sans doute ne diraient-ils pas non à passer une bonne nuit au chaud ; à moins que les joies de la chair ne viennent à effrayer les religieux. Ah, et on appelait ça des hommes ?

L'humanité fera décidément toujours rire Elias.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Mar 17 Mar - 20:24







RavageLes parisiens ne savent pas faire les cigarettes.



Putain ! C’est du vol. Si je n’avais pas envie de fumer de suite, je ne serais pas. Pourtant, ce ne devait pas être les tabacs qui devrait manquer dans ce patelin un peu trop grand pour moi. Trop de bruit, trop de gens, trop de gens stupides. Si je n’étais pas en mission, je ne serais pas là non plus. Enfin, je devais me décider sur le paquet que je devais prendre. Je ne voulais pas fumer de la merde, ou en serait l’intérêt, surtout vu les prix. Pourquoi il avait fallu que j’eus fumé le paquet que j’avais emporté pendant l’interminable voyage.

Mon escouade m’attendait dehors, ils discutaient de la pluie et du beau temps. Et moi j’hésitait devant deux de ces paquets de crèves poumons. Si mon père me voyait, il a longtemps que je me serais pris une bonne baffe. Seulement au moment au je me dirigeais vers la caisse, Il y eut une explosion et des cris. Il ne fallait pas chercher plus, c’était le pourquoi j’étais ici.

De suite, je regardai par la porte. Les cinq membres de mes groupes prenaient déjà les choses en main. Déjà, il conduisait une partie de la population dans un lieu sans ses monstres.

Seulement, certains ne semblaient pas aussi téméraires. Je parle bien sur du pauvre caissier qui se pissait à la culotte derrière son comptoir. Je fourrai les deux paquets dans mes poches et de mes deux mains libres je lui attrape la ceinture et le col. D’un geste, je le soulevai et le remis sur ses pieds.

« Allez vous mettre à l’abri autre part ! »

Une fois dehors, je pris le rapatriement en main. Conduisant les rescaper loin des canons, je m’occupait surtout de enfants en première nécessité, les grands peuvent mieux se débrouiller. Heureusement, les exorcistes arrivèrent à détruire les monstres, mais pas sans perte. Les dégâts étaient aussi conséquents. Notre auberge où on devait aller est totalement éventrée.

Voyant que les sinistrés se mettaient déjà au travail, je prêtai mes gros bras à l’aide public. Déplacé des débris, dégagé la route, les rescapés qui étaient encore coincé parmi les décombre. Accompagné d’un camarade de l’escouade, on tentait de soulever une poutre de notre auberge, des paroles faibles et fatiguées venait de dessous. Seulement à deux, la poutre était toujours trop lourde. Cherchant des travailleurs, je vois deux hommes discutés.

« Owh ! Vous deux ! Venez là au lieu de glander, y en a qui on besoin d’aide. Si le vieillard ne servira à rien, mais toi tu seras utile. »

L’homme se hâta, il n’avait pas trop le choix de toute façon. On pris chacun fermement la poutre. Avec un peu d’aide supplémentaire, on la déplaça. L’aubergiste qui était finalement en dessous sans trop d’encombre. Il ne trouva rien de mieux à dire que :

« Je suis vraiment désolé pour vos chambre.
- Concentrez vous sur vous et votre auberge imbécile.
- Je pourrais au moins vous rembourser vos chambres.
- Qu’est ce que je vous ai dis ! »

L’homme se tut et se concentra sur ses affaires. Cela fait, je sortis une cigarette, l’allumant et emplissant mes poumons de fumée curative. La cigarette était totalement dégelasse, elle n’avait aucun goût. Tant que c’était une cigarette… Le vieil homme vint nous parler et semblait très intéressé :

« Ai-je bien entendu ? Vous ne savez pas où dormir ? Permettez moi de vous offrir quelques une de mes chambre ?
- Si vous avez assez de chambre, ce serait avec plaisir !
- Et vous ? Permettez moi d’insister, mais nous avons pour le coup beaucoup de chambres libres ? »

Le vieillard se frotta les mains en se tournant vers le mec avec qui il parlait. Pour ma part, je retournais au boulot. La place ne sera pas en ordre de si tôt qu’il fasse nuit ou pas, tant que tout le monde n’était pas sain et sauf, il ne pourra dormir.


© Jawilsia sur Never Utopia

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Jeu 19 Mar - 14:33

Chambre


" Rien n'est plus dangereux pour toi que ta famille, que ta chambre, que ton passé. "


Ah, qu'ils sont beaux les tenanciers de bordel à la recherche du moindre client. Cela me rappelle celui dans lequel travaillait ma mère - et où elle devait encore peut-être vivre, si une maladie ne l'avait pas terrassée depuis longtemps - et au fond, cela ne m'enchante pas plus que ça de les côtoyer à nouveau. Des mauvais souvenirs ? Non pas vraiment, je me moque de cette femme qui n'a fais que me donner la vie, pas même foutue de me donner un véritable nom. Mais ces lieux regroupent toute la misère humaine ; des pauvres femmes ainsi que des hommes mal intentionnés. Non, vraiment, je préférerais retourner parmi les bohèmes de la bute plutôt que de rester. Mais bon, l'Ombre est partout..


Il n'y avait décidément qu'un patron - de bordel ou de n'importe quel autre type.. d'auberge - pour croire que des membres de l'église seraient prêts à passer la nuit chez eux. Certes, tous les élus de Dieu n'étaient pas des exemples de vertu - les rumeurs courraient toujours sur un homme à femmes à la tignasse rouge - mais ceux qui ne portaient pas le fardeau de l'innocence avaient choisi de se retrouver parmi les rangs de l'Ordre Noir. N'étaient-ils pas censés respecter les valeurs de leur Dieu et de leur Eglise ? Allez savoir. Ce n'était pas vraiment les affaires d'Elias, quand bien même il ne pouvait pas s'empêcher de rire intérieurement en imaginant ces coincés aux côtés de catins. Qui sait, peut-être qu'un miracle se produirait et que l'un d'entre eux trouverait l'amour de sa vie et sauverait ainsi l'autre de sa condition. Enfin, ça, c'était si le monde était bien fait.

Alors, tandis que le tenancier du Moulin Rouge s'approchait du groupe des membres de l'Ordre Noir, la Mémoire de l'Ombre en profita pour s'allumer une cigarette, avant de redresser un morceau de l'aile du moulin qui était tombée. Mais malgré tout, il écouta d'une oreille la conversation entre les deux hommes.

" Ai-je bien entendu ? Vous ne savez pas où dormir ? Permettez moi de vous offrir quelques une de mes chambre ? "
" Si vous avez assez de chambre, ce serait avec plaisir ! "

Eh bien, il n'avait pas mis beaucoup de temps avant de répondre celui-là ! Tout en se redressant, Elias reporta alors son attention vers eux, toisant cet homme aux airs du Sud ; tout comme lui, au fond. Peut-être venait-il de l'une des ailes de la Congrégation de l'Ombre, celle non loin de sa très chère Constantinople peut-être. Allez savoir, ce n'était que des suppositions.

" Et vous ? Permettez moi d’insister, mais nous avons pour le coup beaucoup de chambres libres ? " finit par relancer le rouquin, à l'intention du bookman.

Décidément, le tenancier tenait à rentabiliser ses nuits perdus à cause des Akumas ; mais une fois n'était pas coutume, l'archiviste ne tenait pas à passer la nuit dans ce bordel. Tout du moins, pas dans un lit en compagnie d'une jeune femme.

" J'ai un appartement à la nuit dans le cœur de Montmartre. " répondit-il d'un ton presque las tout en expirant sa fumée, " Mais j'vous remercie de votre proposition. "

Quand bien même, au fond, ils n'en avaient strictement rien à foutre de décevoir les attentes du roux. Ce dernier, n'abandonnant pas pour autant l'affaire, lui adressa un simple sourire avant de retourner auprès de ses filles à l'intérieur du cabaret. Clope toujours à la bouche, le vieil homme s'approcha alors des membres de l'Eglise, visiblement tous bien occupés à réparer leurs dégâts et à aider les civils. C'est celui qui s'était adressé au directeur qui intéressa tout particulièrement Elias ; cet homme aux airs du Sud.

Mains dans les poches, il se plaça alors non loin de lui et de ses compatriotes, avant de lancer la conversation. L'heure des informations avait sonné.

" J'n'avais jamais vu de membre de l'Ordre Noir accepter aussi facilement la proposition d'un tenancier de bordel. " lança-t-il au barbu, presque amusé, " Qu'êtes vous réellement venu faire ici ? "

Parce que bon, les exorcistes détruisaient les Akumas, mais les traqueurs, eux, ne s'approchaient jamais totalement du combat. Que s'était-il réellement passé sur la place Pigalle, aujourd'hui ? Voilà la question cachée derrière ces mots.

Paris n'avait pas fini de le surprendre.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Ven 27 Mar - 18:06







CurieuxPoser trop de questions lient les langues.



Du boulot, il y en avait. Si les dégâts matérielles importait peut au chef de la garde, les dégâts humains étaient plus important. Ici, les hommes d’églises sortaient un homme qui avait eut moins de chance que les autres. Pourtant, il fallait s’occuper autant des morts que des vivants. Laissant l’homme pour dernier lit que le sol de la place, lui offrant une dernière couverture. Déjà il fallait reprendre. Plus loin, un enfant se faisait soigner la jambe.

Je pris une grande inspiration dans ma cigarette. Nan finalement, elle avait vraiment mauvais goût, j’avais l’impression de respirer de la fumée de feu de paille. Finalement, la moitié de la cigarette avait fini sous ma semelle. En soit, ça me faisait vraiment chier, même si finalement, je ne les avait pas payer. Mais comprenez moi, vous ne mangerez pas de pomme non mur ou pourri, pour le tabac c’était pareil. Mais comment faire pour tenir la nuit sans ma fumée bienfaitrice ? Puis arriva une odeur de vrai tabac et avec son détenteur.

« J'n'avais jamais vu de membre de l'Ordre Noir accepter aussi facilement la proposition d'un tenancier de bordel. »

Je fronça les sourcils. Bordel ? C’était quoi ? Drôle de nom pour un hôtel ou une auberge. Enfin, cette question n’était finalement qu’un moyen d’avoir mon attention et sonnait un peu comme une blague. Seulement, je ne voyait pas se qu’il y avait de drôle dans tout cela. On me proposait simplement une chambre pour la nuit, pourquoi aurais je dus refuse.

« Qu'êtes vous réellement venu faire ici ?
- Nous sommes seulement venu aider les civils face aux dêgats. Un peu comme vous non ? »

Il semblait bien curieux. Etait il qu’un simple civil ? L'homme semblait s'impliquer dans cette guerre sainte. En tout cas, il connaisait la croix rosaire. Mais une chose était sûr, l'homme était pour aider et aussi pour autre chose. Alors que l’homme lui fournissait ou non la réponse à cette question l’odeur de sa cigarette me titillait le nez.

« Vous auriez pas une cigarette pour moi ? Les miennes sont horriblement dégueulasses ! Vous les voulez peut être ? »

Je n'en ferait rien, elle ne me serviront plus rien. Peut être que lui est amateur des cigarettes sans goût.


© Jawilsia sur Never Utopia

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Mar 7 Avr - 16:42

Cigarette


" Les cigarettes ont au moins le charme de vous laisser inassouvi. "


A chaque fois que les Akumas attaquaient, c'était la même histoire : il y avait des morts, des dégâts matériels, des familles brisées et un peu plus d'ombre sur cette maudite terre. Les hommes parlent de guerre sainte, mais pour moi, pour nous les historiens, il n'y a aucun différence entre cette guerre-ci et celle menée par les hommes pour posséder des territoires. Sans la race humaine et leur bêtise, il n'y aurait pas d'Akumas. Certes, le Comte Millénaire serait toujours présent avec les siens, mais eux aussi sont des hommes à la base. Enfin, passons. Cette part de l'histoire, ce n'est pas censé être de mon ressort.


Avec ses sourcils froncés et son air de chien des rues, le colosse de la Congrégation de l'Ombre n'avait pas l'air d'avoir vraiment comprit la question de l'archiviste. N'avait-il jamais été mis en garde par ses parents contre les dangers des bordels et des filles de joie ? A moins que lui aussi ait vu le jour dans un endroit comme ça, comme Elias. Impossible, non, sinon il n'aurait pas accepté la proposition du tenancier comme un joyeux luron. A moins qu'il n'ait eut de bons rapports avec sa génitrice, et que ce genre d'endroit était synonyme de souvenirs pour lui ? Bon, il fallait avouer que c'était peut-être un peu tiré par les cheveux et, même, au fond, complètement glauque. Le fils de putain qui aimait songer à son enfance passée dans un bordel en retournant dans d'autres. Quelle idée !

Alors, face au manque de répondant de son interlocuteur, la Mémoire de l'Ombre insista, afin d'obtenir les réponses souhaitées à ses questions. Comment pouvait-il mettre cette histoire sur papier si personne ne se décidait à lui répondre ?

" Nous sommes seulement venu aider les civils face aux dégâts. Un peu comme vous non ? "

Génial, l'autre lui répondait comme à n'importe quel civil ignorant. N'aurait-il pas pu lui donner des détails sur les événements du jour, sur l'attaque, la raison ? Un soupir s'échappa alors des lèvres du vieil homme, en même temps qu'une épaisse fumée grise.

" On peut dire ça comme ça. " souffla-t-il d'un ton las.

Si on lui offrait une réponse évasive, Elias ne voyait pas pourquoi il devait préciser la sienne. Oui, il aurait pu lui dire qu'il faisait partie des bookmen et qu'il était là pour obtenir des réponses, mais ce n'était pas dans ses intentions. Mieux valait le jouer plus finement, plutôt que de foncer dans le tas. Peut-être après quelques verres alcoolisés..

" Vous auriez pas une cigarette pour moi ? Les miennes sont horriblement dégueulasses ! Vous les voulez peut être ? "

... ou des cigarettes.

Mains dans les poches, le turc posa son regard sur le paquet bon marché que lui tendait déjà l'inconnu. Qu'espérait-il, qu'ils les échangent ? Hors de question. Peut-être que si le tabac avait été de bonne qualité, les négociations auraient été possibles, mais là, hors de question.

" N'essayez pas d'vendre quelque chose dont vous faites la critique. " lui répondit-il tout en attrapant son propre paquet de cigarettes, " Vous ne trouv'rez pas preneur. "

Pourquoi faisait-il la morale à cet ecclésiastique ? Ce n'était pas Rayn ou Sohan, qu'il se démerde avec ses cigarettes dégueulasses et son fric gâché. Enfin, après avoir filé son briquet au premier gosse de riche paumé à Montmartre, Elias pouvait bien filer l'une de ses cigarettes.. en échange d'informations, bien sûr. Alors, après s'en être allumée une seconde, il en tendit une autre à son nouvel ami avant de lui passer son nouveau briquet, en bon gentilhomme qu'il était. La bonne blague.

" Espérons que celle-ci soit plus à vot'e goût. " lui lança-t-il, quand bien même il se fichait pas mal de ses préférences.

Mais à peine avaient-ils le temps de profiter de leur fumée ravageuse qu'une voix les appelait au loin à l'entrée principale du Moulin Rouge. Qu'est-ce qu'on pouvait bien leur vouloir encore ?





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Mar 7 Avr - 23:32







Demoiselle en detresseGloups…



Au bout de mon bras, au bout dans cette main, ces stupides cigarettes me brûlaient les doigts. Rien que de penser que je les touchait me répugnait. Il me fallait un bon cru, si je pouvais utiliser ce mot pour du tabac. Seulement il fallait concilier addiction, goût et argent. Non, je n’étais pas addicte loin de là. Non, j’aime juste m’en griller une de temps à autre histoire d’oublier. Enfin, sortons ces histoires de ma tête. Après tout, ce n’était que du passé. Par simple instinct, je mis ma main sur mon cœur, enfin sur ce qu’il y avait au bout du pendentif. Je le serrai prenant un bout de ma chemise avec.

« N'essayez pas d'vendre quelque chose dont vous faites la critique. Vous ne trouv'rez pas preneur.
- Un simple "non" aurait suffit, je voulait juste vous les donnez. »

Haussant les épaules, je refout le paquet dans ma poche. Je l’offrirais à quelqu’un qui aime fumer ce genre de cigarettes. Enfin, l’homme accepta de partager son tabac avec l’ours perse.

« Espérons que celle-ci soit plus à vot'e goût.
- Oh ! Vous m’enlever une épine du pied. Et on va se tutoyer, ces vous ça m’énerve. »

Le saint graal vint se pincer entre mes lèvres, un coup de briquet. Une simple inspiration et s’était le PIED ! Après avoir fumer autant de merde, je ne pouvais que jubiler ! La fumée était bonne, délicieuse. Finalement, cet homme était un bon gars qui avait du goût. Il n’était pas bon qu’à être curieux. Seulement au moment où je savourais ce doux moment, une voix trop familière vint me déranger.

« Hey ! Vous, les grands hommes forts ! On a besoin d’aide ici ! »

C’était le vieux de l’hôtel ou auberge rouge avec le moulin, il semblait avoir besoin d’aide. On me demandai de l’aide alors je partis directement faire mon travail.

« Toi qui m’a donner une cigarette ! Viens m’aider ! »

L’homme revint à mes côtés.

« Au faites, je suis Ehsan ! Et toi ? »

Simple présentation rapide, le temps de faire le trajet jusqu’à l’entrée.

« Venez il y a des blessés dans mon établissement. » Il commença à marcher et à entrer à l’intérieur, on durent le suivre. « Je m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de dégâts. C’est pas bon pour les affaires. Pas bon du tout. » L’homme semblait anxieux en se frottant confusément les mains. « Enfin, vous vous êtes là maintenant ! »

Le rouquin s’arrêta devant une porte sourire gigantesque sur le visage. Au milieu d’un couloir décorer de manière un peut trop chargé à mon goût, il nous indiqua une chambre.

« Ces deux jeunes filles se sont blessé en courant. Allez les aider. »

Entrain à travailler, je pénétra dans la chambre. Deux filles –je déglutis- se trouvait là couché sur le sol de la pièce. Elle semblait toutes deux endormis. Ah ouf ! Elle ne sont que endormi. L’une avait encore la jambe et sang et l’autre avait un bras bleu et enflé. Chacun la sienne.

Je me dirigea vers celle qui était le moins dévêtu, celle qui avait le plus de vêtement. Pourtant cela me parut bizarre de voir ces filles aussi peu couverte. Sans doute une mode française. Vous savez moi, la mode, tout ça, une grande histoire d’amour.

C’est un peu les mains tremblantes et de la sueur froide sur le froid que je me concentre sur la jambe de la blessé. Ce n’était qu’une blessé endormi après tout… Non !? Enfin, il fallait arrêter l’hémorragie. Un bon de rideau que je déchira malgré quelques protestations du patron et je commença un bandage à sa jambe.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Sam 2 Mai - 0:42

Blessures


" Les blessures que l'homme se fait à lui-même guérissent difficilement. "


Décidément, cet homme parle beaucoup, mais ne donne aucune information qui pourrait m'intéresser. Avec un peu de chance, je pourrais en savoir plus auprès des filles du Moulin Rouge, ou bien auprès de leur directeur. Les membres de l'Ordre Noir gardent toujours le secret quoi qu'il arrive, hein.. je n'imagine même pas ce que doit endurer Rayn avec les descendants de Noés qui se cachent parmi la population, tout comme les Akumas. Peut-être qu'après de nouvelles cigarettes, l'autre finira par parler plus facilement. Sinon, tant pis. Ceux qui ont des informations courent les rues et.. là, je fais quand même un peu le Sohan.


De vieilles cigarettes françaises sans le moindre goût, qui ne se fumaient même pas bien ? La Mémoire de l'Ombre n'en voulait pas le moins du monde. Alors lorsque l'homme du Sud lui proposa une nouvelle fois ces trucs il refusa une seconde fois. Très peu pour lui, les siennes lui convenaient très bien. Toutefois, le vieil homme partagea malgré tout ses petits trésors avec le membre de l'Ordre Noir, espérant qu'au fond, il lui offre un peu d'informations en retour. Malheureusement, ce n'était pas aussi simple que prévu. Enfin, au moins, il avait tout de suite imposé à son interlocuteur de se tutoyer, tout simplement parce que cela le gonflait. Ça commençait bien cet interrogatoire ; et ça ne risquait pas d'aller mieux avec le temps.

En effet, le directeur du Moulin Rouge et son grand costard rouge revinrent en fanfare, comme si le monde entier lui était tombé sur la tête. Ce qui.. au fond, n'était sans doute pas faux.

" Hey ! Vous, les grands hommes forts ! On a besoin d’aide ici ! "

A peine surprit, la Mémoire de l'Ombre arqua un sourcil tout en reportant son attention en direction du rouquin. Y avait-il eu des dégâts à l'intérieur du bordel, ou des filles avaient-elles été blessées ? Les deux étaient possibles en même temps, malheureusement, l'un aurait pu entraîner l'autre.

" Toi qui m’a donné une cigarette ! Viens m’aider ! " lui siffla-t-il tandis que l'ours s'approchait, " Au fait, je suis Ehsan ! Et toi ? "
" Elias. " s'était-il contenté de répondre.

Ensembles, les deux hommes du Sud s'avancèrent alors jusqu'à l'entrée du beau bâtiment. Ce bordel qui avait fini transformé en espèce de théâtre au cours des années, Elias en avait déjà entendu parler, mais n'avait jamais eu l'occasion d'y mettre les pieds. Dommage qu'il ait du s'y rendre par un jour pareil ; enfin.. ce n'est pas comme s'il était friand des bordels. Très peu pour lui.

" Venez il y a des blessés dans mon établissement. " fit-il tandis que les deux hommes marchaient à ses côtés, " Je m’attendais pas à ce qu’il y ait autant de dégâts. C’est pas bon pour les affaires. Pas bon du tout. Enfin, vous vous êtes là maintenant ! "
" N'vous inquiétez pas, vos filles sont entre de bonnes mains. "

A l'intérieur du Moulin Rouge, tout n'était que couleurs pétantes et affriolantes, totalement burlesques, bref, du grand cabaret comme Paris le faisait si bien. Sourire aux lèvres, le rouquin n'attendit pas avant de désigner l'une des portes ; sans doute une des chambres des filles.

" Ces deux jeunes filles se sont blessées en courant. Allez les aider. " leur intima-t-il.

Sans dire le moindre mot, l'ours mal léché pénétra alors dans la chambre juste après son camarade d'un jour. Celui-ci se dirigea vers l'une des jeunes femmes étendues sur le sol sur d'énormes coussins ; visiblement, celle qui était le plus blessée, enfin.. en apparence. S'approchant de la prostitué au bras bleu et gonflé, Elias n'attendit pas longtemps pour se mettre à la tâche, constatant que le blessure en apparence bénigne était en réalité bien plus grave que ça. Son pauvre bras était cassé, sans doute à cause d'une très mauvaise chute. Un soupir s'échappa alors des lèvres de la Mémoire de l'Ombre, tandis qu'il portait son regard en direction d'Ehsan.

" Ils ont eu d'la chance que le bâtiment n's'écroule pas sur eux. " siffla-t-il tout en continuant à panser les plaies légères de la jeune fille, " Ou pire encore. "

On pouvait survivre à l’effondrement qu'une maison ; pas au virus Akuma.

Attelé à son travail, l'ours alla prendre des morceaux de bois issus des combles qui avaient manqué de s'effondrer pour former une sorte d'attelle au niveau du bras de l'endormie. Et d'un coup, sans crier gare - parce qu'il n'était pas surnommé ours pour autant - Elias appuya sur son bras afin de remettre l'os correctement en place. Sortie de ses songes d'une vie meilleure, la jeune femme se réveilla en criant. C'est sûr, ce n'était pas agréable, c'était sans doute même encore pire que de se le casser. Enfin, il fallait bien souffrir un peu pour guérir, sinon, jamais son os ne se serait remis en place tout seul, et la bohème aurait été renommée la Tordue parmi ses conquêtes d'une nuit.

La pauvre tourna de grands yeux ronds en direction de son agresseur, sans même comprendre ce qu'il venait vraiment de se passer. Son bras lui faisait un mal de chien, mais..

" Vous êtes docteurs ? "
" On peut dire ça comme ça. "

C'est vrai qu'avec leurs têtes et leur allure, les deux turcs n'avaient rien à voir avec les médecins du beaux Paris ; mais pour une des bohèmes de la bute Montmartre, l'origine n'était en rien un frein aux qualités et au professionnalisme. Tout le monde venait bien de quelque part ; tout le monde venait de nulle part.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Mer 13 Mai - 17:41







Plaie réouverteOn a toujours le visage de ceux qu’on aime devant ses yeux.



Je détournait de l’œil. Pourquoi ? Ne croyait pas que c’était du à la vue du sang. Un homme comme moi ne pouvait en avoir peur. Non ! C’était plutôt du à cette fille d’Eve dont seulement deux voir trois bout de tissu couvrait. Mon bout de tissu à la main, je commençais à le tourné autour de sa jambe.

« Ils ont eu d'la chance que le bâtiment n's'écroule pas sur eux. Ou pire encore.
- Si c’n’était que le batiment l’probléme. On peux survivre sous les décombres. »

Après ces mots, je fis le dernier tour autour de la plaie, il a bien fallu que je soulève la jambe. Seulement, le regard un peu fuyant passa sous la jupe de la demoiselle. Il semblerait qu’elle avait oublier d’enfiler ses sous vêtement ce matin. Troublé par ma vision qui devenait doucement flou, je fis le noeuds un peut trop fort.

« AAAAAAAAAAAAAAAAAAH ! »

La fille se releva m’aggripant le bras en me plantant ses ongles. Par réflexe, d’une main, je lui attrapai le poigné que je serrai sans m’en rendre compte.

« Lâchez moi vous m’faîtes mal ! »

Reprenant un tant soit peu mon esprit, je la lâcha avec un petit désolé gêné reconcentrant mon esprit sur le nœud.

« Vous êtes médecin au moins ? »

Elle dit ses mots comme un reproche. Comme s’il fallait que je soit médecin pour aider quelqu’un.

« Non ! » dis-je sèchement. « Ça change quoi ? »

Je resserrai encore le nœud sans m’en rendre compte.

« Mais vous êtes fou ! ça fait mal !
- Restez tranquille vous voulez !
- Je veux un médecin ! Un vrai médecin ! »

Le regard noir que je lui fit la fit se taire instantanément. À un moment, je cru qu’elle s’était arrêter de respirer. Elle me fixait droit dans les yeux apeurés. Ses derniers semblaient s’humidifier. J’eus un frisson en voyant son visage fin et sublime au teint halé. Mon égyptienne… Ma vue se flouta de nouveau. Je ne me sentais pas bien. Cœur serré, je me leva sans rien dire d’autre que :

« J’vais fumée. »

Poings serré et tête me tournant, je sortit dehors m’allumant une de ces horribles clope française. Même cette fumée toxique commença à m’apaiser. Me laissant glissé contre le mur à côté de la porte, j’enlevai les cendres au bout de ma cigarette. Soufflant pour me libérer, je passai ma main dans mes cheveux. Pourtant, devant mes yeux, j’avais toujours ce visage.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Ven 5 Juin - 18:24

Médecin


" Les médecins les plus dangereux sont ceux qui, comédiens nés, imitent le médecin-né avec un art consommé d'illusion. "


Comment ai-je seulement pu chercher à venir ici, au beau milieu des prostituées du Moulin Rouge et d'un membre de l'Ordre Noir pas même foutu de trouver des bonnes clopes, ni même de lâcher la moindre petite information. Ah, j'aurai sans doute appris plus de choses avec une sourde-muette ; au moins elle, elle m'aurait écrit quelque chose pour me dire ce qu'elle avait vu. Mais là, rien, pas la moindre information. J'espère au moins que les deux jeunes femmes me diront des choses que je ne sais pas déjà.. mais j'en doute. Ici, coincées en quatre murs, elles n'avaient pas du voir quelque chose ; à moins que l'une des leurs ne se soit transformé en Akuma ? Je ne sais strictement rien, fais chier.


Bien sûr qu'il était possible de survivre sous les décombres d'une maison ou d'un bâtiment quelconque, mais pour combien de temps ? Une telle chose n'était encore jamais arrivé à la Mémoire de l'Ombre, mais au cours d'une attaque d'Akuma, lorsqu'il était plus jeune et déjà médecin, il avait dû aider des gens à sortir des décombres d'une grande bâtisse. Enfin, des.. seule une personne avait été sauvée, les autres avaient fini écrasés, ou asphyxiés. Ce n'était pas vraiment les affaires d'Elias ou de celui qu'il avait été à l'époque ; et même aujourd'hui, il s'en fichait encore. Le souci, c'était que lorsque les gens mourraient, ils ne pouvaient plus rien dire pour raconter les événements aux archivistes. Toutefois, le vieil homme ne songea pas longtemps à tout cela, car très vite un terrible cri retentit entre les quatre murs branlants du Moulin Rouge. Lassé, le vieil homme porta un regard fatigué sur la prostituée et son sauveur, avant de soupirer.

Décidément. Ces filles donnaient leur corps à n’importe qui mais hurlaient quand un médecin non certifié s’approchait d’elles ? C’était à n’y rien comprendre. Fatigué d’entendre les deux chiens errants se grogner dessus sans trouver un terrain d’entente, Elias fit entendre le son de sa voix :

" Hé Miss, soit déjà contente d'avoir des gens qui s'occupent de vos blessures. " siffla-t-il sans même lui adresser un coup d’œil.

Mais c’était déjà trop tard, l’ottoman avait dû se vexer, car le voilà déjà qui se levait, abandonnant la blessée à son triste sort.

" J’vais fumer. " siffla-t-il.

Toujours assit sur le sol, la Mémoire de l'Ombre leva un regard lourd et fatigué en sa direction ; et c'était Rayn qui le traitait d'ours ? Sans doute n'avait-elle pas fait la rencontre de cet homme de la Congrégation de l'Ombre ; et cela fit également réagir les deux jeunes femmes.

" Eh bah.. "
" Quelle mouche l'a piqué ? "

Suite à cette question, le vieil homme poussa un long soupir avant de finalement se redresser ; il en avait fini avec les blessures de la blondinette.

" J'en sais rien. " maugréa l'ours dans sa barbe par la même occasion.

Il était vrai que la brune avait réagit excessivement, et avait sans doute trop crié pour rien, mais ce n'était pas une raison pour fuir un chien la queue entre les pattes. Ou alors l'autre avait besoin de fumer toutes les cinq minutes et ce en extérieur, sinon, il ne tenait pas le coup ? Jeunes femmes blessées ou pas, ça, ça n'empêcha pas le turc de s'allumer une cigarette à son tour, avant de porter son regard inquisiteur vers elles.

" Dites-moi, que s'est-il passé ici ? "

Et cette fois, il espérait obtenir une véritable réponse. Sauf que vu le regard qu'avaient alors affiché les deux donzelles, l'ours sut dans l'instant qu'elles ne lui apporteraient strictement rien. Que cette journée était longue.

" Il y a eu des détonations dehors, puis.. le toit a commencé à trembler, tout comme les murs. "
" Ensuite, le plafond a commencé à s'effondrer. Le reste, le patron a dû vous le raconter. "

Décidément, il voyait toujours juste.

Tout en hochant la tête pensivement, la Mémoire de l'Ombre fit signe aux deux blessées de rester là, avant de leur intimer de se reposer le plus possible dans les temps à venir ; si elles pouvaient éviter d'écarter les pattes pendant les jours à venir, ce serait mieux pour leur santé. Et sinon, tant pis pour elles, ce n'était pas le soucis du turc. Clope au bec, ce dernier se dirigea alors nonchalamment en direction de l'extérieur, là où ecclésiastique fumait en silence. Un léger rire rauque s'échappa alors des lèvres du vieil homme.

" Alors, effrayé par deux prostituées ? "

Et sur ces quelques mots, une nouvelle cigarette offerte.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Mar 9 Juin - 23:24







ImbécileJ’aurais peut être aussi pu devenir un akuma.



Le dénommé Elias, un de mes fréres, un de ces fils du soleil et du desert, devait s’occuper des deux jeunes françaises. Mon devoir me disait d’y retourner de m’excuser pour ma brusquerie et ma… ma "maladie". Seulement, mes muscles ne voulaient plus bouger, ou du moins, ils bougeaient de manière mécanique. La clope disparu en cendre, disperser par la douce brise qui caressait le pavé de la place de Montmartre. Et par la même occasion elle soulevait de la poussière, celle du ciment exploser par les obus, celle des vies déchirées par eux.

Un regard au alentour, illuminé par de petits lampadaires et la faible lueur des étoiles, dans le silence apporter par le vent, on ne voyait personne. Pas d’homme, pas de femme, pas de chien, pas de chat, pas même un oiseau pour projeter son ombre sur l’astre blanc. Et pourtant, je trouvais ce paysage paisible. Je laissai mon megot roulé dans le caniveau, je comptais les trous. Je voyais encore les abominations, les gens courir pour leur vie, le vendeur de tabac paniqué, la poussière, le sang, les larmes, les cris.

Et là, mon dos prenait froid sur le crépis de se moulin manchot dont seul les palles restantes se balançaient en grinçant. Et là, il n’y avait pas cris, pas de pleure, seulement le calme du sommeil. Et pourtant, peut être que mes yeux ne voulaient les voir mais ils y avaient toujours des gens qui fouillaient les décombres, il y avait toujours les bruits des poutres qui se déplaçaient. Il y avait encore des blessés, des victimes, des travailleurs.

Et ma conscience alla à ma main. Sous les lumières artificielles, l’anneau doré brillait. Je du un peu forcé pour l’enlever, mais dans mes mains, ce qui aurait du être ma vie. Levant le bout de métal au ciel, laissant la lune entrée dans le cercle, je fermais un œil.

C’est le petit rire de l’alexandrin qui me ramena à la raison. Sursautant légèrement, je manquai de perdre mon anneau dans le caniveau, le rattrapant à deux mains de justesse.

« Alors, effrayé par deux prostituées ?
- Merci »

Je pris la cigarette que l’homme me tendait avant de rebaisser la tête. La cigarette, vint se foutre dans mon bec, briquet sortie, inspiration et la fumée salvatrice vint polluer mes poumons. La laissant sortir en une longue expiration, je jouais de mon alliance d’une main, tenant la cigarette de l’autre.

« Des prostituées !? » me surprit-je à dire. « Quel con… »

Ces mots furent murmurés pour ne pas alerter ma bêtise. Comment j’ai pu être aussi bête ? Moi qui croyais que ce truc excentrique et voyant étais une auberge moderne ou je ne sais quelle extravagance française. Et moi qui avais donné ma parole, je ne pouvais me rétracter. Il fallait que je passe la nuit ici, enfin le reste de la nuit. Enfin, pour le moment, on peut rester là un instant. Regardant mon camarade de fortune, tapotant le petit bout de sol à côté de moi, place assise en puissance, j’invite mon camarade à m’accompagner dans mes lamentations. Je passai ma main devant mes yeux avant de rejouer avec mon alliance.

« Nan, j’ai pas eut peur d’elles. Elle m’a juste énervé. Enfin, passons… Qu’elle aille se trouver un médecin à cette heure ci. »

Fumant encore un bon coup, un petit silence s’installa.

« Dire que ces enfoirés d’akumas étaient encore là y a pas longtemps. Y en avait un là, il avait la forme d’une petite fille avant montrer ses canons. C’est lui qui a fait effondrer l’auberge où je devais dormir. J’arrive pas à comprendre pourquoi le comte millénaire nous en veux à ses point, à se ramener à tellement de bassesse, utilisant les tourments humains pour en faire des armes. »

Visage triste, regardant mon précieux entre mon pouce et mon index, je bouillonnais de colère contre ce monstre.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Sam 15 Aoû - 23:48

Guerre


" La guerre nourrit la guerre. "


Ce Ehsan me parait étrange, à moins qu'il ne manque décidément de tact ; ce qui, il faut se l'avouer, n'est pas donné à tout le monde d'en posséder un minimum. Rayn, par exemple.. Enfin, je m'égare. Dans tous les cas, il est rare de voir des êtres humains réagir ainsi après une simple altercation comme celle-ci ; encore moins quand on est censés être là pour venir en aide aux autres. ... Peut-être est-ce simplement parce que l'espèce humaine n'est plus à sauver.


Visiblement, cette nouvelle cigarette offerte allait un peu délier les langues.

Le remerciant de ce cadeau inattendu dans cette situation de crise, l'ecclésiastique n'attendit pas plus longtemps pour se l'allumer afin de bénéficier de la fumée salvatrice pour l'esprit ; mais pas pour le corps, quand bien même personne ne s'en rendait encore compte à cette époque là. Très vite, l'archiviste remarqua que son camarade semblait jouer avec une bague, semblable en tous points à une alliance ; à moins que ce ne soit qu'une bague comme une autre. Allez savoir, il ne connaissait pas son histoire.

" Des prostituées !? " s'exclama-t-il, surprit, " Quel con… "
" Tu sors pas beaucoup toi, hein ? "

Et puis même, il ne fallait pas faire la bringue tous les weekends pour découvrir un lieu de dépravation et de déperdition dans le quartier de Montmartre ; et plus précisément, au niveau de la place Pigalle. Enfin, peut-être que cet homme de l'Ordre Noir était trop prude pour connaître ce genre de choses ; ça, ça n'aurait même pas étonné Elias au fond.

" Nan, j’ai pas eu peur d’elles. Elle m’a juste énervé. Enfin, passons… Qu’elle aille se trouver un médecin à cette heure-ci. " grommela-t-il alors.

Un léger silence s'imposa alors ; que l'ours brisa bien vite.

" Faut pas leur en vouloir. " souffla l'ours tout en expirant de la fumée de sa cigarette, " C'sont des pauvres gosses, voilà tout. "

Qui sait, peut-être que Rayn - enfin Caroll - aurait fini ainsi s'il n'était pas tombé sur elle ce jour-là. Enfin ce genre de pensées, ce n'était vraiment pas celles qu'un père souhaiterait avoir au sujet de sa fille ; Elias préféra alors oublier bien vite ça. Dans tous les cas, les bordels et les pauvres prostitués, ça, il connaissait et ce, pour y avoir vécu les premières années de sa vie. Une vie de misère, sans doute même pire que ce que les filles du Moulin Rouge pouvaient vivre ici et pour cause, l'endroit était avant tout un cabaret et un théâtre. Le reste, ce n'était qu'en plus.

S'en suivirent alors une longue tirade de la part de l’ottoman, durant laquelle il se plaignit de la guerre, ainsi que des Akumas et du Comte Millénaire plus précisément. Qu'est-ce que la Mémoire de l'Ombre pouvait bien faire face à tout ça ?

Rien du tout.

" La guerre est ainsi faite. "

Quand bien même, au fond, celle-ci ressemblait plus à un massacre à ses yeux.

" Certains lancent les hostilités pour leurs raisons, et l'autre camp s'doit d'trouver un moyen d'riposter pour ne pas s'faire tuer. " reprit-il, l'air vague, avant de soupirer, " Quand bien même parfois l'un des adversaires est mieux armé que lui. "

Un autre que lui aurait sans doute parlé d'ennemi plutôt que d'adversaire ; mais il n'était pas comme les autres êtres humains pullulant sur terre. Elias était un bookman, une plume n'existant que pour noter les agissements des autres, les transformant en encre.

Il n'avait pas de camp.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Lun 14 Sep - 15:45







Génie martialUn guerre, c'est deux armées qui se suicident.



Je fulminait encore face à ce paysage désolé et détruit. Montmarte était un endroit qui avait plutôt ces charmes. Le pire restait ces abominations qui continuait à me dégoûte. Pourtant, je ne pouvais m’empêcher de repenser aux paroles de mon père. Il me disait que ce n'était pas la faute des soldats. La responsabilité vient toujours d'en haut. Ici donc, elle vient du comte et de ses sbires de noé.

« La guerre est ainsi faites. »

Ces mots lancés avec une tel neutralité vinrent réveiller les souvenirs de mon pére. Je devrais probablement en faire de même. Il est vrai que je fais parti intégrante d'un camp, seulement comment blâmer celui qu'on appelle ennemie quand on voit ce que fait son camp. Il est vrai qu'en temps de guerre celui qui est attaquer ce doit de riposter pour éviter d'être asservi. Seule chose qui me poussait à cette colère, c'est le but inconnu du comte. Personne si ce n'est lui ne sait pourquoi cette guerre à commencer. Et en tant que soldat, j'aimerais savoir pourquoi ce bat l'adversaire.

Et ce doit être aussi très frustrant en tant qu'akuma de ne pas savoir pourquoi il se bat. Car finalement, ils combattent sans but premier.

« Certains lancent les hostilités pour leurs raisons, et l'autre camp s'doit d'trouver un moyen d'riposter pour ne pas s'faire tuer. Quand bien même parfois l'un des adversaires est mieux armé que lui.
- Je vois qu'on a étudier quelque peu l'art de la guerre. Si réellement, on peut parler d'"art". Mais aucun camp n'est réellement à blâmer. Peut être que le mien s'abaisse à des choses tout aussi lâche. Malheureusement, malgré ma position, il y a bien des choses que l'on me cache comme notamment le pourquoi du comment de cette mission de sauvetage. Mais je ne peux m'empêcher de ne pas rester neutre. Je resterais bien là à discuter de stratégie et autre avec toi, mais je crois qu'il y a quelques autres... » Le basanée hésita avec le mot "prostitué". « ...femme à aider. »

En se levant, j'inspirai un dernier grand coup sur sa cigarette faisant arriver le papier brûlé à la dernière limite. Je tendis une main à son camarade pour l'aider à se relever avant de jeter mon mégot sur le bitume et de l'écraser. Arriver à la porte, il se tourna vers Elias :

« Après vous ! »

Il inspira une grande bouffée d'air avant de passer le pas de la porte en suivant le vrai docteur. Y avait il réellement encore quelqu'un à aider. Au fond de moi, j'espérais que nan !


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Sam 31 Oct - 0:21

Camp


" Dieu est toujours dans le camp de ceux qui souffrent. "


Ah, la Guerre. Étant petit, j'aurai jamais imaginé me retrouver à parler de tout ce foutoir avec un mec qui n'a même pas idée de ce qu'est un bordel. Sait-il seulement quelque chose de la vie, hormis la guerre ? Bienvenue dans le monde des hommes, un monde voué à l'échec et à la mort. Parfois je me demande pourquoi je me suis lancé là-dedans, à écrire toutes leurs bêtises, à retranscrire leur conneries sans même me poser de questions. Au fond, j'ai peut-être un peu d'espoir pour la génération à venir, pour qu'ils comprennent et soient beaucoup moins cons. Beaucoup moins cons que nous.


Visiblement, l'homme du clergé avait fini par voir un peu clair dans la façon de faire d'Elias ; il savait qu'il avait étudié la guerre. Toutefois, pouvait-on seulement dire qu'aucun camp ne pouvait être blâmé pour leurs actes ? Allez savoir. Chacun avait son point de vue sur la Guerre, et cela divergeait tout le temps. Lui, ce garde, devait avoir des idées bien tranchées sur le camps des gentils ; quand bien même il faisait mine de ne pas l'être. Malgré son envie de neutralité, il peinait à ne pas faire la part des choses, mais préférait penser à autre choses, car ils avaient tous les deux une mission à remplir.

Lorsqu'il parla de nouveau des femmes à aider, le vieil ours ne contenta de hocher la tête, avant de jeter le reste de sa cigarette par terre ; puis de l'écraser sur le sol. Chose que le religieux ne tarda pas à faire également, avant de tendre la main pour aider Elias à se relever. Bien sûr, il accepta cette main. Aujourd'hui, il semblait de bonne humeur.

" Après vous ! " siffla-t-il alors.

Charmé d'une telle attention, la Mémoire de l'Ombre se mit alors en route vers l'entrée du cabaret, les mains dans les poches ; et très vite suivi par son acolyte arabe. Sur le coup, le turc resta silencieux avant de jeter un coup d’œil en arrière vers son camarade de fumette et de soins.

" Dis-moi, est-ce que tous les hommes de l'Ordre Noir sont comme toi ? " fit-il, avant de s'expliquer, " J'veux dire, choqué de s'trouver dans un bordel. "

Regard ancré dans le sien, le bookman ne tarda pas à s'allumer une nouvelle cigarette - il les enfilait en ce moment - avant de reprendre sa route dans un couloir dont le toit s'était effondré.

" Ou c'est juste qu't'as un soucis avec les femmes ? "

Il ne pouvait pas s'en empêcher ; un ours restait un ours après tout. Brute.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mission] Le Calme après la Tempête - [Pv. Ehsan Sa‘di de Chirāz]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le calme après la tempête
» Le calme après la Tempête - 1/72ème
» Le calme avant la tempête...
» Le calme avant la tempête [Chap. 2 en ligne]
» Campagne Tempête d'Âmes

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: