Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Mer 29 Avr - 22:54




FEAT ELIAS
Occupée à tracer les courbes des lettres sous le regard de Tyler, ça faisait maintenant bien un mois -si ce n'est plus- que tu t'appliques à l'apprentissage de cet art qu'est l'écriture. Le scientifique se moque parfois de tes lettres mutantes, et tu lui balances tes feuilles à la figure en le traitant d'idiot. Sans lui en avoir parlé, tu es même persuadée que le petit Timothy a une écriture bien plus soignée que toi. C'est pas encore aujourd'hui que tu pourrais écrire un petit mot pour ta famille. Tu n'oses d'ailleurs demander à personne de le faire à ta place.

Tes frères et ta mère te manquent énormément. De jour en jour, tu luttes intérieurement pour ne pas trop penser à eux. Tu pries silencieusement dans ton lit chaque soir pour qu'il ne leur arrive rien. Te renseignant le mieux possible au sujet des activités du Comte en Argentine. Étrangement, la concentration d'Akumas là-bas est plutôt faible. Mais inutile d'attirer l'attention de l'ennemi sur ce pays en laissant une jeune exorciste comme toi y retourner.

Soudain, on vient te chercher et le ton de la personne donne la couleur ; une mission urgente. Tu glisses ton regard sur un scientifique râleur et inquiet que tu rassures avec un sourire et quelques mots. Dans le bureau du grand intendant, on t'explique rapidement la situation ; plusieurs Akumas ont été repérés en approche d'une ville au nord de la France. L'attaque de l'ennemi sur la ville est évidente et, même si elle ne l'est pas, il est plus prudent d'assurer la protection des nombreux civils. Accompagnée d'une poignée de traqueurs et deux ou trois autres exorcistes, vous êtes conduits jusqu'à l'arche avec vos nouveaux codes.

A Dunkerque, ton groupe rejoint les traqueurs déjà présents qui dressent un rapide récapitulatif de l'évolution des choses ; les Akumas ont déjà attaqué la ville et ont fait plusieurs victimes. Les habitants paniquent et se ruent dans leurs maisons aussitôt détruites par les tirs ennemis. Les tâches sont vite réparties par le plus ancien des exorcistes ; la mission principale de tes compagnons d'armes est d'assurer la destruction des ennemis, et, quant à toi, tu dois assurer l'évacuation et la protection du maximum de civils.

Vous vous lancez dans ce champ de ruines respirant la mort. Tu assures protection et soutien autant que tu peux à tes congénères grâce à ton innocence, restant le plus proche d'eux malgré leurs mouvements, tâchant de ne pas les gêner tout en leur étant le plus utile possible. Ils s'occupent des Akumas pour te permettre de trouver les civils errants et les aider à fuir. Bien sûr, la nuée d'Akumas est si grande que tu es forcée d'en affronter quelques-uns toi-même.

Après plus d'une heure passée à protéger les civils et les conduire en lieu sûr, tu parcours une dernière fois des rues déjà explorées pour t'assurer que plus aucun civil ne soit en danger avant de rejoindre tes camarades pour te battre. Et c'est là que tu l'aperçois, à quelques mètres ; Elias. Tu clignes des yeux, te demandant pour quelle raison le Bookman n'était toujours pas à l'abri. Avait-il été tellement pris par la lecture d'un livre qu'il n'aurait rien remarqué ? Non, impossible. Tu secoues la tête ; ce n'est pas le moment de comprendre pourquoi il est là, mais il te faut le protéger.

« Señor Bookman ?! »

Tu le rejoins, traversant et enjambant les débris de maisons jonchant le sol comme des feuilles mortes. Tu attrapes son bras, l'entraînant dans ta course sans lui poser la moindre question sur les raisons de sa présence ici. Et tant pis s'il râle ; sa vie est en jeu, et c'est ta mission de le mettre en sécurité. Tu t'arrêtes brusquement au détour d'une ruelle, tombant nez à nez avec un Akuma. Libérant le bras d'Elias, tu tends tes mains devant toi pour créer un dôme vous protégeant des éventuelles attaques. Qui ne tarderaient sans doute pas.

« Fuyez, Señor Bookman, vite ! »

Protéger les civils est une chose, mais protéger une personne à laquelle tu tiens, c'est une toute autre histoire. Tu ne laisserais jamais cet homme là mourir ; tu jettes la carte de ta vie sur la table sans hésitation. Parce que tu préfères mourir pour lui permettre de vivre. Tu préfères mourir plutôt que de voir l'Histoire mourir avec lui. Tu tournes la tête sur le côté pour t'assurer qu'il parte sans protester.

« Partez avant que je ne vous botte les fesses ! »

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Lun 4 Mai - 18:03

Attaque


" Regarde où l'ennemi t'attaque : c'est souvent son propre point faible. "


Au diable Paris, cette ville m'a apporté plus d'emmerdes qu'autre chose, je n'en tirerai rien de plus pour le moment. J'ai appris des choses auprès des bohèmes de Montmartre, là où l'ombre frappait plus que de raison, sans que cela n'inquiète pour autant les habitants de la bute. Tout ça, je le laisse derrière moi, ainsi que dans mes écrits, afin de me tourner vers une autre partie de l'ombre de l'histoire. Où partir ? Je n'en sais rien pour le moment, mais je ne compte certainement pas rester en France. Peut-être retourner en Angleterre, avant de partir pour le nouveau monde, ou l'Asie. Je finirai par trouver un endroit où aller mais pour le moment, Londres me semble être une meilleure destination. Au moins, je ne tomberai sans doute pas sur Rayn là-bas.


Fuyez les ennuis, ils vous trouveront aussitôt.

Après avoir passé des semaines dans le beau Paris, la Mémoire de l'Ombre s'en retirait pour visiter de nouvelles contrées ou plutôt.. se retournait vers celles qu'il avait visité plus jeune en compagnie de son maître. Londres, voilà la ville où le vieil homme souhaitait accoster, mais pour cela, il fallait déjà arriver sur le territoire britannique et pour ça, il devrait prendre le bateau en direction de ces terres. C'était là sans doute la seule raison pour laquelle le turc s'était retrouvé si loin sur le sol français, dans la ville portuaire de Dunkerque. Une ville aux apparences bien calmes, avec des lignes de chemin de fer, un grand port, ainsi que même un phare. Rien de très intéressant du point de vue de l'histoire ; cette ville ne ferait sans doute jamais grand bruit. Quoi que ?

Boum. Et merde.

Fourreau de son sabre dans le dos, sac de voyage sur l'épaule, Elias fut forcé de s'arrêter lorsque les premiers coups de feux retentirent dans la petite ville portuaire. Bordel, ne pouvait-il pas prendre un bateau sans que ces foutus Akumas ne viennent s'en mêler ? Ce n'était pas la première fois que l'ours croisait leur chemin, mais sans doute n'avait-il jamais été aussi prêt de leur rasade ; quand on était pas un élu de Dieu, on évitait de s'approcher de ces monstres, sinon.. c'était la mort assurée, comme pour ces civils qui tombaient déjà sous les coups de canons assassins des créatures mécaniques. Silencieux, un peu perdu entre deux feux, le regard sombre de l'ours se posa rapidement sur la silhouette d'une fillette au beau milieu d'une ruelle ; pleurant, perdue, seule, tout comme Caroll à cette époque.

Il s'en fallut de peu pour que la gamine ne finisse pas le corps parsemé de pentacles noirs au beau milieu des débris des maisons, juste avant que l'archiviste ne se décide à intervenir dans l'histoire. Fillette dans les bras, Elias n'attendit pas longtemps pour se diriger vers un groupe de civils en fuite d'où une jeune femme se détachait déjà, en pleurs, afin de récupérer sa toute petite. Celle-ci avait eu de la chance ; au moins une.

" Señor Bookman ?! "

Hein, quoi ?

" Sofia ? "

Sur l'instant, le bookman avait reconnu la voix de l'argentine, mais mit quelques fractions de secondes avant de croiser son regard, et de se rendre compte qu'elle arrivait en sa direction. Comment ? Ah, oui.. la tenue d'exorciste ; Elias aurait presque pu l'oublier, puis, de toute manière, n'eut pas vraiment le temps d'y songer, car la jeune femme l'entrainait déjà dans sa course afin de fuir le champ de bataille. Mais où aller ? Les deux fuyards ne franchirent pas même une avenue que déjà une des nouvelles machines du Comte se dressait devant eux. Heureusement, la belle avait plus d'un tour dans son sac, n'attendant pas un instant pour ériger un dôme protecteur synthétisé à partir de son innocence. Impressionnant. Efficace ? Peut-être pas, mais au moins, cette chose était une petite merveille.

Trêve de plaisanteries, ce n'était pas le moment de s'extasier devant les exploits du cristal divin - au fond, Elias s'en fichait même pas mal. Les Akumas étaient toujours présents.

" Fuyez, Señor Bookman, vite ! " lui intima-t-elle avant de tourner la tête en sa direction, " Partez avant que je ne vous botte les fesses ! "

Surprit, mais gardant néanmoins la tête sur les épaules, l'archiviste n'en démordit pas, malgré les remontrances de la jeune femme. Qu'elle essaye seulement de lui botter le cul entre deux slaves de tirs ; même si elle était une compatible, face au poison des Akumas, elle était aussi vulnérable que l'ours.

" De qui tu t'moques là ? "

Fin sourire sarcastique sur les lèvres, Elias n'attendit pas un instant de plus pour dégainer son sabre, serrant ses doigts sur son manche afin d'être certain de ne pas la perdre. Il savait très bien qu'il serait incapable de se défendre ou d'attaquer ces créatures-ci, mais si elles n'étaient pas seules.. un sabre, même sans aucune innocence à l'intérieur, pouvait toujours lui être utile.

" J'vais pas t'laisser toute seule face à ces choses. " maugréa-t-il, " Tant pis pour mon cul. "

Un ours restait un ours.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Mar 5 Mai - 9:33




FEAT ELIAS
Il faut donc croire que tu n'es pas du tout crédible lorsque tu menaces les gens. Ou peut-être que le turc est très courageux. Peut-être trop même. Depuis que tu es devenue un soldat de Dieu, tu as remarqué une chose ; avoir peur et fuir est une chose normale. Tu ne pourras jamais blâmer qui que ce soit de prendre peur et de fuir face à des monstres tels que ceux-ci. Et pourtant, lui, il préfère rester, s'armant d'un sabre. Comme si ça pouvait faire une quelconque différence ; et il le sait. Tu observes ses traits sérieux, rongée par l'envie de vraiment lui foutre un pied aux fesses, et dévorée par le désir de le remercier. Parce qu'il préfère affronter cette situation avec toi, plutôt que de fuir.

« J'vais pas t'laisser toute seule face à ces choses. Tant pis pour mon cul. »

Tu esquisses un sourire, bien que la situation ne s'y prête pas. N'avait-il pas dit qu'il n'avait aucune attache ? Non Sofia, ne commence pas à penser qu'il t'apprécie assez pour t'aider. Et aider est un bien grand mot dans un cas comme celui-ci, sachant qu'il n'est en rien compatible avec une quelconque innocence. L'ours est bien plus humain qu'il ne le laisse entendre ; et c'est ce qui te fait sourire.

« Vous ne viendrez pas vous plaindre, Señor Bookman. »

Tu reposes toute ton attention sur votre ennemi, préférant ne pas perdre davantage de temps. Chaque minute peut être fatale ; le temps est compté. Tu analyses rapidement l'endroit où vous vous trouvez ; une rue ni trop large ni trop étroite. Juste assez grande pour plusieurs hommes et femmes, mais bien mince pour une créature du Comte comme celle-ci. Ce qui peut jouer à votre avantage ; mais comment se mouvoir avec un civil n'ayant bénéficié d'aucun entraînement ? Tu es, bien entendu, bien loin d'être une reine du combat, mais tu ignores totalement les capacités du Bookman. Il faut donc agir prudemment.

Naturellement, l'Akuma -comme programmé pour faire feu à vue- ne tarde pas à diriger ses canons vers vous. Tu fais machinalement un pas sur le côté, passant devant le Bookman. Le dôme d'Aegis peut supporter quelques tirs, mais maintenir cette protection est épuisante autant mentalement que physiquement. Les secousses crées par l'impact des projectiles, tu les ressens à travers tout ton corps, comme si c'était toi le bouclier, et non ce verre légèrement teinté. Alors quitte à lâcher prise, autant que ce soit ton corps qui prenne les coups plutôt qu'Elias. C'est ta mission ; protéger les civils. Tu tournes alors ton regard bleu et profondément sérieux vers Elias.

« Je vous interdis de vous éloigner de moi, está claro ? » Tu reposes ton regard sur l'Akuma dont les tirs n'ont connu aucun répit. « Nous allons l'acculer contre les bâtiments, et Aegis se chargera du reste. »

Tu ne cherches pas à savoir s'il est d'accord ou non ; il n'a pas le choix. Même si, en tant que chef, tu n'as pas fière allure. La contre-attaque commence donc ; bras tendus, tu avances sous les tirs ennemis, le regard rivé devant toi. L'Akuma est poussé, mais comme d'habitude, il est loin d'être léger. Ta force mentale est mise à rude épreuve ; de la sueur perle sur ton visage. Et tu ne comprends pas. Ce n'est pas le premier Akuma que tu accules dans le but de le détruire. Alors pourquoi est-ce différent cette fois ?

Dans le fond, tu le sais très bien.

L’Akuma semble réaliser que tirer sans cesse ne le sauvera pas, et cherche alors à se dépêtrer de l’étau se resserrant autour de lui, usant de sa force pour inverser la tendance. Les murs des bâtiments s’effritent comme des gâteaux secs, les débris manquants de vous tomber dessus.

« La pierre peut traverser le dôme, soyez prudent, Señor Bookman ! »

Épuisée par tes affrontements précédents, tu maudis ton manque d’endurance qui pourrait être fatale à l’archiviste. Intérieurement, tu accordes une énième prière à Dieu, lui affirmant que s’il devait accueillir quelqu’un de plus à ses côtés, ce serait toi, et non pas Elias. Certains verraient cette prière égoïste ; pour toi, si mourir peut sauver des vies, tu offres la tienne. Mais pas sûr que l’archiviste reste sans rien faire, étrangement.

Vous arrivez au bout de la rue, là où elle bifurque ; la destination finale. L’Akuma est coriace et résiste malheureusement bien, ce qui ne fait que t’épuiser davantage. Mais c’est bientôt la fin ; il ne peut plus reculer, et recommence à tirer. Le mur derrière s’enfonce sous la pression, et tu crains qu’il ne fasse une brèche qui permettrait à l’Akuma de se faufiler. Mais Aegis vient finalement à bout de l’Akuma qui explose, libérant son poison dans l’air. Tu vacilles, attrapant le bras du Bookman pour l’éloigner de la fumée toxique avant de t’effondrer, essoufflée. Mais aucun moment de répit, tu lèves les yeux vers Elias.

« Maintenant, allez rejoindre les civils… avant que je me fâche vraiment. »

Tu passes mollement derrière lui, le poussant vers la direction opposée au champ de bataille.

« Ne vous faites pas prier, monsieur "je ne crois plus en l’humanité alors que je reste volontiers pour aider une Exorciste même si je risque ma vie". » Tu lui tires la langue avant de sourire. « Pas d’attache hein ? » Tu pointes le pont à quelques mètres de vous, qui a subi quelques dégâts. « Il devrait être encore assez solide pour que vous puissiez traverser. Maintenant, partez… por favor. »

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Ven 8 Mai - 2:00

Chute


" Une chute profonde mène souvent vers le plus grand bonheur. "


Qu'est-ce qu'elle fiche ici ? Je me le suis demandé sur l'instant quand j'ai croisé son regard, puis.. je me suis très rapidement rendu compte que sa présence était nécessaire face à la situation. Ou tout du moins.. qu'il fallait qu'un exorciste intervienne pour maîtriser ces créatures et sauver la population, sans quoi cette journée serait signée d'un énième massacre sans nom. Enfin, ce n'est pas comme si ce serait la première fois que les Akumas sèmeraient la panique sans être détruits ; ces batailles gagnées sont même plus nombreuses que celles stoppées par les exorcistes. Enfin. Il n'empêche, je me suis malgré tout demandé.. Pourquoi elle ?


Si c'était prudent de rester aux côtés de l'élue de Dieu ? Bien sûr que non. Si Elias aurait dû quitter cet endroit au plus vite ? Assurément ; il n'aurait même pas du sauver cet enfant des griffes de la mort. Tel avait été son destin, malgré les horreurs de la guerre, le vieil homme n'aurait pas du la sauver, la ramener auprès de sa mère, mais.. au fond, il n'avait pu s'empêcher de songer à Caroll en la voyant. Que serait-elle devenue aujourd'hui s'il ne l'avait pas sauvé il y a près de vingt-deux années désormais ? Il n'en savait rien, préférait ne pas y songer. Sans doute serait-elle morte de faim, ou tuée par un Akuma, ou alors, avec un peu de chance, elle aurait survécu dans la rue, aurait peut-être dû vendre son corps, ou des choses plus horribles encore ; mais en réalité, le turc savait pertinemment que la vie de sa disciple aurait été bien plus rose si elle avait fini entre les mains d'une bonne famille, qui lui aurait sans doute offert la vie dont la galloise avait toujours rêvé. Pas celle d'une archiviste, tout du moins.

Enfin, pour le moment, la Mémoire de l'Ombre n'avait pas le temps de penser à ce genre de choses ; car la Mort risquait de le guetter à tout instant. Bordel, pourquoi avait-il fallut qu'il se rendre dans cette ville de merde ? Oh, non, il n'irait pas se plaindre - pas le temps - quand bien même ça lui aurait sans doute permis de mieux encaisser le coup. Ville de merde, vraiment. Heureusement, quelques rayons de soleil des pays du Sud venaient l'égayer, malgré un temps gris et presque pluvieux. Et pendant ce temps-là, l'affreuse créature continuait de tirer, encore et encore, menaçant de détruire le dôme d'innocence d'un instant à l'autre. Combien de temps tiendrait-il encore ? Sans doute pas très longtemps.

Concentrée, sérieuse comme l'ours ne la connaissait pas, Sofia finit par reporter son regard en direction du sien.

" Je vous interdis de vous éloigner de moi, está claro ? " fit-elle tout en reportant son attention vers l'Akuma, " Nous allons l'acculer contre les bâtiments, et Aegis se chargera du reste. "

Si la situation n'avait pas été aussi détestable, l'ours aurait sans doute prit un malin plaisir à prendre la jeune femme vis-à-vis de ses allures de chef - qu'elle n'avait d'ailleurs pas du tout - mais là.. il en avait presque perdu sa langue. Enfin, presque, fallait pas déconner non plus.

Ensembles, ils se mirent alors à longer les murs, repoussant la créature faite de fer et de mécanique afin de l'empêcher de tirer, de l'acculer contre un mur, afin de le réduire au néant avec l'aide de l'innocence. Mais les Akumas - comme toute bonne arme - n'étaient pas simples à détruire, même avec le plus puissant des canons. Alors, tandis que l'argentine tentait de compresser le monstre contre l'une des maisons fissurées de la ville, les murs de celle-ci se mirent à s'effriter et à céder, ne supportant pas une telle pression après tous ces tirs et ces tremblements de terre. La tâche ne serait pas aussi aisée que prévue.

" La pierre peut traverser le dôme, soyez prudent, Señor Bookman ! "
" J'pourrai éviter des cailloux, t'en fais pas pour ça. "

Vraiment ?

Côtes à côtes, les deux combattants finirent leur route de l'extrême jusqu'à une bifurcation, où le pantin du Comte finit bien malgré lui acculé contre un mur, bloqué, sans rien pouvoir faire. Une dernière fois, il tira, mais l'innocence eut bien vite raison de sa force, laissant derrière lui une exorciste épuisée, qui tomba à genoux sous les yeux toujours aussi farouches de l'ours ; quoique peut-être inquiet. Pour sa vie ? Laquelle ?

" Maintenant, allez rejoindre les civils… avant que je me fâche vraiment. " souffla-t-elle avant de se relever et de passer derrière lui, le couvrant d'un regard amusé, " Ne vous faites pas prier, monsieur "je ne crois plus en l’humanité alors que je reste volontiers pour aider une Exorciste même si je risque ma vie". Pas d’attache hein ? "
" C'est toi qui est venue à ma rencontre, p'tite sotte. "

Oh, s'il avait pu, il lui aurait sans doute coupé sa sale petite langue qu'elle avait osé lui tendre ; mais s'était contenté d'afficher un sourire crispé. Déjà la jeune femme désignait un pont tout proche.

" Il devrait être encore assez solide pour que vous puissiez traverser. Maintenant, partez… por favor. "

Que pouvait-il faire d'autre ? Même en restant à ses côtés, Elias n'avait rien pu faire pour l'aider, et n'aurait sans doute besoin de son sabre que pour repousser d'éventuels objets tombant du ciel. Un soupir s'échappa alors de ses lèvres, tandis que l'ours rengainait son arme.

" Soit. " maugréa-t-il dans sa barbe, avant de lui lancer un regard lourd de sens, " Évite de crever sur le champ de bataille, j'serai bien embêté de t'avoir inculqué une partie d'mon savoir pour rien. "

Des mots peut-être un peu durs, mais en réalité, ils cachaient une pensée plus douloureuse : ne meurs pas.

Sans dire un mot de plus, la Mémoire de l'Ombre fila, aussi vite qu'il le pouvait. Pour aller où ? Il n'en savait rien, sans doute dans les caves d'une maison abandonnée, ou dont les occupants accepteraient de lui offrir le gite ; dans tous les cas, il suivrait le conseil de l'exorciste, et se dirigerait vers le port en empruntant le pont. Grossière erreur. Celui-ci, fragilisé par les tremblements de terre causés par les tirs des Akumas, ne tarda pas à se fissurer lorsque le vieil ours posa les pieds dessus. Lorsque Elias chercha à faire demi-tour, ce fut déjà trop tard. Crac. Le plus terrible dans cette histoire, ce ne fut sans doute pas la chute dans l'eau, même si cela signifiait quelques mètres de chute libre - tout le monde savait que les ours étaient de bons nageurs ; tout du moins.. quand aucune pierre d'un vieil édifice ne leur tombait pas sur la gueule.

Et merde.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Ven 8 Mai - 22:59




FEAT ELIAS
« Soit. Évite de crever sur le champ de bataille, j'serai bien embêté de t'avoir inculqué une partie d'mon savoir pour rien. »

Tu le regardes s'éloigner, clignant des yeux avant de laisser un petit rire nerveux franchir tes lèvres. Il est vrai que tu lui dois beaucoup ; écrire, lire, et même parler l'anglais. A la Congrégation, de nombreuses personnes t'ont aidé, dont Tyler et Logan, mais c'est bien auprès du Bookman que tu as le plus appris. Ses mots te font donc plaisir ; dans le fond il ne doit pas être mécontent de t'avoir enseigné deux ou trois choses. Sa silhouette s'éloigne donc d'un pas rapide tandis que ton coeur semble se libérer d'un poids trop lourd ; tu as eu trop peur pour sa sécurité, et combattre tout en te souciant du bien d'une personne que tu aimes est une chose rude et difficile.

Tu inspires profondément, tournant les talons pour retourner sur ce champ de bataille sur lequel tu n'as pas le droit de mourir. Tu n'as pas voulu lui répondre ; tu es incapable de faire des promesses que tu ne pourras pas tenir. Tu lui dois tellement, mais tu ne peux pas le remercier comme il se doit. Tout simplement parce que tu n'as rien qui puisse l'intéresser, lui l'archiviste de l'ombre.

Soudain, des craquements derrière toi. Tu t'immobilises et, en l'espace d'une fraction de seconde, tu sens la sueur froide mordre ta colonne vertébrale. Tu te retournes brusquement, prise d'un mauvais pressentiment. Et, impuissante, tu assistes au triste spectacle du pont qui s'effondre, emportant avec lui le corps du Bookman. Mais il n'y a aucun cri et son corps ne semble pas lutter pour éviter les morceaux de pierre ; il est inconscient.

« ELIAS ! »

La douleur s'est envolée, la fatigue soudain dissipée ; te voilà sur tes deux jambes, courant vers le pont en ruines. Tu te jettes au sol dans l'espoir, très mince, de pouvoir attraper sa main, mais il est trop tard. Le Bookman s'engouffre dans le vide avant de s'écraser dans l'eau, y sombrant comme un simple poids mort. Et il ne remonte pas. Tu n'attends pas, te débarrassant de ton manteau d'exorciste avant de te laisser plonger à ton tour dans le vide.

Tu ne le laisseras pas mourir, jamais. Plutôt crever que de le voir mourir sous tes yeux. L'impact lorsque ton corps entre en contact avec l'eau te sonne un peu ; la chute est plutôt haute. Mais tu reprends bien vite tes esprits, cherchant dans l'eau la présence du turc. Tu nages jusqu'à lui, guidée par le sens du courant ; un peu de chance dans cette misère.

Le Bookman est bel et bien inconscient, si bien que tu es obligée de le ramener à la surface. Il pèse même lourd l'animal ! Qui aurait cru qu'il soit si imposant physiquement avec le travail qu'il fait ? Son poids vous tire de nouveau dans l'eau ; tu décides donc de lui retirer son manteau, gardant néanmoins son sabre dans ta main. Si pour le manteau tu n'as pas vraiment de doute, quelque chose te dit qu'il t'en voudrait d'avoir abandonné son arme. Même si sa vie t'importe bien plus que ce bout de ferraille.

Tu parviens à nager jusqu'à un rebord où tu hisses, avec énormément de difficulté, le turc inconscient. Tu te penches au dessus de lui, lui donnant quelques tapes sur les joues ; mais aucune réaction. La panique s'empare de ton coeur, troublant ta capacité d'analyse et d'intervention. Les larmes te montent déjà aux yeux.

« Elias ! Réveille-toi ! Oh Maria, ne me fais pas ça ! »

Tu redresses son visage, pinçant l'arrête de son nez avant d'entrouvrir sa bouche. Tu inspires une grande bouffée d'air avant de plaquer tes lèvres aux siennes pour lui insuffler tout cet air accumulé. Tu te redresses ensuite, joignant tes mains sur son torse pour appuyer dessus plusieurs fois.

« T'as pas le droit de mourir comme ça, estupido ! Respire, Elias, respire ! »

Tu réitères tes gestes deux fois de plus, la peur s'insinuant dans tout ton corps jusqu'à le faire trembler. S'il meurt ici, tu t'en voudras pour le restant de tes jours. S'il meurt ici, tu ne pourras jamais lui dire à quel point tu lui es reconnaissante. Ni à quel point il compte pour toi malgré son caractère d'ours mal léché.

Mais toujours rien. Tu regardes son visage puis son torse qui ne se soulève pas. Les larmes roulent sur tes joues ; ta rage -envers toi-même- éclate, guidant ton poing fermé à s'écraser sur son torse avec force. Et c'est là qu'Elias choisit de réagir, enfin. Tu pourrais pleurer de bonheur, mais ce n'est pas le moment. Ton regard se reporte sur le Bookman dont tu écartes les mèches de son front d'un revers de main.

« Chht, ne dis rien, ça va aller. Je vais te mettre à l'abri. »

Tu le redresses, attrapant son bras pour le passer sur tes épaules avant de te relever, l'entraînant avec toi. Malgré le choc, il semble plus ou moins tenir sur ses jambes. Un peu au hasard, tu l'entraînes vers la première maison qui se présente. Certains meubles ont été partiellement vidés ; signe d'un départ précipité. Tu trouves rapidement un lit où tu allonges Elias avant de retourner dehors récupérer ton manteau. De retour auprès du Bookman, tu le recouvres de ta veste ; bien plus chaude que des vêtements pris au hasard de cette maison où tu ne trouves aucune couverture. Tu poses ton oreille contre son torse et, rassurée par les battements de son coeur, tu pousses enfin un soupir de soulagement, te redressant.

« Repose-toi, je veux pas t'entendre avant que tu n'ais repris des forces. »

Tu ne devrais pas rester à ses côtés ; tu es en mission. Mais tu es incapable de partir. Qui lui arrivera-t-il si un Akuma attaque au hasard le plus total ? Il ne pourra même pas fuir ou se cacher. Tu te mords la lèvre, attrapant ton petit golem pour dresser un bref récapitulatif de ta mission annexe. L'évacuation s'est bien passée de ton côté et tu apprends que, de l'autre côté, tes collègues ont pu mettre en déroute les machines du Comte. Cependant, nombreux Akumas ont préféré fuir et le risque d'une seconde attaque n'est pas à écarter. La consigne est donc de rester vigilant.

Tu reviens quelques instants plus tard aux côtés d'Elias, que tu n'as pas préféré mentionné dans ton bref rapport. Tu voudrais qu'il rejoigne les civils au plus vite, mais le déplacer maintenant après le choc qu'il a eu à la tête ne te semble pas vraiment raisonnable. Munie d'un linge et d'une bassine d'eau propre, tu viens nettoyer la plaie à son front, le bandant ensuite de manière plus que sommaire.

« Je suis curieuse de savoir ce que tu n'as pas compris dans "reste en vie le plus longtemps possible"... estupido. »

Ce sont les derniers mots que tu lui avais adressé lors de votre dernière rencontre, à Paris.

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Jeu 14 Mai - 16:25

Mort


" La mort rattrape ceux qui la fuient. "


Quel crétin, mais quel crétin j'ai fais. Ce pont n'était pas assez solide, et voilà qu'il s'est écroulé sous mon poids, la bonne blague. J'ai essayé de m'accrocher durant ma chute, mais rien n'y a fait. J'ai sentis quelque chose me frapper à la tête, puis plus rien. Je ne me souviens même pas avoir touché l'eau, c'est pour dire, je ne sais même pas où j'ai bien pu tomber, si je suis mort sur le coup, ou bien si je me suis noyé en retombant dans l'eau. Rien, je ne sais absolument rien de ce qu'il se passe, juste que là, j'ai terriblement froid. Ah, foutu pays du Nord, même en tête, ça caille par ici. Enfin.. c'est ce que j'aimerai me dire. Quelle mort stupide, putain. ... Quoi ? Je crois que je viens d'entendre mon nom. ... Sofia ?


Encore et encore, il avait entendu cette voix, incapable de trouver d'où elle pouvait bien provenir. C'était comme si elle était proche, mais terriblement lointaine en même temps. Était-il vraiment en train de mourir ? Cette sensation de froid terrible, Elias ne voulait pas se l'avouer, mais il l'avait déjà ressentie par le passé, alors qu'il n'était encore qu'un enfant. Cette triste nuit, il avait senti son sang s'échapper de son corps, chacun de ses membres s'engourdir, jusqu'à devenir incapable de garder les yeux ouverts ; puis, comme là, tout était devenu noir, et froid, avant qu'une douce chaleur ne revienne à le gagner petit à petit. Une chaleur presque rassurante, mais douloureuse ; celle d'être encore en vie, celle d'avoir survécu et affronté la mort. Mais là, c'était différent, il n'y avait eu qu'un froid glacé, et rien d'autre. Peut-être était-ce la fin, que personne n'était arrivé, ou trop tard.

Pourtant, au fond de lui, le vieil ours fut certain de reconnaître son nom ; enfin, celui qu'il avait en ce moment tout du moins. Il le reconnaissait, savait qu'il s'apparentait à l'homme qu'il était en ce moment, mais savait bien, tout au fond de lui, qu'un jour, il ne serait plus Elias. Toujours le même homme, la même ombre, mais avec une identité différente ; et alors, plus jamais il ne tournerait la tête sur ce nom. Jamais plus.

Puis, petit à petit, la Mémoire de l'Ombre semble entendre des mots, ou plutôt.. une voix s'adressant à lui ; et en même temps, petit à petit, la chaleur recommence à faire battre son cœur. Des mots, toujours des mots, cette voix, quelque chose de lointain, puis qui se rapproche, et cette chaleur qui gagnait son visage, puis tout son corps. Vivait-il ? Elias n'en savait rien, ressentait toujours une sorte de froid qui l'engourdissait mais.. peut-être n'était-ce que la morsure de l'eau et de ses habits trempés qui lui collaient à la peau. Comment pouvait-il sentir le vent autour de lui ? N'était-il plus au fond de l'eau ?

Et là, d'un coup, il finit de nouveau par ouvrir les yeux, tout en prenant une grande bouffée d'air.

" Chht, ne dis rien, ça va aller. Je vais te mettre à l'abri. "
" Qu.. "

Mais il ne chercha pas à en dire plus ; pour une fois.

Le regard encore flou, le vieil ours noyé eut du mal à se concentrer bien longtemps pour parvenir à distinguer les traits de la jeune femme qui se tenait au-dessus de lui. Un léger coup d’œil sur le côté lui suffit à comprendre qu'ils étaient tous deux en contrebat du pont, sur la terre ferme ; alors comme ça, Sofia l'avait sorti de là ? Pourquoi ? Le vieil homme n'eut pas le temps d'y réfléchir bien longtemps, car déjà l'exorciste l'aida à se relever. Légèrement chancelant, les poumons douloureux, l'archiviste trouva malgré tout assez de force pour se déplacer en compagnie de son ange gardien pour aller jusqu'à la première maison venue, abandonnée bien sûr par ses occupants suite à l'attaque des Akumas. Épuisé, Elias ne broncha pas quand l'argentine le força à s'allonger dans le lit, ni même lorsqu'elle disparu avant de lui offrir sa veste. S'il était perdu ? Un peu, oui ; il avait vu la mort de près, et ne souhaitait plus jamais que ça arrive.

Une fois, passe encore, mais deux, c'était déjà une fois de trop.

Une fois sa veste confiée au miraculé, la jeune femme posa sa tête sur le torse de ce dernier. Que faisait-elle ? S'il elle voulait s'assurer qu'il vivait, il ne suffisait que de regarder son regard, pis.. les morts ne marchaient pas. Peut-être était-ce tout simplement humain, ça, l'Ombre n'aurait su le dire.

" Repose-toi, je veux pas t'entendre avant que tu n'aies repris des forces. "

Pourtant, il aurait bien aimé parler ; mais là, encore une fois, il garda le silence. Qu'aurait-il pu dire de toute manière ?

Alors, l'exorciste disparut durant de longues minutes, laissant l'ours seul avec ses pensées. Comment avait-il fait pour être aussi négligeant ? Une pierre, une foutue pierre avait failli lui couter la vie, et voilà qu'il était sauvé par une jolie petite argentine. Ah, si Rayn entendait ça, elle aurait sans doute beaucoup rit ; tout du moins.. il y a quelques mois de ça. Un soupir s'échappa alors des lèvres de la Mémoire de l'Ombre, tandis qu'il trouvait la force de se mettre assit dans son lit, adossé au mur adjacent ; et cet instant précis que la jeune Vasquez choisi pour revenir à son chevet.

" Je suis curieuse de savoir ce que tu n'as pas compris dans "reste en vie le plus longtemps possible"... estupido. " souffla-t-elle d'un ton presque nostalgique.

Nerveusement, un sourire avait alors presque étiré les lèvres du turc, tandis qu'il se passait une main dans ses cheveux un peu moins trempés désormais ; puis, il reporta son attention vers celle qui l'avait sauvé.

" Jusqu'à preuve du contraire c-... " commença-t-il avant de s'arrêter pour tousser douloureusement, " ... c'est toi qui m'a poussé vers c'pont. Avant cette aprem, je survivais plutôt bien. "

Décidément, il ne pouvait pas s'en empêcher ; mais ses mots n'étaient en rien teintés de reproche, c'était tout simplement sa nature. Un vieil ours qui trouvait toujours quelque chose à dire, en toutes circonstances, mais là, pour une fois, il fut également capable de trouver autre chose à dire..

" M'enfin, merci. " lui souffla-t-il.

Il n'était qu'une ombre, vouée à se mêler aux autres et pourtant, ce rayon de soleil qu'était la jeune argentine l'avait sauvé, ne l'avait pas laissé croupir au fond de ces eaux noires. Au fond, Elias était tout de même content d'avoir survécu aujourd'hui.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Ven 15 Mai - 11:25




FEAT ELIAS
Tu sursautes lorsqu'il bouge, encore persuadée qu'il était endormi. Mais le voilà assis dans le lit, réveillé, mais surtout bien en vie. Tu te retiens de le prendre dans tes bras, te contentant de pousser un profond soupir de soulagement. Tu ne veux pas revivre ça, jamais.

« Jusqu'à preuve du contraire c-... » il tousse, te faisant froncer les sourcils, inquiète. « ... c'est toi qui m'a poussé vers c'pont. Avant cette aprem, je survivais plutôt bien. »

Coup de massue.
Il a entièrement raison, si tu ne lui avais pas dit de traverser le pont, il ne serait pas tomber, n'aurait pas été blessé. Tu baisses la tête, t'asseyant sur la chaise à côté du lit, les poings serrés sur tes cuisses. Peut-être que tu t'étais attendue à de la reconnaissance, mais, s'il n'avait pas été sur ce pont comme tu le lui as demandé, il n'aurait pas failli se noyer. Et tu n'aurais pas eu à le secourir, donc aucune reconnaissance.

Elias a diablement raison, et tu t'en veux énormément. Il aurait pu perdre la vie par ta faute. Une erreur de jugement qui aurait pu être fatale à l'archiviste. Il aurait pu s'agir de n'importe quelle autre personne ; tu as failli à ta mission de protection. Tu n'es pas aussi observatrice et intelligente que tu le voudrais.

« M'enfin, merci. »

Tu ne relèves même pas la tête ; incapable de croiser son regard, tu ne préfères même pas répondre. Pourquoi te remercie-t-il ? De l'avoir sauvé ? Peut-être que si tu n'avais pas été là tout court, il s'en serait parfaitement bien sorti. T'as été un porte-malheur plus qu'autre chose pour lui. Un fardeau, un boulet. Tu finis par te lever, venant poser une main sur son épaule en évitant soigneusement ses yeux.

« Vous devriez rester alité encore un moment, Señor Bookman. Vous avez reçu un vilain coup à la tête, ne faites pas de geste brusque. Je vais vous apporter à manger... »

Le tutoiement, plus tôt, c'était parce qu'il était inconscient. Parce que tu n'oserais jamais le tutoyer, lui qui est ton aîné et celui qui t'a transmis une maigre partie de son savoir, que tu juges sans fin. Tu t'éloignes donc, rejoignant la cuisine où le contenu d'une petite casserole attend d'être remué. Joaquim a failli se noyer, une fois, après coincé le pied entre deux cailloux. Diego avait préparé une petite soupe pour lui redonner des forces ; il paraît qu'après avoir frôlé la mort par noyade, on a besoin de manger pour reprendre des forces. Enfin, c'est ce que Diego racontait.

Tu finis par revenir auprès d'Elias avec une assiette remplie, avançant prudemment pour ne rien renverser malgré la chaleur te picotant les doigts. C'est une soupe on ne peut plus simple ; l'une des rares choses que tu saches cuisiner, et encore ça réussit pas à chaque essai. Mais, là, le goût semble assez supportable, pour toi enfin. Tu déposes délicatement l'assiette sur ses cuisses, profitant que ton manteau serve de protection pour sa peau.

« C'est un peu chaud, faites attention... »

Tu laisses un silence planer, regagnant ta chaise. Tu aimerais partir pour ne pas lui attirer plus de malheur que tu ne lui en as déjà causé mais, tu ne peux simplement pas. Parce qu'il a failli mourir à cause de toi, tu veux veiller sur lui jusqu'à ce qu'il reprenne assez de force pour reprendre sa route. Ton regard glisse vers son bandage sommaire ; il aura besoin d'un médecin, c'est certain. Tu n'as rien pu faire à part nettoyer la plaie et la bander avec les moyens du bord. Tes yeux retrouvent alors le chemin du parquet, n'osant toujours pas se poser dans le regard du turc.

« Je suis désolée... je ne voulais pas... qu'il vous arrive quelque chose et, finalement, vous avez failli vous noyer... à cause de moi... »

Tu te mords la lèvre inférieure, légèrement tremblante, te retenant de pleurer ; le stress et la peur accumulés éclateront, ou devront éclater, mais pas ici. Pas maintenant. Pas devant lui.

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Dim 17 Mai - 23:12

Remords


" Nul châtiment n'est pire que le remords. "


Je n'aurai jamais cru pouvoir m'en sortir d'une telle chute, surtout pas ici et au fond, je n'ai pas pu m'empêcher de remercier Sofia pour ça. Est-ce que j'aurai du m'abstenir ? Je ne sais pas, à dire vrai, d'un point de vue totalement objectif, ce n'est pas grave si on casse ou perd l'une de ses plumes pour écrire, il suffit d'en prendre une nouvelle ; mais d'un autre point de vue, mieux vaut éviter de trop le faire, sans quoi on risque de ne plus avoir les moyens de s'en trouver de nouvelles. J'ai survécu, c'est tant mieux, je ne devrais pas avoir de jugement là-dessus et pourtant, au fond.. je suis rassuré.


Le corps encore ankylosé et douloureux à cause de la noyade, la Mémoire de l'Ombre avait eut l'impression de sentir le poids des années sur ses épaules lorsqu'il s'était mis assis dans le lit. Ce fut comme s'il avait prit dix ans d'un coup et espérait au fond de lui que cela ne durerait que le temps d'une courte convalescence. Enfin, il se devait tout de même d'un jour se faire un raison : il n'était plus aussi jeune qu'avant, et ne se remettrait pas aussi vite de ses blessures qu'il le faisait par le passé. Mais bon, tant qu'il vivait et ne souffrait pas, c'était l'essentiel ; et l'archiviste savait bien qu'il avait encore de longues années devant lui s'il ne finissait pas de nouveau au fond de l'eau ou entre les tirs des Akumas, voire même entre ceux de simples humains.

Toutefois, malgré ces pensées qui se voulaient.. optimistes - ? - l'ours ne broncha pas lorsque l'exorciste lui dit de rester là, qu'elle s'occupait d'aller lui chercher à manger. Là ? Juste après une noyade et une attaque d'Akumas ? Peut-être feraient-ils mieux de quitter les lieux au plus vite, avant que la famille ne se décide à revenir, ou bien le toit à s’effondrer sur leur tête. Enfin, au fond, Elias n'était pas borné et stupide pour autant ; pour lui qui était médecin de guerre, il savait bien qu'il ne devait pas forcer après un tel accident, et que le mieux serait de reprendre des forces le plus vite possible.

Sauf que là, il n'avait vraiment pas faim, encore moins lorsque le bol de soupe fut posé sur ses cuisses. Cela ne sentait pas mauvais, mais pas spécialement bon non plus ; espérons que le goût soit un peu meilleur.

" C'est un peu chaud, faites attention... " fit-elle, presque comme une mère aurait dit à son enfant ; quand bien même Elias ne le remarqua pas.

Comment l'aurait-il pu ? Il n'avait jamais bénéficié de ce genre de marques d'affection, et ne les avait pas partagé avec son apprentie. Si les repas étaient chauds, celles qu'avaient été Rayn n'avaient qu'à faire attention d'elles mêmes, sans avoir un chaperon derrière elle pour les guider. Peut-être aurait-il dû être plus comme Sofia lors de son éducation, peut-être pas ; de toute manière, en ce moment, avec celle qu'il avait élevé, c'était plus que compliqué. L'archiviste préféra alors oublier ces sombres pensées, acquiesçant d'un geste de la tête suite aux paroles de son interlocutrice, afin également de la remercier.

Alors, sans un bruit, l'ours blessé se mit à manger, grimaçant légèrement sur l'instant, avant de reprendre son repas avec difficulté. Bon sang, il n'avait vraiment aucune envie de manger.

" Je suis désolée... je ne voulais pas... qu'il vous arrive quelque chose et, finalement, vous avez failli vous noyer... à cause de moi... " souffla-t-elle, le regard fuyant.

Surprit par ces quelques paroles, le bookman leva immédiatemment les yeux en direction de la jeune femme. Avait-il bien entendu ? Vu la façon dont Sofia accumulait de petits tics nerveux, la réponse devait sans doute être oui.

" Parce que tu t'fais du mauvais sang pour ça ? " s'était-il alors étonné.

Profitant de cet instant pour reposer la cuillère dans le bol de soupe à peine entamé, c'est un regard assez lourd, mais aussi gêné - au fond, très loin, là oui juste là, à peine perceptible - qu'il posa alors vers celle qui fuyait le sien.

" Fallait pas prendre ma remarque de tout à l'heure comme un reproche ou un truc du genre, hein. " reprit-il alors, " 'fin, si c'est arrivé, c'est juste parce que le pont était fichu, tu pouvais pas le savoir. "

Et, au fond, le vieil homme ne parvenait pas à mettre des mots face à sa pensée, tout simplement parce qu'il n'avait jamais vraiment fait face à ce genre de réactions. Si cela était arrivé avec Rayn, elle aurait pesté et relancé un pic à son maître, quelque chose du genre " ben au moins ça m'aurait fait des vacances " ou quelque chose du genre. Mais là, l'exorciste avait prit ces quelques mots comme une véritable atteinte à sa personne, à ses gestes. Pensait-elle vraiment qu'il la tenait pour rigueur pour cet accident ? Pas le moins du monde ; Elias aurait dû se rendre compte lui-même que le pont était fissuré et friable, mais il avait été négligeant, et voilà où cela les avait mené. Chapeau le bookman.

Un soupir s'échappa alors des lèvres de la Mémoire de l'Ombre, et sans doute afin de pouvoir se changer les idées, chercha dans la poche de son pantalon son paquet de cigarette : trempé, fichu, inutilisable. Et le pire, c'était que son briquet était resté dans sa veste qui.. reposait désormais au fond de l'eau.

" Fais chier. " maugréa-t-il dans sa barbe.

Pour une fois, il ne fumerait pas, même s'il aurait tout donné pour avoir ne serait-ce qu'une cigarette. Sans dire un mot de plus, il laissa son paquet imbibé d'eau et de tabac mouillé sur le rebord du lit, avant de poser les restes de sa soupe ; de toute manière, avec toute l'eau qui lui était rentré dans le bide, il n'avait pas faim.

Tant pis ; au fond.. là, ça n'importait peut-être pas.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Mar 2 Juin - 12:40




FEAT ELIAS
« Parce que tu t'fais du mauvais sang pour ça ? »

Tu ne le regardes pas, bien que l'envie soit bien présente ; bien sûr que oui que tu t'inquiètes pour ce genre de choses. Des détails insignifiants à ses yeux, probablement, mais pour toi c'est différent. Est-ce parce que tu es soldat et lui archiviste ? Votre vision des choses est diamétralement opposée. Peut-être es-tu trop tendre, ou peut-être est-ce lui qui est trop dur. Ou les deux, tout simplement. Et pourtant, tu sens en lui cette même tendresse que tu as pour tes frères ; elle est cachée, enfouie sous des tonnes de papiers et de livres, mais elle est bien là. Probablement pour cette apprentie dont vous avez un peu parlé à Paris. Alors pourquoi s'étonne-t-il de ta réaction ? Lui-même aurait certainement eu les mêmes gestes, la même peur, s'il s'agissait d'une personne à qui il tient.

Mais c'est un Bookman. Et il n'a aucune attache.
Absolument aucune, Sofia.

« Fallait pas prendre ma remarque de tout à l'heure comme un reproche ou un truc du genre, hein. 'fin, si c'est arrivé, c'est juste parce que le pont était fichu, tu pouvais pas le savoir. »

Tu as envie de te lever et de lui dire que, si tu le savais. Tu avais remarqué sa structure devenue fragile en raison de l'attaque des Akumas, et c'est pourtant vers ce pont là que tu as envoyé Elias. Tu aurais dû le diriger sur un point de passage plus solide, plus sûr.

L'archiviste soupire avant de fouiller dans la poche de son pantalon, en sortant son paquet de cigarettes complètement trempé. Comme son propriétaire.

« Fais chier. »

Tu le vois poser le paquet imbibé d'eau sur le rebord du lit. Tu grimaces, comprenant qu'une dose de tabac n'aurait été vraiment pas de refus pour lui. Et à cause de toi... non Sofia, arrête de te croire être la raison de tous ses malheurs et déboires. Tu secoues la tête pour chasser cette pensée qui commence à prendre racine. Te redressant, ta main vient se poser sur son front pour prendre sa température.

« La fièvre a un peu baissé... restez tranquille, d'accord ? »

Ta main s'attarde sur sa peau un peu trop longtemps. Tu prends alors le bol encore plein, le ramenant dans cette cuisine. Pour le moment, il y a peu de risques que les habitants de cette maison reviennent ; les civils sont en sécurité avec les traqueurs et, tant que la menace plane encore, ils ne pourront regagner leur logement. Dans le fond, même si vous êtes à l'abri, ça ne veut pas dire que vous êtes en sécurité.

Tu jettes un coup d'oeil à l'extérieur, n'y voyant aucune agitation particulière. Le calme avant la tempête, comme on pourrait dire. Les Akumas vont revenir, tu en es intimement persuadée. Et tu ne pourras pas te battre tout en veillant sur Elias ; il faut que tu le fasses évacuer le plus rapidement possible. Tu reviens à ses côtés, prenant place sur le rebord du lit.

« On ne peut pas rester ici trop longtemps. Les Akumas peuvent revenir, la menace n'a pas été entièrement annihilée. » Tu poses ta main sur la sienne, par réflexe. « Est-ce que vous vous sentez capable de marcher ? » Ton regard se plonge dans le sien. « Je ne veux pas qu'il vous arrive quelque chose encore une fois. Peut-être que vous serez plus en sécurité... loin de moi. »

Et quoi qu'il dise, ta décision est prise ; il ne mourra pas à cause de toi. Tu l'éloigneras le plus possible du danger que tu représentes. C'est pour ça que ton uniforme est là ; pour que tu serves de cible. Lui ne doit pas en être une. Tu le quittes des yeux sans bouger de place, cherchant de quoi le couvrir pour partir. Tu ne peux pas lui laisser ton manteau.

« Je suis désolée de vous avoir entraîné là-dedans... »

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Mer 1 Juil - 18:19

Pardon


" Quand une femme a tort, il faut commencer par lui demander pardon. "


Y a des choses qui arrivent parce qu'elles devaient arriver, il n'y a pas de questions à se poser trente six mille fois quand quelque chose arrive. Peut-être que les choses auraient tourné autrement si ça s'était passé ainsi, ou comme ça si on avait fait ça ; mais on ne peut rien faire pour revenir dans le passé. Je n'aurai rien pu faire pour ne pas rencontrer mon maître, ni même pour le sauver de la mort, comme je n'aurai pas pu laisser Rayn - ou Caroll à l'époque - crever sur le bord de la route. C'est ainsi que ça devait arriver et il n'y a pas à tergiverser là-dessus. Je me suis noyé parce que Sofia m'a dis d'emprunter ce pont, mais ça serait sans doute arrivé sans son intervention alors.. je préfère cette version là de l'histoire.


Foutu paquet de cigarette qui avait prit l'eau, foutu briquet qui était resté dans la poche de sa veste au fond de la rivière, foutue journée, en fait. Enfin, malgré toutes ces râleries - qu'il garda pour lui afin d'éviter de faire culpabiliser d'avantage sa sauveuse - le vieil homme pouvait s'estimer heureux d'avoir survécu à ce funeste jour. Ce n'était pas la première fois qu'il voyait la mort de près avant de lui faire une grimace et de se détourner de son chemin ; et ce ne serait sans doute pas la dernière. Un énième soupir s'échappa alors de ses lèvres : le reste de la journée serait sans doute terriblement long, car il n'osait imaginer l'état du papier des francs de sa poche.

Surprit par cette main fraiche qui venait tout juste de se poser sur son front, la Mémoire de l'Ombre leva péniblement les yeux en direction de sa propriétaire. Allait-elle cesser de le materner ?

" La fièvre a un peu baissé... restez tranquille, d'accord ? "
" Cesse de t'en faire pour moi. "

Puis, sans dire un mot, la jeune femme s'éloigna dans la pièce d'à côté pour y faire on ne savait quoi. La tête encore lourde, le vieil ours savait que s'il se levait maintenant, il chancellerait et risquerait même de tomber ; mais il ne pouvait pas rester ici, au risque de se retrouver nez-à-nez avec les anciens occupants de la bicoque. Ne manquerait plus qu'alors que ce soient des Akumas et leur compte à eux deux seraient réglé. Zou. Sans doute aurait-il alors préféré se noyer plutôt que de crever comme un chien à cause de la noirceur du virus de ces créatures.

C'est alors qu'il songeait à ces sombres pensées que la jeune femme revint, avant de s'assoir sur le lit à ses côtés.

" On ne peut pas rester ici trop longtemps. Les Akumas peuvent revenir, la menace n'a pas été entièrement annihilée. " souffla-t-elle tout en posant sa main sur la sienne, " Est-ce que vous vous sentez capable de marcher ? Je ne veux pas qu'il vous arrive quelque chose encore une fois. Peut-être que vous serez plus en sécurité... loin de moi. "

Fatiguée de telles paroles, la Mémoire de l'Ombre sentit ses paupières s'affaisser, comme s'il était en proie à un lourd sommeil. Combien de fois devrait-il lui dire que ce n'était pas de sa faute ?

" Je suis désolée de vous avoir entraîné là-dedans... " fit-elle d'une petite voix.

Cette fois-ci, l'ours laissa un profond soupir s'échapper de ses lèvres, suffisamment fort pour que son interlocutrice l'entende. Oui, elle commencer sérieusement à l'ennuyer ; et comme son regard fuyait le sien, il attrapa son menton entre ses doigts, afin de lui faire tourner la tête dans sa direction. Ce n'est que là qu'il put plonger son regard dans le sien.

" C'est mon boulot d'être là dans c'genre de situations et d'faire attention à ma survie. " siffla-t-il sans la lâcher, " Alors arrête de t'en vouloir, Sofia. Tu m'as sauvé, c'est pas donné à tout l'monde. "

Ceux qui l'avaient fais se comptaient sur le doigt d'une main. Son maître, et elle. Les autres fois où l'ours avait été grièvement blessé au cours de sa vie, il s'était débrouillé tout seul, grâce à ses compétences en médecine ; mais là, aujourd'hui, personne n'aurait pu l'aider.

Il se décida enfin à lui rendre sa liberté.

" Si t'avais pas été là, les poissons auraient eu d'quoi bouffer ce soir. Donc t'arrêtes de te morfondre, compris ? " grogna-t-il, sans mauvais fond.

Ceci dit, l'archiviste prit misérablement appui sur le lit pour réussir à se relever, tremblant et vacillant. Après avoir fait un premier pas, il manqua de tomber, avant de se rattraper à la table de chevet. Équilibre plus ou moins retrouvé malgré son corps encore tout ankylosé et douloureux, Elias tourna alors son regard vers l'exorciste.

" Sortons d'ici avant qu'ils ne reviennent. "

Les akumas ou bien les habitants de cette maison ? Bonne question.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Dim 19 Juil - 1:28




FEAT ELIAS
Le soupir s'échappant d'entre ses lèvres est très explicite ; tu l'agaces. Serait-ce parce que tu le brusques ? Ou plutôt à cause de cet étrange don que tu as de t'inquiéter, presque maladivement, pour les gens à qui tu tiens le plus ? Probablement. En tout cas, tu n'as pas vraiment le temps de tergiverser plus longtemps ; ses doigts attrapent ton menton, te forçant à croiser son regard. La surprise est là, bien entendu. N'importe qui serait surpris d'être confronté subitement à un regard que l'on fuit habilement. Mais, en plus de la surprise, il y a cette gêne qui te dévore les entrailles qui vient empourprer tes joues. Détourner le regard maintenant serait assez risqué ; l'archiviste semble aussi éreinté qu'agacé. Mieux vaut ne pas contrarier un ours déjà mal léché.

« C'est mon boulot d'être là dans c'genre de situations et d'faire attention à ma survie. »

Tu as envie de lui répondre que c'est ton boulot à toi de t'assurer que les gens comme lui et les autres soient en sécurité. Mais aucun son ne parvient à sortir de ta bouche. Happée par la profondeur et l'intensité de son regard, tu es incapable de formuler la moindre parole. Et donc encore moins capable de ronchonner.

« Alors arrête de t'en vouloir, Sofia. Tu m'as sauvé, c'est pas donné à tout l'monde. »

Il ne te libère qu'au bout de quelques secondes, qui te paraissent être des heures. Tu détournes le regard, déglutissant le plus discrètement possible. Ses mots flottent encore dans ton esprit, comme des mots révélateurs, comme une maladroite gratitude.

« Si t'avais pas été là, les poissons auraient eu d'quoi bouffer ce soir. Donc t'arrêtes de te morfondre, compris ? »

Au fond, tu meurs d'envie de lui dire qu'il ne sait pas ce que c'est. Qu'il ignore ce qu'est l'inquiétude, le remord, la tristesse d'être loin des siens, la peur dévorante de ne jamais les revoir en vie... Mais tu préfères t'abstenir ; peut-être a-t-il eu une vie bien plus difficile que la tienne auparavant. Peut-être est-il inquiet du devenir de son élève. Tant de questions sans réponses qui, jamais, n'en auraient. Puisque, jamais, elles ne seraient posées. Tu n'as pas le droit de comparer ta vie à celle des autres. Tu n'as pas le droit de juger sans connaître.

Alors tu hoches vaguement la tête pour lui répondre.
Pour lui signifier que tu as entendu. Et, dans le fond, que tu comprends sans vouloir comprendre.

Tu le sens alors bouger et, irrévocablement, ton regard se pose bien rapidement sur lui ; comme celui d'une mère guettant son enfant. Ou comme celui d'une femme inquiète pour un homme, tout simplement. Il vacille et bascule, ce qui est suffisant pour enclencher le signal d'alarme. Dressée sur tes jambes, te voilà à côté de lui, une main sur son torse pour l'empêcher de basculer en avant de nouveau. Le regard inquisiteur, tu observes ses traits sans te détacher de cette inquiétude rongeant tes traits. Et pourtant, tu sais bien que tu ne devrais pas t'en faire, qu'il ne veut pas que tu le fasses. Mais c'est plus fort que toi.

« Sortons d'ici avant qu'ils ne reviennent. »
« Ne pas confondre vitesse et précipitation, c'est ce que vous m'avez appris, non ? »

Tu l'abandonnes un instant, le laissant debout sans aide le temps d'attraper la veste de ton uniforme, le retournant pour en cacher l'insigne. Tu places immédiatement l'épais tissu sur les épaules du turc, sachant bien qu'il ne pourrait pas le passer correctement en raison de votre différence de corpulence. Tu fais passer son bras sur tes épaules, enroulant ensuite ton bras autour de sa taille, le maintenant au niveau des côtes en priant pour qu'aucune d'entre elles ne soit brisée, l'autre main venant se placer sur son torse pour qu'il ne bascule pas en avant.

« Nous allons rejoindre la zone de sécurité le plus rapidement possible en restant le plus à couvert possible. Là-bas, un médecin prendra soin de vous avant de vous laisser rejoindre les civils. »

Tu inspires avant de projeter Aegis autour de vous, par précaution, puis tu pousses la porte d'entrée, sortant prudemment. Rien à signaler. Tu t'aventures donc dehors avec Elias, lui expliquant que plusieurs camps de civils sont établis pour éviter de regrouper tout le monde au même endroit et ainsi tenter l'ennemi d'attaquer à revers.

« J'ignore dans quel camp vous serez envoyé mais... promettez-moi de faire attention, et d'attendre que la menace soit éradiquée avant de reprendre la route, d'accord ? » Tu esquisses un sourire, glissant ton regard vers l'archiviste. « Sinon je vous poursuis et je vous mets vraiment mon pied aux fesses, monsieur l'ours grincheux. »

Tu conduis Elias à travers les ruelles détruites, marquant quelques pauses pour t'assurer que personne ne vous suit ou ne soit caché au détour d'une nouvelle rue. Bientôt, tu éprouves un peu de difficulté, le souffle court ; rester en alerte et maintenir Aegis tout en transportant un homme plus imposant que toi, c'est épuisant. Vous parvenez néanmoins à rejoindre un campement, aussitôt accueillis par un traqueur qui t'aide à transporter Elias. Le médecin le fait allonger sur un lit de fortune et tu attrapes la main du Bookman, plongeant tes yeux dans les siens.

« Je ne peux pas rester, tâchez de ne pas les faire tourner en bourrique, d'accord ? Je reviendrai vous voir quand tout sera fini, alors attendez-moi ? »

Tu esquisses un sourire, déposant un baiser furtif sur le front de cet homme, pourtant plus âgé que toi, comme s'il s'agissait d'un ami très proche, du même âge ou presque. Et tu t'en vas sans lui laisser le loisir de répondre, de grogner, râler ou autre manifestation à la Elias.
Tu retournes au combat, sans savoir si tu vas revenir.
Sans savoir si tu vas le revoir.

HRP ; Pardon pour le retaaaard QWQ

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Sam 15 Aoû - 18:08

Médecin


" Un médecin n'est pas un bon médecin s'il n'a été lui-même malade. "


Y a des gens comme ça, t'as beau leur dire foutre fois qu'ils n'ont pas à s'excuser ou à penser telle ou telle chose d'une situation passée et pourtant, rien n'y fait. Ou alors c'est qu'à force, je ne comprends vraiment rien aux femmes et à leur façon de réagir ; c'était déjà comme ça avec Rayn, et j'ai l'impression que c'est peut-être encore pire avec Sofia. Elle pense que tout est de sa faute et se fait du mauvais-sang pour ça, même si je lui dis que ce n'est pas du tout le cas. Comment réagirait-elle si je venais à lui donner raison, tout en soutenant que je m'en fichais ? Mauvaise idée, ouais, j'm'en doute bien. Les femmes sont des êtres compliqués ; car même s'ils sont crétins, au moins Sohan et Ilias - enfin Milo - ne me retournent pas la tête comme ça. Faut croire que c'est ce qui fait leur charme à ces donzelles.


Bien sûr qu'il ne fallait pas se précipiter hors de la maison, surtout pas dans l'état dans lequel ils étaient ; enfin, surtout Elias. Toutefois, il en fallait plus pour que le vieil ours ne ralentisse le pas, quand bien même sa tête continuait un peu de lui tourner, et que tout son corps semblait endoloris désormais. Heureusement, il pouvait compter sur l'aide de la belle argentine, qui avait déjà entreprit de retourner sa veste pour couvrir les épaules du blessé - en été, vraiment ? Il ne risquait pas de mourir de chaud, mais l'attention était malgré tout touchante - avant de finalement passer son bras autour de sa taille pour l'aider à marcher. Quelque peu vexé - ou plutôt gêné ? - à l'idée d'être ainsi materné, la Mémoire de l'Ombre lança un drôle de regard à l'exorciste, ce genre d'air qui montre bien qu'on ne veut pas d'aide, mais qu'il serait malgré tout trop idiot de refuser. Une sorte de tête grimaçante un peu mitigée, en somme. Et ce n'était sans doute pas la jeune femme qui allait se laisser impressionner par ça.

Tout en activant son innocence afin de pouvoir s'aventurer dehors, Sofia se mit alors à expliquer à son ainé ce qui allait se passer : elle allait le ramener dans un camp où il serait vu par un médecin. Génial. Le docteur qui était ausculté par un autre ; Rayn aurait sans doute beaucoup rit et le vieil homme, lui, ne put s'empêcher de grommeler un peu.

" J'ignore dans quel camp vous serez envoyé mais... promettez-moi de faire attention, et d'attendre que la menace soit éradiquée avant de reprendre la route, d'accord ? " souffla-t-elle avant d'afficher un léger sourire, " Sinon je vous poursuis et je vous mets vraiment mon pied aux fesses, monsieur l'ours grincheux. "

Tandis qu'ils marchaient dans les ruelles désertées et détruites par l'attaque des Akumas, l'archiviste ne put s'empêcher de pousser un léger soupir face au regard que venait de lui lancer l'exorciste ; ainsi qu'à cause de ses paroles.

" C'est compris. "

L'ours se rendait ; pour le moment.

Bien malgré lui, le bookman fut alors ramené au sein d'un des campements de civils mit en place par l'ordre noir, avant d'être très vite prit en charge par l'un des médecins. Ce con le fit même se coucher sur un lit de fortune, quand bien même l'ours n'en avait pas la moindre envie et que tout ce qui lui était passé par la tête pour se tirer de ce pétrin aurait été de plonger son sabre entre les deux yeux de ecclésiastique. Enfin, c'était une très mauvaise idée.

Heureusement, la jeune argentine sortit bien vite Elias de ses pensées, en lui attrapant la main avant de plonger son regard dans le sien lorsqu'il eu daigner tourner la tête vers elle.

" Je ne peux pas rester, tâchez de ne pas les faire tourner en bourrique, d'accord ? Je reviendrai vous voir quand tout sera fini, alors attendez-moi ? "

Il ne sut rien dire ; pas même lorsqu'elle déposa un baiser su son front.

Allongé mais légèrement redressé, l'archiviste avait alors observé la combattante disparaitre parmi la foule de blessés, retournant au combat, sans se soucier de sa vie ; décidément, Elias avait bien du mal à comprendre les femmes et leur côté protecteur. Enfin, d'une certaine manière, il n'avait pas été mieux non plus avec son apprentie, celle qu'il avait élevé et brisé, sa fille. Le poing légèrement serré suite à l'évocation de ces tristes souvenirs, la Mémoire de l'Ombre se redressa alors sur son lit de fortune.

" Non il faut que vous rest-... "
" Oh vous, commencez pas à m'les briser hein. " grogna-t-il comme à son habitude, " Occupez-vous plutôt des vrais blessés. "

Une main posée sur le support, l'autre ancrée à son sabre, il n'en fallut pas plus pour que l'ours se redresse, encore légèrement chancelant. Tant pis pour les informations pour cette fois-ci, l'Histoire pourrait se passer de cette fichue bataille.

Il n'avait rien à foutre ici. Enfin.. pas là, exactement.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Sam 12 Sep - 15:29




FEAT ELIAS
Tu l'as laissé là, derrière toi. Parce qu'il serait bien plus en sécurité ici qu'à tes côtés, et parce que tu dois empêcher cette menace de s'en prendre à lui, aux civils. Si son travail est de consigner chaque bataille, le tien est de la livrer cette bataille. Et s'il faut qu'aujourd'hui il gratte ta mort sur une feuille du bout de sa plume, alors c'est que les choses devaient se terminer ainsi.

Ton golem voletant à côté de toi lors de ta course, tu rejoins la première ligne. Le front, là où l'horreur est si atroce qu'elle pourrait décourager le plus brave des hommes. Tu ne prétends pas y être à ta place, une partie de toi étant toujours effrayée à l'idée de voir des corps joncher le sol. Tout le monde connaît l'horreur de la guerre, mais il y en a peu qui puissent en être les témoins directs. Ou les acteurs.

Tu rejoins tes camarades qui, déjà, font face à la horde d'Akumas hargneux et destructeurs. La panique t'envahit lorsque tu constates que tes deux compères sont à l'opposé l'un de l'autre ; tu pestes, te mordant la lèvre. Ta maîtrise d'Aegis ne te permet pas de les protéger en même temps ; le périmètre est bien trop élargi et tu ne pourras pas les couvrir tous les deux. Il faut que tu réfléchisses bien et vite.

Tu t'élances alors sur ta droite, choisissant d'aider l'exorciste le plus acculé. Aegis est projeté devant toi et finit par protéger ton frère d'arme, épousant le mieux possible ses déplacements pour lui accorder le maximum de protection afin d'abattre les assaillants.

Le combat fait rage et, forcée de traverser le champ de bataille pour protéger tes amis au mieux, tu es vite dépassée, épuisée. Sans compter le sauvetage improvisé de l'archiviste, tes forces t'abandonnent petit à petit. Tu entends déjà Logan dire que tu manques d'entraînement. Les Akumas affluent comme les vagues s'écrasant contre les rochers en Argentine, ne laissant aucun répit.

Un repli est ordonné et, d'un seul homme, vous vous réunissez à l'abri à quelques mètres pour faire un rapide point sur la situation. Projetant Aegis devant vous pour empêcher les Akumas d'avancer sans pour autant les stopper entièrement, tu écoutes les deux exorcistes converser derrière toi, tes membres tremblant de fatigue.

Le plan, élaboré en 4ème vitesse, consiste donc à attaquer en groupe, pour te permettre d'économiser tes forces et se débarrasser plus rapidement, à plusieurs, des Akumas. Une tactique plutôt intelligente et prudente, mais serais-tu capable d'être en suffisante symbiose avec eux pour leur laisser la possibilité d'anéantir l'ennemi ?

Tu n'as pas le temps de te poser davantage de question ; l'heure est à la bataille. Tu inspires profondément, laissant ton esprit s'accorder un bref instant de répit. Et, ce, uniquement pour songer aux personne à qui tu tiens le plus ; tes frères, ta mère, Logan, Tyler... et Elias. C'est pour eux que tu te bats, pour que la mort ne vienne pas les faucher avant l'heure. Pour qu'ils puissent vivre en paix et en sécurité. Et ces brèves images dans ta tête suffisent à te donner le courage qu'il te manquait.

Oubliée la fatigue, le repos ne viendrait que lorsque tout serait terminé.
Alors tu t'élances avec tes compagnons au coeur même d'un combat brutal et violent.

Lorsque tes yeux s'ouvrent, ton corps est douloureux et particulièrement lourd. Tu mets un moment avant de pouvoir ne serait-ce que te redresser. Le spectacle autour de toi ressemble au chaos ; plus aucun bâtiment n'est debout, et la fumée s'élève vers le ciel en colonne opaque. Dans le désir de te lever, tu glisses sur des débris, basculant sur le côté pour t'écraser à une cinquantaine de centimètres plus bas ; tu gémis de douleur avant de tousser en raison de la poussière issue des gravats au sol. La gorge sèche et particulièrement épuisée, tu rampes sur ce sol devenu inégal, t'aidant des gros morceaux de pierre pour te traîner. Tu ignores si tu es blessée aux jambes, mais tu ne peux, pour l'instant, pas les bouger. Chacun de tes muscles te fait atrocement souffrir, et pourtant tu continues ; tu veux retrouver tes camarades, tes compagnons d'armes.

A une dizaine de mètres, tu aperçois un uniforme identique au tien. Envahie par une bouffée de soulagement et d'espoir, tu te hâtes vers ton camarade. Mais tu déchantes bientôt, à trois petits mètres ; c'est bien l'uniforme de la Congrégation. Mais c'est également des cendres que le vêtement habille ; ce n'est plus un corps, c'est un tas de poussière, seuls restes du corps de cet Exorciste.

Tu as un haut le coeur et finit par vomir, écoeurée, accablée par le triste sort de ton compagnon alors qu'il aurait très bien pu s'agir du tien. Une main sur la bouche, tes larmes roulent sur tes joues ; un autre soldat a trouvé la mort, dans cette maudite guerre. Soudain, une main se pose sur ton épaule ; l'autre Exorciste, dans le même état de fatigue que toi, mais qui semble, lui, tenir sur ses jambes. Il jette un coup d'oeil aux restes de son ami avant de secouer brièvement la tête. Ses yeux brillent mais il ne pleure pas ; il n'en a plus la force. Contrairement à toi, lui a vécu de nombreuses batailles et a perdu de nombreux compagnons ; une macabre habitude.

Il t'aide à te relever, te portant sur son dos pour te ramener vers les civils. Et tandis que tu continues à pleurer la mort de votre camarade Exorciste, il t'explique que les Akumas ont tous été anéantis dans cette violente bataille. Il ajoute également que tu as perdu connaissance après avoir été projetée contre un des rares murs debout. Et que c'était arrivé parce que tu ne pouvais plus maintenir Aegis, trop épuisée. Tu ne tardas pas à faire le triste lien entre ta fatigue et la mort de votre ami ; si tu avais été plus forte, aurait-il survécu ?

En arrivant au campement, vous croisez Elias qui semblait guetter votre arrivée. Le voir te donne envie de plonger dans ses bras et de laisser ta peine s'évacuer naturellement, mais tu ne peux pas. Non, tu n'as pas le droit. Ta main se tend vers lui, effleure fébrilement son épaule mais ton camarade ne s'arrête pas devant le turc, poursuivant sa route sans vraiment lui avoir accordé un regard. Il doit certainement penser qu'il s'agit d'un civil, ou il s'en moque tout simplement.

Confiée au premier médecin du camp civil, l'autre Exorciste t'abandonne pour faire son rapport. Tu ne veux pas laisser tes larmes inquiéter les quelques civils encore présents bien que l'absence du troisième soldat de votre groupe ne soit pas passée inaperçue. Une main sur les yeux, lèvre mordue, tu ravales ce besoin d'exploser, de hurler. Tu dois être forte, au moins pour les civils, pour leur signifier qu'ils sont sauvés et qu'ils ne risquent plus rien.

Le diagnostic tombe sans appel ; le corps ayant subi de nombreuses blessures dont une entorse au poignet, tu es presque recouverte de pansements et de bandages. Après avoir reçu tes soins et repris quelques forces -ou du moins assez pour te redresser pour te mettre assise au bord du lit- tu pousses un profond soupir. Bientôt, et comme guidés comme un pantin, tes yeux se mettent à chercher frénétiquement les prunelles sombres de l'archiviste.

Tes iris trouvent les siens et, de nouveau, cette envie de pleurer vient nouer ta gorge. Mais c'est pourtant un sourire qui vient étirer tes lèvres. Parce qu'il n'est pas parti, qu'il a écouté ce que tu lui as dit. Parce qu'il va sain et sauf. Parce que c'est Elias.

« Je crains ne pouvoir vous botter les fesses, señor. » Tu l'observes un moment, attrapant machinalement et doucement sa main lorsqu'il est à ta portée. « Merci d'être resté à l'abri... Elias. »

D'être resté à l'abri, ou de t'avoir attendue ? Tu ne saurais pas dire quelle consigne il a voulu respecter. Et tu ne cherches pas à lâcher sa main bien que tu sentes la chaleur te monter au visage ; c'est ton caprice de cette journée éprouvante. Et même si tu as l'air ridicule, tu ne veux pas le lâcher. Tes yeux restent ancrés aux siens avant de finalement se détacher de son regard pour observer sa tête soignée.

« Ça va mieux votre tête ? Que vous ont-ils dit ? »

HRP ; Pardon pour le retard omfg QAQ !! et c'est long en plus (ctb oui je sais) et jtm ♥

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Ven 25 Sep - 13:05

Inconscience


" La vie serait sans doute insupportable sans une certaine inconscience. "


Pourquoi devrai-je rester ici au beau milieu de tous ces malades, de ces mourants qui n'auront aucune chance de passer la nuit, alors que je suis en pleine possession de mes moyens. Partir, pour aller où ? Rejoindre Sofia et faire face à des Akumas ? Même avec mon sabre, je ne pourrais rien faire contre eux, tout au mieux je pourrais survivre un peu plus longtemps en me battant mais.. ça ne serait pas éternel. J'ai vu beaucoup de guerres et de combats mais celui-ci, j'dois bien avouer que ce n'est pas la mien. Alors je ne peux que rester ici et venir en aide aux blessés, ouais, ça j'peux faire, sans soucis. Ils m'apprendront sans doute des trucs sur ce qu'il s'est passé ici, sur les drames que les gens de cette ville ont vécu.. et n'ont pas fini de vivre.


La Mémoire de l'Ombre décida alors de rester, alors qu'en règle générale, il serait parti sans demander son reste, disparaissant dans les ténèbres sans que personne n'ait pu retenir son nom. Personne, sauf Sofia bien sûr, et l'ours avait beau essayer de se faire une raison, il ne pouvait admettre que s'il était resté, c'était bien à cause d'elle.

Alors, en attendant son retour, qui n'arriverait peut-être jamais, le vieil homme commença à trainer parmi les allées de ce camp de fortune, où des médecins - ou de simples bougres en assez bonne santé pour tenir - venaient en aide à des blessés, s'acharnant parfois pour essayer de garder une personne en vie, quand bien même tout son corps avait été écrasé par les débris, ou son corps brulé par une explosion. Pourtant, malgré cette horreur, Elias ne haussa pas une fois les sourcils, ne laissa pas la surprise et le dégout traverser son visage. Tout ça, il l'avait déjà vu tant de fois, et continuerait à le voir tant qu'il vivrait. La guerre apportait souffrance et mort, et tant que les humains ne seront pas assez intelligents pour se rendre compte qu'il était possible d'outrepasser le désespoir et de régler leurs conflits dans la bonne entente, alors.. cette situation ne prendrait jamais fin. Aux yeux de l'archiviste, tout ceci ne cesserait que lorsque l'espèce humaine serait détruite ; et cela arriverait sans doute plus tôt que prévu.

La démarche lente, le médecin de guerre ne tarda pas d'aller à la rencontre d'un blessé encore laissé pour compte, un blessé en train de fumer une cigarette. Comme celles de l'ours étaient sans doute en train d'être dévorées par des poissons au fond de la rivière, il ne tarda pas à s'avancer vers le français pour lui proposer des soins en échange d'une cigarette. Ça lui aiderait à passer le temps en attendant le retour de Sofia, tandis qu'au fond, il faisait tout pour éviter de penser aux détonations qu'il entendait au loin. Elle devait se battre en ce moment même.

Le temps passa, et le médecin vint en aide à d'autres civils, récupérant quelques informations.. jusqu'à ce que le calme ne retombe sur la ville. Le combat était fini.

Après quelques instants qui parurent interminables - comment ça ? - la troupe d'exorcistes revint, un homme portant une femme sur son dos, un inconnu, et Sofia. Presque soulagé de la voire saine - mais blessée - et sauve, le bookman posa sur elle un regard indéchiffrable lorsqu'elle passa à son niveau et qu'elle effleura son épaule de ses doigts tremblants. Le combat n'avait pas été sans perte pour la Congrégation de l'Ombre, ça, Elias en était désormais certain au vu du regard embrumé et rougi de la belle argentine. En silence, les bras croisés, il l'observa depuis sa position être emmenée vers un autre médecin - une énième clope chourée à un blessé au coin du bec. Quelques minutes passèrent, où l'ours erra de nouveau dans le camp, avant de finalement revenir sur ses pas afin de voir dans quel état se trouvait la jeune exorciste.

Lorsqu'il la vit couverte de bandages et le regard triste - mais le visage étiré par un sourire - la Mémoire de l'Ombre ne put s'empêcher de porter un regard lourd sur ses frêles épaules.

" Je crains ne pouvoir vous botter les fesses, señor. " fit-elle tout en s'approchant, avant d'attraper ses doigts, " Merci d'être resté à l'abri... Elias. "

Sur le coup, Elias resta silencieux et baissa légèrement les yeux vers cette main qui avait agrippé la sienne, la laissant serrer ses doigts et s'y raccrocher, comme si c'était la seule chose qui la maintenait encore sur terre. Sans serrer les liens, le vieil homme reporta alors son regard vers les prunelles bleues de l'exorciste.

" C'est pas comme s'tu m'avais laissé le choix, crétine. " pesta-t-il de sa voix d'ours ; sans toutefois montrer les crocs.

Face à ses propres paroles, le turc ne put s'empêcher de pousser un soupir ; tandis que le regard de l'argentine se portait au niveau de sa blessure à la tête, désormais couverte d'un bandage de fortune.

" Ça va mieux votre tête ? Que vous ont-ils dit ? "

Ah, ces foutus médecins de guerre, Elias n'avait pas oublié la manière dont il l'avait envoyer bouler lorsqu'il avait souhaité le garder auprès d'eux et de se reposer. De véritables conneries pour un homme comme lui.

" Comme j'leur ai dis d'aller s'faire mettre, y ont pas dis grand chose. " répondit-il sans une once de honte, avant de raviser malgré tout, " Mais ça va. On a vu mieux, mais j'm'en plains pas. "

Et là, pour la première fois depuis que Sofia avait agrippé ses doigts, il serra les siens, tout en fronçant légèrement les sourcils.

" Mais vu ton état, c'plutôt moi qui devrait te foutre un coup d'pied au cul pour avoir été aussi idiote. T'espérais quoi, sérieusement ? "

Aussi durent soient ses paroles, le vieil homme n'en menait pas large pour autant ; il s'était inquiété pour elle. Pour une tâche d'encre, peut-être même pas une dont l'histoire retiendrait le nom. Elias s'était attaché à Sofia et ça, jamais il ne pourrait se le pardonner.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Sam 26 Sep - 18:00




FEAT ELIAS
Il ne semble pas vraiment de bonne humeur ; comment pourrait-il en être autrement ? Après tout, il s'agit d'Elias, pas vrai ? Il commente tes mots de manière sèche, comme à l'accoutumée, mais tu ne te formalises pas ; tu n'as pas vraiment la tête à te formaliser là-dessus. Tu as perdu un compagnon en raison de ton incompétence, en raison d'un manque d'entraînement, alors l'archiviste peut bien dire ce qu'il veut et même t'insulter. Quelque part, tu en as besoin ; besoin d'un blâme pour avoir laissé cet homme avec une famille mourir.

Alors tu écoutes le turc te répondre, fronçant les sourcils à ses mots durs ; pourquoi semble-t-il porter tant de colère en lui, tant de mépris pour ce qui l'entoure ? Ce comportement vient-il du fait qu'il a passé une si longue partie de sa vie seul ? Misanthrope ou juste grognon ? Tu es incapable de le dire ; il arrive que tu puisses facilement lire ce qu'il ressent à travers ses yeux sombres, et d'autres fois où la compréhension reste limitée. Et c'est ce dernier cas de figure qui l'emporte en général.

Alors que tu t'apprêtes à détourner le regard, à baisser la tête, les doigts d'Elias se resserrent doucement sur les tiens, t'arrachant un battement de coeur comme un voyou volerait une pomme sur un étalage avant de prendre la fuite avec son butin. Tu te sens rougir, fixant sa main avant de le regarder lui ; pourquoi ?

« Mais vu ton état, c'plutôt moi qui devrait te foutre un coup d'pied au cul pour avoir été aussi idiote. T'espérais quoi, sérieusement ? »

Tu le fixes, clignant des yeux, aussi surprise que touchée. Ainsi, il se serait inquiété ? Non, tu te trompes certainement ; une fois n'est pas coutume. Ton regard se perd un instant dans le vide avant que tes paupières se ferment, te privant de lumière un bref instant avant de te la rendre. Tes lèvres s'étirent doucement en un sourire ; à la fois tendre et résigné. Tu tires un peu sur sa main pour le faire asseoir à côté de toi, plongeant ton regard dans le sien.

« On dit que l'espoir fait vivre, alors j'espère. » Tu désignes d'un petit geste de la tête tes bandages. « C'est le prix à payer pour vouloir protéger l'humanité. Et les gens que j'aime. »

Tu te risques à regarder vers lui, ta main tenant toujours la tienne. Tu ne comprends pas vraiment ce qu'il se passe ; tu te sens simplement bien avec lui. Sa présence a quelque chose de rassurant, d'apaisant, même s'il est un véritable ours grincheux et grognon. C'est ce même sentiment de sécurité et en même temps de bien-être mêlé à un malaise que tu ressens déjà avec Logan. Et il semblerait que ce soit le cas avec Elias également. Mais pourquoi ?

« Et vous ? Vous pensiez que j'allais revenir sans aucune blessure ? Qu'est-ce que vous espériez, de votre côté ? »

Tu libères sa main, te redressant et grimaçant de douleur lorsque tes muscles crient au repos ; et pourtant, tu n'y as pas vraiment droit. Bientôt, tu devras repartir au combat, peu importe tes blessures ; la guerre n'attend pas sagement que les soldats blessés soient remis sur pied pour s'intensifier en horreur.

« Promettez-moi de faire attention à vous en quittant les lieux, Elias. Ne vous forcez pas et faites attention à votre blessure, d'accord ? »

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Ven 30 Oct - 22:31

Inquiétude


" A une petite chose, l'inquiétude donne une grande ombre. "


Quelle petite crétine elle fait, à s'exposer ainsi au danger et à foncer tête baissée dans la bataille. Elle n'est pas une exorciste de type symbiotique, une simple éraflure aurait suffit à la tuer, en seulement quelques secondes. Enfin, je devrais pas m'en faire pour elle, elle fait face à ce genre de combats tout le temps, c'est son travail d'exorciste. Je serai pas toujours là pour lui venir en aide, même si j'ai aujourd'hui je n'ai strictement rien fais pour ça. Tout ce que je peux me dire, c'est qu'aujourd'hui a été un jour de chance, et qu'aucun de nous deux n'est mort, c'est une petite victoire dans ce monde de merde. Mais je sais bien, au fond, qu'un jour quelque chose finira par arriver.


Les doigts serrés sur ceux de l'argentine, le vieil ours n'avait pas mâché ses mots pour lui dire le fond de sa pensée ; et ce n'était pas comme si ce n'était pas dans ses habitudes. Depuis tout petit, le gosse qu'il avait été avait toujours été un grognon, une langue bien pendue et une forte tête. Rien n'avait changé après qu'il soit devenu Elias, ni même lorsqu'il avait prit tous ces autres noms. Pourtant, quelque chose avait fini par changer, il avait fait une erreur, une erreur qu'il avait déjà fait plusieurs fois dans sa vie ; en s'attachant à sa mère qui ne l'aimait pas, en se liant à son maître qui ne tarda pas à mourir, en aimant une inconnue qui périt, en sauvant une gamine de la mort, puis en tendant la main à cette fichue exorciste. Il avait fait tant de fois cette même erreur, alors qu'il avait osé la rapprocher à son apprentie ; tout ça parce qu'il ne voulait pas la voir rater son cursus.

Et lui, à côté de ça, après avoir tellement grogné sur les liens et leur danger, le voilà qui tenait la main d'une exorciste blessée, pour qui il s'était inquiété, et celle qui lui avait sauvé la vie. Ah, si Rayn le voyait, sans doute lui mettrait-elle une bonne claque ; lui rendant la pareille. Heureusement, elle ne se trouvait pas ici.

" On dit que l'espoir fait vivre, alors j'espère. " fit-elle avant de désigner ses bandages, " C'est le prix à payer pour vouloir protéger l'humanité. Et les gens que j'aime. "

Au fond, il aurait voulu pousser un profond soupir, lui dire que se sacrifier ne rendrait pas les gens qu'on aime plus heureux, et qu'il était stupide de s'attacher ainsi ; pourtant, il resta tristement silencieux, le regard plongé dans celui de la jeune femme.

" Et vous ? Vous pensiez que j'allais revenir sans aucune blessure ? Qu'est-ce que vous espériez, de votre côté ? "
" J'suis pas censé espérer quoi qu'ce soit. "

Quand bien même il l'avait fait ; mais ne l'avouerait pas. Après cette simple phrase, il resta silencieux et ce, même lorsque Sofia lui lâcha la main.

" Promettez-moi de faire attention à vous en quittant les lieux, Elias. Ne vous forcez pas et faites attention à votre blessure, d'accord ? " souffla-t-elle d'une petite voix.

Et c'était elle qui lui disait ça ? C'était ridicule, lui s'était certes cogné la tête et noyé, mais ce n'était pas la mort ; alors qu'elle avait subit l'attaque d'Akumas, dotés de bombes et d'obus en tout genre, ainsi qu'une force colossale. Cette fois-ci, la Mémoire de l'Ombre ne put s'empêcher de soupirer, avant de laisser un très maigre sourire étirer ses lèvres.

" Et j'évit'rai les ponts à l'avenir. " fit-il d'un ton légèrement amusé, " Si t'arrêtes d'te jeter face au danger sans craindre d'crever comme un chien. "

Des mots durs, comme à son habitude ; mais qui s'accompagnèrent très rapidement d'un geste. Tout en plongeant son regard dans celui de la jeune femme, Elias lui attrapa alors le menton ; comme pour capter son regard sans plus le perdre.

" Même si c'est pour sauver tes proches, ou des inconnus. Dis-toi qu'y a des gens qui tiennent à toi. T'es pas la seule à porter un fardeau. " fit-il avant de la lâcher.

Au final il l'avait dit.. à sa manière.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Mer 18 Nov - 15:56




FEAT ELIAS
Tu avais eu peur, tu as peur, et tu continueras à avoir peur pour cet homme. Si, avant, tu pensais que cette peur était juste naturelle, tu sais que, aujourd'hui, il y a une toute autre raison à cette terreur. Quelque chose que tu n'aurais pas cru possible. Tu reconnais être toi-même perdue ; en Argentine, tu n'avais jamais ressenti ça. Et depuis que Sirius et Logan t'ont arraché à ton foyer, tu ne cesses d'apprendre sur la vie, sur toi-même. Sur ton propre coeur. Il est faible bien qu'empli de justice.

Et là, devant cet homme, devant Elias, il se désagrège comme un mur de pierre rongé par le temps. Il fond comme la neige au soleil, explose comme un volcan entrant en éruption. Et tu sais que tu ne peux rien y faire, que tu ne peux pas empêcher ton palpitant de manquer un battement lorsque ses yeux semblent de transpercer de part en part.

Vos chemins, à nouveau, doivent se séparer. C'est là le propre de vos fonctions respectives après tout. Vous avez été amenés à parcourir quelques mètres ensemble, mais à chaque bifurcation, le binôme se scinde et chacun est contraint d'emprunter la voie que la vie lui dicte. Pourtant, tu te surprends à vouloir sortir des sentiers battus avec lui, à quitter les chemins de terre ou de pavés qui se dressent devant vous. A couper à travers champ, à faire une nouvelle route, pour vous. C'est là une flamme qui consume lentement ton coeur.

L'heure est venue pour toi de le laisser retourner à l'Histoire, et toi de retourner à la guerre. Mais, inquiète, tu essaies de lui faire promettre quelque chose. Le risque zéro n'existe pas, tu le sais, mais cette simple promesse soulagerait un tant soit peu ton esprit. Il réplique presque aussitôt, un mince sourire aux lèvres.

« Et j'évit'rai les ponts à l'avenir. Si t'arrêtes d'te jeter face au danger sans craindre d'crever comme un chien. »

Tu t'apprêtes à répliquer, à lui dire que si ta mort, même comparable à celle d'un misérable moustique, peut sauver des centaines de vies, tu te jetteras toujours la tête la première. Et plutôt deux fois qu'une. Mais sa main te coupe dans ton élan, venant se loger sous ton menton, forçant le contact entre vos yeux. Là, tu jurerais que ton coeur s'est tout simplement arrêté de battre. Tes prunelles fixées aux siennes, aucun de tes muscles, pas un seul, ne cherche à se soustraire à son emprise. Elias est la cage dans laquelle tu pourrais être enfermée à jamais.

« Même si c'est pour sauver tes proches, ou des inconnus. Dis-toi qu'y a des gens qui tiennent à toi. T'es pas la seule à porter un fardeau. »

Tes yeux s'écarquillent à ses mots ; fait-il parti de ces gens qui tiennent à toi ? Sa main quitte ta peau, emportant avec elle la chaleur qui avait étouffé ton coeur à l'en stopper de battre. Ta bouche s'entrouvre, les mots vont sortir, mais ton compagnon Exorciste pointe le bout de son nez pour te demander de le rejoindre ; il faut que vous repartiez, maintenant. Tu hoches la tête en direction de ton acolyte du jour avant de reposer ton regard sur Elias.

Tu ne sais pas quoi dire ; tu as envie de le quitter sur une pointe d'humour, de défi. Mais le coeur n'y est pas, ou tout du moins par pour de l'humour. Tu hésites un instant, commençant à pivoter pour partir. Mais tu te ravises, te tournant vers l'archiviste, le coeur battant. Tu franchis les quelques centimètres qui vous séparent, te hissant un peu sur la pointe des pieds, et tes lèvres déposent un baiser sur les siennes. Furtif mais sincère. Presque timide mais brûlant.

Tu regagnes le sol, croisant son regard avant de t'en aller d'un pas rapide ; une fuite, oui, c'est le cas. Tu réalises ton geste en même temps que tes sentiments. Tu ignores si tu le reverras un jour, ton coeur l'espère pourtant de tout son être. Tu n'oses même pas te retourner pour croiser son regard ; tu préfères garder le souvenir de ses lèvres contre les tiennes plutôt que la vision de son regard plein de dégoût ou de dieu seul sait quel autre sentiment effrayant.

HRP:
 

codage par moon






boîte magique:
 
† El Escudo de Dios †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger les gens et sa famille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Sofia Vasquez† El Escudo de Dios †




Sofia vous protège en #4CB7CC

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 199 ▐ Autres Comptes : Tyki & Emy & Percy & Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Souriante • Aventurière • Curieuse • Un peu maladroite
▐ Parcours RP : Points de départ △ 50
Points RP △ 1000
Points HRP △ 150 [anniversairex3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1200

Rang actuel △ C
Nombre de combats réalisés △ 2
Nombre de combats avant rang B △ 4
Rang B dans 300 points.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Jeu 10 Déc - 12:21

Recherche


" Les départs ne comptent pas, seuls les retours méritent une larme. "


Je ne sais pas réellement pourquoi j'ai dis toutes ces choses, pourquoi je lui ai fais la morale ; je sais même pas si j'aurai pu faire le même chose avec Rayn. Enfin, là c'était différent, parce que ce n'était pas mon apprentie, et que Sofia ne rejoindrait jamais les rangs des bookmen. Je ne l'avais pas élevé, je m'étais seulement contenté de lui offrir quelques bases en anglais au cours des dernières semaines. Face à ce que j'avais traversé avec l'autre blonde, ce morceau de chemin passé avec Sofia était risible. Mais je sais pas, je ne saurai pas expliquer pourquoi je lui ai fais la morale quand même. Je n'ai pas envie de comprendre, parce que je me doute qu'il se cache quelque chose derrière tout ça et.. je préfère vraiment ne pas y songer.


Lorsque le vieil homme finit par lâcher le menton de l'argentine, il comprit qu'il était l'heure pour lui de partir ; mais également celui pour elle de le faire. En effet, l'un de ses camarades en noir et rouge - celui des deux qui n'avait pas fini réduit en poussière après une des attaques des Akumas - vient à leur rencontre - enfin à elle de Sofia - pour lui dire qu'il était l'heure de rentrer à la Congrégation de l'Ombre. Ensembles, les deux collègues se contentèrent d'échanger un regard puis un hochement de tête, avant que l'autre ne prenne déjà de l'avance, tandis que la jeune femme reportait son attention vers l'archiviste. Ce dernier, sur le coup, ne lui adressa qu'un léger signe de tête ; son au revoir à lui. Il n'avait rien à dire de plus de toutes manières, et n'aimait pas parler pour ne rien dire, sauf si c'était pour lancer quelques pics à son apprentie ou à une tête qu'il jugeait trop vide à son goût.

Sur l'instant, la Mémoire de l'Ombre crut que l'exorciste allait s'éloigner pour rejoindre son collègue ; et même lui avait commencé à bouger pour reprendre sa route, comme s'il n'avait jamais vraiment été ici. Puis là, tout s'effondra. Surprit par ce drôle de revirement de situation qu'il n'avait pas vu arriver, Elias ne fit que cligner des yeux lorsque la belle argentine fit volte-face pour venir déposer ses lèvres sur les siennes. Ça, il ne s'y était pas du tout attendu ; mais alors vraiment pas. Ce baiser ne dura que quelques secondes, mais aux yeux de l'ours, il sembla s'entendre sur une éternité ; peut-être parce que pendant tout ce temps, il s'était demandé encore et encore ce qu'il avait bien pu louper. Puis, avant même de pouvoir réagir ou dire quoi que ce soit, Sofia lui offrit un dernier regard, avant de disparaître dans la foule.

Silencieux pendant de longues secondes, le vieil homme resta là, sans bouger, à observer le petit bout de femme s'éloigner, tout en essayant de rassembler toutes les pièces du puzzle dans sa tête. Ah, elle l'avait bien eue, ça, c'était certain ; et le pire, c'était qu'il ne savait même pas comment réagir à tout ça.

" Petite imbécile. " souffla-t-il, dans un murmure.

Pourtant, malgré cette petite phrase soufflée, le vieil homme ne put s'empêcher de laisser un très fin sourire étirer ses lèvres. Il ne s'en rendait pas compte pour le moment, ne souhaitait sans doute pas y songer.. mais d'une manière comme d'une autre, la jeune exorciste avait réussi à apprivoiser l'ours sauvage et brute qu'il était. Ce n'était pas gagné pour le moment, mais petit à petit, l'ours ne montrait plus les crocs, et un jour, peut-être, il laisserait la jeune femme grimper sur son dos.

En attendant, il reprit son chemin en faisant dos au monde. Seul.

Jusqu'à la prochaine fois.





Clique si tu veux voir ma famille oesh:
 
La Mémoire de l'Ombre

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retranscrire l'histoire des bas-fonds du monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Elias BookmanLa Mémoire de l'Ombre


" Without you, I feel broke.
Like I'm half of a whole.
"


Elias râle en Rosybrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 193 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elliot B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 48 ans
▐ Personnalité : Je t'en pose des questions ?
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Bouclier de la Mémoire ; pv Elias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Figurines mémoire 44
» [AIDE] Problème de mémoire interne faible
» Colonne d'Helfaut érigée à la mémoire du Duc d'Orléans
» problème carte mémoire N64
» [Caffin, Vanessa] Mémoire Vive

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: