Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Déraison

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Déraison
Ven 19 Juin - 18:44



Déraison


Je hurlais encore et encore, à m'en briser les cordes vocales, et le vent emportait mes cris avant même qu'ils n'aient franchis mes lèvres. Je m'agrippais comme une damnée à la corde, seule lien qui me permettait de ne pas être emportée par le vent qui me fouettait le visage et me faisait plisser les yeux.
Je me maudissait pour cette idée stupide, terrifiée, imaginant déjà les pires conséquences de celle folie. Non, vraiment...
M'attacher au toit du train avant qu'il ne démarre pour voler super vite, c'était idiot.

Le paysage défilait à toute vitesse, et j'avais l'impression que cela ne finirait jamais. "Plusjamaisplusjamaisplusjamaisplusjamais", me promettais-je en boucle intérieurement, morte de peur, incapable de penser à autre chose. Machine capable de voler ou non, je ne donnais pas cher de ma peau si la corde cédait.
Que se passerait-il? Je supposai que je retomberais sur le toit, et filerais en arrière en même temps... Je roulerais, roulerais, roulerais, jusqu'à un espace entre deux wagons, où j'irai m'écraser sur l'arrête du wa...
"Plusjamaisplusjamaisplusjamaisplusjamaisplusjamaisplusjamaisplusjamaisplusjamaisplusja-"

Une espoir me saisit soudain. Etait-ce une impression, ou... le train ralentissait?

Oui! C'était la gare, au loin! J'étais sauvée! J'avais survécu! L'enfer était fini! Je retrouverais la terre ferme, enfin! Le train ralentissait, de plus en plus, et mon soulagement croissait en même temps.
... Jusqu'à ce que le vent ne soit plus assez fort pour me maintenir en l'air. Ce que je n'avais pas prévu.

"BOUM". Je lâchai un petit cri de douleur en tombant sur le ventre.. Heureusement que Coaxing, ma peluche, était attachée à mon dos, me dis-je, dans l'espoir de voir le bon côté des choses.
Mais le pire était encore à venir...
Le train décida soudain d'abandonner sa douce décélération pour un arrêt brusque. Je fus violemment arraché du "sol", fis un petit vol plané, et retombai un peu plus loin. "BOUM".
J'avais les larmes aux yeux, à présent -et pas seulement à cause du vent.

Quand le train fut enfin à l'arrêt total, je coupai la corde grâce à ma faux, et sautai à terre du côté opposé au quai. Brrrrr... Ce "trajet"... C'était vraiment effrayant. J'en avais encore le cœur qui battait la chamade, et je ne pouvais arrêter de trembler... Vraiment...
Il fallait absolument que je recommence, la prochaine fois que je prendrai le train! C'était trop géant!

Une fois à terre, je tournai le regard vers le train.
Une vitre me renvoya mon reflet. J'étais dans un drôle d'état, à cause du vent...
J'avais le visage tout rouge, et on eut dit qu'on m'avait collé vite fait du foin bleu sur la tête, tant mes cheveux étaient en bataille.

Mais au moins, j'étais de retour chez moi! Le village était celui où se trouvaient mes amis, et mon manoir n'était pas très loin. Là, on était dans la seule gare à des dizaines de kilomètres à la ronde, une toute petite gare avec deux ou trois trains par journée, composée seulement de deux quais et quelques bancs. C'est pour cela que je n'avais pas trop peur d'être vue sautant du toit: il y avait peu de monde.


Mais je compris que je n'avais pas tout prévu, quand je me rendis compte que, après mon reflet sur la vitre que je regardais tout à l'heure, il y avait... Un enfant. Qui me regardait avec des yeux ronds.
Mince... Il n'y avait personne sur les quais pour me voir, mais... J'avais oublié les fenêtres.

Zut, zut, zut! Je m'étais déjà fait disputer par des adultes pour avoir marché sur les toits, je n'avais pas envie d'encore devoir subir cela! Le pire, c'est que je ne pouvais pas leur en vouloir: ils faisaient ça pour mon bien. Ils ignoraient que je savais voler et me régénérer rapidement...
Enfin, parfois, ils étaient même effrayés, et me traitaient de monstre. Alors, soit je fuyais, soit...

Je fis un clin d'œil au garçon, mis un doigt sur ma bouche pour lui dire "chut", puis partit en courant, longeant le train pour le contourner et retourner sur le quai.

Bon! Que faire, à présent? J'avais fini ma mission dans le village plus loin -j'avais trouvé un drôle de cube, mais quand je l'avais pris, il m'avait brûlé les mains, alors je l'avais donné à un enfant qui passait par là. Je pouvais retourner chez moi pour lire, ou aller dans le village, voir s'il n'y avait pas un enfant avec qui jouer...

Soudain, j'en vis un, d'enfant avec qui jouer. C'était celui qui m'avait vu à travers la vitre. Il avait l'air un peu perdu... Il avait peut-être besoin d'une guide!
Je courus vers lui, lui pris les mains, et lui demandai
  - Coucou! Moi, c'est Mary. Tu as besoin d'aide?


© Halloween




:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Dim 21 Juin - 1:20







BrindilleSculpté dans la glace et placé par un joaillier à la place de ses yeux



01101001110100101110001
Le voyage sera long, mais le train raccourcissait très largement le voyage. Et malgré leur tenu de civil adopté pour cette permission, ils avaient eut le droit au wagon privé de l’ordre noir. Et si le voyage avec Hereata se passait réellement bien, le Portugais avec toujours quelques appréhensions. Mais depuis que l’îlienne et Komui avaient accepté ce voyage, le garçon semblait déjà aller beaucoup mieux.

Parfois, l’exorciste regardait le paysage défilé, d’autres fois, il discutait avec son amie, et encore d’autres, il lisait des livres. Bien, sur il avait emporté avec lui le journal qu’il avait trouvé au fond d’une étagère poussiéreuse dans des vieux ouvrages cachés. Et autant vous dire qu’il se mordait les doigts. Il devait le lire, il en avait des occasions.

Mais il préférait garder le journal pour lui, le garder tant qu’il ne voyait pas le dernier point celui qui précède les dernières pages blanches. Il mourrait d’envie de fouler ses feuilles de contempler cette écriture qui lui semblait quelque peu familière.

En plein milieu de la France, quelque part entre Lille et Bayonne, le train ralentissait. Les quelques montagnes et collines du paysage defilaient de moins en moins vite. Puis on put voir un bâtiment de bois possédant une grand horloge pour donner à tout le monde l’heure.

Seulement avec ce ralentissement, il y eut un gros boum sur le toit. Mais ce dernier fut vite englouti par le grincement des freins, les bruites de ferrailles des roues sur les raies et le sifflet du train qui entrait en gare.

Un homme cria : « Quinze minute d’arrêt ! » Hereata était en train de dormir dans une banquette. Moi, jusqu’à maintenant, je bidouillait Hina. Serrant un dernier écrou et l’oiseau put s’allumer et voler. Il ouvrit quelque peu le bec et un petit sifflement d’oiseau vint perturbé le silence du wagon.

En tournant la tête pour entrevoir l’endroit où ils se trouvait, il tomba nez à nez avec une masse difforme tomber du haut du toit. Directement, le portugais se demanda qu’est ce que s’était que ce truc qui tombait du ciel. Et alors qu’il se mettait sur les genoux pour voir vers le bas, un visage de fille apparu devant le sien.

Parmi les cheveux en bataille, Lëo sembla entra percevoir un bout de branche. Seulement, il resta stoïque alors que la demoiselle semblait dépoussiérer sa robe -qui d’ailleurs était un peut troué surtout au niveau des genoux- et de remettre se cheveux en place. Son regard semblait traverser l’adolescent, pourtant son unique œil vint transpercer les siens.

La clarté de ses yeux laissait entrevoir au fond une douce fraîcheur. Deux blocs de glaces taillés en diamant voyageant dans le blanc de ses yeux pour venir enlever les quelques saletés qui étaient venu se perdre dans la profondeur de ses cheveux.

Et soudain, il y eut un sourire et un clin d’œil. Perdu dans ses pensés, ou alors encore dans ces yeux, Lëo revint à lui, pensant à ses collants troués, sa robe sale et ses cheveux emmêlés. Elle avait du tomber, ou alors rouler dans la poussière. Le mieux étant de lui demander. Il voulait aider. Et la curiosité de savoir pourquoi elle lui avait fait un clin d’œil était aussi très tentante.

Attrapant son sac, disant maladroitement à Hereata –sans faire attention à si elle dormait encore ou non- qu’il sortait cinq minute, il courut en dehors du train.

Pourtant, il n’y avait pas foule, mais il n’y avait pas moyen de trouver cette fille. Pourtant, il l’avait vu contourner le train et aller sur les quais. Paniqué qu’il soit arrivé quelque chose à la demoiselle, qu’elle soit tombée sur les rails, ou autre, il commença à aller à l’autre bout du quai pour voir. Seulement, à peine fit il un pas que le sifflet du départ retentit.

Impuissant, son sac entre les mains, le portugais vit –sans bouger, bouche bée- le train s’éloigner. Un regard à sa montre à gousset, les quinze minutes annoncées avaient finalement été réduit à cinq minutes. Pourquoi ? Pourtant tous les calculs du garçon étaient justes, il n’y a eut que cinq minutes d’arrêt.

Et d’un seul coup, il comprit, idiot, qu’il avait confondu avec son niveau de français maintenant excellent, cinq et quinze… Du coup, il resta là se maudissant intérieurement d’être aussi stupide. Alors il pris vite fait Hina, tentant d’appeler Hereata en vain. Il laissa tout de même un message lui expliquant la situation et lui disant de ne pas s’inquiéter et de l’attendre à la station suivant.

Dés que le message fut envoyé, le portugais, perdu fit un regard à la ronde avant d’être pris par les mains.

« Coucou! Moi, c'est Mary. Tu as besoin d'aide?
- Lëo… Moi, c'est Lëo... » Fit il, pris un peu au dépourvu. « Euh, oui, euh… »

Laissant une de ses mains lâcher celle de la demoiselle, il la mit dans son dos. Il leva ses yeux sur son interlocutrice. C’était la fille qui était toute sale après être tombé.

« Oui… enfin… je. » Il prit une inspiration, se plantant dans son dos un ongle dans sa paume. « Je voulais savoir si… si tu n’était pas tombé… et si tu… » Il gratta un peut le parquet de son soulier noir. « si tu ne t’étais pas fait mal. »

Et soudain, il se sentit un peu gêné par ses bretelles qui tenait sont pantalon en lin, il en tira alors une avant de la laisser prendre sa place sur la chemise blanche. Et en un réflexe, il tendit sa main.

« Oh attend… tu as encore cette brindille dans les cheveux… »

La même brindille qui était là pendant que l’adolescent la regardait par la fenêtre.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Dim 21 Juin - 20:12



Déraison


Etrange. Cela faisait déjà un moment que je n'étais plus sur le toit du train...
Mon visage était censé devenir moins rouge, et mon cœur battre moins fort, non? Apparemment, ils n'étaient pas au courant...

Quand j'avais vu l'enfant, à travers le vitre, le reflet m'avait empêchée de bien le voir. Mais, à présent que j'étais juste devant lui... J'avais à la fois envie de ne plus jamais le quitter des yeux, et de ne pas le fixer de peur de paraître bizarre.
Il avait un œil brun, et un autre tout blanc. Je ne saurais dire lequel était le plus fascinant...
Il avait, comme moi, les cheveux en bataille, mais il était bien moins sale, et ses vêtements étaient moins colorés -et dans un meilleur état.

Si mon cœur battait déjà à tout rompre rien qu'en le regardant, il s'emballa complètement quand l'enfant se mit à parler. Sa timidité le rendait irrésistible, j'avais une envie folle de le serrer dans mes bras pour le rassurer. En vérité, ce qui m'en retint fut la surprise, quand il dit s'être inquiété pour moi. Il avait raté son train... Juste pour moi?
Il était... Trop mignon... Et trop gentil...
Je devais être rouge comme une pivoine, à présent, et j'avais l'impression que mon cœur allait exploser.

Mais, quand Lëo vint retirer une brindille de mes cheveux, je fus soudain convaincue qu'il allait, au contraire, s'arrêter sur le coup, et que j'allais défaillir.
Je n'étais pas timide, loin de là, mais cette fois... Je n'en menais pas large. Je n'avais jamais ressenti cela. Il m'était déjà arrivé d'avoir très fort envie de devenir amie avec quelqu'un et d'en apprendre plus sur lui, mais jamais à ce point. Là, j'avais envie de tout savoir sur lui, et j'avais l'impression que je pourrais passer l'éternité avec sans jamais me lasser d'être en sa compagnie. Bon... J'exagérais peut-être, mais c'était si soudain...

Je bafouillai, tout bas, pour le rassurer:
- Ca va... Je n'ai... Pas mal...

Comme je baissais les yeux, je remarquai l'état de mes bas et de mes souliers, et j'eus terriblement honte. D'habitude, je m'en fichais bien -il me suffisait de les recoudre- , mais... Que penserait-il de moi? Peut-être qu'il serait gêné d'être en compagnie d'un tel épouvantail. Peut-être qu'il penserait que j'étais une pouilleuse, sans hygiène. Peut-être même qu'il aurait pitié de moi, ou qu'il me mépriserait, pensant que j'étais gamine turbulente. J'espérais de tout cœur que non, parce que j'étais une gamine turbulente...

Je secouai la tête, pour chasser ces mauvaises pensées. Rien ne servait de me morfondre: autant essayer de me rattraper, maintenant. Je tentai de surpasser ma timidité, et demandai:
 - Tu avais l'air paniqué. Tu n'es pas au bon arrêt? C'est embêtant... Il n'y a plus de trains avant demain. Tu voyageais avec tes parents?

Si oui, ils risquaient de s'inquiéter. Je songeai un moment à voler jusque là avec lui, mais je doutais de pouvoir être assez rapide et endurante avec lui sur le dos... Et puis, il refuserait sans doute, ou serait effrayé par mes pouvoirs.
Et puis, surtout... Je n'avais pas envie qu'il parte si vite...

Du coup, un autre problème se posait. Où allait-il dormir? Il y avait bien quelques auberges, mais... Un enfant seul... Il risquait de finir volé de tous ses biens, et jeté à la rue -ou pire!
A la belle étoile... N'y pensons pas. Au vu des nuages, il dracherait, et peut-être même y aurait-il de l'orage. Et puis, le danger, toujours...
Je pourrais aussi demander à un ami de convaincre ses parents de l'héberger. Mais je doutais qu'aucun d'entre eux n'y arrive: Lëo avait un accent qui prouvait qu'il n'était pas français, et les gens d'ici se méfiaient des étrangers.

Non... Il ne restait qu'une solution, que j'avais essayé de chasser de ma tête jusqu'ici...
Qu'il dorme dans mon manoir. Mon manoir rempli de bizarreries , de pièges, de... De pleins de choses que je n'avais pas envie qu'il voie. J'avais trop peur qu'il me prenne pour une folle, ou pire... C'était là que je m'amusais à terrifier les gens qui venaient, après tout.
Mas c'était ça, ou le laisser à la merci du premier gredin venu. Bon... Au moins, je pourrai rester plus longtemps avec lui...

 - Tu as un endroit pour dormir? Si non... J'ai un grand manoir, si tu veux... Tu pourrais y dormir. Ho, il y a des chambres séparées!
Ajoutais-je rapidement, tout en rougissant.

© Halloween




:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Mar 30 Juin - 17:26







InvitationAllons dormir chez toi !



01101001110100101110001
Le portugais tendis sa main attrapant le petit morceau de bois qui contrastait avec ces cheveux si sombre. Le garçon frissonna quand la cascade marine vint chatouiller le dos de sa main alors qu’il la refermait sur la brindille. Il la tira délicatement avant de la lancer au loin de façon plutôt maladroite, car il tremblait un peu.

Et s’il aurait du se demander si l’îlienne s’était rendue compte de son absence. S’il devait se questionner du comment il allait reprendre la route. Il n’en était rien, il ne voulait pas partir, du moins pas maintenant.

« Ca va... Je n'ai... Pas mal...
- Alors si ça va… » Balbutièrent-ils l’un après l’autre dans le silence de cette gare déserte.

Lëo vint se gratter l’arrière de la tête voyant qu’il n’était pas le seul à ne pas savoir de quoi parler. Peut être lui demander si elle avait pas besoin d’aide pour quoi que soit. Ou quand allait arriver le prochain train ? Et sinon, si elle ne savait pas où il pourrait dormir. Il pouvait l’inviter à jouer, à discuter, à boire ou manger quelque chose. Pourtant ni l’un, ni l’autre ne semblait savoir par où commencer.

« Tu avais l'air paniqué. Tu n'es pas au bon arrêt?
- Non, je…je devais aller bien plus loin… dit il en pointant la direction qu’avait pris son train. Je…je croyais qu’il faisait une grande escale…
- C'est embêtant... Il n'y a plus de trains avant demain. Tu voyageais avec tes parents?
- Demain !? »

La surprise se lisait sur son visage. Il s’attendait à attendre, mais pas à attendre autant. Et finalement, la surprise lui fit oublier le mot "parents" qui n’était plus de ce monde, évitant à la jeune française de voir son interlocuteur se refermer. Se grattant la tête de manière plus nerveuse, il fit un ou deux pas en faisant un tour sur lui-même. Comment allait il faire pour cette nuit ? Pourtant en cherchant comment il allait faire pour rejoindre son amie, il répondit assez distraitement à sa camarade.

« J’étais avec une amie. Mais j’ai pus la prévenir à temps. »

Et comme un cheveu dans la soupe, la petite fille releva les yeux en souriant.

« Tu as un endroit pour dormir? » Lëo fit non de la tête. « Si non... J'ai un grand manoir, si tu veux... Tu pourrais y dormir. Ho, il y a des chambres séparées!
- C’est… c’est vrai !? »

Le borgne baissa ses yeux en même temps qu’elle. Chacun s’était rendu compte du sous entendu de la dernière phrase et chacun eut les joues rosis. Et sans réellement s’en rendre compte, l’exorciste se mit à marcher dans un sens. Seulement, il s’arrêta relevant les yeux vers un panneau avec une flèche. Il fit demi-tour.

« Je…je crois que la sortie et par là… »

Faisant mine de rien comme s’il ne s’était pas trompé, il invita Mary vers la sortie avant de prendre conscience de quelque chose.

« Mais je ne veux pas embêter tes parents en dormant chez toi… »

Lëo tenta un sourire tantôt sincère, tantôt gêné par le fait d’aller dormir chez quelqu’un d’autre. Mais normalement, Mary aura le temps de la rassurer, la nuit ne risquait pas de tomber de si tôt. Enfin… normalement !

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Mer 1 Juil - 22:33



Déraison



 - J’étais avec une amie. Mais j’ai pus la prévenir à temps.
Une amie? J'aimerais bien faire sa connaissance, un jour.  Si elle était aussi gentille que Lëo, nous nous entendrions sûrement très bien!
J'ignorais que mon vœu avait déjà été réalisé, et qu'il s'agissait d'Hereata. Le monde était décidément bien petit.
Mais cela, je ne le saurais pas tout de suite. Il faudrait que je pose des questions sur cette amie, et la seule personne de qui j'avais envie d'en apprendre plus, en ce moment, et bien... C'était celle face à moi.

Quand je lui proposai de dormir chez moi, il eut l'air intéressé. Je ne savais si je devais m'en réjouir, ou m'inquiéter. Passer du temps avec lui serait sûrement amusant et intéressant, mais...
Je n'osais imaginer sa réaction face à un des squelette, ou les bains de sang, ou une de toutes ces choses effrayantes dont était rempli mon manoir. Forcément, c'était plus une maison d'horreur qu'un lieu de vie, mais il n'était pas au courant. Que penserait-il de moi? Je pourrais inventer un bobard -le manoir était une ancienne attraction d'horreur, ou l'ancien propriétaire avait des goûts étranges-, mais... Je n'étais pas forte pour mentir. Et puis, tôt ou tard, le mensonge se saurait. Si mon désir se réalisait, et que nous devenions ami... Il faudra bien que je lui dise, non?

Lui aussi rougit, quand je parlai des chambres séparées. A vrai dire, j'avais dit cela parce que je "dormais tout haut". S'il était aussi gêné, c'était parce que lui aussi, il ronfl...?
Ho. Il avait compris autre chose. Et cette révélation n'adoucit pas la couleur de mes joues. Pas si innocent que ça, le Lëo...
Avant que je ne puisse dissiper le malentendu -mais, de toute manière, j'imaginais mal comment faire sans empirer les choses-,  il se mit à marcher, leva les yeux pour voir un panneau, et fit demi-tour, l'air de rien.
 - Je…je crois que la sortie et par là...
 - Et bien, il faudra que tu fasses attention à ne pas t'égarer, vu ton sens de l'orientation! Ce serait bête de te perdre. La région est très jolie, mais il risque de pleuvoir... Quand nous marcherons, ne détaches pas tes... Yeux... De... De l'arbre, là! Ce sera un bon repère!
J'avais rattrapé tant bien que mal ce que j'allais dire. "Ne détaches pas tes yeux de moi"... Il aurait encore mal interprété! Enfin, c'était drôle, ce côté coquin...

Heureusement, il me donna une occasion de changer de sujet
 - Mais je ne veux pas embêter tes parents en dormant chez toi…
 - Mes par...? Ha! Ne t'inquiètes pas. Ils sont morts, alors ils pourraient difficilement protester! Et puis, je suis sûr que la compagnie d'un enfant si sage ne les dérangerait pas. Heu... Espérons qu'ils n'en profitent pas de si tôt, quand même...
Plaisantais-je, un grand sourire aux lèvres.
Je ne considérais pas la mort comme quelque chose de grave. Moi, je l'avais déjà vécue, en un sens, et je ne m'en portais pas plus mal...
C'était une étape logique de l'existence, non? Inutile de se prendre la tête avec ça. Même s'il était vrai que j'étais parfois un peu triste de ne pas pouvoir voir mes parents... Mais que pouvais-je y faire? Rien. Alors, autant s'amuser avec les vivants, que regretter les morts.
 - Allez, mettons-nous en route! Allons d'abord au manoir: tu as sûrement faim, après ce long voyage!
Moi, je n'avais pas besoin de manger: depuis que j'étais devenu Mary, je n'avais ni sommeil, ni faim, ni soif. Mais j'avais toujours quelques provisions, pour les enfants qui venaient. Surtout ceux avec qui je jouais à la maison hanté: les frayeurs, ça creusait!

Mais... Et pour ce soir? Mes provisions se résumaient à des fruits, des légumes, et quelques confiseries. Forcément, la viande, ça pourrissait trop vite. Mais un adolescent en pleine croissance comme lui, ça a besoin de protéine, et d'un repas chaud tous les soirs!
En plus, niveau cuisine, ce n'était pas ça... Je ne pouvais m'empêcher de rajouter d'autres ingrédients à mes préparations, par curiosité, juste pour voir ce que ça donnerait.
En général, ce n'était pas très bon. Et, à force, j'avais oublié les recettes normales.
Ha, mais Lëo savait peut-être cuisiner! Et j'avais une grande cuisine, il pourrait...
Ho. J'avais oublié un détail...

Et bien, une grande cuisine comme ça, inutilisée, c'était du gâchis. Alors, j'en avais fait une de mes salles favorites pour effrayer... "La cuisine de la sorcière", je l'appelais.  Avec des morceaux de viande humaine, des hachoirs ensanglanté, des yeux dans des bocaux, des potions fumantes, et tout, et tout. Pas un lieu à montrer à mon ami.
Zuuuut... Qu'est-ce que j'allais faire...?

Alors, j'eus l'illumination. La tourte! Une amie m'en avait apporté une, pour me remercier de l'avoir sauvé d'une bande de voyous. Je l'aurais bien mangé avec elle, mais elle l'avait laissé devant la porte avant de partir, trop timide pour rester.
Grâce à cela, pas besoin que je prépare un mauvais plat, ou qu'il aille en cuisine!
 - Et n'aie pas peur de dépenser toute ton énergie: un bon plat nous attend, ce soir! Conclus-je, l'âme plus légère. Et après avoir manger, tu veux faire un jeu? J'ai des livres, aussi... Tu aimes lire? Enfin, ce sera un peu dommage... C'est une activité qui se fait seul, alors autant jouer ensemble avant, non? De toute façon, si un livre te plait, tu pourras le garder. J'en ai plein! On peut aussi jouer à grimper dans les arbres: je sais aller jusque tout en haut!
J'arrêtai de parler un moment, la gorge sèche d'avoir trop parlé, et à cause du soleil qui tapait. Il faisait drôlement chaud...
Et si...? Oui, mais alors, on devrait... Mais le lac n'était pas très loin, et... Sauf que ce serait gênant de... Mais il faisait si chaud... De plus en plus chaud, d'ailleurs. Mon visage semblait me brûler, à présent. Forcément...

Inspirer. Expirer. Prendre son courage à deux mains, et proposer:
 - Sinon, on peut se baign... Se baign...
Presque. Encore un peu, et je finissais ma phrase d'un ton indifférent... C'était raté...
 - Se baign... Baigner dans... La... Le...
Bhou! Pleutre petite Mary!  Arrête de rougir et de bégayer, et dis ce que tu as à dire!
 - On peut se baigner dans le lac, pas loin. Il y a des poissons et des grenouilles, et l'eau est très fraîche! J'ai des vêtements de rechange, dans mon manoir, donc n'aie pas peur de les mouiller. Des vêtements de garçon, ne t'inquiète pas, le taquinai-je.
Sauf qu'il avait l'air au moins aussi timide que moi, et j'imaginais qu'il était, comme la plupart des garçons de son âge, assez pudique. Moi, je m'en fichais bien, mais il serait peut-être gêné d'ainsi se mettre en slip pour nager, et de me voir aussi en sous-vêtements. Et puis, il avait peut-être envie de faire autre chose. S'il refusait, ce ne serait pas grave du tout! De toute manière... Tout ce qui comptait... C'était de passer du temps avec lui, non?
 - Ho, et en attendant d'arriver à la maison, parle-moi de toi! Tu viens d'où? Et pourquoi tu voyages avec une amie? Vous faites une fugue ensemble? Ho... Ou... Une lune de mie-
Ha, non! Arrête de dire des bêtises, Mary Risatina! Pas à leur âge, enfin!
N'empêche... Quelque part, j'étais un peu jalouse de cette fille, qui avait Lëo rien que pour elle pour un voyage... Et bien, ce soir, je l'aurai rien que pour moi. Voilà! Après, elle aura intérêt à en prendre soin. Quand il sera... Demain...
Hum. Inutile de penser à demain. Aujourd'hui nous tendait les bras!

© Halloween




:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Ven 17 Juil - 22:43







Discussion libreLes langues se délient, ne la donnons pas aux chats.



01101001110100101110001
Mary fit une petite blague. Mais c’est pas vrai qu’il n’avait pas le sens de l’orientation. C’était de sa faute, elle l’avait troublé et elle le troublait encore. Au contraire, d’habitude, il aurait trouvé la sorti directement. Et il ne fallait pas prendre cela comme une envie de s’échapper, de trouver la sortie la plus proche. Il voulait juste partir de la gare pour être en compagnie de Mary dans un endroit plus calme et discret, pour lui parler, rigoler.

Lëo fixa le grand arbre qu’elle montrait. Si il se perdait il devra sûrement venir ici que sa nouvelle amie puisse le trouver. Mais pour l’heure, ils devaient partir.

« Mes par...? Ha! Ne t'inquiètes pas. Ils sont morts, alors ils pourraient difficilement protester! Et puis, je suis sûr que la compagnie d'un enfant si sage ne les dérangerait pas. Heu... Espérons qu'ils n'en profitent pas de si tôt, quand même... »

Le portugais se mit à rougir pour deux choses : la réponse sur la mort des parents de Mary et aussi pour son compliment sur le calme du borgne. Le garçon fut gêné par la manière presque guillerette d’exposer la mort de ses parents, il fut presque surpris du courage que l’enfant avait du faire preuve pour accepter cette mort. Le borgne ne pouvait pas parler aussi ouvertement de ses parents. Mais du coup, la petite vivait chez qui, elle ne pouvait vivre toute seul. Non !? On verra bien.

« Allez, mettons-nous en route! Allons d'abord au manoir: tu as sûrement faim, après ce long voyage !
- Pourquoi pas ? Je…je dois avoir quelques cookies dans mon sac. »

Pourquoi devait il bafouiller alors qu’il disait juste cela. Pourquoi ? Il se pinçait la main derrière son dos pour qu’elles arrêtent de trembler. Et ils se mirent en marche. Et l’idée de savoir qu’il allait manger raviser l’estomac du garçon. C’était un bon mangeur malgré sa maigreur et surtout, il savait se qui était bon. Il cuisinait de temps en temps pendant les missions.

« Et n'aie pas peur de dépenser toute ton énergie: un bon plat nous attend, ce soir!
- On… on va se régaler.
- Et après avoir manger, tu veux faire un jeu? J'ai des livres, aussi... Tu aimes lire?
- J’adore lire !
- Enfin, ce sera un peu dommage... C'est une activité qui se fait seul, alors autant jouer ensemble avant, non? De toute façon, si un livre te plait, tu pourras le garder.
- Mais je…je voudrais pas te le piquer…
- J'en ai plein! On peut aussi jouer à grimper dans les arbres: je sais aller jusque tout en haut !
- Je le faisais aussi avec des amis, on montait aussi tout en haut. On pouvait voir les moutons et toute la vallée entre les deux montagnes c’était magnifique ! »

Toutes ses pensées de son pays natal lui rappela le pourquoi il était ici, où plutôt là où il devait aller. Mais en réalité pour le moment, il s’en fichait un peu, il voulait seulement profiter du moment présent

« Sinon, on peut se baign... Se baign... Se baign... Baigner dans... La... Le... » Finalement, il n’y avait pas que lui qui rougissait et qui bégayait et finalement, il se rendit compte que son bégayement n’était pas le même que d’habitude. « On peut se baigner dans le lac, pas loin. Il y a des poissons et des grenouilles, et l'eau est très fraîche! J'ai des vêtements de rechange, dans mon manoir, donc n'aie pas peur de les mouiller. Des vêtements de garçon, ne t'inquiète pas. »

Cela faisait combien de temps que le portugais ne s’était pas baigner dans un lac en plein milieu de la nature. Et il y avait des animaux, des poissons qui te chatouillent les pieds, des grenouilles qui coassent, des libellules qui brillent. Et toutes ses pensées fit partir le peu d’appréhension du portugais. Il ne voulait que se déshabiller et sauter dans l’eau !

Il tiqua juste un peu sur les vêtements de rechanges. Il ne voulait pas porté de robe. Il eut un petit frisson, mais bien vite elle le rassura avec un petit sourire timide et Lëo fit le même en réponse. Timidement, le borgne frappa dans un petit caillou qui alla s’arrêter un peu plus loin.

« Ho, et en attendant d'arriver à la maison, parle-moi de toi! Tu viens d'où? Et pourquoi tu voyages avec une amie? Vous faites une fugue ensemble? Ho... Ou... Une lune de miel
- Euh…euh…euh… non…non. Elle est bien trop grande pour moi… » Lëo eut un petit bug voyant le sourire de l’îlienne devant ses yeux. Jamais il n’avait pensée à se marier avec son amie Noix de coco. «  Non, on allait au Portugal. Je…je suis Portugais »

Il ne savait pas quoi dire. Il ne savait pas s’il arriverait à parler de ses parents. Et il ne pouvait absolument pas parler de ses démons, de cette guerre, de la congrégation.

« Il y a un peu plus d’un ans… » Il déglutit. «…mes parents sont morts et juste après on m’a envoyer dans un grand orphelinat. » Oui, appelons la congrégation de cette façon. Après tout la majeur partie des gens là bas était orphelin : Rusty, Allen, Lenalee, Asya… Donc il ne mentait pas. « Et je n’ai jamais pu aller voir leur tombe… Et je voulais aussi retourner dans mon pays natal, retrouver les moutons de mon père. Ne…ne t’inquiètes pas, c’est mon oncle qui s’en occupe. Et je voulais aussi revoir ses grandes montagnes, la grande vallée avec la rivière qui serpente entre les terrasses de grandes étendues d’herbe verte. Et le grand lac où les animaux vont boire. Les figuiers, les kiwiers et tous les fruits sucrés qu’on peut y manger. Et en plus là haut, il fait toujours frais, jamais trop chaud. Et je veux aussi retrouver ma chienne Sia. Elle me manque. »

La langue de l’enfant se déliait à mesure qu’il se rappelait de tout ça et qu’il avait envie d’y retourner. L’enfant perdait sa timidité quand il parlait de quelque chose qui le touchait. En attendant, Hina vint se nicher dans la poche de la chemise, entrant dedans avant de se mettre en veille et de fermer ses yeux mécaniques.

« Et toi, tu as toujours vécu ici ? Tu as voyagé ? Fait plein de choses ? Parles moi de toi aussi. Qu’est ce que tu aimes ? Qu’est ce que tu fais de tes journées ? Tu as beaucoup d’amis ? Est-ce que tu lis ? Tu lis quoi ? »

Soudain, il se mit la main devant sa bouche avant de rougir un peu. Il ne s’était pas rendu compte qu’il ne faisait que parler. Laisser un timide s’exprimer et vous verrez qu’il a dix mille fois plus de choses à dire que vous. Et le manoir devait encore être un peu loin, le temps d’une bonne discussion.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Lun 20 Juil - 22:13



Déraison


J e notai dans un coin de ma tête toutes ses réponses. Je salivai déjà à l'idée de manger les cookies. J'étais aussi contente d'avoir trouvé  quelqu'un qui aimait lire: c'était très rare, dans les environs. Forcément, il n'y avait que des petits villages d'agriculteurs, ici. Et pas besoin de livres pour apprendre à manier la faux... Alors, j'étais la seule à profiter de l'immense bibliothèque du manoir et, surtout, je n'avais personne avec qui parler de tel ou tel roman. Du coup, ce serait avec grand plaisir que je lu cèderai des livres! On pourra en parler quand on se reverra!
Et puis, il savait aussi grimper! Bon, ça, c'était moins rare... Mais c'était quand même très chouette!

Ensuite, même s'il n'avait pas clairement répondu, son air intéressé et son sourire, quand je lui avais proposé de se baigner, valait bien un "oui". Du coup, difficile de savoir par quoi commencer...
Et, enfin, la fille dans le train n'était pas son amoureuse. Quelque part, je me sentais à la fois rassurée, et à la fois peinée. Après tout, même rencontrer sa petite amie serait un moyen d'en apprendre plus sur lui.

 - Non, on allait au Portugal. Je…je suis Portugais
Le Portugal... C'était assez proche de la France -à l'échelle mondiale, du moins-, et c'était aussi proche de la mer. Mais à part cela, je ne connaissais pas grand chose sur le pays. Autant dire tout de suite que dès le départ de Lëo, je chercherai dans la bibliothèque tous les livres sur ce pays...
Je songeai un instant à lui demander si je pouvais aller avec lui. Mais je ne pouvais pas: j'avais donné ma parole à une amie de partir à la chasse aux papillons avec elle, dans quelques jours. Hors de question de la trahir!

 - Il y a un peu plus d’un an…
Quelque chose, dans sa voix, me fit comprendre que c'était important. Je me promis d'essayer de rester concentrée sur ce qu'il disait, et de ne pas l'interrompre. Un exercice difficile, pour moi qui avait un taux de concentration très faible, mais je le ferai volontiers, pour lui.
 - Mes parents sont morts et juste après on m’a envoyé dans un grand orphelinat.
On eut dit mon histoire, mais à l'envers...
Je me morigénai juste à temps, avant que mon esprit ne s'en aille vagabonder.
 - Et je n’ai jamais pu aller voir leur tombe… Et je voulais aussi retourner dans mon pays natal, retrouver les moutons de mon père. Ne…ne t’inquiètes pas, c’est mon oncle qui s’en occupe. Et je voulais aussi revoir ses grandes montagnes, la grande vallée avec la rivière qui serpente entre les terrasses de grandes étendues d’herbe verte. Et le grand lac où les animaux vont boire. Les figuiers, les kiwiers et tous les fruits sucrés qu’on peut y manger. Et en plus là haut, il fait toujours frais, jamais trop chaud. Et je veux aussi retrouver ma chienne Sia. Elle me manque.

Ayant été en charge de dizaines d'enfants, j'avais pris l'habitude de consoler les chagrins. Et Lëo n'avait pas l'air très bien...
Mes réflexes d'avant ma mort, quand j'avais un corps adulte, ressurgirent.
Je pris sa main dans les miennes, , et lui sourit
 - Ton pays a l'air magnifique. J'espère pouvoir le découvrir, un jour! On escaladera les montagnes, on courra et on se roulera dans l'herbe! Ici, il y a aussi un lac, mais pas de montagnes, et presque que des champs. Mais on peut y jouer à cache-cache! En tout cas, je suis impatiente de goûter ces fruits, et de rencontrer tes moutons. Et surtout, ta chienne! Il y a des chien, au village, mais ils ne sont pas gentils. Je suis certaine que la tienne est adorable!
Je plongeai mon regard dans le sien
 - Et pour tes parents, ils doivent être heureux, là-haut. Des gens qui ont si bien élevé leur enfant ne peuvent qu'aller au paradis.
Je lui ébouriffai les cheveux.
 - Et puis, ils vivent toujours, à travers toi. Leur sang coule dans tes veines, après tout.
Hum. Cette phrase ne prenait son sens qu'en connaissant ma théorie, celle que le sang est à la base des sentiments -et donc d'une grande partie de la personnalité. Mais la lui expliquer maintenant serait une perte de temps: mieux valait parler de nous, et jouer!

En tout cas, j'étais flattée qu'il m'ait fait suffisamment confiance pour me dire cela, mais aussi agréablement surprise: qui eut cru qu'il puisse être si bavard? En tout cas, j'étais heureuse qu'il ait surpassé sa timidité. Même si, quelque part, ça le rendait mignon...

 - Et toi, tu as toujours vécu ici ? Tu as voyagé ? Fait plein de choses ? Parles moi de toi aussi. Qu’est ce que tu aimes ? Qu’est ce que tu fais de tes journées ? Tu as beaucoup d’amis ? Est-ce que tu lis ? Tu lis quoi ?
Ouïe. Il fallait que je fasse attention à ce que je disais. Une fois, j'avais raconté à un enfant tout ce que j'avais déjà fait, sans me rendre compte que c'était impossible en 14 ans, mon âge officiel. Il m'avait pris pour une mythomane et m'avait traitée de menteuse...
Mais j'étais incapable d'aligner deux mensonges sans bégayer, baisser les yeux ou rougir. Ou les trois à la fois. Mais quand c'était un mensonge par omission, j'arrivais encore à me contrôler: j'avais qu'à ne pas dire toute la vérité.
Bien sûr, j'aurais pu me contenter d'être très vague ou de répondre en deux phrases, mais c'aurait été injuste: Lëo n'avait pas hésité à parler, lui.
Mais hors de question de tout dire: il me prendrait pour une folle, si je parlais de mon changement de corps, du garçon aux canons, ou de mes pouvoirs.
 - Je suis née en Italie, mais mes parents ont voyagé avec moi jusqu'ici. Après, j'ai été dans un orphelinat. Ma famille est morte d'une maladie incurable... Et puis, les responsables de l'orphelinat sont partis. Puis... Les enfants aussi. A cause... De deux monstres.
Autant parler de la mort de ma famille ne me dérangeait pas, autant évoquer les enfants me laissait une boule dans la gorge. Je n'avais pas été séparé d'eux pendant des décennies, après tout... Et j'avais vu leurs cadavres de mes propres yeux. Enfin... Les tas de poussières.
Et c'était moi qui avait fait entrer le loup dans la bergerie, et qui n'avait pas remarqué le changement chez l'authentique Mary, avant qu'elle ne me pousse du haut de la falaise.
Mais inutile de penser plus longtemps à cela. Il y avait un autre enfant, bien vivant, qui attendait des réponses.
 -  Du coup, je suis la seule à vivre dans ce manoir, à présent.
Pour les voyages, à part celui avec mes parents, dont je ne me souviens plus vraiment, je prends souvent le train. Mais je quitte très rarement la France... C'est parce que j'ai des missions dans les environs. Une liste de mystères sur lesquels enquêter, des choses comme cela! Mais sinon... Je n'ai pas fait grand chose de spécial.
 Je détournai les yeux à cette phrase. Un mensonge... Prendre la tête d'un orphelinat, c'était quelque chose de spécial. Mais impossible de le révéler...
 - Ce que j'aime... Les enfants, d'abord. Le monde a été créé pour eux, pas pour les adultes, comme ceux-ci semblent le croire... Enfin, s'il a vraiment été créé pour les humains! Il y a les plantes et les animaux, aussi. Le monde est vraiment superbe! J'aime aussi les boîtes à musique: c'est la seule chose qui me permette de me concentrer. Grâce à cela, je peux lire... Et surtout coudre! Je suis très forte: j'ai plein de peluches! Sinon, à part les missions, j'adore jouer. Toute seule, ou avec d'autres enfants. Et je les défend contre les adultes. J'adore aussi effrayer les gens! Et faire des théories sur toutes sortes de choses, et comprendre, aussi. Je suis très curieuse... Et j'adore aussi le s-
Oups! A chaque fois que je révélait ma fascination pour le sang, les autres me regardaient bizarrement. Autant ne rien dire...
 - ... Le soir. C'est le moment idéal pour faire peur aux gens!
Sinon, j'ai beaucoup d'amis et d'amies: les enfants des villages alentour. On joue beaucoup ensemble, mais pas seulement: on se confie des secrets, on s'entraide, on agace les adultes...
Et malgré tout cela, je trouve encore le temps de lire! Je lis un peu de tout, mais surtout des livres scientifiques. J'adore la science! Comprendre le monde, ses mécanismes, sa nature... Certains disent que la science brise la beauté du monde, mais je ne suis pas d'accord du tout! Certaines machines complexes font bailler les novices, et émerveillent ceux qui en comprennent les rouages, non?

J'avais tant parlé, qu'avant que je finisse, nous étions arrivé à destination: le manoir.
 - Et voilà ma maison!
Je courus à la porte, et entre-ouvrit la porte. Je n'avais plus la clé depuis longtemps, je l'avais perdue en montant sur un cerf -mais cela en avait valu la peine! Quelle course, quel rodéo, ce jour là!
Le sourire qu'avait fait naître ce souvenir mourut sur ma face, quand je jetai un regard à l'intérieur.
Ho... Bon sang. J'avais oublié ce vieux bûcheron. Il n'avait pas fait long feu... Un petit "bhou", et il avait fait une crise cardiaque. Cela, je m'en fichais bien -c'était un vieil ours désagréable, qui lâchait ses chiens sur les enfants qui s'approchaient trop de lui. Mais... Un cadavre à l'entrée... Avec Lëo derrière...
Je me tournai vers lui, rouge comme une pivoine
 - Heu... Il y a... Des choses qu'un jeune homme ne devrait pas voir.
J'eus un rire nerveux.
 - Tu sais... Des trucs de filles...
Quelque part, ce mensonge était un coup de génie: ma gêne devenait logique.
 - Attend-moi ici.
J'entrai en me glissant par l'embrasure pour qu'il ne voie pas, plaçai une chaise sous la poignée pour bloquer la porte, et tirai le cadavre jusqu'à une armoire, où je l'y enfermai. Bon... L'entrée paraissait tout à fait normale -il ne fallait pas que les proies puissent voir le danger avant d'entrer-, mais le reste du manoir...
Mieux valait éviter de le faire entrer pour l'instant. J'allai à la cuisine chercher des fruits, du pain, et de la confiture, et revins près de Lëo
 - Voilà! Je propose qu'on mange dehors: il fait superbe, non? Tu auras tout le temps de visiter le manoir ce soir, profitons d'abord de l'extérieur!
Je ne faisais que reporter le problème, mais tant pis...
J'installai tout sur la table à l'extérieur, sous un toit de bois, et m'assis. Avant, il y avait de nombreuses tables -pour tout un orphelinat-, mais je les avais démontées pour construire des pièges dans le manoir.
 - Bon appétit! On fera quoi, après? Escalade, lac, lecture? Il nous reste quelques heures avant la tombée du jour, autant en profiter! Mais d'abord, à ton tour de répondre à tes questions! Ce que tu aimes, les voyages, tout cela...


© Halloween




:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Mar 4 Aoû - 22:36







Ce que j’aime ?Toi !



01101001110100101110001
L’interet que porta la française pour son pays, son passé, sa famille rendit un sourire sincère et rayonnant de sa part. Voir que ses paroles non pas été ennuyeuses, dénué de sens ou soporifiques était déjà beaucoup. Et finalement, il était très content.

Face à ce soleil brillant encore haut dans le ciel, à cette architecture campagnarde et rustique, il se sentait bien. L’air était doux et parfumé de milles senteurs de fleurs, de foin, d’animaux. Il fallait parfois contourné une petite bouse de vache laisser sûrement par un troupeau enclin à paître dans les champs.

Finalement, il avait toujours voulu fuir tout cela.
Il ne pensait plus aux batailles,
À la mort, à la guerre,
À l’odeur de moisis et poussiéreuse de la bâtisse noire,
À l’odeur de cramé venant souvent de la scientifique,
À sa solitudes récurrente.

À travers tous ses mots,
Délivré en un flot
À une inconnue.

Le garçon le prouvait.
Prouvait son intérêt
Pour cette fille peu connue.

N’ayant aucune connaissance de son passé,
De son vécue, de ce qu’il lui est arrivé.
Ses joies, ses saisons, ses couleurs, ses choix, sa vie.
Ses peines, ses pleures, sa noirceur, ses fautes, ses envies.

Partageant son présent, temps figer un instant,
Elle lui tenait la main, d’eux deux ils restaient qu’un.
Et seulement pour un temps, un avenir commun,
Vers un amour qui restera vain, et pourtant…

Tant de choses que l’adolescent voulaient savoir sur la fille qui lui tenait la main l’enveloppant d’une douce chaleur malgré les mains glacé de la machine. Voilà déjà pourquoi, il ne devait pas rester là. Ils n’étaient finalement que deux ennemis. Leur essence devrait planté en plein cœur le pieux. Comme Français et Allemands, l’un l’autre devrait pointer ses canons sur elle, sur lui.

Pourtant, les voilà amis. Et comme pour se délivrer de ses chaînes qu’était leur conditions, il semblait se parler sincèrement offrant ce qu’il y avait de plus beau : la possibilité de se connaître.

Ses origines latines n’étaient pas étonnantes. La noirceur de ses cheveux absorbant chaque rayon de soleil s’animait de légère ondulation au rythme des pas et poussé par le peu de brise qui venait caresser ses cheveux méditerranéens. Lëo dévora le récit et les paroles serrant l’étreinte de sa main en un geste protecteur devant les épreuves qu’elle avait vécu.

Il nota, nota tout dans un coin de sa tête. Les enfants, les boîtes à musiques, les jeux, la couture, les peluches, sa curiosité, les sciences, l’effroi. Il ne perdait pas une miette. Il eut une once de jalousie en apprenant qu’il n’était pas son seul confident. Rien d’étonnant à cela, mais il n’avait pus le réprimé. Finalement, émerveillé par cette énorme point commun qu’était leur amour pour les choses compliqués avait laissé le portugais un peu perplexe et presque au bord de l’euphorie. Il a trouvé quelqu’un avec qui il pourrait parler de tous se qu’il a appris. Il eut juste le temps d’acquiescer vivement à la question que la bâtisse aux influences baroques non dissimulés et un peu effrayante les surplombait.

Bien vite, l’embarras surpris la demoiselle qui en un geste subtilement gêné laissa le garçon sur le pas de la porte. Il n’avait pas d’autre choix et le rouge à ses joues et son air embarrassé par ces "trucs de filles" lui faisait préférer la magnifique entré qu’il voyait là. Elle disparu happé par la porte.

Pendant que elle courait, le portugais sauta dans la petit pelouse juste à côté. Il courba légèrement le dos pour tendre la main et cueillir un petite et fragile pâquerette. Elle avait décidé de pousser là au pied de se lugubre manoir, étoile de beauté perdu dans l’océan sombre du ciel.

Bien vite, alors qu’il approchait les pétales à son nez, la demoiselle sorti les bras chargé de victuaille. Et réponse à cette demande, le ventre du portugais se mit à gargouilla de manière peu discrète qui fit autant sourire l’un comme l’autre.

« Je crois que ça veux dire que j’ai faim… Attend je vais t’aider ! »

Comme pour me libérer les mains et comme s’était la place parfaite pour celle-ci, il vint loger le petit végétale au creux de l’oreille de Mary. Les pétales blanc venant contrasté avec ses cheveux foncés et ses joues carmin. Il se chargea les bras de nourriture libérant un peu la demoiselle avant de la suivre à la table.

« Bon appétit ! »

A peine cela dit et répéter avec enclin par le portugais, il avait déjà une pomme dans sa main qu’il croqua avidement.

« On fera quoi, après? Escalade, lac, lecture? Il nous reste quelques heures avant la tombée du jour, autant en profiter!
- On pchou… » Se rendant compte que sa bouche était pleine, il plaça sa main devant sa bouche en souriant en avalant rapidement son contenu. « Désolé… Euh, je disais qu’on pourrait aller au lac, d’abord.
- Mais d'abord, à ton tour de répondre à tes questions! Ce que tu aimes, les voyages, tout cela... »

De nouveau, il hésita un instant profitant de sa bouche de nouveau rempli pour trouver ses mots.

« Par où commencer… D’abord, j’adore lire de tout et de n’importe quoi : des contes, des romans mais aussi et surtout des livres de physique, de biologie, de mécanique et de tout plein chose. Comme toi j’adore les choses compliqué qui une fois que l’on a compris paraissent tout simple. J’aime les trains, les automates, les horloges, les montres. D’ailleurs, j’en ai une sublime dans ma sacoche attends ! »
Il commença avant de fouiller.
« C’est une amie que j’ai rencontré en Bretagne qui me l’a donné. Je l’adore. Mais, elle est où. Peut être dans mon sac ! »
Un peu contrarié, Lëo pris son sac de part terre avant de le fouiller. Il sortit la boîte de cookie.
« T’en veux, tiens ! »
Puis il refouilla avant de sortir un objet brillant !

« La voilà ! Regardes, elles sont tellement belle les deux mésanges sculpté dessus. On dirait des amoureux. D’ailleurs, j’adore les oiseaux. Regardes ! »
Comme s’il devait encore se justifier, il sortit Hina de sa poche de chemise.
« C’est moi qui l’ai construite ! »

Le portugais pressa un petit bouton dans le dos de l’oiseau de métal et se dernier ouvrit ce qui semblait être ses yeux. Il siffla un coup et la mésange s’envola. Pendant se temps, il profita pour finir sa pomme et manger un ou deux cookies devant le spectacle céleste de cette étoile grise qui décrivait des cercles.

« Souvent je reste des heures à la bibliothèque à lire et fouiller les étagères. J’adore aussi voyager ! J’ai été dans plein d’endroit. Avec mon "orphelinat", je dois faire un minimum de travail et pour ça je dois faire pleins de missions partout dans le monde. J’ai été au Canada, il y fait super froid. J’ai visité New York, la Russie, pleins d’endroit en France. Par contre, je déteste le bateau. Ça me donne envie de vomir. Et j’aime aussi beaucoup tous les animaux, mais surtout mes moutons, qui ne sont plus à moi… J’aime aussi bien mangé ! »

Comme pour soulignée cela, il prépara une tartine de confiture qu’il fourra dans sa bouche. Voyant que Mary ne touchait à plus aucun aliment, je me leva du banc et m’écria :

« Et j’adore aussi nagé ! On va au lac avant qu’il ne fasse trop froid ? »

Il était impatient d’aller se baigner. Il voulait se laver de tous ses maux, bien que la simple présence de la française suffise à alléger considérablement le cœur bien trop lourd pour un enfant de son âge.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Sam 15 Aoû - 15:29



Déraison


Lëo m'avait écouté sans m'interrompre, et surtout sans poser de questions sur les "deux monstres", et je lui en savais gré: j'aurais été bien en peine de répondre sans mentir, et de mentir sans rougir... Je n'osais imaginer sa réaction si je lui avouais être capable de tuer d'un coup de canon. Peur? Pitié? Haine? Autant de choses qui ne laissaient aucune place à l'amitié. Pourtant, tant que je n'en faisais pas mauvais usage, pourquoi serait-ce un problème?

Je me contentais de manger une petite pomme, pour ne pas gaspiller mes réserves sans pour autant éveiller des soupçons en ne mangeant rien, tout en écoutant Lëo. Il avait déjà dit aimer la lecture comme moi, mais, en plus, il lisait les mêmes genres! Je songeais déjà à toutes les discutions que nous pourrions avoir, sur telle ou telle théorie de scientifique, ou sur les nôtres propres...
Quand il révéla sa passion pour les trains, je songeai un instant à lui proposer la façon de le prendre que j'avais découverte ce matin même. Mais lui, c'était un enfant normal, ce serait trop dangereux... Tant pis. Sinon, les automates, je n'en avais jamais vu, alors je ne savais pas trop... J'étais curieuse, tout au plus.
Il me parla aussi de sa passion pour les horloges et les montres. Cela me faisait penser à mon amour des boîtes à musiques : à la fois inexplicable, et indéniable. Personnellement, je ne les aimais pas plus que cela : à quoi bon calculer le temps, si l'on ne peut rien y faire? Mieux valait en profiter que le mesurer. Et puis, j'avais vu trop de gens se laisser dicter leur vie par ces mécanismes.
Mais cela ne m'empêcha pas de laisser un cri de ravissement m'échapper en voyant celle de Lëo, expédiant quelques morceaux du cookie que je grignotais par politesse.
- Woua! C'est la plus belle que j'ai jamais vu de ma vie!

Mais mon émerveillement n'était rien par rapport à celui qui suivit, quand un oiseau brillant rejoint les airs. Je suivis son vol agile et élégant des yeux, tout en écoutant Lëo parler. J'étais incapable de prononcer un mot, de toute manière, trop impressionnée par l'oiseau.
- Souvent je reste des heures à la bibliothèque à lire et fouiller les étagères. J’adore aussi voyager ! J’ai été dans plein d’endroit. Avec mon "orphelinat", je dois faire un minimum de travail et pour ça je dois faire pleins de missions partout dans le monde. J’ai été au Canada, il y fait super froid. J’ai visité New York, la Russie, pleins d’endroit en France. Par contre, je déteste le bateau. Ça me donne envie de vomir. Et j’aime aussi beaucoup tous les animaux, mais surtout mes moutons, qui ne sont plus à moi… J’aime aussi bien manger ! Et j’adore aussi nager ! On va au lac avant qu’il ne fasse trop froid ?
Je restai songeuse un moment. D'abord, je me fis la réflexion qu'avec la bibliothèque qu'il y avait dans le manoir, il aurait de quoi fouiller... Mais, surtout, j'étais surprise d'apprendre qu'il avait des missions. Les miennes ne servaient à rien...
- Je pourrais t'aider, pour tes missions, après avoir joué avec mon amie comme promis. En plus, comme cela, Je voyagerai aussi! Par contre, dommage que tu n'aimes pas le bateau...
Je me souvins de ma promesse avec Hereata, celle de devenir pirate. Qui disait pirate disait bateau... J'étais un peu déçue de savoir que Lëo ne pourrait faire partie de l'équipage. Quoi que... Il avait l'air drôlement doué en mécanique. Peut-être que...

Déjà, mille images de bateaux volants ou roulant sur l'eau comme un train me traversaient l'esprit. Ce qui me refit penser à l'oiseau:
- En tout cas, je suis drôlement impressionnée! Tu es un vrai génie de la mécanique! Moi, mon point fort, c'est la couture.
Je détachai ma peluche de mon dos, et lui montrai
- C'est Coaxing. Ce n'est pas ma plus belle création, mais je l'aime beaucoup! Ho, tu sais quoi? On pourra faire un incroyable duo! Toi, tu créerais des machines comme l'oiseau, et moi, je leur mettrais des couleurs avec la couture! En plus, si tu as des moutons, on pourra prendre directement la laine sur eux. Et s'ils ne sont plus à toi, on les récupèrera, de gré ou de force! Ca ne se fait pas, de prendre les amis des gens. Mais tu as raison, assez parlé du futur: allons d'abord nager!
Je me levai, rangeai les provisions restantes dans la cuisine, et marchai vers le lac.

Nous étions arrivé au lac. Je me mis en sous-vêtements, et m'apprêtai à courir dans l'eau, quand une idée me vint. Ce ne serait pas drôle, d'entrer bêtement comme cela... Et puis, je devais l'avouer, j'avais envie d'impressionner Lëo.
Alors, je grimpai à un arbre proche, haut, très haut! J'étais à trois mètres de hauteur, à présent, sur une branche, juste au-dessus du lac. Je me mis à hurler:
- Mesdames, messieurs, venez voir le plus grrrrrand spectacle de France! La martine pêcheuse, la plus impressionnante plongeuse de tous les temps!
J'avais un peu peur, bien sûr, et ma voix devait trembler, mais il n'y avait aucun risque: si je glissais et tombais, ce serait dans l'eau. Je n'aurais qu'à remonter à la surface, les joues rouges de honte à cause de mon échec.
Sauf que je n'avais pas pensé à tout. Par exemple, à une grosse branche prête à craquer, juste au-dessus, que mes acrobaties pour monter avaient fini de fragiliser. Et au fait que je ne pourrais pas remonter à la surface, si j'étais assommée...
- La superbe Mary va accomplir, devant vous, le grrrrrand saut de la M...
CRAC! BOUM! La branche me tomba sur le crâne, et je chutai, inconsciente, droit dans l'eau.


© Halloween




:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Ven 11 Sep - 11:53







Noyade Il n'arrive de problèmes qu'à ceux qui osent.



01101001110100101110001
Finalement, le portugais se rendit compte qu'il parlait de beaucoup trop de chose. Et même s'il tentait de rester vague sur le sujet ou de rendre ses informations assez explicites sans mettre Mary au courant de la guerre. Car oui, c'est très peu banale de trouver un « orphelinat » qui envoie des adolescents en mission dans le monde entier pour tuer des monstres et trouver des cristaux divins.

Mais l'exorciste se refusa de penser à tout cela. Il était en « vacances ». Il voyageait et il voyageait pour lui. Bien sur, Hereata occupait une partie de ses pensées. Il se demandait parfois entre deux bouchées si elle allait bien, si elle ne se faisait pas trop de soucis. Et il s'angoissait légèrement pour ça. C'est lui qui est allé lui demander de l'accompagné et par inadvertance, il l'a laisser dans e train toute seule. Il ne pouvait s'empêcher de culpabiliser.

Et surtout que ce voyage tient beaucoup à cœur à l'adolescent. C'était une sorte de pèlerinage. Un long voyage pou accomplir une sorte de promesse faites à ses parents.

« Je pourrais t'aider, pour tes missions, après avoir joué avec mon amie comme promis.En plus, comme cela, Je voyagerai aussi! Par contre, dommage que tu n'aimes pas le bateau... »

Devant ces paroles, le portugais ne savait quoi répondre. Comment lui dire qu'il ne voulait pas la méler à tout ça, que ces missions sont dur, voir mortel. Il ne voulait pas la mettre en danger. Au contraire. Mais heureusement, ses paroles semblait être dites sur le coup et elle oubliera sûrement qu'elle s'est proposé pour l'aider.

Lëo rougit sous le compliment. Et du coup, chacun montra ses réalisations. Témoin de l'habilité de la française, La peluche semblait avoir été faites par une professionnel. Après, le portugais n'était pas expert en couture. Il savait plus ou moins tricoter à force de regarder sa mère confectionner des vêtements en laine.

« Ho, tu sais quoi? On pourra faire un incroyable duo! Toi, tu créerais des machines comme l'oiseau, et moi, je leur mettrais des couleurs avec la couture!
- Ils seraient sûrement super beaux ! On pourrait même faire des démonstrations et en vendre !
- En plus, si tu as des moutons, on pourra prendre directement la laine sur eux. Et s'ils ne sont plus à toi, on les récupérera, de gré ou de force! Ça ne se fait pas, de prendre les amis des gens. » Il aurait voulu répliquer que c'était sûrement son oncle qui avait repris les bêtes. Mais il n'eut pas le temps. « Mais tu as raison, assez parlé du futur: allons d'abord nager! »

Mary se leva pour ranger à toute vitesse les provisions. Comme elle lui avait indiquer un peu avant, il n'osa pas entrer dans le manoir laissant, gêné, le travail à son hôte. Puis elle revint et ils se mirent À courir vers l'étendue d'eau. Le portugais était content devant le spectacle de cette eau légèrement ondulante entouré par ci et là de grand arbres majestueux. Si Mary n'eut quasiment qu'à retirer sa robe l'abandonnant sur l'herbe. Lëo avait beaucoup plus de vêtement à enlever. Il du délasser ses chaussures, enlever son pantalons, ses bretelles et déboutonner sa chemise. Puis il leva les yeux.

Où était-elle passée ? C'est le cri qui le fit lever les yeux.

« - Mesdames, messieurs, venez voir le plus grrrrrand spectacle de France! La martine pêcheuse, la plus impressionnante plongeuse de tous les temps! »

Il fit de gros yeux surpris de voir Mary sur son plongeoir prête à sauter. Si elle semblait plus ou moins sûr d'elle. Le portugais eut un haut-le-cœur.

« Mary ? Qu'est ce que tu fais !? » Elle ne sembla pas l'entendre… « Descend ! Ne fait pas ça !
- La superbe Mary va accomplir, devant vous, le grrrrrand saut de la M... »

C'est avec effroi qu'il vit la branche se briser, le corps de la française tomber inerte. Il y eut un fracas quand la branche et la fille percuta la surface. En un réflexe, Lëo cria son nom en courant vers le bord. Sans hésiter ni même réfléchir, il plongea. Il fut légèrement perdu par les bulles qui l'entouraient et la fraîcheur de l'eau. Pourtant, il commença à nager vers elle. Elle avait les yeux fermé, les cheveux ondulants alors qu'elle flottait dans cet espace en apesanteur.

Aussi vite qu'il put et avec toute la force qu'il put, il agrippa la petite main et se hâta de nager vers la surface. Il sortit la tête de l'eau regardant autour pour trouver au plus vite le rivage, mais aussi luttant pour faire sortir la tête de Mary de l'eau. Plaquant le dos de la française contre sont torse, entourant le ventre de ses bras, il nagea en gardant la tête de la fille hors de l'eau malgré les quelques petites tasses qu'il buvait. Arriver assez proche du rivage, il souleva Mary pour la porter jusqu'à l'herbe.

Il se dépêcha de s'agenouiller prés d'elle lui criant :

« Mary !? Mary !? Ca va ? Tu m'entends ? Mary !? »

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Sam 12 Sep - 12:44



Déraison


... Hm? Qu'est-ce que je faisais couchée, moi? J'avais mal à la tête...
Mes souvenirs me revenaient peu à peu. Un train... Un repas... Un lac... J'ouvris les yeux. Un garçon drôlement mignon me regardait d'un air angoissé. Ha, c'était... Lëo! Voilà! Mais pourquoi il était inquiet? Voyons... J'étais monté dans un arbre, puis...

... Ho.
Je refermai les yeux brusquement, feignant l'inconscience malgré mes joues qui s'empourpraient. J'aurais préféré me noyer... A la place, j'allais mourir de honte!
J'avais fait la maligne, et avais fini couverte de ridicule. Devant Lëo, en plus... Fichu branche. Et fichu moi, aussi. Il devait me prendre pour une imbécile, et il avait bien raison...
Je songeai un instant à faire semblant d'être morte, pour ne pas avoir à supporter son regard sans doute rempli de pitié, ou pire, de mépris. Mais j'avais déjà ouvert les yeux, il l'avait peut-être vu. Et puis, il serait triste, s'il croyait que j'étais morte...

Je sentis soudain son souffle chaud sur mon visage. Que...
 - HAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA!
Je me relevai brusquement, et... BIM! Je me cognai violemment le front contre le sien.
Je roulai sur le sol en poussant des gémissements -et quelques grossièretés, pourvu que Lëo ne les ait pas entendues-, et la douleur me fit monter le larmes aux yeux.
Encore un peu, et il me faisait la respiration arti... Artifi...
Mon visage déjà rougi par la honte devint couleur tomate, et j'arrêtai mes roulis en position face contre terre, dans une naïve tentative pour cacher mon trouble. Je ne bougeai plus, et restai muette comme une carpe. Je n'avais jamais été aussi gênée de ma vie...

Un ange passa. Zut... Je ne pouvais pas rester toute ma vie par terre. En plus, je devais le remercier, et m'excuser pour le coup. Visage toujours vers le bas, je marmonnai, ne trouvant pas le courage de parler plus fort ou de le regarder:
 - Par... Pardon de t'avoir fait mal... Et pour l'inquiétude, aussi....
Je jetai un coup d'œil -sans pour autant bouger ma tête- vers lui: il n'avait rien entendu. Argh...
Prenant mon courage à deux mains, je me levai raidement, me tournai vers Lëo, et... Bafouillai quelques mots inintelligibles, le regard rivé sur le sol, incapable d'affronter son regard et d'organiser mes pensés. Cet échec n'arrangea pas mon état: j'avais les yeux embués de larmes, et plus seulement de douleur. Puisant dans mes dernières réserves de bravoure, je levai le regard, croisant le sien, et prononçai d'une voix suraiguë, au bord des larmes:
 - Pardon... J'ai été stupide. Je... Je voulais pas... M... Merci de m'avoir sauvé... Je... J'ai... Je voulais pas te faire mal au front... C'est juste... Que... Que...
Je voulus serrer Coaxing pour m'empêcher de pleurer. Mais... Tiens? Je ne l'avais plus en main... Ho non!
 - Coaxing! 'Te noie pas!
Je voulus courir vers le lac mais, affaiblie par le double chocs, je titubai, et tombai. Ho non... Non, non, non! Pas elle!
C'était la peluche que j'avais offerte à Mary, "avant"... Elle n'était pas très belle, mais la petite avait répondu: "elle est très chouette. Ce n'est pas l'apparence qui compte, de toute façon!". Forcément, pour le bossu laid que j'étais, rien n'aurait pu être plus gentil.
C'était pour cela que je l'avais gardée, en devenant "Mary". La vraie Mary avait tant joué avec, l'avait tant aimé, qu'il restait forcément un peu d'elle dans la peluche. En plus, une fois, elle s'était blessée, et la peluche avait été tâchée par son sang. Si le sang contenait les émotions, comme je le pensais, alors Coaxing était un peu elle...
Et puis, j'avais moi-même tant vécu avec cette peluche. Elle était mon soutient... Presque mon amie...

J'éclatai en sanglots, à l'idée de la perdre dans le lac.  Je ne savais même pas où elle était, impossible de la manipuler avec mon pouvoir. Elle allait s'abîmer, dans l'eau... Peut-être irrémédiablement...
J'avais beau essayer de me relever encore et encore, mon corps ne me répondait plus clairement, et j'étais trop troublée pour penser à voler jusqu'au lac.

Spoiler:
 

© Halloween




:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Mer 4 Nov - 21:38







NoyadeIl faut sauver le soldat Coaxing



01101001110100101110001
Penché sur son amie, Lëo attendait une réponse de sa part, qu'elle ouvre les yeux, un simple signe de vie. Pourtant, il n#y avait rien. Elle ne bougeait pas, ne répondait pas. Que devait il faire ? Quoi ? Que… À oui ! Le bouche à bouche, il avait lu ça dans les livres. Comment ils faisait ? Il… il posait ses lèvres sur la personne et…

Le portugais eut soudain chaud aux joues. Pourtant, il n'avait pas le choix. Il commença à s'avancer vers a bouche de Mary avant de se prendre un gros coup de boule. Il fut littéralement retourné sur le dos alors qu'il se frottait son front endolori et serrant les dents. Il ne posa aucun cri, rien. Par contre Mary avait aussi du avoir mal.

« Mary ! Mary ! Ça va ? Tu t'es pas fait mal ? »

Elle sembla marmonner quelques mots qui ne voulurent pas sortir de sa bouche. Gros malaise… Elle sembla tenter la technique de l'autruche qui consistait à cacher son visage pour pas qu'on la voit, mais on sentait son anxiété. Finalement elle se releva en pleure pour s'excuser.

« Mais, c'est rien. C'est pas grave. Je ne pouvais pas te laisser te noyer. Je ne pouvais pas…
- Coaxing! 'Te noie pas! »

La poupée ! Où elle était ? Au fond de l'eau ? Non, pas possible… Comment ils allaient le récupérer. Mary sembla vouloir aller sauver son bien, Fort heureusement, elle ne put atteindre le bord de l'eau. De toute façon, l'adolescent ne l'aurait pas laisser plonger. Alors il courut la dépassant en lui criant :

« Surtout, ne bouges pas ! »

Une idée en tête, sauta en activant son innocence. Juste avant de toucher l'eau, il créa une grande bulle d'air autour de sa tête. Ainsi il pourra respirer quelques temps sous l'eau. Il espéra que son ami ne l'ai pas vu faire. Dans l'eau, il s'attendait à remonter, il fit alors apparaître deux encre de lumière qu'il fit s'accrocher dans les algues. Il pouvait alors avoir accès au fond sans problème. Il se tira sur les chaînes de ses encres et arriva non loin d'une masse vaseuse et verte. Quelques malheureux poissons nageait à vive pour fuir l'exorciste luminéssant.

Ce dernier essayait de retenir au mieux sa respiration pour conserver un maximum d'air dans sa bulle. Il nagea quelques temps, même trop longtemps, très très très longtemps pour un humain normal. Mais il ne trouvais pas la poupée ! Il devait la trouver. L'air commençait à être un riche en dioxyde de carbone, il commençait avoir la tête qui tourne et la vision qui se floutait. Au bout d'un moment, il tomba sur quelque chose de sombre accrocher par une algue.

En s'approchant, il vit que s'était la poupée ! Enfin ! Coaxing était sauf !  Il s'acharna sur la plante aquatique pour extirper le jouet et se mit aussitôt à monter. Il respirait mal. Au moment d'atteindre la surface, la bulle éclata et le garçon pris une très grande inspiration. Il s'approcha du bord avant de se coucher dans l'herbe, la respiration rapide. Son poitrail se soulevait très fortement. Il avait bien besoin de repos.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



:
 


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Dim 8 Nov - 16:16



Déraison


Lëo courut, me hurla de ne plus bouger, et plongea. Je restai un moment à terre puis, quand je me sentis capable de me lever malgré les vertiges, je bondis sur mes pieds. Je titubai jusqu'au lac -je n'avais jamais été fort obéissante-, et tentai d'en sonder les profondeurs. Etrange... J'avais l'impression d'y voir deux lueurs...
Le choc devait m'avoir secoué la caboche, et provoquer des hallucinations! Dans d'autres circonstances, j'aurais trouvé cela extrêmement intéressant, et surtout amusant, mais il y avait plus grave: Lëo ne remontait pas. Etais-je si sonnée que j'en perdais la notion du temps? Ou trop inquiète pour lui? J'avais l'impression qu'il était dans ce lac depuis une éternité. Devais-je plonger à mon tour? Affaiblie comme je l'étais, je risquais de faire pire que bien, en coulant à nouveau...

Mais plus le temps passait, plus j'angoissais. Stupide, capricieuse Mary! Tu vas perdre un ami pour une simple peluche... S'il mourrait à cause de ma bêtise, je m'en voudrais toute ma vie... Je ne voulais plus que des enfants meurent par ma faute. J'avais déjà trop de regrets à porter, trop de malheur à surpasser...
Tant pis: j'allais tenter de le sauver.

Au moment où je pris ma décision, il ressortit de l'eau, aspirant une grande bouffée d'air. Soulagée, je l'aidai à sortir de l'eau, en l'applaudissant pour son courage, laissant éclater bruyamment ma joie. Mon bonheur fut à son comble en voyant qu'il tenait Coaxing en main. Mais en voyant qu'il se couchait, épuisé, je décidai de me contenir, pour le laisser reprendre son souffle. Alors, je me couchai à côté de lui, tentant de savourer mon plaisir en silence -chose difficile, je n'étais pas vraiment stoïcienne.

Au bout d'un moment, j'entendis son souffle changer de rythme. Tiens...? Je me relevai, et le regardai: il s'était endormi...
Je me sentais un peu coupable qu'il se soit épuisé à ce point pour moi, mais en même temps, cela m'arrangeait bien. J'allais pouvoir profiter de son sommeil, de son inconscience pour le mettre dans un lit, et puis...

Ranger mon manoir. A quoi pensiez-vous?

Direction: le manoir. Je le saisis délicatement, tentant de faire impasse sur sa presque nudité -si je me fichais moi-même de ce genre de détails, lui en serait peut-être gêné-, mis ses vêtements sur mon épaule, et me mis en route. Je marchai, et utilisai mon pouvoir de vol en même temps pour éviter le choc des pas. Je ne voulais pas le réveiller, mais voler en portant quelque chose de lourd était très difficile!

J'avais lu, un jour, un dicton: "regarder le visage de quelqu'un qui dort, c'est prendre un cadeau qui ne nous est pas réservé". J'avais trouvé cette phrase très sage; aussi, je me forçai à regarder devant moi, résistant à la tentation d'admirer son visage d'ange, savourant malgré tout sa respiration lente et apaisante. Sans doute fut-ce celle-ci qui me donna la force d'arriver jusqu'au manoir: voler en portant quelque chose était très dur!
Une fois au manoir, je me concentrai fort, et réussis à voler jusqu'à la fenêtre de l'étage -tout en gardant une oreille sur la respiration de Lëo, au cas où il se réveillerait. Elle était ouverte: je ne prenais jamais la peine de les fermer, car  je doutais fort qu'un voleur veuille me voler un squelette ensanglanté...
Je le déposai doucement dans un lit, et mis une couverture sur lui. Il ne faisait pas froid mais, même si le soleil l'avait en grande partie séché pendant le trajet, il était encore un peu humide, et je ne voulais pas qu'il tombe malade!

Ensuite, j'allai chercher les vêtements. J'en avais une armoire pleine: c'étaient les habits de mes anciens pensionnaires, les enfants de l'orphelinats... J'avais longtemps hésité à leur sujet: devais-je les utiliser dans mes décors pour faire peur? Les garder comme souvenirs, comme reliques? Les donner à d'autres enfants? Finalement, j'avis décidé de les laisser là, et de les donner aux enfants qui "souillaient" leurs propres habits quand nous... "Jouions" dans le manoir.

Si ma gorge se serra en revoyant ces vêtements, je ne me laissai pas aller à la nostalgie: j'avais trop à faire. Et puis, m'attarder sur le passé et les sombres pensées n'était pas mon genre: je préférais me préparer un avenir plus radieux. Comme jouer avec Lëo!
Je trouvai des habits à sa taille, et les mis près du lit. Ensuite, le gros du travail commença...

Mettre les squelettes dans le placard, cacher le sang avec divers objets (ça ne partait pas même en frottant fort, malheureusement), désactiver les pièges...
Je n'avais pas le temps -ni l'envie- de tout ranger, aussi bloquais-je quelques portes, avec l'intention de lui dire que c'étaient des zones dangereuses, le manoir étant vieux et fragiles. Espérons que j'arrive à ne pas rougir de mon mensonge, cette fois...

Pour le reste, je me contentai d'arranger tout le chemin entre la chambre et les toilettes, la salle à manger, la salle de bain, et la sortie. Tout le reste était fermé!
Seul problème restant: je n'avais pas eu le cœur à chasser les araignées. Pourquoi détruire leur toiles, leur refuser l'hospitalité, quand j'avais tant de place inutile? En échange, elles rendaient les lieux plus effrayants encore. Je ne voulais pas leur causer de tort!
Bha. Si Lëo s'en intriguait, je lui répondrai cela, sans toutefois mentionner que c'était tant mieux si elles faisaient peur.

Remarquant qu'avec toutes ces aventures, le temps avait passé, et que le soir arrivait, je réchauffai la tourte, et mis la table -dans le réfectoire, cette fois. Voilà!
Je montai dans sa chambre, pour voir s'il était réveillé. Espérons que oui, pour que l'on puisse jouer à nouveau!

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Dim 6 Déc - 16:49







Au rouge du crépusculeLes cœurs se croisent



01101001110100101110001
La caresse des brins d'herbe, la berceuse chanter par le vent qui allait vrombir dans les feuillages, le confort apporter par la terre, la fatigue et le maque d’oxygène vinrent à bout de l'adolescent. Ses yeux se refermèrent sur ce nuage solitaire qui ne faisait que passer au dessus de ses insignifiantes créatures qu'était les hommes. Et c'est sur cette envie d'aller rejoindre ce nuage trop seul dans le ciel grâce aux ailes qu'il avait voler à Dieu. Il s'endormit.

Rayon de lumière rougeâtre pourquoi es-tu passer par cette fenêtre traversant les rideaux de dentelles représentant des fleurs pour venir finir sur son visage ? Comme un appel, il ouvrit les yeux. Il avait encore les cheveux humides dut à son après midi ne pourtant qu'un bout de tissu pour cacher le strict nécessaire. Mais cela, il n'en avait que faire. Ce qui le tracassait, c'était ce mal de crâne qui venait de étreindre ses tempes. Il tituba légèrement en s'approchant de la fenêtre foulant de ses pieds nus le sol boisé de la chambre. Il avait repousser ses grands draps qui recouvrait ce lit double pour arriver jusqu'à la fenêtre.

Au loin, le lac sur lequel venait se refléter un deuxième soleil usurpateur du premier qui n'avait de plus que quelques ondulations sûrement perpétrer par des canards ou des poissons. Le soleil d’ailleurs semblait vouloir rejoindre son jumeau dans les fonds de cet eau. Le soir arrivait, la journée se finissait. Pris par un léger frisson provoquer par la fraîcheur du soir, il se rendit compte de sa tenu.

Cherchant rapidement du regard autour de lui dans cette chambre de quoi le couvrir. Il y avait bien une armoire mais les quelques bouts de tissus posé sur cet chaise prés de la fenêtre avaient déjà retenu l'attention du portugais. Il se saisit de la chemise à carreau plutôt commune pour la posé sur sa peau nu, tester la longueur des manches. Elle lui allait parfaitement. Il ne fit pas prier pour la mettre, changer son sous vêtement, se couvrir du pantalon marron et des chaussettes grises. Il finit par remettre ses chaussures qui avait été poser au sol.

Il se sentait tout de même mieux habiller. Paré ainsi, il serait bien parti explorer le manoir à la recherche de son amie. Mais l'image du grand bâtiment dans lequel on aurait vite fait de se perdre l'en dissuada. Il se mit alors à faire son lit, la moindre des politesses, avant de se saisir d'un livre qui était disposer sur la table de chevet. Il y lut quelques mots avant de le reposer, il n'était pas chez lui, il ne devrait pas y toucher. Mais finalement, on vint toquer à la porte.

Le garçon se dépêcha de sauter du lit et d'accourir pour ouvrir la porte. Derrière, c'était Mary qui venait le voir.

« Ah ! Salut. » lui adressa l'adolescent un peu gêner. « Merci pour… les vêtement et le lit ! Je… Je suis désolé de mettre endormi. J'ai du te causer des soucis… ? »

Il essaya de sourire mais cela resta un peu crisper. Cependant, une bonne odeur vint chatouiller les narines des deux camarades. Cela réveilla l'estomac du garçon qui commença à avoir faim.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Jeu 17 Déc - 13:27



Déraison


Je faillis entrer avant de songer, in extremis, à frapper. A force de vivre seule, j'avais perdu ce genre de réflexes, mais les précédentes années en tant que tuteur des orphelins m'avaient appris l'importance de ce genre d'intimité.
Il vint m'ouvrir assez vite, manifestement réveillé. Ouf! J'avais encore envie de jouer avec lui.

Il n'avait pas l'air très à l'aise
 - Ah ! Salut. Merci pour… les vêtements et le lit ! Je… Je suis désolé de m'être endormi. J'ai dû te causer des soucis… ?
Un ange passa. Désolé...?
J'éclatai de rire, puis lui ébouriffai joyeusement les cheveux...
 - C'est moi qui t'en ai causé, des soucis! Je les attire comme un aimant, j'aime presque ça!
Constatant mon triste travail, je lui remis un peu les cheveux en place, tout en continuant, sur un ton plus calme:
 - Enfin, quand d'autres sont impliqués, c'est moins drôle... Désolé!
Dis-je, sans vraiment de remords dans la voix. Si la vie était un fil, ce genre de mésaventures étaient les perles qui en faisaient un collier -malgré certaines bien trop lourdes, qui affaiblissaient le fil et pouvaient le rompre...
 - Pour les vêtements, j'en ai plein d'autres, tu peux les garder. Bon, ils sont très sobres, et un peu abîmés, mais... Ils sont secs!
Son ventre grogna, comme agacé par mes bavardages. Après tous ces efforts, il devait être affamé...
Ni une, ni deux, je criai « premier assis, premier servi! », et courus vers le réfectoire. Je dévalai les escaliers quatre par quatre -très dangereux, donc amusant-, puis me rendis compte que mon invité ne connaissait pas les lieux. C'était raté pour la course... Puis, de toute manière, le pauvre venait de se réveiller.
Je l'attendis, et le conduisis à table, où la tourte nous attendait.

Cette fois, je pouvais manger sans crainte de gaspillage: même en pleine croissance, je doutais que Lëo arrive à tout manger, et la tourte ne se conservait pas bien... Tant mieux. S'il me voyait m'abstenir de manger à chaque repas, il se serait douté de quelque chose -ou se serait inquiété! Et puis, c'était un cadeau d'une amie. Ne pas la manger ne serait pas très gentil... Et, enfin, ça avait l'air bon! Même sans devoir manger, je gardais le goût.
Je lui servis une belle part, et fis de même pour moi.
Je lançai un joyeux « bon appétit », et commençai à manger. Heureusement, mes réflexes d'avant étaient restés, et je n'avais pas besoin de faire ça « manuellement ». Imaginez que vous deviez réfléchir à chaque mouvement de bouche... Manger deviendrait un sacré défi.

Tout en dévorant ma tourte, je regardais Lëo, du coin de l’œil. Passé le choc de la première rencontre, je pouvais songer plus calmement à ce qui m'arrivait.
J'avais trop souvent vu le phénomène chez mes protégés, et ils m'avaient trop souvent confiés leurs troubles pour que j'ignore la source du mien: j'étais...
Amoureuse.

Une autre que moi aurait sans doute paniqué; n'étais-je pas trop spéciale pour qu'il m'aime, avec mes pouvoirs et ce corps qui n'était le mien que depuis peu? N'allait-il pas partir dès demain? Etait-ce un amour convenable, sachant que j'avais une âme d'adulte, et homme, qui plus était?
Mais j'avais ce précieux don de toujours voir le bon côté des choses...
D'abord, mes capacités surnaturelles n'étaient qu'une différence comme une autre, et comme toutes ces dernières, elle pouvait devenir un atout. Ensuite, il partira, certes, mais il connaissait mon adresse, et nous pourrions communiquer par courrier -et puis, je pourrais lui rendre visite chez lui, libre comme je l'étais. Et, enfin, une âme n'avait rien de masculin ou féminin, et la mienne avait toujours été celle d'un enfant.
Le seul problème qu'il restait, en vérité, c'était celui de tous les amoureux... Partageait-il ces sentiments?
La meilleure façon de le savoir, celle que je conseillais toujours à mes orphelins, c'était de se déclarer à la personne...
Mais j'étais terrifiée à l'idée d'un refus. Et puis... Je ne voulais pas le mettre mal à l'aise. Nous avions si peu de temps à passer ensemble, hors de question de le gâcher.

Satisfaite de cette décision temporaire -garder mes sentiments pour moi-, j'engageai la conversation, pour passer à autre chose.
- Merci pour tout. Pour m'avoir sauvée, pour Coaxing... Regarde, elle n'a rien! Il faut dire qu'elle en a vu des pires, la pauvre... T'es sacrément courageux, en tout cas! Désolé pour les deux bains forcés... Coaxing et moi, on te doit une fière chandelle! Faudra qu'on se revoie... Plus tard, pour te la donner... La chandelle...
Assez tourné autour du pot! Me gourmandai-je.
- Quand tu seras parti, on s'enverra du courrier? Mon adresse, c'est celle d'une amie, parce que le facteur ne veut pas s'approcher du manoir... Et celle de ton orphelinat? Je pourrai te rendre visite, aussi? C'est pas grave si c'est loin; j'aime bien prendre le train...Enfin, si tu as envie...
J'avais parlé très vite, angoissée. S'il ne voulait -ou ne pouvait- pas... Je n'aurai plus aucun moyen de le revoir.

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Jeu 11 Fév - 10:34







Le manoirToutes ces portes cachent des mystères qui le resteront tant qu'elles resteront fermées.



01101001110100101110001
Chacun de son coté de la porte.
L'un l'autre en reflet.
Ils se regardaient.
L'un un peu crispé et l'autre un peu perplexe.
Deux facettes opposés.
Ennemis intimes ignorant tout de l'autre.
Il aurait du se jeter à la gorge de l'autre.
C'était ce que leur corps voulait.
Son yeux ne pouvait voir son sang impure.
Son sang ne pouvait ressentir son œil divin.

Pourtant, le garçon ne bougeait pas. Il froissait le bas de sa chemise en un geste témoignant du stress de la situation. Et l'un fit un pas ver l'autre. Elle perdit son sérieux et ils perdirent le silence brisé par ce rire amusé par la gêne de l'autre. Ses cheveux déjà coiffé au naturel, comme on dit, furent encore plus décoiffé.

Une nouvelle fois, elle vint bousculé sa gêne. Elle brisa ses peurs en lui expliquant que tous ses problèmes étaient de coutume. Ses mains vinrent remettre ses brins de cheveux dans leur désordre ordonné. Elle vint l'aidé un peu voulant corrigé sa faute.

« Enfin, quand d'autres sont impliqués, c'est moins drôle... Désolé!
- Nan, c'est pas gravé. Ça a un peu pimenté la journée ! »

Il lui sourit pour le rassurer. Mais quand il eut dit le mot journée, il se rendit compte qu'elle était déjà presque fini…

« Pour les vêtements, j'en ai plein d'autres, tu peux les garder. Bon, ils sont très sobres, et un peu abîmés, mais... Ils sont secs!
- Euh… Oui ! Encore merci. On se sens mieux au sec et au chaud ! »

Et il y eut ce grondement en provenance de Monsieur Estomac sans doute le pire ennemie du jeune garçon.

« Premier assis, premier servi! »

Aussi tôt dis, elle se retourna et partit comme une flèche. Le portugais resta un instant totalement perplexe, ne comprenant absolument pas ce qu'il se passait. Et quand son cerveau fit tilt, il se mit lui aussi à courir avec un sourire malicieux. Et quand il ne vit plus la silhouette de sa camarade, il comprit finalement qu'il ne savait absolument pas où il devait aller.

« Hey ! C'est pas du jeu ! Tu triches, je sais pas où il faut aller ! »

Les mots étaient très loin du reproche. C'était plutôt accompagné d'un ton un peu boudeur d'un mauvais joueur cherchant des excuses pour sa futur défaite. Mais il continua sa course se fiant aux bruyant pas dans les escaliers. Il sauta sur la rampe de l'escalier glissant dessus jusqu'en bas pour la retrouver.

Ensemble, ils allèrent jusqu'au réfectoire alléchés par la bonne odeur qui en arrivait. Ils se mirent à table et chacun fut servit. Ils mangèrent sans se laisser prier. Ils mangèrent un peu en silence ne sachant ni l'un ni l'autre de quoi parler.

Le borgne pensa quand même un peu à son amie Hereata qui devait s'inquiéter pour elle. Mais ce fut une pensée vite balayer. Levant parfois les yeux de son assiettes avant de rougir quelque peu en retournant le nez dans sa tourte.

« Merci pour tout. Pour m'avoir sauvée, pour Coaxing... Regarde, elle n'a rien! Il faut dire qu'elle en a vu des pires, la pauvre... T'es sacrément courageux, en tout cas! Désolé pour les deux bains forcés... Coaxing et moi, on te doit une fière chandelle! Faudra qu'on se revoie... Plus tard, pour te la donner... La chandelle…
- Oui… euh… non… enfin… c'est rien. » Bien sur, ce sont les joues chaudes et couleur de la passion qu'il balbutia ses mots sans trop de sens. « Tu m'avais fait bien peur, mais je ne pouvais pas rester sans rien faire. Et tu ne me dois rien… enfin, tu m'as déjà donner beaucoup. Ça me fait plaisir de passer cette après-midi avec toi ! Et… et avec Coaxing. Et j'aurais tellement voulu rester une semaine, voir beaucoup plus longtemps… »

Des mains se frottèrent sous la tables, se frictionnant, se pinçant. Se distraire pour garder ses émotions. Éviter de perdre pied. Et sous ses mots sincère, il y eut un silence mélancolique qui semblait s'imposer avant de reprendre la parole.

« Quand tu seras parti, on s'enverra du courrier? Mon adresse, c'est celle d'une amie, parce que le facteur ne veut pas s'approcher du manoir... Et celle de ton orphelinat? Je pourrai te rendre visite, aussi? C'est pas grave si c'est loin; j'aime bien prendre le train...Enfin, si tu as envie…
- Oh ! Oui ! Excellente idée. J'y avais aussi pensé, mais je savais pas si tu aurais accepté. En faites, je n'ai jamais vraiment envoyer de lettre. Je n'en avais pas besoin quand j'étais chez mes parents. On s'enverra des lettres ! Pleins de lettres ! Et si tu veux venir… Je sais pas si ce sera possible. Enfin, pas directement à l'orphelinat. Ils acceptent pas qu'on invite des gens. Par contre, tu pourras venir pas très loin ! Dans un village à côté ! Et en plus dans mon orphelinat c'est un peu tout gris, tout triste et tout poussiéreux, ça donne pas envie d'y aller ! »

Un regard à travers une fenêtre, le soleil commençait déjà à décliner derrière les arbres de l’horizon.

« Tu avais dis que tu aimais lire et que tu avais pleins de bouquins ! Et ton manoir avait l'air grand ! Peut être que on pourrait le visiter. Enfin, seulement si tu as envie !? »

Il est vrai qu'il était ici depuis quelques temps. Il a finalement dormi ici et y a manger. Mais il ne connaissait pas ce lieu. Il voulait découvrir un peu les lieux, voir les livres, les pièces, la bibliothèque. Le manoir semblait grand et avec beaucoup de choses à voir.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Jeu 11 Fév - 13:34



Déraison


Il ne cessait de rougir... Etait-ce pour la même raison que moi? Pas forcément. Il était loin de chez lui, chez une presque inconnue... Il était sans doute mal à l'aise. Difficile de deviner ce que pensait un garçon aussi timide et réservé...
 - Tu m'avais fait bien peur, mais je ne pouvais pas rester sans rien faire. Et tu ne me dois rien… enfin, tu m'as déjà donné beaucoup. Ça me fait plaisir de passer cette après-midi avec toi ! Et… et avec Coaxing. Et j'aurais tellement voulu rester une semaine, voir beaucoup plus longtemps…
 - Une prochaine fois, alors! Répondis-je avec un sourire.
Et, cette fois, j'aurai le temps de tout ranger avant...
En tout cas, si l'aveu m'avait fait vraiment plaisir, la suite me fis exploser de joie!
 - Oh ! Oui ! Excellente idée. J'y avais aussi pensé, mais je savais pas si tu aurais accepté. En faites, je n'ai jamais vraiment envoyer de lettre. Je n'en avais pas besoin quand j'étais chez mes parents. On s'enverra des lettres ! Plein de lettres !
Chouette! Nous resterons en contact! J'étais plus que ravie: un grand poids venait de s'ôter de mon cœur, et mon sang courrait dans mes veines plus joyeusement que jamais!
J'avais presque déjà envie de lui écrire une lettre! Surtout que... Quand on écrivait, on était moins timide, non? Je trouvais ça mignon, chez lui, mais j'avais aussi envie de parler avec lui sans peur.
 - Et si tu veux venir… Je sais pas si ce sera possible. Enfin, pas directement à l'orphelinat. Ils acceptent pas qu'on invite des gens. Par contre, tu pourras venir pas très loin ! Dans un village à côté ! Et en plus dans mon orphelinat c'est un peu tout gris, tout triste et tout poussiéreux, ça donne pas envie d'y aller !
Drôle d'orphelinat... Je n'avais jamais entendu parler d'une telle règle. Mais au vu de sa description, il ne devait pas être bien tenu! Je faillis lui proposer de laisser tomber cet endroit pour venir ici, mais je songeai qu'il devait avoir de nombreux amis, là-bas. Un jour, j'irai voir cet orphelinat de mes propres yeux... Et si les responsables n'étaient pas correctes, gare à eux! Hors de question de laisser Lëo -et les autres enfants- dans de sales pattes!

Et puis, je repensai à la dernière fois que j'avais fait cela. L'orphelinat avait été fermé, et les enfants, abandonnés... Si l'issue était la même, pourrai-je à nouveau reprendre l'orphelinat, malgré ce corps d'enfant?
Enfin... Je m'occuperai de cela plus tard!
 - Alors, c'est décidé! On s'écrit des tonnes de lettres, jusqu'à ce que je vienne te revoir!
J'étais aux anges. S'il avait refusé, je crois bien que j'aurais été abattue pendant des mois...
Mais la suite doucha quelque peu mon humeur.
 - Tu avais dis que tu aimais lire et que tu avais plein de bouquins ! Et ton manoir avait l'air grand ! Peut être que on pourrait le visiter. Enfin, seulement si tu as envie !?
Ouïe... C'était bien la dernière activité que j'avais envie de faire...
J'avais rangé juste quelques pièces, et même dans celles-ci, j'avais sans doute oublié l'une ou l'autre chose. Vite! Je devais trouver quelque chose, n'importe quoi, pour me tirer d'affaires!
 - Eeeeet bien... Heu... Je ne pense pas que ce sera très intéressant... Il est vieux, très sale, plein de toiles d'araignée... Puis il y a des zones dangereuses, parce que le bois est trop abîmé... Hem...
Je parlais en faisant de grands gestes, paniquée. J'avais l'impression que le manoir, d'habitude si familier et confortable, venait de se remplir de bombes, prêtes à exploser au moindre regard de Lëo.

La bibliothèque, donc... Je créai un plan rapide dans ma tête, et retraçai la route d'ici jusqu'à la fameuse pièce. Ouf... Il n'y avait que des zones rangées! Sauf la bibliothèque elle-même...
C'était toujours le point final du "jeu", la zone d'arrivée. Le grand final... Du coup, la pièce était remplie d'objets glauques, de fausses araignées, de masques étranges, de faux crânes, de...

Ho non... Bon, j'allais devoir mentir... A moitié...
 - On peut aller à la bibliothèque... Mais elle est... Heu... "Décorée". J'adore les histoires d'horreur, j'en lis souvent à mes amis, donc... J'ai arrangé la pièce... Pour l'ambiance...
J'étais rouge comme une pivoine, et j'avais le regard fuyant. Il allait me prendre pour une folle... Mais, après tout, n'en étais-je pas une? Mieux valait, peut-être, qu'il connaisse tout de suite mes excentricités... Mes goûts peu communs. Je préférais encore qu'il soit dégoûté de moi, qu'ami avec ce que je n'étais pas.
Enfin... C'était ce dont j'essayais de me convaincre, du moins. Je n'étais pas sûre de supporter qu'il me rejette...
Tant pis. Je devais prendre le risque.
 - Bon, alors, heu... Suis-moi!
Je me levai, et le guidai jusqu'à l'endroit. D'une main tremblante, j'ouvris la porte de la bibliothèque, ignorai le crâne qui tombai et restai suspendu devant moi, et allai allumer les bougies.
La salle était large, presque une centaine de mètres carrés, remplie d'étagères où s'alignaient des dizaines, des centaines de livres de toutes sortes. Il y avait de nombreuses chaises et deux fauteuils, disposés çà et là.  Mais, surtout...
Il y avait des faux crânes, des masques de démons, des araignées, des dessins étranges, des poupées effrayantes, des fausses -ou vraies...- marques de sang, des objets occultes -bricolages en carton, généralement-, et même un faux pendu...
 - Mets... Mets-toi à l'aise, assieds-toi! Alors... Si tu veux un livre sur la mécanique, il y en a par ici...
J'essayais de prendre un ton léger, comme si cela rendrait l'endroit moins... Comment dire... Glauque?
Je n'osais pas regarder sa réaction... Et s'il était mal à l'aise? Ou réellement terrifié?
Mince! Et s'il n'osait plus dormir ici? Il serait dans l'embarras, s'il devait trouver un autre refuge. Il ne fallait pas qu'il dorme dehors, le pauvre! Zut!
Encore une fois, j'avais agis avant de réfléchir... Stupide Mary...

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Ven 12 Fév - 0:29







Histoire...Ambiance et frisson garanti !



01101001110100101110001
Le garçon avait envie de partager encore beaucoup de temps avec Mary. Il aurait pu rester indéfiniment ici sans trop voir le temps passé. D'ailleur, c'est ce qu'il se faisait, déjà le soleil couchant. Il ne devait pas rester grand-chose de la tourte victime de la goinfrerie des deux amis. Mais ils n'allaient pas rester là à se regarder dans le blanc des yeux sans rien se dire. Quoique Lëo aurait pus le faire, regarder ses petits ondulations noirs d'une longueur vertigineuse, ses deux perles d'océans incrusté dans ce visage d'ange.

Visage qui sembla quelque peu déboussoler par sa question. L'avait il contrarier. Il est vrai on peut connaître quelqu'un en regardant sa bibliothéque. Il espérait que la sienne soit bien garni. Ça leur fera des sujets de conversations et sujets à débats. Mais pour ce soir, ce genre de discussion s'arrêtera bien vite pour des choses plus intéressantes.

« Eeeeet bien... Heu... Je ne pense pas que ce sera très intéressant... Il est vieux, très sale, plein de toiles d'araignée... Puis il y a des zones dangereuses, parce que le bois est trop abîmé... Hem... »

Elle faisait de grands gestes comme paniqués, pris de spasmes et brassant l'air. Ces gestes firent un peu sourire le portugais qui aurait en temps normale courut pour se cacher de honte. Mais là c'était différent, il sentait bien, bien mieux qu'avec ses amis. Il ne pensait même pas à sa timidité maladive, qui soit dite en passant à bien commencer à disparaître.

« -Mais c'est pas grave. J'ai pas peur des araignées, je ne suis pas asthmatique et je suis assez prudent ! Je ferais très attention !
- On peut aller à la bibliothèque... Mais elle est... Heu... "Décorée". J'adore les histoires d'horreur, j'en lis souvent à mes amis, donc... J'ai arrangé la pièce... Pour l'ambiance…
- Si tu savais. J'ai déjà rencontrés des gens qui on sûrement été bien plus excentrique que n'importe qui ! J'ai déjà rencontré un grand monsieur, qui paraissait normal de prime abord, qui était magicien. Il s'était mis dans un coin et s'était mis à jouer avec des bateaux. J'ai pas trop compris, mais c'était drôle !
- Bon, alors, heu... Suis-moi! »

À mesure qu'ils avançaient, le borgne se demandait si derriére chaque porte, il y avait une piéce vide ou bien meublé, si la piéce était utilisé ou non, poussiéreuse ou non. Il aurait été drôle de jouer à cache-cache ensemble si le garçon avait connu un peu plus le manoir. Et finalement, quand elle ouvrit la porte, il ne vit pas le crâne tomber puisqu'il s'était retourner pour regarder l'interminable couloir qu'il venait de prendre.

Mais finalement le repoussant il put entrer dans la piéce. Il ne vit pas d'abord la décoration. Son regard était poser sur les étagéres pleines à craquer. Des reliures allant du plus ancien à des livres à peine vieilli. Il semblait y avoir de tout.

Et seulement aprés il vit toute la décorations. Des crânes dans un ancien manoir était plutôt cohérent sauf qu'au lieu qu'ils soit dans la cave, il étaient dans la bibliothéque. Et puis ça aurait pus être en rapport avec l'anatomie, le théatre devant un livre d'Hamlet ou avec la paléonthologie. Le plus originale restait le pendu et les poupées pas très rassurantes. Mais le portugais n'en avait finalement pas trop peur. Ce ne sont que des objets, il avait surtout peur des regards qui le fixe dans le coin de la chambre alors qu'il est sous la couette.

« C'est plutôt… original ! Mais ça ne me dérange aucunement ! Fit il en souriant pour la rassurer.
- Mets... Mets-toi à l'aise, assieds-toi! Alors... Si tu veux un livre sur la mécanique, il y en a par ici… »

Finalement, il ne regarda pas de suite la mécanique. Au contraire, il se mit à arpenter les rayons : mathématiques, physique, policier, théatre et il s'arrêta à la section horreur qui semblait richement garni de livre. Peut être un peut plus que les autres.

« OH ! Tu as Frankestein ! Et L'Étrange Cas du docteur Jekyll et M. Hyde ! Je les ai adorer ! J'ai entendu parler d'un nouveau livre qui vas bientôt être publier. Mais ce sera pas pour tout de suite. C'est en faite l'histoire d'un vampire, un être qui suce le sang de ses victimes et les transforme aussi en vampire ! Ce sera sous la forme d'un roman épistolaire. Le livre est déjà terminer mais on ont pas encore fini l'impression ! J'ai trop hâte de pouvoir le lire ! »

Il continua de marcher pour aller jusqu'aux fenêtres pour regarder dehors. Étant donné que l'atmosphére s'y adonnait, il ferma les rideaux. La lumiére  très faible filtrait à peine parmi les mailles. Il ferma les rideaux de la deuxiéme fenêtre. Ils étaient presque dans le noir.

« C'est l'occasion de se raconter des histoires qui font peur ! Ça te dis ! Il faudrait juste des bougies pour quand le soleil sera totalement parti ! »

Une fois une ou deux flammes dans la pièces, le garçon se lança :

« Aller ! Je commence ! »

Il alla s’asseoir dans un des fauteuils de trois quart, croisant les jambes et prenant un air sérieux. Il s’éclaircit un peu la voix avant de parler d'une voix un peu plus forte et plus grave que d'habitude.

« Où est il ? Où est ce fichu masque ? Il faut que je le trouve et vite ! »

Il chercha dans sa petite pièce, il n'y avait pas beaucoup d'endroit où chercher. L'homme était en train de retourner toute sa chambre. Finalement, il eut la bonne idée de se pencher. Il se courba pour regarder sous le lit. Il balaya du regard le lieu tout poussiéreux, ÉCRASANT une araignée au passage. Il tendit la main.

Et il l'attrapa. Il le tira. Il avait trouver son masque. Il eut vite fait de le mettre sur la tête. Il était fait en caoutchouc élastique d'un gris triste et morne. Mais c'était à l'image de l'endroit où il était arrivé. Ça lui faisait deux grand yeux globuleux. Gigantesque. On ne voyait plus ses cheveux, ni son visage. Juste ses deux grands yeux. Et devant sa bouche, il y avait quelque chose de gros, quelque chose de rond, de cylindrique. A chacune de ses respiration on entendait :

« Hiiiiiii… Haaaaaaaaaaaaaa… Hiiiiiiiiiii… Haaaaaaaaaaa… »

Ses sortes de grincement emplissaient le silence, emplissaient ses oreilles, frappaient dans son cerveau. Il put ouvrir la porte. Elle grinça. Il sortit. ET ! Partout de la brume, rien ! On ne voyait rien à cent mètres. Non ! Dix mètres ! Entre deux pas, entre deux « Hiiiiii… Haaaaaa… », on aurait pus entendre : « Il me faut quelque chose de jeune ! ».

Il se mit alors à parcourir ses rues. De chaque côté, des ruines. Des blocs de pierres bouchait la rue. Il les escalada. Et au loin, une plainte. Son cœur sursauta en l'entendant. Il avançait. Un pas, puis deux. Il allait vers le son, seul son qu'on pouvait saisir. Il arriva une cabane, un amas de débris disposer un peu mieux que les autres. Il déblaya. Il pris une pierre entendant mieux les pleures. Oui, des pleures.

Il se pencha pour rentrer dedans. Il ne pus que rentrer la tête.

« HAAAAAAAAAAA ! »

On avait crier à sa vue. Et ses deux grands yeux, il le vis. À peine haut comme trois pommes, enroulé en boule dans un coin de sa niche : un enfant. Il pleurait.

« Chut ! Chut ! N'ai pas peur ! »

Il tenta de faire un sourire. Inutile sous la masque.

« Vous… vous êtes… un homme ?
- Bien sur, regardes j'ai deux mains, deux jambes ! »

Les pleures se turent. L'enfant sembla essuyer ses larmes.

« Vous êtes pas méchant ? Non ?
- Pas du tout ! Je suis venu t'aider.
- C'est vrai ! Parce que tout le monde à disparu.
- C'est rien. On va les retrouver. Viens suis moi. »

Il lui tendis la main, relevant l'enfant qu'il tenait désormais. L'enfant agrippa à la manche de l'homme. Mais il y eut quelque chose de bizare. Il sentit trois pression. Il fit mine de les ignorer faisant comme si de rien n'était. Il refis le chemin inverse, il retourna à sa chambre.

« Il faut se dépêcher monsieur avant que le méchant ne revienne. »

Ils accélèrent le pas. Ils arrivèrent finalement assez vite à la porte. L'homme le cœur battant, lança presque l'enfant dans la chambre avant de fermer subitement la porte et de s'y adosser la poitrine se soulevant de maniéré très rapide. Il s'arracha le masque dévoilant un visage normal. Il regarda alors l'enfant.

« Tu as vu ! Maintenant on est en sécurité !
- Oh ! Merci monsieur ! Maintenant on va retrou…
- Ah ! Attend. » interrompit il l'enfant. « Je crois que j'ai entendu quelque chose. »

Il se mit derrière l'enfant avant de lui mettre une main devant sa bouche.

« Chut ! Il est là !
- Mhmmmm… »

« Il me faut quelque chose de jeune ! »

Les mots furent chuchoter.
Ils furent chuchoter au dessus.
Ils furent chuchoter par derrière.
Les yeux de l'enfant sortirent de leur orbites de peur.

« Il me faut quelque chose de jeune ! »

Une nouvelle. L'enfant sentait le souffle de l'homme derrière lui. Il sentait le pression augmenter sur sa bouche et ses narines. Il ne pouvait plus respirer. Il paniquait. Ses trois bras tombèrent le long de son corps.

« Il me faut quelque chose de jeune… »

Il s'était lever à un moment de l'histoire et pour rajouter de l'effet, il se mit assis doucement de nouveau sur sa chaise en recroisant ses jambes. Il reprit sa position de départ comme pour signifier que s'était fini.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Sam 13 Fév - 13:54



Déraison


Bon, et bien...
Je m'étais fait du mouron pour rien. Loin d'être effrayé, il trouvait ça "original" -un adjectif qu'on m'avait souvent attribué, ça!
En plus, il avait l'habitude des gens bizarres!
Un magicien, hein? Je pouvais faire bien plus impressionnant, moi... Je lui montrerai, un jour! Mais pour l'instant, l'heure était à la lecture!
  - OH ! Tu as Frankestein ! Et L'Étrange Cas du docteur Jekyll et M. Hyde ! Je les ai adorés ! J'ai entendu parler d'un nouveau livre qui va bientôt être publié. Mais ce sera pas pour tout de suite. C'est en faite l'histoire d'un vampire, un être qui suce le sang de ses victimes et les transforme aussi en vampire ! Ce sera sous la forme d'un roman épistolaire. Le livre est déjà terminé mais on n'a pas encore fini l'impression ! J'ai trop hâte de pouvoir le lire !
Se gaver des sentiments -le sang- des autres en les détruisant... Et les transformer en monstre aussi...
Le souvenir de "l'enfant", ou plutôt l'être-canon, qui avait tout fait basculer, me revint. "Vampire"... Cela lui allait bien, tiens! Et puis j'en avais aussi entendu parler, de cette légende. Elle leur attribuait un étrange charisme: il en avait aussi, et s'en était servi pour tromper Mary-l'originale.
Enfin! Assez pensé à lui. Je préférais de loin laisser Lëo occuper mes pensées!
 - C'est l'occasion de se raconter des histoires qui font peur ! Ça te dit ? Il faudrait juste des bougies pour quand le soleil sera totalement parti !
 - Bien sûr, que ça me dit!
J'étais ravie: lui aussi, il adorait cela! Finalement, la prochaine fois qu'il viendra... Je ne rangerai rien du tout. Au contraire, il aura droit au super jeu de la frousse!
 -  Aller ! Je commence !
Je m'assis à terre, devant le fauteuil, et écoutai...

[...]


Si l'histoire m'avait fait frissonner, la fin m'horrifia franchement -et me dégoûta. Un enfant mort, tué par un adulte! Si je le tenais, ce sale type...
Finalement, si l'histoire aurait effrayé n'importe qui d'autre, elle ne me toucha pas tellement. Un adulte, avec mes pouvoirs, je n'en faisais qu'une bouchée... Moi, c'était le surnaturel qui m'effrayait! Forcément, avec mon esprit scientifique, je ne pouvais pas décréter que l'histoire était impossible: comment le prouver? Du coup... A chaque croisement, j'avais peur que le monstre d'une histoire surgisse!
Là, j'espérerai tomber dessus, sur ce monstre...

Néanmoins, j'avais beaucoup aimé l'histoire. Le début, avec la brume, était un peu classique, mais la fin était inattendue!
Mais... Si j'avais su, peut-être l'aurais-je moins apprécié. Si j'avais su que Lëo pourrait être cet enfant, en pleine guerre, avec un troisième bras -l'innocence. Si j'avais su que je pourrais être cet adulte: d'abord caché sous un masque -mon excentricité, mon amour pour le glauque-, puis à l'air innocent et sincère -comme maintenant- mais qui, finalement... Allait céder au monstre en lui, presque sans le savoir, et allait profiter de la confiance de l'enfant pour le tuer.

Mais j'ignorais tout cela. Alors, il ne me restait "que" une histoire bien racontée et ficelée.
A présent... C'était mon tour!
 - Pas mal! Maintenant, c'est à moi...
Je resongeai aux vampires. Hum...
Je m'assis sur une bibliothèque, en hauteur, et commençai -avec une bougie sur les genoux, pour donner mieux.

"Je m'appelle Julie. J'ai quinze ans, j'habite dans un village où tout le monde se connait, en France. Et, depuis quelques semaines, ma vie est un paradis!
Il y a un mois, je m'étais perdue dans les bois. Alors que je pleurais contre un arbre, désespérée, il est arrivé, m'a consolé, et m'a guidé jusqu'au village. Nous avions parlé en marchant: il s'appelle Valentin, et il habite dans un village, quelques kilomètres plus loin. Je n'ai jamais rencontré quelqu'un d'aussi beau, gentil, intelligent! Et ses yeux rouges... Si envoutants! Et lui, il me trouve charmante, a-t-il dit...
Alors, nous nous sommes promis de nous revoir au même endroit, la nuit d'après. Dans mon village, aller avec quelqu'un d'une autre communauté est très mal vu...

Depuis, nous nous revoyons chaque nuit, au même endroit. Nous nous sommes déclarés notre amour, et nous nous sommes même embrassés! Un jour, je quitterai le village, et nous nous marierons! Il est mon âme sœur, je ne le quitterai pour rien au monde...


Mais une ombre ternit ce bonheur parfait. Des gens semblent devenir fous...
Le vieux George, d'abord. Un vieillard inutile, qui ne sait qu'aboyer sur tout ce qui passe; personne ne l'aimait vraiment. Un jour, il a sauté sur une serveuse de la taverne, et a essayé de la mordre! On l'a assommé, et on l'a enfermé dans un vieux bâtiment. On croyait l'affaire close mais, cinq jours plus tard, un homme a cherché à mordre sa fille.
Depuis, des rumeurs courent: le village connait des légendes, sur des êtres hors du commun: les vampires. Ceux-ci se nourriraient du sang d'innocents, et les transformeraient à leur tour en vampire...
D'ailleurs, on a trouvé des traces de morsure sur les deux fous: deux petits points sanglants.
J'ai peur, bien sûr; mais pas assez que pour abandonner mon amour! Ce soir, quand ils dormiront tous, je partirai dans les bois -armée d'un couteau, cependant, au cas où un vampire m'attaquerait.



La nuit est censée être pleine, mais de gros nuages la couvrent. Si bien que, au bout de dix minutes... Je me rends compte que je ne sais plus où je suis. Je me suis encore perdue... Espérons qu'il me trouve encore une fois! Mais cette fois, je n'attendrai pas en pleurant: je vais continuer à chercher.





Cela fait déjà dix minutes que je cherche, en vain. Je commence à avoir froid: j'ai pris une couverture pour me couvrir, mais ma robe est légère. Je suis tombée, et mes genoux me font mal. Dois-je rentrer? Lui l'a peut-être déjà fait...
Il y a des bruits partout. J'ai froid, mais je ne frissonne pas que pour ça. Je commence à avoir peur... Et si personne ne me retrouve, et que je finis morte de faim ou de froid? Et si un de ces monstres me tombe dessus, et me transforme en monstre, à mon tour? Je ne veux mordre personne!
Il me semble entendre leurs pas, à chacun des miens... Voir leurs yeux rougeoyants, entre les arbres... Entendre leur souffle saccadé, affamé... Leur voix abyssale, murmurer mon nom...
"Julie... Julie... Julie..."
... Est-ce vraiment une impression? Je tremble, serre ma couverture contre moi, et tourne frénétiquement la tête, surveillant les environs.
"Julie... Julie.... Julie!"
Une main se pose sur mon épaule: je hurle, et me retourne en donnant un coup de poing...
Qui se fait stopper par une main ouverte.
 - Du calme! C'est moi, Valentin!
Les larmes me montent aux yeux: je me blottis contre lui, et sanglote, entre terreur et soulagement.
Il me caresse les cheveux, en murmurant "du calme, ça va aller...".
Je recule, et l'admire. Je suis si content de le voir! Alors, je lui explique tout ce qui s'est passé au village, pour le mettre en garde.
 - Ne t'inquiètes pas, je ne crains rien... Mais vous ne devriez pas juste les enfermer. Ils peuvent s'enfuir.
Surprise, je lui demande
 - Pourquoi tu ne crains rien? Et comment sais-tu cela?
Son regard se fait fuyant. Il semble réfléchir. Il a toujours été un piètre menteur...
 - Nous avons déjà subi cela. Alors, je suis... Immunisé.
Un sombre pressentiment m'envahit
 - "Immunisé"? Et... Comment? Mon village pourrait être sauvé...
 - Julie...
Il semble agacé.
Je romps l'étreinte, et recule. Non...
Ses traits se crispent. Son regard devient dur, sombre...
 - Julie! Fais-moi confiance!
Les nuages découvrent la lune. Alors, je les vois, révélés par sa colère et la lumière nocturne. Deux longs crocs... Je pâlis. une profonde tristesse me fend le cœur, accompagnée d'une profonde terreur.
 - Alors, depuis le début... Tu veux juste me...
Je tourne le dos, et cours. Il va me mordre, me transformer en monstre...!
Je me cogne, et tombe. Il est apparu juste devant moi!
 - Tout ce temps... Pour ça!
Je me relève, et recommence à fuir, fébrile. Je l'entends hurler mon nom, enragé. Il m'a menti pendant tout ce temps, il veut me tuer!
Je cours, terrifiée. Il peut surgir de n'importe quel arbre... Me saisir la cheville de ses longs doigts... Puis se repaître de mon sang...
JULIE! JULIE!
Il apparaît: je le pousse, mais il ne bouge pas. Il me saisit le poignet, d'une force surhumaine. Tout est perdu...
 -  Non... NON!
Apeurée, je saisis mon couteau, et lui entaille le bras. Surpris, il me lâche, et je recommence à courir, plus vite que jamais. Soudain, je le vois: mon village!
Je suis sauvée!
 - AU SECOURS! LE VAMPIRE EST LA! SAUVEZ MOI!

Je m'arrête, surprise. Ils sont déjà tous debout... Et leurs yeux sont rouges. Rouges comme la braise, comme le sang... Ils sont devenus des montres.
Mes parents s'approchent lentement
 - Julie... Ma chérie... Pourquoi restes-tu si loin? Viens donc... Parmi nous...
Je reste immobile, pétrifiée. Ils me prennent lentement dans leurs bras... Je vois leur crocs luire, se rapprocher de ma nuque... S'enfoncer dans...
 - NOOOOOOOOOOOOOOON!
Leur sang gicle, sous la lame de mon couteau. Il me recouvre, se mêle à mes cheveux, éclabousse mon visage et mes vêtements. Mes parents s'écroulent, et restent inertes. Tous les habitants -non, les monstres- tournent leurs yeux vers moi. Le sang les excite... Ils marchent vers moi, et je recule lentement. D'un coup, tous se mettent à courir. Alors, incapable de penser à ce que je venais de faire... Je m'enfuis, aveuglément.
Où aller? Où me cacher? Où appeler de l'aide?


Je cours depuis une éternité. Mon esprit est plein de brume, je n'arrive plus à penser. Fuir... Fuir... Ne pas revoir le visage torturés de mes parents... Ne pas penser à sa trahison...
Je trébuche, et m'écroule. Incapable de me relever, je me traîne contre un arbre. Je regarde mes mains ensanglantées, et pleure. Je vais mourir... Ou devenir un monstre...
 - Julie.
Il est devant moi. Vincent. Ses yeux rougeoyants, ses longs crocs...
 - C'est fini... Tout est fini...
Il se rapproche lentement. Je n'arrive pas à bouger, épuisée, désespérée.
 - Alors, laisse-toi aller. Cède... Abandonne-toi à...
Il se tait. Ses yeux s'ouvrent grands, surpris. Du sang coule de sa bouche, et de sa poitrine percée.
 - R...RRg...
Il s'écroule, et ne bouge plus.

Je l'ai tué... Avant qu'il ne me tue...
Ha ha... J'ai gagné... Je vais survivre...
Un rire m'échappe. Puis il grandit... Encore, encore... -HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA
HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA

Je hurle de rire, à présent. Je hurle à m'en arracher a gorge, à en mourir d'épuisement. Les pensées se bousculent dans ma tête, mais je m'en fiche. Je n'ai qu'à tuer, pour survivre. Encore! Encore! Devenir folle, pour ne plus souffrir!
Mes larmes coulent, se mêlent au sang sur mon visage, emportant avec elles les restes de mon humanité...


Trois mois ont passé, depuis. J'ai trouvé un manoir où m'enfermer. Mais j'avais été mordue... je suis devenu un monstre... Et j'ai faim.
Toujours faim... Alors, j'amène des voyageurs perdus chez moi. Puis...
Je leur suce le sang!"


Je bondis sur Lëo, le fit tomber en arrière, et... Le chatouillai.
 - Je vais te manger tout cru, pauvre humain! Hahahahahahahaha!
Après quelques secondes, je me relevai, et lui tendis la main pour l'aider à faire de même.
 - C'était drôlement chouette! On fait quoi, maintenant? On peut aller sur le toit, et regarder les étoiles! Ou on peut lire! Ho, j'ai des livres avec des énigmes, aussi!


© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Mer 18 Mai - 23:49







PoussiérePrendre une poignée de paillettes comme pour attraper des étoiles



01101001110100101110001
Soulignant la fin, il y eut un silence. S'en était fini de l'histoire qu'il contait et le tour de son hôtesse allait arriver bien vite. Il était plutôt content de sa nouvelle. Il aimait écrire de temps à autre, les longues heures d'attentes ou de trains étaient très propice à l'ennui.

Mary se prépara. Elle se mit en hauteur, se mit en scène comme il l'avait fait avant. Lui, il se mit assis par terre juste en dessous d'elle. Jambe croisé en tailleur, il s'attrapa les chevilles et se concentra pour écouter l'histoire.

Elle sembla s'être inspiré de sa remarque sur Dracula : Une histoire de vampire. Il aimait ça.

De sa place, il voyait le visage de Mary éclairé par la bougie qu'elle tenait. Les ombres dansait derrière elle, les yeux lumineux dans lequel se reflétait la petite flamme. Il frissonna, s'accrochant à chaque mot et redoutant la fin. Et enfin, elle arriva et il n'eut pas le temps de réagir de lui dire que son histoire était bien et qu'il lui avait fait se redresser les poils.

Une histoire d'amour mis en scène. On ne peux trop savoir si ce n'est qu'une illusion de la jeune fille ou si le fameux Valentin est vraiment sincère. Est il en colère de voir qu'elle le repousse ? Court elle à sa perte par sa propre faute ?

Il avait finit écraser par la conteuse qui s'était jeter sur lui. Des doigts vicieux et méchant vinrent agresser ses côtes sans qu'il ne puisse se défendre. C'était une attaque en traître ! Mais il était vaincu avant la bataille, l'ennemie était trop fort. Il n'eut pas de mal à lui arracher des rires.

Il rigolait à n'en plus pouvoir tentant de repousser l'agresseur alors que des larmes venait couler sur ses joues.

« Je… je suis sur que… que j'ai mauvais goût ! » Il riait encore.

« Arrêtes ! » Le fameux "arrêtes" qu'on tentait de dire alors qu'on rigole et qu'on répète en vain alors qu'on est pas crédible. Finalement, l'attaque cessa. Le portugais resta encore un instant à terre vaincu et essoufflé. Elle s'était déjà relever. Les yeux fermés le tend de reprendre son souffle, il les rouvrit sur une main tendu qui lui permirent de se remettre sur pied.

« C'était drôlement chouette! On fait quoi, maintenant? On peut aller sur le toit, et regarder les étoiles! Ou on peut lire! Ho, j'ai des livres avec des énigmes, aussi! »

Alors qu'elle disait ça, Lëo s'était approcher d'une fenêtre. Il avait repoussé un peu les rideaux et regardé dehors. Le ciel était clair et sans nuage, il resplendissait de lumière. La lune se faisait discréte. Un ciel comme celui là lui rappelait celui qu'il voyait de ses montagnes.

« J'aimerais bien aller voir le ciel. Il a l'air d'être magnifique ce soir. Et si tu as un livre d'astronomie ?! J'adore l'astronomie ! »

Il en avait un peu marre d'être enfermé. C'était d’ailleurs un des but de ce voyage. Respirer ! Retrouver la nature, le calme. Ce qu'il avait perdu si subitement. Et le ciel ne faisait que l'appeler.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



Spoiler:
 


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Ven 17 Juin - 17:14



Déraison


Lëo, reprenant son souffle, alla à la fenêtre. Il inspecta le ciel, et celui-ci sembla à son goût:
 - J'aimerais bien aller voir le ciel. Il a l'air d'être magnifique ce soir. Et si tu as un livre d'astronomie ?! J'adore l'astronomie !
Enchantée par cette idée, je sautillai jusqu'à l'étagère "science", et cherchai le bon livre. Alors... Mécanique... Chimie... Les cinq sens... Ha! Un livre sur l'astronomie!
Je le pris, et allai le donner à Lëo. Un énorme bouquin, avec des milliers de pages! Il y avait de quoi s'occuper pour un moment!
 - Et voilà!
Je le lui mis en main, ravie d'avoir trouvé ce qu'il voulait. Ce n'était pas une bibliothèque immense, je devais souvent aller en ville pour chercher ce que je voulais. Avec mes humeurs capricieuses, à peine finissais-je un roman d'amour, que je voulais un ouvrage sur les machines à vapeur, en même temps qu'un livre d'aventure! Heureusement, la ville avait quantité de librairies, dans lesquelles je trouvais souvent mon bonheur.
Mais là, je n'aurais pas eu le temps d'aller en chercher un... J'avais de la chance!
 - Maintenant, pour voir le ciel... Direction le toit!
Je lui pris la main, et le guidai jusqu'à un petit balcon. De là, il était plus facile de grimper sur les tuiles. Hop! Je sautai, m'accrochai au bord, et me hissai. Je lui tendis la main, et il grimpa à son tour.
Le toit n'était pas trop pentu: quelques dizaines de degrés, tout au plus. L'idéal, pour se coucher, et observer les étoiles!

Je fis ainsi: ce n'était pas le matelas le plus agréable, mais tant pis. Le spectacle éclipsait vite ce désagrément, de toute façon.
Il faisait un peu froid, aussi. Ma robe était fine, et je frissonnais un peu. Mais, hé! J'étais une aventurière, moi, je n'avais pas peur du froid. Ni des insectes qui voletaient, ou des criquets qui me sautaient dessus. Ni des hululement des chouettes, de l'obscurité qui pouvait cacher n'importe quoi, de cette grosse lune qui m'observait, des mains sortant du bord du toit me saisissant les chevilles et me faisant tomber, des loups et des sorcières qui me guettaient sûrement dans les bois, de...
Bon.
Un petit peu quand même.

Alors, je levai les yeux... Et me noyai dans le cortège lumineux.
Le ciel était vierge, sans nuages pour cacher les danseurs de ce superbe ballet. Tous étaient au rendez-vous: Petite Ourse, Grande Ourse, Gémeaux...
Je me rappelai soudain de l'autre spectateur, à mes côtés.
 - Tu connais le nom des constellations? Moi, je les connais toutes! Ici, Andromède... Là, c'est Pégase! Ho, et Petit Chien!
Je n'avais malheureusement pas pris de boîte à musique avec moi; et, incapable de me laisser simplement aller à l'émerveillement, je devais bouger, parler.
 - Je me demande s'il y a des gens, dans le ciel. Sur les autres planètes, par exemple. Si ça se trouve, ils regardent aussi le ciel, en se demandant si l'on existe. Ce serait drôlement intéressant, d'en rencontrer! Des êtres avec plein de bras, ou qui parlent avec autre chose qu'une bouche, ou avec des pouvoirs!
Je me demandai alors si je n'en étais pas une. Enfin, si l'enfant-canon en était un, et m'avait transformé. Si c'était vrai... Brrrr! Ils prenaient l'apparence d'enfants! J'espérais que non, ce serait vraiment tordu...
 - T'en penses quoi? Si ça se trouve, il y en a sur Terre, déguisés. Si ça se trouve, tu en es un, ou moi! J'ai lu un livre qui racontait une histoire comme cela, qui faisait drôlement peur...
Bavarde Mary! Je lui posais une question, puis j'enchaînais...
J'aurais vraiment dû prendre une boîte.

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 262 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Déraison
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Déraison
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Musique de Raison et Sentiments 96
» Le comic-book qui a eu raison de vous !
» La rue a raison de Ben Ali
» l age de raison
» L'age de raison

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: