Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Parce que le Passé importe peu [Élise]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Parce que le Passé importe peu [Élise]
Sam 20 Juin - 17:10


Parce que le Passé importe peu


"Chère Dylan,

Je te l’avais dit lorsque nous nous sommes quittés, je ne cesserai jamais d’espérer te revoir ou même avoir de tes nouvelles. Cela fait si longtemps et pourtant je suis toujours aussi heureux de pouvoir lire une lettre venant de toi. […]

Je suis surpris de te savoir aux États-Unis. Pourquoi y es-tu ? Est-ce que c’est beau ? Vas-tu revenir ? J’ai des milliers de questions qui se bousculent dans ma tête mais une seule qui importe. Quand pourrais-je te revoir ? Au plus vite, j’espère. Je viendrai, je trouverai bien un groupe de corbeaux partant pour l’Amérique et qui voudra bien de moi. Après tout, j’en reviens. J’ai visité les alentours de New-York, tu sais ? Les grandes forêts de sapins, les animaux sauvages ! C’est tellement beau ! Je ne sais pas comment c’est le Texas mais j’espère que ça l’est tout autant. On pourra peut-être jouer au cow-boy et à l’indien, qui sait ! […]

A très bientôt,
Dirty."

Cette lettre, il l’avait rédigé une semaine auparavant. Et le voilà qui la lisait une fois encore. Allongé sur son lit à l’auberge où il passait la nuit, au Texas, son regard se perdait dans les lignes qu’il avait lui-même écrite, une boule lui serrant le ventre. Il n’avait pas eu le courage de l’envoyer, de prendre le risque d’être découvert. Même s’ils avaient pris toutes les précautions, même si Dylan avait envoyé sa missive chez Alessia pour ne pas éveiller les soupçons, c’était encore bien trop dangereux pour que sa propre lettre fasse le chemin inverse. Il s’était promis de faire profil bas pendant quelques temps, il se maudissait à présent. Il avait cette impression que tout allait de travers, qu’il vivait en permanence en équilibre sur un fil qui risquait de lâcher à tout moment.

Dylan lui avait redonné espoir mais lui offrait aussi la possibilité de tout perdre en voulant retrouver sa moitié. Puis il y avait eu Nora. Et à partir de là, tout avait vacillé, avait commencé à lui échapper. Une mission qui tourne mal, un rapport, une rencontre avec l’Inspecteur Général. Et celle avec le garçon des rues, Ilias. Dirty n’en revenait toujours pas. Comment était-il possible de manipuler à un tel point un enfant ? C’était quelque chose d’assez paradoxale. Lui-même faisait partie d’une institution qui n’hésitait pas à mentir et intriguer pour tirer le meilleur de ses membres. Lui-même était manipulé en quelque sorte, même si, malgré son jeune âge, il tentait de s’élever contre cette dictature.

Le bras tendu au-dessus de lui, il laissa tomber le bout de  papier. Il resta un moment comme ça, le bras tendu vers le plafond comme s’il cherchait à atteindre quelque chose d’invisible. Peut-être qu’il s’imaginait le visage de son frère, là, au-dessus de lui, bienveillant et souriant. Le visage encore enfantin de ce garçon qui avait bien changé depuis cinq ans. Puis il laissa retomber son bras lourdement. Il ferma les yeux peu de temps après en pensant à sa future rencontre avec Dylan.

Le lendemain, il se réveilla avec le soleil. Les yeux encore endormis, il regarda l’heure. Il était plutôt tôt, trop d’ailleurs. L’équipe avait pour mission de surveiller un individu quelconque et faisait donc une planque depuis des jours. Dirty doutait que leur cible soit déjà réveillée à cette heure-ci. Il ferma à nouveau les yeux et se laissa transporter dans un doux rêve. Ce n’est que bien plus tard qu’il se fit tirer du lit par un membre de l’équipe qui lui confia la tâche de ramener à manger et de faire quelques autres courses. Il y alla de bon cœur car il avait une idée derrière la tête. A quoi pouvait bien servir un gamin dans une planque ? Rien de très utile en tout cas. Et puis il pourrait se balader un peu.

Rapidement, il "oublia" son devoir et alla flâner en forêt, profitant de l’air frais du matin.



Hors-RP:
 





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Lun 22 Juin - 16:41

Élise v Dylan



Rien ne se passait comme Dylan l'avait espéré. La routine de sa nouvelle vie lui occupait l'esprit, certes. Elle aidait aux tâches et trouvait toujours de quoi oublier le passé qui l'accablait. Pourtant les choses ne coulaient pas aussi vite qu'elle s'y attendait. Ce n'était pas comme l'eau d'un fleuve, puissant et vif, tumultueux, qui emportait tout dans son passage et ne laissait plus rien d'autre qu'une terre rasée sur laquelle rebâtir... c'était une coulée de lave, lente, balourde, elle brûlait tout sur son passage et étouffait par sa chaleur. Et tout ce qu'avait Dylan pour reconstruire sa vie devait être édifié sur des cendres et des destructions de sa vie. Alors en journée, elle faisait bonne figure oui. Elle avait toujours une main à porter lorsqu'on la lui réclamait, et parfois même un sourire discret à celle qui s'était démenée à la tirer de son enfer. Mais lorsqu'elle se retrouvait seule dans les ténèbres, ses souvenirs venaient une nouvelle fois la brûler à vif. Les hurlements d'agonie de Jade et son visage en sang, la main meurtrière de son amante et sa chair à nue. Elle se réveillait en sursaut, le corps entier luisant de sueurs froides, et s'épargnait la peine de dormir plus longtemps. Si Dylan Matthews n'avait jamais été une grande dormeuse, il lui semblait pourtant ne pas avoir dormi depuis plusieurs mois tant la fatigue se faisait ressentir. La nouvelle femme qu'elle était, cette Élise Benett que le voisinage commençait à apprécier, était une femme si accablée et si épuisée, que le sommeil lui aurait été salvateur.

Ses nuits alors se résumaient à la réflexion, étendue dans ses draps, les yeux fixant le plafond d'une lueur terne, ou aux sanglots, la tête dans l'oreiller pour ne surprendre personne par ses complaintes. Il ne lui fallut pas longtemps pour que le passé, à force de coups de bélier, n'éclate encore une fois sa carapace pour la submerger. Il lui fallait un contact, un petit quelque chose pour lui montrer que tout n'était pas mort avec Jade Benett. Son cœur l'avait poussée à contacter Dirty, ce jeune corbeau qui, dans les Jardins du Vatican, lui avait redonnée foi en ce qu'il y avait de juste à accomplir. Il lui avait laissée une adresse, par la suite, à laquelle sa grande amie pouvait le contacter sans risque d'être démasquée. Les problèmes de Dylan avec ses supérieurs ne dataient pas seulement de Jade, aussi avait-elle avant cette tragédie déjà pris quelques dispositions.

Curieuse de découvrir le pays dans lequel elle essayait de se bâtir une nouvelle vie, l'Orpheline avait donné une date de rendez-vous dans le parc national Sam Houston, où elle espérait bien changer un peu d'air en s'engouffrant dans la verdure. La route fut longue, chevauchant sa monture comme si elle avait fait cela toute sa vie : finalement, elle avait adopté ce moyen de transport et commençait même à y avoir un certain plaisir. Elle avait pris trois jours d'absence pour profiter au mieux de son expédition.

Elle était arrivée au soir et avait réservé la chambre d'une petite auberge pour deux nuits. Sa seconde journée était celle indiquée au petit Oisillon. Bien évidemment, elle ne ferma pas l’œil du couché au levé du soleil. Avait-elle été raisonnable ? Peut-être Dirty avait-il été enrôlé par Central, lui qui les haïssait tant, et avait décidé de la trahir en les conduisant à elle ? Peut-être demain sonnerait le glas de son arrestation, de son exécution, de la fin d'un douloureux périple. La libération qu'elle évitait à tout prix, alors qu'elle la désirait ardemment. Était-il au courant ? La Congrégation était-elle au courant ? Même si cela ne la conduirait à rien, elle espérait avoir là-bas encore quelques alliés, de ces rares personnes qui ont su voir en elle plus l'Orpheline que l'Âme de Pierre.

L'aurore pointait à peine ses doigts de rose lorsque Dylan décida à se lever. Pourquoi attendre plus longtemps pour explorer les environs ? La végétation devait être magnifique sous la caresse de l'aube. Elle enfila sa vieille robe noire rapiécée, au jupon court et couvert de voiles légers. Des chaussettes hautes et ses bottines défoncées. Enfin, la veste rouge avec laquelle le jeune garçon pour qui elle s'était prise d'affection il y a longtemps maintenant saurait sans doute la reconnaître. Elle attacha ses cheveux en couette, minuscule du fait de la longueur de ses cheveux, avec une large mèche qui lui retombait devant le visage. Sur son nez trônait enfin une paire de lunettes rondes aux verres teintés. Derrière, ses deux émeraudes masquaient leurs larges cernes par un jeu de maquillage noir, dont la profondeur permettait également de faire éclater la lumière de ses yeux si particuliers.

Il faisait légèrement frais du fait de l'heure avancée, mais un ciel sans nuage comme on pouvait le trouvait en ce jour ne pouvait présager que d'une agréable journée sous un soleil doux d'automne. Un rendez-vous dans une telle immensité était d'une absurdité sur laquelle Dylan comptait bien miser : plus vastes étaient les lieux, plus minces étaient les chances d'être repérés. Tout reposait désormais sur l'espoir. Encore fallait-il que le garçon soit venu.

Angoissée, la nouvelle cow-girl parvenait cependant à trouver un certain réconfort dans le parc. L'ambiance si chatoyante de la forêt calmait son cœur et son esprit. La promenade s'éternisa et Dylan, épuisée, trouva refuge sur un banc, au bord du sentier qu'elle suivait, qu'elle avait choisi pour le ruisseau qui le longeait de tout son long. Face à elle, un ponton surmontait le cours d'eau et permettait d'accéder à l'autre rive. Rares étaient les constructions humaines dans ces lieux, l'américaine était tombée sur l'une d'elles.

La plénitude des lieux eut vite raison d'elle, la plongeant dans une torpeur des plus agréables. Mais le bruit des feuillages qu'on froissait la ramena à la réalité. C'était un écho lointain, de l'autre côté du ponton. Dès qu'elle aperçut, derrière les arbres et le feuillage, cette petite silhouette d'enfant, le cœur de Dylan arrêta de battre une seconde. Des larmes perlèrent le coin de ses yeux. C'était une erreur, elle n'aurait jamais du faire cela, elle le mettait autant en danger qu'elle ne l'était déjà.

Elle voulut s'éclipser discrètement, mais la précipitation et la panique qui l'avait envahie ne lui permirent pas d'éviter le craquement des brindilles et le frottement des feuilles mortes. Tant pis, elle poursuivit son chemin sans se retourner, la tête basse. Peut-être ne l'aurait-il pas entendue. Peut-être ne l'aurait-il pas reconnue.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Mar 23 Juin - 14:00


Parce que le Passé importe peu


Tout semblait magique ici. Dirty venait à peine de s’aventurer sur le sentier de la forêt qu’il avait déjà l’impression d’être transporté dans un endroit merveilleux. Les feuilles bruissaient légèrement sous l’effet du vent doux qui transportait des senteurs forestières qui rappelaient à l’enfant son escapade en Russie, à la recherche de Nora. Il emplissait ses poumons de cet air pur et se sentait changé. Son regard se baladait de droite à gauche, de gauche à droite, s’arrêtait sur le moindre petit détail dont il se délectait. La lumière du soleil levant lui offrait un spectacle magnifique. La rosée brillait sur les quelques brins d’herbes qui bordaient le sentier et avec le mouvement fébrile des feuilles, le sol se parait d’une mosaïque d’ombres et lumière.

L’enfant se sentait vivre dans cette forêt. Il pouvait entendre au loin des bruissements du parterre feuillu ou des branches qui se brisaient, signe qu’un animal était proche. C’était une toute autre forêt que celle qu’il avait appris à connaître lors de la traque de l’Ours mais il s’y plaisait tout autant. Il ressentait ce sentiment que les corbeaux étaient particulièrement indisposés à ressentir : la liberté. Il s’imaginait qu’ici, tout était possible. Après tout, il pouvait très bien s’aventurer hors du sentier et se perdre dans ce bois merveilleux, ne retrouver le chemin du retour que bien après que ses "camarades" soient partis vers le Quartier Général. C’était tentant, trop peut-être. Le souvenir de Nora et de leur rencontre resurgit brusquement et lui rappela la traque à laquelle il s’était livré avec son escouade. Il ne voulait pas de ça, ne voulait pas être la proie que l’on chassait avec une pointe d’amusement. Il restera libre mais dans la mesure du possible.

Pendant que son esprit divaguait, il s’était approché d’un petit ponton qui enjambait un mince ruisseau. Avec toute la curiosité d’un jeune enfant, il s’accouda à la rambarde et observa le petit court d’eau traverser la forêt. Quand soudain, il se retourna, entendant un craquement plutôt fort derrière lui. Est-ce un animal - un cerf peut-être ? - qui venait lui rendre visite ? Il ne vit rien de si majestueux, seulement une ombre rougeâtre qui s’enfuyait entre les arbres. Surpris, l’enfant resta un moment à la regarder disparaître. Avait-il rêvé ? Il avait eut cette étrange impression, celle de reconnaître quelqu’un. Dylan. Ils devaient se retrouver dans cette forêt le jour-même. Mais combien y avait-il de chance pour qu’elle se soit trouvée là, si près de lui sans un mot ? Et pourquoi fuyait-elle alors ? Le cœur tiraillé par tant d’interrogations, l’Irlandais se décida à la suivre.

Était-ce bien Dylan qu’il avait vu s’éloigner du banc ? Il n’en était plus si sûr, maintenant qu’il la voyait de dos, parfois à demie-cachée par un tronc, parfois bien en vue. Il reconnaissait cette veste rouge qu’elle portait, la même que celle qu’elle avait lorsqu’ils s’étaient rencontrés au Vatican. Pourtant, elle semblait différente. Était-ce des couettes qu’elle portait ? Rien que cela lui donnait un tout autre air. Elle semblait bien moins carrée, bien moins être elle-même.

Dirty la rattrapa rapidement, sans trop de bruit. Elle marchait toujours, comme si elle ne l’avait pas remarqué ou plutôt comme si elle ne voulait pas se retourner pour le voir. Mais il n’y avait plus de doutes possibles. C’était bien elle. « Dylan ... » commença-t-il, s’arrêtant brusquement derrière elle et espérant qu’elle se retourne enfin. « J’ai l’impression que tu n’es pas aussi contente de me voir que moi je peux l’être. Pourquoi fuis-tu ? » Joignant le geste à la parole, il prit doucement la main de l’Âme de Pierre. Comme elle l’avait fait il y a quelques mois de cela. Elle semblait perdue, il serait celui qui lui rendrait espoir. Simplement parce qu’ils se l’étaient promis.





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Mer 8 Juil - 13:02

Élise v Dylan



Le visage rivé au sol, il n'était pas question de se retourner. Son ventre s'entortillait sous l'effet de cet ouragan d'émotions qui lui ravageait corps et esprit, et lui donnait la nausée. Toutes ces idées qu'elle avait eues lui paraissaient bien stupide désormais. Emportée par le flot de sa solitude nouvelle, elle avait pris un risque en escaladant un sommet, alors même qu'elle n'était pas encore capable d'envisager l’ascension. Comme toujours, Dylan Matthews se consacrait à ce qu'elle voulait, non pas à ce qu'elle pouvait. Cela persistait à lui jouer de mauvais tours. Aujourd'hui plus que jamais, puisqu'elle avait convié ce garçon  – un ami ? – si loin de chez lui pour la rencontrer.

Et le courage lui manquait. Les yeux baignant dans leur sel, elle laissait ses pas la conduire le plus loin possible. Poings serrés, la haine qu'elle ressentait pour elle-même, et qu'elle avait réussi à atténuer depuis ce quotidien américain, resurgit de plus belle. Ce n'était pas quelques cheveux attachés qui allaient changer qui elle était : une femme de passion, non de raison, qui agit sans réfléchir. Sa vie s'écrit grâce aux pulsions. Et chacune d'entre elles est une nouvelle souffrance à ajouter au tableau.

« Dylan...  » résonna la douce voix, du fin fond du passé.

Voilà l'une de ses plus grandes souffrances. Un coup à la poitrine qui lui coupa le souffle l'espace d'une seconde et figea tout son corps d'effroi. L'innocence de cette voix, sa fragilité et sa tristesse, une tristesse enrobée du plus agréable des sucres. C'est tout ce qui avait attiré Dylan Matthews chez le gamin la première fois, c'est tout ce qui lui donnait envie de fuir de plus belle la seconde. Cependant elle restait là, droite et silencieuse au milieu des feuilles et des arbres, la tête baissée et dans le refus le plus total de faire face à cette nouvelle torture.

Elle avait bien assez donné de sa personne. Souffrir n'était plus de son ressort, ses épaules fatiguées ne pouvaient plus en supporter le poids. Pourtant, cette scène, c'est à elle seule qu'elle le devait. Elle était son propre tortionnaire désormais. Avait-elle véritablement cru que cette rencontre était une bonne idée, ou savait-elle au fond d'elle les ravages que cela causerait à son âme ? Comme si Dylan Matthews, cachée profondément en Élise Benett, restait là pour la châtier de ce qu'elle avait fait.

« J’ai l’impression que tu n’es pas aussi contente de me voir que moi je peux l’être. Pourquoi fuis-tu ? » poursuivit le petit Ange, démontrant ses mots par le geste le plus pur qui soit : il prit la main de Dylan dans la sienne, comme un enfant retrouvant un parent.

Le plus silencieusement possible et sans se retourner, Dylan fondit en larmes et laissa sa main à l'enfant. Non Dirty, elle était heureuse. Elle était plus heureuse qu'elle ne l'avait jamais été depuis de longs mois. Elle était aussi heureuse qu'elle était en peine. C'était un combat qui se déroulait en elle, et dont elle n'avait aucun contrôle. Aussi n'était-elle que le champ de bataille, affectée par la confrontation houleuse de ses émotions. Elle pleurait de bonheur, à retrouver cette main si chaleureuse. Elle pleurait de peine, et de soulagement. Elle pleurait parce qu'il lui fallait pleurer. Elle pleurait sans vraiment savoir pourquoi pleurer.

Ses sanglots grandissaient au fil des secondes. Et malgré ses efforts pour le cacher, on pouvait bien la voir dans sa détresse. Derrière la main qui cachait son visage, on apercevait les larmes couler, on entendait les gémissements et les reniflements. On sentait toute le désespoir du monde exploser dans le corps d'une femme. Oh Dirty... si seulement tu connaissais la vérité. Si seulement...

L'étreinte sur sa main se resserra doucement et ses sanglots s'atténuèrent légèrement.

« Oh Dirty... lâcha-t-elle finalement en un soupir. Je ne suis bonne qu'à fuir... »

Son visage se tourna vers l'enfant. Malgré ses yeux rougis d'émotions et ses joues inondées de larmes, on pouvait voir sur ses lèvres un sourire se dessiner. Il était si triste, ce sourire... et pourtant si sincère, si lumineux. Il était d'une pureté éclatante, comme jamais on ne put le voir chez l'Orpheline.

La seconde suivante, elle tomba à genoux devant l'enfant et l'enlaça de toutes les forces qui lui restaient. Une agréable chaleur lui parcourut le corps, comme le bienfait du réconfort, la tendresse d'un câlin, tout ce qui rappelait à Dylan Matthews qu'elle n'était pas morte, et qu'elle n'était pas un monstre. Elle était bien en vie, bien humaine. Toujours en chagrin, elle posa sa tête sur l'épaule du garçon sans relâcher son étreinte.

« Je n'ai... jamais voulu tout.. ça ! sanglota-t-elle comme une enfant perdue. Pardonne-moi Dirty... Pa... Pardonne-moi de... Pardon ! »



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Mer 8 Juil - 14:51


Parce que le Passé importe peu


Elle était là, juste devant lui. Sa main dans la sienne. Et pourtant, pourtant … Il n’était pas sûr de savoir si c’était bien Dylan. Ses yeux lui disaient que oui, qu’il n’y avait pas à douter. Cette veste rouge, ses cheveux, bien étrangement portés pour l’inspectrice. Toute sa silhouette lui criait qu’il s’agissait bel et bien de Dylan Matthews. Et pourtant son cœur n’en était pas si sûr. Pourquoi l’aurait-elle fuit ? Lui faisait-il peur ? L’avait-elle mis en danger ? Toutes ces questions ne pouvaient trouver de réponses sans l’aide de Dylan. Car Dirty ne savait pas, ne savait plus. Il y a quelques instants, il avait été si sûr de lui. Qu’il avait été heureux de courir pour la rattraper, de lui prendre la main. Qu’il avait été prompt à répondre à sa lettre et de se débrouiller pour partir au Texas. Mais maintenant …

Il n’était même plus sûr de l’expression que voulait lui cacher la femme en qui il plaçait tout espoir. Avait-elle peur ? Pleurait-elle ? Oui, elle pleurait mais ça ne l’avançait à rien. Était-ce de joie ou de tristesse et de culpabilité ? C’était crucial pour l’enfant mais pour ça au moins, il savait qu’il n’aurait aucune réponse parce qu’il n’était pas capable de comprendre les choix et les regrets de Dylan, de la comprendre dans son entier.

Bientôt, Dirty fut sûr qu’elle pleurait alors que les sanglots la secouèrent de plus en plus. Comme les larmes salées de Dylan tombaient sur le parterre feuillu, le cœur du garçon se serrait. A chaque goutte un peu plus. Il n’aimait pas la voir comme ça et ne pouvait se résoudre. Pour lui, c’était de sa faute, c’était lui qui l’avait mise dans un tel état. C’était parce qu’il était venu, qu’il l’avait vu, qu’il avait pris la main. Pourtant, il ne voulait pas lâcher cette douce main froide pas plus qu’il ne voulait la laisser seule. Il ne savait pas quoi dire pour la réconforter et de toute façon, les mots ne voulaient pas sortir de sa gorge. Alors, pour tout de même lui montrer sa volonté de rester avec elle, il lui serra un peu plus la main mais toujours aussi doucement. Alors elle se calma un peu, ce qui lui appuya un peu moins sur le cœur.

« Oh Dirty... Je ne suis bonne qu'à fuir... » Elle arrivait à sourire en disant cela. Mais à lui, ça lui faisait l’effet d’un choc. Il eut l’impression que son cœur s’arrêtait définitivement. Non ! Pourquoi disait-elle ça ? Le cœur meurtri du petit garçon avait donc raison. Ce n’était pas la même Dylan qu’il voyait devant elle. Où était passé cet …

Elle tomba à genou, lâchant sa main mais cherchant sans délai un contact plus chaleureux, bien plus vrai. Elle l’étreignit sans prévenir mais il se laissa faire parce que ça lui fait aussi du bien. Un peu surpris, il mit quelques secondes avant de lui rendre son tendre câlin et la laissa aller sur son épaule. « Pardonne-moi Dirty... Pa... Pardonne-moi de... Pardon ! » Il ne comprenait pas ce qu’il avait à pardonner mais ne dit rien. Il ne fit que la serrer un peu plus fort alors qu’il sentait ses yeux se gonflaient petit à petit. Il allait pleurer à son tour, c’était inévitable.

Alors que la première larme dévalait sa joue, il tenta de formuler une phrase. « Non … Tu n’es pas bonne qu’à fuir. Tu sais donner de l’espoir et … Dis-moi que l’espoir d’une vie meilleure n’a pas disparu. » Il serra un peu plus cette femme brisée, son Espoir à lui. « Je ne veux pas qu’il se soit envolé. J’ai … J’ai besoin de croire que tout va aller mieux. Pour moi … pour toi. »

C’était à présent un torrent de larmes qui coulait sur ses joues juvéniles et qui venait s’écraser sur la veste de l’ex-inspectrice. Dirty souriait lui aussi parce qu’il savait une chose : maintenant que Dylan était à nouveau avec lui, il croire. Croire à tous ses rêves. Et tout cela se mêlait à une joie immense de la revoir après si longtemps.
Il desserra un peu son étreinte et regarda la belle en pleurs. Il lui sourit franchement malgré ses larmes qui ne cessaient de couler, un sourire radieux. « Alors sèche tes larmes et tout ira mieux. »






Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Ven 17 Juil - 23:18

Élise v Dylan



Toute cette confusion lui donnait mal au crâne, au ventre et au cœur. Seuls ses sanglots incessants résonnaient dans le parc vide, sous un soleil de fraîcheur. Tout ce qu'elle entendait relevait de sa propre déchéance, de cet état misérable dans lequel elle était plongée. Celui qu'elle essayait tant et tant de cacher sous de faux airs de renouveau. Celui qui pourtant lui collait à la peau depuis la mort de Jade, dont elle ne pouvait se défaire. Elle avait beau gratter, encore et encore, toujours plus, jusqu'au sang, elle ne savait se détacher de ce qu'elle était, de cette tâche qui obscurcissait son âme. Ce qu'elle était, depuis cette nuit noire aux reflets pourpres, c'était la même femme fragile qui pleurait au milieu de ce parc, brisée par la mort, écrasée par la solitude, cherchant la sécurité dans les bras d'un ami. Sa détresse était si grande que l'ami pouvait être un simple enfant, frêle et minuscule dans un monde trop grand pour lui. Cela lui était égal, c'était assez de protection pour son cœur. C'était assez de réconfort pour ses pleurs. Bien assez de tout, dans le rien qu'elle traversait.

 « Non … Tu n’es pas bonne qu’à fuir. Tu sais donner de l’espoir et … Dis-moi que l’espoir d’une vie meilleure n’a pas disparu. »

Les mots de l'ange ne purent atténuer les larmes de son gardien. Il est vrai qu'elle lui avait donné l'espoir, à cet enfant perdu. Elle lui avait promis l'aurore lorsqu'il pensait la nuit interminable. Aujourd'hui les rôles s'étaient inversés. Voilà qu'il croyait à cette lumière au loin, et qu'elle en avait détourné le regard. Elle était recroquevillée dans l'obscurité, les yeux vides et l'âme morte, à attendre la fin de l'éternité.

« Je ne veux pas qu’il se soit envolé. J’ai … J’ai besoin de croire que tout va aller mieux. Pour moi … pour toi. »

Il pleurait lui aussi. Rien ne semblait pouvoir calmer ces deux corps brisés. Toute la peine accumulée par Dylan Matthews retombait à travers les yeux d'Élise Benett. Et pourtant, elle sentait cette chaleur dans son ventre, un bonheur incertain à sentir contre elle l'étreinte d'un ami, d'une présence familière et chère.

Elle ouvrit les yeux en sentant cette étreinte se relâcher, et derrière son rideau de larmes observa avec amour le visage de l'ange déchu. Ses joues, à l'image de ses yeux, étaient rougies d'émotion et humides de peine tout autant que de joie. Une joie qu'Élise put lire sur ses lèvres, lorsqu'il y dessina un sourire splendide, radieux comme le soleil au dessus des arbres.

« Alors sèche tes larmes et tout ira mieux. »

Qu'elle était ridicule, cette trentenaire, à chercher conseil auprès d'un enfant ! Elle avait honte de le savoir plus raisonné qu'elle, celui qui boudait le Tout-Puissant, mais dont le caractère lui permettait de relativiser les plus sombres images que lui offrait le monde. Peut-être, s'il connaissait la vérité, n'aurait-il pas le même discours, ni la même ardeur à voir son amie retrouver un semblant de contrôle sur sa détresse.

D'un revers de manche, elle sécha ses larmes, renifla et s'efforça de ne plus pleurer. Elle était, comme elle osait le croire, une sorte de modèle pour ce garçon. Un modèle d'indépendance et de libre-arbitre, celle qui osait dire non à Central... et aujourd'hui qui en payait le prix. Si un jour Dylan Matthews avait su donner l'espoir, il n'en était plus rien désormais. Tout espoir qu'elle possédait elle-même lui avait été arraché avec le dernier soupir de Jade Benett. Jamais elle ne pourrait avoir une vie meilleure sans celle qui incarnait la vie à ses yeux. Malgré ses faux semblants, malgré tous ces mensonges qu'elle imposait à son esprit qui refusait de voir la réalité, malgré cette vie qu'elle se construisait en Amérique, et la situation enviable qu'elle occupait... jamais sa vie ne pourrait être meilleure qu'elle ne le fut. Voilà ce qu'avait appris Élise face à Dirty. Elle aurait encore supporté mille tortures par jour si chaque soir, le sourire, le regard, le parfum de Jade Benett l'attendait quelque part.

Elle caressa les cheveux du garçon et passa la main sur sa joue pour en essuyer les larmes, un sourire difficile tentait d'éclairer sa face décrépie. Sa voix brisée souffla quelques mots alors qu'elle tenait sa paume contre cette joue rose.

« Pour toi Dirty... demain sera plus radieux qu'aujourd'hui. Je te l'ai promis et cela arrivera. Mais je... »

Elle enfouit son visage dans ses mains le temps d'une longue inspiration, avant de reprendre, les yeux dans les yeux.

« Je ne serai pas là pour t'y conduire. J'ai cru avoir les réponses... et j'ai du payer de mes erreurs. S'il te plaît, Dirty... par pitié... et par respect envers l'amour que je te porte... ne crois jamais pouvoir affronter ce qui te surpasse. Ne crois jamais avoir la solution... car eux en auront toujours une contre toi. »

Ne pas faire face à Central, voilà ce que Dylan Matthews voulait dire. Elle savait la haine que Dirty leur portait, et pouvait maintenant voir les risques qu'une telle détestation pouvait comporter. Quelques larmes coulaient encore le long de ses joues. Elle se voulait forte pour contenir les sanglots. Mais sa carapace était depuis longtemps bien trop fragilisée.

Aussi se redressa-t-elle en soupirant et leva la tête vers le banc qu'elle avait quitté un peu plus tôt. Il ne lui était plus possible de soutenir le regard du corbeau.

« Allons nous asseoir... »

Et de s'y diriger, comme elle s'était dirigée vers un banc dans les Jardins du Vatican, il y a désormais si longtemps que le souvenir lui semblait surgir d'une toute autre vie... La vie de l'Âme de Pierre, celle de Dylan Matthews... celle qu'Élise Benett, malgré tous ses actes et toutes ses horreurs, commençait à regretter durement.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Sam 18 Juil - 12:36


Parce que le Passé importe peu


C’était étrange. La plus âgée des deux pleurait à chaudes larmes sur l’épaule de l’autre, bien plus petit et frêle. Dirty était le plus jeune et pourtant c’était lui qui, malgré les larmes qui coulaient aussi sur ses joues, tentait de rassurer Dylan. C’était comme si, pour une rencontre dans un bois au temps suspendu, les rôles avaient été inversés. Ce n’était plus l’ancienne inspectrice de Central l’adulte. Non, aujourd’hui, elle semblait redevenir l’orpheline qu’elle était tandis que l’enfant à qui elle avait apporté de l’espoir prenait sa place. Un moment seulement.

C’était étrange mais pourtant tout à fait normal pour l’irlandais. Ce n’était après tout qu’un juste retour des choses. Si Dylan semblait avoir perdu espoir, quelque en soit la raison, le garçon allait tenter de le lui rendre pour lui faire retrouver le sourire, pour qu’elle aille mieux. Pour que lui aussi aille mieux.

« Pour toi Dirty... demain sera plus radieux qu'aujourd'hui. » Attendre. Toujours attendre. Il avait vécu plus de la moitié de sa vie dans les rangs de Central sans jamais revoir son frère ou même ses parents. Il avait espéré avec cette lettre qu’il avait reçue de Dylan. Il croyait que leur rencontre allait être un tournant dans sa vie, que peut-être aujourd’hui allait être différent. Il s’était imaginé qu’elle avait des informations sur Rusty ou peut-être qu’elle avait trouvé le moyen de s’extirper du carcan de Central. Mais elle remettait tout cela à demain. Combien de fois s’était-il dit que demain serait un jour meilleur, que la nuit qu’il passait serait une nuit de moins avant ses retrouvailles avec son frère ?
Si Dylan souriait faiblement, lui venait de perdre le sien. Il ne pleurait plus non plus, ses yeux rougis étaient grands ouverts dans une expression d’incompréhension et désarroi. Pourquoi ? Pourquoi alors était-il venu ?

« S'il te plaît, Dirty... par pitié... et par respect envers l'amour que je te porte... ne crois jamais pouvoir affronter ce qui te surpasse. Ne crois jamais avoir la solution... car eux en auront toujours une contre toi. »

Il n’eut pas la force de protester. Ces paroles eurent le poids de lourdes pierres qui lui tombaient dessus sans prévenir. Ça sonnait faux à ses oreilles. Peut-être simplement parce qu’il ne voulait pas y croire. C’était Dylan qui lui avait donné espoir, c’était à Dylan qui avait tenté de redonner espoir. Et maintenant … Maintenant elle brisait ses espérances dans un souffle Cela voulait-il dire que jamais il ne pourrait retrouver son frère ? Que seule la mort le libèrerait de Central ? Mais que s’était-il donc passé pour que l’Inspectrice tienne un tel discours ?

Les yeux ronds de l’enfant se troublèrent à nouveau de larmes mais elles étaient différentes cette fois. Ce n’était plus de la joie de revoir Dylan, mais du dégoût. Pas d’elle, pas de la revoir, mais de ce qu’elle osait lui dire. Elle était pourtant bien placée pour savoir ce que ça représentait pour lui. « Allons nous asseoir... »Il était bien trop choqué pour ne pas la suivre et ils se retrouvèrent sur un banc, comme lors de leur première rencontre. Pourtant, tellement de choses avaient changé depuis. Il avait rencontré beaucoup de monde, avait risqué sa vie. Il devait en être tout autant pour Dylan. Et il devait savoir ce qui lui faisait dire de telles choses.

Il inspira profondément et ferma les yeux. Il ne s’essuya pas le visage mais il ne pleurait plus maintenant. Néanmoins son expression restait grave. Il regardait le petit cours d’eau, le pont qu’il avait traversé. Il ne pouvait pas la regarder droit dans les yeux, pas alors qu’il allait lui poser une question à laquelle elle aurait sûrement beaucoup de mal à répondre. Mais il devait savoir pour comprendre et accepter de renoncer à sa fuite de Central. « Pourquoi ? » Cette question pouvait avoir beaucoup de sens mais il préféra préciser. « Pourquoi tu n’y crois plus ? Que s’est-il passé ? »

Il avait peur de la réponse et ajouta, plus pour se rassurer. « Je veux t’aider. Vraiment.»



Spoiler:
 





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Dim 19 Juil - 11:39

Élise v Dylan



Il fallut un certain temps à Élise pour comprendre ce mépris qu'affichait désormais Dirty à son égard. Il lui fallut être assise, l'entendre, poser les yeux sur lui, et décrypter les traits énigmatiques de son visage angélique. Avant cela, elle avait marché lentement, la tête ballant sur les épaules. Le banc sur lequel elle désirait s'asseoir semblait lointain et inaccessible. Elle était comme dans un rêve, elle flottait plus qu'elle ne marchait, et avançait sans vraiment se rapprocher. Tout était flou. Ses yeux derrière les larmes qui les couvraient recevaient les images déformées des arbres, et brûlaient sous les rayons du soleil qui perçaient les feuillages. Elle était dans un coin de paradis, où elle vivait un enfer. Découvrir le nouveau regard que lui portait son ami n'allait que la plonger d'avantage dans son désarroi.

« Pourquoi ? »

C'est à cette question que Dylan Matthews décida de recentrer son attention sur le jeune garçon. C'est à cette question qu'elle put voir, dans ses traits et dans ses larmes, derrière sa voix, toute la déception qui l'accablait, face à un modèle qui venait de l'abandonner. Les deux émeraudes de l'Orpheline versèrent leurs torrents de plus bel et sa bouche se déforma en une grimace de désarroi.

« Pourquoi tu n’y crois plus ? Que s’est-il passé ? Je veux t’aider. Vraiment. »

Les larmes coulaient sur les joues de l'Américaine sans qu'elle ne quitte le garçon des yeux. Ce sentiment qu'elle avait lu en lui l'avait effrayée. Maintenant elle doutait presque de son honnêteté... ou de son altruisme apparent. Voulait-il l'aider elle, ou lui-même à travers elle ? Son seul but finalement, n'était-il pas de retrouver son frère ? Et Dylan Matthews n'était-elle pas pour lui qu'un pion sur l’échiquier ? Qu'attendait-il d'elle alors ? Jamais l'ancienne Inspectrice ne pourrait s'excuser de ce qu'elle avait fait... pas à d'autres qu'à Jade, tout du moins. Il n'était pas question non plus de se justifier. Elle ne désirait pas raconter son histoire pour trouver grâce aux yeux d'un vengeur qu'elle était censée aider... mais pour trouver la chaleur et le réconfort d'un ami qui la comprendrait.

Aussi en entendant le jeune homme lui lancer qu'il voulait l'aider, Élise pouffa d'un soupir, de manière parfaitement cynique et détourna le visage vers le cour d'eau. Une certaine amertume enrobait les mots qu'elle prononça.

« Aide-moi alors... Viens avec moi... remonter le temps. Empêche-moi de défier Central et de vouloir me libérer des chaînes que je m'étais moi-même forgée. Retiens mes mots quand je me perds dans Son regard... Retiens mes lèvres quand je m'approche d'Elle... Retiens ma lame quand je La contemple sans plus La voir... »

Elle rit encore, nerveusement, en un simple soupir. Pourtant, elle reprit les pleurs aussitôt. À nouveau ces images revenaient. Son visage en sang, sa voix brisée, un dernier regard... Et sa tombe sommaire qui l'attendait, au détour d'une forêt anglaise.

« Je n'y crois plus... parce que je n'ai plus rien auquel croire, Dirty. Central a trouvé la dernière faiblesse de l'Âme de Pierre. Et d'un simple souffle, tout ce que j'avais bâti s'effondra. Une simple punition en apparence... Mais je suis au purgatoire depuis ce jour. »

Maladroitement, elle prit la main du garçon la plus proche entre les siennes. Elle ne pouvait vouloir à un enfant de se sentir abandonné. Surtout quand cet enfant présentait de grands rêves. Dylan Matthews avait parfaitement conscience de ce qu'elle avait fait... et c'est bien cela qui lui causait tant de tourments. Chacune de ses erreurs était source d'une immense culpabilité. Et si elle ne pouvait plus compter sur le soutien de l'ange, que lui resterait-il ? Il était la dernière attache à son ancienne vie... celle dont elle rêvait, en oubliant les événements survenus depuis. Celle qu'elle voyait en fermant les yeux, les discussions et le brouhaha incessants de la Congrégation... les enfants qui courraient parfois dans les couloirs, les regards qui se baissaient à son passage, et Son visage qui lui souriait discrètement quand elle La croisait. Parfois même osaient-elles s'effleurer la main. Bien sûr, leur relation avait toujours été tenue au plus grand secret. C'est ce qui l'avait rendue si magnifique, tellement supérieure à toute autre.

Doucement, Élise déposa un baiser sur la main du garçon de ses lèvres humides de larmes. Puis dans un murmure, ses yeux pleins d'eau plongés dans ceux de l'enfant, d'expliquer :

« J'ai tué la femme que j'aimais, d'une lame dans le cœur. »

Elle se leva soudainement, prise d'une crise de panique. Le souffle court, et les sanglots l'envahissaient. Abandonnant l'enfant sur son banc, elle approcha du ruisseau et fit tomber sa veste, dévoilant ainsi ses épaules à la peau claire sous sa robe à bretelles. Arrivée au bord, elle ôta chaussures et chaussettes et s'assit simplement là, les pieds plongées dans le léger courant qui passait. Seule... elle espérait qu'un jour quelqu'un entende son histoire... et ne l'abandonne pas à sa peine. Elle qui renouait avec son humanité, si difficilement, avait grand besoin qu'on lui en montre la définition dans son quotidien.

Les mains jointes sur ses cuisses, elle observait d'un œil vide et d'un visage marqué par les sanglots l'eau qui passait sous le pont, non loin. On en avait fait une expression, de ces eaux qui coulent sous les ponts... Mais Dylan Matthews avait beau vouloir la laisser couler, son eau stagnait et croupissait sous la mort.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Dim 19 Juil - 15:40


Parce que le Passé importe peu


Il était vrai que l’on pouvait se poser la question. L’aider par simple abnégation et par simple amitié. Ou bien l’aider pour s’aider soi-même ? Il était difficile de qualifier exactement la volonté de l’enfant de venir au secours de l’Orpheline. Mais c’était peut-être parce que lui-même n’était pas sûr d’où ses actions allaient le mener. En fait, il n’était plus sûr de rien. Il se posait beaucoup de questions. Est-ce qu’il avait bien fait de venir, était-ce bien judicieux d’avoir recherché l’aide de l’Âme de Pierre il y a quelques mois ? Aurait-il vraiment dû prendre le parti de Nora ? Devait-il, au final, retrouver Rusty ? Il le voyait bien maintenant, Dylan avait nourri beaucoup d’espoir, avait tenté de réaliser ses rêves et voilà qu’elle s’était brûlée les ailes. Pourquoi ? Il n’en savait rien et peut-être n’en saurait-il jamais rien. Mais ça suffisait pour qu’il se dise que tout ce à quoi il avait espéré était vain. Ses actions, inutiles. Ses rêves, des illusions.

Les yeux rougis de Dylan se posèrent sur le visage de l’enfant qui se prenait un peu trop pour un adulte. Ça devait lui faire mal de le voir ainsi désillusionné. Mais certainement pas autant que lui. Son cœur se serrait encore une fois de trop. Elle devait avoir fait quelque chose de terrible pour pleurer comme jamais il n’aurait imaginé qu’elle puisse pleurer. Il en avait versées, des larmes, lorsqu’on l’a arraché à son jumeau. Des larmes de tristesse et de douleur. Mais Il ne pensait pas que Dylan puisse en faire autant. Du moins pas pour que son visage soit déformé par une grimace que, lui, ne connaissait que trop bien : celle du chagrin.  

Elle se décida à lui expliquer, cherchant peut-être une épaule sur laquelle se reposer, quelqu’un de compréhensif, un ami. Mais elle se fit satirique et contemplative. Elle ne semblait pas encore se rendre compte de son acte ou alors elle en avait si bien conscience qu’elle revoyait n’importe quel moment du drame, les revivait et rêvait. Rêvait qu’elle puisse remonter le temps comme elle le disait. Mais tous les deux savaient que ce n’était pas possible. Il n’y avait qu’une perspective, celle du futur. "Demain sera plus radieux qu’aujourd’hui." C’était à ça qu’elle devait aspirer elle aussi. Ce chagrin devait être une force pour elle, elle en sortirait grandie.

Dylan prit la main de l’enfant comme elle l’avait fait au Vatican et la baisa doucement. On aurait pu croire qu’elle cherchait à se faire pardonner de ce qu’elle allait dire. Elle releva la tête, trouva le regard attentif de Dirty et souffla la terrible vérité. « J'ai tué la femme que j'aimais, d'une lame dans le cœur. » A nouveau, le garçon ne sut quoi dire, quoi faire. Il sentit l’étreinte rassurante de la main de Dylan contre la sienne s’étioler, disparaître comme elle fuyait.

Il la vit enlever sa veste rouge et tremper les pieds dans l’eau mais il ne réagissait pas. Qu’avait-elle fait ? Il était choqué. Elle avait tué la personne qu’elle aimait ? Une femme ? Même si Dirty était assez mature, l’amour restait un sujet obscur. Il savait toutefois que l’amour que pouvait porter Dylan à cette femme était contre-nature. Car après tout, un enfant naissait d’un père et d’une mère.

Mais l’Orpheline n’avait pas besoin de reproches.
Des reproches que de toute façon Dirty n’aurait pas faits.
Elle avait besoin d’un soutien, d’un ami.
Elle avait besoin de lui. Il avait promis.

Qu’importe ce qu’elle avait fait. Qu’importe le passé. Il fallait regarder en avant, comme le faisait l’Irlandais, comme elle le lui avait appris. Il se leva et s’avança jusqu’à elle. Toutefois, il resta debout sur la rive du cours d’eau. Son regard se perdit un temps dans les remous de l’eau, peut-être pour trouver le courage. « Tu sais, ils ont essayé de me faire perdre espoir il y a longtemps. » commença-t-il en s’asseyant à côté de Dylan. « Ils me disaient que Dirty était mort. Ils voulaient me faire perdre pied pour que je me plie plus rapidement à leur volonté. Mais je n’ai jamais cessé de croire qu’il était en vie. Il a voulu me protéger, tu sais. C’est peut-être pour ça que je me disais qu’il ne pouvait pas être mort, parce qu’il allait venir me protéger à nouveau. »

Il avait dit ça l’air rêveur, comme si son jumeau allait apparaître sur le pont en lui souriant. C’était la première fois qu’il parlait de ça à quelqu’un. Même Alessia ne savait pas.

« Ce que je veux dire, Dylan, c’était qu’ils ont tenté de me briser. Mais ils n’y sont pas arrivé, je ne serai pas là aujourd’hui. Tu es bien plus forte que moi et si tu sombre dans le désespoir, ils auront gagné. Si tu te relèves et que tu regardes en avant, alors la femme qui tu aimes ne sera pas morte en vain.» Car pour lui, tant qu’il ne renoncera pas, il existera toujours une chance, aussi infime soit-elle, pour qu’il retrouve son jumeau. « Je ne veux pas savoir pourquoi elle est morte. Parce que le passé importe peu, Dylan. Ne l’oublie pas, mais ne vis pas non plus dans son souvenir.»

C’était paradoxal. Lui-même vivait dans le souvenir de son ombre. Chaque matin il se réveillait en pensant à lui, chaque soir il se couchait en espérant qu’il allait le revoir le lendemain. Et c’était là la différence fondamentale. Dylan n’avait aucune chance de revoir Jade Benett. Elle n’avait rien d’autre à rechercher qu’une vie nouvelle.






Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Lun 20 Juil - 21:50

Élise v Dylan



Comme une enfant, elle agitait ses pieds dans l'eau claire, jouait de ses orteils avec le courant qui s'écoulait inlassablement. Elle entortillait ses mains et ses doigts tandis que les larmes tombaient de ses pupilles d'émeraude sur sa peau fiévreuse. Chaque évocation de son acte amenait aux mêmes résultats. Ce n'était pas le désespoir d'une femme qui avait perdu son âme sœur, celle qui hurlait et sanglotait. Ce n'était pas la colère d'une femme trahie et manipulée pour commettre le pire. C'était de la mélancolie. Une tristesse calme et silencieuse d'une femme seule, perdue et abandonnée. On n'entendait rien d'autre que quelques reniflements, derrière ses jeux de mains et de pieds. Elle avait la tête basse, écrasée par sa peine, et les yeux vides de tout : l'éclat même de ce vert si caractéristique semblait avoir perdu de sa prestance, derrière les épaisses perles d'eau qui apparaissaient pour s'écraser plus bas aussitôt, sans fin.

« Tu sais, ils ont essayé de me faire perdre espoir il y a longtemps. »

Élise ne réagit pas. Elle restait là comme une enfant perdue et apeurée. Mais elle savait parfaitement à quoi faisait référence le jeune Dirty. Comme on l'avait séparée de Jade, lui était séparé de son frère. Pouvait-il néanmoins oser la comparaison ? Alors que son frère se trouvait à la Congrégation de l'Ombre, où il était à peu près certain d'y mettre les pieds tôt ou tard, Jade se trouvait là où Dylan Matthews ne pouvait s'y rendre que d'une seule et unique manière.

« Ils me disaient que Dirty était mort. » avait-il commencé, forçant l'Orpheline à froncer les sourcils.

N'était-il pas Dirty, et son frère Rusty ? Confondre son prénom avec celui de son jumeau avait quelque chose de particulièrement dérangeant... à moins qu'il ne soit pas en train de se tromper. Auquel cas un nouveau mystère se crée autour des deux garçons qui, Élise devait malgré tout l'avouer, ne furent pas gâter par la vie.

Il était maintenant assis à côté d'elle, continuant son argumentation. Une argumentation pour convaincre Dylan... à propos d'événements qu'il ne connaissait même pas. Il parlait de ne pas se laisser briser, de garder la tête haute pour regarder vers l'avenir... pour ne pas laisser la mort de Jade sans conséquence. Lorsqu'il eut fini, son auditrice resta là à ne rien faire de plus que ce qu'elle faisait avant, toujours les mêmes gestes, toujours les mêmes larmes.

« C'est parce que je ne le veux pas, que je ne regarde pas vers l'avenir. Ce que je vis, Dirty – Rusty, qu'importe – est une punition que je mérite. »

Délicatement, elle passa sa main contre celle de son jeune ami, glissant ses doigts entre les siens, et referma son étreinte. Elle avait besoin de cette présence qu'elle avait pourtant mise en doute auparavant, qu'elle pensait pourtant sincère et pure. Une punition qu'elle s'infligeait à elle-même et qu'elle ne supportait plus. Pourtant, il lui était impossible de voir les choses autrement. Elle avait perdu la vie avec son Innocence, voilà bien des années. À Central, elle n'était qu'un corps vide et manipulé par les ficelles rattachées à son corps. Mais retrouver Jade Benett... la seule qui sut, dans sa jeunesse, s'emparer de son cœur et de son âme, en plus de son corps. Elle fut un nouveau souffle de vie, une résurrection pour l'Orpheline, qui pensait ne plus vraiment l'être. Que lui restait-il alors, sans âme et sans cœur ? Elle allait même regretter que personne ne soit là pour tirer les ficelles qui manipuleraient son corps. Même le courage d'en finir, elle ne l'avait pas.

Jane avait été un nouvel espoir à son arrivée ici, mais même cet espoir fut éphémère, puisque celle-ci ne prévoit que de parcourir le monde en quête de découverte. Et l'Orpheline redevient l'Orpheline. Elle l'avait déjà, sa nouvelle vie. Ce qui lui manquait, c'était la volonté de la vivre. La solitude la brisait, et l'absence de Jade la hantait.

« Mais merci... de croire encore en moi. »

Elle lâcha sa main et se leva sans autre discours que celui-ci. Il lui restait des milliers de choses à dire à l'enfant, mais elle était fatiguée de parler. Et si elle s'empêchait de regarder vers l'avenir et s'obligeait à repenser le passé, il lui était toutefois possible de vivre le présent. D'un pas lent, comme celui d'une procession religieuse, elle avança dans le ruisseau. L'eau glaciale ne parvenait même pas à faire frissonner sa peau. Peu profond, le courant ne montait qu'à mi-cuisse de la jeune femme lorsqu'elle était au milieu. C'était suffisant pour tremper le bas de sa robe.

Un rayon de soleil perçait la cime des arbres et venait l'éclairer, comme la lueur divine éclairant un prochain baptisé. Les paumes sur la surface de l'eau, elle tourna le visage vers l'enfant. Une lueur de défi brillait au fond de son œil.

« Alors, peureux... tu ne viens pas ? » lança-t-elle d'une voix éraillée, mais volontairement provocatrice tout de même. Une gerbe d'eau voleta en direction de l’interpellé, et la coupable persistait à le toiser de ses prunelles provocantes. Elle osait même un très fin sourire le long de ses lèvres tendres.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Mer 22 Juil - 11:26


Parce que le Passé importe peu


De loin, on aurait pu croire que Dylan était parfaitement tranquille, agitant doucement ses pieds dans l’eau. On aurait presque pu se l’imaginer en train de sourire doucement. Mais là, juste à côté d’elle, on se rendait compte que ce n’était pas du tout ça. Des larmes salées s’écrasaient sur ses cuisses ou allait rejoindre le courant calme du petit ruisseau. Elle pleurait toujours et semblait imperméable aux mots de l’enfant. Elle ne laissait pas transparaître le moindre petit signe qui aurait pu montrer à Dirty qu’elle comprenait, ou alors qu’elle n’était pas d’accord avec lui. Mais rien, elle encaissait sans cesser de pleurer.

« C'est parce que je ne le veux pas, que je ne regarde pas vers l'avenir. Ce que je vis, Dirty – Rusty, qu'importe – est une punition que je mérite. »

S’il commençait à ne plus savoir quoi dire pour la réconforter, cette réplique l’acheva totalement. Comment pouviez-vous faire changer d’avis quelqu’un qui était si intimement convaincu de la justesse de ce qui lui arrivait ? Dirty ne dit rien, la laissant prendre une nouvelle fois sa main. Il ne comprenait pas comment Dylan pouvait en être arrivé à croire une telle chose. Il ne la connaissait pas aussi bien qu’il ne l’aurait voulu et cela resterait sûrement un grand mystère pour lui.
Il aurait pu encore verser une larme parce que la résolution de son amie était terrible. Mais il n’avait que trop pleurer aujourd’hui et il était fatigué. Le doux contact avec la main de Dylan était rassurant et il aurait pu fermer les yeux, s’endormir sur son épaule. Et se remettre de ses émotions. Après tout, il l’avait retrouvée et c’était tout ce qui comptait.

Elle le remercia, simplement. Lâchant sa main, elle le sortit de la torpeur dans laquelle il glissait lentement. Elle se leva pour entrer lentement dans l’eau. Ça avait quelque chose de magique. On aurait dit une fée qui retournait dans son lac. C’était beau, apaisant. Les yeux de l’enfant commençaient à doucement se fermer lorsque de l’eau vint le réveiller pour de bon. « Alors, peureux... tu ne viens pas ? »

Dirty la regarda, les yeux ronds de surprise, la bouche entrouverte. C’était totalement inattendu et à l’opposé de la Dylan qu’il avait vu il y a à peine quelques minutes. Elle affichait un fin sourire provocateur qui mettait au défi de venir la rejoindre dans l’eau. « Hé ! J’suis pas un peureux ! » Il se déchaussa rapidement et courut dans l’eau.
L’eau était froide mais revigorante. Il se sentait revivre et bientôt un sourire, large et franc, se dessina sur son visage enfantin. Il plongea ses mains dans le ruisseau et les ressortit rapidement, projetant de l’eau sur Dylan. Il riait maintenant, à pleine voix. Il en oubliait tout ce qui avait été dit jusque là, toutes les larmes. Il n’avait plus besoin de se cacher sous des faux semblants, tout comme Dylan. Ils pouvaient profiter. Tout simplement. « C’est qui le peureux ? »



Spoiler:
 





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Mer 22 Juil - 12:24

Élise v Dylan



« Hé ! J’suis pas un peureux ! »

Le garçon avait aussitôt répondu à la provocation de sa grande amie. Ôtant ses chaussures, il vint à sa rencontre tout vêtu dans l'eau, à la course. Élise tourna un peu la tête pour esquiver les gerbes d'eau qui l'atteignaient, mais un sourire dessinait quand même son visage. Elle riait même un petit peu, tant l'enfant avait réagi rapidement à sa dose de venin. Qu'il était bon de rire, était en train de réaliser l'Orpheline. Ainsi donc il existait une autre manière d'évacuer toute cette accumulation d'émotions ! Les pleurs n'étaient pas la seule solution. En profitant de l'instant qu'elle vivait, se faisant violence pour s'y focaliser coûte que coûte, elle apprenait à voir la vie sous un nouveau jour. Un jour illuminé par le soleil d'automne à travers les feuillages, en présence d'un être qu'elle portait dans son cœur. Sa vie conservait encore quelques traces de bonheur, ici ou là, que Central n'avait pas réussi à nettoyer, malgré la puissance du détergent employé. C'est presque comme si Dylan Matthews sentait sur elle le regard de Jade, bienveillant et apaisé, un sourire rassuré sur les lèvres. Cette simple idée, aussi stupide pouvait-elle paraître, avait l'incommensurable pouvoir d'alléger l'esprit de la fugitive.

Dirty continuait à l'éclabousser, la forçant à couvrir son visage derrière les mains. Elle rit de plus bel, incapable de riposter face aux assauts perpétrés. En équilibre sur les cailloux qui faisaient le fond du ruisseau, elle s'efforçait de rester debout malgré sa position délicate.

« C’est qui le peureux ? »
« Ok, ok soldat ! Repos ! » lança-t-elle en reprenant son souffle, toute radieuse qu'elle était sans savoir l'expliquer.

C'était comme vivre, le temps de quelques minutes, une jeunesse qu'elle n'avait jamais eu. Qu'elle fut errante dans les rues de New-York, entraînée à Central ou Exorciste à l'Ordre Noir, Dylan Matthews n'a jamais connu ce genre de moments, si ce n'est plus tard peut-être, avec Jade. Les choses étaient néanmoins différentes : il s'agissait de jeux d'amour, aux visées bien différentes des jeux d'enfants.

Sans plus de gêne, car Dylan n'avait jamais suivi les principes propres à son époque, elle ôta sa robe et la jeta sur le bord du cour d'eau. Elle n'avait aucune tenue de rechange, et une sacrée route à faire à cheval pour rentrer. Et Dirty n'était qu'un enfant, il n'était pas imaginable pour la jeune femme que son geste soit considéré autrement que pour ce qu'il n'est.

Elle se laissa tomber dans l'eau fraîche, s'immergeant jusqu'au cou et fixait lourdement le garçon. Puis de s'élancer vers lui sous l'eau, pour lui attraper une jambe et le plonger entièrement en le faisant tomber. Elle le releva et lui fit une clef de bras, suffisante pour l'immobiliser, mais assez faible pour ne pas lui faire mal du tout, simplement en guise de provocation.

« Tu confonds souvent ton prénom avec celui de ton frère, ou tu me mens depuis le début ? » lui dit-elle d'un ton faussement méchant. « Parle, corbeau ! Je connais mille et une façons de te faire souffrir ! Mouhahaha ! »

Elle souriait et se plaisait à jouer le rôle exagéré qui fut pourtant le sien autrefois. C'était néanmoins une question qui la taraudait. Qui étaient vraiment ces jumeaux maudits par la vie ?



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Jeu 23 Juil - 15:11


Parce que le Passé importe peu


A chaque gerbe d’eau qu’il envoyait sur Dylan, l’enfant se sentait un peu plus vivant. Plus elle riait, plus il avait l’impression que ce qu’il venait de se passer prenait de la distance. Comment un passant aurait-il pu croire que les deux amis venaient de pleurer comme des madeleines l’instant d’avant. Ils étaient bien trop joyeux pour que l’on puisse croire. Mais c’était parce qu’ils pouvaient compter l’un sur l’autre, qu’ils étaient amis, que le chagrin passait vite et était oublier, au moins pour un temps.
Dirty mettait tant d’ardeur à asperger Dylan que celle-ci était incapable de riposter à ses assauts. Les mains devant le visage, elle riait de plus belle. C’était bon de la voir comme ça. Elle ne ressemblait en rien à la Dylan qu’il avait connue au Vatican, ni même à celle qu’il avait découvert dans cette forêt. Mais cette femme qu’il apprenait à connaître maintenant, il l’aimait encore plus. C’était comme ceci qu’il voulait toujours voir sa grande amie, un sourire aux lèvres et les yeux pétillant de bonne humeur.  

« Ok, ok soldat ! Repos ! »

A cet ordre, Dirty réagit tout de suite. Cessant de lui jeter de l’eau à la figure, il se planta en plein milieu de la rivière, au garde à vous. Bien sûr, c’était pour rire. Et cela permit à Dylan de reprendre son souffle. Dirty riait intérieurement mais essayer de garder un visage de marbre pour faire croire qu’il obéissait réellement à l’ordre. Mais il ne put tenir bien longtemps et il commença à pouffer de rire alors que l’ex-inspectrice retirait sa robe. Le garçon ne réagit pas à cela. Pourquoi l’aurait-il fait ? Après tout, elle avait une belle robe, ça aurait été dommage de la mouiller pour qu’elle soit toute froissée après.
L’Irlandais quitta la position aussi droite qu’un I alors que Dylan glissait doucement dans l’eau. Elle laissa simplement sa tête dépasser de la surface et cela fit rire l’enfant. Il était en train de remonter son pantalon lorsqu’une main surgit de l’eau pour lui prendre la jambe et le tirer sous la surface. Surpris, Dirty hoqueta et se retrouva trempé sans avoir eut le temps de comprendre pourquoi.

Dylan toute entière sortit de l’eau pour l’immobiliser avec précaution et de dire, de la voix impérieuse qu’il connaissait mieux : « Tu confonds souvent ton prénom avec celui de ton frère, ou tu me mens depuis le début ? » Elle allait donc procéder un interrogatoire dans un cours d’eau ? C’était sûrement la façon de faire la plus incroyable de l’histoire de Central !

« Parle, corbeau ! Je connais mille et une façons de te faire souffrir ! Mouhahaha ! »
« Aïe Aïe ! Lâchez-moi ! Je sais rien, j’vous jure ! » couina l’enfant pour continuer parfaitement leur petit jeu de rôle. Il tapait même l’eau de sa main libre comme pour indiquer qu’il se rendait. Mais au bout de quelques secondes il se calma et devint plus pensif. Il ne s’était même pas rendu compte qu’il avait dit le vrai nom de son frère dans la conversation. C’était une preuve d’à quel point il était sincère sur ce qu’il avait dit à Dylan mais aussi d’à quel point il voulait retrouver sa moitié.

Le cou dans une position improbable pour pouvoir parler et respirer sans se noyer, il répondit, comprenant bien que c’était une vraie question dissimulée. « Oui, je t’ai plus ou moins menti. Enfin, caché une partie de la vérité. » La poigne de Dylan se desserra un peu et le gamin put se libérer, se retournant sur le dos. Allongé dans le lit du cours d’eau, il observait la cime des arbres. « Il y a six ans, quand des exorcistes nous ont enlevés pour leur expérience, ils nous ont enfermés dans un cachot. Puis ils ont cherchés à me prendre. Alors mon frère à voulu me protéger et à protester en disant que c’était lui Rusty. Mais ils m’ont quand même emmené. »

C’est vrai ça, pourquoi n’avait-il jamais dit qu’il était réellement Rusty. Depuis qu’il s’était réveillé à l’infirmerie après l’expérience de trop, il avait adopté ce prénom comme s’il avait toujours été le sien depuis la naissance. Peut-être était-ce pour avoir à jamais un lien avec son jumeau. Un autre en plus du foulard écarlate qui était noué autour de son cou.

« Depuis, je suis Dirty et lui Rusty. » C'était la toute première fois qu'il parlait librement de ce terrible évènement.





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Dim 26 Juil - 12:35

Élise v Dylan



Le petit jeu de rôle auquel s'adonnaient les deux compagnons de désespoir eut bon effet sur l'Orpheline. Il lui faisait prendre au second degré cette place qu'elle avait tenu à Central quelques années. Elle s'en détachait un peu pour relativiser. Cela n'empêchait pas les horreurs de s'être produites, certes, mais avait le mérite de dessiner sur son visage marqué par l'épuisement un sourire sincère et chaleureux. Dirty, ou plutôt Rusty comme elle allait l'apprendre, jouait lui aussi le jeu en couinant comme ces récalcitrants que Dylan Matthews avait pu interroger par le passé. Elle était néanmoins toujours parvenue à ses fins. Aujourd'hui ne faisait pas exception à la règle.

Le jeune garçon confessa finalement, et narra la triste histoire des jumeaux maudits. Élise le regardait de ses yeux lumineux, presque surnaturels, les yeux légèrement plissés par l'effort de concentration qu'elle focalisait sur l'enfant. Son histoire avait quelque chose de malsain, avec ces expériences... des expériences que l'ancienne Inspectrice connaissait bien. Désespérés de perdre cette Guerre, Central forçait les Innocences à trouver leurs porteurs. Les résultats étaient bien souvent catastrophiques. Elle-même, lors de ses périodes de doutes, songeait à se porter volontaire : après tout, elle était une compatible. Maintenant, cette idée lui donnait la nausée : il n'était plus question de combattre pour qui que ce soit autre qu'elle-même.

« Depuis, je suis Dirty et lui Rusty. » conclut-il simplement.

Son interlocutrice persistait à le toiser de ses yeux aux paupières mi-closes, d'un regard chaleureux et ampli de compassion, comme Dylan Matthews n'en avait pas posé depuis plusieurs années. Elle gardait cependant les lèvres scellées, gênée par les horribles choses qu'elle venait d'apprendre. Que répondre à un garçon qui racontait ces atrocités vécues ?

« Je croyais que le passé importait peu... » ironisa-t-elle, une moue sur le visage.

L'Orpheline, maintenant détendue de connaître cette vérité, et satisfaite de la confiance que lui portait son ami en lui la racontant, se laissa tomber en arrière dans le ruisseau pour s'allonger délicatement, la tête vers le ciel. Seul son visage émergeait des flots, un peu vide et rêveur. Ses yeux voguaient sur les cimes des arbres qu'elle apercevait, au gré du vent qui les caressait. Elle repensait à ce qu'elle venait de dire : ce n'était pas dans ses habitudes d'user d'une doctrine qu'elle n'approuvait pas. Dans le contexte de Dirty, elle avait fait sens, un sens percutant et réconfortant. Mais dans le quotidien, Élise n'était pas pour cette philosophie. C'était d'ailleurs parce que son passé importait qu'elle s'appelait Élise, qu'elle vivait recluse et qu'elle passait ses nuits et ses jours à pleurer ce qu'elle avait perdu, ce qu'elle s'était elle-même arrachée. C'était parce que le passé importait que Dirty était venu la retrouver. Si cela n'importait pas, alors à quoi bon s'en soucier, puisque rien n'évoluerait? Voilà comment Élise Benett percevait les choses, là allongée dans son linceul d'eau.

Un rayon de soleil perça la forêt et vint illuminer les deux amis. L'Américaine ferma les yeux et inspira de satisfaction. Mais les paupières closes, les images du passé revinrent à la charge. Un visage en sang, la voix d'un dernier souffle, l'étincelle quittant ses yeux ambrés. Les larmes montèrent aux yeux de la coupable et son souffle s'accéléra. Elle se redressa pour s'asseoir dans l'eau, la bouche ouverte, comme étouffant, et tandis machinalement une main tremblante vers le jeune garçon. Un geste simple et pourtant si fort, car c'était la première fois qu'elle réclamait de l'aide de la sorte. Elle ne voulait pas replonger dans le désespoir. Elle voulait l'oublier encore un petit moment... ne penser à rien d'autre que la présence qui l'accompagnait aujourd'hui. Une présence qui n'était pas le fantôme de Jade.

« Je ne peux pas l'oublier... murmurait-elle à destination de Dirty. Je ne pourrai jamais oublier... »

L'expérience qu'avait vécu Dylan Matthews l'avait trop profondément marquée pour qu'un rôle puisse être tenu sur le long terme. Un spécialiste verrait immédiatement en elle la victime d'un traumatisme. Sans personne pour l'aider, personne à qui parler ou pour la conduire sur le chemin d'une quelconque guérison – et Élise en avait parfaitement conscience – elle allait se perdre et développer de nouvelles pathologies. Mais bien qu'elle le sache... elle ne voulait se venir en aide, car elle méritait cela, elle méritait de vivre la souffrance et de voir son esprit se désagréger petit à petit.

Pourtant, elle avait cette main tendue... cette main qui appelait au secours... Comme toujours, Dylan Matthews ne savait pas vraiment ce qu'elle désirait.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Lun 27 Juil - 15:20


Parce que le Passé importe peu


« Je croyais que le passé importait peu... » Dirty pouvait sentir l’ironie dans la voix de son amie. Mais pourtant, il ne put s’empêcher de penser qu’elle le lui reprocher réellement. Elle qui, quelques instants auparavant, posait sur lui un regard bienveillant lui rappelant celui de sa chère mère, affichait une moue dubitative qui le fit douter. Etait-il réellement sincère lorsqu’il avait dit cela ? Il savait que ça ne pouvait s’appliquer à lui et à Rusty. Mais maintenant, il se disait qu’il n’était pas la meilleure personne pour prodiguer des conseils à l’Orpheline. Le manque de l’autre, la douleur, la tristesse, c’était autant d’émotions qu’ils partageaient en commun et que Dirty aussi voudrait voir disparaître. Sauf que ce n’était pas le cas. Il n’avait pas encore trouvé la solution. C’était naïf de sa part de croire que parce que son jumeau était encore en vie et l’amante de Dylan non, cela faisait une différence. C’était totalement faux.

Il se sentait idiot et hypocrite maintenant. Étendu dans l’eau, il soupira alors que Dylan faisait de même. « Touché. » Souffla l’enfant. Il avait quelque chose qui lui pesait sur le cœur, à présent, et voulait se libérer. « J’ai dit ça parce que je l’espérai honnêtement. Enfin je pense … » Mais le passé importait tellement pour lui, pour elle. S’il était facile de dire que l’oublier permettrait de se reconstruire, ce n’était pas possible. Juste un rêve de petit garçon. Dylan devrait à jamais vivre avec le souvenir de Jade.

Le soleil perça la frondaison des arbres pour leur apporter un peu de réconfort. Pour un temps seulement. L’eau de la rivière s’agita comme Dylan se relevait brusquement. Surpris, l’Irlandais fit de même et la découvrait le souffle court, le regard hagard. Une main était tendue dans sa direction. Dans un mouvement brusque, il se reprocha d’elle et attrapa sa main, la serrant fortement. Qu’avait-elle ? Il allait poser la question lorsqu’elle murmura, exténuée :

« Je ne pourrai jamais oublier... »

Il ne savait pas quoi faire. En plein doute l’instant d’avant, il hésitait sur ce qu’il devait dire ou même faire. Il ne savait plus s’il devait lui dire des choses qu’au final, il ne pensait pas réellement. Il ne savait pas non ce qu’il pouvait dire qui soit vrai et rassurant.
Il la prit alors dans ses petits bras. Il pensait que ça pourrait l’aider, lui faire savoir qu’il serait toujours là. Il ferma les yeux et serra un peu plus fort. Doucement, il trouvait les mots et finit par dire du même ton que Dylan, simplement soufflé à son oreille :

« Alors ne l’oublie pas. Et vis pour qu’elle soit fière de toi. »

Cette fois-ci, c’était réellement sincère. Il était convaincu par ce qu’il disait. Tout simplement parce que c’était comme cela qu’il avait survécu les premières semaines. Il devait vivre pour faire honneur à ce petit frère bien plus courageux que lui.

Il desserra son étreinte et plaça ses mains sur les épaules dénudées de Dylan, les bras tendus entre elle et lui. Il la regarda de ses grands yeux bleus. Leur éclat, si terne auparavant, était à nouveau retrouvé. Ils partageaient bien des choses, et c’est pour cela qu’ils pouvaient se soutenir dans les pires malheurs.



Spoiler:
 





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Dim 23 Aoû - 12:21

Élise v Dylan



Aussitôt qu'il vit cette main tendue dans sa direction, le jeune garçon se précipita l'enserrer dans la sienne, d'une étreinte légère mais réconfortante, puis l'enlaça tendrement, sincèrement. Elle glissa sa joue humide sur la petite épaule qu'on lui présentait, ferma les yeux et dessina sur ses lèvres tremblantes et perlée de larmes un sourire agréable, comme un enfant rassuré dans les bras d'un parent.

« Alors ne l'oublie pas, entendit-elle souffler à son oreille. Et vis pour qu'elle soit fière de toi. »

Élise reniflait bruyamment à son oreille, et haletait en essayant vainement de reprendre une respiration calme et apaisée. Les sanglots pourtant étaient trop puissants. Elle était incontrôlable, inconsolable. Pourtant les mots de son ami ne restèrent pas sans conséquence. Ils ne se dissipèrent pas tout autour d'eux comme un filet de fumée insaisissable. Au contraire, ils restaient tout autour de la vagabonde comme un épais brouillard. Sa vie, sa nouvelle vie, elle le savait, ne cherchait qu'à satisfaire les désirs de Dylan Matthews : le châtiment, l'expiation, etc. Jamais rien n'était décidé en fonction de ce que Jade aurait souhaité pour elle. Oh, elle avait bien essayé ! Mais force fut de constater qu'elle était incapable de s'accorder quelques instants de plaisir. Sa trop forte persuasion à ne pas mériter le moindre plaisir ne le lui permettait pas.

Dirty la contraignit à se séparer de son épaule pour le regarder une nouvelle fois droit dans les yeux. Ses deux prunelles éclataient d'un bleu le plus pur, comme celles d'Élise de leur vert émeraude. Tous deux portaient dans leurs regards la marque d'une vivacité et d'un esprit pétillant. Pourquoi alors parvenaient-ils à peine à trouver la force de sourire et de ne pas penser à la dégénérescence du monde ?

Élise tordit ses lèvres en un sourire forcé, pour faire comprendre à l'enfant que tout allait bien, et qu'elle le remerciait. Son comportement était tout bonnement honteux, elle en avait conscience. Il lui fallait changer cela, arrêter d'inspirer la pitié et de chercher à tirer les larmes des yeux qui se tournaient vers elle. Misérable qu'elle était, la seule solution consistait à suivre ce chemin de la solitude. Finalement, un jour, un jour inévitable, elle serait confrontée à Jade, ne pourrait plus faire demi-tour et devrait accepter leurs sorts. Elle ne ferait pas face à son corps sans vie, celui qui symbolise sa propre culpabilité plutôt qu'autre chose, mais à la conscience même de son amante : celle qui parlerait au nom de Jade, non pas en celui de Dylan qui pense parler pour Jade. Ce jour-là, peut-être, Dylan Matthews trouverait enfin le chemin de la liberté. Elle ne courrait le long d'un interminable couloir plongé dans le noir. Elle tomberait sur une porte, laquelle s'ouvrirait sur tout le reste du monde.

Avant que la moindre réponse ne franchit les lèvres de l'ancienne Inspectrice, un bruit de feuilles et de brindilles écrasées, des voix et le martèlement de pas sur le sol attirèrent son attention. D'un geste précipité et brutal, elle entraîna Dirty au bord du ruisseau par le col et sortit elle-même. Cet échange, l'introspection et l'atmosphère calme qui s'était installée autour d'eux lui avaient complètement fait oublier qu'ils étaient dans un parc public, où de nombreuses personnes se promenaient, et où la baignade n'était sans doute pas autorisée. D'autant plus qu'Élise avait auparavant ôté sa robe, qu'elle remit aussitôt sans la moindre élégance. Une voix se fit entendre derrière les arbres, de l'autre côté de la rive.

« Comme j'vous dis, monsieur le garde-forestier, on les a vus ! Tous les deux dans le ruisseau, à moitié nu ! J'ai réussi à empêcher ma femme de râler, sinon ils nous auraient vus, vous comprenez ? »

Élise se tourna vers Dirty en grimaçant : les problèmes arrivaient à grands pas. Évidemment, avec leurs vêtements trempés, ils ne pouvaient aucunement contredire la version de ce promeneur un peu trop fayot. Elle prit l'enfant par la main en pouffant silencieusement, le reste de ses affaires sous le bras, et partit avec lui au pas de course.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Lun 24 Aoû - 15:25


Parce que le Passé importe peu


La sincérité était l’un des points forts du petit garçon. Il n’avait pas peur de dire les choses pour être sûr qu’il n’y ait ni malentendu ni méprise. Pourtant, alors qu’il fixait Dylan de ses grands yeux bleus, il douta une nouvelle fois. Une fois de trop. Il n’était pas sûr que ses mots aient le moindre réconfort pour l’âme en peine. Il était habitué à provoquer parfois la colère chez quelqu’un qui n’aimait pas la vérité qui lui exposait. Mais il faisait toujours avec, se disant qu’après tout la vérité sortait de la bouche des enfants. Sauf qu’aujourd’hui, il ne voulait pas que Dylan lui en veuille. Elle n’était pas comme les autres. Et il avait peur d’avoir été peut-être trop brusque dans sa façon de la réconforter.
Elle n’avait cessé de pleurer que lorsqu’il l’avait pris au bout de ses bras. Il avait espéré qu’elle s’arrête bien avant, que ses mots, vraisemblablement trop durs, aient un effet apaisant. Ce n’était que grâce à cette rencontre entre leur paire de prunelles que les larmes avaient renoncé à couler le long de ses joues. Pourtant, Dirty savait qu’il faudrait bien peu de choses pour que Dylan s’effondre à nouveau dans ses bras.

Il ne dirait plus rien. Il ne voulait plus la voir pleurer.
Il ne voulait plus succomber lui aussi aux larmes.

Un sourire était un sourire, quand bien même il était horriblement tordu par le chagrin. L’oisillon comprit que Dylan le remerciait, au final. Il fut soulagé l’espace d’un instant. Peut-être avait-il bien choisi ses mots. Il déglutit et se força lui aussi à sourire. Faiblement. Tout allait bien maintenant. Il osait le croire. Et pourtant.

« Comme j'vous dis, monsieur le garde-forestier, on les a vus ! » Malgré son ouïe défaillante, Dirty avait entendu cette voix d’homme proche d’eux. La stupéfaction emplissait la voix, sûrement parce qu’il ne les voyait plus maintenant, eux, les deux impudents.
Dylan l’avait trainé sans même le prévenir dans un fourré pour qu’ils ne soient pas repérés. Heureusement qu’elle l’avait fait. Car même si l’enfant s’était débattu au début, il avait vite compris. Il soupirait intérieurement. Maintenant que tout semblait aller mieux pour les deux madeleines, voilà qu’on leur mettait des bâtons dans les roues. Que dirait le garde-forestier lorsqu’il les verrait trempés. Que pouvait bien faire une jeune femme toute nue et un petit garçon dans un ruisseau ? Certainement pas pleurer à chaudes larmes.

O’Connor ne savait pas quoi faire. Mais Dylan, elle, avait bien une idée. Et encore une fois, elle ne le prévint pas. Ce qui était bien mieux. Il n’aurait jamais voulu courir dans la forêt en étant sûr qu’on les poursuive. Ils avaient un entrainement poussé, mais il ne voulait pas de ça. Pas maintenant.
Il fut pourtant bien obligé de suivre celle qui de toute façon était une fugitive. Surpris, il poussa un petit « Hé ! » mais se mit à courir aussitôt. Bien sûr, ça ne pouvait pas être autrement et l’homme s’écria, sûrement en les pointant du doigt, qu’ils étaient là. L’enfant entendit le pas de course de leurs poursuivants derrière eux mais n’osait pas se retourner.

Les secondes qui passaient lui semblaient être interminables. Il ne voulait pas qu’on les attrape et qu’on leur fasse la morale. Il courait aussi vite qu’il le pouvait, sans lâcher la main de son amie. Puis finalement, le bruit s’éloignait et il ne resta plus que celui de leurs pas frappant furieusement le sol.
Ils s’arrêtèrent, Dirty le premier. Son cœur battait si fort qu’il aurait pu croire qu’il allait s’échapper de sa poitrine. Ses jambes tremblaient sous le coup de l’adrénaline.
Puis il rit. Simplement heureux de cette course folle.






Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Jeu 17 Sep - 12:47

Élise v Dylan



Qu'est-ce qui lui avait pris de s'enfuir comme cela ? Dylan se croyait retomber en enfance, comme les enfants fuient après avoir volé un cookie dans la cuisine, ou comme elle fuyait lorsqu'elle volait une pomme ou une miche de pain rassis pour survivre. Retomber en enfance, pour Dylan Matthews, n'était pas synonyme de bonheur. Elle n'avait pas de parents auxquels se rattacher, de maison dans laquelle replonger, ou de bons moments en famille le Dimanche après la messe. Pour elle, l'enfance signifiait surtout fuir et survivre, se cacher, mais sans prendre réellement conscience de la situation grotesque et lamentable qui l'enrobait. Tout cela n'inspirait rien d'autre que pitié. Le fait est que sa vie, au moment de ses retrouvailles avec Dirty O'Connor, était si vide, que tout prétexte était bon à un peu d'action et de folie.

Les pas de leurs poursuivants faisaient monter son adrénaline et la confortait dans son idée de danger imminent. Alors qu'il ne s'agissait que d'un garde-forestier, et qu'ils étaient deux soldats surentraînés. L'idée de s'arrêter pour coller une raclée à cet homme innocent et sans doute un peu idiot lui traversa l'esprit. Élise s'abstint néanmoins. Elle n'était pas ce genre de mauvaise personne. Du moins, elle ne l'était plus. Et puis courir en pleine nature, se dépenser au maximum sans réfléchir à la destination, à faire attention de bien respirer, ou de garder des forces pour privilégier l'endurance plutôt que la vitesse, donnaient la très agréable impression d'un défouloir pour la fugitive. Chaque pas la déchargeait un peu plus, de sorte qu'elle ne voudrait plus jamais s'arrêter. À l'image de Tantale ou de Prométhée, elle passerait l'éternité à vivre son châtiment : fuir, toujours fuir, sans jamais pouvoir s'arrêter. Sentir la fatigue, mais ne jamais pouvoir s'effondrer.

Mais l'enragée n'était pas seule dans sa folie, et Dirty ne semblait pas enclin à passer son éternité à courir. Il s'arrêta et obligea son amie à suivre son exemple. Les pas derrière eux avaient cessé, ils étaient libres. Un nouveau poids disparus des épaules d'Élise, mais tous ceux qu'elles pensaient évaporés durant sa course revinrent à la charge et l'accablèrent de plus belle.

Ce n'est qu'une fois sûre de la nouvelle situation qu'Élise se rendit compte de la route qu'ils avaient du parcourir. Son cœur battait à tout rompre, spécialement sa cage thoracique, et ses poumons la lançaient affreusement. Elle se pencha en avant, les mains sur les flancs, pour essayer de reprendre son calme. L'entraînement de Central commençait à lui manquer. Et le désespoir dans lequel elle vivait l'empêchait de se nourrir à sa faim, ou parfois même de se lever de son lit une journée entière. Ses muscles avaient perdu énormément de leurs constitution. Et Dylan, de poids et de masse.

En entendant le jeune garçon rire à côté d'elle, Élise ne put réprimer un sourire. S'il lui fallait rire, elle attendrait d'avoir récupéré son souffle. Alors elle se contentait de sourire, comme jamais elle n'avait souri. Toutes ses dents affichaient fièrement leur existence et leur blancheur surprenante. Quelques rides apparaissaient sous ses yeux, forcées par ses joues trop compressées. Elle voulut parler – sans vraiment trop quoi savoir dire – mais en fut de toutes les façons incapable. Puis sans s'en rendre vraiment compte, elle se laissa tomber en arrière pour s'asseoir sur le sol couvert de feuilles mortes.

Au bout d'un moment, elle réussit quand même à faire jaillir sa voix grave et douce :

« Alors comme ça, tu n'as pas encore eu le courage d'aller chercher ton frère à la Congrégation ? Ça ne paraît pourtant pas insurmontable... Je pensais que tu... »

Un son, au loin, la força au silence. Une voix qui appelait un prénom. Elle n'était pas forte, comme si elle ne voulait pas se faire remarquer, mais suffisamment proche qu'on la distingue parmi les arbres.

« Dirty ? Dirty ?! »

Les yeux de l'Orpheline s'écarquillèrent et son visage se décomposa lorsqu'elle se tourna vers l’interpellé. Tout s'effondrait autour d'elle et en elle. Avait-il donc été aussi stupide ?

« Tu... n'es pas venu tout seul ? »

Son souffle s'accéléra subitement et les larmes se mirent à couler en abondance. La panique. Incontrôlable et soudaine. Elle n'était pas seulement envahie par elle, elle en était possédée. Ses membres tremblaient et elle tournait la tête dans tous les sens, incapable de réfléchir d'avantage ou de se lever pour agir.

Ils ne devaient pas la trouver. Elle ne voulait pas y retourner.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Ven 25 Sep - 16:51


Parce que le Passé importe peu


Cela faisait quelques dizaines de secondes qu’ils venaient de s’arrêter. Si Dirty riait déjà pleine voix, Dylan mit plus de temps à lâcher prise. Et encore, ce ne fut pas de la même manière que le petit homme. Mais rien ne put faire plus plaisir à Dirty de voir un large sourire s’étendre sur le visage de son amie qui, maintenant, était radieux. Si ses yeux étaient encore humides des larmes qu’elle avait versé, Dylan semblait si heureuse à présent. Aussi heureuse que le petit Ange. Heureuse d’être autre chose qu’un monstre aux yeux de tous comme elle le croyait si fermement. Et si Dirty riait comme jamais,  il souriait aussi. Ça lui faisait un bien fou de tout oublier pendant un instant.

Un instant seulement.

D’une douceur contrastant grandement avec sa réputation d’âme de pierre, Dylan fit revenir Dirty à la réalité. Oui ils étaient dans une forêt à l’autre bout du monde à courir comme ils courraient après le loup blanc mais ils n’étaient pas dans un rêve. Du moins s’ils l’avaient cru, ce n’était plus le cas maintenant.

« Alors comme ça, tu n'as pas encore eu le courage d'aller chercher ton frère à la Congrégation ? Ça ne paraît pourtant pas insurmontable... Je pensais que tu... »

Le rire de Dirty s’arrêta brusquement et son visage enjoué laissa place à une mine sombre. Même si Dylan le lui avait dit avec une douceur extrême, il ne pouvait s’empêcher d’entendre là un reproche. Il n’était pas assez courageux, elle avait raison. Il avait peur de la Congrégation mais ne se l’était jamais avoué. C’était là-bas qu’il avait perdu son double, là-bas qu’il avait vécu les pires moments de sa vie. Il ne voulait pas y retourner. Du moins pas seul. Après sa première rencontre avec Dylan, il avait espéré qu’il serrait cette personne capable de lui donner la force d’aller chercher son frère. Mais maintenant, il n’y avait plus aucun moyen que son amie lui vienne en aide. Il devait le faire seul, y arriver seul. Ou vivre seul à jamais.

Mais il n’eut pas le temps de s’apitoyer sur son sort. Des voix se firent entendre. Et si le petit garçon ne put l’entendre tout de suite à cause de sa surdité partielle, il vit bien à l’expression de Dylan que quelque chose n’allait pas. Quoi ? Le garde-forestier les avait retrouvés ?

« Dirty ? Dirty ?! »
« Tu... n'es pas venu tout seul ? »

Non non non ! Ce n’était pas possible ! Il reconnaissait parfaitement cette voix qui le hélait, à présent. C’était l’un des membres de son groupe. Et s’il était là, les autres ne devaient pas être très loin !
Le visage de Dirty se décomposa et devint livide. Il ne pouvait y croire. Ce n’était pas vrai, c’était un cauchemar.

« Non ! Je… Je suis venu… Seul ! Dans la forêt … Ils ne pouvaient pas le savoir ! J-j’ai fait attention pourtant. » A nouveau des larmes apparurent aux bords de ses yeux.
Il ne voulait pas que ça arrive. Il était venu seul, il avait pris ses précautions, il en était sûr. Il devait rêver, allongé sur l’herbe à côté de Dylan. C’était un mauvais rêve dont il fallait se réveiller, rien de plus ! Pourtant la voix se rapprochait et avec elle les corbeaux qui allaient le trouver. Les trouver tous les deux. Qu’il était idiot ! Il ne méritait pas la confiance de Dylan. Il ne méritait que de finir dans une cellule. Il l’avait trahie ! C’était trop tard …

Non. Ce n’était pas trop tard.

Le regard embué de larmes, l’enfant tituba jusqu’à celle qui était et restera à jamais son amie. Il se jeta sur elle, l’entoura de ses petits bras et la serra aussi fort que le lui permettait les forces qui lui restaient. Il enfouit son visage tout contre Dylan et sanglota.

« Pardon… J-je ne voulais pas… Pardooon ! »

Bientôt il partira. A contrecœur, bien sûr, mais il partira. Peut-être se retournera-t-il ? Oui, il se retournera assurément. Même si cela devait lui briser le cœur. Il trouvera ses compagnons, justifiera ses larmes par la peur de s’être perdu mais au fond de lui il n’oubliera pas Dylan. Il n’oubliera jamais ce jour, le sourire de son amie et les derniers instants qu’il passa avec elle, blottit tout contre sa poitrine à pleurer comme un enfant irait chercher le réconfort d’une mère.
Car cela ne fait aucun doute que Dylan était bien plus qu’une amie pour le petit Dirty.



Spoiler:
 





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Dim 4 Oct - 12:54

Élise v Dylan



Les yeux écarquillés, Dylan Matthews avait reporté son attention sur l'enfant qui l'accompagnait. Des larmes étaient apparues aux coins de ses prunelles d'émeraude. Son visage et ses lèvres se déformaient en une grimace de terreur et de dégoût. Dans ce moment d'incroyable tension, elle ne pouvait s'empêcher de détester le jeune Dirty. Il avait été si stupide, si inconscient. Elle l'avait pris par les épaules, comme pour les stabiliser l'un en face de l'autre, et ne pas le perdre du regard. Il semblait aussi atteint que la fugitive.

« Non ! Je… Je suis venu… Seul ! Dans la forêt … Ils ne pouvaient pas le savoir ! J-j’ai fait attention pourtant. »

Pourquoi étaient-ils à sa recherche ? Quelle excuse avait-il trouvé pour justifier sa disparition ? Avait-il au moins pris la peine de trouver une excuse ? Douce ironie. La fugitive se retrouvait piégée par son propre soutien. Elle était comme une femme prisonnière du collet qu'elle avait elle-même placé. Elle voulait le gifler, le secouer et hurler de toutes ses forces, déverser toute sa haine sur cette petite et fragile silhouette qu'elle tenait entre ses poignes puissantes.

Ce poison nocif n'eut d'effet que quelques secondes. Le temps de sentir son ami se blottir contre elle. La vérité déforma son rictus et fit perdre son regard éclatant dans le vide, dans le rien. Comme une machine qui venait de s'éteindre. À quoi bon s'en prendre au garçon ? Tout cela, depuis le début, était de sa faute. Elle n'aurait pas du le faire venir. Elle n'aurait pas du lui envoyer de lettre. Elle n'aurait pas du fuir dans l'Amérique. Elle n'aurait même pas du tuer Jade, ni de se confronter à Central. Depuis le début, elle pestait contre le monde entier pour son malheur. Elle avait détesté Central, et puis cette Jane qui l'avait abandonnée trop vite. Elle avait voulu punir Dirty, et même Jade. Mais la seule personne à qui elle devait s'en prendre, c'était elle-même. Certes, elle vivait déjà sur le chemin du châtiment, d'une rédemption illusoire. Mais toujours en se plaçant comme victime des événements. Jamais en coupable.

Elle entendait la voix de l'enfant qui se lamentait. Son timbre déchirant doublait le flot de larmes dévalant les joues d'Élise. Sa main caressait sa chevelure d'une tendresse maternelle. L'autre se perdait sur son dos, pour lui faire comprendre qu'il n'avait pas à la lâcher. Pas encore.

Les yeux portés à la cime des arbres, elle inspira longuement. Si seulement tout pouvait ne pas bouger. Être figée dans l'espace et le temps, elle et le seul ami qu'elle avait. Malgré l'urgence de la situation, et la crise de panique qui venait de la submerger, la fuyarde se sentait calme et apaisée. Était-ce du à cette étreinte, ou le calme de la forêt, ou les rayons du soleil et le chant des oiseaux ? Rien de cela en vérité. Il s'agissait seulement d'une profonde motivation : celle de montrer l'exemple à celui qui voyait en elle un certain modèle.

C'est ainsi qu'elle se détacha de lui en soupirant, et s'accroupit pour lui faire face. Les yeux dans les yeux, quelques centimètres séparaient leurs visages aux joues rouges et humides. Elle gardait cependant sa main dans les cheveux du garçon, les caressant d'un geste rassurant, écartant une mèche de son front. Jusqu'à aller essuyer une larme au coin de son œil. De nouveau elle soupira, les yeux clos quelques secondes.

« Je serais tombée bien bas d'accuser un enfant de mes erreurs. Tout va très bien aller, ne t'en fais pas. »

Elle glissa la main sur sa joue et lui offrit un sourire éclatant de bonheur, malgré toutes les larmes qui le baignaient.

« Tu as déjà tellement grandi, Dirty O'connor. Et tu deviendras bien plus grand encore. Mais n'oublie pas ce que je t'ai dit... Les saint n'ont jamais remporté de guerre. Ils n'ont servi que de martyrs. » souffla-t-elle avant de le prendre une dernière fois dans ses bras tremblotant. « On se retrouvera, je te le promets. Je n'aurai de cesse que de revivre quelques nouvelles heures avec toi. »

Puis vivement, comme pour se forcer à se détacher, elle embrassa le front de l'enfant en tenant sa tête dans sa main, afficha un dernier sourire confiant et disparut à la course entre les arbres.

Il lui semblait sentir ses épaules plus légères, son cœur moins accablé. Peut-être, finalement, cette rencontre n'était-elle pas une si grosse erreur ? Elle courut sans s'arrêter, sans regarder derrière, de longues et pénibles minutes. Son cheval attendait à l'orée du parc. Sa vie l'attendait au Texas.



codes par shyvana
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Sam 10 Oct - 15:09


Parce que le Passé importe peu



Tu-sais-où, le 24 Septembre 18xx
Chère Dylan,
Je ne sais pas si cette lettre te parviendra ou si elle se perdra au fin fond du Texas sans que quelqu’un puisse la lire mais je devais t’écrire. Maintenant que j’ai commencé à écrire, je me demande si j’ai bien fait. Cette lettre ne risque pas d’être interceptée par Central -C'est Alessia qui l’a envoyée- mais … Est-ce que tu accepterais de lire ces mots ? J’imagine que tu dois m’en vouloir pour avoir amené des corbeaux à Austin. Même si jamais tu me pardonne, je crois que je ne pourrai pas le faire moi-même. J’aurai tellement aimé passer plus de temps avec toi, à rire et à oublier ce qui nous attend dehors. Mais je n’ai même pas réussi à faire durer ce moment. Je suis un raté. Tu es mon amie, la seule qui puisse vraiment me comprendre. Et j’ai peur de ne plus avoir ta confiance.

J’ai peur, Dylan. J’ai eu de la chance, mes "compagnons" ont cru à mon histoire. Je leur ai dit que je m’étais perdu, ils n’ont pas plus posé de questions. Mais j’ai toujours peur, depuis toujours, depuis ma rencontre avec Nora, une exorciste qu’ils qualifient de "traître". J’ai rencontré l’Inspecteur Général il y a deux mois, je crois qu’ils m’ont à l’œil. J’ai peur qu’ils ne finissent par découvrir tout ce que je fais, qu’ils découvrent qu’on s’est vu. Je ne veux pas qu’ils le sachent …

Que faire, Dylan ? Je ne suis jamais arrivé à supporter Central mais c’est encore pire depuis que nous sommes revenus. J’aimerai que tu puisses me donner des réponses, que tu acceptes encore d’aider un pauvre gamin incapable … Je ne sais pas quoi faire. Dois-je faire ce que j’ai toujours voulu faire ? Dois-je tenter une bonne fois pour toutes de retrouver mon frère ? Est-ce que j’y arriverai ? Est-ce que j’irai mieux après ? Est-ce que je ne risque rien ? Je ne sais pas, je ne sais plus, je …
(L’encre est en partie effacée par des larmes, rendant la suite illisible)

Est-ce que nous nous reverrons un jour ? Je l’espère de tout cœur. J’espère aussi que cette lettre trouvera son chemin pour que tu puisses me répondre si tu le veux encore. Je pense que j’irai chercher Rusty bientôt, que tu me répondes ou non. Il est temps de retrouver un semblant de vie normale, de retrouver ma famille.
Je vais retrouver ma moitié, je te le promets.




Spoiler:
 





Spoiler:
 
L'Ange Usurpé

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver son frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Dirty O'ConnorL'Ange Usurpé
Je sais que tu n'es pas mort.
Je l'aurais senti ...

Dirty affronte la vie en #1BA04C


▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Seth, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : Mature, parle franchement, réfléchi.
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation100 pts
Vatican90 pts
Russie110 pts
France120 pts
Ordre Noir30 pts
Vatican80 pts
Rome80 pts
États-Unis50 pts
Paris43.3 pts
Texas110 pts
Ordre Noir50 pts
Os 10 ans plus tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril5 pts
Hors-RP • 170pts

Rang B1065 pts
Rang A dans • 1035 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Parce que le Passé importe peu [Élise]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Parce que le Passé importe peu [Élise]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Passé, Présent et Futur
» Broder ensemble le marquoir Cadichon du Passé Composé
» J'ai passé une journée de dingue !
» Parce qu'après tout, c'est aussi des créatures chaotique...
» [Link, Charlotte] Le poids du passé

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Amériques :: États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: