Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 [FLASHBACK] Hors d'oeuvre — ft. Milo/Ilias

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
[FLASHBACK] Hors d'oeuvre — ft. Milo/Ilias
Sam 27 Juin - 22:45






Hors-d'oeuvre

— Arsène & Ilias —



Tout sert au luxe, aux plaisirs de ce monde. O le bon temps que ce siècle de fer! Le superflu, chose très nécessaire, a réuni l’un et l’autre hémisphère. Il est bien doux pour mon coeur très immonde de voir ici l’abondance à la ronde ▬ VOLTAIRE


Arsène se demande ce qu'il fait ici.
Une mèche violette se détache de sa coiffure impeccable. Elle vient caresser l'arrête acérée de son menton volontaire. Ses yeux améthystes traversent la foule — deux rapaces à la recherche de leur proie.
Pour une fois, Judith a décidé de ne pas l'accompagner. Feignant un mal de tête soudain, elle était restée alitée, le teint pâle et le regard brûlant. Qu'elle jouait bien la comédie sa femme — digne d'une pièce de Molière.
Il ne peut s'empêcher de se demander, si elle n'avait pas eu raison de passer cette soirée. Organisée par un petit baron de Paris, il se complait à vouloir se faire connaître du grand monde. Ce beau monde, tellement abjecte. Cette société dans laquelle l'austro-hongrois ne faisait que baigner et ce depuis qu'il était né. Héritier de la famille Schütz, on lui avait inculquer. Comment bien se présenter, savoir discuter des sujets du moment après un baise-main charmant.
Ainsi c'était-il bien habillé, dans un costume merveilleuse ajusté.
Il parade.
Tel un paon dans des jardins d'enfant.
Ses couleurs vibrantes attirent le regard.
Sa stature imposante fait se demander ce qu'il présage.
Et Arsène vogue.
Tranquille, il passe.
Ennuyé, il trépasse.

Cet ennui mortel qui prend possession de lui à chacune de ces occasions. D'habitude éclipsé par la présente mordante de sa dulcinée, ici il ne peut même plus espérer.
Tous ces visages se ressemblent et s'assemblent en un tourbillon de nuisances. Sonores. Visuelles. Le bruit de la conversation résonne à ses oreilles comme un brouhaha urbain infernal. Cette langue si belle qu'est le français — massacrée à coup de rumeurs et autres stupidités.
Une moue dédaigneuse se propage sur ses traits autrefois plaisamment amusés.
Il ne peut la laisser s'installer.
Il se détourne un instant, ses iris violettes croisants celles d'un enfant.
Ce n'est pas très étonnant. Ces soirées sont le théâtre préféré des parades de certains parents. Montrant leurs progénitures aux yeux de la bonne société — scrutatrice, elle juge. Silencieuse, moqueuse. Tandis que l'agneau jeté en pâture ne peut que sourire et faire bonne figure.
Il ne sait pas pourquoi ce gamin l'a arrêté — interpellé.
Personnalité azurée — ces prunelles d'un bleu calme. Ces mèches qui volent autour de son visage.
Il ne peut pas s'empêcher de s'approcher, intrigué.
Il n'a pas pour habitude de s'avancer — d'aller parler à des étrangers.
On se connait tous vite dans ce monde — un vase clos duquel on ne peut s'échapper.

— « Je ne crois pas vous avoir déjà croisé à ce genre de soirées » souffle-t'il de sa voix rauque, à force de n'avoir qu'acquiescer aux simagrées de la Comtesse Batholomé. « Arsène Schütz, enchanté.  » finit-il, un sourire poli au coin des lèvres.

Ses lippes se referment sur sa flûte de champagne, buvant délicatement une gorgée.
Ses yeux violets observent cet enfant — une distraction comme une autre durant ce genre de désagrément.
Quelle mauvaise idée cette soirée.







HRP:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [FLASHBACK] Hors d'oeuvre — ft. Milo/Ilias
Mer 1 Juil - 11:10
Ilias était comme un coq en pâte.

Il allait d’adultes en adultes leur offrant son adorable sourire et une politesse exquise. Des « Madame la Marquise, vous êtes encore ce soir éblouissante de beauté. Cela en fait pâlir les étoiles de jalousie » à «  Monsieur le Maréchal, le Comte, Monsieur mon père  m’a chaudement recommandé de venir vous présenter ses hommages et mes salutations distinguées. Il admire vos faits d’armes dans la campagne de X », son stock de compliments semblait sans fin. Ainsi, il faisait parfaitement illusion, reluisant de propreté dans son costume blanc  et se mêlant à la marmaille innocente des rupins. Un vrai loup parmi un troupeau d’agneaux stupides et bêlant.

Comme le bambin s’amusait de cette comédie ! Ilias portait si bien le masque de l’hypocrisie qu’on aurait pu le croire issu de ce milieu. Ce qui était plus ou moins le cas, à son grand damne.

En effet,   Dieu qu’il avait pu détester ce type de soirée quand enfant, Sofia, sa tendre sœur, l’y trainait.
A cette époque (pas si lointaine que cela) , c’était une obligation sociale. Le seul descendant male connu de la puissante famille Othmane se devait de faire bonne figure. Il n’était même pas pubère que les propositions de mariage se préparaient déjà. Il lui fallait faire comme ses petits camarades de classe et trouver un bon parti et ensuite séduire sa potentielle future belle famille.
Beurk ! Comme si à 12 ans, on voulait se passer la corde au cou ? Que nenni, ma mie ! Combien de fois l’enfant n’avait-il pas eut la tentation de semer la zizanie dans ces réceptions ? Mais un regard doux et empli de suppliques le remettait toujours dans le droit chemin. Il faut dire que pour les beaux yeux de Sofia, son frère aurait fait n’importe quoi. Alors, l’alexandrin se laissait déguiser en mignon petit singe savant avant, la mort dans l’âme, de parader en compagnie des aristocrates et gros bourgeois d’Egypte.

Mais les temps ont changé. Si le gamin à tresse se mêle aujourd’hui aux nantis, c’est pour leur faire les poches et non pour complaire à quelques hautes idées de standing social de son ainée.

Car oui, Ilias est maintenant un homme libre sur la piste des sectaires au rosaire. Mais même si sa croisade est juste, il faut bien manger. D’autant que le garnement c’est acoquiné avec une bande de traines misères en pleine croissance. L’enfant à tresse a donc repris ses anciennes activités de faussaire et pickpocket.

Et quoi de mieux pour exercer ses dons naturels que cette soirée organisée par un petit baron de Paris ?
En moins d’une heure, il avait délesté la moitié des invités de leurs portefeuilles, les allégeant de plusieurs milliers de francs. Une affaire qui roule donc.

Et le petit caïd était sur le point de mettre les voiles  Son précieux chargement avait déjà fini  sa course dans la ruelle qui longeait l’immeuble du maître de cérémonie. (Oui, on pouvait dire qu’Ilias jetait littéralement  l’argent par les fenêtres. ) Jean et les siens avaient dû le récupérer. Rien ne le retenait plus…

Sauf deux iris violets qui venaient de se poser sur lui et un gentleman qui l’abordait avec curiosité :
« Je ne crois pas vous avoir déjà croisé à ce genre de soirées Arsène Schütz, enchanté.  »

Mince, avait-il vu son manège ? était-ce un policier déguisé ( ah paranoïa , quand tu nous tiens ) ou simplement un bourgeois en mal d’amitié ? Dans le doute, le voleur lui tendit une de ses petites menottes et le salua avec politesse :

«  Messire Arsène Schültz ? Enchanté. Si je ne m’abuse, ne seriez-vous pas ce charmant Austro-Hongrois dont la Comtesse Bartholomé ne cesse de parler ? Elle dit beaucoup de bien de votre personne, savez-vous ? »

Le gamin à la tresse bleu lui fit un sourire divinement hypocrite :

«  Oh , mais, il est vrai que nous n’avons pas eu l’honneur d’être présenté. Je me nomme  Kanon Saga. Des entreprises Saga. Monsieur mon père a fait fortune dans l’import-export de coton des Amériques. Dont je reviens juste. Il pense que pour un jeune homme, il n’y a pas de meilleure école que le nouveau monde. Je ne peux contredire Monsieur mon Pére, pourtant la beauté et la grandeur de la vieille Europe me manquait terriblement.  Êtes-vous déjà allé en Amérique Messire ? »

Soudain , trois policiers firent irruption dans la pièces. Deux d’entre eux tenaient un adolescent blanc , à l’allure malingre et qui se débattait comme un beau diable. Ilia frémit en reconnaissant Jean. Comment cet idiot c’était-il fait prendre ?  Le troisième, se dirigea droit sur le maître de maison, visiblement pour l’informer du vol et restituer les portefeuilles à leurs légitimes propriétaires.

Voyant cela , le gamin , qui voulait pas se faire prendre , s'enfuit , sautant par la fenêtre sur le balcon d'en face , il rejoignit les toits et disparut dans la nuit.

Fin
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
 
[FLASHBACK] Hors d'oeuvre — ft. Milo/Ilias
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» hors d'oeuvre
» Bûche au fromage très facile (hors-d'oeuvre Kraft)
» « Pomme » de fromage au porto (hors-d'oeuvre Kraft)
» Canapés belge (jambon/fromage) (hors d'oeuvre)
» Ananas au bacon (hors d'oeuvre)

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: