Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Salve me Fons Pietatis [Goro]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Salve me Fons Pietatis [Goro]
Ven 10 Juil - 16:17


Salve me Fons pietatis


La nuit était noire, chargée d’imposants nuages d’orage qui cachaient la pleine lune pâle et maladive. La pluie commençait à tomber sur le village qui s’endormait tout doucement. Mais bientôt, les gouttes se firent de plus en plus grosses et vinrent troubler le sommeil déjà fébrile des habitants. Dans cette région de légendes de la nuit, les villages isolés étaient victimes d’attaques nocturnes qui leur ravissaient un enfant, une femme, toute une famille par moment sans laisser de traces. Les habitants, transis de peur, avaient crié au vampire ou bien au loup-garou mais pour l’Ordre Noir, ces attaques étaient très claires. Il s’agissait d’un ou plusieurs akumas qui sévissaient impunément et ils décidèrent de les arrêter pour répandre à nouveau le calme dans cette région des Carpates. Et comme un pied de nez aux croyances locales de ces bêtes envoyées par le Diable, la Congrégation avait envoyé l’un de ses exorcistes les plus croyants.

Seth se tenait accoudé à la fenêtre ouverte de sa chambre à l’auberge du coin. Il n’arrivait pas à dormir et n’en avait pas envie. Il avait toujours aimé à la pluie et les orages. Il trouvait les petites pluies apaisantes, les forts déluges là pour rappeler à l’homme sont infériorité face à la nature. Et les éclairs étaient si majestueux. Rêveur, il observait les alentours et notamment la silhouette de ce château qui dominait le village. Parfois, un éclair la définissait un peu plus et permettait au norvégien appréciait un peu plus les dimensions impressionnantes de la bâtisse. Ça avait quelque chose de mystérieux, d’occulte même. Un château baigné par la lumière de la foudre, dans une nuit de plomb et sous une pluie battante. Il ne manquait plus qu’une lumière de bougie apparaisse dans une meurtrière pour rendre le tableau parfait, digne des légendes de suceurs de sang. Toutefois, le château était abandonné.

« Vous ne devriez pas rester là. Vous allez prendre froid. Et il faut que vous soyez au meilleur de votre forme pour chasser cet akuma. » fit une voix derrière lui.

Seth se retourna pour voir un des traqueurs qui l’accompagnaient dans l’embrasure de la porte. Ils étaient trois en plus de celui-ci. L’exorciste le regarda avec une pointe de surprise dans les yeux, il ne s’attendait absolument pas à ce quelqu’un vienne le déranger en pleine nuit. Ce n’est que lorsque le traqueur parla qu’il se rendit compte à quel point il commençait à faire froid dans la chambre. Bien qu’il vienne du Nord, la température allait bientôt avoir raison de lui s’il ne fermait pas cette fenêtre. « Vous avez raison, merci. » répondit-il doucement. Le traqueur fit mine de vouloir refermer la porte mais Seth l’interpella. « Vous n’arrivez pas à dormir ? »

« A vrai dire, non. Je crois que je suis un peu sur les nerfs. L’orage, le château qui nous toise, ce n’est pas vraiment ce à quoi je m’attendais pour ma première mission, haha ! Enfin, j’ai signé pour ça donc … »
« Ne vous inquiétez pas, ça va bien se passer. » le rassura Sem en souriant faiblement. « Il n'y a pas de raison que ça se passe mal. »

Le Norsk se retourna ensuite pour refermer sa fenêtre alors que le jeune traqueur, un peu apaisé, était en train de faire de même avec la porte. Mais Seth l’arrêta d’un mot, sans pour autant décoller son regard du paysage. Est-ce qu’il rêvait ? Dans la nuit noire, une lumière était venue se coller à  la silhouette du château. C’était exactement comme il l’avait imaginé : une meurtrière illuminée par une lampe ou une bougie. Mais le château était abandonné. Ce n’était pas possible. Parce qu’il était tard, l’exorciste crut qu’il rêvait éveillé. Toutefois, un akuma rôdait dans les parages et il était tout à fait plausible qu’il se soit réfugié dans le château. Il appela le traqueur pour qu’il confirme ce qu’il voyait et, en effet, il ne rêvait pas.

Seth se retourna vers le jeune homme et lui, assuré : « Réveillez les autres et préparez-vous. Nous devons aller inspecter le château. » Des yeux écarquillés le fixèrent. Le traqueur avait vraiment peur. Et il lui fit savoir. « Mais il fait nuit et il pleut des cordes. Et … » Seth le coupa, souriant malgré le fait qu’il ne soit pas habitué à ce genre de situation. « Nous avons des chances de coincer ce démon. Plus vite ce sera fait, plus vite nous pourrons rentrer chez nuit. Et je vous l’ai dit, il n’y a pas de raison d’avoir peur. »

A peine eut-il finit qu’il se saisit de la veste de son uniforme et l’enfila. Entre temps, le pauvre hère avait filé et commençait à réveiller ses compagnons qui se préparèrent à leur tour. Juste avant de sortir de sa chambre, Seth prit la croix de son Innocence dans sa main et la serra fortement en adressant une prière au Seigneur. « Salve me Fons pietatis. »



Spoiler:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Sam 11 Juil - 16:09




APPÂT


Dans la pénombre du château, le silence régnait en maître. Même les plus hautes voûtes de la salle principales donnait l'impression de s'affaisser tant l'atmosphère était oppressante. Dehors, une nuit d'encre empêchait les plus pâles lueurs de la Lune de se frayer un chemin. Pas une seule torche ne flambait, comme si toute lumière avait été prohibée de ces lieux.


Au bout de la Grande Salle, un trône surplombait les dalles poussiéreuses, qu'aucun pied n'avait foulé depuis des décennies. Le siège était immense, digne des plus grands rois, taillé dans le bois le plus ténébreux et sculpté aux motifs les plus majestueux, du dossier aux bras, sur lesquels reposaient les miens. Un cliquetis métallique rompit le calme pittoresque, comme des clous qui tomberaient au sol les uns après les autres. C'était mes doigts qui tapotaient le bois de ce trône que je m'étais approprié. Il me fallait agir au plus vite. On ne pouvait éternellement tenir un molosse en laisse.


« Maître ! retentis une voix à l'entrée de la salle, alors qu'un akuma entrait précipitamment. L'éclaireur est revenu, il semblerait que l'Ordre Noir soit déjà au village ! »

« En voilà qui commençaient à se faire désirer... » résonna ma voix derrière un masque de métal.

« Maître... ? »

« Pendez les corps au-dessus du trône, je vais faire venir nos petits amis pour le début des festivités... ha ha ha ! »


Je me lève et disparais par la porte la plus proche. Dans le couloir, un miroir attire mon attention et je m'y arrête. Le reflet que j'y vis était si différent d'avant... Un masque de métal couvrait totalement mon visage balafré. Il n'était ni confortable ni conçu pour l'être. Il était... hihihi ! Ce n'est pas facile à expliquer. Il était mon châtiment pour avoir poignardé l'Amour. Il était à la fois le moyen de cacher ma honte, pour le plus odieux de mes crimes, et de cacher l'horreur que j'incarnais. Car vous n'êtes pas sans savoir qu'il n'est pas plus grande horreur que celle qui sévit dans l'ombre, cachée par le couvert des ténèbres... hihihi ! Ah Amorem... si seulement tu avais conscience du monstre que tu as créé. Il n'est pas plus douce consolation que l'idée de détruire tout ce pour quoi tu vivais... Hihihi !


Je caresse le miroir du bout de mes griffes d'acier et remet en place la capuche de ma cape vert émeraude, au tissu épais mais léger. Je récupérai une bougie et son bougeoir, m'approchai d'une meurtrière, dont la vue menait directement au petit village effrayé, celui dans lequel nous récoltions et semions derrière nous la peur et la paranoïa, puis allumai la mèche. Dans ma prison de métal, je respirai à plein poumon : derrière l'odeur âcre de la pluie et de l'orage, je sentais l'Innocence et les prémices d'une merveilleuse soirée... hihihi...


Laissant mon appât près de la fenêtre, je retournai à la salle où les décorateurs s'affairaient à rendre les lieux bien plus à même de recevoir nos convives : pendaient là un corps égorgé, ici par les pieds un homme décapité, ailleurs une femme aux viscères exposées. Tous se balançaient lentement, au rythme de mon souffle ébranlé. Impossible de retenir un sourire en découvrant la nouvelle atmosphère instaurée dans la salle : plus que la mort, c'est l'odeur même des corps en décomposition que l'on sentait faire frémir notre peau.


« Élégant et raffiné, qu'en dites-vous ? Hihihi ! Bien maintenant... laissez-moi. »

« Mais Maître... n'est-ce pas dangereux pour vous ? »

« Dang... dangereux ? Hihihi... Bien sûr que ça l'est, imbécile. Sinon je ne serais pas aussi enthousiaste ! Allez et attendez qu'ils entrent. Fermez toutes les issues derrière eux et... allez donc vous amuser au village, nous n'en avons plus besoin. Hihihi ! Et si un seul d'entre vous touche à l'un de mes invités... je m'occuperai si bien de vous que vous me réclamerez l'autodestruction. Hihihi ! Allez ! »


Ainsi fus-je seul la minute suivante. Assis sur mon trône, je n'avais qu'à attendre, le sourire aux lèvres, que le jeu ne commence. Oh bien sûr, il n'était pas question de me dévoiler dès l'instant. Oh non... il y avait tant de couloirs, tant de pièces, tant de recoins isolés ! Hihihi ! La chasse était lancée. Alors qu'il rentrerait dans cette salle, je disparaîtrais par la porte arrière. Suffisamment tôt pour ne pas dévoiler mon physique, mais suffisamment tard pour les pousser à suivre cette porte qu'ils verront se refermer.


« Hihihihihihi... »  


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Dim 12 Juil - 11:17


Salve me Fons pietatis


La masse du château se faisait de plus en plus oppressante à mesure qu’ils s’avançaient vers elle, dans la nuit noire tels des âmes en peine. Le chemin pavé s’ouvrait à eux comme les éclairs zébraient le ciel de plomb et bientôt ils arrivèrent dans l’ombre du château et ils saisirent l’ampleur de la tâche qui les attendait. La bâtisse était immense, parsemée de nombreuses tours et de tout autant de remparts. Encore quelques pas et ils se retrouvèrent devant les imposantes portes faite d’un bois lourd et solide. Seth, qui ouvrait la voie, fut le premier arrivé et lorsque tout le monde fut à son niveau, il s’approcha doucement du portail. La lumière à la meurtrière n’avait pas disparue pendant leur traversée du village et la montée jusqu’au château, ils avaient donc fait preuve de la plus grande discrétion pour ne pas annoncer leur arrivée à l’hôte illégitime de ces lieux. Mais maintenant, l’exorciste se rendait compte qu’ouvrir ces lourdes portes allait forcément produire un grincement horrible. Sauf que les battants étaient entrouverts comme une invitation à entrer. Peut-être était-ce l’akuma qui les avait laissés comme ça par négligence. Oui mais voilà, ils ne pouvaient pas laisser place à la négligence. Décrochant son crucifix pour le laisser pendre à son bras, Seth se retourna vers ses quatre compagnons. « Restez sur vos gardes, on ne sait pas ce qu’il y a à l’intérieur. Deux groupes, je prends le jeune. Si vous trouvez quelque chose, faites-le nous savoir par golem. Le Seigneur vous garde. Bonne chance. »

Sans plus de cérémonie, il s’engouffra dans l’embrasure des portes, crucifix à la main, prêt à l’activer et à le lancer sur un ennemi embusqué. Les traqueurs suivirent, armés de leurs talismans mais tous furent obligés de se raviser. La cour du château était d’un silence de mort. Le vent soufflait, la pluie tombait. Mais pas une trace de vie, humaine ou mécanique. Devant eux, à l’autre bout de la cour, se dressait une porte plus petite mais qui semblait donner à l’intérieur du château. D’un signe, le Norvégien fit comprendre à l’autre équipe d’aller inspecter les écuries, la forge. Lui et le plus jeune des traqueurs allaient s’occuper de l’intérieur du château.

Avant d’entrer, Seth leva la tête sans prêter attention aux gouttes de pluie qui lui tombaient lourdement sur le visage. Là-haut, sur la paroi du donjon, cette lumière orangée trônait toujours. Combien y avait-il de chance pour que le démon se cache là-bas ? Mais combien y’en avait-il pour que ce soit un piège ? Seth savait que s’il n’y allait pas, l’équipe de traqueurs, une fois leur tâche finie, irait s’en occuper. Et il ne pouvait pas laisser ses pauvres hères se faire massacrer par la Bête. Son choix effectué, il poussa la porte et entra la pénombre du château. Son petit golem lui fournissait tout juste assez de lumière pour voir sans être repéré trop facilement et ainsi, ils avancèrent.

Après avoir grimpé de nombreux escaliers, le duo trouva une nouvelle porte entrouverte dont un rai de lumière s’échappait. Se devait être ici. D’une pensée, Seth activa le Saint Rosaire qui se para d’un halo émeraude. Le traqueur vint se placer derrière la porte, la main sur la poignée. Un signe de l’exorciste et il l’ouvrit complètement, le laissant s’engouffrer dans la chambre. A nouveau prêt à frapper, Seth n’en eut pourtant pas la possibilité. Il n’y avait rien dans cette pièce. Ce qui lui avait semblé être une meurtrière de dehors était en fait la petite fenêtre d’une salle quelconque. Des tapisseries défraichies et filantes pendaient aux murs, une table se dressait en plein milieu d’un conclave de chaises branlantes et poussiéreuses. Il n’y avait rien ici si ce n’était une bougie qui brûlait faiblement et une odeur âcre : celle du sang, de la mort. Il n’y avait pas de doute possible, l’akuma était bien passé par ici. Seth s’avança dans la pièce non sans désactiver son Innocence et s’approcha de la fenêtre. Il y regarda longuement pour voir ses compagnons traverser la cour. C’était un point d’observation parfait pour leur ennemi. S’il avait été là lors de leur arrivée, nul doute qu’il était au courant qu’un Élu de Dieu était là pour l’exorciser. Sem souffla la bougie et fit volte-face. « On continue. »





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Lun 20 Juil - 16:43




TRAQUE


Et d'attendre sur mon siège comme la Mort attendrait la Vie s'agenouiller à ses pieds. Force fut de constater pourtant, après un certain temps, que l'Ordre Noir appréciait la complication. Dans les châteaux, les grandes salles de réception étaient généralement les pièces les plus faciles d'accès. Pourtant, personne n'était encore là. Les yeux clos derrière mon masque de ferraille, je les entendais se déplacer tout autour de moi sans jamais m'atteindre, comme les petites buses en chasse, mais qui évitent l'aigle royal. Hihihi ! Le jeu commençait à être intéressant...


Je me lève et avance lentement, comme le meneur d'une sombre procession. Au-dessus de moi, les sacrifices m'honorent et rendent grâce au Dieu que je sers. J'arrive devant la porte et m'arrête une seconde avant d'en franchir le pas. Je souris en posant ma main sur le bois lourd et somptueusement ouvragé. Et d'entrer en scène, comme si j'ouvrais le rideau de scène.


Ma gorge se mit à vibrer, d'une voix grave et profonde, telle une voix d'outre-tombe, alors que je me mis à fredonner bouche fermée une chanson. J'avançais dans les couloirs, attirer par les pas de chacun de ses nouveaux occupants. Un groupe ici, un autre là. L'un d'eux était composés de trois, l'autre de deux.


« Hmm hmmmm you kiss my cold clay lips... hmmmmhmm hmmm hmmm... »


J'arrivai tout près d'eux alors que leurs voix se faisaient entendre à leur tour. Ils étaient paniqués et s'affolaient de ne pas savoir d'où venait cette comptine qu'ils avaient perçue. Caché dans l'ombre, je les observais se rassembler pour lutter contre les ténèbres. Tous trois dos à dos, ils braquaient leurs petites lumières où ils le pouvaient. Derrière ma cachette, au détour d'un couloir, je reculai en faisant grincer mes griffes d'acier au mur de pierre. Ils claquent des dents, je peux les entendre… Hihihi ! Je peux sentir dans l'air les vibrations de leurs genoux tremblants... Et dans l'espoir de passer inaperçu, de se fondre dans le décor et de voir l'ennemi s'éclipser, ils n'osent appeler à l'aide, ils n'iront pas élever la voix.


Puis de redevenir silencieux comme un mort... hihihi ! Il n'est pas de plus douce expérience que celle de l'espoir qui renaît. Les entendre demander si la bête était partie, s'ils étaient en sécurité, ce que tout cela pouvait bien être, si les lieux n'étaient pas hantés, et combien il faudrait remercier les Exorcistes pour ce genre d'expéditions... c'était l'un de mes petits péchés mignons... Hihihi !


« On continue d'avancer ? »

« Par là ? »

« Où il y avait les bruits ? T'es malade ! On va de l'autre côté ! »

« J'suis d'accord... on va même retourner vers la sortie le plus vite possible et faire croire au Prêtre qu'on a rien trouvé du tout malgré tous nos efforts. Qui vote pour ? »

« Moi, sans hésiter ! »

« Et toi tu vas encore vouloir faire le brave, c'est ça ? … Hein ? »

« Merde... il est passé où ? Il était là il y a une seconde... »

« Pssst ! T'es où ? »

« Tu crois que... »

« Putain... »

« Merde à la fin... t'es où, vieux ? »

« Hmmhmmmm hmmm hmmm yonder day, sweetheart... hmmmhmmm hmmmhmmmm... »

« Cours... Cours ! COURS ! COURS !!! »

« IL EST JUSTE DERRIERE NOUS ! »

« ACCÉLERE BON DIEU ! SUIS-MOI ! »

« Hihihihi... Houhou !! »

« T'ARRÊTE PAS, ALLEZ ! »

« A DROITE ! A DRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGH !! »


Dans un tourbillon de ténèbres, le traqueur disparut et laissa son ami seul dans le dédale du château. Ses hurlements résonnèrent dans tout l'édifice, jusqu'à ce qu'un violent craquement d'os ne mette fin au tumulte sonore.


Le dernier traqueur continuait à courir alors que le silence retombait tout autour de lui. Il ne stoppa sa course qu'une fois une lourde porte franchie, qu'il referma derrière lui. La salle dans laquelle il se trouvait désormais était si spacieuse qu'il ne devait y avoir aucune autre équivalence dans tout le château. Une drôle d'odeur lui donna la nausée, et les flaques rougeâtres qu'il vit par terre le poussèrent à lever lentement les yeux. Il put ainsi découvrir l'horreur. Une dizaine de corps pendus, tous plus mutilés les uns que les autres, fit monter les larmes. Son estomac ne put supporter une telle vision. Il vomit, respirait fort et s'adossait à la porte... à travers laquelle il l'entendit.


« When the automn leaves that falls from the trees... are green and spring up... again. »


Il pouvait presque sentir son souffle traverser la jointure des deux pans de portes. Un coup violent les fit trembler, projeta l'homme un mètre plus loin... puis plus rien. Les portes étaient restées closes et le silence revint. Le traqueur, désormais seul au milieu de cet échiquier macabre, fondit en larmes et se mit à prier. Il le savait, ce n'était plus qu'une question de temps avant que la Bête ne revienne...


Il ne se trompait pas... j'étais seulement en train de faire le tour. Hihihi !   


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Mar 21 Juil - 14:36


Salve me Fons pietatis


Comment pouvait-il seulement se douter qu’il y avait bien plus ici qu’un simple akuma ? Ce château n’était pas hanté par quelque vampire assoiffé ou par un revenant d’un autre temps mais par quelque chose de plus terrible encore. Le Démon, le vrai, avait décidé de les prendre en chasse. Mais à ce moment-ci, Seth n’en avait aucune idée et malgré les paroles rassurantes qu’il adressait à son compagnon, la vérité allait être sanglante. Il y aurait bien peu de chance pour que le jeune traqueur s’en sorte.

A peine furent-ils sortis de la pièce vide, celle du leurre, qu’ils entendirent comme un murmure, un chuchotement qui semblait joyeux. S’il tendait l’oreille, le norvégien pouvait s’imaginer entendre une chanson. Si dans la pénombre, il eut un instant l’impression qu’elle était toute proche de lui, simplement soufflé par un esprit malveillant, il se rendit compte que ce n’était pas le cas. Les paroles se diffusaient dans le château, partant de bien plus loin. Et comme le silence régnait, on pouvait l’entendre aisément. Pendant un moment, Seth ne bougea pas et le traqueur fit de même. Ils écoutèrent patiemment. Puis vinrent d’autres bruits, des voix. Les autres traqueurs. Les voix se firent de plus en plus fortes, paniquées. Ils crièrent tandis que l’on pouvait entendre leurs pas se répercuter contre les murs glacials du château. Si Sem s’était retourné vers son compagnon, il l’aurait vu aussi pâle que la mort. Ils ne pouvaient pas se permettre de rester là à attendre. Ils allaient se faire massacrer si Seth n’intervenait pas.

Sans un mot il fit signe au traqueur de le suivre. Toujours éclairés par une lampe et le golem de l’exorciste, ils parcoururent les couloirs en tentant de se rapprocher de leurs collègues. Et bientôt, une lueur verdâtre s’ajouta au peu de clarté qu’ils pouvaient s’offrir. Le norsk venait d’activer son Innocence et se préparait à toutes éventualités. « A DROITE ! A DRAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAARRRGH !! »

Le cri horrible fut relayé par la radio du golem mais les deux n’eurent aucun mal à l’entendre distinctement. Le jeune traqueur se stoppa net et laissa sa lampe tomber sur le sol de pierre. Ses yeux étaient vides. Il tremblait de partout et d’une voix mal assurée, il tenta de dire qu’ils feraient mieux de s’enfuir. Mais Seth ne le pouvait pas. Pas maintenant, alors qu’au moins un traqueur avait déjà trouvé la mort. Toutefois, il ne pouvait pas forcer son compagnon et s’il le laissait là tout seul, il se ferait tuer. Sans aucun doute.
Le prêtre noir soupira. Il allait proposer quelque chose, quand bien même ça ne lui ressemblait absolument pas. Ils devaient remplir leur devoir mais il était évident que l’autre n’en était pas capable. Et ça ne servait à rien de l’envoyer à la mort.

« Je ne peux pas partir comme ça. Mais je ne vais t’obliger à me suivre. Rentre à l’auberge et préviens le QG. J’aurai besoin de renforts au plus vite. »

Avant de disparaître dans l’ombre, Seth s’assura que le garçon agite la tête et s’en aille de son côté. Une fois cela fait, il adressa une prière au Seigneur pour qui le garde et lui permette d’arriver en vie à l’auberge.
Il continua sa course jusqu’à entendre un grand fracas près de lui, ce qui lui semblait être une porte que l’on claquait. Il se dirigea comme il le pouvait jusqu’à se retrouver en face d’une grande porte en bois sculpté. Malgré son âge, elle restait magnifique pour un château hanté. Il s’en approcha et crut entendre une voix derrière elle. Des sanglots, des prières. Il y avait un traqueur derrière. Sem tenta d’ouvrir la porte mais elle résistait. Il devait l’avoir bloquée. Alors il l’appela mais la seule réponse qu’il eut fut une malédiction et des prières redoublant d’ardeur.

Merde.

Le norvégien devait aller le sauver. Quitte à ce qu’il attire l’akuma vers lui, il allait enfoncer cette porte. Il frappa et frappa, entendit le traqueur se terrait dans encore plus de pleurs et de litanies mais rien ne se passait. Il utilisa son Innocence. Aucune amélioration. Alors il y mit plus de volonté et sentait que les battants commençaient à lâcher. Et finalement, ils cédèrent et le laissèrent s’engouffrer dans la salle.

Il regretta immédiatement d’avoir voulu ouvrir cette porte.

Odeur de sang, cadavres mutilés pendus au plafond. Et dans une marre de sang, un corps encore chaud.





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Mer 22 Juil - 10:44




COLLET


Pareil à un vent d'est, je soufflais et faisait plier devant moi tout ce qui se dressait sur ma route. Pourtant, l'on ne pouvait me voir, l'on ne pouvait me toucher. Je n'étais pas palpable, je n'étais pas un corps. Je n'étais pas un être vivant, ne possédais ni nom ni personnalité. Aux yeux de mes victimes, je n'étais rien de plus qu'un souffle mortel, je n'étais rien... hormis Peur et Mort. Hihihi ! Cette douce idée, légèrement sucrée sur le bout de ma langue, me faisait sourire comme un adolescent après son premier baiser d'amour, hihihi ! Je marchais dans les couloirs, silencieux et vif, mais conservait, invisible derrière mon masque, ce sourire d'émotions fortes. Je jubilais !


Le long de ce labyrinthe infernal, sombre, et dont l'ambiance était installée par le bruit de la pluie incessante et du vent se frayant un chemin dans les fissures, je contournais la pièce principale où un homme pleurait et priait. Il y avait cette porte, juste derrière mon trône... C'est par là que j'entrai.


Lentement, la porte s'ouvrit et mon ombre se détacha du reste de l'obscurité. Une ombre de presque deux mètres de hauteur qui avançait vers son funeste dessein, si légère qu'elle semblait flotter au-dessus du sol. Et l'homme se recroquevillait, il pleurait et priait. Tout était si grand cauchemar qu'il n'osait pas appeler à l'aide... il n'était plus capable de rien, seulement de prier pour que sa mort soit rapide et que son âme connaisse le repos éternel. Il baissait la tête face à moi, impuissant qu'il était à affronter son destin. Pourtant du coin de l'oeil, il ne pouvait s'empêcher de me lancer un regard apeuré, de contempler le visage de la mort... froid et métallique, impassible, insensible... Et cela l'effrayait toujours plus. Derrière lui, quelqu'un martelait de coups la lourde porte en bois sculpté. Je pris une grande inspiration et mon sourire s'étala plus grand encore. Innocence... hihihi ! Le temps était compté désormais. La fin des premières festivités arrivait... le véritable spectacle approchait... hihihi...


Je saisis l'homme à la gorge afin de le soulever, et le forçai à contempler le regard que je posais sur lui. Ses yeux exorbités semblaient appartenir à un fou. Sa voix, même écrasée par ma poigne, persistait à prier pour son âme. Décidément... ce garçon parlait un peu trop, pour finalement ne rien dire de bien intéressant.


« Chuuuuuuuut... » sifflai-je en posant un index d'acier sur ses lèvres tremblotantes.


Puis de glisser mon doigt dans sa bouche. Mon masque présentait une fine ouverture au niveau de la mienne, aussi l'homme put-il voir mes dents taillées s'afficher en un sourire carnassier. Il n'osait plus rien dire, et ma main à son cou ne lui permettait plus de perdre tout l'air qu'il désirait. Puis un deuxième doigt... et le troisième... Il voulut commencer à crier, mais je fus heureusement plus rapide. D'un mouvement sec, j'enfonçai ma main dans sa gorge, brisant au passage quelques dents ainsi que l’œsophage, et disloquant sa mâchoire, de par l'épaisseur de mon bras. Je lâchai son corps et accompagnai la chute pour ne pas perdre mon emprise. Il n'était pas encore tout à fait mort, mais convulsait lentement alors que de l'extérieur, on pouvait voir son cou se déformer de manière spectaculaire. Du sang commençait à s'échapper de sa bouche, autour de mon bras, et de son nez.


On martela à la porte et les gongs étaient maintenant prêts à céder. Un nouveau coup sec et mon bras disparut jusqu'au coude. Le corps de l'homme se crispa entièrement, avant  que je ne sente chacun de ses muscles perdre force et vie. J'extirpai l'arme du crime, couverte de sang, et prit le chemin de la porte secondaire.


Elle s'ouvrait lorsque la principale laissa l'Exorciste entrer. Je sortis dans le couloir et m'arrêtai brusquement afin de renifler. Au-delà du sang et des corps, de l'Innocence et de l'immondice nauséabonde de ce Prêtre Noir, une autre odeur vint me chatouiller les narines. Je souris, dos à mon prochain adversaire, et tournai tout de même la tête vers lui, de sorte à ce qu'il perçoive le profil de mon visage, au loin dans l'obscurité.


« Un dernier... hihihi... » soufflai-je avec sournoiserie, avant de m'éclipser une nouvelle fois dans les couloirs.


Je m'étais mis à courir, nerveusement, puissamment, comme un guépard en pleine savane. Un grognement se faisait entendre derrière mes lèvres. Il me fallait cette vie... cette vie... Oh oui, il me la fallait...


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Jeu 23 Juil - 10:16


Salve me Fons pietatis


La veste couleur crème du défunt ne pouvait pas tromper Seth. Il s’agissait d’un des traqueurs qu’il avait envoyé dans l’autre groupe. Toutefois, comme hypnotisé par cette vision, il s’avança dans la salle sans porter attention pour le moment aux cadavres qui se balançaient au plafond. Il pouvait très certainement y avoir un ennemi dans cette salle, mais avec la pénombre il n’aurait certainement pas attendu pour s’en prendre à lui.
Il s’accroupit et observa le cadavre encore chaud. Les yeux du pauvre homme étaient figés dans une expression d’horreur, encore humides de larmes. Et surtout sa bouche … on aurait plutôt dit un trou béant qu’autre chose. C’était de là que s’était échappé le sang, c’était à cause de cela aussi qu’il le pauvre hère était mort. Qui pouvait bien avoir fait ça ? Ce ne pouvait pas être un akuma, il n’aurait retrouvé que des habits sans propriétaire. Mais qui était capable d’une telle boucherie ?

Une goutte de sang tomba d’un corps, tout près de Seth. Il eut un mouvement de recul et tomba sur les fesses. Serrant plus encore son Innocence, il se prépara à une éventuelle attaque. Mais ce n’était rien. Le cœur battant, il se releva et soupira. Il tenta de se détendre un peu. Ce n’était pas le moment de céder à la peur. L’endroit était certes particulièrement sordide mais il devait garder en tête la mission. « Un dernier... hihihi... »

Comme sortie de nulle part, cette voix démente souffla dans la pièce comme une brise annonçant un orage. Sem se mit sur ses gardes une nouvelle fois. Observant avec difficulté la pénombre, il s’attendait à voir surgir une masse plus sombre encore pour venir le frapper. Mais il ne perçut d’un faible éclat de métal qui disparut devant la lampe de son golem. Avait-il rêvé ? Etait-ce bien un masque de fer qu’il avait cru voir ?
Le silence était de plomb dans la salle du trône, ce qui lui permit de percevoir des bruits de pas furieux qui s’en éloignait. Il était évident que cette chose était le responsable de ce massacre. Mais alors, pourquoi ne l’attaquait-il pas ? Il était pourtant le dernier dans le château …

Non. Il restait encore Edgard, le plus jeune des traqueurs, qui ne devait pas être totalement sorti. C’était lui que la chose voulait prendre en chasse. Seth se précipita vers la porte dérobée qui avait servi à son adversaire et s’y engouffra tout en ouvrant une communication avec le garçon. « Edgard ! Tu m’entends ?! Sors au plus vite ! Cours ! »Il n’y eut aucune réponse de la part de son partenaire et le norvégien s’imagina le pire. Il ne savait pas où il se trouvait exactement et il était tout à fait possible que la bête ait réussi à le retrouver. Merde !
Seth accéléra sa course, tentant non sans mal de suivre les pas déments qui claquaient contre la pierre. Il tourna à droite, dévala un escalier. Il défonça une porte sur sa gauche. Il ne pouvait pas le laisser tuer le jeune Edgard ! Il s’approchait, il en était sûr ! Bien qu’il ne sache plus où il se trouvait dans le château, il avait la certitude de bientôt rencontrer la chose et ainsi l’empêcher de commettre un énième meurtre sanglant.

Plus vite !
Encore un peu !

Seth passa la grande porte du château sans s’en rendre compte. Il se retrouva dans la cour, sous la pluie battante et le roulement du tonnerre. Haletant, il s’arrêta. Il ne les avait pas trouvés, ni Edgard ni la bête. Il tenta une autre communication avec le traqueur mais toujours aucune réponse. Pouvait-il seulement espérer que le jeune homme se soit rendu à l’auberge et ait coupé son golem par inadvertance ? Non, il savait qu’il devait appeler du renfort et par conséquent, il aurait gardé une communication avec l’exorciste pour le prévenir de leur arrivée ou même informer les alliés de sa situation en temps réel. Il avait peut-être peur mais il restait tout de même professionnel.
Alors le monstre l’avait eu sans que Seth ne puisse le sauver. Abattu, il se laissa tomber sur les marches détrempés qui menaient à la grande porte. Ils étaient cinq pour dénicher un simple akuma. Il se retrouvait seul face à quelque chose de totalement inconnu et sauvage. Que le Seigneur lui vienne en aide.



Spoiler:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Jeu 23 Juil - 12:31




VISÉE


Du haut de ma fenêtre, je contemplais le monde d'un visage froid comme le métal qui le recouvrait. Loin en contre-bas, l'Exorciste attendait impuissant dans la cour. Sous une pluie battante et un orage grandissant , il était l'incarnation même du Fatalisme. Depuis mon observatoire, j'étais le Destin qui tirait les ficelles. Là sans qu'on ne puisse affirmer son existence, inaccessible et immatériel... j'imposais mes lois sur des chemins déjà tous tracés. Par dessus les remparts, je pouvais apercevoir le village. Des explosions se mêlaient au tonnerre, les flammes aux éclairs, les cris au vent sifflant à l'oreille. J'abattais d'une main quasi divine mon pouvoir de vie ou de mort sur l'être humain. Ce sentiment de puissance me faisait des chatouilles dans le ventre, pour tout dire... hihihi !


Cet élan bucolique, apocalyptique, poétique, fut interrompu par un gémissement à mes pieds, qui eut pour bon effet de me recentrer sur mes projets actuels. Le corps du garçon saignait abondamment à divers endroits de son corps tuméfié par les coups, mutilé ou bien encore brisé. Je le saisis par le col et le penchai au-dessus de la lucarne.


« Tu vas pouvoir me remercier, c'est grâce à mes portes closes que ton sauveur ne t'abandonne pas entièrement à ton sort... hihihi ! » lançai-je amusé avant de le ramener dans la salle toute faite de pierre sombre. « Dis-moi... est-ce que tu tiens à la vie ? »

« Ou... Oui... pitié... pitié... » murmurait-il entre deux toussotements de sang. « J... Je ferai ce que vous voudrez... pitié... J... J'ai mal... »

« Bien sûr que tu as mal, crétin. Je ne t'ai pas broyé les bras avec une barre de fer en espérant ne pas trop te faire mal ! Hihihi ! Tu veux rejoindre ton petit copain, hm ? »

« S'il vous plaît... On ne vous poursuivra pas... on ne parlera même pas de vous... » pleurait-il comme un enfant.

« Bon d'accord, très bien, tu m'as convaincu. Tu peux le rejoindre ! »

« V... Vraiment... ? »

« Vraiment ! Malheureusement, tu es trop faible pour descendre toutes ces marches et je te rattraperais trop vite... Je ne résiste pas à un bout de viande fuyard, hihihi ! Et si tu ne disparais pas dans les vingt prochaines secondes, je vais continuer... encore... et encore... et encore... à briser chacun des deux-cent os de ton corps qui ne le sont pas déjà... »


Je souris derrière mon masque et levai le bras en direction de la fenêtre. Le jeune homme se mit à pleurer de plus bel. Une vingtaine de mètres nous séparait du sol. C'était donc pour lui un choix difficile entre suicide et torture, pour quelqu'un qui désirait plus que tout vivre. À nouveau saisi par le col, il fut forcé de se lever pour faire son choix. Ses yeux osaient même se perdre sur la porte, pour calculer les chances qu'il avait de s'enfuir par surprise. Je lui fis savoir qu'elles étaient nulles, voire dans les négatifs. Hihihi !


Alors, tout le corps tremblant, avec ses bras ballants comme deux poids morts, il grimpa sur le bord de la lucarne : une large fenêtre de deux mètres de hauteur, à moins d'un mètre du sol. Je l'admirais, une lueur de fierté dans le regard, puis saisis le golem à l'aile cassée qui traînait par terre. J'activai la communication et l'approchai du garçon. Voilà ce que put capter l'Exorciste, en bas.


* Notre P... Père... qui êt...êtes aux cieux... qu... que ton nom s... soit... Ooooh... c'est le moment que je préfère, Exorciste... *


Le garçon tourna un peu la tête et le plus grand désespoir du monde braquait des yeux de chiot battu sur moi. Je fis simplement non de la tête en soupirant d'exaspération. Ces jeunes alors, ils croient qu'on leur offrirait tout par compassion ! Hihihi !


Bon, ne bouge pas... sauf pour éviter les éclaboussures, à la limite, hihi ! Je descends ! *


Et de quitter la pièce au moment où, renonçant à tout espoir, le garçon se laissa tomber dans la cour intérieure.


Il me fallut peu de temps pour rejoindre la scène, puisque je commençais à connaître chaque recoin de ce magnifique château. Il était là, sous une pluie battante, beau comme une menace, un corps inerte étendu aux pieds. J'étais là, sous la même pluie, ma cape fouettant l'air de toute sa prestance et mes yeux d'acier, derrière un masque inexpressif, ne cillaient plus face à l'adversaire. Je ne souriais pas non plus.


« Bienvenue dans ma demeure, Exorciste... J'espère l'accueil à la hauteur de vos espérances... hihihi ! »


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Sam 25 Juil - 11:36


Salve me Fons pietatis


Que devait-il faire ? Assis sur les marches détrempées, Seth se posait réellement la question, les yeux perdus dans le vide. Il pouvait très bien passer le portail et rejoindre en courant le village en espérant retrouver Edgard et appeler du renfort en restant bien éloigné de ce château de malheur. Il pouvait aussi, et devait, rester ici pour détruire l’esprit qui hantait ces lieux. Toutefois … Des lueurs orange et rouges commençaient à s’élever du petit hameau. Des cris parvenaient jusqu’à ses oreilles malgré l’orage. L’affolement général ne pouvait pas être dû qu’à un unique akuma, qui plus est orchestrerait le tout d’ici. Non, c’était tout autre chose. Ce qui s’amusait avec lui, c’était l’un de ceux qui commandaient aux armées de démons. Un diable particulièrement sadique et comique qui se délectait de la mort qu’il devait observer avec plaisir, un sourire immense sur les lèvres.

De là où il se trouvait, Seth ne voyait qu’un halo coloré qui dépassait des remparts du château. Pourtant, il savait qu’il n’y avait plus rien à faire pour les pauvres gens de ce village. Tout comme il ne pouvait plus rien faire pour le jeune Edgard. Il enfouit son visage dans ses mains. Pourquoi le Seigneur lui avait-il confié l’une de Ses précieuses Innocences s’il ne pouvait pas sauver des vies avec. Toutefois, même si ce n’était pas l’envie qui lui manquait, il ne pouvait pas rentrer à la Congrégation et annoncer le décès horrible de quatre traqueurs sans qu’il ait pu faire quelque chose.
Mais il pouvait les venger. S’il ne pouvait plus rien faire à présent pour leur empêcher une mort atroce, le Norvégien pouvait leur apporter le repos en détruisant celui qui leur avait fait ça. Après tout, c’était pour cela que Dieu l’avait envoyé ici et lui avait permis de rester en vie jusqu’à maintenant. A nouveau déterminé, Sem se releva. Quitte à y laisser la vie, il ferait son devoir.

*Notre P... Père... qui êt...êtes aux cieux... qu... que ton nom s... soit... Ooooh... c'est le moment que je préfère, Exorciste...*

Edgard ? Il était encore en vie ! Toutefois, cette voix démente qu’il avait entendu dans le château s’était interposée. Et … Non ! Le traqueur était en pleine prière ! Seth balaya les environs sans pour autant trouver où le Noé et le traqueur se trouvaient.

*Bon, ne bouge pas... sauf pour éviter les éclaboussures, à la limite, hihi ! Je descends !*

Descendre ? Éclaboussures ? Seth leva la tête en se retournant. Ils se trouvaient dans le donjon. Mais comment avait-il pu croire que le démon était autre part ?! Il voulut repasser la grande porte pour tenter de sauver le jeune traqueur mais il vit une forme sauter d’une fenêtre.

Les yeux écarquillés, incapable de bouger ne serait-ce d’un centimètre, Seth le vit tomber. Il avait l’impression que la scène se passait au ralenti sans qu’il puisse faire quoi que ce soit. Les cris d’Edgard se répercutaient dans la cour du château et cessèrent bientôt dans un bruit immonde, un craquement sourd et définitif. Comme ce son arrivait à ses oreilles, Seth s’élança vers le corps et s’accroupit juste à côté. Sa main tremblait lorsqu’elle s’avançait lentement vers le cou d’Edgard pour savoir s’il avait encore un pouls. Seth espérait, sincèrement. Mais son toucher froid sur le corps encore chaud ne lui révéla que ce qu’il savait déjà au fond de lui.
Seigneur … Le pauvre garçon avait encore les yeux ouverts et toujours d’une main tremblante, Seth les lui ferma tout en adressant une prière au Tout-puissant. Edgard n’aurait pas besoin de voir ce qui allait se passer. *Bienvenue dans ma demeure, Exorciste... J'espère l'accueil à la hauteur de vos espérances... hihihi !* Devant lui, descendant les marches qui menaient à la grande porte, le monstre était là. Sa cape d’un vert sombre battait au vent et la lueur vive des éclairs révélait un visage brillant, figé dans une expression de mort.
Que Dieu le garde. Seth se releva et fit face à son ennemi. Il ne pouvait plus reculer maintenant. L’affrontement allait avoir lieu. Le visage grave, Seth toisa le colosse qu’il allait combattre. Il se dégageait de lui une vraie aura de terreur mais il ne devait pas céder. Pour ses compagnons. Pour les pauvres gens du village. « Vous avez le sens du spectacle. Je n’ai jamais vu pareil acharnement à mettre la mort en scène. Dommage que la votre sera expéditive. »

Il ne lui laissa pas plus de temps. D’un mouvement fluide mais vif, il envoya son chapelet faucher le monstre par la droite. Il ne pouvait pas se permettre de rester sur la défensive.
Il ne voulait pas le montrer. Mais pour la première fois de sa vie il avait peur d’affronter un descendant de Noé.





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Lun 24 Aoû - 12:56




TOUCHÉ


« Vous avez le sens du spectacle, vint-il me flatter de sa voix la plus menaçante – j'en aurais presque tremblé ! Hihihi ! – Je n’ai jamais vu pareil acharnement à mettre la mort en scène. Dommage que la votre sera expéditive. »


Sans répondre, je me contentai de sourire derrière le masque qui couvrait l'intégralité de mon visage balafré. J'aurais pu, si l'occasion m'eut été donné, lui développer en plusieurs points et en me basant sur une argumentation solide une réponse à ses vaines paroles. Ma mort, en réalité, serait lors de sa venue la plus incroyable que le monde ait jamais connu ! Hihihi ! J'y tenais particulièrement, pour ne pas offenser mon propre sens du spectacle et souiller mon honneur.


Le plus intéressant résidait néanmoins en ce pourquoi je n'eus aucun temps de réponse. Typique des Exorcistes, et particulièrement de ceux qui voient leurs faibles chances de survie s'affaiblir de minute en minute... hihihi ! Comme j'allais m'amuser ! J'étais vraiment excité comme une puce ! Ce qui en réalité n'était pas une très bonne chose. Comme un enfant le matin de Noël, il m'était impossible de me concentrer sur autre chose que les merveilleux cadeaux qui m'attendaient ! Aussi ma concentration était au plus bas et mes réflexes, plus aigus que la moyenne, ne se focalisait pas du tout sur l'homme lui-même – plutôt sur toutes les images de ce que je projetais de lui faire vivre, hihihi ! – qui en profita pour m'attaquer. On pourrait y avoir une certaine lâcheté... et c'en était une, sans l'ombre d'un doute, mais qui aurait agi différemment ? Hihihi ! Après tout... il était face à moi. Et même si la pluie torrentielle ne me permettait pas de le distinguer, j'étais presque certain qu'il avait mouillé ses chausses, le pauvre enfant.


J'allais par la même, et comme j'avais coutume de le faire, jauger des talents de l'adversaire avant de dévoiler les miens. Enfin... il en avait déjà eu un vague aperçu dans le château. Hihihi ! Son arme, un crucifix au bout d'une corde (ils ne savent décidément plus quoi inventer!) siffla l'air et trancha les gouttes de pluie qui lui barraient le chemin entre elle et moi. L'objet me percuta avec force, la force surnaturelle de l'Innocence face à la Matière Noire. L'impact me projeta de côté et le sol inondé ne permit pas de ralentir ma course. Je volai sur deux, peut-être trois mètres, sur ma gauche avant de glisser sur quelques mètres supplémentaires. Une douleur cuisante, comme la marque d'un fer chauffé à blanc que l'on aurait approché trop près de ma peau, me chatouillait la hanche. Pourtant ma tenue n'était aucunement brûlée, seule ma peau paraissait affectée par le pouvoir de mon petit et peureux pote Prêtre, hihihi !  


Dans un gémissement, qui ne saurait définir s'il traduit douleur ou plaisir – les deux étant généralement intimement liés chez moi, hihihi ! – je me redressai et époussetai inutilement mes épaules alourdies par la pluie. Je souriais, sans que le jeune Élu ne puisse s'en douter.


« Je vais te fournir un judicieux conseil d'ami... l'ami. Quand tu attaques avec lâcheté, assure-toi de faire mal... sinon tu risques seulement de mettre en colère. Et... hihihi ! Tu n'as pas envie de me voir en colère. Mais c'était un très joli coup. Et très joli collier, ma mignonne. Hihihi ! Je parle, je parle, je parle ! Désolé je ne sais pas m'arrêter. En vérité, c'était juste pour détourner ton attention. Parce que je ne suis pas moi, tu vois ? Enfin si, je suis moi, mais pas vraiment moi. Tu peux me toucher, mais moi je ne peux pas te toucher. C'est assez frustrant, je dois bien l'admettre. Le vrai moi est derrière toi, regarde ! »


Et derrière lui, en effet, se tenait bien un autre moi. Grand, imposant, plutôt beau gosse avec son masque de ferraille sur le visage et sa capuche rabattue devant. Sa cape fouettait l'air sous la force du vent et ses deux petits yeux gris luisaient à la lumière de chaque éclair. J'aurais pu rester là à le contempler toute la nuit. Mais j'étais trop occupé à profiter de cet instant d'inattention pour me jeter sur l'Exorciste et l'attraper à la gorge. Mes doigts couverts d'acier le tenaient fermement, leurs pointes prêtes à percer sa peau. Derrière, mon autre moi disparut, sans avoir effectué le moindre mouvement.


Usant de toute ma carrure, je soulevai l'homme à bout de bras pour le décoller du sol.


« Bon d'accord, j'ai un petit peu menti. Ce n'était pas moi le pas moi. Hihihi ! Bien, maintenant... »


Ma main libre disparut sous la cape qui s'écrasait tout autour de moi par le vent, puis réapparut, tenant entre ses longs doigts une dague merveilleusement ouvragée. Je fis glisser la lame le long de son visage pour faire naître en lui cette même excitation qui me procurait tant de chatouilles dans le ventre. Hihihi !


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Mar 25 Aoû - 11:32


Salve me Fons pietatis


Il avait peur et faisait tout pour tenter de le cacher. Son visage ne ressemblait plus qu’un à un masque froid. Mais qui ne demandait qu’à se fissurer au premier choc, comme se briserait un vase de porcelaine. Avant et durant toute son attaque, Seth fixait les yeux acier de son adversaire, cherchant à percer leur éclat dérangeant. Riait-il derrière son visage de fer ? Ou bien faisait-il comme lui, cherchant une faille. Plus il se posait la question, plus Seth voyait dans ces grands yeux froids l’expression moqueuse de quelqu’un qui s’amusait avec une poupée. Le profanateur s’amusait avec lui, il sentait sa peur et s’en délectait. Il était un vampire qui, avant de déguster le doux breuvage que lui offraient ses victimes, dégustait ce sentiment de puissance qu’il ressentait en les terrifiant. Qu’aurait-ce été s’il avait ôté son masque ?

Heureusement, ce fut Sem qui porta le premier coup, ce qui lui permit de se ressaisir. Avec la force surnaturelle de l’Innocence, le Démon fut projeté sur quelques mètres, trainé dans la boue. C’était un colosse, Seth ne s’attendait pas à ce qu’il se fasse ainsi surprendre et malmener. Mais cela ne fit que le ragaillardir. Du moins jusqu’à ce que …

«Je vais te fournir un judicieux conseil d'ami... l'ami. Quand tu attaques avec lâcheté, assure-toi de faire mal... sinon tu risques seulement de mettre en colère. » Dit-il en gémissant de plaisir ?
« Je ne crains que la colère de Dieu ! » Répliqua aussitôt Seth. Mais ce n’était pas une réponse. C’était comme une prière, un psaume pour exorciser le Malin.
«Le vrai moi est derrière toi, regarde !»

Du flot de paroles que son adversaire avait débité, Seth n’avait écouté qu’une partie. Et c’est avec stupéfaction qu’il se retourna. L’Apôtre de Noé semblait totalement fou et le Norsk ne s’était retourné que par réflexe. Il avait peur de cet homme mais n’était pas sûr que ses mots soient censés. Mal lui en prit.
Il y avait réellement un second géant derrière lui, avec la même impassibilité sur son visage froid. Comme pour ajouter de la théâtralisation à la situation, un éclair éclata, illuminant encore une fois le masque de terreur du Noé. Sa cape battant furieusement dans la tempête, il se rua sur Sem qui était trop surpris pour réagir.

Pauvre petit prêtre, il se fit soulever comme s’il ne pesait rien. Une poigne inexorable lui pressa la gorge, le privant de tout l’air dont il avait besoin. Tandis que son ennemi parlait toujours et encore, il cherchait à respirer. Un petit son étouffé peinait à franchir ses lèvres, le faisant encore plus souffrir.
Le monstre sortit une dague de sa cape et l’approcha du visage de Seth. Qu’allait-il faire ? L’imagination du prêtre noir se mit à fonctionner à tout vas. Il le vit lui crever les yeux, le dépecer vivant. Mais ce ne fut qu’une simple entaille, peu profonde mais sanglante sur sa pommette. Pourtant, ce fut bien suffisant pour faire sombrer le peu d’espoir et de courage qui avait naquit en lui.
Mais si Goro jubilait tant de terrifier son adversaire, il semblait oublier que s’il ne le lâchait pas bientôt, son jouet serait définitivement cassé. Sentant que s’il ne faisait rien dans les secondes qui suivaient il allait perdre connaissance, Seth fit un mouvement avec son poignet gauche. Le rosaire lui revint en main.

Il savait comment faire. Il l’avait déjà fait contre Sebastian.

Raffermissant sa poigne comme il le pouvait, il se servit du crucifix de ton Innocence pour poignarder le colosse juste sous les côtes. Il ne pouvait pas savoir qu’un autre couteau avait déchiré les chairs de l’Apôtre quelques semaines auparavant. Mais peut-être qu’avec un peu de chance, le Seigneur guiderait la main de son Élu et le ferait frapper au bon endroit.

« Moi aussi je peux jouer avec toi ! … »

Sa voix était pathétique, devenue un sifflement à cause de la pression que lui infligeait la poigne métallique du Démon. Seth ressentit une vive douleur à la gorge qui le fit presque défaillir et son cri de rage mourut en un gargouillement repoussant. Il devait avoir de l’air rapidement. Même s’il ne pouvait pas avoir visé le cœur du profanateur, il espérait sincèrement que la douleur et la surprise soient suffisantes pour qu’il le lâche. C’était sa seule chance.





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Jeu 10 Sep - 11:47




COULÉ


Mon impassible et froide ferraille laissait s'échapper, entre deux interstices rectangulaires, l'éclat de mes yeux gris. Ils étaient plus clairs que le masque qui les enfermait. Plus lisses, comme un acier encore liquide qu'on viendrait de couler. Pourtant ils étaient glacials, et scrutaient leur proie avec tant de profondeur qu'il ne me semblait plus nécessaire d'user d'une lame pour lui percer la chair. Cet homme là, plein de foi, était magnifique sous la lumière de la foudre. J'oubliais combien un Exorciste pouvait être une œuvre d'art en soi, lorsqu'il sentait cette peur de la mort s'avancer à grands pas, jusqu'à sentir dans sa nuque le souffle de son râle, lent et rauque.


Il avait quelque chose de pitoyable, arraché au sol, prisonnier de mon poing. Hihihi... J'exerçais sur sa gorge une pression suffisante pour lui laisser un brin d'air passer s'il en avait suffisamment la volonté. Mais tout de même assez puissante pour le laisser imaginer mourir de cette simple et lamentable façon. Et s'il terminait vraiment son chemin de croix de cette manière... c'est que je n'aurais pu en tirer aucun plaisir à long terme : trop sensible, trop défaitiste. Ça donne une mauvaise proie, et une mauvaise viande. Hihihi ! J'allais m'appliquer à la détendre... à l'attendrir... Une viande pleine de nerf n'avait rien de bien emballant !


Je laissais posé le fer de mon poignard contre sa joue... Il pouvait ainsi savoir les conditions dans lesquelles je m'imposais de vivre désormais. Hihihi... Mais il ne comprendrait pas... Pourquoi faire ça ? Pourquoi ? On s'en fiche ! De toute façon il n'était pas ici pour me connaître. Tout ce qu'il connaîtrait de moi sont ces images qui viendront l'empêcher de fermer l’œil, chaque nuit de chaque semaine, pour le reste de sa vie. Si jamais il réussissait à trouver un moyen de s'échapper. Hihihi ! J'aime assez laisser mes proies me filer entre les doigts au moment où elles abandonnent tout espoir, parce qu'elles n'ont plus aucun intérêt, plus aucune saveur. Je le fis avec cette jeune femme en Irlande. Je suis sûr qu'aujourd'hui encore elle pense à moi, dans son petit lit douiller. Hihihi !


Pour l'heure, il me fallait contrôler l'attendrissement de sa chair, avant que je ne m'en occupe...


Alors que je me préparais à jouer de ma lame, une douleur m'arracha un rugissement. Celui-là même qui mêlait avec étrangeté douleur et plaisir. Sans qu'on ne puisse réellement définir sa nature. Je reconnaissais bien là la sensation de l'acier perçant la peau et les muscles. Le petit prêtre venait de me poignarder. Et parce qu'il semblait bien chanceux, son coup frappa un centimètre à peine à côté d'une blessure qui ne s'était pas encore totalement refermée. Le coup rouvrit la plaie et je sentais le sang couler à grandes effusions le long de mon flanc.


« Moi aussi je peux jouer avec toi ! » avait-il murmuré avec prétention.


Dans la douleur, je ne me contrôle plus. Mon poing l'enserre plus violemment que jamais à la gorge, mais je crains de le briser trop rapidement. J'essaie de reprendre le contrôle. Je pourrais, pourtant, le faire taire à jamais, par la seule force de mon bras... Mais maintenant qu'il avait montré sa volonté de vivre, j'avais plus que jamais en moi l'envie de lui faire payer sa folie.


L'instant d'après, je l'avais relâché pour ne pas lui écraser l’œsophage. Du haut de mes quasi deux mètres, je pousse un rugissement sauvage et ne lui laisse pas le temps ni de reprendre ses esprits, ni de retrouver son équilibre. Dans ma fureur, je viens lui écraser tout mon pied en plein thorax. La puissance de ma jambe me permet d'entendre un craquement. Il devait avoir au moins une côte cassée.


Je le vois atterrir plus loin sur le sol désormais inondé.


« Ah, tu veux jouer ? dis-je d'une voix qu'on ne me connaissait pas, grave et gutturale, qui traduisait toute la colère qu'il venait de faire naître en moi. Laisse-moi donc faire de toi ma poupée. »


Il ne pouvait le voir, mais derrière mon masque, ma bouche s'ouvrait béante. Elle en était si large qu'elle paraissait inhumaine, comme si mes mâchoires venaient de se disloquer. Un hurlement strident, surnaturel, que je nommais Cor de Chasse, en jaillit. Comme une invocation directe de la Mort par son plus fervent suppôt. S'il ne comprenait pas encore de lui-même les sentiments qui devraient normalement l'envahir, j'allais les lui imposer.


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Dim 13 Sep - 17:50


Salve me Fons pietatis


Un mince filet d’air arrivait à se frayer un chemin jusqu’à ses poumons. Un filet aussi mince que ce qui le reliait à la vie. Une pression légèrement plus forte de la part du descendant et c’en était fini de Seth Cairn. Quelle mort pathétique. Brisé comme un jouet, étranglé comme l’étaient les filles de joie dans les ruelles sombres.
Il ne voulait pas de ça. L’Heure n’était pas encore venue. Si c’était le cas, alors Dieu était aussi vicieux que ce colosse. Le faire mourir à petit feu dans de si atroces souffrances, lui, Son humble serviteur, celui qui avait apporté Sa parole et détruit Ses ennemis. Non. Il devait avoir la force, il devait avoir la Foi. Cette cour de château ne serait pas son lit de mort, la terre transylvanienne ne serait pas son tombeau. Il devait vivre, il voulait vivre.

Alors il avait trouvé la force. Un coup chanceux de poignard dans le flanc ébranla son bourreau. Malheureusement, ce ne fut pas suffisant pour qu’il le lâche. Au contraire, il vit dans les yeux d’argent de l’Apôtre une colère noire enfler et avec elle, sa poigne se raffermir sur sa gorge déjà meurtrie. Le peu d’air qui arrivait à le maintenir en vie ne parvint plus jusqu’à ses poumons. Ça y est. C’était fini. Par un geste malheureux.

Mais alors qu’il sentait qu’il allait rejoindre son jumeau dans l’au-delà, il fut reposé à terre. Son cerveau fut de nouveau alimenté en oxygène. Il se sentit revivre. Ou plutôt survivre. Il aurait bien profité de ce moment salvateur où la douleur n’existait plus car son esprit l’inondait d’une unique parole : "Tu vis." Mais la douleur ne revint que trop rapidement, plus puissante, plus fulgurante. Le souffle lui fut à nouveau retiré, coupé brusquement. Il vola sur quelques mètres, n’eut pas le temps d’entendre le craquement sourd d’une côte qui se brise, atterrit lourdement sur le sol détrempé de la cour.
Il resta ainsi un certain moment, prostré, trop choqué pour savoir que faire. Ses muscles déjà meurtris par ce début de combat refusaient de l’aider à se relever. Un filet de sang coula de la commissure de ses lèvres et vint se mêler à la pluie qui coulait entre les pavés. Il tenta tant bien que mal de se redresser, poussant sur ses bras. Il aurait voulu crier de douleur à cause de son torse qui le faisait horriblement souffrir mais ne le put pas, la gorge trop meurtrie.
Un genou à terre, il faillit perdre l’équilibre. Mais il tint bon. Il fixa son adversaire tandis que celui-ci hurlait sa rage. Seth avait-il peur en ce moment ? Lui-même n’aurait su le dire. Il ne savait plus trop s’il voulait encore vivre ou s’il était résigné à mourir à présent. Il avait tellement mal. Sa gorge maculée de sang lui semblait avoir été arrachée, sa cage thoracique, réellement, enfoncée. Chaque inspiration était pour lui un calvaire qui ne cesserait qu’avec la mort. Il ne savait s’il pouvait encore bouger assez rapidement pour vaincre le Traumatisme. Il ne savait plus s’il avait assez de volonté.

Le géant d’acier lui rugissait quelque chose mais il n’écoutait pas. Ça n’avait plus d’importance. Il n’était même plus capable de lui répondre. Seul un son sifflant peinait à sortir de sa gorge lorsqu’il respirait avec effort.
Mais il ne put qu’entendre le cri strident qui emplit l’air et lui vrilla les tympans. Il posa une main à terre pour résister mais sentait bien qu’il allait finir par retomber, le flanc dans une flaque.

Goro voulait jouer avec lui. Le faire tellement souffrir qu’il découvrirait un nouveau seuil de douleur. Il l’aurait laissé volontiers faire, il n’avait plus la force de lutter. Il avait peur maintenant. Réellement peur. Son corps refusait de lui obéir, tétanisé par cette attaque fourbe. Il allait mourir. Il sentait déjà le prédateur fondre sur sa faible proie, lui.
Pourtant, la voix dans sa tête ne cessait de retentir. Il vivait, il devait vivre. Un élan de volonté émergea au plus profond de lui, arrachant dans souvenirs pour les faire remonter dans sa mémoire, pour qu’il s’y accroche.
Il vit Adah. Il devait la revoir une fois encore, lui expliquer, le faire comprendre qu’il regrettait. Il vit Saige, rêva de l’embrasser à nouveau. Il vit ses camarades, espéra les revoir. Son frère et sa mère, il devait continuer à se battre pour eux. Car sans leur sacrifice, il ne serait pas là aujourd’hui.
Sa main quitta la sécurité du sol, cette main qui portait la croix de Dieu. Il la leva, doucement, certainement, agrippa la chaine de jade qui formait son Innocence. Il devait être fort.

Il ignora la douleur qui allait finir par le rendre fou, une fois, juste une fois et lança à nouveau le Saint Rosaire dans une frappe latérale. Mais ce n’était pas comme avant, pas exactement. Le chapelet s’était hérissé de pointes tel un rosier. Cette attaque avait un nom : Svart Thorn.

Les épines noires qui bientôt se teinteraient de sang.





Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Dim 31 Jan - 18:33




DUEL


Comme une marionnette désarticulée, le piètre petit prêtre valdinguait jusqu'au sol humide, où il s'écrasait de toute sa misère. Il arrivait à peine à se relever. Et lorsqu'il y parvenait, un poids supplémentaire accablait ses frêles et incompétentes épaules. Hihihi ! Mon hurlement transperçait la nuit comme une lame aiguisée déchire un vêtement de soie, il traversait son âme et son cœur pour y déposer un poison... Un poison que trop souvent l'on sous-estime. Il est lent et imperceptible. Il s'installe et se fait oublier. Puis, une nuit, il surgit, fait transpirer, fait tourner le sang à folle vitesse ! Parfois, un craquement de brindille en plein soleil suffit. Parfois, même les cris d'un loup affamé ne peuvent le réveiller, ce poison. Il est instable. Elle est incontrôlable. Bien souvent, sans qu'on le sache, elle nous est fatale. La peur. J'espérais seulement... qu'il y prendrait goût. Hihihi...

Mon excitation et ma soif de sang grandissaient de concert. J'adorais passionnément ce que je contemplais tout autant que je le méprisais. J'avais envie de le voir mourir dans la seconde autant que j'avais ce feu en moi qui me poussait à prendre mon temps. Toute la scène se déroulait sous mes yeux comme un banquet. On me proposait un plat, magnifique, que je hume et dont les saveurs flirtent avec mes narines, mon palais. Il se savoure. Je le sais, bien sûr. Et pourtant, ses parfums, qui se mêlent et s'entremêlent, m'envahissent et me pénètrent, font naître ce désir vorace. Me jeter sur ce plat, le dévorer, l'engloutir, l'avaler, l'engouffrer, l'ingérer, le bouffer. Jusqu'à ce qu'il n'en reste rien. Simplement parce qu'il semble délicieux. Hihihi... L'Exorciste semble délicieux.

Il se relève et je le laisse faire. Rien n'était plus beau qu'un soupçon de combativité. C'était la pointe de sel sur la pièce de viande. Ce qui transformait le loisir du repas en plaisir de la vie. Pensait-il véritablement qu'il me prenait de court ? J'eus tout le temps de briser tous les os d'un corps humain si je l'avais souhaité, le temps qu'il se redresse. Pourtant, je le laissais faire. J'admirais avec enthousiasme sa détermination. Qu'était-ce donc ? La prétention, en pensant pouvoir me battre ? La volonté, en espérant vivre le plus longtemps possible ? La folie, en découvrant un certain prononcé pour la douleur et le sang ? Oh, j'aurais accueilli cette dernière idée à bras ouverts ! Hihihi ! Afin de lui montrer qu'on ne connaît que trop peu ce que l'on pense aimer... et que la douleur, à moins d'être complètement cinglé, hihihi... personne ne l'aime, passé un certain stade. Stade que je maîtrise à la perfection, justement !

Malheureusement, je me trompais. En fait, je me trompe souvent lorsqu'il s'agit de juger autrui. Parce que je les estime bien trop. J'attends d'eux ce qu'ils sont incapables d'entreprendre, sots qu'ils sont, ces petits hommes ! Et je n'avais pas pris en considération la présence d'une Innocence, dangereuse, et potentiellement mortelle, dans notre rencontre. C'est que j'aime les combats loyaux, moi. Lorsqu'on ne fait appel qu'à son corps et son esprit... non pas aux dons d'un quelconque faux-Dieu ! Lorsque la chaîne siffla en tranchant l'air dans ma direction, tout mon corps se crispa. Ce ne fut pas suffisant. Le choc, doublé d'une vie douleur au flan, lorsque les pointes de l'arme entaillèrent ma chair et s'y installèrent profondément, me fit glisser sur les dalles noires trempées de pluie, de quelques mètres sur le côté.

Je me relève, la tête basse. Au sol, les éclairs illuminent une eau teintée de carmin. J'attrapai l'arme à pleine main et dans un râle, mi-rage mi-plaisir masochiste, je libère ma chair. L'Innocence me brûlait la peau, la main, l'âme. Je souriais. Oh oui, que je souriais ! Jamais douleur ne m'avait fait pleurer. Traümo aurait désiré, plus que tout, que cette souffrance s'arrête. Car lui souffrait et n'aimait pas cela. Mais... je ne suis pas Traümo. Hihihi !

Une fois debout, le souffle court et la main au flanc, où s'échappait en effusion des quantités de sang, je fais quelques pas de côté. La force du coup m'avait rapproché du cadavre écrasé de la cour. Mon masque toisait l'adversaire.

« Il faut choisir, Exorciste. Choisis de me voir blessé, ou choisis de me voir souffrir... »

Je libérai mon flanc pour lever une main pleine d'un sang que j'étalai sur mon masque. Mon pied, lui, vint caresser le visage du défunt garçon. Puis, le laissant posé là, je lance un regard de défi à l'Exorciste.

« Ta prochaine attaque devra m'être fatale... ou je te rendrai au centuple chaque blessure que tu m'auras infligé. Un pari risqué... pour chacun d'entre nous. Hihihi ! Veux-tu quelque motivation ? »

Ma jambe se mit à trembler, l'espace d'une seconde, sous l'effort, alors que mon pied faisait pression sur le crâne. . L'instant d'après, le crâne du macchabée désarticulé répandit tout son contenant en une gerbe écarlate, qui l'instant d'après dansait avec l'eau.

Et tout ce temps, ma bouche prononçait à répétition quelques mots, comme une prière, un rituel.

« Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! Tue-moi ! »


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Mer 3 Fév - 14:52


Salve me Fons pietatis


Comment pouvait-on combattre un tel monstre ? Folie, peur, désespoir ? Quel pouvait bien être le souvenir atroce qui prenait racine à l’intérieur du géant ? Face au sang et à la souffrance, Seth divaguait et aurait juré que plus qu’un souvenir, l’Apôtre en était l’héritier d’une multitude. Et chacun semblait plus abjecte, plus horrible et douloureux que le précédent. Pourtant il savait que c’était impossible. Mais on le traumatisait, aussi bien dans la chair que dans l’esprit et tous les sentiments qu’il pouvait ressentir semblait être la parfaite incarnation du Noé.

Peur. Alors que le Saint Rosaire fusait, tranchant nettement l’éther en direction de Goro, Seth ne put s’empêcher de s’imaginer le pire. Et s’il ratait son coup ? Le Noé pourrait en profiter pour fondre sur lui et s’amuser avec sa nouvelle poupée. Et Dieu sait que le petit Goro n’était pas tendre avec ses poupées de chiffons. Bien souvent, le rembourrage s’échappait à gros bouillon des déchirures béantes qu’il leur infligeait, tout sourire. Et s’il attrapait le chapelet d’une poigne aussi solide et inexorable que ses gantelets d’acier ? A tout loisir, il pourrait le briser et réduire à néant les espoirs du Norvégien. En plus de s’amuser avec son jouet, il aurait planté une écharde dans la main du Seigneur, une écharpe qui jamais ne disparaîtrait.

Désespoir. Oh, l’Innocence avait atteint son but divin ! Le Diable fut projeté sur quelques mètres avec la force de l’impact. Sous la pluie battante, il roula dans les flaques boueuses. Pendant un instant, Seth crut, espéra l’avoir vaincu. Dans la tempête du combat et du carnage, Dieu avait-il accordé une éclaircie à Son obligé ? Ç’aurait été trop beau, l’épreuve trop facile. Pour éprouver la foi de Son Élu, le Seigneur avait choisi de faire perdurer l’agonie. Ô désespoir ! Le monstre se relève dans le fracas du tonnerre ! Il parle, posant un dilemme à l’exorciste. Ce dernier ne répondit pas, trop atterré en le voyant se barbouiller de son propre sang. Son sang, à Seth, lui, est glacé, son cœur prêt à bondir hors de sa poitrine. Semblant plus vivant que jamais, la silhouette détaillée par l’intense lumière des éclairs, le Démon s’avance. Pas vers Seth. Vers le cadavre d’un garçon déjà bien assez regretté. Doucement, inexorablement, sa botte se pose sur le visage froid et livide du jeune Edgard.

«Ta prochaine attaque devra m'être fatale... ou je te rendrai au centuple chaque blessure que tu m'auras infligé. Un pari risqué... pour chacun d'entre nous. Hihihi ! Veux-tu quelque motivation ? »

Combien n’aurait-il pas donné pour lui dire, lui crier à en perdre la voix qu’il n’avait pas besoin de faire Ça ? Ça, il savait tout à fait ce que cela voulait dire, même l’esprit embrumé par la douleur. Il avait ôté la vie au jeune traqueur, y avait-il encore besoin de profaner sa dépouille ?

Folie. Dans un bruit sanglant et funeste, un craquement aussi retentissant que dégoûtant, la botte de l’Apôtre s’affaissa, soudainement noyée dans un mélange rouge et gris. Seth crut rêver pendant un instant. Il ferma les yeux alors que la litanie de Goro le poussait à venger Edgard. Il les rouvrit, vit s’étendre sa flaque écarlate, réprima un haut-le-cœur. Qui, si lui-même venait à disparaître sous les coups de l’Apôtre, pourrait identifier ce cadavre décérébré ? Le nom du traqueur serait-il alors perdu à jamais, sans personne pour l’honorer ? Un élan de rage fit bouillonner le sang de l’exorciste. Il céda aux suppliques moqueuses de Goro. Oh, il allait le tuer ! Et si Dieu le lui permettait, il ferait bien pire. Il n’allait pas effacer l’existence du Noé en lui écrasant sauvagement la face. Il allait profaner sa dépouille comme l’un d’eux avait profané le corps de son maître, le Maréchal Yeegar.

Colère. Son Innocence se trouvait encore relativement proche du Traumatisme. Sans plus attendre, Seth initia un mouvement sec sur le rosaire, en direction de sa cible. Rapide comme un cobra, l’attaque n’avait pas pour but de faire beaucoup de mal. Simplement de déstabiliser l’adversaire. Puis Seth appliqua un mouvement circulaire dans le sens inverse à son arme et l’abattit en tentant de viser un point bien précis. Ce n’était pas la blessure au flanc, comme avant, ni même les jambes pour le faucher. C’était son cou. Il aurait pu essayer de frapper plus fort pour briser net ce cou de bœuf mais ç’aurait été vain. A l’inverse de sa précédente attaque, celle-ci n’avait pas pour but de faire valser la cible. Au contraire, la chaine du rosaire allait tenter de s’enrouler autour du cou du Démon. Puis il serrerait et serrerait.

Seth voulait entendre ce craquement sec et soudain. Jamais il n’avait désiré quelque chose plus ardemment.



Hors-RP:
 




Spoiler:
 
† J'accorde Sa grâce †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Acquérir le pardon de Dieu
Aime:
N'aime pas: avatar
Seth S. Cairn† J'accorde Sa grâce †
J'aime la pluie ... J'aime croire que le Seigneur pleure du sort de ses enfants.



Seth snakker Lightsteelblue

▐ IRL Age : 18 ▐ Messages : 221 ▐ Autres Comptes : Dirty, Josh, Émile & Harald
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : Taciturne, calme, pieux
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation50 pts
Angleterre100 pts
Norvège50 pts
Île de Pâques60 pts
Angleterre20 pts
Etats-Unis100 pts
France, Intrigue140 pts
Allemagne60 pts
Congrégation40 pts
Portail RP40 pts
Transylvanie80 pts
Paris130 pts
Bergen60 pts
OS Dix Ans Plus Tard20 pts
Os Noël 201410 pts
Event 1er Avril10 pts
Hors RP • 300pts

Rang C1270 pts
Rang B dans • 230 pts

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Salve me Fons Pietatis [Goro]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Salve me Fons Pietatis [Goro]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Problème mode salve appareil photo
» [japon] Kokuriko Zaka Kara, le nouveau film d'animation de Goro Miyazaki
» ¤ Salve Partenariats n°13 du 01/01/2012 [clos]
» ¤ Salve Partenariats n°22 du 20/04/2012 [clos]
» Ichirou Ohkochi et Goro Tanizuki - Code Geass, Lelouch of the Rebellion T3

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Autres pays-
Sauter vers: