Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Jeu 24 Sep - 15:54
Dites-moi d’où elle vient ? Enfin je saurai où je vais…
Une fois encore, la sortie des cours avait été compliquée face à cette foule d’enfants qui sort en courant. Bousculée, déboussolée ; eux rejoignaient leurs parents. Mais Elle. Elle. Elle n’avait personne à rejoindre. Il faudrait qu’elle marche jusqu’à chez elle, chez son père adoptif. Yuliya avait toujours insisté pour être un maximum indépendante : elle faisait sa forte tête même dans les situations difficiles. On a qu’une vie, alors pourquoi la gâcher avec des chaines. Elle voulait vivre comme tout le monde malgré son corps qui part en charpie de l’intérieur. Ce n’était pas de sa faute si elle était née avec ce poison qui coule dans ses veines ; alors pourquoi ce serait à elle de se limiter ? Pourquoi devrait en pâtir sachant qu’elle n’a pas eu le choix ? Aujourd’hui, elle préfère l’avoir, ce choix. Et Yuliya était déterminée à se battre contre la maladie. Il était hors de question qu’elle jette l’éponge ; la vie était injuste mais elle préférait largement lui faire face avec un sourire plutôt que de croupir dans un coin, chez son père adoptif. Si c’était par fierté, elle n’en savait rien ; simplement elle n’appréciait pas que l’on s’apitoie sur son sort, elle n’aimait pas que l’on ressente de la pitié pour elle. C’était probablement ça qui la forçait à pleurer seule dans son coin dès lors qu’elle ne supportait plus ce poids sur ses épaules, dès lors qu’elle trouvait que tout était dur. Que plus rien n’était supportable sur cette Terre. Dès lors qu’elle avait envie de jeter l’éponge.

Aujourd’hui, elle voulait rentrer d’elle-même. Et elle allait y parvenir.

Après avoir passé, et même survécu, à la vague d’humains débordant de bonheur dans les bras de leurs chers parents, Yuliya tourna sur la droite. Ses pas se faisaient petits, et lents ; elle avait sans cesse peur de cette sensation d’essoufflements qui la prenait sans même qu’elle ne s’y attende. Tout ça parce qu’elle refusait d’écouter son corps ; elle refusait de trop faire attention ; se limiter, ce n’était plus vivre pour elle. Et la bulgare voulait vivre ; quel qu’en soit le prix. Yuliya fut bousculée par un enfant joyeux qui rentrait chez lui ; son frêle corps heurta la grille de sa cours d’école – qu’elle n’avait pas dépassée – ainsi que le petit muret de pierre sur lequel étaient implantées les dites grilles en métal. Son visage se crispa sous le choc et la douleur qu’elle ressenti. Son rythme cardiaque avait considérablement augmenté sous la peur ressentie et engendrée par le contact violent avec une autre personne. Yuliya s’arrêta, et posa une main sur son cœur, sentant son rythme rapide, et étouffant. Pourquoi avait-elle eu si peur d’un coup ? Cela n’avait été qu’un camarade de classe. Cela lui fit penser au Père Lativ et au peu qu’il avait su lui dire. C’était un homme discret et réservé. Tout ce qu’il avait bien voulu lui dire c’était que sa mère était disparue. Où ? Pourquoi ? Il n’avait rien voulu lui dire de plus ; il fallait à tout prix qu’elle sache.

Yuliya donnerait n’importe quoi pour ne serait-ce voir une photo d’elle, ou même connaître son nom.

Prise au dépourvu par la détresse qui faisait tressaillir son petit être, la jeune fille commença à manquer de souffle. Petit à petit, ce fut d’air dont elle manqua. Les larmes venaient à ses yeux ; ce n’était pas le moment ! Angoisse ou mucoviscidose, telle était la question ? Elle posa sa petite main au niveau de ses poumons et pria pour mieux respirer.

« Roh. Allez. Ce n’est pas le moment… ! »
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Mer 7 Oct - 23:53


Sa silhouette longiligne aux formes bien marquées glissant silencieusement dans les ruelles de la ville de Sofia, Olya traçait son chemin, depuis plus d'une heure, vers une destination inconnue.  Son regard d'or perdu sur les différents bâtiments de la cité si éprouvée par le passé, celle dont le corps baignait dans une combinaison aussi noire que la nuit se sentait... étrange. Envolé son ordre de mission, oubliée la raison de sa venue ici... Elle avait comme des moments d'absence. A croire que Faith n'était plus à ses côtés.

Pourquoi diable ressentait-elle ceci ? Une innocence pouvait-elle être à l'origine de ce malaise qui lui donnait l'impression d'être faible ?

Ébranlée par cette gêne intérieure qui ne s'atténuait pas lorsqu'elle pensait à Goetia qui ne faisait qu'un avec sa peau, elle décida de s'introduire dans une vieille boutique de vêtements afin d'opter pour un camouflage beaucoup moins... voyant. Désespérément vide, le commerce lui apporta cependant ce qu'elle désirait... Une jupe un peu bouffante de couleur sombre, un chemisier blanc à dentelle ainsi q'un ruban noir afin de relever sa chevelure d'argent en une queue de cheval...

Alors, elle reprit sa course, une fois bien vêtue, l'ordre du Comte trottant de nouveau dans son esprit qui paraissait bien fragile. Elle devait rassembler des informations concernant une famille importante de la région, et tenter une approche pour les corrompre. Rien de bien difficile, toutefois... Elle avait comme l'impression que cette fois, cela n'allait pas être une mince affaire... Et son pressentiment s'avèra très rapidement juste.

En effet, alors qu'elle marchait fièrement en gardant sa prestance princière habituellement malgré ses tourments, elle percuta une jeune fille à l'arrêt au coin d'une rue. Une jeune fille qui allait tout changer.

" Non mais qu'est ce qu-!!!??" commença t-elle en grognant entre ses dents serrées.

Avait-elle eu mal ? Pas le moins du monde. Mais le fait d'avoir un obstacle sur son chemin venait de lui faire franchir un point de non retour. Ainsi, elle sentait de nouveau la force de Faith l'envahir de toute part, ainsi que cette envie malsaine de faire du mal à la pauvre âme en peine qui n'avait rien demandé à personne.

Mais contre toute attente... Et lorsque son regard de Noé croisa celui de la petite... Olya eut l'impression de prendre une claque en pleine figure en même le temps qu'on lui empoignait le coeur avec force.

Sofia. La guerre. Le Comte. Carmak Laïk. le Diamant Noir. l'Enfant. Son Enfant. Cette ville. Sa ville.

Figée, le visage crispé par terreur, Olya était redevenue la pauvre humaine qui avait trop souffert. Bien plus forte que Faith à présent, elle s'était mise à reculer doucement, sans quitterd es yeux cette gamine qui lui ressemblait trop pour être n'importe qui. Car oui, il ne pouvait pas y avoir de doutes. Ses sentiments étaient clairs, et même si elle avait perdu la notion du temps ces dernières années, elle ne pouvait nier ce qui lui sautait aux yeux si violemment...

"Je.. C'est..." balbutia t-elle gravement.

Disparue la Noé arrogante aux sourires carnassiers, la jeune femme à la chevelure d'argent n'avait plus rien d'une femme aussi cruelle que détestable. Piégée, ayant l'impression de sortir d'un long sommeil pour être confrontée à la réalité, elle n'avait qu'une seule envie. Fuir.

" Hé ! Ça va ma grande ? Hé vous, amenez la s'asseoir un peu, voyez pas qu'elle va pas bien ? "

Un vieillard avait déboulé, d'un coup, sans qu'Olya ne puisse anticiper son arrivée. Totalement focalisée sur le visage fatigué de la demoiselle et sur le chemin à prendre pour disparaître, elle était comme... coupée du monde.

"Oh, j'vous parle M'dame !"

Agacé de voir aucune réaction, le vieillard finit par donner un coup de canne dans la jambe de la jeune femme qui, en réponse, lui adressa un regard noir malgré sa détresse. En temps normal, Faith lui aurait fait payer cet affront... Mais elle n'était plus cette Noé. Ou du moins, plus totalement.

Alors elle se contenta de regarder successivement le vieux enquiquineur qui n'avait pas de force, ainsi que la gamine qui semblait vraiment au bord de l'asphyxie. Incapable de fuir à présent, elle n'arrivait même plus à parler. Perdue dans les méandres d'un passé qu'elle pensait avoir oublié, elle ne savait plus quoi faire, ni qui devenir pour surmonter tout ça.


 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Lun 12 Oct - 16:21

… dit que lorsqu’on cherche bien on finit toujours par trouver.
L’essoufflement fut plus rude qu’elle ne l’aurait cru ; elle avait l’impression des mains obstruaient sa bouche, et ses voies respiratoires. Comme si une plante poussait dans ses poumons, de l’eau les remplissaient ; comme si quelque chose l’envahissait au plus profond de son être. Une chose noire et impure. Gluante et informe ; quelque chose d’imbattable ; inexorablement, elle était entrain de la dévorer depuis sa naissance. Petit à petit, elle lui prenait sa vie, sa force vitale et s’en délectait.  A cet instant-là, précis, elle était entrain de l’attirer dans les Ténèbres ; sa tête tournait et sa vue devenait de plus en plus trouble. Elle manquait d’air bon sang ! « Faites votre boulot, poumons ! » Elle retint une injure, une vulgarité dont elle était interdite. Mais aujourd’hui elle avait envie de hurler « Merde » ; ou encore « Putain. » Qu’en penserait son « père » ? Pour se calmer ; elle imagina un visage rassurant. Parfois elle imaginait un visage de mère serein, mais cette fois-ci cela ne calma en rien la crise. Cela ne fit que l’empirer ; quelque chose clochait. Alors elle pensa au visage de ce médecin qu’elle considérait comme son père. Elle inspira profondément, et expira. Plusieurs fois de suite, et la crise cessa.

Enfin, ce fut ce qu’elle cru. Une fois encore. Elle crut. Mais la vérité en fut bien moins bonne qu’elle le voulait, qu’elle se « tuait » à faire exister. Une autre personne la bouscula. Avec moins de force que l’enfant toute à l’heure – il y a 5 ou 10 minutes en vérité. Pourtant, c’était une femme plus grande que ce petit bonhomme. Approximativement, elle faisait sa taille. Quelques centimètres en plus. Ses cheveux étaient longs et argentés, comme elle. Deux similitudes. Ses yeux étaient d’un or troublant ; Yuliya n’avait jamais vu une pareille couleur. Sans même comprendre pourquoi, elle se sentir défaillir. Elle ne comprenait pas pourquoi cette personne lui faisait cet effet ; comme une impression d’évidence, comme si elle la connaissait depuis toujours ; alors qu’elle ne l’avait jamais vu de tout son vivant !

« Je… C’est… » balbutia-t-elle sans terminer sa phrase. Etait-elle sur le point de s’excuser ? La jeune Bulgare aurait grandement apprécié un peu de gentillesse de la part de personne qu’elle ne connait pas. Soudainement, sans crier gare, un vieux apparut et sermonna l’inconnue aux cheveux gris. « Hey, ça va ma grande ? Hé vous, amenez-là s’assoir un peu, voyez pas qu’elle ne va pas bien ? » Elle voulut lui répondre que tout allait bien, mais elle fut prise d’un violent vertige, et sa main s’agrippa violemment à la grille à côté d’elle. Panique à bord. Elle ne savait pas d’où venait cette force, néanmoins c’était une bonne chose ; elle devait survivre pour retrouver sa mère ! La jeune demoiselle avait réussi à se calmer ; mais la personne du troisième âge en rajouta une couche ; donnant même un coup de canne que Yuliya ne vit pas ; « Oh ! J’vous parle M’dame ! »

Yuliya inspira et expira profondément, pour se calmer ; quitte à laisser silence gênant. Sa petite voix frêle se fit entendre ; la jeune écolière s’efforça de paraître en forme. « Je. Je vais bien, monsieur. Merci. » Elle aurait voulu ne pas cesser de parler et ajouter « Dites moi seulement pourquoi je me vois vieille. » La jeune fille serait passée pour une sacrée folle. L’adulte face à elle, existait bel et bien ; ce n’était pas un fantôme ; néanmoins, elle avait toujours cette impression étrange.  Alors Yuliya  reprit ses esprits et lâcha finalement la grille et se tint fermement face à l’inconnue qui l’avait bousculé.

Dès lors qu’elle croisa son regard, les vertiges reprirent, et la Bulgare pâlit. « On ne se serait pas déjà vues quelque part ? » Lui demanda-t-elle innocemment.

Indéniablement, elle avait l’impression de la connaître, mais également qu’il s’agissait d’elle en version plus âgée. Peut-être même qu’elle hallucinait et qu’il ne s’agissait que d’une ombre, que d’un fantôme. Un maudit fantôme qui la troublait.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Ven 1 Jan - 20:37

Le Diamant Noir. Le lieu où tout avait commencé.

Les souvenirs allaient et venaient à présent dans son esprit instable. Loin de la rue, du vieil homme et de la gamine, Olya se renvoyait, ce fameux soir où elle avait donné la vie. Entourée, encouragée, elle avait longuement souffert pour mettre au monde cette petite fille dont elle fut séparée rapidement par la suite… Epuisée autant physiquement que psychologiquement, elle ne s’était jamais vraiment remise de tout cela… Mais l’arrivée du Comte avait tout changé dans sa vie. Ainsi, elle avait tout oublié, ou du moins, la noirceur qui avait fait d’elle le Dahlia Noir avait fini par tout inhibé afin de rendre sa nouvelle vie… parfaite.

Mais voilà qu’une jeune fille la faisait de nouveau voyager dans ce passé instable que Faith s’efforçait d’effacer soigneusement de sa mémoire à chaque fois… Une jeune fille dont la présence empêchait au Noé d’agir convenablement.

« On ne se serait pas déjà vues quelque part ? »

Lorsque la douce voix innocente de la petite arriva aux oreilles d’Olya, cette dernière sortit de sa transe et s’éloigna d’un pas en affichant un regard aussi froid que perdu. C'était évident. Elle était sa chair... Elle était son sang.

Non. Jamais.

Sans quitter la gamine des yeux, la Noé d’ordinaire, si hautaine, se sentait bien faible… Incapable de l’approcher, craignant que le contact ne vienne à la tuer, elle continua de reculer, lentement, jusqu’à percuter une jeune femme qui avait décidé de se mettre sur son chemin.

Oh ! Excusez-moi , je… Olya ?

Toujours dos à l’inconnue, dans l’incapacité la plus totale de bouger, Olya resta figée, déchirée entre l’angoisse et l’envie de succomber à l’appel du sang. S’imaginant faire un massacre dans la ville à l’aide de Goetia qu’elle sentait s’agiter dans ses entrailles, elle finit tout de même par se retourner, poour faire face à celle qui venait de l’enfermer dans une prison d’émotions qu’elle n’avait pas l’habitude de ressentir. Les yeux luisant de noirceur, elle s’attendait seulement à être confrontée à une femme trop curieuse…Mais à nouveau, les souvenirs l’envahirent de toute part.

Olya.. Mais c’est toi ! Que tu es belle ! Tu… tu n’as pas changé, c'est fou !

Fixant l'inconnue qui affichait une belle quarantaine d’années, la Noé se revit de nouveau au Diamant Noir entourée par ces autres femmes qui avaient su marqué son esprit. Ne prêtant même plus attention aux paroles de celle qui portait le nom de Sofiana, elle tentait de calmer ses pulsions, consciente qu’elle ne pouvait commettre un meurtre aussi idiot en public. Toutefois, la manoeuvre s'avéra des plus inutiles, car en posant les yeux sur la gamine essoufflée, l’ancienne prostituée des plus cancaneuses ne put se contenir.

Oh ! Mais… Ce… Non ! Ne me dis pas que… que c’est… ?

S’approchant lentement de la jeune fille au teint pâle qui se tenait toujours près du grillage, la fameuse Sofiana l’observait de très près, les deux mains posées sur son coeur dans un ultime geste théâtrale désagréable.

Mon dieu… Elle a tes cheveux, et tes yeux… Elle… Elle… C’est un miracle… Quand l'as tu retrouvée ??!

Incapable de bouger, Olya fixait la fauteuse de trouble d’un regard carnassier. Peu lui importait les souvenirs passés, elle désirait la faire taire de la manière la plus sadique qui soit. Cependant, malgré toute la bonne volonté qui l’animait de l’intérieur, elle n’arrivait à rien… C’était comme si la présence de la gamine était plus puissant que celle de Faith…

Ainsi, elle se contenta d’attendre, sans rien dire… à imaginer la façon la plus horrible de mettre fin à cette situation qui la mettait au plus mal et qui lui donnait l'impression de vivre hors de la réalité.

 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Jeu 7 Jan - 13:14
Le souffle toujours aussi court, Yuliya dévisageait toujours celle qui lui ressemblait tant. Elle n’osait s’imaginer que cela pouvait être cette mère qu’elle avait si longtemps recherchée. Cela lui prenait tout son souffle dès qu’elle pouvait, ainsi que tout son temps. Pendant de long mois, cela avait été plus que vitale pour Yuliya d’en savoir plus sur elle. Cette génitrice tant attendue. Non ! Elle refusait de croire que c’était elle ! Sa mère n’était pas ainsi vêtue, ainsi faite. Non non non non ! Ce n’était pas elle. C’était bien trop beau pour être vrai. Son coeur, dans sa poitrine, pompais son sang à une allure qu’il n’avait encore jamais connu. Ses poumons s’alimentaient en air pur, mais la Bulgare ne savait pas comment cela pouvait être possible. L’angoisse la tuait, d’habitude. Plus rien n’avait de sens ; c’était comme si dès qu’elle avait croisé le regard de cette femme… Cela l’avait transposé sur une autre planète.

« Non. Jamais. » Se fit-elle cinglante.

Quand bien même, la jeune écolière se torturait intérieurement pour se dire que ce n’était pas sa mère ; elle ressentait comme une chaleur étrange en elle. Une sensation qui la plaçait en sécurité. Ce sentiment, elle ne l’avait ressenti, jusqu’à présent, qu’en présence de son père adoptif. Jamais auprès de quelqu’un d’autre. Et voilà qu’aujourd’hui ! Ce sentiment de plénitude, celui qui avait fini par apaiser son souffle court, était présent grâce à cette femme. Yuliya peinait à y croire. Depuis tout ce temps ! Elle… Elle l’avait tant attendue. Et désormais, sa génitrice se trouvait face à elle. Son petit corps se mit à trembler ; elle ne savait pas comment réagir. Et malgré tous ces signaux qui lui disaient qu’elle était Là… Cette femme niait. Elle niait ! Non, on ne s’est jamais vues. Pourquoi nier l’évidence ? Elle aussi le ressentait ! Elle le devait. Yuliya venait enfin de retrouver sa mère, ce n’était pas pour rencontrer une lourde déception ! Cette femme a la chevelure similaire à la sienne se mit à reculer, doucement, et heurta une femme. « Oh… Excusez-moi, je… Olya ? » Ce prénom fit l’effet d’une bombe. Il n’y avait plus aucun doute. Olya. Olya était le nom de sa mère, et c’était une des seules choses qu’elle savait d’elle ! Ce prêtre n’avait pas su répondre à toutes ses interrogations, car un mystère épais avait emporté sa mère. Peut-être était-ce lui qui l’avait ramené jusqu’à elle ? Désormais, Olya ne bougeait plus et son regard s’était assombri. Yuliya avait peine à comprendre ce qu’il se passait.

« Olya… Mais c’est bien toi ! Que tu es belle ! Tu… Tu n’as pas changé, c’est fou ! » Continua l’inconnue. Visiblement, c’était une connaissance. Mais alors que les réponses s’enchaînaient ; les questions arrivaient d’autant plus. D’où est-ce qu’elles se connaissaient ? Depuis quand ? Comment ? Etaient-elles bonnes amies ? L’angoisse saisit alors les entrailles de l’écolière qui eut peur d’une nouvelle crise. Son souffle se fit plus court, et elle du tousser quelques fois pour dégager sa gorge, ses poumons. Il fallait qu’elle s’accroche. Qu’elle se fasse petite, qu’elle se fasse oublier afin de suivre la conversation. « Oh ! Mais… Ce… Non ! Ne me dis pas que… Que c’est …? » Que quoi ? Allez ! Termine ta phrase ! « Mon Dieu… Elle a tes cheveux, et tes yeux… Elle… Elle… C’est un miracle… Quand l’as-tu retrouvée ??! » Yuliya ne savait pas qui elle était mais désormais elle ne pouvait pas être plus sûre… Cette femme. Etait belle et bien sa mère.

Un large sourire traversa son visage, malgré l’angoisse qui la saisissait depuis quelques minutes. Elle avait finalement retrouvé sa mère. Ses recherches n’avaient pas porté leurs fruits… Mais elle l’avait retrouvé. Ce qui finalement fit disparaître son sourire… Fut la réaction de cette mère qu’elle avait tant attendue. Olya ne dit rien. Elle ne bougea même pas. Yuliya ne comprenait pas. Qu’est-ce qui était arrivé à sa mère pour qu’elle ne soit pas heureuse d’avoir retrouvé sa fille ? Elle ne la désirait pas ? Elle l’avait abandonnée ? « Oh je me souviens comme tu étais triste… Toutes les filles te remontaient le moral. On a toujours été là pour toi, et regarde … ! Maintenant, elle est là… Je n’en reviens pas… » L’inconnue était plus enthousiaste qu’Olya.

« Taisez-vous à la fin ! » Avait presque hurlé Yuliya. « V-vous ne voyez pas que vous interrompez quelque chose ? Je ne suis pas stupide… Quelque chose cloche. Ma mère serait contente de me voir… » Fit-elle, remarquant qu’elle s’était accrochée à de vains espoirs. « Ma mère aurait… Je ne sais pas. Mais… » Elle se stoppa, prise au dépourvu par l’émotion, la tristesse et ses faux-espoirs de retrouver une mère. La Bulgare s’approcha doucement de cette femme qui devait être sa mère. Elle la regarda de plus près. Son coeur se serra ; « Que t’est-il arrivé… M-Maman…? » Sortit-elle du fond de sa gorge.

Elle eut envie de pleurer, de se lâcher en public pour la première fois. Néanmoins, elle se retint, et fixa sa mère, attendant une réponse… Déboussolé, elle ne savait plus à quoi s'attendre.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Ven 8 Jan - 0:20

Sofiana jacassait encore, et encore. Olya, elle, n’arrivait plus à réfléchir convenablement face à toutes les émotions qui venaient à la faire douter de son existence même sur cette bonne vieille terre. La vérité arrivait-elle à ébranler le sentiment de la Foi qu’elle représentait pourtant à la perfection ?  Il fallait croire que oui, car à cet instant, Faith avait littéralement disparue… comme lors de son entretien avec le Prêtre dont le nom n’arrêtait pas de lui échapper… Paralysée de toute part par ce plongeon violent dans la réalité, la jeune femme si hautaine avait troqué son air dédaigneux contre un air… hagard. Totalement hagard.  

Comme de nouveau sortie d’un long sommeil, elle se mit à dévisager la femme et la fillette avec une certaine… innocence. Clignant ses yeux, débordant de fragilité et d’horreur, elle se souvint alors avec effroi de ce passé que la Noé en elle ne cessait d’effacer de sa mémoire. Sofia, les explosions, le Comte… Son frère jumeau, la naissance de sa fille, puis le chaos… Prise d’une migraine ignoble pendant que les éclats de voix lui parvenaient, Olya porta une main à son front, puis une autre à sa poitrine comme pour essayer de reprendre ses esprits et faire disparaître à jamais cette panique. Si vulnérable, si… perdue, elle posa alors un regard empli de remords sur la petite qui lui ressemblait comme deux gouttes d’eau…   sur cette fille qu’elle avait du abandonner et qui la regardait d’un peu trop près maintenant…

Elle était proche… Si proche d’elle. Et ses mots… Pourquoi son innocence la touchait-elle à ce point ?  

Tremblante, complètement déboussolée face à tant de sentiments, la jeune femme ouvrit, puis ferma la bouche plusieurs fois d'affiler. Incapable de parler, ou même de stopper les éclats de mémoire qui lui revenaient en plein visage à chaque seconde, elle resta figée…

Mais cela ne dura pas bien longtemps.

Oh ma petite chérie, nous avons connu des moments difficiles avec votre mère, il ne faut pas lui en avoir. Cette maison close, la prostitution, cela n’a jamais été…”  

Lorsque la voix désagréable de Sofiana mentionnant le Diamant Noir résonna en écho dans son esprit, ce fut le retour à la raison pour la Noé qui sommeillait en Olya. Aussi vive que violente, cette dernière attrapa alors la femme âgée à la gorge, et planta son regard d’or dans le sien afin de s’exprimer d’une voix rauque teintée de sadisme.  

Maintenant, tais toi. La ferme Sofiana.

Goetia envahissant sa peau afin de recouvrir totalement cette main qui serrait sa proie, la jeune femme retrouva rapidement ses bonnes vieilles habitudes. Air dédaigneux, tête haute et posture impérieuse, elle toisa son ancienne connaissance en prenant un malin plaisir à resserrer son étreinte autour de son frêle petit cou avant de la balancer comme une vulgaire poupée sur le mur le plus proche. Enivrée par la puissance, dominée par Faith, Olya planta alors ses prunelles dorées sur le sang de son sang… La seule témoin qui se trouvait là. Sa fille.  

Aussitôt, le sourire sadique qui avait étiré ses lèvres durant son attaque éclair s’envola, au profit d’une moue crispée.  N’attendant pas une seconde de plus, elle attrapa le bras de la petite en difficulté et l’entraîna avec elle dans la rue adjacente sans se soucier de ses revendications. En effet, de nouveau prise de compassion malgré son état psychotique de Noé avancé, elle n’arrivait plus à réfléchir convenablement et laissait son instinct décider. Ce ne fut que lorsqu’elle sentit la faiblesse intense de sa fille qu’elle décida de stopper sa course pour lui faire face de toute sa hauteur.  

Tu n’aurais pas du être là. Tu n’aurais pas du.” lui cracha t-elle à la figure.  

Agacée, perdue, Olya se sentait de nouveau Faith l’abandonner. Touchée en plein coeur, elle imaginait ses ennemis profiter de la situation, se servir de la petite, la manipuler. C’était idiot, car la seule personne qui avait su trouver grâce à ses yeux était le Comte. Mais en cette journée de voyage improvisé, tout lui donnait l’impression de… changer. A croire qu’elle se sentait mère pour la première fois de sa vie.  

 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Mar 12 Jan - 12:08
L’inconnue parlait et parlait. C’était agaçant ; comme si c’était à elle d’être enthousiaste ! Non et non ! Yuliya aurait voulu que ce moment soit inoubliable. Elle avait retrouvé sa mère ; celle qu’elle avait cherché pendant tant de mois. Elle avait harcelé son père adoptif, pour savoir d’où elle venait, qui était ses géniteurs. Où ils étaient désormais, et pourquoi elle s’était retrouvée sans eux. La majorité de ses questions restaient encore sans réponses. Et c’était une véritable torture ! La Bulgare avait envie de leur hurler qu’ils n’avaient pas idée, à tous, que c’était douloureux à en mourir, et à en devenir folle ! Yuliya avait envie de se jeter par la fenêtre. Combien de fois, elle avait résisté à l’envie de tout envoyer en l’air ? Elle avait cessé de compter depuis bien longtemps.. Et cette même volonté était revenue, aujourd’hui même, alors même qu’elle venait de retrouver sa mère. Elle l’avait imaginé tant de fois… Son visage, son sourire… Son attitude. Et son amour, surtout. C’était l’amour d’une mère qui lui manquait plus que tout, et ce qu’il se passait prouvait bien qu’elle en serait pour toujours dépourvue.

Yuliya n’irait pas jusqu'à dire que ses mots n’avaient pas touché cette mère qui l’avait laissé à son propre sort. Non. Mais quand bien même elle s’était rapprochée d’elle, cette femme paraissait toujours aussi éloignée. Comme si rien ne pouvait réduire la distance entre elles ; et c’était ça, le plus douloureux. « Oh ma petite chérie, nous avons connu des moments difficiles avec votre mère, il ne faut pas lui en vouloir. Cette maison close, la prostitution, cela n’a jamais été… » Les yeux de Yuliya étaient écarquillés. L’annonce fit l’effet d’une bombe. Et cela pouvait expliquer tant de choses ! En particulier pourquoi sa mère n’avait jamais été là. Le petit coeur de l’écolière se mit à pomper du sang, encore et encore, à une vitesse folle ! Ses poumons commençaient à manquer d’air, et l’organisme commençait à réagir. Le souffle se faisait court… Tandis que la voix de sa mère raisonna. « Maintenant, tais-toi. La ferme Sofiana. » A genoux, à terre, suffoquant, et toussant autant qu’elle le pouvait pour retrouver de l’air ; la Bulgare assista de près à la scène de violence. Olya prit son « amie » par la gorge et l’envoya paître contre un mur. Yuliya retint une nouvelle crise de panique. Elle déglutit, les larmes aux yeux, choquée.

Ce fut d’autant plus affreux lorsque les prunelles anormalement dorées de sa génitrice se plantèrent dans ses yeux. La panique envahit tout son être, elle ne puit soudainement plus bouger ; et sa respiration restait toujours sifflante. Yuliya avait la sensation de se tenir entre la vie et la mort. L’envie de tousser était presque violente, et son souffle court lui donnait le vertige. Le sourire sadique de sa mère disparu, et une expression plus humaine prit sa place. Sans comprendre quoique ce soit, Olya saisit le bras de sa fille et l’entraîna dans une ruelle non loin d’ici. L’écolière tenta de suivre le rythme avec ses petites jambes, et son souffle amputé. Elle tremblait et toussait à en laisser un filet de sang glissant sur son visage, atteignant son menton. A genoux de nouveau, Yuliya était complètement essoufflée. Elle cracha ses poumons et lorsqu’elle ne pu que tousser pour reprendre son souffle ; sa mère s’emporta verbalement contre elle ; « Tu n’aurais pas du être là. Tu n’aurais pas du. »

Mais que voulait-elle qu’elle fasse ?! Hein ? Sécher l’école ? Arrêter de vivre ? La Bulgare serra des mâchoires et se releva pour faire face à sa mère. S’appuyant contre le mur, elle toisa sa mère en fronçant les sourcils ; fâchée. « J’aurais voulu cesser de vivre en apprenant que ma mère ne serait jamais là pour moi, mais je dois vivre, aller à l’école, et me battre contre la maladie. » Lança-t-elle fièrement, et semant des indices sur l’état dans lequel elle l’avait laissé. Elle mourrait d’envie de pleurer, la présence de sa mère restait apaisante, et Yuliya aurait tant voulu pleurer toutes ses larmes qu’elle retenait depuis tant de temps… « Que t’es-t-il arrivé, pour que tu en arrives là… Maman ? » Elle avait vu l’effet de ce mot, elle l’avait vu. Et l’appeler de la sorte, lui faisait un bien fou. Même si sa mère venait de violenter une très chère amie à son coeur, et qu’elle ne paraissait plus humaine avec ses iris dorés et sa peau foncée. L’écolière ne lutterait jamais contre l’amour qu’elle éprouvait pour sa mère. Cette chaleur au fond d’elle la faisait revivre…
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Dim 14 Fév - 13:20

Faible. Olya l’était à cet instant. Toutefois, le peu de fierté qui lui restait l’empêchait de se tenir à quoique ce soit. Elle ne devait pas laisser ses souvenirs l’étouffer… Mais il était difficile de lutter contre cette nature humaine qui ne cessait d’être refoulée par son sentiment. A chaque fois qu’elle se souvenait… qu’elle ouvrait les yeux sur les réalités… qu’elle prenait conscience des dangers…  Elle finissait par oublier…  Toujours.  

Ainsi, l’esprit de la Bulgare tentait de fuir cette noirceur qui l’étouffait à longueur de journée… en vain. Les yeux luisant toujours d’un or parfait, la jeune mère contemplait sa progéniture d’un regard étrange. Apeurée, en colère, elle resta figée… jusqu’à ce que la voix fluette de la petite ne vienne l’achever pour de bon.

Ce fut un coup de poignard. Sa déception. Sa lutte. Sa maladie. Son envie de comprendre ce qui n’allait pas chez sa mère. La Noé se retrouva alors plongée dans le coma, pour laisser place à la pauvre humaine qu’était Olya. Ainsi, ses iris retrouvèrent leur teinte d’origine, et ce fut de même pour sa peau…  Les yeux rivés sur cette copie d’elle même dont elle pouvait être fière, la jeune femme resta muette…  

Les souvenirs étaient de nouveau revenus, comme lors de sa rencontre avec le Prêtre… Et la panique finit par l’envahir, inéluctablement, lorsqu’elle prit conscience qu’elle était totalement piégée.  

Plongeant un regard empli de compassion et de terreur sur la petite, Olya lui attrapa la main en commençant à parler très vite, d’une voix qui n’avait rien à voir avec celle dont elle avait usé il y a quelques minutes.  

Ecoute ! Ecoute moi ! Tu ne peux pas, tu ne peux pas rester ici ! Ils ne doivent pas te trouver… Tu… tu…”  

Tremblante, elle passa alors une main délicate sur la joue de la jeune fille, puis, avec douceur, elle balaya une trace de sang à la commissure de ses lèvres, avec son pouce. Elle était si belle mais si fiable… cette enfant…  Son enfant… Mais il lui était impossible de profiter de ce moment.. Et pourtant, l’envie d’en savoir plus sur elle, de la prendre dans ses bras, d'en savoir plus sur cette maladie et de l’emmener loin de cette ville maudite était présente.. Si présente qu’elle ne put retenir les quelques larmes qui vinrent faire briller son regard de mère.

Il faut que tu te caches ! Vite ! Sinon… Ils vont… Ils vont… “  

La main emprisonnée dans celle de sa fille, Olya pensait au Comte qui l’avait dupée, aux meurtres perpétrés par les Akumas et cette petite qui pouvaient être utilisées pour lui faire du tort. Une fois Faith revenue, tout allait sûrement changer… Elle devait donc faire au plus vite…  

C’est compliqué, c’est… Elle va revenir, et ce sera différent… Je ne peux rien n’y faire, il m’a trompée ! Ce Comte Millénaire est responsable de tout ! Il ne doit jamais savoir… Il ne doit pas te faire de mal… Jamais. Promets moi de te cacher, de fuir… ”   Contina -telle en commençant à prendre affectueusement le visage de sa fille entre ses mains…

Le Diamant Noir lui avait pris bien des choses par le passé… Mais en cet instant, à la vue de cet être qui lui avait été enlevé de force, la Bulgare se sentait heureuse…

Quel… est ton prénom… ?”  

Le sourire aux lèvres, Olya ne détachait plus ses yeux des siens. Sentant que son esprit commençait à vaciller de nouveau, elle faisait tout pour rester accrocher à ce moment de réalité… Elle allait oublier, certes, mais le visage de la petite resterait à jamais gravé dans sa mémoire, Noé ou non.
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Lun 15 Fév - 11:57
Yuliya n’avait pas pu s’empêcher de tout balancer à sa mère. Sa lutte de tous les jours contre la maladie, lorsque cette dernière lui avait dit qu’elle n’aurait pas du être là. Elle pu voir dans les yeux de cette femme toute une nuance de déception et de douleur. La Bulgare ne voulait pas faire souffrir, mais elle s’était sentie agressée. Elle était obligée de se défense, chaque jour de sa vie elle s’était dit que sa mère aimerait voir que son bébé grandit avec une force intérieure, et une volonté de fer pour survivre. Ce qu’elle n’avait imaginé, c’était bien que sa mère change de ton comme elle le fit soudainement. Non seulement ses iris redevinrent normaux, mais sa peau aussi. Comme si elles étaient finalement deux dans son corps… Psychologiquement, c’était carrément malsain.

« Écoute ! Écoute-moi ! Tu ne peux pas, tu ne peux pas rester ici ! Ils ne doivent pas te trouver… Tu… Tu… » Fit-elle, complètement paniquée. Les yeux de Yuliya s’écarquillèrent ; mais de quoi parlait-elle ? Qui étaient-ils et pourquoi ne pouvait-elle pas rester ici ? Qu’allaient-ils faire ? L’écolière aurait voulu réagir, cependant, un geste maternelle fit trembler son être entier de bonheur, et de surprise. Olya passa une main, délicatement, sur son visage… Et nettoya la trace de sang à la commissure de ses lèvres. Leurs larmes coulèrent au même moment ; mère et fille étaient là, et il n’y avait plus qu’elles deux pour la jeune fille… Enfin, elle avait enfin retrouvé sa mère. Ce moment qu’elle avait attendue pendant si longtemps… Si longtemps.

La voix de sa mère la sortit de ses rêves ; « Il faut que tu te caches ! Vite ! Sinon… Ils vont… Ils vont… » Qu’est-ce qui lui faisait si peur ? Qu’est-ce qui l’empêchait à ce point de rester là ? Ses employeurs..? Cette idée ne lui plaisir pas mais peut-être que… Non. Impossible. Les prostituées étaient humaines… Normales. Ce que Yuliya avait vu ce n’était pas quelque chose de commun comme cette dame qui les avaient accostées — et dont elle avait oublié le nom. « Mais maman… Que se passe-t-il ? Est-ce que tu as des problèmes …? Viens à la mai— » Aurait voulu lui proposer la petite fille, mais Olya l’interrompit, toujours paniquée. Cela terrorisait sa fille, qui angoissait davantage au fil des secondes ; « C’est compliqué, c’est… Elle va revenir, et ce sera différent… Je ne peux rien n’y faire, il m’a trompée ! Ce Comte Millénaire est responsable de tout ! Il ne doit jamais savoir… Il ne doit pas te faire de mal… Jamais. Promets-moi de te cacher, de fuir… » Expliqua-t-elle, tout en prenant le visage de la Bulgare entre ses mains, avec toute la douceur d’une mère.

L’écolière était totalement perdue. Elle aurait tellement voulu lui répondre qu’elle était forte et que tout irait bien. Mais… La panique de sa mère semblait tellement légitime contrairement à l’inquiétude d’une quelconque autre personne. Yuliya était persuadée — instinctivement — que si elle n’obéissait pas à sa mère, elle en paierait le prix de sa vie. Elle parvint alors malgré tout à balbutier quelques mots ; « Je… Je te le promets, maman… Mais promets-moi en retour qu’on se retrouvera vite… J’ai tellement de questions en tête et de choses à te raconter… » Fit-elle, laissant quelques larmes couler encore une fois sur son visage… Elle sentait que la séparation serait difficile, et d’autant plus si c’était l’Autre qui le faisait… Aussi fou que cela paraissait, Yuliya croyait réellement sa mère… Ce Comte Millénaire était responsable de l’état d’Olya, et la petite fille ne pourrait pas le laisser passer…

Une question surgit, inattendue… Mais cela remplissait Yuliya de beaucoup d’espoir. Cela sous-entendait bien qu’elles se retrouveront… Qu’Olya tenterait peut-être de la retrouver avec son prénom… Maintenant que son identité — à ses yeux — serait complète. « Quel… Est ton prénom…? » Les petits yeux de sa fille s’illuminèrent ; elle esquissa un sourire ; « Je m’appelle Yuliya… Et… Et toi, c'est bien Olya…? Maman…? » Et elle verrait si ses enquêtes avaient porté — finalement — leurs fruits.

Yuliya reprit les mains de sa mère entre les yeux et les y serra. « C’est toi qui me l’a donné ? » Demanda-t-elle curieusement, dévouée à ne porter que le prénom que sa mère avait décidé. Et pour ça, elle était prête à changer de prénom !
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Lun 15 Fév - 21:35







C’est une fille !
Il lui faut un prénom !
Olya ?”  

Des cris, des larmes, des pleurs, de la joie… Puis…

Yuliya.





Écarquillant les yeux comme si elle venait de prendre une claque en plein visage, Olya fixait sa fille comme lors de leur première rencontre. Enfin, elle la renvoyait bébé, enfin, elle arrivait à voir clair… A croire que Faith avait littéralement disparu dès lors que la petite avait prononcé son nom en affirmant qu’il lui avait été donné par sa mère.  

Alors, apaisée, la Bulgare finit par laisser un sourire illuminer son visage de bonheur au contact de cette fille perdue. Jamais de sa vie elle n’avait ressenti cette paix intérieure… Ses problèmes semblaient s’être envolés, tout comme ce côté sombre qui l’emprisonnait chaque jour que Dieu faisait… Elle devait en profiter…

Attrapant alors une mèche de cheveux de Yuliya avec affection, elle commença à l’enrouler autour de son index dans un geste tendre et gracieux à la fois…  

Oui… Je me souviens… “ souffla t-elle d’une voix rassurante.  

Contemplant sa descendance avec fierté, elle fronça cependant les sourcils à la vue du sang qui restait encore présent sur ses lèvres… La maladie… Elle en avait parlé… Mais elle n’allait pas avoir le temps d’en discuter car Faith commençait doucement à s’éveiller dans les tréfonds de son âme.

Promets moi de te cacher… Tu dois être en sécurité… Pour te reposer... Et puis… tu sais… Je n’oublierai pas ton visage… Je serai toujours là, pour toi… Je te retrouverai, peu importe où tu trouveras… Ma fille…” promit elle avec tendresse.

Fermant les yeux pour laisser les larmes couler sur ses joues, Olya posa ses mains sur le visage de Yuliya, et alla déposer un baiser réconfortant sur son front un peu fiévreux, comme une mère le faisait avec ses enfants. Se délectant de ce moment jusqu’au bout, la Bulgare laissa alors son esprit aux prises du Noé qui régissait sa vie en cet instant bien précis… Ce qui donna lieu à une situation bien...compliquée pour la Foi.  

Figée de terreur, la femme qui venait de retrouver sa peau sombre et ses pupilles dorée ne sut pas quoi faire dans un premier temps. Consciente des larmes qui coulaient encore sur ses joues, et ses sentiments étranges qui lui donnaient des frissons, elle se détacha lentement de la petite, en la fixant avec peur et colère… Comment avait-elle pu faire ça ? Puis… Pourquoi son coeur battait si fort   ?  

Reculant d’un pas, puis de deux, Olya attrapa sa chemise au niveau de sa poitrine pour l’étreindre avec force… Perturbée, elle ne se fit pourtant pas prier pour relever la tête avec fierté afin de toiser la jeune fille qui se trouvait sous ses yeux…  Pourquoi ? Pourquoi diable son palpitant s’emballait à la vue de Yuliya alors qu’elle n’avait aucun souvenir de l’échange qu’elle avait eu avec elle ?  Pourquoi avait-elle conscience qu’elle ne devait pas être trouvée, par quiconque… ? Mais aussi… Pourquoi ressentait elle ce sentiment dérangeant qui semblait lui dicter qu’elle devait à tout prix la protéger ?

Etait-ce l’instinct maternel... Malgré tout ?

Cache toi. Soigne toi aussi. Fuis.

La voix redevenue rauque, Olya avait lâché quelques mots entre deux souffles avant de s’essuyer maladroitement le visage d’un revers de manche tant les larmes lui donnaient envie d’hurler pour des raisons inconnues.

Personne ne doit te trouver. Tu comprends. Personne.”  

Toujours aussi directe, la Bulgare donnait l’impression de tenir à la petite… mais d’une façon diamétralement opposée à l’humaine qu’elle faisait taire à chaque sortie intempestive… Elle n’était pas une mère douce et compréhensive… Non, sous la forme de Faith, elle était plutôt un animal sauvage qui refusait de voir sa progéniture tomber entre de mauvaises mains…  
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Mar 16 Fév - 11:59
« Oui… je me souviens… » Avait-elle soufflé tout en enroulant une mèche de cheveux de sa fille sur son index. Un doux sourire — mêlé à la tristesse due aux larmes dans ses yeux — éclaira le visage de Yuliya. Cela rassurant la jeune fille qui se sentait pousser des ailes. Elle avait la sensation de mieux se connaître elle-même, d’enfin savoir d’où elle venait… Elle se sentait plus complète. Elle se sentait plus légère ; mieux. Par la suite, ce fut un mélange d’inquiétude et de bonheur qui asservirent son âme ; sa mère venait de froncer les yeux, et ne parlait plus comme avant… Est-ce qu’elle revenait ?.. « Promets-moi de te cacher… Tu dois être en sécurité… Pour te reposer… Et puis… Tu sais… Je n’oublierai pas ton visage… Je serai toujours là, pour toi… Je te retrouverai, peu importe où tu te trouveras… Ma fille… » Yuliya ne répondit rien.. Elle ne fit que sourire et hocher la tête savourant l’instant comme jamais.. Même si sa mère n’était plus entièrement elle-même, elle l’avait retrouvé et pour toujours. Cette promesse avait réchauffé le coeur de la petite écolière qui avait — désormais — une force supplémentaire pour se battre contre la vie.

Olya laissa glisser quelques larmes lorsqu’il ferma les yeux, et embrassa sa progéniture sur le front, délicatement et avec plein d’amour. Yuliya en ferma les yeux, malheureusement, lorsqu’elle les rouvrit… Elle tressauta de surprise ; sa mère n’était plus… Elle était revenue, l’Autre, avec sa peau grise et ses yeux d’or. Elle était peut-être aussi figée que l’écolière, puis elle recula d’un, puis deux pas : quelque chose clochait en elle, c’était évident. Mais la petite Bulgare ne comprenait pas tout ce qui se passait. Une chose était sûre, les sentiments de sa mère restaient présents et c’était bien cela qui perturbait l’Autre.

Yuliya écarquilla les yeux lorsqu’elle — aussi — lui parla. Peut-être était-ce sa mère malgré tout…? Qui forçait un peu pour continuer à lui parler ? Ou bien étaient-ce les sentiments qui restaient plus forts ? « Cache toi. Soigne toi aussi. Fuis. Personne ne doit te trouver. Tu comprends. Personne. » Elle hocha la tête, quelque peu impressionnée par le ton de cette femme qu’elle était redevenue. Intimidée, la jeune fille baissa la tête ; mais réalisant qu’elle ne savait pas quand elle reverrait sa mère, ni comment… Elle releva la tête, déglutit et se lança.. « Prend-soin d’elle. Et dis-lui que je l’aime. » Elle n’était pas certaine que sa mère puisse entendre, alors dans le doute elle venait de missionner l’Autre… Qu’elle ne connaissait pas, et elle ne savait même pas si elle lui passerait le message.

Yuliya la fixait, non pas pour lui tenir tête ou même lui montrer qu’elle était forte, mais pour ne manquer aucune seconde du visage de sa mère. Car après tout, il restait le sien. Elle ne savait pas exactement quand elle partirait, si c’était dans 30 ou 35 secondes… Yuliya ne voulait pas manquer l’instant, elle voulait profiter jusqu’à la fin… Elle laissa quelques larmes couler, encore… C’était face à sa mère, dans une ruelle… Et ce ne sera — à tout jamais — que la seule personne devant qui elle pourrait pleurer. Elle serait sa mère, sa protectrice, et sa confidente.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Mar 19 Avr - 12:59



« Prend-soin d’elle. Et dis-lui que je l’aime. »

Les mots de la petite poignardèrent le coeur de Faith aussi douloureusement qu'une innocence. Le souffle coupé, ses yeux d'or écarquillés plantés sur la frêle demoiselle qui était son portrait craché, Olya ne sut rien dire.

La gamine savait. Elle avait compris. Oui, elle avait vu cette différence de comportement, de voix, de physique... et cela ne semblait pas l'avoir effrayée, au contraire. Il fallait croire que l'amour qu'elle portait pour cette mère bien étrange était beaucoup plus fort que cette peur de l'incompréhensible...et de l'irréel.

De ce fait, la jeune Yuliya ne partit pas de suite malgré la férocité dont la Noé venait de faire preuve. Continuant de la fixer de ses yeux larmoyants, elle donnait l'impression de vouloir garder cette rencontre encrée à tout jamais dans sa mémoire... Et plus elle restait, plus la Bulgare sentait son coeur de glace fondre avec douleur.  

Les sentiments, cette peur, sa part d'humanité, le visage de la petite, son sang, son état, ses mots... Elle devait partir. De suite.  

"VAS T-EN ! "  hurla t-elle.

Laissant les larmes couler sur son faciès crispé en une expression de souffrance mais aussi de tristesse, Olya avait fini par rugir de désespoir à s'en déchirer les cordes vocales. Appuyée contre le mur, le souffle haletant, elle enfouit alors son visage dans une de ses mains tremblantes pour tenter de faire taire ses sanglots ainsi que cette souffrance qui la rendaient folle.

Pourquoi était-elle venue ici ? Pourquoi ?  

Le destin avait -il souhaité mettre Yuliya sur sa route afin que ses ennemis ne mettent pas la main dessus en premier pour la faire souffrir ?  

Sans doute...

En tout cas, plus rien ne serait être comme avant à présent, la Noé le savait... La peur de l'inconnu et de cet amour maternel qui brûlait en elle malgré tout allait avoir un impact sur son futur...

C'était inéluctable.
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Une rencontre à couper le souffle || [ Pv : Lyly Georgevia ]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Bouts de Planète", paysages à couper le souffle
» Petite pub' : Des citations à couper le souffle.
» ° Les Vidéos A Couper Le Souffle! °
» A couper le souffle: Montres et couteaux...
» Mannequin 3D à couper le souffle

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Autres pays-
Sauter vers: