Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Sabre contre faux: duel!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Sabre contre faux: duel!
Lun 21 Déc - 19:44



Sabre contre faux:

duel!


Hop! Hop!
Je sautais d'un toit à l'autre, essayant de rattraper Coaxing, que je faisais bouger moi-même grâce à mon pouvoir. C'était mon agilité et ma rapidité contre ma force mentale... Un de mes jeux favoris, quand je devais me déplacer en ville!
Il faisait nuit, et je devais aller à la gare, pour rentrer chez moi. Qu'est-ce que je faisais si loin de mon manoir?
Et bien... Un enfant m'avait dit avoir entendu un adulte parler d'un nouveau marchand de boîte à musique, dans une ville proche. Ni une, ni deux, j'avais fait mes bagages, et étais partie en acheter une. Une fois arrivée sur place, j'avais demandé de l'aide aux enfants de rue de la ville, et ils m'avaient guidés jusqu'à l'artisan. Pour les remercier, je leur avais tous acheté une pomme!
J'avais beaucoup d'argent: l'héritage de mes défunts parents, homme et femme d'affaires, n'était pas prêt de s'épuiser...
J'aidais souvent des enfants à se nourrir grâce à cet argent, mais je prenais garde de ne pas le dilapider: c'était un atout très important, en cas de coup dur.

J'étais entré dans le magasin, donc, et avais essayé toutes les boîtes, au grand dam du marchand. Bha... Le client était roi, et l'enfant, empereur. S'il aimait pas ça, il avait qu'à se trouver un autre métier.
Une longue heure plus tard, alors que le commerçant était prêt à me jeter à la porte, je fis mon choix: une musique dynamique, entraînante, qui accompagnerait à merveille mes courses d'obstacles improvisées en ville!
Je ne comptais pas en acheter plus d'une. Déjà, cela coutait assez cher; de l'argent qui pourrait servir à aider d'autres enfants. Et, d'autre part, une collection n'avait de valeurs que si chaque élément avait sa propre histoire!
Bref, le marchand se félicitant pour sa patience, et moi pour mon achat, je quittai l'endroit, pour retourner à la gare... Par les toits. Avec le jeu du« attrape-Coaxing », donc. Dans le noir, les distances étaient plus dures à estimer, et le jeu, bien plus amusant!

J'allais attraper Coaxing, quand un attroupement, en bas, attira mon regard. Une masse d'enfants -ceux qui m'avaient aidés- entouraient un grand homme. C'étaient des mendiants, après tout: ils lui lançaient mille supplications, exposant ostensiblement leurs membres abîmés -la plupart volontairement, par leurs parents, pour qu'ils rapportent plus.
Malheureusement, je ne miserais pas grand chose sur leur réussite. Le type avait une sale tronche, comme s'il était constipé depuis trois mois, et ses longs vêtements sombres n'aidaient pas à le rendre moins patibulaire. Difficile d'en savoir plus: ses cheveux et sa tenue étaient-ils réellement noirs, ou était-ce dû à l'obscurité?
Dans tous les cas, je me méfiais. Je m'approchai un maximum, sautai de mon toit jusqu'au lampadaire le plus proche d'eux, et restai immobile, en équilibre. Si ce type tentait quoi que ce soit contre les enfants, je le tranchais directement. Et s'il les envoyaient paître, j'irai lui remonter les bretelles... Au vu de sa tenue, il avait largement de quoi se séparer de quelques pièces!

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 272 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sabre contre faux: duel!
Jeu 21 Jan - 12:02
Sabre contre Faux ; Duel !
feat. M. Risatina

« Hoy ! Komui ! Tu t’es trompé dans la localisation ! Y’a pas d’Innocence ici ! » Hurla-t-il presque dans les rues de Paris. Suivi d’insultes en tout genre pour le Grand Intendant. Puis, Kanda avait ordonné à son golem de couper la communication. Désormais, il était sur les nerfs et peu de choses pouvaient le calmer si ce n’était quelques Akumas à détruire. Des bas niveaux si possible, histoire de ne pas se prendre davantage la tête. Il y avait des jours, vraiment, mieux valait ne pas le croiser. Et aujourd’hui en faisait partie ! Kombi était tellement tête en l’air qu’il avait du se tromper de localisation, c’était évident : l’exorciste n’avait même pas trouvé le traqueur qu’il devait rejoindre sur place ! De nouveau, il soupira bruyamment, agacé par la situation qui venait de pourrir le reste de sa journée.

Désormais, il ne savait plus quoi faire ! Est-ce qu’il rentrait ou profitait un peu de la ville ? Il n’était pas très social, alors la première solution s’imposa à lui.

Il reprit donc le chemin du retour, regardant par-ci, par-là si par hasard il n’y avait pas un cristal divin à proximité. Visiblement, non. Il leva les yeux au ciel avant de continuer sa route. Passant par mille et un chemins. Cependant, il croisa un attroupement de gamins des rues. Plus perdus et mendiants, on ne pouvait guère faire plus. Ils étaient sales, pauvres, et blessés. Peut-Être que dans une autre situation il les aurait aidé, ou pas, mais ce n’était vraiment pas le jour à se faire accoster de la sorte. Au tout début, Yu les poussa quelques uns plus violemment que les autres, tandis qu’ils chutaient et gémissaient. Néanmoins, ils revenaient toujours, le suppliant de lâcher quelques pièces. Le soucis était qu’il n’avait pas d’argent ; Exorciste n’était pas un métier reconnu et il ne gagnait aucun salaire. Il était simplement nourris et logé en échange. Enfin… Lui s’était vu naître dans la Congrégation, il n’avait été que le projet de quelqu’un ; une idée qui avait germé dans un esprit. Par chance, il était parvenu à se synchroniser à l’Innocence pure.

Soupirant, il cria contre les gamins, sans retenue ; « Lâchez-moi, bordel ! » Soudainement, il se stoppa. Quelqu’un l’observait, là, à quelques mètres. Sur un lampadaire. Est-ce qu’elle se croyait discrète ? Kanda ne voyait pas dans son attitude une envie de se cacher, véritablement, du regard des autres pour voir la façon dont il se comportait avec les enfants. L’apôtre artificiel plongea son regard cobalt dans le sien et aboya quelques mots à son égard ; « Quoi ? Qu’est-ce qu’il y a ? »

Il déglutit, sur les nerfs. Il savait bien qu’il devait se calmer, mais aujourd’hui il n’y parvenait pas. Cela lui coûterait probablement cher. Le côté positif, c’était que les gamins avaient cessé de lui réclamer des pièces et, eux aussi, tournaient la tête en direction de la jeune fille qui se tenait là ; immobile. Les battements du coeur de Kanda s’accélérèrent, il sentait que quelque chose d’étrange allait se produire. Son expérience lui murmurait qu’elle n’était probablement pas humaine, et cette dernière ne se trompait que rarement…
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Sabre contre faux: duel!
Ven 22 Jan - 23:58



Sabre contre faux:

duel!


Je serrai les poings. Cette brute, ce bandit, cet égoïste, avait osé ignorer les suppliques des miséreux, sans doute bien trop hautain pour s'abaisser à leurs problèmes. Pire: il avait osé les pousser!
Facile, quand on avait son gros ventre gras rempli de viande, de repousser des affamés! Sale lâche... On verra si tu feras encore le fier, quand ce seront tes tripes qui s'en écouleront!
Il n'a pas voulu toucher à sa bourse, il allait perdre les siennes...

Les enfants tombaient en arrière, se cognaient, pleuraient. Chaque choc, je le subissais aussi, et j'avais une envie furieuse de laisser tomber mon observation pour aller les consoler tout de suite; mais je préparais un tour à ma façon à ce triste sir...
Malgré la douleur et le désespoir -ou peut-être à cause de celui-ci-, les mendiants revenaient vers le cruel, et le priaient presque à genoux de leur donner quelques piécettes. Et l'odieux, loin de s'émouvoir, se mit à beugler, comme une bête enragée. Bientôt, il couinera comme un chiot terrifié...

Soudain, il se tut. Il tourna son regard vers moi, et croisa le mien. Tiens? Pourtant, je n'avais fait aucun bruit... Bha! Un hasard. Quoi qu'il en fut, il était temps d'entrer en scène! Ce malotru avait besoin d'une bonne leçon...
  - Quoi? Qu'est-ce qu'il y a?
Grâce à la lampe, je devais apparaître en sombre silhouette, sans détail. Hi hi hi... J'allais m'amuser un peu! Sa sale face de constipé râleur allait devenir une jolie frimousse terrifiée!
- Il y a, pauvre fou, qu'il est bien dangereux de s'aventurer en rue, en pleine nuit... Dis-je, en prenant une grosse voix.
  Je bondis sur le toit derrière, longeai le bord dans l'obscurité, et sautai sur la maison de l'autre côté de la rue. Rapidement, et sans un bruit... Comme un fantôme.
 - Plus dangereux encore de s'en prendre à mes protégés...
A nouveau, je me déplaçai discrètement, comme si je me téléportais, et terminai:
 - Une double erreur qui te vaudra le châtiment du Fantasma Bambino... La souffrance, la mort, l'Enfer!
Je sautai à terre, juste devant une lampe -pour l'effet silhouette-, et fis tournoyer ma faux, tout en laissant s'échapper un grand rire, qui se voulait comme venu des plus profonds abysses.
  - IL EST TROP TARD POUR FUIR, MISERABLE! CEDE TES RICHESSES A CES PAUVRES ENFANTS, ET PEUT-ÊTRE AURAS-TU DROIT A MA CLEMENCE... HAAAAAAAAAAA HA HA HA HA HA HA HA!

...

...

Un silence de mort accompagna ma mise en scène. Si les enfants s'étaient serrés les uns contre les autres, livides, l'asperge cramée n'avait pas bougé d'un iota.
Hé hé hé... La peur le paralysait, voilà tout... Et s'il n'avait pas l'air le moins du monde effrayé, c'était parce qu'il était trop stupide pour ça...

Herm...

GRRRRRR! Foutu bonhomme! S'il voulait la guerre, il l'aurait! Rouge de honte après ce déplorable échec, je pointai un doigt menaçant vers lui, et proférai, reprenant ma voix normale:
 - Ecoute-moi bien, sale type! Si t'oses encore toucher à un cheveu de ces enfants, je te rase les tiens, et ce qu'il y a en-dessous avec! Maintenant, tu leur présentes tes excuses, et tu leur donnes tout ce que t'as qui vaut de l'argent!

Je ne supportais pas ce genre de type. Trop blasé pour la plus simple bonté -bien sûr que le plus petit des gestes pouvait changer quelque chose!-, ou pour apprécier l'évidente beauté du monde, et les plaisirs de l'existence. Il suffisait de voir sa tête de trois pieds de long, par une nuit si belle; ou les vêtements ternes et froids dans lesquels il se cachait; ou encore sa méchanceté envers le plus incroyable, le plus merveilleux des éléments de ce monde: les enfants.
S'il était incapable d'être heureux, au moins, qu'il aide les autres à l'être... Ou qu'il disparaisse!
Il ne semblait pas choisir la première option; je m'occuperai de la seconde!

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 272 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sabre contre faux: duel!
Dim 24 Jan - 17:27
Sabre contre Faux ; Duel !
feat. M. Risatina

« Il y a, pauvre fou, qu’il est bien dangereux de s’aventurer en rue, en pleine nuit… » Commença à lui répondre la jeune fille perché sur le lampadaire. Kanda haussa un sourcil, surprit par de tels dires. D’autant plus qu’elle avait pris une « grosse voix » ; ayant tenté — sûrement — d’apeurer l’exorciste. Ce dernier percevait les mouvements de son interlocuteur, mais il remarqua qu’il ne l’entendait pas. Il commença alors à froncer les sourcils, se concentrant pour ne pas la perdre de vu ; car cela pourrait lui être fatal. « Plus dangereux encore de s’en prendre à mes protégés… » Le menaçait-elle. Et alors qu’il commençait à la prendre au sérieux, ce qu’elle dit par la suite lui fit comprendre que ce n’était probablement qu’une mascarade. « Une double erreur qui te vaudra le châtiment du Fantasma Bambino… La souffrance, la mort, l’Enfer ! » Kanda soupira. Tandis qu’elle sauta à terre. Dos à un lampadaire, ce qui rendait son physique encore mystérieux. Elle fit soudainement tournoyer sa faux tout en riant comme une folle.

Ce fut l’indice déclencheur. Il fronça les sourcils et tandis que les enfants se serraient les uns contre les autres, il l’écouta bien attentivement encore. « IL EST TROP TARD POUR FUIR, MISERABLE ! CEDE TES RICHESSES A CES PAUVRES ENFANTS, ET PEUT-ÊTRE AURAS-TU DROIT À MA CLÉMENCE … HAAAAAAAA HA HA HA HA HA ! » Un silence régna. Kanda ne savait toujours pas s’il devait la prendre au sérieux ou non. La faux était la preuve qu’elle était très probablement — à 98% — un Akuma, mais son discours était digne d’un de ces pauvres fou qui jonchaient sur le sol, pauvre, et à la merci des maladies.

« Ecoute-moi bien, sale type ! Si t’oses encore toucher à un cheveu de ces enfants, je te rase les tiens, et ce qu’il y a en dessous avec ! Maintenant, tu leur présentes tes excuses et tu leur donnes tout ce que t’as qui vaut de l’argent ! » L’exorciste se mit à rire. Moqueur ? Cynique ? Fou ? Un large sourire traversa son visage. « Je pourrait te dire la vérité que tu ne me croirais pas. Je n’ai pas de temps à perdre avec vous. Range donc ton jouet et pars avec tes « protégés. » » Lui fit-il froidement. Le japonais n’avait pas l’intention de céder quoique ce soit à qui que ce soit ; d’autant plus que l’objet le plus précieux qu’il avait était ce Mugen ensanglanté, désormais, sous sa forme cristallisée. C’était une Innocence, et s’il s’avérait qu’il avait vu juste : elle ne pourrait rien en faire avec, si ce n’était se tuer.

«  »

Kanda Yu n’avait rien de plus à dire. Il attendait impatiemment la réaction de la jeune fille. Il fantasmait sur le fait qu’elle soit un Akuma, et qu’un combat se déroule ici et maintenant. Un Akuma de plus de détruit, et le monde courrait davantage vers une paix. Le monde courrait davantage vers la fin de cette Guerre Sainte totalement stupide.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Sabre contre faux: duel!
Dim 24 Jan - 22:08



Sabre contre faux:

duel!


Il éclata de rire, ce qui ne fit qu'aggraver mon échec. Grrrrr... Tout ça parce que je n'avais pas eu le temps de me préparer un déguisement convenable! Ho... Mais il ne m'avait pas vu, de toute manière, ce n'était pas à cause de ça...
Alors, c'était parce qu'il n'avait pas peur des fantômes! Peut-être qu'il était médium, et qu'il les connaissait! J'avais toujours rêvé d'en rencontrer un, pour lui poser plein de questions. Leur demander si mes anciens pas-si-bien-protégés-que-ça étaient bien là-haut, paisibles, malgré leur mort... "Pas naturelle", par exemple.
Je pourrais même devenir un de ces exorcistes, avec une croix et des paroles magiques, pour rendre la paix aux pauvres esprits enchaînés! Ce serait vraiment chouette!

Mais, pour l'instant, c'étaient les vivants qui avaient besoin de moi. Cet étranger patibulaire osait blesser les enfants; il fallait le mettre hors d'état de nuire, médium ou pas!
 - Je pourrait te dire la vérité que tu ne me croirais pas. Je n’ai pas de temps à perdre avec vous. Range donc ton jouet et pars avec tes « protégés.
Je jetai un œil vers les enfants; ils avaient profités de notre dispute pour prendre la poudre d'escampette. Enfin, presque... Ils étaient à moitié caché derrière un mur, agglutinés pour voir la scène, trop intrigués pour simplement fuir. Sacré eux! Ils étaient comme moi: peureux, mais curieux, et drôlement courageux! Peut-être même un peu inconscients...
Enfin, je ne risquais rien, moi. Non seulement l' "ennemi" n'avait pas l'air bien fort, mais avec mes pouvoirs, le plus grand des athlètes ne serait pas un danger. Donc, j'allais lui régler son compte en moins de deux, et je donnerai tout aux enfants!
Mais avant, il fallait lui répondre...
 - Tant que je n'ai pas de preuve que tu mens, j'ai pas de raison de ne pas te croire! Je suis une scientifique, moi, je décide pas arbitrairement de ce qui est possible ou non
Et puis, ça m'étonnerait que sa "vérité" soit plus incroyable que la mienne...
 - Et puis, du temps passé pour des enfants n'est jamais perdu, tête de corneille! Alors, on va s'amuser ensemble... Avec mon "jouet"!
J'aurais volontiers, comme d'habitude, jouer à l'effrayer et le poursuivre un peu avant d'en finir, mais il y avait les enfants...
Si nous courrions trop loin, je ne pourrai plus les retrouver!
Alors, je le tranchai directement, en un seul coup. Tchac! Avec plein de sang partout, et son rictus moqueur coupé en deux!
Du moins, c'était le plan. Mais ma faux s'arrêta à quelques centimètres de lui...

Mes yeux s'arrondirent comme des billes. Il venait de faire surgir une arme de nul part, comme moi avec ma faux! Une espèce d'épée très fine et très longue, arrondie, et surtout... Rouge sang!
Je sautai en arrière, reprenant mes distances, pour mieux observer l'étrange phénomène.
Cette magie... Il serait comme moi? J'en avais déjà rencontrés, des "être-canons", je savais que je n'étais pas la seule. Le mieux, c'était encore de lui demander directement: ça ne coûtait rien!
 - Hé, la corneille! D'où tu sors ce...
Je croisai son regard; un frisson me parcourut l'échine.
Ce fut immédiat, comme une réflexe. Comme si mon instinct me prévenait du danger... Dans ses yeux, une lueur terrifiante venait de naître, et il me semblait même voir un sourire mauvais se dessiner lentement sur son visage...

H...a...
Ha...
Ha ha! Bête petite Mary, tu te fais des films, il a toujours la même tête de constipé! Et puis, instinct ou pas, je n'étais pas un animal: c'était pas parce qu'il avait des yeux de tueur que je devais avoir peur! J'étais bien placée pour savoir que les plus dangereux n'étaient pas les plus inquiétants physiquement!

Malgré ces belles pensées, je n'arrivais plus à finir ma phrase, une grosse boule coincée dans la gorge, et mon cœur battait à tout rompre, comme s'il voulait fuir...
Décidément, quelle peureuse! Un coup d'œil, et j'étais dans tous mes états! La terreur, moi, je la combattais à ma manière... En fonçant dans ce qui m'effrayait!

Ignorant les tremblements dans mes jambes, je repartis à l'assaut, bien décidée à me prouver que mes craintes étaient stupides!

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 272 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sabre contre faux: duel!
Lun 25 Jan - 12:13
Sabre contre Faux ; Duel !
feat. M. Risatina

Visiblement, elle était très en colère qu’il n’ait pas donné la moindre pièce à ces enfants. Mais son métier n’était pas rémunéré avec de l’argent. C’était du donnant donnant. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien croire sur son compte ? Quels films s’était-elle imaginé ? Qu’il était riche parce que quoi ? Qu’est-ce qui — selon elle — pourrait expliquer qu’il soit riche sans l’afficher ? Sa dégaine ? Certainement pas ! Alors quoi ? Sa tenue faisait penser à une secte, même un manteau noir le couvrait. C’était un exorciste en mission qui avait autre chose à faire que de perdre son temps avec des enfants ; et elle était comprise dans le lot. « Tant que je n’ai pas de preuve que tu mens, j’ai pas de raison de ne pas te croire ! Je suis une scientifique, moi, je décide pas arbitrairement de ce qui est possible ou non. » Expliqua-t-elle fièrement. C’est bien dommage qu’elle soit ainsi, elle aurait pu trouver sa place à l’Ordre Noir. Cependant, le nouveau surnom qu’elle lui donna fit perdre totalement les chances pour elle. « Et puis, du temps passé pour des enfants n’est jamais perdu, tête de corneille ! Alors, on va s’amuser ensemble… Avec mon « jouet » ! » Déclara-t-elle.

Son jouet allait heurter quelque chose qu’elle ne semblait visiblement pas encore avoir connu. Et cela allait révolutionner sa vie. Ses yeux s’arrondirent. S’écarquillèrent lorsque sa faux rencontra  une lame de katana comme faite de sang. Kanda sourit encore. « Hé, la corneille ! D’où tu sors ce… » Mais elle ne pu finir sa phrase lorsque son regard croisa le sien. Elle hésita quelques secondes puis s’éloigna avant de revenir à la charge. La faux frappa Mugen une fois encore. Yu ne peinait pas à contrer la faux. Mais il ne se faisait pas de fausses idées ; peut-être qu’elle non plus ne forçait pas !

« Tu n’as jamais entendu parler des Exorcistes ? Nous avons pourtant entendu parler de toi et tes petits copains à canons. » Expliqua-t-il, voyant qu’elle n’avait pas reconnu son propre ennemi. Pas un seul instant elle n’avait insulté l’Ordre, les autres humains… Elle n’avait pas non plus proclamer allégeance officiellement au Comte, devant lui non plus… Mais le bretteur n’était pas un bleu. Il savait parfaitement reconnaître les Akumas, et même si cette dernière était bien étrange, Yu était persuadé qu’elle faisait partie de Son armée.

Il se sépara d’elle, et s’éloigna un peu. Il lança sa première illusion ; Insectes des Enfers. Des bêtes immondes semblaient être revenu des plus abysses infernales et se jetèrent sur la jeune fille. Leurs multiples yeux rouges ne la quittèrent pas un instant ; jusqu’à ce que leur course se termine. Soit par un échec, soit par un succès. Tout ne dépendait que d’elle. Peut-être que ses phrases abracadabrantes la sauveraient. Le japonais espérait bien ; car — à ses yeux — il n’y avait rien de plus distrayant qu’un bon combat. Même si au fond de lui, il repensait à son ami. Alma.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Sabre contre faux: duel!
Dim 31 Jan - 22:34



Sabre contre faux:

duel!


Nouvel assaut, nouvel échec. Pire: il ne broncha même pas, comme si ce coup avait la puissance d'une mouche, pour lui. Alors que j'avais frappé fort, de toute cette force surnaturelle qu'était la mienne! C'était la première personne capable de me résister, depuis que j'avais ce corps...
Je suais de peur, et mes dents claquaient à se briser. Mais, au milieu de tous ces signaux que m'envoyaient ma raison pour me forcer à fuir, une nouvelle flamme brûlait. Celle de la curiosité, et celle du défi...
Cette soirée allait être unique!

J'avais toujours pris grand plaisir à jouer avec mon corps, le poussant à ses dernières limites, utilisant chacun de ses membres, m'émerveillant toujours plus de ses capacités. Pour un ancien bossu comme moi, finir dans ce corps jeune et agile, et surtout "amélioré" par l'étrange phénomène, était incroyable! Pour un humain normal, ce serait comme s'il devenait capable de voler!
Par un moyen inconnu, le corps de Mary était à présent le mien... Autant en profiter autant que possible: le laisser moisir et se dégrader ne serait pas gentil!

Bref, malgré ma terreur, j'étais bien décidé à profiter de l'occasion pour m'amuser comme jamais, et découvrir ce que cet étrange corps avait dans le ventre! P'têt' que cette corneille était plus forte qu'elle n'en avait l'air, mais mon truc à moi, c'était la vitesse!
 - Tu n’as jamais entendu parler des Exorcistes ? Nous avons pourtant entendu parler de toi et tes petits copains...
Je n'entendis même pas la suite: au mot "exorciste", j'avais serré mon poing en signe de victoire, en lâchant un "ha!" triomphant.
J'avais tapé dans le mille -ou presque!
Et, plus chouette encore... Il croyait vraiment que j'étais un fantôme! Ma mise en scène n'était pas ratée: c'était juste lui qui n'avait pas peur des esprits!
Hé hé héééééé! Je me demandais si ses techniques fonctionneraient aussi contre moi...
 - Je savais que t'étais un truc comme ça! Mais, foi de fantôme, je ne vais pas me laisser faire!
Soudain, j'eus un doute. Et si j'étais réellement une fantôme? Après tout, je n'étais pas immatérielle, ni toute blanche avec un boulet, mais j'étais bel et bien morte une fois... Peut-être que...

Mais assez pensé! Que je m'appelle "fantôme" ou pas, ça ne changeait rien à ce que j'étais, de toute manière. Et puis, c'était au tour de mon corps de travailler!
Je sortis la boîte de ma poche (celle que je venais d'acheter), et m'apprêtai à remonter le mécanisme. Une bonne musique m'aidera à garder ma motivation, et surtout, rendra le combat encore plus excitant!

Mais je n'eus pas le temps de la remonter: l'ennemi lança sa contre-attaque...
Qui doucha en un instant mon courage retrouvé.

Zombie-Loan OST Soba ni Aru Shi
Une horde d'insectes, tous plus hideux les uns que les autres, fonçaient vers moi, en un vrombissement de mort. Leurs petits yeux mauvais me fixaient, et je les voyais presque remuer le dard et se pourlécher les babines...

La peur me pétrifia. Je les imaginais déjà, m'encerclant...
Je me bats, ou me débats, pendant un moment, désespérément; mais je n'arrive à rien, contre ces êtres minuscules, avec mon immense faux...
Les premiers se posent sur moi, se rient de mes efforts pour me protéger. Déjà, ils me percent, me mordent, se gorgent de ma chaire et de mon sang...
D'abord, quelques éclairs de douleur, comme autant de coups de couteaux qu'on m'assène; mais, peu à peu débordée, paralysée par la souffrance, tout juste capable d'hurler et de pleurer, je tombe à terre, et toutes se ruent sur moi.
Les pointes s'estompent pour devenir un plein et atroce martyr, et c'est mon corps entier qui est dévorée, qui se couvre de traces de morsures, de boutons rouges, de morceaux de chairs arrachés...
Incapable de mourir, maudit fantôme, je ne peux que crier, jusqu'à ce que ma voix se brise et me condamne à gémir pitoyablement. Je sanglote faiblement, m'étouffe dans mes propres pleurs, alors que les bêtes atteignent jusqu'à mes os...
Et l'étranger me toise, refusant d'abréger mes souffrance, ignorant mes supplications, mes larmes, ma pire que mort.
Puis mes prières s'étouffent, quand un essaim s'engouffre dans ma bouche, mes oreilles, mon nez, chaque trou de mon anatomie, pour me dévorer de l'intérieur. Tripes, boyaux, cœur; je sens chacun de mes organes disparaître, je me vois être anéantie, annihilée, morceau par morceau...
Enfin... Le cerveau. Elles me le rongent, le grignotent lentement. J'oublie les choses, ceux que j'aime; je deviens peu à eu folle; tout ce que je fus disparaît lentement, comme si je n'avais jamais rien été...
Même mon sang, mes sentiments, sont sucés par ces bestioles jusqu'à la dernière goutte, refusant de laisser la plus petite trace de mon existence. Puis... L'obscurité. Plus r-


[fin de musique]


Un enfant hurla.
Je sortis de ma stupeur, et évitai, par réflexe, le premier insecte. L'explosion qui suivit fini de me ramener sur terre: je secouai vivement la tête, comme pour en extraire toutes ces sombres pensées.
Non! Je ne devais pas laisser la peur prendre le pas! J'avais plus d'un tour dans mon sac... Hors de question de céder sans avoir tout donné!

Bon! Le truc venait d'exploser derrière moi: ce n'étaient pas de vrais insectes, juste des flèches hyper flippantes et explosives. Du coup, je n'avais qu'à esquiver!
Je sautai sur le côté, en une superbe cabriole, entre la roue et la culbute. Rapide... Mais un peu tard! Si aucune de ces dynamites ne m'avaient touché directement, l'explosion m'envoya bouler contre le mur d'une maison... Ou plutôt, à travers sa vitre.
CLANG! Elle éclata en morceau, me coupant de partout, et quand je retombai, ce ne fut pas seulement le choc qui me fit grimacer: quelques petits morceaux venaient de me percer.
 - Aïheu...
Quel comble! D'habitude, c'était moi qui coupait, et c'était les autres qui saignaient. Là, une seule de ses attaques, et je commençai déjà à me teindre en rouge de partout...
Rien de grave, cependant: les plaies étaient superficielles. Il fallait plus que ça pour me faire baisser les bras!
Je me relevai d'un bond -ce qui fit hurler mon corps de douleur-, et découpai la porte pour ressortir.
 - Ha! Sale corneille, ton attaque est un échec! Tu peux m'envoyer autant de monstres que tu veux, j'ai pas peur!
Peut-être aurais-je été plus crédible si je n'étais pas en train d'essuyer le sang qui me coulait dans les yeux avec ma manche, et si je n'avais pas tant de mal à soutenir son regard, mais tant pis...

Bon! Il était temps de passer aux choses sérieuses!
Je pris la boîte dans mon sac, remontai le mécanisme, et la posai sur un mur -en croisant des doigts pour qu'elle ne s'abîme pas.

PandaHero Music BoxArrange
Ceci fait... Je fonçai à nouveau vers lui, pour enchaîner les attaques. Cette fois, pas question de m'arrêter à sa première parade! Plutôt que de donner un coup brutal, j'allais lui asséner une multitude d'attaques, peu fortes, mais rapides comme l'éclair!

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 272 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sabre contre faux: duel!
Dim 7 Fév - 18:45
Sabre contre Faux ; Duel !
feat. M. Risatina

Lorsque la faux rencontra Mugen, ce fut comme une déception qui sonna aux oreilles du bretteur. Lui qui était avide de défis et de nouveaux combattants toujours plus fort ; venait — non pas de tomber sur un diamant mais bien un caillou. Miteux. La lueur dans ses yeux n’avait pas pour autant disparue ; même si le combat s’avèrerait plutôt facile, il y aurait malgré tout une victoire au bout. C’était la deuxième chose qu’il préférait au monde dans les combats — après les défis. Cette ennemie là serait facile à battre mais ce qui était intéressant était qu’elle venait probablement de se « transformer » ; de « rentrer » dans un corps qu’il ou elle avait volé. C’était une nouveauté pour le Japonais qui avait — pourtant — plusieurs années de services, déjà, dans les rangs de l’Ordre Noir. La réaction de la jeune femme le fit davantage sourire.

« Je savais que t’étais un truc comme ça ! Mais, foi de fantôme, je ne vais pas me laisser faire ! » La conviction, pour en avoir, elle en avait celle-là. Et cela ne faisait que bien plus plaire au jeune homme qui prendrait un malin plaisir à détruire petit à petit ses espoirs et sa force ; avant de l’achever. Les sbires du Comte n’avaient pas lieu d’exister, tout comme ce dernier. Kanda Yu n’avait pas cette vision manichéenne du monde que tous les humains possédaient. Il ne croyait ni en le Bien ni en le Mal mais pensait agir pour la paix qui, elle, apporterait beaucoup de bien aux différentes ethnies qui peuplaient la planète. C’était en ça qu’il croyait ; en la possibilité d’un monde meilleur, mené par la Paix. Il y aurait toujours des petits tracas ; mais plus de Clown en vu pour détruire le monde afin de le reconstruire à sa façon. Ça, ce serait bientôt terminé : il en était certain.
Il mourrait pour cette cause. Autant qu’Alma l’a fait.

« Tu n’es pas un fantôme, abrutie. » Lui apprit-il sans délicatesse. « Tu es un Akuma, et j’existe pour te détruire ! » Déclara-t-il.

Après quoi il lança sa première illusion, en vu de la réduire à néant. Tel était son destin après tout. Exploser et être détruite. Le soucis était que — contrairement — à ce qu’il aurait pu croire, la jeune femme était parvenue à esquiver ses insectes. L’Akuma pourtant n’eut pas le temps de voir qu’un insecte avait explosé à proximité. La déflagration la toucha un peu. Il aurait voulu faire bien plus de dégâts. Quelques débris de verres vinrent se loger dans sa peau. Elle lâcha un gémissement de douleur. Elle s’était enfoncée dans une maison, et elle en sortit par la porte. Sa faux avait permis la découpe de cette dernière. « Ha ! Sale Corneille, ton attaque est échec ! Tu peux m’envoyer autant de monstres que tu veux, j’ai pas peur ! »

Mais qu’avait-elle à l’appeler « sale Corneille » ? Il n’était peut-être pas un oiseau de mauvaise augure, sauf peut-être pour elle. Elle voulait être brave ? Très bien ; Kanda était sur le point de lancer une attaque mais l’Akuma venait de poser une espèce de boite sur un mur. Il haussa un sourcil, qu’est-ce qu’elle s’apprêtait à faire ? Elle fonça de nouveau vers lui, et enchaîna quelques attaques qu’il n’eut aucun mal à parer. Même si certaines se faisaient plus fortes que d’autres. Elle en avait dans le ventre visiblement.

Cependant, c’était maintenant au tour de Kanda d’attaquer. Ce ne serait pas la même. Il s’élança vers elle, et donna un grand coup de Mugen à la verticale. Puis à l’horizontale, et il enchaîna de la sorte pendant quelques attaques et fit une espèce de pirouette pour donner un coup de pied à son adversaire au niveau du ventre.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Sabre contre faux: duel!
Lun 8 Fév - 18:42



Sabre contre faux:

duel!


Grrrrr... Il parait mes attaques sans problèmes, sans même paraître se fatiguer, ou même avoir du mal! Il serait en train de coudre qu'il aurait l'air moins à l'aise...
Je ne me laissais pas abattre, multipliant les attaques, accélérant toujours plus le rythme! Mais jamais, jamais je ne le touchais. C'était comme si son sabre apparaissait sous ma faux, comme s'il était entouré d'une bulle intouchable!
Et moi, je frappais, je m'échinais, je m'entêtais à faire voler mon arme dans tous les sens. Je devais l'atteindre, au moins une fois! Il ne pourra pas arrêter toutes mes attaques indéfiniment!

La sueur commençait à couler sur mon visage, se mêlant au sang. Mon corps hurlait de douleur, à cause de toutes les coupures, mais j'essayais de l'ignorer. J'avais l'habitude d'avoir mal, à force de faire des cabrioles, des trucs risqués, des défis dangereux, et de -parfois- les rater: ce n'était pas ça qui allait m'arrêter!
Droite! Gauche! Feinte! Bas!
"Cling"! "Cling"! "Cling"!
A chaque fois, un bruit de métal suivait l'attaque, quand nos armes s'entrechoquaient, comme une clochette.
Bas -gauche -diagonale- bas!
"cling -cling -cling -cling!"
Le sang me coula dans un œil, et je dus le fermer. Mais un peu trop tard: il me picotait, maintenant, s'ajoutant à toutes les autres douleurs! J'essuyai rapidement le sang au-dessus de l'autre œil, tout en maintenant l'assaut, mais ma manche déjà imbibée ne fit qu'étaler les choses.
Droitehautfeintedroitegauchebasbasfeintedroite.
"Clingclingclingclingclingclingcling!"
Je commençais à m'emporter sérieusement, frappant plus fort et plus vite que jamais, ouvrant plus encore les coupures sur mon corps. Tout mon vêtement était trempé de sang, seule la lame de ma faux restaient vierge de toute hémoglobine, et ma frustration n'en croissait que plus. J'allais l'avoir! Je devais l'avoir! Je ne pouvais pas être si nulle!
droitehautbasfeintegauchefeintebashauthautdroigauhaubafeindroi-"clingclingclingclingclingclingclingclingclingclingclingclingclingclingcling"
La musique semblait me narguer, se moquer de mes efforts, de ma faiblesse. Et lui, qui ne grimaçait même pas!
Pourquoi...?
Pourquoi n'arrivais-je pas à le toucher? Comment pouvait-il être si fort, si rapide? "Tu es un akuma, et j'existe pour te détruire", avait-il lancé. C'était quoi, un Acouma? Un être-canon? Il était quoi, lui, alors? Pourquoi il voulait me détruire?
Les larmes me venaient aux yeux, de douleur, de frustration, de désespoir, de rage. Mon corps me torturait, comme s'il allait se briser sous le poids de mes propres attaques.
Pourquoi? Pourquoi je devais souffrir, pourquoi voulait-il ma mort? Je ne faisais, non, je n'avais jamais rien de mal! J'avais fait ça pour les enfants, toujours! Ces sales adultes que je tuais n'étaient que des égoïstes, des crapules, des déchets! Leurs canons à eux étaient dans leur sang, c'était eux, les monstres! ils le méritaient tous! Tous! Et lui aussi! Lui qui avait frappé un enfant! Il devait disparaître! Je devais le tuer!
Une frénésie brutale s'empara de moi, et je frappais à m'en briser les bras, à m'en déchirer la chaire, à en mourir d'épuisement. Il faut le tuer, je veux qu'il meurt, je veux le trancher! Je veux qu'il disparaisse à tout jamais, que cette foutue lame disparaisse et que je le tue, que ma faux le tranche et le tue, qu'il se vide de son sang et que je le tue, que son s-

Mon esprit se vida.
Un goût de fer m'emplit la bouche, et une brusque faiblesse s'abattait sur moi. Ma rage s'était évaporée d'un coup, ne laissant qu'une hébétude vide.
Ma robe glissa sur mes épaules, tranchée du milieu à en haut. Une gerbe de sang volait devant moi, comme s'il était suspendu, gelé en l'air. Et lui, la Corneille, avait le bras levé, avec son sabre...
Brûle...
Ç a... B r û l e...
Je reculai de quelques pas, un bourdonnement dans les oreilles. Il semblait aller... Si lentement...
Sa lame tourna. Elle allait vers moi, à nouveau.
Mes bras se levèrent, avec la faux, comme dans un rêve... Comme si j'étais sous l'eau...
"C  l ... i  n  g". "C  l ... i  n  g".
Puis son pied... Il me frappa lentement... Et je me sentis... Partir en arrière...
Je...


"Boum". Le mur s'écroula, et me sortis de ma torpeur. La boîte s'écrasa au sol.

Un long gémissement de douleur m'échappa. Mon corps me brûlait, chaque parcelle me faisait souffrir, chaque cellule de mon corps hurlait de douleur.
Je m'écroulai mollement, vidée de mes forces, comme un pantin abandonné.
 - J'ai... Mal... Je ne veux plus...
Mes larmes coulaient, se teintaient de rouge, s'écrasaient au sol. Je sanglotais, j'avais peur, je voulais que tout finisse, que je sois à mon manoir, que Lëo soit là, que la douleur disparaisse...
 - Au secours... Quelqu'un... Lëo...
Mais il n'était pas là. Et les enfants étaient partis. J'étais seule, avec... Le monstre...
Il me toisait, immobile. Je ne voulais pas... Il allait me...
Je me relevai, lourdement, douloureusement. Je reculai de quelques pas, trébuchai, chutai, me rattrapai au mur.
J'avais si mal... J'avais si peur...
Son regard ne me quittait pas... Il allait encore attaquer, encore... Se jouer de moi... Et faire si mal...
Il avança un pied, marcha vers moi.
Je levai péniblement ma faux, qui me semblait lourde comme une maison. Je devais me défendre...

Je voulais disparaître... Il ne fallait pas qu'il me touche, qu'il me tranche. Je devais disparaître, que le vent m'emporte, que je me fonde dans le mur, que le sol m'aspire, que...
Qu'il ne puisse plus me faire mal.

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 272 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sabre contre faux: duel!
Mar 9 Fév - 13:47
Sabre contre Faux ; Duel !
feat. M. Risatina

Le rythme endiablé des coups prit finalement. Mais c’était elle qui dirigeait le combat, lui ne faisait que parer. Un constant bruit de métal lorsqu’elle lançait un coup. Kanda voyait parfaitement la frustration s’installer petit à petit sur son visage. Quand bien même c’était elle qui avait l’arme avec la lame courbée — cela donnait plus facilement accès au corps de l’autre pour le blesser — c’était elle qui prenait les coups. Les coupures. Bon, c’est vrai que les vêtements de l’exorciste prenait également cher et sa peau aussi. Mais il se régénérait assez rapidement, en fait. Ce qui donnait l’impression qu’il n’était pas touché. Il l’était ! La petite ne l’avait sûrement pas encore remarqué. Les blessures étaient superficielles, c’était la raison pour laquelle cela allait aussi vite. L’exorciste parvenait à parer en rythme cependant, les petites douleurs constantes étaient agaçantes.

Bien assez vite, Yu Kanda utilisa sa deuxième illusion. Oh, bien sûr que non ; elle n’était pas offensive. Après avoir vu la façon dont elle avait esquivé ses insectes ; il n’avait pas envie de perdre davantage de temps. Cette illusion consistait à créer une réplique de Mugen mais dans sa main gauche. Bien entendu, on voyait parfaitement que la lame n’était pas si réelle que ça… Pourtant, elle parait la faux de l’Akuma que combattait le Japonais. Cette deuxième lame lui permettait de réduire son rythme. Il serait peut-être un peu moins essoufflé qu’elle à la fin, et puis… C’était plus simple. Il aimait les défis, mais il aimait surtout combattre à pleine puissance. Ce n’était pas encore le cas, néanmoins, cela pourrait peut-être arriver.

La jeune fille vit du sang couler sur son oeil. Elle du l’essuyer et pourtant l’exorciste nota que le rythme n’avait pas diminué. Son visage fut davantage plein de sang lorsqu’elle s’essuya. Son corps entier était parsemé de sang. De petites gouttes qui avaient envahi le tissu et donnaient l’impression qu’elle perdait énormément d’hémoglobine. Cela eut comme effet de développer sa rage ; elle frappa plus fort et plus vite et c’était à ce moment-là que Kanda se dit qu’il avait finalement bien fait d’utiliser « Nigento. » Son corps frêle n’indiquait absolument pas qu’elle était capable d’autant de force et de compétence. Quand bien même, il avait connu beaucoup d’Akuma et de tout niveaux, le bretteur se demandait si cette deuxième vie ne leur donnait pas plus de force. Car c’était véritablement surprenant de voir une crevette frapper aussi vite et vite ; et surtout ! De tenir ce rythme presque aussi bien que lui.

Enfin. Elle ne lui faisait que de très petites coupures qui ne saignaient pas vraiment. Un peu, peut-être et c’était sûrement les mouvements brusques et rapides de son corps qui empêchaient les gouttelettes de se fixer dans son vêtement et de le teinter. Elles volaient plus qu’elles ne collaient. Mais soudainement, le bretteur prit le dessus ; achevant un coup vertical fatal. La robe de la fillette en fut coupée ; et le sang gicla sur le Japonais, teintant son pâle visage d’un rouge vermillon. Fascination. Malgré tout, elle réussit à parer les autres coups de Mugen, mais pas le coup de pied qui s’enfonça dans son ventre pour la propulser plus loin. Sous le poids du corps meurtri, le mur s’effondra.

L’exorciste s’approcha alors. Doucement, et toujours en garde. Elle avait levé sa faux pour parer un ultime coup… Cependant, l’apôtre artificiel utilisa ses deux lames pour soulever et arracher la faux de ses mains. Cette dernière atterrit derrière eux. Dans son dos. L’illusion de Mugen disparu, et Kanda planta l’Akuma de son Innocence. En tout cas, c’est bien ce qu’il cru. Sous ses yeux ébahis, le corps de la jeune fille se liquéfia littéralement !

« Qu’est-ce que…?! »

Derrière lui, près de la faux. Le corps se reforma. Elle se saisit alors de la faux…

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Sabre contre faux: duel!
Mar 9 Fév - 19:23



Sabre contre faux:

duel!

Souvent, j'avais fait semblant d'être la Mort. Grâce à ma faux, pour effrayer... Mais je la rencontrais, maintenant. Elle venait me punir pour mon imposture...
Vêtue de noire et de rouge, ténèbres et sang, elle marchait vers moi. Chacun de ses pas était un coup sur la cloche du glas... Son visage était pâle, froid, sans expressions, comme un crâne... Elle avait une aura sombre, terrifiante, glaciale...Grande, squelettique, raide, les yeux sombres, insondables...
Pas de faux, mais une lame écarlate, fine, mortelle... D'un geste, elle fit sauter ma faux de mes mains, comme on arrachait les épines d'une fleur trop frêle.
Je la regardai s'éloigner ma seule, ultime défense, incapable de faire plus.
C'était fini. Il allait me trancher... J'allais mourir.

Ne plus jamais entendre les mélodies des boîtes...
Ne plus jamais coudre...
Ne plus jamais faire, ou avoir peur...
Ne plus jamais courir partout, sauter, virevolter.
Ne plus jamais jouer. Ne plus jamais voir mes amis.

Ne plus jamais voir Lëo!
Non... C'était hors de question!
Je... Ne... Voulais... Pas... Mourir!

Tout mon sang hurlait sa peur, son espoir fou. Je ne pouvais pas mourir!
Une nouvelle détermination, une envie furieuse de vivre, m'emplissait. J'étais comme un animal blessé, acculé, prêt à tout pour s'en sortir. Mon instinct prenait le dessus: j'étais terrifiée, plus que jamais, mais une force étrange, au fond de moi, m'empêchait de céder au désespoir.
Chaque parcelle de ce corps maudit semblait répondre à l'appel, et ma volonté devenait certitude: je ne mourrai pas.
Je levai le regard, et affrontai le sien, alors qu'il levait son arme. Dans mes yeux brûlait une rage bestiale, et un grondement me montait presque dans la gorge. Une seule pensée:
Echapper au prédateur.

La suite fut étrange. Quand j'y resongeai plus tard -sur l'instant, je me fichais de comprendre quoi que ce soit-, je tentai de mettre des mots sur cette sensation... En vain.
Mon corps était étrange, j'avais l'impression de flotter. Il n'y avait plus de membres, plus d'articulations, plus d'organes. Il n'y avait qu'un tout, que je guidais instinctivement, aussi naturellement que si je respirais. Je ne voyais plus, mais je pensais encore, et me souvenait des lieux...
Ce fut quand sa lame plongea en moi que cela commença. Réagissant à ma pensée, cet étrange liquide -moi- passa dans le dos de la Corneille, estimant la distance à parcourir.
Quand ce fut fait , tout mon corps se mit à picoter, et je recouvrai la vue, en même temps que ma forme humaine.

La tête me tournait, mais je m'en fichais; je me fichais même de savoir ce qui s'était passé, et comment. Je n'étais plus Mary, juste une pensée, un instinct: survivre. Je me baissai, ramassai mon arme.
 - Qu’est-ce que…?!
Son dos s'offrait à moi, sans protection.
Je devais blesser le prédateur, pour qu'il ne puisse pas me suivre; trancher sa chaire, l'affaiblir, avant de fuir!
Schalc
Voilà. Courir, maintenant. Voler. Vite. Vite! Ou il me rattrapera, et me tuera. Ne pas se retourner pour le voir, toujours courir. Vi-

Le sol -ou plutôt, le toit- se déroba sous mes pieds. Un fracas inqualifiable s'ensuivit, alors que je tentais de me rattraper aux vestiges. Quelque chose venait de surgir dans la rue, démolissant les murs, faisant s'écrouler les maisons. Malgré moi, je jetai un œil; c'était une chose massive, comme un cheval, avec deux cornes sur la gueule. Mais toute trace de curiosité m'avait quittée; seul la survie comptait.
Je remontai sur ce qu'il restait de la maison, et courus... Courus... Courus...






Je trébuchai, et m'écroulai. Depuis combien de temps courrais-je? Une minute? Une heure? Une journée? Mes esprits me revenaient peu à peu. La terreur se dissipait, et l'énergie qui m'avait permis de fuir avec. Je me traînai jusqu'à un mur, et me laissai aller contre. J'étais assez loin.. Ma première pensée rationnelle, depuis que la logique m'avait quittée, était qu'il ne pouvait pas me retrouver à l'odeur ou que savais-je; sinon, il aurait su ce que j'étais avant que je ne me dévoile.
Je n'étais pas fatiguée. Ce corps semblait ne jamais l'être, et même plus: les coupures les plus légères s'étaient déjà refermées, sans laisser de traces. Mais je souffrais encore, et une grande lassitude s'était emparée de moi, alors que d'épais ténèbres pesaient dans mon sang.

Jamais, jamais je n'avais eu aussi peur, n'avais été aussi proche de la mort. Cette fichue Corneille... Je ne pouvais arrêter mes tremblements, et rien que le revoir en imagination me donnait envie de fuir, de me cacher, de tout oublier. Je sentais -sans doute à tort, mais cet espoir me semblait creux- que je n'allais jamais m'en remettre, que le reste de ma vie serait aussi sombre que maintenant.
Hantera-t-il mes cauchemars? Pourrai-je encore traverser les villes sans avoir peur? Saurai-je ne pas craindre de le revoir à chaque seconde, ne pas avoir peur qu'il me retrouve dans mon manoir?

Ma respiration s'apaisait et, comme si l'air en devenait plus doux, plus pur, il chassait peu à peu ces sombres idées. Je n'avais jamais eu aussi peur, c'était vrai; mais j'avais ce don, cette capacité de résilience incroyable. N'avais-je pas traversé pire? La mort de tous les orphelins... L'effondrement de toute ma vie...
J'avais du mal à m'en convaincre, mais je le pensais autant que je l'espérais: dans un mois, ou même moins, cela deviendra un bon souvenir -ou, du moins, une expérience unique. Et puis... J'avais avancé dans la recherche de ce que j'étais. Un "acouma"... Et il y en avait d'autres, et même plus: il y en avait tant que certains étaient faits pour les combattre. Quelque part, je me disais que je devrai faire attention à ne pas montrer mes pouvoirs, à l'avenir, pour ne pas qu'ils me repèrent... Mais je savais bien que je n'en ferai rien!
Et puis... Je savais ce que ressentaient mes victimes, à présent. Est-ce que ça changera quelque chose à ma façon d'agir? Je verrai bien!
Quant à cette corneille... Je m'entraînerai, encore et encore, je découvrirai des nouveaux pouvoirs comme celui de la liquéfaction, et je prendrai ma revanche!
A cause d'elle, j'avais cassé, en plus, ma nouvelle boîte à musique!

© Halloween







THEME DE MARY:

1925 Music box version
:: Bloody Mary ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Jouer, protéger les enfants des adultes.
Aime:
N'aime pas: avatar
Mary Risatina:: Bloody Mary ::
Le monde est la plaine de jeux des enfants. Les adultes ne sont que le personnel chargé d'en prendre soin.


Mary s'amuse en #0066ff
▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 272 ▐ Autres Comptes : Rhian Llewellyn, Flonne Sørensen
Féminin
▐ RPG Age : 14
▐ Personnalité : Fantasque
▐ Parcours RP : Tu veux en apprendre plus sur moi?

Pour connaître mes amis et les aventures que j'ai eu avec, c'est par ici!

J'ai aussi quelques talents amusants... Tu veux les voir?

Grâce à tout cela, je deviens peu à peu super célèbre et super forte!



RP en cours:
* Le palmier est en fleur! [Pv. Hazel] II
* Premières Neiges [Pv. Lily] III/3

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sabre contre faux: duel!
Mer 10 Fév - 12:19
Sabre contre Faux ; Duel !
feat. M. Risatina


Son sauveur détourna l'attention de Kanda. Quelques secondes de plus lui avaient suffit pour filer... Ce combat plongea le Japonais dans d'étranges réflexions.

Un Akuma ayant la possibilité de se liquéfier ? Mais c’était quoi ça ? Il n’avait jamais vu ça. Il n’y avait pas un seul rapport qui le mentionnait. En plus de son ignorance concernant son rôle et la Guerre Sainte ; le bretteur optait pour un nouvel Akuma un peu perdu. C’était peu commun ; d’habitude Kanda était envoyé en mission lorsqu’il y avait des difficultés, les Akumas connaissaient parfaitement leur place dans le monde et étaient de plusieurs niveaux. 2 généralement. Mais expérimenté mais comme cette dernière. C’était presque affligeant. De voir à quel point le Comte créait ses « bébés » et les laissaient à la dérive, seul au monde. Même humain, ce type ferait un père odieux. Enfin… Ce n’était pas un peu ironique de la part d’un jeune homme qui n’avait pas eu la chance de connaître ce qu’est une véritable famille ? Lui qui n’a jamais connu que la Congrégation, et les Scientifiques. Komui était celui qui en savait le plus sur l’étrange marque sur sa poitrine… Pas compliqué, lorsque l’on se souvient que tous les scientifiques de l’époque furent massacrés par Alma Karma… Ils ont toujours été bien plus que deux petits garçons pour des expériences. Son « ami » avait été un Akuma dont l’âme était la bien-aimée que le Japonais recherchait depuis tout ce temps. Une belle leçon de vie… Remplie de cynisme et d’ironie. Mais c’était tout ça qui avait fait de Kanda, l’être qu’il était aujourd’hui. Après Daisha, il avait perdu Alma. Finalement, le Comte et ses fanfares étaient de trop dans ce monde.

Ce n’était que depuis la mort de son ami qu’il avait pu prendre la décision de rejoindre l’Ordre. Aussi libre qu’il l’était désormais. Plus hanté par des souvenirs qui n’étaient pas les siens.

Cette liberté l’avait finalement mené jusqu’à Paris en cet fin d’été. Face à cet Akuma qui avait su prendre la fuite. Elle avait tranché son dos.. Fendu son uniforme et avait tenté de l’infecter avec son virus létal. En vain. Le bretteur ne craignait pas le virus pour une raison qui lui échappait encore. Alors même si — l’espace d’un instant — son corps s’était couvert de pentacles… Ces derniers disparus bien vite. C’était un miracle de vie, un peu. Il esquissa un sourire. Finalement, il eu une leçon de vie, lui aussi. Il l’avait beaucoup trop sous-estimé. C’était ce qu’il faisait toujours, il fallait l’avouer mais… Cette fois-ci, un adversaire si ridicule lui avait inculqué cette maudite leçon. Ne jamais sous-estimer un adversaire.

Se redressant, calme et surtout déçu de ne pas avoir su détruire ce sbire du Comte, Kanda rejoignit la porte de l’Arche qui l’avait alors mené jusqu’ici. Il serra son poing droit aussi fort que sa mâchoire ; au prochain combat, il ne la raterait pas. Il se le jura.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Sabre contre faux: duel!
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sabre contre faux: duel!
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Sideshow - Senate Duel - Yoda vs. Darth Sidious- Faux Bronze
» Le duel judiciaire
» Duel Jehanne contre Jujuwala
» [Duel du Mois 3] Massacre à la tronçonneuse/La colline a des
» Duel (1971, Steven Spielberg)

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: