Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Comme au bon vieux temps

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Comme au bon vieux temps
Mer 23 Déc - 16:42

Comme au bon vieux temps



Depuis qu'on lui avait remis cet ordre de mission le matin même, la Panthère ne tenait plus en place,  à la fois pleine d'enthousiasme et, elle devait l'avouer, d'un petit peu d'appréhension. Mais qui pourrait lui en tenir rigueur ? Elle avait attendu si longtemps cette opportunité de pouvoir enfin se rendre utile en tant que membre du Crow, ce depuis qu'elle avait rejoint l'unité d'élite. La mission en elle-même, n'était pas des plus capitales, et semblait à première vue assez peu périlleuse -même si Nehal nourrissait l'espoir coupable que survienne un imprévu qui les forcerait à intervenir, si possible pour sauver l'expédition.

Elle et Elia, chargé de l'accompagner pour cette mission, étaient arrivés à Limoges, en France, par un portail de l'Arche il y avait déjà quelques heures de cela. Ils avaient effectué le reste du trajet en calèche, un luxe que leur permettait leur appartenance au Vatican, pour rejoindre le lieu de rencontre situé dans un village plus au nord, où ils devaient retrouver une équipe de trouveurs et de scientifiques pour les escorter sur le chemin du retour. Si l'on en croyait l'ordre de mission, l'équipe en question aurait été témoin de phénomènes inexplicables, pouvant laisser présager la présence d'une innocence dans ce petit village du Limousin. Elle ne connaissait pas les détails, mais imaginait sans peine que si phénomènes surnaturels il y avait, les armées du Comte ne devaient pas être bien loin ; ce qui justifiait entre autre l'escorte par deux corbeaux. Ou plutôt, trois, puisqu'elle avait aussi appris la présence d'un troisième membre de Central dans l'expédition, sous une couverture qu'il s'agissait bien évidemment de ne pas mettre à mal.

Leur rôle consistait donc à assurer la protection des membres de la congrégation, vulnérables en cas d'attaque. Rien de bien compliqué en soit, restait simplement à le mettre en pratique. Autant dire que Nehal ferait tout pour que cette escorte se déroule sans accrocs, afin que sa première mission officielle puisse être couronnée de succès et soit pour elle l'inauguration, elle n'en doutait à aucun moment, d'une longue série de réussites.

Nehal jeta un coup d’œil en direction de son partenaire, qui était en réalité bien loin d'être un inconnu. Jusque là, la conversation s'était entre eux limitée au strict minimum ; à la mission, ou à des sujets sans importance. Des rapports strictement professionnels, comme l'on pouvait s'y attendre de la part de deux Corbeaux. Et pourtant ; cela faisait plus de dix ans qu'ils se connaissaient. Toujours dans la même promotion, souvent partenaires pendant les entraînements -toujours extrêmement stimulants, ils n'étaient pas parmi les meilleurs élèves de la promotion pour rien- et même amis, parfois. Ils ne se parlaient presque plus désormais, mais aucun d'eux ne pourrait oublier qu'il y avait eu une époque où ils n'étaient que deux enfants terrifiés par les figures imposantes des instructeurs de Central, qui se soutenaient mutuellement du mieux qu'ils le pouvaient.Tout cela avait volé en éclat lorsque l'organisation, elle ne savait pas de quelle manière, était parvenue à briser la carapace d'Elia et à le changer en une véritable machine à tuer. Oh, Elia n'était bien entendu pas le seul à avoir connu ce sort : elle-même avait abandonné une part importante de son humanité pour rentrer dans le moule de Central, devenir le soldat infaillible que l'on attendait d'elle. Mais ce formatage avait été destructeur chez Elia. Elle avait été le témoin direct, et impuissant -ce n'était pas faute d'avoir essayé de le ramener à la raison- de son changement en un monstre sanguinaire, si différent de l'enfant doux et sensible qu'elle avait connu.

Peu à peu, ils s'étaient éloignés ; jusqu'à devenir les parfaits, pas si parfaits que ça, inconnus qu'ils étaient aujourd'hui. Mais au fond, Nehal n'avait pas oublié. Elle se souvenait de l'Elia haut comme trois pommes qui la consolait lorsque l'absence de sa famille la faisait trop souffrir, pendant ses premiers temps à Central. Elle se souvenait. Et ce n'était peut-être qu'une vaine utopie, mais elle souhaitait encore qu'un jour, il puisse redevenir un être que l'on puisse qualifier d'humain.

Ils étaient donc là, tous les deux, attendant dans un silence pesant l'arrivée de l'équipe qu'ils étaient chargés d'escorter. Les rues étaient désertes, à l'exception de quelques villageois qui passaient sans leur accorder un regard. Nehal se laissa glisser le long du mur auquel elle était adossée, priant pour que leur attente ne dure pas. Ils venaient tout juste d'arriver, mais le voyage en calèche avait eu raison de sa patience et la perspective de devoir rester là à ne rien faire pendant des heures en attendant d'être rejoints par l'équipe de trouveurs la faisait frémir d'effroi.


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Comme au bon vieux temps
Lun 28 Déc - 13:59


Comme au bon vieux temps

Elia, Nehal & Bianca


Je venais tout juste de finir ma première mission qu’on m’annonçait, à peine rentré a Central que je devais repartir en mission. Je ne m’attendais vraiment pas à avoir un rythme aussi soutenu et je me demandais comment les autres Corbeaux faisaient pour gérer ça. Dans mon cas au final c’était plutôt une bonne chose, seules les missions me permettaient de tuer gratuitement sous couvert de Central et en toute impunité. C’était donc plutôt sympathique pour le Crow que j’étais. Par contre deux choses noyaient ma bonne humeur sous une masse noire et sombre appelé mauvais présage. Déjà je devais repartir en France, alors que j’y étais il y avait moins de vingt-quatre heures, donc il était inutile de me faire revenir à Central. Mais bon quand on connaissait les supérieurs de l’organisation… Puis la deuxièmes raison se résumait en un prénom : Nehal. Une amie d’enfance, qui avait vécu toute la formation de notre ordre, avec moi. Sauf que depuis quelques temps je la trouvais très énervante, bien entendu elle était d’un naturel excité et ça faisait partie de son charme, mais là c’était tout autre chose. Elle c’était mise en tête de retrouver ma part d’humanité, elle souhaitait retrouver l’Elia gentil et doux de l’époque. Mais ce qu’elle ne comprenait pas c’est qu’il était définitivement mort dans les salles de torture de Central.

Quoi qu’il en soit j’espérais que la mission serait un minimum sympathique et que je pourrais m’adonner à mon cher hobby à l’hémoglobine bien trop présente. Si vous voyez ce que je veux dire. Mais à priori on était là que pour escorter des scientifiques ainsi que des trouveurs. Du coup je prierais intérieurement que des ennemis se mettent sur notre route. Si je voulais supporter les différentes attaques de Nehal je n’avais pas le choix. Quoi qu’il en soit on était arrivé ensemble à Limoges, une petite fille de France pour ensuite prendre une calèche et ainsi se rendre dans le petit village où attendait l’équipe. Tout comme Nehal, je portais la tenue officielle des corbeaux, mon visage était masqué par une longue capuche et mon arsenal également par une longue cape. Je devais avouer que le silence était pesant dans le véhicule, car aucun de nous deux ne parler. De mon côté je n’étais pas du genre très loquace en dehors de mes séances de tortures et elle, elle semblait plus ou moins mal à l’aise de voyager avec moi. Etrangement ça me faisait sourire. Et ça me permettait d’admirer la vue dehors, les beaux paysages de compagne, ça avait quelque chose d’apaisant. Ça me rappelait un peu mon enfance en Sicile, c’était des moments agréables il parait…

Le voyage s’éternisait et je devais avouer que la patience commençait à me manquer, même les paysages de compagne n’étaient plus suffisant pour me calmer. Forcément c’était toujours les mêmes paysages donc devenait très vite redondant et énervant. Puis ma collègue à côté de moi était toujours aussi silencieuse. Je me demandais à quoi elle pensait. Heureusement au bout d’un moment on finit par rentrer dans un petit village, quasiment désert, alors que j’entendais le cochet nous dire qu’on était arrivé. Je descendais à la suite de Nehal. En dehors de quelques passants qui ne nous accordaient aucun regard, le village faisait vraiment mort. Je jetais un œil à ma coéquipière qui semblait pas dans son assiette, à la regarde s’asseoir contre un muret. Dans mon cas pour ne pas me laisser envahir par l’inquiétude de cette attente interminable, je venais me poser pas loin d’elle, après avoir dégainé un de mes sabres. Je restais un moment perdu dans mon reflet à travers la lame. Je soupirais, un regard rouge sang me fixait à travers mon épée et me faisait froid dans le dos. Effectivement on n’y voyait plus rien d’humain sur ce visage d’une impassibilité à toute épreuve, on aurait dit que toute vie l’avait quitté. Je m’arrachais à cette contemplation pour me mettre à l’aiguiser la lame, le temps que l’équipe arrive.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Comme au bon vieux temps
Sam 23 Jan - 23:43

Une fois de plus dans sa vie, Bianca ne se sentait pas particulièrement à l'aise.


Ce n'était pas la mission qui lui avait été confiée, à elle et son équipe, qui la mettait dans cet état là.
En effet, mener enquête sur quelques phénomènes étranges dans une région rurale de la France n'était pas le genre de routine qui pouvait mettre à rude épreuve la jeune corbeau, pas plus que la perspective de passer plusieurs jours en compagnie de membres de la section scientifique à l'hygiène corporelle plus que douteuse.

Certes les tâches qui lui avaient été les plus confiées étaient loin d'êtres les plus valorisantes qu'on lui ai jamais donné, et la campagne du Limousin n'était pas l'endroit le plus intéressant qu'elle ai jamais vu, mais au moins, tout s'était déroulé sans encombre, et surtout, sans que sa malchance habituelle ne s'en mêle.

Enfin, tout ça, c'était avant qu'ils ne prennent le chemin du retour vers un petit village paysan. Et qu'elle n'apprenne au détour d'une conversation de la part de ses collègues une information importante. S'ils se mettaient en route vers ce village, c'était pour y retrouver une escorte. Une escorte d'autres corbeaux. Pas sous couvert, eux, et peut être pas au courant qu'elle agissait sous couverture.

Si jamais ils faisaient partie des autres corbeaux qui avaient été formés en même temps qu'elle, il suffisait d'une simple faute inattention de leur part, ou de la moindre phrase de travers pour mettre en l'air la mission à long terme qui lui avait assignée à la fin de sa formation. Faute d'autant plus probable s'ils n'avaient pas reçu d'instruction quand à sa présence.

S'il s'agissait de corbeaux qu'elle n'avait jamais croisé...sa tâche serait bien plus simple. Il lui suffisait juste d'identifier ses interlocuteurs avant qu'ils ne la reconnaissent, et adapter son discours en fonction.

Voilà pourquoi elle se tenait tout à l'arrière du groupe qui bavardait gaiement, capuche remontée sur la tête pour se protéger du soleil, tout en ne cessant de se retourner pour surveiller qu'aucune menace ne s'approcherait du groupe alors que leur garde se relâchait peu à peu.

Les premières maisons du village se profilèrent, puis finalement, deux personnes dont l'habillement différait suffisamment de celui des locaux pour ne laisser aucun doute sur leur identité. En se rapprochant, la jeune corbeau traqueur du réprimer un juron. Elle reconnaissait parfaitement les deux individus qui les escorteraient.

Elle avait été élevée avec eux, et elle n'avait pas très envie de les revoir dans un moment pareil.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Comme au bon vieux temps
Jeu 4 Fév - 12:06


Comme au bon vieux temps

Elia, Nehal & Bianca


Un long soupir traversa mes lèvres, alors que j’étais toujours assit dans mon coin, adossé au mur en pierre. Je tenais toujours mon sabre à bout de bras pour l’aiguiser avec une pierre spécial que j’avais apporté avec moi. J’aimais quand mes armes étaient au maximum de leurs capacités. J’étais maniaque à ce niveau-là, car je voulais être prêt à toutes éventualités, que ça soit pour le plaisir ou pour réagir vite si on se faisait attaquer. Quoi qu’il en soit je détournais mon regard un cours instant de ma contemplation pour observer ma coéquipière, Nehal. Un brin de fille super mignonne, que ça soit dans tous les sens du terme. Au plus loin que je me souvienne elle a toujours fait partie de ma vie. Malheureusement la majorité de cette vie était maintenant morte pour moi et je voyais bien que ça l’attristé car on était très proche à cette défunte époque. Mais au fond de moi je gardais une certaine sympathie pour elle, car même maintenant elle restait douce et gentille avec moi, malgré que je sois devenu un monstre. Enfin ce n’était pas le moment de penser à ça, actuellement on était en mission et je devais rester concentrer sur celle-ci, surtout que le convoi ne devrait plus tarder à arriver. Même si c’était censé être une mission sans danger, Central avait quand même prit la peine d’envoyer deux corbeaux, donc ça voulait tout dire. Il y avait donc un risque qu’on nous tende une embuscade sur le chemin. De toute façon pour moi c’était du pareil au même, je tuerais quiconque se mettra en travers de ma route, c’était aussi simple que ça.

Enfin bon… Ce n’était pas tout ça mais j’en avais marre d’être assit et cette ville semblait bien trop calme à mon gout, un petit tour du proprio n’était donc pas exclu. Je remettais mon sabre au fourreau avant de me relever. J’époussetais ma cape de Corbeau avant de me dirigeait plus en profondeur dans le village, m’attardant sur les ruelles et les fenêtres des bâtisses. Espérant au fond de moi repérer du mouvement suspect. Cette attente mettait mes nerfs à fleurs de peau et j’avais besoin de me défouler sur quelqu’un, histoire de faire jaillir un peu d’hémoglobine. Bien sûr que j’étais détraqué, rien que le fais de penser ça ce n’était vraiment pas normal. Mais bon j’y pouvais rien, ils m’avaient brisés, ces enflures du Central, pendant des années de torture. Ils m’avaient transformé en monstre, alors que j’étais qu’un gamin naïf et doux. Comme je le disais, c’était du passé, maintenant j’étais leur loyal pantin et je devais obéir aux ordres. Mais je me permettais quand même quelques écarts, je n’étais pas non plus un robot sans libre arbitre. Par exemple, cette inspection n’était pas utile je le savais, mais j’avais besoin de me dégourdir les jambes. Au bout d’un moment cependant, c’était d’autant plus inutile que je continue, vu qu’il y avait vraiment personne et je m’éloignais du point de rendez-vous. Je pris donc le chemin de retour pour revenir où j’étais précédemment.

Ça tombait bien, au même moment je pouvais entendre du bruit s’élevait de l’extérieur de la ville. Surement le convoi qui arrivait. Effectivement au bout d’un moment un groupe d’individu apparaissait à l’entrée du village. Je pouvais reconnaître une équipe de traqueur, des gardes aussi, puis les scientifiques, chargés d’être protégé jusqu’à bon port. Je faisais signe à Nehal de me rejoindre pour aller les accueillir. Bien entendu je me contentais d’un simple salue de la tête, préférant rester dans mon rôle, le visage fermé et impassible. Je ne m’attardais pas le moins du monde sur les différents membres du groupe. Contrairement à Nehal qui semblait toujours autant bavarde. Je soupirais en venant prendre position à l’arrière du convoi. C’est à ce moment-là que je tombais sur un des trouveurs, enfin une, car c’était une fille. Elle me disait quelque chose, son visage je l’avais déjà vu à Central. Il ne me fallut pas longtemps pour comprendre que c’était un corbeau en infiltrant, du coup je devais maintenir sa couverture. Puis même si elle avait fait la formation avec moi, je n’avais plus aucune affinité avec eux. Du coup je l’ignorais superbement pour me mettre en position. En tout cas j’avais remarqué trois groupes bien distincts dans ce convoi : Le chef des traqueurs en grande conversation avec Nehal, le groupe des traqueurs, craintifs qui étaient resté à l’écart puis les scientifiques qui s’en foutaient et qui continuaient de parler dans leur coin. Ça promettait ce voyage…


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Comme au bon vieux temps
Dim 20 Mar - 18:59

Comme au bon vieux temps



Son pied droit battait les secondes, comme si cela pouvait aider à les faire passer plus vite. Elle était restée plantée là peut-être une dizaine de minutes, alors qu'Elia semblait être parti inspecter les environs. Elle aurait pu l'accompagner, bien sûr, mais le fait que toutes leurs interactions jusqu'ici se soient limitées à un long silence inconfortable l'en avait quelque peu dissuadée. Elle soupira. S'ils ne parvenaient pas à communiquer d'une manière ou d'une autre, cette mission allait être non seulement incroyablement longue, mais aussi vraiment difficile. D'ordinaire, elle parvenait facilement à se lier d'amitié avec à peu près n'importe qui, mais dans le cas d'Elia… elle devait reconnaître qu'elle ne savait plus vraiment comment s'y prendre. Cela faisait tellement longtemps qu'ils n'avaient pas eu une conversation normale, amicale, tous les deux. Et il avait tellement changé.
Elle qui, à une époque, avait été capable de lire en lui comme dans un livre ouvert, elle n'était même plus capable d'anticiper une seule de ses réactions.

Et en parlant du loup. Nehal releva les yeux vers son camarade de retour de sa petite promenade, au moment même où une agitation commençait à se faire entendre aux portes du village. Il ne fallut pas plus de temps à la Corbeau pour se remettre sur ses deux pieds, et rejoindre Elia qui se dirigeait à la rencontre du convoi.

Si son camarade s'empressa d'aller vérifier, inspecter, dieu savait quoi à l'arrière du convoi sans accorder un regard aux traqueurs (du moins en apparence ; elle connaissait assez les méthodes des Corbeaux pour se douter qu'Elia avait sûrement déjà retenu la configuration générale du convoi, et la place qu'y occupait chacun), elle commença par saluer leur responsable, qu'elle salua d'un sourire et d'un léger signe de tête.

« Nous sommes les membres de Central chargés d'accompagner ce convoi, comme vous avez dû en être prévenus. Je m'appelle Nehal Othmane, et mon coéquipier, là-bas, Elia Alestra. Nous ne sommes que deux, mais je voudrais quand même que vous nous accordiez toute votre confiance : nous sommes parfaitement capables d'assurer la sécurité de ce convoi et de tous ses membres. Vous en avez ma parole.

- Oh, bien sûr. Des exorcistes auraient été bienvenus, mais.. merci d'être là, votre présence devrait rassurer toute l'expédition. Nous croyons qu'une innocence se trouve dans la campagne aux alentours de ce village, mais il est encore difficile de déterminer précisément son emplacement. Les scientifiques ont procédé à quelques tests, mais ils ne pourront en tirer des résultats qu'une fois de retour à la congrégation. Mais si les armées du Comte venaient à se manifester…

- Alors nous vous en protégerons. »

Elle jeta un coup d’œil en direction de son acolyte, qui s'était déjà positionné à l'arrière du convoi. Manifestement, elle se retrouvait avec l'entière responsabilité de la partie communication ; pas que cela la dérange, elle s'en serait sans doute chargé dans tous les cas, bavarde comme elle était. C'était plutôt entre eux que le manque de communication allait s'avérer gênant…

D'une poche de sa cape, elle sorti le golem noir qui lui avait été confié pour la mission, qu'elle activa, pour avertir Central que leur mission avait bel et bien commencé :
« Ici Othmane ; nous avons rejoint l'équipe de traqueur que nous sommes chargés d'escorter. A partir de maintenant, nous prenons en charge leur sécurité, et ce jusqu'à ce qu'ils aient rejoint la Congrégation sans encombres. Terminé. »

Sa première vraie mission. Hors de question de laisser quoi que ce soit au hasard, l'occasion pour ses supérieurs de lui faire la moindre remarque. Elle se comportait comme une enfant, peut-être, mais elle avait attendu si longtemps cette opportunité de faire ses preuves que tout devait être absolument parfait et irréprochable, quoi qui puisse leur tomber dessus à l'improviste.
La partie venait de commencer.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Comme au bon vieux temps
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Comme au bon vieux temps
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: