Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
“ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Mar 1 Mar - 2:34
“ braconnage „

Australie, l’une de ces patries désertiques où je m’égare, triste fantôme que je suis alors que ma femme et ma fille rient, heureuses d’être à-nouveau réunies après tant de souffrances. Les larmes coulent dans ce coin du pays qui ne pleure pas. Ici, même la peine finit par s’assécher et mourir. En Islande, elle gèle et perdure sur les tombes et sur les cœurs.

Il tarde, l’homme qui marche.
Il tarde, oui, car il est accablé tant par la chaleur que par son chagrin. Il est comme un morceau de glace venu s’échouer sur la terre craquelée d’Australie, où il fond lentement. Le Soleil darde le sol qu’il fait chauffer comme le métal. Sol qu’il foule en y brûlant ses semelles, imbu d’une mission qu’ils croient divine ; et pourtant, il erre sans but, ce Voyageur.

Le ‘désert’ est devant. Là-bas repose peut-être mon but. Ils ont parlé d’une Innocence enterrée sous l’herbe sèche du désert australien ou ensevelie dans les rocailles rouges de cet endroit que je maudis. Ils auraient pu trouver quelqu’un d’autre. C’était stupide. Imbécile, même. Je ne suis pas fait pour ce genre de mascarade et seule Æsa m’a entendu m’insurger à voix basse lorsqu’ils me sommèrent de me rendre là-bas. Toutefois, ils semblent ne pas savoir que la seule innocence que je désire réellement retrouver est celle de ma seule fille restante, elle dont le sourire a perdu son éclat depuis la mort de Fönn. Elle dont la joie se fanera si je lui annonce que sa sœur est morte une seconde fois.

Si je lui dis que Nína était prisonnière dans le camp de l’ennemi et qu’elle vit sous le même toit que son assassin.


Haine et Rancune se sont logées dans le trou béant laissé par les morts consécutives de deux des êtres que je chérissais le plus au monde. Haine se dédie à ce Comte maudit qui nous a pillés tandis que Rancune se tourne vers cet Apôtre anonyme venu nous dépouiller d’une partie du futur de notre famille. J’avais osé espérer que le destin prendrait soin de nous, mais il n’en fut rien : notre existence paisible fut chapardée au profit du chaos. Et, inévitablement, je suis revenu au point de départ : la Congrégation.

Autour de mon cou tangue au rythme de mes pas la chaine retenant le Marteau de Thor, symbole de notre famille brisée. J’ignore si je suis encore digne de porter une telle relique, mais celle-ci est toujours là, contre ma poitrine, si proche d’un cœur qui céda un jour sa force pour s’adonner au désespoir. Nína en portait un semblable et c’était là le signe de notre lien familial. J’ose à peine espérer qu’elle le portait lors de son dernier souffle, Noé ou non. Désormais, plus rien n’est certain. Même la croyance que j’exerçais pour les dieux de mon pays commence à se lézarder. Si Hillingar ne m’a pas tué car je ne crois pas en ce Dieu qu’elle représente, alors j’imagine qu’elle se donnera l’honneur de m’achever lorsque j’aurai même cessé de croire en Mímir, moi qui suis pourtant son fils marchant parmi le reste des mortels.

A ces pensées, mes yeux se posent sur le Voile qui ondule dans le vent brûlant de l’Australie. L’Innocence repose autour de mes épaules, comme son habitude, me recouvrant d’un blanc éclatant. Au loin, je dois ressembler à un fantôme qu’une chevelure cendrée dévore vivant ― et je ne fais maintenant plus grande différence entre ces êtres éthérés et moi-même. Cela me convient alors que je marche vers le centre du désert, mes pieds trouvant leur chemin entre les herbes sèches. Devant moi s’élève l’un de ces immenses rochers fait de grès rouge alors que j’ai laissé l’outback vivre sa vie dans mon dos. A Stuart, un homme saugrenu s’est toutefois acharné afin de me convaincre de voyager à cheval mais le simple fait qu’il ait surnommé un kangourou Lucette m’a convaincu de son indéniable folie. Alors je l’ai laissé derrière, lui aussi.

Et malgré tout, je me suis entêté à emporter cet odieux uniforme qu’ils m’ont donné lorsque je suis rentré dans leur nouvelle citadelle. Rouge et noir. Quelle ironie. Mais au final, c’est tout ce qu’il me reste et je peux accepter cette humiliation si cela me permet de protéger Æsa. Mais au vu de la chaleur ambiante, je l’ai rangé ― roulé en boule ― dans un sac de voyage que je porte. Je ne revêt donc qu’une chemise blanche et un pantalon en toile noire. Les bottes y sont également. Je n’ai plus rien qui n’appartienne au Siríus d’autrefois, celui venu d’Islande, et pourtant je n’ai jamais été moi-même qu’habillé de la sorte. Même si chercher une Innocence m’agace au plus haut car cette mission me donne tout bonnement l’impression d’être mené par le bout du nez.

Sauf que jusqu’à présent, je n’ai repéré aucun phénomène qui sortait de l’ordinaire ― hormis l’homme et son kangourou, mais je doute très sincèrement que le Cristal se soit caché dans l’un des deux. Le ciel est indubitablement bleu et il y moutonne quelques nuages blancs. Aucun rai de lumière ne vient le déchirer et aucun ouragan ne semble s’approcher. La terre est toujours aussi sèche et craquelée, le désert toujours aussi inhospitalier et nul dingo ne semble m’avoir pris en grippe pour quelque divine raison. J’en viens à penser qu’ils se sont trompés ; j’ai néanmoins conscience qu’il sera compliqué de le leur faire admettre.  

Alors mon corps erre, de même que mon esprit. Je fais mine de chercher tandis que les pensées sont bien loin de ma mission, m’abreuvant de temps à autre grâce à la gourde que je porte d’une main distraite.

Il tarde, l’homme qui marche.


En vérité, il y a deux marcheurs. L’autre et moi. Je me sais suivi depuis que j’ai quitté les rues de Stuart après m’y être renseigné mais il me tarde d’enfin rencontrer ce mystérieux pisteur.

Mes bottes claquent sur le sol aride. Je m’arrête subitement et, d’un mouvement d’épaule, fais tomber mon sac à mes pieds. Ma main droite vient agripper Hillingar. Droit et fier, pourtant égal à moi-même malgré le fantôme que je suis devenu, je lâche :

« Qui que vous soyez, il vous faut savoir qu’il n’y a que les braconniers qui se cachent lorsqu’ils pistent une proie. Je pense avoir accepté ce rôle suffisamment longtemps pour vous donner l’illusion d’une véritable chasse. »


D’un mouvement sec, je retire Hillingar et me tourne brusquement, sur la défensive, scrutant les environs.

« Montrez-vous. » je finis par tonner impérieusement.

Décidément, c’est qu’il tarde, cet homme qui marche.




Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 104 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦ Néah Walker - (50)
(www) ♦ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire}Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Mar 1 Mar - 22:52
le yin et le yang




L'eau aspergée sur ta tête te fait un bien fou ; la chaleur australienne est décidément implacable quand on est pas habitué. Tu ne l'es évidemment pas. Des gouttes d'eau perlent à la pointe de tes cheveux -redevenus courts- avant de s'en détacher et de rouler dans ta nuque. En face de toi, quelques hommes parlent en riant, insouciants, de la vie ici tout en se moquant gentiment de toi. Après tout, ils n'ont pas tort ; quelle idée de venir dans ce pays sans même de quoi couvrir ta tête ? De toute évidence, tu ne pouvais pas venir sur ces terres vêtu d'un costume trois pièces et de ton haut de forme ; c'aurait été encore plus stupide que ta tenue actuelle, à savoir tout ce qu'il y a de plus simpliste quand on habite au Portugal. Une terre aussi ensoleillée, mais bien moins étouffante que celle du pays des kangourous.

Tu te décides à prendre un peu de repos à l'ombre ; tu es peut-être un Noé, mais les conditions climatiques vous touchent tout autant qu'un être humain normal. Vous êtes humains avec un petit panel de bonus, rien de plus. Ta peau tannée n'attire l'attention de personne, ou seulement de deux ou trois badauds qui comprennent que tu n'es pas du coin. Malgré ce climat, les habitants ont une peau étrangement plus claire que la tienne, mais qu'importe.

Et soudain, tu sursautes presque sur ta chaise. Tu clignes des yeux, allant jusqu'à baisser la tête pour te frotter les yeux pour ensuite la relever. L'espace d'un instant, tu as aperçu la clarté d'une peau laiteuse, et la teinte grise d'une longue chevelure. Mais, à cette heure-ci, il y a beaucoup de monde dans cette rue. Ton coeur -si on peut appeler cet organe absent depuis si longtemps de ton corps- se met à battre à tout rompre.

Nina.

Tu sais que c'est impossible, et pourtant, la douleur dans ta poitrine est bien trop vive pour que ce ne soit pas elle. Tu bondis de ta chaise, t'élançant dans la rue sans trop savoir où aller. Au beau milieu d'un carré, tu tournes sur toi-même, scrutant chaque visage, chaque silhouette. Mais rien, absolument rien. Une hallucination ? Non, tu refuses d'y croire. Une hallucination ne t'aurait pas marqué à ce point.

Et puis là, après un énième carrefour, tu aperçois des cheveux cendrés. La respiration te manque, et tes jambes restent immobiles de surprise. Mais cet étrange sentiment euphorique se dissipe bien vite lorsque l'individu, à plusieurs mètres devant toi, pivote légèrement pour parler à une autre personne.

Ce n'est pas Nina.
Pourquoi ce n'est pas elle ?
Pourquoi ces cheveux sont-ils si semblables à ceux de la fauve ?
Pourquoi fallait-il que cet homme soit presque son portrait craché au masculin ?

Soudain, une évidence s'impose à toi.
Cette sensation, tu l'as déjà ressentie, tu es en persuadé.
Et c'était en présence de Nina.
Tu ignores qui est cet homme et, pourtant, tu te dois de l'apprendre.

Tu oublies le reste et tu te mets à le pister, tel un chien de chasse flairant son gibier. Et l'homme se dirige dans les plaines australiennes. De loin, il semble plus grand que toi, bien que sa carrure n'ait rien à envier à la tienne. Entre vous, la distance est pourtant très prononcée ; tu n'as jamais été obligé de traquer ainsi une personne. Généralement, tu arrives devant tes proies sans prendre le soin de te cacher ; il est rare que l'on t'échappe. Sans parler de Walker, bien entendu.

Le temps passe, et cet étrange homme semble chercher quelque chose. De quoi peut-on être à la recherche dans une contrée aussi aride ? Profitant d'un rocher pour te cacher, tu attends silencieusement lorsqu'il s'arrête. Mais te cacher semble bientôt inutile ; une voix t'interpelle. Forte mais étrangement... douce ? Autoritaire, oui, mais... il y a cette tonalité grave, celle qu'on associe à celle d'un père.

« Qui que vous soyez, il vous faut savoir qu’il n’y a que les braconniers qui se cachent lorsqu’ils pistent une proie. Je pense avoir accepté ce rôle suffisamment longtemps pour vous donner l’illusion d’une véritable chasse. »

Tu esquisses un sourire désabusé ; tu étais grillé depuis le départ ? Soit tu es un très mauvais traqueur, soit cet homme n'est pas si ordinaire que tu le pensais. Il dégage une aura étonnamment puissante ; il n'est pas un homme normal. Qui est-il au juste ? Tu ressens, l'espace d'un instant, une sorte d'odeur, de sensation. Quelque chose de connu, mais quoi ?

« Montrez-vous. »

Est-ce une bonne idée ? Après tout, tu ne l'as suivi que pour sa ressemblance avec Nina, pas vrai ? Tu es totalement obnubilée par l'islandaise que tu crois la voir partout, tant l'envie de la revoir est irrépressible. Et pourtant, tu ressens quelque chose en cet homme qui ressemble à un peu à ce que dégageait Nina, sans trop savoir quoi exactement. Peut-être la méfiance d'un animal sauvage ? Qui sait. Tu finis par sortir de ta planque, poussant un long soupir tout en te massant la nuque.

« Je suis curieux de savoir ce qui m'a trahi. J'ai pourtant fait très attention. »

Tu avances jusqu'à lui, laissant toutefois une distance de sécurité entre vous. Tu estimes ne rien avoir à craindre, malgré ses étranges mouvements avec cette... cape ? Tu hausses les épaules d'un air assez décontracté, mimant un sourire un peu idiot.

« Je ne vous veux aucun mal. Je vais simplement dans la même direction que vous. Je restais à distance par prudence. » Tu marques une pause tandis que tes yeux scrutent son visage. « Qu'est-ce qui vous amène dans un coin pareil ? Y a rien ici, à part une terre brûlée. »

Tu ne parviens pas à quitter son visage des yeux. C'est un homme, mais tu as l'impression de voir Nina. Et c'est horriblement troublant ; tellement que tu doutes parvenir à cacher ce trouble sur tes traits. Et là, quand ton regard se détache enfin de ce visage trop familier sans l'être, tu remarques son pantalon et ses bottes. Du noir et du rouge pour une contrée si brûlante ? Étrange. Surtout que ce n'est pas sans rappeler les tenues des Exorcistes. Et comme tu ne crois pas tellement au hasard... Non. Cet homme est forcément une personne normale. Pas très banale quand on voit son physique mais qu'importe.

« Quelque chose me dit que vous êtes pas du pays. En plus du léger accent je veux dire. »





Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 226 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Terry
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 870
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1120

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 830 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Sam 5 Mar - 15:37
“ à mi-chemin „

Mes paroles laissent place à un silence et mes yeux parcourent attentivement le paysage désertique. Puis, finalement, l’inconnu finit par se montrer. Il semble qu’il s’était dissimulé derrière un rocher rougeâtre que j’avais déjà dépassé de plusieurs mètres, assez large pour qu’un individu puisse y trouver une cachette. Mes yeux se plissent brusquement alors que son visage est révélé par les rayons du soleil australien. Issus du passé, ses traits me sont bien connus ; ceux-ci proviennent d’un souvenir si lointain qu’il m’apparait aujourd’hui comme un rêve. Un regard et je revient trente ans en arrière, et je quitte le sol aride de cette terre pour me projeter dans la neige norvégienne, face à ce Noé. J’ai parfois douté de l’avoir rencontré tant ma survie m’avait parue improbable, mes ses mots, eux, résonnent encore en moi, ces mêmes mots que j’ai ensuite enseigné à mes deux filles. Ca m’avait semblé étrange d’apprendre d’un de mes ennemis, à l’époque.

Une certaine incrédulité s’installe toutefois en moi, presque contre mon gré. L’anonyme ― même si tout en lui me fait voir quelqu’un d’autre ― n’a pas l’air aussi vieux que moi. Il ne se déplace pas comme Lui, n’agit pas comme Lui. Mes muscles se tendent sous ma peau trop pâle pour l’orange du désert.

Si tu n’es pas Néah, qui es-tu ?

« Je suis curieux de savoir ce qui m’a trahi. J’ai pourtant fait très attention. »

Son timbre est exempt de toute agressivité et passe ses lèvres en un soupir. Je ne sais comment réagir face à lui ; je préfère plutôt me réfugier dans le silence, sans le lâcher une seule seconde du regard, à l’affut du moindre mouvement susceptible de trahir ses véritables intentions. Pour l’instant, il se contente de se frotter la nuque comme si tout cela l’ennuyait de quelque façon que ce soit. Est-il au moins Noé ou est-ce une personne parfaitement normale ? je me demande soudain, devenu la proie du doute. Je serre imperceptiblement Hillingar dans ma main et son tissu, le même qu’il y a trente ans, me rappelle que les rencontres ne sont pas toute liées à la bonne fortune lorsqu’on est soldat. En-dehors de sa peau tannée, je ne peux que me dire sa ressemblance avec la Destruction ne peut pas être aussi fortuite. Il lui ressemble trop pour que cela ne soit simplement le fruit du hasard.

L’autre s’avance vers moi et déclame, paré d’un sourire presque idiot, tandis que mes appuis changent imperceptiblement et que la méfiance me regagne :

« Je ne vous veux aucun mal. Je vais simplement dans la même direction que vous. » Je fronce les sourcils, alarmé. Pait-il ? « Je restais à distance par prudence. »

Ah, tiens donc. Voilà qui est incongru. Le portrait craché de feu Néah pistant un Exorciste. Décidément, ce monde réserve bien des surprises.

« Qu’est-ce qui vous amène dans un coin pareil ? Y a rien ici, à part une terre brûlée. »

Une fois encore, pas un mot ne m’échappe et je demeure muet et immobile, à écouter attentivement ce que ce jeunot a à me dire. Sa question m’indispose. S’il est effectivement un ennemi, je ne peux lui révéler la véritable raison de ma présence en Australie ― et ce malgré le fait que je soupçonne la Congrégation d’avoir fait une erreur. Je ne suis pas ici pour me lancer dans un combat.

Malgré la chaleur, malgré l’air brûlant et malgré l’astre brillant dans un ciel bleu plutôt dégagé, un frisson descend le long de mon échine quand ses yeux sombres se posent sur mon visage. Ils s’y vissent littéralement. Je suis troublé. Il y a quelque chose d’étrange dans sa façon de m’observer, quelque chose que je n’aurai jamais cru voir sur le visage familier de ce parfait étranger. Il me regarde comme je contemple parfois Æsa lorsque tout en elle m’évoque Nína. Il m’étudie comme s’il voyait quelqu’un d’autre à-travers moi. Un fantôme, peut-être ? C’est tout ce à quoi je suis réduit, désormais. Et sans doute le voit-il. Mais ma misère et mon désespoir lui sont inconnus, de même que cette amertume vengeresse logée au sein de ma poitrine, battant avec les pulsations d’un cœur toujours présent mais fatigué.

« Quelque chose me dit que vous n’êtes pas du pays. En plus du léger accent je veux dire. » il reprend au bout d’un moment.

Selon l’adage, la prudence est mère de sûreté. Je m’y tiens donc. C’est avec cette pensée que je me compose un visage neutre et prends un ton un peu plus doux afin de lui répondre. J’ai le mince espoir de ne pas éveiller la méfiance de la bête qui sommeille très ― trop ― probablement en lui.

« Je viens d’Islande, ce qui peut expliquer l’accent. » je réponds d’une voix qui se veut tranquille. « Mon nom est Siríus. Je ne suis qu’un humble voyageur et ce pays est l’un de ceux que je n’avais pas encore visité. »

Je me trouve à mi-chemin entre mensonge et vérité. Je me dois de découvrir qui il est, s’il est l’un de ces descendants de Noé et s’il est aussi inoffensif qu’il l’a lui-même prétendu.

« Puis-je à mon tour savoir qui vous êtes et quelle fut la raison qui vous a poussé à me filer de la sorte, jeune homme ? » je reprends, et la curiosité de ma question n’est pas feinte.




Spoiler:
 



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 104 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦ Néah Walker - (50)
(www) ♦ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire}Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Mar 15 Mar - 15:54
le yin et le yang




Il semble troublé, mais tu ne saurais pas vraiment l'affirmer en raison de ce soleil tapant. Quelle idée de partir sans chapeau pour affronter ce désert ? Bah, peu importe. Le plus important, c'est quand même cette étrange aura te rappelant Nina. Le physique, la prestance ? Décidément, tu ne parviens pas à mettre le doigt dessus. Et tu te rends compte que tu es bien plus atteint que tu ne le croyais. Tu devrais pourtant te faire une raison, tu pensais l'avoir fait, d'ailleurs, en revenant à l'Arche. Un soupire s'échappe d'entre tes lèvres et, en regardant cet homme, à quelques mètres de toi, tu ne peux t'empêcher de vouloir creuser un peu plus. Alors tu enchaînes sur une remarque concernant ses origines.

C'est stupide, tu le sais bien. Quelles sont les chances pour que cet homme soit lié à...

« Je viens d’Islande, ce qui peut expliquer l’accent. »

Quoi ?

« Mon nom est Siríus. Je ne suis qu’un humble voyageur et ce pays est l’un de ceux que je n’avais pas encore visité. »

Les yeux écarquillés, cette fois tu ne peux plus feindre l'idiotie et encore moins l'indifférence. Un islandais nommé Sirius. Sirius. Pourquoi ce nom t'est-il si familier ? Ta mémoire semble coopérative et t'impose le souvenir de Nina te parlant de son père ; un certain Sirius. Non, la coïncidence est bien trop évidente, bien trop énorme. Cet homme en face de toi... ce serait le père de Nina ? Tu portes une main à ton visage, le dissimulant un instant avant de simplement couvrir ta bouche, détournant un instant la tête.

Pourquoi maintenant ? Non, pourquoi, tout simplement. Pourquoi a-t-il fallu que tu tombes sur le père de celle que tu aimais, que tu aimes ? Une situation pour le moins étrange ; quand un homme rencontre le père de sa promise, c'est pour lui demander sa main. Et toi, tu vas demander quoi à ton "beau-père" ? Si tu peux l'appeler "Père" même si Nina est morte et que vous n'êtes pas mariés ? C'est profondément déroutant. Tu as l'impression de perdre pied, de te laisser happer par cette sombre période de deuil -qui ne finira sans doute jamais.

Mais la voix de Sirius te fait sursauter, te ramenant à la réalité.
Comme l'a fait Nina par le passé.
Décidément, cette famille semble ne pas vouloir te laisser fuir.

« Puis-je à mon tour savoir qui vous êtes et quelle fut la raison qui vous a poussé à me filer de la sorte, jeune homme ? »

Tu le regardes, hagard, avant de comprendre le sens de sa question. Tu te racles la gorge, passant une main sur ton visage avant de faire quelques pas vers lui, oubliant le potentiel danger que Sirius peut représenter. Mais est-ce une bonne idée que de te présenter ?

« Je suis... un simple voyageur, tout comme vous. Si j'ai marché dans vos pas jusqu'à présent, ce n'était qu'un simple hasard. » Menteur. « Si vous souhaitez que je vous devance, je n'y vois aucune objection. Si cela peut vous rassurer, pè-... Sirius. »

Tu te flanques un coup de poing mental ; t'as vraiment eu l'intention de l'appeler "père" ? Rien ne va plus, la chaleur te fait sûrement perdre la tête. Ou c'est ce lien qu'il a avec Nina qui te force à t'accrocher à lui comme si c'était la dernière chose qui te restait d'elle. Tu pousses un profond soupir, restant immobile tout en le fixant. Il ne peut pas renier Nina ; à quelques détails près, elle est son portrait craché. En plus féminin, naturellement. Et ça te fait mal, de la voir à travers lui. Ça te brûle de l'intérieur, et tu n'as qu'une envie, c'est de te laisser consumer une bonne fois pour toute.

T'as osé prétendre que ça allait mieux.
Ça n'ira jamais mieux.
Plus jamais, ça n'ira bien.
Il te manquera toujours quelque chose.

« C'est étrange... Plus je vous regarde, et plus j'ai l'impression qu'on se connaît. C'est vraiment déstabilisant. »

Tu aurais pu feindre la surprise, l'étonnement. Mais non. Ces mots, dans ta bouche, sonne comme un aveu. Tu esquisses un sourire amer, avançant jusqu'à la devancer. A sa hauteur, tu n'as que quelques mots à lui offrir.

« L'Islande est un beau pays. »





Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 226 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Terry
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 870
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1120

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 830 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Jeu 17 Mar - 17:56

CONFUSION


Nulle énigme ne saurait être à la hauteur de cet homme. Ses réactions, ses gestes face à mes paroles me laissent perplexe pour quelques instants et éclipsent jusqu’au sens même de ce qu’il profère. La confusion m’étreint aussi certainement que ma peine quand de façon soudaine, cette parfaite copie de la Destruction prétend être un simple voyageur et met notre rencontre sur le compte du hasard ― ou du destin ? Je garde le silence, incapable de lui reprocher de camoufler sa véritable nature derrière un masque aussi humble, mais également incapable de comprendre pourquoi. C’est en être définitivement perdu que je cligne des yeux. Un esprit non-avisé pourrait facilement croire que la poussière du désert australien, soulevée par le vent chaud, y est pour quelque chose. Toutefois, mon incompréhension est grande, déroutante ; un conflit entre elle et mon devoir nait en moi. Je ne sais si je dois considérer ce garçon comme un ennemi ou si je dois tout simplement le laisser repartir.

Feður, ég skil ekki.

« Si vous souhaitez que je vous devance, je n’y vois aucune objection. Si cela peut vous rassurer, pè- … Sirius. »

Ce n’est pas sa façon d’écorcher mon nom qui m’interpelle – tous m’appelle Sirius et non Siríus, à la Congrégation. C’est sa façon de se rattraper. Je fronce les sourcils, suspicieux, pendant que ma méfiance tente tant bien que mal de pointer à-nouveau le bout de son nez. Elle tente de surpasser mon trouble, en vain car celui-ci grandit au fil des secondes.

« C’est étrange … Plus je vous regarde, et plus j’ai l’impression qu’on se connait. C’est vraiment déstabilisant. »

A qui le dis-tu ? Je n’ai pas un mouvement lorsqu’il s’approche de moi, avalant les quelques mètres qui nous séparent encore. Dans sa bouche, ces affirmations prennent des airs de confession. J’ignore de quelle façon je dois réagir alors, plongé dans le doute, je préfère rester immobile. Mes yeux s’accrochent aux traits de son visage. Ses paroles glissent à mes oreilles bien qu’il ne les ait pas murmurés, six mots tintant aussi clairement qu’un carillon, qu’il prononce avec un sourire. Et quel sourire est-là ? Il est étrangement amer.

« L’Islande est un beau pays. »

Oui, c’est vrai, or plus personne ne m’y attend. Je reste un quelques secondes sans bouger. Aucun muscle ne vient remuer sous ma peau.

« Je suis pourtant certain que nos routes ne se sont jamais croisées auparavant. » je lâche finalement en le rattrapant et je dissimule mon trouble derrière un timbre calme. « Mais je dois bien admettre que vous me rappelez quelqu’un, vous aussi. »

Je me tais et observe ouvertement son visage, le scrutant comme si je suis à la recherche de la moindre trace de Néah qui, je le sais, est pourtant mort il y a de très nombreuses années. Mais j’espère peut-être voir tomber dans ces yeux sombres les flocons de la neige norvégienne et me revoir enfant. Mais non. Rien de tout cela. Ce n’est pas Néah.

Qui est-ce, d’ailleurs ? A cette question, mes mains serrées autour du Voile se relâchent légèrement et soulagent les jointures de mes doigts. Pour l’instant, il n’est pas un danger. Pour l’instant.

« Au fait, vous ne m’avez toujours pas donné votre nom. » je dis simplement.

Si ma curiosité est poussée par une véritable volonté de savoir à côté de quel Noé je parcoure les étendues arides de l’Australie, j’espère que cela ne s’est pas reporté dans mon intonation. Cependant, l'intention d'en savoir plus sur lui est là et j'ignore si elle est décelable derrière cette simple constatation, anodine dans n'importe quelle conversation.

Mais pas la nôtre.



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 104 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦ Néah Walker - (50)
(www) ♦ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire}Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Jeu 17 Mar - 21:57
le yin et le yang




L'espace d'un très bref instant, à moins que tes yeux ne te jouent des tours, tu n'aurais su dire lequel d'entre vous était le plus troublé. Mais tu dois certainement rêver ; de toute évidence, on a décidé de te faire une blague de très mauvais goût. T'imposer la rencontre avec le père de Nina dans un moment pareil, ou comment remuer le couteau dans la plaie. Il semblerait que le Destin aime bien enfoncer le clou.

« Je suis pourtant certain que nos routes ne se sont jamais croisées auparavant. Mais je dois bien admettre que vous me rappelez quelqu'un, vous aussi. »

Tu pivotes pour le regarder, surpris par ses mots. Tu lui rappelles quelqu'un ? Est-ce qu'il t'aurait déjà vu quelque part ? Tu te creuses les méninges ; tu as fais beaucoup de bals de charité, et autres réceptions mondaines, mais un visage comme celui de Sirius ne s'oublie pas. Tout comme tu ne peux oublier les traits de Nina, que tu retrouves en lui. Est-ce que ça veut dire qu'il aurait été là pendant une de tes batailles contre l'Ordre Noir ? En tant que civil ou... en tant que combattant ? Un Exorciste, lui ?

Pourquoi pas ? Après tout, le noir de son pantalon te rappelait l'uniforme des Exorcistes. Ce serait donc ça ? Aha, quelle étrange petite découverte. Un père Exorciste et une fille apôtre de Noé ; pauvre famille. Il va falloir que tu restes sur tes gardes, dans ce cas. En admettant que tu ne te trompes pas. Tu pourrais très bien faire une erreur de jugement, mais prudence est mère de sûreté, comme il est coutume de dire.

Cependant, tu aimerais éviter un éventuel combat ; il s'agit là du père de Nina, plus aucun doute là-dessus. Et ça t'ennuierait de devoir en venir aux mains avec ton "beau-père". Ce titre t'arrache un sourire teinté d'amertume et de regrets, mais il ne dure pas. Si seulement Sirius savait qui tu es, et ce qui te lie à Nina, sa fille. Ou plutôt ce qui te liait. Triste et douloureuse vérité qu'il faudra tôt ou tard admettre.

« Au fait, vous ne m’avez toujours pas donné votre nom. »

Ah. Il va falloir ruser. Donner le premier nom qui te passe par la tête. Si tu hésites trop longtemps, il va se douter de quelque chose. Un prénom portugais, vite.

« Carlos. »

...on aurait pu tomber pire, mais y a quand même mieux. Enfin, passons. Il n'y a plus qu'à espérer que ça soit crédible. De toute évidence, Sirius est visiblement une personne intelligente et perspicace. Tu risques d'être découvert rapidement, à ton plus grand malheur. Tu fais un pas, te massant mécaniquement la nuque ; tu pourras toujours te faufiler pour fuir.

« Faisons un bout de route ensemble. Rester sous ce soleil de plomb risque de nous causer du tort. » Tu désignes le haut de sa tête. « Aucun de nous n'a songé à se munir d'un chapeau. Et puis c'est pas en restant ici que vous trouverez ce que vous cherchez, Sirius. »

Dans le fond, tu cherches peut-être juste une excuse pour rester un peu plus longtemps avec lui. Parce que, sans tout ça, peut-être que Nina serait encore là et qu'elle t'aurait elle-même présenté son père. Parallèlement, sans ça, tu n'aurais probablement jamais rencontré Nina. Le Destin est vraiment perfide et vicieux. Tu avances alors, ignorant s'il va accepter de t'accompagner ou non.

« Dites-moi... qu'est-ce qui peut bien pousser un habitant d'une contrée enneigée à venir se promener dans un pays aussi chaud ? Vous cherchez quelqu'un, peut-être ? »

Tu te demandes si Sirius savait que Nina était en vie ; tu l'as emmené un jour, mais tu n'as vu personne, après tout. A-t-il pensé que sa fille était morte ? L'a-t-il cherché comme, toi, tu la cherches ? C'est idiot d'essayer de la retrouver ; Nina n'est plus là, ne sera plus là. Pourtant, tu te doutes que tes interminables promenades sont un peu des quêtes guidées par l'espoir de la revoir. Elles sont vaines, et même plutôt douloureuses, mais c'est comme ça. Tu ne l'expliques pas.

Ton regard se pose sur Sirius ; Nina lui ressemble tellement. C'est déroutant. Tu finis par reporter ton attention sur l'horizon devant vous.

« Vous disiez que je vous rappelais quelqu'un... ça veut dire que vous êtes également passé par le Portugal ? Peut-être que vous avez rencontré mon père, qui sait. » Tu lui jettes un coup d'oeil. « La ressemblance est-elle si frappante ? »





Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 226 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Terry
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 870
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1120

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 830 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Mar 3 Mai - 19:17

VISAGES


« Carlos. »

Mon absence de réaction laisse tout le temps au désert australien de souffler à nos oreilles les notes basses d’une de ses innombrables brises chaudes. Je peux d’ores et déjà deviner quelle couleur revêtira ma peau après mon retour à la Congrégation. Peut-être se rapprochera-t-elle de celle de ce brun que le Destin a décidé de mettre sur ma route. D’ailleurs, il dit s’appeler Carlos et, cette fois, je n’ai aucune raison de ne pas le croire. Pourquoi pas, après tout ? Que je sache, la mémoire de Noé ne choisit pas ses hôtes en fonction de leur nom. Carlos, donc, s’avance d’un pas, passant une main machinale sur sa nuque. Je fronce un sourcil en le voyant faire. Voilà un tic récurrent chez lui. Ne serait-ce pas la deuxième fois que je le vois faire cela ? Intéressant. Et amusant, je dois bien l’admettre. Y-a-t-il une raison particulière pour qu’il se frotte ainsi la nuque ? Ou est-ce tout simplement nerveux et parfaitement anodin ? Hm. Dans l’hypothèse – certes plus que probable – qu’il soit un membre de la très large famille des Noé, je doute que cela soit aussi innocent que ça en ait l’air.

M’aurait-il démasqué, lui aussi ?

« Faisons un bout de chemin ensemble. Rester sous ce soleil de plomb risque de nous causer du tort. » continue le jeune homme et je ne peux qu’approuver d’un signe de la tête – tête qu’il pointe ensuite. « Aucun de nous n’a songé à se munir d’un chapeau. Et puis c’est pas en restant ici que vous trouverez ce que vous cherchez, Siríus. »

Vrai. Sauf que je n’ai pas fait mention d’une quelconque recherche. Il sait ? Je l’ignore encore. Le mystère reste entier et je déteste ça. Si Innocence il y a, alors je ne dois pas l’y conduire, par mesure de prudence. J’ai beau ne pas apprécier la Congrégation et détester cette guerre, le sacrifice d’une arme divine n’est pas une option valable. Le jeu n’en vaut clairement pas la chandelle.

Je lui emboîte le pas après plusieurs secondes d’hésitation, Hillingar fermement tenue entre mes doigts. Je me repositionne à ses côtés, malgré tout, malgré le danger qu’il pourrait représenter. Si j’étais méfiant, je suis maintenant aux abois, prêt à bondir au premier signe de malveillance. Maintenant, la question est de savoir lequel de nous se dévoilera en premier – si l’un de nous ose prendre ce risque. Une question me taraude néanmoins, tenace : sait-il que je n’ignore pas sa condition de Noé ? S’il joue la comédie, alors je me dois d’applaudir ses performances d’acteur. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut tailler impunément une bavette avec un Noé.

« Dites-moi … qu’est-ce qui peut bien pousser un habitant d’une contrée enneigée à venir se promener dans un pays aussi chaud ? Vous cherchez quelqu’un, peut-être ? »

… Peut-être. Je n’ai pas vraiment considéré cet aspect-ci de la question. Peut-être qu’un symbiotique se cache au fin fond de l’outback australien ? Mais par Odín, quel bavard. Un silence suit sa question et je me demande s’il a terminé. Mais à peine ai-je ouvert la bouche pour répondre qu’il me coupe l’herbe sous le pied et qu’il me dévisage :

« Vous disiez que je vous rappelais quelqu’un … ça veut dire que vous êtes également passé par le Portugal ? Peut-être que vous avez rencontré mon père, qui sait. La ressemblance est-elle si frappante ? »

Le Portugal. Effectivement, mes voyages m’ont déjà mené sur les routes portugaises, notamment lorsque je fuyais les chiens renifleurs de la Congrégation. A cette époque, j’avais encore un foyer que j’espérais rejoindre après ces longues années aux multiples d’errances sordides. J’avais rencontré beaucoup de personnes, des marchands, des citadins, des campagnards … Il est possible que le hasard m’ait un jour mené chez le père de ce garçon. Mais en aurai-je un jour la certitude ? Au final, qui sommes-nous les uns pour les autres lorsqu’on sait que la rencontre sera éphémère ? Des simples anonymes. Beaucoup de mes rencontres ne se sont pas embarrassé à connaître mon nom, sachant pertinemment que j’aurai repris mon chemin le lendemain, moi, simple illusionniste itinérant. De temps en temps je m’autorisai une halte dans une quelconque auberge et je mettais mes talents au service de la distraction, comme si j’étais encore en Islande, alors même que je me savais pourchassé et que les rumeurs pouvaient aller bon train, finissant peut-être par remettre mes poursuivants sur ma piste. Et quant à ceux que j’amusais, ils ont dû oublier mon visage – et moi le leur.

« Je ne sais pas, je ne m’en souviens pas. » dis-je en fixant l’horizon dans une vaine recherche de la moindre chose sortant de l’ordinaire. Mon honnêteté est un poil brutale ; je ne sais quoi dire d’autre. « Quand je disais vous me rappeliez quelqu’un, je pensais plutôt à un homme que j’ai rencontré lors d’un voyage, et il vous ressemblait beaucoup. Mais je doute qu’il faisait partie de votre famille. »

A cette époque, en tout cas. Néah n’avait-il pas été déchu ?

Je laisse le temps à cette demi-vérité de faire son petit chemin. J’ignore parfaitement quelles seront ses prochaines réactions. Dans l’immédiat, cette sensation de taquiner les moustaches de la bête endormie avec la flamme d’une chandelle me grise légèrement. Je sais que je suis imprudent. Je l’ai toujours été. Un peu trop parfois.

« Quant à la raison de ma présence ici, je pensais déjà vous avoir informé que je n’étais qu’un simple voyageur et que l’Australie était l’un des seuls pays que je n’avais pas encore foulé. Je ne recherche rien de particulier sinon un peu de nouveauté. »

Mentir. Encore et toujours. Rendormir le fauve que j’ai titillé. Jouer. Jouer avec le feu. Combien de temps cela durera-t-il ?

« Pourrai-je savoir quelle personne vous reconnaissez en moi, Carlos ? » je m’enquiert avec une curiosité que je ne peux feindre.



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 104 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦ Néah Walker - (50)
(www) ♦ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire}Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Ven 13 Mai - 16:35
le yin et le yang




Il sait.
Du moins, tu le penses. Ça ne t'étonnerait pas qu'il sache. Il est un soldat aguerri, observateur. Tu pourrais sourire de cette situation, tout comme tu pourrais te jeter sur lui pour l'assassiner. Ce ne serait pas la première fois que tu le fais. Mais là, tu ne peux pas. Tu ne veux pas. C'est le père de Nina, c'est au-dessus de tes forces. Même si Adam te le demandait, tu ne pourrais tout simplement pas le faire. Ton poing se serre ; il faut que tu partes, il faut que tu trouves la force de t'en aller. Sirius ne semble pas vraiment hostile. Pourtant il sait, n'est-ce pas ? Peut-être veut-il te faire croire que ta comédie porte ses fruits. Tu ne sais pas, tu ne connais pas cet homme. Tu ne le connaîtrais certainement jamais comme tu aurais voulu le faire.

« Je ne sais pas, je ne m’en souviens pas. »

Tu esquisses un sourire amusé. Il ne se souvient plus ? Vraiment ? Bah, tu ne peux pas lui en vouloir ; toi-même tu ne te rappelles pas du visage de ton père. Il était peut-être un brave homme marié à une brave femme. Tu ne te rappelles pas. Et dans le fond, ça n'a pas d'importance pour toi. Plus aucune même. Ta famille maintenant, c'est le clan Noé. C'est Nina.

C'était Nina.

« Quand je disais vous me rappeliez quelqu’un, je pensais plutôt à un homme que j’ai rencontré lors d’un voyage, et il vous ressemblait beaucoup. Mais je doute qu’il faisait partie de votre famille. »

Tu tournes la tête vers lui, quelque peu surpris. En soit, sa réponse n'a rien de particulièrement intriguant, mais ce sont les mots qu'il emploie qui sonnent étrangement dans ton esprit. Tu regardes de nouveau devant toi, retenant un sourire ; il sait. C'est une certitude à présent. Il sait quelle est ta nature autant que tu sais quelle est la sienne. La suite de cette "promenade" s'annonce donc... tendue.

Par "famille", il a clairement fait référence au clan Noé, tu le sais. Tu le sens. Comment la suite des choses va se passer ? Va-t-il falloir que vous engagiez un combat ? Tu ne le souhaites vraiment pas. Tu n'as pas envie de te battre, et encore moins contre l'homme qui aurait, un jour peut-être, pu devenir ton beau-père. Le simple fait de t'imaginer l'appeler "Père" t'arrache un sourire douloureux. Ça n'arrivera jamais.

« Quant à la raison de ma présence ici, je pensais déjà vous avoir informé que je n’étais qu’un simple voyageur et que l’Australie était l’un des seuls pays que je n’avais pas encore foulé. Je ne recherche rien de particulier sinon un peu de nouveauté. »
« Admettons. »

Le mensonge. Tu l'entends parfaitement ; peut-être aussi aisément que les mensonges que Nina t'a servi par le passé. Ce n'est pas qu'il est mauvais menteur, juste que tu "sais" déceler le vrai du faux dans cette famille on dirait. Soudain, le bruit du vent t'interpelle, te faisant faire une pause dans ta marche pour te laisser le temps de regarder autour de vous. Le temps change. Tu n'es pas expert en phénomène climatique, mais tu es resté bien longtemps à observer Nina en Islande. Assez longtemps pour savoir que le vent est un messager ; le temps va se gâter. Une tempête de sable ?

Tu rejoins Sirius en quelques enjambées, scrutant l'horizon devant vous ; il va falloir trouver un abri rapidement. Tu ne crains pas réellement une petite tempête de sable ; avec les pouvoirs du Plaisir qui circulent en toi, tu ne crains pas vraiment ce genre d'imprévus. Mais, même si Sirius sait que tu es un Noé, tu n'as pas envie de te dévoiler officiellement. Tu n'as pas envie de te montrer hostile envers cet homme en te parant de tes caractéristiques physiques d'Apôtre de Noé.

« Pourrai-je savoir quelle personne vous reconnaissez en moi, Carlos ? »

Tu le fixes, pas vraiment surpris par sa question. Tu le regardes un moment avant de retourner à ta recherche d'abri, plissant les yeux pour essayer de discerner l'horizon. La chaleur ardent du soleil faisant onduler la ligne d'horizon plus loin, rendant les choses compliquées à distinguer.

« La femme que j'aime. »

N'importe quel homme, aussi fier soit-il, serait certainement vexé d'entendre ce genre de comparaison. Assimilé le visage d'un homme à une femme et lui en faire part, quoi de mieux pour échauffer les esprits et provoquer une bagarre ? Mais ce n'est pas ton intention. Tu sais que Sirius ne le prendra pas mal. Tu ne pourtant pas le parier, mais c'est presque une certitude pour toi. Tu désignes ce qui semble être une petite grange, à plusieurs mètres devant vous.

« Allons nous abriter, je sens qu'une tempête approche. »

Tu avances, prenant involontairement un peu d'avance. Sirius est toujours là, tu sens sa présence. Va-t-il faire le choix de te suivre ? Certainement. Sa curiosité va le pousser à te suivre. Du moins, tu t'en doutes, ou tu l'espères plutôt. Tu pousses les portes de la grange qui semble abandonnée. Tu te retournes, observant le ciel s'assombrir un peu ; tu ignorais qu'il puisse y avoir ce genre de tempête en Australie. Enfin, tu n'es pas un expert en la matière. Tu te tournes vers Sirius qui t'observe, immobile.

« Vous comptez rester planté là longtemps, Sirius ? »

Un soupir franchit tes lèvres tandis que, malgré toi, ta main s'empare de son avant-bras pour l'attirer dans l'intérieur de la grange. Tu refermes ensuite les portes, laissant ton corps tomber dans un petit amas de foin. Pas prudent de laisser ça ici par cette chaleur. Ça aurait pu prendre feu. Ton regard retrouve rapidement et sans mal celui de Sirius.

« Je ne vous demande pas de me faire confiance, Sirius. Comprenez simplement que je ne peux pas vous laisser risquer votre vie dans une tempête. »

Tu ne peux décemment pas perdre la dernière attache qui te rappelle Nina. Elle lui ressemble tellement, c'est une putain de torture. Tu détournes le regard, glissant tes bras derrière ta tête en prenant le risque de fermer les yeux avant de soupirer.

« L'éternité est incroyablement longue sans elle. »

Tu en as marre de jouer la comédie. Il sait tout de toute façon, alors à quoi bon ? Tu n'as plus rien à perdre maintenant ; Nina n'est plus là. Et Izû serait certainement plus heureux et en sécurité si tu n'étais pas dans sa vie.





Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 226 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Terry
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 870
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1120

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 830 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Dim 25 Sep - 22:31

CRUELLE VÉRITÉ


Si le souffle du vent n’était pas aussi ardent, je pourrai facilement croire qu’Hraesvelg le Géant, à la cime du Frêne, bat des ailes.

Le vent projette avec plus d’ardeur qu’auparavant la poussière du désert sur nous et agite nos vêtements. Or ses efforts pour nous ébranler sont vains car nous marchons toujours à-travers l’outback, dans le sable, sous la chaleur écrasante du soleil australien, là où peu où si peu s’amusent pourtant à voyager. Ici-bas il n’existe aucune route pour les vagabonds. Il n’y a que cette vaste étendue d’orange piquetée de multiples buissons, à la manière d’une broderie végétale sur une toile aux couleurs des flammes. Et au-dessus de nos têtes, les cieux d’un bleu céruléen, prenants, envoûtants. Les deux infinis se touchent pour former l’horizon devant et autour de nous, une ligne fine et infime où leurs couleurs se rencontrent et détonnent sans se mêler. Et posée là, tout contre cette explosion de couleur, une petite grange abandonnée, rongée à la fois par le temps et l’appétit vorace du désert. Si seulement le vent ne nous assourdissait pas, Carlos et moi pourrions l’entendre grincer de toutes ses vieilles planches, lassée de sa longue vie solitaire. Solitaire comme semble l’être Carlos. Malheureux aussi, tout autant que moi, car ses paroles emplies d’une douleur au moins égale à la mienne me parviennent malgré les affres du vent :

« La femme que j’aime. »

Je laisse une brusque bourrasque emporter ses mots vers le lointain et ne lui offre qu’un silence pudique, respectueux, en retour. Une tempête se lève, je note malgré moi alors que j’observe mes cheveux battus d’or terne battus par le souffle du ciel. Quand bien même je fais mine de ne pas réagir, les questions s’entassent anarchiquement mais je ne puis me résigner à les poser.

« Allons nous abriter, je sens qu’une tempête approche. »

Qu’elle vienne donc.
Je vois Carlos ― si tel est en effet son nom ― s’avancer jusqu’à la vieille bâtisse et en ouvrir les portes. Il jette ensuite un œil au ciel qui s’obscurcit peu-à-peu avant de me lancer comme une pique et me gratifier d’un soupir. Je n’ai nullement le temps de réagir et voici que l’importun m’agrippe l’avant-bras et m’entraine dans la grange, et le Voile volète joyeusement derrière moi, désireux de s’envoler. Toutefois, je ne le lâche pas et nous pénétrons ensemble au sein de cette demeure aux plaintes criardes et dissonantes.

Il y règne une odeur particulière, une odeur d’herbe séchée comme on en sentirait dans quelques campagnes françaises aux heures où Sól les assomme de ses rayons. La chaleur de ce pays a préservé le foin de l’humidité et de la moisissure ; il est au moins aussi sec qu’au premier jour, voire plus encore, aussi odorant. Aussi inflammable. La moindre étincelle allumerait le plus grand des brasiers et à l’instant où je me dis que ce n’est définitivement pas une très bonne idée de rester ici, j’entends les portes de la grange claquer dans mon dos. Je me tourne lentement vers Carlos, le visage fermé, pensant à un piège. Ma main, elle chemine doucement jusqu’à Hillingar. Sans jamais l’atteindre car à ma surprise le brun s’affale dans la botte éparse.

« Je ne vous demande pas de me faire confiance, Siríus. Comprenez simplement que je ne peux pas vous laisser risquer votre vie dans une tempête. » profère-t-il simplement. Etrange. En quoi ma sécurité lui importe-t-elle ? « L’éternité est incroyablement longue sans elle. » ajoute-t-il non sans avoir fait l’erreur de fermer les yeux.

L’espace d’un instant, juste un, court, toutefois vif, l’idée de l’attaquer en traitre me parait être une option valable. Or la seconde d’après, je crois saisir le sens la comédie que le Noé m’a ainsi servie non pas par sournoiserie mais par véritable amour. J’ai peur de comprendre.

L’horrible puzzle dessinant une scène sombre et tragique se forme crûment devant mes yeux, aussi soudainement que la foudre frappe le monde.


Plaisanterie immonde.
Infâme douleur.


Non.
Je nie,
Je refuse,
Je réfute tout.


Non.

Le monde vacille ― ou bien est-ce moi qui tangue ? Les mécanismes du Temps s’enrayent. Et cette réalité me rattrape, me piège dans ses filets cruels. Mon âme hurle et se débat de toutes ses forces et celles de mon corps me quittent violemment. Mon dos rencontre brutalement le bois abimé de la porte, tout contre laquelle je me laisse ensuite glisser. Un rire d’une amertume sans nom, non-loin d’un sanglot, trouve le chemin vers mes lèvres et s’en enfuit, insensible à ma volonté de le retenir et de le garder secret. Je crains que ce soit complètement vain. Alors je lève une main à mon visage et l’en recouvre sans un mot ; mon rire se brise finalement, après ce qui me parait être une éternité.
Le silence nous enveloppe à-nouveau, doucement.

« Bien sûr… »

Ma voix maintenant éteinte résonne dans la petite grange. Je ne sens plus la moindre chaleur. L’Australie m’est aussi froide que Niflheim, désormais, alors que la tempête ― répondant au dessein de l’Avaleur, finalement ― secoue la petite grange où nous nous trouvons. Nous sommes deux fatals ennemis à pleurer sur la même tombe et à partager le même désespoir.

Pourquoi ?

« Nína. »

Je relance ma tête vers l’arrière. L’effort que me coûte l’inspiration que je prends est immense ; mais nécessaire. Et je répète. Répète ce nom que Fönn et moi avions donné à notre premier enfant. Répète ce nom que nous avons aimé. Répète ce nom comme si, au final …

« Nína … »


Il expliquait tout.



HRP:
 



Takk, dóttir ♥

Spoiler:
 
† Le Déserteur Chimérique †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Siríus M. Þjóðbjörnsson† Le Déserteur Chimérique †
« Ne dévoile jamais toutes tes cartes, tu ne dois montrer que le nécessaire. »


Ninacarré pour le pixel art :carré:


▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 104 ▐ Autres Comptes : Marian Cross & Maugrim Anstruther
Féminin
▐ RPG Age : 43 ans.
▐ Personnalité : Indépendant ♦ Strict ♦ Méfiant ♦ Audacieux ♦ Tenace ♦ Flegmatique ♦ Impénétrable ♦ Ténébreux ♦ Envoûtant ♦ Inquiétant ♦ Oppressant ♦ Fier ♦ Posé ♦ Doué ♦ Rusé ♦ Adroit ♦ Impudent ♦ Piquant ♦ Insolent ♦ Séditieux ♦ Meneur ♦ Clément ♦ Observateur ♦ Prévoyant ♦ Minutieux ♦ Courtois ♦ Croyant ♦ Sage ♦ Juste ♦ Patient ♦ Protecteur ♦ Bienveillant ♦ Aimant ♦ Paternel ♦ Fidèle.
▐ Parcours RP :
STATUT RP : EN PAUSE.

(www) ♦ Espérance Delarose - (20)
(www) ♦ Gregory R. Baekeland - (30)
(www) ♦ Néah Walker - (50)
(www) ♦ Tyki Mikk - (50)
(www) ♦ Æsa - (4/6) / (10)

{épistolaire}Æsa (5)

+ 100 pts présentation
= 265 points.

Rang D.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Ven 14 Oct - 2:04
Tu ne peux que le voir sombrer, voir son regard céder aux ténèbres ; un rire nerveux confirme ta pensée. Tu restes où tu es un moment tandis que, après un silence qui semble durer une éternité, sa voix s'échappe de sa gorge avant de répéter le nom de celle que tu aimes.

Sa fille, ton amour.

Tu fermes les yeux, comme pour te laisser porter par les souvenirs que t'évoquent ce simple nom. L'Islande, la froide contrée où tu as posé les pieds afin de ramener une nouvelle brebis dans le clan des Noés. Une jeune femme d'environ ton âge au regard aussi indomptable et perçant qu'un animal sauvage que l'on aurait délogé de sa tanière. Une jeune femme que tu as appris à connaître, à aimer. Chaque infime partie de ton corps se souvient d'elle.

Tes oreilles se rappellent ses mots murmurés, tes yeux sa délicieuse silhouette, ta peau la sienne, tes lèvres la douceur des siennes. Et ton coeur sa chaleur. Elle qui pourtant n'a toujours été que glace, presque un mirage hivernal. Un soupir finit par franchir tes lèvres et tu quittes la botte de foin, chassant les quelques brins dorés sur toi par mécanisme plus que par nécessité. Ton regard se pose sur cet homme que tu respectais avant même de l'avoir un jour rencontré.

« Siríussdóttir. Fille de Siríus. » Tu marques une pause. « Elle m'a parfois parlé de vous. Elle vous aimait énormément. »

Tu ne le quittes pas des yeux, restant à distance respectable de lui ; tu ne penses pas qu'il va t'attaquer, plus maintenant, mais on est jamais trop prudents. Tu restes un Noé et il le sait autant que tu sais qui il est. Tu réalises alors qu'il est plus sage et respectueux de te présenter en bonne et due forme ; tu lui dois bien ça, non ?

« Je m'appelle Tyki. Tyki Mikk. » Un silence s'installe mais, étrangement, tu ne peux rester silencieux bien longtemps. C'est le père de Nína en face de toi, pas un Exorciste de pacotille. « Vous étiez au courant ? Pour sa nature de Noé, je veux dire. » Tu marques une pause. « Je ne cherche pas à me faire bien voir, ou encore moins à vous mentir à ce sujet mais... elle n'a pas changé. Du jour où elle a quitté l'Islande pour venir avec moi jusqu'au jour où on lui a ôté la vie. Elle n'a jamais cessé de penser à votre famille. A sa mère, à sa petite soeur. Et à vous. Elle n'est pas devenue un monstre. Ne l'imaginez pas ainsi. »

Tu te sens obligé de lui dire tout ça, pour le rassurer, le consoler, quelque part ; sa fille n'est pas devenue une bête assoiffée de sang, fauchant les vies avec entrain et délice. Non, elle est restée humble, forte, loyale à ses racines, à ses origines. Et bordel comme tu l'aimais, comme tu l'aimes encore.

Tes lèvres brûlent de lui demander ce que ça lui fait de travailler avec l'assassin de sa fille. Mais tu ne peux pas, ce serait le provoquer et déclencher un combat, ou pire encore.

« Comment faites-vous, Siríus, pour continuer à vivre ? »

Parce que toi, la réponse t'échappe encore. Et même si tu la connaissais, tu ne sais pas si tu pourrais faire avec.

HS:
 



Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 226 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Terry
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 870
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1120

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 830 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
“ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» “ Chasing illusions ” — f.t. Tyki
» [film] Le Maître des Illusions
» Illusions d'optique
» [anthelme Hauchecorne]La tour des illusions
» Donna Tartt - Le Maître des illusions

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Asie & Océanie :: Australie-
Sauter vers: