Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Retrouvailles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Retrouvailles
Ven 4 Mar - 12:52
Tu attends. Tyki t'as demandé d'aller chercher les feuilles à l'entrée de la forêt. Tu y es allé, sans trop protester, car tu savais que c'était déplacé. Mais tu voulais rester. Plein de petites questions tournent en rond dans ta tête. Toujours les mêmes principalement. Comment Tyki connait Lucas ? Pourquoi Lucas, on n'aurait pas dit Lucas ? Pourquoi Lucas était gris ? Comment Tyki a su que vous étiez ici ? Pourquoi est-il parti aussi longtemps ?

Tu donnes un coup de pied dans un caillou et décides finalement de t'asseoir. Il n'y a aucune feuille recherchée ici. Tu t'en doutais, mais tu as bien regardé quand même. Après tout, on sait jamais. Peut être que ton ami les avait vraiment vues. Peut être qu'il n’essayait pas de t'éloigner. Mais t'éloigner de quoi ? Tu as passé la journée avec Lucas, et à aucun moment il n'a tenté de te faire du mal. Au contraire, c'est toi qui l'a blessé. C'est par ta faute que ton copain s'est cassé le bras.
Un sentiment de culpabilité te sert le poitrine, et tu ramènes tes genoux contre toi. Même s'il avait l'air d'aller mieux tout à l'heure, tu es inquiet. Tu as peur qu'il ne veuille plus venir jouer avec toi. Pourtant, Lucas, tu l'aimes quand même beaucoup. Et même si vous ne parlez pas le même langue, vous arrivez à vous comprendre. Et ça, t'es pas sûr que tout le monde puisse le faire. Ça veut dire quelque chose, non ?

Tu commences à arracher des brins d'herbe, toujours en silence. Tes deux amis sont longs à arriver. Tu as un peu peur pour eux. Car Tyki n'avait pas l'air content du tout de voir Lucas. Tu as peur qu'ils se soient disputés ou pire, que Tyki l'ait tapé. Ou pire encore, que Tyki lui ai dit de plus jamais venir ici. Parce que bon, le mineur n'aurait jamais fait de mal à un enfant. C'est stupide de penser l'inverse. Mais bon, il avait quand même l'air pas content du tout.
De nouveau, le souvenir de la femme à la robe blanche te revient. Parce que Tyki s'était comporté de la même façon. Tu peux te souvenir de ce qu'il t'avait dit, de ne jamais t'approcher de cette femme si tu la voyais. Est-ce qu'il va te demander la même chose pour Lucas ? Et toi, est-ce que tu vas lui obéir ?

Un bruit dans les fourrées attire ton attention. Tu te redresses rapidement et recules un peu, effrayé. Mais ce n'est pas un monstre qui sort de là, juste le mineur. Tu lui souris et cherches des yeux Lucas. Mais il n'est pas là. Tu fronces un peu les sourcils et continues de chercher.
Finalement, c'est Tyki lui même qui répond à ton interrogation silencieuse, après s'est accroupi devant toi.

« Lucas te remercie d'avoir joué avec lui aujourd'hui. Il était fatigué alors il est rentré. »

Tu restes muet et essaies de ne pas montrer que tu es triste. Pourquoi Lucas n'est pas venu te dire tout ça lui même ? Est-ce qu'il était fâché ? Est-ce qu'il va revenir jouer ? Et par où est-il parti ? Si la forêt est grande, il n'y a pas tant de moyens de rejoindre le village. Et puis, tu te souviens de sa peau grise, et tu te demandes si Lucas n'est pas un peu sorcier. Ça pourrait expliquer l'humeur du mineur. Et puis, tu as déjà rencontré un agent secret. Alors un sorcier, pourquoi pas.
Ton ami te tire de tes pensées en tendant une main devant toi, que tu saisis.

« Rentrons à la maison, Izû.
On devrait aller à la mine plutôt ! Comme ça, on fera la surprise à Crack et Momo ! »

Ça pour être surpris, ils risquent de l'être oui. Ce sont les premiers à avoir envisagé la mort de leur compagnon. Jamais devant toi bien sûr. Ils attendaient le plus souvent que tu sois endormi. Mais parfois, tu avais pu entendre des bouts de conversations. Tu te dis maintenant qu'ils avaient tort de penser ça, et de ne pas lui faire confiance. Mais tu ne leur en veux pas. Ou pas beaucoup. Car toi aussi, tu as cru à sa mort.

Vous vous mettez en route, tranquillement. De temps en temps, tu jettes un regard vers l'homme à tes côtés, comme pour vérifier qu'il ne va pas disparaître d'un coup. Et pour rien au monde, tu ne lâcheras sa main. Tu continues de réfléchir à tout ce que tu viens de voir, te demandant si tu peux poser une question ou pas. Tyki n'est pas imbécile, il sait très bien que tout ça t'interroge. Mais tu as un peu peur de la réaction qu'il pourrait avoir. Alors, lorsque tu te décides enfin à lui demander, tu choisis la question avec soin, parmi toutes celles qui t'obsèdent.

« Comment tu connaissais Lucas ? Tu l'as rencontré pour un de tes autres travail ? »

Et puis d'un coup, une autre idée te vient en tête. Une autre idée qui expliquerait presque tout. Tu t'arrêtes alors d'un coup et lâches la main de Tyki. Tu ne fais pas attention, s'il te parle ou pas, s'il te répond ou non. Tu déroules le fil de ta pensée, le regard fixé sur le sol. Lorsqu'enfin, tu regardes ton ami, tes yeux son baignés de larmes. C'est la deuxième fois depuis le début de la journée, et tu n'aimes pas ça du tout, mais tant pis.

« Lucas, c'est ton fils en fait, c'est ça ? C'est pour ça que t'es parti. Parce que t'as une autre famille, et qu'ils ont besoin de toi. C'est pour ça que tu le connaissais déjà. Et c'est pour ça que vous parliez pas comme ici. Et c'est pour ça aussi que tu veux pas que je revois Lucas. Parce que tu veux pas que je le revois, hein ? »

Au fond de toi, tu sais très bien que cette idée, c'est un peu n'importe quoi. Mais tu n'arrives pas à penser à autre chose, maintenant qu'elle s'est glissée dans ta tête. Tyki est tout ce que tu as. S'il venait à t'abandonner pour de bon, tu ne sais ce que tu ferais.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Retrouvailles
Mar 15 Mar - 16:41
son & father




C'était un véritable hasard que Lucas croise la route d'Izû ; tu ne peux pas totalement lui en vouloir. Lucas est un gosse après tout. Il n'a pas la même vision des choses que la majorité des Noés, malgré la présence de Redemptio. Enfin, il n'est rien arrivé à Izû, c'est l'essentiel. En perdant Nina, tu as déjà laissé partir une énorme partie de ta vie, alors si Izû vient à disparaître, ce serait certainement la fin du Tyki que tu as toujours été. Joyd prendrait la place et rien ne serait plus pareil. Tu rejoins donc le petit blond avant de lui expliquer plus ou moins la situation. Puis tu lui proposes de rentrer, lui tendant ta main.

« On devrait aller à la mine plutôt ! Comme ça, on fera la surprise à Crack et Momo ! »

Tu es légèrement surpris ; non pas que tu avais oublié tes deux autres compères, mais s'ils te voient dans ce costume, ils vont être surpris, c'est sûr. Tu n'es jamais rentré de tes "petits boulots" dans une autre tenue que celles que tu portes pour la mine. Enfin, ce n'est pas bien grave. Ils sont tous à des années lumières de savoir ce que tu es, et ce que tu fais. Du moment qu'ils sont préservés par tout ça, c'est le mieux qu'il puisse se passer. Tu mettras un point d'honneur à veiller sur eux, et en particulier sur Izû. La main d'Izû attrape la tienne et vous vous mettez donc en chemin.

Sur la route, bien que tu ne le montres pas, tu sens le regard d'Izû posé sur toi. Il a sûrement des tonnes de questions qui se bousculent dans sa tête ; le petit a toujours été vif d'esprit malgré sa faible constitution. Tu sens sa petite main tenir fermement la tienne ; il semblerait que tu n'ais pas intérêt à te volatiliser cette fois. Sa réaction est bien normale. Tu es parti tellement longtemps sans donner signe de vie... Tu te masses la nuque en essayant de t'imaginer ce qu'Izû a pu ressentir.

« Comment tu connaissais Lucas ? Tu l'as rencontré pour un de tes autres travail ? »
« Hm ? Lucas ? Eh bien, comment te dire... »

Il se stoppe soudain, sa main quittant la tienne ; tu as déjà fait un pas avant de réaliser qu'il s'était stoppé. Tu t'arrêtes donc naturellement, pivotant vers lui pour le regarder, interloqué. Il a vu quelque chose ou son lacet est défait ? Non, rien de ça. Il relève la tête et, croisant ton regard, tu ne peux que réaliser qu'il pleure. Ton coeur se serre brusquement et tu le rejoins, t'accroupissant en face de lui, prenant ses mains dans les tiennes.

« Qu'est-ce que tu as, Izû ? Pourquoi tu pleures ? »
« Lucas, c'est ton fils en fait, c'est ça ? C'est pour ça que t'es parti. Parce que t'as une autre famille, et qu'ils ont besoin de toi. C'est pour ça que tu le connaissais déjà. Et c'est pour ça que vous parliez pas comme ici. Et c'est pour ça aussi que tu veux pas que je revois Lucas. Parce que tu veux pas que je le revois, hein ? »

Tu écarquilles les yeux tandis que le petit pleure à chaudes larmes ; il a dit ce qu'il avait sur le coeur, et maintenant il pleure. Il pleure tellement. Chacune de ses larmes, chacun de ses sanglots te compriment un peu plus le coeur. Cette sensation de suffocation est particulièrement horrible. Doucement, ton pouce vient stopper la course de ses larmes sur ses joues, puis ton bras passe derrière son dos afin de le ramener contre toi. Tu le soulèves, le maintenant bien contre toi ; et tu essaies de l'apaiser en frictionnant doucement son dos.

« Chht, calme-toi... »

Tu attends qu'il se détende un peu, puis tu cherches son regard afin qu'il puisse mesurer la sincérité de tes mots.

« Lucas n'est pas mon fils. Mais je le connais bien, oui. C'est le petit frère de l'homme qui m'a appelé pour un petit travail. Si je devais lui assigner une place dans mon coeur, ce serait celle d'un petit frère. » Tu marques une pause. « Et je n'ai rien contre le fait que tu revois Lucas, mais ça risque d'être peu probable. Il était seulement de passage ; sa famille habite en Suisse. C'est un petit pays à côté de la France, tu te souviens ? »

Tu observes Izû un moment avant de lui offrir un sourire presque paternel, tapotant le bout de son nez à l'aide de ton index.

« Tu as beaucoup d'imagination, Izû. Mais le seul fils que j'ai, c'est toi. Alors arrête de pleurer, d'accord ? »

Tu réalises un peu ce que tu viens de dire ; jamais l'un d'entre vous n'avait posé de rôle dans votre petite bande. Il n'y avait pas de papa, pas de fils, pas de tonton, pas de frère, rien. Et là, après tout ce temps à voir Izû comme un fils, tu le formules enfin à voix haute. C'est assez erroné de l'affirmer, mais tu t'en moques bien. Quelle importance ça s'il n'a pas le même sang que toi ? Quelle importance ça a si tu n'as pas un vulgaire morceau de papier qui atteste que tu es son père adoptif ? Trêves de formalités administratives pompeuses et bien emmerdantes.

Izû est ton fils.
Tout simplement.

Tu finis par le reposer au sol, ébouriffant ses cheveux et essuyant les dernières traces de ses larmes sur ses joues.

« Tes larmes ont fait des traces toutes propres sur tes joues. Tu as du bien jouer, tu es tout sale. T'es bon pour un bain mon grand. » Un petit silence s'installe puis tu reprends la parole, sérieux. « Je suis désolé pour tout le souci que j'ai pu te causer, Izû. J'ai été absent longtemps, et je n'ai pas d'excuses pour le fait de ne pas avoir donné de mes nouvelles. » Tu esquisses un mince sourire. « Pourras-tu pardonner ton idiot de père un jour ? »





Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥️ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥️ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 227 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 900
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1150

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 800 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvailles
Lun 25 Juil - 19:53
Tu as du mal à arrêter tes larmes, qui coulent encore et encore. Et tu commences un peu à t'étouffer à cause des sanglots. Tu essaies de les contenir, de ne pas faire de crise. Tu veux écouter la réponse de Tyki. Tu sais ce qu'il va te dire. Tu sais très bien que cette idée, c'est juste des bêtises. Que Tyki n'a que toi et les mineurs. Mais tu as besoin de l'entendre dire. Tu as besoin d'être rassuré par ses mots.

Tu sens son pouce contre ta joue et lèves les yeux vers ton ami. Il te ramène contre lui et te réconfortes. Tu empêches un nouveau sanglot de venir. C'est de ça que tu avais besoin. De sa présence. De son aura de père. Tu te laisses aller contre lui, oubliant sa chemise blanche.
Tu commences enfin à te calmer, même si quelques sanglots continuent de te faire hoqueter. Tu essuies le bout de ton nez, rendant ta manche gluante. Il faudra que tu laves tout ça ce soir, mais tu n'y penses pas encore. Tout ton être est concentré sur le Mineur. Tu bois littéralement ses paroles.

« Lucas n'est pas mon fils. Mais je le connais bien, oui. »

Tu sens ton cœur commencer à se serrer lorsque vient le mot bien. Tu redoutes ce qu'il peut cacher.

« C'est le petit frère de l'homme qui m'a appelé pour un petit travail. »

Tu aimerais beaucoup parler à cet homme, le rencontrer pour de vrai. Il doit être quelqu'un d'important pour demander à Tyki de porter de si beaux vêtements. Et en même temps, tu espères ne jamais le voir. Tu as une colère immense contre lui – ou du moins assez grande. Il retient ton ami loin de son foyer depuis trop longtemps.

« Si je devais lui assigner une place dans mon cœur, ce serait celle d'un petit frère. »


Tu réalises que tu ne sais rien de sa famille. A t' il des frères et sœurs ? Des parents ? Tu aimerais lui demander, mais tu es bien placé pour savoir que la famille c'est parfois quelque chose de nul et de triste. Alors tu laisses tomber cette idée avant de l'oublier définitivement.

« Et je n'ai rien contre le fait que tu revois Lucas, mais ça risque d'être peu probable. Il était seulement de passage ; sa famille habite en Suisse. C'est un petit pays à côté de la France, tu te souviens ? »

Tu es triste à cette nouvelle. C'est que tu l'aimes bien, le petit étranger. Et vous formez une sacrée équipe tous les deux. Tu espères en secret qu'il reviendra te voir. Peut être que sa famille est dans les parages pour quelques temps. Mais ça voudrait dire que le monsieur pour qui travail ton ami est là aussi. Est-ce qu'il va revenir ? Est-ce qu'il va encore s'inter-

Tu t'arrêtes de penser immédiatement. Tyki vient de terminer de parler, et tu ouvres alors de grands yeux ronds.

« Tu as beaucoup d'imagination, Izû. Mais le seul fils que j'ai, c'est toi. Alors arrête de pleurer, d'accord ? »

Mais le seul fils que j'ai, c'est toi.

Si tu as depuis presque toujours considéré l'homme comme ton père, tu ne savais pas que lui te considérait comme un fils. Tu te pensais juste un ami. Un petit frère tout au plus. Tes larmes ne coulent plus, tu es beaucoup trop surpris pour ça. Tu sens une drôle de boule de chaleur s'étendre dans tout ton corps, et un sourire timide s'étend sur tes lèvres. Tyki lui est silencieux, mais tu ne t'en rends pas compte.
Il te repose sur le sol, et t’ébouriffe les cheveux. Ce geste t'a toujours réconforté. Tu aimerais en faire de même, mais ton ami est trop grand. Pourtant, tu sens au fond de toi qu'il pourrait en avoir besoin. Tu grimaces en l'entendant parler d'un bain. Tu n'en es pas très friand, mais tant pis.

« Je suis désolé pour tout le souci que j'ai pu te causer, Izû. J'ai été absent longtemps, et je n'ai pas d'excuses pour le fait de ne pas avoir donné de mes nouvelles. Pourras-tu pardonner ton idiot de père un jour ? »

« C'est moi qui suis désolé. C'était bête de te dire ça. Et de pas te faire confiance. Je .. Je te pardonne. Pa … Papa. »

Tu rougis un peu. Ça te fait réellement bizarre de le prononcer ce mot. Avant, il était associé à quelque chose de triste. Ces parents dont tu n'as aucun souvenir. Mais maintenant, ce sera mieux.


« Mais tu promets de donner des nouvelles si tu dois repartir, hein. J'ai pas très envie que tu repartes, mais tu es un peu obligé, non ? Et puis, tu pourras m'écrire. Je sais lire encore mieux, maintenant ! »

Tu lui annonces la nouvelle fièrement. Tu t'es beaucoup entraîné pendant son absence, espérant qu'il serait fière. Peut être même que tu peux lui demander de t'apprendre à écrire. Comme ça, tu pourrais lui répondre. Tu trouves que c'est une chouette idée et la mets de côté pour plus tard.

« On doit peut être repartir. Momo et Crack vont s’inquiéter s'ils me voient pas à la sortie de la mine ! Mais avant. Tu peux …. euh. Tu peux être plus bas, s'il te plaît ? »

Tu attends qu'il le fasse et lui ébouriffes les cheveux.


Spoiler:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Retrouvailles
Mer 27 Juil - 14:51
Quelque part, tu ne t'attendais pas à une « réponse » de la part du petit blond ; tout au plus, tu espérais son pardon. Mais lorsque, de sa bouche, le simple mot « papa » surgit, tu ne peux qu'écarquiller les yeux. C'est presque un choc pour toi qu'on t'appelle « papa ». Jamais tu aurais cru vivre ça un jour, jamais tu aurais pu l'espérer. Un sourire finit par fendre tes lèvres ; elle était donc cachée ici cette lueur d'espoir, de bonheur, d'avenir ? C'était la leçon à tirer visiblement ; Nina n'est plus là, mais tu n'es pas seul.

Et ça doit sûrement être aussi étrange pour lui de t'appeler « papa » que toi de l'entendre. Après tout, dans votre petit groupe, personne ne s'est jamais considéré comme le parent d'Izû. Il était comme un  ami, un frère, tout simplement. Ceci dit, rapidement, toi, tu as développé ce besoin de veiller sur lui, de lui faire des cadeaux… Il est devenu ton fils avant même que l'un de vous tous ne s'en rende compte. Ta main serre doucement la sienne ; ça te convient comme ça.

« Mais tu me promets de donner des nouvelles si tu dois repartir, hein. J'ai pas très envie que tu repartes, mais tu es un peu obligé, non ? Et puis, tu pourras m'écrire. Je sais lire encore mieux maintenant ! »

Tu le regardes, surpris par ses mots ; ainsi, il a poursuivi son apprentissage ? Tu esquisses un sourire, songeant au fait que Crack et Momo ont bien fait leur travail.

« Je suis très fier de toi, Izû. Il ne te reste plus qu'à écrire maintenant, pas vrai ? Comme ça tu pourras me répondre, qu'en penses-tu ? J'essaierais de t'apprendre le plus possible pendant que je suis là, tu es d'accord ? »

Son chagrin semble s'être évanoui, et tu ne peux qu'en être soulagé. Le voir pleurer à cause de toi, c'est franchement quelque chose de tuant. Tu aimerais tellement l'emmener avec toi ; il serait avec toi et en sécurité, mais tu ne peux pas le mêler à la guerre. Ou tu ne le veux pas, plus simplement. Ceci dit, l'ignorance ne le met pas davantage à l'abri. C'est un problème vraiment épineux auquel tu n'as toujours pas trouvé de solution.

« On doit peut-être repartir. Momo et Crack vont s'inquiéter s'ils me voient pas à la sortie de la mine ! Mais avant. Tu peux… euh. Tu peux être plus bas, s'il te plaît ? »

Tu hausses un sourcil, étonné par sa demande. Être plus bas ? Il veut que tu te baisses ? Tu ne comprends pas trop mais tu t'accroupis à côté de lui, sans le quitter des yeux. Cherche-t-il à grimper sur ton dos ? Non, il l'aurait demandé, comme il l'a toujours fait. Alors quoi ? Et là, sa petite main glisse dans tes cheveux et les ébouriffe.

Tu restes muet de surprise, clignant des yeux en te laissant faire. Il copie volontairement les gestes que tu fais pour l'apaiser afin de te réconforter toi ? Tes lèvres se dessinent en un sourire attendri tandis que ton bras enroule sa taille pour le ramener contre toi. La chaleur de son petit corps, de sa bonne âme s'insinue en toi ; chaleureuse, réconfortante présence.

« Tu es le fils que tout le monde rêve d'avoir, Izû. » Tu marques une pause avant de le libérer. « Alors rentrons. Tu pourras annoncer aux autres que je suis revenu et on pourra fêter ça, tu es partant ? » Tu te redresses, lui tendant ta main. « Que veux-tu manger ce soir ? C'est moi qui régale ! »

Une petite pause dans cette période tellement sombre de ton existence.



Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥️ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥️ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 227 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 900
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1150

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 800 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvailles
Ven 29 Juil - 22:18
Tu es émue lorsqu'il te prend de nouveau dans ses bras. Ça a marché. Et il en avait bel et bien besoin. Tu te demandes ce qui peut le rendre aussi triste, et si son autre travail a quelque chose à voir. Tu aimerais lui demander pour savoir et pour pouvoir faire quelque chose. Tu n'es qu'un petit garçon de 11 ans, mais il y a forcément quelque chose que tu es capable de faire.
Mais tu ne lui demandes pas. Tu ne veux pas qu'il soit triste alors qu'on dirait qu'il va mieux. Tu ne veux pas qu'il ait la tête ailleurs alors qu'il est avec toi. Peut être que c'est égoïste, mais tant pis. Tu en as bien le droit depuis tout ce temps.

« Tu es le fils que tout le monde rêve d'avoir, Izû. »


Tu rougis. Tu voudrais lui répondre que c'est parce qu'il est le père que tout enfant rêve d'avoir, mais tu sais qu'il le sait. Alors tu restes silencieux. Tu profites des quelques dernières secondes dans les bras de Tyki et recules lorsqu'il te libère. Même les meilleurs choses ont une fin.

« Alors rentrons. Tu pourras annoncer aux autres que je suis revenu et on pourra fêter ça, tu es partant ?
Oh oui ! »

Tu te dis que vous pourriez même en profitez pour jouer un tour à vos amis. Ou plutôt, leur faire une vraie surprise. Ce n'est pas si compliqué à organiser en plus. Il faut juste vous depêchez si tu veux tout préparer.

« Que veux-tu manger ce soir ? C'est moi qui régale ! »

Tu ris doucement devant l'enthousiasme du portugais. Tu cherches une idée, mais n'en trouves pas de si incroyable que ça. Quand on n'a pas connu les grands plats, c'est difficile de les désirer. Alors tu cherches dans ce qu'aiment les trois hommes et que vous pourriez difficilement vous offrir en temps normal.

« On pourrait manger du poisson. Avec de la crème comme on avait fait une fois ! Et puis avec on pourrait faire des patates. Et des légumes aussi, parce que sinon je vais pas grandir. Mais pas des poireaux s'il te plaît. »

Tu as horreur des poireaux, ce que Crack et Momo oublient en permanence. Surtout que c'est bon pour la santé, ils te le répètent tout le temps. Mais c'est un repas de fête ce soir. Alors ce sera sans poireaux. Tu réfléchis à un dessert quand tu te souviens d'un coup que tu avais de l'argent mis de côté pour offrir quelque chose à ton Papa. Tu pourrais lui payer un gâteau. Mais ça va être difficile de l'acheter si vous restez ensembles.

A moins.

« Dis Ty – Papa. On pourrait peut être faire une vraie surprise à Crack et Momo ! Tu les attends à la maison et je vais les chercher à la mine ! Comme ça en plus, tu peux faire les courses pendant ce temps là. »

Et toi aussi.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Retrouvailles
Lun 5 Sep - 20:47
« On pourrait manger du poisson. Avec de la crème comme on avait fait une fois ! Et puis avec on pourrait faire des patates. Et des légumes aussi, parce que sinon je vais pas grandir. Mais pas des poireaux s'il te plaît. »

Tu l'observes avec surprise ; son entrain est presque contagieux et t'arrache un sourire. Tu te rappelles la fois où l'un de vous avait eu le malheur de lui faire manger des poireaux pour la première fois. Grimace de dégoût mémorable. Dans le fond, tu n'en raffoles pas toi-même, alors ce n'est finalement pas bien grave, pas vrai ?

« Promis, pas de poireaux. »
« Dis Ty – Papa. On pourrait peut être faire une vraie surprise à Crack et Momo ! Tu les attends à la maison et je vais les chercher à la mine ! Comme ça en plus, tu peux faire les courses pendant ce temps là. »

Tu retiens un rire ; qu'est-ce que tu dois faire au juste ? Attendre à la maison ou faire les courses ? Sa précipitation n'a d'égale que son impatience. Et tant de précipitation est suspecte ; il manigance quelque chose, à tous les coups. Autant jouer le jeu, pas vrai ? Tu ébouriffes ses cheveux, le nom de « papa » résonnant encore à tes oreilles. C'est vraiment étrange à entendre, mais définitivement pas désagréable. Ceci dit, ça risque d'être certainement étrange pour Crack et Momo. Bah, peu importe.

Tu fouilles dans ta poche, en sortant un peu d'argent que tu mets dans la main du plus jeune, un sourire aux lèvres.

« Voilà ce que nous allons faire : je vais attendre à la maison et tu iras chercher Crack et Momo. Dis leur que vous avez un invité et qu'il faut faire les courses. Ils t'aideront à les porter et je me cacherai à la maison. Ça te va ? »

Il semble d'accord et tu hoches la tête, libérant sa main avant de te redresser.

« Il doit y avoir assez d'argent pour que tu puisses prendre un petit dessert aussi. Choisis ce qui te plaît, d'accord ? »

En t'entendant, tu te rends compte que, plus jamais tu ne pourras reprocher à Sheryl d'être complètement gâteux avec Road ; tu n'es pas mieux avec Izû. Tu pourrais faire n'importe quoi pour ce petit. Non. Pour ton fils. Tu te penches, venant embrasser son crâne avant de le tourner vers les mines, pressant une main dans son dos pour l'inviter à avancer.

« Fais bien attention à toi, mon fils. »

Et tu le regardes partir, ce sourire bienveillant fiché aux lèvres. Tu ne pensais pas que le petit blond aurait eu cet effet sur ton moral. Si tel aurait été le cas, tu serais venu plus vite. Lorsque l'enfant disparaît à l'horizon, tu tournes les talons, empruntant le chemin conduisant au sentier faisant le tour du coin. Le chemin mène également aux mines mais est plus long, alors mieux vaut pour toi arriver après le départ de tes trois compères, sinon la surprise tombera à l'eau.

En marchant, tu accordes un petit coup d'oeil à ta tenue ; Crack et Momo vont se moquer de toi. Même débraillé, tu restes mieux habillé que d'habitude. D'autant que tu n'as pas des lunettes. En y repensant, tu te demandes bien où elles sont passées celles-ci. Bah, certainement Sheryl qui les a jeté à la poubelle. Celui-là et ses manies hein… Tant pis.

Au bout d'une vingtaine de minutes, après avoir bien traîné des pieds, tu regagnes la petite maison occupée par tes amis. Rien a changé ; un foyer plus que modeste, voir même vétuste. Mais cet inconfort te plaît, d'une certaine manière. Bien entendu, offrir un véritable toit à Izû et un vrai boulot à Crack et Momo est quelque chose de bien envieux. Le problème est que tu ne peux rien leur proposer. Tu joues la carte du Marquis, dans la vie mondaine. Tu ne peux pas faire avaler ça aux deux plus vieux. Ainsi, tu ne peux pas t'arranger pour qu'ils aient un travail dans le manoir de Sheryl. Et puis… ce serait réellement trop risqué, avec les Akumas qui traînent là-dedans. Et même s'ils ne se faisaient pas tuer, ils finiraient par apprendre ta véritable nature par mégarde.

Et ce serait la fin.
Pour toi comme pour eux.
Et tu le refuses purement et simplement.

Tu pousses un soupir, retirant ta veste avant de te vautrer sur une chaise ; au revoir les codes de bonne conduite de l'aristocratie. Et tu attends, fermant les yeux. Cette soirée s'annonce décontractante, et dieu seul sait comme tu en as cruellement besoin. Plus tard, tu entends du bruit et tu te redresses, fixant la porte. Tu entends la voix d'Izû et tu esquisses un sourire. La porte s'ouvre sur le trio et, lorsque les yeux des deux adultes croisent les tiens, tu tires la langue avant d'afficher un sourire goguenard.

« Bah quoi, on dirait que vous avez vu un revenant les gars ! »

La stupéfaction se lit sur leurs visages et, après un moment, le groupe se retrouve dans la joie et les rires. L'émotion aussi. Crack te vanne, suivi par Momo et les deux hommes t'assomment alors de questions. Tu réponds évasivement, un discours tout prêt en tête. Naturellement, Crack va ébouriffer les cheveux d'Izû pour le « remercier » pour cette surprise, Momo s'occupant de sortir une bouteille d'alcool d'on ne sait où.

Après le dîner, bien saoûls, Crack et Momo s'amusent à chanter, à moitié avachis sur la table. Tu les regardes, amusé et le coeur léger, puis ton regard se pose sur Izû. D'un petit geste de la tête, tu l'invites à te suivre dehors.

« Une petite promenade, juste toi et moi pendant que Crack et Momo se remettent enfin de leur émotion ? »



Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥️ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥️ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 227 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 900
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1150

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 800 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvailles
Mer 14 Sep - 17:31
Tyki sourit et vient ébouriffer tes cheveux, te faisant sourire à ton tour. Cela t'avait tellement manqué. Perdu dans tes pensées, cherchant le meilleur gâteau pour lui offrir, tu ne fais pas attention à ce qu'il fait. Il faut que cette soirée soit parfaite, et ton petit esprit court dans tous les sens, papillonnant d'un détail à un autre.

Tu sursautes légèrement lorsqu'il dépose des pièces dans ta main. Durant une poignée de secondes, tu redoutes qu'il ait découvert ton idée et te donne de quoi payer le dessert. Ce serait tellement dommage. Tu commences alors à préparer ta phrase, à lui dire de garder son argent, que tu ne prépares rien de spécial. Ce qui n'est pas du tout suspect. Mais ça, tu ne t'en rends pas compte Izû.

Sauf qu'il n'en est rien. Ton Papa a juste une autre idée, qui te plaît bien plus. Comme ça, tu es certain de ne pas le croiser pendant que tu fais tes achats. Et puis, tu pourras voir la surprise sur les visages de tes compagnons. Oh que tu as hâte Izû. Ils vont être si contents !
Tu hoches la tête pour lui dire que tu es d'accord et mets l'argent dans ta poche.

« Il doit y avoir assez d'argent pour que tu puisses prendre un petit dessert aussi. Choisis ce qui te plaît, d'accord ? »  

Tu retiens de justesse une réponse et te contentes d'hocher de nouveau la tête. Il est hors de question qu'il paie le dessert. C'est ton cadeau, un point c'est tout. Cadeau au quel tu penses depuis longtemps déjà. Car cet argent, tu l'as gagné lorsque la femme qui ne parlait pas comme toi est venu vous voir. La jeune femme qui portait une robe blanche et a mis en colère Tyki.

Il te pousse doucement, te faisant comprendre qu'il est temps de te mettre en route. Et il n'a pas tort. Si tu arrives en retard, Crack et Momo risquent d'être inquiets. Ou de se poser des questions. Et l'un comme l'autre, ce n'est pas souhaitable.

« Fais bien attention à toi, mon fils.
Ne t'inquiète pas, Papa. »

Et tu pars en direction des mines, le cœur bien léger alors que fils résonne dans ta tête. Cette journée ne pouvait être plus belle, plus parfaite. Tu sautilles doucement, faisant attention à ne pas trop en faire. Tu es fragile Izû, et si parfois tu l'oublies il n'en est rien aujourd'hui. Et puis, tes amis ne doivent se douter de rien.


Tu arrives pile à l'heure pour les voir sortir, et leurs adresses de grands signes. Ils t'embrassent et te demandent comme s'est passé ta journée. Tu leurs racontes alors en détail, sur ta rencontre avec Lucas et les jeux dans la forêt. Ils froncent les sourcils, inquiets que tu te sois autant éloigné du village, mais ne disent rien. Tu commences ensuite à mentir, disant que les parents de Lucas désiraient vraiment les rencontrer et que tu les avais invités à manger. Tu les rassures en disant que tu as de quoi payer les courses et que dans les faits, tu as juste besoin qu'ils portent les sacs. Ils rient aux éclats et acceptent.

Vous voilà, courant de commerce en commerce, faisant vos achats. Tu évites soigneusement les poireaux sur leur étale et prends plutôt des courgettes. Tu choisis ensuite le poisson et les pommes de terres, avant de prendre quelques herbes aromatiques sur le conseil du vendeur. Il ne reste que le gâteau, et tu restes plusieurs longues minutes avant de te décider. Tu as pris celui avec le plus de chocolat et de crème.

Vous arrivez près de la main, parlant de tout et de rien. Ils te racontent leur journée à la mine et te posent des questions sur Lucas et sa famille. Mentir n'est pas si simple, alors tu essaies de rester évasif.

Puis la porte s'ouvre et Tyki apparaît. Tu arbores un sourire fière alors que vos amis n'en reviennent pas. Ils sont si surpris que tu finis par en rire – hilarité amplifiée par la remarque de ton Papa. L'émotion est palpable et te fait quelque chose à l'intérieur. Tout est redevenu comme avant. Et ça te plaît énormément. Crack te remercie et tu réponds par un rire léger. C'est du bien d'être de retour à la maison.

Le repas se passe comme ils se sont toujours tous passés. Les hommes parlent et tu écoutes. Vous mangez avec appétit, et tu es content de voir que le dessert plaît. Satisfaction feinte ou non, tu n'en as aucune idée et ne cherches pas à le savoir. Le bonheur flotte dans l'air et une telle ambiance te met du baume au cœur. Tu en avais besoin, Izû.

Crak et Momo sont à moitié endormis sur la table alors tu bailles discrètement. La journée a été forte en émotions et aventures et le sommeil te fait de l’œil. Mais tu luttes avec toutes tes petites forces. Tu ne veux pas céder. Tu as bien trop peur que Tyki soit parti à ton réveil.

Ce dernier t'adresse un signe de tête invitant à sortir. C'est une bonne idée, ça te permettra de garder les idées claires. Tu devrais faire attention à ne pas trop forcer, Izû. Tu n'es qu'un enfant, et les enfants doivent dormir la nuit.

« Une petite promenade, juste toi et moi ? Pendant que Crack et Momo se remettent enfin de leurs émotions.
Oui ! Je dois juste prendre ma veste avant. »

Les nuits ne sont pas si fraîches, mais on ne sait jamais. Et puis, c'est l'occasion de quitter la pièce quelques secondes. Tu as un peu peur de ce qu'il peut bien vouloir te dire. Et tu ne veux pas qu'il le voit. Alors, être seul une poignée de minutes, c'est le meilleur moyen de lui cacher.
Tu cours jusque ta chambre et enfiles un pull avant de revenir dans la pièce principal. Tes yeux te piquent et tu retiens un énième bâillement. À petits pas tu avances jusque ton Papa et attrapes sa main.

« C'est bon, merci d'avoir attendu. »

Merci de ne pas être juste un rêve éveillé.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Retrouvailles
Ven 16 Sep - 0:18
Tu attends patiemment et, lorsqu'Izû arrive, bien couvert, tu affiches un sourire. Bientôt, sa main trouve la tienne et tu la serres tendrement dans la tienne. La nuit est un peu fraîche mais pas non glaciale ; malgré ça, Izû est forcé de se couvrir du fait de sa santé fragile. Pauvre enfant, condamné si jeune à une vie certainement bien courte. Tu pousses un discret soupir agacé, te disant que tu préférerais cent fois mieux que cet enfant puisse courir à en perdre haleine, sans contrainte, sans chaîne. Qu'est-ce que ce petit a bien pu faire pour mériter ça ?

Bah, se questionner là-dessus pendant des heures ne résoudrait jamais cette épineuse question. L'essentiel c'est ce moment qui n'appartient qu'à vous deux.

Tu conduis le blond vers un petit coin tranquille offrant une remarquable vue sur une partie du village. Là, un arbre trône et il ne va pas sans te rappeler celui sous lequel Nína et toi vous êtes embrassés. Ne pas repenser à elle, pas ici, pas maintenant. Tu prends alors place au pied de ce géant feuillu, écartant les bras pour qu'Izû vienne s'installer, bien au chaud contre toi. Tes bras se referment sur ce petit corps tellement fragile. Et Dieu seul sait à quel point tu donnerais ta vie pour le protéger.

Le silence règne, uniquement troublée par la musique des insectes de la nuit et autres animaux se promenant dans le coin. La joue calée contre la tête blonde de ton désormais fils, tu te laisses balancer de droite à gauche, lentement. Izû est encore jeune et a besoin de dormir tôt, mais tu crains que toute cette agitation ne l'empêche de fermer l'oeil. Alors tu le berces, à ta manière.

« Le gâteau était délicieux, Izû. Je te remercie pour ce cadeau. »

Tu affiches un sourire, écartant légèrement la tête pour croiser son regard ; et malgré l'obscurité, tu devines presque quelques rougeurs sur ses joues. A moins que tes yeux ne te jouent un tour. Tes lèvres viennent trouver son front.

« Ne sois pas surpris, j'ai simplement compté l'argent. Il en restait bien trop pour tout ce que tu as ramené. J'en conclus que tu as payé le gâteau par tes propres moyens, pas vrai ? »

N'est-ce pas le rôle d'un père de savoir pressentir ce genre de petites choses chez son enfant ? Ta main vient ébouriffer ses cheveux.

« Ça m'a fait très plaisir. Mais ne dépense pas l'argent que tu gagnes à chaque fois pour moi, promis ? »

Parce que, dans le fond, tu doutes sincèrement que Sheryl te laisse vivre sans le sou infiniment. C'est déjà un exploit qu'il ne se soit jamais pointé pour te ramener par la peau des fesses en aspergeant dieu seul sait quel savon sur tes camarades. L'idée est stupide mais plutôt amusante, dans le fond. Lui qui n'arrive même pas à envisager une partie de pêche entre Wisely et toi…

Après quelques paroles échangées, le silence reprend ses droits pendant quelques minutes. Tu continues à te balancer pour essayer de calmer ce fils que tu devines encore excité par ton retour. Et peut-être craint-il de s'endormir et de ne pas te voir à son réveil. Tu te pinces la lèvre ; tu n'as pas vraiment prévu de rester. Après tout, à aucun moment tu n'as pensé croiser Lucas ici, et Izû non plus. Ta main se perd alors dans son dos, venant le frictionner doucement.

« Je vais rester un peu avec vous. » Tu hésites puis inspires finalement un bon coup avant de reprendre. « Mais je ne pourrais pas le faire bien longtemps… J'ai encore du travail qui m'attend. Tu comprends, Izû ? »



Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥️ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥️ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 227 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 900
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1150

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 800 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvailles
Dim 18 Sep - 21:09
Vous vous mettez en route, doucement. Tu peux voir que quelque chose le tracasse, mais n'as aucune idée de ce que ça peut bien être. Alors tu préfères rester silencieux. La nuit n'est pas très fraîche et pourtant tu ne regrettes pas de t'être couvert. Parfois, tu aimerais être moins fragile. Mais bon, il faut bien faire avec.

Vous arrivez près d'un arbre immense et il n'est pas sans te rappeler celui que tu as grimpé cet après-midi. Tes pensées se dirigent vers Lucas et tu te demandes s'il est rentré dans sa famille et s'il s'est fait gronder pour être parti. Tu espères que non, ce serait nul. Et puis, s'il s'est fait gronder, alors il ne reviendra pas te voir. Et ça, ce serait vraiment triste. D'un mouvement brusque de tête, tu laisses toute cette histoire derrière toi et te concentres sur Tyki. Toutes les minutes que vous passez ensembles sont précieuses, tu ne peux pas les gâcher en pensant à autre chose.

Il ouvre grand ses bras et tu te blottis contre lui. Ça t'avait tellement manqué. Contre lui, tu peux entendre le battement de son cœur, et ce simple bruit t'apaise. Tu bailles alors, aussi discrètement que possible. Vous restez silencieux l'un comme l'autre, écoutant la nature qui vous entoure. C'est l'avantage de vivre dans un village. Il n'y a pas de voiture pour couvrir le bruit des insectes. Pas de lampadaires pour empêcher de voir les étoiles. D'un coup il bouge, et tu lèves les yeux vers lui, curieux.

« Le gâteau était délicieux, Izû. Je te remercie pour ce cadeau. »

Tu rougis, alors qu'un immense sourire traverse ton visage de part en part. C'est vraiment super que ton cadeau lui ait plu et une phrase aussi simple que celle qu'il vient de prononcer te remplit de joie.
A sa remarque, tu ne fais que hausser les épaules. Si tu lui réponds, il faudra que tu expliques d'où vient cet argent. Et il est évident que ton Papa n'aime pas que tu travailles et encore moins si c'est dangereux. Alors il vaut mieux ne pas lui dire. Il t’ébouriffe les cheveux, et tu ris tout doucement. Tu aimerais tellement qu'un moment comme celui-là dure pour toujours.

« Ça m'a fait très plaisir. Mais ne dépense pas l'argent que tu gagnes à chaque fois pour moi, promis ? »

Tu détournes le regard, gêné. Tu refuses de faire une telle promesse. Il te fait tant de cadeaux, un simple gâteau n'est rien à côté. Et si ça lui fait plaisir, pourquoi te retenir ? Lui aussi a le droit d'être heureux. Lui aussi a le droit de recevoir. Tu fronces tes petits sourcils durant quelques secondes, perplexe, avant de retrouver ta moue habituelle. Sa voix te berce et tu as de plus en plus de mal à garder les yeux ouverts.

Tu continues de lutter contre le sommeil, alors que vous parlez de tout et de rien. Mais il te faut de plus en plus de temps pour répondre et ta voix est de plus en plus basse. Tu t'endors petit à petit. D'ailleurs, tu finis même par fermer les yeux. Mais tu ne sombres pas. Pas tout de suite. Tu peux entendre ses derniers mots et un sourire s'installe sur ton visage. Doucement, tu enlèves ton masque, gêné par ce dernier et tu lui réponds.

« Je comprends. Ça rend un peu triste, mais je sais que tu ne nous oublieras pas. Je te fais confiance, Papa. Alors ne t'inquiète pas. Par contre, faut pas attendre aussi longtemps avant de revenir, d'accord ? »

Tu rouvres les yeux et essaies de le gronder avec ton regard. Mais le sommeil atténues tout ça. Alors tu les refermes, bailles et te blottis un peu plus contre lui.

« Je t'aime Papa. »

Et finalement, tu t'endors.


HRP:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Retrouvailles
Mer 21 Sep - 1:42
Il ne tarde pas à s'endormir dans tes bras après t'avoir dit qu'il comprenait. Ça te fait sourire, quelque part. Si seulement il pouvait comprendre ce qu'il se passe dans l'ombre… Mais tu refuses qu'il soit mêlé à tout ceci un jour. Malheureusement, le risque zéro n'existe pas ; un groupe d'Akumas pourrait très bien venir ici du jour au lendemain, en ton absence. C'est tellement compliqué.

Tu te lèves alors, soulevant ce petit corps blotti contre toi ; il n'aura pas tardé à s'endormir. La journée a du être riche en émotions, et il est encore jeune. Toi, tu as passé assez de nuits blanches pour, maintenant, savoir à quel point il est important de dormir. Se réveiller après une perte de connaissance n'est pas quelque chose de souhaitable, même pour un Noé.

Tu ramènes donc Izû à l'intérieur, allant le coucher dans son lit juste avant de le recouvrir avec ses draps. Ta main vient caresser ses cheveux tandis que tu l'observes un moment, silencieux. Est-ce réellement une bonne idée que de le traiter comme un fils ? Quel père partirait loin de son enfant, si longtemps ? Tu soupires ; tu feras un très médiocre père. Tu t'excuses silencieusement avant d'embrasser le front du petit, quittant ensuite sa couche pour aller allonger tes deux compères ; il ne faudrait pas qu'ils t'accusent de leur mal de dos le lendemain.

Ton attention te surprend ; à l'époque, même ivres, vous restiez vautrés sur la table ou à même le sol, sans vous soucier du reste. Bah… les temps changent. Tu éteins la petite lampe à pétrole sur la table avant de retourner t'allonger près d'Izû ; quelque part, ça t'apaise de dormir près de lui. Tu ne parviens pas à te l'expliquer, c'est ainsi.

Le sommeil ne vient pas tout de suite mais, durant le sien, Izû se blottit contre toi et, malgré ses yeux clos et son masque, tu le sens apaisé, serein. Est-il heureux ? Tu ne sais pas. Calant un bras protecteur autour de lui, tu finis par t'endormir ainsi ; tel un père avec son fils.

La Guerre attendra.

hrp:
 



Entre Noir et Blanc ▲

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Inconnu
Aime:
N'aime pas: avatar
Tyki MikkEntre Noir et Blanc ▲
all heil nína ♥️ avatar & kit

tyna ftw


Chibis de Nina ♥️ Merci !
( ég elska þig - N. ♥ )

▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 227 ▐ Autres Comptes : Sofia, Emy, Percy, Oreste
Féminin
▐ RPG Age : 26 ans
▐ Personnalité : Black & White
▐ Parcours RP : Points de départ △ 100
Points RP △ 900
Points HRP △ 150 [anniversaire x3]
Points dépensés △ 0
Total des points △ 1150

Rang actuel △ C
Rang B dans 2/5 combats.
Rang A dans 800 points et 7/7 combats.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Retrouvailles
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Retrouvailles
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arios et Chaos - les retrouvailles
» 2x03 - School Reunion (L'École des retrouvailles)
» Retrouvailles
» Retrouvailles familiales
» Retrouvailles

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Autres pays-
Sauter vers: