Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. DEMON WARS
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Jeu 16 Juin - 23:12
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

Un soupir. Un second. Un troisième et je me retourne sur le dos, admirant le plafond en bois du salon. Depuis combien de temps je n'étais pas sorti du manoir ? Beaucoup trop longtemps. Ça faisait bien deux semaines que mon combat avec une exorciste en plein milieu de ma boutique m'avait forcé à rester à l'écart de celle-ci pour ne pas me retrouver face à une équipe de l'ordre noir qui m'attendrait avec une corbeille de fruits prête à me tuer. Dans mon ordre de priorités la survie est loin devant l'ennui, même si celui-ci risque fortement de me tuer à son tour. J'ai déjà pris le temps de nettoyer l'intégralité de la maison, retrouvant par la même occasion des affaires à Camelia qu'il aurait aimé que je ne découvre jamais selon moi. Je m'étais alors attelé à m'occuper du jardin à l'abandon depuis la mort du propriétaire des lieux et il s'avère que les rosiers survivent bien mieux à l'abandon que ce que j'aurais imaginé.

Me voilà à présent allonger sur le canapé depuis une heure en espérant trouver quelque chose à faire pour briser l'ennui qui me pousse presque à vouloir aller me recoucher pour attendre la semaine prochaine quand j'aurais enfin de nouveau du travail. En attendant je me contente de soupirer, me retournant toutes les dix minutes en espérant qu'il se passe quelque chose dans ce manoir vide et qui me semble aujourd'hui bien trop grand. Je m'apprêtais à changer de nouveau de position lorsque je sentais la douceur de la feutrine glisser contre ma main et qu'un sifflement parvint à mes oreilles. Camelia.

« Qu'est-ce que tu fous encore sur ce canapé ? Tu n'as rien de mieux à faire ?
- Et toi alors ? Qu'est-ce que tu fous encore à me surveiller ?
- Moi je suis une peluche, s'pas comme si j'avais une vie à côté. »

Un nouveau soupire passe mes lèvres alors que j'attrape le verre laissé sur la table en me redressant pour m'asseoir.

« Tu devrais, trouver une femelle serpent en mousse et faire des bébés serpents en mousse.
- Tu te sentirais trop seul sans moi. »

Je pose alors ma main sur le haut du crâne de l'animal doué de parole par simple magie pour le caresser avant de finir mon verre de vin d'une seule gorgée.

« Tsss ! Il vaut cher ce vin, tu pourrais au moins l'apprécier. »

Souhaitant par-dessus tout l'enquiquiner, j'attrape alors la bouteille pour commencer à la boire directement au goulot, je l'entends alors siffler avant qu'il ne grimpe lentement sur mon corps et avant qu'il n'atteigne ma gorge pour tenter de m'étrangler comme il le fait à chaque fois que je l'enquiquine, je repose la bouteille et l'attrape par le bout de la queue pour le reposer sur le canapé alors que je me relève les joues rougies et les yeux plissés.

« C'est pas comme si tu pouvais en boire et puis faut bien que je vide cette cave avant que tous ces bons crus finissent en vinaigre. »

Et alors que j'allais commencer un magnifique monologue sur l'inutilité profonde d'amasser un tas de trucs inutiles, j'entendis la cloche de la porte d'entrée. Mes yeux se posèrent alors sur la peluche face à moi comme pour lui demander s'il attendait quelqu'un. Question idiote.

« Bon va ouvrir, s'pas comme si je pouvais le faire et puis c'est très certainement pas pour moi. »

Je soupire avant de poser la bouteille à moitié vide sur la table avant de m'avancer, frottant mes yeux, en direction de la porte d'entrée. Qui peut venir me déranger en plein après-midi ? Surtout alors que tout le monde pense que ce manoir est totalement vide et cela depuis bien longtemps et peut-être même hanté. Je tourne alors le verrou qui retient la porte, pousse un dernier soupir et prépare mon italien le plus parfait.

« Oui s'pourquoi ? »

Je me fige. Mon yeux s'écarquille alors que je reconnais la femme devant moi. Iris. Je n'ai jamais oublié son prénom bien que je pense qu'il ne soit pas vraiment le sien. Je me frotte alors les yeux, pensant un instant que l'alcool est la cause de cette hallucination, mais non, elle se tient bien là, face  à moi. Je cligne des yeux, mon esprit embué par le vin que j'avais avalé avant de murmurer dans un sourire charmeur un doux :

« Mademoiselle Iris, quel plaisir de vous revoir. »



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Ven 17 Juin - 17:33

Retrouvailles


"Qui a raté ses adieux ne peut attendre grand-chose de ses retrouvailles."


Est-ce que c'était une bonne idée ? Franchement, je n'en sais absolument rien ! Je me suis laissée porter par la farce que j'avais monté en place avec Percy, et voilà que je me retrouvais à aller faire du porte-à-porte chez l'un des maîtres Noés ! Non pas que ça me déplaise, mais si ça se trouve, la Miss bisou-bisou va juste se faire tuer sous mon nez, et puis voilà. Ça serait embêtant après tout ce qu'on a fait pour en arriver là mais.. je suis confiante ! Je me souviens bien qu'ils avaient passé du temps ensembles ces deux-là au bal de Charité ; alors à moins que tout cela n'ait été qu'un jeu d'acteur, je ne me pense pas m'être trompée en la ramenant à lui. De toutes manières, c'est soit ça, soit la voir crever des mains du Grand Méchant Loup, ahah ! Oh, j'aurai pas aimé voir ça !


Allez savoir ce qui était passé par la tête de cet oisillon lorsqu'il s'était décidé à se lancer dans cette drôle d'aventure ; sans doute beaucoup de choses. Tout lui était monté d'un coup à l'esprit, dés qu'il avait vu le corps sans vie de cette inconnue aux boucles blondes. Rayn, il l'avait connue, il l'avait rencontré plus d'une fois ; il était évident que le semi-akuma s'était lamentablement trompé sur sa cible. Dommage, cette jeune femme était jolie, elle avait même sans doute un fiancé qui l'attendait quelque part, et qui allait penser qu'elle l'avait quitté pour un autre ; car oui, Elliot ne le laisserait pas, ne l'avait pas laissé retrouver son corps. Il s'était amusé, avant monté un plan dans sa petite tête d'oiseau, un plan qui ferait passer ce cadavre pour celui qu'il aurait du être aux yeux de ses proches. Et pour ce faire, quoi de mieux qu'un membre de la famille capable de bercer ses victimes dans des illusions ? Tout avait été parfait ! Il les avait vu pleurer la perte de la blonde, se crier dessus, et même lui offrir une sépulture ! Oh, si Ilias avait vu ce coup-monté, sans doute aurait-il été fier de lui.

Mais tout ne s'était pas arrêté là ! L'Oiseau en Cage ne s'arrêtait jamais en si bon chemin. Pour que son plan soit complet, et que la Lumière soit dispersée, Christopher s'était mit en tête de retrouver la vraie blondinette, celle qui aurait du se retrouver avec du plomb dans la tête, et les pieds en avant dans son cercueil. Il mit quelques jours pour ce faire, mais il finit par la retrouver ; et par, bien sûr, tout lui expliquer. Ce n'était plus prudent pour elle de rester ici, et sur ces mots, il aurait presque été prêt à reprendre son envol... si la galloise ne lui avait pas fait une demande bien étrange. La ramener à un maître Noé ? Quelle proposition insensée ! Sans doute ne voudrait-il même pas la recevoir, ni même lui adresser la parole ; mais en échanges de quelques livres, l'enfant-machine se laissa convaincre.

Ou peut-être avait-il tout simplement eu pitié d'elle.

Ils se mirent alors en route, voyageant des heures durant en train, ainsi qu'en calèche et même à pied par moment. Durant tout ce temps, l'américain se chargea de faire la discussion, et ce, même lorsque la bookwoman montrait des signes de fatigue ; ne se taisant en faisant la moue que les rares moments où elle finissait par s'assoupir. Le voyage fut long, sans doute épuisant pour la jeune humaine, mais Elliot, lui, était plus motivé que jamais ; comme un enfant s’apprêtant à partir en vacances. Et quelles vacances ! Leurs pas les avait en effet emmenés jusqu'à la demeure du Jeu, un manoir sans doute encore plus grand que la maison des Brooks. Oh, il aurait tellement aimé le visiter ! Mais en attendant, il fallait espérer pour que le maître des lieux veuille bien les acceuilir chez lui ; et non pas les réduire en poussière. Christopher gardait un bon souvenir de ce maître Noé là mais.. on ne savait jamais.

L'enfant-machine finit alors par oser toquer à la porte, son petit cœur mort battant presque à tout rompre dans sa poitrine. Mais il n'y eut aucune réponse.

" Il est peut-être pas là en fait. On aurait du appeler avant. "

Cela sonnait presque comme évidence maintenant qu'ils se trouvaient devant la porte du manoir après avoir fait des heures de voyage. Heureusement, du bruit commença à se faire entendre dans la bâtisse ; et la porte, elle, par s'ouvrir enfin, et le Noé, lui, par apparaitre non sans un air surprit.

" Mademoiselle Iris, quel plaisir de vous revoir. " souffla-t-il.

Suite à cette salutation, les joues du petit Akuma rosirent sans doute un peu de gêne ; était-il trop petit pour qu'on le remarque et le salue aussi, ou bien le descendant de Noé avait décidé de l'ignorer ? Allez savoir. Dans tous les cas, il resta silencieux sur le coup, laissant libre choix à la donzelle de le saluer en retour ; ou non.

" Maître Ludrick. " le salua-t-il tout en s’inclinant du mieux qu'il pouvait, allant même jusqu'à retirer sa casquette de laquelle le pauvre Cody fut délogé, " J'espère que notre visite impromptue ne vous importune guère. "

Hésitant, il se permet alors de lever un peu les yeux vers son interlocuteur avant de se redresser légèrement ; pas totalement, toujours en signe de respect, tandis que son compagnon à plumes se posait sur son épaule.

" Mais mademoiselle Iris a besoin de votre aide. "

Rayn, Iris, miss roman bisou-bisou ou qui qu'elle soit réellement.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Ven 17 Juin - 23:28


PUT ME OUT OF MY MISERY


La blonde ne pouvait pas se mentir : elle était épuisée. Moralement et physiquement. C’était comme si le monde entier s’amusait à lui souffler à l’oreille qu’elle ne pourrait jamais se reposer, jamais mener le chemin paisible des bookmen qu’elle souhaitait tant poursuivre. Parce qu’elle en avait envie ? Parce que c’était son devoir ? Pour lui prouver qu’il avait tort à son sujet ? Elle ne le savait même plus. Milo avait disparu – soulignant son incroyable don pour l’enseignement, vraiment elle était une référence dans le domaine ! AH ! quel connerie Elias avait fait – les attaques d’akuma s’étaient intensifiées dans sa zone d’observation, l’obligeant à partir rapidement pour ne pas être prise entre deux feux et Elias … Elias devait la considérer comme morte aujourd’hui. Elle lui avait soufflé, craché même, qu’elle aurait souhaité qu’il ne la sauve jamais, d’être morte ce jour-là. C’était chose faite désormais : pour son ancien mentor, la petite blonde était morte. Intérieurement, elle remercia ce semi-akuma.

C’en était presque ironique.

Elle n’avait voulu que dormir ce soir-là, se reposer, fermer les yeux et qu’on la laisse s’évader dans ses rêves les plus doux, mais le destin en avait décidé autrement. Elliot en avait décidé autrement. Revoir le petit akuma avait été une véritable surprise et s’était sans le moindre tact qu’elle l’appela tête de piaf à son arrivée. Ce morveux démoniaque. Le moineau avait élaboré un plan pour s’amuser, un plan pour passer le temps … Un sinistre plan qui la désignait comme morte aux yeux des personnes qu’elle avait un jour chéri : un Semi-Akuma s’était mis en tête de la retrouver. Pourquoi ? Elle n’en savait rien, vraiment rien. Tout ce qu’elle pouvait supposer, c’était qu’il lui en voulait pour une raison qui serait potentiellement liée à Elias. Et cet homme … Cet homme au teint basané avait tué une fille blonde, par erreur, la prenant pour elle. Une fille était passée de vie à trépas sans avoir eu la moindre chance de survie. Mais il s’était trompée … Peut-être cesserait il de la traquer ? Mais au fond d’elle-même, la blonde ne souhaitait pas tenter sa chance. D’un coup de ciseau, la jeune femme attaqua ses cheveux pour en supprimer la frange avant de demander au garçonnet de l’aider. Elle ignorait encore ce qu’elle désirait concrètement si ce n’était fuir. Elle devait trouver un lieu sûr, un lieu où il serait impossible de la trouver. Comment en est-elle venue à penser à ce Noé qu’elle avait rencontré au bal de Charité qui avait vu William mourir ? Elle n’en avait aucune idée. Mais il était apparu.

C’était un Noé, un seigneur parmi un clan composé de créatures toutes plus inhumaines les unes que les autres. Peut-être possédait-il assez de pouvoir pour tenir le semi loin d’elle ? Peut-être que leur jeu lui avait permis d’amuser suffisamment le jeune homme pour qu’il accepte de prendre sous son aile la bookwoman ? La négociation avec Elliot fut longue, rude, et pénible … Mais elle obtenue gain de causes en renonçant à la moitié de ses meilleurs ouvrages de romances. Une immense perte qui lui tira une petite larme à l’œil : la blonde était persuadée qu’Elliot serait incapable de comprendre les subtilités de la romance entre Marie-Jeanne et Armand. Impossible. Si ça se trouve, ce freluquet oserait même jeter les précieux ouvrages sous ses yeux pour la narguer … mais qu’importe, la blonde se jura mentalement de se racheter l’intégralité de cette saga romanesque des plus exquises et de dévorer à nouveau ces ouvrages. Pour la septième fois.

Le trajet avait été long, très long. Marcher, train, calèche … Et Elliot qui ne cessait de parler encore encore et encore jusqu’à ce que la pauvre s’endorme d’épuisement. Fort heureusement, elle prie le temps, une après-midi, d’arranger chez cheveux chez un spécialiste avant de reprendre sa route. L’Italie. Qui aurait cru que ses pas la mèneraient en Italie.  Le Noé dont elle avait souvenir s’était présenté sous le nom d’Adriel, un prénom qui ne sonnait absolument pas Italien ; même dans ses manières, sa gestuelle, la petite bookwoman n’aurait pas parié sur un Italien.

Le clan Noé possédait bien des secrets.

La blonde retint un hoquet de surprise et un mouvement de recul en pénétrant dans la propriété d’un manoir. Elle se doutait que le jeune homme devait appartenir aux hémisphères de la haute, mais de là à posséder un manoir. Devant l’immense porte de bois – mon dieu, elle se sentait excessivement minuscule à cet instant précis – le garçon de métal se mit à frapper à la porte avec une certaine tension, la blonde elle, était bien trop occupée à se demander comment il était possible de tenir propre un tel endroit pour dire quoique ce soit. « Il est peut-être pas là en fait. » La bookwoman posa son regard sur le petit blond. « On aurait dut appeler avant. » La jeune fille sentit ses doigts se crisper et elle ressentit une soudaine envie d’attraper la tête de l’enfant pour lui frotter les cheveux à l’aide de ses articulations de doigt. Au moment où elle s’apprêtait à le faire, la porte d’ouvrit soudainement et un homme parla en Italien.

Et là, ce fut le drame. Presque immédiatement, la jeune femme ne put retenir une grimace de dépit en observant l’homme qui se trouvait devant elle. Un air qui se voulait charmeur, une odeur d’alcool … Deux secondes, il habitait un manoir, pourquoi c’était LUI qui ouvrait cette foutue porte ? « Mademoiselle Iris, quel plaisir de vous revoir. » Le plaisir n’était pas partagé. Vraiment. On aurait dit le début d’une très très mauvaise blague.

Mais le petit Akuma prit la parole, choquant définitivement la jeune demoiselle pour la soirée : il était poli. Courtois, poli, respectueux et … mon dieu, mais est-ce que l’on avait échangé son insupportable garnement avec ce garçon bien élevé pendant qu’elle se demandait s’il s’agissait là d’une plaisanterie de piètre qualité ? Mais le garçon la ramena à la réalité. Oui en effet, elle avait besoin d’aide, de protection. Iris. C’était le don qu’elle avait utilisé pour se présenter. C’était un nom qui lui plaisait, qu’elle aurait voulu conserver … mais comme tel, cela semblait trop dangereux pour sa propre sécurité. La blonde ferma les yeux, un instant. Réfléchissant. Elle n’était pas Rayn, cela aurait été trop dangereux d’être Rayn. « Ophelia. Ophelia Irisfield. Appelez-moi comme ça pour le moment. » Même si elle se doutait que dès que le Noé aurait le dos tourné, Elliot prendrait grand plaisir à l’appeler miss bisou bisou à nouveau. Ophelia s’avança, déterminé. « Il y a énormément de choses dont il faudrait que je vous parle. Mais avant tout, il est très important pour moi de savoir ce qu’il est. Acceptez-vous de m’aider ou non ? »

Elle savait qu’elle devait donner plus d’informations, plus d’éléments. Alors elle se résolu à parler plus, à donner plus de donner. « Actuellement, c’est une question de vie ou de mort. Accepteriez-vous de m’héberger, de me cacher, Adriel ? »

Un joli faux nom.



La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Sam 18 Juin - 4:21
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

Si j’étais surpris, bien sûr, ce n’est pas comme si je m’attendais à ce que quiconque sache où je passais mes journées, rien ne le laissait paraître après tout, le propriétaire du manoir a toujours été Camelia officiellement, même si sa mort remonte a plus d’un an maintenant. Il faudrait que je leur demande comment ils m’ont retrouvés quand la situation me le permettrait, mais pour le moment j’abaisse mes yeux sur la petite tête blonde accompagnant la demoiselle que j’avais tant désiré revoir depuis notre première rencontre. Une rencontre difficile à oublier et pas seulement pour sa fin tragique. Un homme comme moi oublie rarement une femme comme elle et la partie que nous avions jouer alors que nous dansions. Je me crispe à l’entente de l’utilisation du mot “Maître”, mais je ne fais pas la moindre remarque au jeune garçon, ça n’a pas l’air d’être le bon moment de lui expliquer que j’ai en horreur d’être traiter comme si j’étais supérieur, même si les akumas ont la mauvaise habitude de le faire quoi que j’en dise.

Je ne dis rien, me contentant de lever mes yeux mauves en direction de la demoiselle lorsqu’il explique qu’elle a besoin d’aide. D’aide ? Pourquoi ? Je pensais que les bookman se devait d’être neutre ? Alors qui chercherait à s’en prendre à l’un d’eux ? Je ne tente même pas de comprendre pour le moment, elle me donnerait très certainement plus d’explications plus tard et même si elle ne le souhaitait pas, je la ferais parler, d’une manière ou d’une autre. Mon sourire s’élargit et mes yeux mauves s’illuminent d’une lueur joueuse lorsqu’elle prononce sa nouvelle identité. Iris, Ophelia, peu importe son nom je la trouvais toujours aussi intéressante.

« Un jour j’aimerais connaître votre véritable identité, mais pour le moment je me contenterais d’Ophelia Irisfield. »

Elle s’avança, il fallait que je fasse un choix. Est-ce que l’aidais ou non ? C’était une question bien plus délicate que ce que j’aurais pensé. L’aider à quoi ,d’ailleurs ? S’il ne s’agissait que de l’amener quelque part, pourquoi pas, ça pourrait se faire ? Enterrer un cadavre ? Ça deviendrait un peu plus compliqué, même si le jardin du manoir pourrait très certainement contenir tout un cimetière. Etrangement pourtant lorsqu’elle précisa que tout ceci était une question de vie ou de mort, le mot ‘oui’ voulu glisser d’entre mes lèvres instantanément, sans la moindre hésitation, mais je le retins dans un haussement de sourcil. J’avais passé ma vie ou du moins une grande partie de ma vie à fuir les ennuies qui m’amèneraient à la mort et elle me demandait de la protéger d’un danger potentiel ? Cela ne me mettrait-il pas en danger ? Un soupir passa mes lèvres et je baissais les épaules en signe d’assentiment. Mon choix avait été fait au moment où j’avais posé mes yeux dans ses prunelles vertes lors de ce bal, je ne pouvais pas la laisser dans le pétrin, surtout pas maintenant que je venais de la retrouver.

« Liam, je m’appelle Liam Adriel Ludrick. Et cette fois-ci, il s’agit de mon véritable nom. »

J’ouvrais alors la porte en grand pour les laisser entrer à l’intérieur du manoir, jetant un dernier coup d’oeil à l’extérieur pour être certain que personne ne s’était arrêté pour les observer discuter. La jeune femme avait ses problèmes et j’avais les miens et une bande d’exorcistes mal intentionnés qui découvriraient la localisation de mon habitation n’aiderait ni elle ni moi. Je refermais alors derrière moi avant de me diriger en direction du salon que j’avais quitté seulement pour aller ouvrir la porte. Je leur fis signe de me suivre avant de m’arrêter quelques mètres plus loin face à l’entrée  ouverte de la pièce la plus grande de la maison après la bibliothèque.

« Faites comme chez vous et n’hésitez pas si vous avez besoin de quoi que se se soit je suis à votre service. Oh et … Ne faites pas attention à la peluche qui traîne sur le canapé, elle siffle plus qu’elle ne mord. »

Je m’avançais alors en direction du canapé où je m’étais affalé plus tôt, faisant signe à mes invités de prendre place dans celui d’en face, nous séparant ainsi grâce à la table basse où trônait encore la bouteille à demi-vide et mon verre à pied. Camelia siffla avant de grimper autour de ma cuisse comme pour montrer sa présence et qu'il n'appréciait pas que des inconnus entrent ainsi de le manoir où nous sommes seuls depuis si longtemps.

« Maintenant expliquez moi ce que vous faites ici et surtout accompagnée d’un akuma. »



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mar 21 Juin - 0:21


PUT ME OUT OF MY MISERY


« Un jour j’aimerai connaître votre véritable identité, mais pour le moment je me contenterais d’Ophelia Irisfield. » La bookwoman aux allures de civil le remercia d’un simplement mouvement de tête en soufflant mentalement qu’il allait certainement attendre bien des années avant de connaitre la véritable identité de la jeune femme. Même si la confiance était telle qu’elle désire se confier à lui, même si elle venait à tourner définitivement le dos à son clan – à sa famille – elle ne saurait quoi lui répondre. Qui était-elle ? La frontière qui séparait avant le faux du vrai était si minces désormais qu’Ophelia elle-même était perdue : Caroll ne semblait pas adapté pour la décrire, ni même Rayn, bien qu’elle fut l’élément déclencheur de ses malheurs. Non. Ophelia. Ophelia était Ophelia pour l’heure et c’était le plus important. Mais, au fond d’elle-même, la jeune fille ne pouvait s’empêcher de ressentir la même excitation que lors de leur première rencontre à ce bal de charité. Cette excitation d’un jeu, qui serait qui, qui dévoilerait qui … Mais cette danse, ce jeu, prenait un tout autre aspect : il savait qu’elle était bookwoman, elle savait qu’il était un membre du clan des Noé, cette fois, il y n’y avait plus de faux semblant.

Les premières cartes du jeu étaient retournées, mélangé à celles se trouvant déjà sur la table. Pourtant, rien n’était encore décidé, tout était encore à découvrir et à risquer. Si cet homme lui refusait le droit d’asile, si elle venait à devoir repartir sur les routes au risque que cet homme apprenne un jour qu’elle était bel et bien vivante … Le soupir qui traversa les lèvres du Noé eut pour effet de lui faire mordiller discrètement sa lèvre inférieure : elle avait besoin de cet accord. Etrangement, il était le seul qui lui était venu à l’esprit, le seul auquel elle pouvait offrir un simili de confiance. Peut-être parce qu’elle savait qu’il n’attendrait pas d’elle à ce qu’il lui raconte son histoire de sa rencontre avec Elias à aujourd’hui ? Qu’il ne lui réclamerait pas le droit de connaitre sur l’instant ce que son cœur pouvait ressentir ou bien cacher. Et même si elle tentait de paraitre le plus tranquille, le plus paisible possible, la blonde senti un poids s’enlever de ses épaules quand Adriel ouvrit la porte en grand, leur permettant d’avoir accès à l’intérieur du manoir. « Liam, je m’appelle Liam Adriel Ludrick. Et cette fois-ci, il s’agit de mon véritable nom. »

La blonde se figea un instant, observant son interlocuteur.

Son vrai nom, hin … Liam. Elle réalisa qu’elle aimait l’intonation de ce nom. Ophelia passa devant lui, pénétrant dans ce qui semblait être l’entrée. Par le cheveu de Bookman, cet endroit était grand, très grand … et poussièreux. « Merci, Liam. » Elle avait presque soufflé ces mots, lui permettant par la même occasion de tester ce nom sur ses lèvres. Il sonnait bien. Cela s’engueulait bien, elle pensa avec amusement. Liam regarda un instant dehors, vérifiant certainement s’ils avaient été suivis ; Ophelia comprenait parfaitement, elle-même n’avait pas arrêté de regarder derrière elle alors qu’elle suivait sagement Elliot. Le Noé leur fit signe de les suivre, ce qu’ils firent, mais cela n’empêcha pas le regard de la blonde de regarder tout autour d’elle, de découvrir ce nouvel environnement qui serait maintenant le sien. Du coin de l’œil, elle vit une porte ouverte ouvrant sur une immense salle. Ophelia se stoppa l’espace de quelques secondes, observant avec des yeux brillants le contenu de cette pièce magique, déglutissant presque d’envie : la bibliothèque. Des livres … Depuis combien de temps ne s’était-elle pas perdu dans la lecture d’un ouvrage ? Secouant doucement sa tête pour revenir sur terre, la jeune femme termina de suivre Liam dans ce qui semblait être le salon.

Liam s’installa dans un canapé alors qu’Ophelia analysait la pièce, faisant glisser ses doigts sur le velours du canapé. Une bouteille à moitié vide, un verre sur le sol … La blonde eut un vague sourire en réalisant qu’il buvait certainement seul. Leur hôte leur proposa de s’installer, de faire comme chez eux et de ne pas faire attention à la peluche. Pardon, quoi ? La peluche ? Ophelia eut un petit cri de surprise en observant l’animal en peluche se mouvoir quand il apparut dans son champ de vision. Ses yeux s’ouvrirent grand et un sourire d’excitation naquit sur son visage alors qu’elle joignait les mains. « Fascinant ! Tout bonnement fascinant ! »

Des jouets qui avaient leur propre volonté ! C’était le rêve de tout gamin ça !

Bon. Très bien … Peut-être que du haut de ses presque vingt-six ans, Ophelia avait encore une âme de gamine.

La voix de Liam la sortit de sa contemplation, la ramenant sur terre. Doucement, elle s’installa sur le canapé et regarda du coin de l’œil Elliot ; finalement, lui seul détenait toute l’histoire, mais c’était à elle de commencer, à elle de s’expliquer, d’expliquer son problème … Et quel problème ! Mon dieu ! Ophelia plissa sa robe abimée par le trajet et se mordit la joue, cherchant les bons mots. « Vous vous souvenez, de ce garçon qui était à mes côtés, lors du bal ? » Penser à Milo, à Ilias, lui faisait tellement drôle. « J’ai connu Elliot à travers son garçon … ils étaient en couple. Je crois. Elliot dit que non mais j’en sûre et certaine ! » sa voix se relaxait, on pouvait entendre un sourire dans celle-ci.

Dans le fond, elle avait toujours trouvé la situation terriblement amusante. Elle se rendit compte qu’elle aurait peut-être dut le charier un peu plus sur leur étrange relation avant qu’il ne la quitte. Ne l’abandonne lui aussi. « Elliot a rencontré un homme qui désire me tuer. Et il a tué celle qu’il pensait être moi … Et Elliot, ici présent. » Ophelia désigna d’un mouvement du pouce le garçon à coté. « Devait vraiment s’ennuyer ce jour-là, car il a fait croire à tous mes p… toutes mes connaissances que j’étais morte. » Elle avait failli fauter. Encore. C’était vraiment mieux qu’ils la pensent mortes, vraiment. « Et … » Comment expliquer la suite ?

Comment expliquer que la peur de mourir était si forte qu’elle avait besoin d’un protecteur plus puissant pour être rassuré. Pour se convaincre qu’elle survivrait ? Elle poussa un long soupir avant de relever la tête, plongeant son regard dans le sien. Elle ne souriait plus … Elle était épuisée moralement et physiquement : par la situation, par le voyage. « Le problème … c’est que je ne suis pas morte. »

Et qu’un jour, il l’apprendrait.



La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mar 21 Juin - 3:47
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

« Merci, Liam. »

Entendre mon prénom, mon véritable prénom être prononcé par sa voix me fit frissonner. Ça m’était un point final à notre jeu, à nos mensonges, à ce que nous avions été : deux inconnus prient dans une danse excitante. Tout semblait avoir beaucoup plus d’importance à cet instant, ce n’était plus une rencontre sans importance, il y avait un véritable enjeu à cet instant et il s’agissait de la survie de cette jeune femme qui je n’avais pas réussi à oublier depuis ce malheureux bal. Il y avait peur de femmes qui avaient réussis à marquer mon esprit, peut-être deux ou trois et jamais je n’avais eu à les recroiser, jamais je n’avais eu la chance de leur parler une nouvelle fois et elle n’avait jamais sonné chez moi en espérant obtenir mon aide, c’était une première. J’avais du mal à la quitter des yeux, elle m’intriguait et cela n’était pas dû qu’à ses beaux cheveux blonds.

Je posais aussi mes yeux sur le garçon l’accompagnant, enfin plutôt, sur l’akuma à l’apparence de garçon se tenant à ses côtés. Je n’arrivais toujours pas à les considérer que comme des armes esclaves, choses qui feraient très certainement rire bon nombre de mes frères et soeurs. Raison principal pour laquelle je préférais vivre au manoir plutôt que dans l’arche, j’étais loin de ces esclaves et de l’horrible façon qu’ils avaient de me considérer. Peut-être que certain apprécie être traiter en tant qu’être supérieur, mais très peu pour moi, je suis sûrement même bien pire que certaines des âmes torturés qui vivent dans ses armes à forme humaine. Après avoir fixé un peu trop longtemps l’enfant, enfant qui me rappelait vaguement quelqu’un, mais je ne saurais pas vraiment dire d’où, j’avais tout simplement convié mes invités dans le salon pour parler plus confortablement, même si je m’en doutais, la discussion ne le serait pas confortable.

Ma première surprise fut de voir la bookwoman s'extasier devant Camelia, j'oubliais parfois que de voir des animaux en peluche bouger était une chose extraordinaire puisque c’était devenu mon quotidien. Le serpent était devenu mon compagnon de vie depuis plus d’un an et je n’avais jamais eu le coeur à lui reprendre la vie que je lui avais offerte. La deuxième fut les paroles de la blonde, elle parlait avec légèreté alors que tout le problème semblait grave, plus que grave même. Elle tournait tout simplement autour du pot, peut-être parce qu’au fond elle ne voulait pas en parler ? Ce n’est pas moi qui lui poserait des questions indiscrètes, je veux seulement en savoir assez pour comprendre dans quoi je me lançais en acceptant de l’aider, bien que même si ce qu’elle venait à m’expliquer était trop à supporter, je n’aurais pas le coeur à la mettre dehors et à lui refermer la porte au nez.

Pourtant la conversation reprit son sérieux, les mots furent prononcé, des mots qui me firent me crisper sur le canapé de cuir. Quelqu’un souhaitait la tuer et avait déjà tuer une jeune femme en espérant l’avoir. Pendant un instant j’aurais put laisser mes instincts primaires reprendre leur dessus et fuir, la laisser se débrouiller avec ce fou, avec cet assassin, mais je n’étais plus cet homme là, je n’étais plus le faible humain, j’étais un noé et j’avais le pouvoir de la protéger. C’était difficile à admettre mais en réalité, j’avais réellement envie de lui venir en aide, de la protéger en oubliant les conséquences que cela aurait put entrainer. C’était peut-être fou de vouloir faire tout cela pour une femme que je connaissais à peine, mais j’étais le genre d’homme à faire des choses folles seulement parce que l’envie me l’ordonne. Son regard plongé dans le mien me fit comprendre la gravité de la situation, elle allait mourir si je la laissais repartir, elle allait se faire tuer à son tour si elle n’avait pas les moyens de se cacher de cet homme, elle allait disparaître pour de bon et elle ne le voulait pas. Un sourire s’afficha alors sur mes lèvres, un sourire se voulant réconfortant.

« Le problème ? Et bien je crois que votre problème ne va pas se résoudre de sitôt Ophelia, parce que je ne vous laisserais pas mourir. »

Je me relevais alors légèrement, posa mes coudes sur mes genoux pour m’approcher légèrement de la jeune femme et de son ami.

« Vous êtes les bienvenues, aussi bien vous très chère bookwoman que votre ami Elliot dans ce manoir terriblement vide aussi longtemps que vous en aurez besoin. »

À ces mots mon sourire s'agrandit. Elle n’avait pas besoin de plus de blabla à cet instant, elle avait besoin de savoir que j’allais lui venir en aide, elle avait besoin de savoir que dans tout ça, quelqu’un était là pour la soutenir et je l’étais. Malheureusement cela ne sembla pas plaire à Camelia qui à peine ai-je eu le temps de finir la phrase me siffla un “Abruti” entre ses fausses dents de feutrines n’étant dû qu’à son inquiétude pour moi face au conséquence de mon choix.



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Jeu 23 Juin - 0:39

Monstre


"On est toujours le monstre de quelqu'un."


Hé, je veux bien admettre que je ne suis qu'une Akuma, mais c'est pas une raison pour m'ignorer comme ça ! Mathilde, elle, elle m'aurait salué tout de suite. Mais c'est peut-être parce que lui c'est un homme, et qu'il préfère juste saluer les femmes. Enfin, j'en ai pas l'air mais.. Enfin non, non non. Je pense n'importe quoi. Je suis juste Elliot, donc c'est normal qu'il n'ait pas fait attention à moi. J'espère juste qu'il ne m'en veut pas de lui avoir ramené une humaine comme ça. Mais au fond, je suis sûre qu'il doit être content, parce que moi, j'ai pas oublié la façon dont il avait de la regarder pendant le bal ! Et si c'était parce qu'il voulait la manger comme Maître Zumu et ben.. tant pis pour elle, ahah !


En silence, et aussi poli qu'on sa condition d'Akuma lui avait apprit à l'être, le petit homme s'était contenté d'observer les deux interlocuteurs se présenter ; comme si au cours du bal ils n'avaient pas eu le temps de le faire. Les humains étaient vraiment étranges, mais au fond, Elliot comprenait leur besoin de cacher leur identité. Lui aussi l'avait déjà fait tant de fois, comme par exemple avec ces deux exorcistes à Paris, où il s'était présenté sous le nom d’Émile Peterson, mais ce qui, au fond, n'était pas vraiment un mensonge non plus. Enfin passons, ce n'était pas le sujet le plus important pour le moment. Ce qui importait surtout, c'était que la conversation filait plutôt bien pour la blondinette ; ce qui décevait presque l'enfant-machine. Il n'y avait aucun rebondissement ! Le descendant de Noé avait accepté de leur ouvrir ses portes, et les invita même à le suivre dans son manoir. Bon, d'accord, ça c'était quand même génial.

Excité comme une puce mais également un peu gêné, l'Oiseau en Cage ne put s'empêcher de suivre ses deux comparses à travers la bâtisse tout en jetant des coups d’œil partout autour de lui. C'était magnifique, et même Cody semblait apprécier ce spectacle, au vu des gazouillis ravis qu'il poussait ; à moins que ce ne soit tout simplement parce qu'il était heureux de pouvoir se nicher à nouveau sur la casquette de son petit maître. Ou alors c'était de la peur à cause du serpent en peluche qui sifflait sur le canapé et qui avait presque l'air d'un vrai. A sa vue, le môme ne put s'empêcher d'être inquiet pour son ami à plumes, tout en éprouvant un ravissement aussi grand que la bookwoman.

Trêve de bavardages inutiles, les deux invités ne tardèrent pas à aller s'installer sur un canapé en face de celui du Jeu ; et là, seulement là, la véritable discussion put avoir lieu. Enfin.. presque.

" Maintenant expliquez moi ce que vous faites ici et surtout accompagnée d’un akuma. " termina le maître des lieux.

Presque vexé qu'on le désigne ainsi, mais y étant habitué, l'américain préféra alors tenir sa langue et se contenta de jeter un coup d’œil à l'intéressée. Après tout, c'était à elle qu'on avait posé la question, pas à lui. Il savait ce qu'il risquait à faire preuve d'impolitesse.

" Vous vous souvenez, de ce garçon qui était à mes côtés, lors du bal ? " fit-elle, sans doute en parlant d'Ilias, " J’ai connu Elliot à travers son garçon … ils étaient en couple. Je crois. Elliot dit que non mais j’en sûre et certaine ! "

Avait-il bien entendu ? Non, elle n'avait pas osé..

Piqué à vif, le blondinet manqua de s'étouffer avec sa propre salive lorsque Rayn - ou bien Ophelia, Iris ou Gertrude - clama ces quelques mots comme étant une évidence. Lui ? En couple ? Avec un humain ? Avec un garçon ? Grand Dieu non ! Oh, comme il aurait aimé couper la langue de cette petite arrogante ! Il en aurait presque regretté de l'avoir aidée.

" Elliot a rencontré un homme qui désire me tuer. Et il a tué celle qu’il pensait être moi … Et Elliot, ici présent. " reprit-elle tout en le désignant, " Devait vraiment s’ennuyer ce jour-là, car il a fait croire à tous mes p… toutes mes connaissances que j’étais morte. "

Non, il regrettait vraiment de l'avoir fait. Elle avait de la chance d'être en compagnie d'un descendant de Noé qui l'appréciait, sinon, ça aurait été lui qui l'aurait tué, là, sur le champ, sans lui laisser le temps de comprendre. Elliot fulminait et voyait rouge ; mais était aussi terriblement gêné.

" Ouais ben j'aurai mieux fait d'le conduire jusqu'à toi. " pesta-t-il entre ses dents.

Sans doute aurait-il du dire sa version des faits, que le semi-akuma l'avait engagé pour ramener le cadavre de Rayn à la femme du bookman - chose qu'il avait plus ou moins faite - mais.. non, ce n'était pas une bonne idée. Surtout pas après les paroles que le dit Liam ne tarda pas à prononcer.

" Le problème ? Et bien je crois que votre problème ne va pas se résoudre de sitôt Ophelia, parce que je ne vous laisserais pas mourir. " finit par répondre Liam, avant de se diriger vers eux, " Vous êtes les bienvenues, aussi bien vous très chère bookwoman que votre ami Elliot dans ce manoir terriblement vide aussi longtemps que vous en aurez besoin. "

Surprit par de telles paroles et par une telle considération de la part de l'incarnation du Jeu, le petit homme en oublia sa colère pour laisser ses joues rosir. S'il avait été touché par l'invitation de son supérieur ? Bien sûr que oui. Tant et si bien qu'il en perdit même ses mots.

" Moi j'ai une maison, mais.. " balbutia-t-il, tout penaud.

Il ne pouvait pas rester ici tout le temps, allait sans doute très vite partir pour rejoindre sa belle parisienne mais.. c'était un sacré cadeau quand même. Et malgré tout, Christopher ne put s'empêcher de retirer son chapeau - une fois de plus, sous les gazouillis désapprobateurs de Cody - avant de se relever pour mimer une courbette de respect.

" Merci pour cet honneur Maître Ludrick ! "

Sans doute était-il le plus chanceux de tous les Akumas.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Jeu 23 Juin - 2:47


PUT ME OUT OF MY MISERY


Malgré la lourdeur ambiante, Ophelia aurait pu rire des réactions d’Elliot. La blonde savait pertinemment qu’en affirmant cette relation entre son ancien élève – par saint Georges, comme cela lui semblait bizarre de prononcer ces mots maintenant que l’enfant avait disparu – et l’akuma, le petit oiseau la tuerait de bien des manières au sein de son imagination. Elle-même pratiquait régulièrement cette technique avec son père d’adoption et le secret était de s’assurer qu’une tierce personne n’était jamais présente. Surtout quand elle vous était potentiellement favorable Malheureusement, à l’heure qu’il était, Ophelia n’aurait pu garantir que Liam était un allié ou un simple Noé amusé d’entendre les malheurs d’une pauvre bookwoman. Ils avaient joué, ils avaient adoré cela : serait-ce suffisant pour qu’il choisisse son parti contre la mort ? Le Semi-akuma semblait être vraisemblablement du côté du Comte, du côté de Liam. L’aidait en reviendrait-il à trahir les siens ? Prendrait-il ce risque minime pour la simple vie d’une petite fille écrivant une histoire sur du papier avec laquelle il n’avait partagé qu’une danse ? Ce soir-là, Ophelia aurait voulu le dévorer pour avoir accès à la connaissance dont il était détenteur : connaitre le secret des Noé, de leurs naissances, de leurs pratiques, de leurs essences … Maintenant, tout cela semblait bien inutile à côté de ce qu’elle désirait véritablement : la vie. La pression sur ses épaules se faisaient lourdes, étaient douloureuses même. Que ferait-elle s’il venait à la chasser alors qu’il était le seul dont elle avait fait le choix de se fier ?

Au fond d’elle-même, elle espéra que leur simple danse, leur simple échange, leurs rires aient été suffisant pour le convaincre. Pour qu’il se soit épris en sympathie de la blonde … Malheureusement, cette soirée là c’était mal terminé. Elle s’était terminée dans la perte d’un garçon qu’ils avaient tous les deux connus : elle en échouant à l’aider et lui par le lien qui unissait les membres du clan. Ce maigre temps avait-il était suffisant pour qu’il puisse créer un lien avec la jeune femme aux yeux verts ? Sa poitrine se serra à cet instant, lui causant une peine au cœur. Instinctivement, elle aurait porté sa main à poitrine pour la serrer, tenter de contenir cette douleur envahissante, mais Ophelia était une bookwoman : la façade était l’une de ses spécialités.

Alors qu’elle ne fut pas son soulagement quand elle vit les lèvres de son Noé s’étirer de façon chaleureuse. Qu’elle ne fut pas sa joie quand elle l’écouta prononcé les mots dont elle avait tant besoin … Un sourire naquit presque aussi tôt, faisant écho au sien. « Le problème ? Et bien je crois que votre problème ne va pas se résoudre de sitôt Ophelia, parce que je ne vous laisserais pas mourir. » Ophelia en rougissait de bonheur, ses joues la faisant souffrir à force d’étirer son sourire. Il s’approcha de l’akuma et de la blonde, bon sang, s’il avait été quelqu’un d’autre, elle lui aurait sauté au cou d’excitation ! « Vous êtes les bienvenues, aussi bien vous très chère bookwoman que votre ami Elliot dans ce manoir terriblement vide aussi longtemps que vous en aurez besoin. » Cette fois le soulagement était bien trop grand, bien trop présent. La blonde porta ses mains à ses joues, tentant de camouflé les rougeurs qui s’étaient emparées de la chaire avant de glisser ses mains sur son visage. Envolée … La peur d’être seule face à cette homme c’était envolé, tout simplement. Elle tapa de ses pieds d’excitation avant de relever le visage. « Merci ! Merci mille fois ! » Elle lui attrapa les mains, rapidement, les serrant chaudement, chaleureusement. « Merci pour tout. Vous n’avez pas idée de ce que cela veut dire pour moi. »

Ce n’était plus la façade, la bookwoman. C’était Ophelia qui parlait dorénavant.

La blonde tourna le visage vers le petit oiseau qui semblait bien aussi géné, voire penaud, qu’elle. Alors qu’Ophelia était à la limite de glousser comme une prépubère, le garçonnet lui ne semblait plus savoir où se mettre. Etait-ce parce que Liam l’avait considéré comme un être à part entière et non pas comme une machine à tuer ? Une machine a tué qui lui avait permis de survivre maintenant. Ophelia eut un fort sentiment d’affection pour le volatile à cet instant, avant de libérer les mains de son bienfaiteur pour ébouriffé la tête nue de son camarade, taquinant Cody par la même occasion. « Ca veut dire que tu pourras venir me rendre visite ! Tu as plutôt intérêt de venir régulièrement me voir, petit troll, où ton maitre Noé saura tout de ta relation éternelle avec Ilias ! » Elle avait oublié ce mot, ce nom … Milo. Ca ne servait plus à rien pour l’heure.

Dieu. Qu’elle était heureuse. Qu’elle était soulagée … La blonde aurait pu s’étendre sur ce canapé et dormir comme une bienheureuse. Elle ignorait si faire confiance à cet homme était une bonne chose – après tout, il pouvait très bien faire venir l’assassin dans la nuit – mais elle se sentait bien. Elle avait l’impression que cet être prendrait soin d’elle. Du moins, elle l’espérait. Retrouvant un peu de prestance, Ophelia plongea son regard dans celui du Noé, chaleureusement, doucement, avec une certaine tendresse et une reconnaissance dans le regard … Et bon sang, qu’elle aimait ça, sourire sans se forcer. « Pouvons-nous retourner au tutoiement, maintenant que nous sommes destinés à passer bien du temps ensemble ? »

Ce tutoiement qu’elle avait tant aimé utiliser.



La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Jeu 23 Juin - 13:46
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

Si je m’étais attendu à des remerciements, peut-être oui, mais à tant de reconnaissances pas vraiment. Il est vrai qu’il ne m’était encore jamais arrivé de permettre à quelqu’un de se cacher d’un homme souhaitant le tuer, mais la réaction de mes deux invités me mit presque mal à l’aise. La joie était une chose que j’appréciais particulièrement ainsi que l’enthousiasme, mais à cet instant savoir que c’était moi qui en était responsable me fit sourire de manière gênée. Abandonner la façade de charmeur et les mots doux pour la demoiselle, le bluff avait prit fin il y a un moment, maintenant il était temps d’abaisser ses cartes et de dévoiler la vérité. C’était plus difficile que ce que j’aurais imaginé de me montrer sous mon vrai jour à quelqu’un. Ca faisait si longtemps que je vivais de cette manière que j’en oubliais presque comment être sincère.

Lorsque la nouvellement renommée Ophelia glissa ses mains contre les miennes, je baissais alors les yeux sur celles-ci. Mon coeur s’emballa alors que je remontais mes yeux dans les siens. J’avais l’impression d’être redevenu l’enfant de 16ans qui redécouvrait le monde, je ne savais plus comment réagir et j’aurais presque paniqué à l’idée de cette gêne qui allait me prendre à chaque fois que je croiserais la jeune femme dans ce manoir. Que dirait Camelia s’il le savait ? Il se serait sûrement accrocher à moi de manière possessive pour bien faire comprendre à cette jeune femme qu’elle ne m’aurait pas. Seulement pour me rendre fou. Simplement pour me mettre mal à l’aise. Pour jouer comme il le faisait toujours.

« Ce n’est pas grand chose, le manoir est grand et la solitude commençait à se faire sentir. »

Cela me semblait n’être rien, cela ne me demandait pas le moindre effort. Ma nature était de partager, je n’avais jamais été matérialiste ou possessif alors laisser une jeune femme en danger venir trouver refuge ici me paraissait presque normal, même si ça n’avait pas été Ophelia, mais surtout parce qu’il s’agissait d’Ophelia. Ce qui me mit pourtant le plus mal à l’aise fut la révérence d’Elliot ainsi que ses remerciements. Je devrais avoir l’habitude du respect exacerber des akumas envers les Noés, créer par peur de ceux-là certainement, mais je n’aimais tout de même pas ça.

« Bien sûr, le tutoiement me va parfaitement et ça vaut aussi pour toi Elliot, tu peux même oublier les “Maîtres” et les “Monsieur”, je préfère me dire que nous sommes tous sur un pied d’égalité. »

Ce n’était peut-être pas la réalité, après tout ils étaient un Apôtre, une humaine et une arme vivante, mais pour moi je ne méritais pas plus ces appellations, je préférais me croire encore un tant soit peu humain, même si je ne vieillis plus, même si je guéris plus rapidement, même s’il se cache en moi une folle à la peau grise et aux yeux dorés.

« Cette maison sera la votre autant que la mienne et personne ne te retrouvera ici Ophelia. Tu peux te mettre à l’aise et faire ce qu’il te plait. »

Ce n’était pas un mensonge, ce manoir ne m’appartient pas après tout, je n’y suis qu’un invité de longue date et la seule personne encore en vie à savoir que ce manoir existe et à qui il a appartenu. Je sens alors Camelia qui glisse doucement sur moi avant de grimper jusqu’autour de mon cou pour se retrouver à la même hauteur que les autres. Je savais qu’il réagirait comme cela, il n’a jamais aimé les étrangers d’autant plus ceux qui risquent de m’attirer des problèmes.

« Je m’excuses pour lui, il n’aime pas les étrangers.
- La ferme abruti et ne parle pas pour moi. Je peux leur dire moi-même que je me méfies. »

Camelia 1, moi et ma crédibilité 0.



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Lun 27 Juin - 0:11

Honneur


"A tout seigneur, tout honneur."


Non mais pour qui elle se prend cette truie à oser raconter des trucs comme ça sur moi et ce sale petit con d'Ilias ? Ah ! J'en regretterai presque de l'avoir sauvé tiens, j'aurai mieux fais de la regarder se prendre une balle dans la tête comme l'autre. Non ! J'aurai du lui mettre une balle dans la tête moi-même, avec la même arme avec laquelle j'ai troué le bide à ce sale blond d'exorciste. Je suis sûre que mon arme raffole des humains blonds. Mais non, il a fallut que je sois gentille et puis voilà comment on me remercie ! Ah, l'humanité franchement, je comprends qu'on veuille tous s'en débarrasser une bonne fois pour toutes. Ce sont vraiment tous des pourritures finies, juste bonnes à patauger dans la boue. Comme elle ! Bordel de bon sang de merde.


Toutefois, lorsque la jeune bookwoman vint serrer les mains de son sauveur - pourquoi n'avait-il pas le droit à tous ces compliments lui aussi ? - le petit homme sembla avoir oublié toute sa rancœur passagère.. tout du moins, pour le moment. Au fond de lui, il n'oubliait pas, et trouverait bien un moyen de se venger. Percy avait de bonnes techniques pour ce genre de choses, comme mettre du poivre dans du café. Elliot, lui, se voyait bien cacher des limaces dans un de ses sandwichs, ou dans ses pâtes ; voire même des escargots (KCdédi à Mitra). Mais pour le moment, l'Oiseau en Cage avait bien d'autres préoccupations.. à sa voir, sa gêne vis-à-vis de la générosité que leur hôte. Même en ayant une maîtresse aussi douce que Mathilde, l'enfant-machine était toujours surprit de voir que d'autres maîtres - comme Liam, ce grand homme ! - pouvaient se montrer tout aussi amicaux.

Ce qui, malheureusement pour lui, n'était pas vraiment le cas de la civile ici présente. Ni une, ni deux, elle profita de la vulnérabilité de Christopher pour venir lui ébouriffer vivement les cheveux ; le tout sous les piaillements de Cody.

" Ça veut dire que tu pourras venir me rendre visite ! Tu as plutôt intérêt de venir régulièrement me voir, petit troll, où ton maitre Noé saura tout de ta relation éternelle avec Ilias ! " s'exclama la jeune femme.

Eh ben voilà, elle avait tout gagné : il était de nouveau en colère par sa faute. Pire que ça, ses joues étaient désormais rouges comme pas possible ! Ce n'était pas donné à beaucoup de monde de le mettre dans des états pareils.

" Arrête de rêver y a RIEN DU TOUT entre lui et moi ! " s'était-il étranglé tant bien que mal, " Pis j'm'en fiche Mathilde elle aime les humains. "

Est-ce que c'était une manière de dire qu'il s'en fichait de la relation qu'il avait eu avec ce gosse ? Tout à fait ; mais vous pouvez rêver pour que le Voyageur vous le dise de vive voix un jour. Ou peut-être pas. Après tout, plus il tuait, plus il dévorait.. plus il devenait humain et conscient. Drôle de paradoxe, n'est-ce pas ? En devenant le plus terrible des monstres, il se rapprochait des hommes ; peut-être parce qu'au fond, que les deux ne forment qu'un.

" Pouvons-nous retourner au tutoiement, maintenant que nous sommes destinés à passer bien du temps ensemble ? "
" Bien sûr, le tutoiement me va parfaitement et ça vaut aussi pour toi Elliot, tu peux même oublier les “Maîtres” et les “Monsieur”, je préfère me dire que nous sommes tous sur un pied d’égalité. "

Là, ce furent sans doute les mots de trop.

Mis à part sa belle parisienne, personne ne lui avait encore jamais témoigné un tel respect ; c'était comme si un chasseur remerciait son fusil après une chasse, ou quelque chose d'encore plus fort que ça. Christopher en perdit même ses mots pour l'instant, s'éclipsant de la conversation l'espace de quelques secondes avant de réapparaître au beau milieu d'une autre.

" Euh.. ben.. bien sûr mai-ah... ! Liam ! " s’emmêla-t-il les pinceaux, avant d'afficher un franc sourire, " Je ferai de mon mieux ! "

Sans doute les avait-il coupé en plein dans une de leurs phrases, mais l'émotion avait été telle.. que l'espace d'un instant, il avait un peu perdu pied. Et c'était un comble lorsqu'on était un oiseau ! D'autant plus que désormais.. un drôle d'invertébré semblait le menacer lui et son ami à plumes.

" Je m’excuse pour lui, il n’aime pas les étrangers. "
" La ferme abruti et ne parle pas pour moi. Je peux leur dire moi-même que je me méfie. "

Un peu méfiant et terriblement curieux vis-à-vis de cette créature pelucheuse, l'américain ne put s'empêcher de capturer son fidèle camarade dans son chapeau, avant de le ramener contre sa poitrine. Au moins là, Cody était en sécurité et.. Elliot, lui, pouvait s'approcher un peu.

" Dites.. Euh dis, est-ce qu'il mange les oiseaux ? "

On ne sait jamais ; un serpent reste toujours un serpent.. même si ses écailles sont en réalité du tissu, et ses crocs, de la feutrine.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mar 28 Juin - 0:27


PUT ME OUT OF MY MISERY


Mettre en rage Elliot faisait ressentir à la blonde une certaine satisfaction. Tout cela avait l’agréable gout de la vengeance dans sa bouche, vengeance dut aux innombrables dois où la blonde voulu lui arracher les yeux pour mettre des idées farfelues au possible dans la tête de son disciple, l’obligeant toujours à revenir sur certaine base de l’enseignement qu’elle avait essayé de donner tant bien que mal à Ilias. Il y avait d’ailleurs plus de mal que de bien dans cet enseignement quand elle y réfléchissait bien. Mais c’était là une toute autre histoire dorénavant. Le chapitre de sa vie comportant le nom de cet enfant se devait de s’achever pour permettre à une nouvelle intrigue de débuter, une intrigue lui permettant de découvrir de nouvelles choses, d’avoir accès à de nouvelles connaissances … Qu’importe si ce chapitre devait débuter par sa présence au sein d’un manoir Noé, qu’importe qu’elle se doit d’y rester enfermer pour sa propre sécurité : tout cela n’était que provisoire. C’était ce qu’elle aimait se chanter mentalement. Tout ceci n’était que provisoire. Ophelia pourrait profiter de ce lieu pour s’instruire quant à la nature des Noé, quant à leur façon d’agir … Obtenir le témoignage direct de ce nouveau-né. De cet ancien membre de l’Ordre.

Et quand tout cela serait terminé, quand ce semi-akuma ne serait plus une menace pour sa personne, que ferait-elle ? Partirait-elle à la recherche de son disciple ? Reprendrait-elle les routes à la recherches d’informations en tentant d’infiltrer le clan des Noé ? Discuter avec Liam lui permettrait certainement de découvrir des noms de grosses huiles lui permettant de réaliser son travail correctement. Mais avait-elle seulement envie de réaliser ce travail ? Et si au contraire, elle ne parvenait pas à reprendre cette vie qu’elle avait toujours vécu ? Tant de questions qui se bousculaient dans son cœur alors qu’elle était euphorique, savourant son salut, sa survie assurée. Qu’importe à cet instant ce qu’elle deviendrait : elle deviendrait au moins quelque chose. « Bien sûr, le tutoiement me va parfaitement et ça vaut aussi pour toi Elliot, tu peux même oublier les « Maîtres » et les « Monsieur », je préfère me dire que nous sommes tous sur un pied d’égalité. » Cette simple phrase fit sourire Ophelia.

Cet homme était soit un être vraiment bon, soit un fin manipulateur. Et elle tombait tout simplement dans le panneau.

La réaction d’Elliot aussi, la fit sourire. D’amusement cette fois : l’akuma ressemblait à un enfant si heureux d’avoir vu le Père Noël que cela en était presque touchant. « Si on en vient à partager cet immense manoir, cela nous permettra de nous sentir moins seul, en brisant cette distance créer par le vouvoiement … Je suis vraiment contente. » Et elle l’était réellement. Son sourire s’étirait, soulager. Et la pression relâchait, les sentiments de joie commençant à être habituel, la blonde ressentie l’envie de s’allonger et de dormir jusqu’à n’en plus pouvoir. Cette pression dans sa poitrine, le poids sur ses épaules, tout semblait avoir disparu. Elle avait l’impression de connaitre la véritable liberté. « Si contente … » La blonde joua alors avec une mèche de cheveux en se laissant s’enfoncer dans le canapé. Distraitement, Ophelia regarda ses cheveux blonds du regard avant d’essentiellement parler pour elle-même. « Peut-être que je devrai me teindre les cheveux en bruns … »

Elle était bien comme ça. En paix. Du moins, jusqu’à ce que l’étrange peluche reprenne ses droits et tente de menacer l’oiseau. Et la fascination se retrouva. La blonde eut un léger rire face à la demande d’Elliot. « Je ne pense pas, troll … C’est une peluche, il n’a pas d’estomac. N’est-ce pas ? » Son regard se tourna vers Liam avant d’avoir les yeux pétillants à nouveau et joignit ses mains. « Cette créature est véritablement fantastique … Est-ce que c’est toi qui l’a créé ? Tous les Noé peuvent faire ça, ou toi seulement ? Ca va avec tes dons ? Oh mon dieu, je peux la toucher ou pas ? »

Ophelia était fatiguée. Mais heureuse et terriblement excitée. Liam allait lui permettre de toucher du bout du doigt un monde qu’elle ne pensait plus découvrir … Si on lui avait dit qu’il lui suffisait d’être menacé de morts et de valser avec un homme pour obtenir ce qu’elle désirait …

Enfin … ses désirs concordant avec sa carrière, tout du moins.



La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mar 28 Juin - 14:46
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

Un doux sourire avait prit mes lèvres alors que je pouvais observer la joie sur le visage de mes deux invités, depuis combien de temps n’avais-je pas put observer quelqu’un sourire après une rencontre avec moi-même ? Trop longtemps sûrement. Toutes mes sorties du manoir s’étaient conclu par des combats depuis un mois, depuis ce fameux bal et pour tout dire j’étais déjà lassé de cette vie, lassé d'obéir à des ordres qui vont contre ma propre nature et tout cela en un seul et petit mois. Je n’ai jamais été doué avec l’autorité après tout, les ordres je l’ai oublié d’un geste de la main, les objectifs ne concernant pas mon petit bonheur personnel je les ignorais en chantonnant. Pourtant je ne pouvais plus faire marche arrière, je devais me battre pour les Noés parce qu’au fond le danger qui touchait ma famille me concernait moi aussi puisqu’aujourd’hui je fais partit de cette famille.

« Camelia ? Oh non, il ne mange pas, il n’a qu’une bouche et puis il n’arriverait même pas à attraper un oiseau, il n’est pas aussi rapide qu’un vrai serpent et ses morsures ne sont pas plus dangereuse que des caresses. »

Comme pour me contredire sur ma vision du danger qu’il pouvait être pour l’oiseau, la peluche commença a se resserrer autour de ma gorge pour me faire comprendre qu’il avait été vexé de se faire traiter comme s’il n’était qu’un jouet, ce qu’il était en réalité, mais il semblait parfois l’oublier. Il ne me relâche qu’une fois que j’ai tenté de le faire relâcher d’une main et surtout lorsque la bookwoman le gratifia d’un “fantastique”, ce n’est pas vraiment le mot que j’aurais employé pour cet enquiquineur, mais après l’avoir vu tous les jours depuis bien longtemps, j’en oublie presque qu’il n’est pas normal de posséder une peluche vivante en tant qu’animal de compagnie.

« Je ne sais pas vraiment comment ça fonctionne en réalité, je ne comprends même pas comment il peut parler alors qu’il ne possède aucune corde vocale, mais en devenant ce que je suis j’ai obtenu le don de donner vie aux jouets. »

Je m’étais déjà interrogé sur ce fait, comment je pouvais insufflé une conscience à des jouets, leur permettre de parler ou de simplement se comporter comme des animaux, mais j’avais vite abandonné l’idée de savoir comment tout cela était possible. C’était impossible de comprendre, comme le fait que je puisse devenir invisible, que les exorcistes soient connectés à de simples armes et bien d’autres choses concernant les participants à cette guerre.

« Tous les noés ont un don qui est propre à son souvenir. Le mien est le Jeu. »

Elle ne comprendrait peut-être pas de quoi je parlais, je ne savais pas à quel point elle était informé sur notre famille, sur nos pouvoirs et sur tout ce que cela impliquait. En réalité, il y a aussi bien des choses que j’ignore sur ma propre nature. Et en particulier une chose : pourquoi moi ? Peut-être qu’il s’agissait du destin, que j’avais été choisit, ou bien un simple hasard, m’enfin ce n’est pas une chose qui me hante particulièrement, je suis heureux d’être devenu ce que je suis, même si cela m’oblige à participer à une guerre que j’aurais préféré éviter.

« Bien sûr que tu peux le toucher, même s’il en a pas l’air, il adore les caresses. »

J’attrapais alors la peluche avec douceur avant de le déposer sur la table, il ferait certainement la tête d’être toucher par des inconnus, mais il ne partirait pas pour autant, trop curieux de savoir qui sont ces étrangers et ce qu’ils me veulent. Il me bouderait peut-être un petit moment, mais ce n’est pas comme si ce n’était pas habituel, il lui arrivait souvent de se cacher dans l’immense manoir en espérant ne pas me croiser durant plusieurs heures parce que j’avais menacé de le faire taire pour de bon ou alors parce que j’avais décidé de partir sans lui. Il n’a beau être qu’un jouet, il est aussi caractériel que le vrai Camelia, cet aristo capricieux et qui n’acceptait jamais les “non”.



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mer 6 Juil - 19:05

Don


"La folie est un don de Dieu."


Oh je crois que je suis l'Akuma la plus chanceuse du monde ! Déjà, parce que j'ai été invité dans la maison d'un maître Noé, mais en plus, celui-ci veut me traiter comme son égal ! Je n'arrive pas à le croire ! Pour moi, il n'y avait que Mathilde qui pouvait faire preuve de tant de générosité et pourtant.. je me suis bien trompée ! J'ai encore tant à apprendre au sujet des maîtres Noés. Ils ne cessent de m'étonner ! Je me demande si Liam a un Akuma personnel avec qui je pourrais jouer.. oh je suis sûre qu'il doit être aussi génial que lui ! Bon, il ne le sera pas autant que Percy mais.. j'ai quand même hâte de le rencontrer !


Guilleret comme jamais, le petit homme avait également remarqué que la blonde qu'il avait sauvé semblait plus.. apaisée maintenant que Liam lui avait offert sa protection. En même temps, il pouvait la comprendre : se sentir menacé par un semi-Akuma qui n'avait pas hésité à tirer une balle dans la tête d'une innocente, ce n'était pas rien. Au fond, même l'oisillon craignait le turc, car s'il n'était pas censé absorber des Akumas car étant du côté du Comte, il pouvait très bien chercher à se venger d'Elliot en apprenant la vérité pour Rayn. Et pour éviter ça, l'américain allait tout faire pour que le secret soit bien gardé, et que son chemin ne vienne pour jamais à croiser celui d'İlknur ; ou pas sans quelqu'un pour le protéger à côté. Mais ça, c'était une toute autre histoire qu'il valait mieux laisser de côté pour le moment.

Profitant de l'instant présent, l'Oiseau en Cage s'était approché du serpent en peluche qui entourait le cou du maître Noé : une créature extraordinaire faite de tissu et qui pourtant était capable de bouger ! Mais la grande question était de savoir s'il représentait un danger pour Cody et lui. Après tout, certains serpents mangeaient des oiseaux.

" Je ne pense pas, troll … C’est une peluche, il n’a pas d’estomac. N’est-ce pas ? " avait-elle fait avant de tourner son regard vers le Noé, " Cette créature est véritablement fantastique … Est-ce que c’est toi qui l’a créé ? Tous les Noé peuvent faire ça, ou toi seulement ? Ça va avec tes dons ? Oh mon dieu, je peux la toucher ou pas ? "

Malgré tout, le petit homme ne fut pas convaincu par les dires de la galloise ; après tout, qu'est-ce qu'elle s'y connaissait en pouvoirs de Noé ? Heureusement, Liam ne tarda pas à approuver cette version des faits : Camelia - le nom du serpent - n'était pas bien rapide et ses morsures n'étaient pas dangereuses pour un sou. Christopher se décida alors à libérer son compagnon à plumes qui avait déjà commencé à pester dans son chapeau de marin, et qui ne tarda pas à s'envoler jusqu'à un lustre pour montrer son mécontentement. Le descendant de Noé, quant à lui, en profita pour parler de son don, celui de donner vie aux jouets ; oh, quel pouvoir incroyable ! L'enfant-machine en eut les yeux qui se mirent à briller d'émerveillement.

Il s'imaginait déjà une pièce remplie de jouets animés, ou bien lui, capitaine d'un bateau dont les marins étaient des peluches ainsi que des soldats de plomb. Oh, que ça serait drôle à vivre !

" Tous les noés ont un don qui est propre à son souvenir. Le mien est le Jeu. "

Sorti de ses pensées, l'Oiseau en Cage ne tarda pas à lever les yeux vers l'incarnation du Jeu, tandis que ce dernier déposait le serpent sur la table. Dans sa courte vie d'Akuma, Elliot n'avait pas eu l'occasion de rencontrer officiellement beaucoup de Noés, mais à chaque fois qu'il en voyait un en action, il ne pouvait s'empêcher de les toiser avec admiration.

Pieds nus, il finit alors par s'assoir par terre, les bras croisés sur la table et un doigt tendu vers le pauvre Camelia.

" Tous les Noés sont uniques. " souffla-t-il alors avec fierté, " Moi ma maîtresse elle peut contrôler le sang, et mon maître, les ombres. "

Il n'avait pas pu s'empêcher de parler d'eux ; après tout, il les aimait et les admirait tant eux aussi. Si on le laissait, Elliot pourrait sans doute parler des heures durant de sa si chère Mathilde, et de tout ce qu'ils avaient fait ensembles. Toutefois, il préféra détourner une nouvelle fois la question vers Liam, et ce, tout en levant les yeux vers lui.

" C'est quoi vo.. tes autres pouvoirs, dis ? " demanda-t-il finalement.

Il finirait par réussir à le tutoyer du premier coup.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mer 6 Juil - 20:58


PUT ME OUT OF MY MISERY


La peluche se nommait Camelia. La blonde ne put s’empêcher de sourire en entendant ce nom : la fleur dont il avait hérité le nom avait toujours ravi le cœur de la blonde. Forte, fleurissant de l’automne au printemps, rougeoyant avec vigueur. Cette plante ne demandait que peu de choses pour finalement se propager et embellir un lieu de ses couleurs. L’enfant qu’elle avait été s’était toujours délecté avec grand plaisir des périodes de floraisons. Un serpent en peluche au prénom merveilleux et, dans sa propre existence, qui était merveilleux. L’inoffensivité de la créature ne dit que rajouter des étoiles dans les yeux de la blonde : qui n’avait jamais souhaité être entouré de peluches pouvant se mouvoir de façon autonome et indépendante ? Posséder leur propre libre arbitre. Puis Liam utilisa des mots qui touchèrent son âme de bookwoman : il donnait vie aux jouets. Il insufflait la vie. Ce n’était pas là le jeu de l’imagination d’un enfant mais la représentation d’un véritable pouvoir. Un pouvoir blasphématoire. Qui d’autres que Dieu aurait le droit d’insuffler la vie ? Un sourire se dessina sur le visage serein de la blonde alors qu’elle penchait légèrement la tête pour mieux observer la créature : définitivement un pouvoir signe du clan des Noé. De quoi retourner la totalité du Vatican !

Un pouvoir qui allait à l’encontre de son entendement. Un pouvoir pouvant défier les idées de créations. Mais une autre phrase attira l’attention d’Ophelia : le souvenir. Qu’étais-ce exactement ? Un élément guide ? Le souvenir de quelqu’un qui définissait leurs pouvoirs ? La blonde fit une moue amusée. « Le Jeu hin ? Cela explique bien des choses. » Elle avait valsé avec le Jeu … Cela en était presque amusant mais cela engendrait surtout encore plus de questionnements qui n’avaient pour l’heure aucune réponse. « J’aurai tellement de question à te poser … » souffla-t-elle en retournant son attention sur la peluche. Le Jeu posa le serpent sur la table alors qu’Ophelia joignait ses mains d’admiration. Elle avait l’autorisation de caresser la créature, de découvrir la créature … C’était tellement excitant. Doucement, Ophelia approcha sa main, presque avec peur avant de doucement glisser un doigt sur le tissu de la tête. Le contact était doux. C’était terriblement étrange de pouvoir sentir une créature vivante à la texture de peluche. Ophelia se mordit l’intérieure de la joue pour contenir son excitation bien que son sourire la trahissait honteusement. Elle glissa deux doigts, doucement, le long du corps filiforme. « Magique. Tout simplement féérique. »

Liam n’était définitivement pas un Noé. Liam était un magicien.

Elliot lui fit relever la tête vers lui. « Tous les Noés sont uniques. Mais ma maîtresse elle peut contrôler le sang, et mon maitre, les ombres. » Ophelia ouvrit grand les yeux : fascinant. Tout bonnement fascinant. « Quels sont leurs souvenirs ? » le concept lui échappait pour le moment, mais elle était persuadée d’en comprendre les subtilités un jour ou l’autre. Après tout, elle avait dorénavant un Noé à portée de main. « Est-ce que leurs pouvoirs sont liés au souvenir ? Ou bien c’est totalement autre ? » Mais une autre chose lui piqua encore la curiosité. Bon sang, trop de questionnement. Liam aurait donc d’autres pouvoir ? Ce fut donc avec des yeux scintillants qu’elle se tourna vers le maitre des lieux. « D’autres pouvoirs ? Tes pouvoirs ne se limitent pas à insuffler la vie ? »

Ophelia se demandait si Liam était capable de voir l’excitation naissance de la jeune femme et l’enfer pour lequel il venait de se condamner presque volontairement. Elle avait sommeil bien entendu, il était tard, elle avait énormément marché et la pression soudainement relâchée permettait à l’engourdissement du sommeil de bercer ses membres. Pourtant, elle voulait savoir. Encore et encore. « Je comprends mieux pourquoi vous êtes les alter egos des exorcistes maintenant. » Posant sa tête contre ses bras sur la table, une main caressant toujours l’animal, assise sur le sol, elle se laissa emporter par ses découvertes. « Des guerriers aux pouvoirs divins face aux guerriers aux pouvoirs démoniaques… Pourtant quelque chose me gêne. »

Noé n’était-il pas l’élu de Dieu pour sauver l’Humanité dans la Bible ?



La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mer 13 Juil - 8:42
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

Entendre parler de mes frères et soeurs noés me paraissait étrange, il est vrai que comme eux je possède des dons, mais j’oublie souvent que je ne suis pas le seul. Sans vivre à leur côté j’oublie que je ne suis pas le seul à posséder une telle magie tout comme à vivre seul j’oublie que cette magie est là dans mon quotidien, que Camelia ne serait qu’une peluche si je n’étais qu’humain. Unique et pourtant si semblable, les noés sont …, nous ne sommes au fond que des humains voués à disparaître pour laisser place à un souvenir qui nous possédera entièrement. Gameline est toujours là, à observer le monde à travers mes yeux et je sais que si elle fait cela, c’est seulement parce qu’elle s’amuse de mes faits et gestes. Je le sais pourtant, elle me dévorera lorsqu’elle se lassera de ma petite vie.

L’enthousiasme de mes deux invités face à mes pouvoirs me faisaient sourire, Elliot devait savoir pourquoi est-ce que les noés possèdent ces facultés, Ophelia ne s’en était très certainement par rendu compte tout simplement. Combattre. Tuer. Détruire. Voilà à quoi se résumait le but de toute cette magie. J’arrivais encore à y voir le sensationnel dans ce don simple et grotesque, mais difficile de ne plus y voir le mal après avoir combattu des exorcistes seulement parce que je le devais et non pas pour me protéger.

« Oh non, celui-là n’est qu’un don bien ridicule à côté du reste. »

Ridicule et pourtant le seul que je pouvais utiliser sans que ce soit pour la guerre, mais pour émerveiller.

« Tu as déjà du le remarquer, mais je suis aussi capable de faire disparaître mes sentiments. Je peux enfermer la peur, la colère, la tristesse et tout ce qui pourrait me gêner pour ne plus avoir à les ressentir. »

Ce que je ne disais pas, c’était que cela aurait un contre-coup, un jour, lorsque le Jeu l’aurait décidé, le temps me restant étant une règle que Gameline ne s’était pas donner la peine de me donner. Il s’agissait des règles du Jeu et cette épée de Damoclès me rappelait bien que je n’étais pas le Jeu, mais seulement le porteur de celle-ci.

« Je peux aussi modifier la réalité pour lui imposer des règles de jeux d’enfants. Même si au fond ça n’a rien à voir avec les jeux que les enfants peuvent pratiquer. »

Le cache-cache devient invisibilité, l’épervier devient folie, le loup couleur possède une contrepartie mortellement dangereuse et le jeu n’avait rien d’une simple partie enfantine, mais il s’agissait bien d’un combat où la destruction de l’ennemi est le but final. Je tentais un sourire pour accompagner la rêverie de la jeune femme, pourtant mes yeux se perdait sur le sol, incapable de la regarder dans les yeux, parce que je ne lui disais pas tout, parce que je ne voulais pas qu’elle sache au fond. Elle avait déjà bien à faire avec cette menace de mort. Ses mots me firent sourire, un sourire fataliste, des alter-ego ? Au fond je ne le sais même pas moi-même. Dieu. Démon. Je ne sais pas qui nous a choisit pour devenir ce que nous sommes, qui a créé ses souvenirs qui nous bouffe de l’intérieur et nous insuffle une force inconnue, mais au fond ce n’est pas ce qui m’importe le plus.

« Peut-être est-ce le fait que nous sommes créer pour nous entretuer ? Peut-être parce que quelque chose ou quelqu’un nous choisi peu importe notre avis pour nous balancer dans une guerre dont on ne comprend rien ? »

C’était surement hypocrite de ma part de parler ainsi d’un pouvoir dont j’avais mainte fois abuser et dont je ne me séparerais pour rien au monde, mais au fond j’aurais aimer ne jamais le posséder. Connaître le pouvoir et l’abandonner est une chose que je ne serais pas capable de faire, sentir la puissance pour ensuite la laisser, la vulnérabilité que je ressentirais alors serait trop grande pour que je ne perdre pas la tête face à la paranoïa. Lorsque l’on a le pouvoir de se défendre face à un pouvoir divin, lorsque l’on ne vieillit plus, lorsqu’on a l’impression que la faiblesse ne nous touchera plus, il est impossible d’abandonner tout cela pour reprendre une vie normale. Affronter de nouveau la mortalité, la fragilité, le sentiment d’impuissance, retrouver tout cela rendrait fou. Me rendrait fou avec une peur de la mort imminente au quotidien. Les humains sont fragiles, j’ai été fragile, je ne le suis plus et pour rien au monde je ne choisirais de le redevenir. La lâcheté ne suffirait plus à donner l’impression à mon esprit que je ne crains rien.



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Mar 19 Juil - 16:25

Souvenir


"Souvenir. Ce qui reste après le geste."


Chaque Noé est différent d'un autre, même si au fond, ils sont tous tout aussi forts les uns que les autres ; mais chacun à leur manière. Mais pour moi, Mathilde est sans doute la plus redoutable de toutes ! Parce que manipuler le sang de ses adversaires et le sien, ce n'est vraiment pas quelque chose d'anodin. Pis, maître Aloïs peut aussi manipuler les ombres et il peut donc s'en prendre à ses ennemis de n'importe où, n'importe quand, tant que qu'il y a des ombres ! Et il y a toujours du sang et des ombres, alors pour moi, mes maîtres Noés sont vraiment les plus forts ! Mais Liam peut donner vie à des jouets, et Nathanael peut forcer ses adversaires à respecter des règles bien précises, pis.. pis.. roh non, ils sont tous géniaux !


Plongé dans ses pensées face à ce petit serpent en peluche, l'enfant-machine n'avait pas pu s'empêcher de se sentir pousser des ailes lorsqu'il fut le moment de parler des descendants de Noé. Et surtout, parler de ses descendants de Noé à lui ; enfin, si on pouvait vraiment désigner Aloïs et Mathilde de la sorte. C'était plutôt lui qui était leurs Akuma, et eux n'étaient que leur maîtres. D'une certaine manière, il leur appartenait plus que eux ne lui appartenait à lui ; Elliot ne les possédait pas du tout d'ailleurs. L'américain se donnait corps et âme pour eux, et se devait de le faire de part son statut d'Akuma, mais eux n'avaient pas besoin de le faire. Voilà le grand fossé entre les descendants de Noé et leurs fidèles machines de guerre. Toutefois, il fallait plus pour faire ruminer le blondinet : il aimait servir ses maîtres, et voulait périr pour leur assurer la vie sauve. Un jour.

Alors, lorsque la galloise se permit de poser une question sur les souvenirs des jumeaux Lockwood, le petit homme ne put s'empêcher de laisser son regard briller de mille feux. Oh, qu'il les aimait, et qu'il aimait parler d'eux !

" Ma maitresse, c'est l'Abnégation, et mon maître, c'est la Trahison. " répondit-il à la question de la blonde, " Et même qu'ils sont frères et sœurs ! "

Au fond, l'Oiseau en Cage ne pouvait que trouver ça merveilleux qu'une simple civile comme Rayn soit capable de s'extasier des combattants de la guerre sainte ; merveilleux, oui, c'était le bon mot. Fantastique même ! Et à côté de ça, la jeune femme continuait de poser des tas de questions tout en continuant de s'émerveiller de leurs réponses. Il fallait dire que l'incarnation du Jeu était un bon interlocuteur, et qu'il avait des pouvoirs à tomber par terre :

" Tu as déjà du le remarquer, mais je suis aussi capable de faire disparaître mes sentiments. Je peux enfermer la peur, la colère, la tristesse et tout ce qui pourrait me gêner pour ne plus avoir à les ressentir. "

Suite à ces quelques mots et à l'annonce de ses autres capacités, l'Aventurier ne put s'empêcher de se redresser d'un coup tout en posant ses mains sur la table pour se relever.

" Waaaah vous êtes aussi capable de manipuler les émotions ? Et créer des jeux ? " s'exclama-t-il, le regard brillant, " Vous devez être redoutable en combat ! "

Un large sourire toujours sur les lèvres, le petit homme ne tarda pas à s'asseoir à nouveau sur le sol et ce en tailleur, prêt à reprendre la discussion tout en essayant de jouer avec le petit serpent en peluche du bout des doigts. Pour une fois, Elliot se montrait plus silencieux que d'habitude : et pour cause, il avait tant à écouter. Parler plus qu'il ne le faisait aurait été inutile de toutes manières.

" Je comprends mieux pourquoi vous êtes les alter egos des exorcistes maintenant. " finit par souffler l'archiviste, " Des guerriers aux pouvoirs divins face aux guerriers aux pouvoirs démoniaques… Pourtant quelque chose me gêne. "

Pensivement, le petit voyageur ne put s'empêcher de hocher légèrement la tête. La guerre sainte, c'était tout de même quelque chose. On voyait des hommes ordinaires devenir des combattants et devoir se battre pour une cause qu'ils ne partageaient pas forcément ; et c'était pareil avec les Akumas. Sauf que eux, au moins, il avaient la chance de ne pas se rendre réellement compte de tout ça. Ils vivaient et exister pour faire la guerre. Ils se devaient de combattre, et ce, jusqu'à leur dernier souffle, sans jamais se plaindre.

" Peut-être est-ce le fait que nous sommes créer pour nous entretuer ? Peut-être parce que quelque chose ou quelqu’un nous choisi peu importe notre avis pour nous balancer dans une guerre dont on ne comprend rien ? "

Une nouvelle fois, l'enfant-machine ne put s'empêcher de hocher pensivement la tête. Les exorcistes et les Noés étaient des élus, chacun à leur manière. Leur destin était de se battre.. mais il ne fallait tout de même pas oublier les machines du Comte.

" Nous aussi, les Akumas, on est forts.. " bredouilla-t-il finalement.

Mais le monde se fichait pas mal de ces machines de guerre ; le monde se fichait toujours des fusils. Seul les soldats comptaient. Et c'était ainsi.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Jeu 21 Juil - 13:39

Put me out of my misery
feat. Liam & Elliot


Trois. Quatre avec William. C’était le nombre de Noé dont la jeune femme connaissait l’existence. Abnégation, Trahison Jeu … Et l’incarnation portant le nom d’Areshi. Elle les écoutait, le sourire aux lèvres, tentant de deviner les pouvoirs de ceux susnommés. Est-ce que le souvenir était une question de famille ? D’hasard ? Est-ce que tous les hommes étaient des potentiels Noé ? Toutes ces questions qui pour l’heure serait sans réponse valsaient autour de sa tête, comme une vieille ritournelle oubliée. Son corps s’engourdissant par le bien être du sommeil ne l’aida pas à penser clairement. Mais qu’il faisait bon dans cette pièce, au chaud. Ophelia n’avait pas gouté à un tel confort depuis sa fuite en France. La blonde eut un vague sourire en regardant Elliot : il semblait véritablement aimer ses maitres … On en viendrait presque à oublier que ce garçon était une machine de guerre. Mais si le blond ne s’aventura pas sur la description précise du pouvoir de ses maitres, Liam semblait plus prompt à parler de lui. Et au fil de son explication, la blonde fronça les sourcils : faire disparaitre ses sentiments ? Faire disparaitre ses sentiments pour ne plus avoir à les ressentir. Cela sonnait tellement horrible. Tellement barbare.

Et le pire, c’était que cela ressemblait à un véritable cadeau du ciel pour le clan des bookmen. Mais si elle l’avait remarqué. Cela lui faisait du mal de l’admettre mais « Je n’en avais aucune idée. Je ne l’avais pas remarqué. Est-ce que c’est vraiment une bonne chose ? » N’était-ce pas ce qui faisait l’humanité que d’avoir des sentiments. Liam pouvait faire bien des choses : donner vie à des jouets, modifier la réalité pour en imposer des règles de jeu d’enfant.

Ah. Comme c’était étrange.

Liam lui apparaissait tellement comme un être fuyant la réalité soudainement, fuyant ses problèmes. Quels étranges capacités de Noé. « C’est là une bien étrange de combattre. Ce genre de pouvoir ne pourrait pas s’appeler « refus de la vérité » ? » Elle le taquinait gentiment, bien trop fatiguée pour véritablement le pousser à se dévoiler, à s’ouvrir pour qu’elle puisse s’introduire et découvrir tout ce qu’il y avait à découvrir. Liam détruisait les règles mêmes établie en ce monde : il était le pêcheur parmi les pêcheurs. Il était l’ennemi direct de tout que le monde avait toujours été. Les Noé étaient les antagonistes idéales. « Peut-être est-ce le fait que nous sommes créés pour nous entretuer ? Peut-être parce que quelque chose ou quelqu’un nous choisit peu importe notre avis pour nous balancer dans une guerre dont on ne comprend rien ? » La blonde haussa un sourcil, légèrement, relevant la tête. On l’obligeait ? Son souvenir le forçait à vouloir anéantir le monde. Ou avait-il peur d’agir comme bon lui plaisait ? « Je ne savais pas que vous étiez forcé à faire ce que vous faites … »

Pour être tout à fait honnête, la blonde avait l’impression de ne pas avoir toutes les pièces du puzzle.

Mais, dans son coin, Elliot bredouilla que les akumas, que lui aussi, étaient forts. La blonde tourna le regard vers lui avant de cligner deux trois fois des yeux rapidement … Un petit éclat de rire naquit dans sa gorge, l’obligeant à le cacher derrière sa main avant de se passer une main dans les cheveux. « Oh Elliot … On le sait ! Moi particulièrement ! Je te rappelle que j’ai vu de quoi tu étais capable. Tu es un admirable combattant ! » N’était-ce donc pas ironique qu’une humaine complimente un akuma ? Une arme de destruction massive sensée mettre fin à ses jours ? Mais Elliot l’avait sauvé. Elliot avait pris soin d’elle. Il était venu, il avait accepté de la conduire ici. C’était peut-être un piège, une manipulation, une vengeance pour l’avoir éloigné d’Ilias … Mais pour l’heure, Ophelia était trop fatiguée pour penser à ça. Elle était juste reconnaissante à cet être de lui avoir permis de vivre une journée de plus.

Ophelia frissonna de cet étrange frisson qui vous prend quand Morphée souhaite vous emporter délicatement. La blonde sentit ses joues rougir légèrement alors qu’elle regarda son hôte mal à l’aise. Elle avait envie de dormir. Besoin de dormir. Mais était-ce correct de le demander ? Pourtant la blonde savait qu’elle risquait de s’endormir ici alors … « Pardon mais … je sais que je manque cruellement de tact mais, est-ce qu’il serait possible … de dormir quelque part ? » C’était formuler très étrangement mais cela suffirait. N’est-ce pas ?

Mon dieu, elle mourrait de honte demain. Ce soir, elle était trop fatiguée.




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Ven 22 Juil - 12:20
Put me out of my misery
FEAT Ophelia & Elliot
#code by Nyxiel

L’abnégation et la Trahison. Frères et soeurs. Je ne savais même pas ça possible que deux personnes d’une même famille soit choisis en tant que porteur d’un souvenir. Peut-être que cela rendait la transformation plus facile, avoir quelqu’un qui nous comprend à nos côtés pour nous soutenir ou alors peut-être que cela ne rendait la chose que plus difficile, car au fond l’on sait ce par quoi traverse l’autre. Je n’aurais souhaité cela à personne, mais comme tous les humains qui foulent ce monde, les noés sont tous différents, certains doivent apprécier ce mode de vie. Certains ne doivent même pas se demander si ce don est une bénédiction ou une malédiction, certains ne doivent pas posséder un souvenir aussi capricieux que le mien. Le Jeu est joueuse et elle se sert de moi comme d’un pion sur un plateau que je ne peux comprendre.

« Une bonne chose ? Certainement pas. Refouler ses sentiments revient à tricher selon elle … selon le Jeu. Elle ne me permet de le faire que parce qu’elle sait qu’elle pourra s’en servir contre moi plus tard. »

Et je n’étais pas pressé de savoir à quoi ressemblerait sa punition face à ce Joker qu’elle m’offre. L’enthousiasme de l’enfant face à mes pouvoirs me fit sourire, un sourire en coin parce que mes émotions ne rejoignait pas les siennes. Redoutable en combat ? Ce n’était pas une chose que j’aurais aimé entendre pour me décrire. Je ne voulais pas être redoutable en combat.

« Je pense que je suis trop sensible pour être redoutable, je me débrouille on va dire. »

J’étais faible. Voilà ce que me disait Gameline. Faible parce que je n’avais pas le courage de tuer mes ennemis. Faible parce que je voulais protéger mon humanité plutôt que ma famille, plutôt que sa famille. Depuis mon combat contre la jeune exorciste je m’étais rendu compte de mon erreur en voulant m’associer au Jeu en tant qu’une seule et même personne, c’était faux, complètement faux. Je ne suis pas Gameline et elle n’est pas moi. Elle voulait me contrôler qu’importe mon intérêt, elle voulait jouer et je sais qu’un jour elle me fera payer mon affront de ce jour là, lorsque j’avais refusé de lui obéir.

« Refus de la vérité … Si tu me connaissais un peu mieux, tu dirais que ça me correspond plutôt bien. »

Un léger rire passa mes lèvres. Oh non ce n’était pas vraiment drôle, mais je ne pouvais pas nier ce fait. Je vivais avec une peluche possédant le nom de la personne qui avait été la plus importante à mes yeux ces 10 dernières années parce que je n’arrivais tout simplement pas à accepter son absence, je préférais nier sa mort plutôt que la supporter. Je vis dans cet énorme manoir seul parce que j’ai du mal à accepter de devenir petit à petit le monstre que le Jeu veut que je sois. La réalité je l’ai toujours arrangé à ma façon dans mon esprit même alors que je n’étais qu’un gamin faible et sans pouvoir. Je faisais disparaître les malheurs derrière un sourire sans même m’en rendre compte seulement pour croire que ma vie n’était pas aussi misérable qu’elle l’était en réalité.

« J’imagine que si les temps étaient plus faciles, nous aurions plus de libertés, mais depuis la mort de la Désolation, … la mort de William, il faut être unis face au camp adverse. »

Depuis ce bal de charité tout semblait s’écrouler petit à petit. Le Comte est aussi perdu que nous concernant cet évènement et sur les coupables de cet assassinat alors qu’il perd petit à petit la tête. La remarque d’Elliot me tire pourtant un sourire. Les akumas, ces monstres nés de l’amour étaient forts, personne ne pouvait en douter et en particulier des akumas qui comme Elliot avait leur propre conscience.

« La première fois que j’ai vu un akuma, il a faillit me tuer, depuis j’en ai un peu peur, même en sachant qu’ils ne peuvent pas me faire de mal, je continue pourtant d’être terrifié lorsque je me souviens de ce que vous êtes au fond. »

Un Noé effrayé face à un akuma, c’était très certainement la chose la plus ridicule au monde, mais je n’étais pas assez prétentieux pour me croire au dessus de tout danger. Ils restent des armes, à mes ordres même si ce détail je préfère l’ignorer, et il y a toujours moyen pour qu’il se rebelle, non ? Il vaut mieux prévenir que guérir après tout. Je me relevais en douceur à la question d’Ophelia, j’en aurais presque oublier l’heure contrairement à Camelia qui commence à s’impatienter d’être traiter comme un animal domestique.

« Bien sûr, il y a une chambre de libre, je vais t’y conduire. »

J’affichais un large sourire pour lui faire comprendre que contrairement à ce qu’elle pense, ça ne me dérange absolument pas de la laisser aller se coucher.



Vava by Nyxiél - Signa by Ophelia

« Le passé nous hante tel un poison »



MERCI NINA POUR CES SIGNATURES ♥:
 

♗ Le fou du jeu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Liam A. Ludrick♗ Le fou du jeu


Liam drague en #9999cc

FPFT
---------------------------------------------
LIAM VOICE
--------------------------------------------- RSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 377 ▐ Autres Comptes : Caem, Abel, David, Hazel, Ílknur & Pearl.
Masculin
▐ RPG Age : 34 ans.
▐ Personnalité : T O U P H I L E
▐ Parcours RP :
Indisponible pour rp [5/3]
HRP : 380pts - FINIS : 1330pts - RP : 190pts
POINTS AU TOTAL : 1900pts + 2 cond
POINTS DEPENSES : 1200pts

RANG C

A K I G I : www {3/3=10}
L I L Y : www {40}
Y U L I Y A : www {60}
A M B R O I S E : www {30}
O P H E L I A : www {50}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Ven 5 Aoû - 17:49

Départ


"Les départs devraient être soudains."


Je ne suis peut-être pas l'Akuma la plus forte qui existe, mais j'ai le mérite d'être quand même très puissante ! Bientôt, quand j'aurai dévoré assez de mes congénères et tué de nouveaux exorcistes, je deviendrai un niveau IV, et là, plus personne ne pourra jamais me vaincre ! Mais en attendant, il faut que je continue à me battre pour me faire une place dans ce monde, et grâce à Mathilde, je suis certaine d'y être déjà arrivée ! Parce que sans elle, je n'aurais pas pu connaître Liam, ni les autres Noés, ni d'autres de mes frères et sœurs comme Percy ou bien Sébastian ! Tout ce que je suis aujourd'hui, je le dois à elle et à Aloïs. Alors il faut que je continue à devenir plus fort, pour eux ! Pour qu'ils soient fiers de moi !


Bougon comme il savait bien l'être, l'enfant-machine s'était un peu senti exclu lorsque les deux adultes se mirent à parler des incroyables pouvoirs des descendants de Noé, alors que lui n'était qu'une arme parmi tant d'autres. Les maîtres étaient uniques et merveilleux, alors que des comme lui, il y en avait partout autour du monde. Aloïs ne l'avait sans doute choisi pour veiller sur sa sœur que parce qu'il avait une mine enfantine et donc, de confiance, mais cela aurait très bien pu tomber sur n'importe quel autre Akuma. Il n'avait rien de particulier, disparaitrait un jour sans qu'on ne pleure sa perte ; et ça, il ne pouvait rien faire pour le changer. Alors, il pouvait au moins essayer de se dire que les monstres comme lui étaient forts, eux aussi. C'était bien tout ce qu'il lui restait.

Et face à ses murmures un peu boudeurs, la galloise ne put s'empêcher de laisser une rire s'échapper de ses paroles ; rire qui tira d'ailleurs une grimace courroucée au petit montre. Osait-elle se moquer de lui après tout ce qu'il avait fait pour tenter de l'arracher aux griffes de la mort ?

" Oh Elliot … On le sait ! Moi particulièrement ! Je te rappelle que j’ai vu de quoi tu étais capable. Tu es un admirable combattant ! " fit-elle d'un ton enjoué.

Surprit par de telles paroles lancées à son encontre, l'Oiseau en Cage cligna de nombreuses fois de son unique œil, tandis que ses joues s'empourpraient légèrement de rouge. Lui, un admirable combattant. Oh que ça lui faisait plaisir ! Plus que tout au monde ! Et aguerri par de telles paroles, le morveux ne tarda pas à bomber légèrement le torse tout en affichant un sourire mille fois plus confiant de l'air qu'il avait affiché précédemment.

" C'est pas tous les jours qu'un humain me dit ça ! "

Autrement dit, avec ses mots à lui : merci beaucoup.

Malgré tout, la conversation ne s'attarda pas plus longtemps sur les mérites vantés du petit monstre ; bien au contraire, l'ambiance chaleureuse - pour Elliot - retomba bien rapidement lorsque le maître des lieux reprit la parole tout en reportant son attention vers lui.

" La première fois que j’ai vu un akuma, il a faillit me tuer, depuis j’en ai un peu peur, même en sachant qu’ils ne peuvent pas me faire de mal, je continue pourtant d’être terrifié lorsque je me souviens de ce que vous êtes au fond. "

De ce qu'ils étaient dans le fond ; bien sûr, il ne serait jamais rien d'autre qu'une simple machine montée grâce à l'âme d'une morte, et du corps d'un pauvre môme. Il n'était qu'une machine à tuer, une arme parmi tant d'autres. Et même s'il était fort, il n'en était qu'un parmi des milliers, voire même des millions.

" Moi j'te promets que j'te ferai jamais de mal. " fit-il d'une voix qui se voulait malgré assurée, malgré les précédentes paroles de Liam.

Parce que même s'il était un monstre, jamais il ne s'en prendrait à ses maitres ; jamais jamais jamais. Il les aimait beaucoup trop pour cela : il mourrait pour eux, n'importe lequel d'entre eux, quand bien même il préférerait que ce soit pour sa douce Mathilde. Mais il ne choisirait sans doute pas son destin, malheureusement. Comme il n'avait pas choisi cette vie.

" Pardon mais … je sais que je manque cruellement de tact mais, est-ce qu’il serait possible … de dormir quelque part ? "
" Bien sûr, il y a une chambre de libre, je vais t’y conduire. "

Sorti de ses pensées, l'américain ne tarda pas alors à se relever tout en affichant un nouveau sourire tout juste retrouvé. Les mots de la blonde ne voulaient dire qu'une chose à ses oreilles : il était temps de partir ! Au revoir l'Italie, et bonjour la Louisiane ! Mathilde devait s'être fait un sang d'encre, quand bien même il l'avait prévenue de son départ durant quelques jours.

" Eh bien ma foi, dans ce cas, je vais vous laisser vous reposer ! " fit-il en s'étirant et en souriant par la même occasion, " Ma maitresse doit s'inquiéter de ne pas me voir revenir à la maison. Mais je reviendrai vous voir dés que possible ! "

Ce n'était pas une simple parole en l'air : c'était une promesse. Si on voulait bien de lui, il reviendrait et s'amuserait sans doute beaucoup, comme à chaque fois.

Mais pour l'heure, il était temps de rentrer chez soi.


Hrp:
 






Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Put me out of my misery [PV : Ophelia&Elliot]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Origine] Happy (in my misery) - Groupe 2
» Misery de Rob Reiner
» [King, Stephen] Misery
» [Stephen King] Misery
» Stephen KING - Misery

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Italie :: Manoir de Camelia-
Sauter vers: