Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 ton souvenir en une ombre indigo •• Nora

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Ven 1 Juil - 2:45


˻ Dilution ˺


Feat —  Nora Lockwood

Ici j’écris. J’écris comme une thérapie-souvenir d’abord. Pour guérir, et pour ne pas perdre les morceaux de mémoire qui circulent dans mon esprit, comme des chiens errants. J’ai vu de nombreuses lumières et ombres, et une musique douce écoutée dans la tête car je suis. Mort mort mort encore de nombreuses fois. Alors j’écris, pour ne pas perdre le sens des mots automatiques qui sont autant de morceaux de souvenirs qui tentent l’échappatoire, mais je veille. Je veille un peu triste en gardien et en porte et en clé dissimulée, et je grave, je grave sur la pierre creuse du papier avec l’encre, les morceaux de souvenirs échappés. Tu vois (et je m’adresse à une personne imaginaire sur le papier, c’est bien, cela m’aide à catalyser ma panique) ; tu vois, il y a le bruit des embruns et la mer salée, le chlore et l’iode et la mousse blanche (l’écume, c’est le mot que je cherchais), la mousse blanque qui transperce l’onde de l’eau et devance le lourd squelette des bateaux. Je les vois comme de grosses baleines pesantes qui rentrent chez eux. Ici, c’est calme. C’est bien : mes cauchemars sont moins terrifiants. Parfois, je dors. Un peu. Tu vois, sur les chalutiers, il y a les hommes. Ce sont des islandais sauvages, ils sentent le sel et la terre gelée. Tu vois, dans le ciel dégagé du matin, les lumières troubles et vibratoires. C’est le moment de l’aurore, le moment figé, tu vois. Ici, j’écris : j’écris sur l’aurore et sur l’os des baleines, la coque des bateaux et le bois mouillé et humide, à la peinture rouge écaillée. Ici, j’écris, et je m’impose de souffler doucement, pour exhaler doucement de la brume et en même temps doucement mon cœur qui bat (mon nouveau cœur joli et neuf) mon joli cœur doucement vivant cruellement vivant et mes mains tremblent encore.

Mon nouveau cœur est un cœur triste, parce qu’il est porteur d’une grande colère vaine. La colère de la malchance et de la mauvaise fortune, la colère de Sisyphe et sa pierre, montant une montagne éternelle.

Si l’homme est pourtant plutôt jeune, il paraît être vieux. Ses cheveux, gris, sont sales et délavés, et paraissent décolorés sous le prisme du soleil islandais qui éclate sous le dôme de l’aurore. Boréale, et les photons s’agitent sous la coupe du monde. Cyclamën marche silencieusement dans les rues de la grande ville endormie. Il a une grosse écharpe de laine rêche autour du cou, un peu miteuse et vaguement bleu ou bien violet. Indigo. C’est le nom de la couleur que l’écharpe possède en théorie. Dans le ciel, en plus des aurores polychromates et inspirantes, il y a les mouettes et les cris des oiseaux et les nuages solitaires. Les pas de l’écrivain le conduisent — en mécanique bien huilée — vers le port. C’est comme ça : c’est devenu un quasi petit rituel depuis sa « retraite » toute relative. Retraite thérapeutique et désertion faussée. Le matin, il se lève (il a une petite chambre dans une auberge de la grande ville) et il erre dans les rues endormies des humains, et ses pas le conduisent vers le port. Là, souvent, il s’assoit dans un coin, et il observe les marins rentrer et partir vers le large. Il dissèque les vies des pécheurs, silencieusement, et divague. Il oublie et se souvient : bref, il joue son rôle, il regrette.
Parfois, il écrit, sur un petit bloc-notes. Des idées. Des phrases. Il aimerait bien écrire un roman.

L’Autre lui, se tait. Il ne parle plus, et c’est tant mieux. C’est le calme après la tempête, la dictature du silence et du vide. C’est effrayant et libérateur, terrible et risible. Cyclamën évite de trop y penser, de façon générale. Aujourd’hui, le garçon a amené une pomme. Il la croque : ces mains sont maigres et son corps encore plus. Les traits de son visage sont tirés et taillés en une sorte de neige un peu lasse et un peu mélancolique, une neige pessimiste et vaincue sans se battre. Il a les yeux rouges, rouges comme le soleil timide du matin, un rouge qui tend à s’effacer et à disparaitre, et d’ailleurs, on pourrait croire que c’est tout l’être qui cherche à s’effacer et à disparaitre tant l’homme fait des efforts pour ne pas se faire remarquer ni faire de bruit. Il ressemble à un grand héron maladroit et courbaturé. Là, il épluche sa pomme.
Parfois, il y a des monstres-machines aussi, sur le port. Lui, il les regarde, silencieusement. Il n’aide personne. Il mange sa pomme. Et la mer devient rouge alors, un rouge qui tend à vouloir disparaitre et à vouloir s’effacer, comme les yeux du Cyclamën.

Parce que tu vois, je suis las. De disperser et de détruire, de protéger et de dissoudre. Je suis las des fantômes et des ombres, de la matière corrosive et de la machine cliquetante. Alors je regarde et je laisse faire. Et parfois aussi, tu sais, j’ai une grande colère alors. Je brûle et je consume. Je tue et massacre. Sans distinction. Les machines et les humains : l’huile et le sang. Acide comme la pomme découpée le sang. Un pH de très loin très inférieur. Je suis malade, un peu. Un peu fou. Pas de réponse du module d’empathie je crois. Une machine qui avance en boucle, moi aussi, tu sais. J’aimerais beaucoup que l’on m’aide. Mais je n’y crois plus. Je ne crois plus en rien. Bien sûr qu’il y a. Elle. Celle-qui-garde-les-secrets et qui apaise. Je ne crois plus en rien, et j’ai mal à la tête. Tu sais, c’est difficile d’être un vivant. Il y a les fantômes de ceux qui sont morts. Et les regrets de ceux qui sont encore là. Tu as des regrets toi ? Tu m’étonnes. Moi aussi. Normal en même temps. Je suis l’incarné écrivain, la Peste. Le grand malade. Très poétique. Et risible. Oui. L’odeur du sang et du sel et de l’iode, et les reflets des ondes boréales sur l’eau. Tu vois ? Tu as de la chance. Moi, le monde m’a rendu aveugle.

Et les mains tremblantes achèvent de trancher les pelures du fruit. Les pécheurs ont de la chance aujourd’hui. Pas de machine, seulement les mouettes et les poissons et l’odeur de sel. Les hommes rient et sont vivants, ils se déplacent. Cyclamën est sur le quai, les jambes dans le vide, un peu à l’écart. Et dans sa tête doucement, la matrice-grande-colère-fureur augmente. C’est une incantation totem qui doucement le fait glisser vers une genre de violence hypothétique.

Tu vois ? La grande colère rouge qui recouvre tout. Et le sang de la mer qui tend à s’effacer, comme mes yeux. Et le corps des pécheurs sous l’onde boréale de l’aurore, si je décide à céder à la pulsion de la Peste-grande-Colère. L’équilibre et la balance, risibles vies humaines. Tu vois ? Vous me faites tous rires. Vous, ignorants, amnésiques.
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Jeu 7 Juil - 0:00

Vivre


" Vivre est une torture puisque vivre sépare."


Depuis que je suis revenue à la Congrégation de l'Ombre, je ne fais que enchainer les missions en tout genre : des petites de routine, comme des grandes face à de redoutables assaillants.. mais ce n'est pas pour me déplaire. C'est la seule qui parvient à m'occuper l'esprit, la seule chose qui me fais me lever le matin et qui donne un sens à ma vie. Je n'ai plus rien, plus de réelle raison sinon. Que ferais-je lorsque la guerre sera enfin terminée ? Je n'en sais rien, je commence tout juste à y penser. Je ne sais pas ce qui m'attend, ni même si je vivrai suffisamment longtemps pour voir ça de mes propres yeux. Tout ce que je peux faire en attendant ce jour, c'est prier, et continuer à me battre. Encore et encore.


Et elle le ferait, jusqu'à son dernier souffle.

Aujourd'hui encore, la jeune femme s'était alors retrouvée à l'autre bout de son si doux foyer, sur une île perdue au beau milieu de l'océan et de l'Europe : l'Islande. D'après les membres de l'Ordre Noir, c'était la première fois que Nora s'y rendait ; alors pour une fois, elle avait vraiment tout à découvrir. Elle n'aurait pas ce drôle de sentiment de déjà-vu, ou ne ressentirait ce malaise en se disant qu'elle aurait du se souvenir de ça. Là, l'exorciste partait en terres inconnues, et pour de vrai.

Ce n'était qu'une mission de routine, où elle allait devoir rester au moins un ou deux jours sur place afin de vérifier que toute menace - des Akumas, bien sûr - avait été anéantie. Le sourire presque aux lèvres, sa valise à la main et sa cape d'exorciste sur les épaules, la jeune femme sembla goûter à nouveau à la vie et à la liberté en passant les portes de l'arche et en se retrouvant dans la petite ville portuaire au nom imprononçable ; une liberté bien illusoire malheureusement. La Lockwood se sentait libre de ses mouvements et de ses actions, mais elle oubliait bien souvent que Central l'observait dans l'ombre et ne lui laisserait pas le droit à l'erreur. Bien sûr, la brunette en était bien consciente ; et c'était sans doute ça qui facilitait la tâche de ceux qui la gardaient captive et qui lui avaient détruit l'esprit à son insu. Nora avait été conditionnée pour ne pas les décevoir une seconde fois, et elle s'était bien convaincue de ne plus refaire les mêmes erreurs.. tout du moins, c'était ce qu'elle croyait.

Pour en revenir à cette mission solitaire, celle-ci se passa sans encombre la première journée : l'Âme Errante fit ce qu'elle faisait de mieux, à savoir tourner en rond sans grand but, comme une cible mouvante qui n'attendait que d'être attaquée. Mais personne ne vint. Alors, quand le soleil disparut dans le ciel et que le froid glacial se fit encore plus mordant qu'avant, la brunette se décida à terminer sa soirée dans une auberge. Même si elle était en état de combattre, son corps était encore faible et se remettait lentement de la maladie qui l'avait rongé.. mieux valait ne pas jouer avec le feu - ou la glace - en trainant trop longtemps dans le froid.

Une fois son repas et son bain de pris, la parisienne finit par se rendre dans sa chambre.. où elle aperçu un drôle de spectacle à travers la fenêtre. Un spectacle qui, pour sûr, elle n'avait encore jamais vu : des lumières vertes qui dansaient dans le ciel. C'était beau, harmonieux, vivant, naturel.. tous les adjectifs du monde n'auraient pas été suffisant pour décrire ce qu'elle avait actuellement sous les yeux. Dieu seul sait combien de temps elle passa là, assise face à sa fenêtre à observer les couleurs danser, mais une chose était sûre : cette nuit-là, Nora rêva de mille éclats.

Comme elle ne l'avait plus fait depuis une éternité au moins.

***

Au petit matin, l'Âme Errante se réveilla reposée et en forme comme jamais ; tant et si bien qu'elle sortit de son lit avant même les premières lueurs du jour. Cheveux à peine en bataille, tenue un peu froissée, l'Âme Errante ne tarda pas à reprendre sa valise à la main, et de prendre congé de cette magnifique petite auberge qui lui avait offert un petit-déjeuner qu'elle termina sur le chemin. Revigorée et avec un véritable sourire sur les lèvres, la parisienne laissa ses pas la mener à travers la ville sans se soucier d'où elle pouvait bien se rendre ; de toutes manières, elle n'était ici qu'en mission de reconnaissance.

Ce fut ainsi qu'elle se retrouva face à l'océan et à un port, où le soleil commençait tout doucement à se lever à l'horizon, tandis que les pécheurs commençaient leur journée de travail malgré la neige et le froid. Le vent vint alors faire frémir l'ancienne Vagabonde, qui ne put s'empêcher de se blottir dans sa longue et chaude cape noire.

Étrangement, elle se sentie enfin vivre à nouveau à cet instant.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Lun 11 Juil - 16:47


˻ Condensation ˺


Feat —  Nora Lockwood

La condensation la condensation c’est quand un gaz décide de devenir solide la condensation c’est-à-dire la liberté mise en cage c’est-à-dire forcer obliger obliger à occuper un volume un volume c’est rien sinon une prison rien qu’une prison les formes et les volumes ce sont les prisons des humains. Tu sais moi moi tremblotante pauvre moi moi misérable moi je ne suis plus humain. La condensation c’est un mot fascinant aussi je trouve je veux dire un mot avec une chair vibrante de colère comme moi une espèce de pâte rappeuse quand les syllabes s’échappent à l’envolée des lèvres un je-ne-sais-quoi de sonore qui prend de la place prend la place dans l’air la condensation enfin ce sont des souvenirs compactés c’est-à-dire qu’on les a écrasés et enfouis c’est-à-dire qu’ils sont perdus perdus perdus et non-retrouvable et puis non-renouvelable aussi la condensation c’est-à-dire caractère des choses que l’on ne retrouvera plus la condensation c’est un mot un peu triste tu sais je trouve un mot en forme de goutte qui tombe à cause de la gravité le long d’une fenêtre la condensation c’est donc une loi physique c’est-à-dire qu’on ne peut s’y soustraire ou sinon pas longtemps tu connais  ça toi tu connais ma vieille amie cette impression de courir après quelque chose ou plutôt courir pour échapper à quelque chose à une loi physique une loi inaltérable on court on court mais au final on finit par se faire rattraper la condensation c’est-à-dire un mot en forme de larme qui coule le long d’un visage dont la mémoire a été ôtée.

Et Cyclamën avait des excès de folie vague et à géométrie variable aussi ; ils ne duraient jamais longtemps. C’était sans doute pour cela que la grande Colère sourde et épaisse se dissipa se dilua aussi vite qu’elle était arrivée alors que les pécheurs et la mer continuaient de vaquer à leurs occupations, et en même temps que les mouettes en-haut vaquaient aussi à leurs occupations, et que le ciel et les nuages faisaient de même, encore un peu plus au-dessus de la scène. Et la Plume un peu triste (Névropathe surtout) les jambes pendantes sur le quai, fixait les marins, silencieusement. Parfois, quand il était un peu moins triste, il apportait du pain, et il le jetait dans l’océan : en général, les oiseaux et les poissons du port se mettaient à se battre pour la moindre miette. Il trouvait ça un peu ironique : il y avait dans cette violence primaire toute la condition de l’homme exprimée. L’homme est un grand vorace — et Noé était le plus vorace des hommes selon le Cyclamën — qui court après des miettes de pain. L’air de sel et d’iode était piquant pour les yeux ; et l’Animae s’essuya avec difficulté le coin de l’organe oculaire droit. La sensation piquant était désagréable, et lui rendait la vue floue, ce qui l’empêchait de profiter du spectacle des hommes déchargeant du poisson. Ils y en avaient certains dont le corps n’avait tout à fait encore été déserté par la vie, et qui ouvraient et fermaient leur bouche dans le vide avec des drôles de silence. Ils avaient l’air de souffrir, même si ce n’était que des poissons — c’est ce que disait Cyclamën, en les observant, et à mesure que la symphonie de la haine de Noé recommençait dans sa tête.

Depuis que tu m’as arraché le cœur, vieille amie, je fais beaucoup de cauchemars tu sais. Et surtout ; ma haine pour les hommes enfle. Comme une maladie incurable et qui ronge
mon corps
mon corps
ma tête
mon esprit
et je tremble tremble en observant les hommes occupés à détruire des vies pour se nourrir
nourrir et vivre et tuer et nourrir en cercle infini.

Machinal, l’Animae laissait son regard errer sur l’horizon, sur le port, sur les hommes et sur Nora, enfin. Nora. Il plissa les yeux et se les essuya avec plus d’intensité. Nora Nora Nora — cela faisait comme ça dans sa tête. Vague à l’âme ma Vagabonde mon double et l’Autre, ma vieille amie survenue du fond de ma mémoire, Nora la condensée. Et le sel et l’iode qui piquaient ses yeux ne l’aidaient pas, et le Soleil semblait redoubler de sa morsure par ses rayons, et le Cyclamën était ébloui et il avait mal aux yeux alors il distinguait un peu mal ce monde, il distinguait en manière distordue les formes et les mouvements. Néanmoins, elle se dressait là, cruellement et douloureusement là avec sa longue cape noire d’exorciste. Elle faisait face à la mer, et elle souriait. Cyclamën sentait même un animal s’agiter vaguement à l’intérieur de son corps, lui retourner l’estomac et faire battre son cœur du bruyant tambour de la peur. Feilen — si silencieuse depuis l’épisode d’Oslo — avait peur. Peur de mourir ? C’était idiot. Peur de la destruction alors. Feilen était las — et Cyclamën aussi. Il ne voulait pas être reconnu : après tout, elle l’avait laissé pour morte. Il pouvait en profiter pour la tuer, peut-être. Il n’avait pas encore pris de décision. Pour le moment, il se contentait de la regarder, hébété. Elle était pourtant bien là, la jolie vagabonde et son visage de vivant — même si quelque chose gênait le Cyclamën. Il frottait ses mains l’un contre l’autre, stressé. Depuis un certain moment, il développait des tics — et au-dessus de lui, les mouettes, qui riaient, méchantes et maléfiques.

Vieille amie c’est bien toi ? Il me semble que cela fait une éternité depuis que la violence et la guerre nous ont séparés. Peu de temps en vérité, tout cela a filé très vite très vite trop vite comme les étoiles dans le ciel et maintenant mon nouveau cœur réparé tremble dans ma poitrine et tremblent aussi mes os et mon corps et maintenant la grande Colère est de retour plus terrible et plus désastreuse que jamais et il me semble tu sais que je pourrais raser braver la colère de Pandore et raser raser cette ville la détruire la brûler et surtout surtout au milieu il y aurait ton cadavre vieille amie vieille et douloureuse blessure il y aurait ton corps planté sur un arbre calciné et il y aurait ta peau qui se détacherait et ton visage qui hurlerait et moi moi qui observerait car il me semble vieille amie que tu me dois un cœur tu sais tu sais cela tu me dois un cœur un cœur c’est-à-dire que ta dette est éternelle Nora Nora Lockwood il me semble aussi que pourtant j’ai de la tendresse pour toi et de la pitié oui je le sens je t’observe je te vois tu sais et j’observe un changement il y a des regrets des regrets dans les yeux je les vois et tu les ignores tu ne les comprends pas c’est étrange puisque qu’apparemment quelque chose a changé je ne comprends pas et cela est très perturbant c’est détestable en vérité détestable oui vraiment tu sais je suis là il suffirait de tourner la tête tourner le regard pour me voir mais tu me vois plus il me semble que tu passes sans me voir il me semble que tes yeux où grondent les regrets sont voilés voilés voilés tes petites sphères qui te servent à voir le monde c’est étrange oui vraiment condensation tu connais le principe de la condensation il me semble que ma Vagabonde est condensée c’est-à-dire qu’elle n’est plus elle-même c’est-à-dire que je déteste encore plus les Autres maintenant tu es changée c’est ça ?

« Ses yeux ses yeux. Les yeux sont vides pourtant le corps bouge alors. Perturbant perturbant et mauvais. » Cyclamën articulait silencieusement les sons en grommelant. Il se devait pourtant d’aller comprendre pourquoi sa haine se heurtait au mur de la pitié, il se devait de comprendre pourquoi la grande Colère se voyait condenser et mis en cage, il se devait enfin de comprendre pourquoi les ruines de la grande Colère n’était plus tournée vers Nora, mais vers un lieu insondable. Elle ne le voyait pourtant pas ; il se changea. Et les os craquèrent, et les chromates des yeux se modifièrent, et il perdit la parole, à mesure que ces vêtements se tordaient pour s’adapter aux dimensions de son nouveau corps. Et Cyclamën Animae fut un enfant muet et un peu triste, avec des yeux indigo et bleus, un peu triste — c’était là l’enfant triste que l’on ne pouvait pas combattre, l’enfant de la paix et l’enfant du désastre de la nuit du cœur arraché. Et il s’élança avec un air opaque vers la française.

Il s’arrêta à ces côtés, et tourna son regard, silencieux, vers le lointain. Etrangement, il ne sentait rien : il ne reconnaissait donc plus sa vieille amie. Ses mains d’enfant pianotaient sur son bras, nerveusement. Finalement, il osa poser ses yeux sur la Vagabonde et ce qu’il vit était terrible. Dans ces yeux-là, des yeux idiots et naïfs, ils manquaient ils manquaient ils manquaient des choses. Il en était certain. Alors son regard d’enfant se mua en une tristesse douce et dépitée, il fit un sourire désolé à Nora.

Vieille amie, es-tu vraiment morte ?
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Lun 11 Juil - 22:43

Enfant


" Un enfant terrible est un enfant terriblement malheureux."


J'ai beau avoir du mal à trouver des occupations lorsque je suis à la Congrégation de l'Ombre, là, je dois bien avouer que je n'ai rien besoin de plus. Je pourrais sans doute rester là pendant des heures si l'on m'en en laissait l'occasion ; comme cette nuit, lorsque je me suis mise à regarder les lumières qui dansaient dans le ciel. Les aurores boréales, qu'on m'a dit que c'était. Cela m'a fait penser à ma grande sœur, au fond, mais.. juste à cause de son nom. Car c'est tout ce qui me reste d'elle, tout comme pour les autres. Des noms, un visage enfantin dans la tête, et aussi l'idée qu'un jour je devrais abattre les jumeaux à cause de ce qu'ils sont devenus. Je ne sais même pas si je serai triste, à ce moment-là.


Comment pouvait-on pleurer la disparition de membres de sa famille si l'on ne les avait jamais vu ? Ou plutôt, si l'on avait plus aucun souvenir d'eux ? Peut-être étaient-ils heureux, ces fragments de mémoire, comme tristes ; ça, Nora ne le savait pas, ne pouvait pas le savoir, comme elle ne s'en souvenait plus du tout. Mais là, au moins, face à ce lever de soleil lointain et à cette ville figée dans la neige, la jeune fille savait qu'elle allait pouvoir garder cette image en mémoire pour toujours ; et quand on avait plus rien dans la tête, cela faisait le même effet que de recevoir un habit neuf lorsqu'on avait plus rien sur le dos. Cela ne pouvait qu'être une chaussette ou bien une chaussure, mais lorsqu'on a plus rien et que l'on marche dans le froid, on est toujours heureux d'avoir ça. Enfin, ce sentiment là, c'était ce que pensait ressentir la brunette, incapable de mettre d'autres mots sur ce qu'elle vivait à cet instant-là.

Ce drôle d'instant dura sans doute une éternité, voire même deux. Plongée dans ses pensées, l'Âme Errante ne vit pas le temps passer, et ce, malgré son regard plongé sur le soleil qui se réveillait petit à petit à l'horizon. Tout ce qu'elle sut, c'est qu'elle se rendit compte qu'elle avait du passer un peu trop de temps ici bas ; car ses pieds avaient fini par picoter à cause du froid. Ce n'était rien de très grave, et il lui suffirait de marcher un peu pour faire passer cette sensation ; mais c'était sans compter une drôle de présence qui finit par se faire sentir à ses côtés. Interloquée, l'exorciste sans souvenirs ne tarda pas à baisser les yeux vers la silhouette minuscule qui s'était dressée près d'elle : un enfant, sans doute plus jeune que Charly.

Et c'est qu'elle souriait, cette petite âme enfantine ; d'un drôle de sourire, mais d'un sourire d'enfant malgré tout. Allez savoir pourquoi, mais la brunette ne put s'empêcher de lui offrir une mimique similaire en retour ; quoique sans doute plus brillante que la sienne.

" Salut toi. " souffla-t-elle tout en s'accroupissant pour se mettre à sa hauteur, " Qu'est-ce que tu fais par ici si tôt ? "

On avait beau lui avoir détruit la tête, l'instinct maternel ne disparaissait pas. Et puis, elle se souvenait de Charly, on lui avait parlé de lui, elle s'était occupé de ce petit ange ; et cet enfant, il lui rappelait beaucoup son petit parisien. Sauf que lui, il parlait tout le temps, mais pas l'inconnu. Lui se contentait de le toiser de ses yeux d'une drôle de couleur, sans rien dire, sans prononcer le moindre mot. Ce ne fut que lorsqu'il se mit à faire des signes avec ses mains qu'elle comprit qu'il ne pouvait tout simplement pas parler. Sans doute était-il muet, ou sourd, voire les deux à la fois. Comme Louise. Qui ? Nora ne connaissait personne de ce nom, alors inutile de rappeler ce fragment du passé qu'on avait omis de lui rappeler.

Sur le coup, la Lockwood ne fit pas attention à ce qu'il avait tenté de lui dire ; mais se souvint de cette langue qu'elle connaissait bien. Pourquoi l'avait-elle apprit un jour ? La jeune fille n'en avait pas la moindre idée, mais au moins, cela lui servait aujourd'hui.

Désolée.

De quoi s'excusait-elle ? De n'avoir pas remarqué tout de suite qu'il était différent ? Ou bien de ne pas avoir fait attention à ce qu'il avait dit ? Peut-être un peu des deux. Dans tous les cas, l'Âme Errante n'attendit pas plus longtemps pour signer à nouveau, et ce, avec un fin sourire dessiné sur les lèvres.

Tu t'es perdu ?

Il n'y avait rien de plus triste qu'un enfant sans ses parents.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Mar 12 Juil - 15:53


˻ Sublimation ˺


Feat —  Nora Lockwood

Désolée ?

Désolée vieille amie désolée mais tu sais cela n’a pas d’importance j’ai regardé tes yeux j’ai regardé à l’intérieur et tu sais ce que j’y ai vu ? Rien justement, je n’y ai rien vu et ça ça m’a terrifié parce qu’alors n’étant plus toi-même je ne puis plus te détester comme avant rien plus de haine ni d’émotion comme avant il ne reste plus qu’une petite tristesse et beaucoup de pitié je te plains oui vraiment Nora je te plains d’être ignorante et amnésique et j’aimerai prendre ta main ma main de petit homme dans ta grande main bohème fine et blanche pour toucher du doigt ton passé et reconstruire notre colère reconstruire ta mémoire et te détruire et te haïr encore encore (encore ! ) mais hélas c’est impossible vieille amie tu le sais bien et même que c’est bien pour cela que tu me fais face et que tu signes et que tu murmures désolée désolée je ne peux plus rien faire pour toi je suis le Regret je ne touche guère au chose de la guérison je ne sais que détruire (détruire !) détruire — et ce qui a été déconstruit ne saurait être ramené à la vie — aussi je te regarde et je suis triste et je voudrais prendre ta main pour te rassurer et pour te dire que tu sais au fond ce n’est pas grave notre ancienne colère n’était pas productive et apportait la peur et que tu sais je ne t’en veux pas d’être partie après tout je ne suis qu’un enfant avec des yeux indigos qui reflètent les souvenirs les tissus mnésiques et les images, hélas toi tu n’as plus rien à me donner à refléter tu ne transmets plus rien plus aucune forme de lumière sublimation sublimation c’est lorsqu’un solide se transforme en un gaz sans passer par une phase liquide sublimation c’est-à-dire la liberté transcendante libérée des chaines des autres les autres c’est-à-dire les souvenirs sublimation c’est-à-dire un idéal en forme de cage dans la tête alors voilà jolie et triste Nora sublimée je te regarde et je ne t’en veux pas tu sais
Je te pardonne.

Le spectacle sur le port ce jour-là avait quelque chose d’amusant : on pouvait y voir deux individus ; une jeune femme et un petit bonhomme, converser silencieusement par le langage des signes. Avec les mains, on peut lier le monde — c’était dans un des livres que Roar lisait à Cyclamën quand il était petit. Avec les mains, on peut lier le monde, et cela lui arrivait parfois, le Cyclamën, de repenser à ce passé lointain et trouble des instants de sa vie jeune où il avait été heureux. « Heureux » ; maintenant, ce mot sonnait trouble aux oreilles du Noé. D’abord pour le souvenir qu’il incarnait — par nature, ça lui était étrange — et ensuite pour la réalité. La guerre, le sang, les mots ; impossible d’être heureux sans être coupable désormais, aussi impossible d’être vraiment heureux. Il y avait bien une personne qui, lui semblait-il, avait la capacité de le laisser approcher de la nature de l’idée « être heureux » ; mais même ça ça le perturbait, et l’Animae était toujours troublé et nerveux quand il pensait à son rapport à l’univers de Bonnie. L’Amour, dans la guerre, c’était absurde et tellement doux ; comme marcher dans un champ de coton pendant un orage — c’était là une des conclusions à laquelle il avait abouti, et qui était noté dans un de ses petits carnets qu’il conservait précieusement. Cyclamën pensait pouvoir comprendre le monde et le sens du monde et le rapport aux mondes des autres avec les mots, alors il notait beaucoup de mots, parce qu’il avait peur d’oublier. C’était probablement l’une des raisons de son empathie (parfum amertume douce et amère) pour Nora : elle était frappée d’un des maux qu’il craignait le plus. Par exemple, Cyclamën ne concevait pas d’oublier la bergère ; il ne concevait pas d’oublier l’homme maigre qui marchait dans un champ de coton pendant un orage. Voilà pourquoi le sourire triste et tendre ne quittait pas le visage du petit garçon, et que ce dernier fixait avec douceur Nora.

Tu es perdu ?

Cyclamën tu es
perdu ?
bonhomme
Cyclamën
tu es
perdu
toi ?
tu es qui ?
Cyclamën ?
le néant Cyclamën ? peut-être
                               petit être
tu es perdu ?

Tu sais vieille amie tu me fais rire sans ta mémoire et c’est un rire bienveillant et tes gestes sont des caresses douces dans ma tête et ils sont des images qui résonnent en écho sonore dans ma petite tête d’enfant qui peine à comprendre le monde tu sais Nora je crois que je t’aime bien sans tes souvenirs c’est donc cela une vie normale sans crainte et sans douleur tu sais Nora si tu n’avais pas cette Innocence misérable dans tes mains je crois que je les prendrais tes mains je veux dire j’aimerai bien sentir le contact chaud des hommes contre ma peau moi ma peau elle est toujours froide et pourtant je suis vivant tu sais j’aimerai bien savoir ce que cela fait de prendre la main d’un inconnu dans la rue comme ça juste pour se rassurer et se dire voilà on est tous les deux des vivants regarde là-bas c’est l’aurore trouble et les odeurs de sel et les pêcheurs qui travaillent ils sont lourds et ballots un peu et il y a des machines parmi eux Nora je voudrais prendre ta main pour te dire non non ne va pas là-bas te battre Nora non reste encore un peu avec moi comme ça oublions la guerre je veux dire juste on pourrait se contenter d’oublier ne pas ne plus y penser simplement je crois regarder la mer c’est bien la mer je veux dire regarde l’écume et la mousse l’odeur de l’iode et la morsure du vent tu n’aimes pas cela non je sais bien que tu aimes bien ça mais je sais aussi que tu vas y aller quand même tous les sauver tout à l’heure pour l’instant les machines se tiennent tranquilles mais ce n’est qu’une question de temps en plus tu as tes mains infâmes marquées du sceau de la matière pure ta détestable amante Innocence ils vont le sentir ils vont venir et mettre mon port paisible à feu et à sang Nora pourquoi pourquoi la guerre c’est terrible et avec tout cela je ne peux toujours pas
Prendre ta main dans la mienne car
Ma peau impure d’enfant de Noé brûlerait contre la tienne.

Cyclamën avait fermé les yeux un moment ; mais il les rouvrit pour faire un petit sourire timide et hésitant à Nora, comme l’aurait fait un véritable enfant. Il haussa les épaules et signa rapidement le signe du rond qui tourne en rond en cercle de l’infini et le ciel de la grande étendue et la grande ville urbaine en forme de dédale tout cela pour former une phrase :

« voui et non. je voulais voir le soleil qui se lève. »

Bien que Cyclamën pratiquait depuis longtemps la langue de ceux qui ne peuvent pas parler, il faisait attention à avoir un langage un peu maladroit, pour coller à son personnage d’enfant. Comme elle s’était penchée pour être à sa hauteur, il plongea ses yeux dans les siens pour y distinguer quelque chose (il ignorait quoi). Il rajouta rapidement avec un petit sourire curieux.

« je viens ici quand je me sens perdu. vous aussi vous êtes perdus ? »
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Mer 13 Juil - 1:50

Soleil


" On adore plutôt le soleil levant que le soleil couchant."


Je ne sais pas si mon langage des signes est très clair, cela doit faire longtemps que je n'ai pas pratiqué ; ou tout du moins, c'est l'impression que j'ai en ce moment même. C'est un peu étrange, c'est comme un automatisme. Je sais ce que je veux dire, et les signes viennent tout seul dans ma tête ; c'est comme le français ou l'anglais. Je ne me souviens pas de l'avoir apprit, mais je sais me débrouiller avec quand même. C'est vraiment une drôle de sensation, mais je dois faire avec, comme toujours. C'est comme lorsque je me rends quelque part mais que j'oublie pourquoi je m'y suis rendu, ou que j'ai l'impression d'avoir oublié quelque chose en chemin. Je n'aime pas trop ces sensations, mais je dois m'y faire.


Sourire aux lèvres comme à son habitude, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de voir en cette petite âme enfantine un reflet de son cher Charly. Il avait ce même air un peu triste et en même temps si brillant que pouvait afficher un enfant de son âge ; un regard qui avait sans doute été innocent autrefois, mais qui avait finit par être voilé par quelque chose, par forcément aussi grave que la guerre, mais peut-être assez pour le brouiller les yeux. Le petit Charles avait vu la guerre de près, et continuerait sans doute à la voir.. mais qu'avait bien pu voir cet enfant au regard triste et au sourire aussi brillant que le sien ? Qui sait, peut-être était-ce lié à son mutisme, ou bien à sa surdité. Cette tristesse était peut-être liée à sa différence. Oh, Nora ne pouvait que comprendre ça. Elle n'était certes pas malade - enfin, plus vraiment - mais elle savait ce que cela faisait de sentir le regard des autres sur ses épaules.

Mais ce n'était pas l'heure de s'embrouiller avec de tristes pensées comme celles-ci ; aujourd'hui, dans ce pays si froid et pourtant si chaleureux, l'ancienne bohème n'avait pas envie de songer à ces tracas du quotidien. Tout ce qui importait, c'était de profiter de petit instant de liberté, de soleil, et de vie. Oh ! Cela faisait si longtemps que la Lockwood ne s'était pas sentie aussi vivante.

Et le sourire de l'enfant inconnu jouait là-dedans.

Voui et non. Je voulais voir le soleil qui se lève.

Ces quelques mots, l'enfant au regard triste les avait signés après avoir simplement haussé les épaules. Il avait bien raison de profiter de ces petits moments de la vie ; car après tout, on ne savait jamais de quoi demain était fait. On pouvait très bien se réveiller un jour, et ne même plus se reconnaître dans le miroir.

C'est vrai que c'est beau.

Encore et toujours, l'Âme Errante ne pouvait s'empêcher d'afficher ce drôle de sourire sur les lèvres - cette mécanique qui était restée, malgré le lavage de tête et de souvenirs - quand bien même elle ne savait jamais vraiment s'il était réel ou juste un brillant théâtre. Mais là, au fond d'elle, la brunette était presque sûre que celui-ci était terriblement vivant.

Et encore une fois, c'était sans doute grâce à l'enfant.

Je viens ici quand je me sens perdu. vous aussi vous êtes perdus ?

Le petit homme avait demandé ça tellement innocemment que personne n'aurait pu lui en vouloir d'avoir fait preuve de si peu de tact ; après tout, n'était-ce pas propre aux enfants ? Perdue, oh, ça, oui, bien sûr qu'elle l'était. La parisienne ne savait plus qui elle avait été, ne se souvenait plus de son passé, et ne se doutait même pas qu'on l'avait aidé à devenir quelqu'un d'autre, un parfait petit soldat qui écoutait les ordres. Pour elle, elle était redevenue celle qu'elle avait toujours été par le passé, mais en mieux. Alors oui, d'un point de vue extérieur, Nora était terriblement perdue.

Mais bien sûr, celle-ci - la Nora là - ne s'en rendait pas vraiment compte. Certes, elle était souvent déroutée par l'absence de sa mémoire, mais.. ce n'était pas si grave. Dans le fond, elle se pensait être une personne meilleure.

Pas vraiment.

Une nouvelle fois, elle ne put s'empêcher de sourire tout en signant ces quelques mots, et ne put s'empêcher de jeter un regard vers le soleil orangé-rose qui grimpait petit à petit dans le ciel pour rejoindre les nuages. C'était vraiment quelque chose de magique.

Je suis venue voir le soleil, moi aussi. Et les lumières vertes qui dansaient dans le ciel. Mais je ne sais pas comment signer ça.

L'Âme Errante n'avait peut-être pas de souvenirs dans la tête, mais au moins, elle savait qu'il n'y avait pas d'aurores boréales en France ou bien au Royaume-Uni ; la preuve, elle avait été incapable de trouver comment signer ça. Qui sait, l'enfant lui éclairerait peut-être sa chandelle ; et d'ailleurs, en parlant de lui.. ils discutaient mais la brunette ne connaissait même pas son nom. Sans doute aurait-elle du commencer par se présenter.

Je m'appelle Nora. Et toi, c'est quoi ton nom ?

Ce serait sans doute difficile à retenir ou à prononcer, vu le pays dans lequel ils se trouvaient ; mais cela n'importait pas. Surtout pas dans un dialogue aussi silencieux que le leur.

Les mouettes crièrent, au loin.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Jeu 14 Juil - 22:05


˻ Ionisation ˺


Feat —  Nora Lockwood

Alors on en est là vieille amie oui tu te souviens réellement de rien dis vraiment vraiment ou bien peut-être un morceau mais te donner mon nom mon nom tu sais ce serait prendre un énorme risque maintenant le risque que tu te souviennes et que tu me tues le risque que tu ne te souviennes pas et que tu m’ignores le risque que tu te souviennes à travers Central c’est-à-dire te souvenir de souvenirs qui ne sont pas les tiens c’est-à-dire que peut-être eux connaissent-ils mon nom et que peut-être que tu le connais à travers eux uniquement désormais je ne suis pas sûr de vouloir d’un souvenir de mon nom à travers le Cyclamën-Noé que je suis pour Central tu sais vieille amie je crois que j’aime bien la douceur de ce moment la douceur de ce soleil et de ce parfum de sel même si l’illusion est complète même si c’est uniquement avec ce corps d’enfant que cela fonctionne même si la guerre et la machine ne sont pas loin mais tu sais Nora sublimée c’est si facile si facile de ne pas dire mon nom mais je crois que j’ai l’espoir également l’espoir l’espoir de te retrouver ma vieille amie avec tes souvenirs avec les vrais morceaux de toi retrouvés enfin l’espoir enfin je ne dois pas trop y penser surtout pas le regret qui pense à l’espoir si Feilen était là il rirait et il lèverait les yeux au ciel et il se mettrait en colère et il se moquerait tu sais Nora sublimée j’ai envie de te dire mon nom mais enfin pour le moment comme tu es ignorante et que je suis un enfant gentil il me faut jouer mon rôle d’enfant éclatant et rire et t’apprendre et prendre un air passionné et figure toi que l’illusion n’est pas si fausse je crois je crois que j’apprécie de mettre la guerre de côté pour le moment (pour le moment oui seulement la guerre n’est pas loin et mon bras me fait encore mal et mon cœur me fait encore mal et ma tête me fait encore mal quand je me réveille tard dans la nuit avec la morsure de tes mains sur la peau) alors je vais t’apprendre à signer Nora sublimée qui ne sais plus rien.

On nomme aurores polaires les grandes voiles colorés des navires invisibles qui traversent le ciel d’Islande régulièrement, ou bien aussi aurores boréales ; c’est un phénomène de friction entre des particules et le ciel polaire, c’est un phénomène lumineux, un genre d’orgie photonique et colorée. Quand il était petit, Roar amenait parfois Cyclamën en Islande. C’était toujours jour de fête alors : on fermait la librairie, et on prenait le grand bateau à la coque avec la peinture verte fatiguée, celle qui était rongée par la mer, pour se rendre sur la petite île. On passait la journée à ne rien faire, à écouter le bruit des vagues et à se promener sur la plage, et on gouttait à la liberté et à l’insouciance. Le soir, on regardait les aurores boréales : ainsi Cyclamën savait signer le phénomène lumineux des particules qui frottent la surface du ciel, dans les régions polaires quand il fait très froid, le phénomène qui se voulait peintre et qui dansait dans le ciel en manière intangible.

« je vais te montrer alors. »

D’abord comme une vague toute douce qui progresse dans un néant froid et gelé (c’est le ciel)
Et ensuite les formes en navire (ce sont les navires invisibles)
Qui chevauchent les vagues qui sont devenus plusieurs
Pluriels et elle se mettent à exploser
Et ensuite les mains en explosions qui s’éparpillent pour figurer
Les couleurs qui explosent
Et désigner le ciel ensuite et faire comprendre et faire le lien
Et tout devient clair alors
Aurores boréales ondes phénomène lumineux.

Et le petit bonhomme serre les poings et sourit à Nora après avoir effectué son petit geste technique ; il est plutôt fier. Constatant l’air pas vraiment convaincu de la Nora sublimée, il comprend qu’il a été trop vite et qu’il va falloir démontrer et dénoter les détails, car les adultes sont bêtes et ont toujours besoin qu’on leur explique des tas de fois avant de comprendre. Il soupire, un peu amusé, et très concentré. Ionisation c’est la sublimation le niveau au-dessus c’est la soupe de plasma c’est l’état de la matière juste avec des particules élémentaires de purs électrons tu sais quand les gazs disparaissent et deviennent plasmas Nora tu vois Nora ionisée le gaz c’est le souvenir la ionisation c’est le châtiment qu’on t’a infligé et maintenant ton esprit c’est une soupe avec des particules simples et d’interactions faibles les souvenirs ne connectent plus tu comprends c’est la soupe mémorielle c’est le néant des images et des totems jolie Nora d’abord sublimée et ionisée enfin. Il n’est pas prudent, il lui prend les mains ; néanmoins, il se garde bien du moindre contact avec la peau laiteuse de la Vagabonde ionisée — il s’aide de ses mitaines de laine pour ça. Doucement, il décompose les gestes avec les mains de la Lockwood, avec la stupide concentration que peuvent afficher les enfants lorsqu’on leur confie une tâche (qu’ils estiment terriblement importante). Finalement, il affiche un air triomphal et signe rapidement.

« voilà ; à toi maintenant. »

Et voilà je me remet à réfléchir pendant que tu t’amuses avec tes mains et  avec ton nouveau mot les mots sont puissants les  mots tu sais vieille amie les mots sont très forts et en même temps étranges ils sont faibles comme des épis de blé dans un champ il suffirait d’une tempête pour les balayer et les mots sont précieux tu sais vieille amie sans mot on n’est rien on n’est plus personne on est muet alors on n’existe plus c’est-à-dire qu’il faut avoir des mots pour exister tu sais Nora sublimée pour le moment j’existe enfant-aurore-boréale dans ta tête j’aime ce mot c’est un mot qui glisse et monte comme une bulle c’est mot doux qui sonne doucement avec un joli son comme une bulle qui éclate paresseusement une bulle qui pourrait amuser des enfants dans un parc une bulle de savon qui éclaterait de rire ou bien une bulle de peinture pour colorer un mur mais j’hésite Nora j’hésite à exister à travers un nouveau mot Cyclamën (c’est une jolie fleur) Cyclamën c’est moi bien sûr un mot pour un souvenir une désionisation une thérapie une souffrance alors j’hésite j’ai peur de bousculer l’ordre et la beauté du moment et du soleil qui monte doucement dans le ciel mais néanmoins l’espoir terrible et la volonté de te retrouver vieille amie sont trop forts.

« je trouve ça joli Nora. »

Le petit garçon sort un petit carnet d’une poche de son grand manteau, et un crayon. Il griffonne son nom et tire la manche de Nora pour lui montrer — évidement, on ne signe pas « Cyclamën » à quelqu’un qui ignore qui est Cyclamën. Ensuite, il fait un signe en forme de rond qui tombe (un peu triste comme signe il semble) et se désigne lui-même avant de désigner le carnet, pour lui faire comprendre que le signe est associé au nom griffonné sur le carnet, c’est-à-dire lui.

« cyclamën. »

Et dans tes yeux je cherchais un signe de ma vieille amie, un peu horrifié, un peu fasciné, un peu en colère, un peu apeuré.
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Sam 16 Juil - 14:26

Prénom


" Un des plus beaux cadeaux que nous ait fait la vie, c'est quand notre prénom a l'air d'un mot gentil."


Cela me rassure que ce petit bonhomme est capable de comprendre mon langage des signes ; c'est que j'avais peur d'être un peu rouillée, même si, en réalité, je n'ai aucune idée de depuis combien temps je n'ai pas pratiqué. Et en plus, je n'arrive pas à signer tous les mots que je veux pour décrire ce dont je veux parler. J'espère qu'il comprendra de quoi je parle lorsque j'ai signé les lumières vertes dans le ciel.. c'est qu'il doit pas y en avoir dix mille différentes par ici ; pas vrai ? Et si c'est le cas, ben.. je ne sais pas comment on va faire pour se comprendre. Si on ne peut pas converser par la parole ni avec les signes.. que fait-on ?


Face à la détresse de la jeune femme, l'enfant se montra terriblement conciliant : il allait lui montrer comme signer ce miracle de la nature. Toute ouïe - si on pouvait vraiment dire ça alors que personne ne parlait - elle observa alors les mains de son interlocuteur bouger pour mimer le mot les aurores boréales.. mais comme ce dernier alla beaucoup trop vite pour qu'elle puisse le retenir, la pauvre Lockwood se retrouva avec un air un peu hébété sur le visage. Un sourire un peu gêné s'étira même sur ses lèvres, tandis que son regard croisait celui de l'enfant ; sans doute tout fier de lui avoir apprit quelque chose. Heureusement pour elle, le petit islandais - vraiment ? - ne tarda pas à comprendre son désarroi, et finit par lui prendre les mains pour lui montrer plus doucement. Chaque geste, chaque mouvement, chaque petit détail qui allait contribuer à créer ces deux mots : des vagues, des bateaux, des explosions qui rappelaient celle des couleurs, le ciel. Et voilà.

L'âme Errante avait finit par comprendre ! Et le petit homme, lui, semblait désormais plus fier que jamais ; cela se voyait à son regard pétillant et plein de vie. C'était à elle de le faire toute seule maintenant, il le lui avait dit ; alors, elle ne put s'empêcher de s'exécuter. Les signes étaient encore un peu timide, mais la brunette ne se trompa pas. Ce fut alors à son tour d'affiche une mime réjouie, ainsi qu'un large sourire comme elle n'en avait plus fait depuis longtemps : une mimique enjouée, pleine de vie également. Elle ne put s'empêcher alors de signer quelques mots pour le remercier de son aide ; les enfants avaient tant à apprendre.

Profitant de cet instant hors du temps et paisible pour se présenter à son petit camarade ; chose qu'elle aurait sans doute du faire depuis longtemps, quand bien même les enfants étaient beaucoup moins regardants que les adultes à ce sujet-là.

Je trouve ça joli Nora.

Face à un tel compliment, l'ancienne bohème ne put s'empêcher de sourire de plus belle : depuis son éveil, personne ne lui avait encore dit ce genre de choses. Cela faisait toujours plaisir, on ne pouvait pas le nier.

C'est gentil.

Et lui, c'était quoi son petit nom ?

L'enfant ne tarda pas à répondre à sa question, et ce, cette fois-ci en sortant un carnet pour y noter son prénom ; visiblement, tout ne le monde n'était pas à mène de comprendre ses gestes. C'était un peu triste, quand on y pensait. Mais la parisienne n'eut pas le temps d'y réfléchir bien longtemps, car déjà l'enfant lui tirait la manche pour lui montrer son œuvre.

" Cyclamën ? " répéta-t-elle, avec une innocente simplicité.

L'autre Nora se serait souvenu de ce nom, mais celle-ci, ne sembla même pas réagir. Elle se contenta juste d'observer l'enfant signer le mot, afin d'apprendre à le faire également. Comment aurait-elle pu se rappeler de ce nom ? Celui d'un Noé décédé, qu'elle avait signalé à Central comme étant tel ? Sa fiche avait dû être archivée ; personne ne devait se douter qu'il avait survécu. Nora la première.

Alors il n'y eut aucune peur, haine ou colère ; seulement un sourire.

Je trouve aussi que c'est un très joli prénom.

Cela sonnait bien à l'oreille, et le signe, lui, était très beau également ; un peu triste d'une certaine manière, mais beau malgré tout. Cela lui faisait penser à quelque chose, mais elle ne put mettre un nom dessus ; heureusement d'ailleurs. L'ancienne Vagabonde avait déjà du entendre ce mot quelque part au cours de ses voyages ; mais cela n'importait plus désormais.

Cela veut dire quelque chose dans ta langue ?

Beaucoup de mots avaient des explications dans leur langue d'origine ; après tout, il était possible de traduire le nom Lockwood d'une certaine manière, mais.. Nora ? Celui-là, la jeune femme n'en avait pas la moindre idée. Et elle ne se garda pas de le signaler au petit homme.

Le mien ne doit pas vouloir dire grand chose.

Face à ces quelques mots, la jeune femme ne put s'empêcher de rire, de laisser s'échapper une mimique nerveuse, sans doute un peu triste également. Après tout, elle ne savait rien à ce sujet.

Et c'était ça qui était le plus triste.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Lun 18 Juil - 22:49


˻ Liquéfaction ˺


Feat —  Nora Lockwood

cyclamën                        (dans ses yeux)
tu es mort ?
cyclamën ?
   tu es                                         mort ?
                                                            mort cyclamën (petit regret ? tu es)
tu es mort mort mort (dans ses yeux là ?)
tu n’es plus rien personne tu es mort ?

Nora sublimée tu m’as donc oublié oublié hein je l’ai bien vu dans tes yeux pas la peine d’être triste ni gênée tu sais je ne t’en veux pas vieille amie c’est peut-être mieux ainsi ainsi comme ça je peux rester pour toi le petit enfant le petit Cyclamën du port de la ville imprononçable avec le soleil du matin qui se lève et l’odeur de sel de la mer qui se lève doucement tendrement lentement un humain un enfant humain plein de tendresse pour moi tu sais c’est doux la tendresse c’est rare sur ma peau la tendresse (le regard tendre ton regard tendre et plein de compassion) alors je ne t’en veux pas oui vraiment tu sais Nora je ne t’en veux pas ce n’est pas grave j’emporte mon secret j’emporte ma colère et ma haine ne reste que le dépit petite Nora sublimée Vagabonde amnésique je me tais et te laisse en paix restons là doucement tous les deux j’attendrai que tu te réveilles pour te détester à nouveau hélas te détruire à nouveau hélas pour le moment l’heure est à la liquéfaction des sentiments c’est un phénomène thermodynamique où je transforme mon poison gazeux en rivière tranquille et où j’oublie j’oublie que je dois te détruire (puisque toi tu m’as aussi oublié vieille amie vieille vieille amie je suis triste) alors regardons le soleil qui se lève toi tu es libre et sublimée et moi petit enfant humain humain je ne veux pas être Noé pour le moment et je regarde d’un mauvais œil les machines-marins du port et j’espère qu’elles ne viendront pas perturber la beauté du moment doux de la paix intérieur de Nora sublimée et de Cyclamën empathie retrouvée. Distrait, il se désintéresse un moment complètement de la Vagabonde sublimée.

Et l’enfant fit un petit soleil fière en forme de sourire sur ses lèvres : naturellement que son prénom était très joli, et il en était très content (et il tira la manche de Nora à nouveau, doucement et tendrement, parce qu’il aimait bien attirer l’attention de la jeune femme ainsi). Et il tapa dans ses mains pour les réchauffer (j’ai oublié que quand j’incarne un regret j’en garde aussi les impressions et les habitudes, et se comporter en enfant et en avoir le comportement, cela se fait sans même le remarquer, et d’un pas à l’autre le Cyclamën devient réellement le regret qu’il incarne et les acteurs et les personnages se fusionnent dans le liquide trouble de la scène), et il souffla sur ses mains pour faire de la brume comme son père lui montrait avant : la brume c’était et d’abord un joli mot et ensuite une substance beaucoup trop jolie pour ce monde, alors la brume c’était toujours chouette à faire ; et le Cyclamën comme un enfant fixait son attention sur des petits détails comme la brume exhalé par sa bouche le matin avec le soleil et l’odeur de sel qui se lèvent.

une chose ?

C’est une chose trop oubliée ça signifie créer des liens des liens des liens c’est une fleur aussi une jolie fleur jolie pour donner à celui qu’on aime c’est un fleur d’amour Amour le Cyclamën enfin bref l’enfant est un peu gêné maintenant que je sais que tu m’as oublié je ne veux pas remuer mes souvenirs (moi je me souviens la colère gronde la colère se souvient) alors je ne veux pas aller chercher dans les archives de mon esprit et te parler de mon prénom alors mon corps d’enfant prend un air un peu désolé avec un air secret et très concentré et un petit clin d’œil je te regarde si je pouvais parler je chuchoterais dans ton oreille avec une voix basse Nora sublimée rien rien rien rien rien rien rien rien rien rien rien Nora sublimée je tremble c’est mystérieux c’est une sensation étrange ha j’ai trouvé c’est Feilen c’est l’Innocence c’est ça voilà mon corps d’enfant qui s’agite évidemment ma vieille amie notre ancienne malédiction c’est ça un malheur arrive à chaque fois que nous nous rencontrons ma vieille amie tu te souviens de nos souffrances nos batailles nos rencontres et nos haines évidemment que non c’est bien pour ça que je réprime mes tremblements (Innocence rien rien rien toute proche mine de rien tellement proche je pourrais la détruire peut-être et te libérer ma vieille amie te libérer réellement tu crois j’en suis pourtant incapable tu le sais bien avec ce corps d’enfant hélas hélas rien rien rien de bon ne sortira de cette rencontre) de cette rencontre Cyclamën tu le sais pourtant que le malheur c’est le futur de cette histoire de Nora sublimée et de toi-enfant qui se parlent tranquillement comme ça tu sais bien que c’est impossible de rencontrer le soleil et le sel de la mer comme ça ensemble en paix paisiblement doucement avec des tas de morceaux de douceur tout autour rien rien rien.

« voui mais c’est un secret ! »

Et tu prends un air un peu énervé à cause de sa dernière remarque signé c’est si triste de ne pas avoir de signification toi mieux que personne tu sais pourtant que les mots sont forts précisément précisément parce qu’ils ne sont pas vides ils ne sont pas creux ils ne sont pas rien ils ont des significations toi Cyclamën tu t’offres d’en trouver une à Nora Nora sublimée ton mot à forcément une signification c’est simplement que tristement (tu sais l’histoire est un peu à se tordre elle est très très — rien — triste) tu l’as sans doute oublié Nora sublimée ionisée tu es une soupe de souvenirs et de significations et de mots en électrons libres jolie Nora tu as sans doute oublié ton mot c’est-à-dire que tu ne sais plus qui tu es c’est-à-dire que tu as oublié (que tu me détestais) ceux que tu aimais (celui qui a un grand œil je me souviens qu’il t’aime que ce mot est ridicule ridicule vraiment mais pourtant ne m’anime-t-il pas aussi — bergère-mot-signification —il t’aime tu dois l’avoir oublié peut-être comme c’est triste comme je te plains jolie Nora alors) je vais te faire un cadeau alors Nora un mot une signification est peut-être peut-être que la mémoire te reviendra si un jour tu veux peut-être en tout cas je vais réanimer les cendres des mots les cendres du mot Nora pour faire disparaître Nora la sublimée.

« les mots ils ont tous une signification d’abord ! c’est mon papa qui disait ça même. »

Et tu tires à nouveau sa manche mutine la Nora sublimée et tu prends un air d’enfant — un air véritable tu te rends pas compte que tu es déjà un enfant et que tu as oublié que tu étais un adulte. Tu ne te rends pas compte aussi que tu viens d’utiliser le passé pour parler de Roar — et que cela amène des questions parfois mais peu importe hein rien rien rien. Cyclamën est entièrement concentré en réalité, le Cyclamën-enfant qui s’absorbe pour la recherche de la signification d’un nature d’un mot.

« on peut en trouver une ? »
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Jeu 21 Juil - 16:59

Secret


" On ne force pas le secret. Ou le secret vient comme de lui-même à soi, ou bien le secret vous est interdit."


Une explication à mon prénom ? Je ne sais vraiment pas s'il y en a une qui pourrait exister. C'est peut-être le mot français pour une fleur, ou une sainte, voire même pour une pâtisserie tant qu'on y est ; je n'en sais fichtrement rien. Ce n'est peut-être même pas d'origine française. Après tout, mon nom de famille est bien anglais, alors peut-être que mon prénom l'est également. Malheureusement, ce ne sont pas mes parents ou mes frères et sœurs qui vont répondre à cette question un jour. Puis, ce n'est sans doute pas important dans le fond ; ce n'est qu'un prénom parmi tant d'autres. Cela ne définit pas ce que je suis de toutes manières. Ni qui je suis.


Dans un pays aussi froid que l'Islande, cela réchauffait le cœur de voir des petites âmes que celle de l'enfant, avec ses grands yeux et ses sourires capables de faire fondre la glace. Avec son innocence de petit homme, il attrapait souvent la manche de la jeune brunette, à la recherche d'un peu d'attention, de sourires sans doute également. Et elle, elle ne pouvait s'empêcher de lui sourire en retour, et de répondre à ses gestes par de doux regards conciliants. On avait beau lui avoir arraché presque toute la tête, elle n'en demeurait pas moins toujours celle qu'elle avait toujours été.. au moins un petit peu. Une infime parcelle de Nora existait encore en ce jour ; car on ne pouvait pas lui avoir arraché sa gentillesse. Alors, lorsque l'enfant leva ses mains devant son visage pour les frapper l'une contre l'autre, avant de finalement souffler dessus pour créer de la buée, la jeune femme, elle ne put s'empêcher de faire de même. Et ce, avec ce même sourire candide sur les lèvres. Oh, que ce pays froid était en réalité chaud !

Toujours ce mini-soleil sur les lèvres, l'exorciste observa la buée qui s'échappait de ses lèvres se fondre dans l'air avant de mourir. L'ancienne Nora aurait sans doute pensé que tout cela allait finir par devenir un nuage rigolo, peut-être avec leurs formes à eux deux ; mais elle, ne fit que constater que la brume avait disparu. Tandis que l'enfant, lui, clamait que la signification de son nom était un secret. Ah oui, cette histoire-là. Dommage, elle aurait bien aimé savoir ce que ça voulait dire, Cyclamën. Au vu de l'air innocent du petit homme, cela devait sans doute être une chose jolie et douce, comme un nuage ou une plante, ou alors un nom étrange donné à un flocon de neige. Cela lui allait bien, la neige.

Et elle, qu'est-ce qu'elle pouvait bien être ? Nora, qu'est-ce que ça voulait dire ? Peut-être rien, peut-être était-ce seulement le nom d'une arme, d'un soldat, ce qu'elle était actuellement. Sans doute n'était-ce rien en particulier. Juste un mot parmi tant d'autres. Juste un soldat parmi tant d'autres.

Les mots ils ont tous une signification d’abord ! C’est mon papa qui disait ça même.

Surprise par de telles paroles - pouvait-on réellement appeler ça ainsi ? - la brunette ne put s'empêcher de cligner des yeux tout en affichant un air hébété, avant de laisser un triste sourire étirer ses lèvres. Quelque chose que son père lui disait, n'est-ce pas ? Peut-être que Edgar lui avait dit des choses de ce genre, aussi, quand elle était petite. Ou alors Élise l'avait fait, voire même Aurore, ou Aloïs, ou Mathilde. Ou alors peut-être ne lui avaient-ils jamais rien dit. Comment savoir ? Il n'y avait aucun moyen de le faire. Et c'était sans doute tant mieux ; au moins, désormais, ses souvenirs tristes étaient bien loin de son esprit. Mais.. quand même. Nora était curieuse, et à cet instant-là, elle aurait bien aimé pouvoir dire quelque chose du genre à son petit protégé.

Heureusement, ce dernier ne tarda pas à la sortir de ses songes en lui tirant une nouvelle fois la manche ; toujours avec son air de petit chou sur le visage. Pour un peu, on aurait presque eu envie de lui tirer les joues pour le faire rire.

On peut en trouver une ?

Et là, l'Âme Errante ne put s'empêcher de sentir son cœur devenir moins lourd, beaucoup plus léger qu'à son habitude. Trouver une signification à son prénom, c'était un peu comme trouver une autre raison d'être à sa vie. Nora ne serait peut-être plus seulement le soldat, mais un animal, un nuage, une fleur, ou bien encore un court d'eau. Une Nora un peu plus libre ; oh, qu'est-ce que l'autre aurait apprécie ça. Bien plus encore que celle-ci.

C'est une excellente idée.

Ces quelques mots signés, l'ancienne Vagabonde ne tarda pas à se redresser sur ses jambes, avant de finalement s'étirer et de poser ses mains sur les hanches. Rester accroupi de la sorte, ce n'était jamais très bon pour les genoux. Et avec son corps qui était encore fragile, la Lockwood ressentait très vite de la fatigue ; même dans des moments aussi anodins que ceux-ci. Et pourtant, elle continuait toujours à sourire.

Mais seulement si tu me dis ce que veut dire ton prénom à toi.

Sourire quelque peu taquin sur les lèvres, la jeune femme ne tarda pas à porter une main devant ses lèvres ; comme pour intimer un silence qui existait déjà entre eux d'eux depuis le départ. Ce ne fut qu'ensuite qu'elle signa ces derniers mots :

Je sais garder les secrets.

Il n'y avait pas meilleure personne pour garder un secret qu'une amnésique. N'est-ce pas ?





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Mer 10 Aoû - 0:32


˻ Vitrification ˺


Feat —  Nora Lockwood

La vitrification est la transformation d’une substance en verre (transformation des mots en secret vitrifiés) et c’est dans la nature des vivants de chercher la chimie des mots c’est dans la nature des vivants Nora que de vouloir vitrifier les secrets en verre le verre tu vois on voit à travers pas de problème pas de mystère avec le verre vieille amie le verre c’est transparent ce n’est pas un casse-tête tu sais j’ai croisé un vieil homme assez récemment j’étais en pleine (folie) errance tu vois et l’homme l’alcool et moi nous parlions (philosophie) hasard et chance et tu vois on parlait de la guerre et des mots dans le verre tout cela et le vieil homme m’a dit quelque chose d’intéressant de ne pas blâmer (pas blâmer) le joueur mais de blâmer oui vraiment (blâmer) le jeu don’t blame the game blame the game voilà c’était au milieu des divagations de l’alcool évidemment mais voilà je trouve que c’est une phrase pleine de sens toute vibrante des secrets découverts toute naïve et toute belle une phrase vraiment d’une personne qui ne comprend rien à l’horreur des corps en décomposition une phrase d’une personne qui ne participe pas à la guerre enfin un secret Nora je suis un petit enfant vieille amie tiens bien ma main (fort tu sais j’ai un peu peur et il fait froid) un secret nous pourrions bien nous y perdre (à l’intérieur du secret vitrifié).

Et si le môme n’avait pas eu cette nature si pessimiste et peu loquace, il aurait probablement répondu quelque chose comme « évidemment que c’est une excellente idée ». Mais même mini, Cyclamën restait Cyclamën, c’est-à-dire qu’il ne trouvait guère d’intérêt dans la protestation fausse et amusé ; et que lui, il voulait juste trouver une signification pour la dame amnésique et sans signification, parce que le petit garçon était d’abord l’ami des mots, et que par la même, il connaissait la tristesse ne pas avoir de signification et de se voir vide et creux et triste. Enfin. Il refit le petit mouvement qui (tenait quand même plus ou moins du toc) avait déjà fait, et il exhala une brume en forme d’un enfant avec une jeune femme qui souffle dans ses mains et qui fait naître des formes dans la brume de son souffle. Le fils du Regret laissa échapper un petit rire joyeux (comme le font les enfants heureux) et s’étonna lui-même (c’était là les effets du regret incarné ; devenir un enfant mais pourtant…) : il ne souvenait pas avoir été heureux pour rien, comme ça. Il ne se souvenait pas non plus jamais avoir été paisible, comme ça, en regardant un ciel du matin du soleil se levant dans l’aurore avec l’odeur du sel. Il ne se souvenait pas avoir été jamais submergé par une tendresse maternelle non plus. Perturbé, il écoutait distraitement Nora, attentif à ce qui se passait en lui, et soufflant dans ses mains (cela le réchauffait, il avait un peu froid, dans son grand pull bien trop large pour son corps d’enfant).

« c’est une fleur. »

Il révéla ça par signes, avec un petit côté magicien, comme si c’était une évidence et qu’elle aurait du le savoir depuis le début. Elle s’était relevée (cela ne l’arrangeait pas, il ne pouvait plus la tirer par la manche pour avoir des sourires, ce qui constituait sa deuxième occupation après l’action de souffler dans ses mains en produisant de l’eau condensée gazeuse depuis le début de la conversation) et il en fit la conclusion que la position était douloureuse. Alors il lui vola sa main (à défaut de manche) et tout en réfléchissant bruyamment (mais il restait muet) à une signification au mot « Nora », il l’entraina (en la tirant) vers les quais contrainte et forcée, plus en amont, vers la mer. Ils passèrent devant les marins-machines (mais Cyclamën leur jeta un regard noir pour leur intimer l’ordre de ne pas venir troubler l’ordre et la beauté du matin ; en principe cela devait marcher, mais l’enfant n’était sûr de rien) et finalement, l’enfant fit s’asseoir son ami au bord de la mer, sur la fin de la jetée, avec lui. Il lui fit un sourire (encore une fois fier) de gros malin. Enfin.

« c’est un joli mot ; secret. je crois que je l’aime bien. »

L’enfant marqua une pause je veux dire je marque une pause Nora je te regarde me viens en tête la folie des Noés j’avais presque oublié que tu étais une des leurs et que c’était la guerre tu vois Nora j’aime bien le mot de Novembre c’est un mois froid (comme moi) et triste (comme moi) et les feuilles sont rousses et oranges et dorés et or et sang et (comme moi) elles se détachent pour tomber dans le néant enfin tu vois vieille amie je crois que la peau sur ma petite main d’enfant deviens cendré ou alors non il faut que je me retienne cela doit être ce fichu corps d’enfant je ne (contrôle pas bien) c’est difficile de maintenir et la volonté de Noé (en cage) et le Regret (vivant) enfin voilà la couleur la douleur la folie est partie ma main est blanche comme la neige et le coton doux voilà on peut trouver une signification je (tire encore un peu sur ta manche) veux faire mon intéressant tu sais je tire sur ta manche alors et puis dis Nora aussi ;

« tu as des secrets toi ? »

Et l’enfant fixe la mer, au loin.

« j’ai trouvé une signification mais »

Il lève son regard vers son amie.

« tu dois aussi me dire un secret d’abord. »
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Jeu 11 Aoû - 1:03

Dragon


" La réalité revêt parfois la forme d'un dragon effrayant qui s'évanouit dès qu'on ose le regarder en face."


Avant de revenir à la Congrégation de l'Ombre, j'avais sans doute beaucoup de secrets enfouis dans ma tête. Au moins, maintenant qu'elle est vide, je suis sûre de ne jamais les divulguer. Qu'ils aient été importants ou non, ils sont tous en sécurité désormais. Alors.. je pense que je dois également être capable de garder celui d'un enfant comme Cyclamën. Je serai muette comme une carpe, et jamais je ne parlerai de lui à qui que se soit, pas même à Charly. Ou alors je lui dirai juste que j'ai rencontré un petit garçon qui m'a fait penser à lui. Comme ça, le secret sera sauf. Oui, je pense vraiment pouvoir le protéger.


Au début, la jeune femme s'était dit qu'elle ne saurait sans doute jamais la signification cachée derrière le prénom de l'enfant ; et lorsque le petit homme s'était confié à elle, Nora ne put s'empêcher de laisser un sourire étirer ses lèvres. L'enfant avait le nom d'une fleur. Quel genre de fleur ? Elle lui demanderait sans doute plus tard, mais ne put s'empêcher d'imaginer à quoi elle pouvait bien ressembler. Sans doute serait-elle capable de pousser en hiver, et serait sans doute aussi colorée que les aurores boréales ; à moins qu'elle ne soit aussi blanche que la neige, ou bleutée comme l'océan qui s'attendait à perte de vue. Ou alors, ce n'était rien de tout ça, et la brunette aurait imaginé tout ça pour rien. Enfin, il fallait dire que ça lui faisait du bien de se laisser à des rêveries de ce genre ; car il était difficile de rêver lorsqu'on avait plus rien pour le faire.

Tout ce que l'Âme Errante se contenta de signer alors, furent quelques mots pour dire que c'était une très jolie signification. Pourquoi le petit homme souhaitait-il le cacher dans ce cas-là ? En avait-il honte ? Non, sans doute pas, pas avec cet air de petit prestidigitateur des mots qu'il avait prit lorsqu'il avait dévoilé son secret à la parisienne. Peut-être parce qu'on lui avait dit de ne pas le dévoiler ? Allez savoir. Dans tous les cas, la brunette n'eut pas le temps d'y réfléchir plus longtemps ; car à peine eut-elle le temps de se redresser que déjà la main de l'enfant agrippait la sienne, et qu'il se mit à l'inciter à le suivre. En réalité, il la tira même à travers la neige et les quais.

Sans dire un mot, comme profitant de cet instant de début de matinée, la jeune femme se contenta alors de suivre son camarade miniature jusqu'au bord de la jetée, avant de finalement s'y asseoir, comme l'y avait intimé son ami. Face à cette étendue d'eau infinie et les pieds dans le vide, la Lockwood se sentit un peu mal, mais était bien incapable de comprendre pourquoi. Sans doute était-ce à cause de l'odeur de l'iode qui piquait un peu les yeux et les narines.

C’est un joli mot ; secret. je crois que je l’aime bien.

Sourire aux lèvres partagé avec celui toujours dessiné sur celles du petit homme, Nora ne tarda pas à hocher la tête, comme pour approuver ses signes. Oh, si seulement elle avait su à quel point sa vie actuelle tenait plutôt du secret que de la vérité. Non, du mensonge.

Dommage qu'on ne puisse pas le garder que pour nous.

Et sur ces quelques paroles, la jeune femme ne put s'empêcher de reporter son attention sur l'étendue d'eau qui s'étendait à perte de vue. Les vagues s'agitaient doucement et au loin les mouettes criaient - riaient ? - tandis que Nora, elle, ne pouvait qu'essayer d'imaginer ce lieu baigné par les lumières dansantes vertes. Oh, si elle était encore là ce soir, sans doute viendrait-elle par ici pour admirer ce spectacle plutôt que depuis sa chambre.

Mais ça, c'était sans compter une longue journée de traque, ainsi qu'un petit garçon qui tirait à nouveau sur sa manche.

Tu as des secrets toi ?

Un peu surprise par une telle question, l'Âme Errante ne put s'empêcher de cligner des yeux une ou deux fois. Des secrets, elle ? Ils avaient tous disparu avec son esprit, avec l'ancienne Nora Lockwood.

J’ai trouvé une signification mais tu dois aussi me dire un secret d’abord.

Et là, l'Âme Errante ne sut pas vraiment quoi répondre.

L'air interdite, elle suivit alors le regard de l'enfant alors que celui-ci regardait l'océan bien trop bleu et bien trop beau. Est-ce qu'elle avait encore quelque chose à raconter ? Non, pas vraiment. Elle aurait pu lui dire qu'elle avait failli devenir un monstre, qu'elle avait fait du mal à des êtres chers, et qu'elle avait échappé de peu à la mort.. mais ce n'était vraiment pas des histoires qu'on racontait aux enfants.

Je n'ai plus vraiment de secrets.

Après avoir reporté son attention sur le petit homme, la brunette avait alors signé ces quelques mots tout en affichant un pâle sourire, avant de finalement reporter son attention sur ses mains gantées. Sous ces morceaux de tissu qui la protégeaient du froid se cachaient les douloureuses cicatrices de son ancienne vie ; pouvait-on les considérer comme des secrets elles aussi, vues qu'elles étaient actuellement cachées ? Non, c'était minable. Puis, les enfants se moquaient bien des cicatrices. Ce que les enfants comme Charly aimaient, c'était.. les histoires.

Est-ce que tu crois aux dragons ?

C'était tout ce qui lui était venu à l'esprit à ce moment là ; parler de créatures fantastiques pour raconter un pseudo-conte au petit Cyclamën. Au début, elle avait voulu parler de monstres, mais les monstres, ça fait plus peur que ça ne fait briller les yeux. Et sans le savoir, la Lockwood ne répéta pas les mêmes erreurs que dans le passé.

Mon secret à moi, c'est que je traque les dragons à travers le monde, pour que les enfants comme toi puissent dormir sur leurs deux oreilles. Je suis un peu comme un chevalier.

Puis là, sur ces quelques mots signés, un léger rire s'échappa des lèvres de l'ancienne Vagabonde ; pourtant, elle n'avait aucune envie de rire. Et un sourire vint même étirer ses lèvres tandis que son regard un peu brumeux se posa sur celui de l'enfant ; pourtant, elle n'avait aucune envie de sourire.

C'est tout ce que je sais de moi.

Un chevalier au nom oublié qui combat les dragons, un soldat des croisades qui affrontait les ennemis de Dieu, une arme-humaine qui détruisait d'autres armes moins humaines ; voilà tout ce qu'elle était.

Pour le moment.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Mer 21 Déc - 19:12


˻ (neige) ˺


Feat —  Nora Lockwood

« Des dragons ? »

Des dragons ? Et petit Cyclamën brille avec ses yeux comme deux petites lanternes indigos dans le matin en prononçant le mot magique en terminant de signer le drôle de symbole avec les mains comme une flamme et comme un oiseau et comme du métal (c’est par cette association que l’on signe les dragons enfin c’est comme ça que Cyclamën le signe il trouve ça joli comme une forge volante avec des feux qui brûlent comme des histoires dans la nuit enfin des dragons c’est tellement fascinant et un peu effrayant en même temps enfin voilà). Et puis un chevalier ! Aussi chevalier comme mélange métal hurlant (dans ma tête l’enfant, le moi et la substance Nora j’étais et à la fois heureux et rieur enfin Nora Nora des dragons tu es gentille je t’aime bien comme une maman pour de faux et de vrai Nora (comme un enfant) et en même temps Nora idiote tu crois que je suis il il est toujours là Cyclamën dans un coin de l’esprit de l’enfant il le regarde il est en boule contre un mur les genoux ramenés contre son torse la tête (posée) sur le dessus il regarde en soupirant un peu (jaloux) un peu (lointain) un peu songeur il te regarde à travers cet enfant joyeux sans rien dire le Cyclamën il se regarde lui-même agir comme un gosse comme un regret la chair vibrante des regrets qui l’influençaient le Cyclamën perd les repères et les marques (et ainsi Alice tombait dans le trou du Lapin et dans les champs de blé il neige)) hurlant comme la mer hurlant comme le monde hurlant comme la joie. Quand j’étais enfant j’ai le souvenir de (le souvenir de) une histoire qui commençait comme ça : c’était un Lundi un Lundi Mélancolique dans un champ de blé, il neigeait et un énorme dragon vert volait dans le ciel. Des dragons Nora ? Des dragons tu sais, et l’enfant tire (encore encore) excité la manche de la Française et fait plein de petits gestes enthousiastes. Et il affiche une petite moue contrariée.

« Neige ! »

C’est le nom et la signification qu’il a décidé de donner à la jeune femme gentille. Alors même si du haut de sa jeunesse artificielle, il lui semble se souvenir qu’il déteste cette jeune femme gentille et qu’il avait prévu de la faire souffrir, même s’il se souvient bien pourtant qu’il ne l’aime pas, le petit garçon, là, il est drôlement content de lui. Heureux et bienveillants les fous et les amnésiques, du haut de son regret qui l’enveloppe comme du coton, Cyclamën a oublié d’être le méchant dans l’histoire. Neige alors, c’est pour dire douce et volante, insaisissable et rieuse, neige-Nora-vagabonde. Voilà désormais, Nora, ça voudra dire Neige, le petit garçon vient de le décider. Ce sera la signification de Nora, Neige, comme un sourire un peu songeur et lointain (un peu triste aussi, mais au fond, tous les sourires le sont), Nora-neige-Vagabonde-Nora.

Il dessine avec ses petites-mains-mitaines dans l’air froid. (tu avais oublié Nora ? La neige ? Nora la couleur le sourire l’éclat les formes la douceur la neige Nora tu as oublié ? Peu importe hein après tout Nora. Moi je n’y peux rien, je peux juste de donner ce mot-totem ce mot la Neige Nora, le Regret ne peut que manipuler les mots. Un autre pourra te faire revenir vraiment sans doute mais moi non, et puis. Je ne suis pas sûr de le vouloir. Après tout Nora-Neige, j’ai un peu peur du moment où tu te souviendras tu sais, quand tu reviendras vraiment (il faudra se haïr à nouveau non ?).) « Je te le prête. C’est une signification très importante, un symbole même. Neige pour Nora, comme ça, maintenant, tu as un chouette secret et un chouette totem sur ton mot. Et puis même que. L’enfant fait un petit sourire malicieux (pseudo-mystérieux, il fait un peu son malin là, pour épater son amie du moment du matin et de l’aurore qui se lève). Il pourra peut-être te protéger des dragons ? »

Les marins sont tous partis en mer. Il ne reste plus personne dans le port, surtout pas au matin surtout pas dans la neige toute douce qui recommence à tomber sur le pays des Elfes, personne pour voir l’aurore ou le gamin ou la chasseuse de Dragon. Les machines qui hantaient les lieux ont disparu, selon la volonté inconsciente de leur maître. Le gosse (c’est lui dont on parle) se lève, et tire par la main son amie. Il sait que ce moment figé ne va pas durer beaucoup plus longtemps, mais quitte à ne pas se souvenir de sa colère et de la souffrance, autant rire et être heureux. Il saute sur place alors qu’une idée formidable (selon son échelle de valeurs des idées formidables) lui traverse l’esprit (comme les comètes et les flashs dans le ciel glacé oui). Il faut il faut faire fabriquer une chose un totem un totem un symbole de cette journée improbable pour se souvenir pour (faire une histoire faire une histoire à raconter dans les livres l’histoire de Neige) il faut.

«  On fait un bonhomme de neige ! »

© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Mer 28 Déc - 3:02

Neige


" Le bonheur est comme la neige : il est doux, il est pur et... il fond."


Je dois dire que c'est un peu étrange de penser aux descendants de Noé et aux Akumas en parlant de dragons mais, qu'aurais-je pu dire d'autre ? Tout le monde connait les dragons, ils sont impressionnants, mais en général pas trop effrayants non plus. Parce que j'aurais pu dire monstre pour parler des ennemis de l'humanité, j'y ai même songé mais.. je ne pense pas que ce soit une très bonne idée. Les monstres, on a pas envie qu'ils existent, pas même un peu pour la magie, parce qu'ils sont terriblement effrayants, surtout pour les enfants. Du coup, un dragon, c'est très bien. Je suis un chevalier qui combat les dragons et qui permet aux civils de dormir sur leurs deux oreilles. Quelle drôle d'histoire ! Pourquoi est-ce que je suis encore là moi d'ailleurs ? Il faudrait que je parte.


Pourtant, la jeune femme n'en avait pas la moindre envie.

C'est qu'elle aimait bien être là, dans cette ville au nom imprononçable, les pieds gelés qui se noyaient un peu dans la neige, et le nez congelé par le vent marin ; mais c'est surtout qu'elle aimait bien son petit interlocuteur, celui qui ne parlait pas et qui pourtant disait beaucoup de choses. Ah ! C'est qu'il en racontait des histoires avec ses mains ! Avant, il mimait les fleurs, et maintenant, c'était les dragons, ces méchantes créatures qui risquaient de dévorer les enfants du monde si les chevaliers comme Nora ne les arrêtaient pas. Il avait l'air impressionné par les paroles de l'Âme Errante, le petit islandais, il avait vraiment l'air d'avoir des aurores boréales qui lui dansaient dans les yeux. C'était comme s'il voyait le combat de la brunette et de l'une de ces bêtes féroces dans sa tête ! Vraiment ? Peut-être pas, Nora n'en avait pas la moindre idée. Mais c'était ce que son regard de petit homme semblait dire.

Et le voilà qui tirait à nouveau sur sa longue manche ; c'est qu'il le faisait tout le temps pour attirer son attention maintenant, même lorsque la Lockwood le regardait déjà. C'était sans doute sa façon à lui de dire qu'il allait prendre la parole, afin d'être certain qu'on vienne bien l'écouter. C'est vrai que ça aurait été triste de louper certains de ses mots ; avec toute l'ardeur et la détermination qu'il avait pour signer, on ne pouvait se permettre de l'ignorer. Alors, bien sûr, la brunette concentra tous ses sens vers lui.

Neige !

Un peu surprise par l'apparition d'un tel mot - un peu comme on ferait de gros yeux en voyant les premiers flocons de l'hiver tomber du ciel - la jeune femme ne put s'empêcher de cligner des yeux ; tandis que l'enfant, lui, sembla se mettre à dessiner dans l'air et la brume froide. Neige, neige. C'était elle, Nora ? C'était ce qu'il avait choisi pour la désigner, pour donner un sens à son mot, à son nom ? Sans doute. Après tout, il ne pouvait pas désigner ainsi le manteau blanc de l'Islande ; à moins qu'il ne se soit rendu compte qu'à l'instant que c'était l'hiver et qu'il avait neigé. Non, il devait sans doute parler d'elle.

La neige, c'était joli comme signification, cela avait quelque chose de très doux et de très calme, mais aussi de terriblement froid. Est-ce que cela correspondait vraiment à la Lockwood ? Elle n'aurait su le dire, vu qu'elle ne se connaissait même plus ; mais elle faisait confiance à l'enfant, alors. Neige, c'était décidé.

Je te le prête. C’est une signification très importante, un symbole même. Neige pour Nora, comme ça, maintenant, tu as un chouette secret et un chouette totem sur ton mot. Et puis même que. Il pourra peut-être te protéger des dragons ?

Un mot qui protège, un mot important, un mot secret, un mot totem pour elle ; voilà ce qu'était Neige. C'était elle aussi, un peu. La parisienne ne put alors s'empêcher de laisser un pauvre sourire étirer ses lèvres suite aux explications de l'enfant, et peut-être qu'un flocon vint même mourir au coin de l'un de ses yeux. Sans doute était-ce pour la transformer en femme-neige ou quelque chose comme ça, à moins qu'elle n'ait juste laissé une larme s'échapper en fait. Peu importe, en fait, parce que le résultat était le même ; et Nora souriait enfin pour de bon.

Je n'aurais pas pu trouver mieux, et je te promets d'y faire très attention.

L'air très sérieuse, elle met alors sa main sur son cœur, afin de montrer qu'elle tiendra sa promesse. C'était le minimum à faire, lorsqu'on vous confiait un mot aussi important que celui-là ; elle le garderait pour elle. Puis, de toutes manières, personne à la Congrégation de l'Ombre ne comprendrait ses drôles de gestes qui miment la neige ; c'est qu'il ne fallait pas en parler à voix haute, non ? Cela aurait brisé le sort qui protège des dragons.

Et puis, oui, je suis certaine que cela me protégera. Comme le plus puissant des boucliers anti-dragons.

Sourire toujours aux lèvres, l'Âme Errante conserva alors son air sérieux ; parce qu'on ne rigolait pas avec ces histoires de chevalier. Ce mot la protégerait des dragons, Nora en aurait presque été persuadée pour de bon si elle n'avait pas été aussi âgée et si sa tête n'avait pas été aussi brisée. Ce n'était pourtant pas une mauvaise chose : pouvait-on faire confiance à un mot offert par un gentil dragon, même un bébé ? Il pouvait très bien se retourner contre elle, et tenter de la piéger. Mais ça, la brunette ne le savait pas, elle ne se doutait de rien. Pour elle, ce mot n'était que confiance, innocence, et rêves d'enfance. Tiens ?

Interloquée, l'ancienne Vagabonde reporta son attention vers Cyclamën lorsque ce dernier lui attrapa la main pour la lui tirer. Qu'est-ce qui lui prenait tout à coup ?

On fait un bonhomme de neige !

Ne devrait-elle pas partir et reprendre sa mission ? Ou bien même juste rentrer à la Congrégation de l'Ombre ? Si, bien sûr que si. Nora a déjà beaucoup trainé mais.. elle peut bien rester encore un petit peu, non ? Il n'est pas tard, le soleil se lève à peine et beaucoup de maisons sont encore endormies alors.. elle pouvait bien prendre le temps de construire un bonhomme de neige ? Non. Pas un bonhomme comme les autres.

Un chevalier de neige ?

Alors elle ne peut s'empêcher de sourire de plus belle, et de serrer ses doigts chauds sur ceux de la petite âme, avant de se mettre tranquillement à marcher dans le froid. Il faut trouver un endroit où le faire, parce que le pont est trop dégagé et fréquenté, mais il ne faut pas prendre un endroit isolé, car sinon personne ne le verrait. A moins que Cyclamën ne veuille le cacher ? Le mettre loin du village pour qu'il les surveille et menace les dragons qui oseront s'approcher des siens. Malgré tout, la française ne put s'empêcher d'avoir un certain pincement au cœur à cette pensée, car.. si dragon il y avait ici bas alors qu'elle n'était pas là, personne ne pourrait les sauver. Et Cyclamën disparaitrait. En vrai, non, mais ça, Nora ne le savait pas.

Plutôt que de penser à ces tristes choses, l'exorciste se concentra alors sur leur bonhomme de neige ; enfin, à ce qu'il allait être.

Il lui faudra un nom, un nom qui le rende fort.

L'enfant était doué pour nommer les choses et leur offrir des significations, alors, elle lui laissa le choix de trouver celui de leur futur compagnon de neige.





I kind of hate me too
I owe you nothing. And you are nothing to me. Thank you for curing me of my ridiculous obsession with love.  © by anaëlle.
† L'Âme Errante †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Se battre pour la Guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Nora Lockwood† L'Âme Errante †


Nora Voice Acting - par Rayn

" La plus grande vérité que l'on puisse apprendre un jour est qu'il suffit d'aimer et, de l'être en retour. "


Nora chante en Steelblue

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 1120 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Rusty O.
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans.
▐ Personnalité : ...
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Dim 25 Juin - 22:04


˻ Chevalier ˺


Feat —  Nora

Ton coeur vibre, petit Cyclamën (si le coeur peut vibrer comme une lame une lame sauvage et convexe qui divise en deux les membres les mondes les personnes et les émotions ton coeur à toi ne vibre pas de cette manière là, pas cette fois petit Cyclamën, ton coeur à toi vibre de la plus jolie des façons, (de la façon de la neige dans le regard d’un gamin) ton coeur vibre comme le vent joyeux qui fait voltiger les flocons, en cadence et harmonique ton coeur en filtre haute fréquence sur le sourire de Nora — et ton coeur vibre de la plus belle des façons oui, la façon qui oublie la haine et fait place au coton), ton coeur vibre dans ta petite poitrine. Et si Neige t’avais pris par la main, très vite très vite tu la distances et tu te mets à courir en rigolant, et puis déjà, tu amasses la neige dans tes mains trop petites : les mains trop petites dans les mitaines trop grandes, les mitaines trop grandes qui s’imbibent un peu d’eau un hydrogène et deux oxygènes de la neige cristallographie c’est-à-dire assemblage périodique et particulier (et les gens sont semblables aux flocons, il y a de multiples façons d’agencer les molécules pour former un flocon et il y a de multiples façons d’agencer les gens pour créer une humanité) de l’eau un hydrogène et deux oxygènes et un sourire car après tout c’est un peu froid certes c’est plutôt mouillé oui mais c’est si (j’avais oublié) amusant (de prendre la neige à pleines mains, de fabriquer un personnage tout gelé), les mailles de la laine par la neige imbibée comme le lien entre les êtres comme le lien étrange entre petit Cyclamën et Neige. D’un oeil distrait et très occupé, tu écoutes les paroles de Nora, tu t’exclames, tu t’éclates en silence bavard et en gestes excités, tu es plutôt d’accord, ce sera un chevalier terrible, il tuera tous les dragons et ta grande amie plus jamais n’aura besoin de ce regard un peu lointain un peu triste (comme quelque chose de caché) un peu soucieux (comme quelque chose d’oublié) un peu contraint (car comme tous les enfants petit Cyclamën tu es lucide tu vois à travers les choses et à travers les noms et dans Neige il y a le froid et dans le froid il y a la mer enfin dans la mer il y a la silhouette de celle qui fuit et chasse et combat et tu reconnais bien là la silhouette de ta drôle d’amie (et je voudrais que jamais cet étrange rêve ne cesse, le rêve où nous faisons un bonhomme de neige dans le matin aux vecteurs éclatés, comme de vieux amis)) un chevalier blanc mais de pleins de couleur, et il aura un emblème en forme de coquelicot (tu signes tout cela pour ton amie très vite et en gesticulant, de sortes que c’est surtout la joie et le contentement qui se traduise dans tes mains bien plus que la bouillie qui en fait la forme dont ressortent distinctement les gestes pour chevalier pour tristesse et pour coquelicot (surtout), et dont le reste forme un tableau dimensionné et mobile très confus) et il sera un chevalier très courageux : tu assembles un petit tas de neige en une sphère, et les genoux dans la neige, tu commences à faire des tours autour de Nora, à côté de Nora, en diagonal de Nora, sans la moindre règle géométrique mais pas loin de Nora.


Ce sera un chevalier qui inspirera le respect et la crainte (et petit Cyclamën est très appliqués rapidement la sphère commencer à prendre un volume raisonnable), et le monde devra le voir et lui faire confiance et l’aimer (et petit Cyclamën se fait chef également, d’un geste autoritaire avec celui qui sait bien mieux que les autres, il explique à Nora qu’elle doit se charger de fabriquer une tête pour le chevalier) et on le mettra là ici, sur le port et il pourra regarder les bateaux et l’aurore du matin et la neige qui tombe tu es penses quoi moi je trouve ça chouette et d’abord c’est moi qui décide de toutes manières. Elle aussi elle t’a confié une mission : il faut lui trouver un nom. Tu prends ça terriblement au sérieux. Les noms sont importants, c’est ce que Cyclamën répète tous le temps (mais qui es-tu toi ? Es-tu encore Cyclamën ? Es-tu un regret ? Simplement un enfant ? Un mélange évasif et sans importance ? Qui es-tu toi, petit Cyclamën improbable ? As-tu seulement (un nom ?)), alors il faut que celui de votre chevalier soit terriblement chouette, ou bien au moins chouettement terrible. Tu modèles la neige, et tu cherches : un nom pour un bonhomme de neige.

« Neige, tu vas partir mh ? »

Comme un stalagmite tombe et un stalagmite monte, la question fuse. Le petit garçon s’est brusquement arrêté dans sa création (d’un chevalier) et dans sa recherche (d’un nom pour un chevalier) pour signer rapidement sa question (certains remarqueront que la dernière phrase en question tient bien plus de la constatation, mais ce sont là des détails grammaticaux) en forme d’interrogation inquiète à Nora. Le petit voudrait arrêter le moment, là, maintenant, loin de la guerre (c’est ce que tu voudrais également hein ? Cyclamën) avec sa vieille amie, dans la construction de son bonhomme de neige.

C’est pas grave tu sais. Je vais surveiller les dragons avec le chevalier jusqu’à la prochaine fois que tu viendras !


La mélancolie et la contemplation, ce sont des concepts drôlement éphémères dans la tête des enfants. Déjà petit Cyclamën, tu reprends ton ouvrage froid et fragile, et puis il reste toujours ce nom fabuleux à trouver. Tant de choses à faire, pas le temps pour (regretter) penser aux choses du futur (sombre et plein de noir) du demain — finalement, la boule de neige te semble suffisamment grande pour former un corps convenable, tu arrêtes ton mouvement et te redresse (tu es trempé) pour contempler ta création. Comme un orfèvre apprécie le travail terminé, tu recules d’un petit pas pour mieux apprécier ce qui n’est ni plus ni moins qu’un simple tas de neige, vaguement sphérique. Tu fais un petit sourire content à Nora, et t’agenouillant dans la neige, tu entreprends de tailler dans les veines gelées des flocons les prémices d’une armure : ton chevalier sera à l’abri des dragons, il lui faut donc une armure digne du nom armure.
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 222 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {10}
Dilatation ; ‘Arche {30}


Points RPs : 1070
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1180 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 320 points.

http://i.imgur.com/snNvk2M.gif
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
ton souvenir en une ombre indigo •• Nora
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Higgins Clark, Mary] L'ombre de ton sourire
» Le souvenir du coquillage.
» L'ombre du vent (et autres romans), Carlos Ruiz Zafon
» ombre arrondie sur photo avec grand angle ?!
» ombre et lumière ...

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Scandinavie-
Sauter vers: