Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. DEMON WARS
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Les temps changent

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Les temps changent
Mar 5 Juil - 22:15


Retrouvaille


Feat Lavi & Ophélia


La scène de combat était encore intacte. La ou aurait du se trouver une simple boutique remplie de jouets, c'était maintenant une vraie ruine qui la remplaçait. Les éclats de verre, les meubles renversés et les jouets détruits témoignaient de la violence de l’affrontement. Un combat entre un exorciste et un Noé.
Peu de temps après le rapport de la mission, Lavi avait été envoyé à Rome afin d'essayer de débusquer l’ennemi. Ce dernier avait visiblement commencé à y établir une vie ici pour avoir construit et entretenu sa propre boutique dans cette ville, s'il avait fini par en disparaître totalement, il avait sans doute laissé des traces, noué des relations le connaissant et qui pourraient délivrer des informations bien utiles sur ce Noé.
Et ce n’était pas n’importe lequel en plus. Liam Ludrick, ancien concierge de la Congrégation et devenu récemment Noé du Jeu. Si Lavi l'avait connu lorsqu’il était encore dans l’Ordre Noir, il avait aussi eu à faire avec sa nouvelle transformation, et en gardait même des cicatrices...
Mais il ne lui en voulait même pas par vengeance personnelle. En revanche, ce qui le préoccupait plus, c'était son adversaire. Célania. La jeune femme était une exorciste, et même si elle avait intégré l'Ordre Noir il y a quelques mois seulement, elle était bien capable de se défendre seule -la preuve, elle avait dignement affronté ce Noé seule. Pourtant, le bookman ne pouvait s'empêcher de s'inquiéter pour elle, craignant qu'il ne lui arrive quelque chose. C'était encore différent de la fois ou il s'inquiétait pour Allen, il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus -ou plutôt, il avait peur de le faire, au fond. Peut être était ce parce qu'il avait déjà perdu un ami qu'il craignait de la perdre, elle aussi...

L’exorciste secoua la tête, se détachant de ses pensées. Ce n'était pas le moment de penser à ça... Il était un bookman après tout. Ce n'était pas comme s'il pouvait considérer qui que ce soit comme des amis... Il était l’héritier des bookmen après tout. Il savait très bien qu'il ne faisait que passer, comme toujours. Même si pour une fois, l'idée de devoir partir lui faisait… mal. C'était d'ailleurs un sentiment étrange pour le rouquin, un sentiment étranger... Lui qui pensait avoir perdu la foi en l'humanité, comment avait il fini par nouer des liens avec eux ?

Mais à nouveau, il fut confronté à un visage du passé qui lui rappelait ce qu’il était vraiment. Mais il ne s'agissait pas du vieux panda cette fois ci.
Malgré les années passées et son masque qui avait visiblement changé, Lavi reconnut tout de suite la bookwoman. Si de loin il en avait douté, il était convaincu que c’était elle en se rapprochant, et même malgré sa couverture. D'ailleurs, était-elle toujours « Leo » ?
En tout cas, sa présence tombait bien. S'il y avait bien une personne qui avait pu fouiner, observer, se renseigner sur ce qui avait bien pu se passer ici, c'était bien la bookwoman.
Alors Lavi se dirigea vers sa camarade, s’arrêtant à sa hauteur. Nul doute qu'elle allait le reconnaître, d'autant plus qu'il n avait pas changé autant qu'elle.

-Hé, ça fait un bail !


© code by Lou' sur Epicode





Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Mar 5 Juil - 23:48


LES TEMPS CHANGENT


« Nouveau roman, nouveau roman ! » chantonna la blonde en avançant dans les rues glaciales d’une capitale frigorifiée par le froid de décembre. En temps normal, Ophelia aurait geint du froid et aurait certainement terminé de dévorer la bibliothèque de son hôte au coin du feu, profitant paisiblement du confort qu’on lui offrait sans avoir à en payer le prix : Liam était bon avec elle, prenait soin d’elle, la traitait avec respect et humanité … Parfois, la blonde en oubliait qu’il était membre d’un clan ayant juré de servir le ô tristement célèbre Comte Millénaire. Mais, alors qu’elle lisait le journal, une nouvelle avait particulièrement attiré son attention : l’auteur de son roman à l’eau de rose préféré – à l’aube d’un jour meilleur, un chef d’œuvre selon Ophélia – allait sortir le dix-huitième roman de la saga ! Certes la jeune femme n’en était qu’au treizième, mais comment résister à l’envie de posséder ce nouvel ouvrage qui l’attendrait, bien au chaud ? C’était alors vêtu chaudement et combattant la flemme qui l’avait envahi depuis la chute des températures que la blonde sortie, en route pour obtenir son précieux. Le chemin avait été long, l’obligeant à utiliser une calèche, mais comme à chaque fois qu’elle daignait mettre le bout du nez dehors, Ophelia parcourait la ville à pied. Le monde était plus facile à observer quand on avançait à un rythme mesuré. Un vieux reste du métier.

Ophelia ne perdrait certainement jamais les mécaniques qui lui avaient permis de survivre au fil des années, dorénavant.

Pourtant, alors que son devoir aurait dut être d’observer la guerre du camp de l’ennemi avec la plus grande neutralité … Elle en était venue à fuir un semi-akuma qui voulait l’anéantir chez un Noé. Non, pas un Noé. Chez Liam. Par les dieux, son cœur s’adoucissait toujours en pendant à cet homme … N’y avait-il pas un autre endroit sur terre plus agréable, plus sécurisant, plus chaleureux, que les bras de Liam ? Cet idiot qui souriait bien trop faux pour tromper la jeune femme avait envahis son esprit bien trop souvent pour qu’elle ne puisse nier son attirance. Et c’était particulièrement chiant ! Les battements de son cœur, l’envie de passer du temps avec lui, les piques de jalousie envers les prostitués qu’il affectionnait tant … Ophelia poussa un soupir agacé avant de ruminer, se mordant l’intérieur de la joue : son cœur n’aurait pas pu avoir une faiblesse pour un homme un tantinet moins agaçant ou était-ce bien trop demander ? La blonde était perdu dans ses pensées, pensant à son futur ouvrage pour se consoler quand une tignasse rouge frappa son esprit.

Un geste vif de la tête, l’ancienne rouge tourna la tête. Oh. Mon. Dieu. Etait-ce … ? Non ? Si ? Ophelia cligna plusieurs fois des yeux en observant, presque choqué et la bouche ouverte un jeune homme l’approcher. Ces traits, ce cache-œil, ces cheveux de jets. Oh bon sang. C’était lui. C’était le lapin ! C’était « Eric » ! Arrivé à sa hauteur, Ophelia fut frapper d’une autre découverte très déplaisante. La jeune femme se souvenait d’un petit être, un gringalet qu’elle avait tout particulièrement aimé taquiner, en pressant les joues par exemple, et qui était surtout bien plus petit qu’elle. D’où le Civet avait-il seulement oser la dépasser ?! Et pas de deux trois centimètres, non bien sûr que non ! « Hé, ça fait un bail ! » La différence de taille lui donnait le vertige. La blonde gonfla ses joues et claqua ses deux mains sur les joues de son cadet d’un geste vif. « Civet ! Comment as-tu osé ?! Mécréant ! Garnement ! Je vais te tirer les oreilles ! » si elle arrivait à atteindre lesdites oreilles bien évidement.

Puis, elle libéra ce visage avant de sourire de toutes ses dents, excitée de revoir un fantôme du passé réapparaitre. Et pas n’importe quel fantôme … L’héritier en personne. « Cela fait longtemps ! Comment dois-je t’appeler maintenant ? Tu n’es pas accompagné par le Panda ? » Ophelia regarda autour d’eux, cherchant la trace de cette coupe de cheveux qui définissait tant le grand maitre de leur clan. « Mais dis-moi, qu’est-ce qui t’amène à Rome ? Je doute que ce soit moi, alors raconte-moi tout. »

Et puis. Il eut ce détail qui lui sauta aux yeux, ce détail qu’elle aurait dut voir presque immédiatement : la croix des exorcistes. Ophelia dévisagea un instant cette chose qu’elle avait appris à craindre avant de tapoter sur le métal du bout du doigt. « Je vois que tu es actif maintenant. » Et c’était avec horreur qu’elle réalisa qu’ils n’étaient pas loin de la boutique où, quelques mois plus tôt, elle avait rencontré Maugrim. La boutique de Liam. Oh non .. Un autre exorciste à sa poursuite ? L’héritier du clan à sa poursuite ? C’était une plaisanterie de bien mauvais gout pour la jeune femme qui tenait à maintenir un sourire sur ses lèvres. Et puis, ouvrant la bouche pour prononcer les mots de la langue des bookmen. « Je pense que tu as beaucoup à me raconter, lapin. »



La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Lun 11 Juil - 17:01


Nouveaux noms


Feat Lavi & Ophélia


Elle l’avait bien reconnu. Même... bien trop. A peine Leo posa les yeux sur le rouquin que ses yeux s’arrondirent en voyant ce visage du passé. Mais bien vite, une lueur d’agacement passa dans son regard lorsqu'elle dut lever la tête pour le fixer dans les yeux. Ha, ça ! Qu'est ce qu’elle croyait, qu'il allait rester toute sa vie aussi petit qu’avant ?
Mais malheureusement pour la bookwoman, le jeune homme qu'il était avait bien grandi depuis, et même trop pour elle. Et cela ne plut pas à la blonde, qui gonfla les joues d'un air désapprobateur et claqua ses mains sur ses joues, comme elle aimait le faire autrefois pour l’agacer.

-Civet ! Comment as-tu osé ?! Mécréant ! Garnement ! Je vais te tirer les oreilles !

Lavi hésita entre l’agacement de voir que son ainée le traitait toujours comme un gamin, et l'amusement de la voir ainsi râler, car ce n’était plus elle la grande désormais.
Mais bon sang, est e qu'elle allait changer de disque après toutes ces années ? Gêné, le borgne secoua la tête tandis que la blonde le libéra.

-Hé, il faut manger plus de soupe pour ça, petite .

Et, pour bien marquer sa dernière remarque, il posa une main sur sa tête et lui ébouriffa les cheveux, comme aux enfants. Ce n'était que pure vengeance.

Mais bien vite, un large sourire étira  les lèvres de la blonde, et en se remémorant les souvenirs du passé, l’exorciste ne put s’empêcher de sourire à son tour. C'était un peu comme s'il revenait au temps où il fréquentait encore les gens de son clan. Le temps ou il voyageait encore librement avec Bookman, le temps où il ne devait plus combattre en tant qu’exorciste, où il n'avait plus aucune foi en l'humanité...

-Cela fait longtemps ! Comment dois-je t’appeler maintenant ? Tu n’es pas accompagné par le Panda ?

Lavi grimaça lorsque la jeune femme fit référence à son changement d’identité. Cela faisait maintenant deux ans qu'il avait gardé le même nom, "Lavi", le quarante neuvième nom, si différent des autres pourtant, le vilain petit canard de la liste en quelque sorte. Enfin, papi panda le rabâchait déjà tellement avec ça... Et si Leo apprenait qu'il ne haïssait plus tellement les humains, réagirait elle de la même manière, elle aussi ?
Enfin, là n’était pas la question pour l'instant. Elle aussi avait du changer de nom après tout ce temps, et pendant un moment, Lavi se demanda si elle aussi commençait à changer sa perception avec le temps...

- Appelle-moi Lavi pour maintenant. Et toi, j'imagine que je ne peux plus t'appeler Leo.

A son tour, le borgne lança un rapide coup d'œil aux environs, s’attendant à voir le visage toujours aussi grognon du mentor de la demoiselle. Mais l’ours n’était pas là lui non plus, tandis que son propre mentor à lui n’avait pas été assigné à cette mission avec lui. Les deux apprentis n’étaient pas accompagnés de leur maître aujourd'hui.

-Papi panda n'a pas pu venir avec moi. Mais je ne vois pas ton vieil ours non plus dans le coin. Tu es venu toute seule ? Dommage, ils auraient fini par radoter dans leur coin en fumant.

Le bookman afficha un sourire en coin en s’imaginant la scène, les vieux râlant devant leur apprenti se plaignant de leur maître. Certaines choses ne changeaient pas.

-Mais dis-moi, qu’est-ce qui t’amène à Rome ? Je doute que ce soit moi, alors raconte-moi tout.
-Ah ça, j'espérais justement que tu me le dises.

Bien sur, elle devait penser qu'il était lui aussi ici en tant que simple observateur bookman. Mais cette fois, il avait été principalement envoyé ici sous les ordres de Komui.

Mais l'expression de la blonde changea lorsque son regard se baissa sur le rosaire qu'il arborait sur sa tenue d’exorciste.

-Je vois que tu es actif maintenant.

Le jeune homme hocha la tête. D’ailleurs, lorsqu’il y pensait bien, cela faisait maintenant deux ans qu’il était affilié à la Congrégation de l’Ombre, deux ans qu'il gardait le même masque, « Lavi », et qu'il était resté loin de son clan. Pas étonnant qu'elle soit surprise de le voir ainsi.

-Je pense que tu as beaucoup à me raconter, lapin.

Le jeune homme mit ses mains derrière sa tête, songeur. Il s'en était passé des choses, depuis ! Mais pour l’instant, il allait simplement mettre des mots sur ce qu'elle avait sans doute déjà deviné...

-Eh bien comme tu peux le voir, je suis aussi un exorciste. Papi panda aussi d’ailleurs. Aux premières loges pour mieux observer la guerre de leur côté. Ca fait deux ans maintenant...

Ca semblait long, bien trop pour le bookman qu’ii était en tout cas. Mais ce qui était étonnant, c’est que malgré ces années passées à la Congrégation, il ne pouvait jamais être assuré d’avoir tout observé là bas. Être aux premières lignes de front rapportait bien plus d'informations.
Puis il reporta son attention sur son aînée. Elle aussi devait sans doute avoir une bonne raison d’être ici.

-Et toi aussi, tu as pas mal de choses à raconter, j’imagine, pousse de soja ?

Si elle croyait qu'il allait se laisser faire.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Dim 17 Juil - 23:49

Les temps changent
feat. Lavi


Un étrange sentiment de nostalgie envahissait les entrailles de la jeune femme alors qu’elle regardait ce visage : il était le même tout en étant différent. La puberté avait fait disparaitre les rondeurs de l’enfance, lui avait permis de la dominer de sa hauteur et lui avait offert une carrure tout à fait respectable. La blonde en vint à se demander si elle serait encore capable de lui mettre une petite raclée bien sentie sans peinée. Certainement que non. Affichant un sourire contrit, la blonde se rendit compte qu’elle n’aurait pas dû négliger son propre entrainement pendant son séjour à Rome et se promit mentalement de se remettre à travailler activement la précision de ses mouvements. Ce serait particulièrement frustrant si le gamin venait à la mettre à terre sans ne serait-ce une once de résistance ! Elle avait un honneur à protéger tout de même. Surtout que le rouquin semblait bien décidé à appuyer sur la corde sensible : l’ébouriffer, la définir en étant petite. Petite. Et son genou dans les bijoux de famille, il était petit lui ? Non mais quel culot ! Le lapinou, le civet, le bébé lapereau qui osait l’ébouriffer. Elle allait en faire son quatre heure, foi de bookwoman ! Heureusement pour lui qu’elle avait cessait de se faire des coupes de cheveux qui demandaient plus de dix minutes devant un miroir, sinon elle lui aurait dévoré le foie pour son plus grand plaisir.

Par les dieux, qu’elle se sentait bien à parler à un fantôme de son passé.

Une époque où elle ne doutait pas, où elle n’avait pas peur. Où un Noé n’avait pas une place importante dans son cœur de jeune fille. Elle était Leo et suivait le vieil ours mal léché quoiqu’il advienne. Lavi, à l’heure actuelle, devait être à peine plus vieux qu’elle à l’époque. Doutait-il ou son cœur était-il aussi fermé ? Qui était-il maintenant ? A la mention du nom, le garçon se mit à grimacer, provoquant un haussement surpris de la part d’Ophelia. « Appelle-moi Lavi pour maintenant. Et toi, j’imagine que je ne peux plus t’appeler Leo. » Non, il ne pouvait plus. Ce nom avait disparu depuis déjà bien longtemps maintenant … Mais était-elle encore Rayn ? Elle l’était. Bien évidement. Ophelia n’était qu’une couverture pour ne pas se faire repérer, n’est-ce pas ? N’est-ce pas ? La blonde se pinça les lèvres avant d’offrir le sourire le plus faux dont elle était capable. Le sourire qui avait fait la réputation du clan. « Ophelia. Appelle moi Ophelia, Civet. » Puis d’un mouvement qui se voulait amusant, elle lança ses cheveux en arrière. « Un prénom qui scie à merveille à ma grâce. »

Lavi – dieux, elle avait encore du mal avec ce nouveau nom – souligna l’absence d’Elias à ses côtés. Ils étaient tous les deux libérés de leur mentor pour une durée indéterminée donc … Pourtant, le souvenir des deux hommes fumant ensemble et grognant dans leur coin pendant qu’elle jouait avec le petit élève lui fit échappé un léger soufflement nostalgique perdu dans un sourire. « Tu sais, j’étais persuadée à l’époque qu’ils étaient en train de geindre sur le fait qu’on était infernale ! … Je le pense toujours d’ailleurs. » La blonde lui donna un coup de coude. « Mais on était pas mieux, petit. » Elle réfléchissait au fond d’elle : comment lui dire qu’elle se faisait passer pour morte, que son mentor la croyait morte ? Ophelia opta pour une demi vérité « J’ai vingt-six ans, gringalet. Tu crois pas que j’ai passé l’âge d’être chaperonné par le vieil ours ? Naaa ! Je vole de mes propres ailes maintenant. »

Ce que le lapin ne savait pas ne pouvait pas lui faire de mal.

Seulement, il y avait cet emblème d’argent. Cet emblème qui la dérangeait plus que de raison. « Et bien comme tu peux le voir, je suis aussi un exorciste. » La blonde se pinça les lèvres plus fortement qu’elle ne l’aurait voulu. Un exorciste. « Papi panda aussi d’ailleurs. Aux premières loges pour mieux observer la guerre de leur côté. Ca fait deux ans maintenant … » Deux ans ? Déjà ? La blonde lui remit correctement l’insigne comme une mère l’aurait fait en lâchant un soupir. « Le lapereau est donc un élu de dieu alors … L’objectivité doit être compliqué à garder non ?... » une autre question lui brulait les lèvres et son regard vert remonta vers l’unique œil de son cadet. « Tu y arrives ? A resté détaché ? A les voir comme de l’encre ? »

Car elle y était dorénavant incapable. Considérer Liam, Elliot ou bien encore Elias comme une simple encre lui serrait le cœur plus qu’elle ne pouvait le supporter.

« Mon petit lapin a donc véritablement grandi … Cela me rend un peu triste. » Il était l’héritier. Son futur chef. Que penserait Lavi s’il savait ? Lavi qui avait intégré un camp pour mieux observé, Lavi qui se préparait à son destin. Lavi qui était certainement à Rome à cause des ordres de ses supérieurs. Est-ce qu’il cherchait Liam ? « Et toi aussi, tu as pas mal de choses à raconter, j’imagine, pousse de soja ? » La blonde tiqua au surnom et lui donna un coup de coude.

Pardon lapin.

Lavi lui permettait de protéger cet homme qui comptait tant pour elle. En effet, elle avait des choses à raconter. Des mensonges. D’honteux mensonges pour protéger celui qui l’avait sauvé. Ophelia haussa les épaules avant de croiser les bras, bombant le torse, mimant de faire la fière. « Saches, jeune freluquet, que je suis observatrice du clan ennemi. J’observe les Noé, je me lie avec eux et je reste neutre. » mensonge mensonge mensonge. « Seulement, actuellement, le seul Noé avec qui j’avais réussi à nouer un lien s’est fait tuer lors d’un bal de charité. Retour à la case départ. »

Et maintenant, son plus grand looping.

« J’étais venue ici sur les traces d’un Noé. Ça fait trois semaines que je suis là, et il semblerait bien qu’il se soit carapaté après un affrontement …Je reste encore une semaine et je file sur une nouvelle piste ! » Elle indiqua le signe de filer avec les mains avant de poser ses mains sur ses hanches, souriante. « Donc tu es là pour ce Noé aussi ? Ca m’arrangerait si vous arretiez de zigouiller mes acteurs, vraiment … Enfin … tu veux que je t’offre un verre de lait, Lavi ? Qu’on parle autour d’une table, au chaud. »

Elle allait tout faire pour protéger l’homme qu’elle aimait.







Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Ven 22 Juil - 13:52


Aveux


Feat Lavi & Ophélia

Elle se fichait de lui. Complètement. Si au début Lavi pensait qu’Ophélia plaisantait, il s'était lourdement trompé. C'est donc avec  un ̀sourire narquois que la blonde lui commanda un verre de lait, tandis qu'elle savourait son chocolat chaud. Bah, tu parles d’une adulte ! Elle avait encore des goûts de gosse !
Le bookman grogna légèrement. Décidément, elle n'allait jamais cesser de le considérer comme un enfant,' même quand l'évidence était sous son nez. Pendant un moment, le rouquin hésita même à ne pas prendre la boisson par simple défi, mais... ce serait quand même du gâchis. Alors ce fut en grognant que Lavi prit une gorgée de son verre de lait.
Double déception d'ailleurs. Si le bookman avait posé plusieurs questions à son ainée, celle ci n'en répondit à aucune.

-Je comprends ta curiosité, mais je ne peux absolument rien te dire, Lavi. Tu comprends que ce genre d’information ne concerne que notre clan, or j’ignore totalement à qui je m’adresse : Lavi l’exorciste ou bien l’Héritier désigné du clan des bookmen ? Sorry, Lavi. Tant que je ne saurai pas à qui exactement je m’adresse, le cas du bal restera une affaire à laquelle tu n’auras pas accès.

Tout d'abord contrarié, Lavi se mit à réfléchir posément à la réponse de la blonde.
Qui était-il actuellement ? L'héritier des bookmen cherchant à accomplir sa formation, ou "Lavi" qui combattait auprès des exorcistes ? Lavi n’était qu'un masque qu'il utilisait pour mieux observer tout ce qui se tramait au sein de l'Ordre Noir. Pourtant, s'il était venu ici, c’était bien sur ordre de Komui. Et il y voyait un avantage pour son clan, certes. Mais la rancœur qu'il éprouvait envers le Noé du Jeu n’avait rien à voir avec son devoir de bookman. La vengeance était un sentiment propre aux hommes, pas aux observateurs. Alors pourquoi n’arrivait il pas à se débarrasser de ce sentiment étranger ?

-Je comprends ce que tu veux dire. Actuellement... je ne saurai pas te répondre. Je dois moi même chercher ma réponse.

C'était une réponse bien étonnante de la part de l'héritier en personne, une erreur de trop sans doute. Pourtant il ne pouvait pas se voiler la face, Ophélia avait bien vu juste. Il devait faire la part des choses et séparer son apprentissage avant tout de son masque d'exorciste. Alors que pour l'instant, il craignait que ces deux facettes ne se mélangent complètement.
Alors il accepta le silence de la bookwoman.

Mais ce ne fut pas la seule chose qui le déstabilisa. Ophélia semblait elle aussi s'éloigner de l’impassibilité auquel les bookmen devaient faire preuve. Même, bien plus que ce dont il s'était imaginé.
Après avoir bu sa boisson, la jeune femme le regarda droit dans les yeux, plus sérieuse que jamais.

- Lavi, est-ce que je peux te poser une question ? Est-ce que tu me considères comme étant un membre de ta famille ?

Cette fois, ce fut à son tour de cracher la boisson. Pourquoi fallait-il qu'elle lui pose une telle question au moment ou il s'était décidé à reboire ?
Relevant son unique œil vers la jeune femme, le borgne lui lança un regard perturbé, avant qu'elle ne reprenne ses explications.

-Hein ?
- Est-ce que le vieux panda est de ta famille ? L’Ours ? Est-ce que nous sommes un groupe ou une famille pour toi, Lavi ?

Une famille ? Était-elle sérieusement en train de lui demander d'envisager une famille, alors que la règle première des bookmen était justement d'interdire tous liens ? C'était bien la famille qu'on devait systématiquement éliminer chez un apprenti bookman. L’enfant devait oublier tous les liens qu'il avait déjà construits, et bien sur, sa famille en premier. C'était une étape obligatoire que tous les bookmen avaient traversée. Lui n'en faisait pas exception.
Alors s’il considérait ses confrères comme une famille ? Ca, il n'y avait jamais pensé.
La réponse évidente serait négative. Les bookmen formaient un clan, ceux qui observaient l'Histoire, tout en restant indépendants les uns des autres. Et pourtant... que ressentait il vis à vis de Bookman ? De "papi panda" ? L'appelait il papi juste à cause de son âge, ou... parce qu'il le considérait en tant que tel. Cette fois, il n avait même pas à se poser la question pour en connaître la réponse.

-Pour moi, les bookmen forment un clan, les observateurs de l'Histoire qui doivent rester dans l’ombre... Sans aucune attache, sans aucune identité, et qui n'ont donc aucune place pour la famille. C'est comme ça que ça devrait être.

C'était des mots durs, et pourtant c’était la pure réalité. Voilà ce qui définissait vraiment un bookman, ce qu'il devrait être.

-Alors... je crois que j'ai encore failli dans mon devoir de Bookman.

Malgré son apprentissage, voilà ce qu'il en était vraiment. Ophélia n’avait pas tord. Elle avait bien plus d'expérience que lui, alors elle avait du voir exactement ses défauts en tant qu’apprenti bookman. Tout ce qu'il avait à apprendre encore. Et surtout, tout ce qu'il devait corriger. Même s'il n'en avait pas vraiment envie.

Et contre toute attente, loin de le baisser dans son estime, Ophélia sembla même le rassurer dans son propre échec.

- On l’oublie bien souvent … Mais toi et moi, nos mentors respectifs et tous les autres membres du clan … Nous sommes humains.

Une grimace étira ses traits à ce mot. "Humain". Il y avait quelques années encore, il en aurait été dégouté. Après toutes ces années à les avoir observés, une chose était devenue claire dans son esprit : les humains étaient stupides. Ce n’étaient que des bêtes toujours prêtes à se faire la guerre. Et il aimait croire que les bookmen, en tant que simple observateurs, avaient quelque chose de différent. Qu'ils n'étaient pas de la même trempe.
Un avis qui, malgré tout, semblait légèrement changer depuis peu...
Alors si au début il ne comprenait pas ou elle voulait en venir, la propre expérience de la blonde lui expliqua tout.

-J’ai eu un élève un petit moment … Il avait déjà treize ans, il était trop vieux, mais cela ne m’a pas empêché de l’adorer à ma manière. Je m’étais véritablement attaché à cet enfant. J’ai eu le cœur brisé quand il m’a abandonné du jour au lendemain. Depuis que je suis toute seule, j’ai aimé plus que je n’aurai du, j’ai chéri plus que tout et je suis même tombée amoureuse.

Lavi écouta attentivement tout le discours de son ainée. Jamais il n’aurait cru qu'elle lui ferait un tel aveu. Jamais il n’aurait cru qu'elle aurait failli.
Pourtant, écouter son discours le soulagea un peu. Toutes les erreurs qu'elle avait faites, c'était exactement celles dont il avait une peur bleue. Échouer dans son devoir, alors qu'il était l'héritier, alors que tout le monde  attendait tant de lui. Il ne s’autoriserait pas ça, il ne le pouvait pas.
Pourtant, malgré tous les interdits qu'elle avait bravés, comment Ophélie pouvait elle encore être une bookwoman aujourd’hui ?

- Lavi. Tu es mon futur chef, mon héritier au même titre que tu es l’héritier de tous les autres … Mais je pense honnêtement qu’il est presque impossible pour un humain de ne plus rien ressentir, si ce n’est simuler. La chaleur que l’on ressent quand quelqu’un à confier sa vie entre nos mains, les fous rires, les échanges … Nous devons tous gouter à cela un jour. Je pense que c’est à partir de là que l’on arrive ou non à se définir comme bookman.

Enfin la conclusion lui tomba dessus, comme une évidence qu'il avait toujours cherché à nié, mais qu'il fallait bien faire face un jour.

-Nous ne sommes qu’humain.

Et l'erreur est humaine, hein ? Humain, ce qu'il détestait, mais ce qu'il était malgré tout.

Lavi resta un moment silencieux, digérant avec difficulté le discours d’Ophelia. Elle avait vécu bien plus de choses que lui et en avait tiré ses propres conclusions. Pour autant, était-il d’accord avec elle ? Peut être Lavi l’était sur certains points... Mais le bookman ne pouvait pas accepter.

-C'est vrai, nous sommes humains dans le fond. Moi même il m'arrive de ressentir des choses qui devraient m'être interdites en tant que bookman. Et pourtant, on m'appelle l'héritier. Étonnant, non ?

Il avait perdu son sourire. Pour une fois, il parlait à cœur ouvert. Alors qu'il avait toujours gardé caché ses vrais sentiments. Cela lui faisait étrange, cela lui faisait mal d’avouer toutes ses fautes. .. Mais en même temps, ça l’apaisait presque.
Et maintenant, le plus dur à s'avouer. ..

-Je ne peux pas te blâmer pour ça, surtout pas moi d'ailleurs... Mais comme tu l’as dit, je suis l’héritier. Je suis amené à être ton futur chef. Alors s'il y a bien une personne qui ne peut pas se permettre de faillir à son devoir de Bookman, c'est bien moi...

Lavi songea un instant à tout ce qui avait changé en lui au cours de ces deux dernières années. Les liens qu'il avait fini par nouer, les amis qu'il s’était fait... et plus récemment, des sentiments nouveaux qu'il avait peur de découvrir.

-Drôle d'hériter, hein...

Lavi eut un rire amer. Malgré toutes ces années d'apprentissage, il en venait à remettre en question tout ce en quoi il croyait. Et il n'en était pas vraiment fier.

Mais cela relevait un autre problème. Derrière le discours d'Ophélia, pourtant sincère et empli d'aveux, Lavi y avait décelé des choses qu'elle n’avait pas dites.

-Pourtant, après avoir fait toutes ces entorses à notre règlement, comment ton mentor a pu te laisser devenir une bookwoman indépendante ? On ne devient bookman accompli que quand notre mentor nous juge enfin digne de devenir indépendant. Commet est ce que tu as pu le devenir après avoir fait tout ce qui nous est interdit ?

L'ours n'aurait pas pu la laisser avec ces failles dans son apprentissage. A moins qu'elle lui ait menti.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Dim 24 Juil - 16:17

Les temps changent
feat. Lavi


Lavi tapait là où cela faisait mal. Petit con. Si elle regrettait d’avoir quitté Elias ? AH AH ! Ah. La blonde se retint difficilement de faire une grimace des plus horribles en repensant à ses dernières interactions avec son mentor. Déjà quand Rayn était née : brusque, rapide mais la séparation avait été décidée depuis déjà bien longtemps. Elias avait besoin de son autonomie pour pouvoir observer à nouveau des lieux qu’il voulait garder loin des yeux de la blonde. C’était là qu’elle avait décidé personnellement de son implantation. Puis la rupture définitive entre l’élève et son mentor malgré son absence totale de titre. La blonde eut un sourire tordu en regardant sur le côté : si on lui avait dit un jour qu’elle se prendrait une torgnole sur une place publique. Ah. Ah. Non, vraiment c’était l’horreur. Alors que devenait-il ? Est-ce qu’elle avait des regrets de l’avoir quitté ? Comment dire… La blonde se gratta la joue, gênée, cherchant une réponse correcte à cette question. Foutu lapin ! Il était déjà comme ça à l’époque ? Comment lui dire qu’aux dernières nouvelles, son mentor était persuadée qu’elle s’était faite explosée la cervelle par un semi-akuma tout sauf sympathique ?

La blonde lui fit un immense sourire en agitant la main devant son visage d’un geste lent. « Je n’en ai absolument aucune idée ! Nous nous sommes séparés car il avait besoin d’être seul, donc cela me permet de gouter aux vrais responsabilités de notre clan, tout ça tout ça quoi … » devait-elle préciser que répondre aux attentes du clan était une véritable torture. Ophelia poussa néanmoins un soupir avant de lancer un regard sur le côté. « Je ne m’inquiéterai pas trop pour lui à ta place … l’ours est l’ours … Il est increvable. » Elle-même avait arrêté de s’inquiéter pour lui. Ophelia n’avait apporté que des soucis pour son mentor, alors maintenant qu’il était persuadé qu’elle était morte, tout irait pour le mieux pour lui. N’est-ce pas ? Sa situation était moins justifiable que Lavi : il était toujours sous la tutelle du vieux panda. La seule chose qu’elle pouvait aisément mettre en avant était leur différence d’age. Il était jeune, encore immature.

Et par la même occasion, elle pourrait facilement le taquiner et ça, ça, ça n’avait pas de prix.

Mais le lapin avait revêtu l’habit de l’exorciste. Que ferait le clan si l’héritier venait à disparaitre ? Si celui qui était destiné à intégrer tous les savoirs de tous les membres se faisait dévorer par l’obscurité ? Bookman n’était pas si jeune, aurait-il le temps de former un nouvel esprit ? La mort n’était pas le seul risque, les sentiments étaient bien plus dangereux. « Je ne sais pas … » Ophelia se mordit l’intérieur de la joue. Alors son cadet était prisonnier des mêmes questions qu’elle ? « Après ces deux années restées là-bas, certaines choses ont commencé à changer … Mais je dois rester un bookman avant tout. » Mais je dois rester un bookman avant tout. Ophelia s’était répétée ces mêmes mots encore et encore, inlassablement.

Vivre toute sa vie dans le but de devenir quelque chose qui est brutalement ébranlé peut faire perdre pied. Alors on se rattache à ce que l’on croit. Ou du moins ce que l’on croit croire. Encore et toujours. Le devoir avant le reste : le rocher auquel s’accrocher désespérément. « Je vois … » Oh oui. Elle voyait très bien de quoi son cadet voulait parler. Beaucoup trop même. Mais cette nouvelle ne la réjouissait pas … Si Lavi, cette nouvelle personnalité, venait à être trop proche des exorcistes, cela signifierait qu’il viendrait à se battre de son plein grès en leur nom. Le froncement de sourcil du Junior face à son mensonge quant à la disparition de Liam ne la rassura guère. Lavi l’exorciste le dénoncerait, le pourchasserait peut-être même, s’il venait à être découvert. Si la blonde n’avait pas été en face de ce garçon qu’elle avait côtoyé il y a si longtemps, elle aurait eu un bien triste sourire. Elle allait devoir tout mettre en œuvre pour le tromper, le manipuler, user de tout ce qu’elle avait appris pour le retourner contre l’Héritier. Cela en était presque ironique. Mais Lavi semblait décidait à mener l’enquête de son propre côté.

Ce que ce lapin pouvait être particulièrement agaçant.

Une veine d’agacement pulsa contre sa tempe alors qu’elle ressentait une vague envie de cracher du feu devant la détermination de ce petit. Bon sang. Typiquement bookman ça. La blonde lui lança un regard à tuer un serpent avant de le menacer de ses petits poings. « Oye, Lapin … Tu serais pas en train de remettre mes compétences de bookwoman toi, là ? » En l’occurrence, il avait bien raison. Mais c’était légèrement frustrant de voir l’héritier se mêler de ce qui ne le regardait pas. Sale gosse. Petit impertinent. Fouineur. Bookman va ! Et ce fut en pestant et en lui donnant un bon coup de coude dans les côtes que la blonde le guida vers un petit café italien tout à fait charmant. Elle allait lui montrer si elle était petite, elle allait lui arracher la langue. Ou lui couper la tête. Ils seraient à la même taille au moins ! La blonde le guida à une table, prêt des tuyaux de chauffage. Ophelia en frissonna de plaisir en ôtant sa veste et commandant un bon chocolat chaud – boisson dont elle était devenue adepte depuis quelques jours sans véritablement en connaitre la raison – et un verre de lait pour le roux en lui faisant un grand sourire goguenard.

La blonde tapotait dans ses mains quand son précieux arriva, dégageant une odeur délicieuse. Le chocolat chaud était un luxe qu’elle aimait se permettre : cela réchauffait son cœur après l’abandon constant de l’amant. Du coin de l’œil, la petite bookwoman voyait bien que son interlocuteur avait des questions qui lui brûlaient les lèvres mais elle n’était pas pressée d’y répondre. Elle n’avait pas encore trouvé la parade parfaite pour protéger l’ingrat. « Au fait, » la blonde releva les yeux, l’invitant à continuer. « le Noé que tu observais … De quel Noé s’agissait-il ? Tu as des doutes sur l’identité de l’assassin ? Je pense que tu en sais plus que moi sur ce sujet, tu étais présente pendant ce bal, non ? » Et bien, en voilà un flot de question. La blonde leva ses deux mains devant elle en riant légèrement. « Doucement, doucement, une question à la fois, tu veux … Je ne suis pas une machine. » Seulement partager ce genre d’information ? Les Noé étaient son domaine, bien qu’elle se soit ouvertement éloigné du droit chemin. Lavi était un exorciste, lui donner ce genre d’information était tout simplement impensable. Mais il était aussi un Bookman Junior, et pas n’importe lequel qui plus est.

Elle apporta sa cuillère à la bouche et la goba pour gouter aux premières gouttes de chocolat d’un air songeur. Elle avait peut-être trouvé un moyen de protéger Liam. Elle reposa sa cuillère dans sa tasse avant de faire le sourire le plus bookwoman possible. « Je comprends ta curiosité, mais je ne peux absolument rien te dire, Lavi. » Elle haussa les épaules en penchant légèrement la tête. « Tu comprends que ce genre d’information ne concerne que notre clan, or j’ignore totalement à qui je m’adresse : Lavi l’exorciste ou bien l’Héritier désigné du clan des bookmen ? » L’un avait le droit de répéter les paroles de la jeune femme à l’Ordre, l’autre non. Elle mit une main devant sa bouche en signe d’excuse. « Sorry, Lavi. Tant que je ne saurai pas à qui exactement je m’adresse, le cas du bal restera une affaire à laquelle tu n’auras pas accès. »

Alors, qui étais-tu, garçon ?

La blonde avala une gorgée de chocolat. Ses papilles explosèrent face aux gouts qu’elle adorait. Boisson qu’elle manqua de recracher – quel gâchis ! – quand Lavi posa son autre question. La blonde toussa un peu en se tapant le torse avant de le dévisager. Oh. Elle ne s’attendait pas à cette question. Est-ce qu’elle considérait toujours les humains comme de simples pages de l’Histoire ? Ah. C’était une sacrée question … « C’est pas dur de rester totalement objectif quand tu es loin de ton ours ? »

Ophelia le dévisagea un instant, inexpressive, cherchant quoi répondre. Ce n’était pas seulement une question de curiosité et elle en avait conscience au vu de la réponse qu’elle avait précédemment eut. Le jeune homme cherchait des réponses. Elle ferma les yeux et poussa un long soupire avant de les rouvrir et de ses serrer de ses deux mains le chocolat chaud, profitant de la chaleur pour se réchauffer les mains. Ses yeux ne quittaient pas le liquide cacao. « Lavi, est-ce que je peux te poser une question ? » Doucement elle releva la tête, le fixant droit dans les yeux. « Est-ce que tu me considères comme étant un membre de ta famille ? Est-ce que le vieux panda est de ta famille ? L’Ours ? Est-ce que nous sommes un groupe ou une famille pour toi, Lavi ? » Elle avait toujours vu Elias comme son père, qu’importe ce que l’ours avait pu lui rabâcher. Si elle voyait l’enfant devant elle en danger, elle agirait certainement en conséquence … Ophelia avait déjà trancher dans cette question, mais tout était une question de point de vue.

« On l’oublie bien souvent … Mais toi et moi, nos mentors respectifs et tous les autres membres du clan … Nous sommes humains. » Cela semblait presque idiot de le rappeler. Tellement idiot qu’elle eut un vague sourire. « J’ai eu un élève un petit moment … Il avait déjà treize ans, il était trop vieux, mais cela ne m’a pas empêché de l’adorer à ma manière. Je m’étais véritablement attaché à cet enfant. » C’était un aveux, l’aveux d’une erreur. Pourtant elle l’avouait. « J’ai eu le cœur brisé quand il m’a abandonné du jour au lendemain. » Comme Elias avant lui. Comme Liam en ce moment. Pourtant son sourire se voulu plus joyeux, plus chaleureux. « Depuis que je suis toute seule, j’ai aimé plus que je n’aurai du, j’ai chéri plus que tout et je suis même tombée amoureuse. »

Le pire des aveux. Son sourire sonnait faux désormais.

« Lavi. Tu es mon futur chef, mon héritier au même titre que tu es l’héritier de tous les autres … Mais je pense honnêtement qu’il est presque impossible pour un humain de ne plus rien ressentir, si ce n’est simuler. La chaleur que l’on ressent quand quelqu’un à confier sa vie entre nos mains, les fous rires, les échanges … Nous devons tous gouter à cela un jour. Je pense que c’est à partir de là que l’on arrive ou non à se définir comme bookman. » La blonde se tut soudainement. Elle avala une gorgée, puis deux avant de finalement terminer la délicieuse boisson qui enchantait son subconscient. « J’ai fauté plusieurs fois. Pourtant, je suis toujours là. Je pense qu’il faut passer par là pour comprendre notre devoir. Moi je l’ai compris et je ne regrette rien. »

Ophelia était bookwoman pour le moment, malgré sa nuit avec Liam, malgré les larmes. Malgré les sentiments. Car ses observations étaient encore le plus important pour elle, était encore ce qui lui permettait de tenir debout.

Mais il y avait cette unique vérité.

« Nous ne sommes qu’humain. »




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Mar 26 Juil - 23:16


Aveux


Feat Lavi & Ophélia

Elle se fichait de lui. Complètement. Si au début Lavi pensait qu’Ophélia plaisantait, il s'était lourdement trompé. C'est donc avec  un ̀sourire narquois que la blonde lui commanda un verre de lait, tandis qu'elle savourait son chocolat chaud. Bah, tu parles d’une adulte ! Elle avait encore des goûts de gosse !
Le bookman grogna légèrement. Décidément, elle n'allait jamais cesser de le considérer comme un enfant,' même quand l'évidence était sous son nez. Pendant un moment, le rouquin hésita même à ne pas prendre la boisson par simple défi, mais... ce serait quand même du gâchis. Alors ce fut en grognant que Lavi prit une gorgée de son verre de lait.
Double déception d'ailleurs. Si le bookman avait posé plusieurs questions à son ainée, celle ci n'en répondit à aucune.

-Je comprends ta curiosité, mais je ne peux absolument rien te dire, Lavi. Tu comprends que ce genre d’information ne concerne que notre clan, or j’ignore totalement à qui je m’adresse : Lavi l’exorciste ou bien l’Héritier désigné du clan des bookmen ? Sorry, Lavi. Tant que je ne saurai pas à qui exactement je m’adresse, le cas du bal restera une affaire à laquelle tu n’auras pas accès.

Tout d'abord contrarié, Lavi se mit à réfléchir posément à la réponse de la blonde.
Qui était-il actuellement ? L'héritier des bookmen cherchant à accomplir sa formation, ou "Lavi" qui combattait auprès des exorcistes ? Lavi n’était qu'un masque qu'il utilisait pour mieux observer tout ce qui se tramait au sein de l'Ordre Noir. Pourtant, s'il était venu ici, c’était bien sur ordre de Komui. Et il y voyait un avantage pour son clan, certes. Mais la rancœur qu'il éprouvait envers le Noé du Jeu n’avait rien à voir avec son devoir de bookman. La vengeance était un sentiment propre aux hommes, pas aux observateurs. Alors pourquoi n’arrivait il pas à se débarrasser de ce sentiment étranger ?

-Je comprends ce que tu veux dire. Actuellement... je ne saurai pas te répondre. Je dois moi même chercher ma réponse.

C'était une réponse bien étonnante de la part de l'héritier en personne, une erreur de trop sans doute. Pourtant il ne pouvait pas se voiler la face, Ophélia avait bien vu juste. Il devait faire la part des choses et séparer son apprentissage avant tout de son masque d'exorciste. Alors que pour l'instant, il craignait que ces deux facettes ne se mélangent complètement.
Alors il accepta le silence de la bookwoman.

Mais ce ne fut pas la seule chose qui le déstabilisa. Ophélia semblait elle aussi s'éloigner de l’impassibilité auquel les bookmen devaient faire preuve. Même, bien plus que ce dont il s'était imaginé.
Après avoir bu sa boisson, la jeune femme le regarda droit dans les yeux, plus sérieuse que jamais.

- Lavi, est-ce que je peux te poser une question ? Est-ce que tu me considères comme étant un membre de ta famille ?

Cette fois, ce fut à son tour de cracher la boisson. Pourquoi fallait-il qu'elle lui pose une telle question au moment ou il s'était décidé à reboire ?
Relevant son unique œil vers la jeune femme, le borgne lui lança un regard perturbé, avant qu'elle ne reprenne ses explications.

-Hein ?
- Est-ce que le vieux panda est de ta famille ? L’Ours ? Est-ce que nous sommes un groupe ou une famille pour toi, Lavi ?

Une famille ? Était-elle sérieusement en train de lui demander d'envisager une famille, alors que la règle première des bookmen était justement d'interdire tous liens ? C'était bien la famille qu'on devait systématiquement éliminer chez un apprenti bookman. L’enfant devait oublier tous les liens qu'il avait déjà construits, et bien sur, sa famille en premier. C'était une étape obligatoire que tous les bookmen avaient traversée. Lui n'en faisait pas exception.
Alors s’il considérait ses confrères comme une famille ? Ca, il n'y avait jamais pensé.
La réponse évidente serait négative. Les bookmen formaient un clan, ceux qui observaient l'Histoire, tout en restant indépendants les uns des autres. Et pourtant... que ressentait il vis à vis de Bookman ? De "papi panda" ? L'appelait il papi juste à cause de son âge, ou... parce qu'il le considérait en tant que tel. Cette fois, il n avait même pas à se poser la question pour en connaître la réponse.

-Pour moi, les bookmen forment un clan, les observateurs de l'Histoire qui doivent rester dans l’ombre... Sans aucune attache, sans aucune identité, et qui n'ont donc aucune place pour la famille. C'est comme ça que ça devrait être.

C'était des mots durs, et pourtant c’était la pure réalité. Voilà ce qui définissait vraiment un bookman, ce qu'il devrait être.

-Alors... je crois que j'ai encore failli dans mon devoir de Bookman.

Malgré son apprentissage, voilà ce qu'il en était vraiment. Ophélia n’avait pas tord. Elle avait bien plus d'expérience que lui, alors elle avait du voir exactement ses défauts en tant qu’apprenti bookman. Tout ce qu'il avait à apprendre encore. Et surtout, tout ce qu'il devait corriger. Même s'il n'en avait pas vraiment envie.

Et contre toute attente, loin de le baisser dans son estime, Ophélia sembla même le rassurer dans son propre échec.

- On l’oublie bien souvent … Mais toi et moi, nos mentors respectifs et tous les autres membres du clan … Nous sommes humains.

Une grimace étira ses traits à ce mot. "Humain". Il y avait quelques années encore, il en aurait été dégouté. Après toutes ces années à les avoir observés, une chose était devenue claire dans son esprit : les humains étaient stupides. Ce n’étaient que des bêtes toujours prêtes à se faire la guerre. Et il aimait croire que les bookmen, en tant que simple observateurs, avaient quelque chose de différent. Qu'ils n'étaient pas de la même trempe.
Un avis qui, malgré tout, semblait légèrement changer depuis peu...
Alors si au début il ne comprenait pas ou elle voulait en venir, la propre expérience de la blonde lui expliqua tout.

-J’ai eu un élève un petit moment … Il avait déjà treize ans, il était trop vieux, mais cela ne m’a pas empêché de l’adorer à ma manière. Je m’étais véritablement attaché à cet enfant. J’ai eu le cœur brisé quand il m’a abandonné du jour au lendemain. Depuis que je suis toute seule, j’ai aimé plus que je n’aurai du, j’ai chéri plus que tout et je suis même tombée amoureuse.

Lavi écouta attentivement tout le discours de son ainée. Jamais il n’aurait cru qu'elle lui ferait un tel aveu. Jamais il n’aurait cru qu'elle aurait failli.
Pourtant, écouter son discours le soulagea un peu. Toutes les erreurs qu'elle avait faites, c'était exactement celles dont il avait une peur bleue. Échouer dans son devoir, alors qu'il était l'héritier, alors que tout le monde  attendait tant de lui. Il ne s’autoriserait pas ça, il ne le pouvait pas.
Pourtant, malgré tous les interdits qu'elle avait bravés, comment Ophélie pouvait elle encore être une bookwoman aujourd’hui ?

- Lavi. Tu es mon futur chef, mon héritier au même titre que tu es l’héritier de tous les autres … Mais je pense honnêtement qu’il est presque impossible pour un humain de ne plus rien ressentir, si ce n’est simuler. La chaleur que l’on ressent quand quelqu’un à confier sa vie entre nos mains, les fous rires, les échanges … Nous devons tous gouter à cela un jour. Je pense que c’est à partir de là que l’on arrive ou non à se définir comme bookman.

Enfin la conclusion lui tomba dessus, comme une évidence qu'il avait toujours cherché à nié, mais qu'il fallait bien faire face un jour.

-Nous ne sommes qu’humain.

Et l'erreur est humaine, hein ? Humain, ce qu'il détestait, mais ce qu'il était malgré tout.

Lavi resta un moment silencieux, digérant avec difficulté le discours d’Ophelia. Elle avait vécu bien plus de choses que lui et en avait tiré ses propres conclusions. Pour autant, était-il d’accord avec elle ? Peut être Lavi l’était sur certains points... Mais le bookman ne pouvait pas accepter.

-C'est vrai, nous sommes humains dans le fond. Moi même il m'arrive de ressentir des choses qui devraient m'être interdites en tant que bookman. Et pourtant, on m'appelle l'héritier. Étonnant, non ?

Il avait perdu son sourire. Pour une fois, il parlait à cœur ouvert. Alors qu'il avait toujours gardé caché ses vrais sentiments. Cela lui faisait étrange, cela lui faisait mal d’avouer toutes ses fautes. .. Mais en même temps, ça l’apaisait presque.
Et maintenant, le plus dur à s'avouer. ..

-Je ne peux pas te blâmer pour ça, surtout pas moi d'ailleurs... Mais comme tu l’as dit, je suis l’héritier. Je suis amené à être ton futur chef. Alors s'il y a bien une personne qui ne peut pas se permettre de faillir à son devoir de Bookman, c'est bien moi...

Lavi songea un instant à tout ce qui avait changé en lui au cours de ces deux dernières années. Les liens qu'il avait fini par nouer, les amis qu'il s’était fait... et plus récemment, des sentiments nouveaux qu'il avait peur de découvrir.

-Drôle d'hériter, hein...

Lavi eut un rire amer. Malgré toutes ces années d'apprentissage, il en venait à remettre en question tout ce en quoi il croyait. Et il n'en était pas vraiment fier.

Mais cela relevait un autre problème. Derrière le discours d'Ophélia, pourtant sincère et empli d'aveux, Lavi y avait décelé des choses qu'elle n’avait pas dites.

-Pourtant, après avoir fait toutes ces entorses à notre règlement, comment ton mentor a pu te laisser devenir une bookwoman indépendante ? On ne devient bookman accompli que quand notre mentor nous juge enfin digne de devenir indépendant. Commet est ce que tu as pu le devenir après avoir fait tout ce qui nous est interdit ?

L'ours n'aurait pas pu la laisser avec ces failles dans son apprentissage. A moins qu'elle lui ait menti.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode





Une bourde:
 




Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Lun 1 Aoû - 3:13

Les temps changent
feat. Lavi


C’était presque agaçant de le reconnaître, mais Lavi était un être mature. Assez mature pour comprendre que la blonde ne lui donnerait pas l’information qu’il désirait, assez mature pour comprendre les raisons et se remettre seul en question. Mais cela l’inquiétait tout autant : l’héritier se questionnait sur sa propre identité. Etait-ce générationnelle ? Ou était-ce la guerre sainte qui soulevait ces horribles questions d’appartenances à un groupe social défini ? En fréquentant les Noé, la blonde avait appris plus sur sa propre nature humaine que sur le fonctionnement de leur clan … Et Lavi semblait avoir découvert des facettes de sa propre existence que lui-même ne pensait plus posséder. Si Ophelia avait été honnête avec elle-même, elle attendait de son héritier de s’offusquer et de rétorquer qu’il était un membre consciencieux du clan. Pas cette réponse-ci. Mais, en tenant compte de sa propre situation, la blonde réalisa qu’il n’y avait pas de bonne réponse. Elle-même gardait ces précieuses informations pour tenir éloigner l’exorciste de son Noé. Mais Lavi était un être perdu dans un ensemble qu’il n’arrivait plus à contrôler. Alors, elle avait tenté de lui trouver des réponses.

Mais qu’est-ce qu’un bookman pouvait apprendre d’une femme dont les erreurs étaient si nombreuses qu’il était désormais impossible de les compter sur les doigts de la main. Et l’une de ses premières erreurs avaient été de voir le clan comme sa famille. « Pour moi, les bookmen forment un clan, les observateurs de l’Histoire qui doivent rester dans l’ombre … » Ophelia avait l’impression d’entendre l’une des toutes premières leçons de sa formation. Ce psaume que son mentor avait répété inlassablement pendant des années, encore et encore jusqu’à ce qu’Ophelia le connaisse sur le bout des doigts. « Sans aucune attache, sans aucune identité, et qui n’ont donc aucune place pour la famille. C’est comme ça que ça devrait être. » L’utilisation du conditionnel ne passa pas inaperçu.

Ophelia s’attendait donc à ce qu’il termine sa phrase par l’éternel réponse, la bonne réponse du clan. Il n’en fut rien. « Alors … je crois que j’ai encore failli dans mon devoir de Bookman. » La blonde marqua sa surprise avant de le regarder, compatissante. La main de l’ainée alla se poser sur celle de son cadet, ses doigts serrant les siens, tentant d’apporter du réconfort au rouquin. « Mon clan est ma famille … Mon mentor est mon père. Nous fautons tous à ce sujet. »

C’était un léger mensonge. Elias ne l’avait jamais vu comme sa propre fille. Mais elle ne pouvait s’empêcher de penser que bookman ressentait de l’affection pour cet être farouche. Mais elle avait encore tant de questions à répondre et elle fit au mieux. Et durant son discours, elle observait le visage du rouquin, observant ses grimaces, ses réactions alors qu’elle-même tentait d’oublier ses propres erreurs en buvant ce chocolat qui lui semblait tellement nécessaire. Ses erreurs étaient innommables. A cette instant précis, son unique but était de l’éloigner de Liam, de protéger l’homme qui avait osé dérober le cœur d’une bookwoman et partager une nuit à ces côtés. Un homme qui l’avait abandonné à une solitude qui la rendait petit à petit malade à ne plus vouloir se lever. Mais aujourd’hui, elle était heureuse d’avoir réussi à fuir cet horrible manoir dont elle ne souhaitait qu’une chose, y mettre le feu. Car si elle ne s’était pas levée ce matin-là, si elle était restée, elle n’aurait pas pu croiser Lavi.

Elle n’aurait pas pu parler avec lui. Découvrir des choses. Sur lui comme sur elle. Et elle, elle avait rappelé une stupide vérité universelle que chaque membre de son clan avait tenté d’oublier depuis la création : ils n’étaient que des humains.  Ces êtres qu’ils méprisaient par-dessus tout avaient peut-être un lien de parenté avec eux. Ils n’étaient pas différents. Et la blonde se trouva stupide de l’avoir cru un jour. Elle avait toujours aimé les Hommes. Lavi, lui, avait arrêté de sourire.

« C’est vrai, nous sommes humains dans le fond. » Etrangement, venant de la bouche de son héritier, la blonde trouva cette phrase bien plus amère. « Moi-même il m’arrive de ressentir des choses qui devraient m’être interdites en tant que bookman. Et pourtant, on m’appelle héritier. Etonnant, non ? » La blonde se mordit la joue, son regard prenant en sympathie cet adolescent. Elle avait l’impression de ne plus entendre Lavi, ou du moins, pas seulement cette façade que possédait chaque membre du clan. Mais le vrai lui. A cœur ouvert, sans tous ces artifices, sans toutes ces stupides lois. Ils étaient deux jeunes gens, perdus dans le tourbillon des sentiments que leurs rencontres avaient causé. « Je ne peux pas te blâmer pour ça, surtout pas moi d’ailleurs … » Si. Oh Lavi, si, si … Avec tout ce qu’elle faisait, avec cette odieuse manipulation qu’elle tentait de mettre en place, la blonde méritait tous les blâmes du cadet qui s’ouvrait à elle avec une confiance absolue. La culpabilité rongeait le cœur d’Ophelia plus qu’elle n’aurait souhaiter l’avouer. « Mais comme tu l’as dit, je suis l’héritier. Je suis amené à être ton futur chef. Alors s’il y a bien une personne qui ne peut pas se permettre de faillir à son devoir de Bookman, c’est bien moi … »

La blonde réagit presque par automatisme, lui serrant la main le plus fortement possible et l’obligeant à relever le regard vers elle. « Si … Si, bien sûr que si. Lavi … Je ne veux pas d’autre héritier que toi. Tu ne comprends pas ? » Elle tenta un sourire, un pauvre sourire. « Je ne veux pas d’un chef parfait. Je veux d’un chef qui ait compris le cœur humain pour mieux nous guider … » Naïve. Mais le rire amer de son cadet peina son cœur. Apprendre, découvrir, toucher la nouveauté du doigt pouvait avoir un effet terrifiant sur l’Homme. Les Bookmen n’étaient pas épargnés du phénomène.

Mais Lavi, quoiqu’il puisse penser, n’avait pas usurpé son titre d’Héritier. « Pourtant, après avoir fait toutes ces entorses à notre règlement, comment ton mentor a pu te laisser devenir une bookwoman indépendante ? On ne devient bookman accompli que quand notre mentor nous juge enfin digne de devenir indépendant. » Un sourire crispé se dessina sur ses lèvres. Elias n’était pas prêt de lui donner ce titre. « Comment est-ce que tu as pu le devenir après avoir fait tout ce qui nous est interdit. » Les possibilités de réponses se montraient limités. Pourtant, à cet instant, la blonde ne se sentait pas de plus mentir à son cadet, de le pousser dans la mauvaise direction. Alors elle choisit le demi-mensonge. « Ça, c’est parce que je ne suis pas encore une bookwoman accomplie, Lavi. »

La blonde glissa son doigt sur le bord de sa tasse un instant, cherchant ses mots, cherchant les bons mots. Et elle se décida de raconter une partie de la vérité. « L’ours et moi, on ne s’est pas séparé car il en avait terminé avec mon apprentissage. Non, bien sûr que non. Je suis bien trop jeune pour quitter le rang des Junior … Il voulait retourner observer certaines choses et il a vu là une bonne occasion de voir comment je me débrouillais en solo. » La blonde lui fit un bien pitoyable sourire. « Tu te doutes bien que pour l’instant, au vu de ce que je t’ai dit, l’expérience n’est pas concluante. » Catastrophique même.

Ophelia lâcha un lourd soupir, faisant un signe discret pour qu’on lui rapporte une tasse de chocolat. « J’ai commis toutes mes fautes durant ce laps de temps … Je ne l’ai pas encore revu depuis. Alors, j’essaie de m’efforcer de réparer certaines. » Ses sentiments pour Liam. Dieu qu’elle aimerait l’effacer d’un revers de la manche … Mais, elle voulait parler. Le dire à quelqu’un du clan. Confier ses secrets. « Mais … mes erreurs n’ont pas commencé quand j’étais seule, Lavi. La première fut de considéré dès mes premières années Elias comme mon père. Malheureusement, c’est un sentiment dont je n’arrive pas à me débarrasser … Il m’a éduqué, choyé à sa manière, apprit à lire, à écrire et dieux, je l’aime véritablement. » Elle les avait prononcés.

Les mots interdits. Ceux prouvant son humanité. La première erreur : aimer. La seconde erreur : désirer un lien de parenté.

« Mais il y a autre chose. Quelque chose dont je n’ai parlé qu’à deux personnes avant toi. Même Elias ne le sait pas. » Le secret le plus lourd qu’elle portait depuis maintenant cinq ans, un désir qui était né dans ses entrailles au fil des années et dont elle n’arrivait pas à se débarrasser. Le chocolat chaud arriva devant elle et elle l’observa un instant. Puis ses mains retrouvèrent leur chemin autour du récipient chaud. « Vers mes vingt-et-un ans … j’ai commencé à me rendre compte que les filles de mon âge se mariaient. Elles épousaient des militaires, des commerçants, des ouvriers … Et puis, elles fondaient leur propre famille. J’avais déjà mis au monde des bébés quand j’étais plus jeune mais … La maternité de ces filles me frappa véritablement à cette époque. Je me rendais compte du bonheur dans leurs yeux quand elles tenaient leur nourrisson pour la première fois, le bonheur d’être appelé maman … Le bonheur de voir son existence continuer à travers un nouveau né. » Ophelia but, cherchant ses mots. Et puis elle récita un de ces éternels psaumes.

« Nous sommes des Bookmen. Les liens nous sont interdits. Quand nous disparaitrons à notre mort, nous serons oubliés, car nous ne sommes que la plume, nous serons remplacés et notre existence n’a pas besoin d’être communiqué. » Une gorgée, une mèche de cheveux remise en place … Un triste sourire. « Ça ne te fait pas peur toi ? D’être oublié de ceux que tu as côtoyé ? De disparaitre dans l’oubli la plus totale ? Moi ça me terrifie … Alors, naturellement, j’ai jalousé ces femmes. Elles étaient heureuses, elles pouvaient aimer et surtout … Elles avaient la chance de pouvoir offrir tout l’amour du monde à des êtres qui se souviendraient d’elle. Alors, doucement, à partir de cette jalousie, j’ai commencé à développer cette envie. Cette envie d’être mère. »

Troisième erreur.

« C’était pour cela que je m’étais tant attachée à l’enfant dont j’avais la charge. » Au souvenir de Milo, ses épaules s’affaissèrent. « Alors tu vois Lavi, il y a toujours pire que toi … Et tant que je n’ai pas régler ces soucis-là, je ne veux pas revoir mon mentor. J’aurai trop honte. »

Et lui ne lui pardonnerait certainement jamais. Demi-mensonge. Demi-vérité.




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Lun 8 Aoû - 0:30


Erreurs


Feat Lavi & Ophélia

Alors même qu'il était l'héritier des bookmen, qu'on lui avait appris des psaumes qu'il fallait toujours respecter, des règles à ne jamais enfreindre, maintenant, il doutait. Son rôle qu'il était destiné à remplir depuis son enfance, devenir l’hériter des bookmen, s'il  voyait sa route toute tracée avant, maintenant cela semblait si dur à atteindre. Tant de choses avaient changé depuis cette époque, tant de choses qui le faisaient douter.
Et s'il avait pensé trouve un guide en la bookwoman accomplie qu'Ophélia prétendait être devenue, cela ne faisait qu’ébranler encore plus ses convictions. La jeune femme serrait sa main pour essayer de le rassurer, comme une grande sœur , ce qu'elle prétendait être, malgré les règles de leur clan qui leur interdisait ce type de lien. Car son regard avait bien changé, ce n'était plus celui, vide, des bookmen, mais bel et bien celui d'une sœur en ce moment même. Un changement qui se voyait jusqu'au regard, et dont Bookman lui avait lui aussi fait la remarque. Lui aussi  était pas étranger à ce changement. Au fond, il lui ressemblait un peu. Mais au vu des erreurs qu'Ophélia avait déjà commises, cela l’effrayait plus que ça ne le rassurait.

-  Si … Si, bien sûr que si. Lavi … Je ne veux pas d’autre héritier que toi. Tu ne comprends pas ? Je ne veux pas d’un chef parfait. Je veux d’un chef qui ait compris le cœur humain pour mieux nous guider …

Ces mots, il aurait tellement voulu les croire, se raccrocher à eux, comme s'ils pouvaient pardonner et justifier ses fautes.
Pourtant, à chaque fois qu'il se disait ça, les mots de Bookman lui revenaient en tête. Ces mots durs, qu'il lui répétait dans cessé. Nous sommes des observateurs, et rien d’autre. Nous devons observer l'Histoire sans y participer.

-Pourtant nous sommes des bookmen, nous devons observer l'Histoire avant tout, nous n’avons pas besoin de sentiments pour ça, ils ne font que nous entraver dans notre mission...

A nouveau, c'était l'héritier des bookmen qui reprenait la parole. Mais comme souvent, un conflit intervenait entre l'héritier et "Lavi", ce quarante neuvième prénom si différent et douloureux. Car lui avait vécu des choses différentes, avait découvert ce qu'on lui avait toujours caché. C'était lui qui avait pleuré la perte de son premier ami Doug, qui avait refusé la disparition de Lenalee, qui avait voulu la vengeance pour Allen, et qui avait peur de découvrir un autre sentiment envers Célania...

-Même si au fond, je comprends ce que tu veux dire... Et c'est ça qui me fait peur. Je ne sais pas ce que je dois écouter.

La voix du cœur comme lui conseillait Ophélia, celle qu'il aurait du abandonner depuis longtemps mais qu’il écoutait sans le vouloir, ou la raison des bookmen, plus stricte et bien plus difficile à suivre, mais qu'il savait qu'il devrait toujours écouter.
Car ce n’était pas lui qui décidait sur son avenir. Le plus important, c’était ce qu'on attendait de lui, pas ce qu'il voudrait être. Bookman l’avait nommé héritier, et même si parfois il trouvait cela dur, et d’autres fois qu'il se raccrochait a ce rêve auquel il se savait destiné, Lavi savait qu'il était trop tard pour changer de toute façon. Malgré les paroles d'Ophélia, il savait que c'était tout le clan qui comptait sur lui. Car de toute façon, Bookman ne pouvait plus prendre d’autre héritier, pas à cet âge. Il n’était que ce qu'on attendait qu'il soit, pas ce qu'il voulait être.

Et il avait bien vu juste en prétendant qu'Ophélia n'était pas une bookwoman accomplie. La bookwoman, l'une des "gardiennes de la vérité" lui avait menti.

-  Ça, c’est parce que je ne suis pas encore une bookwoman accomplie, Lavi. L’ours et moi, on ne s’est pas séparé car il en avait terminé avec mon apprentissage. Non, bien sûr que non. Je suis bien trop jeune pour quitter le rang des Junior … Il voulait retourner observer certaines choses et il a vu là une bonne occasion de voir comment je me débrouillais en solo. Tu te doutes bien que pour l’instant, au vu de ce que je t’ai dit, l’expérience n’est pas concluante.

Un tel aveu ne le surprit qu'à moitié. A vrai dire, le contraire l'aurait même étonné. Car être une bookwoman accomplie avec des convictions aussi différentes semblait presque impossible. Même si dans le fond, ça aurait tout de même rassuré le borgne quand à ses écarts dans le règlement.
Mais non, Ophélia ne se voilait pas la face non plus, et c'est même avec un triste sourire quelle lui répondit. Une expression qui prouvait qu'au fond, elle avait échoué dans son devoir.

Sa première erreur, ça, Lavi l'avait déjà devinée. Le fait d’évoquer le clan bookman comme une famille trahissait son attachement envers son mentor. Un attachement que Lavi comprenait trop bien.
Et au fond, le rouquin se demandait si cette faute n'était pas plus commune qu'il ne le pensait. Lui qui avait de lourdes responsabilités, il avait longtemps cru que les bookmen étaient effectivement de simples observateurs, que tous avaient abandonné leurs liens il y a longtemps, et que les vilains petits canards comme lui étaient trop dangereux pour le clan. Mais en parlant avec Ophélia, il se rendait compte qu'ils n'étaient pas le seul dans cet état, en fait, ils devaient sûrement loin d'être seuls. Et cela le rassurait en un sens. Alors cette faute, elle était peut être même normale au fond. Ils avaient toujours une partie humaine en eux... Même si cela lui faisait étrange de l'admettre, Ophélia lui avait bien mis une évidence sous les yeux. Une évidence que beaucoup de bookmen refusaient de voir pourtant. Plutôt étrange pour de fins observateurs.
Alors cette fois ce fut à son tour d’essayer de la rassurer.

-Au fond, je pense que tout le monde a déjà fait cette faute... Tu es comme une fille pour le vieil ours. C'est un peu pareil avec papi panda.

Car malgré les enseignements du vieux Bookman, l'inquiétude dont il avait fait preuve juste à sa sortie de l'Arche d’Edo ne lui avait pas échappé. Peut être s’inquiétait il simplement que son dernier apprenti disparaisse, et avec lui l'héritier... Mais Lavi aimait penser qu'il en était autrement.

Puis ce fut un autre aveu, encore plus lourd cette fois à avouer, et aussi plus lourd à partager. Une erreur qui cette fois était bien plus difficilement pardonnable.

-Vers mes vingt-et-un ans … j’ai commencé à me rendre compte que les filles de mon âge se mariaient. Elles épousaient des militaires, des commerçants, des ouvriers … Et puis, elles fondaient leur propre famille. J’avais déjà mis au monde des bébés quand j’étais plus jeune mais … La maternité de ces filles me frappa véritablement à cette époque. Je me rendais compte du bonheur dans leurs yeux quand elles tenaient leur nourrisson pour la première fois, le bonheur d’être appelé maman … Le bonheur de voir son existence continuer à travers un nouveau né.

Cette fois, Lavi écoutait le discours de son aine plus crispé. Alors qu'elle s’était interrompue pour saisir le chocolat qu'elle avait commandé, il retint son souffle. Il n’avait pas envie d'entendre la suite. Il avait peur de ce à quoi il devait s'attendre. Peur d’écouter l'échec d'une femme qu'il respectait, qui lui avait appris des choses, qui avait été, pour lui, un exemple...

-Nous sommes des Bookmen. Les liens nous sont interdits. Quand nous disparaitrons à notre mort, nous serons oubliés, car nous ne sommes que la plume, nous serons remplacés et notre existence n’a pas besoin d’être communiqué. Ça ne te fait pas peur toi ? D’être oublié de ceux que tu as côtoyé ? De disparaitre dans l’oubli la plus totale ? Moi ça me terrifie …

C'était bien vrai, c'était un futur peu enviable. Se contenter d'être un simple observateur pour ensuite disparaître totalement de la mémoire des hommes, comme s’ils n'avaient jamais existé. Pourtant, c'était ça qu’on leur apprenait dès le début de leur apprentissage. Qu'ils n'avaient aucun futur, qu'ils étaient destinés à disparaître...

-Alors, naturellement, j’ai jalousé ces femmes. Elles étaient heureuses, elles pouvaient aimer et surtout … Elles avaient la chance de pouvoir offrir tout l’amour du monde à des êtres qui se souviendraient d’elle. Alors, doucement, à partir de cette jalousie, j’ai commencé à développer cette envie. Cette envie d’être mère.

C'était pire que ce qu’il pensait. Ophélia s’était bien trop éloigné de son devoir, plus qu'il n’aurait pu imaginer.

-C’était pour cela que je m’étais tant attachée à l’enfant dont j’avais la charge. Alors tu vois Lavi, il y a toujours pire que toi … Et tant que je n’ai pas régler ces soucis-là, je ne veux pas revoir mon mentor. J’aurai trop honte.

Oh oui, il comprenait. Car à ses yeux, elle ne serait plus bookwoman.

Lavi en resta bouche bée face à de tels aveux. S'il pensait au début trouver en son ainée des conseils d'une bookwoman plus accomplie qui le guiderait dans son devoir d’héritier, en fait il s'était lourdement trompé. La blonde avait justement enfreint toutes les règles de leur clan. Dont la plus primordiale. Abandonner tous les liens, et en priorité les familiaux. L’amour était un sentiment qui devait rester étranger aux bookmen. Pourtant, c'était ce qu’Ophélia avait éprouvé, ce sentiment qui l’avait petit à petit éloignée de son devoir. Amour paternel, puis amour envers un autre homme et enfin, amour maternel. Tous les interdits bravés.
Alors si Lavi respectait toujours la jeune femme, l'héritier des bookmen, lui, ne pouvait plus la considérer comme l'une des leurs, il ne le devait plus. Et il dut se faire violence pour que les mots sortent de sa bouche.

-C'est vrai... Après tout, tu as brisé beaucoup de règles du clan... Trop pour rester dans le clan...

Pas un instant il ne l'avait regardé dans les yeux en disant cela. Comme si ses mots manquaient de véritable conviction. Car même si en ce moment, c'était le bookman qui s'exprimait, Lavi, celui avec qui elle avait parlé jusqu'ici, avait mal. Mal de rejeter ainsi son aînée, alors qu'il n'en avait pas le droit. Car lui aussi pouvait comprendre certaines choses.

Et en voyant son visage, son regard qui semblait transformé, il comprit pourquoi Ophélia avait fait ce choix, pourquoi elle avait enfreint leurs règles pour mener sa propre vie. Alors cette fois, c'étaient avec des paroles plus sincères qu'il s’exprima.

-Pourtant Ophélia, quand je te vois, j'ai l'impression que tu es heureuse. Bien plus qu'avant.

Elle avait raison au fond. Son visage était plus chaleureux, il se rapprochait un peu plus des autres femmes. Ces femmes ignorantes, mais pas moins heureuse. Un bonheur qui leur était interdit d’avoir.

-Tu mérites d'être heureuse, Ophélia, alors si tu penses que c’est là où est ton bonheur, n'hésite plus. C'est peut être une décision qui est en totale contradiction avec tes enseignements, mais j’imagine que c'est un choix humain.

Car comme elle le prétendait, c'était bien ce qu'ils étaient au fond...
Même si certains devaient l'être moins. Même si certains pouvaient aspirer à ce bonheur sans jamais devoir l’atteindre. Car un bookman ne doit pas être heureux. Pour observer, ils n’avaient pas besoin d'émotions.
C'était une voie dure, peut être même trop, mais c'était celle qu'on avait choisie pour lui, que tout le monde voulait qu'il fasse. Alors il ne pouvait pas faire marche arrière, on attendait trop de lui pour ça.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Jeu 18 Aoû - 22:32

Les temps changent
feat. Lavi


Cela sonnait comme une sentence à mort. Un coup de marteau derrière la tête, un coup qui manqua de faire chanceler le fragile équilibre qu’elle tentait encore de contenir. Lavi savait-il l’effet que cette simple phrase venait de provoquer chez son ainé ? Cette simple phrase qui remuait ce à quoi elle s’était accrochée depuis qu’elle avait pris un chemin différent de son mentor. Et cette phrase bourdonnait à ses oreilles encore et encore, la narguant. La jugeant. « C’est vrai … Après tout, tu as brisé beaucoup de règles du clan … Trop pour rester dans le clan … ». Une phrase. Une destruction. Le rejet total de toute une vie … Lavi la rejetait de leur clan. Sous le choc de cette phrase, la blonde ouvrit grand les yeux, sa bouche s’ouvrant légèrement : c’était odieux, terrible à entendre, douloureux. Une vérité qu’elle refusait d’admettre ? Et le pire, c’était qu’il n’osait pas la regarder, pas affronter son regard ; Lavi fuyait ses propres mots, lui rejetait au visage sans avoir le courage d’observer dans les yeux cette ainée qu’il avait connu tant d’année auparavant. Ah. C’était un peu douloureux.

Un sourire amer se dessina sur ses lèvres alors que ses yeux se perdaient sur le côté … Si l’héritier lui disait ça … Si l’héritier la rejetait … Quel avenir avait-elle ? Que ferait-elle de sa vie ? Elle qui n’avait toujours été guidé que par sa curiosité et son devoir ? C’était horrible. Douloureux. « Tu te serais bien entendu avec mon mentor, tu sais … » Elias aussi savait appuyer où cela faisait mal, dire ce qu’il pensait. Agir en tant que bookman. Sa voix n’était presque plus qu’un murmure. Devait-elle accepté cela ? Devait-elle simplement retourner à l’anonymat de ce monde ? « Pourtant Ophelia, » la blonde tourna son regard vers lui.

Cette fois, la voix du garçon semblait moins douloureuse pour elle.

« quand je te vois, j’ai l’impression que tu es heureuse. Bien plus qu’avant. » Cette fois ce fut la surprise qui transforma son visage. Heureuse ? Elle semblait heureuse ? C’était peut-être la première fois que l’on lui soufflait cette idée, mais était-ce vrai pour autant ? Etait-elle vraiment heureuse ? Etait-elle vraiment ce qu’il prétendait qu’elle était : une femme dont le bonheur pouvait se lire sur le visage, dont les traits n’étaient plus neutres, une femme qui pouvait se mêler aux gens de ce monde ? Ou était-ce un nouveau masque. « Tu mérites d’être heureuse, Ophelia, alors si tu penses que c’est là où est ton bonheur, n’hésite plus. C’est peut-être une décision qui est en totale contradiction avec tes enseignements, mais j’imagine que c’est un choix humain. » La surprise pouvait se lire sur son visage. Encore et toujours. Avant qu’un sourire attendri prenne la place … Elle appréciait Lavi. C’était un être fondamentalement bon qui semblait se soucier du bonheur des autres ; il était bien loin de la réalité que devait être un bookman. Alors elle réalisa la présence presque imposante de Lavi. Un nouveau nom, une nouvelle personnalité … Une toute nouvelle aventure.

Un enfant qui tentait de gravir des marches bien trop grande pour lui. Et l’inquiétude à son encontre commença à la gagner.

« Lavi. » Lavi, l’exorciste, le bookman perdu … Un sourire conciliant se dessina sur ses lèvres. « Je n’ai jamais dit que je renonçais à mon devoir de bookwoman. Je n’ai jamais dit que j’embrassais cette vie de citoyenne lambda. Jamais. » C’était une promesse qu’elle se faisait à elle-même. Elle n’avait connu que ça depuis toujours, elle était une femme curieuse par nature. Doucement elle pencha la tête, un doigt sur sa joue. « Tu me dis que je suis heureuse … mais aujourd’hui, je suis sens doute bien plus malheureuse que je ne l’ai jamais été. C’est donc que je suis encore assez bonne menteuse, non ? » Elle avait repoussé son mentor qui dorénavant la pensait certainement morte, elle s’était amourachée d’un homme qui dorénavant la fuyait, elle doutait sur ses propres capacités de bookwoman et surtout, elle faisait en sorte que l’exorciste en face d’elle se détourne de Liam. Le sentiment de trahison était fort dans son cœur. « Je suis bookwoman junior. Mes erreurs peuvent être effacé comme toutes les autres … Une envie peut être contrôlé, des sentiments peuvent disparaitre. Je peux détruire d’un mouvement de la main Rayn, Ophelia … Comme tu l’as fait aussi avec Eric et tous tes autres noms. »

L’horrible réalité de leurs clans. Juste des supports, des corps éduqués pour observer parfaitement leur environnement. Des Historiens hors de l’histoire, ne manipulant pas les faits pour le bien d’une nation ou d’un groupe social. Et pourtant c’était ce qu’elle avait aimé être jusqu’alors, contre toute attente. « Retourner à l’anonymat ? Faire semblant de ne rien voir ? » sa tête fit doucement non. « Impossible. Je suis curieuse, je ne pourrai jamais ne pas regarder. »

Etait-ce seulement possible de se défaire d’une habitude de vie qu’elle avait développé en maintenant vingt-deux ans ? Redevenir quelqu’un de normal, vivre normalement ? Alors qu’Ophelia savait au fond d’elle-même qu’elle ne pourrait plus jamais être Caroll ? Qu’elle avait encore tant de mystère à percer, à dévorer, tant d’histoires à découvrir et retranscrire. Tant de personnes qu’elle pouvait encore découvrir et dont elle pouvait se souvenir. La mémoire des bookmen était sans faille. Le moindre changement était immédiatement remarqué.

Et la blonde ne pouvait pas s’imaginer perdre une partie de sa vie d’aujourd’hui. Plus maintenant qu’elle avait tant à découvrir. « Toi non plus, tu ne pourrais pas, n’est-ce pas ? »

Ophelia lui offrit un sourire plein de dent avant de lever sa main droite et de former avec son pouce et son index un rond parfait accompagné d’un immense sourire. « Je gère tout ça. Ne t’inquiète pas. J’ai été entrainé pour ça après tout. » Son cœur se regonflé, elle repensait à cette possibilité. Oui, rien n’était perdu encore, elle pouvait encore balayer d’un revers de la main toutes ces erreurs en effaçant ses sentiments, Ophelia, Rayn …. Recommencer. Trouver un nouvel angle d’approche. Mais une question était encore en suspension. Une question qui lui revint soudainement en tête. La blonde appuya sa tête contre son poing, songeuse. « Mais pour que tu en viennes à te poser de tel question … » Puis elle se redressa d’un coup.

Oh. Mon. Dieu.

« Une demoiselle t’attire ? Oh mon dieu ! Tu tombes sous le charme de quelqu’un ?! »







Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Sam 27 Aoû - 18:07


Confusion


Feat Lavi & Ophélia

Si cela lui avait fait mal de prononcer ces mots, pour Ophélia cela avait du être encore plus dur. Malgré ses talents, la bookwoman avait du mal à cacher sa douleur en entendant les mots de son cadet. Car cela signifiait être rejetée du clan. Tout ce à quoi elle avait consacré sa vie. Désormais sans aucun but. Et lui, celui qui lui avait lui même dit ces mots n’osait même pas la regarder en face. Car il n’avait pas envie de lui dire quelque chose comme ça, il ne l’avait jamais voulu. Mais s'il ne le faisait pas, c'était comme s'il acceptait toutes ces erreurs en tant que bookman. Tout ce qu'il essayait de fuir et qui menaçait son titre. Comme s'il était au bord d'un gouffre et qu'il devait faire un choix, qu'il regretterait toujours de toute façon. Et c'était devenu tellement difficile de choisir. Pourquoi "Lavi" était devenu si différent ?

Pourtant, malgré ces mots durs, Ophélia ne se laissa pas impressionner. Et lorsque Lavi lui souhaita pourtant de construire une vie heureuse, c'est avec le sourire que la blonde refusa. Ce qui ne le surprit pas vraiment au fond.

-Lavi. Je n’ai jamais dit que je renonçais à mon devoir de bookwoman. Je n’ai jamais dit que j’embrassais cette vie de citoyenne lambda.Jamais. Tu me dis que je suis heureuse … mais aujourd’hui, je suis sens doute bien plus malheureuse que je ne l’ai jamais été. C’est donc que je suis encore assez bonne menteuse, non ?

C'était étrange qu'elle dise ça maintenant. Après tout, les bookmen étaient voués a une vie sans sentiments. Ils étaient voués a être de simples observateurs, s'éloigner le plus possible de l’être humain. Ce qui pourtant semblait être si dur, si difficile de s'éloigner de leurs conditions et de revenir de parfaits bookmen. Lui-même le ressentait maintenant.
Pourtant, à entendre Ophélia, on pourrait presque croire le contraire. La jeune femme avait tissé des liens et avait connu l’amour, pourtant elle prétendait être encore plus triste qu'elle ne l’avait jamais été. Finalement, peut être était ce ça que les bookmen essayaient de fuir. La douleur que les sentiments humains pouvaient provoquer, de l'amour qu'on pouvait ressentir. Peut être que finalement, être un véritable bookman était plus facile. Ils n'avaient pas à souffrir de tout ça.

-Je suis bookwoman junior. Mes erreurs peuvent être effacé comme toutes les autres … Une envie peut être contrôlé, des sentiments peuvent disparaitre. Je peux détruire d’un mouvement de la main Rayn, Ophelia … Comme tu l’as fait aussi avec Eric et tous tes autres noms. Retourner à l’anonymat ? Faire semblant de ne rien voir ? Impossible. Je suis curieuse, je ne pourrai jamais ne pas regarder.

Cette fois, le rouquin ne put réprimer un sourire en coin. Bien sur qu’elle ne le pouvait pas. Ophélia avait consacré toute sa vie à son devoir de bookwoman. Qu’elle soit dans le clan ou non, ce comportement typique des bookmen lui collait toujours à la peau. C'était quelque chose dont on ne pouvait se débarrasser, un mode de vie qui resterait toujours. Alors qu’elle en porte le titre ou non, son comportement la trahirait toujours de toute façon.

-Bien sur, être bookman est une vocation qu'on a depuis notre enfance. C'est quelque chose qui nous définit maintenant. Qu'on en porte le titre ou non, je pense que ce sont nos actes qui définissent ce que nous sommes.

Et cette fois, il lui adressa un sourire plus franc. Cela voulait bien dire qu'il l’acceptait toujours en tant que telle, qu’elle soit dans le clan ou non. Une bookwoman, c'était sa vocation. C'était comme ça qu'il la voyait, et cela n’avait pas changé depuis toutes ces années.

Alors Lavi n'avait plus vraiment à s’inquiéter pour son ainée. Elle avait choisi sa voie, même s'il semblait toujours y avoir des doutes. Enfin, c'était sûrement ça aussi le travail d'un bookman. Explorer toutes les possibilités.

-Toi non plus, tu ne pourrais pas, n’est-ce pas ?

Cette fois, Lavi ne répondit pas tout de suite. Le rouquin ne savait quoi répondre, car en vérité, lui même ne savait pas la réponse. Il n'aurait même pas du hésiter, la réponse évidente d'un bookman aurait été positive.
Pourtant, il y avait tant de choses qui avaient changé. Tant de liens qu'il avait tissé malgré lui et qu’il lui serait trop difficile d'abandonner. Trop en tout cas pour les oublier totalement. Car si cela lui semblait si facile avant, désormais il ne savait pas s'il en serait vraiment capable. Décidément, il s’était trop approché des "humains".
Lavi se contenta d'un simple hochement de tête cette fois. Lui aussi ne pourrait jamais cesser d'observer, de regarder tout ce sui l’entourait avec l'œil d'un bookman, comme c’était le cas depuis son enfance maintenant. Mais l’identité de Lavi était devenue bien trop envahissante pour son devoir.

Reprenant totalement confiance, la blonde lui adressa un sourire radieux avant de former un rond avec ses doigts.

-Je gère tout ça. Ne t’inquiète pas. J’ai été entrainé pour ça après tout Mais pour que tu en viennes à te poser de tel question …

Lavi lui rendit son sourire, avant de froncer les sourcils, curieux, en voyant l’expression de son ainée changer brusquement. Et il sursauta lorsque celle ci se releva d’un coup, comme si elle avait eu une révélation.

--Une demoiselle t’attire ? Oh mon dieu ! Tu tombes sous le charme de quelqu’un ?!

Encore une fois, Lavi recracha sa gorgée de lait, qui se répendit sur la table. Le rouquin leva son unique prunelle vers la bokwoman, ne se rendant pas compte que le rouge lui était monté aux joues.

-H-Hein ?! N-Non mais qu'est ce que tu...

Qu'est ce qu'elle s'imaginait encore ? C'était vrai qu'il succombait facilement aux charmes des jolies demoiselles, mais ça n’avait rien de sérieux. Il n'y avait jamais eu rien de sérieux.
Quoique. C'était vrai que ces derniers temps, il repensait souvent à la même personne. A la même fille. Mais ça n’avait rien à voir, non ? Il s’inquiétait souvent pour elle, oui. Il se demandait parfois ce qu’elle faisait. Et lorsqu’il pensait à elle, c'était... différent. Un sentiment qu'il n’avait jamais éprouvé avant. Le genre de sentiment qu’il savait quoi ne devait pas avoir. Alors il se voilait la face. Et ça le rendait encore plus confus que s'il essayait vraiment de le découvrir.
Le borgne soupira et fixa son aînée, résigné. Peut être qu'après tout, il devrait lui en parler. Elle avait déjà avoué des fautes, elle avait déjà fait l’expérience de tout ça, et maintenant qu'elle se réclamait encore bookwoman, elle en avait sûrement tiré des leçons. Elle avait bien plus d'expérience que lui. Elle pourrait sûrement l’aider, lui dire comment réagir. Car lui ne savait plus sur quel pied danser.

-Écoute, je ne sais pas... Je ne dirai pas ça comme ça, mais... Il y a... un drôle de sentiment, quand... Elle est là. Je ne veux pas que ça m'empêche pour mon devoir d’héritier, et encore moins que papi panda le remarque. Je ne sais plus vraiment quoi faire...

Il avait essayé d'oublier, d’ignorer ce sentiment, en vain. Il avait songé à oublier Célania, encore moins, et cela trahirait bien l'échec de son devoir. Et chaque fois qu'il songeait à ne plus s'approcher d'elle, son visage en larmes lui revenait en tête et avait raison de lui.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Jeu 1 Sep - 11:22
Les temps changent

Si Ophelia n'avait pas manqué d'être sali par le lait recraché par son cadet, la blonde aurait certainement affiché un sourire de victoire face à cette réaction : les yeux grands ouverts, les joues aussi rouges que ses cheveux - était-ce seulement possible ? Lavi transgressait les lois de la physique - et ce lait recrachait qui décorait dorénavant la table étaient des preuves suffisantes pour  comprendre que le bookman junior, héritier désigné du clan des bookmen, avait en effet un petit coup de coeur. Elle aurait pu rire, le taquiner, ou bien le conseiller ... Elle fit le choix de se lever pour ne pas être salit en poussant un petit cri et observa sa tasse se noyer dans les résidus de lait. Ophelia regarda le disciple du maitre et lui lança un regard affichant son envie de le frapper violemment derrière la tête. De même l'odeur était horrible, pénétrant ses narines pour agresser ses sens, provoquant quelques renvois qu'elle eut du mal à camoufler derrière sa main. Elle allait lui arracher les yeux. Une serveuse arriva pour nettoyer, retenant plusieurs jurons alors que la blonde lui faisait un signe d'excuse, génée. Pour l'heure elle avait plus important à faire ... Et l'action de la demoiselle permettait de soulager ses soudaines nausées. Ophelia se reconcentra sur le visage cramoisi du bookman. « H-hein ?! N-Non mais qu'est-ce que tu ... » Un sourire goguenard se dessina sur le visage alors qu'elle mettait ses mains sur ses hanches, le dominant de sa hauteur. « Bah voyons ...»

Seulement, le borgne - le petit lapin de son enfance - la fixa, résigné. Le sourire de la jeune femme s'effrita légèrement : était-ce le moment de taquiner son cadet ? Alors qu'ils s'ouvraient tous les deux l'un à l'autres ? Etait-ce digne d'une ainée d'agir de la sorte alors qu'il l'avait écouté patiemment ? Ophelia se réinstalla sur sa chaise, joignant ses mains, l'invitant à parler, à se libérer de son fardeau. Avouer soulager souvent la conscience. OU tout du moins une partie. « Écoute, je ne sais pas ... je ne dirai pas ça comme ça mais ... il y a un drôle de sentiment, quand ... Elle est là. » Il y avait bien quelqu'un alors. Une fille visiblement. « Je ne veux pas que ça m'empêche pour mon devoir d'héritier, et encore moins que papi panda le remarque. » Le panda ne l'aurait toujours pas remarqué ? C'était peu probable, cet homme avait les yeux partout. « Je ne sais plus vraiment quoi faire ... » Oh. Ça, elle ne connaissait que trop bien. La blonde eut un soupire compatissant. « Tu souhaites l'oublier, oublier ces sentiments, mais dès que tu penses y arriver, un élément même sordide te la rappelle et c'était comme si tu retombais sous son charme ? Tu aimes la voir rire et sourire et tu aimerais être spécial à ses yeux, et ça te tue car tu sais que tu ne dois pas être spéciale aux yeux de quelqu'un, c'est ça ? »

C'était un sentiment qu'elle ne connaissait que trop bien aujourd'hui.

Comment répondre à ses interrogations, à ses craintes ? Ophelia avait l'impression d'observer son reflet dans une glace ... Bien évidement, elle savait comment régler le souci, elle avait toujours connu la réponse : mais la mettre en pratique était une toute autre affaire. L'invité du Jeu soupira et remit une mèche de cheveux en place. « Tout d'abord ... je pense que c'est impossible que papi n'est pas pu s'en rendre compte, Lavi ... Il sait certainement déjà tout ce qu'il y a à savoir sur ce sujet. Peut-être même le savait-il avant toi ... » Les joies du monde des Bookmen : avoir un mentor était synonyme de renoncer à sa vie privée. Ces espèces de démons comprenaient presque immédiatement tout ce qu'il se tramait autour d'eux.  

Elias était le même genre de saleté ... Vieux con.

La bookwoman maladroite posa alors doucement sa main sur la tignasse rousse, la tapotant doucement. Lavi avançait vers de sombres jours pour lui, des jours qui transformeraient sa vie paisible de bookman un cauchemar. Il goutait à la vie, aux sentiments, au vrai plutôt qu'au faux. Lavi existait plus que tous les autres et c'était pour cette raison que cela serait dur pour lui. Horrible ... La jeune femme avait mal pour le petit lapin. « On ne peut pas lutter contre ces sentiments là. Il existe bien des manières : aller de l'avant, passer à autre chose, s'amouracher de quelqu'un d'autre ... Des choses que nous sommes incapables de faire : nous sommes des enfants quant aux développement de nos sentiments, alors ... aller de l'avant ? Pour nous ? Impossible. Nous devons stagner dans notre situation pour observer, on ne peut pas non plus s'amouracher de quelqu'un d'autres pour des raisons évidentes. »

Oui, car changer l'objet de son affection ne permettrait pas de régler le problème, bien loin de là.

« La seule solution que j'ai serait d'effacer Lavi. Définitivement. Lui et ses sentiments ... Ce que tu ne peux pas faire au vue de ton implantation actuelle ...Tu ne peux pas éliminer Lavi. » Elle caressait cette tignasse qu'elle avait connu enfant, si familière et si lointaine en même temps. Ophelia ne voulait pas voir Lavi disparaitre ... Plus que tous les autres, elle avait l'impression que cela serait un meurtre, l'extermination d'un être existant et pas d'un simple rôle. Et elle ne le voulait pas. Jamais.

Ophelia eut alors un sourire plus doux ... Moins triste, plus rassurant. « Mais je ne pense pas que cela fasse de toi un mauvais héritier, un mauvais bookman ... Aimer cette fille ne te rendra pas forcément subjectif. Aimer cette fille ne veut pas dire que tu ne pourras plus observer le monde avec un oeil critique. Alors ne doute pas de toi. Ne doute pas de ta voie. Ne déteste pas Lavi, ne te hais pas. Ou sinon tu peux tenter de la fuir, de l'éviter encore et encore ... Mais tu n'es pas dans ma situation donc ça reste d'être plus compliqué pour toi. » Sa main glissa sur les siennes, les serrant doucement. « Alors s'il te plait, permet à Lavi d'aimer. Et qui sait ... peut-être que de cette expérience, tu arriveras à gagner quelque chose qui permettra d'ancrer ton règne dans notre clan ? »

La blonde libéra ses mains ses se tint la tête, le visage songeur. Elle avait confiance en ce garçon, dès l'instant où Elias lui avait montré le petit lapereau, elle l'avait accepté comme chef. Ophelia savait qu'il ferait les bons choix. « Alors ... et si tu me parlais de cette qui a fait tourner en bourrique l'héritier du clan ? »
© GASMASK



Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Mer 14 Sep - 1:20


Gêne


Feat Lavi & Ophélia

C'était peut être une grave erreur. Au fond, une partie de lui aurait voulu garder tout ça, ne jamais rien révéler, car ainsi il admettait complètement ses sentiments. Et ça, il savait qu'il n'en avait pas le droit. Mais quelque chose lui disait que s’il devait vraiment le dire à quelqu’un, c'était bien à Ophélia. La bookwoman en savait visiblement bien plus à ce sujet que lui. Alors, perdu comme il l’était, il ne pouvait que demander de l'aide à la jeune femme. Elle avait tiré des leçons de ses propres erreurs, alors elle serait sans doute de bon conseil, non ?
La jeune femme l’écouta attentivement, le prenant bien au sérieux. Alors, ce fut un sourire compatissant, sincère qui étira ses lèvres.

-Tu souhaites l'oublier, oublier ces sentiments, mais dès que tu penses y arriver, un élément même sordide te la rappelle et c'était comme si tu retombais sous son charme ? Tu aimes la voir rire et sourire et tu aimerais être spécial à ses yeux, et ça te tue car tu sais que tu ne dois pas être spéciale aux yeux de quelqu'un, c'est ça ?

Lavi grimaça. En quelques mots, elle avait réussi à décrire exactement ce qu’il ressentait. Tout ce sur quoi il refusait de mettre des mots dessus justement. Alors les entendre dire pour la première fois, ça lui faisait mal. Pour une fois, il se tenait vraiment face à ce qu’il avait toujours voulu fuir.
Mais ce n’était pas ça, le pire

-Tout d'abord ... je pense que c'est impossible que papi n'est pas pu s'en rendre compte, Lavi ... Il sait certainement déjà tout ce qu'il y a à savoir sur ce sujet. Peut-être même le savait-il avant toi ...

Cette fois, le bookman baissa les yeux, incapable d’admettre ses paroles. C'est ce qu'il avait toujours craint, mais au fond, il s'en était douté aussi. Et c'était ça qui le faisait le plus peur. Bookman avait placé de grands espoirs en lui, et depuis son enfance, il l’avait élevé dans l'apprentissage d’héritier des bookmen. Le rouquin n'avait jamais voulu le décevoir, surtout pas maintenant. Et pourtant, c'était précisément ce qu'il était en train de faire. Le borgne commençait à redouter de revoir son mentor. Car il ne voulait pas entendre ses leçons de morale et... sa déception.

Lavi passa une main sur son visage, cachant une grimace. Il s’était mis dans de beaux draps, cette fois il en était sur.
Mais Ophélia vint poser une main sur sa tête. Interloqué, le bookman releva le regard vers elle.

-On ne peut pas lutter contre ces sentiments là. Il existe bien des manières : aller de l'avant, passer à autre chose, s'amouracher de quelqu'un d'autre ... Des choses que nous sommes incapables de faire : nous sommes des enfants quant aux développement de nos sentiments, alors ... aller de l'avant ? Pour nous ? Impossible. Nous devons stagner dans notre situation pour observer, on ne peut pas non plus s'amouracher de quelqu'un d'autres pour des raisons évidentes. La seule solution que j'ai serait d'effacer Lavi. Définitivement. Lui et ses sentiments ... Ce que tu ne peux pas faire au vue de ton implantation actuelle ...Tu ne peux pas éliminer Lavi.

Effacer "Lavi", hein. Bien sur, c'était la solution la plus radicale, mais la plus sûre pour qu'il ne puisse plus commettre  d'erreurs. Et surtout, pour effacer celles qu'il avait déjà faites.
Et pourtant, comme elle l'avait si bien précisé, c'était loin d'être aussi facile que ça. Déjà, il ne pouvait pas faire ça, pas maintenant en tout cas, alors qu'il occupait une place privilégiée sur le front de la guerre la plus secrète. Et sans même compter ça... même pour lui, ce ne serait plus aussi facile. L'héritier avait déjà effacé plusieurs fois ses anciens prénoms, sans hésiter une seule fois. Mais cette fois, c'était différent. Lavi avait vécu trop de choses, s'était aventuré plus loin. Plus qu’apprendre, il avait ressenti. Une première pour lui. Alors oublier le faux était facile... Mais les sentiments étaient toujours vrais. Et c'était ça, le plus gênant.

-Non... je ne le pourrai pas vraiment....

Et ce n'était pas seulement à cause de son innocence.
Même si au fond, Lavi savait que ce moment viendrait, tôt ou tard. Bookman l'avait bien prévenu qu'il allait devoir quitter la Congrégation si son innocence se développait trop. Au fond, Lavi se demandait si ce n’était pas une sorte d'avertissement, avec le recul.

-Mais je ne pense pas que cela fasse de toi un mauvais héritier, un mauvais bookman ... Aimer cette fille ne te rendra pas forcément subjectif. Aimer cette fille ne veut pas dire que tu ne pourras plus observer le monde avec un oeil critique. Alors ne doute pas de toi. Ne doute pas de ta voie. Ne déteste pas Lavi, ne te hais pas. Ou sinon tu peux tenter de la fuir, de l'éviter encore et encore ... Mais tu n'es pas dans ma situation donc ça reste d'être plus compliqué pour toi. Alors s'il te plait, permet à Lavid'aimer. Et qui sait ... peut-être que de cette expérience, tu arriveras à gagner quelque chose qui permettra d'ancrer ton règne dans notre clan ?

Cette fois, Lavi la regarda avec un tout autre regard, alors qu'il digérait lentement tout ce qu'elle venait de lui dire. Tout ce qui lui avait semblé jusque la interdit, voir honteux. Et tout ce qui s’offrait à lui aujourd'hui comme une toute autre solution, un moyen de le sauver.
Enfin, rien ne pouvait être aussi facile, ça Lavi le savait trop bien.

-Je ne sais pas... Au fond, c’est ce qu’aimerait Lavi. Mais l'héritier n’est pas quelqu'un qui fait les observations à sa manière. Il n est que ce qu'on attend de lui.

Et pourtant, Ophélia lui proposait une autre solution. Une solution qu'aucun bookman ne pouvait envisager. Une solution qu'aucun bookman n'avait essayée. Pouvait-on vraiment changer ça ?

-Et pourtant... Est ce que tu penses que c'est possible, de changer ces traditions ? Si j’essaie… est ce que je pourrai toujours rester moi-même ? Est-ce qu’on pourra toujours me permettre de rester l’héritier ? Parce que c’est ce que je suis destiné à être depuis presque toujours…

Au fond, lui même ne le savait pas, et ne savait plus vraiment quoi faire désormais, car ni Ophélia, ni Bookman n'avait vraiment tord. Au moins, il était rassuré d'avoir pu rencontrer Ophélia aujourd'hui. Car désormais, il pensait qu'il n'était pas totalement dans le tord non plus. Néanmoins, c'était encore bien trop tôt pour lui pour faire un choix. Seul le temps pourra lui porter conseil.

Mais décidément, la blonde n'en avait pas fini avec ses questions embarrassantes.

-Alors ... et si tu me parlais de cette qui a fait tourner en bourrique l'héritier du clan ?

Lavi retourna le regard, tandis que le rouge lui était monté aux joues. Décidément, elle était bien trop curieuse... Enfin, elle avait toujours adoré ce genre d'histoires romantiques. Il aurait du s’y attendre...
Mais c'était ce genre de discussions qui donnaient encore une fois raison à Ophélia. Car plus que de se retrouver en tant que membres du même clan, ils avaient presque l'impression d'être de la même famille. Qu'il parlait à une grande sœur. Alors Lavi finit par esquisser un léger sourire.

-C'est une exorciste... On s'est rencontré pendant une mission. Elle est un peu bornée et à cheval sur les règles. Mais volontaire et toujours prête à aider les autres. Elle est d'ailleurs trop gentille pour faire partie de cette guerre. Et je me suis attaché à une soldate de l'Ordre Noir... Quelle ironie, hein ?

Car après tout, il avait vu bien trop de guerres pour savoir que bon nombre de soldats ne revenaient pas du front. Que de tous ceux qu'il avait pu croiser, c'était bien eux à qui il ne fallait pas s’attacher. Leur sang ne servait que d'encre pour les nouvelles batailles à venir.
Pourtant, il s’était trop approché du front lui aussi, et avait fini par trop s’approcher d’elle aussi. Et pourtant, tout en sachant pertinemment ce que signifiait le statut de Célania  Il ne pouvait s'empêcher de ressentir ça. Car il voulait la protéger à tout prix. Et c'était bien la seule fois qu'il désirait le pouvoir, rien que pour ça.

-Elle est mignonne aussi.

Ah ça on ne pouvait pas lui enlever : Lavi restait avant tout un homme qui aimait les jolies femmes.

Néanmoins elle l’avait questionné... Mais pas un moment elle ne lui avait parlé de ce qui lui était arrivé à elle. Celui qui avait radicalement ébranlé les convictions d’une bookwoman confirmée. Alors cette fois, ce fut au tour du rouquin d'afficher un sourire malicieux.

-Mais dis moi,  maintenant c'est à toi de me dire celui qui t'as fait vivre un roman à l'eau de rose.

Ça ne devait pas être un homme normal en tous cas, c'était sur.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Ven 23 Sep - 10:46
Les temps changent

Lavi avait certainement l’impression qu’il était le seul à voir ses sentiments se faire décortiquer par la jeune femme, qu’il était celui qu’elle souhaitait conseiller, qu’il était le seul à qui elle montrait plusieurs routes pour leur voie ; Ophelia le faisait aussi pour elle. Elle voulait se convaincre que malgré cette douleur qui rongé son antre, ces ronces qui serraient son cœur, ces épines qui s’enfonçaient au point de lui donner l’impression de perdre le souffle, perdre pied, elle pouvait encore se rattraper, qu’elle pouvait survivre à tout cela. Lavi la touchait bien évidement : malgré son âge, c’était un simple garçon découvrant pour la première fois le bonheur et la douleur d’aimer, la peur de se faire prendre, l’intoxication des sens par cet étrange phénomène. Pour la blonde, les bookmen étaient beaucoup plus sensible à ce genre de sentiments qu’un individu lambda ; le phénomène était si rare qu’il en était grisant. Mais si une porte de sortie existée pour la plus vieille, Lavi était enfermé sans possibilité de s’évader. Alors il devait créer cette troisième voie : celle qui fera évoluer les bookmen, celle que personne n’avait jamais touché. Celle qu’Ophelia serait prête à emprunter à ses côtés.

Le lapereau était trop petit pour qu’elle ne veuille pas le surveiller !

Lavi, le roux borgne en face d’elle, était l’héritier, était le pilier du clan. Et par tous les Dieux, par tous les ouvrages, elle voulait croire en lui de tout son être. Non. Elle croyait en lui. C’était un être intelligent, plus intelligent qu’il ne pouvait le croire – après tout, il était l’héritier du clan des bookmen et pas seulement le bibliothécaire du coin – et rien que grâce à cette vérité, il était capable de modifier le destin du groupe. Un sourire confiant se dessinait sur les lèvres de la jeune femme. « Je ne sais pas … au fond, ce qu’aimerait Lavi. Mais l’héritier n’est pas quelqu’un qui fait les observations à sa manière. » Il différenciait les deux. Lavi et l’héritier. « Il n’est que ce qu’on attend de lui. » Ophelia pencha la tête. L’héritier était ce qu’on voulait qu’il soit … Pourtant, l’héritier, c’était lui et uniquement lui. « Et pourtant … Est-ce que tu penses que c’est possible, de changer ces traditions ? Si j’essaie … est-ce que je pourrai toujours rester moi-même ? Est-ce qu’on pourra toujours me permettre de rester l’héritier ? Parce que c’est ce que je suis destiné à être depuis presque toujours … » Ophelia appuya son visage dans sa main, réfléchissant en faisant la moue.

Cette crainte, elle la connaissait par cœur, l’ayant gouté encore et encore depuis qu’elle était partie seule sur les routes. « Quand tu dis « être moi-même », tu parles de qui ? De Lavi ou de l’héritier ? » Qui était-il, comment se sentait-il ? Ophelia leva sa main livre et tapota de l’index l’endroit de son cœur. « Lavi. Bookman. Junior. Lavi est donc un bookman aussi. Et Lavi, c’est toi. Et tu es aussi l’héritier. Je ne vois pas trop où est le problème … Tu es mon héritier. Tu as toujours été le même, tu as grandi, tu as vieilli, et puis il y a eu Lavi … Et c’est sous Lavi que tu as le plus évolué. C’est tout. Lavi est l’héritier si c’est ce que tu désires. Si tu arrives, en tant que Lavi, à devenir objectif malgré ton attachement, tu n’auras plus de limite. »

Tu serais le renouveau et le maitre.

Mais Ophelia voulait savoir qui était la demoiselle ayant réussi à toucher le cœur d’une flèche d’amour son jeune héritier. Sans doute parce qu’elle adorait les romances. Et voir ses joues prendre la couleur de ses cheveux ne fit qu’agrandir son sourire pour prendre des traits goguenards. Ophelia aurait fait une merveilleuse grande sœur envahissante, se mêlant de la vie de son cadet jusqu’à glousser derrière la porte, indiquant clairement qu’elle savait tout. Ou du moins, voulait faire croire qu’elle savait tout. « C’est une exorciste … On s’est rencontré pendant une mission. » Oh ? Le début de l’histoire lui plaisait bien. Cela sonnait comme un bon début de roman : une jeune femme en avance sur son âge, forte et vaillante, rencontrant un homme qui ne pouvait tomber amoureux. Oh. C’était un bon plot. « Elle est un peu bornée et à cheval sur les règles. Mais volontaire et toujours prête à aider les autres. Elle est d’ailleurs trop gentille pour faire partie de cette guerre. Et je suis attachée à une soldate de l’Ordre Noir … Quelle ironie, hein ? » oh. Mon. Dieu. Les yeux de la blonde pétillaient, son sourire était immense et elle tenait entre ses deux mains son visage.

Cette histoire. Cette romance. « Confesse toi ! » fit-elle, excitée comme jamais. La blonde se mit à se dandiner légèrement. « On dirait le début d’une tragédie ! Ah ! Ce genre d’histoires me font rêver et me font totalement perdre mes moyens ! » Se rendant compte de ce qu’elle disait, la blonde se stoppa avant d’agiter nerveusement la main. « Mais ça ne veut pas dire que ça finira pas la mort de l’un ou de l’autre ou même des deux hin … on est pas dans une œuvre de fiction. Ah ah. Ah. »

Son visage devint soudainement sérieux, contrastant avec son expression précédente – cela avait du bon d’être bookwoman. « Confesse toi. » Et dis-moi tout. Raconte-moi tout. Je veux tout savoir. Mais Lavi n’avait visiblement pas envie d’être le seul à parler de ses sentiments, à les étaler sur la table. Le rouquin eut un sourire malicieux – démoniaque selon la blonde – et lâcha la bombe. « Mais dis-moi, maintenant c’est à toi de me dire celui qui t’as fait vivre un roman à l’eau de rose. »

Le visage d’Ophelia glissa de sa main sur le choc et elle le dévisagea comme s’il était fou. Hin ? Que ? Quoi ? Pardon ? Il voulait qu’elle lui parle de Liam ? De Liam le Noé ? Ah ah. Un rire nerveux s’échappa de ses lèvres : certainement pas. Jamais. Seulement, Lavi avait été tellement honnête, avait cherché des réponses auprès de son ainée, ne serait-il pas une forme de mépris que de ne pas répondre à sa question ? La blonde passa une main dans ses cheveux, gênée … Elle ne se voyait guère expliquer à Lavi qu’elle avait passé une nuit inoubliable avec cet homme qu’elle aimait à cause d’une bonne dose d’alcool et que depuis, Liam l’évitait comme la peste. Elle en avait mal au ventre rien que d’y penser. Sa situation lui revint en plein visage, sa douleur s’exprima à travers ses traits. Un soupir s’échappa de ses lèvres.

Comment elle allait expliquer sa relation avec Liam ?

« C’est plus compliqué qu’un de mes romans … j’aurai préféré être dans l’un de mes romans pour être honnête. » Elle regarda sa tasse, un sourire aux lèvres. « C’est le genre d’homme qui te fait te sentir bien, jolie, femme … Tu as l’impression d’être précieuse, d’être respectée. Un homme qui se met en quatre simplement pour te faire sourire et encore plus pour te faire rire. » Ophelia repensa à cette stupide valse dans la bibliothèque. A l’époque, ses sentiments n’étaient pas encore si important, si imprégnée en elle, mais elle se sentait si bien à cet instant. « Quelqu’un veut me tuer. Un semi-akuma … C’est lui qui m’a permis de me cacher un temps. Il a vraiment pris soin de moi. » Il ne la laissait que rarement seule, il la gâtait, parlait avec elle, la faisait se sentir tellement spéciale.

Puis elle haussa les épaules. « Mais, attention, plot twist. Il ne m’aime pas et je n’ai pas envie de continuer ces stupides sentiments. J’attends juste encore un peu pour changer d’identité. bouger les choses. Rangeant son amertume et ses regrets, tentant d’oublier cette nuit qui avait été l’apothéose de sa vie, elle lui fit un immense sourire malicieux avant de se pencher vers lui et l’ébouriffer avec les deux mains. « Mais moi, c’est pas important ! »
© GASMASK



Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Mer 28 Sep - 1:37


Leçons de morale


Feat Lavi & Ophélia


Lavi ou l’héritier des bookmen. Pouvaient-ils vraiment être le même ? L'héritier pouvait il changer aussi radicalement, être un tout nouvel héritier, et pas seulement celui qu'on voulait qu'il devienne ? Pouvait-il vraiment changer ainsi toute une tradition ?
C'était un gros risque, énorme même étant donné sa condition. Et au fond, Lavi ne savait pas encore ce qu'il voulait. Ses sentiments nouveaux le faisaient douter de ses convictions, l’amenaient à croire qu'il pouvait prendre un chemin différent... Mais son titre d’héritier, et surtout son apprentissage auprès de Bookman le faisaient encore douter. Il était conscient des espoirs placés en lui, et il ne voulait pas décevoir son clan ni le vieux Bookman. Alors il doutait encore. Faire un choix immédiatement serait encore trop difficile et inconscient, il était encore bien trop hésitant. Néanmoins, Lavi n’allait pas oublier les paroles de la bookwoman. Peut être même allaient elles le sauver finalement.

Et comme il s’y était attendu, l’expression d'Ophélia avait changé lorsqu’il avait parlé de Célania. Bien sur, elle adorait ce genre de romances. Alors lorsqu’il lui raconta comment il avait rencontré la bleue, elle ne put s’empêcher de romantiser tout ça.

- Confesse toi ! On dirait le début d’une tragédie ! Ah ! Ce genre d’histoires me font rêver et me font totalement perdre mes moyens ! Mais ça ne veut pas dire que ça finira pas la mort de l’un ou de l’autre ou même des deux hin … on est pas dans une œuvre de fiction. Ah ah. Ah.

Lavi haussa un sourcil, sceptique. Elle semblait bien trop enjouée... C'était sans doute loin d'être un conte de fée dans lequel les deux protagonistes allaient finir par tomber l’un dans les bras de l’autre. Tout simplement parce qu’il était bookman. Et que cette relation pourrait même finir par ne jamais aboutir. Encore fallait il que ces sentiments soient réciproques.
Pourtant, malgré les derniers mots sinistres de son ainée, Lavi ne se découragea pas pour autant. Pour la première fois, il commençait à prendre conscience de ses sentiments, et c'était uniquement grâce à Ophélia. Alors, juste devant elle, il pouvait assumer la sincérité de ses sentiments.

-Non, ça n'arrivera pas.

Et, pour appuyer ses paroles, il fit un signe de tête vers son maillet. Son innocence, celle qui l'avait rendu exorciste, l'innocence qui avait aussi fait de Célania une exorciste. Ce qui avait permis de les réunir. Une arme de guerre à l'origine d'une drôle de romance.

-C’est la première fois que je suis heureux d'avoir cette innocence, d'être au front de la guerre et pas à l'arrière à simplement observer... parce que je sais que je peux la protéger.

Encore une fois, il ne devrait pas le droit de faire ça. Il ne devait protéger personne car cela impliquait créer des liens avec quelqu'un. Mais Célania semblait incarner la source de ses fautes. La faiblesse d’un bookman.

Mais Ophélia n'était pas la seule curieuse. Alors quand Lavi lui avait demandé à son tour qui était l'homme qui lui avait fait changer ses convictions, la blonde esquissa une grimace. Et cette fois, Lavi ne s’était pas vraiment attendu à un tel discours.

- C’est le genre d’homme qui te fait te sentir bien, jolie, femme … Tu as l’impression d’être précieuse, d’être respectée. Un homme qui se met en quatre simplement pour te faire sourire et encore plus pour te faire rire. Quelqu’un veut me tuer. Un semi-akuma … C’est lui qui m’a permis de me cacher un temps. Il a vraiment pris soin de moi. Mais, attention, plot twist. Il ne m’aime pas et je n’ai pas envie de continuer ces stupides sentiments. J’attends juste encore un peu pour changer d’identité.  

Le rouquin baissa le regard. Une déception amoureuse, hein... Au fond, pour un bookman, il n'y avait sans doute rien de pire. Trahir ses convictions, accorder sa confiance contre les règles du clan, pour ensuite se faire rejeter... cela ressemblait presque à l'un de ces romans.
Mais avant qu’il ne puisse réagir, Ophélia lui ébouriffa à nouveau les cheveux –une manie agaçante qui ne l’avait pas quittée.

-  Mais moi, c’est pas important !

Cette fois, Lavi fronça les sourcils, peu convaincu. Elle ne voulait sans doute pas en parler, ça devait être douloureux pour elle. C’était sans doute la raison pour laquelle elle semblait fuir le sujet lorsqu’on passait à sa relation. Mais qu’elle ne dise pas que ce n’était pas important.

Alors cette fois c'était à lui de lui faire la morale. Non pas qu'il était vraiment doué pour ça -en général c'était lui qui avait droit aux leçons- mais il refusait de l’entendre dire ça.

-Ne dis pas ça, bien sur que ça l'est.

Il lui fit une pichenette sur le front. Cette fois, c'était à lui de la considérer comme une gamine qui avait dit une bêtise.

-D’abord, c’est quoi cette histoire de semi akuma ? Quelqu’un te menace ? Est-ce que c’est pour ça tu as changé ton identité ? Que tu t’es éloigné de l’ours ? Cet homme t’a peut être donné un refuge, mais je suis un exorciste, je serai plus capable de retrouver ce semi akuma. Après tout, comme tu l’as dit, notre clan pourrait être comme une famille, non ?

Et cette fois, ce serait à lui de sauver la « grande sœur ».
Mais il était hors de question qu’elle s’en tire aussi facilement, il allait la faire parler jusqu’au bout.

-Et cet homme… tu as été déçue parce que tu pensais qu'il t'aimait c'est ça ? Ophélia, je ne pense pas t’avoir surestimée jusqu'à maintenant... tu es une bookwoman, tu dois mieux le savoir que n'importe qui. Si tu as pu voir qu'il avait des sentiments, alors tu ne t'es sûrement pas trompée. Tu l'as dit toi même non : malgré tout, tu restes une bookwoman avant tout.

Et elle en savait sans doute bien plus que n’importe quel autre bookman sur ce sujet qui leur était inconnu. Alors elle qui était si observatrice, qui avait osé bien plus que n’importe quel autre bookman, s'était elle vraiment trompée à ce point là ? Lavi n’aurait pas parié dessus.

-Applique les conseils que tu donnes. Alors arrêté de te mentir à toi même. Nous les bookmen nous sommes plus doués pour chercher la vérité, pas façonner le mensonge.

Et cette vérité s'appliquait tout aussi bien pour les sentiments.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Lun 24 Oct - 21:15
Les temps changent

« Non, ça n’arrivera pas. » Ophelia retint difficilement un visage déçu. Ses yeux glissèrent sur son bras, suivant son mouvement pour observer l’innocence. Cette innocence qui l’avait conduit à entrer dans la guerre, à prendre des risques pour sa vie mais aussi à faire évoluer son jugement, ses sentiments. Cette guerre avait décidément un drôle d’effet sur les membres de leur clan. Cette arme qui était à l’origine des changements dans le cœur de son héritier, mais aussi qui le présentait comme la menace numéro un envers l’être que la blonde souhaitait voir survivre plus que tout. « C’est la première fois que je suis heureux d’avoir cette innocence, d’être au front de la guerre et pas à l’arrière à simplement observer … parce que je sais que je peux la protéger. » Cette innocence qui était l’arme de prédilection pour éliminer l’homme qu’elle aimait elle. Protéger et tuer. Deux facettes à cette chose … Oh comme elle eut du mal à lui offrir un sourire qui n’était pas entaché par sa peine. Qui n’était pas entaché par son déchirement. Ce fut peut-être pour ça qu’elle se laissa aller, parlant de sa propre histoire, taisant ce qu’il y avait à taire.

Elle se confia. Parla de ces stupides sentiments qu’elle avait développé, qu’elle avait échoué à taire. Pour un Noé qui l’avait fait danser, qui l’avait fait rêver, rire, qui avait fait taire ses cauchemars et ses peurs. Le poltron qui lui avait promis protection. Elle lui expliqua son sentiment de bien-être, d’être considérée comme un être dont il fallait prendre soin … Mais ça ne valait rien. Elle s’était trompée, elle. Ophelia n’était pas Lavi. Cette histoire n’avait aucune importance. Tout ce qui importait à l’heure actuelle était de soulager l’âme de ce garçon sur le point de devenir homme, porteur d’une mission tellement lourde …

Ah. Elle mettait au défi le monde entier de trouver un exorciste avec une telle charge sur ses épaules ! Lavi était courageux. Mais visiblement, peu en accord avec ses dires. Les sourcils roux se froncèrent soudainement, refusant ces mots, la vérité d’Ophelia. « Ne dis pas ça, bien sûr que ça l’est. » La surprise pouvait alors se lire sur le visage de son ainée qui s’apprêtait à répliquer quand une pichenette sur son front la stoppa dans son élan. Et le choc fut réel pour Ophelia : Lavi allait lui faire la morale ? Son cadet, le lapin, le petit frère, allait lui dire qu’elle avait tort ? « D’abord, c’est quoi cette histoire de semi-akuma ? » « Et bien en fait- » « Quelqu’un te menace ? Est-ce que c’est pour ça que tu as changé ton identité ? Que tu t’es éloigné de l’ours ? Cet homme t’a peut être donné un refuge, mais je suis un exorciste, je serai plus capable de retrouver un semi-akuma. Après tout, comme tu l’as dit, notre clan pourraient être comme une famille, non ? » Oh. Oh. La blonde ignorait ce qu’il se passait, Ophelia sentait qu’elle perdait le contrôle de la situation, mais … Oh mon dieu. Etait-il vraiment en train d’agir ainsi ? Voulait-il vraiment l’aider ? La blonde se mordit la lèvre inférieure tremblante : être en communauté avait fait beaucoup de bien à ce garçon. Plus qu’elle ne l’aurait cru.

Elle aurait voulu répondre, le rassurer. Mais Lavi n’en avait pas fini avec elle. Ce garçon semblait ne pas en avoir fini avec elle. « Et cet homme … tu as été déçue parce que tu pensais qu’il t’aimait c’est ça ? Ophelia, je ne pense pas t’avoir surestimée jusqu’à maintenant … Tu es une bookwoman, tu dois mieux le savoir que n’importe qui. Si tu as pu voir qu’il avait des sentiments, alors tu ne t’es sûrement pas trompée. » Elle allait pleurer.

Oh mon dieu … Le lapin allait la faire pleurer. Le lapin allait réussir à briser son dernier mur de défense. Il ne devait pas. Il ne devait pas. Il ne devait pas. Mais à quand remontait la dernière fois que l’on avait eu foi en elle ? Que l’on avait tant voulu son bien ? Oh comme elle s’en voulait de lui mentir à propos de Liam. Comme elle aurait souhaité tout lui dire. « Tu l’as dit toi-même non : malgré tout, tu restes une bookwoman avant tout. » Elle glissa sa main doucement, tentant de contenir les tremblements de celle-ci pour que ses doigts puissent effacer avec discrétion les larmes qui commençaient à perler à ses yeux. Avait-elle été naïve ?

La blonde regarda Lavi. Non. Elle le découvrait. Stupidement, elle l’avait appelé garçon. Elle le voyait encore comme ce petit être qui ne la dépassait pas, qu’elle pouvait soulever, taquiner, charrier. Ce petit être qui était vulnérable, qu’elle pouvait protéger.

Lavi n’avait pas besoin d’être protéger. Ce n’était plus un garçon et elle ne l’avait pas comprise. C’était un homme … Et pourtant, pourtant, si les dieux l’autorisaient, elle voulait encore veillait à ce qu’il vive, à ce qu’il aille bien. Qu’il soit à l’abris de toutes ces choses dans lequel elle s’engouffrait contre sa propre volonté. A la dernière phrase de Lavi, la blonde eut un petit rire tranché par un sanglot qu’elle ravala. Avait-il idées de l’effet de ses mots sur elle ? Sur cet être qui avait été seule bien trop longtemps, enfermée dans un stupide manoir pour se protéger d’un mal qu’elle était encore inapte à combattre ? A quel point sa compassion la touchait, la valorisait ? Elle eut un tendre sourire pour ce lapin, le remerciant silencieusement alors qu’elle reprenait contenance. « Tant de questions … Tu es tellement curieux. » Elle avait dit ces mots avec affection, chuchotant presque. Mais il avait posé ces questions, elle se devait d’y répondre maintenant. « Tout d’abord … ce semi-akuma … » Ophelia passa sa main dans ses cheveux. Tentant de rassembler les informations.

« Je me suis éloignée de l’Ours à cause d’autres choses … Disons que ses mots ont été plus … durs qu’à l’accoutumé … et que la gifle ne m’a pas plus. » Elle eut un rire amère en repensant à cette journée, passant machinalement sa main sur sa joue, comme ressentant encore la brulure qui lui avait mordu la joue, réveillant la douleur de son cœur. « Mais oui, c’est pour cela que j’ai changé d’identité. Un akuma avait qui j’ai développé un lien m’a annoncé qu’un type du nom de Ilknur cherchait à me tuer et avait déjà éliminer une blonde en pensant que c’était moi. Une longue histoire honnêtement et même moi je n’arrive pas à avoir tous les détails. Mais » Elle leva le doigt avant de le pointer du doigt. « Je ne veux pas que tu t’en mêles. »

Elle ne pouvait pas prendre le risque qu’il soit blessé. Bien au-delà qu’il soit son héritier. Bien au-delà qu’il soit l’avenir du clan. « Il est hors de question que mon petit frère aille à la guerre pour moi … Si tu étais blessé, je ne me le pardonnerai pas. Tu as déjà énormément à te préoccuper. Et si … si je m’efface, quelqu’un sera là pour prendre ma place. Alors concentre toi sur ta propre survie. » Elle eut un sourire en coin, confiance. Confiance à propos de lui. Lavi était destinée à de grandes choses, la blonde était prête à mettre sa main à couper. Et à connaitre de grandes choses. « Après tout … Si tu perds pieds pour moi … Cette demoiselle ne saura jamais à quel point tu t’es attachée à elle. Et ça, je ne te le pardonnerai jamais. » Sois heureux petit homme. C’était tout ce qu’elle souhaitait à cet instant. Que le lapin qui avait pris la peine de se tourner vers elle et de s’inquiéter pour elle soit heureux.

« Quant à cet homme … » Liam. Quant à Liam … Son visage se décomposa légèrement et sa tasse fut la seule chose qu’elle osa regarder, la serrant de ses deux mains. « Peut-être que je ne me suis pas trompée. Peut-être qu’il avait de l’affection pour moi … Mais, les relations sont plus complexes que des sentiments mutuels, tu sais. Beaucoup plus compliqué … » beaucoup plus douloureuse aussi. Beaucoup moins idyllique que dans ses romans. « Parfois … la personne ne veut tout simplement pas de la relation … Alors abandonne l’autre à sa solitude, on a qu’à dire … Même quand on a … tout donné. » Absolument tout. Pour lui, pour cette nuit, elle avait renoncé à ses convictions de bookwoman. Aidait de beaucoup d’alcool … « A la fin, il ne reste que des doux souvenirs, des caresses non dites et un amer gout dans la bouche. »

La solitude. Un bookman l’était, la côtoyait, vivait toujours seul. Pourtant, celle que lui avait imposé cet homme était pire que tout. Doucement elle haussa les épaules avant de relever son visage, souriant tristement. « Parfois, il est plus sage d’accepter sa défaite et de continuer d’avancer. Même si c’est douloureux. La douleur n’est jamais éternelle. C’est pour cela que je veux que tu profites de la présence de cette fille qui réussit à te faire sentir spéciale, Lavi. Car elle ne peut que t’aimer ! »

Elle arriverait à passer au-delà de ses sentiments, à se libérer de ces chaines autour de son cœur. Elle en était persuadée.

L’était-elle ?
© GASMASK



Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Mar 8 Nov - 22:42


Dures relations


Feat Lavi & Ophélia


Le visage que la bookwoman s’était forgé venait de tomber. Ce sourire qu’elle arborait, cette posture droite, cette attitude sure, tout cela s’était décomposé sous le regard perplexe du rouquin. Oui, Lavi avait dit tout cela pour la faire réagir, pour quelle arrêté de se mentir. Mais il n’avait pas imaginé à quel point cela semblait être dur pour Ophélia.
La bookwoman versa des larmes. Et même si elle essayait de les cacher plus ou moins bien avec sa main, Lavi avait très bien vu. La blonde semblait être dans une situation bien pire que la sienne... Même lorsqu'elle s’exprimait, sa voix trahissait son désarroi. Lavi fronça les sourcils, de plus en plus inquiet. Et enfin, il allait connaître le fin mot de cette histoire.

- Je me suis éloignée de l’Ours à cause d’autres choses … Disons que ses mots ont été plus … durs qu’à l’accoutumé … et que la gifle ne m’a pas plus.

Le borgne afficha une grimace. Une dispute avec son mentor... Pour que cela entraîne la fuite de la blonde, ça avait du être assez grave. Et cela attisa la curiosité de Lavi encore une fois. Car il n’imaginait pas voir ces deux la se disputer aussi violemment..

Mais Ophélia enchaina bien vite par un autre sujet encore plus inquiétant : cette fameuse menace qui planait sur elle.

- Mais oui, c’est pour cela que j’ai changé d’identité. Un akuma avait qui j’ai développé un lien m’a annoncé qu’un type du nom de Ilknur cherchait à me tuer et avait déjà éliminer une blonde en pensant que c’était moi. Une longue histoire honnêtement et même moi je n’arrive pas à avoir tous les détails.

Lavi plissa des yeux, enregistrant bien chaque information que lui procurait la bookwoman sur ce type. Ilknur... Alors c’était lui qui avait essayé de la tuer. A cause de lui qu'elle était obligée de se cacher et qu'elle devait sans doute vivre dans la peur. Oh il allait retenir son nom...
Mais à sa grande surprise, la blonde le pointa du doigt, le toisant d'un air sévère.

- Il est hors de question que mon petit frère aille à la guerre pour moi … Si tu étais blessé, je ne me le pardonnerai pas. Tu as déjà énormément à te préoccuper. Et si … si je m’efface, quelqu’un sera là pour prendre ma place. Alors concentre toi sur ta propre survie.

Le rouquin haussa un sourcil, avant d'esquisser un sourire moqueur. Essayait-elle vraiment de le commander ? Pensait elle vraiment pouvoir faire face à cette menace seule, l’écarter tout simplement de son chemin juste après lui avoir raconté tout ça ? Allons... elle ne le connaissait pas si mal, si ?

-Oh vraiment ? Ou sinon quoi ?
- Après tout … Si tu perds pieds pour moi … Cette demoiselle ne saura jamais à quel point tu t’es attachée à elle. Et ça, je ne te le pardonnerai jamais.

A nouveau, il rougit de plus belle. Décidément, elle se mêlait un peu trop de ce qui ne la regardait pas...

Mais lui aussi était pareil dans le fond. Enfin, c'était sans aucun doute la curiosité de bookman qui les habitait... ou autre chose, aussi.
Mais dans tous les cas, une chose était sûre : ce genre de relations était loin d'être aussi simple que ce qu'on pouvait trouver dans les livres. Et l’histoire d'Ophélia semblait être bien difficile, elle aussi.

- Quant à cet homme …   Peut-être que je ne me suis pas trompée. Peut-être qu’il avait de l’affection pour moi … Mais, les relations sont plus complexes que des sentiments mutuels, tu sais. Beaucoup plus compliqué  Parfois … la personne ne veut tout simplement pas de la relation … Alors abandonne l’autre à sa solitude, on a qu’à dire … Même quand on a … tout donné.

Lavi fronça les sourcils, écoutant avec attention les paroles de son ainée. Il avait bien vu juste : Ophélia ne se serait pas lancée dans ce genre de relations pour tout abandonner si elle n'avait pas vu qu'il y avait des sentiments réciproques.

- Parfois, il est plus sage d’accepter sa défaite et de continuer d’avancer. Même si c’est douloureux. La douleur n’est jamais éternelle. C’est pour cela que je veux que tu profites de la présence de cette fille qui réussit à te faire sentir spéciale, Lavi. Car elle ne peut que t’aimer !

En revanche, la deuxième partie, il l’avait moins comprise. Comment l’aurait il pu d'ailleurs ? Il se trouvait lui même perdu face à sa propre relation, et celle d’Ophélia était d'un tout autre genre, et sans doute bien plus compliquée. Et au fond, pour ce genre de relations, Lavi était sans doute encore comme un enfant. Il n'y connaissait pas grand chose, malgré les "strikes" qu'il avait pu avoir : plus que n’importe quel domaine, les bookmen ne devaient pas s’approcher de l'amour.
Ce fut donc une réponse sans doute bien trop naïve et franche qui lui vint à l’esprit.

-Pourquoi est ce que tu ne lui dis pas que tu l’aimes ? ...Tu ne lui as pas dit, hein ?

Lavi lui jeta un regard en coin. Il avait bien vu juste : elle lui avait tout donné, mais..  elle ne lui avait jamais avoué.
Décidément, elle savait bien parler pour donner des leçons, mais est pas vraiment pour montrer l’exemple.

-Il fuit la relation et se voile la face, mais si tu lui met tout sous le nez, alors il ne pourra plus fuir. Ce type doit être le plus chanceux du monde pour être tombé sur quelqu'un qui est prêt à tout abandonner pour lui. Fais lui réaliser ça !

Ah décidément, ça devait être un type bien lâche...

-Tu parles comme une sœur, mais comment veux tu que je te croie, avec ce visage là ? Toi aussi tu as le droit d'être heureuse Ophélia... surtout toi.

Elle n'avait plus son mentor pour lui donner des leçons, elle avait trouvé son propre moyen de poursuivre son devoir de bookwoman, alors oui, Ophélia pouvait être heureuse, elle en avait le droit.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode







Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Mer 16 Nov - 14:58
Les temps changent

S’ouvrir à Lavi était dangereux et elle petit à petit conscience de s’éloigner de son objectif premier : protéger Liam, protéger l’homme qui l’avait laissé derrière. Et doucement, elle se rendait compte que l’envie d’avouer son identité devenait de plus en plus forte. Lavi était bien plus mature qu’elle ne l’aurait cru, beaucoup plus fort aussi … Et lui-même s’était amouraché d’un acteur qu’il était sensé regarder. Cette femme était une exorciste, Liam était un Noé. Les sentiments qu’ils avaient vu naitre tous les deux pouvaient être comparés … Elle pouvait soulager son âme et sa conscience. Ophelia avait vu ses barrières s’ébranler petit à petit … Elle qui voulait conseiller, voilà maintenant que les rôles étaient inversés. Où était donc le petit lapin qu’elle appréciait tant taquiner et rendre chèvre ? Quand est-ce qu’il avait tant évolué ? Et il avait déjà tant évolué depuis le début de leur conversation … Cela en était presque terrifiant. « Pourquoi est-ce que tu ne lui dis pas que tu l’aimes ? » Lui dire qu’elle aimait. Ophelia dire à Liam qu’elle l’aimait … La blonde se mordit la lèvre : non bien sûr que non. Elle avait longuement combattu ces sentiments, alors les avouer … Mais il savait. Ophelia savait que Liam savait.

Et peut-être l’avait-il aimé aussi un peu ? « … tu ne lui as pas dit, hein ? » La blonde n’aima pas son regard en coin et elle eut la soudaine envie de le frapper de gêne. Non mais ce sale petit civet. Ses joues rougirent d’agacement et de gêne. « Il fuit la relation et se voile la face, mais si tu lui mets tout sous le nez, alors il ne pourra plus fuir. Ce type doit être la plus chanceux du monde pour être tombé sur quelqu’un qui est prêt à tout abandonner pour lui. Fais lui réaliser ça ! » Liam, chanceux ? Il devait certainement penser l’inverse … Se sentir malchanceux de l’avoir à ses côtés, d’avoir une bookwoman qui s’était entichée de lui au point de l’avoir embrassé, d’avoir partagé une nuit avec lui. En y réfléchissant, elle se trouvait bien pitoyable. « Tu parles comme une sœur, mais comment veux-tu que je te crois, avec ce visage-là ? Toi aussi tu as le d’être heureuse Ophelia … Surtout toi. »

Surtout elle.

Ophelia eut un vague rire et passa une main sur son visage. « Mon dieu Lavi … Mais où étais-tu toutes ces années ? » Sa vie aurait été bien plus simple avec le garçon à ses côtés, s’ils avaient été éduqués ensemble. Peut-être qu’ils auraient pu se soutenir mutuellement, se relever dans cette situation ô combien compliqué. Elle le regarda et soupira. « Il le savait. J’étais tout sauf discrète quant à mes sentiments pour lui … je l’ai embrassé, passé une nuit – merveilleuse à mes yeux – avec lui … S’il n’a pas compris que j’avais de fort sentiments pour lui, c’est qu’il est dénué d’intelligence. Et je ne vois pas quoi faire d’autres à part « je suis enceinte, épouse moi » ! Et encore, ce serait un horrible mensonge … » Et puis il y avait cet autre gros morceau, cet autre parti. Comment l’introduire, devait-elle lui dire ?

Et puis merde. Lavi était son allié bien plus que Liam ne l’avait été ces dernières semaines. Alors pourquoi lui cacher une telle vérité ? Il était tombé amoureux d’une exorciste, et rien ne semblait véritablement gêner. Alors … Juste pour une fois, elle voulait se décharger, parler ouvertement de ce qu’elle ressentait. Juste une fois.

« Mais il y a autre chose …. Lavi, cet homme … Ce n’est pas forcément un mauvais homme mais il n’est pas vraiment dans le bon camp. » Oui, introduction en douceur, c’était une bonne idée. « Je l’ai rencontré grâce à mes observations et il était l’une de mes premières relations dans le monde des Noé. » Lavi n’était pas stupide, il avait certainement déjà demandé. Elle soupira et passa sa main dans ses cheveux, se massant rapidement le cuir chevelu en cherchant le courage pour avouer son péché.

Avouer que l’homme qu’elle aimait était un ennemi de l’humanité. Un de ses ennemis. Un ennemi de la femme qu’il aimait. « Lavi. C’est un Noé … c’est pour cela que c’est compliqué et que je souhaite m’éloigner, abandonner. » Renoncer, retrouver un statut de bookman. Partir peut-être ? Si seulement cette histoire avec Ilknur pouvait se régler. Elle lui accorda néanmoins un sourire, un sourire qui se voulait rassurant, fort. Tout irait bien.

C’était ce qu’elle essayait de se convaincre elle-même. « Allez Lavi, ne fais pas cette tête. Tu veux que je t’offre un autre verre ? Pas de lait cette fois. »
© GASMASK



Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Sam 17 Déc - 10:03


Se reprendre


Feat Lavi & Ophélia


Peut etre que les rôles s'étaient vraiment inversés cette fois. Peut être était ce à lui de lui donner quelques conseils, malgré son ignorance dans ce domaine presque inconnu pour lui. En tout cas, peut être cela avait fini par vraiment marcher, car Ophélia avait fini par sécher ses larmes.

-Mon dieu Lavi … Mais où étais-tu toutes ces années ?
-Et toi alors..

Le rouquin eut un sourire amer à son tour. Oui, il pouvait lui retourner la question̂. Si elle avait été la, il ne se serait peut être pas torturé l'esprit avec Célania. Il ne se serait pas senti aussi coupable en croisant le regard de son mentor. Ah, peut être les choses auraient́ pu être différentes...

Alors pour cette rare fois où ils étaient réunis à nouveau, il allait l'écouter, comme elle l'avait fait avec lui. Et en effet, c'était à son tour de se confesser. Le visage d'Ophélia se décomposait, devenant de plus en plus anxieux. Lavi devina à l'expression de son visage que quelque chose de très lourd lui pesait sur le coeur. Quelque chose dont elle avait besoin de se délivrer, quelque chose qui faisait douter même une tête de mule comme elle. Alors le rouquin l'encouragea d'un signe de tête à poursuivre, lui montrant qu'il serait la pour partager le fardeau qui pesait sur ses épaules. Et la blonde finit par relâcher ce qu'elle avait sur le coeur.

-Il le savait. J’étais tout sauf discrète quant à mes sentiments pour lui … je l’ai embrassé, passé une nuit – merveilleuse à mes yeux – avec lui … S’il n’a pas compris que j’avais de fort sentiments pour lui, c’est qu’il est dénué d’intelligence. Et je ne vois pas quoi faire d’autres à part « je suis enceinte, épouse moi » ! Et encore, ce serait un horrible mensonge …

Lavi ne l'interrompit pas, l'encourageant à poursuivre. Cette histoire semblait bien compliquée, beaucoup plus que la sienne. Une histoire que lui, en tant qu'héritier des bookmen, ne pouvait pas très bien comprendre. Tout ce qu'on lui avait appris, c'était que l'amourétait un sentiment entravant ses devoirs, alors comment l'aurait il pu après tout ? Ophelia était elle dans le même cas que lui ? Ah non, sans doute pas.

-Mais il y a autre chose …. Lavi, cet homme … Ce n’est pas forcément un mauvais homme mais il n’est pas vraiment dans le bon camp. Je l’ai rencontré grâce à mes observations et il était l’une de mes premières relations dans le monde des Noé.

Cette fois, l'exorciste en resta bouché bée sur le coup. Car non, il ne fallait pas beaucoup plus y réfléchir pour deviner la suite...

-Un Noé...
-Lavi. C’est un Noé … c’est pour cela que c’est compliqué et que je souhaite m’éloigner, abandonner.

Alors ça, il ne s'y était pas du tout attendu. Était ce une simple coïncidence ? Lui tombait amoureux d'une exorciste, et Ophélia d'un Noé. Décidément , la guerre leur jouait bien des tours...

Lavi passa une main sur son visage, digérant encore l'information. C'était étrange tout de même. Les Noés, les exorcistes, ils étaient des soldats. Des soldats voués à se sacrifier pour la guerre. Alors, même si eux, les observateurs dans l ombre, savaient tout ça, pourquoi ressentaient ils de tels sentiments ?

-Allez Lavi, ne fais pas cette tête. Tu veux que je t’offre un autre verre ? Pas de lait cette fois.

Le borgne eut un rire amer. Voulait elle vraiment l'inviter autour d'un ̀verre, à discuter de leurs malheurs comme de vieilles comères ? Allons, ils allaient bien avoir l'air pitoyables. L'étaient ils vraiment ?
Non, sans doute pas, ou au moins c'est ce qu'il pensait depuis peu, depuis qu'elle lui avait parlé en fait. C'était elle qui l'avait encouragé, qui lui avait montré qu'il n'était pas dans une situation aussi désespérée. Alors lui aussi devait lui montrer que c'était pareil pour elle.

-Hé, on a l'air de deux déprimés au bar. Mais ce n'est pas comme si c'était la fin, Ophé. C'est vrai, ce type est un Noé, et alors ? Dans mon cas, il s'agit d'une exorciste, et c'est toi qui m'a dit que ce n'était pas fini pour autant. Alors pour toi non plus, ça ne fais pas de différence.

Le jeune bookman croisa les bras derrière la tête , balançant sa chaise en arrière, avant de lancer un regard accusateur vers son aînée.

-C'est vrai, ce sont des soldats. Mais la guerre ne nous affecte pas, nous les bookmen. Il n'y a rien qui t'empêche de surveiller ce Noé. Il n'y a rien qui t'empêche d'être ce que tu es : une bookwoman. Tu l'as toi même dit, c'est ce que tu es et que tu restes au fond de toi. Tu peux peut être effacer Ophélia, mais toi, la vraie toi reste toujours la. Et c'est cette identité qui aime cet homme, pas "Ophélia". C'est pour ca que tu ne peux pas simplement l'abandonner et l'ignorer comme ça, Leo.

Lavi avait utilisé l'ancien nom que la jeune femme utilisait lorsqu'ils s'étaient rencontrés pour la première fois, car pour lui, c'était de ce nom dont il se souvenait d'elle. Car de Leo à Ophelia, la bookwoman au fond. Car même si elle changeait de nom, ces sentiments resteront aussi.


[/color]
© code by Lou' sur Epicode










Merci Svan pour ce superbe kit ❤️

Thanks ❤:
 
"
† Héritier des Bookmen †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Devenir l'héritier des bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Lavi Bookman Junior† Héritier des Bookmen †
Lavi archive en darkorchid



L'Héritage des Bookmen
Les archives de l'Histoire
J'en ai vues, des guerres...
▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 183 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Joyeux - Agaçant - Blagueur - Franc - Curieux - Souriant
▐ Parcours RP : Rp en cours :
Les temps changent (+90)
Down a rabbit hole (+40)
Conte de fées (+10)
Ténèbres dans les catacombes (+10)
Secret garden (+20)
De l'art d'être au mauvais endroit au mauvais moment avec la mauvaise personne (+20)

Total: 1260 points
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les temps changent
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Les temps changent
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le temps precis....
» Figé dans le temps
» Combien de livres lisez-vous en même temps?
» DC ANTHOLOGIE : JLA – LA FIN DES TEMPS
» Votre Emploi du Temps année 2009/2010

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Italie-
Sauter vers: