Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. DEMON WARS
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Mer 6 Juil - 3:08


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
« David qu’est-ce qu’il s’est passé ? »

C’est à cette question exactement que je m’étais levé, ignorant les regards interrogateurs de mes frères. Pourquoi posent-ils toujours ce genre de question ? Ça faisait prêt de 5ans que je n’étais pas revenu à la maison et ils étaient plus intéressés par ma cane que par la raison de mon retour. Une raison assez important pour que je quitte mon travail pour retourner dans une maison que je déteste pour supporter mon frère jumeau et son horrible femme : notre soeur. Si j’avais su qu’en plus de cela j’allais devoir entendre les remarques de mon aîné venu vivre récemment avec eux à cause d’un problème avec sa dulcinée. Toutes des greluches idiotes. Silverio a eu des soucis avec la drogue depuis ses 20ans et ce n’est très certainement pas une pauvre femme qui l’aidera à en décrocher qu’importe les promesses en l’air qu’il ne cesse de lui faire. Diego quand à lui, fidèle à lui même, tente de me materner. Nous avons beau être jumeau, je ne comprendrais jamais comment nous pouvons être si différents. Lui toujours si bien rasé, toujours si bien tenu, se faisant marcher dessus par une femme qui ressemble étrangement à notre mère.

Mon seul et unique réconfort lors de cette visite à été de constater que Cristiano, mon cadet, vit toujours avec notre frère et que contrairement aux deux autres, il s’en tire plutôt mal. Assez intelligent pour viser plus haut qu’une vie simple de père de famille. Il est le seul à comprendre mes secrets concernant mon travail, ma vie et surtout sur l’incident concernant ma jambe.

J’avais déposé une main sur la tête de ma nièce et de mon neveu qui ressemblait de plus en plus à son père, qui me ressemblait de plus en plus avec les années, avant de quitter la maison sans un mot. Quel bande d’idiots. Silverio et ses remarques qui se veulent blessantes concernant ma vie secrète et mon soi-disant manque d’amour pour eux ainsi que Diego qui s’inquiète pour rien et sa manie de laisser sa femme m’insulter, pour qui se prend-elle celle-là ?

J’avais fuis, oui, mais pas parce que j’en avais besoin, non, c’était seulement pour ne pas prononcer des mots que j’aurais regretté. Comme rappeler à Silverio que des années auparavant il nous a tous abandonnés ou plutôt il les a tous abandonnés en me donnant pour seul solutions de tous les sauver à moi seul et qu’il ne se supporte plus depuis ce jour. Comme expliquer à Diego qu’il ne s’en sort pas mieux, il a été sauvé d’une mère abusive pour se jeter dans les bras d’une femme qui n’en ait que le portrait craché si on retire l’alcoolisme de l’équation. Et puis je l’ai vu, la colère dans les yeux de Cristiano, ce petit m’a toujours offert un respect que j’ai toujours du mal à comprendre, il s’amuser à répéter que je suis une sorte de héros et que sans moi, ils seraient très certainement tous devenus aussi brisé que je le suis. Il a toujours sur le voir, cette faiblesse que je tente par tous les moyens de cacher, cette colère, cette tristesse, ce poison qui me détruit de l’intérieur. Je ne voulais pas qu’il se mèle de tout ça, je ne voulais pas qu’ils sachent eux aussi ce que je suis en réalité derrière les paroles cinglantes et l’insupportable emmerdeur.

« Un Whisky s’il vous plait. »

Je levais une main en direction du barman pour qu’il me remarque avant de déposer ma cane contre le bar et de prendre place sur un des tabourets. La dernière fois que j’étais venu ici -une fois encore pour fuir mes frères- je n’avais pas eu besoin de ce foutu tabouret. C’était plus difficile que je ne le pensais de me souvenir de ma vie d’avant, de la vie où je pouvais encore marcher sans attirer des regards plein de compassion.  Voilà pourquoi je ne quitte jamais mon laboratoire, voilà pourquoi je ne remets jamais les pieds en Italie et voilà pourquoi je hais les êtres humains. Arsène me manque soudainement, j’aurais aimé qu’il soit là pour grogner au sujet de ma famille d’abrutis, tant pis je me contenterais de boire des litres d’alcool pour oublier cette discussion qui reprendrait malgré mon avis lorsque je rentrerais.

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Mer 6 Juil - 14:43


Boire résout tous les maux


Ophelia émergea difficilement. Sa tête lui faisait mal, ses muscles étaient courbaturés, elle avait froid … Lentement, la jeune femme ouvrit les yeux sur la bibliothèque qu’elle avait tant chérie en seulement deux mois. Deux mois où elle avait cru naïvement qu’elle pouvait s’oublier ici. Aujourd’hui, elle n’avait qu’un gout amer et de fer dans la bouche. Elle se laissa retomber sur sa couche d’oreillers, serrant les poings contre les draps et refermant les yeux : elle aurait aimé se perdre dans les rêves, dans des songes fantastiques … Cette époque lointaine où elle n’était qu’une petite fille, une simple fillette qui se sentait heureuse dès que son mentor posait sa main sur sa tête, fière de l’exploit qu’elle avait accompli. Que ce soit la mémorisation de la totalité d’un ouvrage, l’analyse d’informations … Qu’importe. Elle n’était jamais seule à l’époque. La solitude. Le compagnon d’infortune du clan des bookmen, L’éternel allié qui ne quitterait jamais chaque individu revêtant le patronyme Bookman. Avec aigreur, Ophelia réalisa qu’elle avait encore échoué : elle s’était liée et avait oublié qu’elle ne devait être là que provisoirement. Deux mois, presque enfermés, avait amplifié ses sensations, ses sentiments, les absences. Tout semblait être plus intense. L’impression d’avoir été abandonné l’était tout autant.

Naïvement, la blonde pensait qu’elle était heureuse. Le Noé du Jeu l’avait bien rapidement ramené à la réalité en ne daignant plus rester à ses côtés pour chasser l’ennui. Elle en venait à regretter cette nuit qu’elle avait tant chéri. L’orgueil lui interdisait d’admettre que les larmes qu’elle avait versées étaient la preuve d’un espoir qu’elle avait nourri, mais il fallait qu’elle l’accepte. Elle était tout bonnement pitoyable. Ophelia rouvrit les yeux avant de soupirer lourdement. Mollement elle se redressa avant de sortir à la recherche d’un miroir, laissant ses pieds nus rencontrer la froideur du sol abandonné du manoir. La salle d’eau lui apparut comme salvatrice quand elle tourna le robinet pour laisser l’eau et la buée envahir les lieux. Du coin de l’œil, la blonde se regarda, découvrant les cernes, la mine misérable, les cheveux emmêlées, décoiffés, sales. Pitoyable, pitoyable. La bookwoman fit glisser sa chemise de lui le long de son corps avant d’entrer dans le bain, tentant de se rendre un visage humain, tentant de laver tous les sentiments de son âme. Devait-elle partir ? Devait-elle fuir à nouveau ? Ilknur semblait persuadé de sa mort, peut-être que sa fuite n’était plus justifiée ?

Elle pourrait l’abandonner comme lui le faisait ?

Quand elle sortit de l’eau, Ophelia avait froid. Pourtant elle attendit avant de sécher son corps, de même qu’elle prit son temps pour sélectionner ses vêtements. Des vêtements d’hommes qu’elle avait elle-même acheté. Une chemise ample, un pantalon en toile, des bottes et une veste épaisse. Tout cela lui rappelait de lointain souvenir. Cette époque où elle s’efforçait de s’habiller ainsi pour être en paix, pour s’éloigner de toute attache possible : le meilleur des déguisements. Elle voulait sortir, elle voulait fuir l’odeur étouffante de ce manoir, elle voulait oublier … Alors, elle allait faire ce qu’elle savait merveilleusement bien faire : oublier. Elle roula ses cheveux dans un chignon mal fait qu’elle glissa sous une casquette d’ouvrier alors qu’elle sortait de la propriété de son hôte. Elle savait où elle se rendait.

Le droit lui avait rougit les oreilles, le nez et les joues, mais cela ne l’éloigna pas une seconde de sa destination. Ophelia poussa la porte de la taverne, se laissant embaumer par l’odeur de transpiration, l’odeur presque étouffante et le doux fumet de l’alcool. Des souvenirs remontèrent à la surface, des souvenirs portant le visage d’un malheureux exorciste qui avait eu la mal chance de croiser le chemin d’une horrible femme. Alexander lui manquait soudainement. D’une mauvaise humeur palpable, la blonde s’avança et s’installa sur un tabouret, sachant pertinemment qu’elle ne partirait que quand elle serait chassée d’ici. Elle entendit un homme à côté d’elle commander un whiskey. La blonde leva presque immédiatement la main. « Un double par ici. » Le barman lui lança un regard dubitatif, la jaugeant de haut en bas, faisant rouler des yeux à la blonde. « Quoi ? Vous n’avez jamais vu une femme boire comme un bonhomme ? J’ai de quoi payer, alors donnez-moi mon double. » Elle lança un regard sur le côté, avant de voir la canne.

Un estropié ? Bah tiens. Elle haussa les épaules et attendit son verre qu’elle hésita à boire cul sec ou à savourer un peu.

Boire était salvateur. Surtout quand on souhaitait oublier les sentiments qui s’ancraient de plus en plus dans son cœur.






Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Jeu 7 Juil - 2:32


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
La journée n’aurait pas plus mal commencé, je m’étais réveillé, enfin une petite tête brune m’avait réveillé en décidant de se servir de mon lit comme d’un trampoline. J’aurais apprécié l’attention, même si je ne souhaitais pas subir ça tous les jours, si seulement un de ses genoux n’avait pas violemment frapper dans une partie de mon anatomie que j’aurais préféré qu’elle ne touche jamais. Mila l’avait alors regardé avec des yeux incrédule ne comprenant pas comment elle avait pu me donner les larmes aux yeux avec son petit corps de gamine de 6ans. Je l’avais alors gratifié d’une gentille tape sur la tête avant d’appeler à l’aide Cristiano pour me laisser le temps de me remettre de ce coup bien placé. En plus de cela après mon lever bien plus tardif que le reste de la maisonnée, j’avais rapidement compris que Maria, la femme de maison et compagne de mon frère jumeau ne se dérangerait pas pour me faire du café. Quelle emmerdeuse et hôtesse immonde celle-là.

Maintenant je me trouvais dans un bar pour tenter d’oublier une discussion plus que chiante avec ma famille au sujet d’un évènement dont je ne voulais pas parler. Raconter que j’avais faillit mourir à ses idiots ? Mauvais idée. TRES mauvaise idée même, il ne me lâcherait plus jamais avec leur question et tenterait de me faire rester à tout jamais avec eux dans cette maison où je n’ai pas ma place. Cette maison que je déteste pour les souvenirs qu’elle fait remonter en moi. Pourquoi Diego a-t-il gardé la maison où nous avons subit les humeurs de notre mère ? Peut-être que j’aurais dû le laisser prendre quelques coups pour qu’il comprenne à quel point je peux haïr tout ce qui se rattache à cet endroit. J’avalais une gorgé de ma boisson avant de faire claquer le verre contre le bar, mes yeux se posant sur la jeune femme ayant choisit le même poison que moi.

Sa réaction me fit sourire, si j’avais été le barman je lui aurais très certainement verser la boisson ambrée sur la tronche pour lui faire comprendre qu’on ne me parle pas de cette manière, mais celui-ci avait été un idiot de réagir de la sorte. Pourquoi une femme ne pourrait pas porter des vêtements d’hommes, parler comme un homme et boire comme un homme ? Ça lui donne très certainement un côté plus appréciable, du moins pour moi.

« Ca sera pour moi et laisses nous la bouteille. »

Je levais mon verre dans un petit geste comme pour la saluer. Je me serais très certainement terré dans ma solitude habituellement, mais j’avais toujours eu un faible pour les personnes avec un bon répondant, tant qu’il ne s’en serve pas contre moi évidemment.

« Buvez autant que vous le souhaiterez personne ne vous jugera et ne faites pas attention à celui-là, dis-je en pointant un doigt vers le barman, s’il était intelligent il ne serait pas là à remplir des verres. »

Je finissais alors mon verre avant de le remplir avec la bouteille que je venais de demander avant de la faire glisser vers le bar en direction de la demoiselle pour lui faire comprendre que j’étais d’humeur généreuse. C’était rare et j’espérais qu’elle ne gâche pas cet instant en gâchant le goût de mon verre avec des hurlements de harpies déchaînées, parce que je voulais bien être sympa, du moins rien qu’un peu, mais fallait pas exagérer. Je ne faisais pas l’effort de me déplacer sur le tabouret le plus proche d’elle, déjà parce que j’aurais l’air d’un mec intéressé ce qui, lorsque l’on me connaît, est une chose impensable et aussi parce que cela serait bien plus difficile pour moi de me bouger avec ma jambe blessée que pour elle et son corps parfaitement saint.

« Vous parlez comme quelqu’un qui à besoin d’insulter un abruti. »

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Ven 8 Juil - 17:12

L'alcool résout tous les maux
feat. David & Whisky


Ophelia aurait pu exploser, incendiant ce barman sans réelle raison si ce n’était évacué toute la frustration que Liam lui procurait. La solitude, le sentiment d’abandon, le mal-être constant de n’être qu’une chose insignifiante … Elle était triste, malheureuse, furieuse, agacée et dieu seul sait à quel point la blonde souhaitait lui coller son poing au visage. Elle voulait comprendre, lui hurler dessus, le faire réagir, comprendre, savoir, connaitre … Liam était une plaie pour les membres du clan des Bookmen. Mais est-ce que pour autant cet homme méritait sa colère ? Probablement, s’il continuait à la regarder comme un monstre de foire. Certes, il n’était pas commun pour les femmes de s’habiller ainsi, mais cela ne faisait pas d’elle une horreur de la nature. Elle ne se voyait pas cloitré dans une maison, en bonne épouse au foyer. Elle voulait vivre, aussi ironique que cela puisse sonner, et s’habiller en homme était parfois la seule solution. Et puis, il n’y avait rien de mal à boire pour se réchauffer et oublier, n’est-ce pas ? La blonde s’apprêtait à montrer encore les crocs quand son voisin interagi avec sa nouvelle Némésis – à savoir ce malheureux homme qui avait eu le malheur de la dévisager au mauvais moment. Ophelia haussa un sourcil surprise en l’entendant dire qu’il paierait pour une bouteille qu’il était prêt à partager avec elle. C’était bien aimable, la bookwoman ne pouvait que l’accepter.

Et elle avait bien trop envie de boire pour penser aux potentielles mauvaises intentions de cet homme.

Ophelia rempli son verre et leva son verre vers cet homme, le remerciant de cette façon d’enfin gouter au liquide ambré amer qui lui brula tout d’abord la gorge : par bookman, elle aimait cette sensation. « Buvez autant que vous le souhaiterez personne ne vous jugera et ne faites pas attention à celui-là, s’il était intelligent il ne serait pas là à remplir des verres. » Ophelia eut un petit sourire en coin en profitant de son verre, faisant rouler le liquide dans le verre. « C’est une question d’image. Bobonne à la maison à éduquer les gosses, faire le ménage, être jolie et se la fermer. » Ses mots avaient une pointe d’amertume qui mourut dans un soupir avant d’avaler une nouvelle gorgée. « Certaines femmes veulent pouvoir rêver comme les hommes. » Des rêves parentaux, mais des rêves d’indépendances, de découvertes … Quand on avait été éduqué comme elle l’avait été, l’enfermement était une chose horrible, surtout seule. Elle avait soudainement envie de frapper Liam de toutes ses forces. « Enfin. C’est fort aimable de votre part. »

Le premier verre se termina dans le silence avant de tendre la main vers la bouteille. Bouteille qui se trouvait entre eux deux, au niveau d’une place vide. La bookwoman laissa traîner son œil sur la canne avant de regarder les jambes de cet homme : il était visiblement inapte à se mouvoir comme un fringuant jeune homme et la blonde ressenti un peu de culpabilité à laisse cet homme faire de grand geste. Râlant plus pour la forme, Ophelia glissa sur le siège vide, se rapprochant ainsi de l’élixir de vie.

Le malheureux allait certainement payé une bouteille qui serait presque entièrement consommée par la demoiselle.

Alors qu’elle s’apprétait à reboire, se léchant les lèvres, une phrase la fit tiquer. « Vous parlez comme quelqu’un qui à besoin d’insulter un abruti. » Ses lèvres furent suspendus un instant au bord du verre avant de soupirer. « Si je pouvais lui coller mon pied au derrière en plus d’une bonne droite, à l’idiot, croyez-moi que ça me ferait du bien. »

Cul sec. Elle en avait besoin.

« Il m’évite comme la peste. Il me laisse seule dans un putain de manoir. Je partirai qu’il ne le remarquerait même pas. » Liam ne lui devait rien, il avait déjà était bien aimable de l’accueillir sous son toit, de la protéger. C’était ce qu’elle tentait de se répéter encore et encore pour faire fuir ces désagréables sentiments qui commençaient à lui dévorer l’âme. Elle tourna la tête vers cet homme avant d’appuyer sa tête dans sa main, coude contre le comptoir. « Et vous ? C’est qui qui vous donne envie de finir ici ? »




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Mer 13 Juil - 9:30


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
Je me permettais un sourire à sa remarque. Il était rare de croiser des femmes telle que celle-ci, peut-être est-ce pour ça que je me permettais de baisser un peu ma garde. On me connaît comme véritable sexiste plutôt assez doué pour remettre les femmes à leur place, mais cela ne veut pas dire que j’apprécie qu’elle le fasse. Si les femmes veulent un peu de crédit, de ma part tout du moins, elles devraient un peu plus se battre pour obtenir une vraie place dans la société plutôt que se cacher derrière un rôle que l’on veut leur imposer. Tout le monde devrait se battre pour tenter de trouver le bonheur, peu importe ce qu’il est. J’ai longtemps abandonner cette quête pensant qu’elle ne m’avait pas été confié et je ne m’étais jamais trouvé plus pitoyable qu’à ces instants-là.

« Je n’ai jamais vraiment apprécié les femmes qui se contentent de ce qu’on veut bien leur donner et vous savez les hommes sont souvent trop idiots pour penser à rêver, même s’ils en ont le droit. »

Je pensais soudain à Diego, cet abruti qui s’était contenté de la première femme qui avait cru bon de le dresser comme un gentil petit chien même alors qu’elle le pousse à me croire seulement animer d’une rage idiote envers elle. Si bien qu’il oublie mes mots, qu’il fait taire la flamme de rébellion que j’arrive encore à faire naître en lui, il se dit sûrement que je ne peux pas vraiment comprendre parce que je n’ai jamais aimé, parce que je ne peux pas aimer, c’est ce qu’elle aime lui faire croire. C’est ce que Dieu veut leur faire croire.

Je regardais la jeune femme se glisser sur le tabouret qui nous séparait. Intelligent de sa part, la canne y était certainement pour quelque chose, après tout changer de tabouret m’aurait demandé un effort particulièrement ennuyant que je n’étais pas prêt à faire, contrairement à user de mon argent pour de l’alcool. J’avalais mon verre en plusieurs gorgées contrairement à elle qui semblait moins encline à gérer ses problèmes en restant un minimum sobre. J’avais finis par ne plus simplement boire pour oublier mes problèmes, avec tout ce qui m’était tombé sur la gueule dans ma vie j’aurais très certainement finit dans un caniveau à mourir étouffer dans mon propre vomis, je venais boire parce que j’en avais besoin, parce que je le voulais et j’appréciais d’autant plus le goût de mes verres.

Elle exposa ses problèmes et comme je m’en doutais, cela concernait bien un homme. Après tout l’amour n’est-il pas la première raison à l’ingestion excessive d’alcool ? Les coeurs brisés, le deuil, la jalousie, la vengeance, l’amour apporte tellement de raisons pour avoir envie de s’empoisonner et oublier. Son regard posa sur moi et je me permis de me tourner légèrement dans sa direction avec un sourire en coin pour répondre à sa question.

« Habituellement j’aurais accusé l’alcoolisme comme tare héréditaire, mais aujourd’hui je dirais la famille. Une famille ignorante et excessivement emmerdante. »

Mes frères étaient des idiots, leurs femmes des connes et leur vie de la merde. Ils étaient les restes d’une enfance brisée et qu’il n’avait pas réussi à réparer et je doutais encore du fait que j’avais réussi à y survivre moi aussi. Peu importe ce que mon intelligence m’avait permis d’obtenir, peu importe le travail que j’avais choisis. Je restais seul, autodestructeur, loin d’être véritablement heureux, empli de colère et ce caractère de merde m’avait valu de perdre une jambe.

« Je ne les avais pas vu depuis trois ans et tout ce qu’ils ont réussi à faire, c’est m’engueuler de ne pas les avoir prévenu auparavant au sujet de ma nouvelle meilleure amie. »

Je posais alors ma main sur le pommeau de ma canne pour faire comprendre que je parlais de celle-ci.

« Concernant votre problème, la prochaine fois qu’il rentre, faites lui comprendre qu’il ne devrait même pas essayer de vous laisser seule une fois de plus, mais sans lui donner l’impression qu’il vous ait indispensable, les hommes ont souvent tendance à prendre la grosse tête. »

Et moi le premier.

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Mar 19 Juil - 14:26

L'alcool résout tous les maux
feat. David & Whisky


Cet homme n’appréciait pas les femmes qui se contentaient de ce que le monde voulait bien leur donner ? Alors il parlait à la bonne femme, car s’il y avait une chose qu’Ophelia désirait c’était d’en avoir toujours plus : plus de liberté, plus de proximité avec ses rêves, moins de chaines à ses pieds, elle voulait dévorer le monde, toujours en savoir plus, pouvoir agir comme bon elle le souhaitait quand elle le souhaitait. Ophelia ne voulait plus à avoir à porter de pantalon et être prise pour un homme pour que l’on la laisse agir comme bon lui semblait, elle désirait convaincre Liam qu’il serait heureux à ses côtés … Elle voulait tant de choses, mais étrangement seul le gout amer de l’alcool semblait être réalisable à cet instant précis. Oh, comme elle regrettait parfois d’être resté dans ce manoir, comme elle regrettait avoir permis à ses sentiments de ronger son cœur. Pourtant, est-ce que les hommes s’empêchaient véritablement de rêver ? Est-ce que Liam avait arrêté de rêver ? Elle n’arriva pas à s’en convaincre … Mais Elias ? Son cher Elias ? Il devait avoir certainement renoncé à tous ses espoirs alors qu’il revêtait la cape rouge des bookmen. Avait-il eu des rêves pour elle ? Qu’elle puisse réussir ?

Ah. Comme Elias lui manquait soudainement. Comme elle souhaitait courir contre le giron de son ancien mentor pour pleurer sa déchéance. Ou râler, pour être tout à fait honnête. Elias lui aurait certainement soufflé que les hommes étaient une perte de temps et qu’elle s’éloignait de sa voie. Ah ça, pour s’éloigner, elle s’était éloignée. Mais peut-être que le vieillard aurait réussi à l’éloigner de cette horrible tentation. Mais si Elias n’était pas là, une toute autre sorte d’ours semblait disposer à l’écouter, ou du moins à simuler de l’écouter. L’alcool pouvait aider à résoudre bien des langues après tout. De même, lui aussi devait être là pour une raison, pour oublier quelque chose : il n’avait pas l’air d’être un ivrogne de passage simplement venue pour descendre une bouteille. Non, ce rôle collerait peut-être un peu plus à Ophelia. « Habituellement j’aurais accusé l’alcoolisme comme tare héréditaire, mais aujourd’hui je dirais la famille. Une famille ignorante et excessivement emmerdante. » Un pouffement de rire s’échappa violement de ses lèvres alors qu’elle tentait de contenir son hystérie derrière sa main. La famille … Il n’y avait rien de pire que la famille. « Alors vous en avez bien plus besoin que moi ! » La blonde remplit son verre en ricanant.

Il ne les avait pas vu depuis trois ans. C’était long, très long. La blonde regarda la canne avant de sourire vaguement tout en portant son verre à ses lèvres. « Vous n’êtes pas au courant ? La famille aime bien savoir quand un nouveau venu s’incruste, aussi envahissante et gênante soit-elle … c’est leur petit côté « je me mêle de la vie des autres car ma vie est moi est d’un ennui mortel ! » ou un truc du genre … » La blonde fit un petit moulinet de la main qu’elle dégagea sur le côté avant de s’appuyer sur la table. « Ca ou bien leur curiosité est morbide … Ou ils s’inquiètent. C’est aussi à envisager … Vous faites un métier dangereux ? »

Après tout, on ne choisissait pas sa famille. Mais même quand on la choisissait, celle-ci arrivait à vous décevoir.

Sauf qu’Ophelia ne s’attendait pas à ce que cet homme lui donne un conseil, revienne sur ses propres problèmes. Revienne sur Liam. Le faire rester sans lui donner l’impression qu’il est indispensable hin ? La blonde eut un bien triste sourire, teinté d’amertume alors qu’elle appuyait son coude sur la table pour reposer sa joue contre la paume de sa main. D’un geste vague, elle fit tourner le liquide ambré dans le verre dont la propreté était à douter. « Liam n’est pas le genre d’homme que l’on peut garder près de sois s’il n’en a pas envie … Il aime trop sa liberté pour ça. Il aime plus sa liberté que ça. » Ça. Elle. Ce qu’elle ressentait. Elle regarda l’homme en biais, son sourire collé au visage. « Je n’irai pas à dire que c’est un homme à tourner les talons après avoir eu ce qu’il voulait … Mais je représente actuellement tout ce qu’il déteste je pense. L’engagement etc … »

Un nouveau moulinet.

« De toute façon, je tenterai de lui parler. Et si ça ne marche pas … et bien dieu merci, il ne m’est pas indispensable. » Son verre se vida à nouveau avant d’être rempli. « Heureusement, voyager et être moi-même libre de toute contrainte me manque terriblement … »

Partir s’il la rejeté. C’était une bonne chose. « Mais en attendant je vais continuer de piller sa bibliothèque ! » Chantonna-t-elle plus gaiement.

L’alcool pouvait aidér de bien des façons.




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Mer 20 Juil - 23:54


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
La famille. J’avais du mal à m’en souvenir, préférant l’oublier la plupart du temps, mais oui j’avais une famille, de nombreux frères et une soeur qui étaient dans un coin de ma mémoire que je ne visitais que très rarement. Comme cette semaine, je n’étais venu que parce que je le devais, parce que quelque chose de grave était arrivé. Ma petite soeur Liana, après des années de silence et de léthargie avait tenté de mettre fin à ses jours. Que mes frères et soeurs arrivent à s’inquiéter pour moi alors qu’elle était dans un état bien plus grave que le mien m’énervait bien plus que leurs incessantes questions. Elle n’avait rien fait pour mériter ce qu’il lui arrivait, nous n’avions pas réussi à la protéger, elle s’était brisé au premier coup que notre mère lui avait porté, son monde s’était écroulé et son esprit s’était refermé. De nous tous c’était bien elle la plus à plaindre, elle qui était beaucoup trop jeune à l’époque et pourtant mes frères semblaient ne plus le voir, ne plus penser à cette petite fille perdue qui n’avait plus que nous même si elle ne semble plus nous voir lorsqu’on lui rend visite.

« Ce n’est pas vraiment dangereux, c’est seulement que je travaille pour une organisation qui prône le secret, il s’inquiète parce qu’ils ne savent pas et aussi parce que j’ai un certain talent pour m’attirer des problèmes. »

Je ne pouvais pas le nier, les problèmes venaient à moi comme des mouches sur un bout de viande avarié. Mon accident n’avait rien à voir avec mon travail après tout, je m’étais juste attaché à une autre personne brisée et ça avait mal terminé. Je n’avais jamais été très doué pour m’entourer, peut-être une raison de plus pour chercher à rester seul. J’avalais le verre qu’elle m’avait servit avec un léger sourire à ses remarques, sourire qui disparu bien vite lorsqu’elle se mit à parler d’un certain Liam. Un Liam qui favorisait sa liberté à tout autre chose dans sa vie. Un Liam qui fuyait l’engagement. Un Liam que je connaissais. Liam, cet abruti que j’avais ramené à la congrégation et qui malgré mes nombreux avertissements et objets envoyés en plein dans sa tronche n’avait jamais cessé de venir me voir, m’appelant son ami qu’importe mes insultes. Un abruti plein de bonnes intentions et que j’avais finit par apprécier.

« Liam … Ne me dites pas que … Vous parlez de Liam Ludrick ? Un abruti au cheveux noirs et au corps de fillettes ? Un sourire niais et des yeux mauves brillant d’une imbécillité sans nom ? »

Je n’aurais jamais imaginé entendre parler de lui à nouveau. Je n’avais appris sa transformation en Noé qu’il y a peu. Il avait disparu depuis une année entière avant qu’on entende de nouveau parler de lui. Alors cette femme était tombé sous le charme de cet idiot ? Quelle erreur monumentale. J’avais côtoyé durant des années cet homme et il ne s’était dévoilé que bien tard. Cet imbécile avait vécu la même enfance douloureuse que moi, même si les conditions étaient différentes. Il n’avait jamais reçu le moindre amour de ses parents et avait réussi à garder le sourire malgré les années, car contrairement à moi Liam avait su oublier le passé et vivre dans le présent.

« Liam est un homme plus compliqué qu’il n’en à l’air. Si on parle bien du même, j’imagine qu’il ne vous a rien raconter sur lui, qu’il ne vous a pas montré ce qu’il se cache derrière ses sourires. »

Ses sourires exaspérant, ses “tout va bien” où il tente de dissimuler sa douleur et ses souvenirs, cette faculté déconcertante de pouvoir oublier sa peine. Il m’avait toujours exaspéré avec cette manie de ne pas montrer ce qu’il ressent réellement, une chose que je n’ai jamais su faire et que je ne désire pas faire. La colère, la tristesse, la douleur tout se finit rapidement en explosion chez moi alors que chez lui, tout s’évaporait derrière un sourire, un faux sourire qui pourtant semblait si réel. Cela semblait si facile pour lui d’oublier les épreuves de la vie alors qu’en réalité il ne fait que les enterrer pour ne plus jamais y penser jusqu’à ce qu’elle se manifeste d’elle-même et ne le torture que plus.

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Ven 22 Juil - 21:46

L'alcool résout tous les maux
feat. David & Whisky


Parler de la famille pouvait raviver de biens étranges souvenirs. Ophelia se demanda qui, sur cette terre, pouvait affirmer sans une once de malice que sa famille se portait à merveille ? Elle-même avait souffert de ces liens que l’on définit comme indestructibles. Et n’était-elle donc pas la pire ? Sur cette Terre se trouvait peut-être encore les siens, sa famille de sang, ceux qui l’avaient mises au monde … Pourtant la blonde ne ressentait aucune envie de les rencontrer, de leur parler, de les serrer contre elle. Qui serait-elle pour ces gens ? Caroll ? Alors qu’elle se rendait compte au fil des jours que seul ce corps la liait à cette petite fille ? Elle serait une parfaite inconnue dans un lieu où les gens l’appelleraient par un autre nom, la prendrait pour une autre … Alors quoi ? Elias était mieux ? Elias la comprendrait ? Elle avait encore plus envie de boire et de râler. La blonde préférait de loin se perdre dans les problèmes de cet homme plutôt que dans les siens. Au moins, elle en oubliait l’abruti d’Anglais et ses fuites constantes. Oublier cette joue brulante de douleur lors de cette journée de pluie à Paris.

Peut-être que rayer définitivement Rayn en tant que bookwoman et prendre une nouvelle identité, avancer encore et encore aurait été une bonne solution ?

Ophelia releva la tête de son verre d’alcool en écoutant son compagnon dans cette aventure expliquer son travail. Une organisation qui prônait le secret hin ? Il travaillait pour l’Ordre Noire ou bien ? A moins qu’il ne travaille pour la mafia, après tout, ils étaient en Italie. Cet homme aurait plu à Elias, très certainement. La blonde se stoppa dans ses pensées et fit la moue avant de se gifler mentalement : on ne pense pas à l’ours quand on ne pense pas à Liam. Mais le monde semblait s’acharnait contre la blonde. L’univers semblait la pointer du doigt, se moquer d’elle car les paroles de David eurent l’effet d’une bombe. « Liam … Ne me dites pas que … Vous parlez de Liam Ludrick ? » La blonde avait manqué de lâcher son verre, avant de se mettre à tousser, le liquide amère lui brulant la gorge. Elle dévisagea soudainement David, ahuris, surprise. Terrifiée. « Un abruti au cheveux noirs et au corps de fillettes ? Un sourire niais et des yeux mauves brillant d’une imbécillité sans nom ? »

Ophelia sentit son monde s’écrouler. Sa bouche était pâteuse, la salle semblait tourner étrangement autour d’elle. Un homme qui avait connu Liam ? Qui travaillait pour une organisation qui prônait le secret. Ce fut d’une voix cassée qu’elle prononça presque dans un murmure « Vous êtes de l’Ordre Noir. » Sa gorge la serrait. Liam. Elle avait mise Liam en danger. Presque immédiatement, la blonde attrapa les bras de cet homme pour le serrer, le regard presque suppliant. « Ne le dénoncez pas. Ne le dénoncez pas … » Quelle idiote. Qu’elle abrutie. Elle avait oublié des règles élémentaires de sécurité ! Elle était la honte de son clan. Pourtant, cet homme semblait ne pas vouloir le dénoncer. Pas tout de suite du moins … Il fit même autre chose. Il parla de cet homme qu’elle côtoyait. Qu’elle avait appris à apprécier et dont elle aimait se moquer. « Liam est un homme plus compliqué qu’il n’en à l’air. »

Ophelia releva la tête, surprise avant de libérer doucement le bras. « Si on parle bien du même, j’imagine qu’il ne vous a rien raconter sur lui, qu’il ne vous a pas montré ce qu’il se cache derrière ses sourires. » Ophelia le regarda un instant avant de remettre mollement ses bras sur le bar, joignant ses mains ensemble, entrelaçant ses doigts. Elle avait soudainement envie de vomir. « Il m’a très peu parlé de lui … et encore … je le forçais presque à me dire la vérité. Je ne suis pas une femme facile à vivre … » Voire horrible. La blonde eut un rire amère. « Je ne suis pas stupide … Je suis différente moi aussi … je savais qu’il y avait quelque chose derrière. Mais … Il déteste tout ça … Il ne parle jamais de lui-même. »

Pourquoi la faisait-il se sentir si seule ? Si impuissante ? Elle avait envie de pleurer. « Je crois que j’ai commencé à me convaincre qu’il me souriait réellement. Voire qu’il m’aimer un peu. » L’aveux avait été prononcé. La futilité, les rêves d’une gamine, les espérances d’une idiote. Et l’alcool les avait conduits à partager une nuit ensemble avec comme unique témoin la lune. Elle eut un pitoyable sourire. « Je me suis bien leurrée, n’est-ce pas ? … » Elle tourna la tête vers lui. « Parlez-moi de lui. »

Avant que je ne parte.




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Sam 23 Juil - 23:51


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
Si je m’étais attendu à de la surprise pour cette coïncidence, ce fut plutôt face à la réaction de la jeune femme. Elle m’avait attrapé le bras avec désespoir, comme si avec un mot je pouvais détruire son monde. Elle me suppliait de ne pas dénoncer Liam ? Le contact de ses mains sur mon bras me fit me refermer, je n’aimais pas que l’on me touche et encore moins une femme, même si celle-ci me plaisait plus que le reste de ses congénères. Je ne la repousse pas attendant seulement qu’elle me lâche en lui faisant comprendre du regard que non, malgré l’alcool que je lui offre, je ne lui permets pas de s'agripper à moi de cette manière. Gardant mon expression légèrement contrarié je finis par trouver de quoi la rassurer.

« Liam est une des seules personnes en ce monde qui peut se vanter de faire parti de mes amis, je ne le dénoncerais pas et puis je suis en vacances et chercher les noés c’est pas mon boulot, mais celui des exorcistes. »

Il était peut-être difficile de comprendre que je ne veuille pas dénoncer l’ennemi et peut-être que je l’aurais fait s’il ne s’agissait pas de Liam, peut-être parce que rien n’est sûr et tout ne dépend que des mes humeurs. Je n’ai aucune attache à mon organisation et je n’y suis que pour une chose : étudier les innocences. Certains me dirait que c’est cruel, que cette guerre fait des victimes que je devrais aider à en sauver le plus possible, je n’ai pas choisis de mettre en place cette guerre, je n’ai jamais cherché à tuer qui que se soit, je peux à peine vivre seul et encore moins me battre. Sauver des vies en dénonçant ne fait pas parti de mes responsabilités. Soigner, réparer les armes, tenter de comprendre l’innocence pour peut-être un jour permettre de la copier, permettre à n’importe qui de pouvoir la manier, voilà ce que je dois faire pour cette guerre. Un sourire en coin prit mes lèvres alors qu’elle me parlait de Liam, cet idiot qui lui faisait très certainement du mal sans le vouloir, sans même le savoir.

« Ne pensez pas qu’il ne vous dit rien parce que c’est vous. Liam est un homme qui ne se plaint pas. Peut-être parce qu’il ne veut pas que l’on s’inquiète pour lui ou qu’on le plaigne ou peut-être parce qu’il espère que s’il n’en parle pas les problèmes disparaissent. Il m’a fallut des années avant qu’il ne me parle et je suis très certainement plus difficile à vivre que vous. »

Capricieux, peu aimable, violent, colérique, insultant, blessant, emmerdant, il y avait tant de défauts à me donner et si peu de qualité pour contrer tout cela. Je suis un homme horrible à vivre et ce n’est pas pour rien, je l’ai choisis ce n’est pas seulement du à mon caractère de merde. Elle semblait blesser par le manque de sincérité de Liam parce qu’elle ne comprenait pas pourquoi il agissait de la sorte. Contrairement à elle son caractère m’avait énervé, exaspéré et m’avait fait l’insulter plus d’une fois. Il était doué pour ignorer les questions gênantes, pour donner l’impression qu’on ne pourrait pas être utile pour lui, pour l’aider à se sentir mieux, mais pour lui ce n’est rien de tout ça, c’est sa manière de survivre face à la vie, sa façon de ne pas s’écrouler lorsque la vie lui fait un coup de pute.

« Il a sa façon de fonctionner, mais il a un coeur sensible, il est fort possible qu’il vous aime. C’est sûrement ça le problème en vérité. »

Elle voulait apprendre des choses sur lui, sur cet idiot que j’avais mis des années à comprendre, des années à apprécier. Cet idiot au grand coeur qui malgré ses sourires charmeurs et ses mots est fragile, si fragile que sans ses faux sourires il serait capable de se briser en un coup de vent.

« Liam est lâche, mais c’est la seule façon qu’il a trouvé pour survivre. »

Mes yeux s’étaient plongé dans le liquide ambré de mon verre sans même que je m’en rende compte. Je les relevais alors avec un regard sérieux pour le plonger dans le sien.

« Il n’a pu réellement vivre qu’à l’âge de 16ans, avant ça il n’était que la victime des maltraitances physiques et mentales de ses parents qui l’ont traité comme un esclave ou une erreur à corriger depuis sa naissance. »

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Sam 30 Juil - 3:47

L'alcool résout tous les maux
feat. David & Whisky


Il était de l’Ordre Noir. Cet homme avait côtoyé Liam. Cet homme faisait partie des ennemis de Liam. La peur noua le ventre de la blonde : mon dieu mais qu’avait-elle fait ? Pourquoi avoir agi ainsi ? Comment avait-elle pu simplement oublier la règle de base de son clan ? Comment un homme avait-il pu la détourner ainsi de son droit chemin ? Comment Liam avait-il fait pour lui retourner le cœur, l’esprit ainsi ? Comment avait-elle pu le mettre en danger si facilement ? Une erreur de débutante, immature, incompréhensible, un faux pas qu’Elias ne lui aurait pas pardonné et avec raison ! Et cet homme … Cet homme avait l’air contrarié de ce contact, mais ne réalisait-il pas ce qu’elle venait de faire ? D’accomplir ? C’était le premier pas vers le rejet du clan. Si elle ne s’éloignait pas de cet amour qui naissait et qui envahissait son être tout entier, si elle ne mettait pas fin au fruit qui grandissait en elle … Alors elle serait perdue en tant que bookwoman. Pourtant ses lèvres semblaient bouger, ses mots parlaient avec le cœur et non plus la raison. L’alcool balayait cette horrible chose que l’on nommait réflexion. Sous l’effet enivrant de l’alcool, elle n’était plus qu’Ophelia.

La malheureuse Ophelia amoureuse d’un homme qui avait quitté son lit sans même se retourner.

La blonde eut un vague sourire, si vague, si fatiguée, quand son compagnon expliqua que Liam était un ami. Un ancien ami. Elle fut soulagée de comprendre qu’il ne le dénoncerait pas, pas aujourd’hui ni demain du moins. La blonde ignorait même qu’il avait des amis durant cette période … N’était-elle donc pas la femme la plus pitoyable du monde ? Pour une bookwoman, c’était une honte. Son incompétence lui donnait envie de pleurer. « Ne pensez pas qu’il ne vous dit rien parce que c’est vous. » Ophelia redressa la tête vers son interlocuteur. « Liam est un homme qui ne se plaint pas. Peut-être parce qu’il ne veut pas que l’on s’inquiète pour lui ou qu’on le plaigne ou peut-être parce qu’il espère que s’il n’en parle pas les problèmes disparaissent. » Il ne lui disait jamais rien … Elle devait se battre – Non – elle avait dut se battre pour qu’il puisse commencer à s’ouvrir et ce n’était que pour parler de conflits récents. Après tout, pourquoi l’aurait-il fait ? Elle n’était là que temporairement. La blonde eut un triste rire quand il souligna qu’il était dur à vivre. « Vous ne vivez pas avec moi alors … cela se voit. » Le Noé devait être fatiguée d’elle.

Elle n’était sensée n’être que provisoire dans sa vie. Et voilà qu’elle avait montré la preuve de vouloir désirer plus. Pour un être haïssant l’engagement comme Liam, il ne devait pas y avoir pire situation que celle-ci. Elle avait été trop envahissante. Trop optimiste. Elle s’était éloignée de son chemin. Mais au fond, la blonde aurait aimé qu’il supporte sa présence encore un peu. « Il a sa façon de fonctionner, mais il a un coeur sensible, il est fort possible qu’il vous aime. C’est sûrement ça le problème en vérité. »

Ophelia ouvrit grand les yeux, son cœur loupa un battement et ses joues s’empourprèrent naturellement à ces mots. S’il l’aimait. S’il l’aimait.

Impossible.

Tout bonnement impossible. Pas d’amour. Pas de passion. C’était impossible. Impossible. Son cœur lui faisait particulièrement mal. « Je ne pense pas que Liam m’aime. Pas comme ça … Il est le Jeu. Et à cause de ma nature particulière, nous avons joué un temps un jeu très amusant … très distrayant. » Un jeu qui lui avait fait gouté à quelque chose dont elle n’aurait jamais dû ressentir les saveurs. La blonde se serra les doigts, au point de rendre ses phalanges blanches, mais son visage gardait ce triste sourire, fixant son verre d’alcool. « Au mieux, il m’apprécie comme on apprécie une distraction. Mais une distraction quelconque fini toujours par nous lasser pour un autre jeu … Plus excitant. Moins entravant. »

Elle aurait dû réagir comme Liam.

« Il n’a pu réellement vivre qu’à l’âge de 16ans, avant ça il n’était que la victime des maltraitances physiques et mentales de ses parents qui l’ont traité comme un esclave ou une erreur à corriger depuis sa naissance. » Liam était donc un enfant de l’horreur. Battu par ses parents … Sans avoir jamais eu la chance de connaitre l’amour durant ses tendres jours. L’homme l’avait défini comme étant lâche … Mais était-ce vraiment lâche de ne plus vouloir souffrir ? De se protéger du monde extérieur ? D’agir comme un parfait bookman. « C’était un enfant sans amour alors … De tel parents ne devraient pas avoir le droit d’enfanter. Un enfant n’est-il pas la continuation de sois ? » Elle qui désirait tant un enfant. Donner tout l’amour du monde envers un petit être nait de ses entrailles. Et Liam … Tout l’amour qu’elle voulait lui donner, il lui refusait. Pourtant, elle ne pouvait le concevoir. Elle ne pouvait le croire. « Liam refuse l’engagement. Il rejette cette notion comme la peste … pourtant … Il n’a pas pu se couper du monde ainsi, ce n’est pas possible n’est-ce pas ? »

Elle tourna enfin la tête pour le regarder. « Et je vous en prie, ne me parlez pas de ces prostitués à qui il fait l’amour. » La jalousie avait mordu sa voix ; elle avait mal aux doigts.

Il y avait cette question qui lui brulait la gorge. Cette question qui lui briserait certainement le cœur. Mais qui l’aiderait à partir, certainement. A quitter ces lieux. A repartir sur le sentier des bookmen, qu’importe les dangers pour sa vie. « Il n’a jamais aimé ? Il n’a jamais été proche de qui que ce soit ? »

Ophelia se sentait prête à avoir le cœur brisé. Elle voulait que cet homme lui donne une raison de fuir l’homme qu’elle aimait.




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Jeu 4 Aoû - 15:09


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
Avec le temps j’étais devenu un homme aigri, brutal et violent parfois, me laissant guider par une colère qui était enfouit en moi depuis mon adolescence, pourtant je trouvais ça inconcevable de s’en prendre à un enfant. J’ai beau rarement réussir à les supporter, il représente une chose que j’ai perdu et que j’aurais souhaité conservé. Leur innocence, leur façon si belle de voir la vie, cette naïveté qui fait d’eux des choses si adorables, de parfaits idiots en somme, mais des idiots heureux et qui n’ont pas besoin de réfléchir à quoi que ce soit pour l’être. Je ne m’étais jamais imaginé en tant que père et c’était très certainement une chose qui me serait refusé, une chose que je ne pourrais pas devenir, mais je sais que si j’avais été différent, si mes sentiments envers les femmes étaient tout autre peut-être que j’aurais tenté l’aventure. Pourtant ce n’était pas une chose qui me manquait, j’avais appris à relativiser au vu des mes préférences, je ne serais pas père, du moins pas comme un homme le deviendrait en épousant une femme.

« Malgré tout ce qu’il a vécu durant cette période, il a conservé une certaine innocence, une joie de vivre simple, mais belle qui fait de lui tout ce qu’il est, justement parce qu’il a apprit à oublier. On pourrait penser qu’il est simplement passer à autre, mais je ne pense pas que cela soit le cas, je pense qu’au fond tout ça le torture, que la douleur, la peur, la colère sont là, quelque part et qu’il ne les laisse tout simplement pas exploser parce qu’il a peur ce qu’elles lui feraient. »

Je remplissais de nouveau mon verre pour l’avaler d’un coup. Son passé faisait écho au miens, ses sentiments je les avais connu, j’avais moi aussi tenter de les étouffer pour ne pas les laisser me bouffer, j’avais essayé de les combattre et j’avais perdu. D’un côté j’étais presque heureux qu’il est réussi à s’en sortir, il aurait été dommage qu’un homme comme Liam soit consumé pour ne devenir qu’un débris comme je le suis aujourd’hui.

« Pour avoir vécu la même chose que lui, je trouve qu’il s’en sort plutôt bien, même si ça reste un mauvais traitement sur le long terme. »

Mes yeux cherchèrent le vide, je n’avais pas autant de mal à parler de mon passé que Liam, mais ça restait douloureux de l’évoquer, de voir la pitié des gens, leur compassion exaspérante. Je ne voulais rien de tout ça, seulement lui expliquer que Liam n’était pas un homme mauvais, que ce n’était pas sa faute tout simplement, que c’était la vie qui l’avait poussé à devenir ce qu’il était. Ses questions me firent sourire alors que je cherchais dans ma mémoire ce dont il avait pu me parler, des personnes qu’il avait pu évoquée.

« Liam a beau fuir l’engagement, ce n’est pas pour ça qu’il ne s’attache pas, justement, il s’attache plus facilement qu’il ne le laisse croire. Je me suis longtemps demandé si au fond il ne continuait pas à venir me voir juste pour passer le temps, mais son attention ne trompe pas, il n’est pas un homme à faire semblant d’aimer, mais plutôt à faire semblant de ne pas aimer. »

C’était une nuance très importante, son indifférence était feinte, pas son inquiétude. Ses sentiments étaient réelles alors que sa façon de ne pas se dévoiler était forcée. Liam s’attache si facilement, il regrette ensuite, mais il aime si facilement, peu importe qui, peu importe le sale caractère et la façon dont on le traite, c’est un idiot tout simplement.

« Liam feint d’être capable de ne pas s’attacher, mais si vous l’avez rencontré, vous aurez remarqué sa douce gentillesse. C’est celle-ci qui le pousse à le faire malgré tout. Ne croyez pas que fuir l’engagement est facile pour lui, ça le torture sûrement à longueur de temps. Il se torture parce qu’il ne connaît pas d’autre façon de faire pour survivre. »

Je commençais à être bien bavard, mais cet homme était une personne que j’avais réellement réussi à apprécier et à respecter. Il avait su voir la force de faire une chose dont j’avais été incapable ou du moins de fuir face à ce que j’avais pris en pleine face, sa gentillesse m’avait touché bien plus que je n’aurais aimé le croire et à cet instant je me dis que j’aurais aimé le revoir, pouvoir l’insulter encore, lui faire comprendre que la fuite pouvait prendre fin, que le passé restait le passé et que rester seul ne le changerait pas. Lui faire comprendre que fuir ses souvenirs est une erreur tout comme les laisser nous consumer, qu’il n’y a aucune façon de faire disparaître ce qu’il a vécu et qu’il doit seulement l’accepter pour apprendre à vivre avec, même si c’est douloureux.

« Il y avait bien ce garçon, un petit blond. Je l’ai rencontré une fois en Italie lorsque nous avions fait la route ensemble il y a trois ans. Il s’appelait Camelia si je me souviens bien, un Russe vivant dans un manoir non loin d’ici. Une sale peste si vous voulez mon avis. »

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Dim 7 Aoû - 19:34

L'alcool résout tous les maux
feat. David & Whisky


Liam aimait honnêtement. Liam avait juste peur de l’engagement … C’était ce que cet homme lui soufflait. Mais Ophelia avait déjà connaissance de tout cela, cela n’était pas un secret. Mais le gout amer de l’alcool – à moins que ce ne soit celui de l’insécurité – l’empêchait de croire de tels mots. Il avait peur de l’engagement, de s’attacher à quelqu’un … Pourquoi ? Où donc était l’horreur de vivre heureux aux côtés de proches ? Etait-il donc si proche des préceptes des bookmen s’en sans rendre véritablement compte ? La blonde s’amusait à l’appeler idiot dès qu’elle en avait l’occasion, à le baptiser ainsi car c’était ainsi qu’elle montrait qu’elle l’avait vu, remarqué. Mais elle était si proche de la vérité : fuir pour survivre alors que c’était en s’accrochant que l’on arrivait le mieux à grimper. A lâcher toutes les prises que le monde lui tendait, Liam se condamnait lui-même à une chute douloureuse que personne ne pourrait amortir. Ses souvenirs étaient douloureux, ses souvenirs étaient cauchemardesques et Ophelia ne pouvait rien y faire. De sa courte vie, elle avait déjà pu observer la cruauté de son espèce bien des fois. C’était ainsi que les Hommes survivaient, se sentaient vivants : en brisant ce qui l’entourait.

Et par ses actions, Liam ressemblait bien plus aux Hommes qu’au clan des Noé.

Ophelia avala son verre, cherchant à comprendre, à trouver un moyen de l’éloigner de ces chimères horribles qui le dévoraient. Accepter pour plus facilement vivre avec. Ah. Mais pour cela … Pour cela il aurait mieux fallu qu’il ne la fuit pas comme la peste : la blonde commençait à attendre ses limites de tolérances. La solitude la rongeait, le rejet lui dévorait les entrailles et les livres ne semblaient plus pouvoir calmer son mal-être. Elle voulait fuir. Elle voulait rester. Elle ne voulait rien, elle voulait tout. Mais son cœur alcoolisé n’avait encore entendu, rien supporter à côté de la bombe que s’apprêtait à libérer cet homme sur son monde. « Il y avait bien ce garçon, un petit blond. » Un blond ? Un blond avait compté pour lui … Où était-il ? « Je l’ai rencontré une fois en Itlaie lorsque nous avions fait la route ensemble il y a trois ans. Il s’appelait Camelia si je me souviens bien, »

Quelque chose se brisa soudainement.

« un Russe vivant dans un manoir non loin d’ici. Une sale peste si vous voulez mon avis. » Un rire lui échappa soudainement des lèvres. Un rire empli de tristesse, de réalisation, de tristesse. « Camelia. »Mon dieu … Mais quelle mauvaise bookwoman elle faisait. Quelle idiote. Son rire se cassa, se brisa alors que ses yeux s’embuaient. Elle avait été tellement stupide. Un jeune homme blond du nom de Camelia vivant en Italie ? Ce foutu manoir … Cette foutue chambre où Liam dormait … Cette putain de peluche. De toute évidence, cet homme était mort. Et cette peluche … cette peluche était juste la preuve du refus de l’acceptation de la vérité par son propriétaire.

Ce Camelia avait comptait à ses yeux. Plus qu’il ne l’aurait été toléré par la société actuelle. La blonde attrapa une mèche de cheveux de ses mains tremblantes, commençant à la caresser frénétiquement, avant de tirer de plus en plus fort. Blonds. Des putains de cheveux blonds. Elle eut un hoquet alors qu’une larme épaisse roula sur ses yeux … Ils étaient saouls ce jour-là et ce n’était pas avec elle que Liam avait passé la nuit. Elle voulait disparaitre. Elle voulait vomir. Une autre larme glissa sur la joue blanche de la blonde alors qu’elle se rendait compte de son erreur.

Elle voulait pleurer. Elle détestait la couleur de ses cheveux. Elle voulait Elias. Dieu qu’elle voulait son mentor pour courir pleurer contre lui, qu’il la ramène dans le droit chemin. Combien d’être au monde pouvait prétendre s’être autant fourvoyé qu’elle à cet instant ?

Elle lâcha un sanglot, l’alcool ne lui permettant pas retenir son flot d’émotion. « Je …. Je veux rentrer chez moi … » Chez moi. Ou était-ce ? Elle ne le savait même pas … son cœur lui faisait si mal, son corps se déchirait en deux. Elle voulait vomir. « Je veux mon père … » Elle se retenait tant bien que mal d’éclater en sanglot, chassant ses larmes du revers de la main. Elle était redevenue une enfant, elle se faisait pitié à elle-même. Elle était ivre et malheureuse. Dans une ultime tentative d’empêcher de se laisser emporter, elle mit ses paumes de mains sur son visage. « Je suis tellement désolée … » Désolée d’offrir un spectacle aussi affligeant.

Elle n’était qu’un substitut.

Une poupée de remplacement.




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Dim 14 Aoû - 0:03


FEAT

L'alcool résout tous les maux

OPHE
Je relevais les yeux vers elle lorsqu’elle répéta le nom de l’ami de Liam, le connaissait-elle ? Surement pas vu sa question. Camelia semblait être un proche de Liam, un de ses hommes possessif qui vous menace du regard lorsque vous vous approchez trop de sa propriété, le noé en l'occurrence. Il était comme ses vieux riches qui chérissent des choses et leur offre tout en espérant y obtenir le bonheur. Le Russe avait été au petit soin avec Liam, lui offrant voyage, vêtements et bijoux comme s’il pouvait acheter son affection, comme s’il en avait réellement besoin. Liam lui portait déjà un grand intérêt quand qu’il veuille bien en dire. J’avais facilement deviné ce qu’il se cachait derrière leur amitié, les sentiments qui se cachaient derrière leurs attentions, mais je comprends aussi pourquoi ils ne pouvaient pas se l’avouer. J’avais vécu une situation similaire plus jeune, un intérêt interdit et puni.

« Vous ne l’avez jamais rencontré ? C’est é...trange … »

La fin de ma phrase disparue alors que je voyais l’état de la blonde se dégrader. Et merde. Fais chier. Pourquoi moi, sérieusement ? Si j’avais évité l’inquiétude de mes frères ce n’était pas pour me retrouver à devoir consoler une femme pas capable de savoir ce qui est bien pour elle ou non. Liam est un homme bien, ni elle, ni moi ne pourrions mettre en doute cela, mais il n’est pas un homme dont on peut tomber amoureuse sans souffrir. C’est une chose aisée à deviner lorsqu’on le rencontre alors pourquoi l’avait-elle fait ? C’était ça qui me paraissait le plus insensé, mais bon comme beaucoup s’amuse à le dire : on ne choisit pas de tomber amoureux. J’avalais alors un nouveau verre et l’alcool ne me permettait plus de paraître un minimum aimable avec elle, mon regard exaspéré se posa sur elle alors qu’un long soupir bruyant passait mes lèvres.

« Liam n’est pas un homme que l’on aime sans souffrir, vous auriez dû le savoir. »

Loin de là même, même en tant qu’ami il était aisé de voir que malgré l’attachement de Liam, il était facile pour lui de partir, de disparaître sans plus jamais donner de nouvelles. Il est cet être libre et rêveur qui ne veut pas de limites, pas de boulet à sa cheville. Il a brisé les chaînes qu’on lui avait imposé et ne souhaite pas en porter de nouvelles et qu’importe ce que souhaite cette femme, une relation avec elle est une bride et l’accepter pour Liam ça reviendrait à faire un sacrifice qu’importe ce qu’elle aimerait en réalité.

« Mais ne vous faites pas d’idée, si Liam vous fuit, c’est bien parce qu’il vous aime d’une certaine manière. C’est surement encore plus triste quand on y pense. »

Liam est un expert dans le jeu des paradoxes, il ne côtoie que des gens qui pourront l’oublier facilement, qui ne le retiendront pas et qui ne souffriront pas de son départ et de son égoïsme. Et au contraire il fuit les personnes qui le touchent, les personnes qu’il ne veut pas abandonner, les personnes qui lui manqueront. Il se torture pour des “et si” avant que ceux-ci n’arrivent. Il anticipe des hypothèses qui n’arriveront certainement jamais. C’est un idiot et aujourd’hui ce qu’il ne voulait absolument pas est arrivé, il fait souffrir quelqu’un, une personne qu’il aime sincèrement et ça doit le tuer de le savoir.

« Je ne prétends pas connaître le Liam que vous avez rencontré, devenir un noé l’a peut-être changé, mais Liam est quelqu’un de bien et je ne pense pas que ces un an et demi à profiter de nouveaux gènes auront changé ça. »

Je fixe mon verre vide et la bouteille à côté qui elle aussi semble se terminer.

« Seulement, il n’est pas bon de l’aimer. Il est comme le vent, on le voit dans le mouvement des feuilles des arbres, on le sent qui caresse notre peau, mais il est insaisissable, on ne peut pas le retenir entre nos doigts. Plus vous essayerez, plus vous souffrirez et j’imagine que chacun à sa propre limite. »

Un sourire illumine doucement mon visage, un sourire qui se veut compatissant parce que je comprends ce qu’elle vit, pas que je l’ai connu, mais parce que j’ai connu Liam et j’imagine bien ce qu’il peut lui faire endurer alors qu’elle l’aime d’un amour pur et simple, mais qu’il rend si compliqué et douloureux. Ma main se dépose doucement sur la sienne, un geste qui me vaut un long frisson d’horreur parcourant mon dos. Je déteste toujours autant les contacts physiques, l’alcool n’y change rien.

« J’ai apprécié notre conversation et qu’importe votre décision concernant cet abruti fini, j’imagine que je vous ai un peu aider à la prendre alors j’espère que ce sera la bonne, peu importe laquelle est-ce. »

Ma main se pose sur ma canne alors que je me glisse sur le sol. Je dois affronter ma famille tout comme elle doit aller affronter Liam.

« Je vous laisse la fin de la bouteille. Au plaisir de vous revoir un de ces jours. »

Le bruit de ma canne contre le parquet résonne dans la salle qui s’est quelque peu vidé depuis le début de notre conversation et disparait lorsque je passe la porte.

#CODE BY NYXIEL


vava by arsène & ophelia
ma vie a été une succession de merde, pourtant, je suis toujours là, presque debout à regarder la guerre changer la vie de gamins qui n'ont rien demandé en véritable cauchemar. on ne peut pas dire qu'elle n'est pas équitable quand il s'agit de souffrance.
Vulcano

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Comprendre les innocences.
Aime:
N'aime pas: avatar
David E. CassaroVulcano


David grogne en #444499

FPRSBQ

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 73 ▐ Autres Comptes : Liam, Caem, Abel, Hazel, Ilknur, Pearl
Féminin
▐ RPG Age : 35 ans.
▐ Personnalité : N U I S A N C E
▐ Parcours RP :
Disponible pour rp [1/2]
HRP : 100pts - FINIS : 100pts - RP : 180pts
POINTS AU TOTAL : 380pts + 0 cond
POINTS DEPENSES : 0pts

RANG E

A R S E N E : www {60}
R U S T Y & S O R E N : www {7/3=20}
A N Y A : www {10}
A E S A : www {8/3=20}
〄 E V E N T : www {2/2=10}
〄 I N T R I G U E : www {3x20=60}

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Ven 26 Aoû - 4:22

L'alcool résout tous les maux
feat. David & Whisky


Non. Non elle n’avait jamais rencontré Camélia et si jamais elle l’avait fait … Son cœur aurait pu être préservé, son cœur aurait pu être sauvé. Cet homme avait raison : Liam n’était pas un homme que l’on aimait sans souffrir. Que l’on aimait sans se rendre compte que tout ce que vous aviez espéré, tout ce que vous aviez espéré entrevoir n’était que des chimères qui vous dévoraient les entrailles. Elle n’arrivait plus à stopper ses sanglots, les larmes épaisses déferlaient le long de ses joues. Elle avait mal. Elle avait l’impression que son cœur s’émiettait petit à petit, détruisant l’organe vital. Elle ne voulait pas entendre David souffler que Liam était un homme bien … Elle le savait. Elle le savait et c’était ça le pire, le plus douloureux. L’idée qu’il l’apprécie assez pour ne pas la rejeter, pour ne pas vouloir la blesser avec cette horrible vérité.

Ah.

Mais quelle conne elle avait été. Sa naïveté était pitoyable. Pourtant les larmes continuaient de couler alors qu’un rire sans joie éclatait. Elle avait tout perdu. Absolument tout. Elle avait l’impression de perdre pied, de tomber sans que rien ne puisse la rattraper pour finalement s’engouffrer dans l’eau de son âme et s’y sentir oppressé. Elle avait l’impression de suffoquer, qu’elle allait se noyer. C’était insoutenable. Elle avait besoin de quelqu’un pour la sortir de là, pour la soutenir. Pour la sauver. Par pitié, que quelqu’un la sauve … « Seulement, il n’est pas bon de l’aimer. Il est comme le vent, on le voit dans le mouvement des feuilles des arbres, on le sent qui caresse notre peau, mais il est insaisissable, on ne peut pas le retenir entre nos doigts. » Le vent … Pourtant … Pourtant elle avait eu l’impression d’avoir réussi à l’avoir, à le toucher, à le posséder l’espace d’une nuit. Elle avait naïvement cru que ses regards, ses baisers, ses caresses, ses gestes lui étaient dédiés. Elle y avait tellement cru … Au point qu’elle voulait vomir maintenant. « Plus vous essayerez, plus vous souffrirez et j’imagine que chacun à sa propre limite. »

Sa limite … Oui. Elle était en train de l’atteindre. L’homme se veut compatissant et dans d’autres circonstances, elle se serait excusée de s’être laissé aller et le remercierait de sa considération. Mais pas ce soir. Ce soir elle ne pouvait pas … Car ce comportement donnait raison à ses doutes, à ses craintes. « J’ai apprécié notre conversation et qu’importe votre décision concernant cet abruti fini, j’imagine que je vous ai un peu aider à la prendre alors j’espère que ce sera la bonne, peu importe laquelle est-ce. » Sa décision … ? Ce qu’elle voulait concernant Liam ?

Ce qu’elle voulait … Ce qu’elle voulait aurait pu la faire mourir de rire et de chagrin. Elle voulait se réfugier contre lui, le laisser la consoler, la protéger de ses bras. Elle voulait l’aimer. Elle voulait être aimé. Elle voulait être aimé par Liam.

David s’en alla. Lui laissant la bouteille.

Ses yeux rougis se posèrent sur la bouteille alors qu’elle ravalait un énième sanglot. Ophelia savait ce qu’elle devait faire. Ce qui était le plus juste, le plus logique. Elle devait abandonner.

Elle devait renoncer.

Elle attrapa la bouteille et termina celle-ci en renversant le liquide dans son verre. Le liquide lui brula la gorge quand elle le porta à sa bouche. Elle voulait avoir mal. Pleurer pour cette douleur-ci.

Elle était saoule.

Ophelia avait perdu.







Ophelia : dresseuse de pokémon:
 

Parce que Basile a su nous représenter sous notre meilleur jour:
 




La Voleuse de Livres
avatarOphelia IrisfieldLa Voleuse de Livres


« Une ultime note de votre narratrice : je suis hantée par les humains »

La Voleuse de Livres
Ophelia narre en #EEB865


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 136 Féminin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : /
▐ Parcours RP :
Points : 1810

[MINI] : « A girl should be two things: who and what she wants. » ; feat Elliot (1/3)

“ Flower-Dust ” ; feat Maugrim

Les temps changent ; feat Lavi

[CONDITION] : « La Charrette à Pages » - la quête du livre noir ; feat Amarylis

[FLASH BACK] : Chartres : Ville en Lumière ; feat Jean-Jean

Kiss the fear ; feat Liam

A l'aube de nos vies ; feat Bonnie

Rang : D

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
L'alcool résout tous les maux. [PV : Ophelia]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» MAME COLLECTION POUR TOUS
» Tous les personnages de la saison 3
» La plus belle scène de Manga ( tous mangas confondus )
» Tous à Matha, de Jean-Claude Denis
» [SOFT] BAC SIMULATOR : Calculer sont taux d'alcoolémie [Gratuit]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Italie-
Sauter vers: