Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 running out of breath ✕ Satis

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
running out of breath ✕ Satis
Dim 11 Sep - 13:43
running out of breath

Tes talons heurtaient le pavé américain, si étranger et à la fois si semblable à ceux qui marquaient les rues de Londres. Ah, les États-Unis d’Amérique, l’unique endroit où tous les rêves pouvaient devenir réalité. Ou presque. Les tiens, de rêves, ne resteraient que ça ; des images tout droit sorties de ton imagination, des fantaisies irréalisables, un peu de chaleur pour t’aider à affronter les ongues nuits sans sommeil. Le fait que tu sois aux États-Unis ou ne changeaient rien à cela ; tu rêvais trop fort, tu souhaitais trop atteindre l’irréel. Tu te mordis la lèvre inférieure, retenant tant bien que mal un soupir las. Une valise dans chaque main, tu roulas maladroitement des épaules. Tu sentais tes muscles qui commençaient à se tendre au fur et à mesure que l’anxiété montait en toi. Non, non, non ! Il fallait que tu te reprennes en main, que tu assumes les choix que tu avais fait lorsque tu étais encore en proie à tes cauchemars, tu ne devais pas regretter ! Déjà que tu vivais dans l’angoisse du lendemain, tu ne pouvais pas alourdir ton âme davantage, il fallait que tu ailles de l’avant. D’autant plus que cette décision potentiellement fatale ne semblait pas être des plus mauvaises. C’était la première fois en plus de six mois, la première fois depuis que ton Noé s’était éveillé que tu semblais respirer un peu plus facilement, que tu n’avais pas l’impression que chaque mot qui sortait de ta bouche pourrait être retourné contre toi. Tu étais presque à l’aise dans tes petites bottines en cuir. Presque. Tu avais toujours l’estomac noué à cause de la peur, toujours les mains moites à cause de l’angoisse. Mais au final, tu ne pouvais pas vraiment regretter ton choix. Tu ne devais pas. Tu devais te montrer responsable, à présent, tu devais te montrer forte. Et ne pas céder face au regret était le premier pas.

Il fallait que tu respires un petit peu, que tu prennes un peu de temps pour te recentrer et échaffauder un plan relativement stable que tu devras suivre scrupuleusement afin de ne pas te faire attraper par tes anciens compagnons d’infortune ; s’ils semblaient soudés par un immense esprit de famille, les Noés ne supportaient pas la trahison. Et si tu n’avais encore rien fait pour tomber dans cette catégorie, si tu n’avais encore rien fait de potentiellement nuisible à leur égard, tu savais que ton départ au beau milieu de la nuit serait amplement suffisant à leurs yeux. Tu n’étais plus Anne, mais celle qui avait décidé de s’allier au plus grand traître de votre histoire. Tu ne valais donc, à leurs yeux, pas mieux que lui, malheureusement. Des sueurs froides se mirent à te parcourir l’échine à cette pensée, puis tu secouas distraitement la tête. Tu n’avais pas encore vu qui que ce soit de dangereusement familier depuis ton départ de l’Arche, aussi te devais-tu de rester optimiste, bien que cela s’avérait être des plus difficiles pour toi ; tu avais toujours été du genre à voir le verre à moitié vide. Et, malheureusement, tu savais que c’était une facette de ta personnalité qui ne changerait guère.

Tes pas te portèrent sur le seuil d’une petite auberge qui ne payait pas de mine, mais qui semblait ô combien confortable. Tes valises, pesant bien lourd au bout de chaque bras, te poussèrent à entrer et à réclamer maladroitement une chambre pour trois jours. Tu payas le tout en avance – comme quoi l’héritage de tes parents disparus avait du bon. Une fois cela fait, tu te précipitas presque dans ta chambre pour y déposer tes valises et redescendis aussi rapidement que tu étais montée ; d’un pas qui se voulait assurer, tu allas jusqu’au comptoire et demandas de quoi manger. La tenancière haussa un sourcil amusé, pointant qu’il n’était pas encore l’heure du dîner. Tu rougis violemment, ce qui déclencha ses rires. Elle t’invita rapidement à aller t’asseoir, remarquant ton malaise, tout en te promettant de t’apporter un bon bol de soupe avec du pain. Tu la remercias timidement et t’assis à la première table vide qui se présenta à toi. Tu posas tes mains sur la surface en bois et, patiemment, tu attendis ton repas.

ft. Satis & Anne


Spoiler:
 
Charmant Désastre ۝

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Anne E. BrandfordCharmant Désastre ۝
Anne chuchote en #996699

I wanna hide the truth,
I wanna shelter you,
But with the beast inside,
There is nowhere we can hide.

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 184 ▐ Autres Comptes : Mítra A. Dýo + Johanna Coste + B. Wilma Hartmann
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : ► Détachée ✘ Angoissée ✘ Silencieuse ✘ Discrète ✘ Renfermée ✘ Peu sûre d'elle ✘ Incertaine ✘ Blessée ✘ Amère ✘ Aigrie ✘ Solitaire
▐ Parcours RP : Présentation; 50 points

wwwLily Pennyworth; 70 points

wwwXin-Yao Xhu & Phoenix Lanfredi; 50 points

www ✕ os scénario; 10 points

wwwNausicaa Böhm ; 30 points

wwwCristal Gomez; 60 points

wwwReynald; 30 points

wwwCélania Vaillant & Phoenix Lanfredi & Lily Pennyworth; 10 points

RPs Terminés/Abandonnés; 580 pts

Anniversaires; 100 pts

Total; 980 points

Rang D
Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Mar 13 Sep - 20:40
Running out of breath

Aujourd’hui, tes pas vagabonds t’avaient conduit jusqu’aux États-Unis. Tu ne savais pas vraiment ce que tu étais venu faire ici. Tes tirages remportaient moins de succès dans ce pays que sur le vieux continent et tu peinais à gagner assez d’argent pour payer tes repas. Malgré ce fait plutôt pénalisant, tu en venais à penser qu’au final, ce n’était pas plus mal. Car si les gens étaient moins passionnés par l’occultisme, tu faisais ainsi moins parler de toi. Tu ne te construisais pas de réputation de cette façon. Car lorsque cela se produisait, les soucis ne tardaient pas à se montrer. Tu l’avais appris à tes dépens… En effet, dans ce cas-là, la fiabilité de tes prédictions se retrouvait rapidement transportée par les rumeurs, le bouche-à-oreille. Et si cela t’amenait des clients, parfois, c'était les ennuis qui venaient. C’est en France que tu en avais fait les frais pour la première fois. Lorsque ces rumeurs étaient remontées bien trop haut et qu’un Exorciste était venu à ta rencontre.

Ainsi, tu avais été obligé de te battre contre lui, pour sauver ta propre vie. Et bien que tu l’aies blessé, tu ne t’en étais sortie que de justesse, Satis. Oui, ce combat avait failli mal tourné… Et pour quelqu’un qui n’appréciait pas de se battre, les événements ne t’avaient pas réjoui. Loin de là. Tu t’étais également doutée que ton adversaire parlerait de toi, d’une façon ou d’une autre. Alors tu avais choisi de fuir tout ça. De te tenir loin des problèmes. Tu en avais déjà bien assez, après tout… Alors tu avais choisi de te laisser porter jusqu’en Amérique, espérant que cela te permettrait de te faire oublier.

Et puis, il s’agissait peut-être d’une occasion à saisir… C’est ce que les cartes t’avaient dit en tout cas. Mais quelle occasion, la question restait entière… Peut-être une chance de croiser Neah. En tout cas, tu l’espérais, Satis. Car cela faisait un moment que tu ne l’avais pas vu et que tu n’avais pas eu de ses nouvelles. Il semblait se faire discret ces derniers temps. Comme toi, à vrai dire... Toutefois, tu doutais qu'il s'agisse d'une telle chance. Les cartes pouvaient te réserver tout autre chose. Mais tu le découvrirais en temps et en heure. Et du moment qu'il ne s’agissait pas d’ennuis, cela te convenait amplement.

Ton ventre criant famine te rappela alors à l’ordre. Cela faisait deux jours que tu n’avais pas avalé un repas convenable, Satis. Il fallait que tu trouves à manger aujourd’hui. Alors tu regardas le contenu de ta bourse. Il n’y avait pas grand-chose. Il y a quelque temps, les pièces étaient bien nombreuses dans tes poches. Aujourd’hui, leur absence se faisait te faisait cruellement défaut. Tu soupiras en rangeant le petit porte-monnaie. Ce n’est pas ce soir que tu mangeras à ta faim…

Relevant la tête, ton regard tomba sur une tête familière. Une blonde, propre sur elle, portant deux valises. Tu fronças les sourcils, tandis que la curiosité t’assaillait. Tu avais déjà croisé cette personne plusieurs fois mais tu ne lui avais jamais vraiment parlé. Tout ce que tu savais d’elle, c’était qu’elle faisait partie de ta nouvelle famille, qu’elle était l’une de tes sœurs. Mais ce n’est pas le fait de la croiser qui te laisser perplexe. C’était le fait de la croiser ici avec deux valises qui semblaient bien lourdes. Que faisait-elle ? L’idée qu’elle puisse fuir quelque chose tenta de s’installer dans ton esprit mais tu ne lui en laissas pas le temps. C’était stupide de penser à cela… Car si réellement elle fuyait, ta sœur aurait pu se réfugier dans l’Arche. … A moins que ce ne soit ça qu’elle fuyait justement… Stupide. Personne à part toi n’était assez stupide pour trahir ta famille, Satis.

Alors la question restait entière. Et l’occasion à saisir aussi. Tu souris vaguement. Ta sœur allait bien te payer un repas, non ? Sans attendre, tu entras dans l’auberge que la blonde avait choisie. L’intérieur était confortable et décoré avec gout. Nul doute qu’il s’agissait d’une auberge plus que convenable qui s’adressait à un certain type de client. Bien à l’opposé de toi, Satis. Tu faisais tache dans cet endroit, tu semblais être une erreur. Mais ce que les gens pouvaient penser, tu t’en fichais bien. Si tu étais là, c’était parce que tu l’avais décidé, et rien ne pourrait te faire changer d’avis. A nouveau, tu cherchas la blonde des yeux. La jeune femme parla un instant avec une employée avant d’aller s’assoir à une table, un peu en retrait, seule.

C’était le moment d’agir, Satis. Ta fameuse chance à saisir. Tu te dirigeas à ton tour vers la tenancière. Tu lui assuras avec toute la bonne fois dont tu étais capable que la blonde était une très bonne amie à toi et qu’elle t’offrait gracieusement le repas. Après quelques mots échangés, la femme accepta de t’apporter la même chose que ta sœur avait commandée. Alors, sourire aux lèvres, tu filas t’assoir en face de la jeune femme. Ta venue la surprendrait surement mais qu’importe. Tu devais bien la remercier pour ce repas offert. T’accoudant sur le bois de la table et posant ton menton sur la paume de ta main, tu lanças un grand sourire à la blonde. Faire bonne figure auprès de cette fausse famille sans t’attirer de véritables soupçons, tu savais faire, Satis.

-Salut ! Merci pour le repas, je commençais à avoir vraiment faim.

Ce n’était pas une façon de parler, Satis… Heureusement, tu t’en rendis rapidement compte et tu te repris enfin, reprenant la parole. Seulement, avant cela, il te fallait retrouver son nom… Tu l’avais déjà entendu, tu le connaissais… Mais tu n’étais plus sûre de toi. Intérieurement, tu te dis qu’au final, ce n’était pas si grave que ça. La blonde te reprendrait si tu faisais une erreur.

-Tu es… Anne, c’est ça ? Moi c’est Satis, je ne sais pas si tu te souviens de moi.

A nouveau, tu lui adressas un grand sourire. En le voyant ici, assise à la même table que toi, ta curiosité revint au galop. Tu voulais des réponses, comme toujours. Et malheureusement pour la personne assise en face de toi, tu n’étais pas connue pour ton tact.

-Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu fais par ici, accompagnée de valises ?

Qu’elle te l’avoue ou non, tu obtiendrais tes réponses, comme toujours. Après tout, tes cartes étaient là pour révéler ses secrets, si elle ne le faisait pas d’elle-même…
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Mer 14 Sep - 17:14
running out of breath

La chaise que tu t’étais appropriée n’était pas des plus confortables, malgré son allure cosie ; le dossier était trop raide, l’assise était trop dure et les pieds étaient irréguliers, faisant de temps en temps basculer la chaise à droite ou à gauche. Tu avais beau te dandiner discrètement, maladroitement, tu ne parvenais pas à trouver une position un tant soit peu confortable. Tu ne pouvais tout simplement pas. Mais loin de faire la fine gueule – tu n’avais pas ce luxe, en ce moment – alors tu gardas le silence, te contentant de prendre appui sur la table, t’asseyant sur le bord de la chaise, tout en observant le monde qui se pressait autour de toi. Ils allaient et venaient, tous ces gens, ne se souciant pas de la tempête, de la Guerre qui faisait rage sur le pas de leur porte. Ils avaient l’air si inscouciants, si innocents, ça t’en crevait presque le coeur. Presque. Car tu n’étais pas certaine qu’ils vaillent la peine d’être sauvé de quoique ce soit, Deficien t’ayant presque convaincu du manque de valeur des êtres humains en général. Tu ne savais plus trop quoi penser à leur propos, tu ne savais plus trop quelle était la marche à suivre. Allais-tu trouver une raison de vivre, un motif qui t’empêcherait de baisser les bras définitvement en rejoignant le camps d’un traître ? Tu n’en savais rien. Il était trop tard pour faire marche arrière, de toute façon. Inconsciemment, tu portas tes doigts à ta bouche et te mis à ronger tes ongles, signe que ta nervosité commençait à être incontrôlable. C’était une manie que tu avais depuis que tu étais une enfant ; dès que tu te perdais dans les méandres sinueux de ton esprit, que l’angoisse montait. Bien malgré toi, tu ne pouvais t’empêcher de t’acharner sur ces petits bouts de chair. Tu en avais pourtant horreur.

Tu n’eus guère le temps de te ronger les ongles jusqu’au sang, cependant. En effet, une silhouette fine et souple se glissa sur la seule chaise libre autour de la petite table que tu occupais, te faisant face avec un sourir désinvolte et une aisance déconcertante. Elle avait une belle chevelure noire, la demoiselle qui venait envahir ton espace vital, avec de grands yeux clairs et des lèvres si bien dessinées. Pendant un instant, tu fus frappée par l’image qu’elle offrait ; elle était tout ton contraire, pleine d’assurance, la peau exotiquement teintée et sa chevelure épaisse et sombre. Les sourcils disparaissant sous ta frange, tu eus un léger mouvement de recul. Tu te laissas aller sur le dossier de la chaise, t’asseyant totalement sur l’assise. La bouche légèrement entr’ouverte, tu semblais prête à laisser échapper une exclamation de surprise. Ou d’alarme. Aucun son ne sortit de ta bouche, toutefois, et ce fut la demoiselle qui prit la parole. « Salut ! Merci pour le repas, je commençais à avoir vraiment faim. » Tes sourcils s’abaissèrent, tout comme le coin de tes lèvres, formant ainsi une moue confuse. Merci pour le repas. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien vouloir dire par-là ? Tu ne lui avais rien payé, n’est-ce pas ? Tu t’en souviendrais, certainement, si tu avais offert quoique ce soit à la jeune femme. Surtout si tu avais partagé un repas avec elle. Quoique … maintenant que tu y réfléchissais, que tu contemplais la jolie brune, tu ne pouvais t’empêcher de remarquer que les traits de son visage t’étaient vaguement familiers, que tu avais la désagréable impression de l’avoir déjà vu quelque part sans pour autant savoir où ou quand. Ton estomac se fit plus lourd à cette pensée et tu te mis à réfléchir rapidement. Où pouvais-tu bien l’avoir déjà rencontrée ?

Ce ne fut qu’au bout de quelques secondes que tu eus la révélation ; elle était une Noé, tu avais déjà aperçu la demoiselle au détour d’un couloir de l’Arche, mais tu ne lui avais jamais parlé. Comme c’était le cas avec beaucoup de tes frères et sœurs. Tu n’avais jamais su son prénom, tu n’avais jamais vu que sa démarche légère et son attitude assurée. Rien de plus. Tu pâlis à cette révélation ; était-elle là pour te ramener au sein de l’Arche pour que tu puisses affronter ta punition ? Ton souffle se fit plus court. Elle n’avait pourtant pas l’air de t’en vouloir ou particulièrement énervée. Tu te mordis l’intérieur des joues, espérant ainsi contrôler l’angoisse qui montait et ne pas te couvrir de ridicule par la même occasion. « Tu es … Anne, c’est ça ? – tu hochas la tête de manière bien raide – Moi c’est Satis, je ne sais pas si tu te souviens de moi. » Tu haussas des épaules avec un air qui se voulait désinvolte. Mais soyons, honnête, Anne, tu ressemblais plus à une petite fille perdue qu’à une jeune femme rebelle. Cet air ne t’allait pas, tu ne savais pas le porter. Et la jeune femme pouvait très certainement lire l’angoisse sur les traits tirés de ton visage. Tu marmonnas un pas vraiment pour répondre à son interrogation, ne sachant pas trop si tu avais suffisamment articulé pour qu’elle t’entende. Mais tu n’en avais que faire. Tu n’étais pas à l’aise, tu avais envie de fuir. Le large sourire de la belle te désarmait totalement, toute l’attention qu’elle te portait te faisait rougir de manière fort embarrassante. Tu détournas alors le regard, contemplant le bois ridé d’un œil presque larmoyant. « Alors, dis-moi, qu’est-ce que tu fais par ici, accompagnée de valise ? » Cette question te glaça le sang et, avant que tu puisses contrôler quoique ce soit, un sanglot déchira ta gorge.

C’était un sanglot fort hideux, qui semblait provenir du fin fond de ton être. Toi-même surprise par une telle réaction, tu plaquas une main contre tes lèvres roses. Tu clignas des paupières précipitamment pour chasser les larmes qui obstruaient ta vision, quelques-unes s’échappant sur tes lèvres. Ton teint habituellement si pâle prit un ton plus carmin encore. La tenancière t’accorda un regard inquiet quand elle passa à votre table, déposant deux bols de soupe et du pain à votre table. Tu la vis ouvrir la bouche – pour te demander ce qui n’allait pas, certainement – mais d’un mouvement de main, tu lui signalas que ce n’était rien de bien important. La femme se renfrogna, te lançant un dernier regard inquiet, puis s’éloigna de votre table, vous laissant en tête-à-tête. D’un revers de main négligé, tu chassas les larmes qui se trouvaient au coin de tes yeux. « D-Désolée, je suis juste … fatiguée. » Et tu étais plus que ça, même. Tu étais épuisée. Depuis que tu avais fuis l’Arche, tu n’avais pas eu une seule nuit de sommeil tranquille. Tu cauchemardais sans cesse. Ou alors le sommeil ne venait pas, l’angoisse te tenant compagnie pour le reste de la nuit. Mais là n’était pas la question. Satis te demandait ce que tu faisais là, semblant ignorer que tu avais quitté l’Arche il y avait quelques jours – voire semaines – de cela. Embarrassée, tu n’osas pas relever la tête, fixant ton bol encore fumant. À la place, tu l’observas à travers ta frange blonde, te mordant nerveusement la lèvre inférieure, les poings serrés sur tes genoux. Elle semblait ne vraiment rien savoir. « J’ai … hum. Je … enfin. » Les mots te fuyaient, les gredins ! Toute nerveuse que tu étais, tu n’arrivais pas à t’emparer d’eux. Alors, désireuse de te calmer, tu pris une grande inspiration et … « J’ai quitté l’Arche. Enfin, j’ai fuis, je crois que ce serait plus correct. Et je me cache, pour le moment, je ne sais pas quoi faire. » Tu déblaterras tout ça dans un souffle, sans oser regarder Satis. Tu espérais sincèrement que ton élan d’honnêteté ne te coûterait pas la vie. D’un mouvement sec et saccadé, tu t’emparas de ta cuiller et la plongeas dans la soupe. Tu l’apportas rapidement à ta bouche, ne prennant pas même la peine de souffler un peu dessus. Le liquide était encore brûlant et tu te brûlas la langue. Tu grimaças, prenant toujours grand soin de ne pas regard ton interlocutrice.

ft. Satis & Anne


Spoiler:
 
Charmant Désastre ۝

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Anne E. BrandfordCharmant Désastre ۝
Anne chuchote en #996699

I wanna hide the truth,
I wanna shelter you,
But with the beast inside,
There is nowhere we can hide.

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 184 ▐ Autres Comptes : Mítra A. Dýo + Johanna Coste + B. Wilma Hartmann
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : ► Détachée ✘ Angoissée ✘ Silencieuse ✘ Discrète ✘ Renfermée ✘ Peu sûre d'elle ✘ Incertaine ✘ Blessée ✘ Amère ✘ Aigrie ✘ Solitaire
▐ Parcours RP : Présentation; 50 points

wwwLily Pennyworth; 70 points

wwwXin-Yao Xhu & Phoenix Lanfredi; 50 points

www ✕ os scénario; 10 points

wwwNausicaa Böhm ; 30 points

wwwCristal Gomez; 60 points

wwwReynald; 30 points

wwwCélania Vaillant & Phoenix Lanfredi & Lily Pennyworth; 10 points

RPs Terminés/Abandonnés; 580 pts

Anniversaires; 100 pts

Total; 980 points

Rang D
Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Jeu 15 Sep - 18:00
Running out of breath

En face de toi, la jeune femme semblait mal à l’aise. Se tortillant sur sa chaise, elle se rongeait nerveusement les ongles, trahissant ainsi l’anxiété qui la gagnait. En réalité, tout trahissait l’état de cette fille plus jeune que toi. Ses longs cheveux blonds encadraient un visage bien pâle dont les fins traits se retrouvaient tirés par la crainte et dont les joues rougies par l’angoisse. Elle avait tout d’une enfant perdue, d’une enfant apeurée. Et tu ne l’aidais pas à se calmer en t’invitant ainsi à sa table, loin de là… Mais tu te fichais bien que ton attitude ait pu la renfermer sur elle-même ou bien la surprendre. Tu ne te préoccupais pas de ce genre de chose lorsque tu n’en avais pas envie. Seulement, cette fois-ci, tu aurais peut-être dû…

Ta venue l’avait surprise, si bien que la blonde eut un mouvement de recul que le dossier de sa chaise eut tôt fait d’arrêter. Toutefois, son attitude changea rapidement lorsqu’elle entendit ta déclaration. A présent, son visage semblait songeur, perplexe presque. En y réfléchissant, il y avait de quoi, après tout. Comment aurait-elle pu comprendre que tu étais assez opportuniste pour t’inviter toi-même. Enfin, elle le découvrirait bien assez tôt, n’est-ce pas ?

Et soudain, sans même qu’elle ne prononce un mot, l’attitude de la blonde changea à nouveau. Son teint se fit encore plus pâle alors que sa respiration se voulait saccader. Allons bon. Qu’est-ce qui avait pu lui traverser l’esprit pour qu’elle réagisse ainsi ? Tu avais l’impression qu’elle avait compris quelque chose. Quelque chose qui ne la rassurait nullement. Etait-ce le fait qu’elle se rendait enfin compte que l’égyptienne venait de s’inviter sur son compte ou bien se rendait-elle enfin compte de qui se trouvait en face d’elle ? La question restait entière pour le moment. Mais tu te doutais que tu aurais bientôt la réponse.

Toutefois, au vu de son comportement, tu avais l’impression de savoir ce qu’il en était et tu penchais grandement pour la deuxième solution. En face, la gestuelle de la blonde continuait de trahir son angoisse, renforçant ta conviction. Elle avait dû te reconnaître… Et cela ne la rassurait pas. Tu plissas légèrement les yeux en réfléchissant. Des valises, la peur de rencontrer un semblable, le fait de ne pas retourner dans l’Arche… Tu commençais à voir clair dans le jeu de la gamine. Et tu avais hâte de voir comment les choses allaient se dérouler.

Quoi qu’il en soit, tu ne t’étais pas trompé sur son nom puisqu’elle s’appelait bien Anne. C’était déjà une bonne nouvelle. Et lorsque toi tu te présentas, la blonde tenta de prendre un air détaché. Cela te fit légèrement rire. C’était un comportement bien inutile qu’elle tentait d’adopter. Le rouge sur ses jours, l’angoisse dans ses yeux… Ce n’était pas le genre de chose qui t’échappait, Satis. Après tout, tu avais l’habitude d’observer le comportement des gens, leur réaction… C’était quelque chose de presque indispensable en cartomancie. Pour voir si tu avais juste ou non, si tes déductions étaient bonnes. Anne ne pouvait pas faire semblant d’être à l’aise, pas devant toi en tout cas. Malheureusement, la jeune femme ne pouvait pas le savoir, ça.

Elle te répondit alors par un simple « pas vraiment », dans un souffle à peine inaudible. Sa tentative d’adopter une attitude désinvolte venait de voler en éclat. Tu avais presque l’impression que la pauvre femme allait faire une crise cardiaque dans la seconde. Et malgré ton sourire, les yeux humides de ta sœur semblaient résolus à fixer le bois de la table. Tu avais peut-être été trop familière avec elle, trop envahissante alors qu’Anne semblait morte de peur. Ce n’était pas forcément de ta faute, sa peur venait plutôt d’un fait extérieur. Mais cela ne changeait rien et la blonde semblait craindre ce qu’elle fuyait. Peut-être des répercussions à un de ses actes... Et si, comme tu le pensais, ta sœur avait bel et bien fui votre soi-disant foyer, ta deuxième question ne l’aida pas à se sentir mieux, loin de là.

Et effectivement, en t’entendant, la jeune femme se mit à pleurer. Sans le vouloir, ou plutôt, sans y penser, tu avais frappé là où il ne fallait pas. Tu n’avais pensé qu’à tes réponses, sans te soucier des conséquences de tes questions. Tu le regrettais légèrement à présent, Satis. Voir la blonde pleurer ainsi, tentant de cacher ce qu’elle prenait pour une honte, te faisait mal au cœur. Tu aurais peut-être dû réfléchir avant de t’incruster ainsi dans sa vie. Et tandis que les larmes de la jeune femme continuaient de couler, tu pensas à t’excuser. Tu l’aurais sans doute fait. Si seulement la tenancière ne vous avait pas apporté votre commande à cet instant. Tes yeux se posèrent sur ce simple bol de soupe, pendant que la petite assurait à la femme que tout allait bien, et toute envie de t’excuser d’évapora. Tu ne t’étais pas attendu à ce genre de plat… Tu avais espéré quelque chose de plus consistant. Et si en temps normal tu t’en serais plainte, tu te forças à ne rien dire cette fois-ci. La blonde n’avait pas besoin de reproche supplémentaire. D’ailleurs, tu quittas ton bol des yeux pour regarder cette dernière tenter de se ressaisir en essuyant d’un revers de mains ses larmes pour enfin te parler.

-D-Désolée, je suis juste … fatiguée.

En l’entendant, tu haussas un sourcil. Certes, elle avait l’air de quelqu’un d’exténué mais tu te doutais qu’il n’y avait pas que ça. Après tout, on ne pleure pas en réponse à une question à cause de la fatigue ; on craque à cause de la fatigue. Le vrai problème, celui qui l’avait mis dans cet état, était sans doute tout autre. Un problème que la jeune femme craignait, qui lui faisait peur et dont les conséquences la faisaient paniquer. Et tu te doutais de ce dont il s’agissait. Anne se trahissait elle-même. Seulement, Satis, tu te fichais bien de ses excuses –à moins qu’elles ne concernent cette commande de soupe–, ce que tu voulais toi, c’était une réponse à ta question. Alors tu attendais que la jeune femme daigne prononcer plus de deux cinq mots pendant qu’elle continuait de fixer son bol, toujours aussi mal à l’aise.

-J’ai … hum. Je … enfin.

Tu lâchas un soupire en l’entendant. Ce n’était pas là ce que tu avais espéré… C’était même une régression… Et la patiente, ce n’était pas quelque chose à laquelle tu étais habituée, Satis. Tu étais bien trop curieuse, pour l’être. Ainsi, si Anne ne te répondait pas rapidement, tu ne tarderais pas à reprendre la parole afin de l’inciter à parler. Mais contre toute attente, Anne prit une grande inspiration pour enfin révéler tout ce qui lui pesait sur le cœur dans un souffle angoissé.

-J’ai quitté l’Arche. Enfin, j’ai fuis, je crois que ce serait plus correct. Et je me cache, pour le moment, je ne sais pas quoi faire.

Enfin. Enfin tu avais ta réponse. Et malgré tout, tu avais du mal à croire ce que tu venais d’entendre. C’était bel et bien ce que tu avais imaginé. Anne avait fui et à présent, elle se retrouvait seule avec sa peur, ne sachant que faire. Bien sûr, tu ne savais pas ce qui avait pu motiver son choix seulement, tu te doutais qu’il s’agissait de quelque chose d’important. Un tel choix ne se prenait pas sur un coup de tête après tout… Oui, Anne avait dû être confrontée à quelque chose. Quelque chose qui l’avait assez perturbé pour qu’elle ose se confier à toi, en prenant le risque que tu la dénonces et que tu la forces à retourner dans l’Arche. Ne mens pas, Satis, tu avais pensé à faire cela pour ainsi acheter la confiance des autres ainsi que celle de Comte.

Seulement, tu ne t’en étais pas senti capable, à cet instant. La jeune femme t’avait fait confiance alors qu’elle était apeurée. Et d’une certaine façon, elle te faisait penser à toi. Mais contrairement à toi, elle se posait les questions que toi, tu gardais bien loin de ton esprit. Celles qu’impliquaient les conséquences d’un tel acte. Toi, Satis, tu faisais en sorte de ne pas y penser. Anne, elle, semblait voir que cela. Elle ne voyait pas le reste, les bons côtés. D’un geste hésitant, tu la vis attraper sa cuiller et commencer à manger le contenu du bol. Elle semblait redouter ta réponse, tu le voyais bien. Et c’était plutôt normal au vu de sa position.

Un nouveau sourire apparut sur ton visage. Tu venais de te prendre d’affection pour cette fille qui aurait pu être toi dans d’autres circonstances. Sans hésiter, tu lui attrapas alors sa main pour la serrer dans les tiennes. Elle ne devait pas se ronger les sangs ainsi. Certes, elle avait trahi votre famille. Mais si elle devait voir quelque chose dans cet acte, c’était bien le début d’une nouvelle vie, d’une vie de liberté, et non pas d’une vie de terreur. Toi-même tu le savais : elle ne pouvait rêver mieux.

-Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te dénoncer ou faire quoi que ce soit contre toi. Au contraire. Je suis contente de voir que quelqu’un dans cette soi-disant famille a enfin eu l’intelligence de faire un choix raisonné.

Certes, ce n’était pas vraiment le meilleur pour une vie paisible… Mais cela ne serait pas pire que d’être resté. Et étrangement, tu étais contente de ne plus être la seule dans ce cas, Satis. Et puis, peut-être que si le geste d’Anne était ébruité, d’autres ferraient de même sans crainte de représailles. Ce serait là un dénouement plutôt intéressant et cette simple idée te faisait sourire. Le Comte livré seul à lui-même. Tu n’y croyais pas vraiment mais l’idée te plaisait. Et si Anne ne savait pas quoi faire à présent, toi, tu avais bien une solution à lui proposer. Toutefois, avant cela, tu te devais d’effacer les traces de tristesses qui se trouvaient encore sur son fin visage.

-Tu n’as pas à pleurer ou à avoir peur, tu sais. Je ne sais pas ce qui t’a poussé à faire un tel choix mais tu as bien fait. Nous n’avons pas à nous battre si nous n’en avons pas envie.

Tu lui adressas à nouveau un sourire que tu voulais rassurant cette fois. Tes mains seraient toujours la sienne et tu espérais que la jeune fille ait comprit tes sous-entendus. Clairement, tu lui avais fait comprendre que toi non plus, tu ne soutenais personne dans cette histoire. Ou tout du moins, pas le Comte. C’est d’ailleurs ce qui te permettrait de l’aider sans lui attirer trop d’ennuis.

-A présent que tu es partie, tu peux compter sur moi si tu as besoin, tu sais.

Maintenant, vous étiez toutes deux dans la même situation, tu le pouvais. Tu lui montrerais qu’elle n’a pas à avoir peur. Tu lui montrerais la partie lumineuse de sa nouvelle condition. Tu lui montrerais la liberté.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Ven 16 Sep - 18:42
running out of breath

Tu te sentais fort ridicule en cet instant. À un tel point que tu prias intérieurement pour que la terre s’ouvre en un gouffre immense et t’avale pour te faire disparaître à jamais. Tu avais honte, tu avais peur. Et, surtout, tu n’arrivais pas à maîtriser ces émotions trop fortes qui t’habitaient. Tu avais l’impression qu’une tempête faisait rage à l’intérieur de toi, que tu étais au beau millieu d’un orage sans le moindre abris en vue. Ton coeur battait la chamade contre tes côtes, si fort qu’il allait probablement briser sa prison d’os, te semblait-il. Ta respiration n’était pas aussi fluide qu’à l’accoutumée. La honte et la panique obstruaient le chemin de l’air jusqu’à tes poumons. Quel triste spectacle tu devais offrir à Satis. Satis qui n’avait pas l’air de te vouloir le moindre mal, qui avait soudainement débarqué dans ta vie avec ses gros sabots et son sourire ravageur. Satis qui pouvait être toute aussi innocente qu’elle le laissait paraître ou bien à la solde du Comte, tu n’en savais rien. Toujours était-il que tu lui avais tout avoué, que la fatigue t’avait fait craquer. Tu n’avais pas pu résister. Les mots s’étaient précipités hors de ta bouche sans que tu puisses ne serait-ce que songer à les retenir. Ça avait été plus fort que toi. Toute angoissée que tu étais, tu n’avais pas osé observer la réaction de la jeune femme. Tu n’osais toujours pas la regarder, contemplant la surface de la table d’un regard humide en attendant que ta soupe ne refroidisse. Tes doigts s’agitèrent nerveusement sur tes genoux alors que mille et une questions te traversaient l’esprit ; Satis allait-elle te vendre au Comte ? Ou bien avais-tu eu raison de lui faire confiance ? Qu’allais-tu faire si la brune avait décidé de te dénoncer ? Qu’allais-tu faire si elle décidait de te laisser ta liberté ? Tu n’en savais absolument rien. Angoissée, une de tes mains vola jusqu’à ta bouche et tu repris ton attaque contre tes ongles.

Tu ne vis pas le sourire illuminer le visage de ton interlocutrice. Nerveusement, tu te tortillas sur ta chaise, posant ta main libre à côté de ton bol. Tu évitais toujours aussi soigneusement de regarder la belle, le visage empourpré et les yeux commençant à s’assécher. Tu sursautas quand deux mains s’emparèrent de la tienne. Dans ta surprise, ton autre main retomba lourdement sur ta cuisse. Les yeux écarquillés, tu observas la brune avec étonnement. « Ne t’inquiète pas, je ne vais pas te dénoncer ou faire quoique ce soit contre toi. Au contraire. Je suis contente de voir que quelqu’un dans cette soi-disant famille a enfin eu l’intelligence de faire un choix raisonné. » Tu n’étais plus que surprise et soulagement, avec une once d’incompréhension. La bouche légèrement entr’ouverte, le regard bleu plein d’innocence et d’espoir, tu fixas la jolie brune sans savoir quoi lui répondre, comment réagir face à une telle déclaration. Bien malgré toi, tu t’étais attendue au pire, laissant ton pessimisme naturel prendre le dessus. Tu n’aurais probablement pas dû … Mais d’un autre côté, tu te retrouvais agréablement surprise, ce qui était une bonne chose au vu des jours mornes que tu avais vécu. Tu ne pensais pas pouvoir rougir davantage encore. Pourtant, ton visage se mit à te chauffer encore plus. Tu te mordis la lèvre inférieure, baissant timidement les yeux vers ta main prisonnière de celles de Satis. Ce n’était franchement pas désagréable, bien au contraire même. Cela faisait bien longtemps que tu n’avais eu un tel contact et tu te surpris à te laisser aller à celui-ci, à profiter de la chaleur humaine d’une autre personne. Tes doigts se serrèrent doucement, timide autour de ceux de ton interlocutrice. Tu relevas distraitement la tête, fixant la jeune femme de tes grands yeux bleus pleins de questions.

Et, à ta plus grande surprise, tu sentis le coin de tes lèvres s’élever en un sourire aussi maladroit qu’incertain. Du bout des doigts, tu essuyas tes yeux encore un peu humides. Tu pris une inspiration un peu tremblante. Tu ne savais pas quoi lui répondre et cela te frustrait terriblement, car tu désirais lui répondre, dans le fond. Tu voulais qu’elle sache que tu étais reconnaissante de l’étrange soutien qu’elle t’offrait, de la chaleur qu’elle partageait avec toi. Mais les mots ne venaient pas ; tu n’avais jamais été douée avec eux. Et dans ces élans de sentimentalité, tu l’étais encore moins. Tu ressemblais à un poisson hors de l’eau, avec tes yeux grands ouverts et la bouche entr’ouverte. Fort heureusement pour toi, Satis te laissa le temps de te reprendre en continuant son petit discours. « Tu n’as pas à pleurer ou avoir peur, tu sais. Je ne sais pas ce qui t’a poussée à faire un tel choix, mais tu as bien fait. Nous n’avons pas à nous battre si nous n’avons pas envie. » Son sourire se fit plus rassurant, comme si elle s’adressait à une enfant apeurée. Et c’était probablement ce que tu étais, c’était très certainement pour ça que son sourire fut si efficace ; tu sentis une chaleur se propager dans ta poitrine, un petit rayon de contentement. Tes muscles se détendirent et tu te fis moins droite sur ta chaise. Tu hochas la tête doucement, comme si tu réfléchissais réellement à ce que la demoiselle venait de te dire. Mais pas vraiment, en réalité ; tu n’avais pas besoin de réfléchir à ce que tu venais d’entendre. Les mots avaient été suffisamment clairs, suffisamment percutant.

Et suite aux paroles de la jolie brune, tu te surpris à ressentir l’envie de te confier à elle. Mais tu te retins. Tu n’avais guère envie de t’embarrasser davantage. Après ton effusion de larmes, tu devais reprendre le contrôle sur toi-même. « À présent que tu es partie, tu peux compter sur moi si tu as besoin, tu sais. » Tu lui offris un sourire reconnaissant. « Merci. » dis-tu simplement, d’une voix légère et chaleureuse. C’était bien la première fois que tu te sentais la bienvenue, que tu ne doutais pas des dires de l’un de tes interlocuteurs. Quelque chose au fond du regard de la demoiselle te faisait sentir qu’elle était tout ce qu’il y avait de plus honnête à ce sujet. Chose pour laquelle tu étais fort reconnaissante ; tu ne le dirais jamais à voix haute, mais tu avais véritablement besoin de quelqu’un sur qui te reposer ces temps-ci. Depuis ton départ précipité de l’Arche, tu te sentais plus seule que jamais. Ce qui avait quelque peu changé quand Satis avait fait irruption. Mais quelque chose te titillait. Dans son petit discours, la jeune femme avait laissé entendre à demi mots que tu avais fait le bon choix, qu’elle soutenait ta décision. Chose qu’elle ne ferait pas si elle-même était supportrice du Comte. Ce qui te rendait curieuse … « C’est peut-être un peu trop curieux de ma part, commenças-tu, un peu hésitante, mais si j’ai bien compris, vous êtes partie de l’Arche vous aussi ? Depuis combien de temps ? » Tu t’interrompis, te rendant compte que tu posais peut-être un peu trop de questions et que si tu continuais sur cette voie, tu ne pourrais pas t’arrêter. Tu baissas les yeux vers ton bol alors et, voyant celui-ci un peu moins fumant, tu lâchas les mains de Satis pour attraper ta cuiller. Tu fus ravie de constater que celle-ci n’était plus brûlante. Tu relevas les yeux vers Satis, les joues toujours un peu roses. « Désolée, il m’arrive de me montrer trop curieuse … Enfin … Mangeons avant que la soupe ne soit trop froide. » Et sur ces bonnes paroles, tu entamas silencieusement ton repas.

ft. Satis & Anne


Spoiler:
 
Charmant Désastre ۝

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Anne E. BrandfordCharmant Désastre ۝
Anne chuchote en #996699

I wanna hide the truth,
I wanna shelter you,
But with the beast inside,
There is nowhere we can hide.

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 184 ▐ Autres Comptes : Mítra A. Dýo + Johanna Coste + B. Wilma Hartmann
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : ► Détachée ✘ Angoissée ✘ Silencieuse ✘ Discrète ✘ Renfermée ✘ Peu sûre d'elle ✘ Incertaine ✘ Blessée ✘ Amère ✘ Aigrie ✘ Solitaire
▐ Parcours RP : Présentation; 50 points

wwwLily Pennyworth; 70 points

wwwXin-Yao Xhu & Phoenix Lanfredi; 50 points

www ✕ os scénario; 10 points

wwwNausicaa Böhm ; 30 points

wwwCristal Gomez; 60 points

wwwReynald; 30 points

wwwCélania Vaillant & Phoenix Lanfredi & Lily Pennyworth; 10 points

RPs Terminés/Abandonnés; 580 pts

Anniversaires; 100 pts

Total; 980 points

Rang D
Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Lun 19 Sep - 15:17
Running out of breath

La blonde parut surprise lorsque tu lui attrapas la main. En même temps, ta manie de t’imposer ne plaisait pas forcément à tout le monde… Toutefois, malgré la première réaction, ça n’avait pas l’air d’être le cas de ta sœur. Au contraire, tes paroles semblèrent lui redonner espoirs et même si ses yeux baissés ne te regardaient toujours pas, elle sera tes mains à son tour. Et contre toute attente, ta sœur finit même par redresser la tête pour te sourire timidement. Et sa timidité ne te dérangeait pas, loin de là. Tu étais même forcé d’avouer que tu la trouvais adorable à tenter de cacher sa gêne ainsi. Elle te faisait penser à une petite fille face à des problèmes. Et peut-être était-ce un peu le cas au fond, après tout, elle n’avait pas l’air bien vieille. Et toi, ses problèmes, tu les lui mettais bien en évidence sous le nez avec ta façon d’être. Et ça, ce n’était peut-être pas une bonne chose.

Pourtant, elle sembla prendre à cœur tes paroles. Hochant la tête lorsque tu lui dis que vous n’étiez pas obligé de vous battre. Elle était d’accord avec toi. Ou plutôt, ne demandait que ça d’être d’accord avec toi. Tes paroles la réconfortaient dans sa décision. Mais attention Satis, Anne semblait faible… Ce n’était peut-être pas ton attention puisque tu t’étais prise d’affection pour cette pauvre petite chose mais ne joue pas avec elle. Tu savais bien qu’elle ne s’en remettrait pas. Ce dont ta sœur avait besoin, c’était d’une solution. Une solution que tu pouvais lui apporter. Mais était-ce la meilleure pour elle ? Tu en étais convaincu. Seulement, il ne faudrait pas te tromper…

Et finalement, après tes mots, Anne te remercia. Tu ne savais pas vraiment pourquoi. Si c’était pour tes paroles ou bien ta présence mais l’attention était là. Et mine de rien, cela te fit plaisir. Tu commençais à apprécier cette jeune fille, si différente des autres, qui avait eu le courage de dire non à tout ceci. Et enfin, la blonde prit la parole alors que sa timidité semblait gagner du terrain sur son était. Et en entendant sa question, tu compris rapidement pourquoi. Elle te posait là une question bien personnelle et avait sans doute peur de la réponse que tu pourrais lui donner.

-C’est peut-être un peu trop curieux de ma part, mais si j’ai bien compris, vous êtes partie de l’Arche vous aussi ? Depuis combien de temps ?

En entendant ses mots, tu grimaças, perdant une petite partie de ton assurance. C’était si compliqué d’expliquer cela. Et surtout, pouvais-tu expliquer tous les détails. Certes, Anne avait fui et était de ton côté à présent. Mais pouvais-tu lui faire complètement confiance. Lorsque tu lui avais sous-entendu tout ceci, elle ne sembla ni surprise, ni choquée. A vrai dire, tu n’avais discerné en elle aucune hostilité. Et puis, au vu de sa situation et de son état actuel, tu te disais qu’elle n’oserait sans doute rien attenter contre toi. Seulement, toutes ses réflexions t’avaient pris un peu de temps. Du temps que la jeune femme avait sans doute perçu comme un refus de ta part de répondre à ton tour à ses questions. Alors elle retira sa main des tiennes et reporta son attention sur la soupe.

-Désolée, il m’arrive de me montrer trop curieuse … Enfin … Mangeons avant que la soupe ne soit trop froide

Sans attendre, ta sœur plongea sa cuiller dans le bol et commença à manger. Et tu fais de même, te demander comment raconter tout cela à la jeune femme. Finalement, cette soupe est bonne. Mais tout de même, tu aurais préféré autre chose… Quoi qu’il en soit, tu te décidas enfin à répondre à ta sœur.

-Tu n’es pas trop curieuse, ne t’inquiète pas, dis-tu en lui souriant. Pour te répondre, je n’y mets pas vraiment les pieds à vrai dire. Je ne soutiens pas… Je préfère agir à ma façon ! Avant de devenir l’hôte de Libertas, je soutenais déjà une personne et que je sois devenue une Noé n’a rien changé à mes convictions. Mais les autres ne sont pas au courant alors je compte sur toi, d’accord ?

Tu plaças ton index sur tes lèvres, pour lui faire comprendre qu’il s’agissait là d’un secret. Si elle venait à l’ébruiter alors tu serais dans une bien mauvaise posture… Mais tu avais l’impression que tu pouvais lui faire confiance. C’était bien pour cela que tu venais de tout lui révéler. Et puis, dans un élan d’honnêteté, tu continuas de parler. Tu voulais vraiment l’aider cette petite.

-Lui, au moins, ne t’oblige pas à te battre… Bien sûr, tu fais ce que tu veux à présent que tu es libre mais si tu ne sais pas vers qui te tourner, tu pourrais très bien faire comme moi.

C’était là une proposition comme une autre.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Mer 21 Sep - 15:24
running out of breath

La situation dans laquelle tu te trouvais actuellement était des plus atypiques. En quittant l’Arche quelques semaines plus tôt, tu n’avais jamais imaginé que tu rencontrerais l’une de tes sœurs et encore moins que celle-ci te soutienne dans ton choix de rébellion passive. Satis était entrée dans la petite auberge que tu avais choisis, semblable à un ouragan. En l’espace de quelques minutes, l’exotique jeune femme avait comme retourné ta vie, t’avait offert un peu de chaleur et de bonté – deux choses dont tu avais cruellement manqué pendant des années. Depuis le décès de tes parents, seul Séraphin – ton cousin, celui que tu considérais comme ton frère – s’était montré avenant à ton égard ; ton oncle n’avait jamais été très aimable à ton égard et ta tante, bien que chaleureuse en apparence, n’avait jamais rien fait pour calmer la situation entre vous deux, aussi t’étais-tu sentie abandonnée par les adultes présents dans ta vie, livrée à toi-même. À part Séraphin, tu n’avais pu te reposer sur personne. Et maintenant … Maintenant, il y avait Satis. Tu venais à peine de la rencontrer et, déjà, tu sentais qu’un lien timide, mais solide, s’installait entre vous. Une amitié tentative, un lien fraternel hésitant. Tu ne savais pas trop comment qualifier tout cela, tu n’étais pas sûre de le vouloir. En cet instant, tu n’avais pas envie de trop réfléchir comme tu le faisais habituellement ; tu avais envie de vivre le moment présent sans te torturer l’esprit. Peu importait le lien naissant entre vous. Peu importait les mots. Tu devais te concentrer sur ce qui te passait actuellement. Tu devais te concentrer sur la présence si chaleureuse et si rassurante de Satis. La belle Satis, l’énergique Satis. Si différente de toi, mais si compréhensive. Tu ne pouvais que t’attacher à elle. Tu n’avais pas d’autres choix.

Ce fut à regret que tu lâchas la main de la jeune femme, embarrassée au possible. Tes mots s’emmêlaient sur ta langue, ta curiosité prenait le dessus sur ta retenue. Tu t’excusas précipitament avant de porter ton attention sur le contenu de ton bol ; une soupe aux légumes qui avait finit par refroidir un petit peu et était à présent consommable. Après avoir plongé ta cuiller dans le brevage et avoir invité ta soeur à en faire de même, tu continuas à manger, le regard baissé. Tu mâchouillas mollement un morceau de carotte qui flottait auparavant dans ton bol, puis attrapas le bout de pain disposé à côté de ton bol. Tu lâchas quelques bout de mie dans le bol avant de reprendre ta dégustation. Tu ne relevas les yeux vers ton interlocutrice que quand celle-ci reprit la parole après quelques instants de silence. « Tu n’es pas trop curieuse, ne t’inquiète pas. Pour te répondre, je n’y mets pas vraiment les pieds à vrai dire. Je ne soutiens pas … Je préfère agir à ma façon ! Avant de devenir l’hôte de Libertas, je soutenais déjà une personne et que je sois devenue une Noé n’a rien changé à mes convictions. Mais les autres ne sont pas au courant alors je compte sur toi, d’accord ? » Et alors qu’elle posait un index contre ses lèvres en un signe explicite, tu hochas vivement la tête. Tu avais pu te confier à elle et tu avais grandement envie de faire de même pour elle. Elle pouvait compter sur toi autant que tu pouvais compter sur elle, il n’y avait pas de doutes en toi. « Lui au moins ne t’oblige pas à te battre … Bien sûr, tu fais ce que tu veux à présent que tu es libre mais si tu ne sais pas vers qui te tourner, tu pourrais très bien faire comme moi. » Tu contemplas la jeune femme avec tes grands yeux bleus, examinant soigneusement sa proposition inattendue.

Tu te mordis la lèvre inférieure, indécise, puis abaissas de nouveau ton regard vers ton bol de soupe. Il était quasiment vide et les bouts de pain avaient disparu au fond de ton estomac. Ne sachant trop quoi dire pour l’instant, tu portas le bol jusqu’à tes lèvres et bus la fin de ton repas. Tu repoasas doucement le bol sur la table et ancras de nouveau tes yeux clairs dans ceux de ton homologue. Tu étais un peu perdue, pour tout dire. Tu pensais savoir qui était ce « lui » dont elle parlait, mais tu avais besoin d’avoir confirmation. Aussi après avoir regardé autour de toi avec méfiance, tu te penchas légèrement vers la demoiselle pour lui demander à voix basse. « Quand tu dis "lui", tu parles bien de Neah … ? » Et tu te redressas sur ta chaise, ne lâchant pas la jolie brune du regard. « J’y ai pensé, pour être honnête. Ça fait quelques semaines que j’y pense … J’ai commencé à y réfléchir avant mon départ, même. Cette idée m’est venue quand ... » quand j’ai faillis mourir noyée parce qu’une exorciste me tenait la tête sous l’eau. Tu t’interrompis, incapable d’avouer tout cela. Pas maintenant. Pendant l’espace de quelques secondes, tu sentis tes poumons te contracter, comme si l’air leur manquait. Tu te râclas la gorge pour chasser cette désagréable sensation ; tu n’étais plus sous l’eau, mais en face de Satis. Tu n’avais plus rien à craindre. Tu soupiras lourdement et tes épaules s’affaisèrent quelque peu. « J’y ai pensé suite à un incident des plus désagréables, dis-tu faiblement, mais je dois avouer que je suis un peu perdue … Je ne sais pas où il peut bien se trouver ou quoique ce soit ... » Tu passas une main dans ta chevelure blonde comme les blés. Puis, sans prévenir, tu changeas de sujet de conversation. « Je peux t’offrir un thé, peut-être ? Ou préfères-tu qu’on aille dans un endroit plus calme, une fois que tu auras fini ton repas ? J’ai une chambre ici donc ... » Tu haussas les épaules en un geste désinvolte pour ponctuer la fin de ta phrase.

ft. Satis & Anne


Spoiler:
 
Charmant Désastre ۝

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Anne E. BrandfordCharmant Désastre ۝
Anne chuchote en #996699

I wanna hide the truth,
I wanna shelter you,
But with the beast inside,
There is nowhere we can hide.

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 184 ▐ Autres Comptes : Mítra A. Dýo + Johanna Coste + B. Wilma Hartmann
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : ► Détachée ✘ Angoissée ✘ Silencieuse ✘ Discrète ✘ Renfermée ✘ Peu sûre d'elle ✘ Incertaine ✘ Blessée ✘ Amère ✘ Aigrie ✘ Solitaire
▐ Parcours RP : Présentation; 50 points

wwwLily Pennyworth; 70 points

wwwXin-Yao Xhu & Phoenix Lanfredi; 50 points

www ✕ os scénario; 10 points

wwwNausicaa Böhm ; 30 points

wwwCristal Gomez; 60 points

wwwReynald; 30 points

wwwCélania Vaillant & Phoenix Lanfredi & Lily Pennyworth; 10 points

RPs Terminés/Abandonnés; 580 pts

Anniversaires; 100 pts

Total; 980 points

Rang D
Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Jeu 29 Sep - 18:06
Running out of breath

T’écoutant parler, la blonde mangeait sa soupe sans trop d’appétit. Mais heureusement pour toi, lorsque tu lui révélas ton secret, Anne hocha vivement la tête, comprenant tout à fait ta situation. Après tout, elle était la mieux placée pour te comprendre et ne pouvait que se sentir concernée par un secret pareil. Ainsi, ce fût presque avec l’enthousiasme d’une enfant à qui on révèle un secret important que la jeune hocha la tête, surement impatiente d’en savoir plus. Et toi, confiante que tu es, tu lui faisais confiance. Au fond, tu savais qu’elle ne te trahirait pas. Ou du moins, pas de plein gré. Après tout, elle t’avait révélé son secret et tu avais fait de même. Aucune d’entre vous ne trahira l’autre. Et c’est bien ses confessions partagées qui vous avez autant rapprochées en si peu de temps.

A présent, c’était comme si vous partagiez quelque chose connu de vous seules. Quelque chose qui faisait de vous plus que des amies, plutôt des confidentes. Et puis soudain, la jeune femme fixa ses yeux océans dans les tiens. Tu ne pouvais t’empêcher de la trouver attachante, cette petite. Elle possédait encore quelques réactions infantiles, prouvant son innocence. Une innocence ternie par cette stupide guerre qui l’avait sans doute fait grandir bien vite et qui la forçait à se plonger dans ses réflexions emplies des horreurs connues d’elle seule. Dans un coin de ton esprit, tu te disais que tu pouvais peut-être l’aider en l’incitant à se confier davantage, en te disant tout ce qu’elle avait sur le cœur. Toutefois, c’était peut-être encore un peu tôt pour en arriver à ce stade. Car bien que vous sembliez lié par la confidence et la désertion, vous n’en restiez pas moins de parfaites inconnues aux yeux de l’autre, se rencontrant réellement pour la première fois, elle pleurant sur sa situation et toi, lui volant un repas. A ce titre, il valait mieux laisser le temps faire son œuvre.

Tu la vis ensuite se mordre à nouveaux les lèvres en baissant les yeux. Ta phrase semblait la laisser perplexe. Ce qui, dans un sens, était compréhensible. Un choix d’adulte pour une jeune femme… Elle n’avait pas besoin de cela et n’avait encore moins à avoir à prendre une telle décision. Tu avais de la peine pour cette petite… Mais c’était là le destin, et tu savais très bien que contre le destin, on ne pouvait rien faire.

Ainsi, tandis que la blonde reportait son attention sur son repas, à nouveau perdues dans ses réflexions, tu décidas de lui laisser le temps qu’il lui faudrait pas te répondre. Tu n’étais pas patiente, loin de là. Mais pour Anne, tu étais prête à faire un effort. Alors, en attendant, tu attrapas ton propre bol de soupe et le portas à tes lèvres, vidant son contenue rapidement. Tu avais une faim affreuse et le breuvage te fit le plus grand bien. D’autant plus qu’il n’était pas mauvais, loin de là. Finalement, tu avais vraiment bien fait de te faire inviter.

Et alors que tu reposas ton bol sur la table, tu vis Anne regarder autour de vous, comme si elle avait soudainement peur que l’on ne vous écoute. Son comportement t’arracha un sourire. Personne ne vous prêtait attention et encore moins écoutait votre conversation. D’ailleurs, qui prêterait attention à une personne telle que toi, Satis ? Tu n’étais qu’une gitane qui allait et venait à sa guise. Et qui s’incrustait quelque part de temps à autre. Non, personne ne te prêtait attention. Mais cela ne te gênait pas, loin de là. C’était pour le mieux que tu n’attirais pas l’attention sur toi. Et enfin, comme si elle avait enfin compris que personne ne les épiait, Anne se pencha vers toi, te parlant à voix basse. Vaguement, tu te demandas si elle se rendait compte que son geste attirait bien que plus curiosité que la discrétion. Décidément, tu la trouvais bien amusante, cette petite.

-Quand tu dis "lui", tu parles bien de Neah… ?

Tu hochas la tête pendant que la jeune femme reprenait une position plus commode sur sa chaise. Et tu attendais sa réaction, te demandant comment elle allait prendre ce fait… Après tout, quitter leur famille et mener une vie hors de la guerre était une chose. Trahir le Comte en était une autre, bien plus dangereuse et bien moins attrayante au premier abord. Surtout pour une personne dans ce cas. Et pourtant, cela pourrait lui offrir une sorte de porte de sortie à ses problèmes. Et c’était bien pour cela que tu le lui avais proposé. Enfin, tu entendis Anne reprendre la parole, mettant ainsi fin à tes doutes.

-J’y ai pensé, pour être honnête. Ça fait quelques semaines que j’y pense… J’ai commencé à y réfléchir avant mon départ, même. Cette idée m’est venue quand...

Ton regard s’illumina à cette déclaration. Alors Anne y avait finalement pensé d’elle-même. C’était une bonne nouvelle, très bonne même. La blonde n’était donc pas réticente à ta proposition, loin de là. Et pourtant, tu la vis s’arrêter de parler, ses yeux se perdant dans le vague. « Quand ». Quand un événement déclencheur l’avait forcé à fuir. Ce même événement surement que ta sœur avait évoqué tout à l’heure. Tentant de retrouver le fil de ses pensées, tu vis alors ta cadette se racler la gorge, avant de soupirer et de reprendre d’une voix plus faible.

-J’y ai pensé suite à un incident des plus désagréables, mais je dois avouer que je suis un peu perdue… Je ne sais pas où il peut bien se trouver ou quoique ce soit...

En entendant ces mots, tu ne peux t’empêcher de grimacer. A vrai dire, toi non plus tu ne savais pas où il se trouvait en ce moment. C’était peu crédible mais c’était la vérité. Enfin, tu n’allais pas lui mentir, n’est-ce pas ? Après tout, il fallait bien avouer que Neah n’était pas la personne la plus facile à croiser. Mais tu espérais bien réussir sous peu. Et si Anne se mettait à voyager avec toi, il y avait de fortes chances pour qu’elle puisse le rencontrer à son tour. Un nouveau Noé à son service… Tu en connaissais un qui allait être content. Encore une fois, la blonde te sortit de tes pensées. Et tu te rendis enfin compte que tu n’avais pas dit un mot depuis tout à l’heure. Quelle malpolie tu faisais là. Presque pire que l’Exorciste blond que tu avais croisé en France. Non, quand même pas… Il battait tous les records, lui.

-Je peux t’offrir un thé, peut-être ? Ou préfères-tu qu’on aille dans un endroit plus calme, une fois que tu auras fini ton repas ? J’ai une chambre ici donc...

Donc aucune importance, hein ? Tu souris, un air amusé sur le visage. Tu la trouvais plutôt drôle à changer aussi brusquement de caractère. Une fois, elle pleurait, la fois d’après, elle était sérieuse et d’un coup, elle te proposait l’hospitalité alors que tu lui avais déjà volé un repas sans vergogne. Tu pensais, et peut-être pas à tort finalement, qu’Anne était un petit phénomène à elle toute seule. Seulement, malgré son aimable proposition, tu n’étais pas satisfaite. C’était certes bien gentil de sa part de te proposer un thé mais ce n’était pas ça qui allait te remplir l’estomac… Tu aurais plutôt dirigé ton choix vers un dessert. Une brioche ou n’importe quoi d’autre ferait l’affaire à vrai dire. Alors, tu portas ton attention sur elle, la fixant de tes yeux de profiteuse affamée. Si elle pensait s’en sortir avec un thé, la petite se trompait.

-Un thé me conviendra tout à fait… S’il est accompagné d’un dessert. Ca te va ?

Tu avais beau vouloir sauver les apparences en lui posant la question, la réalité était tout autre. Tu ne lui laissais pas le choix. Depuis le début, tu ne t’étais pas gênée pour profiter de la gentillesse de la blonde alors ce n’était pas maintenant que cela allait changer. Tu t’étiras, le dos un peu endolorie pour le dossier de la chaise devenu trop dur pour finir par appuyer ta tête sur la main gauche, portant ton intérêt sur ta cadette. Anne n’allait pas s’en sortir par un simple détournement de sujet, oh que non !

-En réalité, je ne sais pas non plus où il se trouve. Il se fait discret en ce moment, ce cornichon ! Mais ne t’inquiète pas, il montrera bien le bout de son nez à un moment ou à un autre.

Tu regardais toujours avec ton air amusé la gamine en face de toi. Tu devais l’avouer, Satis, tu l’appréciais. Sans doute assez pour essayer d’apaiser ses craintes. Tu la trouvais différente des membres les plus différents de ta famille. Anne avait gardé son côté humain et c’est bien cela qui te touchait, chez elle. Alors, sur un coup de tête, tu lui proposas une nouvelle solution à ses problèmes.

-Installe-toi quelque part, pendant un temps, histoire de laisser tout ça derrière toi et de te reposer. Tu sembles en avoir besoin. Toutefois, si tu préfères, tu peux toujours parcourir les routes avec moi ! C’est amusant, tu sais !

D’un geste vif, tu lui attrapas à nouveau les mains, soudainement très emballée à l’idée d’avoir une compagne de voyage. La perspective de nouvelles aventures en compagnie de ta cadette, te paraissait bien tentante. Seulement, tu te doutais que la blonde préférerait sans doute se retrouver au calme après ce qu’elle venait de vivre. Pas de parcourir les routes avec toi. Toutefois, ce qui avait fait changer Anne ainsi éveillait ta curiosité. Tu te demandais quelles épreuves ta sœur avait pu traverser pour en arriver là. Surement quelque chose d’horrible… Et tu aurais aimé l’aider, si tu le pouvais. Alors, sans lui lâcher les mains, tu lui parlas à nouveau.

-D’ailleurs, tu sais, si tu veux parler ou que tu as besoin de quoi que ce soit, tu peux compter sur moi, Anne. Je t’aiderais avec plaisir.

Parce que cette jeune fille te faisait penser à ta petite sœur que tu avais quittée. Et que cette fois-ci, tu ne voulais pas abandonner un membre de ta famille derrière toi.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Dim 16 Oct - 16:20
running out of breath

Tu avais les yeux grands ouverts, fixant ton interlocutrice avec un regard aussi curieux que sérieux, peu désireuse de manquer un seul mot pouvant sortir des lèvres pulpeuses de la jeune femme. Tu devais bien l’avouer, en temps normal, tu ne lui aurais pas accordé la moindre attention. Son look bohème t’aurait un peu ompressionné, l’assurance dont elle faisait preuve t’aurait fait fuir. Elle était ton opposé en tout point, chose qui rendait votre rencontre d’autant plus étonnante. Fait plus surprenant encore ; votre apparente bonne-entente, ta soudaine confiance en toi. Tu semblais toujours aussi nerveuse, toujours autant sur la réserve. Toutefois, tu t’exprimais avec plus de sureté qu’à l’accoutumée, tu bégayais moins à cause de la gêne. C’était fort surprenant pour toi ; cela ne t’était jamais arrivé auparavant, de te sentir à l’aise avec une illustre inconnue. Mais voilà ; tu étais à peu près à l’aise. Et c’était un véritable miracle, à tes yeux. Même si votre sujet de discussion n’était pas des plus agréables, même si tu aurais préféré parler de la pluie et du beau temps plutôt que de vos situations plus ou moins délicates, tu ne ressentais pas nécessairement le besoin de fuir cette conversation. Ton coeur s’affolait doucement contre tes côtes, mais ça avait plus avoir à voir avec une timidité naturelle qui ne te quitterait jamais, avec la crainte que les personnes vous entourant vous portent un peu trop d’attention. Rien de bien inquiètant en soi, tu ne t’en formalisas pas et portas toute ton attention sur la belle brune. Tu mâchouillais ton bout de pain, buvais ta soupe, un peu anxieuse. Elle parlait bien, Satis, elle ne tournait pas autour du pot. Ça te plaisait. Mais cela voulait aussi dire que tu ne pouvais te perdre dans des tergiversations sinueuses, que tu devais vraiment ouvrir tes oreilles aux propos de la demoiselle.

Et pendant que vous parliez, tu finissais ton repas sans grande conviction. La soupe n’était pas mauvaise, franchement. Mais tu manquais cruellement d’enthousiasme pour tout ce qui touchait à ce genre de mondanités – manger, se reposer … – mais tu le faisais car nécessaire à ta survie. Tu t’ouvrais chaque minute un peu plus à Satis, lui confiant certaines de tes réflexions, lui posant des questions ici et là pour dissiper tes doutes. Tu ne voulais pas être trop à côté de la plaque, tu ne voulais pas laisser l’incompréhension aveugler ton jugement. Alors tu posais tes questions, ici et là, avant de proposer à la jeune femme de rejoindre la chambre que tu louais pour poursuivre votre conversation en toute discrétion. Tu n’avais plus envie de rester dans la pièce principale de la petite auberge plus longtemps. Tu attendais patiemment la réponse de Satis, ayant fini ton repas assez rapidement, en jouant avec ta cuiller distraitement. « Un thé me conviendra tout à fait … S’il est accompagné d’un dessert. Ça te va ? » Tu hochas la tête, devinant que ce n’était là une question que pour la forme, que si Satis voulait un dessert … Eh bien, un dessert elle aurait, que tu le veuilles ou non. Mais cela ne te dérangeait pas plus que cela non plus. Tu n’étais pas dans le besoin, financièrement parlant, donc … Une brioche ou une pâtisserie de plus ou de moins, ce n’était pas ce qui allait te ruiner. Alors voilà ; après un hochement de tête un peu fade, tu laissas la brune reprendre la parole, sans bouger d’un milimètre. Tu aurais aimé rejoindre ta chambre dès à présent, mais tu n’osais pas encore bouger ; tu n’avais nullement l’intention de presser ton interlocutrice si celle-ci désirait rester encore un peu au rez-de-chaussée.

Tu avais les yeux toujours aussi grands ouverts quand elle entreprit de répondre à tes diverses interrogations. Anxieuse, tu l’écoutas attentivement. « En réalité, je ne sais pas non plus où il se trouve. Il se fait discret en ce moment, ce cornichon ! Mais ne t’inquiète pas, il montrera bien le bout de son nez à un moment ou un autre ! » Tu adressas un sourire amusé à la brune, te mordant l’intérieur des joues quand elle désigna Neh comme étant un cornichon pour te retenir d’éclater de rire. Tu n’attendais pas à un tel élan de familiarité de sa part, mais soit. Elle détendit l’atmosphère en quelques mots tout juste, chose que tu appréciais beaucoup. Un peu plus rassurée à présent, tu hochas la tête avec un peu plus de conviction cette fois-ci. Quelque chose dans le regard de la jeune femme t’interpela quelques secondes ; tu ne savais pas trop ce que c’était, tu n’étais pas sûre de vouloir identifier cela, mais tu sentis tes joues se colorer très légèrement, prenant une légère teinte rose. Tu te mordis la lèvre inférieure, détournant distraitement le regard. Tu avais l’habitude que l’on te regarde comme si tu étais une enfant un peu perturbée, comme si tu étais un genre de boulet. Tu n’avais pas l’habitude que l’on te regarde la même douceur qui semblait loger dans le regard de Satis. C’était fort agréable, mais tout aussi déstabilisant. Tu ne savais trop quoi en penser, alors tu préféras ignorer la chose pour le moment. De toute façon, ce n’était pas comme si tu aurais eu le temps d’y réfléchir davantage car Satis reprit soudainement la parole. « Installe-toi quelque part, pendant un temps, histoire de laisser tout ça derrière toi et de te reposer. Tu sembles en avoir besoin. Toutefois, si tu préfères, tu peux toujours parcourir les routes avec moi ! C’est amusant, tu sais. » Sa proposition eut comme l’effet d’une bombe ; tu lâchas la cuiller avec laquelle tu jouais et ouvris grand la bouche, interloquée. Venir avec elle ? L’accompagner là où ses pas la portaient ?

La proposition était plus que tentante. D’autant plus que, pour une fois, tu te sentais désirée. Plus désirée que tu ne l’avais été durant tes dix-sept petites années de vie. Tu pouvais voir au fond des yeux noisettes de la belle qu’elle était sincère, que sa proposition était aussi innocente qu’elle pouvait l’être. Tes joues s’empourprèrent plus intensément encore. « D’ailleurs, tu sais, si tu as besoin de quoique ce soit, tu peux compter sur moi, Anne. Je t’aiderai avec plaisir. » Ce fut la goutte d’eau qui fit déborder le vase ; tes doigts se refermèrement plus èchement sur les siens alors que tu sentais des larmes perler au coin de tes yeux. À part Séraphin, personne ne t’avait jamais prêtée autant d’attention, ne t’avait présenté une telle douceur et ne t’avait fait comprendre que tu étais désirée. Et cela te touchait profondément. Surtout que Satis ne te connaissait pas si bien que ça. Mais cela ne semblait pas la déranger pour le moins du monde. Ton coeur se serra entre tes côtes et un sanglot s’échappa de ta gorge serrée. Embarrassée comme jamais, tu frottas tes yeux frénétiquement avec ta main libre. « P-Pardon, S-Satis, sanglotas-tu faiblement, gênée, c’est la p-première f-fois que q-quelqu’un v-veut bien de moi et j-je euh … e-enfin. » Tu reniflas de manière fort peu distinguée. Tu baissas les yeux quelques instants avant de les replonger dans ceux de Satis, un peu fébrile. Tu séchas le coin de tes yeux sur le revers de ta manche. Tu reniflas encore une fois. « E-Enfin, ce serait vraiment avec grand plaisir que je t’accompagnerai, si tu le veux bien. J’aime vraiment bien voyager et avoir de la compagnie serait vraiment sympa. » Tu n’épiloguas pas à ce sujet, les joues toujours aussi rouges. Tu avais les yeux encore humides et un peu gonflés. Puis, sans réfléchir, tu changea sde sujet abruptement. « Tu sais ce que tu veux en dessert ? J’ai vraiment envie de monter dans ma chambre, on y sera vraiment plus confortable. » Et surtout, tu désirais fuir les regards curieux, parfois un brin moqueur des autres clients.

ft. Satis & Anne


Spoiler:
 
Charmant Désastre ۝

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Anne E. BrandfordCharmant Désastre ۝
Anne chuchote en #996699

I wanna hide the truth,
I wanna shelter you,
But with the beast inside,
There is nowhere we can hide.

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 184 ▐ Autres Comptes : Mítra A. Dýo + Johanna Coste + B. Wilma Hartmann
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : ► Détachée ✘ Angoissée ✘ Silencieuse ✘ Discrète ✘ Renfermée ✘ Peu sûre d'elle ✘ Incertaine ✘ Blessée ✘ Amère ✘ Aigrie ✘ Solitaire
▐ Parcours RP : Présentation; 50 points

wwwLily Pennyworth; 70 points

wwwXin-Yao Xhu & Phoenix Lanfredi; 50 points

www ✕ os scénario; 10 points

wwwNausicaa Böhm ; 30 points

wwwCristal Gomez; 60 points

wwwReynald; 30 points

wwwCélania Vaillant & Phoenix Lanfredi & Lily Pennyworth; 10 points

RPs Terminés/Abandonnés; 580 pts

Anniversaires; 100 pts

Total; 980 points

Rang D
Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Mar 1 Nov - 18:24
Running out of breath

Avec bonheur, tu vis Anne accepter de te payer un dessert. Les derniers jours avaient été plutôt rudes au niveau de la nourriture et même si cette soupe était bonne, elle ne t’avait pas rempli le ventre pour autant… Tu ne savais pas vraiment pourquoi la blonde avait accepté sans broncher. Était-ce parce qu’elle n’osait rien dire face à ton fort caractère ou bien par gentillesse… Pour te faire plaisir, peut-être ? Mais à vrai dire, sur le moment, tu t’en fichais pas mal. Toi, tu voulais ton dessert et tu aurais ton dessert. Se terrer dans sa chambre attendrait encore un peu.

D’ailleurs, tu profitas de ne pas avoir encore quitté la table pour lui parler de Neah. Ainsi, tu ne lui dit pas grand-chose à son sujet ni même sur l’endroit où il se trouvait. Parce que tout simplement, tu n’en avais aucune idée. A ta décharge, il se déplaçait rapidement, ce bougre. Le retrouver n’était pas chose aisée.

Mais malgré cela, en t'entendant, Anne te sourit, un air amusé sur son fin visage. Tu le voyais bien, elle se retenait de rire comme elle le pouvait. Pourtant, tu n’avais pas souvenir d’avoir prononcé quelque chose de drôle… Ah si ! Cela te revenait ! La façon dont tu avais appelé Neah ; c’était sans doute ça qui la faisait rire. A vrai dire, tu ne t'aventurerais sans doute pas à l'appeler ainsi devant lui. Mais à cet instant, il n’était pas là. Et puis, ta remarque était sortie toute seule. Mais tu ne pouvais que t’en réjouir au final : tes mots avaient fait légèrement rire la jeune femme qui, quelques minutes plus tôt pourtant, n’avait sans doute pas la tête à ça. C’était donc pour le mieux.

Puis, tu repris ton sérieux -même si certains pensaient que tu n’en étais pas capable- et tu portas ton regard sur la blonde. Anne était bien la seule que tu considérais réellement comme ta véritable sœur. Les autres n’avaient pas vraiment d’importance pour toi, ou tout du moins, pas assez pour que tu leur accordes autant d'intérêt que tu en portais à ta nouvelle amie. Car au fond, tu avais cette impression qui se faisait de plus en plus forte. La blonde te rappelle ta propre sœur. Pas que ce soit physique ou bien mental, loin de là. En réalité, Anne ne lui ressemblait pas du tout. Mais elle avait le besoin d’être écoutée, aidée et soutenu. Alors c’était ton instinct de grande sœur qui te donnait envie d’aider la jeune femme. Oui, c’était bien cette raison qui te poussait à passer autant de temps en sa compagnie.

D’ordinaire, tu ne t’encombrais pas des autres et tu ne les aidais pas plus que cela. Mais tu appréciais Anne. Énormément.Et encore plus parce que tu savais qu’elle n’était pas comme tes autres frères et sœurs, ceux qui soutenaient le Comte. Ce fût donc pour cela que tu lui proposas de parcourir les routes à tes côtés. La jeune femme méritait que l’on s’occupe d’elle, elle méritait de l’aide. Les larmes qui se formèrent aux coins de ses yeux ne firent que te conforter dans ta décision.

La blonde essuya tant bien que mal ses yeux pendant que ses doigts serraient les tiens. A cet instant, tu avais du mal à comprendre sa réaction, Satis. Est-ce que tu en avais trop fait ? Est-ce que tu l’avais mise mal à l’aise ? C’était probable avec ton caractère envahissant. Et si d’habitude cela ne t’aurait pas atteinte, ce n’était pas le cas à ce moment. La tristesse de ta sœur te peinait.

-P-Pardon, S-Satis, c’est la p-première f-fois que q-quelqu’un v-veut bien de moi et j-je euh … e-enfin.  

En l’entendant, tu écarquillas légèrement les yeux, ayant du mal à croire ce que tu venais d’entendre. Tu ne pouvais pas croire que personne n’ait jamais voulu témoigner de l’attention à la jeune femme avant toi. Cela te paraissait inimaginable. Pour toi, Anne ressemblait à un petit poussin perdu qui avait besoin d’aide et de repère. Tu la trouvais adorable et tu ne comprenais pas pourquoi on l’avait ignoré. Alors, sans vraiment t’en rendre compte, tu resserras un peu ta main sur la sienne. Bien sûr que tu voulais d’elle, Satis, c’était une évidence. Anne capta alors ton regard ainsi que ton attention après une légère hésitation.

-E-Enfin, ce serait vraiment avec grand plaisir que je t’accompagnerai, si tu le veux bien. J’aime vraiment bien voyager et avoir de la compagnie serait vraiment sympa.

Les joues de la jeune femme devinrent alors rouges de gêne pendant que tu lui souriais toujours. Il n’y avait aucune raison pour qu’elle se mette dans des états pareils alors que ta proposition était plus que banale. Après tout, être en ta compagnie était loin d’être extraordinaire et la blonde s’en rendrait rapidement compte. Elle ne savait pas dans quoi elle s’embarquait. Mais tu ne pouvais imaginer ce qu’elle représentait pour Anne.

-Plus que sympa ! J’ai jamais eu de compagne de route mais si c’est toi, alors ça me va !

Ta sœur changea alors de sujet, comme pour éviter que tout ceci ne la mette mal à l’aise plus longtemps, pendant qu’elle tentait de retrouver un peu son calme. Intérieurement, tu espérais que voyager ensemble finirait par l’éloigner de ses idées noires ainsi que de ses peurs.

-Tu sais ce que tu veux en dessert ? J’ai vraiment envie de monter dans ma chambre, on y sera vraiment plus confortable.

Tu ne retins pas un petit sourire amusé. Anne parlait encore de monter dans sa chambre. Et tu comprenais bien pourquoi. La jeune fille insistait pour ne pas rester ici plus longtemps, dans cette salle qui se remplissait peu à peu d’inconnus. Tu réfléchis quelques secondes à sa proposition et finalement, tu te dis que ce ne serait pas plus mal. Ainsi, Anne récupérerait ses affaires et vous pourrez vous mettre en route, à la recherche de Neah. Alors, pour une fois, tu fus pas égoïste et tu acceptas. Ce ne serait d’ailleurs pas le seul compromis que tu ferrais en voyageant avec ta sœur. Il faudrait sans doute que tu t’y fasses. Mais pour le petit poussin, tu étais prête à le faire.

-Laissons tomber le dessert, d’accord ?

Tu te levas de table et invitas ton amie à faire de même afin qu’elle te guide jusqu’à sa chambre. Bientôt, vous quitterez cette auberge et vous vous mettrez en route.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Lun 14 Nov - 18:56
running out of breath

Tu te sentais légère, Anne. Oh, si légère ! C’était bien la première fois que tu ressentais une telle chose, la première fois depuis bien longtemps. Peut-être la première fois depuis le décès prématuré de ta mère. Tu n’en savais trop rien et tu ne te sentais pas encline à y réfléchir de trop près ; pour une fois, tu te sentais véritablement bien – tu irais presque jusqu’à dire heureuse – aussi préférais-tu te délecter de cette agréable sensation plutôt que de la sur-analyser. Ces élans sentmentaux n’étaient guère habituels chez toi, mais au diable les habitudes ! Satis n’était pas lassée par ta compagnie, bien au contraire ! Elle t’avait même proposée de te joindre à elle sur les routes ! Tu ne pouvais imaginer une meilleure oportunité en cet instant ; tu avais fuis l’Arche il y avait fort peu de temps et te voilà avec celle qui pourrait se révéler être une véritable sœur … Jamais tu n’aurais pu imaginer que ta triste situation tourne ainsi. Et tu n’allais pas t’en plaindre. Pour la première fois depuis bien longtemps, tu te sentais comme libérée du poids qui te pesait sur les épaules, tu te sentais appréciée et désirée. Et, à tes yeux, il n’y avait pas de meilleure sensation. Subjuguée, quelque peu désarmée par cette émotion nouvelle, tu ne pus t’empêcher de verser quelques larmes. Imédiatement après que la première larme se soit écrasée sur ta joue, tu t’étais sentie embarrassée, ridicule. Tu possédais une sensibilité à vive, à fleur de peau. Tu en avais bien conscience. Mais tu ne pouvais rien faire pour la contrôler, elle glissait entre tes doigts telle de l’eau, cette sensibilité. Alors, toute confuse que tu étais, tu t’excusas du mieux que tu pus, expliquant maladroitement tes larmes si soudaines. Sa main se resserrant sur la tienne te rassura, te fit comprendre qu’elle ne te jugeait guère pour cela.

Malgré ton regard humide, tu lui adressas un sourire chaleureux et sincère. Tu ne connaissais pas Satis depuis bien longtemps, mais tu sentais que tu pouvais lui accorder ta confiance la plus entière. Tu n’étais pourtant pas du genre à te rapprocher si rapidement de quiconque, mais avec ton interlocutrice … Tout cela te semblait si facile, tes inquiétudes te semblaient si futiles. Et tu te laissais, sans regret, aller en compagnie de la brune. Tu n’étais plus si tendue, tu n’étais plus si anxieuse. Et cela se voyait sur son visage ; elle avait l’air beaucoup plus jeune que d’habitude, elle faisait véritablement ses dix-sept ans. « Plus que sympa ! J’ai jamais eu de compagne de route mais si c’est toi, alors ça me va ! » La réponse de la jeune femme te fit rougir de plaisir et ton sourire s’élargit sans que tu puisses le contrôler de quelque manière que ce soit. Quelque peu gênée pas ta réaction assez puérile – selon toi – tu préféras rapidement changer de sujet, demandant à ce que vous rejoigniez la chambre que tu avais loué au sein de la petite auberge. Car si tu étais à l’aise avec Satis, tu ne l’étais pas pour autant avec le reste du monde. Tes joues prirent une teinte cramoisie plus prononcée quand la réponse de la brune te parvint. « Laissons tomber le dessert, d’accord ? » Et elle quitta sa chaise, t’invitant à en faire de même. Tu te précipitas presque à sa suite, sans réfléchir. Tu la guidas jusqu’à ta chambre en silence. Et tu rassemblas tes affaires, toujours sans dire un mot. Puis, quand tu fus fin prête, tu lui adressas un sourire timide et amical. Vous quittèrent l’auberge sans vous attarder, commençant ainsi votre périple en duo.

ft. Satis & Anne


Spoiler:
 
Charmant Désastre ۝

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Anne E. BrandfordCharmant Désastre ۝
Anne chuchote en #996699

I wanna hide the truth,
I wanna shelter you,
But with the beast inside,
There is nowhere we can hide.

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 184 ▐ Autres Comptes : Mítra A. Dýo + Johanna Coste + B. Wilma Hartmann
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : ► Détachée ✘ Angoissée ✘ Silencieuse ✘ Discrète ✘ Renfermée ✘ Peu sûre d'elle ✘ Incertaine ✘ Blessée ✘ Amère ✘ Aigrie ✘ Solitaire
▐ Parcours RP : Présentation; 50 points

wwwLily Pennyworth; 70 points

wwwXin-Yao Xhu & Phoenix Lanfredi; 50 points

www ✕ os scénario; 10 points

wwwNausicaa Böhm ; 30 points

wwwCristal Gomez; 60 points

wwwReynald; 30 points

wwwCélania Vaillant & Phoenix Lanfredi & Lily Pennyworth; 10 points

RPs Terminés/Abandonnés; 580 pts

Anniversaires; 100 pts

Total; 980 points

Rang D
Indisponible pour RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: running out of breath ✕ Satis
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
running out of breath ✕ Satis
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Free running
» [MANGA] Breath of Fire IV
» [JEU] I MUST RUN : Le must du jeu d'action running [Payant]
» Running Deer
» [JEU] SERIOUS SAM - KAMIKAZE ATTACK : Running game dans l'univers de Sam [Payant]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Amériques :: États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: