Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Ven 16 Sep - 19:45
ALIX MAGNUSSEN, LENA FRIEDWALD ET SATIS KHÉMETENSEN


   
   
   

Un nouveau monde. Une nouvelle mission. Tournons la page. Oublions. Les craintes, les cris, les larmes, le sang. Le passé au passé. Une douce accalmie... avant la prochaine averse. Ainsi fonctionnait Alix Magnussen. Sa vie n'était pas un long chemin qu'elle arpentait. Elle suivait plutôt une route sur une courte durée avant de bifurquer sur une nouvelle, puis en empruntait une autre avant de la quitter à nouveau, puis une autre, et encore une, et encore une. Sur chacune d'entre elles, des traces de sang, de larmes et des corps froids jonchaient un sol asséché. Des parcelles de vies parfaitement délimitées. Un début, une fin... Mais entre les deux, rien. Aucun sens. Aucun but. Amasser quelques pièces... était-ce une fin en soi ?

Alix avait conscience de cette situation peu enviable. Elle l'avait choisie, décidée et élaborée minutieusement. On ne pouvait mener un tel quotidien sans s'y préparer. Elle l'avait choisie, car c'était la seule chose à laquelle elle était destinée : accompagner l'homme vers sa fin. Pourquoi vouloir le sauver ? Il était plus aisé de le suivre dans sa ruine. Y participer. L'or était plus utile que la gratitude. Sauver un homme car la vie est précieuse ne faisait aucun sens dans l'esprit de la mercenaire. La lui ôter parce qu'un tiers avait vendu son âme au diable dans ce but, voilà qui apporter du sens. Elle tenait les fils du destin entre ses doigts.

Elle prit une longue inspiration. L'air iodé de l'océan avait quelque chose d'apaisant pour cette écossaise. Le temps passé au cœur de la capitale française lui avait liquéfié les organes. Elle n'y avait pas sa place. De longues heures de train, de voiture. La voici au bord d'une falaise. Les yeux clos, elle parvenait à sentir le vide qui s'étendait à quelques centimètres de ses pieds. En contrebas, le bruit puissant d'une écume déchaînée se mêlait au nordet sifflant à ses oreilles. Une humidité particulière s'étalait sur son visage rassuré. L'hiver venait, et emportait avec lui les premières neiges. La Bretagne française avait beaucoup à voir avec son pays natal. Tout y était un peu plus doux. Mais les sensations restaient similaires.

Tourner la page. Ainsi fonctionnait Alix Magnussen. Oublié le Paris étouffant. Oubliée la foule impressionnante. Oubliée la chasse fastidieuse. Pourtant, il était une chose dont la mercenaire ne parvenait pas à se détacher. Une jeune mendiante comme elle en avait beaucoup vu. C'était la première fois qu'un visage restait ancré lorsqu'elle fermait les yeux. Elle ne savait expliquer sa présence. Elle n'en ressentait rien non plus. Pas de culpabilité. Pas de regret. Elle demeurait aussi vide qu'avant. Mais il était là, inscrit.

Elle aurait aimé chevaucher son destrier le long de la côte. Toute la journée, à voir le paysage défiler sans se transformer. Les nuages étaient épais et grisâtres. On pouvait voir, par delà l'océan, les rayons du soleil tenter une percée, sans succès. Au lieu de cela, elle attendait. À quelques lieux de là, un village. Plus loin, un autre. Tous reclus, rustiques. Des pêcheurs principalement. Dans l'un d'eux, une cible.

C'était toujours avec une certaine appréhension qu'Alix envisageait ses missions au profit de ces êtres étranges. Elle savait la récompense immense, mais la confiance fragile. Elle y avait son contact. Ayden, plus ou moins. Un intermédiaire régulier, qui lui assurait un lien plus stable. Les autres restaient très secrets. Aujourd'hui, c'était ces autres qu'elle rencontrerait. Deux d'entre eux. Elle n'en savait pas plus. Le lieu de rendez-vous lui-même restait vague. Aussi au bord de sa falaise, Alix se pensait suffisamment visible.  

Enroulée dans ses drapés de laine, elle profitait du silence de la nature. Dans son dos, le fourreau de Caliban tremblait sous l'effet du vent. L'épée, elle, se trouvait dans sa main. Alix aimait passer un moment avec elle, avant de passer à l'acte. C'était un rituel. Une conversation entre son âme, et la continuité artificielle de son corps. Dans un souffle imperceptible, elle murmurait quelques mots.

The countdown never stops.


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Dim 18 Sep - 13:32

ft. Satis

ft. Alix

「Les Lions et le Rat」

Pour la première fois depuis longtemps Katrin était seule. Seule physiquement et seule mentalement. Enfin des vacances diriez-vous… et bien non ! C’est bien pour ça que Lena lui a cédé la place : il y a du travail. Pour l’instant, Katrin profite du paysage breton si différent de celui de son pays natal. Elle marche au bord des falaises. Tout en réfléchissant à sa mission elle écoute. La colère de l’océan grondant contre la falaise. Des cris résonnent, nul ne les entend. La falaise résiste en vain, elle devra céder le terrain. Les mains en sang elle frappe. Stop ! Arrêtez ! Plus de souvenirs ! Plus ces souvenirs… La mission, elle doit se concentrer sur la mission. Elle doit rencontrer quelqu’un. Un humain ou une humaine, elle ne sait pas. Elle ne les aime pas. Elle recevra également de l’aide de l’une de ses « sœurs », l’hôte de Libertas, la liberté.

Elle ne connaît pas la jeune femme et elle ne souhaite pas la connaître. Katrin sait que si elle laisse les autres s’approcher elle souffrira quand ils la rejetteront. Ils la rejettent toujours. Tous. A cet instant un mince rayon de soleil parvient à percer la couche de nuages. Ce n’est rien, il ne la réchauffe même pas mais ça lui fait du bien. Parfois il faut juste savourer et se laisser porter. Lâcher prise. Elle repense au temps passé avec l’ermite. Ces souvenirs-là elle les accepte car, même si parfois la nostalgie s’en mêle, ils lui rappellent que quelqu’un l’a un jour aimé sinon acceptée. La jeune fille repense à ces longues soirées d’hiver à jouer aux échecs avec le vieil homme (elle perdait toujours) ou à l’écouter raconter des histoires. C’est d’ailleurs à ça qu’est lié son amour pour les livres. Les livres ne sont pas compliqués. Ils vous racontent une histoire. Si vous ne l’aimez pas, il suffit de le refermer, de faire comme si vous ne l’aviez jamais ouvert. Dans la vie vous ne contrôlez rien, vous êtes acteurs ou spectateur mais jamais l’auteur. Vous ne décidez pas, vous ne maîtrisez rien. Nichts.

Tout en marchant Katrin se rapproche d’une falaise plus avancée que les autres. Sur ce promontoire il lui semble voir une silhouette. Ne le distinguant pas très bien elle se rapproche discrètement (qu’elle croit). C’est une jeune femme. Elle lui tourne le dos, une épée à la main. Ses lèvres bougent presque imperceptiblement. Elle parle. A son épée. Comme Lena à sa poupée. Elles ne sont pas les seules.


LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 16 ▐ Messages : 136 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (30) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 910

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Dim 18 Sep - 16:21
Les lions et le Rat

Tout en avançant sur ce petit chemin sinueux qui longeait une partie des côtes Bretonnes, tu te faisais ton petit monologue intérieur. Oh, tu n’étais pas contente, Satis. Vraiment pas. Et tu ne cessais de te le rabâcher. Tu tournais en boucle ces phrases dans ta tête, te préparant à les sortir à ta fameuse sœur. Car elle aussi, tu lui rabâcherais lui oreilles. Oh que oui ! Elle n’y couperait pas ! Mais pourquoi toute cette colère, Satis ?

Déjà, parce que l’on t’avait assigné une mission quelques jours après ton combat contre cet Exorciste. Tu avais déjà prouvé ta fidélité en le combattant, tu n’avais pas besoin d’en faire plus. Mais malheureusement, ça, c'était ton point de vue. Pas celui des autres, apparemment. Car si tu avais pensé t’offrir le luxe de ne plus mettre les pieds dans le pays où ce gamin t’avait mis une raclée, tu t’étais bien trompée. Tu avais pensé rejoindre les Etats-Unis, te tenant ainsi loin de ce pays de barbare. Mais non, tu avais été envoyé en Bretagne pour une mission.

Et quelle mission ! Avec une de tes sœurs et le contact régulier d’un de tes frères, tu avais pour ordre de trouver une personne qui serait, d’après certaines sources, un disciple du quatorzième. Étrange coïncidence, n’est-ce pas, Satis ? Il faut dire que toi aussi, tu en étais une. Alors partir à la recherche d’un confrère ne te plaisait pas, loin de là. Car si le fait de le trouver te déranger légèrement, tu avais surtout peur de faire une faute. Une faute qui pourrait révéler ta véritable allégeance. Tu allais devoir faire très attention. Jamais tu n’avais joué autant avec le feu qu’aujourd’hui. Ah Satis, à cet instant, tu espérais tellement faire demi-tour… Mais tu ne le pouvais pas, tu le savais.

Et pour ne rien arranger, ce qui renforçait ta colère avouons-le, c’était le fait que ta sœur, qui était censée t’accompagner dans cette mission, était partie sans t’attendre. Tu n’avais aucune idée de ce qui lui était passé par la tête mais elle était partie avant toi, ne prenant pas le soin de t’attendre. Ça promettait pour cette mission, Satis… Tu n’allais pas t’amuser, loin de là.

C’est sur ces pensées que tu continuais d’avancer le long de ce petit chemin dans la lande, tes cheveux noirs te fouettant le visage à cause du vent marin. Tu avais froid le long de ses côtes sauvages. Plus bas, la mer frappait violemment la pierre, aidée par les vents forts. Pour ne rien arranger, les nuages laissaient à peine percer le soleil. Tu étais bien loin des températures auxquelles tu étais habituée… Et même si tu avais été prévoyante en prenant un long gilet de laine, cela ne t’aidait pas plus que cela. Tes vêtements habituels étaient bien trop fins pour ce genre de climat. Il fallait vraiment que tu termines cette mission au plus vite.

Enfin, après plusieurs minutes de marche à te tordre les chevilles entre les cailloux qui parsemaient le chemin, tu aperçus les deux personnes que tu devais rejoindre. Ta sœur, cette sale petite lâcheuse, et le contact -ou plutôt la contacte- qui se tenait face à la falaise, une épée à la main. Tu haussas un sourcil. Qu’est-ce qu’elle faisait, celle-là ? Avait-elle toute sa tête ? Si en plus tu devais travailler avec une retardée, cette mission allait être un véritable enfer. Enfin, tu serais rapidement fixée, n’est-ce pas ?

Ainsi, prenant sur toi, tu parvins à leur hauteur. Tu n’avais qu’une envie, terminer cette mission rapidement et partir où bon te semblait, une bonne fois pour toute. Une fois à leurs côtés, tu t’empressas de rejoindre ta sœur pour lui attraper les joues entre tes index et tes pouces pour tirer dessus.

-Alors comme ça, on n’attend pas ses camarades, hein ? Tu me déçois énormément, tu sais. Ce n’est pas correct.

Enfin, sans doute pour le plus grand bonheur des joues de la Noé, tu lâchas la jeune femme et portas ton attention sur l’étrange femme aux cheveux blancs. Des présentations s’imposaient avant tout.

-Je suis Satis. Et toi ?

Plus vite les présentations seraient faites, et plus vite vous pourrez vous atteler à cette mission. Mais tu devais faire attention, Satis. Le moindre faux pas pourrait te conduire à la ruine.
©️ GASMASK


HRP:
 



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Mar 20 Sep - 23:38
ALIX MAGNUSSEN, LENA FRIEDWALD ET SATIS KHÉMETENSEN


   
   
   

Alix est bien peu humaine, aux yeux de tous. Pourtant, elle n'est pas si différente de chacun. Elle ne connaît pas les sentiments qui peuvent lier deux ou plusieurs individus entre eux... elle ne comprend rien aux interactions sociales, et elle n'est définitivement pas habituée à vivre près d'un autre. Mais il lui arrive, certains jours, d'être confrontée à elle-même. La peur, le dégoût, la haine ou la satisfaction. Elle peut ressentir tout cela une fois seule. Bien qu'elle n'ait pas les compétences nécessaires à comprendre. Elle ressent sans déchiffrer ce qui peut la traverser. Autant dire qu'elle ne ressent pas vraiment. Toutefois, elle sait avoir des impressions, comme tout le monde. Elle peut se lever, regarder par la fenêtre, et voir sa peau frissonner alors qu'une voix lui dit que la journée ne sera pas de tout repos. Les pressentiments n'avaient rien à voir avec les émotions. La pluie n'influençait pas plus son jugement que le soleil.

Elle l'avait en ce moment même, cette impression. Quelque chose la poussait à partir vite d'ici avant de se retrouver dans quelque chose qui la dépasserait à coup sûr. Elle n'était pas de taille à soutenir ces espèces de dieux qui envahissaient le monde. Alix est bien peu humaine, aux yeux de tous. Pourtant, elle était tout aussi humaine que n'importe lequel des humains. Fragile. Dispensable. Éphémère. Victime de son hybris. Elle n'avait jamais su ce que pouvait être le regret. Allait-elle le découvrir en ce jour ?

Alors qu'elle terminait de bénir à sa manière la lame de Caliban, le son si mélodieux de l'acier glissant dans son fourreau laissa place aux bruits d'une herbe piétinée. Alix se retournait quand une enfant approchait. Nul doute, elle était de ceux qu'elle attendait. Ses cheveux, ses yeux, n'avaient rien de naturel. Même elle ne pouvait s'empêcher de juger un tel physique. Encore une môme squelettique. Elle n'avait plus d'argent pour les nourrir, celles-là. Mais tout ce qui attira son attention fut une cicatrice, car elle était semblable à la sienne.

Il n'y eut pas un mot. Au premier regard échangé, d'autres sons vinrent capter l'attention de la jeune femme emmitouflée dans sa laine. Une autre silhouette s'approchait. Elle était déjà toute proche de la jeune fille lorsqu'elle prit la parole. Visiblement, cette mission avait été organisée à la pisse. Alix renifle avec un peu de dédain pendant que la nouvelle venue tirait les joues de sa comparse, à la manière d'une tante gâteuse. Celle qui vit seule avec ses sept chats.

Elle en vint alors à se tourner vers l'écossaise. Sa voix monocorde et lasse confortait son interlocutrice dans ce mauvais pressentiment qui l'avait envahie un peu plus tôt. La journée allait être longue. La chasse, pénible.

Je suis Satis. Et toi ?
Je suis payée d'une avance de cinquante pour cent, d'ordinaire. Mais...

Sans vergogne, elle toise les deux femmes pour examiner la moindre trace d'une quelconque bourse lui étant destinée. Elle ne vit rien de tel.

… je suppose que ça attendra. Alix. acheva-t-elle de son accent écossais.

Le vent, le froid. Les nuages sont cotonneux.

Hâtons-nous, ou nous serons prises dans une tempête de neige. Les ordres ?

Car elle n'avait aucune idée de la prime à chasser. Ses yeux allaient d'une femme à une autre. Elle doutait que l'enfant soit au courant de tout, mais avec ces individus, rien n'était sûr. Mettre une fillette sur une mission de terrain était bien assez étrange en soi. Tout un monde s'ouvrait à elle, et elle préférait ne pas chercher à en franchir le seuil. Si peu humaine, Alix, qu'elle était bien l'une des rares à préférer rester à sa place.


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Dim 2 Oct - 16:55

ft. Satis

ft. Alix

「Les Lions et le Rat」

Voilà sa « sœur » qui arrive, l’air agacé. Elle lui pince les joues comme à une gamine. Une gamine plus grande qu’elle et visiblement plus mature.

-Alors comme ça on n’attend pas ses camarades, hein ? Tu me déçois énormément, tu sais. Ce n’est pas correct.

Autour de Katrin la température chute. Brusquement. Oh seulement de quelques degrés mais assez pour être ressenti.

-Je préfère voyager seule que mal accompagnée.

Laissant les deux femmes parler d’argent la Noé les observe. Elles frissonnent. A cause de la tempête qui couve mais aussi peut-être aussi à cause d’elle. Pauvres petites choses. Pendant que l’Humaine et la Peste discutent l’Apôtre de la Peur utilise son don. Il lui a souvent été utile, la connaissance est le pouvoir, le pouvoir la sécurité.

Analyse en cours

Veuillez patienter



Analyse terminée,

Récupération des données


Mmmm intéressant…
Bien maintenant il va falloir qu’elle prenne les choses en main parce que les « adultes » ont l’air un peu perdues.

-Ce n’est pas tout ça mais il faut qu’on y aille si on veut le trouver.

Puis avec un sourire :

-Et puis il ne faudrait pas que vous mouriez de froid. Je préfèrerais vous tuer moi-même à l’occasion.

A ces mots Katrin se tourne et se met à marcher en direction du village sans vérifier si Alix et Satis, puisque tels sont leurs noms la suivent. Après plusieurs minutes elles y arrivent. C’est un village de pêcheurs certes banal mais auquel les maisons de pierres blanches et l’arc-en-ciel des bateaux rentrés au port confèrent un charme certain. Au large le bleu du ciel est progressivement recouvert par les nuages. Le soleil ne réussit que de plus en plus difficilement à les percer, auréolant la crête des vagues. Le mauvais temps pousse les habitants à se réfugier à l’auberge du village, cherchant plus du réconfort et de la chaleur humaine que le bon feu de cheminée que la lueur à travers les vitres semble promettre. Idéal pour éviter de faire équipe avec des bonhommes de neige. Bien que leur compagnie soit bien plus agréable. Et silencieuse.


LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 16 ▐ Messages : 136 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (30) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 910

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Lun 10 Oct - 11:30
Les lions et le Rat

Tu avais froid en haut de cette falaise balayée par les vents et ton gilet ne pouvait lutter contre la morsure de l’hiver. Tu voulais partir, te rendre dans un autre pays et surtout, te mettre au chaud quelque part. Et depuis que ta sœur avait pris la parole, cette envie de partir était bien plus que renforcée. D’une part parce que la température de l’atmosphère, déjà froide à la base, avait étrangement chuté et pour toi, il ne faisait aucun doute que c’était l’œuvre de cette petite peste. Ah, les histoires de famille… Ce n’est jamais facile, Satis. Surtout avec cette fille, visiblement. Mais la brutale chute de la température n’était pas la seule chose qui te donnait envie de fuir cette mission. Sa déclaration ne fit que donner raison à ton envie. Elle préférait voyager seule que mal accompagnée… C’était à se demander ce qu’elle faisait ici. Enfin, elle n’avait sans doute pas le choix, tout comme toi. En soupirant, tu te fis la réflexion que cette mission risquait d’être terriblement ennuyeuse et frustrante.

Et alors que, poliment, tu avais pris le temps de te présenter, la femme qui vous accompagnait ne prit pas cette peine, parlant directement d’argent. L’argent, l’argent, toujours l’argent… Qu’est-ce qu’ils avaient tous avec ça ? Ne se doutait-elle pas que ce n’était surement pas vous qui alliez la payer ? Elle verrait cela avec son contact. Toi, tu étais ici pour cette stupide mission, rien de plus. Tu n’allais pas donner de ta bourse, non plus.

-Je suis payée d'une avance de cinquante pour cent, d'ordinaire. Mais...

Tu la vois te regarder comme si tu ne valais rien. Ou plutôt, comme si ta bourse ne valait rien. Alors, tu lui lances un sourire ironique en croisant tes bras sous ton épais gilet de laine. Qu’elle devait-être déçue de ne pas toucher de suite son argent. Pendant un instant, tu te demandas si elle n’allait pas faire demi-tour et renoncer à cette mission. Ce ne serait pas plus mal ainsi. Tu n’aurais plus qu’à supporter l’autre peste, comme ça. Finalement, le fait de ne pas avoir beaucoup d’argent dans ta besace pourrait se révéler bénéfique aujourd’hui. Mais contre toute attente, ce ne fût pas le cas. La femme reprit, se présentant enfin.

-… je suppose que ça attendra. Alix.

Le vent commençait à emporter vos paroles et vous deviez parler plus fort dans l’espoir de vous faire entendre. Fichu pays…

-Effectivement. Tu verras ça avec ton contact habituel, nous ne sommes pas ici pour financer cette petite expédition.

Seulement pour la subir. Car si en plus de se révéler véritablement dangereusement pour toi au vus de la personne que vous deviez débusquer, elle allait en plus être des plus ennuyante grâce à la présence de ta sœur qui n’était visiblement pas aimable pour deux sous et votre accompagnatrice qui était visiblement prête à prendre ces deux sous… Au final, avec cette fine équipe, tu te dis qu’elles n’avaient surement pas besoin de toi… Le mieux à faire serait surement de partir ainsi simplement que tu étais arrivé. Mais faire cela t’apporterait bien trop d’ennuis, tu le savais bien… Et c’est ce qui te poussait à rester malgré le vent qui continuait de t’agresser.

-Hâtons-nous, ou nous serons prises dans une tempête de neige. Les ordres ?

Un air surpris traversa ton visage pendant quelques secondes. Quels ordres ? Il fallait simplement trouver la personne, la capturer ou bien la tuer en fonction de la situation. Qu’est-ce qu’elle attendait de plus ? Soupirant une nouvelle fois, tu tentas de te tempérer légèrement. Après tout, elle essayait simplement de faire son travail correctement. Toutefois, ta mauvaise humeur semblait prendre le pas sur les bonnes attentions de la femme. Alors, tu pris le temps de lui répondre malgré la tempête qui commençait à monter de la mer.

-Je suppose que tu es vaguement au courant de l’enjeu de cette mission. On doit trouver une personne qui aiderait un traitre. Lorsqu’on l’aura trouvé, on verra si on le capture ou si on le tue en fonction de comment ça se passe.

A tes yeux, la deuxième option semblait bien mieux. Elle n’offrait pas de complication pour toi. Bien sûr, c’était toujours embêtant de perdre un allié mais au moins, si vous mettiez la main dessus, il emporterait tout ce qu’il sait avec lui. Dans sa tombe. Et ce serait pour le mieux. Il fallait que ça se passe ainsi. Tu y veillerais. Et contre toute attente, ce fût au tour de la jeune fille de prendre la parole, brisant le silence dans lequel elle s’était installée.

-Ce n’est pas tout ça mais il faut qu’on y aille si on veut le trouver. Et puis il ne faudrait pas que vous mouriez de froid. Je préfèrerais vous tuer moi-même à l’occasion.

En l’entendant, tu ne peux t’empêcher de grimacer. En fait, elle faisait un peu peur cette petite. Disons que finalement, tu étais bien contente de ne pas te retrouver seule avec elle… Et qu’elle n’était pas la personne à qui tu tiendrais la jambe lors de cette mission. Même la professionnelle Alix serait plus aimable… Et en parlant d’amabilité, une fois encore, la petite montra qu’elle en était dépourvue en se mettant en route sans même vous attendre.

-Bon et bien, suivons là avant qu’elle ne nous fasse sa crise d’adolescence…

Après de longues minutes de marche dans le froid glacial, vous parveniez enfin dans le village de pêcheurs construit en contrebas des falaises, à seulement quelques mètres du port. Des maisons blanches contrastaient avec les bateaux de couleurs amarrés le long des quais. Dans les rues, il n’y avait presque pas âme qui vive. Les habitants avaient préféré se mettre à l’abri de la tempête qui arrivait. Et vous feriez peut-être bien de faire de même.

Heureusement pour vous, le village ne semblait pas bien grand. Y trouver le traitre serait plus facile. Mais il vous fallait déjà un point de départ aux recherches. Et justement, ton regard se porta sur le bar du village qui semblait bien animé. L’alcool mais aussi les rumeurs et les commérages devaient y circuler bon train. C’était parfait pour vous. Et comme tu te doutais que tes « camarades » allaient te demander par où commencer, tu préféras prendre les devants.  

-Le bar semble être une bonne adresse pour apprendre les dernières rumeurs. Elles concerneront peut-être la personne que nous cherchons. Commençons par là.

Nul doute que des gens saouls lâcheraient des informations, bien que par conséquent peu fiables, bien plus facilement à des étrangères. Finalement, le temps jouait en leur faveur, forçant les habitants à se retrancher au bar. Et puis, toi non plus tu ne dirais pas non à un petit verre… La mission s’annoncer difficile.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Dim 23 Oct - 11:19
ALIX MAGNUSSEN, LENA FRIEDWALD ET SATIS KHÉMETENSEN



Le temps n'était pas à l'orage. L'hiver venait, et avec lui une neige violente. Pourtant, il y avait tant d'électricité dans l'air qu'Alix s'attendait à être frappée par la foudre. Les manières froides et irrespectueuses de chacune des trois femmes se répondaient sans peur ni vergogne. La jeune fille et la bohémienne semblaient se détester, ni plus ni moins. L'humaine se mit presque à envier l'instant où elles se sauteront à la gorge. Non pas pour le plaisir de les voir s'entre-déchirer – elle ne pouvait y prendre plaisir – mais pour les faire taire. Rien qu'une seconde.

D'aucuns, et c'était sans aucun doute le cas des deux autres femmes présentes, auraient souhaité être ailleurs plutôt qu'ici. Mauvaise entente, mauvaise humeur et menaces ne rendaient pas une expédition agréable. Mais l'agréable, Alix ne connaissait pas. Pas plus qu'elle ne connaissait le désagréable. Tout ce qu'elle retenait, c'est que leur mission était vouée à l'échec si ses accompagnatrices ne prenaient pas la chose plus au sérieux. Calme et patience étaient nécessaires. Voilà pourquoi la solitude est bien souvent la meilleure compagnie possible pour une exécution.

Les ordres qu'elle attendait... ne valaient pas mieux que le reste. Un minimum d'info pour un minimum de sérieux. Tout ce qu'elle retint, c'était la possibilité de laisser la cible en vie. Depuis quand cette famille faisait-elle preuve d'autant de clémence ? Mais avant de répondre qu'on ne l'engageait jamais pour capturer, la fillette prit la parole.

Ce n’est pas tout ça mais il faut qu’on y aille si on veut le trouver. Et puis il ne faudrait pas que vous mouriez de froid. Je préférerais vous tuer moi-même à l’occasion.

Alix fronce légèrement les sourcils. Pourquoi les menacer ? Quel en était le but ? Une simple humaine, d'accord. Elle avait vu au cours de ses voyages plus de menaces que toute autre chose. Et si elle avait bien compris une chose de l'espèce humaine, c'était qu'elle fonctionnait comme n'importe quelle autre espèce animal. Les dominants écrasent les dominés. Mais à quoi bon menacer sa propre sœur. Cela ne faisait aucun sens.

Celle qui venait de prendre la parole se mit en route sans plus attendre. L'écossaise osa un regard vers la bohémienne, qui lui parut plus humaine que jamais, à ce moment-là, bien qu'elle ne voyait pas en l'être humain ce modèle de sentiments et de bonté auxquels on cherche à les associer sous le terme le plus mensonger du monde : l'humanité. Néanmoins, il était plus agréable de discuter avec quelqu'un qui voulait bien écouter, ou qui savait faire preuve d'aucun bon sens quand la situation l'exigeait. L'âge expliquerait-il cette différence de comportement ? Ou était-ce propre à la personnalité de chacun ?

Aucunement affectée émotionnellement, Alix passait beaucoup de temps à analyser les situations plutôt qu'à les vivre.

Bon et bien, suivons là avant qu’elle ne nous fasse sa crise d’adolescence…

La femme en haillons avait raison. Si cette manière d'être ne changeait pas avant d'arriver au prochain village, on ne pouvait espérer ne serait-ce qu'approcher la cible. En réunissant les faits connus, on peut supposer qu'elle saurait en effet reconnaître un membre de ce clan étrange. Une jeune fille menaçante au regard perverti par le goût du sang. Ça ne trompait que peu de monde.

Satis et Alix se mirent donc en route, à la suite de celle qui restait encore une inconnue. Le vent s'était rapidement levé et giflait le visage à grands coups de bourrasques. Les nuages se faisaient plus épais et plus bas que jamais. Le froid, lui, pénétrait sans mal l'épaisse laine qui couvrait le corps de l'écossaise. Elle se mit à l'espérer : leur prochain point d'arrêt se devait d'être une taverne. Alix restait quelques pas en arrière. Rester près de ces êtres presque divins ne l'aidait pas à se concentrer sur son objectif.

Elle ne prit pas soin d'admirer l'architecture ou la disposition des ruelles. Dès lors que la présence humaine s'imposait sur un espace de nature, toute chose perdait son attrait aux yeux de la mercenaire. La falaise lui manquait déjà. La violence des vagues s'amplifiaient, et les rues étaient aspergés de gerbes d'une eau glacée. Elles n'auraient pas du venir ici. Si la tempête gagnait encore en force, elles allaient passer la nuit coincées ici.

En son for intérieur, celui dont elle ignorait l'existence, une voix faible maudissait les petites filles bornées qui n'en faisaient qu'à leur tête et qu'elle détestait, prête à leur mettre une paire de claques pour leur rappeler que vouloir faire peur aux gens n'en faisait pas une dominatrice.

Le bar semble être une bonne adresse pour apprendre les dernières rumeurs. Elles concerneront peut-être la personne que nous cherchons. Commençons par là.

Une excellente idée, il fallait l'admettre. Alix était passée maître dans l'art de soutirer des informations aux hommes enivrés. Quelques sourires et une posture langoureuse. Parfois, on s'en contentait. Souvent, on en demandait toujours plus. La mercenaire, bien sûr, n'était aucunement familière avec le concept de désir et d'excitation. Pas à sa connaissance, tout du moins. Elle savait néanmoins reconnaître un geste déplacé et réagir lorsqu'un individu se permettait bien trop de familiarités. Elle avait jusque là cassé de nombreux poignets et plus de nez encore.

Rapidement avant de s'engouffrer dans les lieux, elle passa la sangle de son fourreau par-dessus la tête pour défaire son épée de son appui et l'attacher à sa ceinture, cachée sous ses espèces laines qui lui tombaient autour des jambes.

Vous êtes là pour le repérer. Je suis là pour le tuer. Si vous n'avez pas encore saisi la raison de ma présence, la voici. On, dit-elle en insistant sur le mot, pour faire savoir à quel homme joufflu au sourire carnassier elle faisait référence, ne veut pas que vous vous fassiez remarquer.

Bien sûr, la remarque s'adressait plus à l'une qu'à l'autre.

Puis d'ouvrir la porte de la taverne. Immédiatement, un souffle chaud et alcoolisé s'échappa de la grande salle et enveloppa le trio d'une atmosphère aussi chaleureuse que décadente. Alix resta sur le pas une seconde encore, le temps de soupirer suffisamment fort pour que ses compagnonnes de mission ne l'entende, malgré l'insupportable brouhaha qui s'élevait du débit de boisson.

Lorsqu'elle franchit le seuil, elle se transforma. Son visage s'illumina d'un sourire qui lui était jusque là inconnu. Ses yeux étaient pétillants de vie. Elle était recroquevillée dans son lainage et tremblait visiblement à cause du froid et de l'humidité. Elle adressa ses salutations à l'homme derrière le comptoir. Aucune table ne paraissait libre. Des hommes et des femmes partout discutaient, riaient, chantaient. Ses yeux se posèrent sur la table la plus proche de l'âtre d'une cheminée crépitante. Deux hommes y étaient installés.

Eh ! Louis, Robert ! V'nez donc là prendre vot' verre ! Cadeau d'la maison !

Alix lança un regard au tavernier qui venait de héler les deux hommes. Il lui sourit et elle décela même un clin d’œil malicieux en coin. La table était libre. Quand elle y fut assise, son visage était redevenu le masque impassible qu'il était d'ordinaire.

Vous savez qu'on risque d'être bloquées ici par la tempête ? Il va falloir discuter entre nous si l'on veut donner envie à toutes ces personnes de nous parler. Ils aiment la... jovialité.

Elle avait ôté et posé à son côté les épaisses laines qui l'enveloppaient, pour laisser apparaître la chemise blanche sanglée de cuir qui mettait ses courbes en évidence. Sa main fouilla une seconde à sa hanche, le temps d'y détacher une bourse pleine de pièces d'or qu'elle déposa sur la table. Il y avait là plus d'argent qu'il n'en fallait pour trois verres.

Ma tournée. Scotch pure malt. Deux doigts. Et un jambon.

Il n'y avait aucun serveur pour prendre la commande. C'était bien aux deux femmes qu'elle s'adressait sans les regarder, les yeux rivés sur la population environnante. Après tout, elle leur avait déniché une excellente table.


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Lun 31 Oct - 21:43

ft. Satis

ft. Alix

「Les Lions et le Rat」

Elles semblent être d’accord avec toi pour ce qui est de l’auberge. L’Humaine-pardon- Alix est à l’aise. En entrant dans l’auberge bondée elle défait son épée afin de la dissimuler. Sans doute pour n’effrayer personne. Tu te dis que tu devrais sûrement faire un effort toi aussi. Tu décrispes donc tes joues et parvient après quelques efforts à paraître plus avenante. En un rien de temps elle réussit  à vous dégotter une table près d’une cheminée où crépite un bon feu. Ses anciens occupants se sont fait offrir un verre par le patron. Comme quoi être une femme peut être un atout. Malheureusement, Katrin ce n’est pas ton cas… La mercenaire s’installe, son visage est redevenu impassible. Cette femme sait se jouer des autres et les abuser. Elle se transforme, c’est le mot. Tantôt femme forte et sensuelle, tantôt faible jeune fille éplorée. Toute sa physionomie change lorsqu’elle se glisse dans son rôle. Elle devient véritablement quelqu’un d’autre. Et tout ça en si peu de temps que tu ne peux t’empêcher d’être admiratrice. Elle est redoutable, elle manipule les gens sur la base de sentiments qu’elle ne semble même pas ressentir… Fascinant…

- Vous savez qu’on risque d’être bloquées ici par la tempête ? Il va falloir discuter entre nous si on veut donner envie à toutes ces personnes de nous parler. Ils aiment la…jovialité.

Elle enlève ses laines et les pose près d’elle. Cela révèle ses courbes qui semblent être pour elle des armes au même titre que son épée. Des « outils » pour parvenir à un but. Elle est jolie, attirante et elle le sait. Et elle s’en sert. Alix se saisit de sa bourse (remplie, évidement) et la dépose sur la table.

- Ma tournée. Scotch pur malt. Deux doigts. Et un jambon.

Elle attend visiblement que toi ou ta sœur vous vous en chargiez. Bien ! Comme tu as décidé de faire des efforts (bien qu’un tel changement de personnalité puisse leur faire croire que tu es schizophrène… Ah non pas de soucis : tu l’es !) et qu'un moment pour respirer te ferais du bien, tu acceptes donc et prends la bourse.

- Je m’en charge.


Tu te diriges vers le bar, non sans difficulté au vue de la densité de population actuelle. Tu t’approches timidement du tavernier (on n’a jamais dit que l’assurance était ta principale qualité, loin de là). Il est occupé à essuyer des verres qui semblent avoir déjà bien servi. Tu lui passes commande de deux scotchs purs malt, d’un jambon et d’…

-… un jus d’orange, sans pulpe et avec une paille, s’il vous plait. Monsieur.

Le tout assortit de ton maximum en matière de sourire (ça tire les joues). Tu lui tends de quoi payer. Tu as peut-être l’air d’une gamine mais tu connais le coût de la vie. Le patron te donne ton verre et part avec la commande en direction de la table que tu viens de lui indiquer. Tu le suis en prenant garde à ne pas renverser ton jus (tu comptes bien le savourer). Tu vois qu’elles sont servies. La mercenaire observe. Presque à l’affut. Comme un chasseur. Un chasseur dont tu plains la proie. Le tout un peu mis à mal par ta sœur, Satis, qui ayant avalé une grande gorgée d’alcool… le regrette sûrement. Elle tousse (s’étouffe légèrement serait plus approprié). Tu t’approches de tes deux acolytes en sirotant tranquillement ta boisson. Tu t’assois lentement sur la chaise libre, pose ton verre et la bourse. Puis avec un grand sourire tu lances :

- Au fait, moi c’est Katrin.


LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 16 ▐ Messages : 136 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (30) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 910

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Mar 8 Nov - 15:17
Les lions et le Rat

Vous vous apprêtiez à entrer dans le pub et tu t’en réjouissais d’avance. Seulement, avant cela, comme pour éviter de porter des soupçons sur votre groupe déjà bien assez étrange, la mercenaire retira son arme pour la passer à sa taille afin de la cacher sous ses manteaux.

-Vous êtes là pour le repérer. Je suis là pour le tuer. Si vous n'avez pas encore saisi la raison de ma présence, la voici. On ne veut pas que vous vous fassiez remarquer.

“Se faire remarquer”. Malheureusement pour tes deux équipières, c’est ce que tu savais faire de mieux. Et tu ne pouvais aucunement leur promettre de te tenir. Cela dépendrait de la situation. Alors tu te contentas de hausser les épaules pour toute réponse. Et enfin, vous voilà entré dans le pub.

A l’intérieur, tu fus assailli en premier lieu par la douce chaleur qui contrastait avec le froid d’où vous veniez. Puis, ce sont les chants, les conversations mais aussi la délicieuse odeur de nourriture qui te parvint. L’ambiance qui régnait ici te convenait tout à fait. Avec un air curieux, tu regardas autour de toi. Non pas pour dénicher la moindre personne suspecte mais pour profiter un pleinement de cet endroit. Et si au passage, tu pouvais repérer quelques bourses à voler, ce serait parfait.

Tu reportas ensuite ton regard sur la mercenaire et tu crus alors voir une tout autre personne. Elle souriait et semblait étrangement plus avenante. Tu te fis alors la réflexion que pour changer de comportement aussi rapidement, Alix n’était surement pas le genre de personne à qui tu pouvais faire confiance. Tout comme la gamine. Décidément, entre elle et sa soeur, cette mission allait être bien compliquée...

Une table se libéra enfin et pendant que vous vous dirigiez vers elle,  tu parvins même à dérober la bourse d’un type passable ivre. Tu t’empressas de la ranger dans l’une de tes poches tandis que tu t’installais avec les deux autres femmes. Et immédiatement, tu remarquas le changement chez la mercenaire qui avait repris son visage impassible. A sa manière, elle pouvait faire tout aussi peur que la gamine...

-Vous savez qu'on risque d'être bloquées ici par la tempête ? Il va falloir discuter entre nous si l'on veut donner envie à toutes ces personnes de nous parler. Ils aiment la... jovialité.

-Et bah, on risque de follement s’amuser, marmonnas-tu.

Pendant ce temps, Alix retira ses laines tout en fouillant dans ses poches pour ensuite poser de l’argent sur la table. De ton côté, tu gardas ton gilet, pas encore tout à fait réchauffée.

-Ma tournée. Scotch pure malt. Deux doigts. Et un jambon.

Tu eus un sourire ironique en la voyant faire et tu croisas tes bras. Elle passait commande à vous. Pensait-elle vraiment que tu allais te lever pour aller lui chercher ce qu’elle voulait ? Sûrement pas. Tu préférais encore payer ta propre consommation plutôt que d’aller chercher la sienne sous prétexte qu’elle vous offrait sa tournée. Heureusement, ta sœur eut la gentillesse de s’en charger, aussi étrange que cela puisse paraître.

Elle se leva, te laissant seule avec la femme. Tu en profitas pour regarder les alentours d’un œil absent. Cette mission ne te plaisait absolument pas et tu ne savais absolument pas par quel côté l’attaquer. Qui pouvait bien être ce type et comment alliez-vous le trouver ? La seule chose qui pouvait te réjouir était qu’Alix comptait le tuer. Au moins, son action éviterait de porter des soupçons sur toi et tu ne pouvais espérer mieux.

Le patron du pub arriva à ce moment et déposa sur votre table deux verres ainsi qu’un plat qui te paraissait bien appétissant. Tu attrapas vivement ta boisson afin d'étancher ta légère soif mais tu te retrouvas à t'étouffer après la première gorgée. A vrai dire, tu ne pensais pas te retrouver avec un verre d’alcool toi aussi. Une boisson chaude t’aurait bien plus convenu mais la petite était partie avant que tu n’aies eu le temps de le lui demander. Enfin, cela t’irait tout de même. D’ailleurs, la gamine revint à ce moment et reprit sa place à vos côtés avec un verre de jus de fruit.

-Au fait, moi c’est Katrin.

A nouveau, un léger sourire ironique prit place sur tes lèvres. Malgré qu’elles tardent, Katrin semblait avait quelques manières tout de même. Ah, Satis, tu risquais d’en avoir bien besoin de cette boisson… Vaguement, tu repensas aux directives que la mercenaire vous avez “gentiment” conseillées. La jovialité, hein… Au vu de vos caractères respectifs, cela risquait d’être bien difficile. Toutefois, dans cette optique, tu te tournas vers la femme.

-Puisqu’il faut discuter… Comment en es-tu venu à faire ce métier ?

Lancer un sujet, n’importe lequel, ça irait très bien. Tu ne savais même pas si tu prendrais la peine d’écouter sa réponse mais au moins, cela donnerait l’impression que votre table était occupée par de bonnes amies bavardes.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Ven 11 Nov - 10:49
ALIX MAGNUSSEN, LENA FRIEDWALD ET SATIS KHÉMETENSEN



Ses yeux d'ambre se perdaient dans la foule. Elle cherchait un indice, sans avoir la moindre idée de ce qu'elle cherchait. La traîtrise n'était pas une tare physique observable. Ce n'était pas une expression faciale constante. Ce n'était pas une tenue vestimentaire ou un colis à porter. Ce n'était rien de ce que pouvait découvrir Alix. Des regards en coin, un mot mal placé, voilà ce qui traduisait la traîtrise. Mais dans l'auberge, chacun regardait dans le coin de son œil et les mots étaient si bruyants qu'elle ne parvenait pas à en défaire un plutôt qu'un autre. Elle ne pouvait compter que sur l'instinct et les possibles informations de ses partenaires. Autant dire qu'elle n'avait que trop peu de confiance en la réussite de cette mission.

Je m’en charge.

C'est l'oeil presque surpris qu'elle reporta son attention sur la demoiselle menaçante assise en face d'elle, car elle ne paraissait plus si menaçante que cela. On aurait presque pu la prendre pour une enfant, surtout lorsqu'elle revint avec son verre de jus de fruit. Et elle prit même la peine de se présenter, sous le nom de Katrin. Son comportement n'avait plus rien à voir avec ce qu'elle avait montré au bord de la falaise. Avait-elle toujours en elle cette soif de sang, qui le poussait à vouloir la mort de sa propre sœur ? Cette famille étrange et supérieure à l'homme était bien l'un des seuls sujets sur lequel Alix ne s'attardait pas à essayer d'en comprendre la logique ou le fonctionnement. Les Noé et la normalité étaient comme deux aimants au même pôle, ils se repoussaient naturellement. Bien qu'elle respectait leur force et leur supériorité, elle ne pouvait s'empêcher de ressentir de la pitié pour ces êtres qui se refusaient d'apprendre, d'une manière ou d'une autre, à se fondre dans la foule. Tenues vestimentaires, cheveux bariolés, yeux fous, folie meurtrière... Pour le peu qu'elle en avait vu, Alix avait toujours trouvé une particularité notable dans ce clan.

Si leur cible était un descendant de Noé, elle était certaine de pouvoir le reconnaître au premier coup d’œil.

La bohémienne était bien discrète depuis qu'elles étaient entrées dans la taverne. Cela ne rassurait pas l'Écossaise qui attendait que les répliques cinglantes et empruntes de sarcasmes ne pleuvent sur elle. Mais comme sa congénère, elle s'était transformée. Une nouvelle preuve que personne dans cette famille ne pouvait prétendre à la normalité. Elle souriait mais ne pipait mot, tout se passait dans sa tête. Et si elle désirait poursuivre ses dialogues dans une silencieuse solitude, Alix ne pouvait que l'y encourager.

Puisqu’il faut discuter… Comment en es-tu venu à faire ce métier ? lança-t-elle pourtant, brisant les espoirs de la concernée.

Cette dernière prit son verre, en observa le contenu d'un air songeur, avant de boire une gorgée. Le liquide diffusa immédiatement une agréable chaleur dans tout son corps. Le temps d'une seconde, elle avait l'impression d'être retournée dans la beauté de son pays natal et eut une pointe de mélancolie. Le mal du pays. Il s'éclipsa avant qu'elle ne put s'y attarder.

L'homme est un loup pour l'homme. Je suis sa mâchoire.

Il était rare qu'elle use de métaphore, car Alix était une femme baignée de réalité et de concret. Ces derniers jours pourtant, elle aimait imager ses propos car elle commençait à comprendre que tout le monde ne peut saisir la simplicité et la logique de sa pensée. Elle lisait également beaucoup, durant ses nombreux voyages, ce qui la poussait à utiliser un langage plus fleuri et plus lettré qu'auparavant.

Elle but une nouvelle gorgée avant de reprendre.

Je me contente de profiter de ce que le monde offre. Par chance, c'est également ce que je sais faire de mieux.

Profiter oui, mais surtout tuer.

Et vous ? demanda-t-elle, un brin curieuse. C'est quoi, comme vie ?

Ses derniers mots furent engloutis dans un brouhaha plus puissant que jamais. Deux voix se disputaient et l'agitation gonflait dans l'édifice. Il s'agissait de deux hommes qui se querellaient à quelques pas de la table où étaient installées les trois jeunes femmes. Alix pointa du doigt la scène.

Et pour ce genre de spectacles, aussi.

Elle vit le coup venir. D'un geste rapide mais prudent, elle saisit son verre d'une main et le plateau de victuailles dans l'autre pour les sauver. En effet, l'uppercut puissant d'un homme ivre vint propulser l'autre directement entre entre le trio. Il s'écroula sur la table, le nez en sang.

L'Écossaise – peut-être parce qu'elle avait ça dans le sang – leva son verre pour saluer l'homme encore debout. Il était vrai qu'elle n'aimait pas la foule, qu'elle ne pouvait apprécier la compagnie, et que la nature sauvage était son meilleur refuge. Mais un peu de violence de temps en temps lui réchauffait le cœur.


avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Dim 4 Déc - 12:41

ft. Satis

ft. Alix

「Les Lions et le Rat」


-Puisqu’il faut discuter…Comment en es-tu venue à faire ce métier ?
La question de ta sœur brise le silence quasi tacite dans lequel vous vous trouviez. Alix prend son verre et en boit une gorgée. Sûrement pour se donner le temps de la réflexion.
-L’homme est un loup pour l’homme. Je suis sa mâchoire.
Une réponse métaphorique ? Cela t’étonne de sa part. Tu l’imaginais plus directe, mais après tout rien n’est vraiment ce qu’il parait chez cette femme
-Je me contente de profiter de ce que le monde offre. Par chance, c’est également ce que je sais faire de mieux.
Tuer ? Ça tu n’en doutes pas Katrin. Mais tu ne juges pas car toi aussi tu as déjà tué. Pas pour l’argent mais par vengeance. C’est tout ce qui t’importait alors. Tu n’aimes pas tant que ça tuer mais tu n’hésiteras pas si ça s’avère nécessaire. Encore. La mercenaire ajoute quelque chose mais ses mots se perdent dans des éclats de voix toujours plus forts. Tu n’aimes pas le bruit Katrin. La foule non plus. Autant dire que tu n’es pas très à l’aise. Soudain, la condottière s’empare de son verre et du jambon. La seconde après un homme s’écrase à leur place, le nez ensanglanté. L’humaine fait un geste en direction de l’homme qui a porté le coup, elle le…félicite ? Ta sœur et toi restez interdites. Heureusement que tu as fini ta boisson car le verre gît maintenant au sol, pas mal ébréché. Le regard de l’homme que l’Ecossaise a salué se pose sur votre groupe, et surtout sur Alix et Satis pour être honnête. Il s’approche alors de vous, s’excuse (il faut bien débuter la conversation) et s’assoit entre les deux jeunes femmes sur une chaise récupérée tu ne sais trop où. Probablement à la table voisine. L’homme se présente : Henri-je-suis-le-meilleur-pêcheur-du-coin. Si virgule il y a, elle ne s’entend pas. Ou c’est vraiment son nom mais tu n’y crois pas. L’avantage c’est qu’en plus de savoir de choses indispensables comme la taille du dernier poisson que ce crétin a attrapé vous apprendrez peut-être des choses sur votre cible. Car tu ne doutes pas que si il sait quelque chose Alix saura le faire parler.



Hors RP:
 


LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 16 ▐ Messages : 136 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (30) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 910

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Mer 28 Déc - 10:42
Les lions et le Rat

Tu vis Alix regarder son verre un moment avant de prendre une gorgée de la boisson. Et surtout, avant de répondre à ta question.

-L'homme est un loup pour l'homme. Je suis sa mâchoire.

Un léger sourire narquois vint prendre place sur tes lèvres en l’entendant. Encore une qui se donnait des grands airs… Tu n’avais pourtant pas pensé ça d’elle. Alix semblait plus… Simple. Et pourtant, la voilà qui usait de métaphore inutile pour se donner de l’importance. C’était tellement hypocrite… Tu lui avais demandé de te parler de son ennuyeux métier pas d’user de grande tournure littéraire. D’autant plus que c’était son idée de faire la conversation pour paraître plus… Sympathique ? Tu haussais les épaules en soufflant. Comment votre groupe pouvait-il paraître sympathique à quelqu'un ? Vous étiez sans doute le plus étrange des trios. La femme reprit alors une gorgée.

-Je me contente de profiter de ce que le monde offre. Par chance, c'est également ce que je sais faire de mieux.

Cette fois-ci, tu te retenais clairement de rire afin de ne pas vexer la mercenaire plus que nécessaire. C’était qu’elle semblait modeste en plus de tout ! Parfait ! Plus Alix parlait et plus elle descendait dans l’estime déjà insignifiante que tu avais pour elle. Tu la pensais sûre d’elle, ça, ça ne faisait aucun doute. Mais vaniteuse… Tu ne l’aurais pas parié. Ah Satis, à cet instant, tu aurais tout donné pour abandonner cette mission et sortir de cet endroit.

-Et vous ? C'est quoi, comme vie ?

Tu haussas un sourcil. Te posait-elle réellement la question ? Pourtant, en te voyant, les gens devinaient aisément le genre de vie que tu menais. Et c’était bien ce qui d’ordinaire t’attirait des regards de mépris. Mais tu t’en fichais bien toi, de ces regards. Tu vivais comme tu l’entendais car tu étais la liberté.

Quoi qu’il en soit, ta soeur et toi n’avez pas le temps de répondre à la question. A côté, tout proche de vous, des bruits ainsi que de l’agitation se faisaient entendre. Tu tournas la tête. Non loin, deux hommes étaient en pleine altercation et même si tu ne comprenais pas les propos qui semblaient se faire dans la langue du pays, tu te rendais bien compte que cela semblait plutôt violent au vu du ton employé.

Assise sur sa chaise, Alix semblait trouver cela amusant. Ce n’était pas du tout ton cas, ça non. Vous n’aviez pas le temps de vous attarder sur ce genre de futilité. Tout ce que tu voulais, c’était terminer cette mission au plus vite. Mais à nouveau, les événements s'enchaînèrent. Tout était corrélé, après tout.

La mercenaire sauva ce qui se trouvait sur votre table de justesse et la seconde d’après, l’un des deux hommes s’écrasa dessus, la cassant sous son poids. Bien… En plus d’avoir le nez cassé, il semblait que sa chance le soit aussi. Tu lanças un coup d’oeil à Katrin qui semblait aussi surprise que toi par la tournure que les choses prenaient. Et pendant ce temps, Alix félicitait l’homme encore debout en levant son verre. Tu soupiras.Vraiment, tu voulais partir d’ici le plus vite possible.

L’homme blessé finit par se relever seul, sous les rires gras de l’assemblée et sortit de la bâtisse sans demander son reste. Alors le vainqueur posa ses yeux embrumés d’alcool sur vous. Sans attendre, il prit une chaise qu’il déroba sans vergogne à la table voisine pour venir s'asseoir entre Alix et toi. Peut-être aurait-il dû dérober la table, tu ne penses pas ? Parce qu’à présent, vous n’en aviez plus et la mercenaire se retrouvait à porter les plats comme une imbécile… Enfin, pas que cela te préoccupait puisque tu ne t'en fis même pas la réflexion.

Non, tu étais trop occupée à essayer de comprendre ce que l’homme vous disait dans son anglais minable à fort accent. Tu réussis tout de même à comprendre qu’il se présentait comme étant Auli… Ou peut-être Enri. A vrai dire, tu n’en savais rien et sa façon de parler ne t’aidait pas. Selon ses dires, l’homme était pêcheur. A moins que ce ne soit poseur. Mais tu ne connaissais pas ce métier. Toutefois, ce qui était sûr, c’était qu’il était hors de question que tu lui fasses la conversation. Pour la simple et bonne raison que tu ne le comprenais pas. Pour cela, tu comptais sur Alix qui s’en sortirait sans doute mieux sous couvert de son masque de jeune femme souriante. Sans compter que toi, tu avais mieux à faire.

Discrètement, tu sortis une carte de ta poche. Il était important de vérifier si ce Enri était là par la force des choses ou s’il allait simplement vous faire perdre votre temps. Et si certains pouvaient penser que sortir une carte, au hasard, de ta poche était stupide, tu savais que ce n’était pas le cas. Car le hasard n’existait pas.

Un léger sourire vint alors prendre place sur ton visage lorsque tu te rendis compte que c’est le Gardien du Seuil qui se trouvait dans ta main. Cet homme savait des choses, cela ne faisait aucun doute à présent. Mais le plus dur restait à faire : les lui faire avouer.

Alors tu lui tendis ton verre dans un grand sourire, dans le but de le lui offrir. Le féliciter pour sa victoire, le mettre à l’aise… Cela semblait être un bon début. D’autant plus qu’un peu d’alcool supplémentaire ne pourrait que l’aider à parler. Et comme tu t’y étais attendu, il l’attrapa sans se faire prier.

-Félicitations pour votre victoire. C’était… Impressionnant.

Tu te forçais à sourire mais tu te voulais convaincante. Il fallait bien paraître sympathique. Ne serait-ce qu’un minimum. Sinon votre mission prendrait bien plus de temps que le destin ne lui avait accordé.

-Vous semblez du coin, je me trompe ?

Tu espérais bien qu’Alix et Katrin comprennent que tu faisais tout ceci dans le but d’interroger cet homme. Par nécessité. D’ailleurs, ce dernier te répondit par l’affirmatif, se décrivant comme “le meilleur poseur du pays !”. A moins que ce ne soit pécheur… Bof, tu t’en fichais bien, après tout. Ce qui comptait, c’était que le dialogue était engagé et qu'à présent, vous deviez le faire parler.
© GASMASK



Tu viens me voir afin de connaître ton avenir, Invité ?
L’Océan Astral

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Être libre
Aime:
N'aime pas: avatar
Satis H. KhémetensenL’Océan Astral
Libre, qu'importe ma destinée

Satis s'évade en #ff99cc


▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Célania Vaillant
Féminin
▐ RPG Age : 20 ans
▐ Personnalité : Libre et indépendante
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Ordre chronologique :

۞ Les cartes ne mentent jamais - Soren Duchateau (terminé)

۞ Les Lions et le Rat - Lena/Katrin Friedwald, Alix Magnussen (en cours)

۞ Chapitre IV bis ; Groupe I - Gwenaëlle Roussel, Xin-Yao Zhu, Liam A. Ludrick (terminé)

۞ Running out of breath - Anne E. Brandford (terminé)

۞ Sweet Escape - Anne E. Brandford, Terry Bookman Jr (en cours)

Points RP :

Points = 310 (RPs) + 50 (inscrip.) + 50 (anniv.) = 410 points
Rang D dans 340 points

Rang E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Les Lions et le Rat - Lena Friedwald et Satis Khémetensen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: