Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Pot de colle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pot de colle
Dim 5 Fév - 19:51
Les akumas, ces créatures qui se terrent dans la peau des humains, des monstres qui trompaient les innocents pour mieux les trahir et les détruire. Les Noés, ces êtres qui n'avaient plus rien d'humain, qui ne faisaient qu'obeir au Comte, le mal sur cette Terre, et quil fallait éradiquer. Et malgré tout, certains humains n'étaient pas complètement innocents non plus. Eux aussi avaient plongés dans la corruption, sans doute en s'approchant trop des Noés, en se faisant manipuler par eux. Et la cupidité les avait envahis, les avait rongés, au point de vendre leur âme à l'ennemi, de se lier à l'ennemi de l'humanité pour leur propre intérêt. Pouvait on encore appeler ces êtres "humains" ?
Tout cela attristait bien trop Éloi. Le semi akuma avait toujours eu foi en l'humanité, une foi trop bornée, mais il s'efforçait toujours de voir dans les autres le bien, ces choses qui les faisaient briller et qui les rendaient uniques. Ces choses que le Comte brisait.
Et pourtant, il y avait les brooker, qui travaillaient pour le Comte. Des humains que Éloi ne pouvait pas comprendre, qu'il refusait de comprendre. Cette partie de l'humanité qui l'avait profondément déçue.

Et c'était d'ailleurs pour ça qu'il avait atteri au Royaume Uni. Londres était un labyrinthe, qui renfermait de tout, aussi bien au niveau de la culture... que du côté de la guerre. Alors il n'y avait rien d'étonnant a ce que partisans de l'Ordre noir et brookers puissent se croiser dans la rue.
Et c'était justement ́ après un rapport d'un partisan de l'Ordre Noir que des soupçons sur la présence d'un brooker bien embêtant s'étaient répandues dans Londres. Et même si ce n'était qu'un humain... cela restait un ennemi.
Malgré tout, Éloi n'avait pas l'intention de lui faire du mal. Non, le blond voulait d'abord parler avec cette personne, essayer de la résonner, et comprendre comment elle avait pu en arriver à tomber aussi bas... et en plus, parler, c'était sa spécialité...
Et quoi de mieux pour intimider qu'un homme mesurant presque deux mètres, au regard sévère, au bras monstrueux, au corps presque tout aussi monstrueux, et habillé avec cette cape écarlate ? Oui, Éloi ne laissait pas indifférent, c'était sur, et son effet était bien souvent réussi.

Enfin, d'abord, il fallait trouver ce traître. Eloi n'avait pas un maivais sens de l'orientation, mais c'était tout de même la premiere fois qu'il venait à Londres. Alors il lui fallait d'abord du temps avant de se repérer.
C'est donc muni d'une carte que le semi akuma alla s'assoir sur un banc, étudiant minutieusement la carte, essayant tout de même de se presser. Ce brookee n'allait pas lui échapper, il ne laisserait rien lui échapper.





L'esprit mal tourné des heartiens:
 
‡ Preux chevalier ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Éloi Bauchard‡ Preux chevalier ‡
Éloi obéit en goldenrod

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 64 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Fidèle - Courageux - Compréhensif - Protecteur - Naïf - Idéaliste - Rêveur - Optimiste - Franc - Manichéen - Sérieux - Fier - Poli - Amical - Persévérant - Sait poser ses couilles sur la table
▐ Parcours RP : Enfance commune (+10)
Pot de colle (+40)
Attrapez les tous !

Points : 215
Rang F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Mar 7 Fév - 12:43
De retour à Londres, cette ville que tu aimes autant que tu hais. Elle ne t’a rien fait pourtant, n’a rien de particulier. Mais il y a trop de monde. Trop de monstres, grouillant dans la fange et parmi les passants. Elle te dégoûte et te rend malade. Et pourtant, comme avec une vieille putain, on finit toujours par y retourner. Pourquoi ? Parce que Londres grouille de monde. Et donc, Londres grouille d’informations.

Il faudra bouger, pourtant. On est en danger maintenant.
Quel danger ? Personne ne nous suit. Personne ne se souvient de moi. Je ne suis plus un enfant, je te rappelle. Je ne fais plus d’erreurs.
On ne reste jamais longtemps au même endroit, tu le sais aussi bien que moi.
Une dernière journée et on se barre.

La tête baissée, venant régulièrement te frotter le bout du nez en reniflant, tu avances au milieu de la foule. Attentif au point que tes muscles sont tendus à l’extrême, tu évites chaque potentiel contact, tout en faisant attention où tu mets les pieds. Cette ville t’épuise comme aucune autre. Il faudra que tu fasses attention pour ta prochaine destination. Choisir quelque chose de moins peuplé, de plus propre.

Peu importe la propreté, tant qu’ils nous foutent la paix. Cesse de faire ta diva.
Ta gueule.

Tu marches depuis des heures maintenant. Des heures pendant lesquelles tu n’as rien vu d’intéressant. Des gamins qui hurlent, des femmes qui se vantent, des hommes qui critiquent. Rien d’intéressant ou d’inhabituel. Rien qui ne sorte de cet ordinaire morne et pathétique dans lequel s’enfonce l’être humain, chaque jour un peu plus.

Des heures pendant lesquelles ton esprit s’est encore joué de toi. Tu es habitué aux monstres et aux visions. Tu ne t’attendais pas à la peur cependant. Une peur irrationnelle qui s’est créée dans tes entrailles, sans que tu ne puisses rien faire. Sans que tu ne puisses la contrôlée. Une peur différente de celles d’avant. Celles qui ne reflètent qu’un simple manque ou une angoisse. Non. C’était plus profond. C’était plus ancien. Peu importe. Ça appartient déjà au passé. Un passé dont personne ne gardera trace.

Tu t’apprêtes à abandonner, à faire demi-tour et à monter dans le premier train venu, pour une destination inconnue, lorsque tu aperçois quelque chose. Bien vite, ce quelque chose prend des airs de quelqu’un. Alors, silencieux tu t’approches, comme une ombre. Une ombre anxieuse, qui joue avec ses doigts et fais craquer ses articulations. Mais une ombre tout de même.

Arrivé à ses côtés, tu ne dis pas un mot de plus, observant simplement la situation. Tu devrais t’asseoir, pour être plus discret. Mais il est hors de question que tu prennes place à côté d’un inconnu. Encore moins avec une telle stature. Il pourrait te briser d’une simple pichenette. Et ça, les monstres dans ta tête l’ont bien compris et tiennent à te le montrer, une nouvelle fois.

C’est pourquoi, bien vite, tout semble perdre de sa couleur, pour ne laisser que du gris. Et au milieu de ce gris, il y a cet inconnu, tout en noir et blanc. Une seule chose ressort, une seule chose a gardé de sa couleur. La carte qu’il garde dans les mains. Comme si on te sommait de la mentionner. De t’en servir, pour soutirer une quelconque information. A quel sujet ? Tu n’en es pas certain, mais tu crois avoir reconnu un uniforme. Celui d’une organisation secrète, que Peter ne t’a que vaguement mentionnée. Une source de mystère qui mérite sûrement d’être écrit dans l’histoire. Et c’est là ton rôle. Alors tu prends sur toi, refoules la méfiance et le dégoût, et t’adresses enfin à l’inconnu.
« Vous êtes perdu ? » Tu renifles une nouvelle fois avec le dos de ta main et t’avances d’un pas « Je connais bien la ville, je peux vous guider. ‘fin si vous avez besoin. »
Oh que oui, tu connais bien cette vielle putain. A tel point qu’elle a pris des airs de mère à tes yeux. Comme dans une piété grotesque où tu aurais la place du Martyr.


♥:
 

Don't know what I'm doing

© by anaëlle.

Judas

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Purifier les Bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Alec BookmanJudas

Alec traque en #009999

&

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : *
▐ Parcours RP :
2/2 Indisponible

wwwHazel [4/3]
wwwEloi [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Jeu 9 Fév - 19:10
Concentre sur sa mission, Eloi étudiait la carte avec le plus grand des sérieux. Mais Londres était une ville bien grande, dans laquelle il était bien trop facile de se perdre. Et le pire dans tout ça, c'est qu'il n'était même pas sur que le brooker soit chez lui...
Non, il était inutile de se décourager. Toujours rester concentré sur la mission, ne jamais se laisser distraire par des pensées decourageantes. Bien sur qu'il allait le trouver, bien sur qu'il allait mener à bien sa mission. Comme toujours. Il le devait.

Et sans doute était ce un heureux coup du hasard -ou bien, une âme charitable qui l'avait enfin remarqué- mais quelqu'un se dirigea vers lui. N'y prêtant pas tout de suite attention, le semi akuma dut bien redresser la tête lorsque l'inconnu s'adressa directement à lui.

-Vous êtes perdu ? Je connais bien la ville, je peux vous guider. ‘fin si vous avez besoin.

Éloi detailla un moment l'individu. Il avait l'air extrêmement fatigué, même malade. Est ce qu'il allait bien au moins ?
Mais l'habit ne faisait pas le moine, ça, Éloi le savait. Il ne pouvait juger quelqu'un a son apparence, car si cet homme était venu lui proposer spontanément de l'aide, c'est qu'il avait bien plus à donner qu'il ne le paraissait. C'était bien ça qui était beau en chaque être humain, ce que chacun pouvait offrir aux autres. Pas comme ces Noés qui prenaient et detruisaient tout.
Alors le bleu adressa un sourire à son interlocuteur.

-En effet, je serai ravi si vous pouviez l'aider. C'est la première fois que je viens à Londres, et dans une ville aussi grande, il est très difficile de s'y repérer pour la première fois.

Ah, il commençait déjà à taper la discute et à raconter sa vie. Ce n'était sûrement pas digne d'un semi akuma de Central. Mais c'était tout lui.
Enfin, revenons à nos moutons.

-Je cherche la rue de Harley Street. Connaissez vous cet endroit ? Venez vous de Londres ?

Le géant se redressa, montrant à son interlocuteur qu'il était prêt à le suivre s'il voulait toujours le guider.

D'ailleurs, il allait sûrement passer un petit bout de temps avec son nouveau guide. Ce qui n'était pas pour déplaire au chevalier. Il avait toujours apprécié la compagnie. Même si, en tant que membre de Central, il devait s'efforcer de ne pas le montrer.

-Je m'appelle Éloi. Quel est votre nom ?

C'était par cette question qu'on commençait les vraies conversations.





L'esprit mal tourné des heartiens:
 
‡ Preux chevalier ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Éloi Bauchard‡ Preux chevalier ‡
Éloi obéit en goldenrod

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 64 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Fidèle - Courageux - Compréhensif - Protecteur - Naïf - Idéaliste - Rêveur - Optimiste - Franc - Manichéen - Sérieux - Fier - Poli - Amical - Persévérant - Sait poser ses couilles sur la table
▐ Parcours RP : Enfance commune (+10)
Pot de colle (+40)
Attrapez les tous !

Points : 215
Rang F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Lun 13 Mar - 14:44
Il relève la tête et t’observe, alors que tu t’efforces d’avoir l’air normal. Comment lui soutirer des informations si tu l’effraies ? Comment arriver à lui parler si tu es mort ? Ces questions – et beaucoup d’autres – t’obsèdent pendant un cours instant et t’obligent à te comporter normalement. En imaginant que tu connaisses encore le sens de ce mot.

Il t’adresse un sourire et tu tentes maladroitement d’en faire de même. Mais si tes lèvres se redressent au niveau des commissures, étendant tes joues pour une grimace grotesque, le reste du visage ne suit pas. En particulier tes yeux, qui restent froid et perdus dans le vague, te donnant des airs de mort-vivant. Peut-être n’est-ce que la vérité, après tout.
« En effet, je serai ravi si vous pouviez m'aider. C'est la première fois que je viens à Londres, et dans une ville aussi grande, il est très difficile de s'y repérer pour la première fois. »
Même les fois d’après. Londres regorge de secrets et mystères, qui sont inconnus au commun des mortels. Et comme prise d’une folie des grandeurs, elle s’agrandit chaque jour un peu plus, construisant de nouveaux bâtiments à chaque coin de rue. C’est plus un patchwork désorganisé qu’une grande capitale européenne. De quoi perdre le premier venu, en effet.

Mais tu ne lui réponds pas. A quoi bon ? Tes mots n’apporteraient rien de plus, si ce n’est de la confusion. Ainsi qu’une porte entrouverte sur ton esprit tordu et malsain, ce que tu refuses à tout prix. Personne ne doit jamais y mettre les pieds, ne jamais s’introduire au plus profond de ton intimité dérangée, de toutes ces images déformées et incomplètes. Il pourrait y perdre son sourire et sa bonne humeur. Il pourrait y perdre sa raison et sa clairvoyance.
« Je cherche la rue de Harley Street. Connaissez vous cet endroit ? Venez vous de Londres ? »
Tu t’apprêtes à lui répondre cette fois-ci – après tout il t’a posé une question, tu n’as pas le choix – mais l’inconnu se redresse et te toises de toute sa hauteur. Impressionné, apeuré, tu sens ton pouls s’accélérer. Il faut que tu gardes ton calme toutefois, et que tu restes maître de tes émotions. C’est de cette façon que tu seras un bon Bookman. Et c’est également de cette façon que tu éviteras un maximum le danger. Car il faut bien le reconnaître, ton corps est tellement plein de drogue – opium au moment présent – que tu ne représente absolument pas une menace.

Et même si Eloi, d’après ses mots, semble être une personne calme et pleine de bonté, tu ne peux t’empêcher de te méfier. Tu sais ce dont est capable l’être humain. Tu sais de quoi est fait le pire de l’humanité – en étant un produit dérivé toi-même.
« Alec. » Tu te moques de lui donner ton vrai prénom, puisque tu quittes cette ville ce soir « Je connais vaguement la Harley Street ouais. J’dois être capable de vous y amener » Les yeux toujours perdus dans le vague, tu hausses les épaules et reprends « Si jamais, vous serez toujours plus près que maintenant. Ça sera plus facile. »
Et sans un mot de plus, tu te mets en route. Ce n’est pas la peine de te retourner pour regarder s’il te suit ou non, tu sais très bien que c’est le cas. Ce serait imbécile sinon, puisqu’il a besoin de toi. La rue qu’il cherche est à l’autre bout de la ville, alors tu presses le pas – au grand damne de tes poumons et de tes muscles carencés – pour retrouver bien vite ta solitude et tes angoisses.
« Z’êtes v'nus faire quoi à Londres ? Comme vous êtes tout seul, j’imagine que c’est pas pour voir les beautés d’la Capitale. » Les mains dans les poches, la tête baissée, tu lui jettes un coup d’œil furtif et esquisses un sourire amusé « J’espère que vous êtes pas là pour une fille au moins. Les d’moiselles de la ville, c’est des vraies plaies vous savez. »
Tu n'en as aucune idée en vérité, mais essaies simplement d'en savoir plus. Au mieux, il acquiesce et se défend ; au pire il se vexe et s'énerve. Dans tous les cas, il parle.


♥:
 

Don't know what I'm doing

© by anaëlle.

Judas

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Purifier les Bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Alec BookmanJudas

Alec traque en #009999

&

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : *
▐ Parcours RP :
2/2 Indisponible

wwwHazel [4/3]
wwwEloi [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Sam 25 Mar - 2:41
Discussion


Décidément, Éloi était vraiment bien tombé. Car cet inconnu était tout a à fait disposé à lui faire visiter la ville. Ce qui était une véritable bénédiction lorsqu’on était perdu dans une ville aussi grande que Londres !
Et puis, il fallait clairement l’avouer : tant qu’il y avait de la compagnie, cela ne pouvait que satisfaire Éloi. Oh bien sur, il restait avant tout un corbeau entrainé, et ne pensait qu’à la mission. Mais tant qu’il pouvait la faire avec quelqu’un, c’était encore mieux.
Alors, faisant –peut être un peu trop- confiance à son guide, le semi akuma avait commencé les présentations.

- Alec. Je connais vaguement la Harley Street ouais. J’dois être capable de vous y amener. Si jamais, vous serez toujours plus près que maintenant. Ça sera plus facile.
-Avec plaisir. Il est vrai que je commençais un peu à désespérer. Je serai ravi de faire le chemin à vos côtés dans ce cas.

C’était pourtant évident, que Alec respirait la drogue à plein nez, que ses yeux ne reflétaient même pas la réalité qu’il voyait, que son visage était tout sauf avenant. Oui, c’était évident, mais ce n’était pas ce que voyait Éloi pourtant. Avec ses grands idéaux trop optimistes et humanistes, il ne voyait qu’un homme, qui n’avait pas eu de chance dans la vie sans doute, mais un homme qui avait eu tout de même la bonté d’aller aider un étranger comme lui pour lui montrer le chemin. Elle est pas belle, la vie ?
Ah décidément Éloi, tu es sans doute trop innocent pour cette guerre, et tu ne t’en rends même pas compte.

Les deux hommes se mirent donc en route, Alec en tête, et Éloi suivant de près le brun. Le français en profitait pour observer un peu ce qui se trouvait autour de lui. Londres, cette grande ville, la capitale, qu’il n’avait pourtant jamais eu l’occasion de visiter. Enfin, là n’était pas la question : il était avant tout envoyé par Central, et en mission. Il n’avait certainement pas le temps pout ce genre de choses.

- Z’êtes v'nus faire quoi à Londres ? Comme vous êtes tout seul, j’imagine que c’est pas pour voir les beautés d’la Capitale. J’espère que vous êtes pas là pour une fille au moins. Les d’moiselles de la ville, c’est des vraies plaies vous savez.

Le bleu ne put s’empêcher de sourire légèrement. Oh ça, ça sentait le vécu…

-Allons, pourquoi dites vous cela ? Il faut que vous me racontiez tout ça !

Et un léger rire s’échappa de ses lèvres. Ah, c’est qu’il se serait presque amusé, ici, dans une grande ville qui lui rappellerait presque sa Paris, bavardant tranquillement…

Presque. Parce que en effet, il y avait tout de même une bonne raison pour sa venue, ici.
Alors cette fois, Éloi reprit tout son sérieux, repensant à sa mission.

-En effet, je ne suis pas venu ici pour visiter… Je suis venu ici pour rencontrer quelqu’un. Enfin, ce n’est pas une fille non plus.

Non, il n’y aura plus de fille de toute façon. Cette fois, ce fut une ombre qui passa sur son visage pourtant si radieux d’habitude, alors qu’il baissa le regard vers sa main. Sa main, avec cet anneau de fiançailles à son doigt, celui qu’il avait échangé, le jour de leur promesse de mariage. Þ óra…

Alors non, tout ça, il n’y pensait pas. Éloi n’avait pas fait son deuil encore, et il ne savait même pas s’il arriverait à tourner la page un jour.
Mais ça, c’était une autre histoire, son histoire. Une histoire qui n’avait pas besoin d’être racontée pour l’instant.

-Et vous alors, Alec ? Que faites vous à Londres ? J’imagine bien que vous devez vivre ici, n’est ce pas ? Après tout, c’est une grande ville, pour la connaitre, il faut y séjourner longtemps au moins… Je peux l’assurer, moi-même, je viens de Paris, et même si je l’ai effectivement quittée tôt, je n’en connaissais pas chaque recoin ! J’imagine que l’on doit y trouver bien des surprises. Et pas que des filles qui sont des « plaies ». Ou bien des personnes corrompues…

Corrompus comme les brookers…
Le semi akuma ne s’était même pas rendu compte de son débit de paroles, ni si son interlocuteur le suivait jusqu’au bout. Trop bavard ? Non. Juste aimer la conversation.







L'esprit mal tourné des heartiens:
 
‡ Preux chevalier ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Éloi Bauchard‡ Preux chevalier ‡
Éloi obéit en goldenrod

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 64 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Fidèle - Courageux - Compréhensif - Protecteur - Naïf - Idéaliste - Rêveur - Optimiste - Franc - Manichéen - Sérieux - Fier - Poli - Amical - Persévérant - Sait poser ses couilles sur la table
▐ Parcours RP : Enfance commune (+10)
Pot de colle (+40)
Attrapez les tous !

Points : 215
Rang F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Sam 10 Juin - 23:46
Ton interlocuteur ne s’énerve pas en entendant tes mots, et tu dois bien avouer que tu en es soulagé. Certes, ça faisait plus ou moins parti de ton plan – si on peut considérer l’une de tes idées de la sorte. Et tu connais chaque rue par laquelle fuir et chaque recoin où te cacher. Mais ça aurait été dommage d’échouer si près du but. Tout comme ça aurait été dommage de te faire péter la gueule pour de simples informations.
« Allons, pourquoi dites-vous cela ? Il faut que vous me racontiez tout ça ! »
Oh craps, te voilà pris au piège. Il va falloir que tu racontes une histoire montée à la va-vite pour qu’il te fasse confiance. Tu ris doucement, comme si tu étais embarrassé de devoir faire de telles confidences. Ce qui est le cas en fait. Les plaisirs de la chair n’ont aucun intérêt à tes yeux et te mettent mal à l’aise plus qu’autre chose. Tu les trouves dégoûtant, répugnant. Et tu t’en veux lorsque tu cèdes à de si bas instincts.
« En effet, je ne suis pas venu ici pour visiter… Je suis venu ici pour rencontrer quelqu’un. Enfin, ce n’est pas une fille non plus. »
Tu écoutes, silencieusement. Tu enregistres chacune des informations qu’il peut te donner. Pour l’instant, elles ne représentent rien. Qu’un amas de faits qui ne semblent pas lier les uns aux autres. Mais plus tu en apprendras, plus tu passeras du temps en compagnie d’Eloi, et plus tu pourras voir. C’est là ton rôle de Bookman, ton devoir. La seule chose que tu sais faire, en vérité – que tu crois.
« Et vous alors, Alec ? Que faites vous à Londres ? J’imagine bien que vous devez vivre ici, n’est ce pas ? Après tout, c’est une grande ville, pour la connaitre, il faut y séjourner longtemps au moins… Je peux l’assurer, moi-même, je viens de Paris, et même si je l’ai effectivement quittée tôt, je n’en connaissais pas chaque recoin ! J’imagine que l’on doit y trouver bien des surprises. Et pas que des filles qui sont des « plaies ». Ou bien des personnes corrompues… »
Et merde, il a changé de sujet, il est passé à toi. Tu t’es foiré, Alec. Et maintenant, n’importe quelle question va paraître suspecte. Enfin, c’est ce que tu crois. Mais ce que tu crois représente tout ton monde, alors difficile pour toi de passer à côté. D’ailleurs, ton monde est en train de s’écrouler. Littéralement. Les couleurs font n’importe quoi, les bâtiments se fissurent. Il va falloir que tu fasses quelque chose pour y remédier, mais quoi ?
« Je ne suis que de passage en vérité. C’est juste que j’ai une bonne mémoire » Tu ris doucement, te frottant de nouveau le nez avec ta manche, comme si tu étais gêné par un tel aveu. La modestie, ça n’est pas ton truc en vérité. « Et puis, je l’ai étudiée, pour mon métier. » Tu déconnes Alec. Ressaisis toi. Le manque te fait faire des conneries, mais tu dois rester concentré, alors fais un effort bordel « J’écris un livre sur les grandes villes d’Europe. Leur construction, leur population, leur légendes …. Je prends un maximum d’informations et puis je ferai le tri plus tard »
Distrait, tu sors une cigarette de ta poche et l’allume. Rien de bien anormal en soit, si ce n’est que tu ne te rappelles plus si tu l’as fait en présence de l’homme déjà ou non. Dans ce cas là, il risque de trouver bizarre que tu fumes autant, alors que tu es si jeune. Mais si ça se trouve, c’est bel et bien la première que tu prends de la journée. Tu n’arrives pas à te souvenir, tout se trouble là-dedans.
« Londres est … différente, en effet. Elle grouille de monde et de cultures, c’est perturbant. Vous pourrez trouver de tout ici. Des gens respectables traitant avec des monstres et escrocs. Il y a des belles choses aussi, j’en suis certain. Mais je ne m’en rappelle plus »
Tu as les yeux plongés dans le noir depuis trop longtemps pour voir les choses agréables, celles qui réchauffent le cœur et font sourire. Au mieux tu les trouves pathétiques, au pire tu souhaites les voir disparaître. Peut-être que tu l’as déjà fait d’ailleurs. Ce n’est pas la première fois que ta mémoire te joue des tours, qui sait ce que tu as pu oublier d’autres.
« D’ailleurs, cet homme que vous devez voir … Vous n’allez pas m’attirer d’ennuis n’est-ce pas ? » Tu prends un air suspicieux avant d’exploser de rire. C’est bruyant, surfait, et ça fait mal à la gorge. « Je vous taquine, ne vous inquiétez pas. Quelqu’un qui a l’air aussi respectable que vous, impossible que vous vous attiriez des ennuis. »


♥:
 

Don't know what I'm doing

© by anaëlle.

Judas

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Purifier les Bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Alec BookmanJudas

Alec traque en #009999

&

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : *
▐ Parcours RP :
2/2 Indisponible

wwwHazel [4/3]
wwwEloi [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Mer 21 Juin - 12:32
Séparation


Les évènements prenaient presque une tournure trop belle pour que ce soit réel. Éloi marchait aux côtés de son nouveau « compagnon » d’un jour, bavardant –un peu trop- joyeusement, tout sourire, ne se rendant même pas compte qu’il était le seul à sourire sincèrement. Et c’était bien là le cœur du problème : Éloi était trop sincère. Mais les autres l’étaient moins souvent envers lui. Et lui ne l’avait pas encore remarqué, malgré le temps. Non, il préférait ne pas même pas essayer de penser à ça, et s’entourer de « bonnes » personnes tout en continuant sa mission de purger le monde du mal qu’était le Comte Millénaire et ses sbires.
C’est pourquoi Éloi profitait de la chance qu’il avait de tomber sur une personne qui était aussi généreuse pour lui montrer son chemin. Et, on ne pouvait pas lui enlever sa langue de commère. C’était même un plaisir de discuter ainsi : les corbeaux ayant subi un entrainement spécial, peu d’entre eux étaient aussi bavards que lui –au grand malheur du bleu. Par contre, lui, malgré sa dévotion à Central et ses entrainements pris très rigoureusement, rien n’avait pu empêcher qu’il soit aussi bavard.

Alors naturellement, Éloi s’était intéressé à ce jeune homme qui l’accompagnait.

-Je ne suis que de passage en vérité. C’est juste que j’ai une bonne mémoire.
-Ca alors ! Vous devez avoir une sacrée mémoire, une ville comme Londres me parait trop grande pour pouvoir en connaitre chaque recoin en si peu de temps ! Je dois  bien avouer que je suis impressionné.

En même temps, en tant que membre de Central en mission, il n’avait jamais eu l‘occasion de faire du tourisme, vraiment.

-Et puis, je l’ai étudiée, pour mon métier.  J’écris un livre sur les grandes villes d’Europe. Leur construction, leur population, leur légendes …. Je prends un maximum d’informations et puis je ferai le tri plus tard.

Les yeux d’Éloi brillèrent en entendant ces mots. Ca alors, un livre sur les différentes grandes villes. Cela s’annonçait passionnant ! Et il avait du voyager sacrément loin pour avoir un tel projet ! Ah il y en a qui avaient beaucoup de chance… Enfin, certes, le semi akuma avait été amené à beaucoup voyager, lui aussi, mais c’était différent. La seule chose qui le motivait autant pour partir aussi loin, c’est d’éviter que les akumas ne fassent des ravages partout dans le monde. Rien à voir avec du tourisme de loisir. Non, il était un soldat dans l’âme, un serviteur de Central, un des héros qui dévouaient leur vie entière pour sauver l’humanité. Rien que cet honneur devait le combler. Il n’avait besoin d’absolument rien d’autre.

-Ca alors, voila un projet passionnant ! Alors Alec, vous avez du voir beaucoup de grandes villes d’Europe dans ce cas. Où êtes vous déjà allé ? Quelles villes projetez-vous d’étudier ? Je guetterai votre livre avec impatience !

Oh ce n’était pas des paroles en l’air. Après tout, le semi akuma était curieux de nature –cela était assez évident- et aimait la lecture. Son problème, c’est qu’il croyait un peu trop ce qu’on lui disait…

Cependant, si Éloi voyait un peu tout d’un œil optimiste, ce n’était pas du tout le cas de son interlocuteur.

-Londres est … différente, en effet. Elle grouille de monde et de cultures, c’est perturbant. Vous pourrez trouver de tout ici. Des gens respectables traitant avec des monstres et escrocs. Il y a des belles choses aussi, j’en suis certain. Mais je ne m’en rappelle plus.

Un tel pessimisme attrista grandement le bleu. Comment pouvait-on avoir plaisir à vivre et regarder ce qui nous entoure si on s’obstinait à ne voir que le mauvais ? Le monde est rempli de si belles choses, et pourtant tout le monde s’obstine à les ignorer. Décidément, cet homme avait encore quelques leçons à apprendre s’il voulait vraiment écrire un livre…
C’est donc sur un léger ton de reproche qu’Éloi ne put s’empêcher de le reprendre.

-Allons, pourquoi dites vous cela ? Il y a tant de belles choses à voir, pourquoi vous concentrez vous sur le mauvais ? Croyez moi, vous perdrez des lecteurs, si vous gardez une vision aussi pessimiste !

Ce qu’il ne pouvait pas supporter un tel pessimisme ! Tous les jours, le semi akuma –non, Central tout entier- s’acharnait à combattre les forces du Comte Millénaire pour rendre au monde sa beauté d’antan. Tout ça, il le faisait volontairement, justement parce qu’il aimait ce monde, cette humanité. Il ne travaillait pas pour faire de ce monde un endroit aussi lugubre que ce qu’Alec semblait décrire…

-D’ailleurs, cet homme que vous devez voir … Vous n’allez pas m’attirer d’ennuis n’est-ce pas ? Je vous taquine, ne vous inquiétez pas. Quelqu’un qui a l’air aussi respectable que vous, impossible que vous vous attiriez des ennuis.

Le commentaire de l’homme finit par faire réagir le français. Malgré tous les espoirs qu’il avait… Alec n’avait pas entièrement tord : cette mission même le prouvait. Certains s’étaient laissés corrompre au point même de tomber aussi bas que d’aider le Comte Millénaire.
Des ennuis ? Oh si, il allait en avoir… Ou plutôt, il allait en attirer au brooker.

-Malheureusement, tout homme respectable que je suis, je ne peux vous donner entièrement tord : certains hommes respectables en apparence côtoient les plus corrompus, comme vous l’avez si bien illustré. Une erreur à corriger.

Bon sang que faisait-il ? Le voila qui commençait à parler de sa mission, des informations confidentielles ! Voila ce qui peut s’échapper, quand on est trop bavard… Alec allait finir par croire qu’il faisait partie de la police !

Heureusement, l’arrivée vint le sauver –car malgré son erreur, se taire était un effort encore trop difficile pour Éloi. Le grand homme se tourna alors vers le cadet, sourire aux lèvres. Qui ne laissait absolument rien présager sur ses intentions.

-Je vous remercie pour m‘avoir accompagné jusqu’ici, Alec. Votre compagnie était très agréable. Je vous souhaite de bons voyages et bonne chance pour votre livre. J’ai été enchanté de faire votre connaissance. Au revoir.

Un dernier signe de la tête en guise de salut, et Éloi se détourna de son compagnon, retrouvant tout son sérieux. A grands pas, celui-ci s’éloigna de l’homme, pour se diriger tout droit vers sa destination, qui était juste à côté. Tout semblait fermé dans la demeure du brooker, comme s’il se cachait. Dans ce cas, malgré tout le respect dont il pouvait faire preuve, le chevalier n’allait pas y aller par quatre chemins… Pas de respect pour les corrompus.
Alors, brutalement, il donna un coup violent dans la porte, qui s’ouvrit d’un coup sec sous le choc. Ce n’était peut être pas la plus discrète des méthodes, mais tant pis. Après tout, personne ne devait plaisanter avec la guerre.







L'esprit mal tourné des heartiens:
 
‡ Preux chevalier ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Mettre fin à cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Éloi Bauchard‡ Preux chevalier ‡
Éloi obéit en goldenrod

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 64 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Fidèle - Courageux - Compréhensif - Protecteur - Naïf - Idéaliste - Rêveur - Optimiste - Franc - Manichéen - Sérieux - Fier - Poli - Amical - Persévérant - Sait poser ses couilles sur la table
▐ Parcours RP : Enfance commune (+10)
Pot de colle (+40)
Attrapez les tous !

Points : 215
Rang F
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Sam 22 Juil - 18:30
« Aidez-moi. Par pitié. Tout s’effondre. Les monstres s’approchent. On est en danger. Vous êtes en danger. Il y a une ombre sur votre épaule. Elle vous suit. Elle veut votre mort. On devrait fuir. Je ne sais pas. Il faut faire quelque chose. Eloi. Ecoutez-moi. ECOUTEZ MOI.»
Si tu veux qu’il t’écoute, peut être devrais-tu commencer par formuler tes questions. Par laisser toutes ces pensées devenir des mots. Mais non, tu restes silencieux, faisant ces étranges dialogues dans ta tête. A tel point que ta tête ne devrait pas tarder à exploser. A moins que ce ne soit que le manque. Ou la maladie. Ou tout ça à la fois.
« Malheureusement, tout homme respectable que je suis, je ne peux vous donner entièrement tort : certains hommes respectables en apparence côtoient les plus corrompus, comme vous l’avez si bien illustré. Une erreur à corriger. »
Tu mets toute ton énergie restante pour te concentrer sur ses mots. Car enfin on dirait qu’il te donne des informations, petit à petit. Alors tu te dois d’écouter et d’enregistrer. Eloi n’est pas anodin, tu le sais et il vient de le confirmer. Mais pourquoi ? Ça, c’est encore flou. Et ça l’est de plus en plus, au fur et à mesure que ton esprit craque. D’ailleurs, ton corps aussi est en train de lâcher. Tes mains tremblent – plus que d’ordinaire – et tu te sens fiévreux. Pauvre petit camé.
Alec bordel, écoute pour de vrai. Il est venu corriger quelqu’un. Tu es en danger. Concentre-toi. Fuis. S’il apprend pour toi, si tu perds son respect, tu es mort. Tu dois partir ou le tuer avant qu’il ne le fasse. De toute façon, il n’est d’aucune utilité. Un nom de plus dans ce Grand Monde. Alors fais-le, Alec. Sauve nous.
« Je vous remercie pour m‘avoir accompagné jusqu’ici, Alec. Votre compagnie était très agréable. Je vous souhaite de bons voyages et bonne chance pour votre livre. J’ai été enchanté de faire votre connaissance. Au revoir. » Tu vois son sourire et frémis « C’était un plaisir. Merci beaucoup, je penserai à vous pour la dédicace. Bonne fin de séjour. »
Ta voix est minuscule et rauque, elle perd de son humanité. Elle transmet ta déception et ta fatigue. Car tu as échoué, Alec. Tu devais savoir qui est cet homme, tu devais remplir ton rôle de Bookman. Et tu n’as pas su le faire. Tu n’as pas su te contrôler. Tu ne vaux pas mieux que les autres. Tu ne vaux rien.

Recroquevillé, pitoyable, tu le regardes partir sans vraiment le voir. Il fait de grands pas, majestueux, alors que tu rampes dans ton coin. Il a l’allure d’un guerrier, d’un homme prêt à protéger une noble cause.

Et alors, le déclic se fait enfin. Ça y est, tu sais pourquoi tu connais ces couleurs. Tu sais pourquoi tu as l’impression d’avoir déjà vu Eloi, pourquoi il portait une auréole. Maintenant que ton esprit est libéré de l’opium et du reste, ta mémoire fonctionne. Tes idées s’affolent et tu comprends tout.
Tu te rappelles de cette histoire que te racontais Peter, de cette Guerre invisible, pour protéger l’humanité. Et Eloi y est lié, c’est certain. Il est l’un de ces soldats de Dieu. Alors tu dois le suivre, tu dois l’observer.

Au moment où tu te mets à courir, pour le rattraper – souffrant le martyr – le voilà qui défonce la porte. Tu t’arrêtes net, le cœur battant à milles à l’heure. Tu as d’un seul coup l’envie de fuir ou alors de disparaître. Mais ne plus être ici, alors que le danger pointe le bout de son nez. Tu es terrifié, Alec. Terrorisé. Et incapable de bouger, te voilà obligé de regarder toute la scène.


♥:
 

Don't know what I'm doing

© by anaëlle.

Judas

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Purifier les Bookmen
Aime:
N'aime pas: avatar
Alec BookmanJudas

Alec traque en #009999

&

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 58 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 24 ans
▐ Personnalité : *
▐ Parcours RP :
2/2 Indisponible

wwwHazel [4/3]
wwwEloi [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Pot de colle
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pot de colle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Traitement particulier d'un tableau double face . (colle de pâte, réversibilité, pontage)
» nettoyage des traces de colle
» La question qui me pose une colle !
» LA BONNE COLLE...
» Colle cyanoacrylate MXBON B684 où trouver ?

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Royaume-Uni-
Sauter vers: