Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Deus Ex Machina

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Deus Ex Machina
Mar 28 Fév - 17:53


Deus Ex Machina.



Du temps avait passé, depuis la tragédie. Le pire était derrière moi… mais le chagrin ne me quittait pas. Le ferait-il un jour ? Je savais que non. C'était inutile de me leurrer, d'espérer… et puis, je n'avais pas envie de ne plus souffrir. D'oublier. Car si les regrets et la douleur mourraient, ce serait le signe que les souvenirs disparaissaient avec eux. Et cela, je ne le supporterais pas… Ce serait les perdre une seconde fois, à jamais. Ho, je savais ce qu'Abigail me dirait ! D'aller de l'avant, de chercher de nouvelles choses plutôt que m'accrocher au passé, que je trouverai à nouveau l'amour, aussi fort et aussi beau. Basile me disait la même chose, de me relever, que chercher un nouvel espoir ne serait pas trahir ou oublier ce temps passé avec Abigail et Alexandre.
Peut-être… Peut-être avait-il raison. Après une éternité de désespoir, de fatalisme, je commençais à penser de nouveau que le futur pouvait apporter quelque chose. Je n'avais pas encore la force d'espérer, mais je commençais à essayer. Je n'avais peut-être rien à gagner, mais je n'avais sûrement rien à perdre...

Alors, quand on me demanda de jouer dans un orchestre, en Allemagne… je décidai d'y répondre. J'avais décliné bien des offres, et si tous avaient convenu que c'était normal après mon deuil, le temps les avait impatientés, et il se chuchotait que je n'allais plus jamais jouer, terrassé. Je m'en moquais bien, jusqu'ici… mais maintenant que le chagrin desserrait son emprise sur mon esprit, et que je commençais à réfléchir à nouveau, je comprenais qu'il était temps de revenir sur scène… ou il serait trop tard. Ma réputation s'écroulait lentement, et il me serait difficile de me refaire une place. Ou peut-être que non : je gardais mon talent, et l'influence de mes parents… Mais quoi qu'il en fût, poussé par mon cousin bien-aimé, j'avais accepté de participer à ce concert pour arrêter de me morfondre chez moi avec mes sombres pensées.

Il s'agissait d'un concert pour fêter la Saint Nicolas, dans une église. J'étais habitué aux publiques fortunés, mais cette fois, il était ouvert au peuple… ce qui se ressentait sur notre salaire. En temps normal, j'aurais refusé : je n'allais pas faire un tel voyage et sacrifier mon temps pour jouer à bas prix. Et encore moins pour un tel publique… Les basses classes étaient généralement incultes, rustres, dénués de manières et de raffinement. Elles n'avaient pas le temps de s'intéresser à la beauté, et perdaient le sens de l'art... Arriveraient-ils à apprécier à sa juste valeur un concert de ce niveau, verraient-ils l'art dans sa splendeur pure ? J'en doutais. Quant à la beauté du geste, pour cette occasion spéciale, cela ne me touchait guère. Je ne leur devais rien, et changer brusquement d'avis sous prétexte de date me paraissait hypocrite.

Mais c'était l'occasion de voyager, aller un peu plus loin ; comme pour fuir, pour un instant, mon malheur. Et les invitations se faisaient rares, autant saisir celle-ci…
C'était pour cela que je me retrouvais à nouveau sur scène, à jouer du violon. Je retrouvais cette sensation étrange, m'oublier dans la mélodie, laisser mes émotions de côté pour prendre celles de la musique, me mêler à l'orchestre pour découvrir l'Art…
Il y avait des choses qui ne pouvaient se décrire. Simplement… j'avais l'impression que je pourrais continuer à vivre ainsi. Par concerts, en oubliant Lys, en n'étant plus qu'un violon perdu dans la mélodie. Sans bonheur, sans chagrin, sans colère, sans bien ou mal. Juste de la beauté…
Mais au fond, ma raison me chuchotait que ma tristesse attendait la dernière note pour me retomber dessus. Et j'espérais que cela ne termine jamais.

Mais la fin arriva. Bien plus tôt que prévu.
Un craquement se fit entendre, et le toit disparu, laissant entrer le soleil.

Il y eut un temps de stupéfaction générale. Je fixais le plafond, tentant de comprendre ce qu'il se passait.  Et puis, quand une main grise et géante se fit voir, les cris fusèrent, et la panique explosa.

Je gardai mon sang-froid, et sommai de rester calme, mais en vain. Alors, je rangeai soigneusement mon instrument -la plupart avaient abandonné le leur pour courir, mais je me refusais à le faire-, et me mis à l'abri, suffisamment loin des murs qui s'écroulaient. Tous s'engouffraient dans la sortie, se poussant, se piétinant, hurlant, ignorant ceux qui avaient reçus un bloc de pierre tombé et qui criaient à l'aide. Abandonnées, les belles valeurs de Saint Nicolas : c'était chacun pour soi…
Quand la masse fut dehors -ou à terre-, je courus à mon tour, traversant le lieu pour atteindre la sortie. Tant pis pour les blessés, je n'avais aucune envie de l'être à mon tour.

Je sortis, et tombai nez-à-nez avec…
Je ne savais pas trop. Un colosse digne des romans grecs. Et il tourna ce qui lui servait d'yeux vers moi.
Ho… Dieu.
Je devais être en plein cauchemar.

© Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 60 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Un voyage en famille [Pv. Emy]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Re: Deus Ex Machina
Ven 3 Mar - 19:19
Déjà la Saint Nicolas ? Non pas que j'attache une grande importance à cette fête. C'est plutôt me fait de se dire qu'on est déjà à cette période de l'année qui me surprend. Ahh..  Le temps passe vite, décidément. Une nouvelle mission venait de nous être confiée à moi ainsi qu'à Ire. Rien de bien compliqué en somme, juste une mission de surveillance. Quoique la cible était assez étrange. Pas d'Akumas ou d'espions à traquer ici, mais le test d'une nouvelle invention à chapeauter. L'invention en question était issue des labos du QG européen de la Congrégation de l'ombre. Si l'ordre de mission de Central était tout ce qu'il y a de plus habituel, une note manuscrite l'accompagnait, incitant les agents à se tenir prêt à faire face à un potentiel imprévu. Cette note était signée J. Jill. Dès cet instant, j'aurai du me méfier bien plus...

Le Komulin neo, un colosse d'acier animé et autonome, à la frontière entre la mécanique et la sorcellerie, genre d'évolution de la technologie des golems. Impressionnant, n'est il pas ? Les premiers jours de tests se déroulèrent sans soucis majeurs, rendant l'exercice ennuyeux au possible pour nous autres corbeaux. Dans l'après-midi du troisième jour, l'engin échappa au contrôle des scientifiques, s'invitant rapidement dans les rues de la ville en y causant une panique folle. Le mastodonte ne tarda pas à révéler l'ascendance militaire des technologies qui le constituait. De nombreux prototypes d'armes à feu à répétition étaient en effet cachés à l'intérieur de sa carcasse, s'invitant à l'air libre  afin de cribler de balles les édifices environnants. Une terreur sans nom s'empara des badauds qui fuyaient les rues, tentant d’échapper au géant de fer.

L'unité de corbeaux affiliée à cette opération virevoltait dans les rues afin d'aider les civils en difficultés, aucune erreur n'était permise. Elle se scinda bientôt en deux groupes distincts ; l'un charger de l'aide à la population et l'autre d'arrêter le Komulin neo.
Apathy et Ire furent choisis pour affronter la bête, genre de baptême du feu pour les deux jeunes agents de Central.

Ahh..  Quelle galère cette mission. On était parti pour quelque chose de tout simple et un peu chiant, où on devait juste se la couler douce en surveillant les scientifiques et nous voilà en train de courir après cette..   chose ? Sérieux, mais qu'est qu'il avait en tête le mec qui a conçu ça ? C'est bien plus dangereux que des Akumas de niveau 1...   Et comme  par hasard, ça tombe sur nous. La poisse...
Le jeune homme jeta un œil à sa sœur qui le devançait déjà. Comme à son ordinaire, elle était toujours la première à foncer au front, en ce sens, cette mission lui convenait bien. Se mesurer à un adversaire bien puissant. Voilà qui la mettrait de bonne humeur pour la semaine ou au moins 3-4 jours. Il sourit à cette idée. La demoiselle oscillait souvent avec ses petits sauts d'humeur. Mais après une âpre bataille, son moral restait au beau fixe quelques temps, ce qui donnait souvent lieu à des moments de calme et de tendresse partagés.

Pas le temps de penser à l'après match, l'imposante stature venait de marquer l'arrêt devant une petite église de quartier.  Bientôt, ses poings s’abattirent sur l'édifice, faisant s'effondrer le toit centenaire. Il s'acharna quelques longues minutes sur les pierres, créant un chaos monstre au sein de la ruine. Les fuyards se piétinaient dans la cohue ; l'objectif zéro victime s'éloignait, quand à lui,  à vue d'oeil. Dans la foule, une silhouette blonde sortait du lot. Étonnamment calme dans un premier temps, l'individu avait son entière attention visser sur une mallette ou plutôt un étui. Un musicien ? Que fait il bon sang ? Pourquoi ne fuit il pas comme tout les autres ? Aller, bouges toi abruti !
Enfin. Enfin l'homme se mit en marche, comme une pendule détraquée dont le coucou ne s'activerait qu'à rebours. Il détala enfin de cette scène, l'étui entre ses bras dans un mouvement protecteur, fuyant la scène par les coursives. Si cet inconnu avait réussi à marquer l'indifférent personnage que je suis en un si bref instant, quand serait il de notre automate gigantesque ? Ça ne rata pas. Telle une jouvencelle abandonnant sa pudeur suite à un coup de foudre, le colosse se lança à la poursuite du musicien, lui faisant à présent face.

Tout ce passa très vite à partir de cet instant. D'un commun accord tacite, la demoiselle se lança à l'assaut de la structure métallique tandis que pour ma part, je devais mettre l'homme en sécurité. Un bras puissant et robuste était prêt à s’abattre sur la malheureuse victime. Moi, je voyais déjà les zéros de ma salaire s'envoler un à un. Tout mais pas ça. Sans autre considération que mon avarice, je m'interposa entre l'homme et la machine. Le mouvement de l'air déplacé par le coup de notre ennemi me fit détourner le regard un instant vers cette main qui s'apprêtait à s'écraser sur moi. Le reflet de cette paume de métal grandissant sur mes yeux, assombrissant mon visage dépité.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
 
Deus Ex Machina
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Deus ex machina
» l'antre de CAIN
» [SEINEN] Mirai nikki.
» Panini Wildstorm
» Deus ex machina

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Autres pays-
Sauter vers: