Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Poudre de Perlimpinpin

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Poudre de Perlimpinpin
Lun 8 Mai - 19:06
Mais quel idiot, vraiment ! Il avait voulu aller trop vite, et voilà le résultat. Et pour le coup, il ne pouvait s’en prendre qu’à lui-même. Sa cuisine n’était déjà pas très grande, et bien encombrée par de nombreux objets qui n’avaient déjà rien  à faire dans cette pièce (sérieusement, comment sa machine à écrire était-elle arrivée sur ce comptoir?!) et puis, pour quelqu’un qui aimait bricoler et qui savait faire bien des choses de ses dix doigts, il s’était quand même montré bien maladroit.

Un geste malheureux, et c’étaient les trois derniers œufs qu’il lui restait qui avaient glissé du meuble pour venir s’écraser au sol, irrécupérables. Il avait nettoyé tout ce bazar, avait remis la machine à écrire à son emplacement d’origine, plus sûr, et contemplait maintenant avec une certaine résignation ce qu’il restait de son projet culinaire.

C’était pour ça qu’il ne faisait jamais les macarons lui-même, qu’il allait toujours les acheter à la boulangerie. Pour éviter ce genre de catastrophe (et aussi parce qu’il fallait bien le reconnaître, les macarons de la boulangerie étaient souvent bien meilleurs que ce qu’il aurait pu faire dans sa petite cuisine). Ce n’était pas vraiment qu’il soit mauvais cuisinier, quoi que puisse en dire sa maman, à vrai dire il ne se débrouillait pas si mal pourvu qu’il y mette un peu de bonne volonté, mais il manquait cruellement de patience, de temps et d’équipement pour faire quelque chose de vraiment bien, et il n’aimait pas non plus faire les choses à moitié.

S’il s’était lancé dans cette aventure aujourd’hui, c’était pour un motif tout à fait particulier. Pour commencer, il était tombé un peu par hasard (dans un article de journal) sur une recette de macarons au chocolat, faciles à faire, et pour lesquels il disposait de pratiquement tous les ingrédients nécessaires. Lucie, la boulangère, avait bien voulu lui prêter une poche à douilles pour la journée afin que ses macarons aient une jolie forme, et il s’était lancé dans cette aventure.  

Et voilà où il en était. Il avait sorti des saladiers, avait mis un tablier, il avait même déjà commencé à mélanger la farine, le sucre et les amandes, mais voilà. Il n’avait plus d’œufs.
Misère.

Heureusement, tout n’était pas encore perdu. Même si on était dimanche et que les commerces devaient être fermés, il devait bien avoir des amis ou des connaissances qui pourraient le dépanner de quelques œufs, non ? Maintenant qu’il y pensait… il pourrait peut-être demander à Madame Eugénie ? Elle n’était pas sa voisine directe, mais elle habitait tout près et elle était encore la personne qu’il connaissait le mieux dans le voisinage. En plus, tel qu’il la connaissait, Madame Eugénie était le genre de grand-mère qui aimait cuisiner, elle aurait forcément quelques œufs pour le dépanner ! Il pourrait les lui rendre plus tard, à l’occasion.

Sans prendre la peine d’enlever son tablier (Eugénie habitait vraiment à deux pas), Basile enfila des chaussures et se mit en route vers la maison de sa voisine. Il attira quelques regards curieux sur le chemin, mais en quelques minutes, il se retrouvait devant sa porte. Il hésita un instant, réalisant qu’Eugénie ne serait peut-être pas chez elle (il ne l’avait pas vue ces derniers jours) ou qu’elle pouvait être occupée, et que ce n’était pas vraiment très correct de se présenter ainsi à l’improviste ; mais il frappa quand même.

Mais lorsque la porte s’ouvrit, il fut on ne peut plus surpris de trouver de l’autre côté non pas la petite grand-mère au sourire radieux, mais une jeune femme qu’il n’avait jamais vue depuis qu’il était arrivé à Paris (il se serait souvenue d’elle, avec une telle chevelure!). Il ne lui semblait pas non plus qu’elle fasse partie de la famille de sa voisine… il n’en connaissait pas tous les membres, mais de ceux qu’il avait pu rencontrer ou voir en photo, aucun n’avait une telle couleur enflammée.

Il la fixa quelques instants en silence, un peu surpris, avant de se reprendre :

« Oh hm, je suis désolé, je pensais.... Madame Eugénie ne vit plus ici ? » ça le surprenait, quand même. D’accord, ça faisait un moment qu’il ne l’avait pas croisée, mais…. Oh Seigneur. A son âge. Tout ça n’était pas bon signe, pas du tout. « Est-ce qu’il lui est arrivé quelque chose ? Dites moi juste qu’elle va bien, s’il vous plaît. »

Cette histoire commençait sérieusement à l’inquiéter.
L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 70 ▐ Autres Comptes : Wisely
Masculin
▐ RPG Age : 23 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant,
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

Multivers :
I solemnly swear that I am up to no good avec les sorciers du dimanche

[Flashback] Chasse aux champignons avec Hippolyte
[Flashback] When will my life begin ? avec Nausicaa
[Flashback] Poudre de Perlimpinpin avec Laoghaire
Lettres avec Nausicaa
The month of december will be full of tea and cuddles avec Nausicaa
[EVENT NOEL 2016] Let it snow avec Nausicaa et Maugrim
A trop se laisser tenter par le sucré avec Sheryl
Accalmie de fortune avec Svan
Bon anniversaire Brosin ! avec Rhian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Poudre de Perlimpinpin
Mar 9 Mai - 23:54
Pour la première fois depuis longtemps, tout est calme autour de toi. Il n'y a pas de conversation, pas d'explosion, pas d'urgence. Personne ne t’entoure, personne ne vient te déranger. La seule source de bruit, c’est le tic tac lent d'une horloge dans la pièce voisine.

Tout ce calme te fait le plus grand bien. Tu peux respirer et laisser tes idées vagabonder. C'est la première fois depuis que tu as rejoint la Congrégation. Et pourtant tu es la depuis deux mois à peine. Mais ces deux mois furent tant remplis qu'ils t'ont paru être une ou deux éternités. Voir même plus.

Et hier encore fut une journée bien pleine. Il y avait un brooker en ville et tu as réussi à l'arrêter. Tu ne l'as pas tué ! Jamais mon Dieu, c’est un être humain. Mais tu as pu le livrer aux autorités compétentes. Tu te demandes d'ailleurs, ce qui va lui arriver. Car après tout, cet homme ne faisait pas le mal exprès, n'est-ce pas ? Il suffirait de lui expliquer, de le convaincre. Peu importe, ce n’est pas ton rôle après tout.

Maintenant c'est fini et tu profites du calme de cette vieille maison parisienne. Tu devrais rentrer à l'Ordre, c'est bien vrai. Mais lorsqu'Eugénie – la vieille femme qui te loge ici – t'a proposé de rester un peu, tu n'as pas pu dire non. C’était trop tentant, as pas seulement à cause du silence. La vieille femme te plaît tant que tu voudrais rester toute la vie à ses côtés.

Tu trouveras bien une excuse quand tu rentreras, demain. Et puis, si jamais il doit se passer quelque chose dans la ville, tu es sur place pour intervenir ! Qui sait, une ville si grande doit bien abriter un ou deux akumas, malheureusement. Et excuses ou non, les Membres de la Congrégation savent que tu n’as pas fui et que tu as toujours en vie, puisque tu as fait ton rapport. Tous les soucis sont réglés, il faudra juste affronter leur courroux lors du retour.

Allongée sur le sofa, tu luttes contre le sommeil - il est encore bien tôt - lorsqu'on sonne à la porte. Tu sursautes aussi tôt et cherches quoi faire. Mme Taffard ne t'a pas donné de consigne et tu ne sais pas si c'est raisonnable de te montrer – tu pourrais mettre en danger la vieille femme. En même temps tu ne portes pas ton uniforme et ça pourrait être important.

Alors tu te lèves en vitesse et te précipites vers la porte. Derrière se trouve un jeune homme en tablier, qui semble tout autant surpris que toi. Un sourire aux lèvres, tu n’as pas le temps de le saluer qu’il se met à parler. Alors tu l’écoutes en silence, souriant toujours.
« Oh hm, je suis désolé, je pensais.... Madame Eugénie ne vit plus ici ? Est-ce qu’il lui est arrivé quelque chose ? Dites-moi juste qu’elle va bien, s’il vous plaît.
Oh non ! Non non non ! Madame Eugénie se porte très bien ! Elle mange avec ses enfants et petits-enfants. » Tu souris pour le rassurer avant de te rendre compte que ta présence ici pendant l'absence de la propriétaire est extrêmement suspect «  Et je ne suis pas une voleuse ou une tueuse ou Dieu seul sait quoi. Pas du tout, même. Je suis la...fille... de sa cousine. C'est ça. Je me mélange toujours avec les liens de famille ah ah »
Ton mensonge n'est vraiment pas tip top, et tu espères que l'inconnu te croira. En désespoir de cause, tu t'empresses de changer de sujet.
« Mais entrez ! Je ne sais pas où se trouvent les oeufs et vous n'allez pas rester sur le pas de la porte tout ce temps ! Venez » Tu lui adresses un grand sourire et te décales pour le laisser passer. « Moi c'est Gwen au fait et vous ? »




Cadeaux ♥♥:
 
Moodboards:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I



Merci Nina ♥️

Signa par Wilma ♥️

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 882 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
12/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [8/3]
wwwBasile [4]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [3]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [10]
wwwCélania [4]

MultiversNausicaa [12]
Multivers Eloi [3]
Multivers ☼ Much People [2]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Re: Poudre de Perlimpinpin
Ven 26 Mai - 21:43
Il avait beau fouiller tous les recoins de sa mémoire, impossible de se souvenir de cette jeune fille. Il ne l’avait jamais croisée dans le quartier, Basile en était presque certain. C’était d’autant plus surprenant de la trouver ici, dans le salon de madame Eugénie, alors que la propriétaire des lieux était absente. Décidément, il ne comprenait rien à cette affaire. Et dire qu’au départ, il était juste venu chercher de quoi terminer ses macarons..

Heureusement, l’inconnue le rassura bien vite sur l’état de santé de sa voisine.

« Oh non ! Non non non ! Madame Eugénie se porte très bien ! Elle mange avec ses enfants et petits-enfants. » Ah ! Oui, ça il voulait bien le croire. Ce n’était pas la première fois qu’Eugénie s’absentait pour aller rendre visite à sa famille. Mais ça n’expliquait pas vraiment la présence de cette inconnue dans son salon.. « Et je ne suis pas une voleuse ou une tueuse ou Dieu seul sait quoi. Pas du tout, même. Je suis la...fille... de sa cousine. C'est ça. Je me mélange toujours avec les liens de famille ah ah »


La fille de.. ah ! Alors elle était quand même une parente d’Eugénie ? Il ne connaissait personne dans la famille de sa voisine possédant une telle chevelure flamboyante (il était loin de les avoir tous rencontrés, bien sûr… mais c’était le genre de détail qu’il aurait pu remarquer sur une photo de famille, ou dont elle aurait pu lui parler) mais étant donné que leur lien de parenté semblait assez lointain, ça se tenait. Et maintenant, il s’en voulait un peu d’avoir tant douté de la demoiselle. Bien sûr qu’Eugénie n’aurait pas laissé n’importe qui rentrer chez elle, et la rousse n’avait vraiment pas l’air d’être une voleuse ou une criminelle, il voulait bien la croire sur parole. Pour commencer, elle ne lui aurait jamais ouvert la porte si ça avait été le cas.  

« … Oh ! Je suis désolé, je ne voulais pas me montrer suspicieux, non, ce n’est pas ça du tout.. j’étais un peu surpris, je pensais juste demander quelques œufs à madame Eugénie, et puis, je ne me souviens pas vous avoir déjà croisée ici. Mais c’est moi qui devrait m’excuser, bien sûr que vous n’êtes pas une voleuse... »

« Mais entrez ! Je ne sais pas où se trouvent les oeufs et vous n'allez pas rester sur le pas de la porte tout ce temps ! Venez » Et en disant cela, elle s’écarte pour le laisser passer « Moi c'est Gwen au fait et vous ? »

Au moins, le malentendu semble dissipé. Il se risqua même à lui lancer un sourire, en se présentant à son tour :

« Basile ! Je sais que les circonstances sont un peu étranges, mais je suis quand même ravi de vous rencontrer, » fit-il en la suivant en direction de la cuisine « En fait j’habite juste à coté, et.. mon dieu, je suis vraiment désolé d’arriver à l’improviste comme ça. C’est que j’ai vraiment besoin de quelques œufs pour finir ma recette, et comme je sais que Madame Eugénie cuisine beaucoup, je me disais qu’elle pourrait peut-être me dépanner. Je les lui rendrai lundi, bien sûr, sans faute ! Je me disais juste, pour une fois que je fais de la pâtisserie… ce serait dommage d’abandonner à cause d’une bête histoire d’œufs. »

Maintenant qu’il y pensait, c’est vrai qu’il aurait pu s’assurer d’avoir tous les ingrédients dans sa cuisine avant de se lancer dans cette aventure ; il n’avait pas l’air très fin, maintenant. Et c’était vrai qu’il serait bien déçu d’avoir à abandonner maintenant, il s’était déjà mis dans la tête qu’il mangerait des macarons pour le goûter, et il lui serait bien difficile de cacher sa déception si toute cette entreprise tombait à l’eau. Gwen n’avait sans doute pas conscience de toute la responsabilité qui pesait maintenant sur ses épaules ! Elle pourrait bien être sa sauveuse, ni plus ni moins. Et sans aucune exagération. Assurer la production des macarons était bien une objectif de première importance, après tout.  

« Mais au fait, d’où est-ce que vous venez, Gwen ? Vous n’avez pas l’air d’être parisienne, je me trompe ?  »

C'est vrai qu'à l'exception de son lien de parenté avec sa voisine, il n'avait toujours pas la moindre idée de qui pouvait bien être cette jeune femme.




Spoiler:
 

Spoiler:
 
 

L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 70 ▐ Autres Comptes : Wisely
Masculin
▐ RPG Age : 23 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant,
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

Multivers :
I solemnly swear that I am up to no good avec les sorciers du dimanche

[Flashback] Chasse aux champignons avec Hippolyte
[Flashback] When will my life begin ? avec Nausicaa
[Flashback] Poudre de Perlimpinpin avec Laoghaire
Lettres avec Nausicaa
The month of december will be full of tea and cuddles avec Nausicaa
[EVENT NOEL 2016] Let it snow avec Nausicaa et Maugrim
A trop se laisser tenter par le sucré avec Sheryl
Accalmie de fortune avec Svan
Bon anniversaire Brosin ! avec Rhian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Poudre de Perlimpinpin
Dim 18 Juin - 21:57
« Basile ! Je sais que les circonstances sont un peu étranges, mais je suis quand même ravi de vous rencontrer.  En fait j’habite juste à coté, et.. mon dieu, je suis vraiment désolé d’arriver à l’improviste comme ça. C’est que j’ai vraiment besoin de quelques œufs pour finir ma recette, et comme je sais que Madame Eugénie cuisine beaucoup, je me disais qu’elle pourrait peut-être me dépanner. Je les lui rendrai lundi, bien sûr, sans faute ! »
A peine l’as-tu invité à entrer que le jeune homme se met à parler. Pour un peu il serait plus bavard que toi et tu as bien du mal à ne pas te mettre à rire – ce serait tout à fait déplacé. Il n’a pas du tout l’air de se méfier de toi et ça te rassure. Cela aurait été une catastrophe si tu avais amené des ennuis à Madame Eugénie ou à la Congrégation. Oh oui, tu serais fait passer un sacré savon. Même si tu sais très bien que ça n’arrivera jamais, tu ne peux retenir un frisson qui te remonte le long du dos.
« Je me disais juste, pour une fois que je fais de la pâtisserie… ce serait dommage d’abandonner à cause d’une bête histoire d’œufs. »
La tête dans un placard, tu te mords les lèvres pour – encore une fois – ne pas rire. Ce n’est pas de ta faute ! Basile est terriblement amusant, et un petit peu attachant aussi, avec sa maladresse et sa tête dans les nuages. C’est dommage qu’il ne soit là que pour prendre des œufs, tu aurais bien aimé passer du temps en sa compagnie. Une autre fois peut être.
« Ils ne sont pas ici » marmonnes tu pour toi-même, avant d’ouvrir une nouvelle porte. « Mais au fait, d’où est-ce que vous venez, Gwen ? Vous n’avez pas l’air d’être parisienne, je me trompe ? »
Tu sors la tête et lui souris, réfléchissant si tu dois lui mentir ou non. Après une ou deux secondes, tu décides de lui dire la vérité – du moins, autant que possible. Tu refermes alors le placard, en faisant attention de ne rien casser, et lui réponds.
« Je viens de Bretagne. Et pour tout vous dire, je n’étais jamais venue à Paris encore. » Tu ouvres une nouvelle porte, fait la moue puis la referme « Et bien, on dirait que Madame Eugénie a peur qu’on lui vole ses œufs ! Où diable peuvent-ils bien être ? » C’est en ouvrant le dernier placard que tu les aperçois enfin « Les voilà ! Qu’est-ce que je vous disais déjà ? Ah oui, je ne suis jamais venue à Paris c’est une première fois, alors que nous n’habitons pas très loin en vérité. Mais ma Mère et Eugénie se sont disputée quand elles étaient jeunes et ma génitrice étant très têtue, elle n’a plus jamais adressée la parole à sa cousine. C’est en trouvant de vieilles lettre la fois passée que j’ai découvert son existence. Et comme je suis attachée à la famille, j’ai voulu passer la voir »
Oui, tu inventes tout cela. Parfaitement. Et tu n’as pas honte du tout. Enfin presque. Bon ok, tu es morte de honte de mentir de la sorte et d’inventer une cousine diabolique à la vieille femme. Mais au moins, tu es certaine que cette question ne pointera pas le bout de son nez et que tu ne paniqueras pas en tentant d’y répondre.
« Et vous savez, ça n'est pas une mauvaise chose d'être suspicieux. Ca montre que vous tenez à Madame Eugénie »
Tu te rends compte que tu tiens toujours les œufs dans tes mains et t’avances en direction de Basile pour les lui donner. Puis, alors qu’il te les prend, un doute te saisit. Oh, ça n’est pas grand-chose. Mais le jeune homme a l’air si tête en l’air – presque autant que toi – que tu préfères être sûre.
« Dites …. Vous êtes certain qu’il ne vous manquait que des œufs ? Oh pardon, je ne veux pas donner l’impression que je juge ou que je suis aussi désagréable que ma Mère » ça c’est fait « Mais ça serait un peu bête que vous repartiez pour revenir dans 5 minutes, non ? » Tu ris doucement avant de reprendre « Sinon, on peut très bien faire ce-truc-que-vous-faites ici. Ça fait longtemps que je n’ai pas cuisiné, ça pourrait être amusant ! »




Cadeaux ♥♥:
 
Moodboards:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I



Merci Nina ♥️

Signa par Wilma ♥️

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 882 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
12/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [8/3]
wwwBasile [4]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [3]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [10]
wwwCélania [4]

MultiversNausicaa [12]
Multivers Eloi [3]
Multivers ☼ Much People [2]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Re: Poudre de Perlimpinpin
Ven 18 Aoû - 21:50
« Je viens de Bretagne. Et pour tout vous dire, je n’étais jamais venue à Paris encore. »

Comment, elle n’est jamais venue à Paris ? C’est absolument fantastique ! Parce que ça veut dire qu’il lui reste encore à découvrir toutes les merveilles que renferme la capitale, tous ces lieux secrets et un peu magique qu’on ne peut connaître qu’après avoir passé des années à l’explorer de fond en comble, et dont même lui est encore loin d’avoir fait le tour. Il pourrait peut-être lui proposer une visite guidée cela dit, un peu plus tard ? Il n’a pas grand-chose de prévu aujourd’hui, et il est absolument impensable que Gwen reparte sans avoir au moins fait une fois le tour de la ville lumière !

 «Ce n’est pas vrai, vraiment jamais ? Mon dieu je n’arrive même pas à imaginer, je vis ici depuis que je suis tout petit... »

Cela dit la Bretagne, woah ! C’est aussi une région qu’il rêverait de visiter. La forêt de Brocéliande, la côte de granit rose, l’air marin et les crabes qui se cachent dans les rochers, sans oublier bien évidemment les crêpes et le caramel, voilà toutes les images qu’il associe à la Bretagne. Maintenant qu’il y pense, comment est-il seulement possible qu’il soit passé à coté si longtemps ? A partir de maintenant elle est au programme de ses prochains voyages, c’est certain !

«  Et bien, on dirait que Madame Eugénie a peur qu’on lui vole ses œufs ! Où diable peuvent-ils bien être ? » Gwen met tant d’ardeur à les chercher, ces œufs, que ça le fait sourire. Heureusement, elle semble les trouver en ouvrant le placard suivant « Les voilà ! Qu’est-ce que je vous disais déjà ? Ah oui, je ne suis jamais venue à Paris c’est une première fois, alors que nous n’habitons pas très loin en vérité. Mais ma Mère et Eugénie se sont disputée quand elles étaient jeunes et ma génitrice étant très têtue, elle n’a plus jamais adressée la parole à sa cousine. C’est en trouvant de vieilles lettre la fois passée que j’ai découvert son existence. Et comme je suis attachée à la famille, j’ai voulu passer la voir »

Alors ça, s’il s‘y attendait ! Basile a vraiment du mal à imaginer sa chère voisine se disputer avec qui que ce soit. Sérieusement, jusque là il n’envisageait même pas que cela soit possible. En plus pour que les deux femmes choisissent de couper les ponts comme ça, la chose devait être vraiment sérieuse. Le genre de dispute où l’on casse de la vaisselle et où les éclats de voix finissent par réveiller tous les voisins. Tout ça lui fait se poser beaucoup de questions, mais ce n’est pas vraiment le genre de choses qu’il pourrait demander comme ça à Gwen...

 «Eh bien, ça c’est une sacrée histoire ! Ça ferait presque un début de roman… » et en plus il est presque sérieux. Il faudrait changer deux trois choses, bien sûr, peut-être rajouter un monstre ou deux ou au moins un antagoniste. Ce serait une sacrée histoire, avec des séparations déchirantes et des retrouvailles larmoyantes... mais bon, c’est sans doute un peu étrange d’aller chercher l’inspiration dans les affaires de famille de sa voisine, surtout de cette manière. Tant pis, il trouvera bien autre chose la prochaine fois qu’il se lancera dans la rédaction de son chef d’œuvre romanesque.

« Et vous savez, ça n'est pas une mauvaise chose d'être suspicieux. Ça montre que vous tenez à Madame Eugénie » à ces mots, Basile ne peut s’empêcher de sourire. Maintenant il se sent un peu bête d’avoir pris Gwen pour une intruse.  « C’est que j’ai tellement l’habitude de la croiser tous les jours… c’est sûr que ça me ferait vraiment bizarre si elle venait à déménager du jour au lendemain, ah ah »

En disant cela, Gwen lui tend finalement la boîte d’œufs – et c’est une excellente nouvelle, parce que ça veut dire qu’il va pouvoir finir ses macarons et en avoir pour le goûter ! Il devrait en mettre quelques uns de côté pour Gwen et Eugénie, pour les remercier… mais il vaut peut-être mieux prévoir de retourner en acheter une boîte pour elles à la boulangerie un autre jour, parce qu’il ne voit pas vraiment comment il pourrait se retenir de tout manger.

«  Dites …. Vous êtes certain qu’il ne vous manquait que des œufs ? Oh pardon, je ne veux pas donner l’impression que je juge ou que je suis aussi désagréable que ma Mère »  «  Vous n’êtes pas désagréable ! » «  Mais ça serait un peu bête que vous repartiez pour revenir dans 5 minutes, non ? » … Maintenant qu’elle le dit, est-ce qu’il aura assez de poudre d’amandes ? Il a comme un doute sur la quantité qu’il peut rester dans la boîte, d’un coup «  Sinon, on peut très bien faire ce-truc-que-vous-faites ici. Ça fait longtemps que je n’ai pas cuisiné, ça pourrait être amusant ! »

 « Alors ça Gwen, ça c’est vraiment…. Une super idée !» Et il le pense, vraiment. Déjà, c'est bien plus amusant de cuisiner à plusieurs que de le faire seul, et puis s'il est honnête, la présence de Gwen pourrait aussi éviter pas mal de catastrophes. Le genre de catastrophe qu'il serait capable de déclencher involontairement en pensant à autre chose, comme un départ de feu dans son appartement, par exemple. Autant éviter. « Des macarons, c'est ça que je faisais. Vous aimez les macarons ? Question stupide, pardonnez-moi, bien sûr que vous aimez les macarons, tout le monde aime les macarons ! »  super enthousiaste, le Basile ? Ah ça oui, ça s'entend au rythme de ses paroles qui a bien accéléré « Laissez moi juste cinq minutes pour aller chercher la recette et les ingrédients que j'avais sortis à mon appartement, je suis de retour tout de suite, c'est promis, vous ne verrez même pas que je suis parti ! Vous devriez enfiler un tablier ou quelque chose comme ça en attendant, ce serait plus prudent »

Et aussitôt dit aussitôt fait, il est reparti. (Mais pas pour longtemps).




Spoiler:
 

Spoiler:
 
 

L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 70 ▐ Autres Comptes : Wisely
Masculin
▐ RPG Age : 23 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant,
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

Multivers :
I solemnly swear that I am up to no good avec les sorciers du dimanche

[Flashback] Chasse aux champignons avec Hippolyte
[Flashback] When will my life begin ? avec Nausicaa
[Flashback] Poudre de Perlimpinpin avec Laoghaire
Lettres avec Nausicaa
The month of december will be full of tea and cuddles avec Nausicaa
[EVENT NOEL 2016] Let it snow avec Nausicaa et Maugrim
A trop se laisser tenter par le sucré avec Sheryl
Accalmie de fortune avec Svan
Bon anniversaire Brosin ! avec Rhian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Poudre de Perlimpinpin
Dim 3 Sep - 0:53
Basile te parle d’Eugénie, et tu peux sentir à quel point il tient à elle. Et ça te rassure un peu, car toi aussi tu tiens à Madame Eugénie. Tu l’as à peine croisée, c’est bien vrai. Mais c’est comme ça, tu l’aimes bien. Et tu espères que vous pourrez vous revoir. Qui sait, tu pourrais prendre quelques jours de vacances et lui rendre visite ? Non, bien sûr que non, ça n’est pas possible avec la Congrégation. Les Exorcistes n’ont pas le droit à des vacances, quelle drôle d’idée. Enfin, peu importe.

« Alors ça Gwen, ça c’est vraiment…. Une super idée ! » Tu sourire s’agrandit. Bien sûr que c’est une super idée ! « Des macarons, c'est ça que je faisais. Vous aimez les macarons ? Question stupide, pardonnez-moi, bien sûr que vous aimez les macarons, tout le monde aime les macarons ! » Il parle si vite, pris par son enthousiasme que tu n’as pas le temps de dire quoi que ce soit. Tant pis, tu lui avoueras plus tard que tu n’as encore jamais mangé de maca-trucs. « Laissez moi juste cinq minutes pour aller chercher la recette et les ingrédients que j'avais sortis à mon appartement, je suis de retour tout de suite, c'est promis, vous ne verrez même pas que je suis parti ! Vous devriez enfiler un tablier ou quelque chose comme ça en attendant, ce serait plus prudent »
Le voilà déjà qui repart en trombe et tu as seulement le temps de lui dire « C’est d’accord » qu’il passe la porte en vitesse. Cette dernière claque et tu grimaces de façon peu gracieuse. Ça ne serait pas une bonne chose de casser la maison de votre hôte. Déjà qu’à deux maladroits rêveurs, vous risquez de faire des ravages dans la cuisine. Alors il vaut mieux ne rien détruire d’autre.

D’ailleurs, en parlant de cuisine, il faut que tu prépares tout ça. Basile a raison, il faut que tu enfiles un tablier. Si tu reviens couverte de farine à l’Ordre Noir, ça va être compliqué à expliquer. Au pire, tu peux toujours leur ramener quelques biscuits, pour aider à faire passer la pilule. Ça ferait plaisir à Monsieur Komui, sans aucun doute. Il faudra voir s’il y en a assez – ça serait bien bête de priver le Parisien.

Toute à tes pensées, tu vagabondes dans la pièce, cherchant divers récipients et autres ustensiles. Comme tu n’as aucune idée d’où peut se trouver tout ce bric-à-brac, tu farfouilles de nouveau dans les placards et les tiroirs. Et comme tu ne sais pas absolument pas ce qui peut réellement servir, la table est bientôt recouverte de tout un tas de bazar. Bof, au pire, vous pourrez mettre tout ça sur une chaise !

Après avoir enfilé un tablier, et juste avant que Basile ne revienne, tu sors ce qui ressemble à du jus de pomme du frigo et sers deux verres. T’agiter dans tous les sens, ça t’a donné soif. Et ça sera sûrement la même chose pour ton ami, s’il a dû traverser la rue et monter des escaliers et tu ne sais quoi. Oh d’ailleurs, tu espères qu’il ne s’est pas fait mal. A être trop pressé, on finit par tomber. Tu ne le sais que trop bien.

On toque de nouveau à la porte et tu te précipites dans l’entrée pour lui ouvrir et donner un coup de main. Tu ne sais pas ce qu’il faut pour faire … ce machin dont tu as déjà oublié le nom, mais il doit falloir plusieurs ingrédients, non ? Comme pour te donner raison, tu aperçois Basile les bras chargés.
« Oh attends, donne moi ça et ça.. Et.. Voilà. Ça serait dommage de tout faire tomber ou de te faire mal ! Et puis, on dirait pas, mais je suis costaude. » Tu tentes de montrer tes muscles et manques de faire tomber ce que tu portes « J’ai sorti plein de trucs pour faire la cuisine et normalement, je sais où on devra tout ranger à la fin. Et aussi, j’ai servi du jus de pomme. Madame Eugénie m’a répété au moins mille fois de faire comme chez moi, alors je doute que ça la dérange. Et au pire, on lui laissera des … euh … Des macadamia ? Le truc qu’on va faire là, pour nous faire pardonner ! »
Prise dans l’élan et ta bonne humeur incroyable, tu ne t’es pas rendue compte que tu tutoies Basile. Tout comme tu n’as pas remarqué à quel point tu viens de massacrer le nom de sa pâtisserie favorite. Bah, s’il te reprend, tu feras plus attention !




Cadeaux ♥♥:
 
Moodboards:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I



Merci Nina ♥️

Signa par Wilma ♥️

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 882 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
12/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [8/3]
wwwBasile [4]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [3]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [10]
wwwCélania [4]

MultiversNausicaa [12]
Multivers Eloi [3]
Multivers ☼ Much People [2]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Re: Poudre de Perlimpinpin
Dim 24 Sep - 19:36
A peine Basile est-il sorti de la maison de sa voisine que l’image de sa table de salon encombrée par une multitude d’ingrédients et d’ustensiles lui revient en mémoire, et il ne peut s’empêcher de grimacer à l’idée qu’il va devoir transporter tout ce bric-à-brac. Il aurait peut-être mieux fait de demander à Gwen de l’accompagner, finalement. Mais bon c’est un peu tard, il est déjà presque devant chez lui. Heureusement qu’Eugénie habite vraiment juste à coté, au moins le trajet ne sera pas long !

Cela lui prend quelques minutes de rassembler tout ce qui encombre sa table – farine, œufs, poudre d’amandes, saladier, et bien sûr sa fameuse recette de macarons ! Il aurait peut-être pu trouver tout cela dans les placards de sa voisine (surtout pour les ustensiles de cuisine, il ne fait aucun doute qu’Eugénie est bien mieux équipée que lui) mais au moins il est sûr de ne rien oublier. En plus, il ne se voit vraiment pas fouiller la cuisine de sa voisine alors que cette dernière est absente. Gwen peut se le permettre, elle est de la famille et en plus elle habite chez la vieille dame, mais lui il n’est que le voisin alors ce ne serait sans doute pas très correct.  Il pourra quand même lui laisser quelques gâteaux, pour la remercier. Ça en fera moins pour lui, bien sûr, mais quand même, c’est la moindre des choses. Et puis s’il a Gwen avec lui, ils pourront faire plus de macarons, et ça c’est quand même vraiment chouette !

Le retour est un peu plus pénible, et il doit faire vraiment attention à ne rien faire tomber. L’ouverture des différentes portes est un peu acrobatique et la boîte d’œufs qui se trouve sur le dessus de la pile vacille d’une façon un peu inquiétante à plusieurs reprises. Heureusement, il finit par atteindre la cuisine d’Eugénie sans accident majeur. (et si le paquet de farine s’est retrouvé un moment par terre, personne n’est obligé de la savoir). Gwen est là pour l’aider à tout poser sur la table sans rien casser, et  contre toute attente, à eux deux ils s’en sortent plutôt bien.
Même si pour être honnête, il a comme l’impression que Gwen est à peu près aussi maladroite que lui. Ça promet pour la suite de cette expérience culinaire, mais ce n’est pas ça qui risque de lui faire peur !

« J’ai sorti plein de trucs pour faire la cuisine et normalement, je sais où on devra tout ranger à la fin. Et aussi, j’ai servi du jus de pomme. Madame Eugénie m’a répété au moins mille fois de faire comme chez moi, alors je doute que ça la dérange. Et au pire, on lui laissera des … euh … Des macadamia ? Le truc qu’on va faire là, pour nous faire pardonner !»

Alors qu’il s’apprêtait à la remercier pour le verre de jus de pomme qui l’attend sur la table, Basile s’arrête complètement, et reste là à fixer Gwen, la bouche à moitié ouverte et un air profondément scandalisé collé sur son visage. Ça y est, cette fois Basile a vraiment cessé de fonctionner. Personne n’avait réussi à lui clouer le bec comme ça depuis… quand même pas mal de temps. En quelque sorte, c’est un véritable exploit que vient de réaliser Gwen.

« Des. Des.. macadamia ? » il répète, incrédule. Mais qu’est-ce que c’est que ça, des macadamia ?? Jamais entendu parler. Il n’est même pas sûr que ça existe. « Non non, pas du tout, c’est pas du tout ça. Oh Gwen, Gwen.. tu as vraiment beaucoup de choses à apprendre ! Des macadamia... » il secoue la tête, comme si cela pouvait l’aider à se remettre de ses émotions. Si Gwen n’a jamais mangé de macarons, c’est quelque chose qu’il faut réparer immédiatement, et il compte bien s’en charger. « Alors non, on ne va pas faire des macadamia, mais des macarons. Prends des notes s’il le faut, parce que c’est important. » Aujourd’hui, hors de question de rater leur recette. Déjà en temps normal, on ne rate pas des macarons, ce serait un crime (même si tout le monde ne semble pas partager ce point de vue, à son plus grand désespoir. Il y a encore beaucoup de gens comme Gwen dans le monde, qu’il faut convertir au plus vite ; et il compte bien s’en charger personnellement s’il le faut) mais là, il faut impérativement qu’ils réussissent à faire des macarons absolument fabuleux, pour que Gwen comprenne vraiment l’importance de ces petites merveilles ! « Les macarons sont un peu comme de petits gâteaux aux amandes, tout ronds, et souvent fourrés avec de la confiture, du chocolat, ou.. tout ce qu’on veut ! Attends, je vais te montrer, ce sera plus clair » en disant cela, il tend à Gwen l’article de journal dans lequel il a trouvé la recette, accompagnée d’une photo en noir et blanc « Voilà, alors là on ne voit pas bien parce qu’il manque les couleurs, mais tu vas voir ! On va faire les meilleurs macarons de Paris, et plus jamais tu ne me parleras de macadamia, c’est promis ! » et il ne peut pas s’empêcher d’éclater de rire. Il a bien fait de passer chez madame Eugénie, faire des macarons avec Gwen sera sans aucun doute bien plus amusant que de les faire tout seul. Et puis, il s’agit d’une mission d’intérêt général ! Si la Bretagne d’où vient Gwen ne connaît pas les macarons, alors elle pourra ramener la recette chez elle lorsqu’elle y retournera, et petit à petit, ce sont toutes les régions de France, et bientôt du monde, qui se mettront à faire des macarons !

Et alors, on pourra envisager une paix mondiale.

C’est une idée brillante, et il en est extrêmement fier. L’avenir est dans le macaron, il n’en a jamais douté.

« Alors, hm, je n’ai pas trop l’habitude de cuisiner comme ça, d’habitude je les achète plutôt à la boulangerie. Mais ça devrait aller, hein ? » en disant cela, il attrape le saladier et le pose devant eux sur la table « Voyons voir, selon la recette, il faut commencer par mélanger.. ça et ça » fait-il en désignant les amandes et le sucre glace. « Après, il faut battre les blancs en neige, avec le sucre, et, euh… tu sais faire ça, toi ? »

Il n’a qu’une idée très vague de ce à quoi peuvent ressembler des œufs montés en neige, et franchement, ça le rassurerait beaucoup si Gwen s’y connaissait un peu mieux que lui en cuisine.




Spoiler:
 

Spoiler:
 
 

L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 70 ▐ Autres Comptes : Wisely
Masculin
▐ RPG Age : 23 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant,
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

Multivers :
I solemnly swear that I am up to no good avec les sorciers du dimanche

[Flashback] Chasse aux champignons avec Hippolyte
[Flashback] When will my life begin ? avec Nausicaa
[Flashback] Poudre de Perlimpinpin avec Laoghaire
Lettres avec Nausicaa
The month of december will be full of tea and cuddles avec Nausicaa
[EVENT NOEL 2016] Let it snow avec Nausicaa et Maugrim
A trop se laisser tenter par le sucré avec Sheryl
Accalmie de fortune avec Svan
Bon anniversaire Brosin ! avec Rhian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Poudre de Perlimpinpin
Dim 1 Oct - 18:55
Contre toute attente – enfin, nous on s’y attendait mais pas toi, Gwen – Basile semble totalement insulté par ton manque de culture culinaire. Ça n’est pas bien ta faute, les macarons ne sont pas si répandus que ça, encore moins dans un village breton – où l’on préfère le beurre salé et le caramel. Et puis, tu as passé les dernières années dans un couvent. Alors, les macarons, tu n’as vraiment aucune idée de ce que ça peut être. Et à en croire les paroles du Parisien, c’est un crime. Que dis-je, une haute trahison !
« Des. Des.. macadamia ?  Non non, pas du tout, c’est pas du tout ça. Oh Gwen, Gwen.. tu as vraiment beaucoup de choses à apprendre ! Des macadamia... » Outch, tu comprends que tu as fait une bêtise. Tu voudrais t’excuser, mais trop tard. Basile est lancé. « Alors non, on ne va pas faire des macadamia, mais des macarons. Prends des notes s’il le faut, parce que c’est important » Amusée par son émotion, tu suis ses consignes et attrapes un bout de papier et un crayon. La leçon peut commencer « Les macarons sont un peu comme de petits gâteaux aux amandes, tout ronds, et souvent fourrés avec de la confiture, du chocolat, ou.. tout ce qu’on veut ! Attends, je vais te montrer, ce sera plus clair. Voilà, alors là on ne voit pas bien parce qu’il manque les couleurs, mais tu vas voir ! On va faire les meilleurs macarons de Paris, et plus jamais tu ne me parleras de macadamia, c’est promis ! »
Tu observes attentivement la photo, et as du mal à retenir une moue dubitative. C’est que tu n’es pas si douée que ça en cuisine. Et Basile, avec ses airs de rêveur, n’a pas l’air beaucoup plus dégourdi que toi. Du coup, tu n’es pas certaine que vous arriviez à faire quelque chose d’aussi beau. Ça sera déjà bien si vous faites quelque chose de bon. Oui, c’est un premier objectif à atteindre plutôt honnête.
« C’est tout bien noté, Chef. Je ne ferai plus une telle erreur, et j’ai bien hâte de goûter ces macarons. »
Tu effectues ce qui ressemble à un salut militaire, amusée, avant de reprendre un semblant de sérieux. A trop faire l’imbécile, tu vas finir par mettre le feu à la maison, tuer Basile et déclarer une Guerre Mondiale. Et comment dire que c’est un peu bof bof. Alors il faut que tu restes concentrée, Gwen, pour ne pas louper la tâche qui t’attend.
« Alors, hm, je n’ai pas trop l’habitude de cuisiner comme ça, d’habitude je les achète plutôt à la boulangerie. Mais ça devrait aller, hein ?
Mais oui, ne t’en fais pas !
Voyons voir, selon la recette, il faut commencer par mélanger.. ça et ça. Après, il faut battre les blancs en neige, avec le sucre, et, euh… tu sais faire ça, toi ? »
Cette fois-ci, tu ne peux t’empêcher de rire devant l’air perdu de ton compagnon. Lui qui désire tant cuisiner ses macarons n’a vraiment pas l’air doué avec toute cette histoire – ce qui confirme ton pressentiment.
« Oui oui, ne t’inquiète pas ! J’étais souvent de corvée cuisine lorsque j’étais en couvent » Les rares fois où tu ne détruisais presque pas tout « Et comme j’t’ai dit, je suis musclée ! Je ne vais faire qu’une bouchée de ces œufs en neige. Pendant ce temps, je te laisse mélanger le reste ? Méfie-toi, le sucre glace ça vole dans tous les sens. »
Et aussitôt dit, aussitôt fait, tu attrapes le saladier ainsi qu’un bol et commences à séparer le blanc du jaune. En même temps que tu le fais, tu expliques à Basile qu’il ne faut surtout pas se louper, car sinon les blancs ne monteront jamais. On te l’a répété tellement de fois que c’est ancré en toi. Tu serais presque aussi sévère que la Mère Supérieure si tu voyais un mini bout de jaune perdu dans le blanc.

Puis, avec énergie – un peu trop peut-être –, tu commences à battre tout ça. Ton épaule ne s’est pas encore faite arracher par un requin, du coup c’est plutôt facile pour toi. Ton bras fatigue, sans trop de surprise, et ton dos te tire un peu. Mais rien de bien insurmontable.
« Dis moi Basile, pourquoi cette passion pour les macarons ? J’ai bien compris que c’était tout à fait merveilleux et excellent ! Mais ça reste une pâtisserie. Et puis, si un jour tu découvres un nouveau petit biscuit ou une nouvelle douceur, encore meilleure, tu feras comment ? Tu devras divorcer avec les macarons ? Faire le deuil de cet amour inconditionnel ? »
Comme si tu le connaissais depuis toujours, tu te permets de le taquiner. C’est qu’il t’amuse vraiment, Basile, avec son enthousiasme semblable au tien et la façon qu’il a de parler des choses avec passion. Tu te dis qu’il ferait un très bon professeur, sans aucun doute. Et puis un très bon Papa aussi, s’il trouve chaussure à son pied – ou plutôt bague à son doigt.
« Et voilà ! Il faut faire quoi ensuite ? Tu parlais de sucre tout à l’heure, il faut l’incorporer c’est ça ? Vaut mieux le faire super doucement, on risque de casser les blancs sinon. Et il faudra tout recommencer. Et … on n’a pas assez d’œufs. Bidiou, c’est l’épreuve ultime en fait. Et ensuite, on devra faire quoi ? »




Cadeaux ♥♥:
 
Moodboards:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I



Merci Nina ♥️

Signa par Wilma ♥️

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 882 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
12/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [8/3]
wwwBasile [4]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [3]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [10]
wwwCélania [4]

MultiversNausicaa [12]
Multivers Eloi [3]
Multivers ☼ Much People [2]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Re: Poudre de Perlimpinpin
Dim 12 Nov - 13:45
C’est certain que pour débuter en cuisine, il existe des recettes plus faciles à réaliser que les macarons. Plus il regarde la recette, plus il se rend compte qu’il y a quand même beaucoup d’étapes à suivre à la lettre, et que s’il commence à improviser et à se fier davantage à son instinct qu’aux instructions, il risque de se produire une véritable catastrophe dans la cuisine de madame Eugénie. Heureusement que Gwen est là, mine de rien ça l’oblige à se concentrer.

S’il avait un peu plus d’expérience, il pourrait peut-être se permettre quelques libertés, rajouter un peu de sucre par-ci, un peu de zeste de citron par-là, mais il est encore loin d'avoir ce niveau-là. Pour sa défense, il faut dire qu’il n’a pas non plus beaucoup touché aux spatules étant enfant : c’était la cuisinière qui s’occupait de préparer à manger pour toute la famille, et elle n’a jamais vu d’un très bon œil ses escapades occasionnelles dans les cuisines, alors il a fini par ne plus y aller du tout, au bout d’un moment. Et puis cuisiner n’était pas non plus quelque chose qui intéressait beaucoup sa mère, encore moins son père, alors il faut bien dire qu'il a un peu manqué d'occasions de l'améliorer.

D'ailleurs, ça lui fait penser à son tout premier mois passé à habiter seul, juste après son emménagement à l’appartement… lorsqu’il avait fini par réaliser qu’il ne pourrait pas se permettre très longtemps de manger dehors à tous les repas, il avait bien été obligé de s’y mettre. Ce mois-là avait été culinairement très intéressant, mais… son estomac aimerait autant qu’il n'y pense plus jamais.

Tout ça pour dire que les blancs en neige… ça le dépasse encore un peu. Heureusement que Gwen ( qui semble bien s’amuser de son air perdu, la fourbe!) a l’air plus à l’aise que lui sur ce coup-là, ou toute cette entreprise aurait pu tomber à l’eau.

« Oui oui, ne t’inquiète pas ! J’étais souvent de corvée cuisine lorsque j’étais en couvent » Au couvent ? Dis donc, il n’aurait jamais pensé que Gwen soit une religieuse ! Un moment, il essaye de l’imaginer avec cette robe noire et blanche que toutes les religieuses semblent porter.. mais ce n'est vraiment pas évident, et l'image a bien du mal à s'afficher dans son cerveau. « Et comme j’t’ai dit, je suis musclée ! Je ne vais faire qu’une bouchée de ces œufs en neige. Pendant ce temps, je te laisse mélanger le reste ? Méfie-toi, le sucre glace ça vole dans tous les sens. »

«  Félicitations ma chère Gwen, tu viens de sauver ces macarons. Et t’en fais pas pour le sucre glace, c’est comme si c’était fait ! » Tandis que Gwen commence à séparer les blancs des jaunes, il attrape le saladier où se trouvent déjà les autres ingrédients, et commence à mélanger doucement avec une cuillère en bois. Tout se passe sans accident majeur, et il a même l’impression de comprendre les gestes que lui montre Gwen pour monter les blancs en neige. De là à dire qu’il saurait le refaire aussi bien, bon, ce n’est pas encore très sûr, mais au moins il pourra s’entraîner.

Il voudrait demander à Gwen à quoi ressemble la vie dans un couvent, et si elle se plaît là-bas, mais c’est la rousse qui reprend la parole en premier :

« Dis moi Basile, pourquoi cette passion pour les macarons ? J’ai bien compris que c’était tout à fait merveilleux et excellent ! Mais ça reste une pâtisserie. Et puis, si un jour tu découvres un nouveau petit biscuit ou une nouvelle douceur, encore meilleure, tu feras comment ? Tu devras divorcer avec les macarons ? Faire le deuil de cet amour inconditionnel ? »

Et voilà qu’elle commence à le taquiner ! Et ça semble plutôt bien marcher puisqu’il éclate de rire, avant de répondre sur le même ton :

« Ah la la, Gwen, Gwen, Gwen ! Tu as tout faux: non, bien sûr que non on ne divorce pas des macarons ! C’est bien plus qu’une pâtisserie, c’est un petit peu magique, tu vois ? Tu peux le noter, ça aussi. Tu sais que certains chercheurs affirment même que les macarons viennent d’une dimension parallèle, où la terre serait faite de poudre d’amande et le ciel de sucre glace, tout ça avec plein de couleurs différentes qu’on peut même pas imaginer, et les macarons ce serait un peu le mariage du ciel et de la terre, tu vois, et le magasin Ladurée serait une sorte de passage entre ce monde et le nôtre, et... » emballé par les bêtises qu’il est en train de déballer, il donne un coup de cuillère un peu trop vif dans le saladier, et un nuage de sucre glace s’en échappe, qui le fait presque éternuer «  Et zut ! Enfin oui, c’est pas encore prouvé, mais ça viendra, tu verras, » il lui lance un clin d’œil ; honnêtement, il pourrait raconter des histoires sur les origines mystiques des macarons toute la journée, si on le laissait. Ça pourrait être son prochain roman, peut-être ? Idée à creuser «Plus sérieusement… je crois que j’ai toujours aimé les macarons. Je n’arrive même pas à me souvenir de la première fois où j’en ai mangé, ça devait être chez mes parents, sûrement. Mais ce dont je suis sûr, c’est qu’après ça, ma vie n’a plus jamais été la même. C’est un peu comme tomber amoureux, je pense. » et si son regard se fait un petit peu rêveur en disant cela, si son esprit s’en va, juste quelques instants, faire un tour dans une petite boutique de fleurs de l’autre côté du Rhin, il n’est même pas certain qu’il s’en rende compte «  Tomber vraiment… très amoureux. Enfin ! Tu vois l’idée, je pense. »

Il retrouve rapidement ses esprits, pour se concentrer à nouveau sur la recette.

« Et voilà ! Il faut faire quoi ensuite ? Tu parlais de sucre tout à l’heure, il faut l’incorporer c’est ça ? Vaut mieux le faire super doucement, on risque de casser les blancs sinon. Et il faudra tout recommencer. Et … on n’a pas assez d’œufs. Bidiou, c’est l’épreuve ultime en fait. Et ensuite, on devra faire quoi ? »
«  Hm, oui ça a l’air d’être ça. Bon, on va être hyper prudents alors ! Tu remues les blancs, et je rajoute le reste petit à petit ? Et après, voyons voir… après c’est presque fini, il faudra juste faire des petits tas avec la poche à douilles, puis mettre au four…. Ah non ! Attends, on a failli oublier le cacao ! Je m’en occupe ! »

Aussitôt dit, aussitôt fait. Il attrape la boîte de cacao et ajoute la bonne quantité au sucre et à la poudre d'amande, en faisant attention à ne pas en mettre partout.

Lorsqu'ils peuvent enfin passer à l'opération délicate qui consiste à incorporer le mélange aux blancs montés en neige, il en profite pour demander à Gwen :

«  Ce que tu disais tout à l'heure.. tu es au couvent en Bretagne, c'est bien ça ? J'imagine que ça doit être assez différent de la vie à Paris. Tu te plais, là-bas ? Ou bien tu préférerais vivre ailleurs ?  »

Cette question est peut-être un peu trop personnelle pour quelqu'un qu'il connaît depuis si peu de temps, mais honnêtement à ce stade, il a presque l'impression que Gwen est une vieille amie, et qu'il la connaît depuis des années.




Spoiler:
 

Spoiler:
 
 

L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: avatar
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 70 ▐ Autres Comptes : Wisely
Masculin
▐ RPG Age : 23 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant,
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

Multivers :
I solemnly swear that I am up to no good avec les sorciers du dimanche

[Flashback] Chasse aux champignons avec Hippolyte
[Flashback] When will my life begin ? avec Nausicaa
[Flashback] Poudre de Perlimpinpin avec Laoghaire
Lettres avec Nausicaa
The month of december will be full of tea and cuddles avec Nausicaa
[EVENT NOEL 2016] Let it snow avec Nausicaa et Maugrim
A trop se laisser tenter par le sucré avec Sheryl
Accalmie de fortune avec Svan
Bon anniversaire Brosin ! avec Rhian
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Poudre de Perlimpinpin
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Poudre de Perlimpinpin
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aromathérapie : Se soigner par les Huiles Essentielles
» j'ai trouvé un magasin qui vend des colorants en poudre
» couleuvrines et autres traits à poudre
» [Maugenest, Thierry] La poudre des Rois
» cake au lait de coco et à la poudre noix de coco.

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: