Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 » Remède des montagnes

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
» Remède des montagnes
Ven 30 Juin - 20:25
Il attrape sa sacoche dans laquelle il y fourre ce dont il a besoin ; une pomme, un morceau de pain, un peu de fromage et de l'eau. Sa mère, à ses côtés, prépare une seconde sacoche qu'elle remplit un peu plus ; aujourd'hui, Oreste part ravitailler son père en altitude. Cela fait quelques jours qu'il est parti avec le bétail et, compte tenu du temps clément, il est fort probable qu'il décide d'y rester encore quelques jours. C'est pourquoi, afin de parer à toute éventualité, la mère d'Oreste l'envoie porter des provisions.

Vêtu de son manteau, d'une bonne écharpe ainsi que de ses chaussures de marche, le fauconnier quitte donc la maison, empruntant la route des pâturages avec ses deux besaces. Sur le chemin, et avec un naturel presque déroutant, Voltaire pointe le bout de son bec, se posant sur une branche pour mieux fixer son ami. Oreste lui adresse un sourire avant de lui faire un signe de la tête.

« Tu m'accompagnes, Volty ? »

Le faucon lui répond par un petit cri bref avant de déployer ses ailes et de quitter sa branche. Ne se séparant jamais de son gant, Oreste tend le bras pour laisser Voltaire d'y poser. Du bout du doigt, le blond caresse les plumes claires de son flanc avant de lui donner un peu d'élan pour qu'il puisse s'envoler de nouveau. Voltaire prend donc son envol, prenant un peu d'avance sur son ami mais sans jamais disparaître de son sillage.

Sur le chemin, le faucon ne manque pas jeter un coup d'oeil ou deux vers Oreste. Ce dernier avance à allure modérée, prenant garde au chemin afin de ne pas trébucher bêtement et se blesser inutilement. Il connaît bien ce chemin de montagne, mais personne n'est à l'abri, même sur un sentier emprunté fréquemment.

Après deux heures de marche, Oreste s'accorde une pause, prenant place sur un rocher. Il sort son pain et son fromage de son sac, attrapant son petit couteau afin de se restaurer. Perché à proximité, Voltaire patiente en silence, guettant les alentours avec parcimonie.

« Voltaire. »

Oreste tend le bras, l'invitant à le rejoindre. Sans se faire prier, l'oiseau vient se poser sur son gant, observant son ami.

« Tu sembles nerveux, mon ami. Tu as entendu quelque chose ? » Un petit son en guise de réponse, Oreste redresse la tête pour regarder autour d'eux. « Nous sommes encore assez proche du village, je ne pense pas que... »

Un craquement fait sursauter le blond, Voltaire agitant ses ailes avant de décoller de son perchoir. Le jeune homme cligne des yeux avant de quitter son rocher pour mieux se diriger vers la source du bruit. Ça venait du bois ; un animal ? Non, il n'aurait pas fait un tel bruit. Surtout s'il s'agit d'un prédateur. Alors quoi ?

Oreste jette un coup d'oeil à Voltaire qui vole un peu au dessus de lui avant de finalement se poser sur son épaule. Le blond grimace légèrement ; les serres de l'animal sont un peu douloureuses sur son épaule, même malgré la présence de son manteau. Voltaire cherche probablement à savoir ce qu'il se passe sans chercher à entraver Oreste.

D'un geste hésitant, le jeune homme écarte quelques branches pour se frayer un chemin. Après quelques pas, il aperçoit une forme. Un soupir franchit ses lèvres lorsqu'il reconnaît une personne, et non pas un animal. Il s'approche donc et, tout en restant à distance respectable, il se décide à engager la conversation.

« Bonjour, est-ce que tout va bien, monsieur ? »
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: » Remède des montagnes
Ven 30 Juin - 23:41




Le sorcier se stoppa à nouveau, s'appuyant contre un arbre pour reprendre son souffle.
Cela faisait déjà plusieurs jours qu'il avait quitté son repère souterrain dans les catacombes et sa natale Paris pour rejoindre cette province. Il aurait préféré ne pas faire ce voyage, préférait rester dans les ténèbres parmi les os à moudre encore et encore du noir et des pensées dangereuses. Plus le temps passait et plus ses pensées s’obscurcissaient, et ce, depuis... Ce jour...

Sa mère l'avait incité à partir quelque temps, sous le prétexte de récupérer des ingrédients rares pour de future concoction et introuvable sur la capitale, même auprès de leurs fournisseurs.
Et puis il n'y avait pas que ça, il devait fuir, se faire oublier aussi. Durant ces derniers jours, il avait fait la rencontre d'ennemis mortels et s'il semblait avoir échappait au sort funeste, il valait mieux éviter de faire des vagues et rencontrer à nouveau ces hommes à la peau grise, ses noés...

Mais cela ne changeait en rien un point fondamentale : le sorcier n'était pas fait pour les voyages.
Durant sa vie de famille, avec sa femme et sa petite fille, il avait déjà eu l'occasion de quitter Paris, de visiter les provinces, plus particulièrement les bords de mer durant les chauds étés, mais ce temps était à présent résolu. Et la Haute-Savoie n'avait rien à voir avec la mer, ni même les catacombes et égouts où il habitait à présent.

L'air était pur certes, mais il avait bien du mal à s'y adapter, il devait presque se forcer à respirer, et à faire des pauses régulièrement. Il avait même préféré ne pas mettre son masque depuis son départ. Peu de gens allait le cherchait hors de l'enceinte de Paris de toute façon.
Et puis, il n'était pas non plus habitué à marcher en montagnes, et ce, malgré son endurance. Ni même à la température. Le temps était clément, heureusement. Il aurait peu apprécié les tempêtes de neige, même avec son lourd manteau rembourré de fourrure pour l'occasion.

Il se sentait vulnérable ici, loin de tout ce qui lui était familier, ses rats, sa mère, ses catacombes... Ici tout n'était que nature, air pur et absence de toit au-dessus de sa tête.
Il avait pu se débrouiller jusqu'ici, tout en évitant la population, et surtout en étant sans le sou. Si habiter avec des rats lui avait appris une chose, c'était savoir se débrouiller pour trouver un abri ou trouver de la nourriture, même dans la nature. Le peu de viande séchée et les plantes qu'il trouvait étaient suffisants pour l'instant.
Mais tout cela ne valait pas grand chose quand les problèmes arrivant.

Si le sorcier avait réussi tant bien que mal à arrivée à destination et à récupérer ce pour quoi il était venu, à savoir des plantes, il n'avait pas manqué de se blesser en chemin. La montagne est dangereuse et il avait manqué de vigilance.
Un pied au mauvais endroit, une chute et une belle entorse avaient vite fait d'arrivée.

Le sorcier reprit sa marche en grimaçant, avançant encore de quelques mètres avant de se stopper à nouveau. Il poussa quelques brindilles et bouts de bois, faisant fi du bruit que cela produisait, pour s'installer sur le rocher qu'il venait de dégager.

D'un air las, fatigué, il retira une de ses chaussures et examina le bandage sommaire qu'il avait fait le matin même.
Sa cheville avait légèrement dégonflé, mais restait douloureuse.

Et avant qu'il n'ait eu le temps de faire quoi que se soit, une voix se fit entendre.

"Bonjour, est-ce que tout va bien, monsieur ?"

Il releva la tête précipitamment, et dans un réflexe incontrôlé, une main se posant à sa ceinture là où se trouvait son arme. Mais bien vite, quand il aperçut la tête du jeune homme, et que le sorcier comprit ses paroles, il se relâcha un peu, juste surpris par la présence du blondinet et de l'oiseau perché sur son épaule.
Le sorcier l'aurait sans doute admiré plus longuement dans d'autre circonstance.

"Tout va bien... Merci", répondit-il un peu froidement, un peu trop sur la défensive, plus par habitude qu'autre chose.


Remède des montagnes [PV Oreste Vallélian]



Musique Maestro!:
 


Cadeaux~:
 
Roi des Rats

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa fille
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanaël D'AmarantheRoi des Rats
"Strange how there’s always a little more innocence left to lose."

______________________________

______________________________

Nathanaël maudit en Royalblue (#4169E1)

______________________________

Rang F
Points: 310 pts
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 85 ▐ Autres Comptes : Ash Reinhart
Masculin
▐ RPG Age : 40 ans
▐ Personnalité : Calme et Solitaire
▐ Parcours RP : Disponible
Mais n'hésitez pas à demander =3

Nombre de RP : 3/6

En cours

+ Remède des montagnes
PV Oreste Vallélian
Chamonix~ début janvier~ (5 = 50pts)

+ Le voleur astucieux ne vole jamais dans-son quartier
PV Aloïs Lockwood
Paris ~ 3 janvier ~ (3 = 30pts)

+ Raffut au marché
PV Reynald
Paris ~ Fin Décembre ~ (2 = 20pts)



Fini

+ You were my everything
Paris ~ ? ~ OS ~ (1 sujet = 10pts)

+Reminiscence
PV Soren Duchateau
Paris ~ Mi avril ~ Mini-rp ~ (11 = 30pts)

+Bienvenue dans les catacombes
PV Maxence Fournier
Paris ~ 2 janvier ~ Mini-rp ~ (9 = 30pts)

+ Chasse aux sorcières
PV Ayden Hyde
Paris ~ Début novembre ~ (14 = 140pts)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: » Remède des montagnes
Sam 1 Juil - 0:14
La réaction de l'homme surprend Oreste qui décide donc de ne pas s'approcher davantage afin de ne pas l'effrayer. Le jeune homme remarque la main de l'inconnu au niveau de sa ceinture et devine qu'il possède certainement de quoi dissuader un éventuel agresseur. Bien que, dans les montagnes, les bandits soient rares, voir inexistants. Mais vaut mieux être prudent, assurément.

La voix rauque et froide de l'homme ainsi que ses traits fatigués donnent l'impression à Oreste d'avoir à faire à une personne du même âge que son père environ. Ses yeux noisettes détaillent mécaniquement l'individu ; sa tenue n'est pas spécialement adaptée à la randonnée en montagne. Un manteau trop chaud et des chaussures pas assez solides, à première vue. Il s'agit probablement d'un étranger. Son petit accent n'est pas fort mais l'est toutefois pour être relevé.

Oreste fait un pas mais Voltaire ne semble pas approuver et pousse un petit cri. Le blond adresse un petit regard à son ami, décidant pourtant de faire un pas de plus. Le jeune homme sait bien que Voltaire serait d'avis à partir mais, lui, pense que ce n'est pas prudent de laisser cet homme ici.

« Vous êtes sûr ? »

Il s'arrête à environ un mètre de lui avant de s'accroupir, se mettant ainsi lui-même en position délicate. Mais c'est pour rassurer l'homme en face de lui, lui signifier qu'il n'est pas une menace. Voltaire, quant à lui, à l'instant où Oreste a fléchi les genoux, a préféré prendre son envol et se percher sur une branche. Ses yeux perçants plaqués sur l'individu, Voltaire est fidèle à lui-même : asocial et méfiant.

« Pardonnez-moi d'insister mais vous semblez épuisé. » Il remarque le bandage de fortune et relève des yeux inquiets vers l'inconnu. « Vous vous êtes blessé ? Je peux peut-être vous aider. »

Lentement, et sans faire de gestes brusques, Oreste sort une gourde d'eau de son sac ainsi que le torchon qui enveloppait son pain plus tôt. Toujours avec prudence et calme, il présente les objets à l'inconnu. Son comportement peut presque paraître stupide tant on dirait qu'il cherche à apprivoiser un animal blessé, mais Oreste a passé tellement de temps à apprivoiser Voltaire que c'est devenu un réflexe plus qu'autre chose.

« Tenez. Ce n'est pas grand-chose mais ça vous sera sans doute plus utile qu'à moi. »
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: » Remède des montagnes
Sam 1 Juil - 1:24




Le sorcier restait méfiant, tendu. Ce n'était qu'un gosse pourtant, un jeune homme qui n'avait même pas encore atteint l'âge adulte, qui plus est avec apparemment une bonne âme. Il s'en voulait d'être ainsi, si froid, si agressif, mais le froid, la douleur, la fatigue, l'inconnu... Tout semblait le mettre à cran, à le pousser à être sur la défensive comme l'aurait fait un animal blessé.
Il essaya de se détendre un peu, de paraitre plus doux, d'être moins... Agité.
Il y arriva, un peu, suffisamment pour remettre son masque inflexible et inexpressif, emplit d'un calme cachant crainte et sentiment.

Son regard quitta le garçon quelques secondes, se reposant sur sa cheville tout en cherchant à travers les brumes de la fatigue une solution à son problème. Il en profita pour rabattre sa capuche, dissimulant par la même son visage et ses expressions plus facilement. D'un autre côté, cela lui permettait aussi de mieux se calmer un peu plus. On mettait bien du linge sur les yeux d'un animal apeuré pour qu'il ne panique pas d'avantage.

"Vous êtes sûr ? "

Quand il releva les yeux sur le garçon, ce dernier s'était rapprochait tout en gardant une certaine distance respectueuse. Il s'était même accroupi, se mettant lui-même dans une position dangereuse si le sorcier venait à se montrer plus agressif, mais ce dernier était à nouveau calme maintenant que la surprise était passée. Et puis, il comprenait que le jeune homme cherchait à l'aider, pas à l’embêter.

Quant à son oiseau majestueux, lui par contre semblait moyennement content, et n'avait clairement pas envie de s'approchait. Il s'était même envolé pour atterrir plus loin, sur une branche d'où il observait la scène.
Le sorcier comprenait le pourquoi de son comportement. A force de vivre avec des rats, et à peu côtoyer les humains, il comprenait mieux les animaux que les Hommes parfois.

Le regard du sorcier se reposa sur le jeune homme en l'entendant à nouveau. Il avait visiblement remarqué la blessure de l'adulte, et il semblait plutôt inquiet. Du moins, c'est ce sentiment qui perçait à travers ses pupilles.
Lentement, il lui tendit une gourde surement remplit d'eau et un morceau de tissu, surement un torchon.

"Tenez. Ce n'est pas grand-chose, mais ça vous sera sans doute plus utile qu'à moi."

Le sorcier hésita quelques secondes avant de se lever, s'appuyant sur son pied valide, et prendre les objets avant de se rasoir. Il mit quelques secondes de plus avant d'ouvrir la bouche aussi.

"Merci.", murmura-t-il calmement.

Il posa la gourde et le torchon à côté de lui le temps de retirer son bandage de fortune. Ce n'était pas forcément beau à voir, mais ça avait meilleur mine que plus tôt.
Il soupira, agacé par ce contre-temps, avant de commencer à travailler. Il avait tout sur lui heureusement, et savait comment faire pour calmer tout ça.

Il sortit d'une de ses sacoches quelques plantes dont il arracha les grandes feuilles et d'une autre sacoche, il sortit un flacon au contenant étrange et... Gluant, contenu qu'il étala sur les feuilles. Il appliqua le tout sur sa cheville, retenant un frisson à cause du froid et étape final, il enveloppa le tout dans le torchon prêté par le jeune homme.

Quant à la gourde, il s'en servit aussi, ou plutôt il profita d'avoir enfin de l'eau pour en boire un peu. Ce n'est qu'à ce moment qu'il se rendit compte que cela faisait un moment qu'il n'avait pas bu, ni même manger, mais ça, il avait l'habitude.

Une fois tout cela fait, il reposa son regard sur le garçon, lui retendant la gourde d'eau et lui offrant un petit sourire fatigué en guise de remerciement.


Remède des montagnes [PV Oreste Vallélian]



Musique Maestro!:
 


Cadeaux~:
 
Roi des Rats

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa fille
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanaël D'AmarantheRoi des Rats
"Strange how there’s always a little more innocence left to lose."

______________________________

______________________________

Nathanaël maudit en Royalblue (#4169E1)

______________________________

Rang F
Points: 310 pts
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 85 ▐ Autres Comptes : Ash Reinhart
Masculin
▐ RPG Age : 40 ans
▐ Personnalité : Calme et Solitaire
▐ Parcours RP : Disponible
Mais n'hésitez pas à demander =3

Nombre de RP : 3/6

En cours

+ Remède des montagnes
PV Oreste Vallélian
Chamonix~ début janvier~ (5 = 50pts)

+ Le voleur astucieux ne vole jamais dans-son quartier
PV Aloïs Lockwood
Paris ~ 3 janvier ~ (3 = 30pts)

+ Raffut au marché
PV Reynald
Paris ~ Fin Décembre ~ (2 = 20pts)



Fini

+ You were my everything
Paris ~ ? ~ OS ~ (1 sujet = 10pts)

+Reminiscence
PV Soren Duchateau
Paris ~ Mi avril ~ Mini-rp ~ (11 = 30pts)

+Bienvenue dans les catacombes
PV Maxence Fournier
Paris ~ 2 janvier ~ Mini-rp ~ (9 = 30pts)

+ Chasse aux sorcières
PV Ayden Hyde
Paris ~ Début novembre ~ (14 = 140pts)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: » Remède des montagnes
Sam 1 Juil - 10:56
L'inconnu attrape la gourde et le torchon, au grand soulagement d'Oreste. Sans bouger pour autant, le blond l'observe sortir des herbes de sa sacoche. Inconsciemment, il tend un peu le cou, se redressant un peu pour mieux voir ce que l'homme est en train de faire. Curieux de le voir appliquer une étrange mixture et des feuilles sur son pied, Oreste tient presque difficilement en place. Il ne sautille pas non plus sur place mais il est évident que ses yeux trahissent sa curiosité débordante.

Il a déjà entendu parler de remèdes à base de plantes, mais, par ici, c'est pas vraiment le traitement qui est retenu. Aussi, se conforter dans l'idée que la nature a une quantité insondable de choses à offrir, ça ne peut que le rendre heureux. Oreste adresse un coup d'oeil à Voltaire ; un homme qui utilise la nature pour se soigner ne peut pas être méchant. Mais l'oiseau reste méfiant, répondant aux paroles muettes du jeune homme par un petit cri bref et mécontent. Un petit rire s'échappe d'entre les lèvres d'Oreste avant que les yeux noisettes de ce dernier ne décident à se reposer sur l'individu.

« Veuillez excuser mon ami. Il n'est pas très sociable. »

Toujours accroupi et ne semblant pas ressentir d'inconfort, Oreste continue à observer cet homme. Sa capuche dissimule un peu son visage et, ainsi, il ne parvient pas vraiment à distinguer ses traits comme tout à l'heure. Le blond penche la tête sur le côté, interloqué ; pourquoi dissimuler ainsi son visage ? Il ne fait pas froid au point de s'emmitoufler avec un manteau aussi épais. C'est évidemment un étranger mais il ne doit pas connaître les montagnes pour être venu ici ainsi vêtu.

Oreste finit par se lever, regardant autour de lui avant de s'éloigner sous le regard soucieux de Voltaire. Déposant sa main sur quelques arbres, il finit par regarder au sol et ramasser une grosse branche. Il frappe un peu le branche contre un tronc avant de fouiller dans sa sacoche et d'en sortir son petit couteau afin de sculpter très grossièrement les deux extrémités. Il range son matériel puis revient vers l'individu, lui tendant le bâton.

« Ce n'est pas d'excellente qualité mais ça pourra vous aider à redescendre sans vous faire plus de mal. »

Le bâton laissé à l'inconnu, Oreste s'éloigne de nouveau, tendant le bras pour y accueillir Voltaire et le rassurer par quelques petites caresses. Le faucon ne quitte pas pour autant l'homme du regard, amusant presque Oreste. Le blond ne comprend pas comment l'oiseau de proie puisse être aussi proche de lui, et donc habitué à un humain, alors que tous les autres, sans exception, sont perçus comme des menaces. Oreste reporte son attention sur l'homme.

« Qu'est-ce que vous êtes venu faire par ici, Monsieur ? » Il désigne l'endroit où ils sont d'un petit mouvement de tête. « Ce n'est pas très prudent de s'éloigner des chemins, vous savez ? Il y a des loups et des ours dans les montagnes. Nous sommes loin de pouvoir en croiser par ici, mais ce n'est pas impossible. »

Un silence s'installe durant lequel Oreste fixe son interlocuteur ; il ne cherche pas à lui reprocher quoi que ce soit, ou de lui interdire de se promener par ici, mais l'état de sa cheville le préoccupe et sa conscience le pousse donc à vouloir lui venir en aide.

« Je ne peux pas me résoudre à vous laisser seul ici alors que vous êtes blessé. Ce n'est pas prudent. »

Voltaire fixe subitement Oreste, lâchant un cri traduisant sa colère avant de bondir de son perchoir et de retourner sur une branche, poussant un nouveau cri. Ah, il boude.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: » Remède des montagnes
Sam 1 Juil - 18:02




Le sorcier sentait le regard curieux du jeune garçon sur sa personne et surtout sur ses gestes. Il semblait fort intéressé par la manière de se soigner qu'utilisait l'adulte. Il ne lui en tient pas rigueur, il se doutait que cela pût paraitre étrange, cela faisait depuis bien longtemps déjà que ce genre de médecine avait été remplacé par des pilules et des pommades chimiques. Il fut surpris cependant de ne pas l'entendre poser des questions et ça le soulageait un peu aussi. Si ça avait été le cas, il n'aurait su quoi répondre. Il n'aimait guère dévoiler ses secrets de fabrication.

Le sorcier leva les yeux vers le faucon, toujours perchait sur sa branche et le regardant avec méfiance. Son comportement farouche n'étonnait guère le sorcier. Il avait beau être apprécié des animaux en général, il comprenait que sa présence pouvait quand même déranger l'oiseau.

"Veuillez excuser mon ami. Il n'est pas très sociable."

Le sorcier continua de fixer le volatile encore quelques secondes, bien dissimulées sous sa capuche avant de se tourner vers le garçon en le sentant bouger.
Ce dernier s'était relevé et s'était un peu éloigné, ne revenant auprès du blessé qu'avec une cane improvisée, ce qui ne manqua pas de surprendre le sorcier qui la prit en le remerciant d'un mouvement de tête, un peu confus devant l'aide que le jeune homme lui apportait.
Il avait perdu l'habitude, cela faisait depuis bien longtemps qu'il était celui qui donnait de l'aide, pas celui qui en recevait.

Il resta assis encore quelques instant, observant le garçon s’éloigner encore un peu pour rappeler son oiseau.
Le sorcier fut même un peu nostalgique en le voyant caresser la tête de son ami à plume. Il n'aurait jamais cru le penser un jour, mais sa horde de rats des catacombes lui manquait un peu. Il avait fait le choix de les laisser à Paris parce qu'ici, c'était bien trop dangereux pour eux et se déplacer avec une centaine de rats n'était pas non plus très discret.

" Qu'est-ce que vous êtes venu faire par ici, Monsieur ? "

Le sorcier revint à la réalité, reposa son regard sur le garçon.

" Ce n'est pas très prudent de s'éloigner des chemins, vous savez ? Il y a des loups et des ours dans les montagnes. Nous sommes loin de pouvoir en croiser par ici, mais ce n'est pas impossible."

Il se permit de détourner le regard, regardant autour de lui quelques secondes. Oh, il savait que des bêtes féroces rodaient, mais il n'était pas stupide non plus. La plupart des animaux n'étaient pas dangereux si on ne venait pas les embêter.
Et puis, il était plutôt bon avec les animaux, en général, il ne lui faisait aucun mal et au besoin, il avait de quoi se défendre.
Pas forcément ses armes, il ne souhaitait pas tuer des prédateurs venus dans l'espoir de survivre, non juste des plantes et certaines d'entre elles était bien plus efficace qu'une balle de pistolet.

Pourtant, le sorcier ne lui répondit pas, visiblement perdu dans ses pensées une fois de plus, ne revenant à la réalité qu'en entendant à nouveau la voix du garçon.

" Je ne peux pas me résoudre à vous laisser seul ici alors que vous êtes blessé. Ce n'est pas prudent."

Le cri que poussa le faucon et son comportement suite à cela semblèrent clairement dire que le volatile n'était guère content, et cela arracha un petit rire amusé, mais presque inaudible de la part du sorcier.

"Vous feriez mieux d'écouter votre ami.", finit-il par répondre avec calme et un petit sourire."De plus, je ne souhaite pas vous importuner plus que je ne l'ai déjà fait."

Il se releva, s'appuyant sur sa canne de fortune pour manager sa cheville abimée bien que la douleur soit déjà bien plus supportable grâce au soin qu'il y avait prodigué. Ça devrait aller, et au pire si la douleur revient, il avait de quoi s'en chargeait avec ce qu'il avait dans ses sacoches. Ça devrait aller, et au pire si la douleur revient, il avait de quoi s'en chargeait avec ce qu'il avait dans ses sacoches. Il allait sans doute se stopper quelque jour quelque part avant de reprendre

"Par contre, si vous connaissez une source d'eau non loin ça m'aiderait beaucoup."


Remède des montagnes [PV Oreste Vallélian]



Musique Maestro!:
 


Cadeaux~:
 
Roi des Rats

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa fille
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanaël D'AmarantheRoi des Rats
"Strange how there’s always a little more innocence left to lose."

______________________________

______________________________

Nathanaël maudit en Royalblue (#4169E1)

______________________________

Rang F
Points: 310 pts
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 85 ▐ Autres Comptes : Ash Reinhart
Masculin
▐ RPG Age : 40 ans
▐ Personnalité : Calme et Solitaire
▐ Parcours RP : Disponible
Mais n'hésitez pas à demander =3

Nombre de RP : 3/6

En cours

+ Remède des montagnes
PV Oreste Vallélian
Chamonix~ début janvier~ (5 = 50pts)

+ Le voleur astucieux ne vole jamais dans-son quartier
PV Aloïs Lockwood
Paris ~ 3 janvier ~ (3 = 30pts)

+ Raffut au marché
PV Reynald
Paris ~ Fin Décembre ~ (2 = 20pts)



Fini

+ You were my everything
Paris ~ ? ~ OS ~ (1 sujet = 10pts)

+Reminiscence
PV Soren Duchateau
Paris ~ Mi avril ~ Mini-rp ~ (11 = 30pts)

+Bienvenue dans les catacombes
PV Maxence Fournier
Paris ~ 2 janvier ~ Mini-rp ~ (9 = 30pts)

+ Chasse aux sorcières
PV Ayden Hyde
Paris ~ Début novembre ~ (14 = 140pts)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: » Remède des montagnes
Dim 2 Juil - 21:18
Oreste n'obtient aucune réponse de l'individu ; ça ne le vexe pas mais ça le surprend quand même un peu. Il n'a pas vraiment l'habitude d'être face à une personne aussi fermée, mystérieuse. Mais c'est loin de l'énerver, bien au contraire ; ça ne fait que susciter encore plus sa curiosité. Et lorsque, enfin, la voix de l'homme s'échappe d'entre ses lèvres, Oreste l'observe, écoutant poliment et attentivement.

« Vous feriez mieux d'écouter votre ami. De plus, je ne souhaite pas vous importuner plus que je ne l'ai déjà fait. »
« Vous ne m'importunez pas. C'est moi qui suis venu jusqu'à vous et vous ai proposé mon aide. » Il adresse un regard à Voltaire, lui faisant une énième petite caresse sur ses plumes. « Et puis… si j'écoutais Voltaire, je vivrai sûrement en ermite dans une balme, en altitude. Ou quelque chose dans ce genre, tant que c'est loin des autres. »

Distrait par la caresse, Voltaire ne piaille que doucement, comme pour confirmer les dires de son ami. Oreste secoue doucement la tête avec un petit sourire aux lèvres, reportant ensuite son attention sur l'individu qui se lève, prenant appui sur la cane de fortune. Soucieux, Oreste fait déjà un pas ou deux vers lui, sa main libre tendue, prêt à le rattraper en cas de chute. Un réflexe parmi tant d'autres, mais il se ravise néanmoins en voyant que l'homme tient bien sur ses jambes malgré sa blessure.

« Par contre, si vous connaissez une source d'eau non loin ça m'aiderait beaucoup. »

Le chamoniard prend son menton entre son pouce et son index, réfléchissant un petit moment en dodelinant doucement de la tête une ou deux fois. Puis ses yeux noisettes se reposent sur son interlocuteur.

« Je crains qu'il n'y ait rien par ici. Il faut soit redescendre à Chamonix, soit monter encore. Mais avec votre cheville, je ne pense que pas que ce soit… prudent pour vous de monter plus haut. Vous pourriez vous blesser plus gravement... »

Oreste n'est pas du genre moralisateur, il donne assez souvent son avis mais ne cherche pas non plus à l'imposer. Et, dans le cas présent, il aimerait pouvoir convaincre cet homme que ça peut être dangereux pour lui de continuer à gravir la montagne avec sa cheville blessée. Même lui, qui a pourtant l'habitude, il ne s'y risquerait pas. La montagne peut être plus dangereuse qu'on le pense.

« Vous êtes dans la montagne depuis longtemps ? Ou vous avez oublié de préparer votre excursion ? » Il lève sa main libre pour essayer de le rassurer rapidement sur la signification de ses mots. « Loin de moi l'idée de vous reprocher quoi que ce soit ! »

Il se masse la nuque, baissant un peu la tête ; il a été un peu irrespectueux et ça le met mal à l'aise. Il n'a pas voulu porter de jugement sur cette personne bien que sa présence ici suscite en lui beaucoup d'interrogations. Oreste finit par relever la tête.

« Je… je continue à penser qu'il serait plus sage pour vous de redescendre au village… Mais si vous souhaitez encore monter, je ne peux pas vous l'interdire... » Il esquisse un petit sourire désolé. « Mais laissez-moi vous accompagner jusqu'à la source d'eau la plus proche, d'accord ? »

Dans son état, ce serait encore plus dangereux s'il se perdait, n'est-ce pas ?
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: » Remède des montagnes
Lun 3 Juil - 1:23




Le sorcier ne put retenir un léger sourire en voyant la complicité entre l'oiseau et son maitre, quoi qu'à ce stade il ne savait plus si l’appellation "maitre" était encore valable.

Et puis, lorsque l'adulte se leva, il put voir que l'aide que souhaitait apporter le garçon était sincère quand ce dernier, dans un geste presque instinctif, de le rattraper au cas où il tombe.
Ça le rassura un peu.

Cependant, quand le sorcier lui demanda si le jeune homme pouvait lui indiquer le chemin vers une source d'eau, il sembla embêter.

"Je crains qu'il n'y ait rien par ici. Il faut soit redescendre à Chamonix, soit monter encore. Mais avec votre cheville, je ne pense que pas que ce soit… prudent pour vous de monter plus haut. Vous pourriez vous blesser plus gravement... "

Et maintenant, ce fut au tour de l'adulte d'être embêté. Il n'avait pas prévu ça. Son plan, c'était de trouver de l'eau, d’installer un camp sommaire et de se reposer un peu, mais devoir descendre vers le village...
Il savait qu'il n'avait pas grand chose à craindre si loin de sa ville natale, des avis de recherche et des rumeurs à son compte, il n'avait pas à craindre autant la population, mais c'était un fait, il avait peur. Peur des gens, peur de ce qu'ils pouvaient bien penser de lui, peur d'être ce qu'il est. Il se doutait aussi que les "sorciers" n'étaient pas bien vu non plus en province, et il se doutait aussi que la justice n'était pas la même que dans la "civilisée" Paris.

"Vous êtes dans la montagne depuis longtemps ? Ou vous avez oublié de préparer votre excursion ?"

Le sorcier ne sut quoi répondre. Depuis combien de temps ? Quelques jours seulement mais il ne saurait dire précisément, tout comme il ne savait techniquement pas où il était avec exactitude. Il savait se repérer certes, il savait dans quelle zone, mais à ne pas suivre les chemins, il ne savait guère où il se tenait. Et puis, s'il avait dû reprendre la route de Paris, il n'aurait qu'à faire marche arrière, sa mémoire était suffisamment bonne pour se rappeler du chemin jusqu'en bas de la montagne.
Après, dire qu'il avait réellement préparé son voyage aurait été un mensonge, il n'avait pas prévu de partir si loin si vite et surtout avec des moyens si limités.

Et le garçon insistait pour qu'il redescende vers le village, que continuait à rester dans ces bois était dangereux, et le sorcier savait qu'il n'avait pas tout à fait tort.
Mais de là à devoir se mêler à des gens...

Il soupira lourdement, visiblement ennuyé par sa situation. Il n'avait guère l'envie, mais il n'avait guère le choix non plus. Il n'était pas assez fou ou suicidaire pour rester seul dans cette montagne avec une cheville abimée. Et même si cela ne durait qu'un jour ou deux, retrouver la civilisation ne pouvait que lui faire du bien... Pas vrai ?

"Vous avez raison.", finit-il par lâcher, un peu à contrecœur."Il vaudrait mieux que je redescende."

Il avança d'un pas, puis deux. Il ne grimaça pas face à la douleur, il avait vécu bien pire que ça de toute façon, mais ce n'était clairement pas agréable. Il survivra, c'était le plus important, et devant le garçon, il ne laissera rien paraitre.


Remède des montagnes [PV Oreste Vallélian]



Musique Maestro!:
 


Cadeaux~:
 
Roi des Rats

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa fille
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanaël D'AmarantheRoi des Rats
"Strange how there’s always a little more innocence left to lose."

______________________________

______________________________

Nathanaël maudit en Royalblue (#4169E1)

______________________________

Rang F
Points: 310 pts
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 85 ▐ Autres Comptes : Ash Reinhart
Masculin
▐ RPG Age : 40 ans
▐ Personnalité : Calme et Solitaire
▐ Parcours RP : Disponible
Mais n'hésitez pas à demander =3

Nombre de RP : 3/6

En cours

+ Remède des montagnes
PV Oreste Vallélian
Chamonix~ début janvier~ (5 = 50pts)

+ Le voleur astucieux ne vole jamais dans-son quartier
PV Aloïs Lockwood
Paris ~ 3 janvier ~ (3 = 30pts)

+ Raffut au marché
PV Reynald
Paris ~ Fin Décembre ~ (2 = 20pts)



Fini

+ You were my everything
Paris ~ ? ~ OS ~ (1 sujet = 10pts)

+Reminiscence
PV Soren Duchateau
Paris ~ Mi avril ~ Mini-rp ~ (11 = 30pts)

+Bienvenue dans les catacombes
PV Maxence Fournier
Paris ~ 2 janvier ~ Mini-rp ~ (9 = 30pts)

+ Chasse aux sorcières
PV Ayden Hyde
Paris ~ Début novembre ~ (14 = 140pts)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: » Remède des montagnes
Lun 3 Juil - 21:22
Le soupir qui parvient à Oreste le fait grimacer ; aurait-il été trop insistant au point d'énerver l'individu ? Sans doute. Il est mieux à même de savoir s'il peut continuer à avancer ou non. Mais Oreste est intervenu. Le blond se masse la nuque de sa main libre, affichant une petite moue. Qui est-il pour empêcher cet homme, qui pourrait certainement être son père pour le peu qu'il a pu en voir, pour lui dire de redescendre ? Voltaire ne quitte pas l'homme des yeux, piaillant brièvement comme un chien grognerait un inconnu.

« Vous avez raison. Il vaudrait mieux que je redescende. »

Oreste relève la tête, surpris par la décision de son interlocuteur. Il ne parvient pas à dissimuler son soulagement ; il est vraiment inquiet pour sa cheville. La montagne ne pardonne pas et peut laisser de lourdes séquelles lorsque l'on est pas assez préparé.

D'ailleurs, à bien y réfléchir, Oreste n'a pas eu vent d'un voyageur de passage qui serait allé dans les montagnes. Les visites sont rares à Chamonix et, généralement, les rares personnes qui veulent s'aventurer en montagne font une halte au village pour faire le plein de provisions et demander un guide ou des conseils. Mais cet homme là, il est passé par le village ? Oreste est intimement convaincu que non. Il n'a rien de vraiment particulier mais sa tenue ne serait pas passée inaperçue non plus.

Il regarde Voltaire avant de hausser doucement les épaules. Ils entreprennent alors lentement mais sûrement leur descente vers le village. Oreste devant, il prend soin à laisser une petite distance entre eux. L'homme ne semble pas très enclin à la proximité, et c'est tout à fait compréhensible. Ils sont des étrangers pour l'un et pour l'autre ; comme il est coutume de dire, prudence est mère de sûreté.

Au bout d'une bonne poignée de minutes, Oreste finit par pivoter un peu la tête pour s'assurer que tout va bien. Puis il se rappelle de quelque chose.

« Dites, c'est quoi ce que vous avez mis sur votre pied ? Des plantes ? »

Oreste étant un grand amoureux de la nature, savoir qu'il est possible de soigner les maux par ce que la nature même leur offre, c'est tout bonnement extraordinaire. Admiratif, il guette son interlocuteur, les yeux brillants de curiosité.

« Vous êtes médecin pour connaître les effets des plantes sur le corps humain ? Ou un botaniste peut-être ? »

Voltaire émet un son avant d'agiter les ailes, comme pour manifester sa contrariété. Décidément, il n'apprécie pas qu'Oreste s'intéresse à l'inconnu. Une réaction un peu étrange, cela dit. Le faucon est plus calme que ça en général. Aurait-il peur de l'individu ? Sans doute. Encapuchonné, ça lui inspire encore moins confiance, qui sait ?

« Ah, pardonnez ma curiosité… Je suis juste… fasciné de voir tout ce qu'il est possible de faire avec la nature. »

hrp:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: » Remède des montagnes
Jeu 13 Juil - 19:19




Le garçon sembla soulager en entendant le sorcier se résigner à la suivre au lieu de continuer son épopée dans la montagne avec une cheville en vrac. Cela n’enchanta guère l'adulte, il n'avait pas prévu un tel détour, une telle perte de temps ni même de rentrer en contact avec des locaux. Il se serait bien passer de visiter le moindre village tout comme il se serait bien passé de la douleur d'une entorse. Encore heureux qu'il connaisse par cœur la moindre potion et le moindre mélange susceptible de l'aider à guérir lus vite. Avec un peu de chance, d'ici le lendemain, il serait à nouveau sur pied.

Cependant, pour l'instant, il suivit le garçon, resté devant lui à une distance respectueuse, tout en faisant attention à ne pas aller trop vite pour ménager l'homme blessé. Ce dernier ne se plaignit pas, pas plus qu'il ne laissa voir le moindre signe de douleur. Il avait déjà vécu tellement pire par le passé, il avait même survécu à une épée plantée en pleine poitrine alors qu'est ce une simple entorse à côté de tout ça. De plus, ses soins sommaires et rapides avaient été suffisamment efficace pour éviter un aggravement de la blessure.

"Dites, c'est quoi ce que vous avez mis sur votre pied ? Des plantes ?"

Le sorcier releva les yeux vers le garçon, quittant momentanément du regard le sol à la recherche de la moindre racine un peu traitre et du moindre trou qui pouvait le déstabiliser.

"Dites, c'est quoi ce que vous avez mis sur votre pied ? Des plantes ?"

"Vous êtes médecin pour connaître les effets des plantes sur le corps humain ? Ou un botaniste peut-être ?"

Le sorcier plissa les yeux, un peu intrigué et surpris par la curiosité du garçon, mais il comprenait qu'il puisse être intrigué. Un inconnu seul perdu dans les bois et qui se baladait avec des plantes devaient être étrange dans le coin. Le sorcier n'était pas dérangé par les questions, et il était enclin à répondre à certaines. Après tout, le garçon lui rendait actuellement service en le guidant vers le village, il pouvait bien se montrer un peu plus ouvert que d'habitude.

"Ah, pardonnez ma curiosité… Je suis juste… Fasciné de voir tout ce qu'il est possible de faire avec la nature."

Le sorvier ne put retenir un léger gloussement, fatigué, court mais amusé. Si seulement le garçon savait, il serait surpris.

"Il n'y a pas de mal.", commença-t-il pour lui assurer que sa curiosité était la bienvenue et ne l’embêtait nullement.
"Oui, on peut dire que je suis botaniste... En quelque sorte. Mais tout le monde peut faire des cataplasmes de plantes, il n'y a rien de compliquer là-dedans."

Si sa connaissance des plantes, de leur effet et des potions venait de sa sombre mère, tout comme les arts occultes, noirs et interdits, certaines choses simples comme un simple mélange d'eau et de plante thérapeutique n'avaient rien de magique ni de secret. On pouvait trouver la recette dans les livres, et il savait même que dans certaines régions loin des villes et de leurs médecins et hôpitaux, les paysans utilisaient encore ce genre de recette de grand-mère pour des petits bobos.
Si le sorcier n'aimait pas partageait ses secrets et se savait assez mauvais professeur, il pouvait bien en parler librement.
Et puis, il préférait clairement se faire voir comme "connaisseur des plantes" que comme "sorcier".

Il leva son regard sur l'oiseau, perché plus loin et qui les regardait avec une méfiance clairement visible. Peut-être avait-il compris que l'homme blessé était un sorcier ? À moins que ce ne soit que la capuche dissimulant son visage qui ne le mette mal à l'aise. Le sorcier savait d'ordinaire se faire apprécier des animaux, plus que pour les humains en tout cas, mais il respectait le point de vue du volatile, il n'essayerait pas de gagner sa confiance, ou de le forcer à venir à lui si ce dernier n'avait pas envie, pas plus qu'il ne comptait faire de mal au maître du faucon.

Il reprit son chemin, baissant à nouveau les yeux sur le sol pour plus de sécurité, s’appuyant d'avantage sur sa canne de fortune. Il n'avait pas mal, mais il ne tenait pas non plus à tomber durant la descente à cause d'un faux mouvement.


Remède des montagnes [PV Oreste Vallélian]



Musique Maestro!:
 


Cadeaux~:
 
Roi des Rats

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa fille
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanaël D'AmarantheRoi des Rats
"Strange how there’s always a little more innocence left to lose."

______________________________

______________________________

Nathanaël maudit en Royalblue (#4169E1)

______________________________

Rang F
Points: 310 pts
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 85 ▐ Autres Comptes : Ash Reinhart
Masculin
▐ RPG Age : 40 ans
▐ Personnalité : Calme et Solitaire
▐ Parcours RP : Disponible
Mais n'hésitez pas à demander =3

Nombre de RP : 3/6

En cours

+ Remède des montagnes
PV Oreste Vallélian
Chamonix~ début janvier~ (5 = 50pts)

+ Le voleur astucieux ne vole jamais dans-son quartier
PV Aloïs Lockwood
Paris ~ 3 janvier ~ (3 = 30pts)

+ Raffut au marché
PV Reynald
Paris ~ Fin Décembre ~ (2 = 20pts)



Fini

+ You were my everything
Paris ~ ? ~ OS ~ (1 sujet = 10pts)

+Reminiscence
PV Soren Duchateau
Paris ~ Mi avril ~ Mini-rp ~ (11 = 30pts)

+Bienvenue dans les catacombes
PV Maxence Fournier
Paris ~ 2 janvier ~ Mini-rp ~ (9 = 30pts)

+ Chasse aux sorcières
PV Ayden Hyde
Paris ~ Début novembre ~ (14 = 140pts)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: » Remède des montagnes
Sam 29 Juil - 13:42
La voix grave, presque aussi discrète qu'une brise, surprend presque Oreste ; l'individu n'est as du genre bavard alors entendre le son de sa voix est presque étonnant. Le blond n'est pas, lui-même, très loquace mais, en comparaison de son interlocuteur, on pourrait le trouver incroyablement piplette.

« Il n'y a pas de mal. Oui, on peut dire que je suis botaniste... En quelque sorte. Mais tout le monde peut faire des cataplasmes de plantes, il n'y a rien de compliquer là-dedans. »

Oreste relève un peu la tête, observant un court instant la voûte céleste. Rapidement, son attention est happée par un battement d'ailes de Voltaire sur sa branche. Le fauconnier esquisse un petit sourire avant de se tourner vers l'homme.

« Je pense cependant que ce n'est pas à la portée de n'importe qui. Il faut, je pense, un minimum de connaissances sur les propriétés des plantes. » Il hausse les épaules, laissant échapper un petit rire bref. « Personnellement, sans Voltaire, je pense que je me serais empoisonné plus d'une fois. »

Observant son compagnon à plumes, Oreste finit par reprendre la route en voyant l'autre bouger. Est-ce bien raisonnable de se hâter ? Le blond ne le trouve pas particulièrement rapide puisqu'il semble prendre un soin particulier à regarder où il marche. Et ce malgré sa presque visible réticence à rejoindre le village. Lui aurait-il trop forcé la main ? Sans doute.

Oreste se masse la nuque, songeur. C'est à cet instant que Voltaire choisit de revenir, se posant sur l'épaule du blond, lui arrachant une grimace au passage. Décidément, si le faucon commence à prendre l'habitude de se percher sur son épaule, il faudrait que le jeune homme renforce son manteau à cet endroit ! Sentant les serres de son ami griffer sa chair, Oreste grimace de plus belle. Pourtant il n'ose pas chasser son fidèle compagnon. Depuis leur rencontre avec l'homme encapuchonné, le faucon est particulièrement nerveux, méfiant. Si, de manière générale, il se contente de fuir les autres humains, cette fois, il semble tenir à rester auprès d'Oreste. Pour une raison qui échappe totalement à ce dernier. Le chasser est donc une mauvaise idée ; l'oiseau pourrait mal interpréter le geste.

Soudain, Voltaire émet un petit piaillement, le regard dirigé vers un bosquet. Oreste en fait de même, la main tendue vers l'homme pour l'inviter à ne plus bouger. Le blond plisse les yeux, inquiet ; à cette altitude, ça ne doit pas être grand-chose, mais mieux vaut rester prudent. D'un murmure, Oreste s'adresse à son compagnon de route.

« Je ne pense pas que ce soit un très gros animal… n'ayez pas peur. »

Oreste se baisse alors lentement, ramassant un petit caillou avant de se redresser. Blesser un animal n'est clairement pas dans ses gènes ; il lance le caillou à proximité du bosquet. Le bruit semble effrayer une belette qui s'enfuit vers un endroit plus calme, vers les rochers. Oreste soupire avant de se tourner vers le blessé.

« Navré, ce n'était rien finalement. » Son regard se pose sur l'oiseau qu'il caresse du dos de son index. « Je crois que je dépends un peu trop de Voltaire, j'en suis désolé. »

Oreste adresse un petit sourire désolé à l'homme avant de regarder autour d'eux. Il pointe alors un rocher.

« Vous voulez vous reposer un peu ? J'ai un peu de nourriture sur moi, si vous voulez faire une pause. »

Oreste se sent un peu idiot après cette péripétie -si l'on peut appeler ça ainsi- avec la belette. Voltaire, lui, scrute toujours les environs, comme s'il voulait s'assurer qu'il n'y ait pas un autre danger. Ça ne traverse pas l'esprit du jeune homme mais est-ce vraiment la belette qui a attiré l'attention du volatile ?

hrp:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: » Remède des montagnes
Lun 14 Aoû - 3:37




Le sorcier ne fut pas surpris d'entendre le jeune garçon lui répondre. Il s'était fait passer pour un botaniste, ou tout du moins, il n'avait pas dénié le fait qu'il s'y connaissait en plante, cela valait toujours mieux que de dire à quoi elle allait servir entre breuvages et potions plus ou moins orthodoxes.

Quand le garçon mentionna son oiseau, le volatile qui apparemment l’empêchait de s'empoisonner involontairement, le sorcier ressentit d'avantage l'absence de ses rongeurs préférés à ses côtés. Eux aussi, durant sa jeunesse aux connaissances encore incomplète, l'avait sauvé plus d'une fois en l'avertissant du danger du plante encore inconnu. Cela faisait depuis bien longtemps à présent qu'il n'avait plus besoin de leur instinct et de leur connaissance dans le sujet, maintenant adulte, il savait reconnaître n'importe quel plante et propriété qui lui était affilié.

Ils continuèrent d'avancer, lentement puisque que le sorcier prenait un soin particulier à faire attention où il posait ses pieds à chacun de ses pas. Mieux valait se montrer trop prudent que pas assez avec une cheville déjà abîmée. Il ne tenait pas à retenter l’expérience de la chute à cause d'une racine mal placée.

Soudain, le faucon du jeune homme, à présent perché sur l'épaule de ce dernier, se mit à piailler et son maître fit aussitôt signe à l'adulte de stopper sa progression, le regard tourné vers un buisson épais.

"Je ne pense pas que ce soit un très gros animal… n'ayez pas peur."

Le sorcier resta immobile et silencieux, se retenant de répliquer qu'il était bien trop vieux pour avoir peur d'un animal. Même face à une mère ours particulièrement agressif protégeant ses petits, il n'aurait pas peur.
Le garçon avait ramassé un caillou pour le lancer vers le bosquet afin d'effrayer la bête se cachant à l’intérieur et l'inciter à se révéler.
Inconsciemment, le sorcier avait resserré sa prise sur sa canne de fortune, près à lui donner une fonction autre que "aider à la marche" en cas de besoin.

Pourtant, et heureusement, ce ne fut qu'une fausse alerte, une simple belette sortit du buisson et s'enfuit rapidement. Le sorcier eut cependant un léger doute. Le volatile habitué à la montagne et à ses habitants avait vraiment averti son maître d'un danger... Et ce danger, c'était ça ?

"Navré, ce n'était rien finalement. Je crois que je dépends un peu trop de Voltaire, j'en suis désolé."

Les doutes du sorcier se stoppèrent alors qu'il releva le regard sur le garçon caressant affectueusement le dos de son ami à plume.
Il n'avait pas à s'excuser, le sorcier comprenait parfaitement la méfiance qui suivit le cri de l'oiseau, tout comme il comprenait le besoin de se fier de temps à temps à l'instinct d'un compagnon animal, bien plus alerte.

"Vous voulez vous reposer un peu ? J'ai un peu de nourriture sur moi, si vous voulez faire une pause."

L'adulte lui fit un léger signe, indiquant que cela n'était pas nécessaire. Il était suffisamment endurant pour continuer à avancer dans la montagne même avec une cheville en vrac, et puis le cataplasme apposé dessus quelques minutes plus tôt était efficace et il ne ressentait aucune douleur particulière, juste un légère gène indiquant qu'il fallait juste faire attention à ne pas glisser ou faire un mouvement trop brusque. Quant à la faim, il s'était habitué depuis longtemps à se contenter de peu, malgré sa taille imposante, il était fin et sec, et il n'était pas du genre à piquer la nourriture d'autrui, même si elle lui était gentiment proposée.

Il leva ses yeux une dernière fois vers le garçon, ou plutôt son volatile qui semblait toujours alerte, presque... Nerveux. Cependant, s'il est vrai que le sorcier avait parfois l'impression de plus comprendre les animaux que les humains, il vivait avec des rats, non des oiseaux et les quelques corbeaux qu'il tentait d'apprivoiser lors de ses sorties dans les rues sales de Paris était bien moins farouche et bien moins inquiet alors il ne savait pas trop comment interpréter le comportement d'un faucon. Cependant, s'il est vrai que le sorcier avait parfois l'impression de plus comprendre les animaux que les humains, il vivait avec des rats, non des oiseaux et les quelques corbeaux qu'il tentait d'apprivoiser lors de ses sorties dans les rues sales de Paris était bien moins farouche et bien moins inquiet alors il ne savait pas trop comment interpréter le comportement d'un faucon.
Mais encore une fois, le sorcier ne serait dire quoi. Ce n'était pas lui l'expert de la montagne après tout.


Remède des montagnes [PV Oreste Vallélian]



Musique Maestro!:
 


Cadeaux~:
 
Roi des Rats

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver sa fille
Aime:
N'aime pas: avatar
Nathanaël D'AmarantheRoi des Rats
"Strange how there’s always a little more innocence left to lose."

______________________________

______________________________

Nathanaël maudit en Royalblue (#4169E1)

______________________________

Rang F
Points: 310 pts
▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 85 ▐ Autres Comptes : Ash Reinhart
Masculin
▐ RPG Age : 40 ans
▐ Personnalité : Calme et Solitaire
▐ Parcours RP : Disponible
Mais n'hésitez pas à demander =3

Nombre de RP : 3/6

En cours

+ Remède des montagnes
PV Oreste Vallélian
Chamonix~ début janvier~ (5 = 50pts)

+ Le voleur astucieux ne vole jamais dans-son quartier
PV Aloïs Lockwood
Paris ~ 3 janvier ~ (3 = 30pts)

+ Raffut au marché
PV Reynald
Paris ~ Fin Décembre ~ (2 = 20pts)



Fini

+ You were my everything
Paris ~ ? ~ OS ~ (1 sujet = 10pts)

+Reminiscence
PV Soren Duchateau
Paris ~ Mi avril ~ Mini-rp ~ (11 = 30pts)

+Bienvenue dans les catacombes
PV Maxence Fournier
Paris ~ 2 janvier ~ Mini-rp ~ (9 = 30pts)

+ Chasse aux sorcières
PV Ayden Hyde
Paris ~ Début novembre ~ (14 = 140pts)


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: » Remède des montagnes
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
» Remède des montagnes
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: