Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Cet univers prend place dans le monde d'Animal Crossing, après une grande guerre où presque tout les humains ont été anéantis. Les survivants sont gérés par leurs anciennes créations : les Animalis. Voici un extrait du rapport 2086 :Les expériences de réinsertions de l'espèce humaine se passent bien. Chaque humain a réussi à s'adapter à son village et à y grandir convenablement. Nous avons même réussi l'exploit de les faire voyager de village en village. Ils se sont ainsi rencontrés entre humains et sans aucune animosité. Aujourd'hui, il est temps de mettre en place le dernier village. Il sera bien plus particulier que tout les autres bulles que nous avons mis en place...Aniel le dernier village
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP
Autopassion.net le site ddi  l'automobile cr par ses utilisateurs
Partagez | 
 

 LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Lun 21 Aoû - 20:53
Lâche un pouce bleu poto ;


(Va à Londres Caleb) alors il a été à Londres Caleb (écoute guette l’innocence dévore et apprend Caleb) et la terreur était tombée sur Londre Caleb on racontait dans les tavernes les histoires la nuit on parlait d’un immense monstre une énorme ombre tapie dans la Tamise et la nuit un corps qui en sort une sorte de squelette terrifiant et affamé cliquetant le fantôme d’un ancien matelot à ce que l’on raconte qui chasse les humains et amène dans l’eau avec lui dans l’eau trouble pour les dévorer. Pour l’heure Caleb, tu pêches. La Tamise est une rivière complexe, fructueuse et miraculeuse pour les hommes à travers le temps — lorsque l’on connaît les coins poissonneux, on peut faire des belles prises ; certes, cela ne vaut pas ta mer salée qui te manque mais enfin. Parfois, on peut même pêcher des poissons d’eau salée, alors cela comble ta nostalgie : un peu. Et lorsque celle-ci n’est pas comblée, tu attends la nuit et tu dévores les humains mais enfin pour l’heure : tu pêches.

Tu es donc installé sur un quai désert Caleb, il ne fait pas très beau et c’est tant mieux car tu n’aimes pas le soleil il n’y a personne pas un chat pas grand monde pour ainsi dire et c’est tant mieux car tu n’aimes pas les gens Caleb, dans un coin sur ta droite, une petite barque qui flotte en bois du chêne sûrement tu reconnais le bruit du bois contre l’eau c’est une petite mélodie qui te berce tu es confortablement installé sur une chaise de paille tressée, à ta droite un seau d’eau avec tes quelques prises (une anguille deux petits saumons probablement des jeunes) à ta gauche du matériel des appâts des hameçons un pot ouvert de vers grouillants à l’intérieur gras et luisants une épuisette plusieurs cannes de bois différents pour différents types de poissons Caleb tu ne laisses rien au hasard évidemment la pêche ce n’est pas pour les marins d’eau douce ou les matelots en carton ça pour sûr pas du tout la pêche c’est un art c’est un art une technique toute une mythologie aussi ta canne en os de baleine blanchie par le temps et la mer et le sodium et dans tes mains une canne tu pêches tu pêches et entre tes lèvres une pipe la pipe en os de baleine creusé la fameuse et précieuse la fumée du tabac s’élève doucement dans le matin réveillé embrumé tu savoures le silence et la paix et le calme et le bruit de l’eau et la solitude Caleb, vieux machin.

© Truth.


:: La Lenteur ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Veiller sur sa famille - Assouvir ses besoins de machine
Aime:
N'aime pas: avatar
Caleb C. Attanasio:: La Lenteur ::
Caleb chasse des baleines en #006666.


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 37 ▐ Autres Comptes : ► Cyclamën
Masculin
▐ RPG Age : 76 ans.
▐ Personnalité : Misanthrope ►Cynique ► Menteur ►Las ► Irascible ► Rationnel ► Antipathique ► Perspicace ► Égocentrique ► Sardonique ► Dédaigneux ► Peu loquace ► Déteste la plupart des gens ► Indifférent ► Asocial ► Mélomane ► Contemplatif ► Solitaire ► Andmore
▐ Parcours RP :
{Carnet de bord}


Fiche de présentation {50}
______

aBOrDaGE [ Intrigue ] {80}
faiRy TAle [ Emy ; Svan ] {...}

Total des points : 130 {rang F}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Lun 21 Aoû - 23:09
Souvenirs

Londres. Une étrange ville que tu n’arrives pas aimer. Ce n’est pas de ta faute, Jean-Jean, tu fais de ton mieux pourtant. Mais ici tout est trop pour toi. Trop grand, trop bruyant, trop agité, trop brutal. Si les personnes ne font pas attention à toi – et c’est tant mieux – ils ne font en réalité attention à rien. Et cela te déplait, en plus de te mettre mal à l’aise.

Mais alors, pourquoi es-tu venu jusque la Capitale Anglaise, Jean-Jean ? Pourquoi le solitaire timide que tu es s’est aventuré aussi loin de sa zone de confort ?

Eh bien, comme pour chaque question qu’on se pose dans ton monde, la réponse est : à cause de la Congrégation. Mr Komui a encore créer une créature métallique incroyable. Et il a encore cassé plusieurs choses sur son passage. On t’a donc envoyé pour acheter plusieurs pièces de rechanges et outils spécifiques – ce qui n’est pas illogique, puisque tu t’y connais.

Mais alors – décidément – que fais-tu si loin des commerces, Jean-Jean ? Si tu n’aimes pas la ville, pourquoi tu déambules dans ses rues depuis plusieurs dizaines de minutes maintenant ?

Impressionné par le brouhaha, déboussolé par toute la foule, tu as perdu ton chemin et la porte de l’Arche. Et maintenant, il faut que tu la retrouves, pour pouvoir rentrer te mettre à l’abris et reprendre ton chemin. Sauf qu’une partie en toi n’en as pas tellement envie. Tu ne peux pas te rappeler la dernière fois où tu as pu mettre les pieds dehors, et ça te fait du bien d’être ainsi libre pendant quelques instants.

Tu te permets donc de flâner encore un peu sur le pavé anglais, te rapprochant peu à peu de la Tamise. Une fois arrivé, tu fronces presque immédiatement le nez, surpris par l’odeur peu agréable de l’eau. Puis, une autre chose attire ton attention. Ou plutôt une autre personne. Un homme est en train de pêcher. Et étrangement, la vision de ce vieil homme et sa pipe te rappelle quelque chose.

Un souvenir te happe, celui de ton Père et de tes frères. C’était un passetemps qu’ils affectionnaient énormément, et il t’arrivait de les regarder faire durant de longues heures, caché derrière un arbre ou un rocher. Ils semblaient si heureux que ton cœur se serrait à chaque fois, comme il se sert aujourd’hui.

Sans pouvoir l’expliquer – comprendre les sentiments, ça n’est pas ton fort – voilà que tu t’approches doucement de l’inconnu. Tu as envie de savoir comment il fait et si ça lui plaît. Tu as envie d’apprendre et de t’amuser, de la même manière que tes proches s’amusaient avant. Tu as envie que vous partagiez un moment tous les deux, pour remplir ce trou dans ton cœur et effacer ce souvenir dans ta mémoire.

Mais c’est impossible, n’est-ce pas ? Ce ne sont pas des choses qui se font avec un inconnu. C’est pourquoi tu restes silencieux, quelques pas à peine derrière lui.
© GASMASK



Jean-Jean répare en #FF9933

Merci ♥:
 
L'Idiot du Village

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre
Aime:
N'aime pas: avatar
Jean-JeanL'Idiot du Village

&

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 133 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 23 ans
▐ Personnalité : Simplet mais profondément gentil
▐ Parcours RP : wwwHippolyte [3]
wwwJoe [5]
wwwCaleb [5/3]
wwwSept [1]

4/4 Disponible

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Mar 22 Aoû - 0:43
˻ N'oublie pas de t'abonner ; ˺

Malgré tes yeux à moitié clos, vieux pêcheur, tu peux le sentir, deviner son être et sa substance dans la brume épaisse du matin et de ta solide tranquillité, il est là. Tu sens son regard brûlant dans ton dos et surtout, sa présence humaine silencieuse et tellement mais alors tellement bruyante et insupportable : tu décides de l’ignorer, c’est ce que tu fais en général avec les autres membres de ta race (quand tu n’étais pas encore mort). Tu te concentres sur ta pêche : les oscillations de la ligne, le glouglou de la Tamise, le grouillement doux et étouffé des verres dans le bocal, les bulles de tes précédentes prises prisonnières du seau d’eau. En un grognement (vieux matou curieux Caleb hein ? Incapable de vraiment ignorer un humain, vieux débris borné tss tss) tu mâchouilles ta pipe et exhales la fumée qui se dissipe dans l’air, et tu jettes un regard au gamin miteux qui te fixe. Tu grognes, tu jauges, tu détournes le regard et reste silencieux, tu détournes ton attention sur ta ligne de pêche-flottaison.

Une sorte de rouquin tremblotant : laiteux avec un air timide et fragile, un grand pull dans lequel il est coincé, un air un peu simplet et maladroit, complètement quelconque et pas intéressant en bref. Il te regarde avec un air curieux mi-hagard mi-prune mi-naïf (tu lèves les yeux au ciel, tu décides de l’ignorer ; définitivement) mi-raison mi-insupportable. Tu te racles la gorge pour montrer ton agacement, tu te concentres sur ta ligne. L’appât s’enfonce : tu plisses les yeux et mordille nerveusement ta pipe (fumée moteur comme une petite locomotive) et guette le moment opportun pour tirer ta proie avec la patience du pêcheur émérite. Finalement, tu tires sur la carte et ramène la proie, mais celle-ci s’accroche avec force à la vie : c’est un combat entre toi, vieille arbre, et l’animal poissonneux qui s’engage (tu te lèves). C’est au bout des quelques minutes d’une guerre acharnée que triomphant, tu lèves ta canne et ramène à tes yeux un hameçon plein de sang, vide.

Tu jures à voix haute, Caleb.
Tu jures, tu prends ta pipe dans une main et tu craches dans la Tamise en insultant l’être aquatique.
Puis te rassois, ta pipe à nouveau coincé entre tes dents.
Avec agacement tu exhales la fumée.
Tu as déjà oublié la présence du gamin tâche de rousseur.
Tu frappes ton pied sur le sol en grognant, et avec tes mains usées et ridées et nouées, tu prends un verre dans le bocal. D’une main distraite tu nettoies rapidement l’hameçon dans un pli de ton long manteau, et tu transperces la larve (sans pitié vieux marin hein ? tu n’as pas changé.) à son corps par l’acier.
Sans attendre, tu jettes la ligne dans l’eau, et à nouveau tu patientes.
(t’es encore là gamin ? Pff. Comme si ça m’intéressait.)

© Truth.


:: La Lenteur ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Veiller sur sa famille - Assouvir ses besoins de machine
Aime:
N'aime pas: avatar
Caleb C. Attanasio:: La Lenteur ::
Caleb chasse des baleines en #006666.


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 37 ▐ Autres Comptes : ► Cyclamën
Masculin
▐ RPG Age : 76 ans.
▐ Personnalité : Misanthrope ►Cynique ► Menteur ►Las ► Irascible ► Rationnel ► Antipathique ► Perspicace ► Égocentrique ► Sardonique ► Dédaigneux ► Peu loquace ► Déteste la plupart des gens ► Indifférent ► Asocial ► Mélomane ► Contemplatif ► Solitaire ► Andmore
▐ Parcours RP :
{Carnet de bord}


Fiche de présentation {50}
______

aBOrDaGE [ Intrigue ] {80}
faiRy TAle [ Emy ; Svan ] {...}

Total des points : 130 {rang F}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Mar 22 Aoû - 2:39
Peur

Toujours autant intrigué, tu n’as pas bougé d’un seul centimètre. Il ne faudrait pas trahir ta présence, tu risquerais de faire fuir le poisson ou de déranger le pêcheur. Et ça, ça ne serait pas bon. Il est trop tôt pour partir en courant, il fait trop froid pour qu’il y ait des témoins s’il te frappe. Ou l’inverse, peu importe. Dans tous les, si tu le contrariais, cela représenterait un danger. Ce que tu ne sais pas, c’est que c’est déjà le cas – ce n’est pas comme si tu étais réellement discret, il faut bien l’avouer.

Il te jette un coup d’œil dur et tu croises son regard. En moins de temps qu’il n’en faut pour le dire, voilà que tu rougis et recules d’un pas. Tu cherches des mots pour expliquer ta présence, des mots pour former une excuse et partir dans l’autre sens, mais l’homme gronde et toi tu restes silencieux. Ta voix est morte, étouffée quelque part dans tes poumons. Ton cœur bat la chamade et tes mains tremblent. On ne fait pas mieux pour une première impression.

Résigné, tu commences à enfin bouger pour quitter l’endroit, mais quelque chose se passe. L’hameçon bouge et la ligne danse dans l’eau. Oubliant ta peur, tu t’approches un peu plus du bord. Tu as besoin de voir ces mouvements, totalement fasciné. Qui aurait cru cela ? Jean-Jean, celui qui pleure pour un oui comme pour un non, totalement captivé par la mort d’un poisson.

Non, ce n’est pas la mort qui retient ton attention. C’est la lutte du vieil Homme contre ce tout petit animal. C’est le voir râler, soupirer puis jurer et cracher lorsqu’il échoue. C’est le voir si vivant, si puissant, comme une Tempête, tout ça pour une minuscule créature. Ça t’émeut et c’est étrange.

C’est étrange parce que ça t’effraie aussi. Lorsqu’il s’est énervé, tu as senti ton cœur louper un battement. Tu t’es senti reculer et mettre tes mains devant toi, prêt à te protéger. C’est que tu as l’habitude qu’on passe sa colère sur toi, Jean-Jean. Tu ne connais pas d’autre façon de faire, en vérité.

Mais pour une fois, tu laisses la curiosité prendre le dessus. Tu lui donnes sa chance et espères ne pas le regretter plus tard. Alors, tout doucement comme si tu étais en présence d’un danger – tu es en présence d’un danger – tu t’approches de l’homme. Un sourire timide étire tes traits mais il s’efface bien vite. Tu ne sais pas comment faire, Jean-Jean, comment lui parler et attirer ton attention. Comment engager une conversation, comme font les personnes normales. Parce qu’il est bête, Jean-Jean.
« Il peut … Il peut vous aider, Jean-Jean. Il n’est pas bien fort. Mais à deux, ils peuvent tenir bon et ramener le poisson. Et pour ça aussi, il peut aider Jean-Jean. » Tu pointes les larves du bout du doigt « Il sait faire avec ses mains, Jean-Jean. »
Ta voix est presque inaudible, couverte par les bruits de la Capitale. Mais tu ne peux pas faire plus, malheureusement. Tu es bien trop craintif, Jean-Jean.
© GASMASK



Jean-Jean répare en #FF9933

Merci ♥:
 
L'Idiot du Village

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre
Aime:
N'aime pas: avatar
Jean-JeanL'Idiot du Village

&

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 133 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 23 ans
▐ Personnalité : Simplet mais profondément gentil
▐ Parcours RP : wwwHippolyte [3]
wwwJoe [5]
wwwCaleb [5/3]
wwwSept [1]

4/4 Disponible

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Mar 22 Aoû - 3:13
 Partage sur les réseaux sociaux ;


Oh, tu pourrais lui hurler dessus soudainement Caleb, sans doute. Et la voix et le corps vont ensemble, alors Jean-Jean sans doute partirait sans demander son reste. Il tremblote Jean-Jean Caleb non ? Il a une voix tremblotante, tu te dis : drôle de gosse. En général, les gosses t’évitent, Caleb. Et s’ils sont assez fous pour venir l’embêter, le premier grognement — avertissement du vieux requin — suffit à les faire déguerpir. Mais tu es là pourtant, le rouquin, t’es encore là. Alors, tu pourrais lui crier dessus sans doute, Caleb, mais enfin. Tu vieillis mon vieux, tu deviens faible et patient héhé — peu probable. Tu as tourné ta tête enfoncé dans la vieille casquette de marin vers lui — tu as détaillé son visage penaud et simplet le sourire timide et nerveux les cheveux en bataille et les mains tachetées, et pesé le pour et le contre et le fait était là : tu l’aimes bien ce gosse, tu as une certaine empathie pour lui. Sans doute que lui aussi a ce petit côté vilain canard, ce morceau de poterie brisé : comme toi, Caleb. Brave gosse, pauvre gamin — tu soupires et reste silencieux, tu fais mine de l’ignorer encore, tu mastiques ta pipe et exhale la fumée toxique du tabac hors de tes poumons vieux et encrassés.


Et la ligne flotte sur l’eau boueuse et noire de la Tamise. Et parce que tu es bourru Caleb, tu fais claquer ta langue : « Ombre, gamin. » Tu lui lances un regard un peu noir, mais moins noir que pour les humains ordinaires. Tu coinces ta canne à pêche entre une jambe et la chaise, et tu attrapes ta canne : tu frappes (tapotes) le sol avec, à ta gauche, au niveau de l’ombre de Jean-Jean. Celle-ci se prolonge sur le fleuve, et danse sur l’eau avec le bouchon de la ligne : « Ton ombre, gamin, t’vas faire fuir les poiscailles. » Après quoi tu reposes la canne et reprend ta position initiale, toujours un oeil sur le rouquin.


Tu mastiques ta pipe, pensif, Caleb. Tu finis par conclure entre tes dents : « Ne fais pas de bruit, gamin. » C’est une manière d’autoriser Jean-Jean à rester ça, quand on y pense, Caleb, en plus, le gamin ne faisait pas vraiment de bruits. Tu lui jettes un dernier regard un peu pensif, un peu moins dur, surtout très scrutateur avant de te désintéresser de lui : tes organes oculaires se portent à nouveau sur l’étendu huileuse oscillante. Caleb, vieille canaille insociable.



© Truth.


:: La Lenteur ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Veiller sur sa famille - Assouvir ses besoins de machine
Aime:
N'aime pas: avatar
Caleb C. Attanasio:: La Lenteur ::
Caleb chasse des baleines en #006666.


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 37 ▐ Autres Comptes : ► Cyclamën
Masculin
▐ RPG Age : 76 ans.
▐ Personnalité : Misanthrope ►Cynique ► Menteur ►Las ► Irascible ► Rationnel ► Antipathique ► Perspicace ► Égocentrique ► Sardonique ► Dédaigneux ► Peu loquace ► Déteste la plupart des gens ► Indifférent ► Asocial ► Mélomane ► Contemplatif ► Solitaire ► Andmore
▐ Parcours RP :
{Carnet de bord}


Fiche de présentation {50}
______

aBOrDaGE [ Intrigue ] {80}
faiRy TAle [ Emy ; Svan ] {...}

Total des points : 130 {rang F}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Jeu 31 Aoû - 23:50
Silence


L’homme reste silencieux, concentré sur sa tâche et toi, tu ne sais pas quoi faire. Est-ce qu’il accepte que tu restes à ses côtés ? Est-ce qu’au contraire il t’ignore pour te faire comprendre qu’il faut partir ? C’est trop compliqué pour toi, Jean-Jean. Tu aimerais être dans sa tête, pour savoir ce qu’il pense, ce qu’il veut te dire mais qu’il maintient sous silence. Sauf que ce n’est pas possible, et tu as plutôt envie d’abandonner. Retourner dans les rues déjà trop peuplées de Londres pour faire tes achats et rentrer à la Congrégation. Ce serait la meilleure chose à faire, sans aucun doute.

C’est ce moment que choisit le pêcheur pour enfin dire quelque chose. Deux mots qui fusent dans l’air et te font sursauter – une nouvelle fois. Il est trop peureux, Jean-Jean. Il aurait peur de son ombre, l’imbécile. Un sourire triste étire tes lèvres alors que ces attaques te reviennent en tête. Mais tu les oublies bien vite, intrigué par les paroles du vieil homme.
« Ombre, gamin. » Tu aimerais savoir ce qu’il veut dire par là. Ton ombre ? Qu’a-t-elle ? Comme s’il devinait ton incompréhension, il vient taper de sa canne devant toi, avant de t’expliquer. « Ton ombre, gamin, t’vas faire fuir les poiscailles. »
Après quelques longues secondes, tu comprends enfin ce qu’il se passe et te décales en vitesse. C’est que ça serait bien dommage de les faire fuir, alors qu’il se donne autant de mal pour les attraper. Tu ne veux pas nuire à son repas. Car c’est pour ça que les gens pêchent, non ? Pour pouvoir manger tout ça le soir venu, avec leur famille et des amis. C’est ce que faisait les tiens. Enfin, non. Pas les tiens. Eux.
« Ne fais pas de bruit, gamin. »
Il te tire de tes pensées et tu l’en remercies en silence. Ce n’était pas bien ce qu’il se passait dans ta tête, pas bien du tout. Cela fait des années maintenant, il faut que tu cesses d’y penser. Mais ce n’est pas ta faute, on n’oublie jamais l’abandon. Encore moins maintenant que tu as revu ta sœur, que tu as jeté du sel sur cette plaie, alors qu-

Attends.

Il ne t’a pas dit de partir. Au contraire, il t’a autorisé à rester, à condition que tu ne fasses pas de bruit. Un sourire immense efface la tristesse sur ton visage, et tu hoches la tête avec vigueur – comme le ferait un enfant.

Tout doucement, tu t’assois sur le sol à ses côtés. Oh, tu laisses une distance raisonnable entre vous deux, tu n’es pas fou. Et puis, être trop près des autres, tu n’aimes pas ça. Il faut d’abord t’apprivoiser, Jean-Jean, avant que tu ne puisses te sentir tout à fait à l’aise.

Le temps passe sans que tu ne le remarque. Bien trop concentré sur l’eau sombre devant toi et  les gestes lents et professionnels de l’homme, tu oublies tout ce qui t’entoure. Tu ne sens pas le froid engourdir tes membres ou la pierre dure et inconfortable te faire mal au dos.

Non, il n’y a que le clapotis des vagues contre la rive, le bruit lointain des passants ou l’odeur âcre de la pipe. Et puis, il y a ce mouvement aussi, que tu aperçois au loin. Tu te redresses d’un coup et cherches des yeux ce même mouvement, cette même ombre. Lorsque tu l’aperçois enfin, tu la pointes du doigt et l’indiques au vieil homme, dans un murmure
« Il y en a un, là-bas. »
© GASMASK



Jean-Jean répare en #FF9933

Merci ♥:
 
L'Idiot du Village

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre
Aime:
N'aime pas: avatar
Jean-JeanL'Idiot du Village

&

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 133 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 23 ans
▐ Personnalité : Simplet mais profondément gentil
▐ Parcours RP : wwwHippolyte [3]
wwwJoe [5]
wwwCaleb [5/3]
wwwSept [1]

4/4 Disponible

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Sam 21 Oct - 14:01
 Follow moi sur twitter ;



Un long moment passe tu aimes les longs moments silencieux Caleb tu finies par oublier le gamin là le Jean-Jean ça doit être lui il est un peu simplet non tu te dis que tant mieux au moins il sera moins ennuyant que les humains standards enfin tu as oublié qu'il était là et puis : « Il y en a un, là-bas. ». Il murmure le loupiot tu tournes doucement ta tête vers lui il s'est assis quand là aucune idée enfin tu suis son regard tu suis son regard vers l'étendu d'eau et là bravo monsieur tâche de rousseur il y a effectivement une ombre moyenne c'est un poisson une proie enfin tu grinces tes dents entre tes mots tu chuchotes pour toi même tu oublies sur le coup que tu détestes les gens les gens cela concerne le loupiot enfin ne reste que l'instinct du pécheur — « Bien vu, gamin » (tu chuchotes entre tes dents Caleb (toujours autant de pluie dans ta tête hein Caleb ?)).

Attends. "Bien vu, gamin" ? Vraiment, vieille branche ? (tu te lèves pour t'approcher du bord). Toi ? Caleb ? Est-ce que tu viens de féliciter un gosse ? Un simplet en plus ? Pourquoi ? À cause de cette lueur concentrée alors qu'il fixe l'ombre ? Ce sourire naïf un peu beau que tu ne sais plus faire ? (toujours de la pluie chez moi) Vraiment Caleb ? Tu fais dans la sympathie et le caritatif maintenant ? Ne te moque pas de moi Caleb, les gens ne changent pas, tu es Caleb et irascible, tu es la tempête qui vient avant la mer d'huile enfin tu es une machine qui tue les gens tu détestes les gens Caleb tu fais quoi là tu fais signe au gamin de s'approcher vraiment Caleb ? Tu deviens vieux et faible vieille branche, si tu veux mon avis (toujours autant de pluie dans ma tête mais dans la tienne aussi j'ai l'impression gamin, il pleut dans ta tête aussi hein ?).

(t'es encore là gamin tu t'accroches comme un bout de gomme hein ?)

« D'abord, faut attirer son attention. »

Tu fais quoi là Caleb ? (tu lui as fait signe d'approcher tu t'appuies avec difficulté sur la canne pour marcher et s'appuyer (c'est faux ça c'est un vieux réflexe mais tu ne boites plus vieux fou) tu lui tends la canne pour pêcher tu lui mets brutalement dans les mains en montrant l'étendu d'eau la tamise le poisson et l'ombre du poisson)
Caleb ?
T'es pas si monstrueux, vieux monstre, hein ?
Tu tapotes ta canne sur le pavé en pierre : « Ta position, gamin, elle est mauvaise.  »
© Truth.


:: La Lenteur ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Veiller sur sa famille - Assouvir ses besoins de machine
Aime:
N'aime pas: avatar
Caleb C. Attanasio:: La Lenteur ::
Caleb chasse des baleines en #006666.


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 37 ▐ Autres Comptes : ► Cyclamën
Masculin
▐ RPG Age : 76 ans.
▐ Personnalité : Misanthrope ►Cynique ► Menteur ►Las ► Irascible ► Rationnel ► Antipathique ► Perspicace ► Égocentrique ► Sardonique ► Dédaigneux ► Peu loquace ► Déteste la plupart des gens ► Indifférent ► Asocial ► Mélomane ► Contemplatif ► Solitaire ► Andmore
▐ Parcours RP :
{Carnet de bord}


Fiche de présentation {50}
______

aBOrDaGE [ Intrigue ] {80}
faiRy TAle [ Emy ; Svan ] {...}

Total des points : 130 {rang F}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Mer 24 Jan - 18:30
Apprentissage


Tes mots n’étaient qu’un souffle, recouverts par le bruit de la ville, mais l’homme les a entendus. Ça te fait plaisir, Jean-Jean. Ça vient remettre un peu de confiance dans ton cœur. Et Dieu seul sait à quel point tu en as besoin, à quel point il te faut reconstruire toutes ces choses. Comme si tu étais une ville, abîmée par les ravages du temps et les pillages. Il ne reste qu’une pauvre cabane de bois humide, entourée de ruines, qui menace de s’envoler à chaque bourrasque de vent.
Alors ces quelques mots qui ont été entendus, ces quelques secondes qui t’ont été accordées, viennent consolider cette petite cabane.

Mais trêve de comparaisons architecturales étranges, même si tout ça te ressemble bien. Imaginer des villes-gens-émotions, il n’y a que toi pour le faire.
Trêve de rêveries donc, tu dois retourner dans le présent. Te concentrer sur les mots de l’homme et sur ce poisson que tu as aperçu et qu’il a aperçu lui aussi et pour lequel il te félicite. Tes joues s’empourprent et un sourire maladroit se dessine avant que tu ne retrouves cette mine triste qui te va si bien. Il ne sait pas comment avoir l’air heureux, Jean-Jean.

L’homme te fait signe d’approcher, ce que tu fais sans tarder. Tu as encore un petit peu peur, il est craintif Jean-Jean, mais ce n’est presque plus qu’un détail. Peut être est-ce parce qu’il est calme. Peut être parce qu’il est vieux, tu ne sais pas. Mais tu commences à avoir confiance en cet inconnu. Il est en train de t’apprivoiser, de construire sa petite maison à côté de la tienne.
« D'abord, faut attirer son attention. »
Tu ne réponds rien mais hoches la tête, visiblement ému. Étonnement, tu comprends ce qu’il est en train de faire. Pourtant, comprendre ce n’est pas trop ton truc. Parce qu’il est bête, Jean-Jean. Mais pas aujourd’hui. En cet instant, tu comprends que le vieille homme sur le bord de la Tamise t’enseigne la pêche, et ton cœur se remplit de tant d’émotions diverses et semble prêt à exploser. Ce n’est pas la première fois qu’il fait ça, alors tu sais qu’il n’explosera pas vraiment. Du moins, tu l’espères.

Bien trop concentré sur toutes ces choses, tu ne remarques même qu’il te passe la canne avec brutalité. Tout ce que tu vois, c’est qu’il le fait. C’est que tu as maintenant ce bout de bois blanc entre les mains, et qu’il est toujours à tes côtés pour te dire comment faire. Ce moment, ce nouveau souvenir, vient se graver dans ta mémoire. Il remplace l’image de ta fratrie sur le bord du lac. Il efface la tristesse.
« Ta position, gamin, elle est mauvaise. »
C’est vrai que tu n’as pas l’air bien malin comme ça. Droit comme un I, les jambes si serrés qu’elles s’apprêtent à fusionner et la canne tenue à bout de bras. Il suffirait d’une simple pichenette pour te faire tomber à l’eau. Tu essaies alors de changer, de faire ce qu’il attend de toi. Sauf que tu n’as jamais fait ça, que tu ne connais rien à la bonne position pour pêcher correctement. Tu ne connais rien à rien, tout simplement.
Une idée te vient en tête, et tu essaies de te souvenir comme il se tenait lui. Il était assis, certes. Mais il tenait sa canne dans les mains, d’une façon anodine et pourtant bien différente de ce que tu as fait jusque là. Alors, te concentrant sur ce souvenir, tu écartes un peu les mains et plies les bras pour remonter le manche au niveau de ton bassin. Enfin, tu tournes la tête vers l’Homme et lui adresses un sourire maladroit.
« C’est mieux ? » Tu marques un silence avant de reprendre, toujours aussi doucement « C’est parce qu’il n’a jamais fait ça, Jean-Jean. Il ne sait pas bien comment se tenir. Il n’est pas comme vous, Jean-Jean. Il ne vient pas de la mer. Parce que vous venez de la mer, n’est-ce pas ? Ils l’ont dit une fois, le sel blanchit le bois. Il s’en rappelle, Jean-Jean. » Une discussion entre deux scientifiques que tu avais écoutée en réparant tu ne sais quoi. « C’est comment la mer ? »
C’est comment d’être comme vous, Vieux Monsieur de la Tamise ?
©️ GASMASK



Jean-Jean répare en #FF9933

Merci ♥:
 
L'Idiot du Village

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre
Aime:
N'aime pas: avatar
Jean-JeanL'Idiot du Village

&

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 133 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 23 ans
▐ Personnalité : Simplet mais profondément gentil
▐ Parcours RP : wwwHippolyte [3]
wwwJoe [5]
wwwCaleb [5/3]
wwwSept [1]

4/4 Disponible

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Lun 23 Juil - 21:57
 Like mon Instagram ;


(No one knows what it's like
To be the bad man
To be the sad man
).

     Il est comme moi. La réponse au problème lui vient sur les lèvres métaphoriques de son esprit de la même façon qu’une tempête fait irruption sur une mer d’huile. Il est comme moi, ce gamin. C’est pour ça qu’il éveille la pitié chez moi. Il me renvoie moi-même. C’est ce que pense Caleb en grognant dans sa barbe, soufflant comme une petite usine de charbon dans sa pipe. Il mordille distraitement l’os poli par le sel, alors qu’il observe, muet, Jean-Jean. Il le juge et le jauge, le mesure et le projette visuellement. Il est comme moi, Jean-Jean. Il a perdu la foi en les autres, Caleb. Ce n’est pas tant la faute des autres, c’est la faute à personne, il veut s’excuser, Caleb. C’est l’endroit, c’est le temps, c’est « Lui », Dieu, comme ils l’appellent, il n’a rien demandé Caleb, surtout pas ce destin. Lui, Caleb, il voulait qu’on le reste tranquille. Il était heureux, avec sa soeur, avec ses deux parents. Mais voilà. Le sort s’acharne sur les mauvaises personnes. Il grommelle dans sa barbe, Caleb — ce n’est pas vraiment de la pitié non ni de la tristesse Caleb serait-ce de l’empathie oui voilà, c’est de l’empathie. Caleb, vieille chose cassée. Tu lui souris en le voyant travailler sa position. Tu hoches la tête, exhale la fumée blanche. Le vent, au loin, souffle doucement un petit air frais dans le matin. Brume partout.

« C’est comment la mer ? »

     tu lances un regard lointain un regard fort un regard triste un regard de requin ou de raies mantas un regard de baleine un regard avec le chant des baleines sur l’aurore boréale quand le bateau rentre au port un regard avec du sel en dedans et du chlore un regard plein de brume plein de bruine et plein de goutte d’eau un regard qui craque comme un vieux bateau un vieux navire en chêne à l’encre rouillé un regard comme une cale à moitié immergée un regard non pas dur comme une noyade un regard doux Caleb c’est étonnant un regard doux comme la première fois que l’on apprend à son fils à nager un regard doux comme la mer un regard loin comme la mer inaccessible comme la mer inéluctable comme la mer fort comme la mer un regard contre lequel on ne peut pas lutter un regard bienveillant pour expliquer ce qui ne s’explique pas.

« C’est.. » Ta voix se mue en silence. Tu ré-ajuste ta vieille casquette de marin en riant, et cela fait comme un vieux bois cassé dans lequel résonne la houle tant tu n’es plus habitué. «  Indescriptible. » Tu portes ta main à la poitrine, montre le coeur, et pose la même main sur la poitrine à Jean-Jean, là où pompe le muscle. « C’est quelque chose qui ne s’explique pas gamin. Quelque chose que l’on porte . » Tu tapotes doucement sur son torse, souffle la fumée, observe l’eau. Les ombres sur l’hameçon se condensent. « Appelle moi Caleb. » Tu lui lances un regard brûlant comme l’huile de baleine illuminée, et tu montres l’ondée.

« Là. Maintenant. »

     Le bouchon (le détecteur) s’enfonce. Un poisson a mordu à l’hameçon.
© Truth.


:: La Lenteur ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Veiller sur sa famille - Assouvir ses besoins de machine
Aime:
N'aime pas: avatar
Caleb C. Attanasio:: La Lenteur ::
Caleb chasse des baleines en #006666.


▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 37 ▐ Autres Comptes : ► Cyclamën
Masculin
▐ RPG Age : 76 ans.
▐ Personnalité : Misanthrope ►Cynique ► Menteur ►Las ► Irascible ► Rationnel ► Antipathique ► Perspicace ► Égocentrique ► Sardonique ► Dédaigneux ► Peu loquace ► Déteste la plupart des gens ► Indifférent ► Asocial ► Mélomane ► Contemplatif ► Solitaire ► Andmore
▐ Parcours RP :
{Carnet de bord}


Fiche de présentation {50}
______

aBOrDaGE [ Intrigue ] {80}
faiRy TAle [ Emy ; Svan ] {...}

Total des points : 130 {rang F}
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Lun 20 Aoû - 14:42
prise


Avec ce silence qui semble le définir, le pêcheur te fait signe que tu as pris la bonne position. Tu n’es pas peu fier, Jean-Jean, et essaies maladroitement de le cacher. Être fier n’est pas une bonne chose. Ça fait oublier l’essentiel et ça rend méchant. Ce ne sont jamais les personnes peu sûres d’elles et timides qui s’en prennent à Jean-Jean. Non, jamais. Devenir comme elles serait la pire des insultes que tu pourrais faire à Rachel, faire à toi-même un peu aussi. Alors tu ravales toute cette fierté, et te contentes d’un peu de joie pour avoir réussi à faire les choses comme il faut.

Ta question le rend triste. Mais pas cette tristesse mêlée de douleur, comme lorsqu’on perd un proche. Une tristesse plus ancienne. Une tristesse comme celle dans les peintures et sur les statues. Celle qui n’a plus vraiment de cause, n’a pas vraiment de remède, qui vous prend comme ça sans raison et vous lâche de la même façon. Tu la connais très bien cette tristesse, elle accompagne souvent tes jours de pluie.

Alors tu respectes la mélancolie du Vieux Monsieur et tu ne dis rien. Tu aimerais même détacher ton regard, ne voulant pas t’immiscer dans quelque chose d’intime, quelque chose qui te dépasse. Car tu le sens bien qu’il y a plus que la tristesse dans sa tristesse. Il y a les souvenirs et les rêves, les Créatures et les Compagnons, les nuits étoilées et celles noires comme l’infini, celles où il n’y a plus d’espoir et ces moments où, au contraire, la félicité et la joie coulent à flot. Tout cela, tu le lis dans ses yeux, dans son sourire, dans ses rides et dans cette bienveillance qui apparaît tout à coup. Tu t’y noies, bien incapable de détourner le regard devant le spectacle du Vieil Homme et cette douceur qui te réchauffe doucement le cœur.
« C’est.. »
Le silence revient. Un silence rempli de bruits qui t’intimident un peu, sans te mettre mal pour autant. Et d’un coup son rire-tempête fuse et te fait sursauter. Mais bien vite la peur laisse la place à l’émotion et à ce sourire, rayonnant, qui se dessine sur ton visage. Il est beau son rire, si beau, tu aimerais l’entendre tous les jours à chaque fois que plus rien ne va. Il donne l’impression que le danger est passé, que la tristesse n’a plus sa place dans les esprits maintenant. Rien que ce Rire, grave comme un vieux navire qui reprend la mer et affronte les ouragans.
« Indescriptible » Il porte sa main à son cœur puis au tien, mais tu n’as pas peur. « C’est quelque chose qui ne s’explique pas gamin. Quelque chose que l’on porte . »
Tu n’as jamais ressenti la mer, alors dans ce , tu y mets toute cette journée. Et puis, peut être qu’un jour tu iras sur les océans. Alors tu pourras les mettre à côté de ces souvenirs et te rappeler du Vieil Homme en voyant l’étendue bleue devant toi, et les poissons sous toi, et les étoiles au dessus de toi. Tu te souviendras de lui et de son rire-tempête, de ses yeux-écume, de ses mains-bois et de sa voix-chaleur. Il t’accompagnera sans aucun doute et alors tu seras fier – mais pas une fierté moche comme les autres, une fierté belle comme quand tu as réussi à prendre la bonne position tout à l’heure.
« Appelle moi Caleb. »
Ce n’est qu’avec un sourire que tu réponds, ta voix étant encore perdue quelque part dans ton cœur et dans tes rêves. Caleb. C’est un beau nom, un si beau nom, rendu magnifique par la confiance qui l’accompagne. Vous vous êtes apprivoisés l’un l’autre, Jean-Jean, et le voilà qu’il te confie cette chose si précieuse qu’est son prénom. Tu le gardes soigneusement et te demandes si tu as fait pareil. Oh oui, tu as répété sans cesse que tu t’appelais Jean-Jean. Mais Jean-Jean ça n’a jamais vraiment été toi, n’est-ce pas ?  Toi tu étais Jean. Jean Coste. Et ça, tu essaies doucement de leur reprendre. Tu essaies, comme tu le peux, de redevenir moi et non plus lui. Peut être que tu pourrais faire un effort, pour Caleb.
« Là. Maintenant. »
Tu étais si concentré sur Lui que tu en as oublié la pêche et le poisson. Mais, au moment où te le dis, tu sens le fil qui tire. C’est étrange de sentir une chose bouger si loin de soi et pourtant si précisément. Ça se dandine dans tous les sens, s’entortillent et se débat pour tenter de s’enfuir. Ça te prend aux tripes, Jean, et t’embrouilles pendant un instant. Mais tu sens le regard du Vieil Homme, tu sens son soutien et te voilà incapable d’échouer.

Alors, doucement, tu commences à tirer le fil, à remonter votre prise jusque toi. Elle saute et sort de l’eau parfois, et la beauté de ses écailles luisant sous le soleil matinal vient effacer la peur et la surprise. Ça efface tout ce qui t’entoure en vérité. Il ne reste que toi, le poisson et Caleb. Il n’y a plus de ville, plus de bruit, plus de Guerre non plus. Juste le clapotis de l’eau alors que l’animal en sort pour de bon, puis la sensation de son cœur battant dans tes mains abîmées. Il bat si vite ce petit cœur effrayé, si vite qu’il pourrait rompre à tout moment. Tu cherches comment le sauver, comment lui épargner de souffrir ainsi et te souviens du seau. Alors, avec une délicatesse presque exagérée, tu reposes le poisson dans l’eau et le laisses te filer entre les doigts.

Les joues rougies par l’excitation et l’exercice, le bout des doigts toujours plongé dans l’eau, tu regardes l’animal faire des tours, paisible. Tu sens encore son cœur battre contre ta peau, ce qui te fascine. Tu ne pensais pas qu’il se passait tant de choses, encore moins en aussi peu de temps. Tout doucement, tu relèves le regard vers ton aîné et lui murmures « merci », bien incapable de dire autre chose pour l’instant.
©️ GASMASK



Jean-Jean répare en #FF9933

Merci ♥:
 
L'Idiot du Village

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre
Aime:
N'aime pas: avatar
Jean-JeanL'Idiot du Village

&

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 133 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 23 ans
▐ Personnalité : Simplet mais profondément gentil
▐ Parcours RP : wwwHippolyte [3]
wwwJoe [5]
wwwCaleb [5/3]
wwwSept [1]

4/4 Disponible

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
LE PIRE TITRE PUTACLICK !!! Je pêche avec le poto JeanJean x'D ; wtf du sang sur la Tamise ?! on prank les londoniens, ça tourne mal [explication] — Jean-Jean
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» raw avec des sous titre !
» Les Editions du RIEZ
» Pumpkinz avec un crayon?
» Le Kit R1 Macro Nikon ...
» Appareil photo...? (écran rotatif)

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Les RPs Spéciaux :: Mini-Rps :: L'Eurasie-
Sauter vers: