Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Une 50aine de mots environ. Rejoignez l'aventure d'EvilSpirits, une ville coupée du monde où événements surnaturels et mutations rythment la vie des jeunes habitants, dont les parents ont mystérieusement disparus... D Gray Man, l'éveil de l'innocence
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Chasse à l'Homme || Rhian 50-50-2
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez
 

 Chasse à l'Homme || Rhian

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Chasse à l'Homme || Rhian
Jeu 26 Juil - 23:03
Anxiété

Aujourd’hui est un grand jour pour toi, Maxence. Un jour incroyable, plus encore que tous les autres. Un jour que tu devrais réussir à comprendre normalement. Car tu dois bien reconnaître que tu as encore du mal à t’y retrouver depuis ton arrivée dans les rangs de Central. Oh, tu comprends ce qu’on t’explique, tu apprends tes leçons et n’enfreins aucune règle. Mais tout cette histoire, toute cette nouvelle routine, t’échappe. Les jours se suivent à une vitesse incroyable et tu as bien du mal à suivre.

Mais aujourd’hui est différent – ou du moins tu l’espères. Tu sais exactement ce que tu dois faire et comment le faire. Car aujourd’hui est la conséquence direct d’un autre jour, dont tu te rappelles parfaitement. Un jour où tu as décidé de prendre ta routine en main, d’aller un peu plus loin que ce qu’elle avait prévu pour toi.

Avant hier, tes instructeurs ont décidé que vous laisser un choix. Vous devez trouver une mission à laquelle vous joindre – et vous rendre utiles, bien sûr. Pour vous, l’occasion de faire quelque chose qui vous intéresse vraiment. Pour eux, le moyen de voir vos dons de persuasions, votre ambition et tout un tas d’autres choses qui t’échappent encore.

Suivant les règles à la lettre, tu t’es mise à la recherche d’une mission. Sauf que tu ne veux pas quelque chose de simple, quelque de discret – comme de la bureaucratie, par exemple. Ce n’est pas par orgueil ou envie d’être remarquée, bien sûr. Tu as simplement conscience du retard que tu as sur les autres, ayant rejoint les apprentis corbeaux en étant déjà âgée. Certains sont là depuis qu’ils ont cinq ou six ans, alors que toi ça ne fait que quelques mois à peine.
Tout cela te force à faire plus d’efforts qu’eux, apprendre plus, être meilleur en quelque sorte, pour ne pas être un poids et ne pas te retrouver à la rue une nouvelle fois. Alors, cette mission qu’il faut trouver se doit d’être incroyable elle aussi, pour prouver ta valeur. Et tu as rapidement su à qui t'adresser pour avoir une telle opportunité.

Un adulte quitte l’un des bureaux et tu l’évites de justesse, avec une souplesse nouvellement acquise – au prix de rudes entraînements dont ton corps garde encore le souvenir. Cet événement passé, tu te plonges à nouveau dans tes pensées, non sans t’être assurée d’être dans la bonne direction avant. Tu visualises le visage de l’homme à qui tu dois aller parler. Alors ton estomac se tord d’anxiété et tu peux sentir ton cœur accélérer un peu. L’anxiété se transforme bien vite en angoisse et te force à te stopper, afin de reprendre ton calme.

Pourtant, cette peur est légitime. Parler n’est pas ton fort, encore moins lorsqu’il s’agit d’un adulte – un homme qui plus est. Et tu ne comptes pas t’adresser à un simple corbeau, mais au chef des semis-akumas. Mais tu en es capable, Maxence. Tu as vécu plus dangereux déjà, ce n’est pas une simple discussion qui te mettra à terre. Alors avance.

Un doute te saisit et tu t’arrêtes de nouveau, quelque pas seulement après ta première pause. Et si Monsieur Llewellyn refusait violemment ? Et s’il se moquait de toi et te faisait payer cet affront ? S’il prenait ça pour de l’orgueil ? Ou qu’il te donnait une mission minuscule et ridicule, ne te faisant pas confiance ? Oh boy. Voilà que la peur revient, même si sa source est différente. Tu as peur d’échouer, car tu ne peux pas te le permettre.

Un peu trop violemment, tu secoues la tête pour chasser de telles idées et te remets en route. Tu n’as pas de temps à perdre avec de telles sottises, encore moins au beau milieu d’un couloir. Ton supérieur est souvent envoyé en missions et tu ne peux te permettre de le louper de quelques minutes, ce serait ridicule et frustrant.

Accélérant le pas, tu finis par arriver devant le bureau où il est sensé se trouver. Tes doutes et peurs reviennent au galop mais tu n’as plus de temps à leur consacrer, le semi-akuma se trouvant face à toi. Il a ouvert la porte avant que tu n’aies eu le temps de frapper, te découvrant à moitié dans les nuages.
« Bonjour, Monsieur » Tes mots sont un peu plus forts que tu ne le voulais et tu rectifies cela dans la seconde qui suit.  «  Je .. Je n’écoutais pas aux portes mais je m’apprêtais à frapper. » La précision, bien que maladroite, te semble importante. « Je m’appelle Maxence Fournier, je suis apprentie corbeau et … hm.. J’aimerais vous poser une question ... Si vous avez le temps, bien sûr ! Je ne voudrais pas vous embêter ou quoi que ce soit. »
Ton manque d’aisance et ton anglais approximatif te donnent envie de te baffer ou de hurler. Pourtant tu avais préparé tout un discours dans ta tête, avec des points précis à aborder et des arguments en ta faveur. Mais ayant été prise de court de la sorte, tous ces mots se sont envolés, te laissant avec la catastrophe que tu viens de débiter.

Tu as envie de te frapper donc, mais n’en fais rien. Au lieu de ça, tu lèves les yeux en direction de ton supérieur et attends une réponse de sa part.
©️ GASMASK


Chasse à l'Homme || Rhian WkR0T3P
Signature par Wilma ❤️

Merci ❤:
 
Garçon Perdu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre
Aime:
N'aime pas: Maxence Fournier
Maxence FournierGarçon Perdu
Max se bat pour Central en #336666

Chasse à l'Homme || Rhian WKrOUI9&Chasse à l'Homme || Rhian KjOTETt


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 120 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Féminin
▐ RPG Age : 13 ans
▐ Personnalité : Slt c la pls
▐ Parcours RP :
3/4 Disponible

wwwMaé [3]
wwwCélania [2/3]
wwwRhian [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Sam 1 Sep - 3:07


Chasse à "l'homme".



Bienvenue dans le grand théâtre Llewellyn ! Combat, drame, humour, suspense… Aujourd'hui encore, un chapitre de "ris, âne", votre comédie préférée ! Dans l'épisode précédent, après qu'il se soit battu à mort avec une gamine qu'il et qui l'appréciait ((rire), il y a cru, l'imbécile), sa dernière "amie" fut transférée de son plein gré dans une toute autre région suite à la perte de son innocence ! A présent, quelles seront les prochaines farces que le sort fera au Monstre ? Sera-t-il à court de bois pour se chauffer ? Mangera-t-il un aliment faisandé, lui promettant quelques visites aux toilettes ? Trébuchera-t-il sur un caillou soudain pour s'étaler publiquement ? N'ayez crainte, cher public, même dans sa routine, le Se-miteux trouvera un moyen de se couvrir de ridicule !

J'aurais aimé pouvoir dire que je ne ressentais même plus de tristesse. Que je m'habituais à ce que tous mes proches meurent, me fuient, ou ne soient même pas réellement des proches. Des Noés, par exemple. Que ça ne me touchait plus, que le sarcasme gommait réellement mon chagrin.
Non.

Je retrouvais ma sœur, après des années ? Elle mourrait le jour même. Je vivais enfin une mission paisible, sympathisant avec une enfant adorable et à l'abri de la guerre, pour finalement la retrouver ? Elle était une ennemie, l'opposé même d'une gamine innocente. Je me liais d'amitié avec une exorciste, à en faire ma confidente ? Elle partait sans un mot. Enfin, si, pardon, un "adieu" transmis par quelqu'un. Quelle mauvaise langue je faisais, c'était peut-être pour ça que tout le monde me fuyait ! Pourtant, j'avais plein d'autres qualités : aucune discrimination, je frappais sans distinction, même les enfants, même les amis, et parfois les deux en même temps ! Et que dire de mon don pour la diplomatie et mon adresse aux mots, si précis que je mettrais accidentellement un bouddhiste en colère ? Et de mon leadership exceptionnel, capable d'ajouter un semi traître à la liste déjà longue sans même que le Comte n'ait à agir, comme ma mission m'en informait ?

Assis sur ma couche, je fixais le mur en face, et les morceaux de verre à son pied. Qui eut cru qu'une simple lampe pouvait faire de telles fissures ? Ha, je l'oubliais, ce don-là : une spontanéité remarquable, une façon rafraîchissante d'extérioriser sa colère, un usage infatigable de son corps ! Eh… j'aurais bien dit qu'au moins, je ne me mettais pas à chouiner, mais c'aurait quand même eu plus de gueule si j'avais pas les larmes aux yeux.

Putain.

Putain. Putain. Putain. Putain. PUTAIN.

Oui, C'est bien, Rhian. Dis des gros mots, c'est mature, c'est constructif. Tous tes problèmes vont s'arranger, la colère va s'envoler ! Putain de merde… Mais j'avais quoi de mieux à foutre, hein ?

Qu'est-ce qui serait utile ? J'aurais pu faire quoi, bordel ? Kidnapper la blonde, sous prétexte que j'étais certain que c'était ma sœur ? Deviner que ce chiard était une Noé, la descendre avant de m'y attacher ? Braver tous les ordres et aller aider Sofia, comme ça, sur un instinct ? Bordel de merde, mais j'avais fait quoi pour mériter ça ? C'était juste ressentir de l'affection, mon crime ? Avoir des sentiments ? Bravo, Rhian, t'aurais dû mieux écouter en cours d'endoctrinement, t'en serais pas là !
PUTAIN.

La table de chevet me faisait de l'œil, mais je n'avais même plus la force de la jeter. J'étais las… Las de ressentir encore ces émotions. Trahison. Chagrin. Rage. Désespoir. Et ce vide… Auquel je pensais avoir enfin échappé, fait mon deuil. Pour mieux retomber dedans... Ça ne suffisait pas, c'est ça ? Je me suis remis trop vite ? Ha, 'chier, Rhian commence à ne plus être la pire loque ! Vite, envoyons encore quelques tragédies ! Bordel, et moi qui parlais d'ange gardien, pour mes fameuses retrouvailles avec "Lily". On s'amuse comme on peut, hein, là-haut ? Guerre Sainte…

Parfois, je me demandais s'il y avait réellement une guerre, ou un simple jeu pour divinités. Comme un grand jeu d'échec, avec des pions encore plus divertissants. Regardez cette tour qui fonce tête baissée ! Allez, sacrifions le fou, il en est trop proche. Et le pion là, colorons-le en blanc, il se laisser prendre ! On l'éloigne du cavalier allié, ou on attend qu'il le frappe sous la colère ?

Imaginant la scène, un rire m'échappa. Un rire désespéré, fatigué. C'était sans doute tout ce qu'il me restait, en rire. C'était comique, non ? Comme je me laissais prendre à chaque fois. Comme j'essayais de me relever pour retomber pitoyablement, comme dans ces mauvaises comédies populaires. Cette pièce que j'avais vue avec ma sœur, ou un idiot cassait une dizaine d'assiette, ne comprenant pas qu'elle glissait de ses mains à cause du savon. Eh, eh ! Une par une, il les prenait. Fuuuip, crac. Et il en saisissait une autre, surpris et chagrin. Ha ha ha ! La tête qu'il faisait ! Caroll riait aux éclats. "Idiot !" "Pourquoi tu t'entêtes !"

Un poing frappa ma porte. Merde.
Je me levai péniblement, essuyai mes yeux et allai entrouvrir – je n'avais pas vraiment envie qu'on voit mon coup de colère. D'un ton un peu trop rauque, je lançai au corbeau :
 - Quoi ?
Difficile de dire si je réussissais à tenir bonne apparence ; je danserais le lac des cygnes en slip que ce pantin garderait la même expression.
 - Votre partenaire d'entraînement m'envoie vous dire qu'il ne pourra être présent, une mission urgente lui ayant été assignée.
Je restai immobile un instant. Puis un sourire torve me traversa le visage, alors que je retenais un nouveau rire. Alors, même aujourd'hui, j'étais abandonné ? Je me fichais bien de ce mannequin d'entraînement, mais je devais avouer une chose : l'enfoiré qui jouait avec ma vie avait un bon talent pour l'ironie et le comique de répétition.
 - Ok, merci. Je me démerderai.
Il se courba et repartit, me laissant seul. Bon… je ferais mieux d'y aller, à l'entraînement. Je n'avais qu'à chercher ma lance dans mon bureau, et aller au terrain. Je n'y voyais plus vraiment de sens, mais au moins, cela m'empêchait de trop réfléchir.  En fait, certains pensaient que les semi-akuma regrettaient l'expérience parce qu'ils n'étaient plus qu'à moitié humains. Pour ma part, de plus en plus…

Je regrettais de l'être encore à moitié.



Ma lance en main, je voulus ressortir du bureau, quand je tombai sur un… Merde, encore un mioche ? Comique de répétition, ou manque d'originalité ? Alors, pourquoi allais-je le frapper, celui-là. Sale gosse ? Ennemi caché ?
 - Bonjour, Monsieur. Je .. Je n’écoutais pas aux portes mais je m’apprêtais à frapper.
Je fronçai des sourcils, et lui fis signe d'enchaîner d'un mouvement de tête. Je n'avais pas envie de lui parler, et j'avais autre chose à fai-
Ha bha non ! Rappelle-toi Rhian, tu n'as plus personne à voir.
 - Je m’appelle Maxence Fournier, je suis apprentie corbeau et … hm.. J’aimerais vous poser une question ... Si vous avez le temps, bien sûr ! Je ne voudrais pas vous embêter ou quoi que ce soit.
Maxence… Ha, bien sûr. C'était la nouvelle recrue corbeau. Elle faisait parler d'elle : il était rare que Central forme des enfants aussi âgés. Eh, c'était peut-être ça le problème : moi-même avait été recruté tardivement, alors l'endoctrinement devait être moins fort. Dommage, les sentiments avaient survécu avec le corbeau…

J'hésitai un instant à l'ignorer et me diriger vers le terrain. Qu'est-ce que ça changerait, hein ? Je passerais pour un connard ? Déjà fait. Je n'avais aucune envie de lui parler, je n'avais envie de parler à personne. Pourtant, même ça, je n'arrivais pas à m'en foutre, à m'en sortir d'un sarcasme. Je me sentais mal à l'idée de lui faire ce coup. Elle semblait prendre sur elle pour me parler, sans que je sache si c'était mon grade ou ma réputation de violent impulsif qui l'intimidait. Et puis… Ouais, p'têt' que j'avais envie d'être sympa, de la rassurer. "Ouf, il n'est pas si terrible", je lirai dans son regard. Peut-être même que j'y verrai du respect, mêlé de sympathie ! Ce serait si chouette ! La vie serait si belle !


Mais la vie était laide.
 - M'embêter, c'est déjà fait. Alors trouve une bonne raison de le faire, ou tu auras une bonne raison de le regretter.
Et je me dirigeai vers le terrain d'entraînement sans me soucier d'elle, lui laissant le plaisir de suivre mon pas plus rapide que le sien.

Elle avait fait deux conneries. Devenir apprentie corbeau, et venir me parler. Alors si je pouvais lui ouvrir les yeux sur la première, il n'était pas trop tard pour qu'elle parte de Central...
HRP:
 

©️ Halloween



Thème de Rhian (Kuvera - E.S Posthumus):


Chasse à l'Homme || Rhian W32RPkR
Chasse à l'Homme || Rhian SGqPhG7

Les cadeaux des gens beaux ♥ (cliquez !):
 

‡ Monstre...? ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouvez ma sœur, Caroll (devenue Rayn, mais je l'ignore)/ Vaincre le mal (le Comte, les Noé, les akumas)
Aime:
N'aime pas: Rhian Llewellyn
Rhian Llewellyn‡ Monstre...? ‡
Seul un monstre, peut vaincre un monstre


Vava sous-marin par mon fils Lulu ♥️
Vava mariée par Caroll ♥️
Vava troll par Nyx ♥️

Rhian explose en #ff3300

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 528 ▐ Autres Comptes : Mary Risatina, Flonne Sørensen, Lysandre Delcourt
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Explosive
▐ Parcours RP : DOSSIER SUR L'EXORCISTE DE TROISIEME GENERATION RHIAN LLEWELLYN
"Profil de l'individu"

"liens et passifs de l'individu"

"Rapports de l'individu"


RP en cours:
* Course au bord de l'eau [Pv. Madalia] V
* A la poursuite de l'impost-broker [mission Reynald, Lucifer] II
* Mal [Pv. Lily] VII
* Chasse à "l'homme" [Pv. Maxence] III
* Papotage III
Rang B MAGGLE KESTUVAFER JE SUIS UN GROS BG OK METS DU RESPECT SUR MON NOM OU JE VAIS TE FAIRE BOUFFER TES DENTS EN UNE PICHENETTE
1720 sur 2500 pour le A (- 200 utilisables)
6/12 conditions remplies

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Sam 6 Oct - 16:52
Respect

Les yeux toujours levés en sa direction, tu attends silencieusement. Il prend son temps pour te répondre et tu ne saurais dire pourquoi. Est-ce que tu as fait quelque chose de mal ? Bien sûr que oui. Tes phrases étaient brouillonnes et tu t’es ridiculisée devant lui, passant pour une inculte et une bon à rien. Mais il y a sûrement autre chose, n’est-ce pas ? Car si ce n’était que ça, il te l’aurait renvoyé dans les dents et serait parti sans un mot de plus. Il faut croire que tu as pensé trop vite, car voilà que Monsieur Llewelyn te répond, et c’est exactement ce qu’il fait.
« M'embêter, c'est déjà fait. Alors trouve une bonne raison de le faire, ou tu auras une bonne raison de le regretter. »
Puis il se met en route d’un pas rapide. Sans attendre une seule seconde, tu le suis – courant presque – les dents et poings serrés. Tu as bien du mal à te faire à toute cette attitude cynique et le manque de respect permanent dont te témoigne les adultes ici. C’est évident que tu vaux moins qu’eux – tu vaux moins que à peu près tout le monde, tu en es persuadée – mais tu vaux tout de même quelque chose. Et donc, tu as le droit à un minimum de respect plutôt que de te faire parler de la sorte, dès le matin qui plus est. Surtout que tu as la désagréable impression que ce n’est pas de ta faute s’il est en colère, et devoir payer les pots cassés t’énerve royalement.

Mais tout ça, bien sûr, tu ne peux pas en parler ou t’en plaindre. Tu ne peux même pas le montrer, ce que tu t’efforces de faire pour ne pas l’irriter plus encore. Tout ce que tu peux faire, pour l’instant, c’est reprendre les choses comme elles étaient prévues et lui répondre pour lui expliquer la raison de te présence ici – et pourquoi tu le suis comme une forcenée de la sorte.
« On nous a demandé » ordonné « de trouver une mission à effectuer, et je voulais vous en demander une directement. »
Faire de jolies phrases allongées et tourner autour du pot, ça n’a jamais été ton fort. Tu es très direct, trop parfois même comme en témoignent les veilles cicatrices qui parcourent ton corps d’enfant. Mais tu ne t’en formalises pas, après tout il a l’air pressé et tourner en rond l’aurait très certainement énervé plus encore – tout en gaspillant ton souffle.
« Non pas que vous m’ordonniez quelque chose, mais que je vous accompagne plutôt. J’apprendrai énormément à vos côtés, c’est certain. »
Ces mots, tu les dis non pas pour l’amadouer mais avec conviction, car tu en es persuadée. Les faits d’arme du Semi-Akuma sont connus de quasi tous à Central, et son efficacité n’est plus à prouver. L’accompagner pour une vraie mission t’enseignerait bien plus que tout ce qui se trouve dans les livres. Mais pour ça, encore faut il qu’il accepte, ce dont tu doutes énormément.
©️ GASMASK


Chasse à l'Homme || Rhian WkR0T3P
Signature par Wilma ❤️

Merci ❤:
 
Garçon Perdu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre
Aime:
N'aime pas: Maxence Fournier
Maxence FournierGarçon Perdu
Max se bat pour Central en #336666

Chasse à l'Homme || Rhian WKrOUI9&Chasse à l'Homme || Rhian KjOTETt


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 120 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Féminin
▐ RPG Age : 13 ans
▐ Personnalité : Slt c la pls
▐ Parcours RP :
3/4 Disponible

wwwMaé [3]
wwwCélania [2/3]
wwwRhian [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Sam 10 Nov - 22:16


Chasse à "l'homme".



Du coin de l'œil, je vis ses muscles crispés. Une débutante, qui tenait encore bien plus du civil que du véritable corbeau, elle n'était rien de plus. J'avais presque envie qu'elle s'énerve, pour que je puisse la remettre à sa place puis l'envoyer chier ; qu'est-ce qu'une sous-apprentie comme elle pouvait bien me vouloir ? Je ne savais même pas si je voulais régler rapidement cela et qu'elle me foute la paix, ou si j'espérais que ça me permette de penser à autre chose. De toute façon, cette rencontre ne pouvait pas bien se terminer… à court ou à long terme. Laquelle de mes rencontres avait échappé à une mauvaise fin, hein ?
 - On nous a demandé de trouver une mission à effectuer, et je voulais vous en demander une directement.
Je m'arrêtai brutalement, et lui jetai un regard mauvais. Elle se foutait de ma gueule ? J'avais une tronche de formateur, bordel ? Quelqu'un qui donnait des missions ? "Va te pendre ailleurs", ça lui irait comme assignation ? Tiens, va t'attaquer au semi à ma place, ça t'apprendra au moins à pas les prendre pour des cons si t'en réchappe.

Sauf qu'elle reprit :
 - Non pas que vous m’ordonniez quelque chose, mais que je vous accompagne plutôt. J’apprendrai énormément à vos côtés, c’est certain.
Ha… oui. Nous avions eu un exercice du genre, à notre propre formation. Déjà prometteur, je n'avais essuyé un premier refus que parce que j'avais demandé au meilleur des corbeaux de l'époque, convaincu que j'étais celui qui le méritait le plus. Enfin, je m'en étais plutôt bien sorti à mon second essai avec un autre… Un bel enfoiré qui semblait n'avoir accepté que pour se foutre la gueule toute une semaine d'un mioche, mais efficace.

Et là, cette espèce de gamine même pas capable de cacher correctement ses émotions, la créature la plus faible et ignorante de l'ordre des Corbeaux, osait demander cette faveur au plus puissant et haut gradé du même ordre ? Bordel, elle se croyait où ? Elle était totalement stupide…

Ou terriblement courageuse ?
Malgré ma colère sourde, la question m'intriguait sans que je ne puisse la balayer. La concurrence était sans pitié chez les apprentis, détruire mentalement était une chance de survie en plus : en tant que nouvelle sans formation, elle devait déjà avoir subi, sans aucun doute. Ça avait été mon cas pendant quelques mois, avant que je ne finisse par pouvoir défoncer la grosse majorité de ces connards. Alors… elle ne devait pas ignorer que seul l'efficacité comptait ici et donnait un début d'importance, que je pourrais la traiter comme le pire des déchets ici et maintenant sans que quiconque ne prenne sa défense.  Et quelque part, qu'elle ait le culot de venir ne serait-ce que me parler malgré ça… ça forçait mon respect. Mais pas ma bonne humeur, putain, j'aurais préféré que mon propre esprit me permette un peu de réconfort en me laissant la mépriser ! Alors j'avais plusieurs choix : soit je l'envoyais chier, éventuellement avec quelques remarques acides, soit je lui disais que je m'en foutais bien et que si elle venait, elle se démerdera pour survivre. Soit… je prenais son désir au sérieux.

Mais pourquoi ? Ça servait à quoi, de se prendre la tête ? En cet instant, je peinais à croire en quoi que ce soit, même à l'utilité de combattre les Noés. Le second souffle que décembre – la magie de Noël, ha ha ha ha ha – m'avait apporté se perdait déjà, coupé court par les différents coups que la Fortune m'infligeait. Rien n'avait changé depuis ce nouveau rôle, vide de sens et d'efficacité. Et cette putain de guerre n'avançait pas, le dernier événement de taille s'était fini en bain de sang inutile, en fiasco total. Ça servait à quoi de me faire chier avec cette gosse ? Elle abandonnera ou crèvera pendant sa formation. Ou peu après. Ou avec le reste de l'humanité.

Et pourtant... Elle avait choisi la voie la plus risquée, la plus difficile. Elle semblait avoir la foi que j'avais perdu, elle. Était-ce vraiment qu'une illusion, une connerie ? Ou était-ce une flamme bien réelle, mais dont la mienne s'était fatiguée et avait subi trop de tempêtes ? Quelque part… deux désirs s'affrontaient en moi. Celui de lui montrer qu'il était temps qu'elle se réveille, lui ouvrir les yeux sur la vraie merde qu'était ce monde et la vie en générale, démolir cette motivation écœurante de gosse trop stupide. Et de l'autre… peut-être avais-je envie d'y croire à nouveau. De me relever, une énième fois, incapable de laisser tomber comme le crétin de la comédie. Ou juste trouver la force de ramper encore… Ou peut-être était-ce simplement l'angoisse à l'idée de de revivre cette période horrible de deuil, de me sentir encore vide et vain à chaque jour et chaque seconde.

Au final… cette mioche était peut-être un moyen de régler cette petite bataille, un "test". Et puis, elle avait refusé la facilité pour choisir la voie tortueuse, la plus dangereuse… Je me sentais obligé de respecter ce choix et de faire de même, par respect pour sa témérité. Et une idée naissait dans ma tête. De toute façon, elle me voyait déjà comme un connard… autant jouer ce rôle. Ma décision était prise, alors, un dernier petit vent de motivation…
 - "J'apprendrai énormément à vos côtés" ? Laisse-moi rire. Un rat peut regarder un aigle autant qu'il veut, ça ne lui permettra pas de voler, imbécile.
Je m'étais remis en marche, avec un ricanement méprisant.
 - Mais j'en connais, des crétins comme toi, ceux qui pensent avoir le droit de parler à des gens importants. Ça s'accroche, ça croit avoir une valeur, ça pense pouvoir vraiment changer des choses. Alors, je vais te donner une chance, pour te foutre le nez dans ta merde une bonne fois pour toute. Et parce que j'ai besoin d'un mannequin d'entraînement.
Nous étions arrivés à la salle d'entraînement, qui n'était pas très loin. Je l'ouvris et, avec un rictus mauvais et un regard supérieur, la défiai :
 - Si tu arrives à me toucher ne serait-ce qu'une fois, j'accepterai que tu viennes avec moi. T'as tout le temps que tu veux, toute la journée même, ça me divertira. Et combattre, ça te permettra déjà "d'apprendre énormément à mes côtés", non ? Mais si tu échoues – ce que tu feras…  Tu devras t'excuser à genoux d'être un insecte, et ne plus jamais croiser ma route. Alors ? C'est bon, tu vas te défiler et comprendre ta place, maintenant ?
Puis je lui tournai le dos, et me dirigeai vers un terrain libre. Sans doute y avais-je été trop fort, être un connard était l'un de mes nombreux talents. À son âge, qu'aurais-je fait ? Me serais-je entêté, ou aurais-je décidé que cet enfoiré ne comptait pas réellement me donner ma chance et aurais préféré trouver quelqu'un d'autre ?

Je connaissais la réponse pour moi, mais elle semblait plus intelligente. Au pire... j'aurai enfin la paix, puis elle s'en remettra.

©️ Halloween



Thème de Rhian (Kuvera - E.S Posthumus):


Chasse à l'Homme || Rhian W32RPkR
Chasse à l'Homme || Rhian SGqPhG7

Les cadeaux des gens beaux ♥ (cliquez !):
 

‡ Monstre...? ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouvez ma sœur, Caroll (devenue Rayn, mais je l'ignore)/ Vaincre le mal (le Comte, les Noé, les akumas)
Aime:
N'aime pas: Rhian Llewellyn
Rhian Llewellyn‡ Monstre...? ‡
Seul un monstre, peut vaincre un monstre


Vava sous-marin par mon fils Lulu ♥️
Vava mariée par Caroll ♥️
Vava troll par Nyx ♥️

Rhian explose en #ff3300

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 528 ▐ Autres Comptes : Mary Risatina, Flonne Sørensen, Lysandre Delcourt
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Explosive
▐ Parcours RP : DOSSIER SUR L'EXORCISTE DE TROISIEME GENERATION RHIAN LLEWELLYN
"Profil de l'individu"

"liens et passifs de l'individu"

"Rapports de l'individu"


RP en cours:
* Course au bord de l'eau [Pv. Madalia] V
* A la poursuite de l'impost-broker [mission Reynald, Lucifer] II
* Mal [Pv. Lily] VII
* Chasse à "l'homme" [Pv. Maxence] III
* Papotage III
Rang B MAGGLE KESTUVAFER JE SUIS UN GROS BG OK METS DU RESPECT SUR MON NOM OU JE VAIS TE FAIRE BOUFFER TES DENTS EN UNE PICHENETTE
1720 sur 2500 pour le A (- 200 utilisables)
6/12 conditions remplies

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Mer 9 Jan - 16:28
Entêtement

Une nouvelle fois, ton interlocuteur se montre étrangement silencieux. Douloureusement silencieux, même. C’est pénible de devoir attendre que le moindre mot daigne quitter ses lèvres. Pénible de perdre ton temps ainsi, et le sien, sans savoir ce qui peut bien se passer sous sa tignasse blonde. Tu n’es pas du genre à râler ou te plaindre, c’est même tout l’inverse. Mais l’attente n’a jamais été totalement ton fort, encore moins dans un tel contexte, d’autant plus que tu te sens bête – et irritante – de devoir le suivre de la sorte.
« "J'apprendrai énormément à vos côtés" ? Laisse-moi rire. Un rat peut regarder un aigle autant qu'il veut, ça ne lui permettra pas de voler, imbécile. »
La violence inattendue de ses mots te fait perdre le fil un instant, te ralentissant dans ta marche. l’air un peu béa pendant une demi-seconde, tu le fixes de ton regard noir. Puis aussi vite qu’il est apparu, ton trouble disparaît et tu te retrouves en un claquement de doigt à sa hauteur. Les jointures des doigts blanches et douloureuses, tu gardes la moindre réponse pour toi. Au mieux elle serait suffisamment cinglante pour lui faire ravaler son rire à la con, mais impossible qu’il t’engage suite à ça. Au pire, tu ne ferais que te ridiculiser, et perdrait à nouveau toute chance d’être embarquée. Fait chier.
« Mais j'en connais, des crétins comme toi, ceux qui pensent avoir le droit de parler à des gens importants. Ça s'accroche, ça croit avoir une valeur, ça pense pouvoir vraiment changer des choses. Alors, je vais te donner une chance, pour te foutre le nez dans ta merde une bonne fois pour toute. Et parce que j'ai besoin d'un mannequin d'entraînement. »
Cette fois-ci, pour seule répons ce n’est rien d’autre qu’un sourire qui étire furtivement tes lèvres. Non il ne te connaît pas. À aucun moment tu penses avoir le droit de parler à des gens importants, ou avoir une quelconque valeur, puisque tu es persuadée de n’être rien. Qu’une gamine incompétente qui fait de son mieux pour protéger les siens. Alors pourquoi tu es en train d’avoir cette conversation avec lui ? Parce que t’es ton devoir. Si on ne te l’avait pas demandé, tu ne serais jamais allée le voir, ni lui ni personne d’autre.

Puis, il aura beau faire de son mieux, il ne pourra jamais te foutre le nez dans ta merde, comme il le dit si bien. Car, à moins de te foutre à la rue, de te battre à mort et de tuer tes Garçons sous tes yeux,  il ne trouvera jamais assez dur, assez violent, pour te détruire comme l’a déjà fait ta saleté de vie. Naïvement, tu secoues la tête pour faire partir ces idées et souvenirs dont tu n’as pas besoin pour l’instant, mais tu réussis seulement à te donner un léger tournis. Tant pis.
« Si tu arrives à me toucher ne serait-ce qu'une fois, j'accepterai que tu viennes avec moi. T'as tout le temps que tu veux, toute la journée même, ça me divertira. Et combattre, ça te permettra déjà "d'apprendre énormément à mes côtés", non ? Mais si tu échoues – ce que tu feras…  Tu devras t'excuser à genoux d'être un insecte, et ne plus jamais croiser ma route. Alors ? C'est bon, tu vas te défiler et comprendre ta place, maintenant ? »
Immobile devant la porte et toujours parfaitement silencieuse, tu le regardes avancer dans la salle d’entraînement. Tu n’as absolument aucune hésitation quant à sa proposition, tu prends simplement le temps de te vider l’esprit une bonne fois pour toute. S’engager dans un combat en étant troublée et incapable de se concentrer, tu sais parfaitement que ce n’est pas une bonne idée. Pas du tout, même. Et puis, cette pièce a quelque chose de sacré sans que tu puisses mettre le doigt dessus. Y rentrer dans ton état, ça serait irrespectueux. C’est étrange, certes, mais c’est comme ça.

Puis, au bout d’une dizaine de secondes tout au plus, tu t’étires comme un chat et entres enfin. Il ne te faut pas bien longtemps pour le repérer – puisque tu ne l’avais pas vraiment quitté des yeux – et encore moins pour le rejoindre. Avec des gestes calmes et précis, tu retires ta veste et te mets à l’aise, prête à te battre contre lui. Puis tu plantes ton regarde toujours aussi dur et noir sur lui et te décides enfin à parler.
« Combattre sera une première expérience, en effet. Merci. »
Après tout, tu as plus appris en une après-midi à recevoir les coups de Madame Joe qu’en une année de survie dans les ruelles parisiennes. Il en est de même pour cette journée, même si elle s’annonce brutale et se terminera sans aucun doute par un séjour à l’infirmerie. Avec un peu de chance, tu pourras casser ta main gauche de façon à ce qu’on remette enfin les os correctement. Ça t’embête d’avoir cette main tordue, handicapée, comme une tâche indélébile venue tout droit de ton passé de mineur.

Plus bruyamment que tu ne l’aurais voulu, tu soupires, pour te vider une nouvelle fois l’esprit. Ton daron et tous les autres n’ont plus leur place dans ta vie. Ils n’ont même plus rien d’un fantôme inquiétant comme celui qui te suivait à Paris. Alors tu ne peux te laisser déstabiliser par eux.

Au lieu de ça, tu te mets en place et te mets en garde. Les conseils la Femme te reviennent en tête, s’ajoutant aux critiques que tu as reçues de tes enseignants par la suite, et tu prends une posture plus adéquate, presque professionnelle. Puis, enfin, lorsque tu penses qu’il est prêt – ou au moins qu’il a compris ce que tu t’apprêtais à faire – tu attaques.

Comprendre ta place, hein ? C’est évident qu’elle est ici.
©️ GASMASK


Chasse à l'Homme || Rhian WkR0T3P
Signature par Wilma ❤️

Merci ❤:
 
Garçon Perdu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre
Aime:
N'aime pas: Maxence Fournier
Maxence FournierGarçon Perdu
Max se bat pour Central en #336666

Chasse à l'Homme || Rhian WKrOUI9&Chasse à l'Homme || Rhian KjOTETt


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 120 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Féminin
▐ RPG Age : 13 ans
▐ Personnalité : Slt c la pls
▐ Parcours RP :
3/4 Disponible

wwwMaé [3]
wwwCélania [2/3]
wwwRhian [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Jeu 31 Jan - 3:46


Chasse à "l'homme".



Avec un soupir las, je songeai que cette pièce était sans aucun doute celle dans laquelle j'avais passé La majorité de mon temps au QG. Combien de fois avais-je traversé cette porte ? Et dans quelle humeur ? Parfois en colère. Parfois confiant. Parfois impatient. Souvent neutre. Quelques fois chagrin, rarement vraiment heureux. Au final… cette pièce avait vu mon évolution, aussi bien martiale qu'au sein de cette "vie". Apprenti, corbeau, semi, leader… De cette escalade, cet endroit avait été le piolet ; et l'espoir, la force dans mes bras. Celui de retrouver ma sœur, de sauver le monde. Et puis… il avait dû laisser place au devoir désillusioné. A la rage vengeresse. Et à présent, et bien… la désolation, on avait vu franchement mieux, comme dope.

Même le sempiternel mannequin d'entraînement semblait las, attendant impuissamment les prochains coups. Je me souvenais lui avoir collé une image de la tronche du Comte, un jour : "parce que mon adversaire, c'est le vrai, alors autant m'entraîner à lui péter les genoux directement !" Une belle ambition ; dommage qu'il puisse me retourner le cerveau en un mot, maintenant. Et puis, après ces décennies de lutte… je peinais à imaginer que quoi que ce soit puisse le mettre à mal. Toujours un temps en avance, toujours plus puissant, toujours plus invaincu – outre quelques miettes de victoire arrachées dans le sang. Combattre ne servait peut-être qu'à allonger l'agonie de l'humanité…

Mais que pouvais-je faire d'autre ? J'étais en soldat, rien de plus. Les premières années, je me plaisais à imaginer ma vie sans cette guerre, sans Central. J'avais fini par laisser tomber cette habitude stupide : il fallait gagner la guerre, rien d'autre ne comptait, et nous verrions ensuite. Sauf… qu'il n'y avait plus d'ensuite, pour moi. Plus jamais je n'aurai de vie normale, si j'arrivais à survivre à la fin. C'était…

Une pensée effrayante si je m'y attardais trop. Comme si j'étais déjà mort.

Et à présent, il y avait cette gamine, dont les premiers pas dans cette nouvelle "existence" tenait plutôt de la danse macabre. C'était comme la voir à l'autre bout du chemin que j'avais traversé, de contempler les douleurs qu'elle allait subir, les espoirs, les défaites, les victoires, l'amertume, la rage. Sa marche inéluctable l'éloignant d'une vie normale, jusqu'à un point flou de non-retour. A mon image, elle était de ces recrues tardives, incapables de n'être qu'une roue sans émotion : elle vivra chacun des bosses et fossés. Je pourrais être le pire des connards, et pourtant incapable d'être un point négatif significatif, face au reste de ce qui l'attendait…

Était-elle rodée pour ? Impossible de le savoir… mais elle en montrait certains indices. A ma surprise, elle pénétra dans la salle et s'apprêta à combattre. He... Elle en voulait vraiment. Et niveau sang-froid, finalement, elle avait clairement des bonnes bases : elle n'avait l'air ni énervée, ni dégoûtée. Enfin… ce n'était que le début. Et la voir s'accrocher et tenir la voie difficile, ça me confortait dans une idée : j'allais lui en mettre plein la gueule, la pousser à bout, sans la ménager. On verra bien ce qui en ressortira…
 - Combattre sera une première expérience, en effet. Merci.
Un sifflement moqueur passa mes lèvres. Voilà pour le personnage. Quant à moi… j'attendais d'en voir plus. Avec ce même mélange de désir de la voir s'écrouler, me confortant dans mon humeur terne, et… l'espoir de voir ce que je n'arrivais plus à trouver en moi. Mais quelle que fut la raison exacte qui l'avait emportée, j'avais pris ma décision et allais m'y tenir. Tant pis pour elle. Ou tant mieux, peu importait.

Elle s'apaisa. Se vida la tête. Ça, pour faire face à un type capable de défoncer une armée, il valait mieux bien planquer ses émotions. D'autant plus que je ne comptais pas réellement sur l'affrontement physique ; cela, quelques passes m'en donneront une idée suffisante. Non, je comptais bien jouer avec ses nerfs, tenter de foutre son moral à terre. Parce que si elle devait marcher cette route avec des jambes en coton… mieux valait les lui briser maintenant, au seuil du chemin.

Sa posture est presque comique ; une imitation trait par trait faite par une amatrice, qui n'en comprenait ni le sens, ni l'harmonie. Pas encore, peut-être. Pour ma part, je restai délibérément nonchalant, une main en poche et un sourire railleur. Sans y prêter attention, elle s'y mit, lançant l'assaut.

Mon objectif n'était pas de lui péter les os ; quel intérêt ? Je voulais surtout l'humilier, et lui faire mal sans problèmes à long terme. L'user, en quelque sorte. Alors, je saisis sa jambe de ma main libre avec une lenteur calculée, moqueuse. Sans me laisser le temps d'une pique verbale, elle balança l'autre jambe ; avant qu'elle ne touche, je lançai mon adversaire à travers la pièce.
 - Impressionnant, vraiment ! Avec des années d'entraînement de plus, je te laisserai peut-être porter mes bagages sans craindre que tu ne tombes avec. Et qui sait, si un rat affamé nous attaquait en mission, tu pourrais peut-être l'emporter !
Clac, clac, mes bons vieux rouages catégorie "répliques et cruautés" s'activaient machinalement, alors qu'elle relançait ses assauts. Même à cela, je n'éprouvais plus vraiment de plaisir, comme un vieux robot automatique. De toute façon, je ne comptais pas m'attarder à ces conneries très longtemps. Les véritables insultes, les pointes qui blessaient réellement… C'étaient celles adaptées à l'adversaire. Toutes personnelles. Et je connaissais une panoplie d'armes pour sa situation… J'en avais été la cible, après tout.

Et après quelques dizaines d'essais toujours aussi infructueux de sa part, je commençai :
 - Pffff… Tu ne serais même pas digne d'accompagner un autre apprenti. Ils sont élevés pour combattre et obéir, dès l'âge où ils ne se souviennent même pas de la gueule de leur mère ; et tu espères rattraper ça ? Tu te prends pour qui, Raxence ? Tu les prends pour qui ?
Nouveau lancé de naine. Contre le mur, cette fois ; il fallait bien varier les plaisirs. Je lui lançai mon regard le plus méprisant, comme si elle n'était qu'un… Heu… Disons un rat répugnant, en moins dangereux, au risque de faire une fixation sur cet animal. Rarance… ? Moui, contentons-nous de Raxence. Ça faisait déjà un chouette surnom, pour épater tous ses petits camarades.
 - J'en ai vu, des retardataires retardés comme toi. D'après toi, ils ont fini comment, hein ? Par la force de la volonté et du cœur vaillant, ils ont rattrapé une petite enfance de formation stricte et sans merci, tu penses ? Mais bien sûr !
Eloi. Madalia. Moi. Même si… nous étions des exceptions. Bien d'autres avaient payé leurs années perdues, par leur exclusion en chaire… ou en os. Et elle ?

De quelle bois était-elle faite ?

©️ Halloween



Thème de Rhian (Kuvera - E.S Posthumus):


Chasse à l'Homme || Rhian W32RPkR
Chasse à l'Homme || Rhian SGqPhG7

Les cadeaux des gens beaux ♥ (cliquez !):
 

‡ Monstre...? ‡

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouvez ma sœur, Caroll (devenue Rayn, mais je l'ignore)/ Vaincre le mal (le Comte, les Noé, les akumas)
Aime:
N'aime pas: Rhian Llewellyn
Rhian Llewellyn‡ Monstre...? ‡
Seul un monstre, peut vaincre un monstre


Vava sous-marin par mon fils Lulu ♥️
Vava mariée par Caroll ♥️
Vava troll par Nyx ♥️

Rhian explose en #ff3300

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 528 ▐ Autres Comptes : Mary Risatina, Flonne Sørensen, Lysandre Delcourt
Masculin
▐ RPG Age : 29
▐ Personnalité : Explosive
▐ Parcours RP : DOSSIER SUR L'EXORCISTE DE TROISIEME GENERATION RHIAN LLEWELLYN
"Profil de l'individu"

"liens et passifs de l'individu"

"Rapports de l'individu"


RP en cours:
* Course au bord de l'eau [Pv. Madalia] V
* A la poursuite de l'impost-broker [mission Reynald, Lucifer] II
* Mal [Pv. Lily] VII
* Chasse à "l'homme" [Pv. Maxence] III
* Papotage III
Rang B MAGGLE KESTUVAFER JE SUIS UN GROS BG OK METS DU RESPECT SUR MON NOM OU JE VAIS TE FAIRE BOUFFER TES DENTS EN UNE PICHENETTE
1720 sur 2500 pour le A (- 200 utilisables)
6/12 conditions remplies

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Hier à 12:56
Echecs

Sans grande surprise, ton assaut est un échec. Ton ennemi pare ton premier coup puis profite du second pour te mettre au tapis. La douleur ne tarde pas à affluer, cinglante, mais tu n’y prêtes pas attention – ou tout du moins, tu essaies. Ce n’est ni la première ni la dernière fois que tu te fais mal, il va falloir t’y habituer. Tu te redresses donc, chancelant un instant à peine, et reviens te mettre en position.
« Impressionnant, vraiment ! Avec des années d'entraînement de plus, je te laisserai peut-être porter mes bagages sans craindre que tu ne tombes avec. Et qui sait, si un rat affamé nous attaquait en mission, tu pourrais peut-être l'emporter ! »
Les mots de ton adversaire fusent, cherchent à te déstabiliser mais ça aussi, tu ne t’en occupes pas. Bien sûr que tu vas échouer la première fois puis toutes celles qui suivent. Il est un soldat aguerri, fait maintenant parti du commandement, alors que tu n’as rejoint les rangs de Central que depuis quelques mois à peine. Tu ne t’attendais à rien d’autre qu’un échec pour l’instant, c’est la suite de l’échange qui devrait être plus intéressante.

Apprenant de ce premier échange, tu attaques à nouveau, changeant de tactique. Et échoue. Nouvelle douleur. Nouveau regard noir. Nouvelle position. Tu attaques. Encore. Et encore. Et encore. À chaque fois tu tentes quelque de différent, vise ses côtes, ses pieds, ses hanches ou ses épaules. Tu frappes des poings, des pieds, des genoux ou même de la tête. À chaque fois tu échoues lamentablement, te retrouvant bien vite au sol alors que la douleur envahie peu à peu chaque parcelle de ton corps. Mais, à chaque fois, tu te relèves et reviens te positionner. Vous avez toute la journée et tu ne comptes pas abandonner. Jamais. Il devra te casser en deux pour ça.
« Pffff… Tu ne serais même pas digne d'accompagner un autre apprenti. Ils sont élevés pour combattre et obéir, dès l'âge où ils ne se souviennent même pas de la gueule de leur mère ; et tu espères rattraper ça ? Tu te prends pour qui, Raxence ? Tu les prends pour qui ? »
Tu sers les dents, sers les poings, et ne réponds pas. Au mieux ce n’est qu’un peu de colère qui gronde dans ta petite poitrine, te donnant la force de te relever, encore et vient effacer la fatigue de tes traits. Tes muscles sont endoloris, l’une de tes chevilles te supplie d’arrêter, mais tu balaies tout ça d’un revers la main et recommences.

Nouveau vol plané, contre le mur cette fois-ci, dont l’impact te coupe le souffle. Ta vue est en train de se troubler et des petits points noirs envahissent ton champ de vision. Tu inspires profondément et fermes les yeux, pour te calmer. Une rapide analyse te fait comprendre qu’à ce rythme là, tu auras beau y mettre du tien, tu n’arriveras bientôt plus à rien. Il vaudrait mieux que tu abandonnes et passes à autre chose, avant qu’il ne te brise pour de bon. Une piètre mission passée derrière un bureau sera toujours mieux que rien du tout à l’infirmerie.
« J'en ai vu, des retardataires retardés comme toi. D'après toi, ils ont fini comment, hein ? Par la force de la volonté et du cœur vaillant, ils ont rattrapé une petite enfance de formation stricte et sans merci, tu penses ? Mais bien sûr !
Une enfance stricte et sans merci … ça me rappelle de sacrés souvenirs » marmonnes tu, assez fort pour qu’il entende. »
Que s’imagine-t’il ? Que tu as grandi dans une famille aimante, portant de jolies robes et jouant avec des poupées blondes ? Que tu avais de beaux cheveux bouclés, bien coiffés et parsemés de ruban ? Peut être pense t’il même que tu as eu la chance de recevoir une éducation digne, ou au moins ce qui s’en rapproche le plus dans les familles modestes. Ne voit-il pas les cicatrices des coups de ton Père ? La crasse des mines et des rues, à jamais collée à ta peau ou sous tes ongles ? Ou alors il l’ignore tout ça, le balaie d’un revers de la main puisque ça n’est pas bien différent du passé des autres.

Chacun ici a son histoire douloureuse, la tienne n’est ni pire ni meilleur. Ce qu’elle a de plus, c’est d’avoir commencé dans les mines, de t’avoir enseigné le travail laborieux, la solitude douloureuse ou la responsabilité d’un groupe qui dépendait de toi. Tu as appris autant que les autres corbeaux, sauf que toi tu l’as appris de toi-même. Tu t’es battue pour affronter chaque leçon que la vie t’a imposée, sans infirmerie pour te soigner, sans figure autoritaire à qui demander conseil, sans lit confortable et rassurant qui attendait une fois la journée terminée.

En fin de compte, tu as appris plus qu’eux et tu en es fière. Alors tu te relèves, Maxence, chancelante et épuisée. Tu te relèves et reviens te mettre en position face à lui.
« Je pourrais faire ça toute la journée »
Excès d’orgueil ou de colère, tu ne sais pas vraiment. Ces mots sortent sans que tu ne t’en rendes compte, mais tu ne les regrettes pas. De toute façon, maintenant qu’ils ont été dits, à quoi bon revenir dessus ? Ce serait te montrer faible et ce caractère de chien est la dernière chose qu’il te reste pour tenir bon, ta dernière force.

Tu attaques pour, tu l’espères, la dernière fois. Mais cette fois-ci tu as une idée bien précise en tête. Tu as enfin retenu la leçon de toutes les fois précédentes et crois – espères – avoir compris comment bouge le semi-akuma. Il n’a jamais mis plus de force ou d’énergie que nécessaire, s’est simplement contenté d’attraper la première chose qui lui passait sous la main et te t’envoyer valdinguer à l’autre bout de la pièce. Alors cette fois-ci, tu ne comptes pas lui donner quoi que ce soit. Tu ne comptes pas le frapper non plus, d’ailleurs. Il t’a demandé de le toucher après tout, qu’importe la façon.

Alors, feintant un premier coup, tu évites son mouvement – et le vol plané annoncé - et te prépares à résister de toutes tes forces à son attaque qui ne devrait pas tarder. Que ce soit sa main, son bras ou son pied, tu comptes bien l’attraper à ton tour et ne pas le lâcher. Alors tu l’auras touché. Tu auras gagné.
©️ GASMASK


Chasse à l'Homme || Rhian WkR0T3P
Signature par Wilma ❤️

Merci ❤:
 
Garçon Perdu

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Survivre
Aime:
N'aime pas: Maxence Fournier
Maxence FournierGarçon Perdu
Max se bat pour Central en #336666

Chasse à l'Homme || Rhian WKrOUI9&Chasse à l'Homme || Rhian KjOTETt


▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 120 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Féminin
▐ RPG Age : 13 ans
▐ Personnalité : Slt c la pls
▐ Parcours RP :
3/4 Disponible

wwwMaé [3]
wwwCélania [2/3]
wwwRhian [4]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Chasse à l'Homme || Rhian
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Chasse à l'Homme || Rhian
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» 4e Dimension - 1 - Chasse à l'Homme
» CATHARES (Falba/Bono) Glenat
» Jean-Claude Van Damme, Belgique
» [CW-LOD]Chasse a l'homme... et plus [Batman]
» Nu d''un jeune homme...

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Amériques :: Canada-
Sauter vers: