Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Cet univers prend place dans le monde d'Animal Crossing, après une grande guerre où presque tout les humains ont été anéantis. Les survivants sont gérés par leurs anciennes créations : les Animalis. Voici un extrait du rapport 2086 :Les expériences de réinsertions de l'espèce humaine se passent bien. Chaque humain a réussi à s'adapter à son village et à y grandir convenablement. Nous avons même réussi l'exploit de les faire voyager de village en village. Ils se sont ainsi rencontrés entre humains et sans aucune animosité. Aujourd'hui, il est temps de mettre en place le dernier village. Il sera bien plus particulier que tout les autres bulles que nous avons mis en place...Aniel le dernier village
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Sam 1 Déc - 17:52
Une nuit à New York

O'HARA
Shawn

MARSH
Balthazard

L'hiver pas encore arrivé faisait déjà frissonner les passants de la ville de New York. Tout le petit monde s'était déjà emmitouflé dans des vêtements chauds et circulait dans le calme ambiant des rues. Les diligences circulaient au son rythmés des chevaux, et le marché fleurissait sur l'avenue principale, là où la peuplade criait, discutait et se baladait joyeusement.

De la chaleur, à manger, du social voilà ce qui manquait à ce jeune garçon qui grelottait dans ses vêtements noirs, trop léger pour cette période-ci de l'année. Il était fatigué et enviait tout ce qu'il trouvait autour de lui. Cela faisait maintenant plusieurs mois qu'il avait commencé son long et périlleux voyage depuis Chicago sa ville natale où tout à basculé. Cette journée qui devait être la plus belle de sa vie, qui fut vite transformée en cauchemar, il s'en rappelle toujours et même si par fierté, il souriait à tous ceux qui l'aidait d'une manière ou d'une autre, il avait tout simplement envie d'exploser et de craquer. C'était difficile pour lui. Lui qui a vécu dans une immense demeure où tout était rose et bienheureux. Lui qui faisait partie de cette famille dominante de la mafia Irlandaise. Lui qui venait de voir son père, sa femme et son univers s'éclater en mille morceaux. Rien que plonger dans ces souvenirs lui infligeait des sentiments de culpabilité et de frustration.

Je n'aurai jamais du impliquer Sara, j'aurai du me séparer d'elle avant ce drame.

Il soupira longuement, et leva la tête vers le ciel qui laissait peu à peu le jour s'effacer au profit de la nuit. Les falotiers s'attelaient pour allumer rapidement et une à une les lanternes qui guidaient les pas des New-Yorkais. Puis, Shawn que j'ai oublié de présenté, pardonnez-moi, baissa la tête pour regarder les quelques maigres économies qui lui restaient. A peine quelques dollars pour un hôtel miteux se dit-il, ou un repas simplet. Il hésita sur ce qu'il devait choisir. D'un côté, un repas lui ferait un bien fou. Il n'avait pas beaucoup mangé ses derniers temps, et s'il ne voulait pas tomber malade il fallait qu'il reprenne des forces. De l'autre, une bonne nuit serait tellement agréable, n'est-ce pas ? Commençant à se ronger les cuticules, il réfléchissait sur ce qui le tentait le plus. Dormir ou manger ? Manger ou dormir...Raah ! C'était tellement dur de choisir ! Bon, ce n'était pas non plus le moment de devenir fou, il était bien trop jeune pour ça. Le rouquin soupira une énième fois, puis il sortit sa tête de la petite ruelle ou il s'était terré pour ne pas attirer l'attention de tout le monde, et surtout de ces choses volantes qui le pourchassent régulièrement lors de ses péripéties. Rien à droite, ni à gauche, une revérification et tout est bon. Il sortit comme un renard de sa cachette posant un pied puis l'autre et commençant à se fondre dans la foule qui l'entourait.

Comme je le disais un peu plus haut, Shawn n'est pas de New York à la base. Il est Chicagoan et a parcouru plusieurs centaines de kilomètres pour arriver jusqu'ici. Il avait sauvegardé un peu d'argent sur lui et a pu prendre le train, emprunter clandestinement des charrettes de fermier, être accompagné par des civils bien aimables et à marché longtemps avant d'atterrir dans la magnifique ville. Son but ? Emprunter un bateau -si possible- pour gagner l'Europe et tenter de se libérer de cette mafia concurrente qui voulait le tuer puisqu'ils n'avaient pas pu lors de son mariage. Hélas, la vie new-yorkaise n'est pas la plus facile non plus. Il a passé plusieurs nuits dans des ruelles lugubres caché par un carton et a utilisé le restant de monnaie avec parcimonie pour survivre comme il pouvait. Mais aujourd'hui il en avait plus que marre de sa situation et voulait que ça change au plus vite. Il se disait qu'il pourrait retourner dans son pays d'Origine, l'Irlande et essayer de se faire une place parmi les mafieux qui restaient là bas. Pour l'heure, sa priorité était de choisir entre dormir au chaud et manger chaud. Shawn arpenta les grandes avenues et scrutaient les différentes enseignes qu'on lui proposait. Bien qu'il reste suffisamment commun pour se cacher dans la masse de gens, il était un peu perdu dans tout cet amas de population et se cognait parfois, faisant grogner les ouvriers pressés et les nobles qui ne voulaient pas salir leurs belles tenues.

Le jeune garçon s'arrêta net et observa la devanture d'un vieux bâtiment en briques rouges et inspecta l'écriteau de l'endroit : « Nuit pas chère et repas offert » Ça c'était une affaire. L'air rassuré de pouvoir profiter du gîte et du couvert sans se poser plus de question, il s'empressa de rentrer dans le bâtiment, bousculant sans faire exprès un passant qui sortait de l'endroit.

«Pardonnez-moi, je suis maladroit. Encore navré. » S'exprima-t-il, en inclinant la tête et son chapeau de mafieux noir avant d'entrer. Dans sa collision avec le passant, il ne s'était pas rendu compte que la sangle de son revolver, bien usée avec le temps avait fini par se rompre, laissant tomber l'arme au sol. Une arme bien particulière. Elle est entièrement en argent et gravée du nom de son possesseur en écriture scriptée. Des parties du pistolet sont néanmoins transparentes et laissent entrevoir une lueur verte très légère peu visible en plein jour mais qui se découvre à partir du crépuscule. Shawn n'avait pas du tout fait attention au fait qu'il avait perdu ses affaires et se dirigea vers le comptoir afin de commander une nuit et un repas, comme si de rien était.

« Une chambre pour une personne s'il vous plaît »
dit-il avec un fort accent, le regard neutre et très calme. Il paya d'avance sa facture et s’apprêtait à gagner sa chambre en espérant que personne ne l'ait suivi.
Just a Lost Man

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir - Trouver un endroit sûr
Aime:
N'aime pas: avatar
Shawn O'haraJust a Lost Man
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 19 Masculin
▐ RPG Age : 22 ans
▐ Personnalité : Rusé, Calme, Bienveillant
▐ Parcours RP :
#CA9669

Fiche de présentation
Relationships

Une nuit à New-York ft. Balthazard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Dim 2 Déc - 18:51
La traversée fut particulièrement pénible. Balthazard n'avait jamais quitté la Grande-Bretagne et voilà qu'il était envoyé en Amérique en guise de renfort. Drôle de sentiment que de quitter les vastes prairies écossaises pour l'océan, et si le navire était énorme et stable, l'exorciste ne se sentait pas vraiment rassuré. Prendre la mer, c'est s'abandonner, survoler une mort possible chaque seconde. Combien de fois fut-il surpris par un membre de l'équipage en train de fixer les abysses vertigineux, s'y sentant presque appeler. Les profondeurs ont ça de fascinant, elles effraient et attirent, elles menacent et réconfortent. Si l'amour devait être personnifié, Balthazard lui donnerait la forme d'un gouffre. Pendant les douze jours du voyage il n'avait cessé de repenser à ses amis l'ayant suivi dans son combat en rejoignant eux-aussi l'Ordre en tant que traqueurs. Ils étaient beaucoup plus courageux que lui, qui possédait une arme pour se défendre. Ces pauvres traqueurs sont de vrais héros.

Il pensait aussi beaucoup à ceux qui étaient tombés le jour où il trouva son innocence. À Edward, son meilleur ami, son mentor, son protecteur, et parfois tellement plus. Peut-être que Balthazard regardait aussi longtemps les profondeurs sous-marine pour oublier celles de son cœur, pour oublier qu'il était dévoré d'une solitude grandissante, que le froid s'était installé en lui et que tout lui paraissait à présent sans saveur, sans couleurs. Et pourtant, pourtant, il était obligé d'errer dans ce monde auquel il ne se sentait plus appartenir, pour protéger comme il a été protégé, pour faire honneur à la mémoire de ses frères qui ne sont plus là, pour se dresser contre les immondices du Comte. Pourquoi avait-il fallu que cette couronne de malheur le choisisse lui qui n'aimait pas la violence, lui qui ne croyait même pas en Dieu avant d'être plongé dans ce monde torturé ? Toute sa vie, il n'avait aspiré qu'à être libre, pour au final connaître cette prison éternelle qu'est le devoir. Il ne pourrait reprendre une vie normale que si ce conflit se termine, chose dont il doutait fortement la probabilité. La liberté il l'aura en rendant son dernier souffle, s'était-il mis à penser.

Quoiqu'il en soit, et même si la flamme de son cœur semblait à présent gelée, Balthazard continuerait de se battre jusqu'au bout avec tous les moyens qu'il possédait. Et ce travail n'avait pas que des inconvénients. Logement et nourriture gratuite au siège, voyages aux quatre coins du monde. D'ailleurs il était plutôt excité de découvrir un nouveau continent, une autre culture que la sienne, même s'il n'y allait pas en tant que touriste mais en tant que soldat. Voire en tant que cible. Toute cette histoire d'uniforme lui laissait un goût amer dans la bouche, porter les habits de l'ordre pour se faire reconnaître de ses ennemis et les attirer à soi, cela demandait un certain courage. Lui était plutôt du genre à rester dans l'ombre et attendre le moment propice pour frapper. Avec le long manteau noir, il fallait se tenir constamment prêt à essuyer une attaque, être sans cesse sur ses gardes. Frissonnant.

Mais leurs destins à tous ne reposaient-ils pas entre les mains de Dieu, maintenant que son existence ne faisait plus aucun doute. Si Balthazard devait trouver la mort à New-York, lors de sa première mission, alors il la trouverait car c'était écrit voilà tout, alors à quoi bon s'inquiéter ? L'angoisse s'était éffacée rapidement pour laisser place à un certain flegme étonnant, à une lassitude presque arrogante. Si l'on ne peut empêcher le danger de survenir, alors pourquoi s'en inquiéter ?

Pourtant, sa mission le laissait perplexe. Il devait traquer et abattre un broker, une personne qui vend des âmes au Comte pour ensuite s'en servir afin de créer ces akumas de malheur. Pourquoi ? Pourquoi faire un tel commerce ? La psyché humaine le laissait parfois pantois, et il se demandait bien à quoi pouvaient ressembler de telles personnes, non sans un certain effroi. Combattre des monstres, des machines hideuses, très bien, mais il n'aurait jamais pensé devoir se confronter à des humains. Et encore, on lui avait également parlé de ces fameux Descendants de Noé, et ça le laissait encore plus perplexe. Drôle de guerre, drôle de monde.

Le bateau arriva tout de même à bon port, la journée touchait à sa fin et la ville se couvrait lentement d'un voile carmin qui laisserait bientôt sa place au drap nocturne. On avait indiqué à l'exorciste le quartier où les disparitions avaient lieu, où les rumeurs parlaient de monstres et de démons, l'un des quartiers miteux de la ville. Souvent pauvreté et désespoir vont de paire, Balthazard ne le savait que trop bien. Il se mit donc en route vers le fameux district, aidé par les indications des badauds, mais la journée était déjà trop vieille pour commencer l'enquête et il était las de son voyage. Demain, il sillonnerait les rues lugubres de cette ville inconnue, arpentant auberges et salons de jeu à l'affût du moindre racontar qu'il pourrait entendre. Demain. Ce soir, repos. Enfin, repos était un bien grand mot, car tout ce qu'il trouva dans le coin était une vieille baraque miteuse se faisant appeler hôtel. Tant pis, il n'avait pas vraiment le choix en fin de compte, même s'il retarda quand même l'implacable échéance en s'allumant une cigarette sur le trottoir d'en face. Quand il leva les yeux pour observer les étoiles naissantes de ce début de soirée, il se rendit compte qu'elles n'étaient pas les mêmes qu'en Écosse. Après tout, c'était logique, mais l'exorciste n'y avait jamais vraiment réfléchi, il se sentait soudainement très loin de chez lui.

 « Pardonnez-moi, je suis maladroit. Encore navré. » Un type venait de rentrer dans un autre en entrant dans ce fameux nid à puces. Rien de très inhabituel en soit, si ce n'est que celui qui rentrait avait fait tomber quelque chose.

Curieux, et étant de toute manière arrivé à la fin de sa cigarette, Balthazard se dirigea vers l'hôtel et ramassa le fameux objet. Il s'agissait d'un revolver, un revolver très particulier et bien différent de ceux qu'il avait lui-même pu utiliser auparavant. Quand il se mit à scintiller de vert, l'exorciste plissa les yeux. Un autre membre de l'ordre, ici ? On ne l'avait pas prévenu, et venir à bout d'un simple broker ne nécessitait normalement pas plus d'un exorciste, surtout en ces temps difficiles pour l'organisation dont les rangs étaient de plus en plus maigres. Autre fait étrange, l'écossais n'avait pas vu l'autre porter son uniforme. Qu'est ce que tout ceci voulait bien dire ? Un exilé ? Un traître ? Peut-être était-il le fameux broker et avait-il ramassé l'innocence sur le cadavre d'un exorciste tombé dans son piège ? Finalement, il semblait que l'enquête allait commencer ce soir.

Le gars montait les escaliers quand Balthazard loua lui-aussi une chambre. L'autre ne semblait pas l'avoir remarqué, ni s'être rendu compte qu'il avait perdu l'arme anti-akumas. Quand il se trouva devant sa chambre, l'exorciste le héla de l'autre bout du couloir, mettant volontairement une certaine distance entre-eux tant que le moindre doute subsistait. Après tout, si ce type était un ennemi et qu'il était venu à bout d'un autre soldat de dieu, aucune précaution n'était de trop.

« Hé, je crois que vous avez oublié quelque chose. » lui lança-t-il sans agressivité mais non sans plus politesse. Il tenait le pistolet en l'air de la main gauche et l'agitait pour attirer l'attention dessus tandis qu'il serrait de l'autre main sa couronne dissimulée dans la poche prévue. « D'ailleurs ce n'est pas la seule chose que vous semblez avoir oublié. Où est votre uniforme ? » Balthazard avait à présent baissé sa main, et sa posture comme son regard faisaient comprendre qu'il valait mieux ne pas trop approcher avant d'avoir apporter des réponses.
† Mortuus est autem Rex †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Balthazard Marsh† Mortuus est autem Rex †
La pire solitude, c'est celle qu'on éprouve au milieu d'une foule.

#483D8B


▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 12 Masculin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : Cycles, cynisme, bravoure, solitude
▐ Parcours RP : Rp en cours :

Une nuit à New-York - Shawn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Lun 3 Déc - 10:44

O'HARA
Shawn

MARSH
Balthazard

L’hôtel auquel Shawn avait jeté son dévolu était plutôt calme et les gens semblaient vaquer à leurs occupations sans faire attention à sa présence. Il y avait une mixité ethnique variée ici. Des européens, des asiatiques et bien entendu des nord-américains qui n'avaient visiblement pas la fortune nécessaire pour s'offrir le luxe.

Bien que tout semble calme, Shawn garda une certaine méfiance vis à vis de tout ceux qui se trouvait autour de lui essayant de deviner du regard qui était humain et qui ne l'était pas -en vain-. Bah oui, il ne s'appelle pas Allen Walker, il n'a pas cet œil si particulier qui lui permet de détecter les akuma rien qu'en les regardant. Lui, c'est juste un civil qui essaye de faire genre qu'il s'y connait. Et si c'était cette gosse? Ou ce vieux papi? Non, il ne pouvait pas le savoir et c'était d'autant plus stressant dans ce genre de situation.

Il jeta un dernier regard d'excuse au passant, qu'il scruta également sait-on jamais et détaillant son physique des yeux. Shawn qui ne dépassait pas le mètre soixante, se senti petit vis à vis de ce grand dadais et la silhouette fine de ce dernier n'aidait pas vraiment. Le jeune homme marmonna dans sa barbe quelques mots sur un ton râleur, et s'attarda sur son expression et son visage gardant cette apparence dans le coin de sa tête. Brun, barbu aux cheveux longs et d'une couleur vert-jaune peu commune. Très bien. Bon, ce n'était pas tout mais l'irlandais était épuisé et avait besoin de repos avant de reprendre sa route. Il escalada nonchalamment les escaliers de l'hôtel, s'échappant en vitesse en espérant qu'on ne le suive pas et s'apprêtait à tourner la clé dans la serrure de sa chambre lorsqu'une voix l'interrompit ce qui le fit sursauter et tomber la clé sur le sol.

« Hé, je crois que vous avez oublié quelque chose. » s'exprima l'inconnu, sans aucune once d'agressivité visiblement, mais pas très poli non plus. Ah les jeunes d'aujourd'hui...Quoi ?! Oui je sais qu'il est jeune aussi mais...Bon d'accord je retire ce que j'ai dit.

Comme s'il était pris sur le fait et méfiant, il tenta de dégainer son arme, se tâtonnant le corps en se rendant compte qu'il n'avait perdu son revolver. Décidément, ce n'était pas sa journée au petit Shawn ! Il pesta en murmure et se tourna vers l'individu qui l'avait interpellé. Le garçon observa l'être humain qui lui semblait plutôt louche et le scruta de haut en bas avant de voir qu'il tenait l'arme perdu quelques minutes plus tôt. Penaud, le mafieux bafouilla quelques mots et avança un peu bêtement avant d'attraper fissa l'arme comme un enfant a qui l'on aurait piqué son jouet.

« Ah...Vous l'avez retrouvé. Merci beaucoup. Je ne me suis pas rendu compte que le fourreau s'était rompu.» Répondit-il sur un ton gêné, avant de s'éloigner à une certaine distance dans le cas où il attaquerait, gardant une position de fuite si jamais.

Pendant quelques secondes un silence planait entre les deux hommes, avant que ce dernier ne fut rompu par le grand brun qui répliqua à nouveau.

« D'ailleurs ce n'est pas la seule chose que vous semblez avoir oublié. Où est votre uniforme ? » lança-t-il, baissant sa main ce qui accentua la défensive du rouquin.

Shawn, perplexe haussa les sourcils et regarda l'étrange perdu. Quoi, comment quel uniforme? Il ne comprenait pas de quoi il parlait. Surtout qu'à bien y regarder, Shawn n'avait ni valise, ni bagage, ni sac. Rien. A part ses vêtements qui semblaient de qualité finalement abîmé avec le temps et son fidèle chapeau il n'avait pas d'affaires. Recommençant à ronger la peau autour de ses ongles qui avaient un aspect vraiment affreux, il hésita de répondre avant de s'exprimer en soupirant:

« Que...Quoi? De quel uniforme parlez-vous? Je ne suis ni policier, ni militaire monsieur.» A part ces uniformes là il ne connaissait pas grand chose au reste. Il avait peut être vaguement entendu parler des exorcistes, mais il n'avait en tête que ces chrétiens extrémistes et adeptes de rituels purificateur et un peu taré qu'il avait déjà vu dans les quelques églises catholiques que sa famille fréquentait à l'époque. Se rappelant finalement qu'il était en face d'une personne potentiellement menaçante, il serrait la main contre son arme, nerveux avant de reprendre son sérieux et de le fixer, le regard plein de méfiance «Qui êtes-vous? Et que me voulez-vous au juste? Vous êtes encore une de ces machines ?»
Just a Lost Man

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir - Trouver un endroit sûr
Aime:
N'aime pas: avatar
Shawn O'haraJust a Lost Man
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 19 Masculin
▐ RPG Age : 22 ans
▐ Personnalité : Rusé, Calme, Bienveillant
▐ Parcours RP :
#CA9669

Fiche de présentation
Relationships

Une nuit à New-York ft. Balthazard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Lun 3 Déc - 14:04
Balthazard laissa l'autre récupérer son arme. À bien y regarder, il ressemblait plus à un vagabond qu'à un akuma ou un broker. Il était effrayé, vêtu d'habits usés, abîmés et ne devait pas avoir la moindre idée de ce que ce revolver représentait, ni qu'une guerre sainte avait cours pour décider du sort du monde, entre autre. L'exorciste se détendit et leva les mains en montrant ses paumes pour essayer de le détendre.

« Qui êtes-vous? Et que me voulez-vous au juste? Vous êtes encore une de ces machines ? » Machine. Il parlait des akumas, et le fait qu'ils les nomment ainsi montrait bien qu'il n'était qu'un pauvre gars plongé malgré lui dans tout ce bazar, comme Balthazard le fut bien malgré lui. « Du calme, je ne suis pas une de ces « machines » comme vous dites. Si elles sont vos ennemies, alors ça fait de moi votre ami.  »

Il appuya son doigt sur la croix présente sur son uniforme avant de continuer.  « C'est la preuve que j'appartiens à l'ordre noir en tant qu'exorciste. Et mon but en temps qu'exorciste c'est justement de détruire les akumas, les machines dont vous parlez. Et aussi.. » Son regard glissa sur le revolver. « … de trouver des innocences. Comme celle qui se trouve dans ce pistolet. »

Balthazard lâcha un long soupir. Expliquer tout le bordel qui était en train de se passer à quelqu'un qui vivait encore dans le monde « normal », c'était une tâche colossale. Il essayait de se souvenir comment l'exorciste qui lui avait expliqué s'y était pris, en vain. « Écoutez mon vieux, ce que je vais vous raconter va complètement vous changer et vous avez pas vraiment l'air bien en point, alors il faut que je sache quelques petites choses avant de décider si je vous emmène dans tourbillon.  »

Comme savoir cet homme était un compatible déjà, car s'il ne l'était pas et qu'il trimbalait l'innocence par pur hasard alors il était inutile de l'aspirer dans ce monde angoissant. Il suffirait juste de prendre l'innocence, de gré ou de force, et de disparaître.
« Ce revolver, c'est à vous ? Vous vous en êtes déjà servi ? Les machines qui vous poursuivent, vous avez déjà réussi à en détruire ? »

En tout cas, s'il n'était pas un combattant, il devait avoir un sacré don pour la dérobade. On ne s'échappe pas des griffes d'akumas si facilement, et ce gars devait le faire depuis un moment maintenant, vu sa dégaine. Malheureusement, l'entrée dans la guerre sainte est la plupart du temps tragique, pour Balthazard ce fut au prix de trois vies innocentes. En y repensant, son visage s'assombrit quelques instants qu'il chassa très vite avec un nouveau soupir. « Au fait, moi c'est Balthazard, Balthazard Marsh.  » finit-il par dire avec un sourire mélancolique. Se présenter aiderait peut-être l'autre à se détendre, espérons.
† Mortuus est autem Rex †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Balthazard Marsh† Mortuus est autem Rex †
La pire solitude, c'est celle qu'on éprouve au milieu d'une foule.

#483D8B


▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 12 Masculin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : Cycles, cynisme, bravoure, solitude
▐ Parcours RP : Rp en cours :

Une nuit à New-York - Shawn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Lun 3 Déc - 17:59

O'HARA
Shawn

MARSH
Balthazard

Shawn reste un petit moment en position défensive, mal à l'aise vis à vis de cet homme. Il n'était pas rassuré à l'idée qu'on l'ait suivi jusqu'ici. Mais bon, il était peut être maudit qui sait?

Le garçon bien que méfiant, baissa son arme en poussant un long soupire de "semi" soulagement, bien qu'il garde la main crispée et prêt à dégainer si jamais il s'avérait être un mensonge.

« Du calme, je ne suis pas une de ces « machines » comme vous dites. Si elles sont vos ennemies, alors ça fait de moi votre ami. » Au moins c'est un bon début. Quoique, peut être qu'il était mafieux aussi et qu'il le connaissait -pas forcément en bien- ou peut être qu'il s'agit d'un fou ou je ne sais quoi. C'est tellement difficile de faire confiance qu'on en deviendrait presque parano. Puis avant que l'irlandais puisse répondre, ce dernier continua en montrant une broche en argent représentant une croix, ainsi greffée sur son torse près de son cœur. « C'est la preuve que j'appartiens à l'ordre noir en tant qu'exorciste. Et mon but en temps qu'exorciste c'est justement de détruire les akumas, les machines dont vous parlez. Et aussi.. » Puis sont regard fixa son flingue qui pendait dans sa main « … de trouver des innocences. Comme celle qui se trouve dans ce pistolet. »

Le mafieux suivit du regard les yeux verts de son interlocuteur et observa son arme très méticuleusement. L'arme qui se tenait là était plutôt petit mesurant à peine une trentaine de centimètre. Tout d'une couleur argentée elle possédait des parties laissant apparaître l'innocence qui siégeaient en elle. Elle apparaissait à travers de simples petits espaces se faisant discrète, mais elle était bien là. Et le prénom de Shawn y était gravé, luisant comme si l'innocence elle-même avait écrit ce mot.

« Une...une innocence ça?  » Il pinçait sa lèvre un peu perplexe se posant plein de question « C'est vrai que cette arme était bizarre quand je l'ai eu...Mais attendez c'est quoi une innocence? » Le rouquin fronça les sourcils interrogatifs et regarda ensuite l'exorciste qui se trouvait face à lui l'air dubitatif.

Comme un enfant curieux, il retourna ensuite vers son arme la soulevant pour regarder en dessous, le chien, la gâchette pour tenter de trouver un indice, avant d'écouter la nouvelle question de la personne se trouvant face à lui.

« Ce revolver, c'est à vous ? Vous vous en êtes déjà servi ? Les machines qui vous poursuivent, vous avez déjà réussi à en détruire ? »

Il hésita à lui répondre, cette arme lui rappelant pourquoi il était parti de chez lui, tout ce qu'il s'était passé depuis son anniversaire jusqu'à son mariage qui a tourné en vision d'horreur. Il voulait dire quelque chose, mais il ne voulait pas vraiment étaler sa vie, lui qui n'aimait pas qu'on s'inquiète pour lui.

« Attendez, il faut que je retrouve ma clé, sinon je ne vais jamais pouvoir dormir. J'ai beaucoup marché pour arriver jusqu'ici et je suis rincé » Il contourna le sujet, n'ayant pas vraiment envie d'en parler et s'abaissera au sol tâtant le parquet usé de l'immeuble à la recherche de la clé disparue. Il s'était déconcentré de la conversation pour chercher ce qu'il avait perdu avant de la retrouver et de la ramasser. « Nous devrions en parler une fois dans cette pièce. Les murs ont des oreilles et je ne préfère pas en parler sur ce pallier »


Shawn détourna ensuite le regarde de l'exorciste et osculta la porte avant de l'ouvrir et d'entrer à l'intérieur lui faisant signe de le suivre au cas où. Puis une fois le calme et la porte close, il s'étala comme une crêpe sur ce lit si moëlleux qu'il en ch...qu'il en est tout heureux. Il posa un peu brusquement l'arme sur le lit voisin et observa la pièce autour de lui. Miteux comme il l'imaginait avec des murs ornés de tapisserie grotesque et d'un bois si sombre que ça en devenait glauque. Une simple chandelle servait d'éclairage et les deux lits simples présents en fer forgé semblaient avoir du vécu. En effet, il y manquait quelques ressorts et les oreillers avaient perdu de leur plumage. Enfin, il y avait une salle de bain attenante, très basique pour l'époque et les wc étaient sur le pallier.

Le jeune homme se redressa et s'assied sur le matelas, venant ensuite regarder le religieux en tendant sa main comme pour le saluer, l'air neutre et plus détendu visiblement.  

« Au fait, moi c'est Balthazard, Balthazard Marsh.  »

« Ravi de vous connaître Monsieur Balthazard. Je suis Shawn O'Hara» lança-t-il en réponse à sa présentation. De toute évidence, le nom de la personne correspondait à ce qui était écrit sur ce revolver. Puis il revint à la question précédente un peu hésitant tout de même se décidant à ne pas en dévoiler de trop « Je l'ai eu à un anniversaire. Je m'en suis souvent servi au quotidien, mais il s'est passé plein de choses depuis que je l'ai...»  Il grimaça en rétorquant cette phrase, signe de son mal être à parler de ça, la douleur étant encore beaucoup trop récente pour qu'il en parle aussi facilement. Il porta une énième fois sa pauvre main à la bouche rongeant son annulaire gauche décorée d'une alliance d'or ornée de petites pierres brillant à la lueur des lampadaires new-yorkais qui éclairaient la pièce assombrie par la tombée de la nuit. « Je viens de très lui, je suis venu de Chicago jusqu'ici avec mes propres moyens.»
Just a Lost Man

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir - Trouver un endroit sûr
Aime:
N'aime pas: avatar
Shawn O'haraJust a Lost Man
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 19 Masculin
▐ RPG Age : 22 ans
▐ Personnalité : Rusé, Calme, Bienveillant
▐ Parcours RP :
#CA9669

Fiche de présentation
Relationships

Une nuit à New-York ft. Balthazard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Lun 3 Déc - 18:47
Comme s'y attendait Balthazard, son approche n'était pas un franc succès. Si l'autre semblait avoir tout de même un minimum confiance pour l'inviter dans sa chambre, il n'en demeurait pas moins paranoïaque, stressé et méfiant. L'exorciste se pinça le nez au niveau des yeux en jurant tout bas d'un air blasé. L'empathie, ça n'a jamais été son fort. Rassurer, réconforter, redonner espoir étaient des choses inconnues pour lui et pour cause, il n'attendait rien des autres. Quand il allait mal, Balthazard avait plus tendance à s'isoler et à relativiser, souvent à grand renfort d'alcool, que d'aller chercher du soutien chez les autres. Sans oublier que quand on grandit dans la rue et qu'on survit grâce à des petits larcins, on a pas vraiment le temps d'apprendre les bonnes manières. La courtoisie n'était franchement pas une amie de Balthazard.

Ce dernier entra tout de même dans la pièce, non sans une once de méfiance, mais l'homme se détendit aussitôt la porte fermée. L'exorciste jeta un rapide coup d’œil, la chambre était des plus rudimentaires, voire antique, et en se rendant compte qu'il n'allait pas dormir dans beaucoup mieux, l'écossais se frotta la tempe droite de deux doigts en affichant une moue contrariée.

« Ravi de vous connaître Monsieur Balthazard. Je suis Shawn O'Hara.» lui lança l'autre avant qu'ils ne se serrent la main. « Je viens de très lui, je suis venu de Chicago jusqu'ici avec mes propres moyens.
Et moi j'arrive tout droit de Grande-Bretagne, comme quoi ! Nous sommes tous les deux loin de chez nous, et à contrecœur semble-t-il. » Il marqua il légère pause et planta ses yeux dans les siens. « [/color=#483d8b] Maintenant il faut que vous m'écoutiez, et que vous répondiez à mes questions.[/color] »

Balthazard se montrait impatient sans être désagréable. Il était simplement inquiet, car la présence d'un broker dans les parages signifiait que la ville devait compter son lot d'akumas. La mission était donc déjà dangereuse et maintenant l'exorciste devait protéger ce Shawn ou en tout cas son innocence. « Je ne suis pas venu ici pour vous, à l'origine, mais maintenant je suis responsable de vous, vous comprenez ? Ce pistolet est une arme pas ordinaire, qui sert à tuer des choses pas ordinaires, sous le contrôle d'une entité pas ordinaire, vous voyez ? Tant que vous la posséderez, elles vous traqueront sans relâche. »

L'exorciste s'approcha de la fenêtre pour examiner passivement la rue qui était à présent presque déserte. « [color=#483d8b]Je sais que ça peut paraître fou, j'avais énormément de mal aussi au départ. Mais nous avons vu la même chose, vous aussi vous avez vu un ou plusieurs akumas, alors vous devez me croire et me répondre. Cette arme, vous pouvez l'activer ? Vous vous en êtes déjà servi contre eux ? »

Dans tous les cas, l'innocence devrait rejoindre la branche européenne. Mais si Shawn se révélait compatible, alors cette mission serait un énorme succès. Les exorcistes sont tellement rares, surtout après l'assaut de la branche nord américaine. Balthazard espérait vraiment que ce type ait la carrure d'un soldat de dieu même pour l'instant, avec ses regards furtifs et ses doigts rongés, le doute était plus que permis.
† Mortuus est autem Rex †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Balthazard Marsh† Mortuus est autem Rex †
La pire solitude, c'est celle qu'on éprouve au milieu d'une foule.

#483D8B


▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 12 Masculin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : Cycles, cynisme, bravoure, solitude
▐ Parcours RP : Rp en cours :

Une nuit à New-York - Shawn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Mar 4 Déc - 10:33

O'HARA
Shawn

MARSH
Balthazard


Shawn resta assis sur son lit et croisa les jambes de sorte que son coude puisse s'appuyer sur son genoux et son menton sur sa main. Il continuait d'observer l'espace dans lequel il allait passer la nuit, puis ses yeux azurés reviennent vers Balthazard. L'ambiance qui était plutôt tendue quelques minutes plus tôt semblaient s'être apaisée et l'étranger comme Shawn s'étaient visiblement détendu. Après tout, tout le monde n'était peut être pas si mauvais que ça après tout.

Il l'écouta concentré, le regard bleu plongé dans le regard vert, les yeux de chacun brillant à la lueur du ciel. Mais l'irlandais n'alluma pas les cierges présents préférant l'obscurité naissante pour l'instant, la lueur nocturne étant à son sens aussi apaisante. «Et moi j'arrive tout droit de Grande-Bretagne, comme quoi ! Nous sommes tous les deux loin de chez nous, et à contrecœur semble-t-il.»

Le rouquin soupira, il ne pouvait pas si bien dire. «Effectivement...J'avais pour but de regagner mon pays d'où je suis originaire, mais sans le sous cela risque d'être compliqué. Et puis, j'évite de rester trop longtemps sur place. Je ne souhaite pas que d'autres personnes soient impliquées dans mes galères..» Il fit une petite moue un peu attristé avant de se reprendre en secouant la tête et en soupirant une nouvelle fois. «Vous êtes de quel coin? Irlande? Ecosse? Angleterre? Peut être avons nous plus de points communs qu'il n'y paraît, non?»

Enfin bref, après cette tentative de détendre l'atmosphère, le petit Shawn reprit du sérieux et se tenait prêt à écouter cet exorciste qui allait peut être pouvoir l'éclairer sur ce qu'il se passe. Ça ne l'enchantait guère de devoir se dévoiler à un inconnu, surtout qu'il ne savait pas si il pouvait vraiment lui faire confiance, ou pas. Sentant l'impatience qui se présentait sur Balthazard, il n'avait pas vraiment de choix. Il suivit du regard la silhouette masculine imposante se déplacer en direction de la fenêtre. C'est vrai que contrairement à ses idées reçues, New-York n'était pas aussi éveillée qu'il le pensait à en écouter le silence de la rue parsemée, parfois, de clapotement de sabots qui passaient devant sa fenêtre.

« Je ne suis pas venu ici pour vous, à l'origine, mais maintenant je suis responsable de vous, vous comprenez ? Ce pistolet est une arme pas ordinaire, qui sert à tuer des choses pas ordinaires, sous le contrôle d'une entité pas ordinaire, vous voyez ? Tant que vous la posséderez, elles vous traqueront sans relâche. »

Le jeune homme baissa la tête et regarda son arme avant de parler tout seul «Mon père m'avait offert cette arme en sachant pertinemment qu'elle n'était pas normale. Il m'avait raconté que lorsqu'il la obtenu auprès de son fournisseur que d'autres personnes l'ont eu avant moi et que ça avait mal tourné. N'étant pas superstitieux, il ne l'avait pas cru et avait tout de même fait la démarche de me le confier» Il attrapa son pistolet et resserra son étreinte sur le métal froid, rageant intérieurement «C'est alors à cause de mon père que tout ce que j'avais a été réduit à néant. » Il marmonna un juron et balança à nouveau la pauvre innocence (décidément) qui fut à nouveau posée brusquement sur le lit. Le compatible rongeait les peaux de son pouce gauche, le seul qui jusque là avait échappé au stresse et fixa l'exorciste.

«Je sais que ça peut paraître fou, j'avais énormément de mal aussi au départ. Mais nous avons vu la même chose, vous aussi vous avez vu un ou plusieurs akumas, alors vous devez me croire et me répondre. Cette arme, vous pouvez l'activer ? Vous vous en êtes déjà servi contre eux ?»

Jetant un regard fuyant vers l'arme puis le regardant à nouveau «Il y a d'autres personnes dans le même cas que moi?» Puis il se mit à réfléchir avant de répondre à sa question, navré «Elle s'est déjà activée toute seule lorsque j'étais en grand danger, mais je n'ai pas réussi de moi-même. Et j'ai je pense tué au moins une ou deux machines avec ça.» Il tourna à nouveau son regard bleu sur celui du chevalier saint «Qu'est-ce que ça signifie, pourquoi moi?» Non, ça ne l'enchantait toujours pas et sa colère qu'il enfouissait était ravivée par les images de son épouse tuée à cause de cette arme. Non à cause de son géniteur.
Just a Lost Man

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir - Trouver un endroit sûr
Aime:
N'aime pas: avatar
Shawn O'haraJust a Lost Man
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 19 Masculin
▐ RPG Age : 22 ans
▐ Personnalité : Rusé, Calme, Bienveillant
▐ Parcours RP :
#CA9669

Fiche de présentation
Relationships

Une nuit à New-York ft. Balthazard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Mar 4 Déc - 12:40
Balthazard écouta les réponses sans un haussement de sourcil. Quand Shawn eût terminé, l'exorciste s'assit sur un vieux fauteuil en cuir rouge passé, pencha la tête en arrière et soupira avant de s'allumer une cigarette. « Désolé mon vieux, mais on dirait bien que vous êtes un compatible. » Ce qui voulait dire que l'américain ne pourrait pas vraiment se soustraire à la guerre sainte, qu'il serait forcé d'une manière ou d'une autre à abandonner son ancienne vie, même s'il ne semblait pas rester grand chose de celle-ci.

«  Qu'est ce que ça signifie, pourquoi moi ?  » La réaction était logique. C'est exactement ce que Balthazard s'était demandé quand son monde s'était lui aussi écroulé. « C'est l'innocence qui choisit son porteur. Par conséquent, on peut dire que Dieu vous a choisi comme soldat. Maintenant, vous avez de la chance dans votre malheur, laissez-moi vous expliquer. » Il se leva et fit les cent pas en expliquant quelques détails sur l'innocence, sur la matière noire, sur ce qu'étaient les akumas puis termina sur les différents types d'armes anti-akumas.

« En clair, certains exorcistes ont leurs armes intégrées à leur corps, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas se détourner de la guerre. Enfin ils le peuvent, mais je vous assure qu'il vaut mieux s'en abstenir... » L'écossais se rappelait de l'histoire de ce Suman Dark qu'on lui avait racontée à la branche européenne. Un frisson lui parcourra l'échine. « Bon, pour vous résumer un peu la situation, vous n'avez que trois choix possibles. Le premier est le plus simple, vous abandonnez votre arme, je la récupère, l'ordre extrait l'innocence qu'elle renferme et si Dieu le veut quelqu'un d'autre sera compatible. Les akumas cesseraient de vous pourchasser personnellement même si vous finirez certainement par retomber sur eux, vu la tournure que prennent les choses... »

L'ordre noir était dans une posture des plus précaires. Des exorcistes exilés, les descendants de Noé au complet, des akumas de plus en plus évolués... Bientôt le monde serait au courant de la guerre et de ses enjeux, mais il sera sûrement déjà trop tard.

« La deuxième solution, vous gardez votre arme et vous vous en servez pour détruire les akumas qui se dresseront sur votre route, tout en restant indépendant. Vous aurez peut-être plus de chances de survivre, qui sait, mais c'est une vie de vagabond qui vous attend. Vous serez sans-cesse traqué par ces démons. C'est, je pense, le pire choix. Et enfin, la dernière solution... » Balthazard prit une longue bouffée de tabac. Il repensait au discours qu'il avait lui-même subit et qui l'avait fait rejoindre l'ordre.

« Vous rejoignez l'ordre et combattez à nos côtés. Vous n'êtes pas seul, j'ai connu les mêmes déboires que vous, toutes ces histoires de Dieu et de guerre me sont arrivées brutalement au visage, au prix de la perte d'êtres aimés. Dieu, je n'y croyais même pas, c'est vous dire. Ce combat concerne tout le monde, vous avez la chance et le malheur de pouvoir vous défendre, de pouvoir défendre les humains. Croyez-moi, je n'étais pas enchanté non plus. Je ne le suis toujours pas en réalité. Mais vous aurez beau fuir à l'autre bout du monde, cette guerre viendra à vous tôt ou tard. »

Balthazard n'était pas vraiment le plus adroit en éloquence ni en persuasion, il n'était pas du tout rompu au débat. Depuis toujours, il prenait par la force ou la ruse ce qu'il voulait. Mais là, il ne s'agissait pas d'une vulgaire miche de pain ou d'une vitrine de joaillerie à briser. La vie d'un homme, et sa probable mort, était en jeu. Il se dirigea vers la fenêtre et l'ouvrit un instant pour y balancer son mégot, avant de sortir son arme de sa poche, une vieille couronne de fer rouillé qui ressemblait plus à un cerceau brun qu'à un couvre-chef éclatant. Une fresque racontant l’ascension d'un héros jusque son combat final contre un dragon était encore visible, même si à quelques endroits les gravures étaient plus abîmées. En la tenant, l'innocence brillait d'une pâle lueur verte dans la main de l'exorciste. « Vous voyez, je suis comme vous. Ça ressemble moins à une arme j'en conviens, mais une fois activée elle me rend capable de combattre comme votre revolver. On vous apprendra à vous en servir, à progresser, vous n'aurez plus à craindre pour le prochain repas, ou le ticket du prochain train. L'ordre demeure puissant, et nous autres exorcistes sommes si rares que nous sommes traités comme des semis-divinités. C'est mieux qu'une chambre médiocre et un repas tiède pour une soirée à guetter le danger de la fenêtre, non ? »

S'il essayait vraiment de le convaincre de se joindre à lui, Balthazard ne le forcerait pas à le suivre pour autant. Ce choix lui appartenait, à lui et lui seul, même si l'exorciste savait qu'une seule option était viable. Il alla se rasseoir sur le vieux fauteuil et pencha la tête en arrière en se passant les mains dans les cheveux. Tout ce discours l'avait fatigué, il n'était pas du tout habitué à parler autant, encore moins à devoir faire preuve d'éloquence. Mais les choses étaient dites à présent, et il attendait la réaction de Shawn avec une certaine curiosité.
† Mortuus est autem Rex †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Balthazard Marsh† Mortuus est autem Rex †
La pire solitude, c'est celle qu'on éprouve au milieu d'une foule.

#483D8B


▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 12 Masculin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : Cycles, cynisme, bravoure, solitude
▐ Parcours RP : Rp en cours :

Une nuit à New-York - Shawn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Jeu 6 Déc - 11:23

O'HARA
Shawn

MARSH
Balthazard

Shawn continuait de regarder l'exorciste face à lui avant de hausser un sourcil. Il l'observait allumer sa cigarette, ce qui ne le dérangeait pas particulièrement. Il a vécu parmi des gens qui fumaient beaucoup et l'odeur lui était presque agréable à sentir. Ce sont des goût louches vous me direz, mais chacun est comme il est. Le jeune irlandais ouvrit tout de même la fenêtre légèrement afin d'éviter que l'air de la pièce ne soit rendu opaque par la fumée émanant de la clope de son interlocuteur.

« Désolé mon vieux, mais on dirait bien que vous êtes un compatible. »

Fronçant les sourcils il regarda plus sérieusement l'écossais qui était face à lui posé dans le fauteuil miteux, mais tout de même un minimum confortable dans lequel était assis Balthazard.

« Compatible? Ça veut dire que l'arme m'a choisi ou quelque chose comme ça? Mais qu'est-ce que j'aurai de particulier. Je ne suis pas réputé pour être la personne la plus sympathique par chez moi... » Il sous-entendait qu'il était pas un enfant de chœur et qu'il n'était pas un simple voyageur. « Mon père a tué la femme d'une famille rivale et ce dernier s'est transformé en akuma lorsqu'il a attaqué le jour de mon union avec ma compagne»

D'un coup le jeune homme passa d'un garçon sur les nerfs à quelqu'un qui réfléchissait sur les conséquences de tout ce qui était arrivé en quelques mois.

« En clair, certains exorcistes ont leurs armes intégrées à leur corps, ce qui signifie qu'ils ne peuvent pas se détourner de la guerre. Enfin ils le peuvent, mais je vous assure qu'il vaut mieux s'en abstenir... »


Le petit gars fronça les sourcils et rétorqua perplexe « Comment ça...? L'arme peut se rebeller contre nous?» Puis il écouta l'exorciste qui lui expliqua en gros ce qu'il se passait actuellement et l'éventuel futur du jeune mafieux.

« Bon, pour vous résumer un peu la situation, vous n'avez que trois choix possibles. Le premier est le plus simple, vous abandonnez votre arme, je la récupère, l'ordre extrait l'innocence qu'elle renferme et si Dieu le veut quelqu'un d'autre sera compatible. Les akumas cesseraient de vous pourchasser personnellement même si vous finirez certainement par retomber sur eux, vu la tournure que prennent les choses... »

Là ça portait à la réflexion. Que devait-il faire? Devait-il rendre son arme pour vivre une vie tranquille? A bien y penser maintenant qu'il avait mis les deux pieds dans le plat de cette guerre sainte, il était difficile de faire abstraction de toutes ces histoires et de ne pas se souvenir de ces machines, de ces horreurs qu'il a pu voir et subir. Mais en même temps, cette arme était la source de tout ses problèmes et l'éliminer l'aiderait peut être à avoir un meilleur avenir...Quoique, quand on est une famille peu appréciée aux Etats-Unis, il vaut mieux avoir une arme de confiance sur soi...Qui plus est, c'est le seul cadeau de son père qu'il a reçu et il y tient un peu.

« La deuxième solution, vous gardez votre arme et vous vous en servez pour détruire les akumas qui se dresseront sur votre route, tout en restant indépendant. Vous aurez peut-être plus de chances de survivre, qui sait, mais c'est une vie de vagabond qui vous attend. Vous serez sans-cesse traqué par ces démons. C'est, je pense, le pire choix. Et enfin, la dernière solution... »


Alors, oui, mais non. Déjà que son arme ne fonctionne qu'une fois sur dix, il suffirait qu'elle ne s'active pas à un moment critique et couic, c'était fini. Il n'avait pas vraiment envie de vivre comme un vagabond à courir partout dans tous les sens pour pouvoir vivre sereinement surtout lorsqu'on a pas un rond. Qui serait assez fou pour se genre d'option? Et je dois supposer que la dernière option est de rejoindre l'ordre

« Vous rejoignez l'ordre et combattez à nos côtés. Vous n'êtes pas seul, j'ai connu les mêmes déboires que vous, toutes ces histoires de Dieu et de guerre me sont arrivées brutalement au visage, au prix de la perte d'êtres aimés. Dieu, je n'y croyais même pas, c'est vous dire. Ce combat concerne tout le monde, vous avez la chance et le malheur de pouvoir vous défendre, de pouvoir défendre les humains. Croyez-moi, je n'étais pas enchanté non plus. Je ne le suis toujours pas en réalité. Mais vous aurez beau fuir à l'autre bout du monde, cette guerre viendra à vous tôt ou tard. »


Ah oui, voilà. C'est bien ce que Shawn pensait. Vivre sans guerre, vivre avec la guerre mais vivre dans la mouise ou bien vivre dans la guerre et vivre emprisonné par celle ci. Le choix était évidemment plutôt cornélien et il était difficile de faire un choix. Grimaçant à l'idée de devoir faire un choix entre vivre comme un sans abris ou faire la guerre contre son gré, il écouta néanmoins les (sages) paroles du compatible et observa son innocence avec étonnement et impressionné malgré tout.

L'innocence de Balthazard se trouvait être une couronne dépassée par le temps qui avait visiblement perdu de sa superbe. Mais elle était tout de même plutôt jolie et c'était très stylé de se balader avec une couronne dans la poche. La fresque qui représentait un dragon était aussi bien esquissée et agréable à l’œil. La couronne luisait d'une légère lueur émeraude, comme son pistolet qui semblait réagir un peu à la présence d'une collègue innocence et brillait un peu plus que d'habitude.


« Vous voyez, je suis comme vous. Ça ressemble moins à une arme j'en conviens, mais une fois activée elle me rend capable de combattre comme votre revolver. On vous apprendra à vous en servir, à progresser, vous n'aurez plus à craindre pour le prochain repas, ou le ticket du prochain train. L'ordre demeure puissant, et nous autres exorcistes sommes si rares que nous sommes traités comme des semis-divinités. C'est mieux qu'une chambre médiocre et un repas tiède pour une soirée à guetter le danger de la fenêtre, non ? »


Shawn fit la moue. Il devait admettre que sur ce point là, il avait raison sur ce point. L'air embaumait du parfum de cigarette. Le rouquin soupira longuement, inspirant cette odeur toxique avant de s'allonger le dos sur son lit, le regard perdu sur le plafond orné aussi de cette tapisserie immonde. Heureusement qu'il n'était là que pour un jour, parce que ces couleurs vertes et bordeaux allaient finir par l’écœurer. Le jeune homme les bras étalés sur le matelas tourna la tête vers l'exorciste avec une petit moue.

« Qu'est-ce que je gagnerai à devenir un exorciste à part la sécurité? Parce que si je rentre là dedans je n'aurai plus de liberté, pas vrai? Et au vu de ce qu'on combat, vivrons-nous assez longtemps pour vaincre ces choses?  » Et encore, heureusement qu'il n'a vu que des akumas, parce qu'il n'aurait sûrement pas survécu si il s'était retrouvé face à Tyki Mikk ou tout autre individu à la peau grise stigmate et psychopathes que l'on surnomme descendants de Noé. «Et la vie que je mène actuellement n'est sûrement pas mieux que ce que vous vivez, pas vrai? Je...j'hésite en fait. Ce que nous avons vécu, je pense que nous n'aimerions pas que d'autres innocents le vivent...Et ma femme, j'aimerai la venger.» Il se redressa une nouvelle fois ses longs cheveux de feu un peu ébouriffés. «Peux-tu me parler un peu plus de l'ordre pour lequel tu œuvres? Comment ça se passe lorsque tu deviens compatible et que tu vas chez eux ?»
Just a Lost Man

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir - Trouver un endroit sûr
Aime:
N'aime pas: avatar
Shawn O'haraJust a Lost Man
...

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 19 Masculin
▐ RPG Age : 22 ans
▐ Personnalité : Rusé, Calme, Bienveillant
▐ Parcours RP :
#CA9669

Fiche de présentation
Relationships

Une nuit à New-York ft. Balthazard
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Jeu 6 Déc - 14:36
Shawn montrait de la curiosité et de l'hésitation, ce qui était bon signe. D'abord, cela voulait dire qu'il n'était pas un lâche et qu'il considérait rejoindre le combat, ensuite ses doutes montraient qu'il n'était pas un fou, la peur étant une réaction des plus humaines. « Qu'est-ce que je gagnerai à devenir un exorciste à part la sécurité? Parce que si je rentre là dedans je n'aurai plus de liberté, pas vrai? Et au vu de ce qu'on combat, vivrons-nous assez longtemps pour vaincre ces choses?  » L'exorciste arqua un sourcil avant que son vissage ne s'assombrisse. Il parla ensuite d'une voix beaucoup moins amicale.

« Gagner ? Si c'est la gloire ou l'argent que vous cherchez autant me remettre votre arme tout de suite. Il n'y a rien à gagner. Vous avez été désigné, c'est tout. Si le monde est un navire, alors sa coque est percée et l'eau s’infiltre chaque jour de plus en plus. Sur le pont, les gens n'en sont pas encore conscients parce que nous autres nous acharnons à colmater les brèches, sans attente de remerciements d'aucune sorte. Combattre est un devoir, et c'est un ancien bandit qui vous le dit. » Son ton avait été sec, ses paroles rapides. Sans être particulièrement agacé, Balthazard essayait de lui faire comprendre que cette guerre était unique et qu'elle dépassait tout ce que l'on pouvait imaginer. La guerre, elle sert à étendre son territoire, à gagner de nouvelles richesses, à développer son influence, à honorer un dieu. Là, il s'agissait de se battre pour la survie d'une espèce entière.

« Et la vie que je mène actuellement n'est sûrement pas mieux que ce que vous vivez, pas vrai? Je...j'hésite en fait. Ce que nous avons vécu, je pense que nous n'aimerions pas que d'autres innocents le vivent...Et ma femme, j'aimerai la venger. » Le pauvre homme avait lui aussi vécu une tragédie. Perdre l'être que l'on aime parfois plus que sa propre personne, son reflet complice que nous soutient et nous pousse à continuer, toujours, inlassablement, cette âme greffée à la vôtre, tellement ancrée en vous qu'elle finit par se mêler à vos fondations. La douleur est indescriptible. C'est plus qu'une douleur, c'est un vide, un gouffre, un tourbillon qui aspire tout ce qui est beau et bon pour les enterrer dans les abysses les plus sombres. Une telle perte laisse un trou béant qu'on essaie de colmater pour le reste de sa vie. C'est comme un château de sable près des vagues, on a bout le construire et le reconstruire, encore et encore, il se soumettra toujours à l'écume, comme le bonheur à l'amertume. Balthazard ne connaissait que trop bien ce sentiment, et y repenser lui fit serrer ses poings de rage.
« Alors vengez-la ! Bon dieu, prenez les armes et combattez avec nous ! Vous ferez face aux pires immondices que ce monde peut offrir, mais vous avez déjà connu la plus grande des peurs, celle de perdre la personne que l'on aime ! Alors qu'avez-vous encore à craindre ? Ils vous ont tout pris, ils m'ont tout pris. Vous avez la chance de pouvoir leur faire payer, vous avez le luxe de pouvoir exprimer votre colère, d'accomplir votre vengeance ! Alors faites-le! » Ce n'était pas un sermon, la colère de l'exorciste sonnait plus comme un encouragement, il exhortait Shawn à assouvir cette soif de représailles, à apaiser cette douleur immense.

Nouvelle cigarette. Ses pensées noires revenaient à mesure qu'ils parlaient du passé de l'américain, et avec elles venaient l'angoisse. La nicotine aidait à calmer, un peu.
« Peux-tu me parler un peu plus de l'ordre pour lequel tu œuvres? Comment ça se passe lorsque tu deviens compatible et que tu vas chez eux ? »

Balthazard se remémora sa propre arrivée avec des sentiments partagés. Tout le monde avait été accueillant, il se sentit très vite intégré à une grande famille même si l'ambiance en ce moment n'était pas vraiment des plus joviales. « L'ordre noir est une branche de l'église, il appartient au Vatican. Tout le monde y œuvre pour mettre fin à cette guerre. Tu es un compatible comme moi, un soldat saint, un moine de l'ombre. Nous sommes rares, pour ne pas dire en déclin, alors nous sommes très importants. Une fois là-bas, on examinera ton innocence, le taux de résonance que tu as avec et on t'expliquera plus en détails et bien mieux que moi tout le bazar qui est en train de se passer. Quand je dis que tu as de la chance je n'exagère pas. Presque tout le monde à l'ordre noir est normal, ils ne peuvent pas détruire les akumas. Pourtant, ils vivent jour et nuit pour gagner cette guerre. Certains deviennent même des traqueurs, ils relèvent les mouvements de nos ennemis, cherchent des traces de l'innocence, assistent les exorcistes. Tout ça avec des moyens de défenses dérisoires. Alors oui, tu peux t'estimer chanceux. » Ses propres amis avaient décider de le suivre et de devenir traqueurs pour venger ceux de la bande qui étaient tombés face au premier akuma qu'ils avaient rencontré. Drôle de vie.[/color]
† Mortuus est autem Rex †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Balthazard Marsh† Mortuus est autem Rex †
La pire solitude, c'est celle qu'on éprouve au milieu d'une foule.

#483D8B


▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 12 Masculin
▐ RPG Age : 26
▐ Personnalité : Cycles, cynisme, bravoure, solitude
▐ Parcours RP : Rp en cours :

Une nuit à New-York - Shawn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Une nuit à New York - Ft. Balthazard Marsh
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» UNE NUIT À NEW YORK de Rachel Cohn et David Levithan
» [Green, Simon R.] Darkwood - Tome 1: La Nuit de la Lune Bleue
» New York
» [Le Cherche Midi] Les enfants de la nuit de Frank Delaney
» Comment connaître la vitesse instantanée de nos bolides la nuit ?

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Amériques :: États-Unis d'Amérique-
Sauter vers: