Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP
-36%
Le deal à ne pas rater :
-100€ sur la Centrale vapeur Calor PRO EXPRESS ULTIMATE
179.99 € 279.99 €
Voir le deal

Partagez
 

 [INTRIGUE V] La parole au Peuple

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mar 23 Avr - 18:47
La parole au Peuple
La source du conflit

   

   

La pluie accompagnait à présent l’immense foule de manifestants parcourant les rues de la capitale de France. L’odeur de l’humidité caressait lentement mes narines. Ce temps pouvant annoncer un orage me donne un sourire satisfait. La température se refroidit et je remarque le découragement de certaines personnes pour continuer la manifestation. Ces gens qui rentrent chez eux pour être au chaud sont juste des petits rigolos. Des individus ne portant aucun courage, dépourvut de peur mais aussi de fainéantise. Ces personnes n’aideront pas à faire bouger les choses et ils seront les premiers à se plaindre de l’injustice. Je ne peux pas m’empêcher de les foudroyer de mon regard rouge sang. Ils sont écœurants pour moi, pour cette manifestation, pour ce monde. Je décide de ne plus y prêter attention mais ne peux pas m’empêcher de soupirer. J’observe percher sur un balcon d’une chambre d’hôtel cet événement depuis plusieurs heures, et j’ai un peu de mal à garder les yeux ouverts. La faute revient au décalage horaire entre l’Amérique et la France. J’ai d’ailleurs hâte de rentrer chez moi et de continuer mon petit business de ma vie humaine. Mais je dois m’occuper de mon deuxième travail. De mon autre moi qui dépasse une simple vie d’un être humain.

Me levant de ma chaise, j’attrape mon verre d’alcool avec ma main droite pour y boire le contenu cul sec tout en rentrant en même temps dans ma chambre. À l’intérieur s’y trouve un homme assez gros porteur d’une moustache morse bien soignée de couleur brune. Vêtu d’un uniforme de police et puant par la même occasion la transpiration, il était actuellement attaché sur une chaise. Le prisonnier ne bougeait pas d’un poil car Sam le tenait en joue. M’approchant de ce porc, je remets correctement son nœud de cravate à moitié défait. Il reparle à nouveau ou du moins il me supplie de ne pas lui faire de mal. J’apprends par la même occasion qu’il est père de deux enfants et pourtant il n’a pas refusé mon offre de me rejoindre seul à seul dans ma chambre d’hôtel. Je me bouche les oreilles en entendant des légers acouphènes et je demande à Sam de le bâillonner pour ne plus qu’il jacasse. Le calme revient avec un bruit de fond de la manifestation.

Je me ressers un verre de whisky tout en regardant de la tête aux pieds l’homme qui se trouve en face de moi. Je reste silencieuse ne quittant plus du regard l’officier. La peur se lit sur son visage. Il doit se maudire de m’avoir suivi. Je repose la bouteille d’alcool sur la table en lui souriant malicieusement. Je ne suis pas une tortionnaire, mes gars me considère comme leur mère voire même leur sœur pour certains.

« Êtes-vous calmé, demandais-je en buvant la moitié de l’alcool contenu dans mon verre. Je ne vais pas vous faire de mal si vous restez tranquille. Cependant si vous hurlez, Sam s’occupe de vous. Il adore les personnes de votre genre. Venant en au fait, c’est moi qui parle et vous ouvrirez la bouche quand je vous l’autoriserais. Si vous me mentez, vous me le pairez. Ensuite, si j’obtiens ce que je désire, vous serez une personne libre. Je relève le menton du prisonnier avec mon index pour qu’il me regarde. Avons-nous un accord ? »

Il acquiesce et Sam enlève le bâillon qui empêchait l’officier de parler. Je m’oriente près de la fenêtre pour être dos à lui.

« Si vous étiez tranquillement au chaud dans votre commissariat, débutais-je d’une voix neutre, qui dirige vos hommes ? »

La réponse du policer me fait froncer les sourcils. Une femme porteuse de la Rosaire de l’Ordre Noir commanderait les forces de l’ordre ? C’est impossible, et pourtant il me dit la vérité.

« Vous allez changer les ordres de vos hommes. Ils n’assureront plus la sécurité de la manifestation. Je le coupe immédiatement en posant mon index sur ses lèvres. En même temps, de l’énergie rouge s’échappant de ma main gauche entre dans le torse de mon prisonnier. Vous savez au fond de vous que ce groupe porteur de la Rosaire est une plaie. Il vous ridiculise sur vos compétences de commandement. La preuve est là, sous vos yeux car cette fameuse femme dirige vos collègues à votre place. Ne croyez-vous pas qu’il est temps de se révolter comme le font ces braves Parisiens ? Si la police décide de manifester avec eux, alors le mur de cette injustice pourra s’effondrer. Je pose délicatement mes mains sur ses épaules. Si vous le faites, les citoyens auront à nouveau confiance en vous. Mais, je dis bien mais, si vous empêchez l’Ordre Noir d’agir comme le fait votre remplaçante. J’ouvre la main de l’officier pour y déposer son arme de service. Parfois pour surmonter les obstacles il faut se salir les mains. »

Sam détache le policer et remet correctement le képi de l’homme sur sa tête. Sans un mot, le représentant de la loi part de ma chambre comme un homme nouveau. Une personne qui est dorénavant sûre de lui, n’ayant plus aucune peur en lui et surtout déterminée à reprendre les choses en main.

Buvant le restant de mon breuvage, je me redirige à mon balcon pour admirer cette merveilleuse journée. La pluie se remet à s’écraser sur mon chapeau et mes vêtements. Un léger frisson parcourt mon corps lorsqu’une goutte arrête sa course contre un de mes bras dénudés. Je surveille de loin mon ancien prisonnier qui est en train d’ordonner à deux de ses fonctionnaires ces nouvelles directives. Je sais qu’un jour il me remerciera de lui avoir ouvert les yeux. Comme beaucoup de ces citoyens que j’ai côtoyés en début de journée pour agrandir un peu plus cette révolte. Peut-être que ce mouvement deviendra une révolution identique à la prise de la Bastille. Peut-être que la tête d’une personne importante va se détacher de ses épaules. Le destin en décidera. Non ! C’est MOI qui en déciderais. Comme dans toutes les révolutions qu’il y a eu sur cette planète bleue.

Je hausse un sourcil en apercevant un individu fort bien habillé s’enfuir dans une petite ruelle déserte.

« Sam ? Peux-tu me rattraper cet homme ? »

Toujours muet, l’Akuma de niveau deux ayant l’apparence et l’âme d’un couple de domestiques que j’aimais tant, sort de ma chambre en vitesse pour chasser ma nouvelle cible. Calmement, j’y sors à mon tour pour suivre Sam en marchant et en chantant dans ma barbe.

Quelques minutes plus tard, je rejoins Sam qui venait d’attraper par le col le fuyard. C’est un noble à en crever les yeux. Je me mets à rire doucement. Une chose que je déteste, ce sont les personnes comme lui. Moi-même j’en étais une et mes parents ont nourri les asticots. Je pose délicatement ma main sur son torse laissant mon don naturel prendre la suite. Fermant les yeux, je sens en lui grâce à mon pouvoir qu’il éprouve une profonde haine contre le bas peuple. Je ferme mon poing gauche si fort que des craquements d’os se font entendre. Il me faut dix longues secondes pour calmer ma colère.

« Si tu détestes tant que ça ces vulgaires pauvres, pourquoi ne pas te défouler sur quelques-uns ? Je sors mon révolver et la dépose entre ses mains. Maintenant, tu as le pouvoir de changer les choses mon ami. Je sais que tu en meurs d’envie, donc fais-toi plaisir. Il est temps de te révolter et d’être un nouvel homme. »

Je me recule de lui avec Sam le sourire aux lèvres. Je récupérerais mon arme sur son cadavre dans quelques heures. En espérant qu’il réalise des choses intéressantes pour moi.

Parcourant les petites ruelles de la capitale, j’entre à mon tour dans la manifestation accompagnée de Sam qui ne passe pas inaperçu de ses deux mètres trois de grandeur.

FICHE PAR STILLNOTGINGER.
AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Ven 10 Mai - 1:13
La manifestation suit son cours malgré la pluie froide, et des rencontres – parfois inattendues – se font au milieu de la foule. Même si quelques figures font la grimace, que quelques slogans sont scandés plus forts que les autres, l’ambiance est calme. Les parisiens, dans leur grande majorité, sont pacifiques.

Mais une louve s’est glissée au milieu du troupeau.

Usant de ses charmes elle parvient à inverser le cœur de certains hommes. D’un côté les forces de l’ordre, qu’elle pousse à l’insubordination ; de l’autre un homme en colère, qu’elle encourage au pire. Son plan se déroule presque sans encombres. Presque, car si quelques policiers suivent les ordres de leur supérieurs, plusieurs souhaitent garder leur poste. Ils sont venus pour une bonne raison et même si tout se passe bien, il ne serait pas raisonnable de partir. On ne sait jamais.

Les moutons gardent donc leurs bergers, pour l’instant.

Quant à la brebis galeuse – ou enragée, selon – elle ne fait que se promener, l’arme au point, à la recherche d’une victime à faire. Peut être celui qui scande le plus fort ? Celui qui osera le bousculer ? Ou celui qui le dégoûte le plus ? Il ne sait pas encore sur qui passer sa colère, mais ça ne saurait tarder.


HRP:
 
L'Originel
Le CubeLe CubeL'Originel
...

▐ IRL Age : 29 ▐ Messages : 1270 Féminin
▐ Personnalité : Tout-puissant.
▐ Parcours RP : Je façonne de mes mains,
Selon mes viles desseins,
Les sinueux chemins,
Que prendront vos destins.
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Ven 10 Mai - 16:25



INTRIGUE • CHAPITRE V

LA PAROLE AU PEUPLE

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 V76155A

La pluie continue de les rincer, sans pour autant parvenir à laver leurs péchés.

Le sien ? La Colère.
Angus jette un regard noir au garçon devant lui, plus noir encore que les nuages qui s’amassent au-dessus de leur tête ; comme des puits sans fond vers les ténèbres qui l’habitent, et qui ont depuis longtemps englouti l’homme qu’il aurait pu être, ils donnent l’impression de vouloir happer l’inopportun jusque dans leurs profondeurs. Lentement, très lentement, l’Assassin reprend la boîte d’allumettes que le gamin lui remet entre les mains en ne prétendant ne pas lui vouloir grand-chose à part du feu. Il n’en croit pas un mot. Et c’est pourquoi il grave les trait de ce jeune homme dans sa  mémoire, quand bien même il sait qu’il ne le reverra plus jamais à l’issu de cette rencontre fortuite. Contrairement  à l’adage, le monde est grand ― celui d’Angus en particulier. Il pousse un soupir, remet la boîte dans sa poche et commence déjà à se détourner afin de rejoindre les ombres de la ville. Il en a fini avec Paris. Il lui a fait l’offrande d’un cadavre supplémentaire, d’un meurtre irrésolu, d’un message en lettres écarlates.

C’est ce qu’il aurait aimé.

Son regard survole le flanc de la marée humaine qu’est la manifestation ; l’on scande et chante toujours au milieu des rues moites de la capitale française. De la cacophonie émergent parfois des mots, dans la bouillie de sons l’oreille sature, mais les yeux s’attirent ― par hasard.
Par erreur.

La grisaille de ses prunelles croise celles d’un homme non-loin de lui, qui vient de rejoindre la masse de gens. Le Brouillard cligne des yeux, incertain, mais il croit voir l’inconnu tenir une arme ― un revolver ? ― fermement dans sa main crispée. Pendant un instant, un court instant, il croit que ce type-là est l’un des policiers engagés pour veiller sur la marche mais ses habits crient tout le contraire. Chers, de bonne facture, probablement sur-mesure ― mais qu’en sait-il réellement ? Il n’est lui-même qu’un pauvre hère, il ne se vêtit jamais qu’avec ce qu’il trouve. Enfin, ce n’est pas comme s’il en avait quelque chose à faire de toute façon. La plupart du temps, ses vêtements finissent au feu, trop sales, trop imprégnés de l’odeur du sang de ses victimes pour être nettoyés. Mais ce bourgeois, s’il en est un, n’est pas comme un seul de ces gens qui défilent. Pas comme lui. Pourtant, tous deux partagent le même dessein : celui de semer la Mort dans leur sillon.

Mais il y a des règles.


Alors les mains d’Angus volent jusqu’à son propre arsenal. Il dégaine son épée d’un geste ample. Le chuintement de la lame quittant son fourreau se perd dans le brouhaha ambiant, de même que le bruit de ses pas lorsqu’il bondit hors des ombres où il s’était tapi jusqu’à présent. La noirceur de son manteau et l’éclat de sa lame au clair éclatent au grand jour tandis qu’il avance, et les premiers manifestants à l’apercevoir s’arrêtent dans leur marche, en premier lieu abasourdis, puis effrayés. Car il ne dépasse de la capuche noire qu’un morceau de visage contrarié, pâle comme la Faucheuse elle-même.

Sans hésitation, Angus entre dans la masse mais garde sa lame le long de son corps. Ceux qui l’ont vu arriver s’écartent sur son chemin, inquiets qu’il ne décide de s’en prendre à eux, et le laisse rejoindre leur cortège. Cependant, l’Assassin garde les yeux vissés sur sa cible tandis qu’il progresse dans sa direction, écartant, ou plutôt, bousculant sans vergogne les gens qui lui barrent la route. Il sait qu’il ne s’agit maintenant plus que d’une question de temps avant que les autorités encadrant la manifestation n’entendent parler de lui.

Il ne lui faut pas longtemps avant de finalement atteindre son but, tirant profit de la relative passivité du reste de la foule pour avancer. Lorsque Brouillard parvint enfin derrière l’homme, il lui tapote l’épaule d’un doigt ganté, suffisamment fort pour attirer son attention.

Le bourgeois se tourne vers lui, la mine interrogative et n’a pas le temps de s’épancher en questions (ou en exclamations outrées au vu de son expression rageuse), car Angus ne le relâche que pour mieux lui écraser son poing en pleine figure. Le Brouillard entend un craquement sinistre et devine qu’il s’agit là de son nez, avant que sa proie ne tombe à la renverse sous la puissance de son coup. La foule autour d’eux commence à comprendre ce qu’il se passe ; les gens les plus proches s’écartent brusquement, avisant sans mal que les deux partis sont armés et une clameur inquiète ne tarde pas à s’élever. Dans la confusion, et alors qu’Angus commence à se pencher pour récupérer le revolver que tient toujours le bourgeois, une personne le bouscule en essayant de se soustraire à sa vue. Il pousse un grondement et se tourne vers le fautif pour lui faire les gros yeux à la manière d’un gros chien mécontent.
Un gros chien noir et puant.

Lorsqu’il reporte enfin son attention sur sa victime, il sait que ses chances de la débarrasser du pistolet se sont désormais envolées. L’homme s’est certainement suffisamment remis du choc et ne le lâchera pas. Aussi, le Brouillard brandit sa lame en direction du bourgeois. Les gouttes de pluie viennent s'y poser, y ruissellent lentement, la faisant scintiller davantage avant de s'écraser sur les pavés à ses pieds, entre lesquels s'écoulent déjà de minuscules rivières.

« Lâche ton arme. » dit-il en anglais ― et il ne faut pas être un génie pour comprendre ce qu’il veut.
 


Résumé:
 
Brouillard

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver Nima.
Aime:
N'aime pas: Angus Morganach
Angus MorganachBrouillard
HE WHO SANK DEEP in the black sea has awoken the LEVIATHAN that dreamed there in the waves — LURKED IN HIS MIND
___________

Angus tue en Indianred.

FPBANQUERS

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Thaddeus Wiggins
Masculin
▐ RPG Age : 46 ans
▐ Personnalité : Froid ; pragmatique ; autoritaire ; agressif ; violent ; combattif ; impatient ; se plaint peu ; peu loquace ; secret ; mystérieux ; professionnel ; impassible ; soigneux ; prudent ; vieux ; bagarreur ; méfiant ; terrifiant ; impitoyable ; impardonnable ; tenace ; mélancolique
▐ Parcours RP :
STATUT RP : oh boi (help/3)


» terminés
(www) — f.t. Annabelle V. Peeters (5/10)
(www) — f.t. Xuan Ming (13/40)
(www) — f.t. Risa H. Drake (80)
(www) ♝ INTRIGUE V — f.t. beaucoup de gens. (160)
(www) — f.t.Lucie Fair (40)
(www) ♝ INTRIGUE VI — f.t. Xuan Ming et Ayden Hyde. (160)
(www) ♝ INTRIGUE VI, fin (20)
(www) — f.t. Cassidy Danvers (60)
(www) — f.t. Xuan Ming et Akira Nakamura (40)
(www) — f.t. Xuan Ming (8/20)


» en cours
(www) — f.t. Jean-Jean (20)
(www) — f.t. Oskar P. Magnussen et Maé Connors (30)
(www) — f.t. İlknur Aceleci (20)
(www) — f.t. Destiny Richards (70)
(www) — f.t. Elijah Nash (10)
(www) — f.t. Bonnie R. O'Cahan et Xuan Ming (10)
(www) — f.t. Laoghaire Loiseau (20)
(www) — f.t. Klok (20)
(www) — f.t. Risa H. Drake (10)
(www) — f.t. Rhys Bleddyn (3/10)

850 points rp
10 points OS
50 points de validation

= 910 points.


Rang D.

Chronologie rp trouvable dans la Banque.

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mer 15 Mai - 23:54
La parole au peuple


Maé retint un léger grognement en sentant les premières gouttes de pluie. Il n’avait évidemment pas pensé à prendre son manteau en partant de matin. D’un mouvement sec, trahissant son irritation face au mauvais temps, il remonta le col de sa veste dans un vain effort de rester un peu au sec.

Il écoutait le gamin à ses côtés. Évidemment qu’il y avait pensé. Il n’était pas le seul, son collègue, et même la personne qui les avait envoyées ici. Au moins le petit se servait de sa cervelle. Enfin presque….

-L’idée fait presque du sens. Mais… Tu crois vraiment que je n’ai pas essayé de sortir de cette foule ? 

Sans oublier qu’il s’était déjà frayé un chemin pour le rejoindre. Le gamin pensait vraiment pouvoir ressortir sans peine ? À la grimace qu’il avait faite en arrivant cela n’avait pas été une partie de plaisir. Même lui était certain du bleu qui allait gentiment fleurir sur sa peau. Mais il avait raison. Il fallait qu’ils sortent de la foule.

Comme si le ciel avait entendu ses pensées, il y avait un mouvement de foule. Brutal et imprévu, elle semblait s'écarter pour laisser passer quelque chose. En l’espace de quelques secondes, il eut un très mauvais pressentiment. Évidemment que quelque chose allait mal tourner. Il espérait sincèrement que ce ne soit pas un akuma. Il profita de la confusion pour se faufiler entre les gens ainsi qu'à la suite de la perturbation. Il fit signe au petit de le suivre et rester sur ses gardes. Ce n’était pas quelque chose, mais quelqu’un. D’un côté, il était soulagé de ne pas avoir à faire face à un akuma.

D’un pas décidé, il emboîta son pas à celui de la figure. Un homme à juger par la corpulence, armé d’une épée fendait la foule d’un pas déterminé. Il resta tout de même en retrait observant son interaction avec un noble. Il fronça les sourcils. Il voulait juste lui coller un pain ? Non, l’homme était également armé. Maé laissa sa main flotter près de sa propre arme. Devait-il agir? Il n’avait pas vraiment d’autorité dans cette situation. Il espérait que le petit de l’ordre l’avait suivi. Son regard survola ses alentours à la recherche de policier. Une partie de la foule semblait également s'arrêter pour observer l’altercation.

Codage par Libella sur Graphiorum


Résumé:
 
The Icy Spear

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger sa famille et aider dans la guerre Sainte.
Aime:
N'aime pas: Maé Connors
Maé ConnorsThe Icy Spear
L'enfer est vide, tous les demons sont ici. Shakespeare


#339966
▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 69 ▐ Autres Comptes : Xuan, Shuk, Alfons
Masculin
▐ RPG Age : 25
▐ Personnalité : Froid / Manipulateur / Mefiant
▐ Parcours RP : ° Maxence : XX/XX/18XX ( 5 post, 50 points) - Normal
°Mission Londres, Angus, Oskar : XX/02/18XX (4 post, 40 point)-Normal
°Intrigue V : 17/03/18XX ( 7 post, 140 points) - Intrigue - Fini
°Andraste : 17/03/18XX ( 3 post, 30 points) - Normal
°Misson Brésil, Louis, Destiny, Oskar : XX/03/18XX ( 4 post, 40 points) - Normal
°Rp libres, Thadd et compagnie : ??? (1 post, 10 points)
°Intrigue VI : 10/04/18XX ( 10 post dont 4 à 20 pts, 140 points) - Intrigue - Fini
°Rp des bébés : 17/04/18XX ( 1 post, 10 points)
°Quete à Zagreb : 18/04/18XX (1 post, 10 points)
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Jeu 23 Mai - 0:04
Animation

L’inconnu te jette une boîte d’allumettes que tu rattrapes maladroitement à l’aide de ton seul bras – comme un rappel douloureux que tu dois te venger de l’autre imbécile blondinet – t'ordonnant en même temps de la garder. Ne sachant pas bien ce que tu en ferais, tu décides de la lui rendre une fois ton affaire finie. Ce qui, maintenant que tu y penses, ne s’annonce pas aussi facile que tu l’aurais cru. Te voilà donc en train de galérer, contorsionnant ta main restante dans tous les sens afin d’allumer cette saleté de petit bout de bois. Une fois réussi, tu brûles le bout de ta cigarette et inspires, satisfait, la fumée âcre.
« Qu’est-ce que tu veux ?
- Rien d’autre que du feu » réponds tu en haussant les épaules.
En vérité tu veux bien d’autres choses, mais lui poser des questions de la sorte serait inapproprié. Surtout s’il n’est qu’un simple civil, tu risques d’avoir l’air stupide. Même s’il est concerné d’ailleurs, ça ne serait pas une bonne idée. Tu ne connais pas sa force et mourir ainsi serait honteux. Tout à fait honteux. Alors pour l’instant tu ne dis rien, te contentes de lui rendre sa boîte – en la lui tendant, comme tout être civilisé – et de continuer de fumer dans ton coin.

Tu pourrais lui faire la conversation mais, le temps que tu trouves une idée – papoter ce n’est absolument pas ton truc – l’homme disparaît dans la foule. Sans attendre ton reste, tu te décides à le suivre et retournes donc dans la foule – malheureusement. Tu pensais être tranquille, Sebastian, n’avoir qu’à longer les murs en jetant des coups d’oeil à la masse pour pouvoir trouver le jeune effronté dont tu dois te venger. Mais non, tu dois retourner parmi les manifestants mécontents qui scandent dans un langage que tu connais à peine. L’Enfer.

Quand tu y réfléchis, tu pourrais le laisser partir et retourner gérer tes petites affaires. Mais l’inconnu semblait si déterminé que tu as senti qu’un souci venait de pointer le bout de son nez. Et un souci, ça peut être utile. Comme une étincelle qui viendrait mettre le feu aux poudres, tu sens dans tes tripes que tu pourrais faire d’une pierre deux coups : tuer Soren et rendre le Comte heureux en massacrant quelques parisiens par accident. Et puis, en fonction de la réaction de l’Homme, tu sauras dans quel camp il se trouve.

Te voilà donc en train d’accélérer le pas pour ne pas le perdre, bousculant toujours autant les simples badauds qui t’entourent. Heureusement, tu n’as pas besoin de partir bien loin, car – sous tes yeux ébahis – ta cible s’en prend à un énième inconnu. Les actions s’enchaînent en vitesse sans que tu ne comprennes réellement leur teneur, mais tu reconnais sans mal la couleur du sang et l’odeur de la peur. Un combat vient de prendre part devant toi. Un combat rapide, vif, mais un combat tout de même, et cette ambiance si familière réveille ton instinct le plus sale.

Malheureusement, tu ne peux rester bien longtemps pour observer le spectacle. À tes côtés un homme se tient prêt à agir et tu reconnais sans mal un uniforme de l’Ordre Noir. Ce n’est pas celui habituel mais tu l’as déjà aperçu en compagnie d’exorciste. Tu dois déguerpir avant qu’on ne te reconnaisse mais te promets que ce n’est que partie remise. De toute façon ni ton inconnu aux allumettes ni le pauvre bougre qu’il a agressé vont disparaître de si tôt et la journée n’est pas encore terminée. Tu pourras tout à fait revenir semer quelques graines de chaos d’ici là.

En attendant, tu as une nouvelle mission en tête : retrouver le Noah dont tu reconnais l’aura. Si l’un de tes supérieurs est ici, il – ou elle – sera content de savoir que tu es présent. Mieux, tu pourras lui donner les quelques informations que tu détiens, à savoir la présence confirmée de deux membres de l’Ordre Noir, peut être même trois. Paris pourrait être le théâtre d’une énième bataille sainte et, pour une fois, tu dois bien avouer que ce ne serait pas pour te déplaire.
© GASMASK


Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 EmkuCmr

aesthetic:
 

never forget:
 
:: Le Ronchon ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aucune idée
Aime:
N'aime pas: Sebastian Abbott
Sebastian Abbott:: Le Ronchon ::
I hurt myself today
To see if I still feel
I focus on the pain
The only thing that's real


Sebastian ronchonne en #990000

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 3WtqdNt [INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 IeHdgG6 [INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 B0N4pVe

▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 364 ▐ Autres Comptes : Lily ; Gwen ; Nour ; Oskar ; Annabelle ; Aesa ; Amaury ; Jean-Jean ; Maxence ; Magdalena ; Enos ; Amak
Masculin
▐ RPG Age : 17 - 20 ans
▐ Personnalité : Las
▐ Parcours RP :
9/5 Indisponible

wwwAda, Soren [1]
wwwScar [1]
wwwSeo [2]

wwwPhoenix [6]
wwwCristal [6/3]
wwwLachésis [2]
wwwEdith et Asiye [3]
wwwSua [1]

wwwL'Arche [1]

Rang B
1670 pts
Rang A dans 790 pts et 5 conditions

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Ven 24 Mai - 0:43
L’homme se faufile rapidement parmi les passants, parmi ceux qu’il déteste et qu’il compte punir. Elle lui a montré la voie et il compte bien la suivre. Mais un incident l’en empêche et, avant qu’il n’ait le temps de comprendre quoi que ce soit, le voilà au sol le nez en sang. La soudaineté et la violence de ce geste le déboussolent et lui font perdre de vue son objectif, pour quelques secondes à peine. Il ne sait plus exactement pourquoi il est là, ni d’où lui vient cette colère au fond de ses entrailles. Ce n’est que lorsqu’il sent son arme, bien ancrée dans sa main, qu’il se souvient.

Il a été choisi pour une mission.
Il a été choisi pour sa colère.

Il ressert son étreinte autour de la crosse et se tient prêt à l'affrontement. Le Parisien n’a rien d’un combattant et charger l’inconnu serait donc une mauvaise idée. Une très mauvaise idée. Lui tirer dessus devant tant de témoins attentifs serait encore pire. Alors il réfléchit et, bien vite, sait exactement ce qu’il doit faire. S’il ne peut tuer lui-même, peut être que ses concitoyens pourront lui donner un coup de main.

Alors, à l’aide de grands gestes, le voilà qui s’énerve.
« Regardez ce qu’ils font ! Regardez ce que devient notre chère Paris. Un repaire de malfrats, de vauriens, où de bons gens se font battre sans raison ! Regardez ! »
Criant à plein poumons, il pointe un doigt accusateur et couvert de sang sur son agresseur, espérant que la foule le rejoigne dans sa colère et prenne sa défense.


HRP:
 
L'Originel
Le CubeLe CubeL'Originel
...

▐ IRL Age : 29 ▐ Messages : 1270 Féminin
▐ Personnalité : Tout-puissant.
▐ Parcours RP : Je façonne de mes mains,
Selon mes viles desseins,
Les sinueux chemins,
Que prendront vos destins.
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Ven 24 Mai - 2:09
Retour en arrière

« Par ici Madame. »
Claudiquant comme la vieille femme que tu es, tu te fais un chemin parmi la foule derrière l’officier qui t’accompagne. L’homme n’avait pas l’air bien ravi d’être dérangé ainsi, surtout pas après avoir vu certains de ses collègues se mêler à la masse des manifestants, mais il ne pouvait pas non plus te laisser seule. On ne laisse pas les mamies sans défense voyons, que dirait sa pauvre mère ? Alors il a pris sur lui et t’escorte jusque une ruelle non loin.

Pourtant, tu voulais vraiment manifester aujourd’hui. Certes la pluie n’était pas une bonne chose, encore plus après ton mauvais rhume hivernal. Mais tu as déjà connu de plus grandes tempêtes que celles-ci, alors tu pouvais bien prendre sur toi, non ? Sauf que le docteur était formel, il faut absolument que tu rentres chez toi. En temps normal tu aurais balayé de telles recommandations d’un simple revers de la main, mais la peur que tu avais pu lire dans son regard et son visage ne trompait pas. Il te tramait quelque chose qui t’échappait et qui terrifiait le pauvre jeune homme.

C’est donc plus pour lui que pour toi que tu as décidé de prendre un peu de recul par rapport aux évènements. D’abord te mettant à l’écart, tu as regardé la foule te passer devant, bien à l’abri sous un balcon, attendant que la pluie se calme. Mais les nuages n’avaient pas bien l’intention de partir eux non plus. Tant pis, tu prendrais le risque d’être malade de nouveau, ce n’était pas si grave. Pas si grave, jusqu’à ce que tu le vois.

Un homme s’était lancé dans la foule, arme à la main. Pire, un autre, épée au poing, s’était mis à le chasser, avant de s’en prendre violemment à lui. Trop loin pour discerner l’action correctement, tu avais tout de même réussi à comprendre très clairement ce qu’il se passait. Il ne s’agissait pas seulement d’une bousculade accidentelle, mais bel et bien d’un altercation violente, comme en témoignaient les badauds fuyant à toute allure.

C’en était assez pour toi, les mouvements de foule et autres barricades tu as déjà donné. Alors, interpellant le premier uniforme passant sous ton regard, tu avais cherché de l’aide et un moyen de quitter saine et sauve le boulevard.

Il est temps de rentrer chez toi.
© GASMASK


Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 IIlkVX4
Kit de Phoenix ❤
Mamie Gâteau

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aider l'Ordre pour honorer la mémoire de mon fils.
Aime:
N'aime pas: Eugénie Taffard
Eugénie TaffardMamie Gâteau
Eugénie radote en #990066

▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 150 ▐ Autres Comptes : Liri & Cie
Féminin
▐ RPG Age : 60 ans
▐ Personnalité : Une gentille petite Mamie
▐ Parcours RP : Fini.
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Dim 26 Mai - 11:05
La parole au Peuple
Everyone

   

   

Face à face, tu te retrouves devant un des dirigeants du cortège des manifestants. Porteur d’un berret, d’un drapeau français attaché derrière son dos comme d’une cape, une barbe naissante sur son visage, des vêtements ordinaires qui confirment grâce à la manche gauche de sa veste que c’est un professeur à cause des résidus de craies. Avec un peu plus de détails on peut remarquer qu’il est marié à cause de son anneau à l’annuaire gauche. C’est une personne stressant souvent au vu des marques sur l’anneau à force de le tourner sur son doigt. Notons aussi la naissance de trous béants sur son cuir chevelu. Sans oublier ses ongles qui sont à moitiés rongés. Des petits détails qui vont te servir à rester au-dessus de ce type. Ce dernier désirait parcourir la rue derrière toi avec son cortège de manifestants. Toi, tu tentes de le convaincre calmement de ne pas emprunter ce chemin. La simple bonne raison c’est que cette rue débordée de magasins en tous genres, d’un orphelinat, d’une école, risque d’être en danger. S’ils passent dans cette rue, tu n’oses pas imaginer le désastre après. Dégradations, vols, et autres.

« Par mesure de sécurité, expliques-tu à l’homme en le fixant de haut, vous prendrez la rue de gauche. Penser un peu aux habitants de cette rue, de ces commerçants par exemple qui ont du mal à vivre comme vous. Des dégradations, des vols, risquent de vraiment plomber leurs morales et leurs vies. Je tiens à vous assurer qu’aucun noble ne vit dans cette banlieue parisienne. Donc au lieu de tout détruire bêtement vos propres biens, réfléchissez un peu punaise. Tu plisses tes iris émeraude. Si tous les dirigeants de cette manifestation sont aussi débiles et irresponsables comme vous alors les gens ont des soucis à se faire. »

Tu viens de dire la phrase de trop que l’homme énervé tente de te gifler. Un coup que tu vois venir à des kilomètres à la ronde. Une attitude que tu espérais qu’il adopte. Sans problème tu le maîtrises au sol pour lui mettre les pinces. Ton plan consiste à les ralentir et tu viens de le débuter à merveille. Tu constates déjà que tous les autres manifestants râlent sur ton geste. Ils injures les forces de l’ordre et surtout toi. Mais tu ne fais que ton boulot. En aucun cas tu viens de donner le premier coup. Cet idiot ne sait juste pas gérer son stress et il finit par t’attaquer, tu ne vois pas où est le souci.

« Messieurs, dames, hurles-tu pour te faire entendre avec une voix autoritaire. Je vous prierais d’emprunter la ruelle de fauche pour éviter les destructions et pertes inutiles de vos biens lors de votre passage. Ce sera plus sécuritaire pour vous comme pour nous. Je vous remercie de votre compréhension. Tu te retournes devant un jeune lieutenant de Police qui pour toi représentait bien son métier. Comment il s’appelait déjà ? Ah oui, il te semble que c’est Victor. Lieutenant, prenez trois hommes avec vous et emmener l’interpeller au poste le plus proche. Eviter tout contact avec les manifestants. Dès que vous aurez terminé, je veux que vous aidiez toutes personnes en difficultés qui désirent notre aide pour quitter cette manifestation. Que ce soit des personnes âgées, femmes enceintes, personnes en difficultés motrices, enfant, etc. Je compte sur vous. »

Sans attendre, tu remontes sur ta jument Orphée afin de continuer de suivre le cortège. Ton amie semblait ravie de te revoir et de recevoir une petite caresse.

Tout se déroule comme tu le souhaites. Tu as évité pas mal de débordement mais le plus dur reste à venir. Cependant tu ne te doutais pas qu’une louve affamée venait de rejoindre le troupeau de moutons. Une prédatrice qui discrètement compte te mettre des bâtons dans les roues. Tu le remarques bien assez vite lorsque tu te retrouves face au chef du poste de police. Ce gros lard trouillard qui n’a pas hésité à te donner le commandement des forces de l’ordre pour encadrer cette manifestation. A présent, il te barre la route, bien déterminé à arrêter ta course. Son comportement te trouble. Le grassouillet n’est plus le même que la dernière fois. Tu fronces tes sourcils et tu penches légèrement la tête à gauche.

« Vous avez décidé de sortir de votre cachette, demandes-tu avec un ton voix moqueur. Si c’est le cas, je vous en félicite. Un homme de plus n’est pas de trop pour protéger la population. »

L’homme avale de travers sa salive.

« Mademoiselle Drake, répond l’homme d’un ton colérique qui te surprend encore plus. Nous vous passerons de votre aide et de vos manipulations de sorcière. Des femmes comme vous en France, il y en a eu des tas et tous ont fini sur le bûcher. Je vous ordonne de quitter ma ville ! Si vous refusez, vous irez derrière les barreaux. Il sort son arme de son étui puis enclenche le chien du pistolet. Messieurs ! Vous êtes à nouveau sous mon commandement. La Police rejoint les manifestants. Toutes personnes refusant de m’obéir répondront en cour martiale. »

A cet instant, tu ne réponds pas à l’officier. Tu cherches plutôt une explication logique et cohérente sur ce qui vient de passer, à l’instant. Mais aussi de ce changement brutal de comportement que possède le gros lard. Si la Police rejoint les manifestants, le chaos va régner dans les rues de Paris. Seul, tu ne peux rien y faire. Tu constates que tous les uniformes autour de toi sont en train de rejoindre leur chef. Tu ne sais pas quoi en penser et tu ne désires pas le faire. Subitement, tu ressens du dégoût, de la rage, de la déception. Mais une telle situation ne peut pas venir d’un claquement de doigt. Quelqu’un vient de prendre les commandes de cet événement et tu imagines déjà le pire. Soit le marionnettiste est un grand idiot, soit il est amoureux du chaos. Sans attendre, tu ordonnes à ton canasson de quitter les lieux. Elle au moins ne te trahira jamais. Orphée est toujours restée à tes côtés depuis tes débuts au côté de la Reine Victoria puis de ton nouveau boulot en tant qu’Exorciste. A présent, tu réfléchis à un nouveau plan. Une solution pour contrer ce nouveau problème. Tu retrouves de l’espoir lorsque tu remarques que le lieutenant de tout à l’heure encadre toujours la manifestation avec d’autres policiers. Au final, tout n’est peut-être pas perdu…

Ton attention se tourne subitement sur une bagarre qui vient de commencer entre deux personnes. Tu vois très mal de loin et les manifestants spectateurs cachent beaucoup l’affrontement. Tu remarques une personne avec le nez en sang dépourvu de vêtement typique de la noblesse et d’un autre gaillard qui te semble familier. Tu décides d’y aller au galop pour calmer le conflit. Mais à la moitié du chemin, Orphée hurle de douleur et s’écroule au sol. Tu n’as pas le temps de bien te réceptionner en t’écroulant sur le sol et à ton tour tu gémis de douleur. Ta cheville gauche te brûle atrocement. Ne pouvant plus te lever, tu constates que tu dois avoir une bonne entorse. Ta jument gémit toujours en agonisant dans son sang qui s’échappe de son cou. Un poignard est planté dans la gorge de l’animal. Difficilement, tu rampes sur le sol pour t’approcher de ta meilleure amie. Tu tentes désespérément de la calmer, de lui parler, que tout va s’arranger. Mais le pire est fait. L’animal t’abandonne dans un dernier soupir et tes yeux ne peuvent pas s’empêcher de libérer des larmes. Tes mains sont immaculées de sang et tu en mets sur ton visage lorsque tu tentes d’essuyer tes larmes. Désespérément tu supplies Orphée de revenir, de ne pas t’abandonner. Sans elle, tu te retrouves encore seule. Même si c’est un animal, qu’elle ne parle pas, Orphée t’accompagnait dans toutes tes aventures. Elle faisait partie de ton cœur. Une partenaire irremplaçable.  Une fidèle amie. Un membre de ta famille…

Sous ce désespoir, tu ne remarques pas qu’une femme est derrière toi. Fixant sans émettre un seul mot la scène qui se déroule devant son regard de sang. Puis après quelques secondes, elle pose sa main sur ton épaule qui te fait sursauter.

« Vous pouvez marcher mademoiselle, demande-t-elle d’un ton neutre. Sans attendre ta réponse, un homme ressemblant à une montagne vivante te porte dans ses bras comme si tu étais une simple poupée. Sam ! Emmène-là dans un coin où elle ne risque rien. D’ailleurs, attention à son arme, la petite pourrait se blesser avec. »

Après ces dernières paroles, tu perds subitement connaissance. Sûrement à cause de l’accumulation de stress de cette manifestation. Ou de la mort de ta jument. Ou peut-être qu’on vient de te forcer à rejoindre le royaume des songes. Mystères…


   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 T1hp4910
by Destiny  [INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 241830390

Les cadeaux !!:
 
† La Sorcière Aux Roses Noires †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: Risa Holmes
Risa Holmes† La Sorcière Aux Roses Noires †
Risa élucide les mystères en #3399ff

FPFTFLHéritage

▐ IRL Age : 27 ▐ Messages : 266 ▐ Autres Comptes : Cassidy Danvers ✾ Cloud Nine ✾ Rhys Bleddyn ✾ Ruby Grynberg
Féminin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Humble ✾ British ✾ Méfiante
▐ Parcours RP :
✿ A la recherche de Moriarty ✿

Le temps d'un verre ~ Gwenaëlle Roussel (50)
[EVENT] Saint Valentin (20)
Panique en clinique ! ~ Soren Duchateau, Eugénie Taffard (40)
There is nothing new under the sun ~ Angus Morganach (80)
[Intrigue V] La parole au Peuple ~ Everyone (80)
[OS] Echec et mat ! ~ Risa Holmes (10)

✿ Deuil et Désespoir ✿

[OS] Le jour se lève. ~ Risa Holmes (10)
De La Pratique ~ Apollinaire G. De Buzancy, Destiny Richards, Oskar P. Magnussen (20)
Un simple détour ~ ~ Xuan Ming (100)
Épingler la douleur ~ Apollinaire G. De Buzancy (10)
Un échange musclé ~ Akira Nakamura (100) +1 condition
Le Savoir et la Sherlock ~ Ada van Eyck (110)
[Intrigue] Chapitre VI ; Phase III ~ Everyone (100)
[Intrigue] Chapitre VI ; Phase IV ~ Everyone (20)
Cours de récréation ~ Everyone (10)
"Byzance à l'Auberge" ~ Rhian Llewellyn (80)
Est-ce le hasard de te rencontrer ou bien le destin ? ~ Célania Vaillant (60)
[OS] Coupure et Origine ~ Risa Holmes (10)
There is nothing new under the sun ~ Angus Morganach (20)

✿ Le retour de la Sociopathe ✿

Battle Royal ~ Akira Nakamura, Célania Vaillant, Ada van Eyck, Bonnie R. O'Cahan, Adelheid Von Rosenwald (40)
[Intrigue] Chapitre VII ; Phase I ~ Everyone (100) +1 condition
Une affaire entre deux chevaliers ~ Éloi Bauchard (30) condition en cours
Deux enfants de Londres ~ Kahina S. Hawkesbury (20)
Œil pour œil... ~ Akira Nakamura (50)
beauty may be dangerous but intelligence is lethal ~ Ada van Eyck (30) condition en cours
Un Scandale à Buckingham ~ Abigail Panabaker (20)
Deux violons pour une voleuse et une détective ~ Destiny Richards (20)
[Intrigue] Chapitre VII ; Phase V ; Groupe 1 ~ Everyone (80)
[Intrigue] Chapitre VII ; Phase V ; Groupe 2 ~ Everyone (10) +1 condition


1320 points RP
50 points FP
100 points Flood


Total de l'enquête = 1470 points.

Total de points dépensés = 400 points.
Reste de l'enquête = 1070 points.

Conditions remplies : [3/12]

Prochain rang de Détective [Rang B] dans 30 points et 3 conditions.

Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mer 29 Mai - 15:41
La parole au Peuple
La source du conflit

   

   

Bien abritée sous le parapluie rose que tenait Sam, je circule tranquillement au cœur de la manifestation. Toutes personnes qui me bousculent sont automatiquement recadrées par un regard sévère de mon fidèle majordome. Mes vêtements de Far West trahissent ma discrétion lors de mon passage mais je n’y prête aucune attention. Je ne désire guère ressembler à ces ploucs qui s’habillent tous de la même façon. Comme un code à respecter. Cela me dégoûte, j’aime les gens originaux. C’est agréable de pouvoir exprimer ses goûts dans son style vestimentaire. Mais passons à un autre sujet que la mode. Revenons au présent, à tous ces gens colériques espérant changer les choses. Ils réussiront, si je suis là. Ces moutons ont besoin d’un berger pour les guider. Un chef qui représente aussi un loup. Mon premier plan consiste à augmenter la colère de pauvres contre les nobles. J’espère que mon premier pion va réussir. Si jamais il échoue, je vais lui montrer la véritable souffrance. Il hurlera jour et nuit en me suppliant de le tuer. Je m’en réjouis d’avance, ou plutôt Mordred s’en réjouit d’avance. De toute façon, ce noble n’est qu’un boulet, un idiot. Si j’avais eu le choix de choisir avec un autre, je le ferais. Alors je m’arrête pour me retourner en espérant entendre un coup de feu. Un signal qui pourrait m’en rendre toute chose. Mais rien. Le néant. Je fronce les sourcils et peste. De ma poche gauche, je sors une montre à gousset pour regarder l’heure. Ce n’est quand même pas compliqué de tirer sur un manifestant. Tous puent la pauvreté, la misère et le Français surtout. Je sers fortement ma montre de toutes mes forces, le verre de cette dernière se brise lorsque mes iris de Noé se mettent à trahir mon apparence humaine. Sam penche la tête d’un air inquiet. Mon impatience me conseille d’envoyer Sam pour détruire ce moins que rien de noble mais j’arrive à garder mon sang-froid. En fait, pas pour ma montre qui est à présent détruite au creux de ma main. Les morceaux de verre se sont amusés avec ma peau mais je ne ressens aucune douleur. Elle représente juste des petites piqûres de moustiques. Un homme de mon âge humain me demande si je vais bien. Bien entendu que je ne vais pas bien bouffon. J’ai envie de lui faire manger le restant de ma montre pour lui montrer mon état émotionnel. Misère, il vient de remarquer mes iris qui ont changé de couleur. C’est problématique. Peut-être que d’autres gens aussi. Tant pis, pas le temps de m’occuper de ce détail. Je souris à l’individu puis je reprends ma route en laissant sur le sol mon ancienne montre à gousset.

Machinalement, je cherche ma petite bouteille de whisky accrochée à ma ceinture pour boire quelques gouttes mais je me rends compte que je l’ai oublié à l’hôtel. Une deuxième chose qui m’énerve tout comme un élément en particulier qui m’interpelle. J’écarquille mes yeux de sang en voyant l’exorciste dont parlait le chef de Police, mon ancien prisonnier. Une jeune femme qui ne me laisse pas indifférente à son charme naturel. Ma colère se calme soudainement. L’élément perturbateur se trouve devant mes yeux. Pourvue d’une arrogance hors du commun et des iris exprimant une chose que je connais trop bien. Je donne une tape sur le ventre de Sam avec mon coude pour lui montrer la jolie brebis un peu plus loin. Il acquiesce sans un mot, remet son chapeau correctement et avance d’une marche déterminée sur l’ennemie. Je l’arrête quelques mètres plus loin avec un coup de pied dans le genou. Idiot de Sam. Y aller sans réfléchir est un danger de mort. De plus, elle pourrait mettre fin à cette manifestation. Réfléchissons.

Silencieuse comme une prédatrice, j’observe la jeune femme discuter avec le chef du poste de Police. Ce balourd est beaucoup plus déterminé que je ne l’aurai pensé. Peut-être est-il déçu de ne pas avoir passé du bon temps avec moi. Sans déconner, il me répugne. Le genre de type que je ne peux pas piffrer non plus. En fait, je n’aime presque personne, excepté mon gang et ma famille. Même si chez les Noés, j’apprécie peu de mes frères et sœurs. Je félicite tout de même le nouveau tempérament de cet homme portant l’uniforme. Il affronte enfin les défis qui se trouvent devant lui au lieu de reculer tête baissée. Je le complimenterais plus tard en échangeant un verre de sky. J’émets un léger sourire de satisfaction en voyant que l’exorciste rebrousse chemin le regard perdu. Mon côté Noah s’enflamme lorsque je remarque l’Innocence de cette fille. Mon sang surchauffe, mon pouls s’accélère. Je sers sans m’en rendre compte mes poings. Cette chose, cette arme, cette abomination qu’est l’Innocence. À cause d’elle j’ai perdu des frères et des sœurs. Je n’oublie pas les larmes que j’ai versées pour eux. Toute cette envie de me venger m’oppresse le crâne. Mon pouvoir s’échappe lentement de mes mains sous formes de fumer rouge, j’ai du mal à contenir ma révolte, ma rébellion. Si je tue cette femme, si je détruis cette monstruosité accrochée à sa ceinture, père sera fière de moi. Oui, le Comte Millénaire sera ravi d’apprendre la nouvelle. Je pourrais recevoir une forme d’amour que je n’ai jamais eu de mes géniteurs humains. Je désire avoir des mots de félicitations, des compliments comme je donne souvent à mon gang. Je sens les stigmates de mon front apparaître. Je me colle plusieurs gifles pour reprendre le contrôle de moi-même. Il ne faut pas ! Je dois garder ma couverture ! Pas tous faire foirer !

Je bouscule deux trois manifestants pour me rapprocher de l’exorciste sans émettre des mots d’excuse. Je sors un poignard d’une de mes sacoches. Je ne compte pas viser l’exorciste mais son cheval. Oui, cet animal qui semble être beaucoup apprécié par la blondinette. Sam me rattrape sans mal et me regarde impassible. Je lui donne discrètement le couteau.

« Sam ! Tue le cheval, ordonnais-je en prenant soin qui lui seul entende. De façon rapide et sans te montrer. »

« Regardez ce qu’ils font ! Regardez ce que devient notre chère Paris. Un repaire de malfrats, de vauriens, où de bons gens se font battre sans raison ! Regardez ! »

J'oriente avec curiosité mon regard sur l’homme qui vient de crier. Je connais cette voix, elle appartient à ma brebis galeuse. Pourquoi n’a-t-il pas encore tiré ? Il doit avoir des ennuis. Je quitte le gros troupeau de moutons pour avoir une meilleure vue de ce qu’il se passe. Au loin, j’aperçois mon petit bonhomme le nez cassé en sang.

« Il mérite plus qu’un nez en sang, marmonnais-je dans ma barbe en fixant à présent la personne pointée qui doit être l’agresseur. Ne me dit pas qu’il est arrêté par un cure-dent ? Tch… »

Le hurlement de douleur d’un cheval me soulage sur l’événement qui se passe devant moi. Sam vient de réussir son coup, j’en suis certaine. Subitement, je sens la présence de quelque chose. Une présence ressemblant à Sam. J’attrape mon menton avec mon index et mon pouce, songeuse. Je tente de voir où est cet Akuma, car oui la présence que je ressens confirme qu’il y en a un deuxième. Il doit se trouver dans la foule ou alors je l’ai vu sans savoir que c’était lui. Soupirant, je rejoins finalement la femme exorciste. Je me réjouis encore plus en constatant que la demoiselle est blessée. Il est évident que ce petit drame qui pour moi n’en est pas un, attire la curiosité de pas mal de gens, mais je m’en cogne. Poussant à nouveau des gêneurs sur mon passage, je me stoppe net à découvrant la scène de drama devant moi. La tristesse de Risa envers son canasson m’empêche de faire quoi que ce soit. C’est la première fois que je vois un attachement comme ça envers un animal. Sam qui me rejoint en mode innocent, me fixe prêt à agir mais je lève ma main pour lui dire de ne rien faire. Je sens que Mordred en rit mais pas moi. Je me souviens avoir ressenti la même chose lors de la mort de Samuel et Samantha à cause de mes vieux.

Je pose ma main sur l’épaule de la femme sans émettre la moindre émotion sur mon visage. Je me retiens de lui briser la nuque pour venger la mort de mes frères et sœurs. Je devrais en profiter car elle est désespérée, anéantie, inoffensive, à cause de la mort de son animal. Je dois me retenir car ce serait stupide de le faire devant tout le monde.

« Vous pouvez marcher mademoiselle, demandais-je d’un ton neutre. D’un simple geste de tête, je demande à Sam de la porter dans ses bras. Sam, emmène là dans un coin où elle ne risque rien. Des frissons parcourent mon corps en fixant l’Innocence. Attention à son arme, la petite pourrait se blesser avec. »

Le laissant partir, je fixe le poignard bien enfoncé dans le cou du canasson. Je l’enlève délicatement pour le contempler.

« Français, Françaises, criais-je à mon tour pour me faire plus entendre que ma petite brebis qui pour moi est un échec absolu. Regarder cette arme imprégnée de sang. Ce sang pourrait être le nôtre si ce système pauvre/riche continue d’exister. On vous ment encore et encore en prenant votre argent pour nourrir la bouche des nobles. Il faut que ça cesse ! Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, de jour comme de nuit, cette manifestation ne prendra pas fin ! J’arrache un étendard français à un manifestant pour le lever bien haut comme une célèbre peinture française, pour représenter à mon tour une source de liberté. Pour notre pays qui pleure, pour la France !! »

Je redonne l’étendard à son propriétaire tout en espérant que mon petit Sam est le temps de conduire mon repas en lieu sûr. Je ne compte pas le rejoindre tout de suite, je préfère attendre l’autre qui me cherche. De plus, je fixe froidement le noble. Il a intérêt à faire quelque chose, sinon…

HRP:
 

   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Jeu 30 Mai - 12:27

Tension




J’ignore d’où me vient ce mauvais pressentiment. Sans doute car jusqu’ici, j’ai presque toujours été confronté à des situations qui tournaient mal… Serai-je devenu paranoïaque ? Non, je préfère être trop prudent que trop confiant… Attendons encore un peu.
Heureusement, je ne suis pas seul pour surveiller cette situation. Le membre de Central semble approuver mon idée, mais nous avons un autre problème sur les bras pour l’instant.

-L’idée fait presque du sens. Mais… Tu crois vraiment que je n’ai pas essayé de sortir de cette foule ?

Certes, nous sommes toujours pris dans le cortège de la manifestation, bloqués dans la foule… En sortir y semble presque impossible.

La foule se déplace soudainement d’un seul mouvement, comme s’ils fuyaient tous une même chose. Un large espace se libère alors au centre de la foule, sans doute l’origine de la frayeur qui s’est répandue parmi les manifestants. J’avais sans doute raison de me méfier : quelque chose s’est passé là-bas…
Le corbeau me fait signe de le suivre, et nous nous dirigeons tous deux vers la source du raffut, sans rencontrer de difficultés pour se déplacer cette fois. En nous rapprochant, nous voyons enfin la source de la panique des manifestants.
Deux hommes se font face, pris dans une bagarre. L’un d’entre eux semble être un noble, au vu de ses vêtements, et a le visage en sang. Maintenu à terre, il n’en reste pas moins dangereux : il tient fermement un revolver dans sa main, et, en voyant la colère qui se lit sur son visage, il pourrait très bien l’utiliser… L’autre homme a l’air tout aussi dangereux… même bien plus dangereux. Maintenant l’homme au sol en le menaçant avec une épée, il a l’air très sur de lui, calme. Ce n’est pas un débutant avec une telle arme.

-Regardez ce qu’ils font ! Regardez ce que devient notre chère Paris. Un repaire de malfrats, de vauriens, où de bons gens se font battre sans raison ! Regardez !

Et il pointe du doigt l’homme au sabre, espérant faire retomber sur lui tout le blâme.
Non, c’est évident que non. Lui aussi est armé, et pourrait blesser n’importe qui. La tension est palpable, et un débordement pourrait très bien vite arriver…
Une femme intervient dans la discussion, brandissant un drapeau français, renchérissant.

-Regarder cette arme imprégnée de sang. Ce sang pourrait être le nôtre si ce système pauvre/riche continue d’exister. On vous ment encore et encore en prenant votre argent pour nourrir la bouche des nobles. Il faut que ça cesse ! Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, de jour comme de nuit, cette manifestation ne prendra pas fin ! Pour notre pays qui pleure, pour la France !!

Des exclamations suivent son discours, qui semble avoir donné de l’entrain à certains manifestants. Ce n’est pas bon, la scène tourne au chaos, et un affrontement est sur le point d’éclater.
Je lance un coup d’œil vers mon collègue, qui continue d’observer la scène. Après tout, nous avons été formés contre les akumas et les Noés, des affrontements de guerre… pas des bagarres de rue. La police devrait bientôt venir régler ça. Sauf qu’elle n’intervient pas. Que fait la police dans un moment pareil ? J’ai beau regarder autour de moi, je ne vois aucun agent autour…

-Vous devriez tous lâcher votre arme.

Je ne m’approche pas d’eux, restant toujours dans la même position. Il faut simplement de gagner du temps pour que la police arrive et règle cette altercation sans plus de dégâts. Si seulement elle arrive…



FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 Ndki


Takk Reyn pour ce superbe vava ♥️

Takk ♥:
 


Aesthetic:
 
Le feu sous la glace

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Voir le monde et découvrir ce qui m'entoure. Aider Gwen.
Aime:
N'aime pas: Louis Roussel
Louis RousselLe feu sous la glace
Louis murmure en chocolate

🍫Éveil
🍫Premiers contacts
🍫Carnet de voyage
▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 233 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Lavi - Phoenix L - Nihil - Akira N - Abigail P - Eloi B
Masculin
▐ RPG Age : 18
▐ Personnalité : Discret - Peu bavard - Réservé - Pragmatique - Observateur - Calme - Hypersensible - Sérieux - Stratège - Altruiste - Sens du sacrifice - Respectueux
▐ Parcours RP : Rp en cours : (8/5) Indisponible pour nouveaux rp
Entre la terre et la mer (+40)
La forêt d'émeraude (+40)
Dernier Mur (3/3)(+10)
Heart of gold (+30)
Always have an escape plan (+30)
Les cicatrices ne disparaissent paa (+10)
Bellum se ipsum allet (+10)
Deux traqueurs font le lot (+10)

Points: 1660
Points dépensés : 0
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Jeu 30 Mai - 18:51
Panique 2.0

Intrigue






En quelques minutes seulement, cette manifestation semblait être devenue le chaos total. D’abord, il y avait eu ce type, qui faisait comme s’il le connaissait depuis longtemps, et déclare oklm qu’il allait peut-être tuer quelqu’un. Heureusement, l’homme semblait s’être désintéressé de lui : Soren ne le voyait plus dans les parages. En fin de compte, il ne fallait pas vraiment s’en réjouir : peut être était il vraiment parti tuer le « new guy »…
Ensuite, il avait croisé Eugénie. Que faisait elle au milieu d’une foule de manifestants en colère ? Là n’était pas vraiment la question : que faisait elle alors que trainait, parmi ladite foule de manifestants, un potentiel psychopathe ? Soren lui avait conseille -même très fortement suggéré- de partir d’ici, mais au final, la police avait pris les devants, et escorté la dame. Ouf, elle était sans doute tirée d’affaire maintenant…

Désormais, il fallait qu’il se tire d’affaire, lui aussi. Fuir semblait être une très bonne solution. Non, ça ne semblait pas être une bonne solution : c’était la bonne solution. Cependant, l’autre type louche rodait encore dans les parages. Était-ce juste une menace en l‘air, ou avait-il l’intention de mettre à exécution son projet ? Ça, Soren n’en avait aucune idée, mais il avait un mauvais pressentiment. Ses pressentiments ne valaient en général rien du tout, il n’avait pas de troisième œil ou de sixième sens, ni la boule de cristal de Sabrina pour pouvoir prédire l’avenir. Mais quand même !
Et, comme pour lui donner raison, du bruit attira son attention. La foule s’éloigna d’un même mouvement, révélant en son centre une scène de bagarre : deux individus se faisaient face, ou plutôt, l’un maintenait l’autre à terre. Tous les deux étaient armés, celui à terre et en sang avait un revolver à la main, et l’autre un sabre à la main. Cependant, aucun d’entre eux n’était celui qui l’avait accosté un peu plus tôt. La bagarre n’en était pas moins grave : avec leurs armes, cela pouvait très vite dégénérer… Conclusion : il fallait appeler la police, et se tirer d’ici en quatrième vitesse. Encore une autre raison d’aller appeler la police. Décidément, ils allaient en avoir, du boulot.

Paniqué, Soren chercha la police du regard. Sans doute étaient-ils de l’autre côté, essayant de maitriser le cortège. Ah… allait il vraiment devoir tout remonter, en jouant encore des coudes dans la foule ? Bon, c’est parti mon kiki…
Mais quelque chose retint son attention. Non loin de lui, un cheval et sa cavalière tombèrent au sol. Et Soren reconnut la femme qui venait de tomber : c’était Risa, la demoiselle qui était venue à sa clinique, il n’y avait d’ailleurs pas si longtemps. Cette dernière semblait s’être blessée en tombant. Le blond se dirigea vers elle, à petits pas claudicants, cependant elle était déjà emmenée loin de la manifestation par un homme -ou une montagne humaine, ça marchait aussi.

-A-Attendez ! Je suis…

Docteur ? Pas du tout, apprenti peut être, préparateur de cafés de la clinique au mieux. Mais il avait déjà menti une fois. Autant mentir une deuxième fois. Quand on commence un mensonge, autant le finir jusqu’au bout.

-…Docteur ! Si elle est blessée, je peux l’examiner !

En espérant que la police va vite intervenir pour maitriser la bagarre, sinon les blessés risquent de se multiplier.





Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 Kvss

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 1zqb
Paci Gang de Djijy ♥️

Merci Bonnie pour cette superbe signa ♥️
Merci Nina pour ce superbe vava ♥️

Takk ❤:
 


Dessins Nina ♥:
 


Aesthetic:
 
Extract of Genius

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Soren Duchateau
Soren DuchateauExtract of Genius
Soren sourit en limegreen

⌛La descente aux enfers
⌛Vétéran de guerre
⌛Des liens dénoués
⌛Un parcours effacé
▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 499 ▐ Autres Comptes : Ayden H - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Nihil - Akira N - Abigail P - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Intelligent - Curieux - Peureux - Altruiste - Lâche - Maladroit
▐ Parcours RP : RP en cours : (8/5) Indisponible pour nouveaux rp
Rira bien qui rira le dernier (+60)
David et Goliath (+20)
Kinder surprise (+20)
Bave de crapaud et aile de chauve souris (+20)
Solen passion jardinage (+10)
Welcome home (+10)
Bibidi Bobidi Bou (+10)
Une histoire de golems

Total: 3125 points
Points dépensés : 300
Conditions : 9/12
Rang B
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Ven 31 Mai - 14:21



INTRIGUE • CHAPITRE V

LA PAROLE AU PEUPLE

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 V76155A

Autour de lui la foule se fige et la rumeur de son intervention commence d’ores et déjà à se propager ; mais Angus reste immobile, l’épée tendue en direction du type auquel il vient de fracasser le nez. Sa main lui fait un peu mal, d’ailleurs, et le craquement qu’il a entendu résonne toujours dans son crâne. Il oublie tout ce qu’il y a autour de lui – les gens, le gamin, la pluie … Tout. Il ne fixe que le visage ensanglanté de l’homme face à lui en attendant que ce-dernier lui obéisse. Mais il sait que les choses ne sont pas si simples et il voit le bourgeois resserrer son emprise sur la crosse de son arme avant de se mettre soudainement à gesticuler. Pendant un bref instant, Angus croit qu’il va lui tirer dessus, mais des mots fusent à la place des balles. Des mots dont il ne peut toujours pas saisir le sens, crachés en français, éructés avec colère. Ce qu’il comprend de l’homme, toutefois, c’est son visage haineux, dégoulinant de vermeil, et le doigt qu’il pointe droit sur lui.

Au même moment, un genre de hurlement s’élève par-dessus la foule. La tête d’Angus se tourne brusquement en direction du tapage et il a juste le temps de voir un grand cheval s’écraser lourdement sur les pavés. Les gens s’écartent en vitesse pour ne pas se faire renverser à leur tour et le Brouillard pense alors reconnaitre la silhouette juchée sur le dos de l’animal, qui lui semble être celle de Drake, qu’il a rencontrée il y a quelques heures à peine. Mais la foule, comme la marée, se referme déjà et lui cache la vue de la détective – si c’est bien elle. Bizarrement, une sorte d’inquiétude commence à le saisir. Pour elle tout d’abord, mais il s’agit surtout un très mauvais pressentiment. Il peut le sentir monter en lui et n’hésite pas une seule seconde à l’écouter. Il commence à chercher une issue par laquelle il pourrait s’enfuir, par réflexe. Or les manifestants lui barrent toute retraite, se dressant devant lui comme une muraille infranchissable.

L’ambiance a radicalement changé. Les visages ne se font plus aussi surpris ou apeurés. Certains d’entre eux s’avèrent même patibulaires, à l’instar de celui du noble – le nez cassé et le sang en moins. C’est maintenant au tour d’Angus de resserrer sa prise sur la garde de son arme. Ses yeux orageux se posent sur eux, les mettant silencieusement au défi de l’approcher. Les bagarres de rue ça le connait. La guerre aussi ; il sait qu’il n’y a pas pire menace qu’un peuple en colère. La dernière fois qu’il s’est retrouvé dans une situation semblable, il en a réchappé seulement parce qu’il n’était pas seul quand il a combattu. Et aussi parce qu’il a déserté ensuite. Aujourd’hui, il est seul. Seul et agacé.

Une femme surgit brutalement de nulle part et commence à déblatérer il ne sait quelle imbécilité. Il capte vaguement le mot « France » sur la fin alors qu’elle s’empare d’un drapeau et le brandit comme un étendard. Il la dévisage, muet. La foule lui parait plus menaçante encore. La grogne monte et il semblerait qu’il en soit la cible.

« Vous devriez tous lâcher votre arme. »

Cette nouvelle voix qui intervient est bien plus calme, bien plus posée, bien moins prompte à laisser la rage populaire se déchainer sur lui. Angus tourne rapidement le regard sur le gamin qui vient de parler et même s’il ne sait (toujours) pas ce qui a été dit, il suppose qu’il s’agit d’un appel au calme. Aussi, Angus fixe le bourgeois, la femme puis de-nouveau le jeune homme.

Alors il baisse son épée d’un geste lent. Mais il ne la rengaine pas – surtout pas. La lame toujours au clair retombe contre sa jambe. Sa main libre, de l’autre côté, se rapproche imperceptiblement de son flanc – là où il sait que son pistolet repose caché par la longueur de son manteau.

« Vous vous trompez d’ennemi. » lance-t-il avec autant de clarté que possible et en espérant qu’un minimum de personnes comprennent l’anglais, mais sa voix se fait peu avenante et porte son mécontentement à lui. « Je me suis déjà servi de mes armes aujourd’hui. »

Il laisse ses yeux parcourir la foule avant de reprendre, en désignant le bourgeois d’un mouvement de tête :

« Lui non. Pas encore. »
 


Résumé:
 
Brouillard

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver Nima.
Aime:
N'aime pas: Angus Morganach
Angus MorganachBrouillard
HE WHO SANK DEEP in the black sea has awoken the LEVIATHAN that dreamed there in the waves — LURKED IN HIS MIND
___________

Angus tue en Indianred.

FPBANQUERS

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Thaddeus Wiggins
Masculin
▐ RPG Age : 46 ans
▐ Personnalité : Froid ; pragmatique ; autoritaire ; agressif ; violent ; combattif ; impatient ; se plaint peu ; peu loquace ; secret ; mystérieux ; professionnel ; impassible ; soigneux ; prudent ; vieux ; bagarreur ; méfiant ; terrifiant ; impitoyable ; impardonnable ; tenace ; mélancolique
▐ Parcours RP :
STATUT RP : oh boi (help/3)


» terminés
(www) — f.t. Annabelle V. Peeters (5/10)
(www) — f.t. Xuan Ming (13/40)
(www) — f.t. Risa H. Drake (80)
(www) ♝ INTRIGUE V — f.t. beaucoup de gens. (160)
(www) — f.t.Lucie Fair (40)
(www) ♝ INTRIGUE VI — f.t. Xuan Ming et Ayden Hyde. (160)
(www) ♝ INTRIGUE VI, fin (20)
(www) — f.t. Cassidy Danvers (60)
(www) — f.t. Xuan Ming et Akira Nakamura (40)
(www) — f.t. Xuan Ming (8/20)


» en cours
(www) — f.t. Jean-Jean (20)
(www) — f.t. Oskar P. Magnussen et Maé Connors (30)
(www) — f.t. İlknur Aceleci (20)
(www) — f.t. Destiny Richards (70)
(www) — f.t. Elijah Nash (10)
(www) — f.t. Bonnie R. O'Cahan et Xuan Ming (10)
(www) — f.t. Laoghaire Loiseau (20)
(www) — f.t. Klok (20)
(www) — f.t. Risa H. Drake (10)
(www) — f.t. Rhys Bleddyn (3/10)

850 points rp
10 points OS
50 points de validation

= 910 points.


Rang D.

Chronologie rp trouvable dans la Banque.

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Lun 3 Juin - 18:39
La parole au peuple


Maé se mit immédiatement sur ses gardes en observant la personne qui s’était arrêtée à ses côtés. Sa main fut rapidement sur son arme. Il connaissait cette personne, non cet Akuma. Sa présence ne le rassurait pas. Un akuma dans les parages n’était pas une bonne nouvelle, malheureusement, il n’avait pas vu d’exorciste. Il n’avait pas envie de le suivre et les choses devenaient très vite compliquées. La foule s’était arrêtée pour les entourer. Ce n'était pas bon, il n’y avait plus de possibilités de s’extirper du problème.

Il ne put que grincer des dents quand une femme agita la foule. Elle n’avait pas l’air d’être parisienne, ni même française pour être honnête. Elle avait un style qui lui rappelait les cow-boys américain. Qu’avait-elle à gagner ? Ce n’était même pas son pays, pourquoi déchaîner la foule? Un poids s’installa au fond de son estomac. IL avait un mauvais pressentiment, un très mauvais pressentiment. La présence d’un akuma connu n’arrangeait pas la chose. Il hésitait à sortir son arme de son holster, mais la situation était suffisamment compliqué pour ne pas ajouter plus de panique que nécessaire. Il restait près à dégainer si cela tournait mal.

Visiblement, l’homme à l’épée ne parlait pas français. Malgré l’appel au calme de son collègue, l’homme restait méfiant. À bonne raison. Il prit alors la parole, en anglais.

“Ne lâchez pas votre arme, sous aucun prétexte. Restez sûres vos gardes.”


Il s’adressait à l’homme armé ainsi qu’au jeune membre de l’ordre. Il en profita pour désigner l’akuma au gamin. C'était très mauvais. Combien y en avait-il dans la foule. Il se devait d’essayer de calmer le bourgeois.

“Faire couler le sang, ne fera pas bouger les choses. Voulez-vous avoir du sang sur les mains ? Qu’est-ce que cela changera pour vous ? Cela ne fera que monter la colère de Paris contre vous? Êtes-vous prêt à avoir la mort d’une personne sur votre âme, à traîner ce fardeau toute votre vie ? Êtes-vous tous des animaux ou allez vous agir comme des citoyens respectables?”

Il espérait sincèrement ne pas s’attirer les foudres de la foule. Il serait prêt à défendre sa peau si besoin, il espérait avoir fait assez d’impact pour les calmer.

Codage par Libella sur Graphiorum


Résumé:
 
The Icy Spear

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger sa famille et aider dans la guerre Sainte.
Aime:
N'aime pas: Maé Connors
Maé ConnorsThe Icy Spear
L'enfer est vide, tous les demons sont ici. Shakespeare


#339966
▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 69 ▐ Autres Comptes : Xuan, Shuk, Alfons
Masculin
▐ RPG Age : 25
▐ Personnalité : Froid / Manipulateur / Mefiant
▐ Parcours RP : ° Maxence : XX/XX/18XX ( 5 post, 50 points) - Normal
°Mission Londres, Angus, Oskar : XX/02/18XX (4 post, 40 point)-Normal
°Intrigue V : 17/03/18XX ( 7 post, 140 points) - Intrigue - Fini
°Andraste : 17/03/18XX ( 3 post, 30 points) - Normal
°Misson Brésil, Louis, Destiny, Oskar : XX/03/18XX ( 4 post, 40 points) - Normal
°Rp libres, Thadd et compagnie : ??? (1 post, 10 points)
°Intrigue VI : 10/04/18XX ( 10 post dont 4 à 20 pts, 140 points) - Intrigue - Fini
°Rp des bébés : 17/04/18XX ( 1 post, 10 points)
°Quete à Zagreb : 18/04/18XX (1 post, 10 points)
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mar 4 Juin - 14:40


Depuis que la pluie s'est mise à tomber, l'ambiance générale de la manifestation s'est un peu modifiée. D'un coup elle est devenue moins paisible, presque un peu inquiétante. Ce changement ne vient pas des manifestants, leurs revendications sont toujours les mêmes, et la pluie, loin de les décourager, semble n'avoir que renforcé leurs convictions. Non, cette drôle d'atmosphère n'est pas le fait des Parisiens. C'est quelque chose dans l'air, qui plane au-dessus de leurs têtes comme une menace invisible.

Comme pour confirmer ses pensées, une partie de la foule semble tout à coup s'agiter, comme en proie à une soudaine inquiétude. Il est un peu trop loin pour voir ce qu'il se passe, mais il est évident que quelque chose a changé. Il voit quelques personnes s'éloigner d'un pas rapide, la mine inquiète, et les quelques bribes de paroles qui parviennent à ses oreilles ne sont pas des plus rassurantes. "... viens, il ne faut pas rester ici". Il a envie de demander pourquoi, mais l'homme est déjà loin, englouti par la foule.

Jouant des coudes pour se frayer un chemin parmi les manifestants, Basile se dirige tant bien que mal vers la source apparente de tout ce désordre. C'est peut-être un peu risqué, mais comme d'habitude dans ce genre de situation, c'est la curiosité qui l'emporte. Et puis il est journaliste, non ? S'il se passe quelque chose d'intéressant, il se doit d'être aux premières loges, quel que soit le risque ! Soudain, une nouvelle information lui fait dresser l'oreille. Il s'agit d'un homme aux cheveux bruns coupés court, d'une vingtaine d'année environ, qui hausse la voix pour se faire entendre au-dessus du bruit de la foule :

“Faire couler le sang, ne fera pas bouger les choses. Voulez-vous avoir du sang sur les mains ? Qu’est-ce que cela changera pour vous ? Cela ne fera que monter la colère de Paris contre vous? Êtes-vous prêt à avoir la mort d’une personne sur votre âme, à traîner ce fardeau toute votre vie ? Êtes-vous tous des animaux ou allez vous agir comme des citoyens respectables?”

Mais bon sang, qu'est-ce qu'il se passe ici ? Faire couler le sang ? Ce n'est clairement pas l'objectif des manifestants, qui certes cherchent à obtenir un changement drastique dans l'organisation de la société, mais certainement pas en utilisant la violence ! Basile se met sur la pointe des pieds et cherche à utiliser sa grande taille pour avoir une meilleure vue d'ensemble et ainsi comprendre ce qui a pu arriver ici pour que la situation dégénère à ce point. Enfin, il finit par repérer les deux hommes qui semblent être à l'origine de toute cette agitation. Le premier, dont les vêtements semblent indiquer des origines bourgeoises ou du moins plus favorables que celles de la plupart des gens qui manifestent aujourd'hui, exprime très violemment son énervement vis-à-vis du second, qui tient une épée et dont l'allure générale semble bien plus inquiétante. Son visage est sévère, et tout en lui semble indiquer qu'il a vécu et vu des choses vraiment terribles. Le bourgeois quant à lui, a le visage en sang, ce qui explique sans doute en grande partie son énervement.

Au moins, de son point de vue, la situation semble plutôt claire. Il ne fait pas bon être noble au sein d'une manifestation qui a pour but de réduire les inégalités entre les classes sociales. Le pauvre homme a du être un peu trop virulent dans ses propos et s'attirer les foudres de quelqu'un qui a eu une vie bien différente, et sans doute bien plus difficile. Même si Basile ne serait jamais allé jusqu'à lui casser le nez, il peut comprendre le sentiment. Pour certains, la violence physique est le meilleur moyen de se défendre face à la violence sociale. C'est pour ça qu'il faut des manifestations comme celle d'aujourd'hui, pour amener un changement nécessaire à ce que tout le monde puisse vivre en paix.

Maintenant qu'il a une meilleure idée de la situation, le Parisien est un peu rassuré. Néanmoins, l'atmosphère est toujours aussi électrique et l'homme reste armé, alors mieux vaut rester sur ses gardes..
.


Résumé :
 




L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: Basile Armand
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Basile rêve en darkcyan

Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

RANG D
▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 150 Masculin
▐ RPG Age : 24 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant, un peu égocentrique, original, sûr de lui
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

[FLASHBACKS]
****** avec Hippolyte
****** avec Nausicaa
****** avec Laoghaire

[OCTOBRE-NOVEMBRE]
****** avec Nausicaa
[DÉCEMBRE]
****** avec Nausicaa
****** avec Nausicaa et Maugrim
[JANVIER]
****** avec Oskar
****** avec Svan
[FEVRIER]
****** à Nausicaa
[MARS]
****** avec Lysandre
****** avec Andraste
****** avec tout le monde [Intrigue]
****** avec Milena et Akira
[MAI]
****** avec Cassidy
[JUIN]
****** avec Cyrus

Points : 860
Rang D

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Sam 15 Juin - 20:33
L’Homme a beau y mettre de sa meilleure volonté, son stratagème ne prend pas. Quelques passants râlent et bougonnent, mais la plupart ne comprennent pas réellement ce qu’il se passe. Alors s’ils sont hostiles, c’est là tout ce qu’ils font. Aucun geste ne dépasse la pensée, les manifestants sont encore trop sages. Une raison de plus de les haïr. Il perd patience et raison, alors qu’on tente d’imposer le calme.

Heureusement, celle qui lui a donné le Pouvoir reprend les rennes en main. Ça ne dure qu’un instant, mais ses mots semblent plus puissants que tous les efforts du pauvre bougre. La foule gronde, envoyant des regards mauvais à celui qui, il n’y a que quelques minutes encore, tentait de les rassembler.

Il est devenu l’ennemi.

Comme pour confirmer son impression, un homme tente de le calmer, de le raisonner, comme s’il était en danger. Il en appelle à son humanité, lui promettant qu’un bain de sang ne changera rien, qu’il ne serait que plus haï encore. Mais qu’importe la haine des autres, seule celle rongeant ses entrailles l’intéresse.

Alors l’Homme tire une première fois.

Il souhaitait viser son agresseur, Angus, mais se loupe. C’est que, voyez vous, il n’est pas habitué à ce genre d’armes. C’est pourquoi la balle ne fait qu’effleurer l’assassin, avant d’aller se perdre dans la poitrine d’un pauvre badaud.

Un second coup de feu retentit, en direction des deux hommes qui tentaient d’apaiser la tension, avant que son auteur ne soit immobilisé pour de bon. Maé et Louis ne devraient pas plus être touchés par cette attaque que l’assassin, mais la frayeur n’en est pas moins réelle.

Frayeur qui se répand comme une traînée de poudre parmi les manifestants. Ceux qui s’étaient rassemblés pour changer le monde, croyant à la force d’un peuple uni, courent maintenant dans tous les sens. Oublié le sentiment d’appartenance à un groupe, il s’agit de sauver sa peau, et peu importe ce qu’il adviendra des autres. Les autres, d’ailleurs, n’arrivent pas tous à s’enfuir. C’est le cas d’un jeune homme un peu trop curieux pour son propre bien qui finit à terre, bousculé par toute cette cohue. Basile devra se dépêcher de se relever s’il ne veut finir piétiné.

Au milieu de ces visages effrayés, un seul reste serein. Le bourgeois a rempli sa tâche, il a fait ce qu’il fallait, et n’a rien à craindre de ces hommes qui l’entourent. Ces hommes qui veulent en faire un exemple
L'Originel
Le CubeLe CubeL'Originel
...

▐ IRL Age : 29 ▐ Messages : 1270 Féminin
▐ Personnalité : Tout-puissant.
▐ Parcours RP : Je façonne de mes mains,
Selon mes viles desseins,
Les sinueux chemins,
Que prendront vos destins.
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Dim 16 Juin - 0:03



INTRIGUE • CHAPITRE V

LA PAROLE AU PEUPLE

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 V76155A

Le ciel plus gris que l’abysse de ses yeux mauvais, les gens entourant la scène, l’averse et sa rincée, et même l’orage naissant …  Le monde s’est mis en pause et le canon de l'arme fume. Les mots, les discours, les playdoyers des inconnus se sont perdus loin, très loin ; l’Assassin s’en souvient à peine, de ces voix calmes et de leurs mots de Paix – il les a oubliés, et toutes ces promesses aussi. Il a même oublié le langage, tout simplement. La peur - non, la terreur lui enserre le cœur ; une fois encore, la Faucheuse l'a caressé du bout de sa lame. Une fois de trop. Ainsi quelque chose de d’animal s’éjecte brutalement d’entre ses souvenirs. Le Diable sort enfin de sa boîte.

Une bulle s’est formée autour d’Angus. Le silence et l’immobilité sont maîtres. A ses yeux, le temps s’étire comme un élastique qu’on a saisi par les deux bouts et, ainsi plongé au cœur de cette stase étrange, il sait que le moment de sa rupture est à la fois proche et lointain. Il sent son cœur battre durement sa poitrine bien plus qu’il n’est capable de l’entendre, lui, ou la pluie martelant les pavés sales. Ou le vacarme de la détonation. Le sifflement du projectile lui échappe alors qu’elle file tout près de lui, petit bolide brillant dans la lumière pâle. La Mort passe à quelques centimètres de lui et l’effleure. Il n’entend pas non-plus le cri de douleur du citoyen derrière lui, ni le deuxième coup de feu, ou la panique exploser à son tour. La foule se morcèle pour enfin éclater, l’on fuit en tout sens (sans pour autant en trouver un). Angus, toujours piégé dans cet autre monde, reste figé, et dans son esprit s’agitent soudain

tant
de

fantômes.

« … Feu ! »

Il se souvient. Il est resté un instant sans bouger, le fusil armé, en joue ; pourtant, à l’instant fatidique, son index jouait au chat à la souris avec la détente. Il se souvient. Du sifflement de la balle qui a tracé une ligne sanglante sur sa tempe à une époque où les rides ne bardaient pas encore son sa face de bâtard épuisé. Et de celui tout aussi fatigué de sa cible.
De l’homme qui avait manqué de le tuer.


« C’est un ordre, soldat : descendez ce chien ! »

Il se souvient. Il a
pressé
la

détente.

La balle fuse et la bulle éclate : le Temps reprend son cours et ses droits, sur le monde, sur lui, tandis que la Mort cherche le cœur du noble, espérant y creuser un petit trou circulaire, à y loger une balle, qui, d’ailleurs, ne s’arrêterait pas là. Elle continuerait sa route, tranquillement, pour se loger dans un muscle. Pourtant Angus est secoué de tremblements ; toutefois il a le bras tendu. Sa Raison s’enfonce plus profondément encore dans la mer, dans les ténèbres, là où les baleines et encore moins les hommes n’osent s'aventurer. Il tient dans la main son revolver qu’il n’a pas souvenir d’avoir dégainé. La douille tombe à ses pieds, dans un bruit métallique, au milieu d’une flaque. Il quitte l’Inde, s’en retourne dans la grisaille de France. Il s’en retourne au milieu de la foule affolée, des cris et de la peur.

Il toise le français. Les traits désormais dégoulinants du Brouillard sont déformés dans un rictus où le tourment s’affiche clairement. Il ressent de la Haine. Une haine souffrante, mal portante, malade. Elle lui est douloureuse. Puis il se jette sur le bourgeois avec un hurlement rageur, son épée tendue, ignorant s’il l’a atteint juste avant ça.

Tout ce qu’il veut c’est lui plonger sa lame dans le corps.

L’exécuter.



Résumé:
 
Brouillard

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver Nima.
Aime:
N'aime pas: Angus Morganach
Angus MorganachBrouillard
HE WHO SANK DEEP in the black sea has awoken the LEVIATHAN that dreamed there in the waves — LURKED IN HIS MIND
___________

Angus tue en Indianred.

FPBANQUERS

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Thaddeus Wiggins
Masculin
▐ RPG Age : 46 ans
▐ Personnalité : Froid ; pragmatique ; autoritaire ; agressif ; violent ; combattif ; impatient ; se plaint peu ; peu loquace ; secret ; mystérieux ; professionnel ; impassible ; soigneux ; prudent ; vieux ; bagarreur ; méfiant ; terrifiant ; impitoyable ; impardonnable ; tenace ; mélancolique
▐ Parcours RP :
STATUT RP : oh boi (help/3)


» terminés
(www) — f.t. Annabelle V. Peeters (5/10)
(www) — f.t. Xuan Ming (13/40)
(www) — f.t. Risa H. Drake (80)
(www) ♝ INTRIGUE V — f.t. beaucoup de gens. (160)
(www) — f.t.Lucie Fair (40)
(www) ♝ INTRIGUE VI — f.t. Xuan Ming et Ayden Hyde. (160)
(www) ♝ INTRIGUE VI, fin (20)
(www) — f.t. Cassidy Danvers (60)
(www) — f.t. Xuan Ming et Akira Nakamura (40)
(www) — f.t. Xuan Ming (8/20)


» en cours
(www) — f.t. Jean-Jean (20)
(www) — f.t. Oskar P. Magnussen et Maé Connors (30)
(www) — f.t. İlknur Aceleci (20)
(www) — f.t. Destiny Richards (70)
(www) — f.t. Elijah Nash (10)
(www) — f.t. Bonnie R. O'Cahan et Xuan Ming (10)
(www) — f.t. Laoghaire Loiseau (20)
(www) — f.t. Klok (20)
(www) — f.t. Risa H. Drake (10)
(www) — f.t. Rhys Bleddyn (3/10)

850 points rp
10 points OS
50 points de validation

= 910 points.


Rang D.

Chronologie rp trouvable dans la Banque.

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Dim 16 Juin - 16:23
Noah

Tu as plus de mal à te sortir de là que tu ne l’aurais pensé. La plupart des badauds sont trop curieux et s’agglutinent dans ta direction. Certains, à l’inverse, cherche à s’éloigner autant que possible de ce début de conflit et des conséquences funestes qu’il pourrait avoir. Coincé au milieu de ces vas et viens, tu avances doucement, trop doucement, et tout cela t’agace – encore. Certes, tu as toute ta journée devant toi et n’es donc pas si pressé – même si rejoindre le Descendant de Noah au plus vite serait une bonne chose – mais rester parfaitement immobile, ballotté dans tous les sens, ce n’est pas ta tasse de thé.

On parle de tous les côtés mais tu n’arrives à distinguer aucune parole. Au fond, peu importe, ce n’est pas comme si tu donnais une quelconque importance à leurs divagations. Le conflit qui est en train de naître ne te concerne pas le moins du monde – pas encore, du moins – et ne représente aucun danger pour toi. Alors qu’importe leurs cris et leurs appels au calme, tu as plus urgent pour l’instant.

Jouant des coudes pour t’extirper de la masse agglutinée des manifestants, ton attention est happée par quelque chose de nouveau. Le Noah est là, devant toi, à quelques pas seulement. Tes yeux ont beau scruter tous les visages, tu n’en reconnais aucun de familier. Il faut dire qu’en même temps, tu ne t’es pas mêlé à eux depuis une ou deux éternités maintenant – préférant la solitude morose à leurs réunions de famille grotesques. Les missions qui t’ont été confiées tu les as menées à bien seul, dans de rares cas en compagnie d’une autre machine, mais jamais avec ceux qui te gouvernent.

C’est pourquoi tu galères à l’identifier et si la Révolte ne s’était pas mise en avant de la sorte, tu ne l’aurais peut être jamais trouvée. Heureusement, la Femme attire l’attention sur elle, hurlant tu ne sais quoi à qui veut bien l’entendre. Tu n’écoutes pas ce qu’elle dit, te concentres simplement sur ce que tu vois, ce que tu ressens. C’est elle, tu en es maintenant certain et en es soulagé. La Noah est plus proche que tu ne le pensais et tu n’auras pas besoin de galérer encore vingt minutes pour la rejoindre. Tu n’as que quelques mètres à parcourir – un peu plus maintenant, car la femme semble s’en aller – et devrais y arriver haut la main malgré les parisiens.

Une fois encore, c’était sans compter sur l’imbécilité humaine. Peut être que si tu avais pris le temps de suivre ce qu’il se passait autour tu aurais été prêt. Au lieu de ça, la machine qui te sert de coeur loupe un battement lorsque tu entends le premier coup de feu. Ce n’est pas de la peur – tu n’as rien à craindre de leurs armes de pacotille – simplement de la surprise. Mais malheureusement pour toi, tu n’es pas le seul à l’avoir entendu et les humains, ces créatures si faibles, cèdent à la panique en moins de temps qu’il n’en faut pour le dire.

Un second coup de feu retentit mais tu t’en moques. Tu continues d’avancer, t’adaptant maladroitement aux mouvements de foule. On court dans tous les sens, on te bouscule et manque de te faire tomber, mais tu tiens bon. Certains tentent volontairement de te mettre à terre et tu leur réponds avec tes poings. Tu n’as pas de temps à perdre pour eux, pas de mots à gaspiller.

Tu as l’impression qu’une éternité ne passe avant que tu ne rejoignes enfin ta destination. En silence, tu maudis ces incapables apeurés et te promets de ne plus mettre les pieds dans ce genre de rassemblements. Au fond, tu sais très bien qu’une journée comme aujourd’hui n’est ni ta première du genre ni ta dernière. Mais bon, tu as toujours le droit d’espérer, non ?

Arrivant enfin à la hauteur de la Femme, tu exécutes une révérence grotesque mais sincère, et prends la parole.
« Je vous cherchais » tu es obligé de hausser la voix pour couvrir les cris paniqué. Derrière vous on dirait qu’un combat a maintenant lieu, ce qui n’arrange en rien la situation. « C’est de votre fait tout ça ? Bien joué M’dame. Si vous avez d’autres plains, je pourrai p’t-être vous être utiles. J’ai deux, trois informations sur certains uniformes qu’on peut croiser dans le coin. Et puis je suis plutôt douée de mes mains. » Tu lèves ton unique bras, avant de reprendre en grinçant des dents « ‘fin, de ma main. »
A elle de décider maintenant si tu as une place dans ses machinations ou non. Si ce n’est pas le cas, peu importe. Tu trouveras bien quelque chose à faire par toi même pour t’occuper. Pourquoi ne pas te joindre à l’affrontement ? En profiter pour tuer l’un des émissaires de l’Ordre, par accident. Ou retrouver Soren et enfin le faire payer. Tant de choses à faire et une seule journée pour tout accomplir. Vivement ce soir que tu puisses te reposer.
© GASMASK


Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 EmkuCmr

aesthetic:
 

never forget:
 
:: Le Ronchon ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aucune idée
Aime:
N'aime pas: Sebastian Abbott
Sebastian Abbott:: Le Ronchon ::
I hurt myself today
To see if I still feel
I focus on the pain
The only thing that's real


Sebastian ronchonne en #990000

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 3WtqdNt [INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 IeHdgG6 [INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 B0N4pVe

▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 364 ▐ Autres Comptes : Lily ; Gwen ; Nour ; Oskar ; Annabelle ; Aesa ; Amaury ; Jean-Jean ; Maxence ; Magdalena ; Enos ; Amak
Masculin
▐ RPG Age : 17 - 20 ans
▐ Personnalité : Las
▐ Parcours RP :
9/5 Indisponible

wwwAda, Soren [1]
wwwScar [1]
wwwSeo [2]

wwwPhoenix [6]
wwwCristal [6/3]
wwwLachésis [2]
wwwEdith et Asiye [3]
wwwSua [1]

wwwL'Arche [1]

Rang B
1670 pts
Rang A dans 790 pts et 5 conditions

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mar 18 Juin - 0:25
La parole au peuple


Maé fut parcouru par une vague d’adrénaline et poussa le gamin de la congrégation derrière lui pour le protéger. Sa main se referma sur son arme, mais sa raison pris le pas sur son instinct à temps pour ne pas dégainer son arme. C'était un risque, il n’avait aucune envie d’agiter la foule plus qu’elle ne l’était. Il poussa le gamin vers le mur et recula également. Il n’allait pas laisser la foule les séparer maintenant, au moins le mur ne serait pas la source d’une attaque potentielle.

Dans le chaos qui suivit le coup de sang du noble, il avait perdu de vue l’akuma. Un juron franchissait la barrière de ses lèvres. Il n’avait vraiment pas besoin qu’il aille semer la zizanie dans les rangs des manifestants. Son cœur battant dans ses oreilles, il tentait de contrôler ses plus purs instincts. Fight or Flight. Il ne devait pas appliquer cette règle ici. Il scannait la foule quand un nouveau coup de feu le fit se crisper. Résistant au réflexe de fuite, il se verrouille sur place les yeux fixés sur les deux hommes et particulièrement sur l’homme à la rapière. Devait-il s'arrêter avant que les forces de l’ordres n’arrivent pour tous les enfermer derrière les barreaux ?

Une nouvelle bordée de jurons s’échappa de ses lèvres quand il remarqua enfin le manifestant qui s’était pris la balle. Pleine poitrine, les chances de survie étaient faibles, le sang s'étalant sur sa poitrine ne lui permettait pas de savoir ou la balle était entrée. C’était sûrement trop tard pour l’homme. Cette manifestation avait finalement fait un mort, pour de futiles raisons.

Que devait-il faire ? C’était risqué d’intervenir dans le combat. Il ne voulait pas non plus laisser le gamin de l’ordre derrière. Il savait qu’il était bien capable de prendre soin de lui, mais qui sait ce qu’il pouvait lui arriver dans cette foule paniqué. Il avait aperçu un homme tomber et espérait sincèrement qu’il avait pu se relever sans trop de dégâts. Finalement, il s’avança vers l’homme, son visage lui était familier, mais son esprit était déjà bien trop sollicité pour qu’il le reconnaisse réellement. Il l'attrapa par le coude pour le retenir tentant le tout pour le tout.

-You need to go! Now!


Codage par Libella sur Graphiorum


Résumé:
 
The Icy Spear

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger sa famille et aider dans la guerre Sainte.
Aime:
N'aime pas: Maé Connors
Maé ConnorsThe Icy Spear
L'enfer est vide, tous les demons sont ici. Shakespeare


#339966
▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 69 ▐ Autres Comptes : Xuan, Shuk, Alfons
Masculin
▐ RPG Age : 25
▐ Personnalité : Froid / Manipulateur / Mefiant
▐ Parcours RP : ° Maxence : XX/XX/18XX ( 5 post, 50 points) - Normal
°Mission Londres, Angus, Oskar : XX/02/18XX (4 post, 40 point)-Normal
°Intrigue V : 17/03/18XX ( 7 post, 140 points) - Intrigue - Fini
°Andraste : 17/03/18XX ( 3 post, 30 points) - Normal
°Misson Brésil, Louis, Destiny, Oskar : XX/03/18XX ( 4 post, 40 points) - Normal
°Rp libres, Thadd et compagnie : ??? (1 post, 10 points)
°Intrigue VI : 10/04/18XX ( 10 post dont 4 à 20 pts, 140 points) - Intrigue - Fini
°Rp des bébés : 17/04/18XX ( 1 post, 10 points)
°Quete à Zagreb : 18/04/18XX (1 post, 10 points)
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mar 18 Juin - 22:25
La parole au Peuple
La raison de motivation.

   

   

Flash-back


Quelques jours avant cet événement révolutionnaire à Paris, dans la chaleur insoutenable en Californie, au beau milieu d’une ville pittoresque conquise par un groupe sans foi ni loi, une fête battait son plein depuis plusieurs heures. Elle débuta et continua dans un saloon qui rendait légèrement l’âme. On y entendait des sifflements, des rires, de la musique, le grincement du plancher poussiéreux, les éperons des bottes et pleins d’autres choses.
A l’intérieur du bâtiment, des hommes et des femmes dansèrent joyeusement entraînés par le rythme du piano d’une musicienne talentueuse. Ses doigts très fins dansèrent sur les différentes touches de l’instrument sans aucune hésitation. Sur le meuble de l’instrument, une chope de bière servait de breuvage pour la jeune femme. Descendant puis montant, le verre n’était jamais vide. Néanmoins, lorsque ce dernier arrivait à l’extrémité de l’épuisement, une resplendissante rouquine se trouvant derrière le comptoir du bar venait remplir le verre de bière. Cette demoiselle ne passait pas inaperçue à cause de sa longue chevelure majestueuse, de son sourire agréable et de ses yeux d’émeraudes à couper le souffle. Sans oublier sa silhouette fine et très féminine faisant saliver plus d’un homme. Autrefois elle était une danseuse exploitée par son patron. Elle servait à rapporter de l’argent pour l’établissement et à ramener le plus de clients possible. La rousse se faisait traiter de traînée par son patron. D’ailleurs, ce même bonhomme a servi de repas aux vautours. Il a dû être digéré afin de pourrir sur le sol comme excrément. Depuis que la demoiselle a rencontré la Révolte, elle n’est plus la même. La rousse du nom de Scarlet est devenue une femme libre.

« Hep, Scarlet ! » appelle un homme en levant sa chope de bière. « Une seconde tournée pour notre table s’il te plaît. »

« Amenez vos verres au comptoir bandes de faignants. »

Deux hommes se lèvent, attrapent les verres vides et les déposent sur le bar en bois. L’ancienne danseuse met quelques secondes à verser la bière bien mousseuse dans les récipients en verre. Elle remarque que le dernier tonneau d’alcool est épuisé ce qui fait soupirer la petite. D’ailleurs, il n’y a pas que la bière qui risque de se faire rare dans cette ville. La nourriture s’appauvrit à cause de la maladie qui ronge le bétail en élevage un peu plus loin de cette petite cité.
Accoudée sur le comptoir, la serveuse est pensive et à la fois inquiète. Scarlet se fait du souci pour la survie du gang, sa nouvelle famille et elle se demande ce qu’en pense la leader des Blackwings. La rousse n’osait jamais parler de ce sujet par crainte d’une réaction négative. Aujourd’hui, Scarlet décide de prendre son courage à deux mains.
Pour elle, pour sa nouvelle famille.

C’est ainsi que Scarlet ouvre doucement ses bras pour les refermer sur la pianiste. Elle dépose son menton sur l’épaule gauche de la femme et ferme doucement ses paupières. Le parfum de la musicienne hypnotise presque Scarlet. Ce spectacle n’enchante pas quelques hommes et femmes qui trouvent cela immonde mais personne n’ose dire quoi que ce soit. Un balourd du nom de Stephen crache un gros molard sur le sol et peste discrètement devant sa compagne Beverly qui comprend tout à fait son mari. Depuis des jours, Stephen tente de rassembler les membres du clan pour créer une mutinerie contre la leader, qui pour lui n’est plus digne de diriger.
La musicienne continue de jouer de son piano et pivote lentement sa tête pour la coller à celle de la rousse. C’est alors que Scarlet obtient un frisson de prudence, d’avertissement, qui descend de la tête aux pieds. Comme-ci son sixième sens le prévenait d’une force étrange venant de la pianiste. Scarlet avale difficilement sa salive et fait en sorte d’oublier ce qu’elle venait de ressentir à l’instant. C’était sûrement son imagination qui lui jouait des tours.

« Ils viennent de vider le dernier tonneau de bière. Il ne reste presque plus rien dans notre foyer. Nous ne tiendrons pas avant le prochain plan d’attaque du train de Washington, Cassie. »

Espérant entendre une réponse de sa part, Cassidy Danvers enfonce brusquement ses doigts sur les touches de l’instrument de musique, ce qui provoqua un son très désagréable pour les oreilles. Toutes les personnes stoppèrent leurs activités en se demandant ce qu’ils se passe. La plupart sont mal à l’aise mais beaucoup moins que Scarlet qui recule en se maudissant intérieurement d’avoir parlé de ce sujet.

« Je ressens vos inquiétudes à propos de la survie de notre famille. » répond Cassidy en se levant de son tabouret pour être face à tout le monde. « Depuis une semaine, je vous entends chuchoter à propos de ce gentleman qui m’a rendu visite seul à seul dans mes quartiers. Pourquoi diable notre chef accueille un salopard de Comte dans notre ville ? Pourquoi elle ne l’a pas tué ? Tant de questions et aucune réponse. » Danvers se met à rire ironiquement et ferme le couvercle du clavier du piano. « Il m’a proposé un marché. Si je l’aide, nous n’aurons plus à craindre du manque de nourriture, de votre bière dégueulasse et surtout de mon précieux whisky. Pour vous, j’ai accepté le deal. »

« Sans demander notre avis ? » demande Stephen en se levant brusquement de sa chaise tout en osant hausser la voix face à Cassidy. « Tu nous caches des choses dans l’ombre et on commence à en avoir tous marre de ton petit numéro. Qui nous dit que tu n’es pas avec l’armée Américaine ? Hein ?! Je suis convaincu que tu vas nous livrer comme du bétail droit dans la pendaison. »

« Le gang ne te fait plus confiance Cassidy. » ajoute Beverly en posant discrètement sa main sur son ceinturon tout près de son révolver. « Il nous faut un vrai chef. Pas une erreur de la nature qui tourne autour d’une femme. Et puis, sans Sam tu n’es rien. »

La tension monte soudainement dans le bar. Plusieurs individus hommes et femmes se rangent du côté du couple qui souhaite un nouveau chef. Scarlet se met à trembler de frayeur. Ce qu’elle craignait vient d’arriver : La mutinerie.
Elle se sent coupable et aimerait réparer cette erreur, mais il est trop tard, ce qui est fait est fait. Soudainement, la jeune femme sursaute en sentant le contact entre sa peau et celle de Danvers lorsque cette dernière pose sa main sur l’épaule de la rousse.

« Tu n’as pas à avoir peur. » chuchote la leader d’un ton apaisant voire très doux. « Je ne te ferais aucun mal Scarlet. J’aimerais juste que tu sortes rejoindre Sam. » La cow-girl monte sur une table pour dominer le reste de la bande. « Dernière chance, toutes les personnes qui me font confiance sont priées de bouger leurs culs de mon bar. Allez rejoindre Sam. Quant aux autres traitres, j’espère que vous réussirez à faire un exploit dans ce bâtiment. Je vais être franche avec vous. Je vais adorer entendre le son de vos voix de femmelette quand je commencerais à m’amuser avec vous. Je briserais un à un vos petits espoirs, je vous donnerais une souffrance dont même votre débile de Dieu n’ose pas imaginer. Le seul truc dommage, c’est que votre sang immonde tâchera mon plancher. »

C’est un tier du gang accompagné de Scarlet qui quitte le saloon à très grande vitesse. Personne n’a envie de connaître ce qui va se passer dans ce bâtiment, excepté la rousse bien trop curieuse. Elle finit par rebrousser chemin à la moitié du parcours pour voir réellement ce qui va se passer. Malheureusement la danseuse n’en a pas le temps car quand elle rentre, tout est déjà fini. Des restes du repas de midi et du matin de la rousse tombent sur le plancher dans un bruit visqueux et flasque. L’horreur devant ses yeux est inimaginable pour une simple femme comme elle. Ce qui l’effraie le plus c’est non pas les cadavres mais l’auteur de cette boucherie.
De dos à Scarlet, la véritable nature de Cassidy du nom de Mordred laisse tomber le dernier cadavre à ses pieds. Son visage se tourne rapidement vers l’intruse. Le regard doré du Noah paralyse les jambes de la rousse. Son sixième sens ne se trompait pas. Cassidy cachait bien quelque chose.


--- Fin du Flash-Back --- Dans la manifestation.


Danvers sort de sa petite bulle à cause d’un bruit de coup de feu. Bien assise sur un banc en bois, elle décide d’y monter dessus pour prendre de la hauteur et ainsi voir d’où provient ce joli son. La joie sur le visage de la femme se lit à travers lorsqu’elle constate l’auteur de ce fait. Elle hoche la tête satisfaite par ce débile de noble.
A présent, le sort de ce moins que rien ne la concerne plus. Cassidy ignore même le second coup de feu. Sans doute que le deuxième est destiné à abattre ce demeuré. Ce serait fantastique car il éviterait de cafter que la Danvers est à l’origine de ce désastre.
Malheureusement le résultat déplaît à l’albinos. Remontant ses lunettes de vue au-dessus de son nez, elle soupire lentement de déception. Au lieu de monter la colère des manifestants, les coups de feu provoquent de la panique, de la peur et du chacun pour soi. Les nobles n’auront jamais rien à craindre avec ces trouillards qui se vident tout le temps dans leur froc. Ça se plaint tout le temps mais pour agir y’a personne. Ces citoyens dégoûtent ouvertement la Révolte et lui donne une rage folle. Le Comte Millénaire aura ce qu’il veut : une nouvelle armée de machines sanguinaires. Quant à Cassidy : elle n’aura pas sa révolution qu’elle espérait tant.

Elle donne un violent coup de pied dans une pierre qui termine sa course sur le visage d’un râleur qui insultait tout le monde pour le laisser passer. Ce dernier en colère s’approche de la Noah en retroussant ses manches. Il pense avoir le dessus car il est le soi-disant l’homme et elle la femme. L’agresseur se met à gueuler sur la jeune femme en postillonnant sur le visage impassible de l’américaine. Il tapote sans gêne son index sur la poitrine de la dame et se croit au-dessus de tout. La Noah perdant patience retourne le bras de l’homme qui provoque un très joli bruit d’os puis elle le fait tomber sur le sol à la merci de la horde de manifestants en panique. La jeune femme assiste à la scène. De cet homme au bras cassé qui n’arrive pas à se relever. Il reçoit des coups de genoux au visage et on lui marche dessus de la tête aux pieds. Le blessé demande de l’aide tout en insultant les gens mais personne ne vient à son secours car les gens n’apprécient pas sa vulgarité. S’il avait été plus poli, l’aide serait arrivée. L’humain est un être misérable.

C’est en admirant le petit spectacle, que la Noah oublie l’Akuma qui tente de la chercher. Au final, il se trouve derrière elle en lui faisant une révérence grotesque. Chose que Cassidy n’apprécie pas car cela lui fait penser à son véritable statut de naissance. Son sang est noble.
Elle attrape le menton du jeune homme et l’examine de haut en bas. L’américaine impassible pose sa main sur le torse de l’individu pour laisser son don de Noah agir. Malheureusement rien ne se passe. La fumée rouge n’entre pas dans le corps de ce dernier mais tourne autour. Un léger sourire s’affiche sur le visage de Cassidy. Si la Révolte ne fait pas effet c’est que l’individu n’est pas un humain ou du moins, ne l’est plus. Elle se retrouve bel et bien en compagnie d’un démon du Comte Millénaire.

« Ne me vouvoie pas. » dit-elle en caressant le menton de Sebastian. « Appelle-moi Cassidy et uniquement Cassidy. Pas de : m’dame ou autre. Juste Cassidy. D’accord ? »

Malgré le vacarme infernal des manifestants, la voix de la femme est claire et nette pour être entendue par l’ouïe de la machine. Cet Akuma l’intrigue et elle aimerait le connaître mais l’heure des bavardages n’est pas encore venue. S’il souhaite rendre service à la Danvers, la Noah ne dira pas non. Mais elle peut refuser si ce dernier se force à vouloir l’aider.

« Suis-moi et parle-moi de ces uniformes. J’espère en trouver à ma taille. D’ailleurs, j’en ai trouvé une qui correspond à mes goûts. Elle possède tout ce que j’aime. » avoue la Noah en tapotant de son coude la machine et en lui faisant par la même occasion un clin d’œil pour voir s’il a compris le sens de la phrase. « Ah oui, c’est vrai. Tu dois peut-être plus ressentir ce genre de choses à présent. Punaise ! Je te plains. »

La Noah reprend son sérieux tout en esquivant des passants un peu trop paniqués. Elle espère que Sam va bien et qu’il n’a pas eu de problèmes en route.

Du côté de Sam, la situation se complique. A l’écart de la manifestation son kidnappage n’est pas passé inaperçu. Un jeune homme l’a suivi et souhaite aider la détective inconsciente. Il se gratte la joue en essayant de réfléchir dans sa carapace d’acier vide. Il pense alors à éliminer le gêneur mais écarte cette idée. Ses canons dans son bras droit ne sont pas du tout discrets et Cassidy risquerait de s’énerver. Quant au jeune homme, il ne dégage pas cette aura de noble. Non, il a l’air juste : ordinaire. La montagne vivante prend le risque de déposer la proie de la Noah entre les mains du docteur. Son regard vide scrute le fond de la ruelle en espérant apercevoir sa très chère et tendre maitresse. Elle ne risque pas de tarder, à condition que la Danvers n’ait pas d’ennui en chemin.  

   
FICHE PAR STILLNOTGINGER.
AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Jeu 27 Juin - 11:27

Coup de feu




En un instant, la situation avait empiré.
L’homme au sabre semblait avoir été calmé par nos mots. Pendant un moment, je pensais que cela suffirait à les séparer, en évitant tout affrontement inutile. Mais l’intervention de la femme sembla changer la donne. Ses mots eurent un fort impact sur le manifestant, qui tenta une dernière attaque. Reprenant son revolver, il le pointe vers son assaillant, tirant une première fois. Heureusement, il loupe sa cible, montrant qu’il n’était clairement pas habitué à utiliser ce genre d’armes. Tout le monde est surpris par ce tir, moi compris, et la foule s’éloigne en un mouvement chaotique, criant et paniquant. La balle perdue vient se ficher dans la poitrine d’un passant. Je me tourne vers lui, mais un regard me suffit : il s’effondre au sol, inerte, mort sur le coup. Je sens le corbeau me pousser et se placer devant moi. Juste à ce moment-là, un deuxième coup de feu retentit, cette fois ci vers nous. Aucun de nous d’eux n’est touché, mais le choc est bien là : la balle aurait très bien pu nous toucher. Cette manifestation a très vite dégénéré en un évènement bien plus dangereux.

Je sens mon cœur rater un battement après le coup de feu. Il faut à tout prix arrêter cet affrontement : il y a déjà eu une victime, une victime de trop. Malheureusement, les forces de l’Ordre Noir sont efficaces contre les akumas et les Noés, pas pour les conflits humains internes. Car l’affrontement dégénère lorsque l’homme au sabre, sous le coup de l’adrénaline, se met à attaquer de plus belle le noble. Il semble être possédé par la colère. Il faut intervenir, mais comment ? Nous ne pouvons pas faire grand-chose contre les humains, et il est armé. Il faut le calmer, en attendant la police… Si elle arrive. Mais que fait-elle, dans une situation pareille ?
Le corbeau prend les rennes en main, et s’approche de l’homme, l’agrippant.

-You need to go! Now!

J’observe la situation, espérant que son intervention fonctionne. Je reste à disposition en cas de problème.

Mais un bruit attire mon attention derrière moi. Je me retourne, et vois un des manifestants qui tombe à terre. Dans la cohue, les gens ne font même pas attention à lui, le piétinant au passage. C’est stupide et incroyablement dangereux : en s’occupant de leur propre vie, ils risquent celle de l’un des leurs.
J’essaie de m’approcher de lui, luttant moi-même. Les gens se bousculent entre eux, ne faisant aucune attention à leur entourage. Avec ma blessure encore non guérie, j’ai des difficultés à me frayer un chemin, mais finalement, j’y parviens. Je tends ma main vers lui, agrippant son bras, et l’aide à se relever. Au milieu de la cohue, nous sommes dans une mauvaise position, nous devons nous éloigner rapidement.

-Oubliez la manifestation, vous devez partir, vite.

La manifestation est finie, ceci est devenu un champ de bataille.



FICHE PAR FALLEN SWALLOW



Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 Ndki


Takk Reyn pour ce superbe vava ♥️

Takk ♥:
 


Aesthetic:
 
Le feu sous la glace

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Voir le monde et découvrir ce qui m'entoure. Aider Gwen.
Aime:
N'aime pas: Louis Roussel
Louis RousselLe feu sous la glace
Louis murmure en chocolate

🍫Éveil
🍫Premiers contacts
🍫Carnet de voyage
▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 233 ▐ Autres Comptes : Soren D - Ayden H - Cristal G - Lavi - Phoenix L - Nihil - Akira N - Abigail P - Eloi B
Masculin
▐ RPG Age : 18
▐ Personnalité : Discret - Peu bavard - Réservé - Pragmatique - Observateur - Calme - Hypersensible - Sérieux - Stratège - Altruiste - Sens du sacrifice - Respectueux
▐ Parcours RP : Rp en cours : (8/5) Indisponible pour nouveaux rp
Entre la terre et la mer (+40)
La forêt d'émeraude (+40)
Dernier Mur (3/3)(+10)
Heart of gold (+30)
Always have an escape plan (+30)
Les cicatrices ne disparaissent paa (+10)
Bellum se ipsum allet (+10)
Deux traqueurs font le lot (+10)

Points: 1660
Points dépensés : 0
Conditions : 2/12
Rang C
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mar 2 Juil - 14:15
Chaos

Intrigue






Vaillant petit docteur n'ayant même pas fini sa formation, Soren s'était porté volontaire pour soigner la Holmes. Et puis, il lui devait bien ça, elle l'avait sorti d'un sacré pétrin, ce jour-là, lorsque ces deux brutes ivres étaient venues dans sa clinique. C'était à son tour de l'aider.
L'homme qui portait Risa la déposa juste devant lui. Soren se mit immédiatement au travail, inspectant la demoiselle, cherchant ce qui avait bien pu la mettre dans cet état. A la place, il découvrit quelque chose qui le glaça : sous son manteau, la blessée portait un uniforme avec un rosaire. Soren fixa le rosaire un instant. Il ignorait pourquoi, mais ce rosaire le rendait... nostalgique. Comme s'il le connaissait. Est-ce que cela avait un lien avec son ancienne "occupation" ?
Mais pour l'instant ce n'était pas sa préoccupation première. Il devait soigner la jeune femme, il pourrait l'interroger une fois cela fini.

Soren ne mit pas longtemps avant d'identifier la blessure de la jeune femme : sa cheville était gonflée, sans doute tordue. Cela n'avait rien de grave en soi, elle avait surement perdu connaissance après une chute, mais Soren ne vit aucune blessure à la tête ressemblant à un traumatisme crânien. Rien de grave, mais il lui fallait de la glace pour sa cheville.
Sauf que. Il était actuellement au beau milieu d'une manifestation surpeuplée dans laquelle il s'était paumé, et emmener sa patiente jusqu'à la clinique dans ces conditions était délicat.

Mais de "délicat", l'échelle grimpa rapidement au niveau "d'impossible" lorsque la cohue se transforma en chaos. Deux coups de feu retentirent, faisant paniquer tout le monde, Soren y comprit. Aussitôt, ce fut un joyeux bordel de cris, de course dans tous les sens, de pleurs, et même de sang qui se déroula. Quelqu'un avait tiré sur la foule, et une personne avait péri. Cette manifestation avait beaucoup trop dérivé.

Le hic, quand on est handicapé et qu'on a quelqu'un a soigner, dans cette situation-là, c'est qu'on ne peut pas se déplacer sans risquer de se faire pousser et piétiner. Et finir comme une crêpe. Dilemme : rester immobile, attendant que la cohue se calme, en risquant de rester proche du danger, ou prendre le risque et suivre le mouvement, qui était une assurance de se faire écraser, lui et sa patiente ? Ah, quelle idée d'aller à cette manifestation...
Choisissant la première option, Soren rasa les murs, essayant d'éviter d'être poussé par les gens, entrainant avec lui Risa, toujours évanouie afin de la protéger.





Résumé:
 


[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 Kvss

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 1zqb
Paci Gang de Djijy ♥️

Merci Bonnie pour cette superbe signa ♥️
Merci Nina pour ce superbe vava ♥️

Takk ❤:
 


Dessins Nina ♥:
 


Aesthetic:
 
Extract of Genius

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Soren Duchateau
Soren DuchateauExtract of Genius
Soren sourit en limegreen

⌛La descente aux enfers
⌛Vétéran de guerre
⌛Des liens dénoués
⌛Un parcours effacé
▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 499 ▐ Autres Comptes : Ayden H - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Nihil - Akira N - Abigail P - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 19
▐ Personnalité : Intelligent - Curieux - Peureux - Altruiste - Lâche - Maladroit
▐ Parcours RP : RP en cours : (8/5) Indisponible pour nouveaux rp
Rira bien qui rira le dernier (+60)
David et Goliath (+20)
Kinder surprise (+20)
Bave de crapaud et aile de chauve souris (+20)
Solen passion jardinage (+10)
Welcome home (+10)
Bibidi Bobidi Bou (+10)
Une histoire de golems

Total: 3125 points
Points dépensés : 300
Conditions : 9/12
Rang B
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mar 9 Juil - 17:16



INTRIGUE • CHAPITRE V

LA PAROLE AU PEUPLE

[INTRIGUE V] La parole au Peuple - Page 2 V76155A

Angus est un condensé de crainte à figure humaine. Cette peur, d’ailleurs, bouillonne hargneusement et les pensées de l’Assassin s’évaporent une à une dans l’intense chaleur qu’elle dégage. Elle a surgi sans prévenir, elle qui se cachait jusqu’alors dans les abysses les plus reculées de sa tête (loin sous la mer, dans les ténèbres les plus absolues, comme du magma, dans ce qu’il pensait être l’oubli – mais on ne peut pas oublier ça, n’est-ce pas). La Peur est de-nouveau là. Et quand elle est là, il attaque. Lorsqu’il en aura fini avec le noble, lorsqu’il aura son sang sur sa lame, sur ses mains, et sa mort sur la conscience, l’effroi s’en ira. Apaisé, Angus prendra la fuite et il oubliera toute cette sombre histoire. Comme l’autre fois. (« MEURTRIER » dit une voix ténue quelque part dans son crâne.)

Son épée n’est plus très loin de la poitrine du Français. Il s’attend à ce qu’elle s’y enfonce, qu’elle traverse ce pauvre imbécile et qu’elle ressorte dans son dos. Il souhaite voir la gerbe de sang s’échapper de la plaie béante avant que le corps inerte ne s’effondre sur les pavés mouillés ; il veut que l’eau devienne un peu plus rouge. Mais ce moment n’arrive pas. Parce que des mains ont jailli d’un coup, de nulle part, et l’ont saisi pour le retenir à peine quelques instants après le début de sa charge. Elles s’agrippent à lui et le forcent à s’arrêter, presque à déraper sur le sol mouillé. Il entend le son de ses bottes raclant contre les pavés mais la cohorte de bruits transportés par le flot de gens apeurés, qui les évitent tant bien que mal, l’avale entièrement.

« You need to go! Now! » dit une voix tout près de lui, ressortant dans le vacarme ambiant et parvenant à se frayer un chemin jusqu’à ses oreilles.

Le Brouillard tourne la tête vers celui qui s’accroche à lui, dans le but de savoir qui est-ce qu’il s’apprête à frapper mais la vue de son visage agite quelque chose à la surface de sa mémoire surchargée ; sa confusion, toute nouvelle, l'empêche de lui écraser sèchement son pistolet en pleine figure. Il tente plutôt de se dégager. Cependant la prise de ce gamin est sans appel ; il pousse un grondement. La part censée de son esprit, celle qui réfléchit, tente bien que mal de se remettre en branle, de s’ébrouer, de se débarrasser de ce sentiment grossier qu’est cette peur qui le brûle, de reprendre un peu de contrôle. Finalement, il sent quelque chose remonter à la surface (lui-même, peut-être ?)maintenant qua sa frayeur commence à se refroidir.  

Pourtant toujours aussi noir, son regard sonde les traits de celui qui a eu l’audace de l’arrêter. Angus est juste furieusement effrayé, maintenant. C’est cette balle, cette putain de balle. Trop de souvenirs. Partir. Oui. Il faut partir. Loin. Comme l’autre fois.TRAITRE ») Ne pas regarder en arrière – jamais. Juste partir.

Il se libère de la prise du jeune homme au moyen d’un geste brusque et l’attrape à son tour, après avoir rangé son pistolet. Si sa main tremble, sa poigne se fait plus dure et plus étroite que les fers d’une prison autour du bras du gamin.

« Viens. » croasse-t-il méchamment, et ce simple mot, ce minuscule mot, lui vient de très, très loin, d’un autre temps.
 
Sans attendre de réponse, il tire son fardeau, l’entraine dans son sillage afin de se laisser, eux aussi, emporter par la masse de gens en mouvement, sous la pluie et le ciel voilé.
 


Résumé:
 
Brouillard

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver Nima.
Aime:
N'aime pas: Angus Morganach
Angus MorganachBrouillard
HE WHO SANK DEEP in the black sea has awoken the LEVIATHAN that dreamed there in the waves — LURKED IN HIS MIND
___________

Angus tue en Indianred.

FPBANQUERS

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Thaddeus Wiggins
Masculin
▐ RPG Age : 46 ans
▐ Personnalité : Froid ; pragmatique ; autoritaire ; agressif ; violent ; combattif ; impatient ; se plaint peu ; peu loquace ; secret ; mystérieux ; professionnel ; impassible ; soigneux ; prudent ; vieux ; bagarreur ; méfiant ; terrifiant ; impitoyable ; impardonnable ; tenace ; mélancolique
▐ Parcours RP :
STATUT RP : oh boi (help/3)


» terminés
(www) — f.t. Annabelle V. Peeters (5/10)
(www) — f.t. Xuan Ming (13/40)
(www) — f.t. Risa H. Drake (80)
(www) ♝ INTRIGUE V — f.t. beaucoup de gens. (160)
(www) — f.t.Lucie Fair (40)
(www) ♝ INTRIGUE VI — f.t. Xuan Ming et Ayden Hyde. (160)
(www) ♝ INTRIGUE VI, fin (20)
(www) — f.t. Cassidy Danvers (60)
(www) — f.t. Xuan Ming et Akira Nakamura (40)
(www) — f.t. Xuan Ming (8/20)


» en cours
(www) — f.t. Jean-Jean (20)
(www) — f.t. Oskar P. Magnussen et Maé Connors (30)
(www) — f.t. İlknur Aceleci (20)
(www) — f.t. Destiny Richards (70)
(www) — f.t. Elijah Nash (10)
(www) — f.t. Bonnie R. O'Cahan et Xuan Ming (10)
(www) — f.t. Laoghaire Loiseau (20)
(www) — f.t. Klok (20)
(www) — f.t. Risa H. Drake (10)
(www) — f.t. Rhys Bleddyn (3/10)

850 points rp
10 points OS
50 points de validation

= 910 points.


Rang D.

Chronologie rp trouvable dans la Banque.

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Mer 10 Juil - 20:37
La parole au peuple


Maé plongea son regard dans celui de l’homme. Il le connaissait, il en était sûr. Il connaissait ce regard hanté, il l’avait déjà vu quelque part. Mais ce n’était pas le moment d’y penser. Il n’avait pas fait attention au fait qu’il avait sauvé la vie du noble. Il l’avait dans une façon immédiate, après il devait toujours survivre à ses blessures. Le regard orageux fit tendre son corps d’appréhension. Il n’allait quand même pas le frapper. Le grondement qu’il émit ne le rassura pas sur les intentions de l’homme.

Cependant, il ne le frappa pas. Son regard se fit aussi confus que celui de l’homme. Il n’avait rien fait de particulier Pourtant le plus vieux reprenait pied avec la réalité. Constatant une lueur plus saine dans les yeux, il dressera sa prise. Il eut un mouvement de recul face au mouvement brusque. Il était prêt à esquiver les coups qui ne manqueraient pas de tomber. Cependant, à sa plus grande surprise, ils ne vinrent pas. À la place, son poignet se retrouva dans un solide étau.

Il se doutait que l’homme eût une certaine force. Mais il ne s’attendait pas à être ainsi coincé. Il n’allait sûrement pas pouvoir se dégager sans problème. Il jura dans sa barbe en essayant de voir le gamin de l’ordre dans la foule. Il l’avait perdu. Il pria silencieusement qu’il s’en sorte indemne. Il essaierait de le retrouver quand tout ce bordel sera passé. Pour se rassurer et tant qu’à faire savoir s’il avait aperçu quelque chose en plus. Ce fichu akuma par exemple. Lui par contre il n’était pas pressé de le revoir à nouveau.

Il emboîta le pas, bien décider de ne pas se faire traîner derrière. Il accéléra et cala sa marche pour qu’ils se retrouvent côte à côte. Soudain, il eu une épiphanie. Il savait où il l’avait déjà vu. À Londres, il y a à peine un mois. Il leur avait servi de guide.

-Que faites vous donc si loin de Londres?


Peut-être aurait-il dus tenir sa langue. Mais le stress de l’après-midi s’accumulait. C’était sortit tout seul. Si ça se trouve l’homme ne se souvenait même plus de lui.



Codage par Libella sur Graphiorum


Résumé:
 
[/quote]
The Icy Spear

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Protéger sa famille et aider dans la guerre Sainte.
Aime:
N'aime pas: Maé Connors
Maé ConnorsThe Icy Spear
L'enfer est vide, tous les demons sont ici. Shakespeare


#339966
▐ IRL Age : 25 ▐ Messages : 69 ▐ Autres Comptes : Xuan, Shuk, Alfons
Masculin
▐ RPG Age : 25
▐ Personnalité : Froid / Manipulateur / Mefiant
▐ Parcours RP : ° Maxence : XX/XX/18XX ( 5 post, 50 points) - Normal
°Mission Londres, Angus, Oskar : XX/02/18XX (4 post, 40 point)-Normal
°Intrigue V : 17/03/18XX ( 7 post, 140 points) - Intrigue - Fini
°Andraste : 17/03/18XX ( 3 post, 30 points) - Normal
°Misson Brésil, Louis, Destiny, Oskar : XX/03/18XX ( 4 post, 40 points) - Normal
°Rp libres, Thadd et compagnie : ??? (1 post, 10 points)
°Intrigue VI : 10/04/18XX ( 10 post dont 4 à 20 pts, 140 points) - Intrigue - Fini
°Rp des bébés : 17/04/18XX ( 1 post, 10 points)
°Quete à Zagreb : 18/04/18XX (1 post, 10 points)
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Ven 12 Juil - 21:17


Le son éclate comme un coup de tonnerre au cœur de la manifestation, juste sous les yeux de Basile. C’est la première fois de sa vie qu’il entend un coup de feu, et il est si près qu’il a l’impression que le bruit est tellement fort qu’il vient de lui percer les tympans. Cela suffit à le désorienter complètement pour un moment et il n’est visiblement pas le seul, vu la panique générale qui semble s’être emparée de la manifestation. Les gens commencent effectivement à s’agiter autour de lui et il n’a pas le temps de réfléchir plus longtemps. Il suffit d’une seconde d’inattention pour qu’un violent coup d’épaule, donné par un pauvre bougre qui ne cherche qu’à fuir aussi vite que possible, ne lui fasse perdre l’équilibre et qu’il se retrouve plaqué au sol.

La panique est telle que personne autour de lui ne songe un seul instant à lui venir en aide. Les manifestants ne lui prêtent même aucune attention tandis qu’ils lui passent sur le corps, le faisant se tordre de douleur. Il essaye de se relever, mais son bras droit se retrouve écrasé par quelqu’un, et cela lui fait si mal qu’il pousse un cri de douleur. Il retombe lourdement au sol, avec l’impression d’avoir le bras cassé. La douleur est si vive que les larmes lui montent aux yeux.

Sa respiration s’accélère, à mesure qu’il prend la mesure de la gravité de sa situation. Son bras le lance terriblement, c’est à peine s’il ose le bouger. Il lui faut quand même essayer de le replier un minimum, pour le faire passer sous son corps et le protéger des autres coups des passants. Il n’a pas d’autre choix que d’attendre que ça passe. Il n’est pas assez croyant pour prier, mais il espère quand même que ce calvaire cessera aussi vite que possible.  

Aussi loin qu’il s’en souvienne, il ne s’est jamais retrouvé dans une situation aussi désespérée. Il lui est bien sûr arriver de tomber en faisant du vélo ou en cherchant à escalader quelque chose, mais c’est bien la première fois que ses blessures sont causées par d’autres humains. Il se rend compte qu’il a été incroyablement chanceux, et que son habitude de compter sur la chance pour que tout finisse bien à la fin lui porte aujourd’hui préjudice. Il s’est montré beaucoup trop confiant, il n’aurait jamais dû s’approcher de ses deux hommes. Avec le recul, il est évident que les choses risquaient très fortement de dégénérer. Tous les bleus et contusions qui couvrent son corps, il les doit directement à sa curiosité. A sa foutue curiosité, impossible à contrôler.

Et soudain, alors qu’il a fini par se résigner à se recroqueviller sur lui-même pour limiter les dégâts aussi longtemps que nécessaire jusqu’à ce que ce cauchemar prenne fin, une main l’agrippe par le bras et le tire vers le haut. Il a l’impression d’être un nageur en eaux profondes que l’on ramènerait à la surface après une plongée un peu trop longue. Il n’a même pas eu le temps d’apercevoir le visage de son sauveur, mais il s’accroche à lui avec sa main valide aussi fort qu’il le peut, pour ne surtout pas être abandonné. A ce stade, son visage est couvert de larmes et il sanglote comme un enfant, mais il s’en moque complètement. Il n’a jamais eu aussi peur de sa vie, et son sauveur n’a sans doute aucune idée de l’ampleur du sentiment de reconnaissance qu’il a pour lui à cet instant précis.  

« Oubliez la manifestation, vous devez partir, vite. »
« Oui.. Oui il faut y aller, le plus vite possible. Merci beaucoup, merci infiniment, je ne sais même pas… Je suis Basile, comment est-ce que vous vous appelez ? »


Il faut absolument qu’il connaisse le nom de son sauveur, ne serait-ce que pour pouvoir le remercier correctement plus tard, une fois que tout ça sera fini. Il aimerait aussi pouvoir lui rendre la pareille, aussi vite que possible. En tout cas il se fait la promesse d’essayer. Et pour le moment il s’accroche aussi fort qu’il le peut à son sauveur, espérant quitter cet endroit le plus vite possible.
.


Résumé :
 




L'oiseau aux ailes de cire

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Accomplir quelque chose de grand, révolutionner le monde
Aime:
N'aime pas: Basile Armand
Basile ArmandL'oiseau aux ailes de cire
Basile rêve en darkcyan

Here's to the ones who dream
Foolish as they may seem
Here's to the hearts that ache
Here's to the mess we make

RANG D
▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 150 Masculin
▐ RPG Age : 24 Printemps
▐ Personnalité : Sympathique, souriant, bavard, envahissant, cultivé, créatif, artiste, passionné, curieux, trop curieux, exigeant, un peu égocentrique, original, sûr de lui
▐ Parcours RP : Fiche de Présentation
RS

[FLASHBACKS]
****** avec Hippolyte
****** avec Nausicaa
****** avec Laoghaire

[OCTOBRE-NOVEMBRE]
****** avec Nausicaa
[DÉCEMBRE]
****** avec Nausicaa
****** avec Nausicaa et Maugrim
[JANVIER]
****** avec Oskar
****** avec Svan
[FEVRIER]
****** à Nausicaa
[MARS]
****** avec Lysandre
****** avec Andraste
****** avec tout le monde [Intrigue]
****** avec Milena et Akira
[MAI]
****** avec Cassidy
[JUIN]
****** avec Cyrus

Points : 860
Rang D

Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Jeu 18 Juil - 10:48





Intrigue V - La Parole au Peuple





Perchée sur un toit, dissimulée entre deux cheminées, j'observe la cohue se disperser dans les rues parisiennes. Mes supérieurs avaient raison en me disant que des choses allaient se passer dans la capitale française, mais je doute que beaucoup de ce qui vient de se passer les intéresse. Je griffonne quelques mots sur un bout de papier que je protège comme je peux de la pluie.


Manifestation dans les rues, 1 blessé civil présumé mort, rien d'autre à signaler.

De mon côté, par contre, je dois reconnaître avoir été fascinée par l'évolution de la situation. Toutes ces personnes en colère doivent sembler tendues vers un même but, quand on les regarde d'en bas, mais j'en ai vu bien plus. Il y avait certes le gros de la foule qui cherchait effectivement à montrer son ras-le-bol quant à sa condition démunie, et les bourdonnements qui remplissent encore mes oreilles prouvent qu'ils y ont mis du cœur et de la voix. Mais tellement d'autres partis sont apparus, ne serait-ce qu'un instant, tirant chacun dans sa direction, manipulant la manifestation sans vergogne.

Il y a bien sûr eu l'altercation ayant menée aux coups de feu, pendant laquelle un nobliau a vainement essayé de retourner la foule contre les criminels, les malfrats, les accusant de tous les maux de Paris. Sa motivation était certes pertinente, étant donné l'air franchement malsain du type qui venait de le mettre à terre d'un seul coup de poing. Mais il avait oublié que la misère soude les gens, et qu'aujourd'hui, l'ennemi commun, c'était les riches, les nobles. Je suis franchement surprise qu'il soit encore vie.

Il le doit probablement à cet étrange jeune homme, qui ne payait pas de mine jusqu'au moment où il a tenté de calmer les deux opposants. Son ton autoritaire et calme était arrivé jusqu'à mes oreilles, malgré la distance. Je n'ai pas bien pu comprendre la suite des événements, parce que tout le monde était parti dans toutes les directions, la plupart en courant, paniqués qu'ils étaient par le bruit du coup de feu. J'ai juste eu le temps de voir un jeune observateur un peu trop curieux se faire piétiner par la foule. Vu comment il se tord, je dirais qu'il a une luxation de l'épaule droite. Et la dignité en vrac.

Mais ce n'est pas ce qui a retenu mon attention. Ni non plus la femme qui s'était prise pour une révolutionnaire, agitant un drapeau français comme si elle voulait que des têtes tombent. Non, ce que j'aurais peut-être préféré ne pas voir, ce qui m'a laissé le goût amer que je sens encore dans la bouche, c'était la cavalière. Et son long manteau noir. Je reprends mes jumelles et tente de la retrouver, sans succès. Elle a dû être emportée en lieu sûr après être si violemment tombée de son cheval. Avant aujourd'hui, j'aurais été parfaitement incapable de décrire ces manteaux qui hantent ma mémoire. Maintenant, j'ai non seulement la certitude absolue, viscérale, que c'était les mêmes que celui que portait la cavalière, mais son image est en plus gravé dans ma rétine.

Je retourne doucement vers la lucarne par laquelle j'ai accédé au toit, en faisant attention de ne pas glisser sur la surface humide. Je me glisse à l'intérieur et referme la fenêtre derrière moi, avant de reprendre mon bout de papier.


Demande permission de rester sur place pour mener enquête approfondie.

Je range le mot dans ma poche pour pouvoir l'envoyer par télégramme plus tard dans la journée. Je sais qu'il vaut mieux que je voie tout cela comme une mission, un travail comme un autre. Sinon, l'image de ce manteau noir, porté impunément au milieu de la foule, va me hanter.



Codage par Laxy Dunbar
La Professionnelle

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Trouver sa nouvelle place
Aime:
N'aime pas: Milena Bauer
Milena BauerLa Professionnelle
...

Milena prend des ordres en navy
▐ IRL Age : 24 ▐ Messages : 51 Féminin
▐ RPG Age : 32
▐ Personnalité : Militaire - Professionnelle - Loyale - Introvertie - Silencieuse - Fatiguée - Curieuse - Traumatisée
▐ Parcours RP : FP par ici

Intrigue V (+20)
Le calme après la tempête (+50)
Reality always seems better... (+50)
Une rencontre (im)prévue (+70)
À toutes vapeurs (+100)
Mission spéciale pour agent très spéciale(+80)
Intrus (+20)
(OS) En cavale (+10)
Liberté (Hell) (+10)
Revenir en haut Aller en bas
Re: [INTRIGUE V] La parole au Peuple
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
[INTRIGUE V] La parole au Peuple
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: