Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP
Le Deal du moment : -15%
Manette Xbox sans fil Pulse Red
Voir le deal
50.99 €

Partagez
 

 Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Dim 21 Juin - 18:11





Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?C. Pandélis Bias





Comme à ton habitude petite renarde, tu te promènes à nouveau en ville après avoir effectué ton petit travail chez ton honorable maîtresse Adelheid Von Rosenweld. Cette fois-ci, tu es certaine que personne ne pourra te reprocher quelque chose sur ton travail de tout à l’heure. Les couloirs brillent, certains bureaux sont rangés et tu as aidé deux trois suivants de ton adorable maîtresse. Tu aimes te rendre utile pour les autres douce Ruby. Tu ne peux pas t’en empêcher, c’est incrusté dans tes gênes. Tu adores apporter le sourire aux gens car quand ils le font, tu es certaine qu’ils sont heureux pour un bon bout de temps. Même si c’est quelques secondes, voire minutes, tu sais au moins que leurs petits cœurs ont été légèrement apaisés. Tu te comportes toujours comme une petite chevalière servante, qui se donne corps et âme pour apporter la paix intérieure à un individu et en faisant ce genre d’action tu oublies constamment que toi, majestueuse Ruby, tu dois tout de même penser à toi. Rendre heureux les gens est une chose mais te rendre heureuse toi en est une autre. Depuis ta naissance en tant que démon, tu n’as encore jamais pensé à t’occuper de ta vie à toi. Te faire des amis ? Tu n’as pas songé à ce genre de cas. Avoir une nouvelle famille ? Rester au côté de ta resplendissante maîtresse semble être une meilleure solution. Rencontrer pour la première fois l’amour ? Tu es décédée, tu es morte, tu n’as pas besoin de danser dans ce domaine. Maintenant, toi la petite Akuma de deuxième niveau, en réalité tu ne te soucies plus de ta vie que ta sœur bien-aimée t’a redonnée en échange de son âme et de son corps. Tu restes idiote, sotte, immature, gamine, mais tu t’en fiches car tu aimes servir les gens, tu idolâtres même ta maîtresse Adelheid à tel point que tu peux devenir extrêmement violente si on souhaite la blesser. Actuellement, à l’heure d’aujourd’hui, en ce moment même, tu fixes ton reflet qui est projeté par la vitrine d’une boutique. Ton visage ou plutôt celui de ta sœur Ginger est neutre, non souriant, frôlant la tristesse. Machinalement, tu caresses à l’aide de ta main libre qui ne tient pas le parapluie de ton père ta joue gauche. Le toucher est doux, comme la peau d’un bébé. Tu te souviens que tu as toujours voulu ressembler à ta grande sœur que tu trouvais extrêmement belle. Au final, l’ironie du sort t’a permis d’avoir son corps…

Tu gonfles tes joues, tu détournes ton regard ambré puis tu reprends ta petite promenade en sautillant tout en faisant tourner ton parapluie. Tu te mets à chantonner une mélodie de ta mère, tu esquives avec grâce les habitants de la ville Allemande, puis soudainement, tes petites perles se mettent à briller en y découvrant des glaces. Tu ne sais pas du tout ce que c’est, tu aperçois juste un petit garçon âgé d’une dizaine d’années qui semble très heureux de dévorer ce dessert. Vas-tu être tentée par la tentation de cette petite merveille. Bien sûr que oui, en plus tu ne tiens plus en place. Tu cherches dans ton petit sac la bourse que t’a donnée ta maîtresse ravissante qui ressemble à un ange tombé du ciel. Tu disposes de quelques pièces Goldmark qui feront parfaitement l’affaire pour choisir plusieurs parfums. Fraise et Vanille, voilà ce que tu choisis comme goût pour ta glace. Tu fermes tes petits poings, tu les places près de ton menton, tes yeux brillent de plus en plus d’admirations sur la conception de ton dessert qui arrive rapidement. Lorsque le vendeur te tend cette précieuse nourriture, tu y tends tes petites pattes, toute tremblante, avec limite un petit filet de bave descendant de ta lèvre inférieure. Tu remercies chaleureusement le vendeur, puis tu reprends ta petite route en dégustant tout d’abord le côté où il y a de la fraise. Mon Dieu que c’est terriblement délicieux. Tu es conquise, en extase. Tu retrouves même toute ton énergie qui a été consumé par ton travail dans le manoir de ta ravissante Maîtresse.

Puis, ne regardant pas devant toi car ton dessert est bien plus intéressant. Tu percutes un jeune homme… Tu tombes sur ton derrière, la glace s’écrase sur tes vêtements et ton parapluie repose sur le sol un peu plus loin de ta position. Tu te mets à genoux, comme le font dans ton pays natal, tu poses ton front sur les pavés de la ville, et tu t’excuses auprès du garçon. « Je suis terriblement désolé ô honorable seigneur. J’espère ne pas avoir importuné votre agréable journée et si c’est le cas, je vous donne mille pardons pour mon geste odieux et maladroit. » Tu écarquilles tes iris orangés en entendant le bruit du bois qui se brise. Instinctivement, tu détournes ton attention sur ton parapluie qui est casé en deux. Sûrement par le biais d’une personne qui l’a écrasé de son pied. Les larmes perlent depuis tes billes à tes joues toutes mignonnes. Le cadeau de ton père, de ton merveilleux papa Empereur vient de mourir, vient de succomber à la maladresse d’un honnête homme qui vient d’insulter en Allemand la petite Ruby à cause de son parapluie qui a failli le faire tomber. Tu attrapes les deux bouts de ton précieux cadeaux, tu pleures, tu évacues ton chagrin et tu as honte de ne pas avoir pris soin de ce qu’avait ton père à l’époque. « Pardon ô respectable Père. Pardonnez-moi d’être votre fille. J’ai échoué à ma promesse de prendre soin de votre parapluie… »

Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? 7ee36a10


©️ Jawilsia sur Never Utopia

AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Dim 5 Juil - 15:42

peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?

La mission s'était vite terminée pour Pandélis et n'avait pas été trop épuisante. On l'avait envoyé en Allemagne pour aller à la rencontre d'une femme sensée être alliée à l'Ordre Noir, mais celle-ci n'avait plus donné de nouvelles et les inquiétudes s'étaient immiscées dans l'esprit des membres de l'organisation. On avait ainsi envoyé le Créateur à la recherche de réponses et au final, le garçon n'avait rien découvert de sinistre. Elle avait simplement souhaité rester tranquille pour un moment – bien trop noyée sous le stress quant à son travail – et s'était même montré un peu agressive envers Caspian, lui claquant la porte au nez dès lors qu'elle avait décidé qu'il n'avait plus rien à faire ici. Pandélis avait pesté un peu et était finalement rentré à l'hôtel, passant la nuit à dessiner des croquis de nouveaux objets à construire, se remuant les méninges jusqu'à tomber de fatigue à l'aube. Au final, il n'avait que très peu dormi et voilà qu'il avait décidé, avant de repartir pour Londres, de se promener un peu dans la ville, parapluie en main et reposant sur son épaule.

Les gouttes de pluie s'échouaient sur la toile tandis que ses pas le menaient à travers les rues de la ville, ses yeux bruns détaillant les devantures de magasins. Peut-être pourrait-il ramener quelque chose à Lullaby, pensait-il, et sa main libre s'engouffra dans sa poche toujours remplie de tout et de n'importe quoi – dont quelques pièces de monnaie. Morceaux de tissus, d'écorce ou encore de tout type de métal, Pandélis avait toujours les poches gonflées par les matériaux qu'il conservait au cas où et dût s'arrêter pour regarder combien il avait bien trouvé dans son bazar. Cependant, sentant qu'il dérangeait un peu le passage des passants, il voulût se mettre un peu sur le côté et percuta au même moment quelqu'un, relevant immédiatement son visage pour découvrir une femme désormais à terre, le parapluie échoué à côté d'elle. « Oh, pardon, j'ai pas... » dit-il en tendant la main qu'il avait plongé plus tôt dans sa poche pour l'aider à se relever, sans pouvoir terminer sa phrase que son cœur bondit de surprise en voyant la demoiselle se mettre à genou et l'implorer de la pardonner. Honorable seigneur. Geste odieux et maladroit. Jamais quelqu'un ne s'était excusé d'une telle manière devant lui, et surtout pas pour l'avoir bousculé, et une certaine gêne s'empara de Pandélis qui s'accroupit face à elle, étendant la toile de son propre parapluie au-dessus de la tête de l'inconnue aux longs cheveux roses. Un sourire se hissa sur ses lèvres. « C'est rien, vraiment. Vous pouvez vous... » souffla t-il sans pouvoir à nouveau finir sa phrase qu'un craquement retentit, attirant le regard de Caspian qui serra la mâchoire en voyant le parapluie désormais brisé par l'inattention d'un homme. Et son cœur se tordit en entendant les pleurs de la jeune fille – comment savoir qu'elle avait 200 ans – qui s'excusait auprès de son père.

Une valeur sentimentale, alors ? Les sourcils de Pandélis se froncèrent alors qu'il entendit la voix agressive de l'homme, et s'il ne pouvait pas vraiment le comprendre, il se redressa et le regarda fixement. « Vous pourriez vous excuser, abruti ! » dit-il le cœur battant alors que l'incompréhension pulsait dans ses veines. Le malfrat ne s'était pas même retourné une seconde de plus, parti sans excuses ni sans avoir proposé de le réparer. Et c'était sans doute ce comportement qui confortait davantage Pandélis dans le fait que s'il pouvait vivre uniquement dans ce monde qui était le sien – riche en création, en babioles et autres objets tout aussi beaux les uns que les autres – alors il aurait plongé tout entier dedans. La réalité était différente cependant, et si le bougre n'avait pas daigné aider la jeune femme aux joues couvertes de larmes, alors l'Exorciste pouvait le faire. Il se tourna à nouveau vers elle et s'accroupit, ramenant le parapluie au-dessus de sa tête pour la protéger des gouttes d'eau innombrables. « Je peux vous aider à le réparer. » dit-il d'une voix assurée, un léger sourire se dessinant à nouveau sur ses lèvres. Il avait horreur qu'on réduise en poussière ce qui était cher et il savait que si ce parapluie avait été de sa création ou possédait une valeur inestimable, il aurait bondi sur le malfrat pour lui faire regretter son geste. Mais il n'agirait pas ainsi aujourd'hui, car il fallait vite aider l'âme en peine.

 Halloween
début juin 189X - allemagne.


Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

680 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (20)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Mer 29 Juil - 10:25





Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?C. Pandélis Bias





Les gouttes de pluie continuent de pleuvoir et d'accompagner, de grossir même, tes larmes de tristesse. Tu fixes de manière totalement perdue le parapluie de ton défunt père qui dorénavant est séparé en deux morceaux différents. Il est brisé, il est cassé, il est détruit, tout comme l'espoir de ton respectable père qui doit se retourner sous sa tombe. Tu te sens impuissante, tu as même envie de mettre un terme à tes jours. Alors, d'un regard vide, de tes ambres inexpressifs comme mortes, tu cherches désespérément l'Innocence qui pourra te détruire pour que tu puisses rejoindre le néant, les ténèbres, un endroit où tu ne retrouveras pas ta famille car tu as été stupide. Par ta faute, par ta sottise, le parapluie vient de mourir, de rendre son dernier souffle. Tes mains tremblent, tu es désespérée, tu continues d'implorer le pardon de ton père, qui, lui, ne te réponds pas depuis les cieux, depuis le royaume des Dieux, là où peut apparaître un grand dragon qui vole dans le ciel, selon les légendes…

Sous ta tristesse, sous ton désespoir, tu n'entends pas le garçon qui tente de te parler, de communiquer avec toi. Non, toi tu es trop enfermée dans ta petite bulle et soudainement, tu lèves ton visage de petit ange en scrutant la direction où est partie l'Allemand qui vient de marcher sur ton parapluie. Tes yeux pourraient s'injecter de ton sang, tu détiens tout à coup une envie oppressante de retrouver ce gentil monsieur afin de...le dévorer ? Oui, à l'intérieur de ton corps métallique, ton instinct d'Akuma souhaite prendre le dessus pour dévorer la viande fraîche qui vient de partir. Ce serait une vengeance gratuite Ruby, tu es capable de prendre la vie de cet honorable inconnu qui sans doute doit avoir une famille, une femme, un ou plusieurs enfants. Mais tu résistes ravissante renarde, tu luttes de toutes tes forces car tu ne veux pas être responsable de ce geste odieux et méprisant. Donc, tu prends sur toi, tu avales lourdement ta salive tout en sentant des gouttes de sueurs froides perler le long de tes tempes. Tu as bien failli perdre le contrôle jolie fleur, tu peux donc te féliciter intérieurement d'avoir tenu bon. Tu pourras en parler à ta resplendissante maîtresse qui elle au moins pourra te conseiller...

Subitement, tu ne sens plus la pluie qui tombe pour caresser tes cheveux, ton visage et ton corps. Non, au lieu de cela tu te retournes pour constater que le jeune garçon que tu as percuté tout à l'heure te protège de ce mauvais temps, avec son parapluie. Tu écarquilles tes doux ambres qui se mettent à briller de reconnaissance et de gratitude. Mais ce n'est pas tout. Oui...ce n'est pas terminé et ton palpitant effectue un tour sur lui-même lorsque le gentil inconnu propose son aide pour réparer le cadeau de ton père. Il n'a pas l'air de mentir car sa voix est assurée, et puis son sourire sur ses lèvres c'est si beau que tu en rougis. Sous l'excitation, à cause de ton petit caractère enfantin et très tactile, tu te relèves rapidement pour serrer, enlacer, câliner l'honorable garçon. « Je vous en prie, je vous en conjure même, honorable monsieur. Je veux bien votre aide pour redonner vie au parapluie de mon respectable père. »

Si ce jeune homme dit vrai, si ce gentil humain ne ment pas, alors ta vie reprend un sens dans ce monde triste. Tu reprends espoir en chassant ton désespoir qui t'aplatissait sur le sol en te montrant que tu n'étais rien pour ce monde. Mais voilà, les anges ça existent, et peut-être que ce garçon doit en être un. Tout en continuant de le câliner, tu déposes un doux bisou sur sa joue droite puis sur la gauche pour ne pas la rendre jalouse. Tu te recules ensuite d'un petit rire qui reprend vie, grâce à l'ange qui cache ses merveilleuses ailes. « J'accepte volontiers votre aide, merveilleux ange de ce monde. » adresses-tu au garçon tout en montrant ton plus merveilleux sourire. « Je m'appelle Ruby. Ruby Grynberg. » te présentes-tu en accomplissant une révérence de ton pays de naissance ; la Chine. « Êtes-vous un ange, honorable monsieur ? Si oui, le paradis existe vraiment ? J'ai lu un bouquin à ce sujet la semaine dernière. » dis-tu en séchant tes larmes avec tes mains puis en reprenant le bien de ton père brisé dans tes petites mains frêles.

Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? 7ee36a10


©️ Jawilsia sur Never Utopia

AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Sam 29 Aoû - 23:32

peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?

Pandélis comprenait sans mal la peine qu'il pouvait observer sur le doux visage de cette femme – de cette personne à l'apparence juvénile et en réalité pourtant si vieille. Ce parapluie désormais cassé et gisant au sol avait une valeur sentimentale qui jamais ne pourrait être remplacé par un autre pépin, qu'il soit du même modèle ou non. Il ne suffisait qu'à penser au fait que l'on pouvait briser Lullaby en mille morceaux pour que le garçon ne se sente submerger de chagrin, de colère et d'un sentiment d'injustice. Après tout, cet homme qui n'avait pas eu la décence de s'excuser voyait sans doute ce parapluie comme un simple objet, pas comme quelque chose à laquelle la Renarde se raccrochait probablement. Était-elle éloignée des siens ? Son père était-il encore là ? Le détenteur de Creation ne connaissait encore rien de cette femme, qui n'en était finalement plus vraiment une ou du moins elle n'était pas entièrement humaine et pourtant, comment le savoir à travers ce faciès qui s'illumina sans attendre lorsqu'il lui assura qu'il pouvait l'aider à le réparer ?

L'espoir luisait dans ces mirettes ambres et Pandélis sentit son cœur bondir dans sa poitrine en sentant la Renarde l'enlacer et le serrer contre elle, l'embarras s'immisçant dans chaque parcelle de son corps immobile et de son esprit. « Qu... » commença t-il, sans pouvoir continuer, la voix de la demoiselle résonnant jusqu'à ses oreilles pour lui signifier qu'elle acceptait son aide, qu'elle l'en conjurait et il y avait dans ces mots le poids de tout l'amour qu'elle portait à cet objet. Elle comptait sur lui, véritablement, et sans trop savoir comment réagir à ce contact physique inattendu, Pandélis vint placer l'une de ses mains près de la nuque de l'Akuma et la tapota gentiment. « Ne perdons pas de temps, alors.. » dit-il en sentant son cœur battre avec force contre sa cage thoracique. Son sourire crispé par cette intrusion dans son espace intime s'était détendu, le jeune homme comprenant sans mal que cette étreinte était aux yeux de l'inconnue l'équivalent d'un millier de remerciements.

Cependant, il ne s'était pas attendu à avoir davantage qu'une étreinte et les deux bisous sur la joue qu'il reçût le déstabilisèrent un peu plus, son visage prenant une teinte rosée tandis que la Renarde se reculait et répétait à nouveau qu'elle acceptait volontiers son aide. Et la Renarde avait un nom. Ruby Grynberg. « E-enchanté, Ruby ! Moi c'est Pandélis, mais vous pouvez m'appeler Pan'... Et me tutoyer, aussi. » dit-il en se grattant l'arrière de la nuque, encore gêné, se redressant alors que la pluie martelait contre la toile du parapluie qui les recouvrait désormais tous les deux. D'où venait-elle exactement ? Car il fallait être aveugle pour ne pas remarquer ses manières et la façon dont elle avait de lui parler. Caspian n'avait cependant pas encore fait le tour du monde et la Chine restait un pays qui lui était inconnu. Qui plus est, Grynberg ne lui évoquait pas le continent Asiatique et ainsi, le garçon sentait son être se gonfler de curiosité à l'égard de la jeune femme à qui il avait décidé sans attendre de venir en aide. « Allons-y. » dit-il en gardant ce petit sourire accroché à ses lèvres, vérifiant que Ruby avait bien l'entièreté du parapluie avant de se mettre à marcher, se mêlant au mouvement des passants qui prenaient la même direction qu'eux. Au-dessus d'eux, la pluie commençait à se calmer et les premières éclaircies venaient embrasser le sol parsemé de flaques.

Sans attendre, la voix de l'Akuma résonna à nouveau jusqu'à lui et Pandélis détourna les yeux vers elle, encore un peu embarrassé par ce qui venait de se produire. Pourtant, elle parvint en ces quelques mots à l'attendrir d'une certaine manière. Elle paraissait si innocente et son esprit si particulier que cela le marqua instantanément. A son retour, pensa-t-il, il faudrait qu'il en parle à Lullaby – il voulait lui raconter cette rencontre car il avait cette impression que Ruby était, tout comme lui, dans une bulle qui n'appartenait qu'à elle et si à la différence d'elle, Pandélis comptait Lullaby dans sa bulle, il était plongé dans un monde qui l'avait toujours garder davantage éloigné d'une humanité qu'il trouvait parfois complexe. « Non, j'suis pas un ange. Mais je pense que le Paradis existe quelque part. » dit-il d'une voix un peu pensive, son esprit divaguant vers Pépé Bias et son compagnon, morts tous les deux. Il se rappelait avoir levé la tête vers les cieux lorsqu'il avait découvert les croquis de construction de Lullaby et il se rappelait avoir eu espoir que son grand-père puisse observer sa découverte et le féliciter de là où il était. Plongeant sa main libre dans sa poche, Pandélis fit un signe de tête à Ruby pour lui indiquer de le suivre dans la nouvelle direction qu'il empruntait. « Je vais récupérer mon matériel et on va s'installer sur une terrasse couverte, juste en face. Le temps est en train de changer. Depuis quand tu l'as, ce parapluie ? » demanda t-il en abaissant ses yeux luisant de curiosité vers le bien brisé. Et son enthousiasme grandissait dans sa poitrine à la simple idée de pouvoir réparer, de pouvoir manipuler le bois et remettre à neuf ce précieux parapluie.

 Halloween
début juin 189X - allemagne.


Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

680 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (20)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Mer 16 Sep - 23:53





Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?C. Pandélis Bias





Tu pouvais l'appeler Pan' et le tutoyer dès ce tout premier échange. Tu le fixes donc longuement, pressant l'ongle de ton index gauche sur ta lèvre inférieure qui brille légèrement sous l'effet des premiers rayons de soleil qui arrive enfin à percer dans les nuages épais de la précédente pluie. Tu ne peux te résoudre à être si familière envers cet ange tombé du ciel, de ce sauveur qui grâce à lui redonnera vie à ton précieux cadeau que tu as reçu de ton respectable et honorable père. Le voilà qu'il se gratte l'arrière de la nuque dévoilant un sentiment de gêne à ton égard. Si tes oreilles seraient apparues, tu les aurais replié de culpabilité d'avoir été aussi tactile sur ce jeune garçon. Ô douce renarde, tu vas vraiment devoir stopper ta manière d'être aussi tactile. C'est une façon pas très correcte de te comporter ainsi. L'on pourrait croire que tu es une femme vendant ton corps pour de l'argent. Mais comment résister à cette envie de toujours vouloir emprisonner dans tes bras les gentilles personnes à ton égard ? Tu es tellement heureuse, honorée de pouvoir être aidée. Tu sais que ton père étant un ancien Empereur de Chine te disait sans arrêt que c'était un immense privilège de pouvoir être aimé de son peuple. Tu l'enviais par moments, voulant être un jour comme lui et apporter de l'amour, de l'espoir aux gens dans le besoin. Tu baisses ton visage, ton menton ainsi que tes mirettes ambrés afin d'observer le cadavre de ton parapluie asiatique. Ton papa te manque tant, même si sa mort date de plus de deux cents ans, tu ressens toujours un vide dans ton cœur. Sans oublier que ta mère et ta sœur te remplit sans cesse de tristesse. Tristesse que tu transformes en sourire pour les gens de ton entourage.

Ne perdons pas de temps comme Pandélis le dit. Pourtant le temps ne te scie guère. Tu es plus vieux que lui, tu es même immortelle. Tu as arrêté de compter les années qui s'échappent autour de toi. Tu as même observé un jour la croissance d'un nouveau-né pour le voir s'éteindre quatre-vingts ans plus tard. Alors, peu importe si tu dois attendre ou te presser, tu ne fais juste plus attention au temps qui s'écoule comme le ferait le sable dans un sablier. « Je vous suis, ô gentil ange Pandélis tombé du ciel. » ajoutes-tu d'une voix tendre et douce à la limite d'être berçante. Tu ranges alors les morceaux de parapluie dans un petit sac et sans crier gare, sans y demander la permission, tu enroules ton bras caché sous ton kimono détenant des représentations de fleurs de cerisier autour de celui du garçon. Tu bouges machinalement tes petites narines en y découvrant le doux parfum du jeune homme qui t'enivre lentement, faisant donc rosir tes pommettes bariolées de tatouages signifiant ta royauté de fille de l'Empereur. L'ambre de tes iris contemple le ciel lorsque l'adorable Pandélis pense que le paradis doit bel et bien exister. Ton père et ta mère doivent sans doute t'observer de là-haut où le dieu dragon leur a permis d'être réincarné. « Mon parapluie ? » demandes-tu en réfléchissant à la question de ta nouvelle rencontre sur le nombre d'années où tu détiens ton trésor. Tu t'apprêtes à lui répondre mais ton cœur se resserre de lui dire la cruelle vérité. Il n'est pas judicieux d'avouer que tu es vieille de plus de deux cents ans. « Il s'agit d'un cadeau d'héritage. » expliques-tu d'un ton envoûtant et extrêmement tendre. « Le parapluie est donné à la seconde génération. Mon honorable grand-père l'a confié à mon père et ce dernier me l'a donné à mes seize ans. Au moment où je pouvais être marié avec un prétendant. Ainsi, je l'aurai plus tard confié à mon premier enfant. » Tu ne mens pas sur cette histoire. Tu ne dis que la vérité, cachant juste que cette tradition est vieille. En vérité, le parapluie devait être attribué à ta grande sœur mais pour ne pas faire de jaloux, ton père a reproduit ce trésor en une deuxième copie pour toi. Ton père, c'était le plus attentionné au monde, tout comme ta mère. Tu avais vraiment des parents remarquables.

Revenant à la réalité, ton odorat humain succombe immédiatement à une drôle d'odeur. Ça sent bon, ça t'ouvre l'appétit. Tu vas donc voir d'où provient ce parfum, c'est évident. Alors, tu retires la douce étreinte de tes plumes sur le bras de ton sauveur. Tu te faufiles dans la foule tout en esquivant les passants sous des pas de danse. Une fois à destination, ton regard rêveur contemple les sucreries du marchand de bonbons. Ainsi, tu achètes une pomme d'amour pour toi et une autre pour le charmant jeune homme. Tu gonfles tes petites joues, tu rougis de timidité et tu donnes la sucrerie à l'ange tombé du ciel. « En échange pour votre aide, adorable Pandélis. »

Mais pourquoi donc autant de tendresse pour cette inconnue qui au final demeure à être...un ennemi naturel. Tu ne le sais pas. Tu le découvriras peut-être plus tard. Ce n'est sans doute pas anodin, que toi la fille de l'Empereur, morte à cause de la cruauté de l'Impératrice, tu es devenue une chose bien plus horrible pour faire trembler ton peuple. Tu es revenue à la vie en tant que démon renard. En tant que Kitsune qui charme ses victimes pour ensuite les dévorer...ou bien en tant que divinité qui protège ses sujets à la manière d'un gardien...mais quel est donc ton véritable rôle dans tout ça Ai Li ?


Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? 7ee36a10


©️ Jawilsia sur Never Utopia

AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Mar 20 Oct - 19:00

peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?

De Ruby émanait une innocence souvent caractéristique des jeunes enfants – de ceux qui découvraient le monde, qui apprenaient à ressentir les choses et qui jamais ne se lassaient de ce qu'ils voyaient – et Pandélis voyait le visage de Lullaby défiler dans son esprit en observant la jeune femme à la voix si douce. Toutes deux dotées d'une chose que peu possédaient encore, le garçon avait l'impression qu'il était important qu'elles ne s'en dépêtrent pas comme lui ne se décrochait jamais de cette bulle qui l'entourait, de ce monde qui était le sien et qui représentait tout. Et s'il avait été surpris que la poupée de Thèbes puisse parler, se mouvoir et s'exprimer librement, il savait que la demoiselle au parapluie brisé n'avait pas été façonnée par l'homme, construite pièce par pièce – et comment lui dire qu'elle était en fait une machine de guerre et que cette innocence dans laquelle elle était emmitouflé avait été souillée par la matière noire, par la volonté sinistre d'un Comte aux desseins sombres.

Tout comme Siobhán, Pandélis n'avait aucune idée de ce qui se cachait sous cette carcasse et son cœur bondit à nouveau de surprise en sentant le bras de Ruby se crocheter au sien. Il allait sans aucun doute devoir s'y habituer, mais jamais on ne s'était autant introduit dans son espace vital et l'embarras était encore un peu présent, bien qu'un sourire s'était dessiné sur ses lèvres en entendant l'appellation de l'Akuma à son égard et en sentant l'enthousiasme grandir dans sa poitrine en sachant qu'il allait pouvoir faire ce qui lui plaisait le plus : réparer, modeler, façonner, arranger. Ce parapluie si précieux aux yeux de la jeune femme – pas si jeune que ça finalement – attisait sa curiosité et après avoir laissé celle-ci s'exprimer, Caspian écouta avec attention la réponse de Ruby, ses pas les menant tous les deux vers l'hôtel où il résidait le temps de sa mission. Un cadeau d'héritage. Une valeur qui ne pouvait être ignorée, et même si elle n'avait pas répondu exactement à sa question, la simple mention d'un grand-père apportait des éléments sur l'ancienneté du parapluie, qui devait être probablement très vieux s'il avait traversé les âges encore avant son grand-père. Pandélis hocha alors doucement la tête. « C'est souvent comme ça. Certains cadeaux d'héritage, quand ils sont trop vieux, finissent par s'user. La matière s'abîme et si on manipule trop  brusquement l'objet ou s'il tombe, il se brise... » dit-il d'un air pensif, repensant à tout ce que lui avait confié et instruit son grand-père. Il n'y avait qu'à voir dans le regard du porteur de Creation tout l'amour qu'il portait à ce qu'il avait appris, à Pépé Bias qui lui avait transmis ses connaissances, qui lui avait légué son monde. « Mais ne t'inquiète pas, ton parapluie sera réparé avant ce soir. » dit-il d'un air assuré, ses prunelles s'égarant sur le visage de Ruby qui s'était finalement détourné ailleurs. Et elle quitta son bras, se perdant à travers la foule. Où allait-elle ? « Ruby ? » dit-il d'une voix forte, se frayant à son tour un chemin pour tenter de la suivre.

Mais avant qu'il ne soit parvenu jusqu'à elle, ce fût la Renarde qui revint vers lui, les joues rougies et une pomme d'amour tendue vers lui. Pandélis s'arrêta, à nouveau surprit avant de sourire un peu plus, riant légèrement. « Une pomme d'amour ! Merci beaucoup, Ruby. J'adore ça. » dit-il en prenant la sucrerie dans sa main, commençant d'ores et déjà à la grignoter. « Mais tu n'as pas besoin de me remercier tu sais. Je ne pourrai jamais m'empêcher de réparer quoique ce soit si je vois qu'il est en mauvais état. » dit-il après avoir fini une première petite bouchée, reprenant son chemin en direction de l'hôtel. Et bientôt, l'architecture de la bâtisse se dessina derrière les passants, Pandélis faisant signe à Ruby de l'attendre avant de redescendre, quelques instants plus tard, avec son matériel qu'il ne pouvait s'empêcher de toujours transporter avec lui. « Viens, on va s'installer dans un coin. » dit-il en laissant ses pas le mener vers un coin de la terrasse couverte, prenant place sur une table pour deux avant d'étaler son matériel et de tendre ses mains vers le parapluie. « Je peux ? Si tu veux, tu peux m'aider à le réparer. » proposa t-il en élevant ses yeux vers Ruby, l'impatience grimpant encore et encore dans sa poitrine. Il savait ô combien cela était satisfaisant de réparer les babioles et il savait alors que la Renarde pourrait se plaire à donner une seconde vie à son parapluie.  

 Halloween
début juin 189X - allemagne.


Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ? 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

680 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 145 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (20)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Peux-tu réparer la chose qui est la plus précieuse à mes yeux ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Allemagne-
Sauter vers: