Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Tiré par les cheveux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
Tiré par les cheveux
Mar 29 Juil - 21:47
Tiré par les cheveux

Une crinière rousse tellement… fournie et bouclée

Lëo était accroupi, la tête dans le seau. Son estomac se compressait et se dilatait rapidement, il grondait. Lëo n’avait rien dans le ventre, ou très peu. Naviguer sur les océans lui donnait la nausée. Le tangage du bateau lui retournait littéralement l’estomac. Une douleur au ventre se fit sentir, le garçon se compressa le ventre. Tout les marins et ses compagnons lui avaient donné des conseils pendant tout le voyage. L’un d’eux lui avait préconisé de dormir. De un, la nausée l’empêchait de dormir, et de deux, il ne pouvait pas passer tout son voyage à dormir. Heureusement que la vue de l’eau et des vagues le calmait, bizarrement, un peu. Ils eurent la chance de voir une bande de dauphins sautés de l’eau, la queue d’une baleine qui s’écrasa à la surface et un banc de poisson volant qui planait sur le bateau (Lëo s’en pris un en pleine face, il avait d’ailleurs un joli bleu sur la joue.)

Le voyage fut long entre New York et la congrégation. D’après le capitaine, on longeait la côte ouest de la France en direction de la Manche. La France ! Le portugais aurait aimé la visiter. Le pays d’Espérance ! Hina, elle était au ange à virevolter entre les voiles et les mats. La terre était en vue, il passait entre une île et la côte bretonne. On distinguait presque un village au loin. Pourquoi longeait il la côte d’aussi prés ? Aucune idée. Sûrement un secret de capitaine pour éviter une tempête ou mieux prendre le vent. Un grand mystère dont Lëo finira par trouver une réponse dans un des livres de la congrégation.

Soudain, le vent se leva. La voile claqua contre la mat. Le ciel devint noir et rempli de nuage menaçant. L’air était humide et lourd. Un ordre du supérieur et toute la petite fourmilière se mit en marche. Les cordes furent tirées pour remonter les toiles. Le portugais aida du mieux qu’il pouvait avec ses frêles bras. Hina eut vite fait de retourner sur l’épaule de son maître. Les rames sortirent de chaque coté. Le bateau se dirigea vers la côte, vers le port le plus proche.

Rapidement, ils accostèrent. Tout le monde descendit. Les marins prirent refuges dans une petite auberge nous loin du port. Lëo et les traqueurs qui l’accompagnent allèrent manger un morceau dans une autre petite auberge moins bondé. La nourriture fut délicieuse mais pendant le repas, un des traqueurs reçu un appel de la congrégation. Une mission serait disponible dans la capitale française. Enfin, disponible… plutôt exigé. Dés le repas fini, ils reprirent la route. Lëo était content, tout se faisait sur la terre ferme, le planché des moutons.

Ils traversèrent une jolie forêt luxuriante jusqu’à un petit village. Ils s’arrêtèrent dans un couvent. Dès la vue du petit exorciste, la sœur en chef leur offrit sans rechigner leur hospitalité. Vu que la nuit venait de tomber, elle leur offrit une chambre pour trois. Le matelas était un peu dur, mais au moins il n’y avait pas les mouvements du raffiot. Fatigué, l’exorciste s’écroula dans un sommeil profond.

Lëo ouvrit les yeux. Au lieu de voir le plafond de pierre de la chambre, ses yeux se posèrent sur une masse de poils roux et frisés qui entouré un joli visage plein de tache de rousseur. Pris par surprise, le garçon se releva rapidement cognant la tête de l’intruse. Il voulut lâcher un petit cri de douleur, mais la fille lui plaqua sa main sur sa bouche pour le faire taire. Lëo regarda autour de lui, ses deux compagnons dormaient à point fermé. Le portugais se caressa la tête la où commençait à apparaître une petite bosse. Que lui voulait elle ?


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mer 30 Juil - 21:57
Je lève les yeux, inquiète. Le ciel est en train de se couvrir. C'est pas bon signe. Je ne peux m’empêcher de regarder en direction de la mer. Pourvu que les marins rentrent à temps... Il y a eu des morts il n'y a pas longtemps, et je n'aime vraiment pas ça.
Je sens comme un point froid dans le dos. Je me retourne et vois la mère supérieur qui me fusille du regard. J'ai compris, je retourne travailler.
Aujourd'hui, je suis de corvée au jardin. Et, aussi étrange que cela puisse paraître, c'est triste. Le jardin est triste. Il pourrait être rempli de fleurs, et sentir bon les aromates, mais non. Il est terne, sans couleurs ni parfum. c'est donc une charge de plus qui remplit d’ennui mes journées.
Stop. Je dois arrêter de m'apitoyer sur mon sort. Je dois chercher quelque chose de positif dans ce qui m'arrive.. cherche Gwen. Cherche. Je sais. Je pourrais être employée à la laverie.
Je reprends ma tache, fredonnant un air celtique que j'ai appris quand j’étais enfant.  
Soudain, je sens quelque chose tomber. J'ai à peine le temps de comprendre que le déluge commence.

La soirée a commencé. Nous venons juste de sortir de table. Ce soir, nous avons des invités, et ce sont exclusivement des hommes. La mère supérieur, dans un soucis de « protection de nos pauvres âmes » les a fait manger dans une autre pièce et fait tout pour qu'ils ne croisent aucune des sœurs. Mais c'est peine perdue dans un aussi petit bâtiment. Je viens de les croiser. Ils font peur. Couverts de bandages et squelettiques, on dirait des morts revenus pour nous hanter. Je crois avoir lu quelque part qu'un peuple enroulait ses morts dans des bandelettes de tissu. A cette idée je frissonne.
Derrière eux, je vois un enfant courir. Un enfant ? Quelle drôle d'idée. La vue de ce petit bout me fait sourire et me ramène des pensées positives.

Le soir venu, je me couche, mais ne peux m’empêcher de me demander ce que font nos invités au couvent. Je n'avais jamais vu personne entrer. Et encore moins des hommes. Et pourquoi sont-ils couverts de bandages ? Sont-ils couverts de plaies ?
RHA ! Je déteste être pleine de questions sans pouvoir y répondre ! Je me tourne et me retourne dans mon lit, et finit par trouver le sommeil.

Tac. Tac. Tac.
Je me réveille en sursaut. Quels sont ces bruits ?
Tac. Tac. Tac.
Paniquée, j'enfile mes chaussures et me dirige dans mon placard. Mon arc n'y est pas, car je le cache dans la forêt, mais j'y trouve quand même mes flèches. J'en attrape une et me dirige vers l'endroit d’où vient le bruit.
Tac. Tac. Tac.
Le bruit devient de plus en plus fort. Qu'est ce que cela signifie ?
Je suis devant une porte. Derrière se trouve la source du bruit. J'empoigne ma flèche, souffle un grand coup et entre. Il faut du temps pour que mes yeux s'habituent au noir. J'aperçois les silhouettes dormantes de nos invités. Le bruit de l'enfant. Il doit faire un cauchemar, et donne des grands coups dans le mur. Si je ne l'arrête pas de suite, il va se faire mal.
Je m'approche donc du petit bout et le réveille. À en croire la douleur sur mon front et sa frimousse quand il me regarde, je l'ai surpris.

« Tout va bien ? Tu veux sortir »

Il ne me répond pas. Je l'empoigne donc et l'emmène avec moi pour le faire sortir jusqu'aux jardins.


Spoiler:
 




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mer 30 Juil - 23:02
De "beaux" jardins

S’il vous plaît, il lui faut un docteur !

« Tout va bien ? Tu veux sortir »

L’inconnue rousse se tenait là devant lui, attendant une réponse. De la manière dont elle les avait prononcés, vite et un grand sourire aux lèvres, on voyait qu’elle était impulsive et énergique. Le silence resta quelque temps, un peu embarrassant. Non pas que Lëo ne voulait pas répondre, mais plutôt qu’il ne savait pas quoi répondre. Il ne comprenait pas pourquoi elle était là et pourquoi elle lui posait ses questions. De toute manière, il n’aurait pas pus lui sortir un mot : c’était une personne et d’autant plus une fille.

Pourquoi à chaque fois qu’il avait quelqu’un dans son champ de vision, il ne pouvait que se poser les mêmes questions ? Que va-t-elle penser de lui ? Et si je disais des bêtises ? Et si je lui faisais de la peine ? Et si je devenais lourd ? Comment faire pour tout dire sans paraître ennuyeux, ou méchant, ou indiscret ? Parler, c’était entré dans l’intimité de la personne qu’il avait en face de lui et ça le faisait peur. Par contre, avec ses amis Rusty ou Hereata, sa langue se déliait comme délivré de ses chaînes, comme s’il les connaissait depuis toujours.

Heureusement Hina vint casser le silence en se levant faisant grincer un ou deux mécanismes qui commençait à rouiller. Hina était certes une innocence, mais elle reste un objet mécanique avec pour énergie celle de son innocence, son énergie. Mais la fille du couvent n’y prêta pas attention et me saisit par le bras. Qu’est ce que les gens avaient tous à le prendre par le bras ? Non pas que ça l’énerve, mais on dirait que les gens pensent qu’il est trop petit pour les suivre sans être tenu. Enfin, bref… La bretonne - simple supposition du fait de sa chevelure de feu et de son appartenance au couvent – l’emmena jusque dans les jardins du couvent. Un de ces jardins intérieurs, une petite cour entourée de couloirs. Un arbre dominer dans un coin, un grand pommier, les pommes était encore verte mais certaine rougissait.

Le reste était dans un état un peu moins joli. Les tomates n’avaient aucun fruit, les pommes de terre commençait à jaunir et ne parlons pas du reste. Lëo pensa que s’était un problème de disposition des fruits trop à l’ombre ou trop au soleil. Mais, il n’avait pas à donner son avis. En revanche, les courgettes étaient de belle taille.

Hina profita qu’on soit à ciel ouvert pour prendre son envol dans le ciel matinal. Du moins tenta de prendre son envol dans un bruit aigu de gond mal huilé. Le portugais eut juste le temps de le rattraper avant qu’il ne tombe au sol. Il n’y avait pas pensé l’air de la mer humide et salé avait fait rouiller son oiseau mécanique. C’est un cas d’extrême urgence. Il se tourna vers la rousse pour lui demander :

« S… S’il vous plait. »

Il gratta le sol avec le bout de sa chaussure gêné de demander un service.

« Vous pourriez me donner un peu d’huile… »

Il avait peut être un peu parler dans sa barbe, mais avait tout fait pour rester poli. Il attendait une réponse positive en tenant son compagnon dans ses mains. Hina se tenait debout, elle ne semblait plus vouloir s’envoler. Va-t elle comprendre qu'il voulais de l'huile pour les grincements de Hina ? Et non, tout autre type d'huile ? Cependant Lëo n'y avait pas penser tout de suite...


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 2 Aoû - 23:53
Spoiler:
 

Nous sommes arrivés dans le jardin. J’éprouve une gêne en voyant l’état dans lequel il est, c'est à dire  vraiment moche. Cette gêne s’amplifie lorsque je me rends compte de ce que je viens de faire. Le pauvre. Il doit me prendre pour une folle. En plus, je ne suis pas sure qu'il ait compris pourquoi je l'ai réveillé. Il va me détester. Dommage, il avait l'air gentil.

Je me concentre sur lui à nouveau et le regarde. Il a l'air mal à l'aise. Et voilà, je l'ai choqué. Mais pourquoi j'ai fait ça. Je sens déjà des larmes me monter aux yeux.
Ces temps, je vais pas très fort. Et cet incident venait comme un énième coup de couteau porté à mon moral. Pourtant, je faisais tout pour voir le bon côté des choses, comme d'habitude. Mais en ce
moment, je n'y arrivais pas.

Le silence s’installe entre nous, chacun perdu dans ses pensées.
Finalement, il le brise. Sa voix est douce. Il est au comble de la gêne. Le pauvre. C'est méchant à dire, mais il est trop mignon comme ça.
À ses côtés, se trouve un oiseau mécanique. Ouah ! Il est magnifique. Je reste béat devant ce spectacle. C'est époustouflant. Je me demande comment est ce qu'il fonctionne. Peut être est il habité par un esprit. Mon enfance a été bercée par les mythes de Brocéliande, et autres légendes de fées et farfadets. Et malgré mon âge, je continue de penser que ces petites créatures existent quelque part.
Je le laisse finir sa phrase. Il me demande de l'huile. On en a en cuisine. Je m'apprête à y aller quand j'ai un éclair de génie. Suis je débile. Il est évident qu'il veut de l'huile pour son oiseau. Ce n'est donc pas en cuisine que je vais trouver ça. Hum, réfléchissons bien. Ou est ce que je pourrais trouver une telle chose ? En tout, cas, ce qui est certain, c'est que je n'en trouverai pas au couvent. J'ai une idée.

« Je suis navrée, nous n'en avons pas ici. Mais je pense que nous pouvons en trouver au village, chez le serrurier ou l'horloger. Qu'en penses tu ? Tu veux y aller? »

Je ponctue mes mots de sourires, et essaie de mettre le plus de chaleur possible dans ma voix, afin de le rassurer.
Il semble peser le pour et le contre, et finalement, il hoche la tête.
Le soleil commence à se lever. Aujourd'hui sera une belle journée. Tout cela me redonne du baume au cœur.

« Et si on prenait un bon petit déjeuner avant de partir ? »

Je vais encore me faire gronder : j'ai réveillé un invité, je suis allée dans les cuisines me servir sans permission et je serai sûrement absente une bonne partie de la matinée, voire de la journée. À l'idée de tout ce qui m'attend à mon retour ( sermon, punition, sans parler des remarques acerbes de la mère supérieur), je sens mon cœur se serrer.
Et puis, tant pis. Tout ça, je le fais pour lui. Et puis, c'est pas comme si je ne m’étais jamais faite gronder...
Je lui fais signe de me suivre et l'emmène aux cuisines.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Dim 3 Aoû - 18:27
Faim

Nous ne nous sommes pas encore présentés.

Elle sembla réfléchir un moment. Elle devait chercher où trouver l’huile qu’il avait demandée. Elle dut avoir une idée car elle alla faire un pas vers la porte d’où ils venaient, mais se ravisa. Elle eut une mine déçue. Elle n’en avait pas.

« Je suis navrée, nous n’en avons pas ici. »

Lëo allait baisser les bras, pensent qu’Hina ne pourra plus voler avant quelque temps.

« Mais je pense que nous pouvons en trouver au village, chez le serrurier ou l’horloger. Qu’en penses tu ? Tu veux y aller ? »

À cette nouvelle, je lui souris, timidement, mais je lui souris. Mon œil avait repris de la couleur alors que je la regardais droit dans son œil. Elle aussi, elle souriait. Elle était gentille. Une question lui brûlait les lèvres : Pourquoi l’avait-il réveiller et emmener ? Mais aussi : Puis je sortir d’ici sans les traqueurs ? Que vont-ils faire s’il s’en rende compte ? Le plus important restait Hina ! Alors, j’hochai la tête.

« Et si on prenait un bon petit déjeuner avant de partir ? »

Un petit déjeuner ? Mais personne n’était levé. Que penseront les dames de ce couvent ? Surtout s’il les voyait ensembles. Et elle, elle se fera réprimander. Je ne voulais pas être la cause de cela. On pourrait aller directement chez l’horloger.

La fille fut plus rapide que moi et me fit signe de la suivre. Elle était déjà à la porte. Lëo courut derrière elle. À chaque foulé ses cheveux roux se soulevait. Ça ne la gênait pas ? Le bâtiment était modeste et le chemin jusqu’aux cuisines fut court. Ils entrèrent. Ou plutôt elle entra et Lëo fut contraint de la suivre.

Elle l’invita s’assoire sur une table avant d’aller dans le garde manger. Lëo posa Hina sur le bois de la table. Pendant qu’elle préparait de quoi manger, il observa son oiseau sautillé sur le bois. Elle arriva avec du pain, un peu de lait, deux bols, de la confiture et d’autres choses. Elle s’assit en face et posa tout sur la table.

Lëo hésita un instant pour prendre quoi que se soit, mais son ventre se mit à gargouiller. La vue de toute cette nourriture lui avait donné faim. Il prit un peu de pain et commença à se faire timidement une tartine.

« Merci ! Je m’appelle… Lëo. »

Il approcha sa tartine à sa bouche et mordit dedans.


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Lun 4 Aoû - 22:36
Je sors tout ce que nous avons dans les cuisines et lui propose. Il hésite, mais son estomac gronde. Je souris et le vois commencer à petit déjeuner. Très bien. Je suis assise face à lui. Je  me sers moi aussi. Il me parle. Lëo, c'est joli.

« Je t'en prie. Moi c'est Gwenaëlle, mais appelle moi Gwen. Bon appétit ».

Je m’apprête à mordre dans ma tartine, mais mes cheveux me tombent sur les yeux. J’évite de peu la catastrophe : mes cheveux couverts de confitures.
Je me lève et attrape un lacet de cuir derrière moi, m'attache les cheveux, puis reprends mon petit déjeuner. Le silence s'installe, mais il n'est pas pesant.
Soudain, j'entends des pas dans le couloir. Je me prépare psychologiquement à me faire gronder et commence à penser à des choses positives. Ça m'aide à garder le moral. Je tourne la tête vers la porte, prête à sortir mon sourire le plus rayonnant. Dans l'encablure de la porte, j'aperçois sœur Angeline. Parfait. Elle ne me grondera pas. Au contraire, elle nous sourit et s'attable avec nous.

« Bonjour ».

Tout le long du repas, je fixe l'oiseau mécanique, toujours aussi émerveillée. Par contre, sœur Angeline n'y prête presque pas attention. Pourquoi ? Il faudra que je lui demande.

Lëo a finit de manger. Nous partons donc. J'attrape des chaussures et une veste, puis nous sortons.  Le soleil est maintenant sorti. Les nonnes commencent à s'activer. Je rabats ma capuche sur mes cheveux, espérant ainsi être plus discrète. Nous nous dirigeons vers la porte. Miracle ! Elle n'est plus verrouillée. Nous nous faufilons et sortons.
Après quelques mètres, j'enlève ma capuche, détache mes cheveux, puis inspire un grand coup. Je ne peux m’empêcher de sautiller sur place.

Nous nous engageons sur le chemin. Le vent souffle dans les arbres. Je m'arrête et l’écoute, j'ai l'impression d'entendre parler. Comme si les fées et farfadets cherchaient à communiquer. Je commence à fredonner, un air que ma nourrice me chantait quand j’étais petite. Je finis l'air et sourit au ciel. Ça fait vraiment du bien de se sentir libre.
Je finis par me souvenir de la présence du l'enfant. Il doit me trouver encore plus étrange.

«Il y a un peu de chemin jusqu'au village, mais ne t'inquiète pas pour ton « ami », ce ne sera pas long. Au fait, tu vas mieux ? Et tu n'as pas trop mal aux jambes ? »

A nouveau, il baisse les yeux. Il semble perdu. Je m'accroupis et mets mon visage au niveau du sien.

« Tu ne te souviens de rien ? Tu as fait un cauchemar. Tu donnais de grands coups dans le mur. C'est la raison pour laquelle je suis venue te réveiller. Tu ne te souviens vraiment pas ? »

Ma voix est douce. Je me veux rassurante.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mer 6 Aoû - 21:43
Cauchemar

Les souvenirs sont parfois douloureux mais ils font se que nous sommes aujourd’hui

Il y avait vraiment de quoi manger sur cette table. Certes ça ne pourra pas rivaliser avec les bons petits plats de Jerry, mais tout donnait envie. Même le pain avait l’air succulent. Elle se présenta à son tour. Elle se prénommait Gwenaëlle. Encore un prénom qu’il ne connaissait pas. Il était joli et semblait lui aller parfaitement. C’est bizarre cette sensation qu’un prénom va avec une personne. Enfin, elle attacha ses cheveux rebelles et commença à manger. Lëo était concentré sur sa tartine qu’il beurrait et recouvrait de confiture d’abricot. Il ne vit même pas la sœur entrer dans la pièce. Ce n’est que quand elle était assis à table que Lëo tilta. Les joues du garçon se rosit se qui fit sourire la nouvelle venue. Elle commença elle aussi à déjeuner permettant à Lëo de se calmer. Il réussit même à lui dire "bonjour", il était fier de lui. Attendez ! Il en était devenu fier de lui pour un "Bonjour" ! Il fallait vraiment qu’il voie un médecin.

Le repas finit, ils prirent la route. Il avait été délicieux. La confiture était acide et sucré juste ce qu’il fallait. Le jour avait finalement pris le dessus sur la nuit. Ils marchaient quand soudainement elle s’arrêta. Le portugais fut contraint de s’arrêter aussi. Puis, après quelques secondes, elle fredonna une jolie musique. Elle semblait comme libérer, elle devait se sentir mieux dehors que dans son couvent. Lëo la comprenait. L’air dans la congrégation était oppressant et trop humide, ce devait être pareil pour elle.

«Il y a un peu de chemin jusqu'au village, mais ne t'inquiète pas pour ton « ami », ce ne sera pas long. Au fait, tu vas mieux ? Et tu n'as pas trop mal aux jambes ? »

Pas très loin ! Super, plus vite ce sera fait, plus vite ils seront rentrés. Mais, le faites qu’elle s’adressait à lui l’obligea à baisser les yeux. Par la même occasion, il regarda ses jambes, qu’avaient elles ? Et pourquoi il irait mal ? Elle pense peut être que c’est parce que je suis malade que je ne parle pas. Je baissai encore plus mon visage. Elle le vit et se mit à ma hauteur en me relevant le menton.

« Tu ne te souviens de rien ? Tu as fait un cauchemar. Tu donnais de grands coups dans le mur. C'est la raison pour laquelle je suis venue te réveiller. Tu ne te souviens vraiment pas ? »

Son visage s’éclaircit. Le cauchemar, il l’avait presque oublié. C’est son intervention qui l’avait interrompu. Et maintenant les images revenait : Il était d’abord avec son père et gardait les moutons comme à son habitude. Il s’assit, dos appuyer sur un rocher et ferma les yeux pour respirer un bon bol d’air. En rouvrant les yeux, il se vit, Hina dans les mains, à moitié construite. Une fois fini, il se tournait vers la porte et des bruits de pas. Quelque chose de lourd arrivait du couloir. Sa porte s’ouvrit et la silhouette de sa mère apparue. Elle ouvrit la bouche et un obus sorti de sa gueule. C’est à ce moment qu’il fut réveillé.

Ses yeux se remplir de larmes, des larmes qui ne coulèrent pas alors qu’il baissait la tête. Pour ne pas que la rousse voit son excès de tristesse. Il se remit à marcher dans la direction où ils allaient avant de faire cette pause.

« Je suis désolé… Mais je crois qu’on a encore un peu de route. »

Lëo positionna Hina dans la poche pectorale de sa veste noire pour mieux essuyer ses larmes qui ne voulaient pas quitter ses yeux.


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Dim 10 Aoû - 1:23
Spoiler:
 

Il se souvient. Son visage se teint d'épouvante. Il est tout pâle. On croirait presque qu'il a vu un fantôme. J'aurais peut être mieux fait de ne rien dire. Je sens le poids de la culpabilité sur mes épaules. Cependant, j'ai un doute. Ses souvenirs semblent forts, à en juger ses réactions. Alors que, lorsque moi j'essaie de me souvenir de mes cauchemars, je n'ai que des bribes confuses et mélangées. Ses souvenirs sont-ils seulement liés à son cauchemar ? Pauvre enfant.
Il se remet en marche, le tête toujours baissée. Lorsqu'il me parle, ses mots semblent peser des tonnes, et se voix est fade, teinté de chagrin. Je ne vois que son dos, mais c'est assez pour deviner qu'il pleure. Ses petites épaules tremblent, secouées par les sanglots. Et je l'entends renifler. J'en suis sûre maintenant, j'ai commis une bourde. Je n'ose pas bouger, j'ai peur de l'effrayer un peu plus, ou de l'importuner.
Après quelques minutes, voyant que son chagrin ne s'arrête pas, je le prends dans mes bras, et le porte jusqu’à un banc non loin. Là, je l'assois sur mes genoux et essaie de le consoler. Je n'ai jamais été très douée pour cela, mais je tente quand même. Je me souviens de comment ma nourrice faisait et reproduis ses gestes. Je commence donc à le bercer, lui caressant la tête, et fredonnant une mélodie douce.

« Là. C'est tout. »

Son oiseau s'extirpe de sa poche et vient de frotter aux joues de l'enfant. Je sens sa respiration se calmer peu à peu. Une nouvelle idée me vient à l'esprit.

« Que dirais-tu d'une promenade dans les bois, une fois que nous aurons de l'huile ? »

Je ne suis pas certaine d'entendre sa réponse. Bah tant pis, on verra ça le moment venu. Il finit par sortir de mes bras (et de mes cheveux...). Il semble gêné. Je l'ai peut être brusqué.
Pourtant, je continue sur ma lancée. Je ne vais sûrement pas m'arrêter maintenant, le reposer à terre et reprendre ma route comme si de rien n’était. Avec ma manche, j'essuie les dernières larmes aux coins de ses yeux rougis. Puis je lui donne un dernier baiser, sur le front.

« Ça va mieux ? »

Il hoche la tête. Je ne suis que vaguement convaincue, mais décide de le croire. Je le repose à terre. Nous reprenons notre route. Toutefois, je garde sa main dans la mienne. J'espère par ce geste lui faire comprendre que je suis toujours là, pour le protéger, et que tout va bien se passer.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Lun 11 Aoû - 21:48
Réconfort et Horlogerie

L’excitation enlève toujours la timidité aux enfants

Lëo avait un petit coup de bluz. Le deuil de ses parents, il l’avait déjà fait et leur avait promis de ne plus pleurer pour eux. Non, les larmes venaient d’autres part de quelque part plus au plus profond du cœur de Lëo. Peut être que l’absence de ses parents avait tout de même à voir le dedans. En faites, Lëo ne savait pas, il était confus, perdu. Ce cauchemar, il le faisait souvent, du moins les nuits où il n’était pas très fatigué. D’habitude, le manque de sommeil du au lourd travail qu’il fournissait lui donnait des nuits sans rêve. Mais là la nuit avait été plus douce, moins mouvementé et en plus, il s’était couché tôt.

Ce qu’il faudrait à Lëo se serait sans doute de retourner chez lui, dans son pays, ne serait ce qu’une journée. Pour voir si sa maison tenait encore debout, si les villageois avaient fait attention à sa disparition, si les moutons vont bien, si Rex son chien de berger allait bien, si… si… les tombes de ses parents avaient été érigées. Lëo avait une certaine rente d’argent en accomplissant les missions, il pourrait peut être l’utiliser.

Il se sentait mal à l’aise vis-à-vis de Gwenaëlle, elle devait s’en vouloir. Ce n’était pas de sa faute, mais les larmes coulaient, des larmes accumulées avec toutes ces choses horribles qu’il avait vécues. Alors, il pleurait, et pleurait. Puis, la rousse l’arrêta, le prenant dans ses bras. Lëo n’opposa aucune résistance, il se laissa même faire. Il était assis sur un banc, sur ses genoux. Elle commença à faire des petits mouvement d’avant en arrière. Il sentit sa main passée dans ses cheveux et entendit une mélodie. Tout cela commencerait à l’apaiser quelque peu.

« Là. C'est tout. »
Hina aussi sortit aussi de sa poche et vint en sautillant se coller sur sa joue. Les larmes ne coulaient plus. Il n’avait plus ses parents, mais c’est comme ce qu’il se disait la dernière fois, il a toujours des gens autour de lui pour le soutenir, pour l’aider. Il ne devait pas les décevoir. Il reprit ses esprits, un peu d’eau resta dans ses yeux, il les essuya en reniflant.

« Que dirais-tu d'une promenade dans les bois, une fois que nous aurons de l'huile ? »
Lëo n’allait pas dire non. Surtout que cette fois, il n’y aura pas ce méchant oiseau akuma pour l’attaquer. Mais pour le moment, le plus important était de trouvé de l’huile, sinon Lëo aurait plus de mal à se défendre contre les akuma. Hina était son atout, elle était agile et rapide, elle lui avait été d’un gigantesque secours contre Elliot.

Je me redressai en relevant la tête, bien sûr sans soutenir son regard plein de gentillesse et de compassion. Elle me reposa et essuya ce qui resta de l’eau salée sur mon visage. Lëo sursauta quand il sentit les lèvres de la bretonne sur son front. Il sourit et ses joues devinrent écarlates. Que répondre à ça.

« Ça va mieux ? »

Sa langue toujours liée, il hocha la tête. Une fois en marche, la rousse le pris par la main. Ce fut un nouveau geste rassurant que Lëo accepta avec un sourire. Oui, il n’était pas seul ! Main dans la main, les deux compagnons de routes arrivèrent au village.

Un village simple et modeste comme celui d’où il venait. L’horlogerie ne fut pas difficile à trouver. L’enseigne représentant une pendule qui donnait réellement l’heure avec marqué en gros Horlogerie Orlando était visible de toute la rue principale. Lëo lâcha la main de sa guide et courut jusqu’à arriver devant la vitrine. Tel un enfant de six ans devant un magasin de bonbons, il avait les yeux qui brillaient d’une lueur nouvelle. Tout le chagrin qu’il avait eu quelques minutes plus tôt avait disparu. Sans hésitation et sans regarder si Gwenaëlle le suivait, il entra dans la boutique. Il y avait des horloges partout : des horloges à balancier, des coucous, des pendules. Tous ces rouages qui se mouvaient ensemble dans un seul bruit sonore qu’était le Tic Tac de la trotteuse. Ici, il est sur de trouvé l’huile qui lui fallait.

Il entendit finalement le bruit de la porte d’entré et la petite clochette pour avertir de l’entrée d’un visiteur. En faîtes, c’était Gwen qui entait. Lëo était devant une sublime montre à gousset et qui, ouvert, laissé voir des rouages en mouvement. Gravé sur le clapet un sublime oiseau perché sur une branche. Par contre, ce qui découragea le garçon c’était sont pris. S’il voulait l’acheter, il devrait donner toutes ses économies qu’il avait sur lui. C'est-à-dire qu’il ne pourra pas se payer de repas pendant son voyage à Paris.

Le portugais sursauta en entendant une voix dans son dos :

« Elle te plait mon garçon ? »
Il hocha la tête un peu déçu.

« Bonté divine ! Qu’est ce donc que cet oiseau mécanique. !?
- C’est Hina mon oiseau de compagnie. L’excitation d’un enfant enlève toujours sa timidité.
- Je n’ai jamais vu de chose pareille. 48 ans que je fais des horloges et jamais je n’ai vu pareil miracle. »
L’horloger contourna son présentoir et  la jeune rouquine pour se placer au niveau de l’oiseau perché sur l’épaule du garçon. Soudain, il fronça des sourcils en entendant les grincements rouillés.

« Tu me permets que je le regarde dans mon atelier ? »
Lëo hocha encore la tête et l’horloger prit délicatement Hina dans ses bras.

« Suivez moi ! Je vais le graisser un peu et le regarder de plus prés. »
Il conduisit les deux compagnons vers son arrière boutique.


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 12 Aoû - 0:16
Il va mieux. Nous faisons le reste du chemin en silence. Comme je l'avais annoncé, ce n'est pas très long. La ville commençait à me manquer. J'observe de toute part. Les gens sont habillés avec pleins de couleurs. Et moi qui suit toute en noir. Heureusement que mes cheveux sont roux, sinon, ce serait vraiment triste. Je sens Lëo tirer sur mon bras pour finalement partir en courant. Il se précipite sur une vitrine. Nous sommes arrivés. Je jette un coup d’œil à l'enseigne, elle est magnifique. Sans vérifier si je le suis, l'enfant rentre dans le magasin. Je rigole en silence et entre à mon tour.

À l'intérieur, c'est magnifique. Partout des montres et horloges. Je me promène dans la pièce, regardant avec curiosité dans tous les coins.
Le petit saute partout. Il est adorable. Il semble avoir jeté son dévolu sur une montre à gousset. Je m'approche pour voir à mon tour, et doit bien reconnaître qu'elle est sublime. Pourtant, il a l'air déçu. Il ne doit pas avoir assez. Je regarde dans ma poche. Il y a peu, lorsque j'ai rencontré Stefanu, j’étais sortie faire des courses, et je n'ai pas pu me servir de cet argent.je devais m'en servie pour acheter de nouvelles flèches. Mais rien ne m’empêche de les acheter plus tard, ou même de les fabriquer moi même. Et puis, il y a assez pour acheter la montre. Ça pourrait lui faire plaisir. J'y réfléchis quand l'horloger arrive. Je sursaute légèrement en l'entendant parler. Lui aussi est admiratif devant l'oiseau. Hina. C'est un joli nom. J'aimerais beaucoup avoir un tel compagnon moi aussi. Les journées au couvent serait moins tristes, moins longues
.
L'homme nous propose de venir dans son arrière boutique. Je les suis en silence, lui et Lëo.
Lorsque je vois son arrière boutique, j'ai des étoiles qui brillent dans les yeux. C'est magnifique. Partout, il y a des écrous, des rouages ou encore des aiguilles. Je préfère m'attacher les cheveux pour ne pas me les coincer quelques part. Pendant que l'homme jette un coup d’œil à Hina, je continue de tourner dans la pièce. Horloger. Ce doit être un métier extraordinaire. Donner vie à des objets. J’effleure du bout des doigts un automate ayant l'apparence d'un enfant jouant du violon. Je le touche à peine qu'il se met en marche faisant un bruit monstrueux. Je panique, ne sachant pas quoi faire pour l'arrêter.

  « Je suis désolée ».

Je sens mes joues s'enflammer. Décidément, je suis bien incapable de ne pas me mettre dans l'embarras... L'homme vient en riant me sortir de cette situation. Il me répète que ce n'est pas grave.

« Je ferais mieux de sortir. »

Je leurs adresse un dernier sourire, et retourne dans la boutique. Derrière le comptoir, je vois la femme de l'horloger. Je m'approche donc d'elle et lui achète la montre à gousset qui plaisait beaucoup au petit bout. Je la lui offrirai ce soir. J'espère que ça lui fera plaisir.
Finalement, l'enfant et l'homme sortent de l'arrière boutique. Je tends ma main à Leö, qui la saisit, puis nous sortons du magasin, non sans avoir au préalable remercier chaleureusement l'artisan.

 « On va se promener, ou tu préfères d'abord faire un tour en ville ? »




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 12 Aoû - 21:15
Merci !

Promenons dans les bois, pendant que le loup n’y ait pas !

Lëo était comme dans un magasin de confiserie. Il y en avait partout, partout, partout. Des horloges aux mécanismes parfois tout à loufoque, des automates articulés, des morceaux de rouages, engrenage, tige, écrous… L’horloger se plaça à son bureau sous une lampe et prend sa loupe monoculaire. Il posa aussi délicatement Hina que quand il l’avait pris et s’assit. Lëo regarda scrupuleusement se qu’il faisait. Une petite boite avec de la graisse était poser à côté de lui. L’artisan se saisit d’un pinceau et se mit à huiler les rouages de l’oiseau. En même temps ça lui donnait l’occasion de l’inspecter. Puis, un bruit fit sursauter les deux garçons. C’était Gwen qui avait touché à quelque chose.

Elle s’excusa alors que l’horloger venait à sa rescousse. Il s’agissait d’un petit garçon métallique qui jouait du violon. Soudain, elle décida de partir de l’atelier pour retourner dans la boutique. L’artisan se remit au travail.

« Gamin, il y a quelque chose qui me turlupine ! Quelle énergie utilise ton oiseau pour se mouvoir ? »
Le garçon hésita, devait il lui répondre ? Devait il lui dire ce qu’était l’innocence ? Non, c’était une mauvaise idée, il risquerait de le prendre pour un fou. Alors il opta pour le mensonge.

« Je n’en sais rien. Ce n’est pas moi qui l’ai fait.
- Dommage ! »
Le travail finit, l’horloger se leva et Hina repris son envol. Au début, elle hésita de peur de retomber puis un coup d’aile et la voila dans les airs, à tourner dans l’atelier avant de se poser sur l’épaule du garçon vêtu de noir.

« Merci, mon garçon d’avoir partager un tel miracle avec moi. Je vois que tout ceci t’intéresse, prend ce que tu veux !
- Mais c’est vous qui… qui m’avez aidé !
- Pas de mais ! J’insiste ! »
Alors Lëo se mit à regarder plus attentivement autour de lui. Il y avait tant de jolies sculptures : Des roses, des oiseaux, des lutins… Mais celui qui attira de suite son regard était un elfe brandissant un arc prés à tiré. C’était une sculpture métallique d’une grande précision recouvert de bronze. Lëo le pris dans les mains pour sentir le métal froid entre ses doigts.

« Alors ! Tu as trouvé ! Très bon choix ! Je voix que tu as l’œil pour trouver les statuts qui ont de la valeur ! Regarde il y a une émeraude incrusté dans son thorax ! »
Le portugais était gêné, il ne s’attendait pas à avoir si bien chois. Il ne voulait pas le déposséder d’un tel joyau. Il allait le reposer quand l’horloger l’arrêta.

« Ne sois pas timide. J’ai dis que tu pouvais prendre ce que tu voulais. Alors prends le ! »
Un sourire aux lèvre et non sans être gêné, il enfoui la statue dans sa petite sacoche de sa ceinture avant de retourner à la boutique. Gwen me tendit la main et je la saisis avant de partir. Avec un grand sourire je cris un grand « Merci ! » à l’horloger. Il avait été si gentil. Puis vint la question la plus difficile.

« On va se promener, ou tu préfères d'abord faire un tour en ville ? »
Lëo n’en avait aucune idée et préférait ne pas avoir à décider. Mais elle lui demandait son avis, il se devait de répondre. Le problème de la ville était qu’il y avait trop de monde pour l’enfant et il en avait un peu mare de voir du monde. Il préférera sûrement plus le calme des bois. Ça lui rappellera certes son combat contre ce stupide oiseau capitaine, mais au moins il sera sur de ne pas le voir dans celui là. Avec un peu de chance il est resté en Amérique.

« On avait dit… que… on allez se promener dans les bois. »
Lëo sentait que ces mots étaient plus faciles à dire que d’habitude. Gwenaëlle inspirait la confiance et, du moins il l’espérait, elle le jugeait pas. Aussi tôt dit, aussitôt en route. Il marchèrent pour sortir du village et se dirigèrent vers leur destination.


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Jeu 14 Aoû - 10:47
« On avait dit… que… on allait se promener dans les bois.

- Et bien c'est parti alors. »

Nous faisons demi tour et reprenons notre route, en direction du couvent. Alors que nous traversons la ville, certains commerçants me font signe et me saluent. Je leur réponds, mon sourire habituel collé à mes lèvre. Il m'arrive même parfois d'avoir des crampes aux joues lorsque je souris trop.
Finalement, nous sortons de la ville. Je m'arrête quelques instants pour décider de la route à suivre. Deux chemins s'offrent à nous. Soit on reprend le même que nous avons emprunté pour venir. Ce serait plus simple. Mais j'encours le risque de croiser une bonne sœur et de devoir retourner au couvent illico presto. Je secoue énergiquement la tête à cette idée. Il en est hors de question. L'autre solution, est de couper par les champs, au milieu des vaches. Bah, ce sera rigolo, et puis elles ne nous feront rien.
J'opte donc pour cette solution, et indique le chemin à l'enfant. Nous passons sous les clôtures et traversons la pâture. Le berger nous salue de la main. Je l'entends nous crier quelque chose mais ne comprends pas. Ou du moins, je comprends trop tard qu'il nous prévient que son taureau est lui aussi dans le champs. Et si j'ai compris le sens de ses mots, c'est parce que le taureau s'est mis en tête d'attraper une partie de ma tignasse.
Nous voilà dontc partis dans une course poursuite à travers champs. À ma grande surprise Lëo court plutôt vite. Mais pour éviter tout risque, je l'attrape au vol et le porte dans mes bras. Nous atteignons finalement l'autre bout du champs, qui n'était pas si grand que ça en fait. Une fois en sécurité, je pose l'enfant au sol et reprends mon souffle. Mais cela est plus compliqué que prévu, car je suis prise d'un fou rire. J'essaie maladroitement de m'excuser auprès de lui, mais tout ce qui sort de ma bouche ce ne sont que des paroles confuses et incompréhensibles. Après dix longues minutes, je finis par m'arrêter de rire. J'essuie les larmes que j'ai aux yeux et parle enfin de manière compréhensive.

« Cela faisait des mois que je n'avais pas autant rit. Désolée, je t'ai mis en danger. Tu n'as rien ? ».

Le petit bout me fait comprendre que tout va bien. Nous reprenons donc notre route, à nouveau, et pénétrons dans la forêt. Je détache mes cheveux et inspire un grand coup. J'adore ces odeurs. L'odeur humide des feuilles après la rosée. Celle plus fraîche de la terre. Et le parfum multicolore des fleurs. Je peux tout entendre tout. Le moindre crissement d'insecte. La moindre respiration des animaux. Et le vol des oiseaux. Je me sens enfin chez moi.

« Si tu veux voir les animaux, il ne faut faire aucun bruit. »

Nous commençons notre promenade en silence. La chance nous sourit, puisque au bout de seulement quelques minutes, nous apercevons une biche. Elle nous regarde tranquillement et reprend son chemin. Je jette un coup d’œil à mon compagnon. Il est ravi. J'ai un pincement au cœur lorsque je réalise qu'après cela, il va falloir rentrer au couvent, et que finalement, il va devoir repartir. Je ne dois pas y penser. Je dois profiter de l'instant présent.  Nous continuons notre ballade et apercevons d'autres animaux. Soudain, je vois une pierre des fées.

« Veux tu que je te raconte certaines des légendes d'ici. Celle qui parle de fées, de farfadets et autres ensorceleurs ? »

A ces mots, je sens mon cœur accélérer. Ces contes sont partie intégrale de mon enfance.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 16 Aoû - 22:39
Balade champêtre et sylvestre

Raconte moi une histoire !

Ils étaient en route. Hina avait reprit son envol se sentant enfin libre de ses mouvements. Le chemin, le garçon le reconnu. Enfin, jusqu’à ce que Gwenaëlle s’arrête. Elle semblait hésiter entre deux chemins. D’un côté le chemin qu’il avait pris et de l’autre un jolie champs avec quelques représentants de la famille des bovins. Ça fait combien de temps que Lëo n’avait pas vu de vrais animaux de ferme ? Ils entrèrent dans la parcelle.

Le berger nous fit signe et les deux compagnons le lui rendirent d’un signe de la main. Ah Berger ! Il eut un petit pincement au cœur en pensant à ses moutons qu’il avait du abandonner. 50 têtes laissaient sûrement à son oncle. Il se souvint des journées à rester à l’ombre d’un arbre entendant les histoires de son père en gardant les bêtes. Soudain un frisson parcourut son dos. Un bruit trop familier arriva jusqu’à ses oreilles. C’était… c’était le bruit d’un sabot qui raclait le sol. Les vieux réflexes se remirent en marche. Ceux de… COURIR !!!

Il prit les jambes à son coup, et courait assez vite. Il avait échappé bon nombre de fois à un bélier enragé. La première fois, il l’avait provoqué. Ses fesses l’avaient bien sentit. Heureusement c’était qu’un jeune bélier. Mais il c’était souvenu de se jour et l’avait accoursé deux ou trois fois. Ces autres fois, il avait couru bien plus vite que l’animal. Il arrêta de la pour chasser quand son père cassé son bâton de marche sur son dos, le bélier l’avait aussi bien sentit.

Puis, je me sentis soulever, emporter par un bras. Gwenaëlle me portait et courait. Je ne voulus pas me débattre de peur de la faire tomber, avec moi par la même occasion. Alors elle continua jusqu’à la clôture avant de reprendre son souffle. Puis, je me mis à rire et elle m’accompagna. Il fallait avouer que la situation n’était pas très drôle. Il aurait pus mourir encorner par les cornes de la bête, mais le fou rire les pris jusqu’au larmes. Lëo, en se ressaisissent, se surpris à se rouler par terre.

Une fou le calme revenu, il se leva pour écouter son ami :

« Cela faisait des mois que je n'avais pas autant rit. Désolée, je t'ai mis en danger. Tu n'as rien ? ».
Un signe de la tête et elle comprend que se n’était rien. Ils se remirent en route. Les majestueux êtres de bois se tenaient devant eux. Ils passèrent entre deux. Hina tournait autour des arbres faisant des huit et des loopings. Elle était heureuse. Si une innocence pouvait être heureuse. L’odeur de la terre fraîche arriva jusqu’à ses narines. Lëo se sentait bien, il se sentait libre. Il allait se mettre à courir, mais elle l’arrêta nette.

« Si tu veux voir les animaux, il ne faut faire aucun bruit. »
Lëo siffla et Hina rappliqua se posant sur son épaule. Au croisement d’un chemin, une biche croisa leur chemin. Des étoiles plein les yeux, Lëo la regarda passer en chuchotant :

« C’est un cerf élaphe ! »
C’es la première fois qu’il en voit un pour de vrai. Il était bouche bée jusqu’à se qu’ils reprirent leur chemin. Jusqu’à ce qu’il tombe sur une gigantesque pierre plus grande que la rousse et d’une forme assez bizarre comme si elle voulait toucher le ciel.

« Veux tu que je te raconte certaines des légendes d'ici. Celle qui parle de fées, de farfadets et autres ensorceleurs ?
- Oh oui ! »
Toujours ce regard étincelant, Lëo se trouva une petite place sur une pierre plate pour s’assoir. Il en connaissait des histoires lui aussi, il devait lui en raconter une.

« Seulement si moi aussi je peux te raconte une histoire ! »
Il fallait qu’il lui raconte un des récits que lui avait partager son père, c’était obliger.


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Dim 31 Aoû - 23:35
«  Ce serait avec un immense de plaisir ».

L'impatience se ressent dans ma voix. J'ai toujours adoré les histoires. Je dois bien avouer que ma curiosité n'y est pas pour rien. Le visage tendre de ma nourrice me revient. C'était elle qui me racontait toutes ces histoires. Maintenant que j'y repense, c'était elle ma vraie Maman. Elle a toujours été la pour moi, et elle ne m'a jamais reproché d'être celle que je suis.
Je vois le visage de Lëo qui me fixe. Ah oui ! Nous disions une histoire. Je fouille ma mémoire. Certaines ne sont pas complètes. Il me manque une partie, ou je ne suis pas sûre des détails. Cela me peine un peu. Il va falloir que je les relise. Il y a aussi les récits d' Arthur et ses chevaliers de la table ronde. J'ai très envie de les lui raconter... Mais elles sont farfelues. Et surtout, si je commence, je ne m’arrêterais jamais.
Finalement, une histoire me vient. Elle est presque évidente. L'histoire d'une ville orgueilleuse. La ville d'Ys. J’hésite quelques instants. Elle est un peu sombre, et j'ai peur de le choquer. Malgré tout, je suis mon instinct et décide de la lui raconter.
Je m'assois en tailleur sur le sol et tapote mes genoux. Il hésite quelques instants, et finalement s'assoit. Je passe mes bras autour de son petit corps et commence mon histoire.

« Il était une fois... Un homme nommé Gradlon. C’était un homme digne et fière. Un jour, il tomba amoureux d'une jolie créature. Il s'agissait de Malgven, mi femme mi fée, qui était Reine du Nord. Mais elle était déjà mariée. En conséquence, Gradlon décida de tuer l’époux de sa bien aimée. Ainsi, tout deux purent fuir sur le dos de Morvac'h, ça veut dire cheval des mers en breton, et partirent sur les océans. »


En prononçant ces mots, je le sens frissonner. Je ressers mon étreinte pour le rassurer, et le réchauffer, puis reprends mon histoire.

«  Leurs amour donna naissance à une petite fille, Dahut. Malheureusement Malgven mourût. Peu après, Gradlon arriva avec sa fille en Bretagne et se convertit au christianisme sur les conseils de Saint Guénolé.
Les années passèrent, et Dahut grandit. Son père ne pouvait rien lui refuser. C'est pourquoi, un jour, il lui fit construire l’orgueilleuse ville d'Ys. La ville devint alors un endroit de festins, de jeux, de danses. Chaque jour, la princesse Dahut avait un nouvel amant. Et lorsque le soir venait, elle lui faisait porter un masque noir, puis passait la nuit avec elle. »


Je rougis, comprenant la portée de ces mots. Je me racle la gorge et reprends mon récit, les joues toujours en feu.

«  Mais lorsque le jour venait, et que le soleil se levait, le masque se resserrait et étouffait son porteur. Un cavalier prenait alors le corps sur son cheval pour aller le jeter dans l'océan, au-delà de la Baie des Trépassés, d’où son nom, à proximité de la Pointe du Raz. Ainsi, toutes les conquêtes de Dahut mouraient au matin et étaient jetées à la mer. »

Je fais une pause, pour laisser un peu de suspens. Mes yeux sont dans le vague. Je sens une légère pression sur mon bras. Il semblerait que mon silence s’éternise. Je ris doucement, inspire profondément et recommence mon histoire.

« Un jour sous les traits d'un prince mystérieux tout de pourpre vêtu, le diable se présenta aux portes de la ville. Séduite par ce jeune homme, Dahut céda à la tentation et lui confia les clés qui contrôlaient les écluses, rempart indispensable face à l'eau. Le démon ouvrit aussitôt ces portes, et en peu de temps, la ville et les habitants furent engloutis. Seuls Gradlon monté sur son cheval Morvac'h et Guénolé réussirent à s'échapper, ce dernier ayant contraint le roi d'abandonner sa fille aux flots mortels. La noyade de Dahut soulagea le courroux divin, et les flots se calmèrent. Le cœur brisé, le roi s'installa alors au fond de l'estuaire de l'Odet et y fonda sa nouvelle capitale à la confluences des rivières : Quimper.
Selon certaines légendes, la jeune princesse s'est transformée en sirène, Morgane, qui continue de porter les marins à leurs pertes. »


Je reprends mon souffle. L'enfant ne parle pas tout de suite. Je ne parle pas non plus, de peur de briser le silence. Il y a quelque chose de sacré dans ce moment. Je me recule doucement et appuie mon dos contre la pierre. Son contact froid et humide me tire une grimace, mais elle est vite remplacée par ma moue habituelle.

Je fixe le petit bout d'homme et lui souris.

« L'histoire t'a plu ? C'est ton tour maintenant. »




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Jeu 4 Sep - 23:33







Papi…Un modèle !



01101001110100101110001
Elle semblait aussi impatiente que lui. Lëo voulait sauter partout tellement il aimait les histoires, celles qui sont dans les livres ou qu’on lui raconte. Cette fois, il avait droit à une histoire française et vu comme il connaissait un peu la Bretagne, il savait qu’il y avait des contes et des légendes à tire la rigo. Il lui laissa le temps de choisir celle qu’il allait entendre. Comme pour montrer qu’elle l’avait trouvé, elle le fit s’assoire sur son genou. Cela me rappela les histoires au coin du feu en hiver quand son père le prenait sur les siens pour lui raconter des récits. Souvent, il s’endormait avant la fin laissant son extravagante imagination travailler dans ses rêves pour écrire la fin, si fin il y a. Stop arrête de réfléchir ça va commencer.

Elle eut juste le temps de prononcer le premier que Lëo devint entièrement attentif. Il arrêta de respirer quelques secondes comme pour mieux écouter chaque syllabe. Il hoqueta quand la maman fée est morte, puis quand il compris ce que la fille faisait avec les autres monsieur et qu’elle les tuait et quand la ville fut inondé. Il sentit dans ses moments là les bras réconfortant de la conteuse. Elle laissa des silences angoissants pour ajouter du suspense. La fin était encore plus triste, mais le faites que la princesse était devenu une sirène réconforta un peu le portugais. Le silence qui suivit laissa le temps au garçon de se poser toutes les questions qui passait dans sa tête.

Pourquoi était elle devenu aussi méchante ? Est-ce que les chevaux des mers existent ? Et tout plein d’autres questions tout aussi intéressantes. Mais le silence finit par être brisé.

« L’histoire t’a plu ? C’est ton tour maintenant. »

Lëo se remet sur ses pieds en faisant un petit saut. Savoir qu’il allait raconter une histoire le rendait un peu nerveux, mais il l’avait promis. Et il ne pouvait nier que ça le rendait totalement heureux. Il ne tenait plus en place.

« Elle était super ton histoire ! Allez, laquelle je vais te raconter. Ah ! Oui ! »

Il toussota légèrement pour s’éclaircir la voix et pris un air tout à fait sérieux et solennel.

« Alors, nous sommes au Portugal en l’an 1842. Le pays du Portugal était au plus mal. Les guerres précédentes qu’il avait essuyées l’avaient profondément affaibli. Pour le coût, le peuple était on ne plus m’écoutant. Ce qui parait en soit normal. Ce qui vint réellement allumer la mèche du canon fut les réformes imposées par le gouvernement. Les paysans étaient contre le faîte qu’on leur enlève une partie du peu qu’ils leur restaient. C’est alors que la révolte commença à s’étendre dans le nord. Au départ, il n’y avait eut que des actes totalement isolé, mais rapidement, elle pris une plus grande ampleur. »


Lëo marqua une pause comme pour se venger du silence qui avait ponctuer le récit de Gwen.

« Mon papi était au service de son pays. Cela faisait peu de temps qu’il avait rejoins les troupes militaires. Il avait beau être nouveau, au bout de quelque jour, il semblait avoir toujours fait parti de sa compagnie. Il riait, mangeait, vivait littéralement pour son pays. Les chefs et les capitaines étaient contents de lui. Certes, ils étaient durs et sévère, mais lorsqu’ils voient un soldat aussi dévoué avec une telle aisance à l’oral, ils deviennent plus gentils et moins exigeant. Il avait pour habitude de rester à la capitale aidant à protéger le gouvernement, il faisait des rondes, servait de policier. Mais la révolte posa de tous autres problèmes. »

Il inspira un bon coup.

« Il dut laisser derrière lui la femme qu’il aimait. Une jeune marchande ! Elle avait de sublimes cheveux bruns, long à moitié du dos. Elle portait des vêtements sobres mais élégants pour son statut. Il dut partir pour le Nord. D’après des sources, les cerveaux qui commandaient dorénavant les attaques contre l’état se trouvaient au milieu des terres dans la pointe nord du pays. Grand-père et toute une troupe fut envoyé pour couper la tête de l’organisation. Les ordres étaient simples. Ils devaient contourner les zones de combat en passant par l’Espagne pour attaquer par le nord. En réalité, les commandants s’étaient inspirés d’une de ces idées, celle de les prendre en étau. Mais les supérieurs ont souvent tendance à s’approprier les succès des autres. »

Le garçon soupira en se souvenant de cette inspectrice Dylan qui avait usé de ses droits pour subtiliser son travail.

« Enfin, bref. Ils passèrent par l’Espagne. Le voyage fut long. Arriver dans le lieu par où ils devaient attaquer, ils posèrent le camp. Les directives furent données. Le but : Avancé le plus possible pour attendre la tête. Des groupes de 8 furent formés et chacun avait sou chef. Les groupes former, papi et les neufs autres s’enfoncèrent dans une forêt semblable à celle-ci. Sur leur garde, ils avancèrent. Mais imbéciles comme sont certains de ses soldats, l’un d’eux se mit à parler fort. Il y avait un camp non loin, un camp d’ennemi. Ce soldat bruyant fut directement tuer par une flèche, directement en plein œil. Il tomba sur la litière forestière. Papi qui avait déjà une flèche à son arc visa et tira avec une précision encore plus folle. »

Lëo imita les gestes faisant mine de tirer une flèche.

« Un corps tomba d’un arbre non loin.

Tous les autres se mirent à paniquer en entendant les cris des adversaires faire écho à la mort. Même le chef avait les jambes qui tremblent. À entendre les cris, ils étaient encore loin. Ils se cachèrent derrière les troncs des arbres. Mon grand père se mit à regarder chacun des sept coéquipiers restant. Le regard lancer ne laissait pas d’autre choix, ils devaient lui obéir et ils le savaient tous. D’un geste du doigt vers le haut, ils comprirent tous rapidement. Une embuscade !

Attendant patiemment que les autres arrivent voir ce qu’ils passaient, ils restèrent dans le feuillage. Les ennemis ne tardèrent pas. Ils se jetèrent sur leur acolyte mort, puis sur le corps de l’imbécile. Mon papi siffla deux coups puis sauta. Tous l’imitèrent. Epée en avant, elle se planta dans le dessus du crâne de celui qui était en dessous de lui, s’enfonçant jusqu’à la garde. Je sais c’est un peu horrible mais bon. Papi sortit sa deuxième épée parant une attaque venant de droite. D’un geste sûr et agile, il repoussa l’épée et visa la gorge de son assaillant.

Il finit comme tous les autres sur le sol. Le calme revint assez vite. Les attaquants étaient peu nombreux. Seul deux morts étaient à déplorer de son côté, l’imbécile et le chef. Prenant une autre épée pour remplacer la sienne, il prit les commandes et il dirigea la légion vers le camp désert. La nuit allant bientôt tombé. Il décida de faire encore une heure et demi de marche avant de lever le camp et de passer la nuit en pleine forêt…
»


Sur ce dernier mot, il baissa le ton de sa voix, caressant le monocle qui ornait l’œil de l’oiseau mécanique. Son regard était nostalgique. Son grand père ne l’avait pas connu, mais ces histoires étaient racontées par son père. Il secoua la tête avant de resourire à son public.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 6 Sep - 18:58
 Oh mon dieu, il est à croquer. Ses pupilles pétillent de fierté. Ses bras s'agitent dans tous les sens au fur et à mesure de son récit.
Récit qui est tout a fait palpitant. Il prend place au Portugal. Je l'ai étudié dans mes livres de géographie, et ainsi sais où il se situe. Mais je ne connais rien de son histoire. C'est donc les oreilles grandes ouvertes et le cœur gonflé d'impatience que je l'écoute. Et comme lui auparavant, je suis embarquée dans ces souvenirs. Je souris lorsque le conteur marque une pause, signe évident d'un petite vengeance.  J'imagine sans peine les protagonistes et les paysages.
J'accompagne le grand père de Leö. Je suis tour a tour amusée, indigné, apeurée. Quelques larmes me viennent même lorsque cet homme est forcée de quitter celle qu'il aime.
Je ne remarque pas tout de suite que l'histoire s'est arrêtée. Mes yeux fixant le lointain, je suis encore perdue dans les forêts portugaise.

Puis, peu à peu, je me souviens d’où je suis et avec qui je suis. L'enfant me regarde avec un grand sourire. Non, décidément, il est trop mignon. Je ne parle pas. Je savoure la magie qui flotte dans l'air.
Soudain, quelque chose vient briser cette harmonie. Quelque chose d' inattendue et de désagréable. En quelques secondes, il se met à pleuvoir des sceaux d'eau. Pourtant, il n'y a pas si longtemps, il faisait grand beau ! A force de vivre à l'écart de tout, j'en oublie presque à quel point le temps change vite en Bretagne. Je lance un regard entendu à Leo, et nous partons en vitesse, direction le couvent. Si l'on m'avait dit un jour que je courrais pour rentrer dans cette prison, je crois que j'aurais rit au nez de cette personne. Et pourtant, c'est exactement ce que je suis en train de faire....
Malheureusement, nous sommes assez loin du couvent. J'essaie donc de tout faire pour que nous soyons les moins mouillés, nous abritant partout ou cela est possible.

Finalement, après de longues minutes à courir sous le déluge, nous atteignons enfin le couvent. Nous avons l'air absolument pitoyables. Trempés de la tête aux pieds. Mes cheveux plus fous que jamais. J'entends mon compagnon claquer des dents. Je dois faire vite avant qu'il ne tombe malade.

À l'intérieur, la Mère supérieur nous attend. A voir son regard noir et ses airs de vieille chouette courroucée, il est évident que ce soir, je vais me faire taper sur les doigts. Je m'en moque éperdument. Cette journée était extraordinaire. Et à ce que je sache, elle n'est toujours pas finie !
J'emmène le petit bout jusque ma chambre pour lui donner de quoi se sécher.  

« Et bien, quelle pluie. J'espère que tu as de quoi te changer. Il faut que tu prennes un bon bain chaud avant que tu n'attrapes froid. Je vais te montrer où c'est ».

En prononçant ces mots, je me déshabille, ôtant ma veste et mes chaussures. Je sens quelque chose peser dans mon manteau. Je plonge donc ma main dans ma poche et en sors la montre. Ah oui ! J'avais déjà oublié...
Espérant que Leö ne l'aie pas vue, je mets mes mains derrière le dos.

 « Mais avant, quelle main ?? »

J'ai vraiment hâte de voir son visage s'illuminer lorsqu'il verra l'objet.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 6 Sep - 23:00







Cadeau réciproqueUne amitié celé par un échange.



01101001110100101110001
À la fin de l’histoire, Lëo était un peu essoufflé. Il avait parlé en oubliant parfois de respirer et en plus tellement il était pris par son histoire qu’il était obliger de faire des gestes. Il sautait dans tous les sens. Hina avait même du prendre son envol pour éviter de tomber.

Le même silence qui avait suivi l’histoire de la bretonne se fit entendre. Ce silence qu’on fait après un exposé. Celui où on attend les applaudissements ou alors les critiques. Mais Lëo n’avait pas trop à s’en faire, il avait un bon public. Sauf que celle-ci n’eut pas le temps de dire quoique soit qu’une goutte tomba sur le bout du nez du portugais. Pourtant le soleil était là au début de son histoire. Pour le coup, ils se mirent tout deux à courir vers le couvent. Ils tentèrent de passer au maximum sous les arbres pour s’y abriter, mais ça ne marchait pas vraiment. Du coup, ils arrivèrent trempé jusqu’aux os au lieu où il avait passer la nuit.

La première chose qu’ils rencontrèrent était la porte du couvent. Et derrière une grande dame les attendait. Elle jeta un regard noir qui semblait plus destiné à la rousse qu’à lui. Même si elle aurait sûrement voulu le gronder lui aussi, mais Lëo avait plus de liberté malgré son jeune âge. À force d’être mouillé, le portugais se mit à renifler et son frêle petit corps tremblait. Ils allèrent tous deux dans la chambre de Gwen. Il y avait six lits et six armoires individuelles. Cependant, ils n’était qu’eux deux dans la pièce. Les autres devaient sûrement être en train de prier ou de vaquer à leurs occupations.

« Et bien, quelle pluie. J'espère que tu as de quoi te changer. Il faut que tu prennes un bon bain chaud avant que tu n'attrapes froid. Je vais te montrer où c'est ».

Il fit signe que oui de la tête. Les couloirs froids en pierre avaient encore plus refroidit le garçon. Il enleva sa veste noir laissant apparaît une simple chemise blanche. Elle lui offrit une serviette avant de se déchausser. Alors que le gamin enlevait les lacets de ses chaussures qui commençaient à lui faire un peu mal, son amie se posta devant lui.

« Mais avant, quelle main ?? »

Quelles mains ? Que cachait elle dans son dos ? Il se redressa pour la regarder dans les yeux cherchant à déchiffrer un quelconque indice. Enfin de conte, il dit totalement au pif avec un sourire :

« Droite ! »

Cette fois ci, c’était elle qui souriait.

« Tu t’es trompé tant pis. »

Elle se retourna faisant mine de ranger ce qu’elle avait dans la main. Lëo fit une moue déçue. Il s’était trompé.

« Nan, je rigole ! Tiens ! »
Cette phrase fit relever la tête du garçon avec un sourire plus radieux que jamais. Qu’est ce que c’était ? Un bonbon ? Un gâteaux ? C’était quoi. Les cinq doigts cachaient l’objet. Tout doucement, ils se levèrent un par un révélant le rond de métal faisant un petit bruit de Tic Tac. Les larmes montèrent rapidement aux yeux du garçon. Elle n’avait pas pus faire ça. Non ! Elle finit par le lui donner. Lëo renifla encore une fois. Il prit le métal froid entre ses petits doigts et entoura de toute ses forces Gwen en lui disant un grand « MERCI ! »

Il se détacha pour mieux voir l’objet. Enfin, mieux voir… C’est difficile avec des larmes plein les yeux. Soudain, il y repensa. Il garda la montre dans une main et de l’autre fouilla dans sa besace. Elle était où ? À oui, là ! Il sortit la petit statuette de sa sac et s’avance vers la rousse. Il tendit sa main avec un petit sourire timide et lui dit un petit « Tiens ! ».

C’était à la fois pour la remercier de l’avoir sorti de son cauchemar, de l’avoir aider pour Hina, de lui avoir raconter une histoire et d’être si gentille avec lui. La petite statuette d’elfe brandissant son arc avec la jolie pierre incrusté passa de sa main à celle pour qui elle était destinée. Il ne savait pas pourquoi, mais la figurine ressemblait beaucoup à Gwen, pas physiquement mais dans sa façon d’être. Elle avait une tête à faire du tir à l’arc.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Dim 7 Sep - 20:26
Il est heureux. C'est parfait. Le petit garçon apeuré et au regard si triste semble être loin maintenant. Et ce, même si des larmes perlent au coin de ses yeux. Mais le voilà déjà qui fouille dans son sac. Pour quelles raisons ? Que peut-il bien y chercher ?
Ma surprise est immense lorsque je le vois en sortir une statuette. Elle est magnifique. J'en ai le souffle coupé. Je la prends avec soin, comme s'il s'agissait d'un nouveau né. Pas si facile car mes mains tremblent. Ma respiration est saccadée. Et des larmes viennent me voiler la vue. L'elfe est magnifique. Ses yeux semblent faits de pierres précieuses. Il est en train de tirer une flèche. J'ai l'impression qu'il va bouger d'un instant à l'autre.
Si quelqu'un était entré à ce moment là, il aurait eu affaire à une drôle de situation. Nous sommes tous les deux paralysés devant la beauté des objets, mais aussi devant la gentillesse du geste.
Je renifle bruyamment et ravale mes larmes, puis range la statuette au fond de mon placard, aux côtés de mon arc et de mon carquois.
Leo est toujours en admiration devant la montre, la tournant dans tous les sens. Mais je vois la chaire de poule sur ses bras, et la flaque formée par toute l'eau qui dégouline de ses cheveux et de ses habits. Il faut absolument qu'il aille se laver, sinon il va attraper la mort.
C'est donc avec une pointe de culpabilité que je le tire de sa rêverie.

« Tu dois aller te laver maintenant. »

Nous quittons ma chambre, et partons direction la sienne, afin qu'il y pose sa montre et prenne des habits chauds. Puis direction les cuisines ou je récupère quelques pierres sortant du feu pour chauffer l'eau. Nous atteignons enfin les bains. A cette heure ci, la salle est déserte. Il n'y a donc aucun risque pour que mon compagnon dérange qui que ce soit. Ou qu'il soit lui même dérangé.

« Et voilà. Je te laisse faire, j'imagine que tu n'as pas besoin de mon aide. Prends ton temps ne t'inquiète pas, nous nous lavons le matin. Si cela ne te dérange pas, je vais voir si on a besoin de mon aide quelque part dans le couvent. Je pense que je serai de retour avant même que tu aies fini de te laver. Si jamais je ne suis pas là, hésite pas à venir me chercher. »

Il me répond, me faisant comprendre qu'il a compris. Je le laisse donc là, et pars en direction du bureau de la Mère Supérieur. Je suis d'une humeur telle, que ce ne sont pas les mots de la vieille dame qui viendront me faire du mal. Je suis comme immunisée.
Je tape à son bureau. Lorsque sa voix retentit, je dois bien avouer que j'ai perdu une partie de mon courage. Mais le bonheur apporté par Leo est toujours présent, et il ne risque pas de s'envoler. C'est don le cœur léger que j'entre dans la pièce.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Lun 8 Sep - 21:56







Croisade pour la justiceNe la gronder pas, s’il vous plait !



01101001110100101110001
Les sourires illuminaient les visages des deux enfants parmi tout ces lits vides. Le deux merveilles avaient eu l’effet escompté et avaient, non pas arraché, mais donner quelques chaudes larmes. Les gouttes d’eau salées finirent par tomber sous le poids de la gravité. Le contact sur le sol marqua la pierre de façon indélébile, jamais il n’oubliera se jour, jamais il n’oubliera ce qu’il lui est arrivé. La fille à la chevelure rubis avait des allures de feu follet. Ce petit être chaleureux qui apparaît à l’improviste et qui te montre le chemin.

La petite aiguille tournait, la grande aussi, mais la trotteuse continuait de poursuivre le temps et ce jusqu’à l’infini. Les crans des engrenages s’emboîtaient les uns avec les autres dessinant des cycles. Toute cette mécanique hypnotisait l’enfant désormais sur son petit nuage. Il ne vit pas son amie ranger précieusement son objet, mais l’entendit. La porte avait un peu claqué, ce n’est pour autant qu’il leva les yeux pour le voir. De son unique œil valide, il tentait de graver chaque courbe de la montre.

« Tu dois aller te laver maintenant. »

Le sourire de la bretonne ne fit qu’accroître le sien. Puis, il repartir arpenter les couloirs du couvent. Délaissant la chambre pour aller à la sienne, il serrait toujours la montre dans sa main comme quand on tient un bébé oiseau pour ne pas l’étouffer tout en le soutenant. Une fois devant sa valise, il hésita. Devait il la prendre ou la laisser ? Finalement, il l’enfoui au plus profond de sa sacoche et cacha la sacoche pour que personne ne puisse y toucher.

Un petit tour en cuisine, et ils finirent aux bains. C’était tout aussi désert que le dortoir. Elle le rassura un peu et lui donna les dernières informations avant de repartir. Elle avait quelque chose à faire. Tout seul avec Hina, le garçon ne pouvait qu’entendre le bruit de l’eau qui rebondissait sur les parois. Il mit un premier pied dans une des bassines. Trop chaud au début, il s’habitua vite à la température. Il se laissa entièrement s’affaler jusqu’au fond noyant sa tête. La chaleur lui fit du bien, encore un peu et il aurait eu besoin d’un médecin.

Il eut ainsi un peu de temps pour réfléchir. Ce qui occupait ses pensées le firent frissonner malgré la chaleur. Le regard plein de reproche de la Mére supérieur à leur retour le hantait. Surtout que c’était de sa faute et que si elle se fait gronder ou gifler ou pire encore… Il n’osa pas imaginer. Finalement  ces pensées le fit accélérer, se saisissant du premier savon, il se frictionna les cheveux, puis le corps avant de se rincer à la hâte. Rapidement séché, il revêtit l’habituel habit noir qui le rendait de suite plus sérieux. La croix rosaire poser sur son cœur. Il se mit en quête de chercher se qu’il devait chercher. Comme Gwen n’était pas encore revenu, il pris son courage à deux mains, il aurait d’ailleurs préférer le prendre avec quatre ou cinq mais bon ! La première madame qui passa à côté de lui s’arrêta en voyant l’uniforme avant de se mettre à sa hauteur et de lui demander :

« Tout va bien, j’espère jeune exorciste. Elle fit un sourire amical. Vous vous êtes perdu ?
- Où-où est le bureau de…
- Le bureau de mère supérieur. Elle semblait avoir compris son désarroi. Il lui fit oui de la tête. C’est de l’autre côté que vous auriez du passer, mais attendez je vais vous y conduire. »

Il avait vraisemblablement pris le mauvais côté en sortant des bains. Ils prirent alors des couloirs toujours aussi froids et humides. Il aurait eut peur s’il avait été tout seul plus longtemps. L’écho des gouttes de pluie qui tombait sur le toit avait quelque chose de sinistre. Mais il dut faire avec, le temps d’arriver jusqu’à la porte. Elle toqua, visiblement il n’y avait personne d’autre que la religieuse à l’intérieur.

Son guide le fit entrer en s’excusant de la déranger, puis reparti aussitôt arpenter les couloirs. Lëo était désormais en face à face avec son interlocutrice. Il ne pouvait pas faire marche arrière, surtout que la porte claqua derrière lui.

« Alors, que puis-je faire pour un si jeune exorciste ? Allez y asseyez vous ? »

Désespéré, il pensa très fort qu’il le faisait pour Gwenaëlle. Il croisa ses bras derrière son dos et se pinça le poigné, cette technique avait fait ses preuves surtout devant Dylan.

« Euh… euh…
- Allez y je vois écoute. »

Mais dis quelque chose idiot ! Dis quelque chose bon sang de bon soir !

« C’est à propos de Gwenaëlle…
- Comment cela ! Elle vous aurait importuné ? Qu’a-t-elle fait encore ? Croyez moi qu’elle sera sévèrement puni. Elle vient juste de sortir. On va aller la chercher pour qu’elle s’explique de suite.
- Non ! Non ! Attendez ! Il fit de grand signe de main pour retrouver l’attention. Ce n’est pas ça. Au… au contraire, elle m’a aider. Ne la gronder pas pour ce matin. C’est de ma faute. Je… j’avais besoin d’acheter quelque chose et elle m’a conduit jusqu’à la ville. Ce n’est pas de sa faute. Elle n’a fait que m’aider… Je…
- Et, bien voyez vous ça. Très peu de personne viennent dans mon bureau me raconter que Gwenaëlle a fait quelque chose de bien. Le plus souvent, ou plutôt quasiment toujours, on vient se plaindre. »

Elle éclata de rire. Elle avait peut être fait une bonne blague, Lëo avait du ne pas la comprendre. Elle rigolait toute seul. Enfin, tant qu’elle n’était pas en colère. Le portugais espéra de tout son cœur qu’il l’avait aidé.

Quelqu’un toqua à la porte faisant retrouver le sérieux à la mère supérieur.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 9 Sep - 14:55
Elle bouge dans tous les sens. C'est presque amusant. Mais je reprends mon sérieux. Si elle me voit sourire, ma vie s'arrête là. Elle se lève, se rassoit. Elle tape du poing sur le bureau. Elle invoque le nom de Dieu à tout bout de chant. Je le pense souvent, mais je suis persuadée d'avoir raison : à force de le solliciter, il va finir par ne plus rien faire pour elle. Et comme chaque fois, cette pensée est suivie de mes doutes quand à son existence réelle. Pas que je la remette en cause. Mais je n'y crois pas. Je préfère grandement les anciens dieux et les esprits de la forêt. Ils sont moins... ennuyeux. Et moins contraignant. Eux ne vous demandent pas de prier six fois par jour...
Elle me fixe. Oups ! Je n'ai écouté aucun mots, et a priori, c'est à moi de parler. Je fixe mes pieds, et essaye de me rappeler. Alors elle a dit quoi déjà ? Irresponsabilité. Infantile. Stupide. Dangereux. Tentative vaine pour échapper à mes obligations... Arg ! Je n'arrive pas à savoir sa dernière phrase. Par chance, elle me la répète. Merci mon Dieu. Oh ? Voilà que son tique me prend.

« Je disais. J'espère que vous n'êtes pas fière de vous ! »

Je ne réponds pas, mais hoche la tête pour lui montrer que je suis entièrement d'accord.

« Très bien. Vous serez punie en conséquence, sachez le. Maintenant, veuillez sortir, et allez trouvez une occupation »

Sans un regard, je sors et claque la porte. Aie. Je crois que cela va s'ajouter à la liste déjà longue de mes bêtises. Bah, tant pis. Je m'engage dans un couloir, direction les jardins. Je trouverai bien quelque chose à y faire. J'entends des bruit de pas, je me dépêche donc. Il est déjà désagréable de se faire gronder, ce n'est pas la peine que tout le monde le sache. Je suis tout de même curieuse. Qui peut bien aller voir la Vieille à cette heure ci ? Je me cache derrière un coin et jette un coup d’œil. Leo ? Que fait-il ici. Une fois qu'il est rentré, et que sa guide est partie, je m'approche à pas de loup et colle mon oreille à la porte. Je ne peux pas entendre tous ses mots, mais le peu que j'entends me touche profondément. Il vient pour plaider ma cause. C'est vraiment un enfant adorable. Ses parents doivent être fière de lui. Ce sont maintenant les mots de ma supérieur qui traversent la porte. Comment ça on vient toujours se plaindre ?
C'en est trop pour ma fierté. Je toque à la porte, et sans attendre la permission, j'entre. Elle veut des raisons de se plaindre de moi, elle va en avoir. Malheureusement, ma maladresse habituelle me rattrape, et je me prends les pieds dans ma robe, me faisant trébucher. Mais je ne tombe pas, ce qui est une première.

« Comment ça « les gens viennent souvent pour se plaindre » ? A ce que je sache, je ne suis pas une peste. Au contraire, je suis toujours en train de sourire et d'essayer de faire de mon mieux pour rendre service. D'accord, je suis extrêmement maladroite, et alors ? Vous ne pensez tout de même pas que je le fais exprès ? C'est vrai que c'est très drôle de se faire mal ou de créer une catastrophe toutes les cinq minutes ! »

La Mère supérieur ouvre la bouche pour parler, mais je ne lui en laisse pas le temps.

« Taratata, c'est très impoli de couper la parole. Je disais, je ne fais pas exprès de semer la pagaille partout où je vais. D'ailleurs, ce n'est pas de ma faute non plus si je suis ici. Vous pensez que j'ai choisi d'aimer les femmes ? Et bah oui ! Pas la peine de rougir hein ! J'aime les femmes, et c'est comme ça. »

Je parle de plus en plus fort, alertant les nonnes. Des têtes apparaissent dans l’encablure de la porte.

«  Par contre vous, oui vous là ! Vous n'avez aucune excuse. Vous passez votre temps à me rabaisser, et ce pour votre plus grand plaisir. Mais je ne suis pas un jouet. Je ne suis pas la pauvre petite Gwen dont on se sert pour se défouler. Ça suffit maintenant !
Oh ! Et une dernière chose. J'ai mal répondu à votre question de tout l'heure. Oui ! Oui, je suis fière de moi. Je suis pleinement fière d'avoir aidé un petit garçon à oublier ses cauchemars. Je suis fière de moi de lui avoir redonné le sourire. A ce que je sache, c'est notre rôle, non, d'aider notre prochain ? Et pour votre gouverne, j'ai passé une journée formidable en compagnie d'un petit garçon adorable, et ça m'a fait le plus grand bien. »


Une fois mon sac vidé, j'inspire grandement et tire la langue à la Mère Supérieur. Derrière moi, j'entends des murmures amusés. Je tends ma main à Leo, qu'il saisit, et nous sortons.
Je crois que je n'ai jamais été aussi heureuse.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Jeu 18 Sep - 22:50







Bourrage de crâneEssaie de résister à autant d’informations



01101001110100101110001
Lëo était toujours assis là sur sa petite chaise devant la mére supèrieur. Elle ne comprenait les mots qui sortaient de sa bouche et qui semblait en totale contradiction avec l’idée que Lëo se faisait de sa camarade. Il était un peu triste pour elle. Mais la mére superieur s’était arrêté.

Elle avait arrêter son discour interpeller par une personne qui voulait entré. Une seul question restait dans la tête de l’enfant : C’était qui ? Mais la réponse arriva bien vite. La clanche se tourna violemment et la porte s’ouvrit. Les caractéristiques cheveux de la bretonne apparurent. Le garçon, géné, s’enfonca dans le creux de sa chaise. Avait elle entendu toute la conversation ? Avait elle oublier quelque chose ? Avait elle entendu les insultes de la religieuse à son égard ? Probablement vu la colère qui se lisait dans ses yeux.

Prise dans son élan, elle manqua de trébucher faisant sortir un hoquet de surprise au gamin qui s’attendait à devoir la ramasser. Mais elle tint bon. Un fois redressé et fière, elle put enfin laissé exploser sa colère.

« Comment ça « les gens viennent souvent pour se plaindre » ? A ce que je sache, je ne suis pas une peste. Au contraire, je suis toujours en train de sourire et d'essayer de faire de mon mieux pour rendre service. D'accord, je suis extrêmement maladroite, et alors ? Vous ne pensez tout de même pas que je le fais exprès ? C'est vrai que c'est très drôle de se faire mal ou de créer une catastrophe toutes les cinq minutes ! »

Le portugais ne savait pas où se mettre. Il était venu aider son amie et éviter qu’elle ne se fasse réprimander. Il restait là assis sur sa chaise, les mains croisé et son regard dérivant sur ses mythiques souliers qui se balançaient d’avant en arrière.

« Taratata, c'est très impoli de couper la parole. Je disais, je ne fais pas exprès de semer la pagaille partout où je vais. D'ailleurs, ce n'est pas de ma faute non plus si je suis ici. Vous pensez que j'ai choisi d'aimer les femmes ? Et bah oui ! Pas la peine de rougir hein ! J'aime les femmes, et c'est comme ça. »

Il ne comprit pas non plus le sens de cette phrase. Pourquoi "aimer les femmes" serait quelque chose de spécial et malsain ? On n’a pas le droit d’être d’aimer les femmes, alors Lëo n’aurait pas le droit d’aimer sa mère parce que c’est une femme. C’était totalement absurde. Et pourquoi rougir de ça ? Ca a quoi de si choquant ? Et les hommes ? Est-ce que Gwenaëlle les aime bien, parce que Lëo c’était un garçon donc il deviendra bientôt un homme et si elle n’aime pas les hommes alors elle ne l’aimera pas, donc ils ne pourront plus être amis. Du coup, Lëo espéra qu’elle aime aussi les hommes.

«  Par contre vous, oui vous là ! Vous n'avez aucune excuse. Vous passez votre temps à me rabaisser, et ce pour votre plus grand plaisir. Mais je ne suis pas un jouet. Je ne suis pas la pauvre petite Gwen dont on se sert pour se défouler. Ça suffit maintenant !
Oh ! Et une dernière chose. J'ai mal répondu à votre question de tout l'heure. Oui ! Oui, je suis fière de moi. Je suis pleinement fière d'avoir aidé un petit garçon à oublier ses cauchemars. Je suis fière de moi de lui avoir redonné le sourire. A ce que je sache, c'est notre rôle, non, d'aider notre prochain ? Et pour votre gouverne, j'ai passé une journée formidable en compagnie d'un petit garçon adorable, et ça m'a fait le plus grand bien.
»

Le garçon savait encore moins où se mettre. Il était devenu le sens de l’attention et en plus elle disait des trucs gentils sur lui. Alors, il rougit et cacha ses joues comme pour ne pas montrer qu’il était gêné. Mais tout cela alla directement au cœur du garçon, elle le trouvait adorable, et en plus il lui avait rendu la journée formidable. Le garçon était ému. Gwenaëlle était une chique fille.

Un dernier tirage de langue qui d’ailleurs tira un sourire au jeune homme et il repartir tous les deux, laissant derrière une bande de dinde qui rigolait et se parlait exprimant leur avis sur une question qui les concerne guère.

Mais laissons les raconter leurs ragots. La bretonne avait d’autres projets. En effet, elle le ramena jusqu’au grenier du couvent. L’endroit était sale et poussiéreux. Il y avait des crucifix rouillé et recouvert de poussière et des tas d’autres babioles. Ils passèrent entre en évitant de se raccrocher au bout des croix et de se coller à la poussière et aux araignées velu qui on élu domicile sur les poutres.

Ils finirent par arriver au niveau d’une fenêtre, il passèrent et arrivèrent sur le toit. Là, le garçon resta bouche bé devant le spectacle. Devant lui se dressait des kilomètres de plaines et de forêt éclairé très légèrement par la lumière du croissant de lune. Et tout autour de l’astre brillant, on voyait les milliers de lucioles figées dans le ciel toutes d’intensités différentes, mais toujours aussi belle que celle de son Portugal.

Il se couchèrent sur les tuiles du toit qui était relativement peu pentu et ils contemplèrent le tableau. Il n’avait pas fait attention au faite que la nuit soit arrivé aussi vite. Les yeux pleins d’étoile le garçon leva un doigt vers la plus lumineuse.

« Celle là, c’est l’étoile du Nord, c’est celle qui brille le plus et si tu regarde bien et que tu relis les étoiles là, là et là tu obtiens une casserole. »

Le garçon rigola en dessinant du bout de son index la forme. Hina elle voletait dans le ciel étoilé.

« C’est la constellation de la grande ourse. Et à côté, tu as la petite ourse, le Cancer, c’est mon signe astrologique, le Lynx, le Lion et ici le Gémeaux… »

Le garçon s’arrêta et se retourna sur le ventre.

« Au faites, c’est quoi ton signe astrologique ? Et pourquoi tu as dis qu’aimer les filles c’était pas bien ? On n’a pas le droit d’aimer les filles ? T’as pas le droit d’être amie avec elle ? Ce serait bête, surtout dans un couvent ! »
01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 20 Sep - 0:22
J'ai besoin de prendre l'air. Je crois que je ne me suis jamais autant énervée. J'ai toujours été d'un naturel patiente. Je ne peux pas dire calme, car je suis montée sur ressort.
Je ne veux pas aller dans le jardin. Il n'est vraiment pas adapté. Il n'est pas intime, il n'est pas beau, il n'est pas vivant. Le toit. Je pense que nous serons bien sur le toit. Personne ne viendra nous déranger, et la nuit doit être tombée maintenant. Nous nous faufilons dans les couloirs. Pour aller sur le toit, il faut passer par le grenier. Nous montons une échelle jusque là haut. Lorsque j'ouvre la trappe, je ne peux retenir un éternuement à cause de la poussière. Puis j'aide l'enfant à grimper. Pendant qu'il observe la pièce, je me bats avec la lucarne. L'humidité de la région ne lui réussit pas. Je finis pas réussir à l'ouvrir, au prix d'un gros effort. L'air froid et humide vient gifler mon visage, puis se transforme en une douce caresse.
Nous voilà sur le toit. Je m'assois sans peine, et étends mes jambes devant moi. Malgré la pluie diluvienne de cet après midi, la nuit est clair et nous permet de voir les étoiles distinctement.
Mon compagnon me parle, pointant du doigt vers le ciel.

Je suis bouche bée, admirative devant toutes ses connaissances. J'ai toujours aimé les étoiles, elles me fascinent, mais malheureusement, je ne m'y connais pas. J'ai reçu une éducation, mais celle si n'était pas si étendue que je ne le pensais. Je l'écoute donc, regardant dans le vague.
Puis mes yeux s’écarquillent quand vient le flot de ses questions. Elles sont aussi nombreuses que variées. Je le fixe et ne peux m’empêcher de rire en voyant son air curieux. Je l'ai répété toute la journée, mais il est a croquer, vraiment. Sa remarque finale me pince le cœur. S'il seulement tout le monde pouvait penser comme lui. Si seulement les gens pouvaient accepter ma différence et ne pas me faire de procès à chaque fois. Je revois le visage de mes parents, eux qui m'ont reniée, et des larmes coulent d'elles même le long de mes joues. Je les essuie à l'aide de ma manche, puis décide de répondre aux questions de Lëo.

«  Cela fait beaucoup de questions, tu ne trouves pas ? »

Je m'allonge et mets mes mains derrière ma tête, les yeux fixés sur la voûte céleste.

« Pour répondre, je ne connais pas mon signe astrologique, désolée. Ensuite, je ne pense pas qu'aimer les filles soit quelque chose de pas bien. Au contraire. En fait, c'est un peu plus compliqué que ça. Comment t'expliquer.
C'est à cause du mot aimer, il veut dire beaucoup trop de choses. Je n'aime pas les filles dans le sens que tu l'entends. Enfin si. Je les aimes aussi comme ça, et j'avais de nombreuses amies avant. Ici, c'est un peu plus difficile, car je suis …. différente. Et que les autres me considèrent comme une brebis noire.
Ce qui m'est reproché, c'est que je tombe amoureuse des autres femmes. »


Cela me fait tout drôle de mettre des mots sur mes sentiments. Je ne m'étais jamais penchée sur la question depuis le jour où mon amie m'avait trahie. D'ailleurs, maintenant que j'y pense, toute colère a disparue.

«  A mon tour de poser les questions. Alors... est ce que tu as une amoureuse toi ? Et d'où tu connais tout ces trucs sur les étoiles? C'est vraiment incroyable. Tes parents doivent être fière d'avoir un petit garçon aussi savant.»

Je fixe toujours le ciel, et ne vois pas son visage se décomposer. Mais au silence, lourd de sens, je devine que quelque chose ne va pas. Tu aurais du te taire Gwen !
Sans aucune hésitation, je le prends dans mes bras.

« Excuse moi, je ne voulais pas te blesser à nouveau. Je suis une imbécile. Oublie ça. »
 




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Sam 20 Sep - 7:09
Les questions étaient sorti tout de seul, elles étaient sorti en même temps qu'il pensait. C'était dans sa nature de se poser tout un tas de questions parfois farfelus. On ne pouvais lui reprocher de vouloir mieux connaître sont amie. D'ailleurs, elle le fit savoir. Il en avait poser un peu trop. Les lames qui avaient précéder le fit se sentir plus coupable. Il s'en voulait et ses joues se firent chaudes. Paradoxalement, il avait du mal à communiquer en temps normal, mais l'excitation et la curiosité lui faisait oublier le regard des autres. Finalement, elle semblait l'avoir bien pris.

« Pour répondre, je ne connais pas mon signe astrologique, désolée. »

C'était dommage. Il aurait bien aimer savoir. À y penser, Lëo ne le savait pas avant d'arriver à la congrégation. Cette guerre était peut être horrible, mais elle aura au moins donner accès à un enfant à la connaissance. Il aurait voulu l'éclairer sur cette question, il suffisait qu'elle lui dise sa date de naissance. Mais elle continua à repondre au questions.

« Ensuite, je ne pense pas qu'aimer les filles soit quelque chose de pas bien. Au contraire. En fait, c'est un peu plus compliqué que ça. Comment t'expliquer.
C'est à cause du mot aimer, il veut dire beaucoup trop de choses. Je n'aime pas les filles dans le sens que tu l'entends. Enfin si. Je les aimes aussi comme ça, et j'avais de nombreuses amies avant. Ici, c'est un peu plus difficile, car je suis …. différente. Et que les autres me considèrent comme une brebis noire.»

Lëo ne comprenait pas grand chose. La réponse restait vague pour lui. Même Gwenäelle semblait ne pas savoir comment exprimer la situation. Pourquoi serait elle une brebis galeuse ?

« Ce qui m'est reproché, c'est que je tombe amoureuse des autres femmes. »

Tomber amoureux ? Amoureux comme papa et maman ? C'était possible pour une femme de tomber amoureuse d'une autre femme ? Lëo ne savait pas quoi penser. Tout le monde lui avait toujours dis que les garçons tombaient amoureux des filles et inversement. Dans tous les contes, ce sont les princes qui sauvent les princesses. Lëo commençait à comprendre son amie et le mot «différente». Pourtant pour lui elle paraissait normal. Elle était gentille, amicale et serviable. Le garçon be savait plus quoi penser, quoi faire. Finalement, il préféra arrêter de réfléchir. Tant que lq bretonne était gentille avec lui, il n'avait aucune raison de la rejeter.

«  A mon tour de poser les questions. Alors... est ce que tu as une amoureuse toi ? Et d'où tu connais tout ces trucs sur les étoiles? C'est vraiment incroyable. Tes parents doivent être fière d'avoir un petit garçon aussi savant.»

Une amoureuse ? Lëo pensa de suite à Espérance. La petite blonde avait été gentille et elle était mignonne, et douce. Mais il ne l'avait vu qu'une fois, parler qu'une fois, le jour de son arrivée à la congrégation. C'étaita première personne qui était venu le voir. Il était triste de n'avoir aucune nouvelle de la petit blonde. Son regard était mélancolique.

Il allait répondre tout de même à la seconde questions mais elle le coupa. Ses parents... Il ne pouvait pas être sur de cette affirmation, mais il l'espérait de tout son coeur. Elle aussi penser que ses parents devaient être fière de lui. À son tour de versé une unique larme qui se formait au coin de son oeil. Elle s'excusa et un nouveau calin arriva. Il n'avait plus ses parents, mais il ne se sentait pas seul, il avait beaucoup de gens sur qui compter.

Il sortit délicatement de l'étreinte. Il voulait tout de même répondre à ses questions.

« Et bin en faite... je n'ai pas d'amoureuse. » Il se recoucha sur les tuiles regard vers le ciel comme pour ne pas montrer ses joues. « Enfin, pas tout à fait, enfin... Voilà... Je l'ai vu qu'une fois après elle a disparu... Elle faisait parti de la congrégation comme moi. C'est la bas que j'apprend tout, ils ont pleins de livres, de machines et y a plein de scientifiques qui travail. En faites...» Il se retourna sur le ventre pour la regarder dans les yeux. «...je suis un exorciste, pas comme tu l'entends. Pas celui qui arrive pour chasser les fantômes, mais je suis un peu... spécial ! Tu vois Hina, c'est mon arme. Attends je vais te montrer ! »

Il siffla, le signe qui avait été convenu pour l'activer. L'oiseau se disloqua et le monocle vint se plaquer sur son oeil. Il tendis sa main devant paume vers le haut. Une simple pensée et une joli rose verte se forma dans sa main. Une autre et la fleur partit en poussièr. Il fit apparaître un oiseau, un petit oiseau qui picora sa main. Un nouveau sifflement et le monocle se decrocha reprenant la forme inactivité. Hina repris son envol.

«T'as vue ! On est beaucoup comme moi et chacun a un pouvoir différent. »

Une explosion retentit dans la forêt où il y avait vu la pierre des fée. Les deux traqueurs sortirent par la porte principale.

« Lëo ! Dépêches toi ! On a du boulot ! »

Le garçon se retourna vers son amie.

« Rentres et allez tous vous mettre à l'abri. »

Hina s'activa. Il descendit comme il le pouvait aux briques avant de rejoindre les traqueurs. Tout les trois partir vers le lieu de l'explotion. Pourquoi une si belle journée finit elle avec des akumas ?


† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mar 30 Sep - 21:56
Spoiler:
 


L'entendre parler de cette jeune fille me fait sourire. Je suis curieuse de voir à quoi elle ressemble. La congrégation. Quel drôle de mot. Il est presque barbare. Mais ce qu'il désigne semble merveilleux. Je bois les paroles de Lëo. Mais malheureusement, je ne pourrai jamais y aller. Je suis coincée ici, dans ce couvent atroce. Et maintenant que j'ai dit mes quatre vérités à la Mère Supérieur, ça ne va pas s'améliorer. Exorciste. J'ai déjà entendu ce mot la quelque part. Mais où ? Bah tant pis, ça me reviendra tôt au tard. Et puis ce n'est pas comme si c'était très important.
Je manque de m'étouffer en voyant ce qu'il se passe ensuite. Hina, son oiseau mécanique si fabuleux, se transforme. Il devient un monocle qui se colle sur l’œil de l'enfant. Je me redresse en vitesse et le fixe avec attention. C'est extraordinaire. Quelle n'est pas ma surprise quand je vois une fleur apparaître dans sa main. Mes joues me font souffrir tellement je souris. Les mots me manquent pour décrire ce que je vois. J'ai envie de rire et de pleurer en même temps sous l'effet de l'excitation.

Mais nous sommes interrompus. Quelque chose explose dans la forêt. Rapidement une colonne de fumée apparaît. Que se passe t' il ? Un des accompagnateurs de Lëo l'appelle. Comment ça ? C'est un enfant, il est hors de question qu'il aille là bas, c'est peut être dangereux. Je le vois partir sans bouger. Je ne comprends rien. La panique m'envahit. Je tremble de tout mon corps. Des larmes font leurs appartions aux coins de mes yeux. Je m'arrache les cheveux.
Finalement, je réagis et saute à mon tour du toit. Une douleur dans le dos me prend, me faisant grimacer. J'avais finis pas l'oublier elle.

«  LEO ! »


J' hurle, mais rien n'y fait. Il est parti. Il faut que j'aille l'aider. Mais qu'est ce que je peux faire ? Je sais, mon arc. J'ai toujours été bonne au tir à l'arc. Et heureusement, il y a peu, je l'ai ramené au couvent pour pouvoir le réparer. A force d'être caché dehors, il s'est abîmé.
Je cours donc à l’intérieur du couvent et fonce dans ma chambre prendre mon arme et mon carquois. J'aperçois la statuette offerte par l'enfant plus tôt dans la journée et donne un coup dans le mur à côté de moi. Pourquoi est-il parti tout seul, c'est on ne peut plus dangereux! Je ressors de la pièce en trombe, et rentre dans la mère supérieur. Elle me fixe avec froideur comme à son habitude.

«  Où allez vous jeune fille ? »

Je sens ma colère monter, indomptable, nourrie par la panique.

« Alors vous, ce n'est vraiment pas le moment ! »

Je crie ces mots, malgré moi. Il faut que je me dépêche d'aider mon ami. Mais elle me retient par le bras.

«  Ne me parlez pas sur ce ton. Où allez vous ? »

J'ai envie de la frapper. Non Gwen. Ce n'est pas elle ton ennemi. Calme toi. Ne fais rien de stupide, tu le regretterais.

« Je vais aider Lëo et les autres. Il y a eu une explosion dans les bois et ils sont partis sur place. Ils sont en danger, je ne peux pas rester ici sans rien faire. »


Quelque chose luit au fond de ses yeux. De l'inquiétude ? Pourquoi ? Elle sait ce qu'il s'y trouve, j'en suis certaine. Alors pourquoi veut elle m'empecher de partir.

« Vous n'irez nul part. Enfermez la dans une cellule. »

Tout se passe très vite. Les autres jeunes femmes se jettent sur moi. Je suis ébahie de stupeur. Je ne savais pas que les bonnes sœurs pouvaient avoir autant de force. À moins que ce soit parce qu'elles sont nombreuses alors que je suis toute seule. Je me débats, mais n'arrive à rien. Les larmes coulent en torrent sur mes joues. Je me laisse tomber à terre, toujours maintenue par les autres, et suplie la bonne sœur.

« Je vous en pris, laissez moi aller l'aider. »






Je suis dans une pièce. La porte est verrouillée. Il n'y a plus aucun espoir. Mon ami va se faire tuer. Je suis repliée sur moi même. Je ne peux rien faire. J'ai toujours mon arc, mais il ne me sert à rien. Je l'attrape et le lance à l'autre bout de la pièce. Si je pouvais faire exploser les murs avec des flèches faites de bois et de pierre, ça se saurait. Je hurle dans le noir. Mon désespoir est immense.
Quelque chose s'allume. Je sors ma tête de mes genoux et cherche cette lumière des yeux. C'est mon arc. QUOI ? Pourquoi il s'allume ? Je suis censée faire quoi là ? S'il s'éclaire, c'est qu'il doit y avoir une raison. Peut être que ce Dieux dont j'entends parler à longueur de journée a décidé de se manifester. Je prends mon arme dans mes mains. Elle est chaude. Une petite voix raisonne. Fais moi confiance.

« Qui a parlé ? »

Je cherche la présence des yeux. Mais je suis bel et bien seule dans cette pièce. Je deviens folle. Pourtant, je décide d'écouter cette voix. Je ne sais pas à qui je dois faire confiance, mais tant pis. On n'a qu'à dire que c'est en moi que je dois avoir confiance.
J'enfile mon carquois, attrape une flèche et bande mon arc. Je vise le mur donnant sur l'extérieur. Mon rythme cardiaque ralentit. Je deviens la flèche. Puis je lâche.
Je suis projetée à l'autre bout de la pièce. Que s'est il passé ? Face à moi, un trou béant. C'est moi qui ai fait ça ? Je ne cherche pas à savoir et cours dehors, en direction de la fumée. Par pitié, faites qu'il ne leur soit rien arrivé.

Je traverse la forêt toujours en courant. Mon souffle est cour. Je sais que je ne pourrai pas tenir ce rythme longtemps. Mais je n'ai pas le choix. Je ne suis pas venue ici pour me promener.
Ma robe s'arrache dans les fourrées, mes cheveux s'accrochent un peu partout, m'arrachant de petits cris de douleurs à chaque fois.
Finalement, après ce qui m'a semblé une éternité. Je les atteins. Ce que je vois me fait l'effet d'une bombe. Mon estomac se retourne. La panique m'envahit. Des souvenirs me reviennent. Je revois Fleur et Elliot, leur corps transformés, devenus monstres.
Face à moi se trouve des créatures indescriptibles dans leur laideur. Certains des hommes bandés sont au sol, blessés et se cachent. Lëo se bat. Et puis je les vois. Des formes au sol. Mortes. C'en est trop pour moi. Dans un soubresaut, mon estomac se vide sur la terre.
Lorsque je relève la tête, le monstre se tient devant moi et me souris. Je suis incapable de bouger, ni même de sortir le moindre son. Une seule pensée tourne en boucle. Je vais mourir.




Cadeaux ♥♥:
 


Merci ;w; ♥:
 
† Nouvelle Née †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre de nouveau
Aime:
N'aime pas: avatar
Laoghaire Loiseau† Nouvelle Née †

Sing me a song of a lass that is gone,
Say could that lass be I ?



Merci Nina ♥

Kit fait par Wilma ♥

Liri revit en #996699
Gwen parlait en #ff9900


▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 820 ▐ Autres Comptes : Sebastian – Lily – Nour – Eugénie – Maxence – Æsa – Jean-Jean – Alec – Léopoldine
Féminin
▐ RPG Age : 19 ans
▐ Personnalité : Libre
▐ Parcours RP :
10/4 : Indisponible.

wwwNausicaa [7/3]
wwwGabriel [6]
wwwTeena [3/3]
wwwBasile [2]
wwwAloïs [3]
wwwSvan & Célania [1]

wwwNausicaa [3]
wwwWilma [7]

MultiversNausicaa [11]
Multivers Eloi [1]

Rang C


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Mer 15 Oct - 22:12







Pas plus de mort ! Pas aujourd’hui ! Pas encore !Pourquoi les jours où tous se passe bien tout ne se passe pas si bien ?



01101001110100101110001
Lëo devait se dépêcher, il y a déjà eu trop de mort dans cette guerre. Le cri qu’il entendit dans son dos le fit se retourner. C’était Gwen qui avait sauté du toit et qui criait le nom du garçon. Il espéra de tout son cœur qu’elle reste caché au couvent et qu’elle ne le suive pas. En tout cas, elle ne semblait ne pas vouloir bouger. Elle restait là à le regarder courir. C’était mieux comme ça. Elle ne devait en aucun cas y aller. Et même si elle tentait, les bonnes sœurs l’en empêcheraient. Elles savent ce qui les attend là haut.

Rapidement, elle disparu de sa vue, de son œil unique, il ne la voyait plus engloutit par les arbres. Se concentrant sur sa course, le portugais essayait de suivre le rythme de ses deux coéquipiers. Le lieu de l’explosion était plus loin que prévu et arriver sur place la mort les attendait assis là entre deux racines de chêne. Le garçon du détourner les yeux, mais l’image du demi corps d’un homme coupé en dos restait dans son esprit. Le criminel ne pouvait qu’être qu’une de ses abominations. Evitant de voir les traces de sang au sol, les deux traqueurs suivaient ses traces et les bruits. Il y avait un chariot renverser dans un coin avec des marchandises éparpiller sur le sol. C’était sûrement des pauvres marchands passer sur la mauvaise routes.

Les bruits devenaient de plus en plus fort, les cris se faisaient entendre et se taisait dans la seconde suivante. Hina était toujours activé et Lëo avait déjà projeté son oiseau. Il se tenait dans sa main attendant de pouvoir transpercer les akumas. Les traqueurs avaient leur projecteur de bouclier en main. Les formes devenaient moins floues. Ils se mirent tous derrière un buisson pour les prendre par surprise. Lëo identifia ses adversaires : il y en avait six. Deux niveaux un, trois niveaux deux et un niveau trois. L’un deux ressemblait à un pantin avec des ciseaux à la place des mains. Sûrement celui qui à tuer le pauvre homme.

En sa mémoire, il tendit sa main vers l’avant. L’oiseau étendit ses ailes. Qu’Hina te permette de trouver la paix, akuma. Un battement d’aile le fit s’élever, un autre le propulsa hors du buisson. Comme une étoile filante, elle vint s’implanter droit dans la tête du démon avant de rejoindre la cime des arbres. Les akumas, au départ concentrer sur leur boucherie, ne purent que se retourner devant l’explosion. De la penser, l’oiseau fonça sur un des deux niveau un puis sur l’autre. Ils implosèrent à leur tour.

Ils semblaient paniquer, ne sachant pas où donner de la tête. Alors qu’ils cherchaient d’où venait les attaques, des pas arrivaient. Qui c’était ? D’un sentier non loin, une silhouette dont la chevelure ne pouvait pas laisser de doute. Qu’est ce qu’elle faisait là ? Elle était stupide ? Les traqueurs eurent de bon réflexes, chacun visa un niveau deux, les emprisonnant dans une cage de lumière. Mais le dernier était encore libre. Alors que la rousse vomissait, il se mit devant lui. Le chevalier ouvrit la bouche, une sphère noire se forma.

« Gwen ! Fuis ! Dépêches toi ! » Cria le garçon.

Elle ne semblait pas l’entendre. Vite, une idée ! Elle ne peut pas mourir. Pas elle ! Pas maintenant. Mais quoi faire ? Il tira un hexagone vers le niveau trois qui le dévia de la main. Il tenta un autre, de même. La panique devait les rendre moins efficace.

« Mais fuis bon sang ! »

Un bruit sourd sortit de la bouche du chevalier. Un trait apparu. Lëo cligna des yeux avant de voir Gwen tomber sur le côté. Une none se tenait là, à la place de la bretonne. La même none qui avait accompagné l’exorciste chez la mère supérieur. Elle avait un trou béant à la poitrine, fumante. Elle s’était sacrifié. Elle tourna la tête vers sa protéger et lui fit un sourire avant de s’affaisser.

Le borgne cria de rage. Encore un mort. Il était à genou. Il se releva. Un geste de main, et l’oiseau revint vers l’une des barrières de lumière. Il la transperça, puis fit de même pour le démon à l’intérieur avant de se poser sur l’épaule. Noir de colère, il fusillait du regard le monstre qui lui souriait. Il ouvrit la bouche et commença à charger son tir. Lëo pris l’oiseau dans sa main et lui offrit son pouvoir. L’animal devint de plus en plus sombre voir noir. Alors qu’ils chargeaient leurs tirs. La barrière derrière le garçon se brisa, l’akuma à forme de loup sauta sur le traqueur qu’il tua d’un coup de mâchoire avant de se tourner vers l’exorciste et bondir.

01101001110100101110001

© Jawilsia sur Never Utopia



† Berger des Cieux †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Etre utile dans cette guerre
Aime:
N'aime pas: avatar
Lëo de Olivieira† Berger des Cieux †
« Ses parents lui avaient donné un œil
Ses amis lui en ont offert un deuxième
Pour voir comment la vie est deux fois plus belle.
»

« Comme s’il ne s’était rien passé… »

« Stupide œil ! Stupide notion des distances ! »



Lëo réfléchit en #006633

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 316 ▐ Autres Comptes : Nathanael Elmsley ~ Asya Zubkova ~ Haydar A. Bara'Layal ~ Ehsan Sa‘di de Chirāz ~ Ulric
Masculin
▐ RPG Age : 14 ans
▐ Personnalité : Curieux ¤ Ingenieux ¤ Trés Timide ¤ Gentil ¤ Poli ¤ Sérieux ¤ Secret ¤ Calme ¤ Reflechi ¤ Genereux ¤ Interessé
▐ Parcours RP :
Libre

RP en cours 3/3

- Mission Intrigue : Chapitre IV Groupe III {3}
- Rififi au réfectoire ! {4}
- Mary Risatina {10}

HRP : 300 + RP : 1400
Pts : 1700

Rang C

Rang B dans : 3/4 combats
Rang A dans : 800pts et 3/6 combats

Fiches :
Présentation / Technique



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Tiré par les cheveux
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Tiré par les cheveux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tiré par les cheveux
» Tiré par les cheveux
» Histoire de cul tirée par le cheveux
» Coiffure "épi" pour cheveux raides
» Jeune fille cheveux bleus

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: