Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Satan n’avait pas l’intention d’abandonner et réaliserait le rêve qu’il avait forgé avec Yuri, la seule humaine qui avait pris le temps de parler avec lui. Et pour cela, il devait détruire l’ordre, éliminer tous les exorcistes. Rin lui était maintenant en fuite et devait combattre sa nature démoniaque montant en lui. Une guerre, un combat intérieure et de nombreuses intrigues vous attendent. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Dim 7 Déc - 21:10
Dès qu'il vit cette lueur dans le regard du doc'/archiviste, Ilias sut qu'il c'était planté. Loin d'attirer l'attention du fumeur, il l'avait comme qui dirait déçu. Quelque chose que le gamin avait dit avait déplu au vieux. Mais quoi ? Sa fausse tentative de marchandage peut être ? Comment rattraper le coup ?

Loin de se douter des tergiversations silencieuses de l'enfant, Rayn intervint à ce moment là. Elle posa la main sur la tête bleu du petit roublard et dit avec mécontentement  :


"
Oh, vieux con. Le gamin sait des choses vis-à-vis de mes recherches. Donc je le garde avec moi finalement et c’est la même chose si t’es pas content. "

Le maître, du moins s'il fallait comprendre ainsi la relation entre blondie et le doc' , balança sa cigarette par terre avant de l'éteindre d'un geste las :

" Tu t'en mordras les doigts bien vite, crétine. Je ne raterai ça pour rien au monde. Fais c'que tu veux de ce gamin. "

Ilias fronça les sourcils. Oui, c'était clair , il c'était complètement fourvoyer sur la manière de manipuler ce type. Bon sang ! Quel crétin il faisait. Le gamin s'en serait foutu des baffes. Mais c'était trop tard, il fallait assumer.

Rayn quand à elle, s'entêta à lui faire la morale, l'appelant même par son prénom ( qu'elle semblait avoir enfin retenu. )

« Ilias , Toi et ta curiosité malsaine, vous finirez au fond d’un trou, mais ça ne me concerne en rien. »

Le chenapan haussa les épaules et lui répondit d'un grommellement tout en enfonçant ses mains dans ses poches d'un air boudeur :




«  De toutes façons , on finira tous par crever un jour ou l'autre... alors... »

Bon sang , qu'il était en colère contre lui même! Cela ressortait même sur ses réponses. Pourtant la blondinette tentait d'être gentille avec lui. Elle lui fit même un sourire en disant :

« Parles moi de ces incidents gamins. Dis-moi si tu sais où se trouve les coupables et dis-moi comment les trouver. En échange, tu pourras suivre l’autre vieux con et avoir toutes les réponses à tes questions. »

Ilias tourna un regard morne vers le grand échalas. Casque d'or était un poil optimiste sur ce coup là. Comme pour confirmer ses doutes , l'intéressé laissa tomber cette phrases, comme une sentence :

" On reparlera de ça à un autre moment. "

Ouais, ça voulait dire : ma vieille occupe toi de tes miches car c'est non.

L'égyptien laissa échapper un gros soupir. Même si ilias lui parlait, il savait que celui qui traînait avec les bohèmes ne s'intéresserait plus à lui.

À moins qu'il ne tente de le suivre pour ensuite lui soutirer des infos par la force ?

Le mini mafioso tenta de jauger la force de celui à qui il avait affaire. Ce dernier lui rendit son regard. Nan, c'était perdu d'avances. Ce gars là avait plus que du bagout. Il avait des tripes et des muscles pour se battre. À moins qu'il soit sure de son coup le gavroche ne ferait pas le poids seul.


Ainsi, Le gamin devait le reconnaître. C'était foutu. Il avait trouvé plus fort que lui.


C'est pourquoi l'orphelin fut le premier à détourné rageusement son regard tandis que l'autre s'adressait à la jeune femme :

" Interroge le gosse si ça te chante, ce n'est plus mon problème. Par contre, rejoins-moi ce soir à la place du Tertre. Nous allons avoir une petite discussion, toi et moi. "

Puis l'homme sortit.

Le gamin eut de nouveau un gros soupir, puis il se laissa tomber dans un fauteuil en tirant une tronche de trois pieds de long :

«  Bon o.k Blondie. Vas y, balance tes questions. J'y répondrai . Mais en échange je ne veux qu'un truc. Puisque que vous zonez dans les bas fonds toi et le doc', tu dois en avoir entendu parler... des gars aux rosaires. Alors parle moi de l'ordre noir. C'est tous ce qui m'intéresse.»
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mar 16 Déc - 19:06

Rayn avait grandi avec Elias et comme son ombre, elle l’avait suivi partout. Une ombre en suivant une autre … N’était-ce donc pas tout ce qu’il y avait de plus ironique ? Rayn pouvait se vanter d’être la personne vivante connaissant le mieux le maitre des bas-fonds. Elle savait quand il fallait reculer de deux pas pour ne pas se prendre une claque ou bien quand il valait mieux rendre les armes et aller se coucher. Ilias avait presque réussi un sans-faute dans ses agissements avec le vieux mentor. Même elle avait rarement réussi cet exploit durant sa longue collaboration avec Elias. Il arrivait toujours qu’elle fasse un pas de travers et tous ses efforts s’écroulaient … Rayn pestait, mais il était dur – même pour celle qui connaissait le mieux le vieux bouc – de savoir ce qu’il ressentait au fond. Toujours était-il qu’elle était présente à cet instant, et non morte à cause d’un akuma qui aurait été près d’une petite rivière d’un village au Pays de Galle. Mais là,  Rayn pouvait l’affirmer. Ilias avait échoué dans ses négociations avec Elias.

Manque d’expérience. S’il venait à accompagner le plus vieux, il apprendrait vite. Certainement plus vite qu’elle. Être un échec deviendrait presque une fierté … Mais pour le moment, elle n’en avait que faire de l’avis du vieillard. Tout ce qu’elle voulait, tout ce qu’elle désirait, c’était les informations que ce gredin possédait. Si elle devait vendre Elias pour cela, et bien soit ! Un bookman n’était pas censé posséder de liens. La belle excuse. Pour s’en sortir, il fallait simplement éviter de laisser Elias s’exprimer. Etre plus rapide. Marquer ses positions.

Plusieurs fois Rayn s’était forcé à se l’entendre. Elle n’était plus la petite fille qui courait derrière lui … S’opposer à Elias était une chose naturelle, elle devait le faire. Elias lui offrit un regard las avant de jeter sa cigarette. « tu t’en mordras les doigts bien vite, crétine. » Des mots doux, toujours des mots doux. Heureusement qu’elle commençait à avoir l’habitude de l’attitude de son mentor. Etait-ce pour ça que le squatteur était parti bien avant elle ? « Je ne raterai ça pour rien au monde. Fais c’que tu veux de ce gamin. »

Parlait-il de son comportement ou de la voix qu’elle avait choisie ?

Rayn n’en avait absolument aucune idée. Mais elle était prête à recevoir le coup de bâton qui accompagnait ses actes et décisions. Elle avait déjà gouté aux Noé. C’était douloureux, épuisant, cela brisait les hommes. Et pour le moment, elle n’avait pas réussi à se présenter comme un être délibérément neutre observant du point de vue de l’ennemi cette guerre. Areshi était un être beaucoup trop capricieux pour cela. L’attention de Rayn se tourna délibérément vers Ilias pour lui promettre des réponses.

Elias lui avait déjà offert le paquet, Rayn ne faisait que l’aider à retirer l’emballage. « On reparlera de ça à un autre moment. » Un autre moment, hin ? Alors ils se reverraient et Ilias avait réussi à taper dans l’œil de son mentor. Rayn en serait presque jalouse. Elias était visiblement de mauvaise humeur néanmoins. Et le ton qu’il employa quand il passa à ses côté ne lui plus guère « Interroge le gosse si ça te chante, ce n’est plus mon problème » Pour le moment, se retint d’ajouter la petite blondinette. « Par contre, rejoins-moi ce soir à la place du Tertre. » Rayn le dévisagea, les sourcils froncés. Se rencontrer. Eux deux ? Et bien … qu’allait-il faire ? La sermonner comme autrefois ? Lui faire diverse remontrance ? L’incendier ? Lui donner un coup de journal ?

Ils allaient encore se disputer, indubitablement.

« Nous allons avoir une petite discussion, toi et moi. »

Même si la blonde se voulait impassible, un frisson remonta le long de son échine. La discussion serait certainement longue et agaçante pour elle. Savait-il ? Elias savait tout … C’était bien ça le plus gênant. La blonde soupira et rapporta son attention sur l’enfant, réapprenant soudainement à respirer. Ilias lui paraissait presque mignon là tout de suite maintenant après avoir affronté la tempête Elias. Néanmoins le gamin lui ne semblait pas du tout ravi. Saleté de gamin ingrat. « Bon okay Blondie. » leur relation allait vraiment très mal continué si le gamin continuait à l’appeler ainsi. Elle se retint de justesse de lui frapper le haut du crâne avec son poing … Essentiellement à cause de sa blessure et parce qu’un tel acte la rapprocherait inévitablement d’Elias. « Vas y balance tes questions. J’y répondrai. »

Brave singe bleu.

« Mais en échange je ne veux qu’un truc. » Rayn haussa un sourcil, elle devait se l’avouer, la blonde attendait autre chose. Enfin, plus de questions qu’une seule et unique. « Puisque vous zonez dans les bas fond toi et le doc’ » « Elias plus que moi » Rayn avait un minimum de standing de vie tout de même. Du moins c’était ce qu’elle voulait bien faire croire. « Tu dois en avoir entendu parler … des gars aux rosaires. »

Rayn fronça les sourcils. Non. Il en savait beaucoup trop pour un simple gamin des rues. « Alors, parle-moi de l’ordre noir. C’est tout ce qui m’intéresse. »

Rayn jaugea son cadet du regard, son bras valide contre sa hanche. Elle n’avait pas prévu qu’il est entendu parler des membres de la congrégation. Il ne semblait pas apprécier cet ordre non plus. Pourtant un deal était un deal … Qu’importe comment ce gamin avait pu le savoir – bien qu’elle est sa petite idée. C’était toujours la même chose. « L’ordre t’a volé quelqu’un, ouistiti ? » Elle se remit une mèche de cheveux avant de s’appuyer contre un muret. Dérober quelqu’un était courant dans cette organisation … Tout était bon, tant qu’on avait des soldats à opposer au Comte Millénaire. Un énième soupir traversa sa bouche. « Ouistiti, écoute moi bien, je ne te le dirai pas deux fois. Elle n’aurait même pas dut lui dire ça. « L’Ordre Noir, la Congrégation de l’Ombre, qu’importe comment tu nommes ce lieu, est une sorte de lieux regroupant des guerriers pour une guerre sainte. Ironiquement ils n’ont rien « d’ombreux ». Ils combattent ce qu’ils considèrent comme le mal tout en se cachant des civils pour éviter la panique. Ils utilisent des armes nommés innocence. Un « cadeau » de dieu pour combattre le fléau qui s’abat sur cette terre. Ce sont les gentils de la guerre sainte. »

Tout ça, ça empestait le manichéisme. Tout ce que Rayn haïssait. Mais c’était aussi la version la plus simple à raconter : les exorcistes qui combattent des créatures qui veulent anéantir l’espèce humaine pour purger le monde. « L’ennemi de l’organisation a des millénaires derrière lui et crée des machines nommés Akuma. Les exorcistes – gars aux rosaires – les combattent et anéantissent pour protéger les populations. ».

La blonde refit le tour des informations dans sa tête avant de paraitre satisfaite. Good. Elle avait tenu sa part du contrat. « A ton tour, singe savant. Tout à l’heure ton copain se tannait que vous aviez de l’honneur, alors maintenant, montre moi que tu en as. » Il devait tout lui raconter, la conduire aux témoins possible, absolument tout.

« Oh et t’inquiète pas pour Elias. Il t’aime bien. » Elle ne pouvait pas l’assurer avec certitude mais elle le pensait. « C’est rare un gamin intelligent. Et c’est encore plus rare de pas le décevoir. Mais je comprends que tu sois fasciné par ce vieux con … qui ne le saurais pas ? » c’était douloureux à reconnaitre.







Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mer 17 Déc - 17:47
Ilias écouta la blonde en silence , sans rien dire. Son jeune visage fermé n'exprimait aucunes des émotions qui le traversait. Il ne tilta même pas quand la femme toucha son point sensible en lui demandant:

« L’ordre t’a volé quelqu’un, ouistiti ? »

Pour seule réponse , le gamin lui jeta un regard concentré et déterminé. Impossible de savoir ce qui se passait derrière ses grands yeux outremers.
L'archiviste poursuivit. Un silence de plomb s'installa dans le cabinet dévasté. On n'entendait que la voix de Rayn et le tic tac d'une horloge éventrée:

« Ouistiti, écoute moi bien, je ne te le dirai pas deux fois. L’Ordre Noir, la Congrégation de l’Ombre, qu’importe comment tu nommes ce lieu, est une sorte de lieux regroupant des guerriers pour une guerre sainte. Ironiquement ils n’ont rien « d’ombreux ». Ils combattent ce qu’ils considèrent comme le mal tout en se cachant des civils pour éviter la panique. Ils utilisent des armes nommés innocence. Un « cadeau » de dieu pour combattre le fléau qui s’abat sur cette terre. Ce sont les gentils de la guerre sainte. »

Le poing de l'enfant se serra durant une fraction de seconde mais il ne dit rien gardant son air neutre. Dans un autre lieu, un autre temps, il aurait pu facilement se faire passer pour un corbeau miniature. Mais ça bien sur, l'égyptien l'ignorait.

"L’ennemi de l’organisation a des millénaires derrière lui et crée des machines nommés Akuma. Les exorcistes – gars aux rosaires – les combattent et anéantissent pour protéger les populations. A ton tour, singe savant. Tout à l’heure ton copain se tannait que vous aviez de l’honneur, alors maintenant, montre moi que tu en as. Oh et t’inquiète pas pour Elias. Il t’aime bien. C’est rare un gamin intelligent. Et c’est encore plus rare de pas le décevoir. Mais je comprends que tu sois fasciné par ce vieux con … qui ne le saurais pas ? "

Ilias ne répondit rien. Le silence s'appesantit. Il devient quasiment palpable. Le tic tac de l'horloge hachait les instants avec une régularité diabolique. Doucement , le gamin prit une grande goulée d'air frais et soupira en fermant les yeux. Quand ses paupières se rouvrirent, il posa ses pupilles outremer sur la jeune femme en robe rouge. Mais le regard de l'orphelin était glacial. D'une voix acerbe il dit à sa compagne:

" Et bien s'il n'en sait pas plus que toi, je vais bien vite perdre ma fascination"


Il s'arrêta fronçant les sourcils :

" A moins que tu en saches plus, et j'entends par là des informations concrètes et sincères, tu peux garder ton discours démago pour toi, Rayn. Je sais exactement ce que font ses individus, "les gentils" comme tu les appelles ."

La voix de l'enfant se fit glacial. L'espace d'un instant ce n'était plus Ilias, le gentil gamin des rues un peu fripon. Il était devenu le petit prince Othmane , le chef de bande impitoyable qui malgré son jeune age était aussi craint que la peste par ses adversaires. Le caid se leva  et toisa la blonde avançant vers elle menaçant:

" Les expériences sur les enfants, les enlèvements et l'assassinat de ceux qui s'enfuient ou qui refusent de les suivre, les familles déchirées , la souffrance... oui Rayn , je les connais bien ses types. Mais vu comment tu en parles , toi tu ignores tout d'eux... alors tu ne m'intéresses pas."



Soudainement le gamin lui tourna le dos:

" Tu ferais mieux de dégager blondie. Le quartier est mal fréquenté. Et s'ils te trouvent là, les amis du vieux juifs ne vont pas apprécié."

Puis regarda par dessus son épaule:

" oh et pour les incendies, je vais te donner une infos à la hauteur de celles que tu m'as filé. Un des incendiaire est un type balafré et aux pupilles dorées. il se ballade avec tout un attirail de grands couteaux en tout genre et à priori il adore charcuté les gens. Pour savoir où il crèche... à toi de te démerder poulette."

Le filou s'apprêta à franchir le seuil pour se retrouver dans la rue.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Lun 22 Déc - 19:10

Ilias était un garçon que Rayn aurait pu affectionner. Mais à cet instant, il n’était qu’un gamin des rues qui pensaient avoir déjà fait le tour des souffrances de ce monde. Ou tout du moins, c’était ce qu’il relachait. Rayn lui avait expliqué tout ce qu’un civil pouvait savoir, ne dévoilant rien d’autre. A trop valser avec la Mort, celle-ci fini toujours par vous embrasser, Rayn ne le savait que trop bien. Or, la Congrégation de l’Ombre, le Comte et ses apôtres … C’était la Mort personnifiée, elle-même n’était pas sûre de s’en sortir vivante. Elle avait déjà gouté au pouvoir d’un Noé, à l’impuissance de l’homme face à leurs pouvoirs. Tout ce que cette femme désirait était de préserver l’enfant qui se cachait derrière le gamin des rues. Beaucoup trop démagogue ? Certainement. Rayn ne supportait pas de mêler la population à des conflits qui ne concernaient qu’une minorité de la population. Alors elle avait voulu prendre soin de ce petit ouistiti qui était la cause de sa blessure.

Mais elle souhaita le voir mort de ses propres mains dès qu’il ouvrit la bouche pour s’exprimer.

Durant tout son discours, la tension avait été palpable, significative. Et le regard se fit aussi froid et méprisant que celui du Noé de la Désolation. Et il osa. « Et bien s’il n’en sait pas plus que toi, je vais bien vite perdre ma fascination ». Rayn aurait voulu le tuer. Aurait pu le tuer. Son visage se ferma et ses yeux se rétrécir presque immédiatement. Comment osait-il ? Remettre en question toutes les connaissances de son mentor, ses capacités … Ce gamin se croyait-il donc tant au-dessus de la mêlée pour ainsi oser prononcer de telle parole ? Il ne savait rien des bookmen, de son clan. Et sa vision se refroidit, s’endurcit. Il n’était que de l’encre sur du papier, un misérable fragment que l’histoire ne retiendrait pas, une tache parmi toutes les autres.

Insignifiant gamin des rues.

Il lui avait fallu de tellement peu pour faire bouillir son âme et son être, alors que son visage restait impassible. Enfant d’un clan beaucoup plus froid. Pensait-il faire flancher ainsi un membre de son clan ? Il avait encore beaucoup à apprendre malgré ses grandes connaissances. « A moins que tu en saches plus, et j’entends par là des informations concrètes et sincères, tu peux garder ton discours démago pour toi, Rayn. » Rayn. Un énième nom. Sera-t-elle la première de ses identités à haïr et laisser mourir les jeunes gens qui l’avaient pendant si longtemps touché ? « Je sais exactement ce que font ces individus, « les gentils » comme tu les appelles. » Ce gamin était-il sourd ou complètement borné ? N’avait-elle pas signalé qu’elle utilisait ce terme pour simplifier l’explication.

Mais monsieur le singe semblait vouloir parler. Alors elle le laissa s’exprimer. Plus elle parlerait, moins de remords elle aurait à lui planter sa rapière. Et il lui devait encore des informations, optionnellement.

« Les expériences sur les enfants, les enlèvements et l’assassinat de ceux qui s’enfuient ou qui refusent de les suivre, les familles déchirées, la souffrance … Oui Rayn, je les connais bien ces types. » « Oh arrête, ouistiti, tu vas me faire verser une petite larme … » Pathétique. Elle n’avait pas d’autre mot pour le décrire à cet instant. « Mais vu comment tu en parles, toi tu ignores tout d’eux … Alors tu ne m’intéresses pas. »

Il lui conseilla de dégager. Le quartier était mal fréquenté et la demoiselle aurait pu faire une mauvaise rencontre … Dans son état c’était le cadet de ses soucis. Combien d’entre eux savaient manier une épée ? Elle était certes blessée mais avait eu un entrainement elle … De plus la colère aidait particulièrement à anesthésier. Elle souffrirait ce soir. Si ce petit singe pouvait survivre, elle aussi. Rayn en avait vu d’autre en fréquentant son mentor et son petit frère. Elle lui souhaita mentalement une bonne mort bien douloureuse avant de lui rappeler qu’il lui devait des informations. Mais elle n’eut pas besoin de quémander son dût. « Oh et pour les incendies, je vais te donner une info à la hauteur de celle que tu m’as filé. Un des incendiaire est un type balafré et aux pupilles dorées. Il se ballade avec tout un attirail de grands couteaux en tout genre et à priori il adore charchuter les gens. Pour savoir où il crèche … à toi de te démerder poulette. »

Cette fois, sa patience avait atteint ses limites. Alors qu’il s’apprêta à sortir, la blonde attrapa à nouveau sa natte – redoutable point faible, n’avait-il donc jamais envisagé de se couper les cheveux – et le tira en arrière d’un coup sec avant de le faire tomber par terre. Rapidement, la blonde posa violement son talon sur le torse de l’enfant avant de sortir la rapière et de pointer la lame vers la gorge du petit ingrat. « Oui. Terriblement mal fréquenter. Tu devrais faire attention à tes rencontres, Ilias. »

Il avait insulté Elias, il avait osé. Et en plus de cela il l’a prenait pour une idiote. Un vague sourire se dessina sur son visage. « Tu critiques l’Ordre Noir alors que tu ne sais rien … C’est terriblement amusant. Elias serait là il m’en aurait déjà collé une pour ce que je suis en train de faire je crois mais qu’est-ce qu’on s’en fou. Le vieux est parti. » Elle appuya plus fort son pied. Elle était tellement furieuse. Elle grimaça d’un coup. « Les expériences sur les enfants, blablabla » imita-t-elle. « Mon pauvre, mais il n’y a pas qu’eux ! Vis tu vraiment dans le rue ? Tu dois les connaitre, ces enfants de douze ans que l’on envoi satisfaire des vieillards plein aux as ? Tu dois les connaitre, ces gamins qu’on envoi à la guerre face à des adultes. Pauvre chou, t’es horrifié par ça, alors qu’ils ne font qu’imiter en secret ce que d’autre font publiquement. »

Rayn se souvenait avoir demandé une fois à son maitre, quand elle était encore Rena, pourquoi observaient-ils une race aussi pourri que l’homme. Parce que c’était ainsi. Rayn se voulait positive, croire que l’homme était fondamentalement bon. Mais ce gamin … Sa naïveté et son côté suffisant l’énervait. « Oui. Il est impossible de dire qui du Comte ou de l’Ordre est dans le vrai. Les hommes combattent la menace qui s’abattent sur eux, est-ce juste ? Aucune idée, j’suis pas là pour faire de la philosophie. Les deux camps font c’qu’ils veulent c’est clairement pas mon boulot ! Mais toi … toi … » Elle ôta son pied et rangea sa rapière. Pendant son visage affirmait clairement un dégout. Un dégout pour son ignorance, pour sa naïveté face aux connaissances que l’enfant possédait.

« Toi qui n’est qu’une tache insignifiante, un fragment d’encre … qui oses-tu être pour seulement réclamer à un membre du clan des bookmen des informations sur ce que nous enregistrons ? Tu n’es rien d’autre qu’un enfant trop sûr de lui. Oh ! Oui tu te débrouilles dans la rue. Mais à mes yeux, à nos yeux, tu n’es qu’un amas d’ignorance. Alors réponds moi … Qui es-tu pour prétendre avoir accès au savoir de mon clan, singe ? »

Rayn n’avait jamais été aussi furieuse de toute sa vie. Ilias était un enfant qu’elle avait commencé à apprécier, à reconnaitre sa valeur – il était excellent dans l’analyse de son environnement. Mais il avait dépassé les limites. Elle inspira et expira, encore et encore, lentement mais surement. Elle tenta vainement de se calmer avant de retourner s’appuyer contre le mur. « Un sy'n gwybod unrhyw beth gallu deall dim byd. Pars »






Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Ven 26 Déc - 17:10
La blonde n'avait pas compris. Cette fille était bornée ou alors drôlement longue à la détente.

Elle attrapa le petit égyptien par sa tresse et le plaqua sur  le sol avant de le menacer avec son épée. Ilias, d'abord surpris par cette réaction aussi stupide qu'imprévu, ne pu rien faire. L'adulte appuyait de tout son poids sur son torse et malgré ses allures de brindilles Rayn pesait bien 50 kilos.  Le garnement voyait la lame se rapprochait de son cou. L'archiviste aurait pu le saigner comme un porc.  

Pourtant l'orphelin ne se débattit pas. Aucune grimace ne barra son visage. Non, il était bien trop fier pour cela. Jamais il ne montrerait qu'il avait mal et que cette idiote l'étouffait. Au contraire, il la regarda droit dans les yeux durant son jolis discours sur ce monde pourri jusqu'à la moelle. Il eut même un ricanement de mépris quand elle parla du sort des enfants.

Et dire qu'elle l'avait bassiner en lui disant de s'en balancer de la bande à Jean voilà qu'elle dévider la misère du monde. C'est l'hôpital qui se foutait de la charité!

D'ailleurs ilias se moquait ouvertement de son attaquante. Durant tout ce plaidoyer, il flottait dans regard outremer du jeune filou une lueur de défis du genre «  vas y tranche moi la gorge si t'es cap'. Mais non t'es qu'une chiffe molle. Regarde toi à faire la morale à un môme alors que toi tu défends l'indéfendable. » Car quoi que puisse dire la jeune femme, rien ne pouvait atteindre l'alexandrin. Elliot lui avait raconté ce qui se passait pour de vrai dans l'ordre noir, et puis lui même l'avait vu, en égypte, il avait minutieusement recueilli des témoignages de victimes.  Alors oui, Ilias connaissait la vérité, c'était blondie qui ne savait rien.

Et puis il sentait instinctivement que la jeune femme n'était pas de cette trempe. Pas du genre à tuer un enfant à terre et désarmé. Elle était folle de rage. Cela se lisait dans ses yeux, mais ce n'était pas un assassin.

Comme pour lui donner raison, la blonde fini par le relacher et se redresser, une moue de dégout sur le visage. Ilias s'assit lentement, pour la regarder bruler les derniers feux de sa rage:

« Toi qui n’est qu’une tache insignifiante, un fragment d’encre … qui oses-tu être pour seulement réclamer à un membre du clan des bookmen des informations sur ce que nous enregistrons ? Tu n’es rien d’autre qu’un enfant trop sûr de lui. Oh ! Oui tu te débrouilles dans la rue. Mais à mes yeux, à nos yeux, tu n’es qu’un amas d’ignorance. Alors réponds moi … Qui es-tu pour prétendre avoir accès au savoir de mon clan, singe ? »

Puis elle  se cala contre un mur comme si elle allait pleurer. L'archiviste lui demanda de partir. Le gamin se releva, près à lui rentrer dans le lard comme le mouflet colérique qu'il était. Puis à la dernière seconde, il décida de faire preuve de maturité. Comme dit l'adage " je ne parle pas aux cons, ça les instruits"... et ben des fois c'est pareil pour cogner sur les crétins. Alors, pour une fois, Ilias obéit, prenant la route de la porte, en marmonnant.

" Au moins l'encre ça sert à écrire de jolis histoires et puis je suis pas un singe mamzelle roman bisous bisous."


Puis à mi-chemin, il s'arrêta, le coeur serré et un peu honteux. Ses joues étaient toute rouge. Il hésita, puis grommela à nouveau.  Non , décidément, il n'avait jamais pu résister aux larmes d'une demoiselle. Surtout si c'était de sa faute si la dite demoiselle était triste.

Le Casanova en herbe soupira, enfonça ses mains dans les poches puis soupira à nouveau avant de faire demi tour. Doucement, il appela la blonde:

«  Hey blondie! Blondie! Fait pas celle qui entend pas... tiens prend mon mouchoir et arrête de te mettre dans cet état, c'est pas bon pour le coeur. Et puis une femme qui pleure c'est lache... ça donne envie de la consoler alors qu'on devrait l'engueuler. »

Le mouflet tira de sa poche un vieux carré de tissu usé et d'une couleur indéfinissable qu'il tendit à la bookmen.

«  Blondie... écoute moi... je veux rien te voler … ton histoire de savoir, de clan de bookmen et tous ça, c'est ton affaire. Si tu veux pas me les donner tes tuyaux, tant pis je me débrouillerai. Le savoir c'est une quête. C'est une arme qu'on affute tout les jours. Je suis qu'un gosse. ça me fait mal de le reconnaitre, mais t'as raison sur ce point. Alors, j'ai du temps d'en accumuler, de chercher les infos qui m'intéressent. Et puis j'ai des amis pour m'aider. On est deux sur le coup. Et mon pote , c'est l' genre bien renseigner si tu vois ce que je veux dire. Alors on va pas en faire un drame? Si... allez... souris moi blondie, t'es tellement jolie quand tu souris que les fleurs du jardin du luxembourg vont en être jalouse. »

songeur, la fripouille des bacs à sables ajouta:

« Je suppose d'ailleurs que cette information là fait parti des trucs qu'Ellias ne voudrait pas que je sache, hein , miss l'archiviste? Un clan de bookmen... vous devez drôlement aimé les livres vous... bandes de veinards »

Ilias soupira et se gratta la tête puis sourit à son interlocutrice:

«  Allez, t'en fais pas poupée , j'en parlerai pas. J'aimerai te dire que j'oublierai , mais mon cerveau de singe c'mme tu dis, à  plutôt tendance à bien enregistrer les trucs... surtout ceux qui fraudaient que je retienne pas... donc c'est mort. Je peux quand même te garantir que je resterai motus et bouche cousu, muet comme une carpe. Ça te convient?  »

Puis il s’assombrit, ajoutant:

«  Quand à l'ordre noir, n'en parlons plus. Nous pensons tout les deux avoir raison. Tu sais des trucs, j'en sais d'autres qui nous laissent supposer que nous avons raisons dans notre jugement... et si on continue à en parler, on finira pas par se foutre sur la gueulle... ça serait con. Non? Et puis de toute manière je ne pourrai jamais te frapper blondie... t'es trop mignonne pour ça. »


Ilias sourit à la jeune femme espérant qu'elle allait faire de même.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mar 30 Déc - 17:01

« Au moins l’encre ça sert à écrire de jolis histoires et puis je suis pas un singe mamzelle roman bisou bisou. »

Un jour, Rayn lui ferait sauter la tête. Mais la blonde était déjà hors d’elle … tellement en colère, tellement déçue. Qu’est-ce qu’elle pouvait bien faire comprendre à un enfant qui n’avait pas subit l’entrainement, qui n’avait pas dû à retenir toutes ces choses ? De jolis histoires, hin ? Il était tellement loin du compte … L’encre que représentait les hommes ne formaient qu’une maille pour écrire quelque chose de beaucoup plus grand qu’eux. Et où que l’on regarde, l’encre forme les mêmes mots : bêtises, guerre, meurtre, corruption … La blonde n’avait pas connaissance d’un endroit où une population vécu heureuse plus de dix ans. Les plus forts malmenés les faibles pour des raisons économiques et politiques, caché derrière un beau sourire plein de promesses et de mensonges. Le pays dans laquelle ils se trouvaient tous les deux n’étaient pas mieux que les autres … Colonisons pour offrir notre culture aux peuples primaires disent-ils tout heureux de leur mensonge … Mais au moins l’enfant s’en allait. Dans sa tête, la blonde tenta de se repasser les mots du gamin pour obtenir quelques indices sur ses prochaines recherches. Mais avant toute chose, elle devait se calmer … traiter des données dans son état était tout bonnement impossible.

Elias avait raison, elle était beaucoup trop impulsive …

Et l’enfant ? Il ne sorti pas de la pièce. Bien au contraire … Rayn se rendit compte qu’il était encore présent quand elle entendit un soupir provenant du petit singe. Et c’est avec une certaine gentillesse qu’il s’adressa à elle. « Hey blondie ! Blondie ! Fait pas celle qui entend pas … » Mon dieu, voulait-il qu’elle le tue définitivement ? La blonde allait définitivement le chasser quand il enchaina. « tiens, prend mon mouchoir et arrête de te mettre dans cet état, c’est pas mon pour le cœur. » Cet état ? « Et puis une femme qui pleure c’est lâche … » Qui pleure ?! La blonde leva ses doigts à ses yeux. Elle avait pleuré … Elle sentait encore les larmes salés. La blonde eut un petit sourire triste face à ça, elle était définitivement trop sensible. Heureusement qu’elle n’était pas enceinte. Le garçon dit une autre phrase mais elle ne l’écouta pas et fixa le mouchoir – ou devrait-elle dire torchon ? – d’une couleur qui n’inspirait pas confiance qu’il lui tendait. Un léger sourire amusé se dessina sur les lèvres de la blonde …

C’était un enfant avec un bon fond.

Néanmoins la blonde le prit. Quand vous vivez prêt de vingt-et-un ans avec son mentor, ce genre de choses n’était pas ce que vous regardiez en premier. Le geste était plus important. Mais l’enfant continua, comme soudainement rattrapé par la culpabilité d’avoir fait pleurer la bookwoman. « Blondie … écoute moi … je veux rien te voler … ton histoire de savoir, de clan de bookmen et tout ça, c’est ton affaire. » C’était compliqué de voler l’immatériel, mais elle ne lui fit pas remarquer. Comment un civil pouvait connaitre quoique ce soit sur ce clan qui aimait tant rester tapis dans l’ombre à observer. « Si tu veux pas me les donner tes tuyaux, tant pis je me débrouillerai. Le savoir c’est une quête. » « Tu ne sais pas à quel point tu as raison la dessus … » souffla la blonde et remettant une mèche de cheveux derrière sa tête. Pour elle, ce serait une quête sans fin. Jusqu’aux derniers jours de sa vie, Rayn serait en quête de savoir pour le bien de son clan. « C’est une arme qu’on affute tous les jours. Je suis qu’un gosse, ça me fait mal de le reconnaitre, mais t’as raison sur ce point. » Ouh ! Il lui donnait raison. Il fallait inscrire ça sur une pierre blanche !

Cette pensée fit grimacer malicieusement l’ainée qui se garda bien de lui faire part de ce qu’elle pensait. Mais il était motivé. Motivé à chercher, à comprendre, à accumuler. Il aurait fait un bon élève dans le fond … Si on oubliait son sale caractère. Mais elle buta, ses yeux s’ouvrant immédiatement quand il prononça ces quelques mots qui pouvaient tout changer : « Et mon pote, c’est l’genre bien renseigné si tu vois ce que je veux dire. » Oui elle voyait parfaitement. Il avait une connaissance dans l’un des deux camps … Dieu que ce gamin jouait avec le feu ! Elle devait impérativement rencontrer cette personne, le voir. Lui parler. Découvrir et- « Souris moi blondie, t’es tellement jolie quand tu souris que les fleurs du jardin du Luxembourg vont être jalouse. »

Rayn se stoppa net dans ses pensées et regarda le gamin. Elle cligna des yeux une fois. Deux fois. Puis une troisième avant de se mettre à lâcher un petit rire qu’elle tenta de cacher avec le dos de sa main. « Mon dieu, mais où as-tu trouvé celle-là ? » Le rire de la blonde s’accentua encore, l’obligeant à se tenir le ventre … Non vraiment elle ne s’y attendait pas. On aurait dit l’une de ces phrases qui se trouvaient dans ses romans qu’elle affectionnait tant.

« Je suppose d’ailleurs que cette information-là fait partie des trucs qu’Elias ne voudrait pas que je sache, hin, miss l’archiviste ? » Rayn lui offrit un petit sourire montrant ses dents. Bien vu petit homme. « Un clan de bookmen … vous devez drôlement aimer les livres vous … bandes de veinard. » « Pas vraiment non pour être tout à fait honnête. » Elle s’assit sur un espace de travail avant de battre ses pieds. « Nous ne lisons pas tant que ça. C’est nous les livres, d’où l’appellation « bookmen ». Mais pour moi ce sera « bookwoman junior ». » Expliquer l’origine de leur nom n’était pas frauder donc elle avait le droit.

Le gamin se frotta la tête « Allez, t’en fais pas poupée, j’en parlerai pas. » Rayn lui donna un coup sur le crâne. « Ne m’appelle pas poupée. Blondie passe encore. » Oui Blondie passait encore. Car c’était un nom intemporel pour la décrire, au-delà de Leo ou bien de Rayn … Un surnom qui transcendait tous ces noms. C’était pour cela qu’elle appelait le plus clair de son temps Elias vieux con ou bien Sohan, le squatteur. Intemporel.

Ilias lui expliqua qu’il ne pourrait pas oublier mais que son cerveau de singe – Rayn sourit victorieuse à l’utilisation du terme singe – ne lui permettrait pas. Il avait tendance à tout enregistrer … Mais il garantirait de ne rien dire. En soit, son clan n’était pas tant un mystère que ça. Certains les connaissaient, d’autre non. Ils tentaient d’être discrets, ils changeaient de vie, de noms … Puis il enchaina sur l’ordre noir. Il était impossible pour eux deux de tomber sur un accord et c’était vrai. Trop têtu. Si elle avait eu un petit frère, aurait-il été comme lui ? Il lui sourit. Rayn lui rendit gentiment avant de poser sa main sur sa tête et l’ébouriffer légèrement.

Pourtant elle n’en avait pas fini.

« Ilias. Tu aurais fait certainement un bon apprenti bookman, et si j’avais été un peu plus sans cœur je t’aurai proposé de te joindre au clan. Vraiment je le pense. » Mais malheureusement, forcé un enfant de trancher tous ses liens n’étaient pas dans les moyens de la blonde. Il était peut-être trop vieux pour ça … « Seulement je veux juste vérifier que tu es bien conscient d’une chose. » Elle descendit et posa ses pieds sur le sol avant de s’abaisser à sa hauteur. « Akuma. Noé. Exorciste. Corbeaux. Exorciste de troisième génération. Tous ces mots sont synonymes de monstres. Tu es fort pour un enfant de ton age et tu deviendras certainement encore plus fort en vieillissant. Mais tu t’entraines à combattre des hommes, pas des monstres. Fais attention à toi sur le chemin que tu as choisi … même les « monstres » que nous sommes, membre du clan, nous ne sommes rien face à eux. Méfie-toi de chacun d’eux. Tous finiront par tenter de t’abattre. »

Elle en avait fait les frais en Angleterre avec ce garçon. Elle se releva lentement. « Je sais énormément de choses, c’est vrai, mais mon éducation n’est pas complète. Je ne suis que bookwoman junior, c’est-à-dire apprentie. L’homme de tout à l’heure est bookman. Si vraiment tu veux continuer sur cette voix, c’est lui que tu devras convaincre. Je vais le voir ce soir, je pourrai peut-être lui parler pour toi. » Elle lui esquissa un sourire avant de poser sa main valide sur sa hanche.

« Mais surtout, ne soit pas tenter de nous rejoindre. Tu es trop vieux pour ça. Ce serait trop dur. » Pas dans l’apprentissage. Mais s’il poursuivait autant la congrégation, c’était qu’il existait en ce monde quelqu’un à qui il tenait plus que tout au monde … Et renoncer à cette personne serait quelque chose de douloureux.







Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mar 14 Avr - 13:44
Il l’avait fait rire. Ilias en était content. Après tout, le gamin n’aimait pas rendre triste les filles. Sophia lui avait toujours dit que ce n’était pas bien.  Et puis même si blondie avait un caractère de cochon, l’égyptien devait admettre qu’il l’aimait bien.

Sa gentillesse eut une conséquence inespérée. La demoiselle se laissa aller à quelques confidences. Bon pas grand-chose, il faut l’avouer. Mais ces quelques phrases eurent le don de titiller encore plus la curiosité de l’enfant sur ces fameux bookman. Mais il décida de ne pas tenter d’en savoir plus pour le moment. Plus tard peut être. Quand il aurait régler ses comptes avec l’Ordre Noir.
En attendant, il enregistrait chaque information dans un coin de sa tête.

C’est alors que la jeune femme eut un geste inattendue. Sans prévenir, elle passa sa main dans les cheveux, lui ébouriffant au passage ses boucles outre-mer. Le gamin s’apprêtait à la repousser en grognant devant tant de familiarité, mais Rayn, comme se parlant à elle-même lui fit ce discours :

« Ilias. Tu aurais fait certainement un bon apprenti bookman, et si j’avais été un peu plus sans cœur je t’aurai proposé de te joindre au clan. Vraiment je le pense. Seulement je veux juste vérifier que tu es bien conscient d’une chose. Akuma. Noé. Exorciste. Corbeaux. Exorciste de troisième génération. Tous ces mots sont synonymes de monstres. Tu es fort pour un enfant de ton age et tu deviendras certainement encore plus fort en vieillissant. Mais tu t’entraines à combattre des hommes, pas des monstres. Fais attention à toi sur le chemin que tu as choisi … même les « monstres » que nous sommes, membre du clan, nous ne sommes rien face à eux. Méfie-toi de chacun d’eux. Tous finiront par tenter de t’abattre. Je sais énormément de choses, c’est vrai, mais mon éducation n’est pas complète. Je ne suis que bookwoman junior, c’est-à-dire apprentie. L’homme de tout à l’heure est bookman. Si vraiment tu veux continuer sur cette voix, c’est lui que tu devras convaincre. Je vais le voir ce soir, je pourrai peut-être lui parler pour toi. »

Ilias en resta bouche bée. Venait-elle de lui proposer de rejoindre les bookman en lui conseillant d’en parler au vieux ? Il ne savait pas trop… beaucoup des termes qu’elle avait utilisé dans son énumération lui étaient inconnus. Sans parler que ce mélange de mise en garde et de compliment sentait le roussi à plein nez. D’un air songeur, le petit caïd se gratta la tête. Dans quoi c’était-il encore embarqué ?  

« Mais surtout, ne soit pas tenter de nous rejoindre. Tu es trop vieux pour ça. Ce serait trop dur. »

Cette dernière phrase fit tilt. Son indécision se mua en autre chose. Un sourire taquin apparut sur ses lèvres. Bon sang…. Elle n’aurait jamais dû dire ça. Ça sonnait trop comme un défi pour qu’il ne le relève pas.
L’enfant à la tresse mit ses mains dans ses poches et planta son regard saphir dans celui de la blonde. D’un air crane, il lui demanda :

«  Parce que tu penses que je ne serai pas capable de devenir un membre de ton groupe secret ? Tu sais pour moi rien n’est impossible. J’ai déjà fait mes preuves. Je ne suis pas un lapin de 15 jours contrairement à ce que tu crois. L’ordre noir ou qui que ce soit, rien ne me fait peur. Car moi aussi je peux être un monstre si je le veux. Tu n’imagines même pas de quoi je suis capable. »

L’enfant poursuivit sans même se rendre compte de la naïveté de ses paroles :

«  Alors j’accepte ton défis Blondie. Parles-en donc au vieux, lancez moi n’importe quel défis pour rentrer dans votre coterie et avant la fin du mois je serai des votres. »
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Sam 18 Avr - 20:14

Rayn aurait dut le prévoir. Elle aurait dut le voir arriver, gros comme une maison. Non ! Au moins aussi gros que l’Arc de Triomphe. Pourtant, elle commençait à le connaitre l’animal. Pourquoi n’avait-elle pas vu venir que le cerveau du petit singe allait mélanger les informations qu’elle lui avait offertes pour en ressortir totalement différemment ? Parfois, la blonde avait véritablement l’impression de parler à un mur – et elle ne le connaissait que depuis une seule et unique journée ! – mais en voyant le visage du gamin. Elle est beaucoup trop faible face aux jeunes, beaucoup trop. Cela la tuera un jour. Mais elle aurait dû sentir venir le coup tordu quand le petit ouistiti se mit à sourire avec beaucoup trop de malice pour que cela soit innocent. Elle aurait dut le sentir quand elle avait vu ses petites mains se mettre dans ses poches. Mais finalement … Rayn réalisa qu’elle le comprit au fur et à mesure des actions mais déjà elle agissait comme elle l’avait fait avec Sohan durant toute la période où il avait accompagné leurs voyages : avec habitude.

Et par tous les Bookmen, c’était une erreur phénoménale. Il planta ses pupilles saphir dans ceux émeraude de la blonde. Oh non «Parce que tu penses que je ne serai jamais capable de devenir un membre de ton groupe secret ? » Avait-elle vraiment formulé sa phrase ainsi ? Ou avait-il juste pris cela comme un défi ? Et par la mèche de Bookman ! Groupe secret ?! Cela sonnait comme un groupe religieux extrémiste ! « Tu sais pour moi, rien n’est impossible ? » « A part peut-être agir comme un bon gamin. » C’était sorti tout seul. Mais au vu de son gout prononcé pour les larcins, dire le contraire serait mentir. « J’ai déjà fait mes preuves. Je ne suis pas un lapin de quinze jours contrairement à ce que tu crois. » Non, mais un bébé ouistiti, certainement. « L’ordre noir ou qui que ce soit, rien ne me fait peur. Car moi aussi je peux être un monstre si je le veux. Tu n’imagines même pas de quoi je suis capable. »

Rayn avait véritablement envie de se frapper le front. Il ne survivrait pas un an avec Elias avec ce caractère. Sauf si son mentor le trouvait amusant : deux années dans ce cas-là. Elle fixa le garçon et s’apprêta à ouvrir la bouche quand il la prit de vitesse. « Alors j’accepte ton défi Blondie. » Mais quel défi ?! « Parles-en donc au vieux, lancez moi n’importe quel défis pour rentrer dans votre coterie et avant la fin du mois je serai des vôtres. »

Bien. Soit. Rayn, inspire et expire. Tout ira mieux. La blonde s’installa sur une chaise et se donna cinq minutes pour trouver les bons mots. Elle fixa le garçon, longuement, avant de lever son index. « Tout d’abord, on est pas un groupe secret. On est un clan ! Un clan qui veut se faire discret. Nuance. » Elle y tenait. Elle ne voulait aucunement être comparé à un vulgaire groupe d’extrémiste faisant des choses étranges dans une cave ! Elle avait tout de même un minimum d’honneur. « Ensuite … je ne te défi pas d’y entrer. Je dis juste que tu ne peux pas … Enfin si tu peux. » Ouh. Elle commençait à avoir mal à la tête à cause de ce petit. « Etre Bookman, ce n’est pas le devenir comme ça … C’est un engagement à vie. Et être Bookman … C’est dire adieu à ce que tu es. Plus d’Ilias, tu dois oublier tes amis, ta famille, tes rêves. Tu deviens simplement un Bookman, tu hérites d’un nouveau nom et tu obtiens le titre de Bookman Junior. »

La blonde descendit de son perchoir avant de s’avancer vers lui et se de mettre à la hauteur, emprisonnant entre ses doigts son menton « C’est ça, la difficulté. Tu es vieux. Est-ce que tu es capable de dire adieu à ta vie ? Dire adieu à Ilias ? »

Il avait le choix, seul lui pouvait le décider.

Lui elle lui donna une tape sur la tête. « Oh et règle numéro 1 : ne pas avoir peur est une marque de stupidité. Il ne faut pas oublier la peur, pour mieux comprendre le danger. Il faut contrôler la peur et ne pas avoir peur de rien. Idiot de ouistiti. » C’était presque affectif.






Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mar 21 Avr - 1:41

Liens


" Plus étroits que ceux du sang et de la famille sont les liens de l'amitié. "


Je passe presque tous les jours à Paris et pourtant, je n'ai pas vu une seule fois Ilias depuis que nous nous sommes séparés il y a des semaines de ça ? Comment était-ce arrivé.. Je crois me souvenir que mi-Juin, nous sommes arrivés à la capitale ensembles, puis on a un peu fureté dans les ruelles, on a piqué quelques trucs, j'ai pris des cartes postales pour dans mon livre de voyage et.. AH ! Je sais ! C'est à ce moment là que maître Aloïs est venu à ma rencontre pour que j'aille au près de Mathilde ! Zut, c'est vrai ça, j'ai laissé Ilias sans même lui dire au revoir. Enfin, ce n'est pas comme s'il n'arriverait pas à survivre sans mois.. mais quand même ! Il faut que je me remette à sa recherche, avant.. avant que quelqu'un ne vienne lui mettre de fausses idées en tête.


Quelques jours avant la mission dans les steppes russes et celle à Cambridge.

La démarche légère, l'oisillon s'était mit en route à travers les rues de la capitale, sautillant par moments tandis que Cody voletait juste au-dessus de sa tête.

" Quel magnifique temps pour un mois de juillet ! Pas vrai camarade ? " siffla-t-il à l'attention de son compagnon à plumes.

Enchanté, ce dernier zigouilla avant de s'envoler haut dans les airs, sans toutefois trop s'éloigner de son petit maître. Même si le petit chardonneret jaune était libre d'aller où bon lui semblait, jamais il ne partait bien loin ; comme si des chaines invisibles le reliaient au blondinet. Quel étrange paradoxe ! Tel animal, tel maître.

Sourire aux lèvres, l'Oiseau en Cage reprit alors sa route. Par où commencer ses recherches ? Sans doute pas dans les beaux quartiers, à moins que son compagnon ne soit à la recherche de petite fortune chez les bourgeois et les touristes ; un sac à main était si vite volé ! Toutefois, pour se rendre à Montmartre - le lieu qui ne pouvait qu'accueillir son ami - Elliot du quand même passer à côté de certains beaux quartiers, alors il n'hésita pas à demander si certains bourges n'avaient pas vu un gamin du sud, avec une longue tresse volant au vent. Beaucoup lui répondirent poliment que non, tandis qu'une femme lui écrasa son sac tout neuf sur la tête en le traitant de sale petit voleur. Visiblement, Ilias avait volé le porte-monnaie de la belle qui visitait le sacré Cœur il y a trois jours de ça : son ami était encore en vie !

Sa destination était désormais toute trouvée : direction Montmartre !

Depuis qu'il vivait à Paris en compagnie de Mathilde, Christopher n'avait pas souvent visité le quartier des bohèmes. Une ou deux fois, sans doute. Ce lui était remplit de souvenirs pour la belle jeune femme, car d'après ses histoires, sa sœur Nora y aurait vécu durant de nombreuses années. Les deux avaient été issues de la même fratrie et pourtant, elles avaient eut des existences à des années lumières l'une de l'autre. L'une avait vécu dans la bourgeoisie, l'autre dans le petit peuple ; ... un peu comme Elliot et Emily, dans le fond. Sauf que eux, n'avaient pas été frère et sœur, et encore moins sœurs tout court. Quelles drôles de pensées ! Toutefois, ça aida le marmot à trouver le temps moins long à marcher dans les rues ; car à Paris, on ne se transformait pas ! Enfin, plus. Plus jamais, il avait tenté de se le promettre.

Une fois arrivé dans le quartier animé, le blondinet reprit son investigation. On l'envoya dans une ruelle à quelques pas, dans une autre à dix minutes de marche, avant de le faire revenir au moins trois fois à ses points de départ. Ilias était quelque part par là.. mais où ? Soudain, un gosse des rues bouscula l'Aventurier qui manqua de tomber, mais qui n'abandonna pas son enquête pour autant.

" Hé ! Toi ! Tu connaitrais pas un Ilias par hasard ? "
" Qu'est-ce que tu lui veux sale p'tit gosse de riches ? "
" Je suis là pour affaires ! "

Tout en disant ces quelques mots, Christopher sacrifia quelques francs offerts par Mathilde pour s'acheter des bonbons ; une information de la part du gosse valait mille fois plus. Le regard du petit caïd s'illumina alors tandis qu'il comptait l'argent qu'il venait de gagner.

" J'l'ai vu courir par-là y a une heure, une blonde à ses trousses. " fit-il tout en désignant une ruelle escarpée, " On a un contact au numéro 30, il est peut-être là-bas. "

Comblé, l'américain afficha un sourire à tout rompre avant de baisser sa casquette dans un geste presque respectueux. Dommage que ses paroles ne s'accordèrent pas à son geste.

" Je parlerai de toi à Ilias ! " fit-il d'une voix enjouée, " On aime pas s'entourer de traitres, tu ferais bien de quitter ce quartier au plus vite. "

Un rire cristallin s'échappa alors de ses lèvres, et Elliot disparut dans la dite ruelle. Pauvre gosse !

Alors, le petit monstre se dirigea vers l'endroit recherché, croisant par la même occasion un colosse tout tatoué qui le toisa d'un drôle d'air. Toujours aussi souriant, le môme lui tendit son chapeau avant de reprendre sa route comme si de rien n'était. Ah, il y avait vraiment des hommes de toutes les contrées du monde dans cette ville ! Si l'Aventurier en avait eut le temps, sans doute aurait-il prit le temps de converser avec lui. Mais il n'avait pas une minute à perdre ! Déjà, il fallait réussir à trouver l'endroit indiqué et.. de nombreuses bâtisses ne possédaient pas de numéros. Le trente, mon cul ouais ! Alors, de nombreuses fois, le môme colla son visage à des fenêtres crasseuses, afin de voir ce qu'il se passait à l'intérieur, puis après de longues minutes de recherche.. il les trouva.

En silence, l'Oiseau en Cage les avait toisé depuis l’entrebâillement de la porte grande ouverte. Qui était cette jeune femme aux côtés de son camarade ? Grand Dieu, on l'avait kidnappé !

" Être Bookman, ce n’est pas le devenir comme ça … C’est un engagement à vie. Et être Bookman … C’est dire adieu à ce que tu es. Plus d’Ilias, tu dois oublier tes amis, ta famille, tes rêves. Tu deviens simplement un Bookman, tu hérites d’un nouveau nom et tu obtiens le titre de Bookman Junior. " fit-elle avant de rapidement reprendre, " C’est ça, la difficulté. Tu es vieux. Est-ce que tu es capable de dire adieu à ta vie ? Dire adieu à Ilias ? "

Surprit, l'Akuma hoqueta. Qu'est-ce qu'elle racontait elle ? Que son camarade dise a dieu à toute sa vie pour devenir un.. homme-livre ? Qu'est-ce que c'était que ces conneries ! Elliot n'y comprenait rien, mais ne laisserait pas son ami tomber entre les griffes d'une vile sorcière.

" Oh et règle numéro 1 : ne pas avoir peur est une marque de stupidité. Il ne faut pas oublier la peur, pour mieux comprendre le danger. Il faut contrôler la peur et ne pas avoir peur de rien. Idiot de ouistiti. "

Oh, mais qu'elle arrête un peu avec ses idées là ! C'est à cet instant précis que l'enfant-machine fit irruption dans la bicoque en ruine, laissant sa cape voler suite à un léger coup de vent. Un héros, voilà ce qu'il était !

" Mais nous, nous nous rions du danger ! " fit-il en forçant sur sa voix, afin d'être sûr que tout le monde l'ait bien entendu.

Et c'est ce qu'il fit, il ria, de bon cœur, à gorge déployée, avant de trottiner en direction de son camarade de bêtises. Ignorant presque la jeune femme, il attrapa d'un coup les mains du jeune garçon, les secouant avec vigueur ; au fond, il avait presque du mal à croire qu'il soit encore en vie après avoir vécu toutes ces aventures ! Décidément, ce petit homme n'était pas comme les autres.

" Ilias, je t'ai cherché partout depuis des semaaaaines ! " mentit-il tout en lui serrant les mains, " J'ai cru que les sectaires t'avaient enlevés ! "

Grimaçant, le petit monstre en devenait de plus en plus convainquant à chacun de ses théâtres. Sans attendre la moindre réponse de sa part, il se tourna alors sur son pied afin de faire face à la jeune femme à la drôle d'allure.

" Madame. " la salua-t-il, en français.

Si la blonde avait Ilias dans ses bonnes grâces, Elliot allait devoir trouver un stratagème pour le détourner d'elle. Bon sang, il avait bien eu raison de se mettre à sa recherche aujourd'hui ! Sans doute venait-il de le sauver d'un monstre terrible.


HRP:
 






Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mer 22 Avr - 19:56
Après la tirade du gamin, la bookman en tomba littéralement sur le cul. Ou plutôt elle dû s'asseoir prenant un long moment pour réfléchir. Finalement la jeune femme rouvrit la bouche :

« Tout d’abord, on est pas un groupe secret. On est un clan ! Un clan qui veut se faire discret. Nuance. »

L'égyptien haussa les épaules pour lui faire comprendre que pour lui c'était du pareil au même.

« Ensuite … je ne te défi pas d’y entrer. Je dis juste que tu ne peux pas … Enfin si tu peux. »

Le sourcil gauche du petit caïd se souleva d'un air interrogatif

« Etre Bookman, ce n’est pas le devenir comme ça … C’est un engagement à vie. Et être Bookman … C’est dire adieu à ce que tu es. Plus d’Ilias, tu dois oublier tes amis, ta famille, tes rêves. Tu deviens simplement un Bookman, tu hérites d’un nouveau nom et tu obtiens le titre de Bookman Junior. C’est ça, la difficulté. Tu es vieux. Est-ce que tu es capable de dire adieu à ta vie ? Dire adieu à Ilias ? »


L'interpellé prit 10 secondes pour réfléchir. Il avait presque l'impression que rayn lui proposer de rentrer dans les ordres, de se faire moine ou que sais je encore. Car sa description y ressemblait vachement : le noviciat, l'abandon du nom, l'abandon de la vie civil, la dévotion à une tache.
Mais le bambin n'eut pas le temps d'approfondir la question car la blonde venait de lui donner une tape (à première vue amicale) sur la tête :

« Oh et règle numéro 1 : ne pas avoir peur est une marque de stupidité. Il ne faut pas oublier la peur, pour mieux comprendre le danger. Il faut contrôler la peur et ne pas avoir peur de rien. Idiot de ouistiti. »

Le sourire de l'enfant s’agrandit. Il ouvrit la bouche pour lui répondre, mais une voix autre que la sienne formula les mots qu'il voulait justement rétorqué :


" Mais nous, nous nous rions du danger ! "


Ilias se retourna d'un bond. Là , la cape flottant derrière lui...

« Eliott mon pote! »

Le nom de son ami lui échappa dans un cri joyeux tandis que son camarade d'infortune se ruait sur lui pour lui serrer la main avec vigueur :

" Ilias, je t'ai cherché partout depuis des semaaaaines ! J'ai cru que les sectaires t'avaient enlevés ! "


Le gavroche éclata de rire, retrouvant inconsciemment ses accents de caïd des rues :

« T'inquiète l’arpète, n'ait pas encore né le crétin qui me mettra la main au collet. Tu me connais. Avec moi pas d'embrouilles, je m' débrouille. »

Mais sans attendre la réponse , le borgne c'était déjà tourné vers Rayn :

" Madame. "

Ilias pouffa à nouveau. Passant son bras sur l'épaule de son compère, le gamin prit un air conspirateur :

«  Hé bien tu en fait des manières l'amerloc. Je t'ai connu moins civique. C'est de porter ce type de fringues qui te fait cet effet?»


Puis il se tourna vers la jeune femme blonde :

«  Miss roman bisous bisous, je te présente Eliott. C'est un de mes meilleurs amis et un gars futé comme on en rencontre peu. On en a vécu des aventures, pas vrai vieille canaille ? »

l'égyptien frotta avec vigueur la tignasse blonde de son comparse puis il poursuivit les présentation en désignant l'oiseau :

« Le petit gars sur son épaule c'est Cody. »

Ensuite, l'axendrin se tourna vers Eliott pour conclure les présentation d'usage :

«  Et mon cher ami, en face de toi se tient Rayn. Dit aussi blondie ou Miss roman bisous-bisous. Comme tu veux. »

L'enfant adressa une grimace malicieuse à la demoiselle, devinant déjà sa réaction face à ces surnoms. Puis il devient plus sérieux :

«  N'empêche, t'aurai pu donner signe de vie plus tôt... je me faisais un sang d'encre. C'est pas sympas de m'avoir laissé mariné comme ça nigue douille. J’espère au moins que t'as réussi à retrouver celle que tu cherchais. Moi de mon coté j'ai pas chômé. Je m'suis fait quelques contacts. Des gens épatants. Mais je te raconterai ça plus tard. Tu permets? D'abord j'ai affaire avec la dame. »


Ilias sourit à Rayn :

«  Alors comme a dit si bien mon camarade : moi j'aime le danger, je me ris du danger, Hahahaha ! Alors la peur... t'oublies blondinette. C'est bon que pour les couilles molles et les fillettes. Pas vrai mon pote ? »
HRP:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Lun 4 Mai - 17:03
Parfois, Rayn se demandait ce qu’elle avait bien put faire au ciel pour être si malchanceuse … Outre le sourire du petit singe qui n’annonçait rien de bon – étrangement elle commençait à connaitre cette facette de sa personnalité – il fallait qu’un autre petit animal apparaisse à cet instant. Sous l’apparition de cette petite chose blonde, Rayn avait ouvert grand les yeux. D’abord son mentor, maintenant un gamin … Et pourquoi pas une clocharde en exil pendant qu’on y était ? Quand Rayn repensait à cette journée, elle ne pouvait s’empêcher de pousser un long, très long soupir en affirmant qu’elle aurait était beaucoup plus productive en restant couché ce jour-là. Ou tout du moins, sa vie aurait gardé un semblant d’équilibre. La blonde passa une main presque immédiatement dans ses cheveux, complètement exaspérée. « Mais nous, nous rions du danger ! »

Le gamin blond parlait fort. Et Rayn poussa un énième soupir. Encore et toujours. Le pire fut quand le ouistiti à tresse se retourna et réagit au quart de tour : « Elliot mon pote ! » Oh mon dieu. Un ami du singe. L’oisillon était un ami du singe. Dieu, c’est que cela se reproduisait plus vite que des rats ma parole. Et le rire de l’oiseau se mit à raisonner à l’intérieur de la maisonnette et déjà, son épaule la relançait. Des ennuis en perspectives. Et c’était que le jeune blondinet riait fort, terriblement fort, il semblait même déborder de santé malgré son teint blême. Etonnant ? Sortait-il de maladie ? La nouvelle bestiole se précipita vers son congénère macaque pour lui prendre les mains et les secouer avec une telle vigueur que la blonde eut peur pour le malheureux Ilias.

« Ilias, je t’ai cherché partout depuis des semaaaaines ! » Rayn roula des yeux. Ils étaient mariés ou quoi ? « J’ai cru que les sectaires t’avaient enlevés ! » Les sectaires ? Rayn grimaça soudainement. Lui aussi il confondait absolument tout avec une secte ou le faisait-il exprès ? Il n’osait tout de même pas parler du clan des bookmen en ce ton ? Si ? La blonde tapota du pied en priant mentalement pour ce petit effronté qu’il parlait de l’ordre noir ou d’une quelconque organisation sombre qui trônerait dans les rues de Paris ou bien elle se chargerait de lui tirer les joues pour lui apprendre le respect. Non mais oh. Néanmoins, à la grimace du petit blond, la blonde leva un sourcil : certes il devait être plus que ravi de revoir son ami – elle se croirait dans un de ses livres adorés où l’héroïne retrouvait son bel amant – mais tout de même, n’en faisait-il pas un tout petit trop ?

Bon, cela le rendait mignon au moins.

Mais presque immédiatement, le mini singe reprit cette accent qui l’avait tant agacé dans la rue alors que le petit oiseau lui faisait une courbette prononcé d’un très fort madame prononcé en français. La blonde l’avoua. Elle eut un petit rire qu’elle dissimula derrière sa main … Ce petit oiseau était amusant et adorable. Ah. Ca y est … Elle se laissait à nouveau attendrir par les jeunes gens. « T’inquiète l’arpte, n’ait pas encore né le crétin qui me mettra la main au collet. Tu me connais. Avec moi pas d’embrouilles je m’débrouilles. »

Rayn haussa un sourcil. Devait-elle lui rappeler le malheureux accident qui failli lui couter la vie si la blonde n’avait pas sacrifié son épaule pour ses grands yeux bleus ? Ilias passa ses bras autour de l’épaule du nouvel arrivant. « Hé bien tu en fais des manières l’amerloc » oh, donc il était Américain. Un bon français, indubitablement. « Je t’ai connu moins civique. C’est de porter ce type de fringues qui te fait cet effet ? » « Et si tu suivais son exemple, ouistiti ? » Rayn avait grogné ses mots alors que ses mains se posaient sur ses hanches, n’appréciant guère d’être ainsi mise à l’écart. Mais Ilias semblait ne pas l’avoir oublié, loin de là.

« Miss Roman bisous bisous » Elle allait le tuer. « je te présente Elliot. C’est un de mes meilleurs amis et un gars futé comme on en rencontre peu. On en a vécu des aventures, pas vrai vieille canaille ? » Intelligent, c’est ça ? C’était une bonne chose. Puis il désigna l’oiseau qui se trouvait là et répondait au nom de Cody. Non vraiment … Que faisait un enfant américain sur les terres de la révolution française. S’était-il perdu ou quoi ? La blonde eut un sourire sympathique pour l’étranger et voulu se présenter mais encore une fois, Ilias avait décidé de prendre les choses en main et la présenta … Tout se passa pour le mieux jusqu’à : « Dit aussi blondie ou Miss Roman bisous-bisous. Comme tu veux. »

La blonde lui donna un coup sur la tête. « Tu sais ce qu’elle te dit Miss Roman Bisous-bisous ouistiti ? » Elle l’assassinat du regard avant de se retourner vers Elliot en souriant gentiment. « Rayn c’est très bien. » Et la menace d’un coup sur la tête pesa aussi sur le nouvel arrivant. Ilias lui répondit par un sourire malicieux avant de prendre un visage tout ce qu’il y avait de sérieux et entrer dans une discussion avec son camarade qu’elle écouta attentivement en haussant les sourcils de temps à autres. Elle retint un rire à quelques contacts. Non … Elias se faisait quelques contacts, lui, amusait simplement la galerie. Trop jeune, trop immature. Plus tard, oui, il serait certainement un Elias 2 – pour le plus grand malheur de la blonde – mais pour l’heure il n’était qu’un divertissement dans un monde bien trop grand pour lui.

Puis il souhaita revenir à leurs affaires. Bien, qu’il amène ses arguments. « Alors comme a dit si bien mon camarade : moi j’aime le danger, je me ris du danger. HA HA HA HA ! Alors la peur … t’oublies blondinette. C’est bon pour les couilles molles et les fillettes. Pas vrai mon pote ? » Rayn ne savait pas si elle devait rire ou pleurer. Ou peut-être lui rappeler qu’il avait bien failli mourir en tombant sottement d’un toit. Toujours il était que Rayn devait avoir un visage fort amusant à cet instant avant de pousser un long, très long soupir. Il allait mourir jeune cet inconscient. Elle agita sa main devant elle « Fais comme bon te semble gamin, je sais que je vivrai plus longtemps que toi. » Enfin, tout était relatif bien évidement. Elle lâcha un soupir et se massa la tempe. « Enfin, ce sera selon le bon vouloir des Noé je suppose … » Après tout, William s’était montrée trop peu avenant la dernière fois. Puis elle le regarda. « Maintenant gamin, la réponse. Je n’ai pas que ça à faire et toi non plus maintenant que le mignon oisillon a montré ses plumes »






Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mer 6 Mai - 20:39

Vivre


" Il faut vouloir vivre et savoir mourir. "


Je suis heureuse d'avoir retrouvé Ilias sain et sauf, mais cette femme, je ne lui fais pas confiance. Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Que lui propose-t-elle ? Je n'en ai pas la moindre idée, et ça, ça me fou clairement en rogne. J'ai peur qu'elle vienne lui mettre des idées fausses dans la tête ou tout du moins.. qu'elle ne vienne à détruire ce que j'ai construits. Je me suis donnée à fond pour que ce gosse me suive et rejoigne les rangs du Comte Millénaire sans qu'il ne s'en rende compte alors.. ce n'est pas pour qu'une godiche vienne à tout casser ! Toutefois, pour le moment, je me contente de faire profil bas et de montrer la facette d'Elliot que tout le monde connait. Je verrai bien si j'ai besoin de changer son attitude au fil du temps..


Mais au fond, Emily savait très bien qu'elle aurait à le faire.

Ivre de joie - tout du moins, en apparence - le blondinet n'attendit pas un instant avant de se jeter devant son camarade, empoignant ses mains comme s'il craignait de le perdre une nouvelle fois. Ah, qu'il avait craint ne jamais le revoir ! Heureusement, l'Ordre Noir n'avait pas mis la main sur le caïd d’Égypte ; ce dernier avait décidément plus d'un tour dans son sac, tout comme son américain d'ami. Lorsque ce dernier se présenta respectueusement à la jeune femme, Ilias ne put s'empêcher de laisser un rire s'échapper de sa gorge, avant de lui enserrer les épaules comme un véritable compagnon de misère.

" Hé bien tu en fait des manières l'amerloc. Je t'ai connu moins civique. C'est de porter ce type de fringues qui te fait cet effet ? "
" Hé, c'est ma tutrice qui me l'a appris ! "
" Et si tu suivais son exemple, ouistiti ? "

Ahah, bien parlé ! Face aux paroles de la galloise, l'Oiseau en Cage ne put s'empêcher de rire de bon cœur. Il était vrai que de part son éducation, Christopher avait toujours été poli et respectueux, mais à force de trainer avec le gosse des rues.. il avait un peu changé, lui aussi, sans s'en rendre compte. Puis, on a toujours tendance à ressembler aux personnes de notre entourage !

" Miss roman bisous bisous, je te présente Eliott. C'est un de mes meilleurs amis et un gars futé comme on en rencontre peu. On en a vécu des aventures, pas vrai vieille canaille ? " fit-il tout en frottant la tête de son compagnon de toujours, tandis que ce dernier riait aux éclats, " Le petit gars sur son épaule c'est Cody. Et mon cher ami, en face de toi se tient Rayn. Dit aussi blondie ou Miss roman bisous-bisous. Comme tu veux. "

A nouveau, le marmot ne put s'empêcher de rire, tandis que le chardonneret jaune y répondait en gazouillant sans grand raison. Miss roman bisous-bisous, quel surnom ! Entre celui-là et ouistiti, l'américain avait de quoi rire comme un véritable petit garçon. Tant mieux, sa couverture n'en serait que plus protégée.

" Tu sais ce qu’elle te dit Miss Roman Bisous-bisous ouistiti ? " fit-elle tout en lui lançant un regard noir comme les enfers, avant de toiser Elliot d'un air doucereux, " Rayn c’est très bien. "
" Enchanté ! "

Malgré ce mot, le blondinet ne précisa pas s'il était enchanté de rencontrer Rayn, ou bien Miss Roman Bisous-bisous ; elle aurait sans doute l'occasion de le découvrir par la suite.

Suite à ces présentations - certes un peu brèves - le caïd des rues se retourna finalement vers son faiblard de compagnon, tout en le couvrant de petites remontrances. Bon, d'accord, ce n'avait pas été correct de la part d'Elliot de partir ainsi sans donner de nouvelles à son ami, mais comme le soulignait si bien Ilias, il avait eut des tas d'autres choses à penser à cause de sa douce Lockwood. Enfin, au moins, à côté, le petit voleur n'était pas resté dans son coin à chouiner sur son sort, et avait travaillé pour deux ! Apparemment, il avait désormais des tas de contacts, et avait vécu des histoires de dingue ; oh, l'Aventurier aurait tant aimé savoir ! Mais comme le soulignait si bien Ilias, il avait quelque chose à régler avant.

" Il m'est aussi arrivé tout un tas de trucs dingues ! Mais.. j'ai fini par la trouver, oui. " fit-il malgré tout pour clore cet aparté, le regard brillant, mais désolé, " Enfin, j'te raconterai ! Fais donc, je vais pas m'envoler. "

Même si, au fond, Elliot comme Ilias savait très bien que c'était tout à fait possible.

" Alors comme a dit si bien mon camarade : moi j'aime le danger, je me ris du danger, Hahahaha ! Alors la peur... t'oublies blondinette. C'est bon que pour les couilles molles et les fillettes. Pas vrai mon pote ? "
" Y a qu'les faibles qui ont peur ! "

Et ils avaient raison d'avoir la trouille, car les enfants cachaient parfois des monstres au venin massacreur ; alors les adultes.. Sourire aux lèvres jusqu'aux oreilles, le petit homme ne décolla alors plus son regard de la dite et étrange Rayn, cherchant à tout prix à comprendre autour de quoi leur conversation tournait.

" Fais comme bon te semble gamin, je sais que je vivrai plus longtemps que toi. " soupira-t-elle tout en se massant la nuque, " Enfin, ce sera selon le bon vouloir des Noé je suppose… Maintenant gamin, la réponse. Je n’ai pas que ça à faire et toi non plus maintenant que le mignon oisillon a montré ses plumes. "

Vexé - mais aussi un petit peu gêné - l'américain se libéra alors de l'étreinte de son camarade afin de faire quelques pas en direction de la galloise. Pourquoi, me direz-vous ? Eh bien parce qu'il avait tiqué sur un mot, un seul et unique. Noé. Ce n'était pas bon, pas bon du tout. Une partisane de l'Ordre Noir ? Ou bien une brooker ? Elliot espérait que c'était le second choix, et que Rayn proposait à l'égyptien de les rejoindre.

" Ce n'est pas dit ! " siffla Elliot tout en pointant la blonde du doigt, en référence à l’espérance de vie de son camarade, " On se protège mutuellement. Croyez-nous, nous vivrons longtemps ! "

Ou tout du moins, jusqu'à ce que le monstre ne se lasse de son jouet humain. Et là.. D'un coup, la situation sembla prendre un dangereux virage.

" Vous, par contre, si vous fréquentez les Noés, c'est vous qui n'allez pas faire long feu. "

Le ton de sa voix laissait à croire que le marmot s'inquiétait pour la belle jeune femme, mais il n'en était rien. Profitant du fait que son camarade ne le regardait pas à ce moment-là, l'enfant-machine laissa entrevoir son unique prunelle rouge ainsi que le pentacle qui ornait son front lorsqu'il prenait sa forme intermédiaire, tout en affichant un large sourire ; avant que l'innocence blondinet à la pupille dorée ne reprenne sa place. Était-ce une menace ? Tout portait à croire que oui. Si l'archiviste osait en dire trop à ce sujet à Ilias, elle finirait réduite en cendres.

Ça, Elliot se le promettait.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mer 6 Mai - 21:14
Ilias pouffa de rire quand son ami fit l'allusion au fait de s'envoler, mais il reprit bien vite son sérieux lorsque la blonde retourna à leur sujet premier :

" Fais comme bon te semble gamin, je sais que je vivrai plus longtemps que toi. Enfin, ce sera selon le bon vouloir des Noé je suppose… Maintenant gamin, la réponse. Je n’ai pas que ça à faire et toi non plus maintenant que le mignon oisillon a montré ses plumes. "


Le gavroche ouvrit la bouche pour lui répondre, mais Eliott le devança :

" Ce n'est pas dit ! On se protège mutuellement. Croyez-nous, nous vivrons longtemps ! Vous, par contre, si vous fréquentez les Noés, c'est vous qui n'allez pas faire long feu. "

L'égyptien fronça les sourcils. Avait il perçut de la menace dans la voix de son ami ? Non, le borgne semblait plus en train de s'inquiéter pour la blonde qu'autre chose. Cependant, il restait comme un malaise entre ses deux là. Le gamin allait tenter de calmer le jeux quand un bruit lui fit tourner la tête.

C'était un craquement. Comme si quelqu'un marchait sur le pavés avec de grosses chaussures tout en essayant de faire le moins de bruit possible. Et ça provenait de dehors :

« Chut vous deux. »


Fit Ilias en leur faisant signe de se taire. Il indiqua ensuite de la tête les fenêtre. Trois ombres baraqués s'y profilaient. Elles étaient armées de formes longilignes. Des gourdins.
Doucement l'enfant à la tresse murmura aux deux autres :

« On a de la visite. Sans doute les même qui ont tabassé le vieux Saül. Ils viennent finir le travail et dévaster la cambuse. Si ces brutes nous voient là, ça va être notre fête. Vaut mieux qu'on déguerpisse et fissa. »

D'un geste du pouce il indiqua le mur du fond :

« On va prendre la porte de derrière. Blondie, tu passes devant. Avec ton épaule déboîtée, tu ne pourras pas faire grand chose. Et une femme n'a pas à se battre quand un homme peut la défendre »


Puis le gavroche jeta un regard lourd de sens à l'américain :

«  Eliott, elle est clean et surtout elle peut nous mener à ce qu'on recherche en toute discrétion. Alors, je compte sur toi pour la protéger. Je t'expliquerai le plan ensuite. Ok mon pote ? »

Le petit caïd se redressa, tirant deux stylet de ses manches :

«  Allez-y, je vous couvre. »


Il se mit en face de l'entrée, barrant la route aux potentiels agresseurs.

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mar 12 Mai - 16:27
L’oisillon était étrange. Tout d’abord dans son apparence : chétif, blanc, borgne de toute évidence, avec un teint de malade comme elle en avait souvent vu quand elle travaillait encore comme infirmière aux côtés d’Elias et pourtant il semblait aller tout à fait bien. Et dieu sait à quel point elle en avait vu, des enfants malades, souffrir. Tout contrastait dans cet enfant, absolument tout. Enfin, le monde était fait de millier d’exceptions, peut-être était-il simplement un ancien malade en rémission ? Mais son expression n’échappa pas à la blonde quand elle prononça le mot Noé, bien au contraire. Et sa réaction n’aida en rien. Le nez de la blonde se fronça légèrement alors que ses sourcils s’affaissaient légèrement. « Ce n’est pas dit ! » Le gamin la pointa du doigt, ses mots sifflaient entre ses lèvres juvéniles. « On se protège mutuellement. Croyez-nous, nous vivrons longtemps ! » Rayn fronça les sourcils … Ces enfants étaient-ils aussi naïf pour croire qu’ils pourraient réussir à survivre au monde ?

Ils étaient deux contre le monde et même si l’oisillon se retrouvait aussi habile que le ouistiti, Ilias était encore trop immature, pas assez fort. Des enfants … « Vous, par contre, si vous fréquentez les Noés, c’est vous qui n’allez pas faire long feu. » Rayn ouvrit les yeux, presque immédiatement, en grand face à cette phrase avant de voir sur le front de cet enfant. Non. De cet akuma. Un sourire se dessina sur le visage de la blonde alors que la menace alourdissait l’ambiance et lentement elle croisa les bras. Voici donc le responsable de tous ces crimes ? Un enfant ? Un akuma qui serait devenu l’ami de leur connaissance en commun. Ilias avait vraiment le chic pour s’attirer des ennuis. Mais les akuma étaient beaucoup plus instable que les Noé, ils avaient ce besoin de chair, de sang, de meurtres … C’était presque un miracle que l’Alexandrin ait survécu si longtemps. Avait-elle affaire à un maitre dans l’art de la manipulation ? Si c’était le cas elle-même aurait à se méfier. « Voyez-vous ça … finalement, on va peut-être devenir de grands amis petit oiseau »

Un craquement fit relever immédiatement la blonde qui sentit un frisson lui parcourir l’échine. Oh non.

Oh non de non, ce n’était clairement pas le moment. Ilias, en bon gamin des rues habituées aux embrouilles, avait lui aussi entendu et indiqua la fenêtre où se trouvaient trois silhouettes visiblement armés et bien tenté d’en découvre. Ce n’était vraiment pas le moment ! Rayn porta immédiatement sa main à son épaule démise. Même avec une meilleure arme, son équilibre était fortement compromis et c’était un point faible non négligeable. Une veine d’énervement apparu et pulsa le long de sa tempe … Si ce putain d’Elias était resté à leurs côtés ne serait-ce qu’une demi-heure de plus. Elle pesta et souffla. « On peut jamais compter sur lui quand on en a vraiment besoin, ce vieil ours mal léché … »

Mais ce n’était pas le moment. Vraiment pas. « On a de la visite. » Merci Captain Obvious. «Sans doute les mêmes qui ont tabassé le vieux Saül. » Merveilleux, des casseurs de Juifs. Rayn se lança à toute vitesse dans une réflexion, cherchant une solution … Les deux garçons pouvaient facilement prétendre ne pas appartenir à l’ethnie de ce pauvre homme qui avait certainement connu un bien triste sort, mais elle … Ils étaient venus pour être soigné ici, vraiment les apparences ne jouaient pas à leurs avantages. Et Rayn n’avait aucune envie de tenter un pari ô combien risqué alors qu’elle avait un bras en moins. Le singe semblait avoir exactement la même idée et ne put qu’être d’accord avec la solution proposée : la fuite.

Pas très glorieux, mais au moins, un moyen sûr de s’assurer une certaine durée de vie.

Quoique.

La blonde posa son regard sur l’akuma. Lui pourrait facilement s’en occuper … Mais le poison des akuma pourraient être néfaste pour Ilias et elle-même. Le gamin tendit le pouce vers l’arrière. « On va prendre la porte de derrière. Blondie, tu passes devant. Avec ton épaule déboitée, tu ne pourras pas faire grand-chose. » Rayn tiqua et pesta mentalement. Elle aurait préféré qu’il ne lui rappelle pas son inutilité au combat dans le cas présent. « Et une femme n’a pas à se battre quand un homme peut la défendre. » Cette fois-ci, elle grimaça. Un homme ? Elle n’en voyait aucun. Et elle n’avait aucune envie qu’un enfant combatte pour elle. « Elliot, elle est clean et surtout elle peut nous mener à ce qu’on recherche en toute discrétion. » Pardon ? Avait-il véritablement fumé ? « Alors je compte sur toi pour la protéger. Je t’expliquerai le plan ensuite. »

Tout cela ne plaisait aucunement à la plus vieille. Vraiment pas. Et cela lui plut encore moins quand l’enfant se mit devant la porte, prêt à affronter les agresseurs.

Rayn fit fonctionner à toute allure ses méninges, cherchant une solution dans le peu de temps imparti. Elle pouvait lui confier son épée, mais rapidement elle chassa cette idée. Elle n’était pas adaptée à une personne de sa taille et n’avait pas de notions d’escrimes. Ou s’il en avait, elle doutait qu’il en ait avec ce type d’épée précisément. Il serait déséquilibré, désavantagé et risquerait peut-être même la mort. La blonde ferme les yeux et regarda le blondinet. Ici, pour le moment il était le plus fort … Mais c’était prendre de trop gros risques ; alors Rayn fit ce qu’elle savait le mieux faire quand elle était avec son mentor : elle râla et s’opposa net à cette idée saugrenue. « Même pas en rêve morveux. » Elle lui attrapa la natte et le tira vers elle d’un coup avant de se diriger vers la porte de derrière. « Y’a pas d’homme dans cette salle, juste deux morveux un peu trop excités et qui mettent leurs vies en danger ! Elliot tu couvres nos arrières ! » Avec son talon, la blonde défonça la porte de derrière et poussa son cadet vers l’avant.

« Quant à toi, tu nous guides. Je suis peut-être une reine dans l’art de l’observation, mais Paris c’est ton domaine non ? Alors si tu veux être un homme, sois un homme et montre nous le chemin ! »

Elle avait envie de le frapper mais déjà la porte de devant explosé sous les coups de ces charmants hommes peu amène de discuter. Elias, va donc mourir dans un coin pour oser être absent. C’était le moment de déguerpir.






Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Jeu 14 Mai - 22:32

Ennemi


" Il n’y a pas de petit ennemi. "


La dite Rayn est prévue : si elle me cherche, si elle nous cherche, alors, c'est la mort qu'elle va trouver. Si je lui fais confiance ? Pas vraiment, même si c'est une alliée d'Ilias, elle semble en savoir plus qu'elle ne le laisse paraître et ça.. je n'aime pas beaucoup. Si j'ai peur ? Un peu, oui, peur que tout ce que j'ai fais au cours de ces derniers mois en compagnie d'Ilias n'ait servi à rien, qu'elle brise mon secret et qu'elle lui dévoile la vérité à propos de la guerre Sainte. Si cela venait à arriver ? Eh bien, sans doute n'aurai-je pas d'autre choix que de les tuer tous les deux. Ce serait triste, mais si ça venait à être nécessaire, alors je le ferai.


Alors, pour éviter d'en arriver jusque là, l'enfant-machine avait cherché à faire peur à l'ainée du groupe, en lui montrant sa face cachée, son pentacle noir ainsi que son large sourire et sa pupille rouge. Mais ça, ça n'avait pas marché. Comment aurait-il pu deviner l'intérêt qui se lirait dans les yeux de la jeune femme suite à cette menace ? Sur l'instant, l'Oiseau en Cage n'avait pas compris sa réaction. Il avait cherché à lui faire peu, à la menacer, à lui montrer qu'elle pouvait être tuée à tout moment et pourtant, elle, l'archiviste, elle avait esquissé un certain sourire, visiblement intéressée par son petit interlocuteur.

Quelle genre de femme pouvait-elle bien être, pour ne pas avoir peur des monstres ?

" Voyez-vous ça … finalement, on va peut-être devenir de grands amis petit oiseau. " fit-elle alors d'un air intéressé.

Presque vexé, le marmot n'avait plus fait qu'attention aux paroles de la galloise, sans plus faire attention à ce qu'il se passait autour d'eux ; mais fut bien vite ramené à la réalité.

" Chut vous deux. "
" Mais c'est elle qu-... "
" On a de la visite. Sans doute les même qui ont tabassé le vieux Saül. Ils viennent finir le travail et dévaster la cambuse. Si ces brutes nous voient là, ça va être notre fête. Vaut mieux qu'on déguerpisse et fissa. "

Tabassé qui ? Elliot n'en avait pas la moindre idée, pourtant, il tourna la tête en direction de la porte ; il y avait bien quelque chose qui se cachait dans les rues. Seulement des hommes ? Il pourrait facilement en faire son affaire, ou pourrait tout aussi bien laisser ses petits camarades se débrouiller par leur propre chef. Mais visiblement, ces deux derniers allaient fuir sans même demander leur reste. Et lui, l'américain, qu'allait-il faire ? Rester là ?

Cherchant des réponses, il tourna alors la tête vers son camarade, affichant par la même occasion un air presque inquiet.

" Elliot, elle est clean et surtout elle peut nous mener à ce qu'on recherche en toute discrétion. Alors, je compte sur toi pour la protéger. Je t'expliquerai le plan ensuite. Ok mon pote ? "

Surprit par les propos de son compagnon, Christopher cligna des yeux de nombreuses fois, avant de tirer la moue. Décidément, tout ça ne lui plaisait qu'à moitié.

" Hm.. D'accord. " grommela-t-il, les bras croisés, avant de lancer un regard inquisiteur à la blondinette, " Tes amis sont les miens aussi. "

Mais que Rayn ne se croit pas sauve pour autant.

Prêt à se battre au péril de sa vie, le petit caïd d’Égypte sortit alors deux armes de ses manches, avant de s'avancer jusqu'à la porte d'entrée. Eh bien, décidément, les humains continueraient toujours de surprendre l'enfant-machine ! Cela dit.. de son vivant, Elliot aurait sans doute réagit de la même manière, mais là, pour le moment, sa mission était de protéger la blondinette. Alors, il se tourna vers elle, afin de lui prendre la main et de l'entraîner à l'arrière de la maison de fortune ; mais la galloise avait d'autres idées en tête.

" Allez-y, je vous couvre. "
" Même pas en rêve morveux. "

D'un coup, elle attrapa alors la natte du pauvre Ilias, le tirant ainsi jusqu'à l'arrière de la pièce, bien loin de la porte d'entrée, laissant l'Aventurier seul dans son coin. Devait-il intervenir pour neutraliser l'archiviste ? Non, son camarade ne souhaiterait sans doute pas ça ; pourtant, il ne put s'empêcher d'afficher un air indigné face à cette terrible scène.

C'est que ça devait faire mal, quand même.

" Y’a pas d’homme dans cette salle, juste deux morveux un peu trop excités et qui mettent leurs vies en danger ! Elliot tu couvres nos arrières ! "
" Hé, j'vous permets pas de m'appeler comme ça ! "

Mais c'était déjà trop tard pour faire quelque chose ou les arrêter, Rayn venait de fracasser la porte arrière avec son pied, avant de disparaitre dehors avec son captif. L'Oiseau en Cage n'avait plus qu'à les suivre de loin afin de les protéger ; la plaie ! Mains dans les poches, il se surprit même à pester.

" Gna gna gna, Elliot tu couvres nos arrières. " râla-t-il tout en faisant mine d'imiter la blonde, " C'est pas parce que c'est la pote d'Ilias qu'elle peut se permettre de nous dire ça ! T'es pas d'accord ? "

Comme pour répondre à cette question, l'oiseau posé sur la casquette du marmot gazouilla : ils étaient tous les deux d'accord. La tension tout à coup retombée, le blondinet se mit alors à rire de son imitation, avant de faire un pas en avant afin de se diriger vers l'arrière de la demeure.

Puis là, il y eut un gros bruit, et la porte céda sous les coups des caïds.

Surprit, le petit monstre hoqueta tout en tournant la tête vers les trois individus qui entraient déjà dans la maison abandonnée. Presque mécaniquement, l'enfant-machine fit un pas en arrière tout en levant la tête vers eux, tandis que Cody filait déjà par la porte arrière suite à ce bruit qui l'avait effrayé. Néanmoins, il en fallait plus pour impressionner un Akuma comme Elliot ; Rayn et Ilias n'étant plus présents dans la pièce, il pouvait dire adieu à son jeu d'acteur.

" Eh ben, gamin ? " ricana l'un des malfrats, " Je savais pas que le vieux Saül faisait dans le trafics de gosses. "
" Je vous conseille de faire demi-tour. "

Sourcils froncés, le monstre en lui ne put s'empêcher de sourire, tandis que ses poings se serraient. Et eux, pauvres bougres qu'ils étaient, se mirent à rire, comme si l'attitude du gamin avait quelque chose de drôle ; s'ils avaient su..

" Mais c'est qu'il ferait presque peur le p'tit bonhomme. " ricana-t-il, avant de s'approcher ; trop près, " Un vrai petit lion. Rugis pour voir ? "

Tout en disant ces mots, le grand homme attrapa le menton du marmot, prêt à le frapper ; mais l'Oiseau en Cage avait déjà transformé son bras en canon, le pointant tout contre le ventre de son assaillant. L'Autre n'eut le temps que de baisser les yeux vers l'enfant-machine qui lui souriait à pleines dents, la pupille rouge ; et déjà le coup partait.

Boum.

L'onde de choc en fit trembler la bâtisse, tandis que le corps de l'homme se parsemait de pentacles noirs. Il ne fallut que quelques secondes avant que son corps n'en soit recouvert puis.. éclate, laissant également s'échapper une épaisse fumée toxique. Sourire aux lèvres, le petit homme reporta alors son attention vers les deux autres à la mine terrifiée.

" Groar ! " fit-il alors, le plus innocemment possible.

Sans demander leur reste, en criant, les deux hommes prirent la fuite ; soit pour sauver leur peau, soit pour aller chercher du renfort. Mais ce que l'enfant-monstre ne savait pas, c'était qu'en même temps que ces couards fuyaient, d'autres de leur bande arrivaient du côté de Rayn et Ilias.

Un point pour chaque camp.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mar 9 Juin - 14:41
ELLE AVAIT OSE !!!

Ilias poussa un grognement de fauve meurtri.

Certes la douleur était terrible. Elle lui arracha presque une larme. Mais ce n’était pas tant que cela qui mettait l’alexandrin hors de lui que son orgueil blessé.

Cette vieille sorcière ! Ce boudin en jupette ! Cette morue blonde avait osé toucher pour la deuxième fois de la journée à sa sacro-sainte natte ! En plus cette gourgandine essayait de donner des ordres ! Mais pour qui se prenait ce jambon ?

« Y’a pas d’homme dans cette salle, juste deux morveux un peu trop excités et qui mettent leurs vies en danger ! Elliot tu couvres nos arrières ! »


Même eliott en fut offusqué. Le gamin entendit son ami protestait  tandis que la blonde poussait rudement l’alexandrin dehors  comme un vulgaire paquet :
" Hé, j'vous permets pas de m'appeler comme ça ! "

Trop tard, voici le duo dans une arrière cours encombrée de poubelles et d’objets usagés. La bookwomen semblait  bien décidée à délaisser l’amerloc à l’intérieur et à la merci de leurs assaillants :

« Quant à toi, tu nous guides. Je suis peut-être une reine dans l’art de l’observation, mais Paris c’est ton domaine non ? Alors si tu veux être un homme, sois un homme et montre nous le chemin ! »

Ilias, se dégagea brutalement en repoussant sans ménagement le bras blessé de l’adulte. Vu son état la blonde en souffrirait le martyre. Tant mieux.

Puis, se retournant contre elle, avec une rapidité et une souplesse démontrant l’habitude, l’orphelin plaça la pointe d’une des lames qu’il tenait encore,  juste sur la gorge de la blonde. Il aurait pu facilement la tuer. C’était une question de millimètre et on n’en parlerait plus.

Pourtant, le voyou arrêta soudainement son geste avant de reculer de trois pas. Non, il avait encore besoin d’elle et de la porte d’entrée qu’elle lui offrait vers l’ordre noir… et sa sœur.

La toisant d’un air mauvais, Ilias déclara en continuant de la menacer de loin avec son stylet :

«  J’ai pas l’habitude de faire du mal au fille… mais si tu retouches une seule fois à ma tresse, tu m’entends ? Une seule et unique minuscule fois, je ferais une exception. Capiche blondasse? Alors maintenant que tu le veuilles ou non,  moi je re-rentre pour aider mon pote. Bordel! Je refuse de laisser El… »

Un grand  « Boum » interrompit l’enfant. Il pâlit. Une grosse boule lui serra la gorge. Cela venait de l’intérieur ! Les rufians venaient de faire leur entrée et ilas allaient s'en prendre à l'enfant machine.

Comme pour donner vie à ses angoisses, Cody sortit en voletant, comme éperdu de panique. L’oiseau poussait un cri d’alerte désespéré. Il tourbillonnant comme un fou dans les airs.

Mort d’inquiétude, l’enfant à la tresse hurla le nom de son ami. Il repoussa la blonde qui était resté devant la porte. Il allait se précipiter dans l’officine. Courir porter secours à son compagnon.

Sauf que c’était sans compter sur un déclic significatif qui résonna dans son dos. Quelqu’un venait d’armer le chien d’un pistolet et s’apprêtait à faire feu.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Jeu 18 Juin - 13:47
« Hé, j’vous permet pas de m’appeler comme ça ! » Mais Rayn se le permettait sans le moindre problème.

Elle avait à ses côtés deux gamins et il lui était tout simplement impossible de les voir autrement. Immatures, stupides et suicidaires ! Quoique, Elliot étant une machine à tuer, pouvait-elle vraiment le considérer comme tel ? Il semblait déjà être un fin manipulateur – mon dieu qui aurait cru qu’un enfant soit l’un des cerveaux les plus démoniaques qu’elle n’est jamais rencontré ?! – et son rang d’akuma lui permettait de ne craindre rien ni personne. Si ce n’étaient les exorcistes. Néanmoins, le jeune singe semblait être particulièrement récalcitrant à sauver sa propre vie et se dégagea brutalement de l’emprise de la blonde.

Elle pesta mentalement, elle avait été distraite à cause de l’akuma et de l’action et n’avait pas resserré suffisamment sa prise sur les cheveux du garçon. Mais le drame fut quand ce morveux frappa son épaule pour se dégager, sa pauvre épaule endoloris qui lui lança un choc électrique la faisant violement grimacer … Ce sale petite fils de–. Et un singe étant un singe, il profita de cet instant pour se retourner et posa la pointe d’une de ses lames. Mais il ne fallait jamais sous-estimé un bookman, surtout un ayant fait ses classes avec l’être le plus râleur de la terre. La main valide de la blonde créé déjà un angle pour briser le bras du garçon s’il osait seulement l’envisager.

Elle avait été infirmière et entrainée au combat, elle.

Pourtant le gamin recula de trois pas, ce qui l’obligea à baisser discrètement le bras. Si l’enfant ne voulait pas combattre, elle avait aucune raison d’agir de la sorte … Mais pour mieux dissimuler son action elle posa sa main sur son épaule endoloris et lui lança un regard qu’il lui rendit avec autant de force. « J’ai pas l’habitude de faire du mal aux filles … » et elle aux enfants, mais elle était prête à faire une exception s’il se prenait ne serait-ce encore une fois pour un petit caïd alors qu’il n’avait vécu qu’un tiers de tout ce qu’elle avait pu voir. « mais si tu retouches une seule fois à ma tresses, tu m’entends ? Une seule et unique minuscule fois, je ferais une exception. Capiche blondasse ? » C’était presque risible. Vraiment …Rayn retint de justesse un ricanement. Comme si un enfant comme lui pouvait quoique ce soit contre un membre du clan bookman, entrainé à survivre en toute circonstance. « Ta natte chérie ? T’as quelque chose à compenser gamin ? Tu tires ta force de tes cheveux Samson ? Crois-moi qu’après le tit coup dans l’épaule, si je peux te tondre gamin, je n’hésiterai pas. » La messe était dite.

La blondasse commençait à en avoir particulièrement assez.

« Alors maintenant que tu le veuilles ou non, moi je re-rentre pour aider mon pote ! Bordel ! Je refuse de laisser El– » Un énorme bruit assourdissant venant de l’intérieur mit fin à la tirade du singe. Rayn resta de marbre, pestant surtout sur le fait qu’ils étaient encore beaucoup trop proches d’Elliot pour être sorti d’affaire … Mais Ilias, qui n’était que le pantin de cet oiseau de mauvais augure, ne le vit pas de la même façon. Du coin de l’œil, elle le vu blêmir du coin de l’œil … Rien ne s’arrangea quand le petit oiseau sorti tout affolé – en même temps qui ne le serait pas après une attaque d’akuma – tourbillonnant dans les airs à toute allure.

Ilias hurla le prénom de son ami qui devait certainement prend un plaisir fou à faire un massacre, seulement la blonde n’y prêtait déjà plus attention. En face d’eux, quelques hommes les dévisageaient, leurs grimaces soulignant leurs colères. L’un d’eux sorti un revolver, faisant froncer les sourcils de la blonde. Et ce fut le déclic du chien qui attira l’attention du singe savant.

Rayn jugea de ses propres capacités, rapidement. Son épaule la faisait souffrir, lui envoyant des décharges de temps à autre pour la rappeler à l’ordre. Putain d’Ilias à la con !! S’il ne lui avait pas donné un coup à l’instant, elle aurait eu une certaine stabilité et aurait pu prétendre à leur tenir tête. Mais dans cet état … Pourtant la blonde posa sa main sur le manche de sa rapière et la sortie d’un mouvement, forçant le métal contre le fourreau pour créer un bruit assez fort pour que l’akuma l’entende –elle l’espérait du moins. Puis violement, elle flancha le coude est le projeta en arrière – heurtant par la même occasion, volontairement, le nez du singe pour le tenir en arrière, ce dernier serait capable de croire qu’il pouvait tenir tête à ces hommes. Elle fléchit légèrement ses genoux et se mit en garde. « Ilias, va chercher Elliot. »

Tant pis. Il n’y avait plus vraiment le choix. « Ou fait en sorte qu’il revienne, immédiatement. Et ne discute pas si tu as compris ce que je suis ! »

Rayn n’avait aucunement l’intention de combattre, pas dans son état. Mais l’entendre parler faisait rire ses adversaires, lui laissant le temps d’analyser son nouvel environnement pour mieux prendre la fuite. Elle fit un pas en avant, puis un second. Elle se devait de paraitre vulnérable, ridicule … Ainsi la balle ne partira pas tout de suite.

Vraiment, où était Elias quand on avait besoin de lui ?






Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Dim 28 Juin - 0:29

Cri


" Chaque tourment possède son cri, la santé seule se tait. "


Ah, j'y suis peut-être allé un peu fort en tirant de la sorte mais au moins, j'ai mis ces monstres en déroute. S'ils reviennent avec plus d'hommes, eh ben je n'aurai sans doute pas d'autre choix que de les tuer, en espérant que cela ne perturbera pas l'équilibre tranquille de la ville ; et que tout ça ne remonte jusqu'aux oreilles de Mathilde. Je ne pense pas qu'elle voudrait pour ça, car ces hommes étaient tout de même dangereux - enfin, pour Rayn et Ilias tout du moins - et qu'au fond, je n'aurai fais que les protéger.. Oh ! Je pense qu'elle serait même très fière de moi si je lui raconterai comment j'avais réussi à les sauver de ces grosses racailles ! Une chose est sûre : il faudra que je lui raconte tout ça ce soir. Mais en attendant, allons jouer aux héros !


Ailes toujours dépliées dans son dos, l'Oiseau en Cage ne put s'empêcher de tousser après avoir tiré ce puissant obus, faisant trembler les murs et le toit plein de poussière et de saleté. Légèrement asphyxiée par ce nuage de poussière qu'il avait soulevé, le petit homme n'attendit pas un instant de plus pour commencer à marcher en direction de ses camarades ; d'autant plus que Cody avait disparu et qu'il fallait vite le retrouver. D'ordinaire, il ne s'éloignait jamais de son petit maître, mais là, avec l'explosion, il avait filé comme si le diable en personne était à ses trousses ; ou bien alors un oiseau géant qui aurait pu le dévorer. Pourtant, question oiseaux géants, le petit chardonneret jaune devait être servi ! Cela dit.. à chaque fois qu'Elliot se battait, son petit compagnon à plume n'était jamais dans les parages ; sans doute devait-il le craindre dans ces moments-là.

Raison de plus pour le retrouver au plus vite !

Toujours sous sa forme intermédiaire - ailes noires, peau grise et pupille rouge sang et noire ébène - le petit garçon fut rapidement contraint de s'arrêter, avant même de passer la porte pour retourner dehors. Il y avait de l'agitation de la ruelle, alors que Rayn et Ilias auraient déjà dû s'enfuir depuis longtemps ! Jetant un rapide coup d’œil à travers une fenêtre brisée et salie, Christopher remarqua bien vite que d'autres malfrats avaient prit par surprise ses deux camarade, les menaçant de leurs chiens de fer et leur coupant la route. Ah, les enfoirés !

" Ilias, va chercher Elliot. " entendit l'intéressé depuis l'intérieur de la maison, " Ou fait en sorte qu’il revienne, immédiatement. Et ne discute pas si tu as compris ce que je suis ! "

Ah, on appelait le héro à la rescousse !

Hardis par cet appel, l'enfant-machine sortit alors de l'ombre sans même laisser le temps à son camarade de le rejoindre ; et le tout avec un certain sourire sur les lèvres, s'il vous plait. On se serait presque cru dans un livre, ce genre de romans où le héro arrivait toujours au bon moment et qu'à la fin, tout le monde survivait ; sauf que là, c'était un monstre aux ailes aussi noires que la nuit.

" Bouchez vos oreilles ! " lança-t-il à ses compagnons, en anglais pour que les autres ne comprennent pas.

Une fois ceci dit, l'Akuma attendit approximativement une seconde et demi pour faire un pas en arrière, avant de faire résonner dans la ruelle un cri terrible, un cri funeste, un cri qui détruit. Même avec les mains ou les doigts sur ou dans les oreilles, Rayn et Ilias auraient sans doute la tête qui tourne après ça, d'autant plus qu'ils étaient plus proches de lui que les malfrats. Mais eux, pauvres bougres allaient vaciller, voir leurs oreilles injectées de sang et pourraient même se mettre à vomir. Voilà une façon non-létale de se débarrasser d'ordures dans leur genre ! Le comble sans doute pour un Akuma, mais au moins, Mathilde serait fière de lui ! Parce que semer le trouble et la mort dans Paris, ça, Christopher se l'était interdit.

Devait-il prendre sa forme secondaire d'oiseau des ténèbres pour sauver ses compagnons ? Non, mauvaise idée.. Mais maintenant que les malfrats étaient à terre, la bande des trois pouvait passer à leurs côtés sans se soucier d'une éventuelle attaque.

" Venez par ici ! " fit-il alors tout en reprenant forme humaine.

Après un signe de la main bref à ses camarades sans doute encore un peu retournés, l'aventurier partit derechef en direction des hommes à terre, cherchant à les contourner avant de.. s'écraser lamentablement par terre. L'un des hommes lui avait fait un croche-pied, une de ces raclures avait réussi à se boucher les oreilles. Sonné à cause de la chute, le petit garçon mit du temps avant de relever la tête en direction de son agresseur ; c'était déjà trop tard.

Clic. Boum.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Mer 1 Juil - 15:55
Clic
 
Bordel. Les insultes de la blonde puis la potentielle mise en danger d’ Elliot avait tellement distrait l’orphelin qu’il n’avait pas entendu, ni vu qu’ils étaient encerclés.
 
L’enfant grinça des dents. Comment avait-il pu être aussi inconscient ? Et ces enfants de s**** avaient une arme à feu. Rectification, deux armes à feu. Un petit colt tenu par un grand blond à l’air sauvage et un revolver à deux coups qu’un brun aux yeux verts armait en ricanant : si on comptait le petit gros avec la masse et l’espèce de fouine humaine qui regardait le duo en ricanant, les deux encerclés étaient mal barrés.
 
Ilias se raidit. Sa main droite qui tenait toujours son stylet s’apprêtait à lancer son engin de mort entre les deux yeux du tueur le plus proche. Avec un peu de chance, l’autre serait tellement surprit qu’il ne tirerait pas. Ou alors il tirerait et le gavroche aurait assez de chance pour éviter le projectile.
 
Tandis que l’enfant réfléchissait à toute allure, la blonde passa immédiatement à l’action en sortant son épée de son fourreau. Puis sans prévenir, elle lui colla un coup de coude traite dans le nez.  La douleur explosa dans sa tête en étoiles brillantes, le faisant limite trébucher.
 
Un horrible juron échappa à l’égyptien tandis qu’il portait la main sur son appendice nasal meurtri. Mais la bookwoman ne s’en émut pas plus que de raison. Elle siffla même un ordre au gavroche :

« Ilias, va chercher Elliot. Ou fait en sorte qu’il revienne, immédiatement. Et ne discute pas si tu as compris ce que je suis ! »

 
Ilias marmonna :
« Ouais un fou furieux en jupon complétement maboul. Tu t'es barrée de quel asile?»
 
 Mais l’arabe ne bougea pas pour autant. Les gangsters avaient beau les railler, ils ne quittaient pas des yeux l’alexandrin et sa compagne. Au moindre geste de l’enfant, il n’y avait aucun doute sur le fait qu’ils feraient feu sur l’une ou l’autre de leur cible. Pas question de laisser blondie se prendre une balle même si c’était une emmerdeuse finie.
 
C’est à ce moment critique que survint le miracle.
 
Ilias ne c’était jamais aperçut à quel point Elliot avait l’air d’un ange dans sa forme d’enfant machine. Maintenant qu’il était recouvert de plâtre blanc et de poussière, c’était flagrant. Mise à part ses grandes ailes noires qui cachaient une partie de la lumière du jour, on y était car son ami venait de sortir de l’ombre tel un séraphin vengeur, un sourire paisible sur les lèvres. En anglais il dit :

" Bouchez vos oreilles ! "
 
Aussitôt, Ilias lâcha sa dague et plaqua ses deux mains sur ses tympans puis ferma les yeux. Le cri funeste d’Elliot lui parvint, étouffé.  L’alexandrin grimaça tout de même. Cela bourdonnait dans son crâne.
 
Puis tout fut fini. Quand il rouvrit les yeux, les malfrats se roulaient à terre en hurlant, oreilles en sang. Le gamin d’Egypte eut un sourire complice avec son comparse puis se pencha pour ramasser son arme. 
 
Vertiges ! Il grimaça. Son sens de l’équilibre avait été perturbé. Le moutard à tresse du se retenir à Rayn pour se redresser sans tomber. Elle-même ne semblait pas très bien.
 
L’ouïe du petit caïd avait aussi était atteinte. Il vit Elliot lui dire quelque chose, mais sa voix lui parvint presque inaudible. Qu’importe. C’était clair. L’amerloc voulait qu’on le suive. Mais avant… le gamin des rues s’approcha du bandit le plus proche .
 
C’était la gueule d’endive blonde. Il se roulait à terre, beuglant sans doute comme un veau. Dommage qu’il ne l’entende pas. Avec un sourire mauvais Ilias lui colla un énorme coup de latte dans les cotes avant de lui confisquer son flingue. Cela tombait bien, depuis sa rencontre avec les frangins  jasdebi, il mourrait d’envie de faire l’acquisition d’un de ses joujoux.
 
Ilias allait dire à Elliot de récupérer le second quand soudain …
 
CLIC. BOUM.
 
L’agresseur du petit borgne souriait. Son arme glissa lentement de ses mains et tomba sur le sol. Puis il resta quelques instants sans bouger observant  celui qui avait failli devenir sa victime. Ses yeux étaient  vitreux. Il tangue une fois, deux fois  avant de s’effondrer sur le côté. Une fleur rouge sang  s’épanouissait sur sa poitrine.  Dans quelques minutes elle se transformerait en mare qui alimenterait le caniveau.
Derrière lui, ilias cracha sur le sol. Son visage était terrible de froideur.
 
Il avait tué cet homme sans hésiter et semblait bien prêt à récidiver.  Il menaça de son arme les hommes à terre d’un air mauvais :
«  O.K. les mecs, vous m’avez foutu en rogne. Vous travaillez pour le slovaque, hein ?  »
 
Il appuya sur le chien et arma une deuxième fois le revolver encore fumant :
« Elliot, selon toi, il faut combien d’homme pour porter un message ? »
 
Si personne ne l’arrêtait, le responsable du groupe antisémite du coin allait bientôt recevoir la bonne parole sous forme de déclaration de guerre sanglante.
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Ven 3 Juil - 0:15
Ilias avait soufflé quelque chose que la blonde aurait voulu lui faire amèrement regretter dans la seconde. Mais ce n’était pas le moment de mettre une correction à un enfant aussi agaçant. Mais tout ce que souhaitait la blonde à l’heure actuelle était de filer à l’anglaise, si possible relativement rapidement et de se faire oublier pour pouvoir reprendre sa mission en paix … Mais cela semblait être trop demander à l’insupportable ouistiti qui avait bien des manières de rues. Et dire que c’était elle qui avait connu la guerre tout au long de sa vie … Rayn aurait pu lui hurler d’obéir un peu, que cela ne lui ferait pas de mal. Mais Elliot – qui semblait d’ôter d’un cerveau au vu de ses réactions et de son implacable talent pour manipuler les autres – entra en scène pour le soulagement de la jeune femme. C’était surement la première fois que Rayn voyait un akuma de si près.

La couleur cadavérique de l’enfant s’était accentuée sous l’effet des imposantes ailes noires. Un ange aux ailes noires, aussi noires que les ténèbres qui avaient envahis ce monde, aussi noires que les ténèbres qu’Elias observait. Aussi noire que la mort elle-même. Elliot était un ange de la mort, il faisait partie de ces créatures qui étaient responsables de la fin prématurée de Caroll. Ses sourcils se froncèrent légèrement … le temps se découlait comme au ralenti, si lentement. Elliot était en apparence adorable, malicieux.

Mais il n’en restait pas moins l’un des êtres les plus cruels de ce monde.

« Bouchez vos oreilles ! » La blonde releva ses mains et les posa contre ses oreilles, le manche de sa lame lui frôlant la joue. Le cri que poussa le jeune blond glaça le sang de la bookwoman. Un hurlement de banshee. Rayn fronça le nez en plissant des yeux, tentant du mieux qu’elle pouvait d’empêcher ce son d’engourdir son cerveau et ses membres. Ses yeux restaient néanmoins entre ouvert, fixant chaque scène. L’enfant avait lâché sa dague, se protégeant du mieux qu’il pouvait de la nuisance sonore. Le pire étant peut-être qu’il ne semblait pas plus surpris que ça par l’apparence démoniaque de son ami … Sacré Elliot, jusqu’où était-il allé dans la manipulation du gamin ? La blonde eut une vague de nausée et dut s’appuyer sur sa lame pour se tenir debout. Le jeune ouistiti ne semblait pas être en meilleur état au vu de la pression qu’elle ressentie contre sa robe. Presque gentiment elle posa sa main sur son épaule et fixa l’oiseau du malheur.

Sur le côté, les attaquants étaient mal en point, défaillant et avec un peu de chance, la douleur serait telle que leurs souvenirs s’embrouilleront. Pour une fois, elle en devait une à un ennemi. Le garçon blond reprit apparence humaine et fit un signe de la main. « Venez par ici ! » Rayn se força à se remettre droite. L’épaule déboitée et ça … vraiment elle était trop vieille pour ces conneries. La blonde s’apprêtait à le suivre quand elle vit une main se relever. Le prévenir ? trop tard, l’enfant chutait déjà en avant. Mais Rayn ne s’inquiéta pas … car il fallait plus que ça pour tuer un akuma. Mais un détail lui avait échappé … Un détail qu’elle aurait dû noter. Etait-ce à cause de la douleur ? Du cri ?

Pourquoi ne l’avait-elle pas vu faire cette idiotie ?

Le coup de feu résonna dans son esprit comme une violente détonation. Le coup de la mort, la détente de la condamnation. Ilias venait d’abattre un homme de sang-froid … Est-ce que cela l’énervait ? Oui. Plus que tout au monde. Etait-ce parce qu’elle avait joué les infirmières durant toutes ces années, à soigner des blessés de guerre encore et encore ? Non.

Ce crétin les avait fait remarquer.

Rayn sentit ses muscles se crisper d’énervement … A cause de lui, elle allait devoir quitter Paris et faire profil bas pendant un temps, elle allait perdre un poste d’observation par sa faute. Le gamin se prenant pour un homme s’approcha de l’autre, le visage mauvais ; l’homme était méprisable. C’était ce que lui avait enseigné son maitre pour qu’elle ne s’apitoie pas sur leurs sorts. Ils tuent sans différence et sans regret, pour protéger ou pour la puissance. Le gamin avait tué pour protéger mais n’éprouvait aucun remord. Ah. Rayn avait oublié que les enfants devenaient toujours des hommes un jour ou l’autre. Tout aussi méprisable.

La blonde se fit glaciale, ses yeux durs. Elle l’observait avec les yeux de la bookwoman ; il n’était qu’une encre parmis les autres. « Ok les mecs, vous m’avez foutu en rogne. » Rayn se remit droite, rejetant violement son épaule en arrière pour la dégourdir. Elle devait avant tout penser à son propre devoir. Sa propre mission. Oh, comme elle regrettait d’avoir sauvé une encre telle qu’Ilias à l’heure qu’il était. « Vous travaillez pour le slovaque, hein ? »

Le garçon voulu se faire homme. Le garçon se voulu meurtrier. « Elliot, selon toi, il faut combien d’homme pour porter un message ? » Rayn arriva juste derrière, fixant de son regard l’homme qui tremblait. Rayn se demanda l’espace d’un instant quelle était la raison de la frayeur de cet homme : l’enfant armé ou bien cette femme si glaciale ?

Mais qu’importait la réponse. Rayn devait éliminer les témoins. Se débarrasser d’une encre … Quelle gâchis.

Elle détestait agir ainsi, elle détestait devoir être ainsi.

D’un geste violent, la jeune femme frappa le cou du garçon avec son avant-bras, l’envoyant sur le côté. Elle fit un nouveau pas et l’homme recula.

Ne pas le laisser le temps d’agir.

Viser juste.

Etre propre.

Le cœur fut transpercé par la lame aussi rapidement qu’Ilias avait appuyée sur la détente. La blonde resta un moment, figée, laissant le corps être secoué de spasme avant de retirer sa lame. Et ce fut presque inhumainement qu’elle utilisa la chemise de sa victime pour nettoyer l’arme avant de se relever et de tourner les talons. Le témoin avait été éliminé, il ne lui resterait plus qu’à éviter de sortir avec une larme aussi visible que sa rapière dans un premier temps et tout rentrerait dans l’ordre. Elle sauta doucement au-dessus de la flaque et se dirigea vers la ruelle. Pourtant elle se retourna une dernière fois, fixant les deux enfants assassins.

Un soupir.

Elle rangea sa lame. « Elias te sera d’une meilleure aide que moi. Si tu veux des informations et si tu sais te montrer persuasif, il te les donnera. Ce chien est devenu trop bavard depuis que je suis partie de toute façon … » Elle eut une pensée pour le vieil ours qui prendrait certainement mal l’action qu’elle s’apprêtait à faire. Mais après tout, si cela pouvait lui éviter une bonne soufflante, elle n’allait pas s’en plaindre. Elle avait mal à l’épaule et devait rentrer au plus vite ranger sa tendre amie. « Ce soir, rend toi dans un des bar sur la place du Tertre. Tu ne pourras te louper si tu cherches l’ours … »

Mais elle, elle avait assez donné.






Merci Jane & Tyki mes amours

Cadeaux :feels::
 

Merci Rusty c'est trop gentil ;o;:
 
La Demoiselle Bookwoman

Dossier Confidentiel - Central
Mon but:
Aime:
N'aime pas: avatar
Rayn Bookman JuniorLa Demoiselle Bookwoman

• R A Y N 'S V O I C E •

FPBRRS

« Je suis le crayon qui t’inscrit dans l’Histoire. Je suis la disciple de l’Ombre et par extension je suis coupée du monde. »
_______

_______

Mae tarddiad diflannu
But the soul remains the same.
Rayn Bookman Junior.




Rayn narre en SALMON

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 203 Féminin
▐ RPG Age : 25~
▐ Personnalité : un mot = Rayn
▐ Parcours RP :
Spoiler:
 

___________________
Points rp : 770
Points Event : 40
Points HR : 150
Points Intrigue : 140
Points totaux : 1100
Rang Actuel : D (C dans 2 ms)
Points avant le prochain rang : 400
Conditions réalisées : 0


INDISPONIBLE POUR RP

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Jeu 6 Aoû - 20:32

Ours


" Mieux vaut être dans le ventre de l'ours qu'entre ses crocs. "


Ahah, s'ils avaient vu leurs têtes lorsqu'ils m'ont vu arriver, ces idiots auraient vite arrêté de faire les malins et de chercher des noises à Ilias ainsi qu'à la donzelle ! Ils auraient dû se douter qu'il ne fallait pas chercher les ennuis avec nous, parce que là, ils les ont parfaitement trouvés ! J'espère que ces crétins estiment la chance qu'ils ont eu ici, car Em-Elliot Christopher Brooks ne s'attaque pas à des hommes à terres dans la ville de Paris ; ailleurs, c'est une toute autre histoire, ahah ! Ces idiots ont eu tellement de chance, ils ne s'en rendent même pas compte ! Nous voilà désormais part-hi ! Hein ? Quoi ? Pourquoi est-ce que je suis à terre ? C'est pas ce qui ét-...


Boum. Première fois.

Sur le coup, le petit homme n'avait absolument rien comprit à ce qu'il venait de se passer : ses pieds s'étaient dérobés sous lui, et il s'était écrasé lamentablement par terre, comme un oiseau qui venait de foncer dans une vitre. Incapable de bouger, sonné, il lui avait alors fallut quelques secondes pour lever la tête vers son agresseur, avant de voir le chien de son arme pointer vers lui. Ah, voilà qu'on cherchait à le faire passer pour un canard misérablement abattu en plein vol ! Feignant un regard terrifié - peut-être avait-il vraiment peur au fond de lui, peur d'avoir mal quand bien même ce n'était pas une innocence - Elliot retenu un cri lorsqu'il vit l'homme appuyer sur la détente.

Clic. Boum.

Clic, Clac.

Sous les yeux ébahis de l'américain, le pistolet de son ennemi venait de tomber au sol, puis ses genoux, avant que son corps entier ne s'écroule. Sonné, surprit, l'enfant-machine osa à peine tendre ses doigts pour attraper l'arme-à-feu avant de tourner la tête vers son camarade ; lui aussi armé, le canon fumant.

" O.K. les mecs, vous m’avez foutu en rogne. Vous travaillez pour le slovaque, hein ? " grogna le petit égyptien, avant de porter son regard vers son comparse, " Elliot, selon toi, il faut combien d’homme pour porter un message ? "

Alors comme ça, c'était Ilias qui venait de lui sauver la vie ? Incroyable ! Ce petit homme était peut-être encore plus intéressante que ce que Christopher avait pensé ; il était un allié de taille dans la guerre contre l'Ordre Noir. Ravivé par les paroles de son camarade, l'Oiseau en Cage finit alors par se redresser, les jambes encore un peu tremblantes et la tête tournante ; mais le visage, lui, rayonnant d'un large sourire.

Comme si tout ceci n'avait été qu'un jeu.

" Aucun ! " fit-il d'un ton trop joyeux pour être innocent, avant de rire, " Les corps parleront d'eux-même ! "

Sourire aux lèvres, le marmot tendit alors son nouveau jouet en direction de l'autre bohème encore étendu à terre ; ne remarquant même pas la jeune femme qui s'était approchée de lui.. avant de lui enfoncer la lame de sa rapière dans le cœur. En quelques secondes, tout vu réglé ; mais le blondinet, lui, afficha une mine plus que déroutée, surtout lorsqu'il remarqua qu'Ilias avait été mis à terre.

Qui d'autre qu'elle aurait pu faire ça ?

" Ouah m.. mais qu'est-ce que tu fais ! "

Sur le coup, l'Aventurier avait tourné son arme en direction de celle qui lui avait volé sa proie, le regard brillant de colère. Rayn, quant à elle, sembla faire preuve d'un sang-froid à toute épreuve, et commença même à quitter les lieux du crime. Ce ne fut qu'une fois suffisamment éloignée qu'elle se tourna vers eux.

" Elias te sera d’une meilleure aide que moi. Si tu veux des informations et si tu sais te montrer persuasif, il te les donnera. Ce chien est devenu trop bavard depuis que je suis partie de toute façon… "

Sans comprendre, le petit homme cligna des yeux suite aux paroles de la galloise. Où voulait-elle en venir ? Qui était cet Elias et quelles informations pouvaient-ils délivrer à son camarade ? Christopher n'en avait aucune idée.. et ne comptait pas rester ignorant très longtemps.

" Ce soir, rend toi dans un des bar sur la place du Tertre. Tu ne pourras te louper si tu cherches l’ours… " fit-elle sans plus leur adresser un regard.

Et ce fut sur ces mots qu'elle s'en alla ; tandis que le regard d'Elliot se portait vers son ami.

" Un ours à la place du Tertre ? " reprit-il, " T'y comprends quelque chose toi ? "

Oh, qu'il n'avait pas être dans l'ignorance. Cela ne pouvait durer.







Spoiler:
 
:: L’Oiseau en cage ::

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: L'Aventure !
Aime:
N'aime pas: avatar
Elliot C. Brooks:: L’Oiseau en cage ::



Elliot explore en #22427C

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 451 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Nora L. / Rusty O.
Masculin
▐ RPG Age : 13 ans à jamais.
▐ Personnalité : Aventureuse !
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Lun 10 Aoû - 13:32
Paf !

Ce coup là, il ne l’avait encore pas vu venir.
Purée, blondie le prenait pour un pushing-ball ou quoi ?  D’un geste violent, elle venait de lui frapper le cou avec son avant-bras pour le mettre hors service. Résultat, le gamin avait été déséquilibré et avec le souffle coupé. Le temps qu’il s’en remette la bookwoman avait déjà effacé proprement et simplement à coup d’épée l’ensemble des témoins.

Malgré la douleur, Ilias ne put s’empêcher de laisser échapper un sifflement d’admiration. Quelle femme ! Si elle n’était pas aussi chiante, il lui ferait la cour tient ! Mais non, c’était une casse-bonbon de première classe et le don juan en culotte courte pressentait que  plus loin il se tiendrait de ses jupons et mieux cela vaudrait. D’ailleurs miss roman bisous-bisous semblait penser la même chose :

" Elias te sera d’une meilleure aide que moi. Si tu veux des informations et si tu sais te montrer persuasif, il te les donnera. Ce chien est devenu trop bavard depuis que je suis partie de toute façon… Ce soir, rend toi dans un des bar sur la place du Tertre. Tu ne pourras te louper si tu cherches l’ours… "

Le gamin à tresse hocha de la tête. Parfait, ça lui évitera de cavaler dans tous Paris pour retrouver le turc. Déjà ça de pris. Il répondit juste d’un  vague grognement de remerciement  puis rangea le flingue dans sa ceinture avant de rabattre son tee-shirt par-dessus.

Quant à la blonde, sur ses paroles elle s’éloigna sans se retourner, laissant les deux enfants seuls au milieu des cadavres. Drôle de scène, un poil surréaliste.

Après quelques instants de silence songeur,  l’amerloc assaillit de questions son ami :

" Un ours à la place du Tertre ? T'y comprends quelque chose toi ? "

L’égyptien eut un petit sourire malin. Il lui répondit d’un air mystérieux en anglais :

«  Pas ici. Avec tout ce raffut, les poulets vont débarquer. Faut dire qu’ils sont sur les dents avec tous ces incendies. Mais bon… Ça serait bête qu’on se fasse pincé, tu ne crois pas ? Alors viens, je vais te montrer ma piaule. On prendra un p’tit remontant, je t’expliquerai l’affaire… quand à toi, t’as intérêt à me dire où t’étais passé. Bordel ! Je m’faisais un sang d’encre… »

Sans se soucier des corps qu’il piétinait, le caïd  se dirigea vers la sortie de la ruelle, montrant le chemin à son acolyte.

Une ombre passa au-dessus d’eux.  L’enfant aux cheveux bleus leva la tête et cligna des yeux sous le feu du soleil. Un petit oiseau venait de les survoler. Cody était de retour

Ilias se retourna pour le voir se poser sur son maître puis sourit. Le trio infernal était de nouveau formé. L’aventure allait pouvoir continuer.

HRP : on continue dans un autre topic mon cher meilleur ami ?
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Hey sexy lady! Do you want have fun? [P.V rayn]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Sir Cosmo et Lady Duff Gordon
» Lady Diamand, Kate Von D et d'autres [Tatouage]
» Lady Catherine
» Le Lady February Sweater
» Lady Susan

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: