Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Ceux qui restent - PV Rusty

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Ceux qui restent - PV Rusty
Lun 15 Juin - 1:22
Je reste agenouillé, incapable du moindre mouvement, de la moindre pensée. Devant moi, les restes de mon clan, de mon peuple. Des tentes incendiées, des tas de cendre ou des corps sans vie. Dans mes bras, le corps tiède de Hayate, ma fille. Elle a l'air sereine. On pourrait presque voir un sourire étirer ses lèvres. Je me casse en un sanglot et me penche un peu plus en avant. J'ai envie de hurler ma colère et ma douleur, mais aucun son ne franchit la barrière de mes lèvres. Je reste silencieux. J'ai envie de mourir à mon tour. Mourir, et lui donner ma vie. Remettre de la couleur sur ses joues, remettre cette étincelle de joie qui luisait au fond de ses yeux. Tout est de ma faute. J'aurais dû être la. J'aurais du la protéger. N'est-ce pas le rôle d'un père ? Mais il a fallu que je parte, que je m'éloigne. Tout ça, sur un coup de tête. Une crise digne d'un enfant immature.
Je m'enfonce dans mon chagrin et oublie ce qui m'entoure. Je ne sais pas combien de temps je reste comme ça. Quelques minutes peut être. Ou quelques heures. Je suis incapable de le dire.
Lorsque je reprends conscience, la douleur est toujours là. Mais je ne peux pas rester passif plus longtemps. Je n'en ai pas le droit. J'enlève mon turban et le pose sur le visage d'Hayate, puis commence à prier pour elle, et pour tous mes proches.

Une voix me sort de mon cauchemar. Une voix qui m'est inconnue. Dans une langue tout aussi inconnue. Je ne réponds pas. Je ne veux pas leur parler, je ne veux voir personne. Ne comprennent ils pas ? Ne voient ils pas le massacre face à eux ? Mais la voix se fait insistante. Alors je m'énerve. Je dépose délicatement le corps de mon enfant sur le sol et me lève en un seul mouvement. Les muscles crispés, les yeux rougis et pourtant chargés d'un regard agressif, je me retourne vers celui qui a osé venir me déranger.
Je les vois et m'arrête, comme coupé dans mon élan. S'il y a quelques hommes contre lesquels j'aurais passé ma colère, il y a aussi un enfant. Un enfant. Il n'a pas l'air beaucoup plus jeune
qu' Hayate. Que fait un enfant ici. Non. Il ne doit pas voir. Il doit repartir.

«  Tu es beaucoup trop jeune. »


Une larme roule le long de ma joue et s'évapore avant de toucher le sol. Je reporte mon attention sur les adultes et alors, toute ma colère revient.

«  Vous devriez avoir honte. Un tel spectacle n'est pas fait pour un enfant. Ces personnes sont... »


Ma voix se casse et je détourne le regard avant d'enfouir mon visage dans mes mains. Je n'ai pas à leur parler de la sorte. Ce n'est pas leur faute. Mais alors, de qui est-ce la faute ? Pourquoi une telle horreur ? Pourquoi leur présence ici, si loin des villes ?
Je m'effondre sur le sol et redeviens silencieux. L'un des hommes m'interroge alors. Son langage n'est pas exactement comme le notre, mais j'arrive tout de même à comprendre.

«  Qu'avez vous vu ?  »

Pourquoi cela les intéresse t'il ? Qu'ont-ils l'intention de faire ? Et que pourrais-je bien leur dire. Car ce que j'ai vu n'avait rien d'humain. Et c'est impossible. Il n'existe pas de créatures de la sorte. On aurait dit des monstres venus tout droit des enfers. Des djins maléfiques. Ils étaient trop loin quand je suis arrivé. Je n'ai rien pu faire. Mon impuissance m’énerve. Je relève les yeux vers le groupe inconnu et finis par leur dire la vérité.

«  Des démons. »






Merci ♥:
 
L'Ombre du Désert

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aider la Congrégation
Aime:
N'aime pas: avatar
Nour Ibn HakimL'Ombre du Désert
Il n'y a rien de pire au monde que
l'amertume et la vengeance.
Reste toujours digne, et intègre à
toi même.

Persépolis

Nour parle en #006699

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 79 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 27 ans
▐ Personnalité : Secret
▐ Parcours RP :
2/3 Disponible.
wwwGabriel [4/3]
wwwLavi & Aloïs [1]

FP - RS - Banque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Ven 17 Juil - 16:43

Démon


" Le démon fréquente les lieux arides."


Mais qu'est-ce qu'on est venu faire ici, je.. tout a été détruit, il ne reste plus rien, seulement des cendres, des flammes, et un chaos sans nom. J'ai peur, je ne supporte pas cette scène qui se déroule sous mes yeux, même si.. même si elle semble arrêtée depuis longtemps, comme si un dramaturge avait décidé que les acteurs devraient cesser de bouger après un certain acte. Il n'y a que cet homme, immobile, qui semble serrer quelqu'un dans ses bras, non.. non.. non.. je ne veux pas voir ça, je.. Pourquoi ?


L'horreur, les coups de feux, les détonations, les hurlements, la destruction, la mort ; voilà le dur lot des exorcistes. Plus le temps passait, et plus les yeux de l'irlandais observaient toutes ces choses, plus ses oreilles vrillaient à cause des bruits, plus sa gorge et son estomac se nouaient d'effroi. Ce n'était pas un monde pour un enfant comme lui, non, vraiment pas. Il n'y avait pas sa place, il n'avait jamais cherché à en faire partie et pourtant.. voilà qu'il se tenait au milieu de ce petit village - pouvait-on seulement appeler ça comme ça, surtout aujourd'hui ? - qui brulait encore à cause d'une violente et éprouvante attaque. Des corps, il y en avait si peu, mais les tas de cendre se mêlant au sable sur le sol résumaient bien de ce qu'il s'était passé ici-bas. Déglutissant, l'irlandais eut du mal à poser son regard sur l'unique silhouette mouvante qui se détachait de ce décor apocalyptique.

Si on les avait envoyé ici en urgence, c'était parce que des traqueurs parcourant le désert du Sahara avaient aperçu la fumée au loin, avant d'entendre des détonations semblable à une foudre lointaine, meurtrière, quand bien même le ciel était aussi clair que l'eau de l'océan. Si ce n'était pas l’œuvre de Dieu, c'était forcément celle du malin. Voilà pourquoi un exorciste et un traducteur s'étaient rendus dans le lieu désigné, accompagnés des traqueurs qui avaient observé la scène de loin ; avec un espoir certain qu'il y aurait des survivants.

Un seul, il n'en restait plus qu'un.

Tremblant, mais cherchant à rester aussi fort - impassible ? - que ses compagnons de mission - après tout, il avait promis à Æsa d'être plus courageux - le petit homme finit par porter son regard sur cet homme éploré, qui semblait serrer dans ses bras une pauvre petite âme au visage caché. Puis, d'un coup, l'inconnu tourne la tête en direction des étrangers et à cet instant là, Rusty ne put soutenir son regard ; peiné, hargneux, indescriptible. La tête basse, il sentit que l'homme s'approchait d'eux, avant de s'exclamer dans une drôle de langue, jamais entendue par l'irlandais, si loin de celles qu'il connaissait déjà.

Puis, après avoir lancé de nouvelles paroles, l'homme s'écroula sur le sol, juste devant les yeux écarquillés de l'exorciste qui n'avait pu s'empêcher de relever la tête. Pourquoi l'avait-on envoyé lui pour une telle mission ? Il n'arrivait pas, non, il serait incapable de retenir bien longtemps ses larmes en voyant ce possible père, totalement abattu, alors que dans le sable, l'autre enfant semblait endormie. A jamais.

" Qu.. Qu'est-ce qu'il a dit.. ? " fit l'enfant d'une petite voix après que le traducteur et l'inconnu aient échangé quelques mots.

Et tout en disant ces quelques mots, le Pleurnichard fut bien incapable de décoller son regard de celui du survivant : ils avaient le même. Rusty n'osait imaginer ce qu'il avait bien pu vivre pour être dans un état pareil, quand bien même il n'avait pas besoin d'être voyant pour comprendre et voir la dure réalité.

" Il y a bien des Akumas qui sont passés par là. " lui répondit-on alors, avec une banalité qui serra le cœur du môme.

Déglutissant, l'enfant sentit son regard quitter celui du survivant à nouveau ; il avait eu raison alors, toute cette scène.. était comme toutes les autres.

" Que s'est-il passé ? " reprit alors le traducteur dans la langue du nomade.

Pour retrouver ces créatures, ils se devaient d'avoir plus d'informations.. quand bien même ce n'était pas forcément l'avis de tous. Rusty, lui, n'avait qu'une envie : quitter cet endroit gorgé de souffrance au plus vite ; il n'en avait que trop vécu jusqu'à ce jour pour affronter celle d'inconnus plus longtemps.



Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. ©️ by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Mar 21 Juil - 0:39
HRP:
 

Je reste sur agenouillé devant l'enfant, incapable de le regarder dans les yeux. J'ai honte de mon attitude. L'homme parlant ma langue converse avec l'un des autres adultes. Le petit semble perdu. Il ne supporte pas toutes ces horreurs, toute cette violence. Il est évident qu'il n'a rien à faire ici. Mais s'ils ont pris avec eux, c'est qu'il y a une raison.

Aucune moquerie ne vient, ou alors elles sont suffisamment camouflées pour que je ne les ressente pas. Pourtant, j'ai parlé de démons. Les démons n'existent que dans les anciens récits. Le temps qu'ils se concertent, je continue de m'abreuver de remords, en silence. J'aurais dû être là. J'aurais dû les protéger. Je sais que c'est inutile. Que je serais mort si j'avais été présent. Mais je continue, encore et encore. Que pourrais-je faire d'autre de toute façon.
L’étranger parlant arabe s'adresse une nouvelle fois à moi. Son ton est froid, détaché, professionnel. Serait-il habitué à ce genre de situation ? Cela voudrait dire qu'elles sont courantes ? Comment un être humain peut il être aussi éloigné de la souffrance des hommes ? Ma peine et ma douleur ne sont donc rien à ses yeux.
J'essuie mon visage et me redresse. Ma tristesse est toujours là, mais je la contiens.le temps des larmes est passé. Il reviendra. Mais pour l'instant, je dois agir et me concentrer. Je redeviens l'homme impassible que l'ont connaît. Ma ton est grave, contrôlé. Je ne céderai pas une nouvelle fois. Pas devant ces hommes. Si tant est qu'ils le soient encore.

«  Je n'étais pas là. Lorsque je suis revenu, j'ai vu ce ... »

Je désigne le campement d'un geste de la main, refrénant un sanglot. Je dois être calme. Je dois aider ces inconnus à retrouver les démons. Je dois les aider à les détruire. Je le dois pour ma tribu. Mais il m'est difficile de parler. Presque impossible en réalité. La gorge nouée, je les regarde parler entre eux. Je m'agenouille alors devant l'enfant et essaie difficilement de lui sourire.
Non, ce n'est pas sa place. Et si je peux essayer de lui faire oublier ce qu'il a sous les yeux, je me dois d'essayer. Je remarque alors un détail, loin d'être anodin dans le désert. Je me lève et vais chercher le turban de mon père.

L'un des hommes me pose une question, mais je ne l'entends pas, concentré sur ma tâche. C'est presque stupide de penser à une chose pareille, mais il le faut si je ne veux pas perdre totalement la raison. Je vois enfin le tissus blanc, retenu par un meuble brisé. Je le sors délicatement et reviens vers l'enfant.

«  Dîtes lui que je vais mettre cela sur son visage pour le protéger ».


Je veux le prévenir, ne pas l'effrayer plus qu'il ne l'est déjà. Le traducteur ne réagit pas. J'imagine que ma demande n'est pas importante à ses yeux. Elle ne concerne pas sa présence ici. Je lève mon regard vers lui et lui parle une nouvelle fois, la voix plus grave que jamais.

«  Dîtes lui. »

L'homme finit par s’exécuter. Je commence alors à enrouler le tissus autour de la tête de l'enfant, avant de le nouer par devant. J'ai presque l'impression de voir l'un des miens. Un sourire triste prend place, le temps d'une rafale de vent avant de disparaître.

«  Que faîtes vous ici ? Pourquoi ces créatures ont elle attaqué ma tribu ? »

Qu'avez vous l'intention de faire ? Pourquoi avoir emmené cet enfant ? Comment comptez vous retrouver les monstres ? Pourquoi vous intéressent-ils ? Et moi dans tout ça ? Un nombre grandissant de questions me viennent en tête. Je suis devenu une girouette, voguant d'une idée à une autre, d'un sentiment à son contraire.






Merci ♥:
 
L'Ombre du Désert

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aider la Congrégation
Aime:
N'aime pas: avatar
Nour Ibn HakimL'Ombre du Désert
Il n'y a rien de pire au monde que
l'amertume et la vengeance.
Reste toujours digne, et intègre à
toi même.

Persépolis

Nour parle en #006699

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 79 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 27 ans
▐ Personnalité : Secret
▐ Parcours RP :
2/3 Disponible.
wwwGabriel [4/3]
wwwLavi & Aloïs [1]

FP - RS - Banque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Mar 25 Aoû - 17:28

Cadeau


" Il y a plus d'amour dans la petite offre du pauvre que dans le gros cadeau du riche."


La guerre est partout, même dans des endroits aussi reculés qu'ici.. tout simplement parce que le malheur est omniprésent sur cette terre. N'importe qui peut perdre un être aimé et être amené à appeler le Comte Millénaire pour bénéficier de ses services.. Au fond, je me demande même parfois si Maman et Papa n'ont pas ressenti la même chose, lorsque nous avons disparu.. Peut-être même que.. Rusty a été rappelé d'entre les morts par l'un d'entre eux, je.. non, non.. Ils sont juste partis de Dublin, partis pour vivre une vie meilleure, sans doute loin de tous ces malheurs qui les avaient pourchassé, je.. j'espère juste qu'ils ne nous ont pas oublié.


Sans bouger, le petit exorciste ne pouvait s'empêcher de parcourir la scène des yeux, songeant avec la boule au ventre ce qu'avait pu ressentir les civils qui avaient été massacrés ici par les sbires du Comte Millénaire. Au fond, Rusty n'avait jamais oublié la peur et la terreur qui s'étaient saisis de lui lorsqu'il avait fait face à son premier Akuma, bien avant qu'il ne devienne un compatible à l'innocence ; ce fut même à cause de lui que sa vie avait tant changé, et souvent, l'irlandais s'était surprit à songer qu'il aurait préféré que le virus de ces bêtes ne ronge son corps ce jour-là. Cela l'aurait sans doute sauvé de bien des souffrances, à lui, comme à son double. Clignant plusieurs fois des yeux pour chasser ces sombres pensées de son esprit, le Pleurnichard reporta alors son attention sur le survivant et les membres de l'Ordre Noir ; qui depuis ce temps avaient continué de parler dans cette étrange langue. Incompréhensible pour le petit O'Connor, malgré les sourires que pouvaient lui offrir l'homme endeuillé.

Soudain, ce dernier se redressa, faisant mine d'aller chercher quelque chose parmi les débris qui subsistaient encore ; une innocence, peut-être ? Non, il y avait très peu de chance pour que ce soit ça.. les Akumas n'auraient pas abandonné aussi vite, à moins que ces tas de cendre ne soient en réalité les restes de ces créatures. Allez savoir. Dans tous les cas, l'homme du désert ne tarda pas à venir s'accroupir devant le petit garçon ; qui lui, le toisa avec de grands yeux incompréhensifs. De nouveaux mots furent échangés, presque insistants, durant lesquels seul l'inconnu parla.. comme si le membre de l'Ordre Noir ne souhaitait pas répondre.

Interloqué - et un peu inquiet - le jeune O'Connor ne put s'empêcher de lever les yeux vers l'un de ses compagnons de mission. Peut-être ce fut cela qui le poussa à parler.

" Il dit qu'il veut protéger ton visage avec ce morceau de tissu. " souffla le traducteur.

Suite à ces mots, il hocha la tête pour confirmer à l'homme du désert qu'il pouvait s’exécuter. Un peu surprit, le Pleurnichard se contenta de reporter son attention vers l'Ombre du Désert ; tandis qu'un peu inconsciemment, il sentit son échine frémir, quand bien même il n'avait aucune raison d'avoir peur. Une fois couvert par le tissu, l'irlandais eut l'impression d'avoir plus chaud, mais que le soleil tapait moins sur sa tête et sur sa peau.

Derrière le tissu, un petit sourire timide se dessina.

" Je.. Dites-lui que je le remercie. " fit-il d'une petite voix, avant de lever les yeux vers l'homme, " S'il vous plait. "

Le message passé dans la langue de l'arabe, la véritable conversation pouvait reprendre ; le tout sous les yeux de l'exorciste qui ne comprenait décidément aucun mot à ce qu'il pouvait se dire. Quand bien même une envie terrible le rongeait de l'intérieur.

" Que faîtes vous ici ? Pourquoi ces créatures ont elle attaqué ma tribu ?
" Parce que vous étiez sur le chemin. " fit-il d'un ton presque désolé, " Elles ne cherchent pas à comprendre, et détruisent tout sur leur passage.. C'est un fléau de l'humanité. "

Silencieux pendant tout ce temps, Rusty finit par accrocher doucement ses doigts au tissu que lui avait offert l'homme ; un cadeau qui n'avait sans doute rien d'exceptionnel pour tous les autres membres de l'escouade mais.. pas pour lui.

" Êtes-vous le seul survivant ? "

Aux oreilles de l'un des membres de l'Ordre Noir, cette question aurait sonné comme porteuse de doutes et de nombreuses questions. Il n'y avait plus aucune trace de vie dans ce camp alors.. pourquoi en avaient-ils épargné un ?

A moins que..



Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. ©️ by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Ven 25 Sep - 19:22
« Parce que vous étiez sur le chemin »

Alors comme ça, tout ne serait que hasard ? La vie de dizaines d'innocent s'est envolée par .. accident ? Serait-ce ma faute ? Allah aurait fait cela pour me punir de ma différence. Comme si je n'en avais déjà pas assez conscience moi même. Comme si je ne me haïssais pas assez. Non, ce doit être autre chose. Dieu n'est pas ainsi. Il est bienveillant. Il ne punit pas toute une tribu pour la pêché d'un seul homme. Tu n'es qu'un orgueilleux Nour.
Je relève les yeux vers l'homme lorsque j'entends sa question. J'essaie de me souvenir si d'autres membres étaient absents, pour quelques raisons que ce soit. Mais aucun visage ne me revient. A moins que.

«  Je crois qu'une caravane est partie ce matin »

Je repasse ces derniers jours dans ma mémoire. Les conversations, les rires et les sourires me font souffrir, mais je les efface d'un revers de la main pour me concentrer sur l'essentiel. Je revois mon père, ainsi quel les hommes concernés, la veille du départ. Ils devaient aller négocier avec la tribu voisine, pour le mariage de l'une des nôtres.

«  Certains sont sains et saufs, loin d'ici. Peut être qu'il y en a d'autres qui étaient allés en ville
aujourd'hui, mais je ne pense pas. »


Si seulement j'avais été là, j'aurais pu les renseigner. Peut être même aurais-je pu être d'une quelconque utilité, qui sait ? Je sers les poings et mords ma joue pour me calmer. Je dois garder l'esprit lucide.

«  Pour ma part, je n'étais pas présent au moment de l'attaque. C'est pour cela que je suis toujours … en vie. »

L'homme me regarde avec une intensité que je trouve désagréable, comme s'il doutait de mes paroles. Je comprends qu'il ne me fasse pas confiance, puisque je ne suis qu'un inconnu, mais tout de même. Quel serait l’intérêt pour moi de mentir ? Qu'ai-je à cacher ? Je ne suis plus personne. Une Ombre dans le désert tout au plus. Vexé, je soutiens son regard et m'apprête à l'interroger sur cette sorte de déception que je peux lire sur son visage lorsque sa phrase me revient.

«  Sur leur passage ? Vous voulez dire qu'ils continuent d'avancer ? Et faire d'autres victimes ? »

Je regarde dans la direction où sont partis les monstres. Il est hors de question qu'ils tuent encore. Ou du moins, il est hors de question que je retienne ces hommes qui ont l'air de savoir d'où viennent ces créatures.

«  Si vous voulez les retrouver, je peux vous y aider. Seuls, vous n'avez aucune chance dans le désert. Mais il va falloir m'expliquer ce que sont ces créatures. Et pourquoi vous avez amené un enfant avec vous ».

Je retiens de justesse le mot « imbéciles », ne voulant pas les juger, et encore moins les froisser. Mais malgré tout, je n'explique toujours pas la raison du petit homme. Je le regarde une nouvelle fois, et ne peux m'empêcher de voir Hayate au même endroit. Le pauvre est totalement perdu, entourés d'adultes qui ne parlent pas sa langue. Les hommes parlent entre eux, et cette fois ci, c'est moi qui suis coupé du reste. On dirait juste que ma requête les dérange. Pourtant, ils n'ont pas la choix. Le désert est un tombeau pour celui qui ne le connaît pas.






Merci ♥:
 
L'Ombre du Désert

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aider la Congrégation
Aime:
N'aime pas: avatar
Nour Ibn HakimL'Ombre du Désert
Il n'y a rien de pire au monde que
l'amertume et la vengeance.
Reste toujours digne, et intègre à
toi même.

Persépolis

Nour parle en #006699

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 79 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 27 ans
▐ Personnalité : Secret
▐ Parcours RP :
2/3 Disponible.
wwwGabriel [4/3]
wwwLavi & Aloïs [1]

FP - RS - Banque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Jeu 29 Oct - 0:18

Monstre


" Un enfant, ce monstre que les adultes fabriquent avec leurs regrets."


Je n'aime pas être ici, je n'aime pas voir la peine dans les yeux de cet homme, cette peine qui me force à détourner les yeux quand il me regarde ; tout du moins.. quand j'y arrive. La plupart du temps, je suis bloqué, là, à fixer ses yeux rougis par le chagrin et la mort, et.. et j'ai l'impression de voir mon propre regard. Un regard déchiré, comme lorsque j'ai perdu Rusty, comme lorsque j'ai perdu mes parents, comme lorsque je n'arrive pas à tenir le coup.. Je ne veux pas le regarder, je ne veux pas repenser à ça je.. je ne veux pas affronter le chagrin. J'en suis incapable.


En silence, le petit homme avait écouté la discussion entre les hommes sans réellement comprendre ce qu'il se passait. Un peu mal-à-l'aise de ne pas comprendre le moindre mot de leur conversation, le Pleurnichard commença alors à se frotter les mains, comme il avait toujours l'habitude de faire en situation de crise ; et ce, quand bien même il ne ressentait plus la moindre sensation dans ses doigts brulés. Parfois, il lui arrivait de se demander ce que ça pouvait bien faire, de sentir à nouveau la chaleur d'une main dans la sienne.. mais était souvent sorti de ses pensées par quelque chose qui se passait autour de lui.

Comme là, un regard qui venait de se poser sur lui.

" Sur leur passage ? Vous voulez dire qu'ils continuent d'avancer ? Et faire d'autres victimes ?
" Tant qu'on ne les arrêtera pas, ils continueront de massacrer des populations. C'est pour ça que nous sommes là. "

Le regard plongé dans celui de l'arabe, l'enfant resta à nouveau silencieux tout en clignant des yeux ; toutefois, il ne tint cette fois-ci que quelques secondes, et ne tarda pas à baisser la tête tout en déglutissant. Au fond, il avait sans doute un peu honte. Honte d'être arrivé comme ça, honte de n'avoir rien pu faire pour sauver la vie des gens de ce village, honte pour tout ça. La guerre, aussi.

" Si vous voulez les retrouver, je peux vous y aider. Seuls, vous n'avez aucune chance dans le désert. Mais il va falloir m'expliquer ce que sont ces créatures. Et pourquoi vous avez amené un enfant avec vous. "

Timidement et honteusement, l'exorciste miniature finit par relever la tête, avant de croiser à nouveau le regard de l'homme. Étrangement, il eut alors l'impression qu'on venait de parler de lui.

" Il veut qu'on lui en dise plus sur les Akumas. "
" C'est un civil, il n'a pas besoin de savoir. "
" Ce qu'il lui est arrivé est déplorable.. mais il a raison. "

Surprit par de tels propos, Rusty ne tarda pas à tourner la tête en direction des membres de son escouade. Comment pouvaient-ils le laisser dans l'ignorance, lui qui avait perdu tout ce qui comptait pour lui ? Cet homme avait le droit de savoir ! Et ça, il ne se garda pas de le faire savoir.

" M-Mais.. " s'étrangla-t-il quelque peu, " Il a perdu tout son village.. il a bien le droit de.. de savoir ce qui est arrivé.. "

Mais tout ce qu'il eut, furent des regards fatigués, lassés ; comme s'il n'était qu'un gosse qui parlait d'une chose qu'il ne connaissait pas, quand bien même il y avait des chances que l'irlandais fasse partie de la guerre sainte depuis plus longtemps qu'eux.

" Tu sais bien que moins ils en savent, mieux c'est. "
" Et.. Et s'il t-tentait de ramener quelqu'un à la vie ? "

Parfois, il lui arrivait d'avoir un peu d'assurance et.. cette fois-ci, le jeune O'Connor avait eu raison d'ouvrir la bouche. Sur le coup, les trois membres de l'Ordre Noir échangèrent des regards, puis le traducteur finit par soupirer et se tourner vers l'arabe ; ne jetant même pas un regard à l'enfant.

" Tu as raison. " finit-il par admettre, déconcerté.

C'était une petite victoire, d'une certaine manière.

" Les créatures qui ont attaqué votre village, nous les appelons Akumas. Voyez-les comme une arme de guerre, construite avec l'âme d'un défunt et le corps d'un homme éploré. " commença-t-il tout en jetant un regard au corps sans vie de l'enfant, puis à Rusty, " Nous, le commun des mortels, sommes incapables d'en venir à bout, et leur poison est mortel. Seuls des élus comme cet enfant sont capables de les détruire, parfois au péril de leur vie. On les appelle exorcistes, des apôtres de Dieu. "

Puis, il finit par reporter son attention vers l'homme qui avait perdu sa fille, son village, sa vie entière ; espérant en silence qu'il ne ferait pas la même erreur que ceux qui l'avaient attaqué.



Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. ©️ by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Dim 22 Nov - 1:37
L'enfant intervient. Je lève un sourcil, étonné, et le regarde parler. Il est maladroit et mal à l'aise, mais il est touchant. Je ne comprends pas un seul mot, bien évidement, mais je sais qu'il a pris ma défense. Tout ce qu'il reçoit comme réponse, c'est le mépris des adultes. Alors je m'interroge. D'où viennent-ils ? Quelle éducation ont-il reçue pour se comporter de la sorte ?
Un nouvel échange, et je devine que le petit a touché juste. Quelque soit son argument, c'était le bon on dirait. Pourtant, je sens que ce n'est pas de bon cœur que les hommes acquiescent. Ils m'énervent et me lassent à la fois. Et en même temps, je suis pendu à leur lèvres. Les quelques secondes avant que l'homme ne parle me semblent être une éternité.
Les explications viennent, une par une. Elles sont courtes et précises, et pour autant incompréhensibles. Des akumas ? Des machines fabriquées à partir d'hommes ? Des apôtres d'Allah ? Et, c'est enfant serait un soldat ?
Je reste silencieux, réfléchissant à ses paroles. Même si je comprends mieux la présence du petit, je ne l'approuve pas. Enfin bon, que vaut mon avis. Je soupire et rabaisse les bras, épuisé.

« Je vois. Si ça peut vous rassurer, je ne suis pas l'un de ces « hommes éplorés ». Je ne suis personne pour Lui reprendre une vie. »

Et pourtant, il est évident que j'en meurs d'envie. J'aimerais tout donner pour remonter le temps, et en changer le cours. Qui n'en ferait pas de même ? Ce sera long j'imagine, pour me remettre de tout ceci. Et je ne vois pas comment je pourrais y arriver. Je n'ai plus rien auquel je rattacher. Plus aucun proche pour me soutenir. Plus aucune raison qui vaille la peine de continuer d'avancer. J'aimerais venger la mort de ma princesse, mais je ne suis qu'un homme face à des machines. Et la vengeance ne mène à rien. C'est à peine si elle soulage.
La seule idée qui me vient en tête, c'est d'aider ces inconnus. Les aider à retrouver les machines, à les vaincre. Ne pas mourir surtout, continuer de vivre et d'honorer mes ancêtres. Et … Non, ce serait stupide. Comme s'ils allaient dire oui. Je range cette pensée dans un coin de mon esprit et me décide à sortir de mon mutisme.

« Si vous voulez les rattraper, il faut partir de suite. Je sais dans quelle direction ils sont partis, et je ne pense pas qu'ils aient beaucoup d'avance sur nous. »

Je marque un temps, réfléchissant à la situation. Je sers les poings et inspire un grand coup. Je déteste ce que je m'apprête à dire.

« Pour autant, je doute qu'ils soient possible de les rattraper. Ils... Le désert est immense, et s'ils sont d'abord partis vers le sud, rien ne nous dit qu'ils n'aient pas bifurqué ensuite. Vous n'avez pas l'air prêts pour une expédition de plusieurs jours, je ne voudrais pas causer votre perte ».

Je fixe l'enfant, qui fait l'objet de toute mon inquiétude actuelle, pour finalement reporter mon attention sur les adultes.

« Quelques soit votre choix, je le respecterai. Si vous voulez les suivre, je vous guiderai. Sinon... »

L'idée que je pensais avoir refoulée me revient en pleine figure. Je n'ai pas le temps de l'arrêter et je m'entends prononcer ces mots sans pouvoir rien faire.

«  Sinon, je vous raccompagnerai jusque la ville la plus proche. Et si c'est possible, j'aimerais rejoindre votre lutte ».

L'un des hommes hausse un sourcil, alors que je fixe le sol gêné. Je suis trop entreprenant. Je n'ai pas le profil pour rejoindre ces hommes. Je ne parle pas leur langue, ne suis personne à leur yeux. Je ne prie même pas le même Dieu. Tant pis. Quitte à passer pour un fou, autant aller jusqu'au bout. Je relève la tête, et essaie de leur prouver que je pourrais les rejoindre.

« Je ne connais pas votre organisation. Je ne suis pas un apôtre de Dieu, mais je pourrais vous être utile. »

J'aimerais être à des lieux de là. J'ai horreur de me mettre en avant. Je n'ai jamais pris conscience des qualités que j'avais, et les ai encore moins énumérées à voix haute.

« Je connais foule de chose qui me permettraient de survivre. Je suis discret et calme. J'ai une bonne ouïe également. Je … J'apprends vite. Et je suis déterminé. »

Je rougis et remonte le tissus pour le cacher.


HRP:
 






Merci ♥:
 
L'Ombre du Désert

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aider la Congrégation
Aime:
N'aime pas: avatar
Nour Ibn HakimL'Ombre du Désert
Il n'y a rien de pire au monde que
l'amertume et la vengeance.
Reste toujours digne, et intègre à
toi même.

Persépolis

Nour parle en #006699

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 79 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 27 ans
▐ Personnalité : Secret
▐ Parcours RP :
2/3 Disponible.
wwwGabriel [4/3]
wwwLavi & Aloïs [1]

FP - RS - Banque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Mer 30 Déc - 21:33

Dilemme


" Un dilemme, c'est une proposition philosophique dont l'énoncé fait jouir les belles consciences et l'application périr les démocraties."


Je comprends qu'on ne doit pas crier sur les toits qui nous sommes et ce que nous faisons, ni même parler de la guerre sainte, mais.. cet homme a l'air d'avoir perdu ses proches, comme.. comme cette petite fille là. Je.. Je voudrais pas qu'il fasse quelque chose qu'il pourrait regretter par la suite, en cherchant à la ramener à la vie. Je.. moi aussi, si je n'avais pas su, j'aurais sans doute voulu ramener Rusty à la vie mais.. mais on ne peut pas faire ça. On aimerait, mais le Comte se jouerait de nous, et on deviendrait des pantins à sa solde. Mais.. mais si on ne prévient pas cet homme, il gardera espoir et.. et fera peut-être appel au Comte. Il faut qu'on lui dise.


Lorsque l'interprète expliqua ce qui était arrivé et ce qu'étaient les akumas - et ça, le Pleurnichard en était certain après l'avoir entendu prononcer ce mot, qui était universel et ne se traduisait jamais par démon comme les japonais pouvaient l'entendre - l'homme éploré, lui, afficha un drôle d'air. Ce n'était pas toujours facile d'entendre ce genre d'explications tirées par les cheveux, et ce, même lorsqu'on avait déjà fait face à ces machines de guerre. Lorsqu'on l'avait arraché à sa famille et à son frère, l'irlandais avait mit du mal à accepter ces histoires et pourtant, il avait vu l'un de ses amis mourir sous les tirs d'un Akuma. Des monstres, on en imagine pleins, surtout lorsqu'on est enfant, mais des comme ça.. on aimerait qu'ils restent imaginaire ou sous le lit. Quand on commence à y croire, c'est terminé, et on sait qu'ils pourraient débouler à n'importe quel moment pour vous tuer. C'était peut-être pour ça qu'il avait mis tant de temps à accepter leur existence et ce combat mené à leur égard ; à moins que c'était tout simplement parce qu'il ne croyait pas vraiment à Dieu.

Silencieux durant toute la conversation entre les deux hommes, l'enfant ne sembla réagir que lorsqu'il sentit le regard de celui du désert se poser sur lui ; avant que la discussion ne reparte de plus belle. Au fond, Rusty aurait bien aimé comprendre ce qu'ils disaient ; et son souhait se réalisa partiellement lorsque l’interprète fit un résumé.

" Il dit que les Akumas sont partis vers le Sud, mais qu'on ne survivrait sans doute pas à une traversée du désert. "

Suite à cela, il y eut comme un petit silence gêné dans l'assemblée : non pas qu'ils avaient peur de mourir sous les coups des Akumas, mais sous ceux du désert.. peut-être. Enfin, Rusty, lui, était terrifié par les deux, et n'avait ni envie de partir en expédition, ni même de chasser les Akumas tout seul. Tout ce qu'il pouvait espérer, c'était qu'ils rebroussent chemin et rentrent à la maison.

" Demande-lui le nom de la ville vers laquelle ils se sont dirigés. On devrait pouvoir envoyer une équipe directement sur place pour les attendre. "

Sur ces mots, le traducteur s'exécuta et tourna à nouveau son regard en direction de l'homme solitaire, lui posant l'exacte question que son camarade lui avait soufflé. Il eut bien vite une réponse, chose qui détendit légèrement l'atmosphère.

" Apparemment ils se dirigeraient vers Niamey. "
" Je vais appeler le quartier général pour les prévenir. "

Quelque peu soulagé, le jeune O'Connor resta silencieux le temps que le traqueur passe son appel ; il n'entendit que ses paroles à lui, et pas celles au Grand Intendant, alors, quand il fut temps de raccrocher, Rusty trouva bon de demander, afin d'être sûr :

" On.. On ne va pas les suivre alors.. ? "
" On a l'autorisation de rentrer au quartier général. "
" Hm.. Mais ce n'est pas tout, en fait. "
" Comment ça ? "
" Il a demandé à rejoindre nos rangs. "
" Tu as confiance en lui ? "
" Pas plus que ça. Il ne fait peut-être que jouer la comédie. "

Surprit par de tels propos, l'enfant qui pourtant craignait tout le monde ne tarda pas à crisper ses doigts sur l'écharpe offerte par cet inconnu. Silencieux sur le coup, il lui suffit d'un regard porté au camp dévasté pour trouver la force de parler à nouveau.

" Il.. il a tout perdu.. " souffla-t-il d'une petite voix, " On ne p-peut pas le laisser ici s'il nous propose son aide.. Non ? "

Puis, s'il n'était pas aussi blanc qu'il le prétendait - à savoir, être un descendant de Noé ou un Akuma - ils finiraient par le savoir lorsqu'il irait rendre visite à Hevlaska ; de toutes manières, tout le monde y passait pour voir s'il n'y avait pas de nouveau compatible alors.. pourquoi pas lui ?

Un soupir s'échappa des lèvres de l'interprète.

" Considère alors qu'on te portera garant s'il arrive un truc, Rusty. "

Génial : s'il arrivait quelque chose de catastrophique, ce serait de sa faute. Sur le coup, le Pleurnichard regretta un peu de l'avoir ouverte ; mais restait certain de l'innocence de l'homme, malgré tout.

" Des gens vont aller s'occuper des Akumas. " fit-il à l'homme du désert, " Notre travail est terminé ici. Si vous désirez nous rejoindre, suivez-nous, mais attendez-vous à rencontrer des moments encore plus durs que ceux que vous avez traversé. "

La guerre était impitoyable, même avec les gens remplis d'espoir et de bon cœur ; elle l'était même plus avec ces gens-là que les autres. Un triste retour des choses.



Ain't that just the way
Grow, tiny seed, you are gone to the tree. Rise, till your leaves fill the sky, until your sighs fill the air in the night. ©️ by anaëlle.
† Le Pleurnichard †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre pour mon frère
Aime:
N'aime pas: avatar
Rusty O'Connor† Le Pleurnichard †


Rusty pleurniche en Saddlebrown

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 756 ▐ Autres Comptes : Allen W. / Aloïs L. / Beast B. / Elias B. / Elliot B. / Nora L.
Masculin
▐ RPG Age : 11 ans
▐ Personnalité : ....
▐ Parcours RP :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://niutellat.deviantart.com
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Mer 30 Déc - 23:25
Je redeviens totalement silencieux et me fait oublier. Les hommes discutent entre eux. Je garde les yeux fixés sur le sol, mal à l'aise. Je n'aurais jamais dû leur dire une telle chose. A bien y penser, je serai un boulet pour eux. Je n'ai jamais réellement appris à me battre, je n'ai fait que me défendre. Et c'était le plus souvent contre des hommes ivres ou des bourgeois enrobés. Jamais des monstres comme ceux que j'ai vus. Mais les hommes aux quels je parle n'ont pas l'air d'être différents de moi. Et pourtant, ils font parti de cette organisation. J'imagine alors qu'ils ont des armes adéquates, que je pourrai survivre. Il le faudra. Et puis, comme je l'ai dit, je suis discret et agile. Je pourrais faire un espion ? Me fondre dans la foule et observer ceux qu'il faut combattre. Me fondre dans la foule. Moi, un touareg ? Je serais ridicule. D'ailleurs, je ne sais pas comment je vais être accueilli là bas. Et je n'aurai pas la foi et le courage de supporter leurs regards plein de haine et de sous entendus.
J'essaie toujours de me convaincre du bien fondé de mon choix, lorsque celui qui parle ma langue me pose une question. Je papillonne des yeux quelques secondes. Dans ma tribu, on lui donne un autre nom. Mais je suis certain d'avoir déjà entendu celui que lui donne ses habitants.

« Niamey il me semble. Sauf s'ils ont changé de direction. »

Alors ils veulent y aller ? Très bien. Je me retourne vers la direction indiquée et réfléchis au chemin qui nous attend. Je pourrais leur prêter des équipement adéquats. Avec un peu de chance, tout n'a pas brûlé. Mais, à part mon cheval, nous n'avons plus aucun moyen de transport. Je pourrais le prendre, l'enfant pourra monter dessus. Il faut aussi que je prenne de quoi vivre. Je ne reviendrai pas ici. Je me trouverai un emploi à la ville j'imagine. Ou peut être que je trouverai une tribu qui voudra bien me reprendre. Non, ce serait une mauvaise idée. Si les machines sont venues par ma faute, je ne peux mettre la vie d'autres personnes en danger. Je resterai seul alors. À mener une croisade qui m'est propre.
Une voix inconnue m'attire, et je me retourne. L'un des étrangers est en train de parler à une sorte de démon noir. Et le démon noir lui répond. Je prends peur et recule d'un pas. Quelle est donc cette étrange magie. Je le fixe avec doute, n'osant m'en approcher. Le djinn se rendort et les hommes recommencent à parler entre eux. L'un d'eux me regarde durant quelques secondes, et je comprends qu'ils parlent à nouveau de moi. L'enfant se joint à eux, le temps d'une phrase – ou du moins me semble t'il. Si je les rejoins, c'est grâce à lui. Et je lui serai éternellement reconnaissant. Mais comment le lui faire comprendre ? Je trouverai le temps j'imagine. Et les mots, je les apprendrai. Et, sans qu'il ne s'en rende compte, je serai là. Et je l'aiderai.
Mais tout ceci n'est que chimère. Jamais les hommes ne me laisseront les accompagner. Je suis un sous homme pour ceux de leur couleur.
Alors qu'elle n'est pas ma surprise lorsque le traducteur me parle.

« Notre travail est terminé ici. Si vous désirez nous rejoindre, suivez-nous, mais attendez-vous à rencontrer des moments encore plus durs que ceux que vous avez traversé.
Je ne vois pas ce qui pourrait être plus dur que de perdre tout ceux que j'aimais ! »

Je n'ai pas eu le temps de me retenir. C'est sorti dans un cri. Je me ravise et et essaie de m'excuser, mais aucun mot ne vient. Aucune explication. Je reste silencieux.

« Merci. Je vais faire mes sacs. »

Ce ne sera pas long, puisque je n'ai presque rien à emmener. Quelques objets personnels, s'ils n'ont pas été détruits.
Au milieu des décombres, je retrouve l'un des bracelets d'Hayate, et l'un des pendentifs de ma mère.  J'emporte également quelques tenues, et le Coran de mon père. Quelques pages ont été arrachées, mais peut importe. Par hasard, je trouve plusieurs feuilles, écrites par ma fille. Je n'en avais pas connaissance. Sans les lire, je les prends avec moi. Je retrouve un sac, et une gourde. Je prends plusieurs foulards sur les tas de cendres et les donne aux hommes. Eux aussi en auront besoin. Je leur fais comprendre en un regard qu'ils n'ont pas le droit de refuser. Je considérerai cela comme un affront envers les morts. Je reprends la bride de mon cheval et leur fais face.

«  Je suis prêt.
Alors nous partons »

Sans un regard en arrière, je suis les hommes. Dans mes souvenirs, la ville est loin d'ici. Alors je
propose à l'enfant de monter sur Hissan*, ce qu'il accepte, gêné. Nous faisons la route en silence. Je leur indique le chemin à un moment, alors qu'ils étaient sur le point de nous perdre.
Lorsque nous atteignons la ville, je remonte mon foulard sur le nez. Je n'ai pas envie que quelqu'un me reconnaisse. Le mieux, c'est encore que l'on me croit mort. Je n'ai plus rien ici, et j'espère ne plus jamais revenir, Insha'a'Llah.
Nous prenons un bateau. C'est la première fois de ma vie que je monte sur la mer, mais je n'en ressens aucune excitation. Je ne ressens plus en vérité. Je m'adosse à la rambarde et sors les pages de mes poches, pour les lire. Au fil des lignes, je ne peux retenir mes larmes.

Lorsque nous arrivons à quai, il fait nuit. Les étoiles ici sont différentes, moins resplendissantes à cause de toute cette lumière. Les hommes nous conduise jusque une église. Le prêtre me fixe étrangement, mais il me semble qu'il ne dit rien. Il nous ouvre une porte, et je cherche à comprendre pourquoi est-ce qu'il nous dit d'entrer. Serions nous arrivés ? Je pensais que ce serait un bâtiment plus discret, plus secret. Mais peu importe. J'emprunte la porte à la suite de l'enfant, et l'un des hommes ferme la marche.
De l'autre côté, une surprise m'attend. Des dizaines d'hommes sont en train de travailler, face à d'étranges machines ? Tous courent dans tous les sens. Un homme comme je n'en ai jamais vus encore me fixe. Je comprends qu'il va falloir que je le suive pour qu'il m'indique ma place ici.
Je reste immobile encore quelques instants, déboussolé, et finis par avancer.
Un pas après l'autre, j'entre dans ma nouvelle demeure.


* Hissan veut dire cheval ( #originalité )






Merci ♥:
 
L'Ombre du Désert

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Aider la Congrégation
Aime:
N'aime pas: avatar
Nour Ibn HakimL'Ombre du Désert
Il n'y a rien de pire au monde que
l'amertume et la vengeance.
Reste toujours digne, et intègre à
toi même.

Persépolis

Nour parle en #006699

▐ IRL Age : 21 ▐ Messages : 79 ▐ Autres Comptes : Liri & cie
Masculin
▐ RPG Age : 27 ans
▐ Personnalité : Secret
▐ Parcours RP :
2/3 Disponible.
wwwGabriel [4/3]
wwwLavi & Aloïs [1]

FP - RS - Banque
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Ceux qui restent - PV Rusty
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Ceux qui restent - PV Rusty
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Après la Mort
» Poème sur le deuil
» Les vieux fourneaux (1-Ceux qui restent) de Cauuet et Lupano
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.
» [Maricourt, Thierry] Ceux qui ne mentent jamais

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Afrique et reste du Monde :: Autres pays-
Sauter vers: