Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP
-26%
Le deal à ne pas rater :
DeLonghi Détartrant écologique pour machine à café 500ml
9.90 € 13.36 €
Voir le deal

Partagez
 

 life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Ven 4 Oct - 0:35
amour
« On est seul aussi chez les hommes, dit le serpent. »
Clac clac clac tu l’entends qui résonne au creux de ton être tout de métal fait clac clac clac c’est un son qui te susurre à l’oreille qui t’interdit d’oublier que de toi il ne reste qu’une machine déphasée clac clac clac ça craque ça grince ça crisse ça ronronne un peu aussi et ça hurle surtout (tu hurles surtout) parce que tu aimerais te défaire de cette peau la déchirer qu’on te dépèce qu’on te libère de cette carcasse qui n’est pas la tienne (tu n’es plus humaine) que quelqu’un entende tes plaintes tes cris que quelqu’un mette fin à ton supplice mais personne ne viendra tu le sais Edith hein personne ne remarquera ce cadavre que tu traînes (ce corps mort honteusement dérobé à ta sœur adorée qui se démène) et personne jamais plus maintenant n’osera te prendre dans ses bras pour te chuchoter « tout va bien » car rien ne va plus Edith rien ne va plus.

Allons bon. Tu pris une profonde inspiration, emplis tes poumons d’air frais avant de pousser un long soupir. Encore une mission. Tu n’étais pas dans les rangs du Comte depuis bien longtemps, mais comprenais aisément la teneur de tes obligations : obéir. Puis, mourir ; en témoignait le nombre de comme toi qui ne revenaient pas. Obéir. En avais-tu seulement le choix ? Obéir. Tu obéissais, tête baissée, dans la mesure de tes capacités. Tu ne voulais pas tuer (tu ne voulais plus tuer), tu souhaitais simplement pleurer un bon coup, t’apitoyer sur ton sort et tout abandonner. Ouais, tout abandonner… mais quelque chose au fond de toi, égoïstement, t’en empêchait : alors, tu obéissais ; juste ce qu’il fallait, au rythme d’un équilibre ténu suffisamment solide (jusqu’à quand ?) pour ne pas te permettre de sombrer.

Enfin ; tu avais un travail à effectuer qui t’entraînait jusqu’aux chaînes de l’Himalaya fendant le ciel : curieuse destination qui promettait, au pire, une sympathique excursion en dépit d’un possible décès prématuré si tu te risquais à échouer ! Oh, ça irait : tu n’étais pas seule… ou plutôt, elle ne serait pas seule pour accomplir son devoir, car on te sommait de l’accompagner dans cette quête à l’Innocence. Aucune raison de refuser, puisqu’il fallait bien te rendre utile, après tout… ah, Dieu savait à quel point tu préférais tourner les choses ainsi (et pas à la lumière de ce massacre que vous commettiez aveuglément pour qui pour quoi hein ?) : tu épaulais les tiens, oui ; doucereux altruisme.

Triturant (nerveusement ?) tes doigts, tu déglutissais, muscles tendus, frileusement emmitouflée dans un long manteau épais (je doute de son utilité sur ton corps détraqué). Ton regard d’ambre restait figé vers le sol, hésitant parfois en direction de tes pieds. Comme pour ne pas croiser ses yeux. Comme pour ne pas être durement ramenée à la réalité : ils étaient généralement si prompts à (cruellement) te rappeler l’insurmontable différence qui vous séparait. Je pense que ça les réconfortait dans l’idée qu’il y avait pire, ici ; pire qu’eux, c’était vous, c'était toi – sans la moindre discussion.

Bon, cessons: rien ne servait de se morfondre. Il te fallait te présenter, proprement, comme tu l'avais déjà mille fois fait auparavant (de ton vivant) ; allez.

— Bonjour, je m’appelle Edith (menteuse) Laforet… entamas-tu délicatement.

« je suis l’akuma envoyée pour cette mission », ne réussis-tu évidemment pas à prononcer. Akuma, rien que le mot piquait. Akuma. Et l’entendre de la bouche d’un autre te tuerait... monstre ?

(respire)

Tu appréciais rapidement apposer des noms sur les machines et apôtres qui fourmillaient ici et là ; ça te permettait de conserver une certaine sérénité. Et la tâche s’avérait ridiculement aisé lorsqu’on s’interrogeait sur un Noé : elle, par exemple, c’était Bonnie ou l’Amour. Tu le savais avant même d’avoir débarqué au pied de ces montagnes enneigées. Drôle de souvenir. Il te plaisait. Te rassurait. L’Amour… l’amour qui te manquait, un peu. L’amour qui, même chez eux, existait.

L’amour que, envers et contre tous, tu exhiberais à en crever.

Te voilà, Edith, au seuil d’une de tes premières missions (peut-être la dernière (c’est toujours « peut-être la dernière »)), étreinte par une silencieuse appréhension : faites que cela se passe bien, s’il vous plaît.

— Hum… je ne sais pas trop à quoi nous devons nous attendre, mais, surtout : restez en vie, je vous en prie, hasardas-tu.

Ouais, surtout : rester en vie.


life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie 7mSq2gf
○○○
mood:
 
kdos:
 
La Miséricorde

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: aider ?
Aime:
N'aime pas: Edith Laforet
Edith LaforetLa Miséricorde
life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie O7ZwVkU

Edith pardonne en #B78178.

life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie Yr3h
| FP | RS | FT |

« i'm like a flower that's fading here where every hour is one long tear »

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 118 ▐ Autres Comptes : sabah + luba + anja.
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans de corps, 22 ans d'âme.
▐ Personnalité : humaine.
▐ Parcours RP :
(disponible) 13/9


life live on life, therefore you must eat or be eaten ft. bonnie r. o'cahan (+ 30) ; début novembre 189x.

no rest for the wicked ft. b. wilma hartmann (+ 40) ; début mars 189x+1.
entre la mer et la terre ft. louis roussel (+ 40) ; fin mars 189x+1.

beautiful minds inspire others ft. adelheid von rosenwald (+ 20) ; début avril 189x+1.
the pain i don't say out loud, builds a home inside me ft. dorothea von rosenwald (+ 10) ; 12 avril 189x+1.
quête 15 : blue hell ft. felipe borréda de soto & wil hartmann (+ 10) ; mi-avril 189x+1.

look inside yourself ft. lion d. ferguson (+ 00) ; 04 mai 189x+1.
who cares if one more light goes out in a sky of a million stars ? ft. sua (+ 10) ; 08 mai 189x+1.
quête 21 : freak show ft. sebastian abbott & asiye y. demir (+ 20) ; mi-mai 189x+1.
l'amour est dans le pré ft. felipe borréda de soto & bonnie r. o'cahan & sua (+ 10) ; 21 mai 189x+1.
meling u of ur q ft. şehrazat f. güzel (+ 00) ; fin-mai 189x+1.

let it go and unleash all the feelings ft. blasius barnes (+ 00) ; 07 juin 189x+1.

together as one ft. blablabla on verra après (+ 00) ; 05 juillet 189x+1.
mi juillet sebby LANCE LE STP OUBLIE PAS

○○○

RANG E (650) + 2 conditions → RANG D à 750
| banque |

Revenir en haut Aller en bas
Re: life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Mar 8 Oct - 23:13
« oh, monsters are scared. that's why they're monsters. »

Deux mois déjà — mais deux mois seulement. Deux mois que Bonnie était morte deux mois qu'elle était revenue à la vie (revenue oui à la vie oui mais est-ce qu'il s'agissait toujours d'elle ?) deux mois qu'elle n'avait pas vu ses parents deux mois qu'elle avait oublié deux mois qu'elle s'était souvenu deux mois qu'elle l'avait sauvé (deux mois qu'il l'avait sauvée en vérité) deux mois qu'elle ne savait plus qui elle était (deux mois qu'elle savait qui elle n'était pas qui elle ne pouvait pas (plus) être) deux mois qu'elle avait envie de fuir (mais deux mois qu'elle continuait de se battre) deux mois qu'elle ne quittait plus sa chambre (deux mois que son âme s'évadait) deux mois tout allait mal (deux mois qu'elle faisait comme si tout allait bien) deux mois qu'elle était fatiguée (deux mois qu'elle ne dormait plus) deux mois qu'elle n'en pouvait plus (deux mois qu'elle encaissait toujours plus) deux mois qu'elle voulait redevenir la Bergère (deux mois qu'elle nourrissait le Loup dans sa propre bergerie).

C'était sans doute pour ça que le Comte l'avait choisie elle plutôt qu'un autre pour l'envoyer à l'autre bout du monde : pour sortir Amorem — car il ne se souciait bien que d'elle (comme tous les autres (finalement?)) — de sa léthargie. Il savait ce qu'il s'était passé pour Feilen — un exorciste avait manqué de peu de le tuer, lui et son hôte, et l'Amour était arrivé à temps pour le sauver. Bonnie ne lui en avait pas dit davantage lorsqu'il lui avait posé la question, et il n'avait pas cherché à en savoir plus : la nature des sentiments qu'éprouvait la bergère pour le libraire n'était plus vraiment un secret, et Adam voyait plutôt ça d'un bon oeil. C'était un bon moyen de s'assurer de la fidélité de l'irlandaise, et il jugeait l'hôte du Regret trop lâche pour penser un jour à tourner le dos au clan.

L'autre bout du monde, précisément, c'était les chaînes de l'Himalaya : comme à chaque fois pour ce genre de mission, il s'agissait de déterminer l'origine des phénomènes étranges qui s'y produisaient. Lorsque les rumeurs prenaient assez d'ampleur et d'importance pour alerter le Comte, c'est souvent qu'il y avait une Innocence à la clé — en temps de guerre, il n'y avait pas de coïncidences, seulement des opportunités.

Alors elle était là, emmitoufflée dans un épais manteau de laine, le regard perdu sur l'immensité devant elle. C'est quelque chose qu'elle avait toujours aimé, et qu'elle aimerait probablement toujours : le sentiment d'être minuscule, de n'être qu'un petit rien du tout, qu'un grain de sable face à la grandeur du monde — de l'univers, même. Loin de se sentir insignifiante, ça lui donnait plutôt l'impression d'être capable de tout : face à l'infini qui se déclinait ici d'un millier de façons, ses rêves et ses aspirations ne lui semblaient pas trop grands, finalement.

C'était naïf — mais elle en avait besoin, en ce moment.

« Bonjour, je m'appelle Edith Laforet... » se présenta finalement la personne envoyée pour l'accompagner au cours de cette mission, « Hum… je ne sais pas trop à quoi nous devons nous attendre, mais, surtout : restez en vie, je vous en prie.
Je t'en prie, tutoies-moi, » répondit la bergère, avec cette douceur qui la caractérisait tant, « je tâcherai de rester en vie, ne t'en fais pas pour moi. Et, mh... désolée... c'est probablement ma faute si tu te retrouves à devoir me chaperonner aujourd'hui. »

Elle n'avait pas brillé par sa loyauté depuis qu'elle avait rejoint le clan Noé — et compte tenu de la fébrilité d'Amorem, Adam n'avait voulu prendre aucun risque. Bonnie l'avait bien compris — c'est pour ça qu'elle tâchait de faire bonne figure, en dépit des démons qui la tourmentaient.

« Oh, j'ai failli oublier... je m'appelle Bonnie, » reprit-elle, un sourire dans la voix, « mais j'imagine que tu le sais déjà... »

Autant tirer le meilleur parti de cette journée.
» novembre 189x (flashback) ― edith & bonnie
La bergère

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: S’extirper de son destin.
Aime:
N'aime pas: Bonnie R. O'Cahan
Bonnie R. O'CahanLa bergère
Amorem, l’Amour de Noé

life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie D5usQn7

Bonnie dessine les étoiles en #D87093 ou palevioletred

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 547 Féminin
▐ RPG Age : 18 ans
▐ Personnalité : (more. more. more.)
▐ Parcours RP :
{ R P S . D A N S . L' O R D R E .
C H R O N O L O G I Q U E }

Arche ; Feilen {3}

Arche ; Cyclamën A. {12}
Angleterre ; Jodie D. {2}
Autriche ; Leander K. {5}
Intrigue Chap. II ; Côté Noés {3}
RP épistolaire ; Nína S. {1}
Kenya ; 5 Noés ; 2 Akumas {2}

† Mort †

OS Scénario ; Résurrection {1}
Norvège ; Cyclamën A. {8}
Himalaya ; Edith L. {2}
Arche ; Lena F. {9}
Arche ; Aloïs L. {9}
× Intrigue Chap. IV bis ; Côté Noé {4}
Intrigue Chap. IV ter ; Côté Noé {1}
France ; Nora L. {8}
France ; Célania V. et Emy B. {4}
France ; Liam L. {2}
Allemagne ; Sheryl K. {1}
France ; Ophelia I. {4}


× Allemagne ; Laoghaire L. {4}

∞ Amnésie ∞

OS Scénario ; Battlefield {1}
OS Scénario ; Valley Of the Dolls {1}
OS Scénario ; Truce {1}
Allemagne ; Rhian L. {8}
Angleterre ; Angus M. {5}
Angleterre ; Autonoé S. {2}
Angleterre ; Cyclamën A. {14}
Angleterre ; Destiny R. {9}
Allemagne ; Lily P. {4}
France ; Célania V. {12}
Allemagne ; B. Wilma H. {6}
Intrigue Chap. VI ; Côté Noé {2}
× Intrigue Chap. VI bis ; Côté Noé {5}
× Intrigue Chap. VI ter ; Côté Noé {4}
× Arctique ; Célania V. et Cyclamën A. {8}
× Écosse ; Ayden H. {2}
Angleterre ; Angus M. et Xuan M. {1}
OS Scénario ; Lost soul {1}
OS Scénario ; Coming home {1}
Danemark ; Cél, Gwen et Nora {3}
Arche ; Cassidy D. {3}
Russie ; Lavi B. {3}
France ; Elijah N. {1}
Arche ; Lena F. {3}
Arche ; Lily P., Cyclamën A., Wil H. et Addie von R. {2}
Norvège ; Klok {7}
Norvège ; Cyclamën A. {1}
Arche ; Siobhán H. {1}
× Angleterre ; Saphira H. {3}
× Japon ; Cloud N. {2}
Arche ; Adelheid von R. et Ada van E. {1}
× France ; 3 Exo ; 2 Noé {3}
OS Scénario ; never had a chance to be soft {1}
× Allemagne ; Rhian L. {6}
× Intrigue Chap. VII ; Côté Central {8}
× Intrigue Chap. VII p. IV ; Vatican {6}
____________

OS Event {1}
OS Event Noël {1}
Event Halloween P1 {2}
Event Halloween P2 {3}

2350 pts RP + 500 pts HRP
= 2850 pts
Rang B.
Rang A dans 4 conditions.


Conditions remplies : 5.
Conditions en cours : 6.

Revenir en haut Aller en bas
Re: life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Lun 21 Oct - 22:15
amour
« Waste not want not. I am not being wasted. Why do I want ? »
Et, face à l’infinie douceur qu’affichait la jeune femme que tu devais aider, l’immensité de tes futiles craintes s’évaporait. Pas de mot déplacé, d’insulte plus ou moins déguisée, de ce mépris que tu réprouvais. Des présentations somme toute ordinaires. Qui ne te ramenaient en aucun cas brutalement à ta condition d’akuma. Tu avais donc le droit de souffler, malgré le contexte dans lequel tu te trouvais. Tu pouvais enfin respirer en compagnie d’un apôtre de noé. Situation inespérée. Situation désespérée. Et le sourire enfantin qui sur ton visage s’agrandissait ne semblait pas vouloir s’arrêter.

Elle t’amadouait déjà, cette belle journée.

Encore plus quand la blonde te proposa de se tutoyer… oh, en voilà une généreuse idée. Tu acquiesças fort volontairement. De quoi instaurer une précieuse familiarité. De ton vivant, tu t’y refuserais, mais à l’heure actuelle… tout changeait, se désolidarisait de ton passé. Tu le souhaitais, au fond ; ça te plaisait. Ça t’égayait. Plus globalement, de par vos natures respectives, quoi qu’elle te soumettrait, tu t’y plierais. Enfin, passons au plus important : elle tâcherait de rester en vie, qu’elle disait. Te voilà rassurée. Du moins en partie. De toute façon : tu y tâcherais aussi. Ça, tu te gardas de l’ajouter ; d’autant plus que ce fait semblait la déranger.

— Pas la peine de vou-... hum, pardon, de t’excuser (même si tu en étais agréablement étonnée), ce n’est pas de ta faute : ce sont les ordres. Et si ce n’est pas toi, ce sera quelqu’un d’autre, tu sais ? Parce que c’est ainsi que ça doit être. Ce genre de fatalité. Impossible d’y déroger. Alors, je pense que je préfère autant que ce soit toi.

Ouais. Dernière phrase un peu précipitée, tu l’avouais. Pourtant, quelque chose en toi te susurrait qu’en aucun cas tu ne te trompais à ce sujet. Tu le sentais. Et ton intuition rarement t’égarait. Peut-être qu’aujourd’hui tu te ferais une alliée. Une vraie. Pas de ces autres qui te broyaient de leur écœurement (in)justifié. Elle daignait même se présenter, démarche pas forcément nécessaire, mais grandement appréciée.

Bonnie.

— Je le savais plus ou moins, en effet. À cela, regard un brin coupable. Il s’avère bien aisé de garder un œil sur vos identités lorsqu'on s'y essaie (tout le monde (ou plutôt vous) à l’Arche les connaissait (ou, du moins, le devait))… l’inverse ne se révèle cependant pas aussi vrai, malheureusement, ne réussis-tu à t'empêcher de rajouter.

Tu dévoilas un petit sourire crispé ; qui donc se préoccupait de comment se nommait l’énième machine chargée de les accompagner ? Oh, ton ton ne témoignait guère de la moindre animosité ; tu ne lui en voulais pas. Être oubliés ; la voilà, votre implacable destinée. De vous, aucun ne subsisterait. Et ça, nul ne pouvait l’empêcher. Autant profiter de ce (si long ou plutôt si court tu ne le saisissais pas réellement, car il te perdait entre ce qu’il te promettait et ce qu’il t’offrirait précocement en réalité) temps qu’il te restait. Le mettre à profit, l’utiliser pour le mieux et le bien de ce monde qui t’engloutissait. Des tiens qui ne l’étaient pas vraiment, mais l’étaient suffisamment pour te contraindre à leur donner ce qui demeurait de ton (illusoire) éternité.

— Bon. Allons-y, alors. Une Innocence cachée quelque part, ici, ça ne devrait pas être si compliqué à trouver. Est-ce que tu y croyais, au moins ? Tu devrais : vous êtes littéralement faits pour ça, inutile de partir découragée. Enfin, j’espère… heh, qu’est-ce qui pourrait bien arriver ?

Sur ceci, tu n’entamas pas ta marche, malgré ton envie de ne pas traîner (plus tôt ce serait fait, plus tôt tu serais libérée ; jusqu’à la prochaine mission que l’on t’assignerait (toujours ça de gagné)) ou d’au contraire trop traîner (pour retarder l’échéance (prendre le risque d’échouer)). Peut-être parce que tu ne savais pas vraiment vers où exactement te diriger, que tu ne t’avérais pas particulièrement expérimentée, que tu craignais de te tromper (de tout gâcher (pourtant tu es programmée pour triompher (ou mourir si tu n'y parviens pas (au fond, donc : triompher)))). Peut-être parce qu’en dépit des qualités indéniable de ce début de matinée tu ne souhaitais pas, pauvre akuma, inconsciemment t’imposer.

Peut-être parce qu’au fond, là, maintenant, tu désirais uniquement faire machine arrière, retourner à cette époque où rien n’avait encore commencé ; où tout pouvait encore commencer. Et ceci, seulement ceci, préoccupait inlassablement (inlassablement) la moindre de tes idées.

(mais tu ne le peux pas, tu le sais : tu ne le pourras jamais)
(oh Edith pourquoi t’abîmer ?)
(vire-moi ça de tes pensées)

Alors, risibles réflexions chassées et mine amicale arborée, tu lanças doucement à l’attention de ton acolyte attitrée :

— Après toi.


life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie 7mSq2gf
○○○
mood:
 
kdos:
 
La Miséricorde

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: aider ?
Aime:
N'aime pas: Edith Laforet
Edith LaforetLa Miséricorde
life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie O7ZwVkU

Edith pardonne en #B78178.

life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie Yr3h
| FP | RS | FT |

« i'm like a flower that's fading here where every hour is one long tear »

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 118 ▐ Autres Comptes : sabah + luba + anja.
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans de corps, 22 ans d'âme.
▐ Personnalité : humaine.
▐ Parcours RP :
(disponible) 13/9


life live on life, therefore you must eat or be eaten ft. bonnie r. o'cahan (+ 30) ; début novembre 189x.

no rest for the wicked ft. b. wilma hartmann (+ 40) ; début mars 189x+1.
entre la mer et la terre ft. louis roussel (+ 40) ; fin mars 189x+1.

beautiful minds inspire others ft. adelheid von rosenwald (+ 20) ; début avril 189x+1.
the pain i don't say out loud, builds a home inside me ft. dorothea von rosenwald (+ 10) ; 12 avril 189x+1.
quête 15 : blue hell ft. felipe borréda de soto & wil hartmann (+ 10) ; mi-avril 189x+1.

look inside yourself ft. lion d. ferguson (+ 00) ; 04 mai 189x+1.
who cares if one more light goes out in a sky of a million stars ? ft. sua (+ 10) ; 08 mai 189x+1.
quête 21 : freak show ft. sebastian abbott & asiye y. demir (+ 20) ; mi-mai 189x+1.
l'amour est dans le pré ft. felipe borréda de soto & bonnie r. o'cahan & sua (+ 10) ; 21 mai 189x+1.
meling u of ur q ft. şehrazat f. güzel (+ 00) ; fin-mai 189x+1.

let it go and unleash all the feelings ft. blasius barnes (+ 00) ; 07 juin 189x+1.

together as one ft. blablabla on verra après (+ 00) ; 05 juillet 189x+1.
mi juillet sebby LANCE LE STP OUBLIE PAS

○○○

RANG E (650) + 2 conditions → RANG D à 750
| banque |

Revenir en haut Aller en bas
Re: life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Sam 25 Jan - 0:21
« the pain doesn’t go away. you just make room for it. »

Il y avait quelque chose dans la voix et dans les mots d’Edith, quelque chose qui sonnait comme de la fatalité — c’était un sentiment que Bonnie connaissait bien, une vision du monde et de la vie qui lui semblait évidente à présent. L’on n’échappait pas au destin, se répétait-elle sans cesse. C’était d’autant plus vrai pour les akumas.


« Je le savais plus ou moins, en effet. Il s’avère bien aisé de garder un œil sur vos identités lorsqu’on s’y essaie... l’inverse ne se révèle cependant pas aussi vrai, malheureusement. » répondit la jeune fille. Jeune en apparence, du moins. Quel âge avait-elle ? Depuis combien de temps arpentait-elle le monde ? Et, surtout : combien de temps fallait-il parcourir le monde pour en revenir avec un tel regard ? Que lui avait-t’on pris, en plus de sa vie ?

Bonnie savait que dans l’absolu, la remarque — le reproche, plutôt — ne lui était pas destiné à elle précisément ; mais elle ne put s’empêcher d’éprouver de la culpabilité. Les apôtres de Noé ne formaient qu’une seule et unique entité, et pour n’avoir jamais cherché à changer le comportement des siens à l’égard des akumas, elle se rendait complice du mépris qu’ils subissaient quotidiennement. Elle répondit au sourire crispé d’Edith par un sourire tout aussi gêné, à peine assumé.

« Bon. Allons-y, alors. Une Innocence cachée quelque part, ici, ça ne devrait pas être si compliqué à trouver. Enfin, j’espère... » reprit l’akuma, et Bonnie apprécia grandement le changement de sujet. Elle voulait commencer cette journée — et le voyage qui les attendait toutes les deux — sur de bonnes bases, pas dans une atmosphère pesante, alourdie de malaises et silences gênés. « D’après les rumeurs, des moines auraient remarqué plusieurs phénomènes étranges dans un monastère pas très loin d’ici... enfin... pas très loin... tout est relatif, je suppose... parce que je ne vois rien qui ressemble de près ou de loin à un début de civilisation, d’ici. »

La bergère aimait marcher, et elle en avait l’habitude — elle emmenait les moutons de son père aux pâturages depuis son plus jeune âge, et bien que tranquille, le chemin était long. C’était pour elle l’occasion d’admirer le paysage si singulier des chaînes de l’Himalaya, qui se déclinait en une infinité de climats, de flores et de faunes différentes. Une source d’émerveillement inépuisable pour la fille des O’Cahan, mais qui n’arracha qu’un regard mélancolique et contemplatif à l’hôte d’Amorem. Les récents événements l’avaient privé de son insouciance, et quand bien même elle se savait incapable de se lasser de la beauté du monde — ce monde qu’elle aimait tant — elle le couvait d’un œil désenchanté. Un œil qui glissait autrefois sur l’immensité des plaines d’Irlande et ses forêts mystiques ; et qui arpentait aujourd’hui les terrains minés que laissait la guerre derrière elle. De champs de blé en champs de bataille.

« Après toi. » l’invita finalement Edith. « Ah ! euh.. oui, » balbutia la blonde, tirée de ses pensées et de sa contemplation silencieuse. « Désolée, j’étais ailleurs. » s’excusa-t’elle en entamant finalement la marche, après avoir resserré son épais manteau de laine.

Un silence s’installa — l’un de ces silences qui permettaient de se rendre compte que ce n’était jamais tout à fait le silence, au beau milieu de la nature. A cette altitude et par ce temps, il n’y avait pas d’oiseaux pour chanter ; mais le souffle du vent froid d’automne était tout aussi agréable — la mélodie qu’il portait jusqu’aux oreilles de l’irlandaise semblait parfois contenir le reste de lointains échos. Des voix qui se mêlaient à celles qui revenaient hanter ses pensées — des voix qui lui rappelaient cette voix-là. Elle frissonna — à cause des souvenirs ou de l’air glacial, elle préféra ne pas se poser la question.

« Mmh... tu es déjà venue ici, dis ? » demanda-t’elle pour se changer les idées, et briser le silence qui ne lui était plus si agréable. « Moi, c’est la première fois... c’est... à couper le souffle, je trouve... »

Il fallait bien commencer quelque part, après tout.
» novembre 189x (flashback) ― edith & bonnie
La bergère

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: S’extirper de son destin.
Aime:
N'aime pas: Bonnie R. O'Cahan
Bonnie R. O'CahanLa bergère
Amorem, l’Amour de Noé

life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie D5usQn7

Bonnie dessine les étoiles en #D87093 ou palevioletred

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 547 Féminin
▐ RPG Age : 18 ans
▐ Personnalité : (more. more. more.)
▐ Parcours RP :
{ R P S . D A N S . L' O R D R E .
C H R O N O L O G I Q U E }

Arche ; Feilen {3}

Arche ; Cyclamën A. {12}
Angleterre ; Jodie D. {2}
Autriche ; Leander K. {5}
Intrigue Chap. II ; Côté Noés {3}
RP épistolaire ; Nína S. {1}
Kenya ; 5 Noés ; 2 Akumas {2}

† Mort †

OS Scénario ; Résurrection {1}
Norvège ; Cyclamën A. {8}
Himalaya ; Edith L. {2}
Arche ; Lena F. {9}
Arche ; Aloïs L. {9}
× Intrigue Chap. IV bis ; Côté Noé {4}
Intrigue Chap. IV ter ; Côté Noé {1}
France ; Nora L. {8}
France ; Célania V. et Emy B. {4}
France ; Liam L. {2}
Allemagne ; Sheryl K. {1}
France ; Ophelia I. {4}


× Allemagne ; Laoghaire L. {4}

∞ Amnésie ∞

OS Scénario ; Battlefield {1}
OS Scénario ; Valley Of the Dolls {1}
OS Scénario ; Truce {1}
Allemagne ; Rhian L. {8}
Angleterre ; Angus M. {5}
Angleterre ; Autonoé S. {2}
Angleterre ; Cyclamën A. {14}
Angleterre ; Destiny R. {9}
Allemagne ; Lily P. {4}
France ; Célania V. {12}
Allemagne ; B. Wilma H. {6}
Intrigue Chap. VI ; Côté Noé {2}
× Intrigue Chap. VI bis ; Côté Noé {5}
× Intrigue Chap. VI ter ; Côté Noé {4}
× Arctique ; Célania V. et Cyclamën A. {8}
× Écosse ; Ayden H. {2}
Angleterre ; Angus M. et Xuan M. {1}
OS Scénario ; Lost soul {1}
OS Scénario ; Coming home {1}
Danemark ; Cél, Gwen et Nora {3}
Arche ; Cassidy D. {3}
Russie ; Lavi B. {3}
France ; Elijah N. {1}
Arche ; Lena F. {3}
Arche ; Lily P., Cyclamën A., Wil H. et Addie von R. {2}
Norvège ; Klok {7}
Norvège ; Cyclamën A. {1}
Arche ; Siobhán H. {1}
× Angleterre ; Saphira H. {3}
× Japon ; Cloud N. {2}
Arche ; Adelheid von R. et Ada van E. {1}
× France ; 3 Exo ; 2 Noé {3}
OS Scénario ; never had a chance to be soft {1}
× Allemagne ; Rhian L. {6}
× Intrigue Chap. VII ; Côté Central {8}
× Intrigue Chap. VII p. IV ; Vatican {6}
____________

OS Event {1}
OS Event Noël {1}
Event Halloween P1 {2}
Event Halloween P2 {3}

2350 pts RP + 500 pts HRP
= 2850 pts
Rang B.
Rang A dans 4 conditions.


Conditions remplies : 5.
Conditions en cours : 6.

Revenir en haut Aller en bas
Re: life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Sam 28 Mar - 22:06
amour
« observation is a skill. observation isn't easy, and the right eyes can make me feel like a deer, while the wrong ones make me feel like a monster. »
Tu n’es pas là (comprendre : de nouveau là (l’âme déracinée (la conscience retrouvée ?))) depuis bien longtemps Edith, mais tu l’es depuis suffisamment de temps pour déceler que Bonnie est différente de ces autres (elle t’apparaît spéciale car (si douce et (tu sens qu’elle ne ment pas))) qui t’arrachent toujours un peu plus à ton humanité (ces autres que tu aimes quand même mais (que tu préférerais amplement détester (la haine se prête bien mieux à ce jeu que le pardon (pourtant c’est ce dernier que tu ne parviendras jamais à abandonner)))). Une Edith en confiance est (facile à obtenir il est vrai mais surtout (suffisamment détendue pour plonger dans les petits tracas et (les futiles inquiétudes des faux pas))) donc une Edith troublée (à l’idée de tout (quoi ? (gâcher))).

Bonnie (est gentille) t’explique rapidement la situation et (les rumeurs ainsi que (l’Innocence de la mission)) tout d’abord tu te dis : des monastères tu n’en as jamais vu de tes propres yeux (tu aimerais bien le visiter une fois arrivées (dans d’autres circonstances ça te plairait)) puis tu médites sa dernière remarque (rien de particulier ne se révèle jusqu’à la perte de l’horizon je l’admets (mais tu ne connais pas encore son ton pour être capable de le lire avec justesse et (tu te demandes si la tâche ne l’embêterait pas plus que tu ne le pensais ?))) avant de (tu as cette idée qui te traîne en tête) triturer tes mains entre elles (tu hésites cependant (ça ne t’enchante pas vraiment mais (c’est ton devoir de proposer je crois ?))) pendant une bonne minute dans ta marche (enfin les mots se décrochent).

— Hum... tu sais Bonnie ? Je peux… je pourrais peut-être te porter ? Sur mon dos, enfin, le dos de… tu ne termines pas ta phrase (tu penses qu’elle comprend ce que tu entends par (le dos de la Machine même si (la machine c’est toi)))) avant d’enchaîner avec : c’est juste qu’en volant ça irait probablement plus vite et si jamais tu en as un peu trop marre de marcher… enfin, je veux dire : quand tu en auras trop marre de marcher, j’imagine que comme ça je pourrais mieux t’aider ?

Toi tu n’en as pas marre de marcher (vous venez juste de commencer) et tu n’aimes pas trop devenir Serpent non plus (la Machine te maîtrise plus que tu ne la maîtrises et (ce n’est pas une chose que tu apprécies dévoiler (le monstre n’existe pas réellement tant qu’il demeure caché (si seulement il pouvait soudainement cesser d’exister…)))) sauf que ce que tu veux Edith on ne s’en préoccupe plus (car c’est de ce qu’ils veulent eux dont il faut désormais se préoccuper tu vois et (les choses changent (dont toi))). Puis (note importante) comme ta petite voix l’a appuyé : tu veux aider et si pour aider il te faut ainsi te transformer (revêtir ta mécanique et (surtout l’assumer)) alors (au fond en as-tu véritablement le choix ?) tu aideras.

Tu lui souris tendrement lorsqu’elle s’excuse de penser à autre chose parce que (c’est normal de penser à autre chose et (c’est aussi normal de ne pas vouloir penser à (tout ça))) toi-même t’y risques souvent (c’est là une façon de s’évader (pour ceux qui ne pourront jamais s’échapper)). Il y a le silence (tu aimes bien le silence (dans le silence tout s’éteint et (tout peut devenir vrai (il y a tant de choses impossibles que tu désires voir vraies Edith je le sais)))) qui s’instaure paisiblement quelques instants – puis la jolie voix de l’hôte s’y immisce pour le briser (il aurait pu continuer durant des années mais (ça ne te dérange pas qu’elle l’ait fait)). Regarde Edith regarde comme c’est à couper le souffle ; et tu regardes et c’est vrai que ça couple le souffle.

— Non… tu lui réponds (c’est bien la première fois que tu as l’occasion d’y mettre les pieds), jamais, je ne suis pas d’ici et (enfant de Grande-Bretagne principalement et (de France un peu (sans oublier l’enfant calfeutrée car))) je n’ai jamais vraiment eu l’occasion de voyager ou quoi que ce soit de cet acabit avant (avant que (avant de (enfin avant la tragédie (le Comte et (la guerre)) sauf que (cette phrase tu préfères la laisser en suspens)))), mais…

Tu contemples le paysage puis (tu la contemples elle et (tu te dis qu’elle aussi, elle est belle)). Bonnie a les yeux bleus comme la mer (tu as toujours aimé la mer) et si tu y plonges tu t’y croirais (tu as toujours aimé la mer parce que (la mer t’apaise et face à elle (on n’est plus rien voilà (plus rien qu’un grain de sable insignifiant devant l’immensité de l’océan)))). Et tu te demandes alors (dis-moi Bonnie quand tu me regardes qu’est-ce que tu y vois ? (dis-moi Bonnie quand tu me regardes est-ce que tu me vois ? (dis-moi Bonnie je ne sais plus ni qui je suis ni ce que je suis dis-moi quand est-ce que (tout) ça cessera ?))) beaucoup de choses (de ces choses impossibles que tu désires voir vraies) que tu ne réussis à mettre en mots (mais respire Edith tu as le temps (tu n’as que de ça sur les bras) donc prends-le).

— … c’est vrai que c’est magnifique, tu avoues dans un murmure. Même moi (toi l’instrument sans fin (car les machines ne meurent pas (elles s’usent et (parfois se cassent (c’est tout)))) qui ne sert qu’à faire couler le sang) je peux le ressentir.

Et tu le ressens vraiment je crois (même si la facilité de votre condition se porte à l’oubli (Bonnie vient innocemment de te rappeler que)) ; malgré et l’horreur et la terreur : le monde reste beau.


life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie 7mSq2gf
○○○
mood:
 
kdos:
 
La Miséricorde

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: aider ?
Aime:
N'aime pas: Edith Laforet
Edith LaforetLa Miséricorde
life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie O7ZwVkU

Edith pardonne en #B78178.

life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie Yr3h
| FP | RS | FT |

« i'm like a flower that's fading here where every hour is one long tear »

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 118 ▐ Autres Comptes : sabah + luba + anja.
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans de corps, 22 ans d'âme.
▐ Personnalité : humaine.
▐ Parcours RP :
(disponible) 13/9


life live on life, therefore you must eat or be eaten ft. bonnie r. o'cahan (+ 30) ; début novembre 189x.

no rest for the wicked ft. b. wilma hartmann (+ 40) ; début mars 189x+1.
entre la mer et la terre ft. louis roussel (+ 40) ; fin mars 189x+1.

beautiful minds inspire others ft. adelheid von rosenwald (+ 20) ; début avril 189x+1.
the pain i don't say out loud, builds a home inside me ft. dorothea von rosenwald (+ 10) ; 12 avril 189x+1.
quête 15 : blue hell ft. felipe borréda de soto & wil hartmann (+ 10) ; mi-avril 189x+1.

look inside yourself ft. lion d. ferguson (+ 00) ; 04 mai 189x+1.
who cares if one more light goes out in a sky of a million stars ? ft. sua (+ 10) ; 08 mai 189x+1.
quête 21 : freak show ft. sebastian abbott & asiye y. demir (+ 20) ; mi-mai 189x+1.
l'amour est dans le pré ft. felipe borréda de soto & bonnie r. o'cahan & sua (+ 10) ; 21 mai 189x+1.
meling u of ur q ft. şehrazat f. güzel (+ 00) ; fin-mai 189x+1.

let it go and unleash all the feelings ft. blasius barnes (+ 00) ; 07 juin 189x+1.

together as one ft. blablabla on verra après (+ 00) ; 05 juillet 189x+1.
mi juillet sebby LANCE LE STP OUBLIE PAS

○○○

RANG E (650) + 2 conditions → RANG D à 750
| banque |

Revenir en haut Aller en bas
Re: life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
life live on life, therefore you must eat or be eaten ○ bonnie
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [MU] American Pie : Campus en folie (V) [DVDRiP]
» [MU] Camp Rock 2 (TV) [DVDRiP]

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Asie & Océanie :: Autres pays-
Sauter vers: