Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP
Le Deal du moment : -50%
-50% sur le Vélo électrique Xiaomi Mi ...
Voir le deal
499.99 €

Partagez
 

 So many dumb ways to die

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
So many dumb ways to die
Dim 27 Oct - 17:02


So many dumb ways to die.



La vie est bien faite : quand elle est pourrie, elle se promet courte. Il n'y a pas une journée sans que j'échappe à une occasion de crever, de la tentative de meurtre à la simple infection, de cette fucking faim à l'abus d'alcool, de la maladie à l'envie d'en finir. Et ça, c'est sans parler de ces conneries d'akumas, de surhommes, de brookers… Laquelle de ces deux existences est la plus dangereuse ? Putain de bonne question.

Mais comme un rat, j'esquive. Je survis. La peste dans ma chair me tient debout ; et tant pis pour ceux que je contamine. Chacun pour soi, on brûlera ensemble… Mais pas aujourd'hui. Crever n'apaisera rien, l'Enfer m'attend probablement ; surtout si je laisse Elise et Joyce dans ce monde de merde avant de me barrer. Alors, je me démerde, et j'y deviens doué. Bordel, j'ai échappé à un volcan en activité... La chance ? La poisse, plutôt : mais pas seulement. J'ai compris les règles de base pour évite de finir dans un fossé puant, en sang.

Fuir, ou faire face avec un flingue quand la fuite ne suffit pas. Comme maintenant.

Ce type qui me suit depuis un moment. Discret, talentueux ; mais s'il y a bien un putain de truc qui ne foire pas chez moi, ce sont mes sens. Sauf le goût ; et vu les merdes que je suis forcé de bouffer, c'est une souffrance en moins. Bref. Cet enfoiré me trace depuis cinq minutes, en pleine nuit, et il n'a pas la gueule d'un ami. Ce que veut un professionnel à une épave comme moi, excellente question… Je ne compte pas attendre qu'il me le dise. Il me sous-estime sûrement – il faudrait être con pour ne pas le faire –, c'est mon atout. Comme toujours.

Un bar, plus loin. Si je n'étais pas un tel connard, je pourrais y trouver de l'aide ; mais je n'ai aucun allié, ici. Je rentre quand même. J'ignore les regards machinalement envoyés par les clients, et l'odeur qui m'accueille. Rance. Répugnante. Familière. Me voilà dans mon élément, comme un déchet dans sa poubelle. Pourtant, je ne suis pas venu pour boire ou chercher un sale boulot à exécuter : le Diable s'est occupé de m'en envoyer, trop impatient d'élargir sa foutue collection d'enfoirés. Je me colle au mur juste à côté de l'entrée ; je veux voir ce mec entrer et me chercher du regard. Observer ce dernier quand il croise le mien, deviner ses intentions. Il n'osera rien faire ici… Peut-être même qu'il n'entrera pas. Hell, je ne peux qu'espérer voir sa gueule : s'il se barre, j'aurai toujours un putain de scorpion dans la botte, prêt à me sauter dessus…

J'ai déjà trop d'épées de Damoclès dans ma putain d'existence.

AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: So many dumb ways to die
Sam 30 Nov - 19:06



PISTE


Ce soir encore il progresse dans le clair-obscur d’une ville endormie. Plutôt imaginé que vu, ombre écarlate fugace disparaissant au tournant d’une rue, Angus, en vérité, se laisse guider. Plus ou moins loin devant lui, une silhouette marche. Une cible, bien sûr, alors qu’il s’était promis de raccrocher. Mais ce contrat est tombé du ciel – figurativement parlant. L’écriture était soignée, la demande expresse. Ça disait, du noir d’une encre assassine sur le blanc innocent du papier : « cet homme doit mourir ». Et la faim, toujours la même, tordait l’estomac de l’Assassin. Il a accepté de recommencer à tuer après plusieurs semaines d’un repos béni tant pour lui que pour Londres ; il est retombé dans son travers, a rejeté la paix que lui offrait pourtant Xuan – par fierté, même si les meurtriers n’ont aucune superbe. Il est reparti en chasse, a traversé la mer une fois de plus. Retour à Paris. Retour dans ces rues inconnues où ni son nom, ni son visage n’évoquent la moindre chose. Et comme lors de sa précédente visite, on esquive le Brouillard qui avance, qui piste.

Le manteau est rouge.
Ses dagues suintent de poison.
Son pistolet attend sur son flanc.

Il a voyagé léger, mais il est prêt. A prendre une vie quand bien même l’acte le révulse désormais. Angus ignore presque pourquoi il continue ; maintenant, tout cela lui parait étrange. Il se dit qu’il aurait pu refuser or quelque chose l’en a empêché. Et ce n’était pas la faim. C’était quelque chose de mauvais. Quelque chose de fou et de dangereux, qui somnole tout au fond de lui, quelque chose qui le menace lui plus qu’elle ne menace les autres.

Sa proie, ce soir : un certain Elijah. On lui a fait le déshonneur de lui envoyer Angus aux trousses. Ce-dernier a traversé la Manche rien que pour écourter son séjour sur Terre mais rien n’est figé dans le marbre : il adviendra ce que pourra le vieil Ecossais qui, pour le moment, l’a pris en filature.

Elijah, si tel est son nom, disparait dans une bâtisse, quelque part dans une rue vaguement sordide. Ses fenêtres mal embouties rejettent à la rue la clarté et l’agitation d’un bistro. L’Assassin n’a nul besoin de s’approcher pour savoir qu’il s’est fait repérer. Soit. Ça ne serait pas la première fois. Néanmoins, il s’arrête net tandis que ses pensées défilent à vive allure. Et quelques souvenirs remontent également à la surface, aussi désagréables que douloureux : ceux d’une femme pâle aux yeux comme des billes d’or. D’un monstre : Cassidy Danvers.

Le Brouillard n’entrera pas.
Il a appris sa leçon.
Il ne reculera pas non-plus.

Ses bottes frappent le sol à chacun de ses pas ; il avance, l’Assassin. Sa main inflexible s’empare déjà d’un de ses poignards (en regrettant son épée). L’acier de sa lame, huileux, laisse un filament de lumière courir le long de son fil tranchant alors qu’Angus s’emploie à éviter l’éclat qui filtre par la vitre sale d’une fenêtre. En passant près du mur triste de ce boui-boui désolant, il l’entend vivre, justement, ce lieu. Ou survivre comme il peut. Les voix, les tintements, les chants occasionnels, tout ça au-dessus de verres remplis à ras-bord posé sur le bois irrégulier d’une table bancale.

Angus ne regarde pas l’intérieur.
Le spectacle de la misère humaine, il le connait sur le bout des doigts.

Il s’appuie sur le mur, s’installe là en attendant qu'Elijah ressorte, à l’écart de la lumière – cet enfant de l’ombre, une créature perfide. Les pierres froides pressent son dos à-travers le cuir lourd de son manteau carmin. Il a tout son temps. Et un drôle de sentiment logée au chaud dans ses entrailles pour lui tenir compagnie pendant qu’il patiente, car il sait que sa cible sortira d’elle-même. Elles finissent toujours par sortir ; tout ça, ce n’est qu’un jeu du chat et de la souris. Rien de plus. Il y a joué de nombreuses fois auparavant et il a toujours gagné.

A la différence près que, les autres fois, il avait envie de gagner.
Ce soir, le Brouillard n’est pas sûr de vouloir une nouvelle victoire.

Il n’a jamais tué par plaisir, juste par nécessité. Pour manger, pour survivre et, ultimement, pour recommencer le cycle : tuer, manger, survivre, tuer … Et au moment où la Mort l’avait finalement happé, quelqu’un l’en avait arraché in extremis. C’avait été une leçon, une de celles qu’on ne reçoit qu’entre deux vies. Sauvé malgré l’impureté et la noirceur de son âme, il avait vu dans cette lumière éclatante (la seule chose dont il se souvenait clairement) une chance inespérée pour s’arrêter. Enfin. Après tant d’années et de souffrances.

Et le voilà pourtant à Paris,
parce qu’il a accepté ce nouveau contrat.

Parce qu’au fond de lui, il y a cette chose qui se sent à sa place ici et qui n’a pas envie que les choses changent, tuer c’est facile, c’est ce que tu as toujours fait, Angus, tu es doué alors pourquoi arrêter ? Et il a envie de s’y soumettre encore. Elle l’a dit, après tout : c’est simple. (D’abandonner. D’être faible.)

Et puis il y a une autre voix, celle qu’il musèle d’habitude mais qui, pour une fois, peut parler librement. Elle se sait écoutée. Et cette voix-là, un poil mutine, elle demande :

Que fais-tu, Angus ?




Spoiler:
 


i’d say i am being punished, but i know the world doesn’t punish wicked people
So many dumb ways to die 703b6db0-24d4-4805-89b5-9d98c8494d9f
playlist ♪


The gang going on a job like:
 
Brouillard

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Retrouver Nima.
Aime:
N'aime pas: Angus Morganach
Angus MorganachBrouillard
HE WHO SANK DEEP in the black sea has awoken the LEVIATHAN that dreamed there in the waves — LURKED IN HIS MIND
___________

Angus tue en Indianred.

FPBANQUERS

▐ IRL Age : 23 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Thaddeus Wiggins
Masculin
▐ RPG Age : 46 ans
▐ Personnalité : Froid ; pragmatique ; autoritaire ; agressif ; violent ; combattif ; impatient ; se plaint peu ; peu loquace ; secret ; mystérieux ; professionnel ; impassible ; soigneux ; prudent ; vieux ; bagarreur ; méfiant ; terrifiant ; impitoyable ; impardonnable ; tenace ; mélancolique
▐ Parcours RP :
STATUT RP : oh boi (help/3)


» terminés
(www) — f.t. Annabelle V. Peeters (5/10)
(www) — f.t. Xuan Ming (13/40)
(www) — f.t. Risa H. Drake (80)
(www) ♝ INTRIGUE V — f.t. beaucoup de gens. (160)
(www) — f.t.Lucie Fair (40)
(www) ♝ INTRIGUE VI — f.t. Xuan Ming et Ayden Hyde. (160)
(www) ♝ INTRIGUE VI, fin (20)
(www) — f.t. Cassidy Danvers (60)
(www) — f.t. Xuan Ming et Akira Nakamura (40)
(www) — f.t. Xuan Ming (8/20)


» en cours
(www) — f.t. Jean-Jean (20)
(www) — f.t. Oskar P. Magnussen et Maé Connors (30)
(www) — f.t. İlknur Aceleci (20)
(www) — f.t. Destiny Richards (70)
(www) — f.t. Elijah Nash (10)
(www) — f.t. Bonnie R. O'Cahan et Xuan Ming (10)
(www) — f.t. Laoghaire Loiseau (20)
(www) — f.t. Klok (20)
(www) — f.t. Risa H. Drake (10)
(www) — f.t. Rhys Bleddyn (3/10)

850 points rp
10 points OS
50 points de validation

= 910 points.


Rang D.

Chronologie rp trouvable dans la Banque.

Revenir en haut Aller en bas
Re: So many dumb ways to die
Lun 27 Jan - 16:26


So many dumb ways to die.



Les regards ne le lâchent plus, troubles de cet alcool rance qui se déverse comme de l'eau d’égout dans les gosiers rauques. Ceux qui connaissent le rat le méprisent avec méfiance ; et ceux qui n'ont partagé une heure sanglante en sa sombre compagnie ne peuvent que lorgner cet inconnu de suie, immobile comme une corneille sur sa branche gangrenée, dans ce coin du bar ayant connu plus de bile versée que d'enfants punis. Et pour cause… dans cette cour au sol gluant, les terreurs ont le pouvoir.

Et le petit nouveau n'est jamais leur ami.

L'un se lève, titube jusque lui. Sa femme salit une autre couche depuis deux semaines ; ses semblants de compagnons accusent d'un rire gras la différence de taille de la seule chose qui intéresse cette catin insatiable ; ignorant que cet amant connait davantage ses larmes qu'un désir déjà bien trop maltraité par la brute. Mais les moqueries se fichent de la véritable histoire ; l'orgueil de même. Ce soir, sa fierté sera réparée dans le sang du premier crétin venu.

Le Pion ne cille pas. Les provocations ne l'atteignent pas et, quand ces dernières ne sont que préliminaires à l'issue implacable… il sait s'adapter à cet autre langage. Il évalue rapidement l'ennemi : un coq plumé et saoul, aux muscles imbibés de boisson. Il en a connu des pires, s'en est sorti avec quelques plaies ; mais il n'a pas le temps pour ces conneries. Une véritable menace l'attend à quelques mètres, un oiseau de proie. Qui n'entre pas.

Une odeur répugnante agresse ses sens quand l'outre grogne d'inutiles mais traditionnelles menaces. Les charbons du Pion plongent dans le regard vague du coq. Son plan a échoué, le chasseur n'est pas entré. S'est-il enfui ? Sa proie va-t-elle passer les prochains jours à épier chaque coin de rue, les tripes bouffées par la crainte ? Une colère sombre nait, contre lui-même, contre le rapace… et contre le crétin face à lui.

Pourtant, il peut l'utiliser. D'un signe de tête, il désigne la sortie à la brute. Marmonne :
 - Le spectacle sera dehors.
Un sourire torve se dessine ; leurs pas se dirigent vers l'extérieur, Elijah devant. Tacitement, le coq ne lui en a pas laissé le choix. Mais à la dernière seconde, l'inerte devient éclair.

Le corbeau se retourne, pivote derrière la muraille puante, se planque contre son dos et le pousse vers l'extérieur. La surprise et l'ivresse brisent la résistance ; le tas de muscles flasque titube vers l'avant, franchit la sortie. La main saisit l'arme, les iris de charbon pivotent sur les flancs vulnérables.

Croisent le regard du rapace.

Un juron traverse son esprit, alors qu'il glisse précipitamment sur le côté. La lame frôle ses côtes, l'entaille, et une seconde insulte s'ensuit. Ses deux mains tiennent son flingue, qu'il pointe vers l'inconnu. Il n'est pas censé l'utiliser ici, en civil, car l'arme porte la marque de l'Ordre ; mais l'obscurité masquera sa nature réelle. Tout plutôt que de crever ici.

Un premier coup de feu retentit. Ne rencontre que la pierre. L'assassin s'est déjà décalé, vif, derrière la victime ahurie de cette parodie de duel. Elijah comprend rapidement ce que la lame signifie : le corps-à-corps, face au rapace, tient du suicide. Il recule prestement d'abord, lentement ensuite, tenant en joue la muraille suintante.
 - RENTRE, hurle-t-il.
Si son visage finit associé au meurtre éventuel de l'habitué des lieux, les emmerdes suivront ; et sans ce foutu bouclier, l'assassin rejoindrait les pavés en une détonation. L'ivrogne sera-t-il assez vif ? Le Pion ne peut que l'espérer.

Mais ce qu'Elijah, Dieu est Yahvé, veut... ironiquement, ce foutu "Dieu" semble ne jamais le vouloir.

AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: So many dumb ways to die
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
So many dumb ways to die
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: