Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Lun 26 Jan - 21:53







Quelle belle journée ?S’il vous plait… ne m’obligeait pas à tuer… Pour l’amour du ciel…



Quelle belle journée que c’était ! La veille, il y avait eut un peu de pluie ce qui était extrêmement bizarre dans cette période sèche, surtout ici en Turquie. D’autant plus que chaque soir depuis une semaine, il pleuvait. Et j’aimais la pluie, enfin, j’aimais l’eau en général, mais j’ai toujours aimé la pluie. Elle était synonyme de récolte et de bon repas. Et ces jours là, je jouais avec mes frères quand j’étais petit.

Serait ce pour cette raison que je suis resté dans cette ville ? Peut être pour entendre la pluie frapper le toit, frapper les fenêtres. Voir les gouttes couler, se réunir, et laisser un sillon sur le verre. Peut être que mon cœur meurtrit repensait à ce jour de tempête où j’avais tant pleuré. Et ce fut mélancolique de ces jours de pêche en famille que je regardais de jeunes enfants frapper dans un ballon.

Pour le reste du temps, il ne pleuvait pas. Il faisait même très beau, et très chaud. Le petit thé que je tenais dans mes mains sur la terrasse d’une humble auberge (comme vous les appelez vous occidentaux) était délicieux et d’autant plus rafraîchissant.

Le ballon arriva jusqu’à mes pieds. Je pris la sphère dans mes mains. Un enfant d’une dizaine d’année arriva en souriant pour le récupérer.

« Vous pouvez me rendre le ballon s’il vous plait ? »

Je lui souris à mon tour en ne m’étant à genou pour me mettre à sa hauteur.

« Est-ce que je peux venir jouer avec vous ?
- Bien sûr, mais vous jouerez dans mon équipe ! »

Un sourire radieux apparu sur son visage quand j’acquiesçai. Cette moue réjouit aurait pus me donner du baume au cœur s’il battait encore. Il pris son ballon d’une main, la mienne dans l’autre et me tira vers ses amis. Pourquoi un akuma aurait il ce genre de réaction ? Si gentil, si amicale ? Si… humaine ? Peut être par nostalgie de l’enfance, peut être pour pensée à autre chose qu’à son passé ? Ou probablement parce que la personne dans laquelle il se trouvait n’avait d’adulte que le corps ?

Arrivé au groupe, tous se battirent pour être dans mon équipe. Mais le conflit fut rapidement endigué. Et malgré la déception de certain, tous se donnèrent à fond. Voila un moment de joie que, moi akuma, je ne devait pas ressentir, pas avoir droit. Je ne devais pas me lier d’amitié avec les humains, du moins c’était ce qu’aurait dis le comte et bon nombre de noé. Mais même s’il n’était pas aussi fort que je l’aurais voulu, une once de joie crépitait dans mes yeux.

Bien sur, ce fut mon équipe qui gagna, mais de peu. Je me retenait pour ne pas les enfants soient déçu, qu’ils se sentent rabaissés. À la fin, tous ceux de mon équipe convergèrent vers moi pour m’entourer. Le petit au ballon de tout à l’heure me complimenta.

Le temps d’ébouriffer ses cheveux en le complimentant à mon tour, je les remercia. Un "au revoir" au groupe d’enfant et je put reprendre mon sac sur mon épaule et partir en levant ma main sans me retourner. Je pus retourner à mon logement, une petite chambre vétuste que je payais avec les sous d’un vieillard que j’avais tué la semaine dernière en l’égorgeant.

En arrivant devant la porte, j’avais deux sensations bizarres. Bizarre mais presque habituel. La première n’était autre que la présence si pesante et horrible d’une innocence. Et de l’autre côté, c’était l’atmosphère pesante d’un noé. Deus entités qui me répugne. Sans y penser, mon masque blanc vint couvrir mes yeux. Ni le noé ni le possible compatible ne devait connaître mon visage. Je ne voulais qu’aucun des deux ne puisse me reconnaître. Et je ne pus que prier pour que l’envoyer du comte ne m’appelle pas. Je ne voulais pas tuer. Pas aujourd’hui. Pas dans ce village. Pas après ce qui venait de se passer.


© Jawilsia sur Never Utopia


Spoiler:
 
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 31 Jan - 22:47

Où est tu petit akuma~

Ayden et Haydar

A chaque appel du Comte Millénaire, je me sens presque flatté, comme si j'étais populaire. Enfin presque. Quand il m'appelle pour me donner une mission, cette fois, je me sens d'un coup complètement épuisé. Comme si mon corps entier faisait une réaction allergique à la simple évocation du mot “travail” ou “mission”. Et c'est exactement ce qu'il se passe en ce moment même. Mon dos me fait soudainement souffrir. Et je me sens  tellement épuisé...
Mais non, tout le monde s'en fiche, même pas un peu de pitié pour le vieil Ayden! Et en plus, je pars tout seul... Enfin, j'ai beau bailler, soupirer, traîner des pieds et me plaindre, je crois que je dois bien me résigner. Les ordres sont les ordres...

Cette fois-ci, il s'agit d'une innocence localisée quelque part en Turquie. Aucune information vraiment détaillée, juste quelques akumas auraient ressenti la présence de l'innocence.
Bon, au moins, c'est en Turquie! Il fait beau là-bas. Je pourrai me permettre une petite sieste au soleil après ma mission... et peut être même avant, aussi.

Après m'être plaint auprès de toutes les personnes que j'ai pu croisé dans l'Arche, je me mets enfin en route. Grâce à l'arche, j'atterris presque instantanément en Turquie. Il fait chaud ici. Trop chaud, mais c'est tellement agréable! Ça change de l'Ecosse au moins!
Je regarde autour de moi, pour voir où j'ai atterri. Au pied d'une montagne, apparemment. Je distingue devant moi, à quelques kilomètres d'ici un petit village. Et en plus, je vais devoir faire de la marche! Après avoir soupiré pour la énième fois -de toute façon, personne ne pourra m'entendre- je dois bien me mettre en route, au risque de brûler au soleil.

J'arrive enfin à destination. Et je dois dire que je reste un moment admiratif devant cette architecture qui m'est complètement inconnue. Déambulant au hasard dans les rues, j'admire un moment l'empilement des maisons. Je sens que ce pays va me plaire!
C'est alors que je trouve exactement ce qu'il me fallait, près d'un grand terrain: un petit coin d'herbe séchée, à l'ombre d'un arbre tordu, à peine protégé des rayons du soleil.
J'ai bien besoin d'un peu de repos, non? J'ai dû bien marcher pour arriver jusqu'ici! Et puis ce n'est pas comme si l'innocence allait soudainement disparaître en dix minutes. Alors je m'allonge sur ce petit coin d'herbe, tranquillement, et baisse mon chapeau sur mes yeux. Bien installé sur mon petit bout de paradis, je ferme les yeux, prêt à rejoindre mon vieil ami Morphée... enfin ça c'était ce que je croyais.
J'étais sur le point de m'endormir lorsque j'entends quelque chose atterrir tout près de moi et rouler jusqu'à cogner doucement ma tête. Rah, mais qui ose interrompre ma sieste vitale? J'ouvre doucement les yeux alors que j'entends des pas se diriger vers moi. Ce ne sont que des gamins qui viennent récupérer leur ballon... qui a bien faillit atterrir sur ma tête.

-Pardon monsieur, on vous avait pas vu.

Je cligne des yeux, je ne comprends absolument rien à ce qu'il me dit. Il vient peut être de m'insulter, je ne le saurais même pas. Néanmoins, je ne me mets pas en colère, au contraire, j'affiche un grand sourire. Depuis que Colin a cassé la fenêtre du voisin involontairement en jouant au ballon avec moi, je suis beaucoup plus compréhensif sur ces petits accidents. Sauf qu'eux n'ont pas été assez malins pour aller se cacher... ou ils sont peut être trop honnêtes.
Je prends le ballon et le lance au plus grand de la bande.

-Fais attention à ne pas tuer quelqu'un, gamin.

Cette fois, les mioches me lancent des regards bizarres, avant de se faire des messes basses. Ils ne comprenaient visiblement pas l'anglais. Ils n'avaient peut être pas remarqué que j'étais étranger avant -j'ai pris la précaution de prendre des vêtements traditionnels pour ne pas attirer l'attention- mais cette fois je me suis fait bien remarqué.

-Dis, tu penses qu'on peut lui demander de jouer avec nous?
-Non, lui il paraît trop vieux. L'autre grand était beaucoup plus cool!
-Ouais, t'as raison.


Leur ballon en main, les enfants retournent sur le terrain, me laissant totalement dans l'incompréhension. Ne voulant pas me prendre un ballon en pleine tête, je décide de me lever et de me mettre directement au boulot. De toute façon, si je bronze trop, Virginia  va commencer à se poser des questions sur mes absences.

Ne sachant vraiment où aller, j'atterris au beau milieu d'un marché, où toutes sortes de produits sont exposés. Et là, enfin, je la sens. Je sens une innocence, je sais qu'elle est dans ce village, mais où exactement? Je dois encore chercher... mais il me faut un allié. Je sens également le présence d'un akuma... mon futur allié. Alors, je ferme les yeux, et lui lance un appel, que lui seul peut entendre.

“Mon petit akuma~ Tu l'as sentie, non? On a du pain sur la planche.”

Je continue à déambuler dans les rues, attendant sa réponse, ou juste un signal. Mais rien. Il m'ignore? Pas pour longtemps, en tout cas!

“Viens à moi, mon petit akuma, ou je viendrai à toi.”

Non mais quel paresseux! Il veut se la couler douce pour me donner tout le boulot! Décidément, avant de chercher cette innocence, on dirait bien que je vais devoir dénicher cet akuma...

Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 7 Fév - 21:49







Différent ?Être noé, est ce rentrer dans un moule.



Masque sur les yeux, la petite clef qu’il avait dans l’autre main vint se planté dans sa serrure. Et alors qu’elle tournait, je me demandai si ceux que je peux appeler mes "frères de condition" nourrissaient les mêmes sentiments, la même répugnance. Non pas celle qu’on éprouve lorsqu’on sent la présence d’un cul bénit, mais celui de ses chiens du comte. Des pions tout comme lui mais qui eux était hautains et sûr d’eux. Seulement, et ça je le savait, si je pouvais le sentir, réciproquement, lui aussi le pouvait.

La porte s’ouvrit et je me plaçai devant la fenêtre. Peut être pour imprimer dans ma tête les images de maisons encore sur leurs pieds et non ceux de murs écroulés imprimer de sang. Et alors que mes yeux se baissaient vers les passants, mon cœur se serra comme dans un dernier battement, comme tentant de repartir de plus belle. Je vis un de ces enfants qui courait, sans doute pour rentrer chez lui. Et il y eut ces mots.

Mon petit akuma~ Tu l'as sentie, non? On a du pain sur la planche.

Une larme vint lessiver le peu de crasse qui recouvrait mes joues. Mains sur les oreilles comme pour faire taire cette voix… sans succès. Et pire encore, le "on a du pain sur la planche" signifiait beaucoup plus que du travail. Le pain ont le rompt, on le mord, on l’arrache, on le coupe, on le tort, on le torture. Surtout nous, ennemi de ce Christ. Et ce que je m’attendais vint tout de même, et j’en était presque soulager, plus vite s’était fait, plus vite je pourrais souffrir et oublier…

Viens à moi, mon petit akuma, ou je viendrai à toi.

Et même si j’aurais voulu résister, je n’aurais pas réussie. Machinalement, je sortis de la chambre, et pris le temps de fermer ma porte. Il me dis de venir mais n’as pas préciser la vitesse. Mais l’ordre m’imposait forcement de me dépêcher. Alors je courus. Essuyant le crasse et le sillon de cette larme, blindant mon cœur derrière mes écailles de serpents, je préférai passer par une ruelle étroite, sauté par dessus un mur et alors que je retomber sur mes pieds, j’arriva juste devant lui, il dut s’arrêter net et je dus faire de même.

Nos regards se croisèrent, lui ne pouvait discerner mes yeux émeraude, mais je pus voir les siens. De suite, on voyait qu’il n’était pas du pays, mais il avait au moins fait l’effort de s’habiller pour l’occasion, on ne pouvait le blâmer. Il avait les cheveux en bataille. Il était au paroxysme de la vision que j’avais d’un noé : veste queue-de-pie, haut de forme, somptueux costumes et robes, coiffure parfaite. Il y avait peut être une chance qu’il soit réellement différent.

« Bonjour, vous n’aurez pas à vous déplacer, je suis devant vous. »

Sourire de façade, cachant ma nervosité et mes préjugés mais qui se voulait amical. S’il voit une once de déni ou dégoût, il risque de m’exécuter. Et je ne peux me permettre le sacrifice inutile d’Émir.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Dim 15 Fév - 22:57

Te voila!

Ayden et Haydar

Déambulant au hasard dans les rues, je m'attendais à une réponse, ou juste un petit signe de la part de l'akuma. Mais rien, je suis confronté à un mur de silence. Je pousse alors un profond soupir de déception. Il a fallut que je tombe sur un akuma qui se rebelle! Il veut se la couler douce? Eh bien moi aussi, je voudrais bien, mais le boulot, c'est le boulot, alors je vais le traîner ici par les oreilles s'il le faut!
Et alors que je marchais au hasard, maudissant tout seul ce petit akuma paresseux, un homme atterrit juste devant moi, m'obligeant à m'arrêter. J'affiche alors un léger sourire. Je n'ai pas besoin de le connaître pour savoir de qui il s'agit.

Tout en muscles, l'homme qui se dresse devant moi est plutôt jeune, et doit avoir -ou plutôt son corps, seulement- dans la vingtaine d'années. Avec son masque blanc qui contraste avec sa peau couleur café et son arrivée peu commune, il a tout du sombre justicier masqué. Même si, étant donné sa nature d'akuma, c'est plutôt complètement l'inverse.

-Bonjour, vous n’aurez pas à vous déplacer, je suis devant vous.

Malgré son léger sourire de façade, son ton est grave et sérieux. Est-ce que ce serait à cause de ce que je lui ai dit, quelques minutes plus tôt? Non, je ne suis tout de même pas aussi menaçant que ça~
Affichant un sourire en coin, je lui donne une vigoureuse tape dans le dos.

-Salut mon gaillard! Toi et moi, on va avoir du boulot, alors fini de glander!

Et à ces mots, je ris et lui donne une autre petite tape dans le dos.
Ces mots s'adressent aussi bien à lui qu'à moi. D'un côté, cet akuma a pris son temps pour venir jusqu'à moi. Pour ma part, j'étais moi-même tellement motivé en arrivant ici que j'ai bien faillit m'endormir. Alors j'essaie de m'encourager aussi, dans la foulée.
Je reporte alors mon attention sur l'home masqué. Cet akuma va être mon seul partenaire durant cette mission, et je ne sais même pas combien de temps cette traque à l'innocence va nous prendre. Mais je n'ai vraiment pas envie de parler à un mur pendant tout ce temps, alors j'essaie de briser la glace. Enfin, s'il fait son boulot, c'est parfait, mais s'il y a un minimum d'entente entre nous, c'est encore mieux. Même si dans le fond, les akumas restent des armes.

Mais pour l'instant, je ne sais rien de lui, et pour essayer de détendre l'atmosphère, je dois au moins le connaître un minimum.

-On va faire un bout de chemin ensemble, mon grand! Je suis Ayden. Et toi, tu es?

Enfin, ça ne me dérange pas de l'appeler “mon petit akuma” ou “mon gaillard” à longueur de journée, mais je crois que c'est à lui que ça dérange. J'aime donner de petits surnoms aux gens, mais je crois que pour une première impression, ce n'est peut-être pas l'idéal.

Et soudain, un petit détail me revient en tête. Ce n'est qu'un détail, mais qui n'est tout de même pas négligeable. C'est même plutôt important.
Je suis lâché dans un village que je ne connais même pas, et surtout, je ne comprends pas un mot de ce que les gens d'ici disent. Et pour récolter des informations sur l'innocence et interroger les gens s'il y eu des phénomènes étranges, ce n'est vraiment pas pratique.
Je regarde alors l'akuma de la tête aux pieds. Lui a l'air déjà plus du coin que moi. Il y a des chances pour qu'il ne soit pas dans le même cas que moi.

-Au fait, j'espère que tu sais parler la langue d'ici, parce que moi, je ne pige rien.

Et dans le cas contraire, cette mission risque vraiment de durer longtemps...



Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Lun 16 Fév - 22:35







TraducteurPotes de massacre ?



Nez à nez avec le noé, je ne pouvais plus me dérober. De toute façon, quoique je fasse soit il me détruit, soit il me rappelle et m’oblige à faire le sale boulot. Autant qu’on "s’entende", ça sera mieux pour tout le monde, que je fasse le petit toutou du tueur d’humains. De mes trois têtes mécaniques quels humains devrait je croquer ?

Et là il me frappa l’épaule. Habituellement pris pour un geste amical, je le prenais pour un excès de zelle. Je suis persuadé que si on inversait les rôles, il ne l’aurait jamais fait. Enfin, passons pour cette fois.

« Salut mon gaillard! Toi et moi, on va avoir du boulot, alors fini de glander! »

Glander ! Glander !? Je ne suis pas comme tous ces akumas qui se la coule douce à l’arche. Moi je suis constamment sur le terrain et surtout, je tue plus régulièrement qu’eux. Puis une autre tape. Heureusement que ma vie est entre ses mains, sinon, il serait passer depuis longtemps sous mes cros. Essayons de paraître content et amical. En effet, sa sympathie était contagieuse. Espérons que ce n’est pas qu’une façade.

« On va faire un bout de chemin ensemble, mon grand! Je suis Ayden. Et toi, tu es?
- Haydar, esclave avant ma mort et même après pour vous servir. »

Petite ironie et petit sourire, je fis une révérence théâtrale pour appuyer mon "pour vous servir". Il semblait aimer les petites blagues, autant rire de ma condition, au point où j’en étais. Plus vite la mission est terminé, plus vite, je pourrais retourner à mes affaires et lui à sa vie de noé.

« Au fait, j'espère que tu sais parler la langue d'ici, parce que moi, je ne pige rien. »

Ce serait bien d’y penser, dans un tel village, personne ne parlait anglais. Dans ce cas, il n’y avait que moi. Je devrais donc servir de traducteur… Vais-je devoir tous faire ? J’ai bien l’impression que oui.

« Heureusement que je suis là ! Je ne parle pas couramment le turc, mais j’ai de bonnes bases. Allons ! Nous avons du boulot ! »

Cette fois ci c’était mon tour de lui faire une tape à l’épaule, peut être un peu trop fort. Mais bref, je lui étais désormais indispensable, il ne pouvait me tuer avant la fin de la mission.

« Attendez moi ici, je vais demander à ce vieux monsieur. »

Le temps d’aller voir l’homme de lui parlait bien gentiment et de revenir. J’espère qu’il ne s’est pas ennuyer.

« J’ai été demandé s’il n’avait rien de surnaturel depuis quelques temps. Et il m’a dit que depuis quelque temps, il pleuvait tous les jours à la même heure. Je lui suis donc demandé s’il se passait quelque chose de spéciale à cette heure. Soit disant qu’un mec se plaint que la fille de ses voisins pleurait tous les soirs. Peut être y a-t-il un rapport ? Qu’en pensez vous ? »

Je ne pouvais prendre de décision. Il était le maître, à lui les responsabilités. Je n’étais que le soldat. Après tout, l’hydre n’était que l’envoyer d’Hera.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Jeu 19 Fév - 0:52

Au boulot!

Ayden et Haydar

Déjà, je m’imaginais toutes sortes de méthodes plus étranges les unes que les autres pour communiquer avec des personnes dont je ne connaissais pas le langage. Mais heureusement, Haydar vint dissiper tous mes doutes.

- Heureusement que je suis là ! Je ne parle pas couramment le turc, mais j’ai de bonnes bases. Allons ! Nous avons du boulot !

J’esquisse un léger sourire en coin à sa dernière phrase. Ma motivation se voit tant que ça? Peut être, après tout, lorsque quelque chose me déplaît, j’ai bien du mal à le cacher. Je prends alors son encouragement au mot, essayant de me remotiver. Après tout, plus vite commencé, plus vite terminé.
Cette fois-ci, c’est l’akuma qui me donne une tape amicale, sauf que lui ne semble pas savoir se maîtriser. Si je me suis presque fait mal à la main lorsque je l’ai frappé dans le dos, sa tape me fait même tituber. Au moins, c’est sûr, tout ca, ce n’est pas du flan!
Au moins, il a l’air bien sympathique, et obéissant en plus. Je sens que je vais bien l’apprécier, ce petit akuma~

Comme il l’a si bien dit, heureusement qu’il est là, sinon, je ne sais pas comment j’aurais pu récolter des informations sur l’innocence. Est-ce qu’ils ont le même langage des signes ici, d'ailleurs? Qui sait, peut être qu’un simple geste en Ecosse pourrait être mal interprété ici.
Me tirant de ma rêverie, le brun se propose d’aller interroger un vieil homme. Je le laisse s’éloigner, après tout, pour l’instant, je ne sers strictement à rien. Si je m’en plains? Pas du tout, je crois même que j’y prends goût. Quand on ne bosse pas, on se repose ,et il n’y a rien de mieux que ça.
Poussé par une étrange curiosité, j’essaie tout de même de m’approcher des deux hommes. Qui sait, peut être pourrai-je comprendre quelques mots par moi-même. Et alors que je tends une oreille discrète pour espionner la conversation des deux hommes, il faut bien que je me rende à l’évidence: je ne sais rien de la langue de ce pays, pas possible que je comprenne quoi que ce soit.
M’éloignant d’eux, je m’assois tranquillement, dos contre un mur, attendant le retour du fidèle akuma. D’ailleurs, il ne faudrait pas qu’il tarde trop, ou sinon, je vais la prendre maintenant, ma sieste.

Et il a fallut qu’il revienne au moment où mes paupières commencaient à se faire lourdes! Le voyant s’approcher de moi, je me relève doucement, enlevant la poussière de mes vêtements.
Finalement, s’il n’avait pas été là,  je n’aurais certes rien compris, mais... J’aurais pu prendre ce prétexte pour prendre des vacances. Ou bien même faire directement le chemin du retour. Décidément, je ne sais même pas si je suis rassuré ou déçu que cet akuma soit à mes côtés.

-J’ai été demandé s’il n’avait rien de surnaturel depuis quelques temps. Et il m’a dit que depuis quelque temps, il pleuvait tous les jours à la même heure. Je lui suis donc demandé s’il se passait quelque chose de spécial à cette heure. Soit disant qu’un mec se plaint que la fille de ses voisins pleurait tous les soirs. Peut être y a-t-il un rapport ? Qu’en pensez vous ?

Il s’en remet totalement à moi. J’étais tellement bien installé il y a à peine quelques minutes que j’en ai presque oublié que j’étais le seul Noé ici, et donc que je devais commander.
Ce que j’en pense? Eh bien oui, pourquoi pas, après tout il faut vérifier toutes les pistes. Mais avant de lui répondre quoi que ce soit, je demande moi-même conseil à ma bonne étoile, celle qui  a toujours été avec moi et qui ne m’a jamais fait faux bond. Sortant une pièce de ma poche, je la lance en l’air avant de la rattraper et d’observer le résultat. Pile. J’esquisse alors un sourire malicieux en levant le regard vers l’akuma.

-Mon petit doigt me dit qu’on est sur la bonne voie, Haydar. Alors en route, mon grand!

Comme d’habitude, je mise tout sur ma chance, mais jusque là, je ne l’ai jamais regretté. Après tout, je sais très bien que Dame Fortune est avec moi à tout jamais, désormais.

Guidé par le rapport de mon associé, j’ouvre la marche, même si je ne sais pas vraiment où aller, je m’en remets entièrement à lui pour me remettre sur le bon chemin. Je me mets alors à siffler un petit air joyeux, les bras croisés derrière ma tête, pensant naïvement que finalement, cette mission allait se terminer rapidement et simplement.
Arrivés à destination, je me retourne vers Haydar, me rendant compte à quel point je suis dépendant de lui, ici. C’est l’heure de passer à l’interrogatoire, et moi je ne peux absolument rien faire.

-Bon, mon petit Haydar, maintenant je compte sur toi pour inventer une histoire pour qu’on puisse parler à cette fille. Dis leur qu’on est des voisins qui viennent se plaindre, ou bien des médecins, n'importe quoi tant que ça nous permet de la voir!


Et je lui donne une autre tape dans le dos, pour l’encourager. Après tout, je ne dois pas attirer l’attention, je ne sais même pas s’il y a beaucoup d’étrangers par ici.
Et pendant que mon traducteur fait tout le boulot, moi, je me tourne les pouces. Ah, cette mission commence à me plaire, finalement~


Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Ven 20 Fév - 23:33







Pire que les noés.Il est le summum de la connerie et du dégoût.



À ma question, le noé ne trouva pas mieux de sortir une pièce et de la lancer. Il fut un mouvement pour mettre la pièce rattrapé sur le dos de sa main.

« Mon petit doigt me dit qu’on est sur la bonne voie, Haydar. Alors en route, mon grand! »

Son petit doigt !? Ou tout simplement la chance. C’est bien une chose bien occidentale de s’en remettre à la chance. Quelle stupidité ? Il n’y a rien de pire pour ne pas se dire responsable de ses actes que d’être croyant de ses théories occultes que don les trèfles et les pattes de lapin. Surtout que ces lapins n’ont du coup pas eut de chance ! Enfin, il était le chef, je n’étais que son exécutant. Laissant ses quelques familiarité de mon acolyte de côté -je devais de toute façon faire avec-, on se met en route, moi en premier.

« Bon, mon petit Haydar, maintenant je compte sur toi pour inventer une histoire pour qu’on puisse parler à cette fille. Dis leur qu’on est des voisins qui viennent se plaindre, ou bien des médecins, n'importe quoi tant que ça nous permet de la voir!
- Ne vous inquiétez pas ! J’ai l’habitude de trouver des histoires. Je vous transmettrais toute la conversation par télépathie. Je vous demanderais juste de vous taire, on n’aime pas trop les étrangers dans la région. Moi ça passe, mais vous beaucoup moins. »

Me suivant, maître Ayden restait les bras croisés pendant que je toquais à la porte. Après quelques cris d’un homme, une femme voilé vint ouvrir la porte le regard lourd de fatigue.

« Bonjour ! Garde du sultan Abdülhamid II ! Nous aimerions nous entretenir avec monsieur. »

Elle ferma à demi la porte, après seulement quelques temps un homme aux cheveux blancs et aux dents relativement repoussantes se dévoila.

« C’est pour ?
- Discuter ! »

Après un regard vers mon sourire et le regard de dégoût envers le noé, il cracha entre ses dents pourris sûrement par l’alcool.

« Lui, il rentre pas. Je veux pas d’étranger chez moi.
- C’est bien dommage puisque qu’il est sous ma protection. S’il ne rentre pas, je serais contraint de vous conduire dans une petite geôle pour qu’on puisse discuter avec lui. »

Après un nouveau sourire de ma part et un regard plein de mépris pour l’écossais, il nous fit un signe de tête. La maison était modeste, mais bien entretenu. Il nous invita à nous assoire. Puis se tourne vers sa femme.

« Deux Raki et un verre d’eau pour l’étranger.
- Deux verre d’eau, rectifiais-je. »

On vit la peur sur son visage et les mouvements tremblant de la pauvre dame. Elle servit les deux verres. Alors qu’elle tremblait, elle posa mal mon verre qui se vida sur moi. L’homme partit au quart de tour levant sa main. Je me leva plus vite attrapant son bras avant qu’il ne l’atteigne et lui souris.

« Ce n’est rien, ce n’est que de l’eau. Rassayez-vous.
- Donnes en lui un autre. Et il jura dans sa langue. Dites moi qu’est ce que vous faites ici.
- C’est simple d’après quelques plaintes, certains se sont plain que votre fille pleure et ferait trop de bruit. Et nous sommes ici pour montrer comment une femme doit se taire. »

Chacun de ces mots m’écorchait la langue, cependant c’était ce que l’homme voulait entendre. Ainsi, il va parler.

« AH ! Ca fait douze ans que j’essaye d’éduquer cette garce mais elle veut rien entendre. Et si cette bonne femme voulait bien me faire un garçon, peut être qu’elle serait moins battue.
- Content de pouvoir vous aider. Pourrait on savoir où la trouver ?
- Essayez, essayez ! Je ne sais jamais où elle part. Mais si vous la trouvez fouter lui une bonne baffe pour moi ! »

Et il nous fit son sourire édenté.

« Dans ce cas, on ne va pas vous dérangez plus longtemps. »

Au moment où je me lève, je lui souris de nouveau. Seulement, je bouillonnais de rage. Je n’attendais qu’une chose lui arracher le cou, voir son visage se crisper, regretter chaque moment de sa vie. Alors je demande à mon compagnon grâce à notre lien si je pouvais le tuer. Et dans cette transmission, on sentait ma colère pour cet homme, mon envie de tuer, mon sang bouillonner. Seulement, à lui de décider de son sort.




© Jawilsia sur Never Utopia


Spoiler:
 

avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Dim 1 Mar - 16:13

Pas de chance...

Ayden et Haydar
Heureusement, Haydar ne rechigna pas à la tâche, au contraire, il semblait déjà avoir une idée en tête pour nous faire entrer dans cette maison.

-Ne vous inquiétez pas ! J’ai l’habitude de trouver des histoires. Je vous transmettrai toute la conversation par télépathie. Je vous demanderai juste de vous taire, on n’aime pas trop les étrangers dans la région. Moi ça passe, mais vous beaucoup moins.  

Alors comme ça il a l’habitude “d’inventer des histoires”, hein? Ouh le vilain garnement, ce n'est pas beau de mentir~  
Enfin, ce n’est pas le moment de le charrier, car déjà l’akuma toque à la porte en beuglant des mots incompréhensibles, reprenant tout son sérieux. Quand à moi, je reste en retrait, les bras croisés derrière la tête. Il m’a dit que je ne devais rien faire et pour une fois, je ne vais pas rechigner à obéir. Même si me taire pendant tout ce temps risque d'être plus difficile.

Presque aussitôt après avoir frappé à la porte, les cris d’un homme nous parviennent aux oreilles et une femme voilée vient nous ouvrir peu de temps après. Elle échange des mots avec Haydar, conversation incompréhensible pour moi, mais l’akuma me transmet l’essentiel par télépathie.
La femme s’éclipse pour laisser place à un homme, son mari. Voulant faire bonne  figure, je lui souris, mais pour toute réponse, cet homme crache et me lance un regard méprisant. Quand Haydar m’avait dit que les étrangers avaient une mauvaise réputation, je ne m’imaginais pas à quel point...

Finalement, le turc nous invite à entrer chez lui, et nous fait signe de nous asseoir sur des chaises. Sa femme pose deux verres et une carafe d’eau sur la table. Tremblante, elle semble terrorisée, et en voyant le regard de dédain que lui lance son mari, je devine sans mal de qui elle a peur. Finalement, la peur l’emporte sur ses gestes, et elle renverse l’eau sur Haydar. Le visage déformé par la rage, son mari lève la main, s’apprêtant à l’abattre sur elle. Je commence à me lever, mais Haydar est plus rapide que moi et attrape le bras de l’homme, le stoppant dans son élan. Après quelques mots et sourires forcés, les deux hommes se rassoient. Mais la femme affiche un air encore plus paniqué. Sans doute les foudres de son mari n’ont été que retardées, et elle subira les conséquences de ses actes après notre départ... Je lui adresse un petit sourire, mais au lieu de la réconforter, cela ne fait que l’apeurer encore plus, et elle sort de la pièce presque en rasant les murs.
Quand à son mari, si Haydar réussit à lui adresser de grands sourires forcés, je ne lui adresse que des regards emplis de mépris.
Comment peut-il traiter sa femme ainsi? Jamais je n’oserai lever la main sur la mienne... Cet homme me dégoûte, vraiment.

D’après ce que l’akuma m’a transmis, nous sommes venus ici pour rien finalement, la petite n’est pas là, et ses parents ne savent même pas où elle est partie.  Nous nous levons, prêts à partir, lorsque Haydar me parle une nouvelle fois par télépathie. Et là, je me glace. Il me demande s’il peut tuer cet homme.
Mais pourquoi est-ce qu’il me demande une chose pareille!? Je ne suis pas le noé de la justice, moi!
Et pourtant, cet homme ne m’a t’il pas dégoûté? La manière dont il traite sa femme est inadmissible, et visiblement, Haydar est du même avis que moi.
Et pourtant, est-ce vraiment une bonne excuse pour l’assassiner? Même contre des  membres de l’Ordre Noir, j’évite de tuer, mais quand je n’ai vraiment pas le choix, alors je le fais, parce que c’est le Comte Millénaire qui me l’a ordonné.
Mais là, c’est différent. Ce n’est peut-être pas moi qui vais porter le coup fatal, mais c’est à moi que Haydar obéit. Autrement dit, la vie de cet homme est entre mes mains.

Je suis loin d’être un grand justicier qui veut appliquer la morale, mais... Si je me fie à ce que j’ai vu, si ce n’est pas cet homme qui meurt, c’est lui qui tuera sa femme à force de mauvais traitements.
Et alors que je reste un moment silencieux, ne sachant prendre une décision, j’entends une voix dans ma tête. Fortuna.
“Pourquoi hésiter? Pas besoin de prendre de décision. Testons la chance de cet homme! Pile, il vit, face, il crève!”
Tout miser sur la chance... Oui bien sûr, c’est ce que j’ai toujours fait, et cette fois ne fera pas exception. Alors, je sors la pièce de ma poche, la lance en l’air et la rattrape.
Face.
Alea jacta est. Dame Fortune ne t’a pas sourit, mon vieux. Je sens Fortuna jubiler à l’intérieur de moi, et elle s‘adresse à l’akuma.

"Repeins les murs de son sang, ils ont bien besoin de couleur~ ”

Passant près de la porte où la femme s’est éclipsée, je mets une chaise devant, pour bloquer la porte. Au moins, je veux qu’elle reste en dehors de tout ça.
L’homme me lance un regard dédaigneux, se demandant ce que je suis en train de faire. De toute façon, il ne vivra pas assez longtemps pour le savoir.
Je fais un signe de tête à Haydar, lui indiquant que je l’attends dehors, puis je lance un dernier regard au turc. Finalement, il avait raison, il aurait vraiment du se méfier de “l’étranger”.

Une fois dehors, je m’assois dos au mur de la maison, attendant que l’akuma finisse son massacre.
Ai-je vraiment pris la bonne décision? Non, il ne s’agit pas de décision. La chance n’a pas été de son coté, c’est tout...
Perdu dans mes pensées, je n'entends pas tout de suite les bruits de pas se diriger vers la maison. Baissant la tête, j’aperçois enfin une petite silhouette s’arrêtant à quelques mètres de moi. Voilée, la petite fille qui se dresse devant moi doit avoir onze ou douze ans, pas plus. Et là, je fais immédiatement le lien avec la petite pleurnicheuse du couple turc.
Me relevant doucement, je lui adresse un petit sourire.

-Salut gamine! Tu habites ici?

Cette fois, la peur l’envahit, et elle prend ses jambes à son cou.
Et merde! Je viens d’oublier la bonne réputation des étrangers ici, et en plus de ma  tête, il a fallut que je le prouve en parlant anglais! Mais je ne dois pas laisser cette fille filer, je sens qu’elle peut nous mener jusqu’à l’innocence. Alors je me mets à courir après elle.
Mais elle est drôlement rapide! Après avoir longtemps couru dans un dédale de rues, la gamine s’infiltre dans un espace étroit entre deux maisons. Je m’apprête à la suivre, mais l’espace est trop étroit pour moi...  

Elle m’a échappé. Poussant un profond soupir, je me retourne, m’apprêtant à revenir sur mes pas... Lorsque je me rends compte que je ne reconnais pas l’endroit. Trop absorbé par ma course, je ne savais même pas où j’allais. Je suis perdu. J’envoie alors un message à Haydar.

“J’ai vu la petite pleurnicheuse, mais elle m’a échappé de peu. Mais par contre, je crois que je me suis perdu... Tu peux venir me chercher?”

Décidément, même si c’est moi qui suis censé être le plus vieux -physiquement, en tout cas- j’ai l’impression d’être un petit enfant à qui on doit tenir la main pour ne pas qu’il se perde... Quelle honte!  


Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 14 Mar - 20:39







Souffrance et JoieRemettre un homme à sa place.



Chaque seconde à me contrôler pour éviter de prendre ma forme mythologique était pour moi un supplice. Je n’avais qu’une seule envie. Voir son sourire édenté, ce rictus dégoûtant d’un homme qui n’attendait qu’une chose, que l’on parte pour qu’il puisse corriger sa femme. Je hais ces gens, je hais cet homme qui se croit supérieur à la liberté qu’on soit homme ou femme. Le métal et mon sang noir bouillonnaient.

Finalement, le noé ressortit sa pièce. Le sort de l’homme se jouera à sa chance. Et si mon sourire de façade pércistait, je ne pouvais m’empêcher de traiter le noé d’idiot, il suffisait de dire "Vas-y !". Il fallait que j’ai une chance sur deux de ne pas assouvir ma pulsion animal. Je ne voulais pas la réprimer.

Le bout de métal volait et tournait dans l’air, mes poings se crispèrent. Le turc le regardait d’un air stupéfait, il ne comprenait plus ce qu’il se passait. Pourquoi l’étranger faisait cela ? Où en était l’intérêt. Et au moment où la pièce tomba dans la paume, il y une ses doux mots, cette autorisation. Mon sourire se fit plus grand, plus sadique, plus cruel. Celui qu’un soldat faisait après avoir promis à sa victime que rien ne lui sera fait et qu’il compte le tuer quand même.

Le noé alla fermer la porte de la cuisine et la bloqua avec une chaise. Quelle joie !!! Je voulais sauter au plafond. L’homme tenta de broncher mais devant moi, il se tut bien vite. Ayden pris le temps de sortir. Alors, deux têtes se formèrent sur chacune de mes épaules.

Enfin, je pus le voir, ses yeux emplis de peur de la personne qui comprenait que son sort était scellé. Mon visage s’allongea avec mon cou, se couvrant d’écaille acier, je retirai mon masque dévoilant deux yeux verts fendus de serpent. Une des mes têtes alla se glisser jusqu’au bas de la porte fermé par la chaise. Par la fente en dessous, je soufflai un gaz soporifique qui endormira la pauvre femme. Elle ne serra pas obliger d’entendre ses cris.

En même temps, j’avançai, poussant la table. Il reculait, cherchant une issu, trébucha et se trouva dos au mur. Je me penchai délicatement savourant chaque moment devant lui. Il était encadre par trois têtes venimeuses et menacent.

« Alors, ça fait quoi d’avoir peur ? »

Il ne répondit pas. Je laissa une de mes langues fourchu vint lui caresser sa joue. Il déglutit. Contractant les muscles de mes deux cous secondaires, huit cros vinrent violemment attaquer le turc au visage. Malgré le sang et les plaies, on voyait cette délectable souffrance. Et on entendait ses cris. Les coups de cros se furent de plus en plus rapide et régulier. Il ne mourra pas de suite, il me regarder de son dernier œil valide.

« Alors, ça fait quoi de se sentir inférieur ? »

Et j’ouvrit grand la bouche mordant sa tête. Je donnai un violent coup sur le côté et on entendit un Crac. Je relâchai la pression. Les muscles de l’homme se détendirent. Je m’essuya la bouche de se sang avec ma langue. J’adorais son goût ferreux. Je repris forme humaine. Heureusement, je n’étais pas taché.

Je sortis de la maison, en prenant soin de retirer la chaise. Dehors, je chercha et chercha. Le noé n’était plus, où était il passé ? Il n’avait pas le temps de le chercher. Passant à côté de se qui semblait être un mercenaire ou un truc du genre, je l’arrête et lui dis :

« Tu vois la maison là bas ! Tu vas m’enterrer le corps et je veux que tout soit nickel ! »

Je sortit une bourse bien remplie et la lui offrit. Il fera son travail, il nettoiera les tâches de sang et le fera dans le calme. J’en étais persuadé pour l’heure, il fallait que je retrouve le stupide noé qui me disait déjà qu’il était perdu. Prenant des dédales de rue, je suivis son aura.

Finalement, il ne me fallut pas longtemps pour le retrouver.

« Vous voilà ! On va se dépêcher, on n’a pas le temps. Bon par où elle est partie ? »

Attendant qu’il me montre le chemin, je cherchai par où pouvait se trouver l’innocence. Elle semblait s’éloigner, seulement par où la fille est parti aucun de nous deux ne pouvait passer.

« Bon sang ! Ca ne nous arrange pas. Bon, voyons. Un gamin qui se fait toujours battre et qui sort à chaque fois pour pleurer. Elle doit bien avoir un endroit où se cacher… Voyons… Où une enfant perturbé pourrait aller se réfugier pour pleurer. »

Des nuages vinrent pâlir le ciel. Et ceux à une vitesse fabuleuse. Ils étaient gris et semblait venir de l’Est.

« Suivez moi ! »

Je courus alors dans la direction des nuages. Et déjà il pleuvait. Il y eut une goutte, puis une autre. Je mis ma main, paume vers le ciel pour juger l’averse. Une goutte tomba dans ma main et me brûla. Je refermai ma main alors que de la fumée en sortait. Saloperie d’innocence, La pluie en était imprégnée, il y en avait peu mais cela suffisait à me faire mal. On comptait courir sous la pluie seulement, elle s’accentuait et chaque bout de peau qui touchait les gouttes faisait mal. On du s’arrêter sous une toile. Devant l’étale d’un marchant.

« Saloperie de pluie. On peut plus y aller, ça vient sûrement du temple là haut. Si prés du but, il faut attendre maintenant. »

Je sortit une pièce de ma poche, la lança au marchand et pris une de ses pommes. Je croquai dedans alors que je me laissais choir sur le sol, lasse de cet échec.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 28 Mar - 23:49

Doutes...

Ayden et Haydar

Paumé. Après avoir couru pendant je ne sais combien de temps à travers un dédale de rues que je ne reconnaissais même pas, me voilà perdu en terre inconnue. Et le pire, c'est que la petite m'a échappé. Bref, j'ai vraiment fait n'importe quoi.
Enfin, je ne vais pas me laisser abattre pour ça, après tout, j'ai encore toute la journée devant moi. Les bras croisés derrière la tête, j'attends patiemment l'akuma, comme un enfant perdu qui appellerait sa maman... Euh non, plutôt comme un étranger qui s'est aventuré trop loin.
Le nez en l'air, je regarde quelques petits oiseaux voler sur un ciel radieux. Quoiqu'on dirait qu'il s'obscurcit un peu...

Enfin, j'entends des pas précipités se diriger vers moi, et je baisse la tête pour apercevoir Haydar. Sa tenue est impeccable, c'est à se demander s'il a juste pris le thé avec le vieillard. Même si je sais que la vérité est tout autre.

-Vous voilà ! On va se dépêcher, on n’a pas le temps. Bon par où elle est partie ?

Plutôt pressé, hein ? J'ai presque envie de lui dire de s'arrêter et de se détendre un peu, mais dans le fond, il n'a pas tord. La fillette est en train de s'échapper et avec elle notre seul indice. Alors je lui montre sans broncher l'endroit où la gamine s'est éclipsée.
Haydar reste un moment silencieux, plongé dans ses pensées.

-Bon sang ! Ça ne nous arrange pas. Bon, voyons. Un gamin qui se fait toujours battre et qui sort à chaque fois pour pleurer. Elle doit bien avoir un endroit où se cacher… Voyons… Où une enfant perturbée pourrait aller se réfugier pour pleurer.

Un endroit où la gamine a pu se cacher? Qu'est ce que j'en sais, je ne connais même pas cet endroit!
Enfin, en tant que professeur, je fréquente pas mal d'élèves de son âge, je devrais connaître leur réaction dans ce genre de situations. Même si je n'ai jamais eu à faire à un enfant battu par son père.
Où vont-ils pleurer dans ces cas-là ? Dans les toilettes, derrière l'arbre le moins visible de la cour, ou encore à l'infirmerie, simulant une maladie. Le problème, c'est qu'on est pas dans une école, ici.
Perdu dans mes pensées, je ne remarque pas tout de suite les sombres nuages qui envahissent le ciel et qui viennent dissimuler les derniers rayons ensoleillés.
Ah, quelle veine, moi qui comptais bien me prélasser au soleil... Le ciel s'est assombrit drôlement vite. Même bien trop rapidement à mon goût...

-Suivez moi !

Je sursaute, revenu à la réalité par les mots de l'akuma. Ouh, alors il me commande ? Mais dis donc, petit rebelle, le chef ici c'est moi~
Enfin, je ne vais pas commencer à le charrier, après tout je ne connais pas ce village, et en plus je n'ai aucun idée de l'endroit où aurait pu se cacher la fille.  Autrement dit, j'ai l'impression de ne servir à rien.
Quand à Haydar, j'espère vraiment qu'il sait où il va, parce que je vais le suivre aveuglement. Au pire, si on se perd, il suffit juste de rejeter toute la faute sur lui~

L'akuma se met alors à courir dans la rue, semblant déterminé. Mais si son corps est encore jeune, le mien n'a plus vingt ans ! Il ne ménage même pas un pauvre vieil homme qui a parcouru presque tout le village -ben quoi on exagère tous un peu- jusqu'à en perdre haleine. J'ai presque envie de rester là et de le suivre en traînant des pieds, mais il faut bien que je me mette au boulot. Et de toute façon, avec ce temps de chien, je n'ai plus vraiment envie de me balader.
Alors je me mets à courir derrière l'akuma, m'en remettant totalement à lui. Mais notre course poursuite ne dure pas longtemps, car déjà il se met à pleuvoir. Si ce n'était que ça, ça ne nous aurait pas arrêté, c'était prévisible de toute façon, mais la pluie est imprégnée d'innocence. Au moins, ça nous fait une piste solide jusqu'à l'innocence.

Je suis Haydar jusqu'à l'étale d'un marchand, et l'akuma se laisse tomber au sol, déçu.

- Saloperie de pluie. On peut plus y aller, ça vient sûrement du temple là haut. Si prés du but, il faut attendre maintenant.

Je m'assois au sol à côté de lui, et j'observe la pluie, ennuyé. Bon, maintenant qu'on est coincés ici jusqu'à ce que cette maudite pluie s'arrête, autant discuter le bout de gras. Après tout, je ne le connais même pas ce petit akuma.

-Aaaah... Je préférais quand il faisait plus chaud, ça changeait de mon pays au moins. En fait, je déteste la pluie. Surtout quand elle n'est pas naturelle.

Je pousse un profond soupir en regardant avec lassitude les gouttes qui ne voulaient décidément pas s'arrêter de tomber. Je ne peux rien faire, pas même pointer le bout de mon nez dehors, et je profiterais bien de cette situation s'il n'y avait rien qui me préoccupait.
Je tourne la tête vers le temple que Haydar m'a indiqué, au loin. Il a raison, l'innocence vient bien de là... La même direction d'où la gamine s'est échappée. Et les temples ne sont pas trop fréquentés. L'endroit idéal pour pleurer tout seul quand tout va mal.

Je ferme les yeux, et j'essaie de rassembler toutes les informations. Les pleurs la nuit, la pluie s'abattant comme pour m'arrêter, le temple... J'ai l'impression que tout nous ramène vers la gamine.

-Cette fille... Elle a un lien avec l'innocence, hein?

A ces mots, je serre les poings, soudainement en colère. Comment ce « cristal divin » comme l'appellent les exorcistes, peut être en lien avec une enfant aussi jeune ?
Et pourtant, il y a une chose que je crains vraiment. Tournant la tête vers l'akuma, je décide de lui faire part de mes inquiétudes de manière plus ou moins indirecte.

-Hé Haydar... Si la gamine est vraiment liée à l'innocence et qu'elle ne coopère pas, qu'est ce que tu fais?

Oui, ça paraît ridicule pour un Noé, mais c'est bien ça mon inquiétude. Je veux dire, j'ai moi-même un fils de son âge, et je fréquente tous les jours des gamins de cet âge, d'ailleurs. Je n'ai vraiment pas envie de tuer des enfants... Et pourtant, il se peut qu'on ait pas le choix.
Je préférerais presque que ça ne le dérange pas de faire le sale boulot. Après tout, je sais que si la fille est vraiment la compatible -ce qui serait le pire des cas- et qu'elle ne coopère pas, alors elle devra mourir. Même si je ne le veux vraiment pas, je n'aurais pas le choix, car il s'agit d'un ordre du Comte Millénaire, et les akumas sont les yeux et les oreilles du Comte Millénaire... Mais je ne veux pas le faire...
Hypocrite, n'est-ce-pas ? Après tout, que ce soit moi qui porte le coup ou non, je serais quand même responsable, tout simplement parce que c'est moi le chef. Mais je préfère être hypocrite que déprimé.





Spoiler:
 
Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Lun 6 Avr - 22:24







Saloperie d'ennuieL'homme est toujours en constante réflexion, même quand il s'ennuie ou dort.



Assis ici, devant cet étale de fruit et de légumes, croquant dans cet pomme. Autant dire que c’était de l’inactivité et je détestais cette inactivité. Alors je m’ennuis à regarder cet morsure dans cet pomme, faites avec des dents humains, Les dents d’Émir. Et je détestais l’inactivité, parce que quand il y a inactivité, il y a réflexion. Et ma stupide condition d’esclave akuma me ramenait toujours à la même chose.

Ça me ramenait à penser à mon avant bras, à ce tatouage cribler de cicatrices. Ça me ramenait à ces détritus qui se croient plus grand que les gens qu’ils font travailler. Il souriait moins ce salop qui avait ordonner de me couper la tête. J’aurais tant voulu voir son sourire quand il venait de "venger" sa femme. Et tout cela me donnait envie de tuer.

C’est pas la même soif de sang que mes camarades akuma, je ne voulais pas tuer tout le monde. Seulement ceux que j’appelle les "maîtres". Les noés en font parti mais eux, ils sont protégés par leurs pouvoirs abjects qu’ils ont sur nous. Enfin, sans doute l’un des moins mauvais d’entre eux se trouvait à côté de moi.

« Aaaah... Je préférais quand il faisait plus chaud, ça changeait de mon pays au moins. En fait, je déteste la pluie. Surtout quand elle n'est pas naturelle.
- Je déteste aussi la plus, mais je déteste surtout de n’avoir rien à faire, ça me soule. »

Un main dans l’autre, je me les tordaient à m’en faire mal aux articulations. Il n’y a rien de pire que de n’avoir rien à faire. Pourtant encore il y a dix minutes, je jubilais en massacrant ce vieux grincheux. Pluie de merde.

« Cette fille... Elle a un lien avec l'innocence, hein?
- Malheureusement pour elle oui… »

Je n’avais pas très envie de parler. Je ne voulais qu’une chose, qu’elle coopère sans rechigner. Moins il y aura de contre temps, mieux tout le monde se portera.

« Hé Haydar... Si la gamine est vraiment liée à l'innocence et qu'elle ne coopère pas, qu'est ce que tu fais?
- Je suivrai les ordres… »

Cette phrase voulait tout dire. Elle soulignait mes obligations que j’avais envers le comte et ses camarades. Je ne pouvais m’y soustraire. Pourtant on entendait mon envie de ne pas toucher à une si jeune enfant. Voila une autre raison pourquoi je hais tant les noés, parce qu’il tue autant des adultes que des enfants. Ils auront beau faire les beaux, ne pas toucher au moindre cadavre. Depuis leur naissance, ils ont leurs mains souiller de sang. Et pourtant, cela ne semble pas les déranger.

« Qu’est ce que vous faîtes finalement avec le comte ? Je sais pas, vous semblez différent. Vous ne semblez ne pas vouloir vous salir les mains. C’est quoi votre plan, m’envoyer moi tuer cette enfant comme ça vous pourrez partir le cœur tranquille ? »

J’aurais du m’excuser de ces paroles. S’ils entraient dans les mauvaises oreilles, je serais contraint de me donner la mort. Pourtant il me fallait des réponses, savoir à quoi je devais m’attendre. Si ça aurait été à moi d’avoir la lourde tache de garder le visage contraint de douleur d’une nouvelle enfant sous mes coups, mes gaz et mes poisons. Ce ne sera qu’une victime de plus, qu’un nouveau visage qui entera mes nuits déjà mouvementé.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Ven 17 Avr - 1:10

Une arme qui ne veut pas tuer?

Ayden et Haydar

Au fond, je ne savais même pas ce que je voulais entendre. Est ce que je veux vraiment que Haydar me dise qu'il va tuer cette gamine avec plaisir ?
Eh bien, au moins je n'aurai pas à me salir les mains... Mais quand je repense à cette gamine, j'ai l'impression de voir Saphira. Ça n'a rien à voir avec une quelconque ressemblance physique -ma fille est quand même plus âgée- mais plutôt parce que je pourrais me retrouver dans la même situation un jour. Aujourd'hui, je me retrouve face à cette gamine, qui n'a pour faute que s'être retrouvée liée contre son gré à l'innocence. Plus tard, je pourrai bien me retrouver confronté à Saphira, qui elle aussi a été choisie par l'innocence. Et si par malheur ce jour-là arrivait... je ne sais pas ce que je ferais. En tout cas, je ne réagirais sûrement pas comme je vais le faire aujourd'hui.

- Je suivrai les ordres…

A ces mots, un léger rictus étire mes lèvres. A quoi est ce que je m'attendais ? A ce qu'il se rebelle ? A ce qu'il m'annonce avec un grand sourire qu'il va trucider tout ce qui se trouve sur son chemin ?
Non, Haydar n'est pas bête, il a beau être de niveau deux et donc avoir une conscience, il sait très bien ce qu'il est avant tout : l'arme du Comte Millénaire et des Noés.
J'ai été stupide de penser qu'il répondrait autre chose.

Les paroles de l'akuma sont très claires: quoi qu'il arrive, il m'obéira  -même si je sens son aversion à devoir tuer une gamine.
Autrement dit, toute la responsabilité me revient. Même si ce n'est pas moi qui vais me salir les mains, je serai le responsable de la mort -ou de la survie- du compatible, parce que je suis le seul Noé, ici.
Parfois, j'en ai vraiment marre d'être le chef.

Un silence pesant s'installe entre nous pendant un instant, interrompu seulement par le bruit de la pluie.
Après une telle conversation, je n'avais plus tellement envie de parler. Passif, je regarde la pluie tomber, cette saloperie de pluie empreinte d'innocence. D'habitude, j'ai envie de dormir quand il peut. Mais là, ça me met plutôt en rogne.
Et comme si ça ne suffisait pas, Haydar vint encore plus pourrir l'ambiance.

-Qu’est ce que vous faîtes finalement avec le comte ? Je sais pas, vous semblez différent. Vous ne semblez ne pas vouloir vous salir les mains. C’est quoi votre plan, m’envoyer moi tuer cette enfant comme ça vous pourrez partir le cœur tranquille ?


Je tourne la tête vers lui, pris au dépourvu par un tel reproche.
Ouh, alors sous ses airs de petit akuma bien obéissant, le grand gaillard a une langue de vipère, hein ~
Enfin, je ne pense pas que je peux appeler ça comme ça, après tout il a juste été franc. Mais est ce qu'il se rend vraiment compte de ce qu'il a dit ? Son petit reproche aurait vraiment pu être interprété comme un affront par d'autres Noés. Et je sais que certains de mes frères n'auraient pas accepté un tel comportement, et auraient même pu le châtier par l'autodestruction.
Pour ça, au moins, Haydar a raison en disant que je suis différent. Il a bien de la chance d'être tombé sur moi.

-Tu sais, mon grand, je ne suis pas tellement différent de toi, en fait. Toi, tu n'as pas choisi de devenir un akuma, hein ? Moi, c'est pareil. Je n'ai pas choisi de devenir Noé. S'il n'y avait pas Fortuna, je serais quelqu'un de tout à fait normal. Un gars normal, qui n'a pas envie de tuer de gosses.

Je me tourne vers Haydar, essayant de déchiffrer son expression sous son masque blanc.
Et lui, c'est un akuma, une arme du Comte Millénaire. Alors il a forcément des instincts meurtriers qui le poussent à tuer pour évoluer. Alors pourquoi est ce qu'il me demande ça ? Pourquoi tuer une gamine le rebute autant ?
Je dois bien avouer que j'ai plus l'habitude de travailler avec des akumas de niveau un, qui eux se contentaient d'obéir sans réfléchir. C'est la première fois peut être que je suis confronté à un akuma si... « humain » ? C 'est sans doute pour ça que je n'ai pas réussi à répondre explicitement à sa question. Que je n'ai pas réussi à lui dire « mon grand, de nous deux, si quelqu'un va faire le sale boulot, je crois bien que ce sera toi ».

Perdu dans mes pensées, je ne remarque pas tout de suite que la pluie a baissé d'intensité, pour bientôt s'arrêter complètement. Et pourtant, cette fois-ci, je ne veux pas qu'elle s'arrête. Je veux qu'il continue de pleuvoir, pour que cette gamine puisse s'enfuir le plus loin possible. Mais on dirait que cette fichue pluie semble vouloir me narguer.
Maintenant, on a plus d'excuses. On doit se mettre à la poursuite de l'innocence. Ni moi, ni lui ne le voulons vraiment, mais les ordres sont les ordres...
Alors je me lève et j'encourage l'akuma d'un signe de tête de me suivre. Je n'ai pas besoin d'être devin pour deviner que cette conversation ne lui a pas donné envie de faire son boulot.

Et pourtant... Est ce qu'on ne s'est pas trop inquiétés ? Après tout, on a aucune preuve concrète que cette fille soit vraiment liée à l'innocence. On a peut être fait des conclusions hâtives après tout... Oui, c'est sûrement ça.

-Hé, qu'est ce qui te dit qu'on va devoir tuer qui que ce soit, mon gaillard ? C'est vrai quoi, pourquoi cette fille ne coopérerait pas, après tout ? Si ça se trouve, on s'est plantés et elle n'est même pas liée à l'innocence ! On s'inquiète trop pour rien ! Alors viens, on se met en route!

Je reporte mon attention vers le temple, au loin. Aucun doute, l'innocence est là bas. Alors je me mets en route, mains derrière la tête.
Ça ne sert à rien de tergiverser et faire des hypothèses idiotes et déprimantes. Au moins, une fois là bas, je pense qu'on sera fixés...





Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Dim 10 Mai - 15:19







Avec un peu de chance...Une arme humaine



La pomme roulait entre ses doigts. Il n’en restera bientôt que le trognon. Je regardais les gouttes tombées voyant du coin de l’œil la surprise du noé. Je m’y attendais et là où j’aurais du voir de la colère, je ne vis que de la compréhension. Et ce fut à mon tour d’être surpris.

« Tu sais, mon grand, je ne suis pas tellement différent de toi, en fait. Toi, tu n'as pas choisi de devenir un akuma, hein ? Moi, c'est pareil. Je n'ai pas choisi de devenir Noé. S'il n'y avait pas Fortuna, je serais quelqu'un de tout à fait normal. Un gars normal, qui n'a pas envie de tuer de gosses. »

En réalité, ce n’est pas le faites d’avoir choisi ou non sa condition, il s’agit en réalité de la place du maître et de l’esclave. L’un pouvait jouir de sa liberté, l’autre ne vivait que sous la contrainte et la peur. Et c’est pour cette raison que je ne pouvais en vouloir à Emir, il n’avait qu’avoir peur. Il avait peur de se retrouver seul. C’est sous cette peur que le vil comte commet ses me faits promettant des choses et obligeant ainsi l’un à mourir et l’autre à devenir prisonnier.

Tout était bien clair dans ma tête, voir un peu trop. On me qualifiait d’arme, partant de se sens si je tue, la faute reviens à celui qui me manipule. Mais cela aurait été bien trop simple, malgré mon cœur arrêter, je ne pouvais m’empêcher de ressentir des émotions. Doucement, la pluie diminua peu à peu, finalement, la dernière goutte foula le sol. Pourtant mon regard restait fixer au loin sur le temple.

« Hé, qu'est ce qui te dit qu'on va devoir tuer qui que ce soit, mon gaillard ? C'est vrai quoi, pourquoi cette fille ne coopérerait pas, après tout ? Si ça se trouve, on s'est plantés et elle n'est même pas liée à l'innocence ! On s'inquiète trop pour rien ! Alors viens, on se met en route!
- Espérons le. »

On ne pouvait qu’espérer, avoir de la chance. On se leva ensemble, si lui montrer qu’il n’en avait pas réellement envie, je restais caché sous mon masque marchant normalement. J’haïssais ma condition. Je vais peut être devoir tuer une pauvre fille innocente dans un endroit sacré. Espérons que le dieu que je vénérais jusqu’à ma seconde mort ne soit pas en train de me regarder. C’était le travail de l’hydre : tuer ceux qu’on lui disait de tuer.

« Pardonnez mon indiscrétion, mais avant qu’il y ait eut Fortuna. Vous aviez une famille, des enfants, un métier ? Parfois ça ne vous manque pas ? »

Le chemin vers le temple n’était pas long, très vite la grande porte se tenait fièrement devant eux comme voulant les écraser, eux rebut du dieu qu’il renferme. On voyait l’influence grecque par les hauts piliers qui soutenait le toit. Seul quelques marches les séparaient de la jeune fille et peut être de l’innocence.


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Ven 22 Mai - 20:38

Plus de doutes

Ayden et Haydar

De nouveau optimiste, je me mets à siffler un petit air joyeux tout en regardant Haydar, essayant de lui transmettre un peu de ma bonne humeur.
Non mais de quoi on avait l'air ? Ça ne sert à rien de s'imaginer les pires scénarios possibles. Au contraire, je ne vois pas pourquoi tout ne se passerait pas normalement.
Enfin, de toute façon, on sera vraiment fixés une fois dans le temple...

La route ne fut pas très longue, au contraire. Le temple était beaucoup plus proche qu'il ne le paraissait. J'aurais vraiment voulu que ce foutu temple soit plus éloigné, qu'on y arrive jamais... Décidément, mes sifflements n'arrivent même pas à me rassurer moi-même.
Alors que je pensais que la route allait se faire dans un silence de mort, avec un akuma aussi sérieux  qu'une tombe, je suis surpris de l'entendre parler de lui-même.

- Pardonnez mon indiscrétion, mais avant qu’il y ait eut Fortuna. Vous aviez une famille, des enfants, un métier ? Parfois ça ne vous manque pas ?

Je me retourne vers lui et affiche un sourire. Ah, on va pouvoir enfin construire une vraie conversation, et pas seulement aboyer des ordres ou parler de cette mission, pour un coup !

-Et pourquoi ça devrait me manquer ? Je suis toujours marié, j'ai toujours mes deux enfants, et j'ai toujours mon boulot. C'est pas parce que je suis devenu un Noé que j'ai abandonné tout ça. Bon, d'accord, j'ai de nouvelles responsabilités, et parfois je dois partir. Mais ça se justifie juste avec deux ou trois mensonges ! Non, franchement, devenir un Noé, ça n'a rien chan...

Non attends. Qu'est ce que je raconte ? C'est tout le contraire...
Bien sûr que si, ça a tout changé. Non, ce n'est pas à cause de la transformation en Noé, mais c'est à cause de cette fichue innocence... Oui, sans cette innocence, je ne serais pas séparé de ma fille. Sans cette innocence, je n'aurais pas peur de la revoir, peur pour elle mais aussi pour moi. Parce que je ne sais vraiment pas ce qu'il va se passer si Saphira découvre ce  que je suis vraiment. Et je n'ai vraiment pas envie de le savoir.
Si seulement je n'étais pas un Noé, je ne me soucierais pas de tout ça.

-Bien sûr que si... Ça a tout changé... Tout ça à cause de cette saloperie d'innocnce...

Pendant un moment, j'oublie complètement que Haydar est encore à côté de moi. Je ne me rends même pas compte que je dis tout haut ce que je pense tout bas. Je ne sais pas vraiment pourquoi, mais d'un seul coup, je suis totalement en rogne, et je n'arrive pas vraiment à réfléchir correctement. Tout ce qui m'importe maintenant, c'est de détruire cette innocence. Et au fond de moi, je sens que Fortuna commence à prendre le contrôle...

Enfin, nous y voilà, devant le fameux temple... qui abrite l'innocence, j'en suis sûr. Et bizarrement, si je suis toujours réticent à l'idée d'aller voir la gamine, je suis motivé par une colère qui m'est étrangère... Fortuna ne pense qu'à détruire cette innocence.
Je reste un moment admiratif devant les grands piliers grecs du temple. Vraiment, tout est magnifique ici, et je pense que j'aurais vraiment pris plaisir à me balader dans ce petit village... Enfin, s'il n'y avait pas toute cette histoire.
Je me tourne vers l'akuma et lui indique d'un signe de tête de me suivre. Même si nous n'avons vraiment pas envie d'y aller, au fond, ni lui ni  moi n'avons le choix. Moi je dois obéir au Comte Millénaire, et lui doit m'obéir. Et je n'ai pas vraiment envie d'y aller seul.

Maintenant, on est arrivés au point de non  retour. Je pousse les portes du temple et pénètre à l'intérieur. Et là, je me fige.
Au fond du temple, près de l'autel, la même gamine que j'ai croisé tout à l'heure est assise par terre. Et lorsqu'elle relève la tête vers nous, je peux voir que son visage est baigné de larmes. Je m'avance lentement vers elle, mais la fillette recule vers le mur, affolée, et regarde dans toutes les directions, cherchant une issue.
Bien sûr, elle me reconnaît, et elle se méfie bien de l'étranger qui l'attendait juste devant chez elle. Et cette fois-ci, elle a bien raison de se méfier ainsi.
Mais cela ne m'arrête pas, et je continue de m'avancer jusqu'à arriver juste devant elle. La petite turque me jette un regard empli d'horreur.
Non, je ne peux pas faire du mal à une gosse comme elle... Même si je crains l'influence de Fortuna.

-Gamine, si tu veux rentrer tranquillement chez toi, tu vas me donner bien gentiment cette innocence, et on en aura fini avec cette histoire, d'accord?

A voir sa tête, elle n'a visiblement pas compris un mot de ce que je lui ai dit. Ah, ce que je suis bête... J'ai oublié qu'elle ne parle pas l'anglais.
Je tends lentement ma main, geste qui se voulait doux, mais la gamine la repousse brutalement.
Je grimace à ce contact. Sa main est trempée, recouverte d'une eau qui semble tout à fait normale, mais qui me brûle la peau. Comme cette pluie... Cette pluie infestée d'innocence.
Et merde. Maintenant, c'est plutôt difficile de nier l'évidence.

Profitant de ma surprise, la gamine se met à courir, et emprunte un couloir sur la gauche.
Elle m'a filé entre les doigts. De toute façon, j'ai l'impression que quoi que je fasse, elle ne voudra pas vraiment m'écouter.

-Haydar, va la rattraper, et dis lui de nous donner l'innocence bien sagement.

Et je t'en prie, sois convaincant...





Spoiler:
 
Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 13 Juin - 23:12







FanatismeQuand il ne retse plus rien, on a toujours un dieu vers qui se tourner.



Les deux hommes arrivaient au bas des marches. Déjà, la tension montait. Peut être une petite conversation changer un peu les idées, adoucira l’atmosphère.

« Et pourquoi ça devrait me manquer ? Je suis toujours marié, j'ai toujours mes deux enfants, et j'ai toujours mon boulot. C'est pas parce que je suis devenu un Noé que j'ai abandonné tout ça. Bon, d'accord, j'ai de nouvelles responsabilités, et parfois je dois partir. Mais ça se justifie juste avec deux ou trois mensonges ! Non, franchement, devenir un Noé, ça n'a rien chan... »

Il y eut le mytique silence pesant qui fit prendre conscience au noé de la véritéde la chose. Il perdait tout ce qu'il croyait acquis pour arriver dans une vie où s'il n'allait pas de mensonge en mensonge, il ne pouvait garder son passé. Devenir noé peut alors s'apparenter à une mort, celle de leur vie passé. Seulement, pour les akumas, c'était la même chose. Sauf qu'il y avait deux morts et qu'on les privaient de liberté. Ètais ce justifiable ?

« Bien sûr que si... Ça a tout changé... Tout ça à cause de cette saloperie d'innocence...
- S'il n'y avait que l'innocence. »

Ces paroles pleines de sous entendus termina dans les oreilles d'un sourd, aveuglé par une haine. Pourtant, il y en avait des choses qui changeait sa vie : ses frères, le pouvoir, l'entité, la douleur et cette haine. Son regard froid me glaça le dos m'ordonnant de le suivre. Une à une, on monta le quelques marches du petit temple avant de poussé les portes.

Et dés qu'on entra, on vit l'enfant triste devant l'autel. Mais son regard empli d'horreur en voyant l'étranger la fit reculer. Comme Ayden avançait, je refermais la porte avant de me positionner devant. L'anglais essaya de discuter oubliant qu'il était un étranger ici. La fille encore plus horrifié, se mit à courir dans le couloir gauche tentant de passer derrière les colonnes pour attendre la porte d'entré.

« Haydar, va la rattraper, et dis lui de nous donner l'innocence bien sagement. »

À ces mots que je le veuille, ou non, je me précipita vers ma droite du coup. Je réussis a me placer devant l'enfant, la regardant dans les yeux avec le regard le plus rassurant que je pouvais faire.

« Mon enfant ! On est là pour t'aider. Crois tu que si on te voulais du mal, on serait venus à deux jusqu'ici. » La fille sembla faire non de la tête avec un regard un peu plus rassuré.
« Je retournerais pas à la maison..
-Il n'a jamais été question de cela. Ton pére ne t'embetera plus.
-Pourquoi que lui avait vous fait ?
-On lui a juste donner une correction pour le calvaire qu'il te fait subir.
-C'est vrai. Il ne me frappera pas, il ne me fera plus jamais ça ? »

Les yeux de la fille commencèrent à couler, à fondre en larme. Que lui faisait elle pour qu'elle soit devenu aussi heureuse d'un seul coup, de savoir qu'il ne fera plus ce qu'il faisait. Pourtant, j'avais besoin qu'elle me prenne en confiance, alors j’acquiesçai. Seulement, alors que la fille pleurait, ses yeux se mirent à briller d'une lueur verte.

« Arrête de pleurer. Ce que tu as au yeux est une maladie. On est venu t'en soulager..
-Un maladie ? C'est un don de la déesse. Grâce à mes larmes je peux gerrir les gens.
-Mais ce pouvoir ne fera que te consumer, consumer ta famille, tes amis. On viendra te tuer, on te jalousera.
-Ce n'est pas ma volonté. C'est celle de la déesse, comment voulez vous que j'aille à l'encontre de cela. »

Je commençait à être à court de réplique. Derrière le vert de l'innocence, je pouvais voir les paillettes qui animaient l'enfant. Ces paillettes qu'on les religieux fanatiques quand il parle de ce en quoi il croit. Par télépathie, je fais comprendre à mon acolyte que la résonner serait difficile et que je ne savais pas quoi répliquer à sa dernière phrase. Pourquoi fallait elle que cette fille se soit réfugier dans la religion ?


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Jeu 25 Juin - 20:40

Ce que je craignais

Ayden et Haydar

Je pensais vraiment pouvoir faire confiance à Haydar. Après tout, avec ma tête d'étranger, ce n'est pas très étonnant qu'elle se méfie de moi, lui aura sûrement plus de chance...
Enfin, je l'ai peut être sur estimé finalement... Ou peut être ai je sous estimé la gamine.
Lorsque Haydar s'est mis à la poursuite de la fillette, je n'ai pas bougé, après tout si elle me voyait, elle s'enfuirait encore. Tout ce que j'attendais, c'était qu'il revienne avec cette innocence rapidement, et qu'on puisse ensuite repartir tranquillement.
Enfin, c'était être trop idéaliste. Lorsque Haydar me dit que la gamine ne veut pas rendre l'innocence, je ne peux m'empêcher d'avoir un rire empli d'amertume. Au fond, je m'y attendais un peu... Après tout, cette gamine n'a pas eu de chance pour avoir croisé notre route.
Et pourtant, mon inquiétude et mon appréhension sont remplacées par un autre sentiment. La colère contre l'innocence et les « élus de Dieu », mais c'est une colère qui n'est pas le mienne... C'est celle de Fortuna.
Alors, je me laisse envahir par cette colère, et je sens que le Noé reprend le contrôle. Bon sang, si seulement cette gamine avait écouté Haydar...

Je m'engage alors dans le couloir que la fille et Haydar ont emprunté quelques minutes plus tôt. En entendant l'écho de mes pas, la fillette émet un petit glapissement apeuré. Et cette fois, je peux voir très clairement les marques de l'innocence... Ses yeux brillent d'un éclat vert. Cette fois, il n'y a plus de doutes.
Je m'avance vers elle, et sans que je ne m'en rende vraiment compte, ma peau prend une teinte grise et mes yeux prennent une couleur dorée. Le Noé reprend le contrôle.
Dès qu'elle me voit, la turque se met à crier, et cette fois ci, ce n'est pas seulement à cause de ma tête d'étranger. Elle a beau ne pas appartenir à l'Ordre Noir, son innocence doit bien lui transmettre le danger des Noés.
La gamine jette alors un regard paniqué à Haydar, doutant finalement du seul en qui elle pensait croire. Réalisant enfin qu'elle était cernée, la fille poussa l'akuma et se mit à courir vers la sortie.
D'un coup, sans vraiment me contrôler, je plonge ma main dans ma poche pour en sortir une pièce. Je la lance en l'air, mais cette fois ci, je la laisse retomber au sol.
Face. Aussitôt le résultat annoncé, l’inoffensive pièce de monnaie s'agrandit d'un coup, devenant aussi dangereuse qu'un chakram. Je m'empare de l'arme et la lance, et elle vient se ficher dans le mur, juste devant la turque. Terrifiée, la gamine se met à hurler, et, se sachant piégée, elle s'écroule par terre et fond en larmes, tremblante.

Non, qu'est ce que je fais ? Je ne peux pas tuer une gamine comme elle... Je ne veux pas.
Et pourtant, la colère de Fortuna est plus forte. Je ne suis même pas vraiment maître de mes actes.
Et soudain, je sens que Fortuna a d'autres plans. Quelque chose qui lui semble plus drôle et moins contraignant... Mais je ne sais pas si je dois me réjouir pour autant.
Je me tourne vers Haydar, tandis qu'un sourire mauvais -qui n'est pas le mien- étire mes lèvres. Fortuna s'adresse directement à lui.

-Akuma, tu vas récupérer cette innocence de force, s'il le faut. Peu m'importe la manière, tant que cette innocence est détruite. Et dépêche toi, je ne suis pas patient.

Je baisse les yeux vers la gamine, toujours en larmes. Inutile de comprendre ma langue pour comprendre que ces paroles étaient des menaces.
Moi devant elle, lui barrant la route, et Haydar derrière, ne lui laissant aucune échappatoire. Elle se savait cernée.
Je lève les yeux vers le masque blanc de l'akuma, me reprenant légèrement. Bon sang, c'est sûr, maintenant il va me détester.

Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Jeu 2 Juil - 22:38







Soif de sangLes reptiles ont faim et ne se contentent pas de petites souris.



La gamine pleurait des larmes d’innocence refusant de rester en vie. Pourtant ce n’était pas faute de l’avoir essayer. Je vais devoir dépouiller son cadavre du cristal divin. Si encore elle n’avait pas été symbiotique, j’aurais juste eut besoin de récupérer son âme sans la toucher. Et seulement, ce qui semblait être mon cœur vint se sérer en voyant l’ombre derrière le pilier s’avancer dans notre allée.

C’était le noé et la pression qui commençait à peser sur ma matière noir. Finalement la vraie nature de mon acolyte ressortait doucement à mesure qu’il s’avançait, que sa peau devenait grise, que ses yeux jaunissaient. Il avait perdu son teint bronzé ayant à la place ce rictus malsain qui faisait bouillir ma matière noire. La fin était proche. Et la fille semblait le savoir.

Elle cria, tournant sa tête vers moi. Derrière les larmes, on voyait la crainte, la peur. Elle commençait à angoisser, à perdre pied. Et en un geste de désespoir, elle courut vers moi. Déstabilisé, elle me poussa. Et j’eut une vive douleur à la poitrine, me penchant en passant ma main sur ma chemise traditionnel. Mon poitrail fumait.

Mon seul réflexe fut de l’arracher et jetant la chemise au loin. Saloperie d’innocence. En y regardant mieux, on voyant qu’elle était mouillé. Et c’est à ce moment que je vit la pièce passé non loin de moi avant d’aller se figer dans une des mosaïque juste devant l’enfant. Tremblante, ses jambes cédèrent. Ayden me regarda froidement, il me regardait comme si je n’étais finalement qu’une arme. À ses yeux, je n’avais plus de conscience, plus d’émotions, plus de sentiments.

-Akuma, tu vas récupérer cette innocence de force, s'il le faut. Peu m'importe la manière, tant que cette innocence est détruite. Et dépêche toi, je ne suis pas patient.

Si ce regard m’emplissait de haine, que ces mots rendaient mon ami méprisant, ma matière noire avait soif, soif de sang. Elle voulait de cette innocence, se repaître de chaire. De chaque côté de mon cou se formèrent deux bulles et ma chaire se déchira. Mes trois têtes de serpent réclamer leur repas, mon corps grossissait laissant un corps de dragon en sortir. Mais quoi de pire que de manger une proie qui frétille, il fallait l’anesthésier ou la tuer.

Chacune de mes trois têtes se glissèrent doucement, leurs regards rouges plongés dans les pupilles brillant de l’enfant. Les gueules s’ouvraient alors qu’un gaz bleuter commençait à en couler. Et assez proche de ce corps frêle et tremblant, le gaz sortit à toute vitesse englobant l’enfant. Elle ne devrait pas tarder à s’endormir et par réflexe de serpent –fourbe et malicieux- mes trois têtes se battront pour en avoir un morceau.

C’était cela l’hydre. Des têtes jumelles, un seul estomac et pourtant chacun jalousait sa voisine jugeant qu’elle avait eut un plus gros morceau de viande qu’elle.

Seulement le bout de viande ne semblait pas vouloir se laisser faire et le désespoir donnait des ailes. Elle passa sous l’un des mes cous, passant sous la pièce géante se tortillant sur le sol. L’une de mes têtes tenta de la suivre, mais la gauche ne l’entendait pas de cette oreille tentant de la mordre. Elle était rapide la petit et les cros de métal firent par heurté le cou de la gauche.

La petite semblait plus fatigué titubant un peu dans la grande allée. Je courut derrière elle, seulement, ma patte marcha dans ce qui semblait être de l’acide. La fille pleurait et ses larmes couvraient le sol de flaques d’innocences brûlantes. Ma patte fumait alors que je reculais. Mes têtes crachaient dégoûter de leur échec. La jeune fille courait, mais ma maladroitesse de mon gros corps m’empêchait d’avancer sans marcher dans cette eau.

C’était au Noé de faire quelque chose ! Il devait sûrement y avoir une autre sorti au fond du temple.

© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 11 Juil - 1:24

Fini de jouer

Ayden et Haydar

Décidément, j’enchaînais déception sur déception. D'abord il y avait eu le refus de la gamine, et ensuite ça... Comment aurai-je pu prévoir qu'un akuma de niveau deux n'arrive pas à attraper une fillette qui ne sait même pas maîtriser son innocence ?
Et dire qu'il y a quelques minutes encore, j'étais presque soulagé. Je savais très bien qu'il n'y avait plus d'espoirs pour la petite compatible... Si elle est symbiotique, alors il y a de grandes chances qu'elle meurt avec son innocence. Et quand Haydar avait commencé à révéler sa vraie forme pour achever le travail, j'étais presque rassuré de ne pas avoir à faire le sale boulot. En fait je me dégoûte moi-même...

L'hydre révèle enfin a véritable apparence. Ses trois têtes monstrueuses s'agitent dans tous les sens, tandis que ses yeux fixent sa future proie. Sa véritable nature de monstre reprend enfin le dessus. L'akuma émet alors un gaz bleuté, qui englobe sa cible.
Je détourne la tête. Pour l'hydre vorace, c'est l'heure du repas. Et je n'ai pas envie de voir un tel spectacle.
Mais quelque chose d'inattendu se produit. Contrairement à ce que je m'attendais, la gamine ne s'endort pas sur le coup. Animée par la force du désespoir, la gamine parvient à s'extirper et se met à courir vers la sortie. Le monstre à trois têtes se met alors à la poursuivre, mais marche dans une grande flaque. Mais pas une flaque d'eau... une flaque d'innocence. Les larmes de la fillette.

Et alors que la douleur fait reculer Haydar, la petite turque en profite pour s'enfuir. Pris de court, je ne me rends pas compte tout de suite de la situation, et elle me file entre les doigts.
Bon sang, comment a t-elle pu s'échapper ? Elle était à la merci de l'akuma ! Décidément, elle a une volonté de fer.
Je regarde la brûlure d'Haydar. Oui, je dois dire que je suis surpris, je ne m'attendais pas à ce qu'elle parvienne à survivre.
Mais si moi je suis déçu, je sens que Fortuna est encore plus en colère. En colère contre un akuma qui n'a pas réussi à obéir aux ordres.

-Voyez-vous ça, la grande et terrifiante hydre terrassée par... une gosse d'une dizaine d'années ! Pitoyable... Le travail revient encore aux maîtres.

Satisfaite d'avoir ridiculisé l'akuma, Fortuna m'incite à me lancer à la poursuite de la compatible. Je lance un dernier regard à Haydar. Maintenant il connaît vraiment la véritable nature de mon Noé... C'est dommage, on aurait peut-être pu bien s'entendre...

Je regarde le couloir qu'a emprunté la gamine. Si je la suis, même en courant, je ne sais pas si je pourrais la rattraper. Cette petite m'a déjà semé, et en plus, ses larmes laissent des sillons d'innocence brûlante sur son passage. Ce ne serait pas judicieux d'emprunter le même couloir.
En revanche, j'aperçois, au fond de la pièce, de la lumière filtrer. Je m'en approche, et je me rends compte qu'il s'agit d'une ouverture. Parfait, je vais pouvoir contourner la gamine. Sans attendre Haydar, je m'élance dans le couloir, à la poursuite de la fille. Fini de jouer le vieux idiot, le Noé reprend le dessus.
Finalement, je débouche enfin sur une sortie, à l'arrière du temple. Bien, j'ai encore le temps de contourner la fille. Je me mets alors à courir vers l'entrée principale, par là où va passer la turque.
Et finalement, j'ai réussi à la contourner. En me voyant, la fille se met à crier, et courre de plus belle.
Mais cette fois ci, je ne vais pas la laisser s'échapper. Je sors une autre pièce de ma poche, et je la lance en l'air. Pile. La pièce se divise alors en plusieurs autres, qui foncent vers la fillette. Une des pièces vient égratigner la jambe de la fille, qui perd son équilibre et trébuche dans son élan. J'ai le temps de m'approcher d'elle et de me mettre à son niveau.
Cette fois, c'est fini. Elle ne peut plus s'échapper maintenant. Alors la turque éclate en sanglots. Ce serait tellement facile de l'achever pour récupérer son innocence...

Mais non, cette idée ne semble pas plaire à Fortuna. Tout cela lui semble bien trop simple... pas assez « amusant ».
Je sais quelle idée Fortuna a en tête... Haydar est resté en retrait, un peu plus loin. Finalement, ce n'est peut être pas à lui que va revenir le sale boulot. Oh, je le comprends, moi aussi je le rejetterai sur quelqu'un d'autre à la première occasion !
Mais visiblement, ce comportement ne plaît pas à Fortuna.

 « Viens, akuma. Maintenant, cette gamine est à ta merci, tu vas pouvoir l'achever tranquillement~ »

Le faire tuer alors qu'il ne voulait vraiment pas... Décidément, Dame Fortune n'est vraiment pas clémente avec lui.
D'un coup, un grand bruit me fait lever la tête. Et cette fois, j'ai vraiment de quoi m'inquiéter.
Des nuages noirs ont recommencé à envahir le ciel. Mais ceux ci ont l'air beaucoup plus menaçants que la dernière fois. On dirait qu'une tempête se prépare cette fois.
Je baisse la tête vers la gamine, en pleurs. Bien sûr, c'est elle  qui provoque ça...
Bon sang, Haydar a intérêt à se dépêcher, parce que cette tempête ne risque pas que de brûler nos vêtements...



Spoiler:
 
Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Sam 8 Aoû - 21:49
ATTENTION, âme sensible s'abstenir !








DélectationLes akumas vivent de meurtre, c’est leur essence !



Chacune des têtes sifflait sa colére en écho des cris de peur de la jeune fille. Les sifflements allaient répondirent sur les piliers pour glacer le sang de sa victime. La compatible ne fera pas long feu. Je n’avais vu ni exorciste, ni traqueur dans les parages. On avait le champ libre. Et je n’avais qu’une seule envie sentir ce sang dans mes bouches, déchiqueter ce corps si frêle. Et je sais que cette envie n’est du qu’à ce corps. Une arme tue, aime tuer, sert à tuer, doit tuer. Je dois le faire.

« Voyez-vous ça, la grande et terrifiante hydre terrassée par... une gosse d'une dizaine d'années ! Pitoyable... Le travail revient encore aux maîtres. »

« Tu as entendu ce que le noé a dit ! Tu es un incapable. Cracha la tête de droite.
-C’est de ta faute. J’allais la croquer incapable. Répondit la gauche.
-J’ai faim. Finit par dire la troisième.
»

Encore des paroles qui me mirent en colère, l’homme que je croyais sympathique et amicale n’est plus qu’une langue de vipère. Je sortis les miennes pour fouetter l’air alors que je contournais le couloir empli de flaque par un couloir annexe traînant ma longue queue et frappant le sol faisant tomber quelques poussières du plafond. Et si le noé avait été plus rapide que moi, que la fille était déjà à terre, j’avais le dégoût de ne pas pouvoir me délecter de ses entrailles. Le noé va se charger de la tuer et le travail sera fait.

« Viens, akuma. Maintenant, cette gamine est à ta merci, tu vas pouvoir l'achever tranquillement~
-OH ! Merci mon maître. Cria la droite en accélérant le pas.
-Comme vous êtes bon. Flatta la gauche.
-Elle ne vivra plus très longtemps. Réussit à articuler la centrale la bouche crachant déjà une épaisse fumée bleue.
»

Bien sur, tous ses mots sont sortis sous la soif de meurtre, baignait par la matière noire. Bien sûr, dans le futur, je me maudirais d’avoir dis ses paroles. Mais elles étaient dites. Je courais vers le corps couché de la jeune turque, elle rampait. Mes yeux de serpents la fixaient extrêmement satisfaites.

« Approche ma mignonne !
-Viens, ce ne sera pas douloureux.
-Ce nuage ne me dit rien qui vaille.
-Saloperie, encore de l’innocence !
-Elle doit crever au plus vite !
-Dévorons là.
»

Les gouttes tombèrent doucement. D’abord une sur le dos, puis une sur la patte, chaque ploc était accompagné d’un nuage de vapeur. « TU VAS MOURIR ! » Sifflèrent les vipères en cœur. Chacune de ses douleurs rendaient mes yeux encore plus rouge, plus haineux, plus violent. Et assez vite, la centrale s’approcha de l’enfant. Son regard empli de peur se fit alourdi par la fumée bleue, et d’un coup d’un seul, elle sombra se cognant un peu la tête sur un pavé. Un peu de sang coula. La gauche se lécha les babines.

La pluie continuait à couler et délicatement, la langue de la tête du milieu vint lécher le contour des yeux emplis d’innocence et de larme. La mâchoire s’ouvrit encadrant la tête de la petite et elle se referma.

Le sang, dans ma gueule, coula dans mon gosier, chaud ! Le mien bouillonnait alors que les deux autres têtes se firent impatiente. Chacune vint prendre une extrémité de la fille. Et elles tirèrent. Une déchirure. La gauche croqua laissant une partie retomber sur le sol, elle se dépêcha de la ramasser. La droite laissa sa partie couler dans sa gorge. C’était bon.

Satisfait, la tête centrale tira son cou d’où coulait encore du sang vers son maître. Elle déposa délicatement tel un diamant, le cristal divin qui lui avait brûlé la bouche. À lui de le détruire, de le broyer.

Quand à moi, je pleurais déjà cette perte intérieurement terrifiée par ma forme monstrueuse et cruelle. Pourquoi a tu fais cela Émir ? Pourquoi ?


© Jawilsia sur Never Utopia
avatarInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Dim 16 Aoû - 23:23

Et la pluie s’arrêta

Ayden et Haydar


J’étais là, devant la petite, à terre et en larmes. Et elle me fixait avec des yeux emplis d’horreur. Elle me voyait comme un assassin qui allait lui donner la mort. Mais elle ne savait pas encore que ce n’était pas moi qui allait donner le coup de grâce.
L’akuma répondit immédiatement à mon appel. L’hydre arriva peu de temps après moi, suivant la trace de le compatible. Et devant le monstre, une petite proie tout juste attrapée, immobile et apeurée. Oh, il ne ferait qu’une bouchée de la fillette.
Quoique pas tout à fait. Finalement, Haydar préfère partager en plusieurs morceaux pour chacune des têtes.
Le monstre s’approche de la fille, qui retrouve la force de ramper pour fuir la mort qui approchait à grands pas. Et son innocence se manifeste encore une fois, comme pour protéger son propriétaire. Des gouttes d’innocence finissent par tomber du grand nuage gris qui s’était formé au dessus du temple. Une goutte atterrit directement sur ma main. Et merde, cette saloperie brûle vraiment... Je remets mon chapeau correctement et mets mes mains dans mes poche, pour ne pas exposer ma peau à la pluie. Mais si ça continue, c’est peine perdue...
Et Haydar a lui aussi bien ressenti la douleur de l’innocence.

-TU VAS MOURIR !

Les trois têtes se mettent à siffler en choeur, et s’approchent dangereusement de la gamine. Celle ci essaie de fuir l’akuma mais elle s'évanouit à cause de la fumée et se cogne la tête contre un pavé. Du sang coule de sa plaie. Les trois têtes de l’hydre la surplombent, chacune se léchant les babines. Le jeu est fini.

Et cette fois ci, je ne reconnais plus du tout l’homme avec qui j’ai discuté quelques minutes plus tôt. Celui qui semblait être dégoûté de devoir tuer une fillette un instant plus tôt s’est transformé en une véritable bête assoiffée de sang.
Moi qui pensait que Haydar allait terminer ce travail rapidement et proprement, je me suis lourdement trompé.
Chacune de ses têtes s’approche du corps de l’enfant, et agrippe une partie. Elles se mettent toutes à tirer de leur côté, et j’entends plusieurs os craquer. Jusqu’à ce que le corps cède finalement. Les trois têtes de l’hydre dévorent leur repas, comme si chacune en voulait plus que l’autre.
Ça me dégoûte. Finalement, il ressemble juste à un chien affamé. Lui qui tout à l’heure semblait bien plus miséricordieux, son instinct d’akuma révèle sa vraie nature.
Une fois son repas fini, l’une des têtes se retourne vers moi et dépose quelque chose à mes pieds. L’innocence.
Bien, il ne me reste plus qu’une seule chose à faire pour pouvoir terminer cette mission. Je me baisse et saisis le cristal qui brille d’une lumière verte. Une si petite chose, et qui pourtant peut décimer une petite armée d’akuma...
D’un coup sec, je referme le poing sur l’innocence. Celle ci se met à chauffer, jusqu’à ce que un bruit sec se fasse entendre. Quand j’ouvre à nouveau la main, ce n’est plus qu’une poussière verdâtre qui s’en échappe et qui se disperse au vent. Notre mission est terminée.

Je lève les yeux vers Haydar. Du sang coule encore de ses bouches. Finalement, la fille rejoindra le père.
Je détourne les yeux, alors qu’une vision vient hanter mon esprit. Aujourd’hui, je viens d’exécuter une gamine qui ignorait tout de la guerre, mais qui a eu la malchance d’être compatible avec une innocence. Et si un jour je devais être confronté face à Saphira... Non, je ferai tout pour que ce genre de situation ne se reproduise pas.

-Tu as bien fait ton travail.

Je ne peux pas dire le contraire, même si le voir ainsi déchiqueter une enfant me dégoûte, il a obéit aux ordres.
Je lève la tête, et observe le ciel. Plus une goutte ne tombe, et le grand nuage gris qui assombrissait le ciel a disparu en même temps que l’innocence. Il ne pleuvra plus avant un bon bout de temps.
Ma peau perd cette teinte grise et mes yeux reprennent leur couleur bleue. Le noé satisfait d’avoir pu détruire une innocence, Fortuna se calme maintenant.
Je reporte mon attention sur Haydar. Je vais enfin pouvoir le libérer.

-Notre mission est terminée.

Et dire qu’il y a à peine quelques minutes, nous étions tous les deux réticents à devoir tuer une gosse. Quelle blague...
Après tout ça, je ne pense pas que Haydar veuille repartir comme si rien ne s’était passé. Et je ne pense pas vouloir non plus.

-Tu peux disposer, Haydar.

Je commence à m’éloigner du temple. Libre à l’akuma de me suivre ou non. Je veux juste oublier tout ça.



Pile ou Face ? ♣

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Vivre tranquillement avec ma famille... mais d'abord détruire l'innocence de ma fille.
Aime:
N'aime pas: avatar
Ayden HydePile ou Face ? ♣
Ayden ronfle en royalblue

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 220 ▐ Autres Comptes : Soren D - Cristal G - Lavi - Louis R - Phoenix L - Éloi B
Masculin
▐ RPG Age : 43
▐ Personnalité : Paresseux-Rêveur-Insouciant-Familial-Naïf-Calme-Protecteur
▐ Parcours RP : Noah party (+10)
Aventures farfelues (+20)
Trou paumé (+20 )
Dramatique rencontre (+20)

Total: 1182 points
Rang C

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Vivons bien, vivons caché. [PV Ayden~Haydar]
» Pour vivre heureux vivons caché
» dans quel monde vivons nous ????
» Un canon de fortification bien caché
» Petit Etang bien caché

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Afrique et reste du Monde :: Autres pays-
Sauter vers: