Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Khrysalis est une grande école fondé quelque temps après la seconde guerre mondiale. Construite sur une île dans les caraïbes, elle accueille les humains et les Enigma, des êtres vivant possédant des pouvoirs ou ayant une race différente des humains. Les deux races ont encore du mal à se cotoyer sans méfiance mais la directrice est bien décidé de les faire cohabiter et les aider à se respecter les uns des autres. KHRYSALIS ACADEMY
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 « Attachment leads to suffering. »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
« Attachment leads to suffering. »
Mer 5 Avr - 22:50
 
Tu regardes de nouveau l’immense montagne qui se dresse devant toi comment en es tu donc arrivée là ? N’étais tu pas tranquillement en train de siroter un excellent chocolat chaud dans l’un des nombreux salons qui composent l’Arche ? Ne cherchais tu pas tout simplement un peu de réconfort (douceur) après les récents évènements (Soren) ? qui ont (fortement) violemment secouer ton pauvre petit cœur gelé (n’allez pas le casser malheureux) alors pourquoi a t’il fallu que tu te retrouves (encore) en charge d’une mission ? tu soupires (de nouveau) tu n’étais pas vraiment en position de dire non au Comte Millénaire et te voilà dans le froid le vent la tempête la neige et le flocon et devant toi cette immense montagne qu’il ne te reste plus qu’à escalader.



Entre deux grognements tu ne peux t’empêcher de maudire (détester ; haïr) le Regret qui irait s’isoler au bout du monde ? Dans les montages in einem Hure indischen Tempels dans l’Himalaya chez les indous ou tu ne sais quoi encore (tu t’en fiches un peu en fait) tous ça à cause d’un maudit (décidemment les malédictions frapperont ce soir) Arche qui n’est même pas capable de te déposer là où il faudrait te voilà dans une position fort humiliante un bras une jambe un bras une jambe (ceci répété jusqu’à l’apparition d’un espace plat où tenir debout (et une deux une deux)).





« Ramène moi le Regret » si facile à dire alors pourquoi si difficile à faire mais surtout (La Question)  pourquoi toi ? (Arrête donc  de te lamenter Lena)  tu ne l’as jamais vu tu ne lui as parlé tu ne le connais absolument pas mais déjà inévitablement tu l’exècres  tu arrives enfin (avec difficulté) au sommet de ton (très gros) rocher les pieds dans la neige les cheveux plein de (jolis) flocons et ton unique vêtement trempé par ce (désagréable) temps peu clément et tu regardes (un peu ébahie) l’immense temple qui se dresse devant toi.




L’architecture du lieu donne à l’endroit un (aura) atmosphère mystique et irréel qui te coupe littéralement le souffle néanmoins le vent et la paysage nivéen te rappelle bien vite à la réalité tu te précipites vers le temple et tu te retrouves un peu bête devant que faire ? Toquer ? Toquons. Un moine vient d’ouvrir (ou du moins tu supposes que) étrangement il te regarde mais ne pose pas de question (et ce n’est pas toi qui va lui en poser non plus (ahahaha)) il t’invite à entrer et tu ne te fais pas prier plus que nécessaire un autre te tend gentiment une serviette que tu acceptes avec soulagement et encore un autre (ou peut être est ce le même) te fais signe de le suivre et tu le fais comme par automatise (instinct) tout en essuyant tes cheveux tu observes l’endroit et ne peux être qu’émerveillée par la beauté du lieu tant est si bien que tu manques presque de bousculer ton escorte qui s’est manifestement arrêté tu rentres dans la salle qu’il te montre du doigt (pas très bavard) dedans ce pour quoi tu es trempée fatiguée et énervée : Cyclamën Animae. Le Regret.



© Kaktus pour Lena sur Heart ♥




LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 15 ▐ Messages : 130 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (50) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (10) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (30) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (120) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 860

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Jeu 6 Avr - 0:21


˻ dismutation ˺


Feat —  Lena

Dismutation : réaction en parallélisme c’est-à-dire le réducteur et l’oxydant ensemble, c’est-à-dire fabriquer le monde et l’atome avec rien, avec un morceau de rien, avec un morceau de néant ; dismuter, c’est faire voyager son esprit loin, loin et très loin et transférer les électrons (c’est-à-dire les lumières de la conscience) disputé c’est être (ici et (là-bas) (partout et (ailleurs)) enfin disputé aussi en réalité la conscience de Cyclamën se disputait à l’oxydation et à la réduction, à l’équation inévitable de son existence du bien et du mal de la guerre et des humains, les relations électroniques et les liaisons entre les hommes enfin ; l’homme triste du regret méditait. (Et les mots dansaient autour de lui et formaient les liaisons les couleurs et les formes, il méditait, et autour de lui des mondes se créaient et étaient détruits (dans sa tête) des histoires étaient racontées, transmises et oubliées, l’homme voyageait dans le temps et dans l’espace, il n’était rien et donc par définition et il était tout (c’est là le pouvoir des hommes qui ne sont rien) il était omnipotent il fabriquait et divisait et les mots dansaient autour de lui et formaient les liaisons) ; il méditait et les yeux fermés, il était ailleurs. Dismutation, faire disparaître les liens : car les liens (Cyclamën se souvenait, c’était marqué comme au fer blanc dans sa peau et sa chair et sa rétine et sa tête et son âme) car les liens séparent les gens, les liens apportent la souffrance. Maintenant qu’il méditait et avait médité, le Regret avait compris : la souffrance est facultative. Le corps replié comme un lotus superbe, comme un caillou malingre, en tailleurs, il laissait son être prendre sa substance dans ce qui l’entourait (il était loin) dans ses pieds nus il sentait le bois et le froid de la bâtisse (il était loin) il sentait sur son corps sec la morsure du tissu rugueux et rudimentaire qui composait sa tunique il méditait il était loin il était disputé et dismuté enfin ; les mains repliées sur son torse en un signe compliqué, il voyait le monde dans le tout et le rien (et les mots dansaient toujours autour de lui et formaient les liaisons).

Cela faisait trois mois qu’il vivait dans les montagnes de l’Himalaya : les moines l’avaient accueilli sans poser de questions. Il accomplissait sa part de travail pour le monastère, et le reste du temps, il méditait ou écrivait : « celui qui observe » c’était son surnom. Cyclamën parlait rarement, voir jamais : ils étaient rares, ceux qui pouvaient se targuer d’avoir entendu le son de sa voix. Au fil du temps, le Regret s’était pris d’une certaine forme d’affection pour ses hommes au mode de vie simple : il s’était ouvert à eux pour finir par se faire complètement accepter par cette communauté respectante des adeptes du silence. Plus important, par le dessin (le silence toujours) et les mots parcourues, le norvégien leur avait fait connaître les grandes lignes de sa condition (celui qui porte la masse des regrets) ; il avait ouvert son coeur aux hommes. Les hommes — bouddhistes, puisque c’était là la religion défendue par ce monastère — avaient embrassé ce présent. Il était donc naturel que lorsque l’apôtre de la Peur s’était présentée à la porte du temple ce jour-là : les moines n’avaient guère été surpris. Ils l’avaient fait entrer et l’avaient conduit à Cyclamën : il méditait, et les mots dansaient autour de lui. Les hommes d’ici connaissaient depuis le temps cette situation : on ne dérangeait par l’homme qui portait les regrets du monde lorsqu’il méditait, parce que cela était impossible. Clos sur lui-même il était loin et  partout à la fois ; il ne pouvait pas entendre et répondre. Le moine s’inclina et silencieusement, sortit de la pièce en fermant derrière lui la porte coulissante, laissant Lena seule : elle allait devoir attendre (mais en aurais-tu seulement la patience, gamine ?). Devant Lena, assis en tailleur, l’homme porteur de Feilen avait les yeux fermés et les mains repliées en symboles compliqués. Les mots dansaient autour de lui et formaient les liaisons ; le silence plein de substance vibrante épaississait l’air et emplissait la pièce.

« il dort, gamine»

Du corps immobile de Cyclamën était sortie une matière dense et noirâtre, de cette matière ductile s’était formée le magma d’un regret : les derniers gardiens du silence de l’homme brisé s’étaient eux. De ce magma (c’était celle qui était comme lui, c’était celle qui était plus intelligente que lui, c’était elle, la compteuse qui regarde la lune tombée sur la terre des hommes) s’était formé un corps de femme, maigre comme un héron inquiet et aux cheveux longs et gris et emmêlés  en des boucles compliquées : c’était elle qui avait parlé, elle qui ironique jugeait de sa hauteur Lena — elle avait les yeux dorés et brillants, elle veillait avec douceur sur le sommeil de son maître et ami (maintenant tu sais, les regrets peuvent prendre des choix, maintenant tu sais, je ne suis plus vraiment seul, ils m’accompagnent, ils sont toujours là et prennent soin de moi). Son regard était évocateur (toi je ne t’aime pas tu n’es pas la bienvenue ici) ; Lena portait les couleurs et l’empreinte de la guerre sur son corps, c’étai évident (elle) le voyait bien et elle n’aimait pas ça (toi tu sens comme le sang et la souffrance toi tu sens les formes et les explosions les bruits des os craquants et des armes cliquetantes). Elle craignait pour Cyclamën si celui-ci distinguait comme (elle) ces marques-là : non, la peur n’était pas la bienvenue en ses murs. (et sa voix tremblait comme les feuilles qui tombent en automne pour mourir sur le sol — à travers elle c’était en cet instant tous les regrets du corps de l’Animae qui exprimait leur méfiance et leur hostilité).

« Pourquoi la Peur est-elle ici ? La Peur amène avec elle la discorde et nous n’aimons pas ça. » (nous c’était les regrets, la discorde c’était là leur grande peur intrinsèque)  Elle pencha la tête sur le côté — c’était à nouveau (elle). « hunhun gamine. Tu grelottes. Je vais te faire du thé. » Et elle se déplaça dans un coin de la pièce pour rassembler les éléments liés à cette tâche ; (et pendant ce temps loin, et sur les paupières les mots dansaient, Cyclamën méditait et dormait il dessinait un rêve sans violence comme un coucher de soleil).
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 225 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {20}
Dilatation ; ‘Arche {40}


Points RPs : 1090
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1200 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 300 points.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Ven 7 Avr - 23:03
 
Il est là immobile assis (debout ?  on ne sait pas trop) dans un position bien trop compliquée il ne fait rien tu n’es même pas sûre qu’il respire (respire t-il ?) seul le silence lui tient compagnie (si on t’oublie toi car maintenant vous être deux le silence et toi) pas un de ces silences pesants et lourds mais plutôt un silence léger et mélodieux (oui un silence chantant (juste une simple impression)) et bizarrement (étrange étrange que ce sentiment) l’affreuse (ce qu’elle est laide) impression que le ramener ne sera (ne soyons pas vulgaire) pas une partie de plaisir il est là sans être là et toi (presque) intimidée tu ne sais pas trop quoi faire (c’est que tu ne fais pas ça tous les jours aussi) tu regardes juste (donc).



Et puis là (à l’instant) une drôle (drôle ?) de chose se passe quelque chose (ou quelqu’un je ne sais pas (encore)) sors de Cyclamen Animae une drôle de matière noir (sans couleur donc) à l’opposé du blanc (et à l’opposé du spectre) et prend forme (et avec prend la vie) un homme ou femme ou un oiseau qui te toise d’un regard doré (et autre chose mais tu t’en fiches) comme de l’hostilité mais (je n’ai encore rien fait) pourquoi un regret se tient devant toi (tu crois deviner).

« il dort, gamine.»


J’avais remarqué merci tu sais je suis peut-être (un peu) bête mais je ne suis pas encore aveugle (de mon œil valide) et dis-moi toi qui es-tu et toi qui ne me connait pas pourquoi me regarde tu ainsi (ça m’énerve) pourquoi me juge tu comme ça (m’énerve) je n’ai encore rien fait mais je sais bien que je ne suis qu’une sale gamine tu retiens un petit ricanement une sale gamine qui n’aime pas les gens et qui n’aime pas les regrets (je ne t’aime pas non plus) apparemment et qui n’aime pas être trempé à cause d’un fol apôtre qui vient méditer à plus de deux mille (c’est haut tu sais) mètres d’altitude (et j’ai du tout montée) juste une sale gamine qui vient remplir une sale mission.



« Pourquoi la Peur est-elle ici ? La Peur amène avec elle la discorde et nous n’aimons pas ça. »

N’est-ce pas évident j’aime voyager et j’aime la neige (donc) je suis venue chercher le Regret et par extension toi (j’imagine)  et pourquoi parles tu de discorde je sais bien que je suis cassé (brisé sans fin) et que les pièces du puzzle se sont mélangées dans ma tête que tout est en bazar (ce n’est pas rangé) et que rien n’est à sa place mais ça je le garde pour moi à moins peut être (crois tu ?) que je sois contagieuse (ahaha) je ne pense pas personne n’est cassé autour de moi (tu mens (Soren))tu sais.  

« hunhun gamine. Tu grelottes. Je vais te faire du thé. »

Et tu t’en vas faire du thé (j’imagine) et je te suis doucement et je t’observe faire c’est apaisant je trouve (pourquoi ?) et des perles d’eau tombent de tes cheveux et viennent s’écraser (violence) sur tes frêles épaules.

« Merci ».
 
Profite de ce mot car c’est peut-être le seul que tu auras Madame ?


© Kaktus pour Lena sur Heart ♥




LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 15 ▐ Messages : 130 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (50) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (10) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (30) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (120) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 860

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Sam 8 Avr - 2:14

˻ cations ˺


Feat —  Lena

(elle) n’avait pas de nom : c’était un regret. (elle) n’avait jamais eu vocation à avoir un nom, dans le fond, mais maintenant que Cyclamën était un peu puissant et que ses créations pouvaient manifester des désirs, des peurs et des rêves, il était finalement assez logique (il ne fallait pas s’étonner dès lors) que tout cela amène à (elle) voulant un prénom  ; c’était le point C final d’une trajectoire qu’on pourrait par exemple appeler tau (peu importe le nom de la trajectoire dans les faits, qu’elle soit alpha ou béta, cela revenait au même — dans ce cas précis et seulement dans ce cas, le nom n’avait pas d’importance) : c’était son désir à elle, son rêve, elle voulait être nommée (dans ce monde, on ne le répèterait jamais assez, les noms que l’on donne aux choses leur donnent la fibre et la substance, la force de leur être  — les noms sont comme les vecteurs générateurs d’une possibilité d’existence). (elle), se déplaçant dans la pièce, évoluant : (elle) se décida d’un nom. Désormais, (elle) serait Sylaë, ce serait son prénom. C’était un beau prénom, elle trouvait : vibrant de signification et de souvenirs. Elle était contente, alors elle fit un petit sourire rêveur (en même temps, elle préparait du thé — elle ignorait à moitié Lena) et distraitement, indiqua à la fillette un tapis sur lequel s’asseoir (dessus ce même tapis, une table basse, et des gobelets modestes de bois taillé). Cyclamën était toujours en stase, silencieux ; et les mots invisibles formaient les liens et dansaient autour de lui.  Heureusement, Sylaë ((elle) fit encore un sourire, fière de son beau prénom, fière de l’avoir trouvé toute seule et fière d’en avoir eu la possibilité,  et elle brûlait de l’annoncer à l’Animae) veillait à son calme et à son silence ; elle apporta la bouillotte au niveau d’un petit poêle rustique (simple cercle de pierre formant un foyer avec une ouverture circulaire vers le plafond pour laisser s’échapper la fumée toxique les molécules de dioxyde de carbone), la mis à chauffer, et s’installa sans un bruit ni mot face à Lena, sur le tapis. (entre temps sylaë tes traits ont terminé de s’affiner tu as pris des couleurs des yeux rubis et mordants se sont posés sur Lena tu es l’exact réplique féminine de ton maître tu es un possible qu’il n’a pas été chromosome XX simplement c’est un couple manquant il manque un Y enfin tu entortilles entre tes mains fines (comme des plants de nénuphars montant vers le ciel) tes cheveux tout emmêlés).

« Je suis Sylaë. Contrairement à ton miroir, tu ne détestes pas l’interaction humaine et son extension : la conversation. Au contraire : tu trouves ça amusant et même, rafraichissant. De plus, tu voudrais bien avoir des nouvelles du monde extérieur : tu te doutes bien que la Guerre continue, tu voudrais bien savoir si Bonnie va bien (la tendresse de Cyclamën pour elle se transmet à ses fils et à ses filles, donc tu à toi, et toi, tu éprouves de la tendresse pour la bergère) et tu te doutes aussi que le Comte n’est pas forcément heureux — en ses temps troublés — de l’isolation de l’un de ses précieux agneaux. En y regardant à deux fois : nul besoin d’être un génie pour comprendre que c’est bien là la raison de la présence de l’Incarnation de la Peur dans ce monastère. Tu parles encore, avec une voix douce mais grave, comme un stalactite qui tombe, rongé par l’eau d’un tout petit ruissellement sur le plafond d’une caverne dans le ventre de la terre. ; tu es heureuse que l’idée de te choisir un prénom te soit venue, et tu veux le faire savoir. C’est mon prénom, je viens de le choisir. Il signifie « le lien caché » ; comme un secret entre deux êtres. Une déformation du langage ; un mythe que l’on fabrique juste pour un autre, comme ça, pour un sourire, simplement. Je l’aime bien ce prénom, je suis assez fière. Tu lui dessines un sourire sur tes lèvres. Tu as de la chance d’être tombé sur moi. Si un des autres avait eu la Lumière, il aurait pu être beaucoup moins diplomatique que moi. » Tu aimais bien dire "moi" ; cela affirmait ton existence et ton autonomie.

Tu te lèves et retire la bouilloire du feu de charbon et de cendre : la température de la pièce devrait s’être élevée. Tu verses un peu d’eau dans les deux gobelets (pour toi, pour moi, pour nous) ; et tu invites avec un petit sourire bienveillant la jeune fille à se réchauffer. Ce sont des herbes d’ici : elles sont un peu âpres et grossières, mais ont un petit goût sucré en fin de bouche qui n’est pas déplaisant. Tu bois doucement dans ton verre en veillant à ne pas te brûler la langue (tu te brûles la langue malgré tout, car tu as décidé que la non-patience serait aussi un de tes traits de caractère). Tu profites que la fillette soit occupée avec sa propre boisson pour l’observer. C’est Lena (tu sais qu’elle s’appelle Lena, il te semble, enfin, Cyclamën croit se souvenir (tu cherches dans ses souvenirs à lui)). Elle a le souvenir de la Peur : tu ne l’aimes pas trop ce souvenir là. C’est donc que Feilen ne l’aime pas trop (enfin, Feilen n’aime presque personne parmi ces semblables, certes) — il est vrai que la peur est un puissant moteur du regret (avoir peur de faire une action  ; la peur provoquée par une action et les conséquences). Elle a des cheveux qui — malgré la marque du temps, dehors, malgré la pluie — ressemblent aux tiens, mais en mieux entretenus. Ils ont la même couleur cendre de cigarette blanchâtres ; elle est sous sa forme humaine (c’est bien, tu n’aimes pas, et d’ailleurs Cyclamën non plus, les idiots qui se pavanent en portant la masse des stigmates de leur malédiction) et à des yeux légèrement grenats, presque semblable à ceux de Cyclamën, presque semblable aux tiens (tu as aussi ta forme humaine maintenant que ton existence s’est stabilisée).  Elle a l’air méfiante ; et à l’éclair du regret dans ses yeux (malheureusement, c’est une de tes attributions que de reconnaître cet éclair là). Tu bailles.

« Je suppose que tu viens chercher Cyclamën ? Comme tu peux le constater, il n’est pas disponible pour le moment. Libre à toi de rester ici jusqu’à son réveil, ou bien de repartir. » Tu hausses les épaules, avec un air malicieux et ironique sur la figure ; gamine.

© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 225 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {20}
Dilatation ; ‘Arche {40}


Points RPs : 1090
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1200 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 300 points.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Jeu 13 Avr - 1:42
 
Elle ne dis rien et prépare son thé avec un petit sourire au lèvres elle t’indique nonchalamment là où t’asseoir (elle s’en fiche mais toi aussi (haussement d’épaules)) sur un tapis quelle drôle d’idée ça encore (un tapis) autant s’asseoir directement par terre mais enfin ne disons rien après tout nous sommes chez les moines dans tu ne sais quel temple perdu au fond des montagnes de l’Himalaya (l’éternelle question : pourquoi moi ?) tu plies tes genoux et croise tes jambes (dis autrement tu t’assoies tout simplement) tu regardes de nouveau me Regret (perçant) que peut-il bien faire ici ? A quoi peut il bien penser en ce moment même ? (Bon dans le fond tu t’en fiches un peu tu veux juste faire passer le temps (sale gosse).)  



Finalement la drôle de chose (le regret) sortie du corps de l’animae vient s’asseoir face à toi.

-Je suis Sylaë

S’en suit après une (longue peut être) je ne sais pas)) explication sur le pourquoi du comment de ce prénom que tu n’écoutes (absolument pas) car tu t’en fiches toi tu ne vois que l’immense horloge dont les aiguilles grinçantes mal huilées font un bruit (et quel bruit) monstre lorsqu’elles bougent et tu as mal aux oreilles car tic tac tic tac (ceci à l’infini vous aurez compris) le temps passe et le sable s’écoule et pourtant tu es encore là.




-Tu as de la chance d’être tombé sur moi. Si un des autres avait eu la Lumière, il aurait pu être beaucoup moins diplomatique que moi.

Elle imagines peut être que tu vas la remercier pour ça tu t’en fiches (tu te fiches un peu de tout aujourd’hui en fait) tu ne répond rien tu constates juste que la femme qui te fait face semble heureuse et satisfaite tu ne sais pas trop comment elle fait dans un endroit pareil tu ne tortues pas ton esprit plus longtemps elle se lève et récupère la bouilloire elle vous sert  l’eau dans de petit gobelet tu attends et tu souffles doucement sur ta boisson tu en profites pour te réchauffer doucement les mains aussi au contraire de ton interlocutrice appremment.




« Je suppose que tu viens chercher Cyclamën ? Comme tu peux le constater, il n’est pas disponible pour le moment. Libre à toi de rester ici jusqu’à son réveil, ou bien de repartir.»

C’est une évidence je ne suis pas venue ici ni pour la paysage (montagneux) ni pour le climat (neigeux) ni pour l’escalade (…) je suis fatiguée je suis agacée j’ai froid (un peu je l’accorde) et il est hors de question que je réescalade cette montagne prenons en compte aussi le fait que je sois une sale gamine.  Tu bois un peu le liquide chaud te soulage et te fait du bien.

« Je vais attendre». Je ne suis pas venue pour rien.



© Kaktus pour Lena sur Heart ♥




LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 15 ▐ Messages : 130 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (50) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (10) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (30) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (120) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 860

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Mer 21 Juin - 16:07


˻ Ébullition ˺


Feat —  Lena

Sylaë tu fais ta précieuse et hautaine et lointaine, très dramatique enfin, tu portes à tes lèvres la tasse de thé et en retire une petite gorgée avec un savant dosage d'effets théâtraux à l'intérieur, et surtout du miel (tu viens de décider que tu aimais le miel, beaucoup) beaucoup de miel ; surtout, tu fixes ton interlocutrice sans rien dire tu (l'étudies) analyse sa personne. Tu ne connais de Lena que le peu d'informations que Cyclamën en possède, c'est-à-dire rien sinon pas beaucoup : le norvégien n'a jamais été du genre à s'intéresser énormément à ses semblables, et même quand par hasard il se trouvait à avoir accès à des informations les concernant, il faisait mine d'écouter mais ne retenait rien : cela ne l'intéressait pas. Pour ce qui était de Feilen (avec délicatesse, tu dégages ton visage pâle et os des petites bouclettes aventureuses qui te troublent la vue — tu essaies de sourire, tu n'es pas sûr d'être douée à ça, mais tu aimes bien la sensation caractéristique sur ta peau du symbole en forme de lune), pas d'aides à recevoir de ce côté-là non plus, d'abord parce que le Regret aidait à l'image de son hôte, plutôt solitaire — ensuite parce qu'il semblait qu'il ne s'entendait pas nécessairement bien avec l'Incarnation de la Peur (tu hausses les yeux Sylaë et jusqu'au ciel tu ironises, avec qui Feilen s'entend bien en réalité ?) Tu t'es assises en tailleur, dos à dos à ton frère ton maître ton ami celui sur qui tu veilles (le petit Noé Cyclamën), sans respect et taquine, grave et terrible, tu jettes un regard un peu amusé à Lena. Elle va rester ? Elle va attendre longtemps. Tu tapotes distraitement ta petite tasse de bois creusé (dans ton dos tu sens les pulsations des rêves et des cauchemars de l'Animae, tu poses doucement ta main sur son bras, tu ne peux rien faire pour lui hélas, tu n'es qu'un regret, pourtant tu voudrais lui dire que tu es là que tu le soutiens que tu es lui et que lui es toi, toi tu le comprends, tu lui transmets un peu de force pour combattre les monstres du sommeil et de la réflexion méditative) tu redresses ta main comme pour dire quelque chose mais finalement tu ne dis rien. Tu fais juste un petit geste de tête à Lena pour lui indiquer qu'elle est libre de partir et de rester — elle doit te trouver agaçante, probablement. Tu refais le sourire de Sylaë.

(une main d'encre s'élève t'aspire te fais disparaître t'attire dans la matrice du corps de Cyclamën qui donc qui donc ose te voler la Lumière alors que tu es gardienne que tu veilles sur ton vieux frère et le protège de la Peur ? tu te prépares à réduire à silence l'imprudent des regrets qui tente de remettre en cause ton alpha et ton oméga ta suprématie et ton autorité mais en réalisant que c'est la petite bouille du gamin qui se matérialise alors que ta figure disparaît, tu éclates en rire et tu le laisses te voler la Lumière (cela devrait être amusant) cela devrait être amusant non ? Lena la peur et le gamin un véritable sale gosse vraiment oui et bientôt tu n'es plus qu'encre qui se reformule et dans le dos du cyclamen le corps de Sylaë se change (intéraction des particules Noé-Regret-enfant et femme recomposition et loi des gaz parfaits — altération et finalement, c'est le petit bonhomme aux yeux violets qui, avec un air de triomphe, se tient devant l'incarnation de la Peur)

« C’est vous la dame qui vient embêter Cyclamën ? » (évidement tu ne peux pas parler toi alors tu signes avec tes petites mains mais tu penses qu'elle ne comprendra pas, tant pis) Tu lui fais un petit clin d’oeil et un petit sourire et tu t’approches d’elle et tu es curieux et tu es un sale gosse hein tu vas sûrement te faire gronder mais enfin on s’en fiche après tout d’ailleurs grande soeur Sylaë t’as laissé prendre la Lumière alors elle doit être d’accord ça veut dire ça doit vouloir dire (qu’elle te laisse jouer avec elle !) et puis flûte hein tu tires par la main la jeune fille. « Il se réveillera pas avant longtemps, viens jouer avec moi dis ! » (tout cela tu le signes encore et elle te regarde avec une tête étrange et amusante visiblement elle ne comprend rien elle ce n'est pas comme Neige-Nora, elle elle arrive à déchiffrer ton langage de muet) Et sans attendre sa réponse, tu l’entraines en dehors de la pièce.

tu le savais toi Lena ?
                         (le pire des regrets a jamais été avoir imaginé Cyclamën
le pire(le pire ? (le pire !))
                                        le pire des regrets qu’il a imaginé
                                                un jour une fois dans un instant de la durée du temps qui passe
                                  c’est   (un regret)     
                       un regret  ?
                                              un regret d'un enfant qui était (heureux)).
© JOY
இ La Plume Névropathe இ

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: s'isoler de l'humanité ;
Aime:
N'aime pas: avatar
Cyclamën Animaeஇ La Plume Névropathe இ
○ l'Incarnation du Regret ○


•• Fiche de présentation
•• Fiche technique
•• Banque
•• Fiche Relationship

« Cyclamën écrit dans son coin en #9933ff »

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 225 ▐ Autres Comptes : — Caleb
Masculin
▐ RPG Age : 16 ans à jamais.
▐ Personnalité : scellée et endormie.
▐ Parcours RP :
{Memento Mori}

— Abandonnés ;
étraNGE ? {10}
(neige) {20}
folie (douce). {80}
chat (perché ?) {20}
Tourisme. {20}
vacances (à l'étranger). {10}
Contrary. {60}
Rêverie. {10}
alcohol is bad (bad (bad)) {30}

— Apéritif ;
Liquéfaction ; ‘Norvège {50}
Sublimation ; ‘Autriche {70}
Ionisation ; ‘Arche {120}
{Intrigue} ; Solidification ; ‘France {40}
{Intrigue} ; Condensation ; ‘France {20}
Fusion ; ‘Arche {20}
Contamination ; ‘Irlande {10}
{Intrigue} ; Vaporisation ; ‘Allemagne {60}
Déionisation ; ‘Norvège {130}

— Amuse-bouche ;
Transfusion ; ‘Norvège {10}
Injection ; ‘Norvège {70}
Surjection ; ‘Islande {80}
Bijection ; ‘Tibet {30}
Extraction ; ‘Arche {10}
Récupération ; ‘Tibet {20}
Dilatation ; ‘Arche {40}


Points RPs : 1090
Points hors-RPs : 210
Points totaux : 1200 {rang C}
Rang suivant {rang B} dans 300 points.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Sam 26 Aoû - 23:24

Parenthèse inattendue ft. Eugénie




Tu t’ennuies ferme, les mains toujours posées autour de la tasse, les mains qui doucement malgré tout (malgré toi et malgré la Peur) se réchauffent doucement (même si nous sommes en droit de nous demander ; qu’est ce qui peut bien être réchauffer chez toi ?) tu regardes la drôle de texture (juste du thé) qui remplit la précieuse source de chaleur d’entre tes sales mains ( sale dans le sens j’ai encore de la terre sous les ongles ; j’ai les mains pures sinon moi Monsieur je veux dire pures pas blanches car moi je dirais qu’elles sont plutôt noires ou rouges ou les deux voilà) tu n’as pas vraiment confiance tu renifles un peu mais je vous l’ai pourtant déjà dit (vous n’écoutez donc jamais) je ne suis qu’une sale (blablabla) gamine et par définition tout simplement je ne bois que du chocolat chaud où est l’intérêt de boire de l’eau chaude dans de l’herbe (ou l’inverse je ne sais plus).


Tu avises ton interlocutrice, tu t’es un peu absentée, perdue dans le nuancier de couleur créé par…. Cette chose…. Le thé tout simplement ; tu la regardes, elle te regarde, vous vous regardez c’est comique un peu comme situation. Tu sens l’irritation pointée le bout de son nez (si jamais on peut dire que l’irritation a un nez ?). Tu vois bien ce regard amusé qui te confie tu devrais partir car hahaha bien sûr que tu n’auras pas la patience d’attendre mais tu es têtue et déterminée. De toutes manières tu ne peux te permettre de rentrer sans l’Animaë. Tu te souviens que la femme qui te fait face a un nom (qu’elle t’a dit) Sylaë tu crois Sylaë comme désincarnée Sylaë la Femme Regret. Elle tente un sourire et vraiment Dame Regret arrêtez ce n’est pas un sourire parce que ça ce n’est qu’un rictus moqueur un peu effrayant. Vraiment laissez juste vos zygomatiques rouillés se reposer.

Soudainement le mouvement amorcé de son bras attire ton attention mais celui-ci se stoppe comme résigné. Finalement elle te fait un unique geste de la tête comme pour t’inciter à partir (ou comme pour te conseiller de partir peut être ?). Tu regardes ton thé et tu regardes la Femme Regret et tu restes parce que tu décides que tu ne partiras pas. Et puis brusquement elle se forme se reforme se difforme comme si son apparence ne lui convenait plus et ce bien étrange mélange se redéfinit et pouf pouf pouf te voilà devant un gamin (comme toi) il te sourit avec ses yeux d’améthyste et très vite le voilà qui fait de bien drôles de choses avec ses mains comme des symboles ou des signes (tu cherches) tu trouves (juste le temps que les rouages incertains de ton cerveau tournent de nouveau).

Tu restes interloquée et tu te souviens qu’un jour l’autre avait lu quelque chose à ce sujet comme ça comme cette drôle de langue (pour de drôles de signes) pour tous ceux qui na parlent pas mais c’est trop loin tu ne sais pas tout comme elle car si vos mémoires sont unies vos savoir sont légèrement dissociés et tu es bien incapable de comprendre ce que le petit garçon veut te dire. Ta curiosité l’emportant toujours sur ta méfiance tu poses ta tasse (intacte) et lorsqu’il prends ton bras tu le suis dehors car (je me souviens d’un Petit Oiseau qui s’appelait Izû.




LES KDOS :feels::
 

Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 15 ▐ Messages : 130 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (50) >En cours
France ft. Eugénie (50) >En cours
France ft. Lysandre (10) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (30) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (120) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 860

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: « Attachment leads to suffering. »
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
« Attachment leads to suffering. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Suffering
» [Flying Leads] Initiation le 11 septembre 2010.
» [ROM JB 4.1.1/NON-SENSE] IceColdJelly - 3.4.1 | AOKP unofficial - JellyBean 4.1.2_r1 (19.11.2012)
» [Game Play] Bien choisir son lead in Game
» Experiments on animals

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Asie & Océanie :: Autres pays-
Sauter vers: