Agrandir le chat .
Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
Cet univers prend place dans le monde d'Animal Crossing, après une grande guerre où presque tout les humains ont été anéantis. Les survivants sont gérés par leurs anciennes créations : les Animalis. Voici un extrait du rapport 2086 :Les expériences de réinsertions de l'espèce humaine se passent bien. Chaque humain a réussi à s'adapter à son village et à y grandir convenablement. Nous avons même réussi l'exploit de les faire voyager de village en village. Ils se sont ainsi rencontrés entre humains et sans aucune animosité. Aujourd'hui, il est temps de mettre en place le dernier village. Il sera bien plus particulier que tout les autres bulles que nous avons mis en place...Aniel le dernier village
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez | 
 

 Diplomatie et peluche [Pv. Lena]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Lun 28 Aoû - 15:06


Diplomatie et peluche



Ces derniers jours avaient été... heureux. Epanouissant. Cela faisait bien longtemps que je n'avais plus connu cette sensation, celle de se sentir "bien". Quand les choses se déroulaient sans ennuis, quand je me levais presque impatient de connaître cette journée, quand les moments de pensées ne me plongeaient pas dans de noires idées. La première fois depuis l'accident, peut-être bien… Même la rencontre avec Emy n'avait pas été la même sensation. Quelque chose de plus grisant, et angoissant en même temps. Bonheur de l'avoir rencontrée, peur de la perdre. Rien de serein.
Maintenant, c'était différent. L'explosion avait eu le temps de s'apaiser, ne laissant qu'une crainte quotidienne et quelques miettes de bonheur. Sauf depuis quelques jours… depuis ce goûter avec elle, ou nous nous sommes ouverts nos cœurs.

J'avais appris au moins deux choses terriblement importantes, ce jour-là. D'abord, que la source du problème entre nous ne venait pas de ce que j'étais, ni entièrement de ce que j'avais fait, mais était plutôt… la communication. Nous avions des façons de ressentir et de nous exprimer terriblement différentes, et quand on ne comprenait pas l'autre… même la meilleure volonté du monde pouvait conduire à de nouvelles blessures. Et depuis, je faisais attention à ne pas avoir recours qu'aux mots, et comprendre sa propre façon de s'exprimer. Et le résultat était sensible…

Et puis, la deuxième leçon, c'était que je ne pouvais pas reprendre la façon de m'éduquer qu'avaient adoptée mes parents. Bien entendu, ils avaient été de merveilleux tuteurs, et ma gratitude pour eux était sans limite, mais… la situation, ici, était trop différente. A vrai dire, peu de modèles éducatifs prévoyaient un père célibataire, et encore moins avec une fille adoptée à un âge aussi avancé et avec de si mauvaises bases. Il me fallait donc avancer à l'aveuglette, pas après pas, erreur après leçon… et j'allais y arriver.

Et mon espoir semblait se concrétiser : les choses se passaient mieux. Une des conséquences visibles, c'était qu'Emy faisait moins de bêtises. Un moyen pour elle, je l'avais compris, de manifester sa colère, mais aussi sa tristesse, sa peur.
Aussi, j'avais décidé de profiter de mon passage à Paris pour lui acheter un encouragement à continuer. J'avais songé un moment qu'elle pourrait y voir une récompense à m'accepter un peu plus… sans savoir si j'en avais envie ou non, et si c'était une bonne chose ou non. Un amour acheté ne donnait qu'une relation hypocrite et malsaine, ne tenant qu'artificiellement, sur des fondations d'argent… mais nous en étions loin avec un simple cadeau, et cela ne pouvait pas être mauvais qu'elle s'ouvre à moi. Pour moi, mais aussi pour elle !

Plus ou moins convaincu que ce cadeau serait une bonne idée – mais une chose que j'avais apprise bien vite, c'était qu'il n'y avait aucune certitude dans ce rôle –, j'errais dans les rues marchandes de la Capitale. J'avais fini mon concert, et le prochain train ne passerait pas avant quelques heures : j'avais largement le temps. Tant mieux : s'il n'était pas difficile de trouver un cadeau capable de ravir une enfant de cet âge, j'avais envie de faire mieux que choisir la première bricole venue. Dans cette ville immense, je doutais de ne pas trouver la perle rare…

Et, après une heure de recherche, je la vis. Dans une vitrine de jouets pour enfants… un papillon en peluche. Grand, la moitié de la taille de l'enfant. Et paré de ses couleurs préférées, quand il s'agissait de peluche : des couleurs lumineuses, telle que le beige.
Mon cœur fit un bond en le voyant : c'était exactement ce qu'il fallait ! Et le sac que j'avais prévu était juste assez grand pour le contenir ; bien que si ce n'eut pas été le cas, j'aurais quand même sauté sur l'occasion, quitte à le porter à la main pendant des heures. Alors, je pénétrai dans le magasin. Par chance, il n'y avait pas une grande file : juste une enfant, seule. Elle avait d'étranges cheveux, d'ailleurs… mais dans Paris, ce ne serait pas le premier élément singulier. Parfait…

Ou peut-être que non. Car je vis avec effroi le commerçant aller à la vitrine pour saisir mon ex-futur-achat, et le donner à la fillette. Que... Peste ! Quelles étaient les chances que cela arrive, bon sang ? J'étais tenté de croire à un mauvais coup du sort, mais je n'avais jamais cru au destin. Je n'avais pas pour habitude de baisser les bras facilement… J'allais convaincre l'enfant de me revendre son bien, et cela n'allait pas être compliqué : j'étais prêt à payer dix fois le prix auquel elle l'avait acheté s'il le fallait, et elle semblait suffisamment âgé que pour comprendre la valeur de l'argent et ce qu'elle pourrait s'acheter avec. Les enfants étaient parfois si têtus !

Quand elle sortit, je la suivis, et l'abordai :
 - Bonjour, mademoiselle.
Je vis alors son visage, et eut un léger choc. Famélique, le visage barré par une longue cicatrice, et un œil caché. Mais… ce ne fut pas difficile de comprendre pourquoi : l'œil restant était rouge. Ses parents avaient dû l'abandonner, peut-être était-ce eux qui lui avaient fait cette blessure. Moi, j'avais eu de la chance : mes parents n'étaient pas superstitieux, et mon haut rang avait vite gommé cette couleur étrange de l'esprit des gens. Mais elle…

Enfin. Je n'étais pas là pour me lamenter du sort d'autrui. Des petits miséreux, il y en avait partout, et encore plus dans la capitale. Et ce n'était pas mon problème.
 - Dis-moi… je connais une enfant qui adorera cette peluche. Si tu me la donnes, en échange, je te donnerai de quoi acheter deux peluches comme celle-ci. Marché conclu ?
Tiens… comment pouvait-elle s'acheter une peluche, si elle était si pauvre ? J'eus un frisson en songeant qu'elle avait peut-être longtemps économisé pour cette peluche, se privant de nourriture. Mais elle avait cette robe, aussi. Aurait-elle trouvée un protecteur, récemment ? Qui lui aurait donné de quoi acheter cette peluche ?
Espérons, car dans l'autre cas...

La partie ne sera pas facile.

© Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Ven 15 Sep - 20:24

Diplomatie et Peluche ft. Lys




Tu es tu ne dirais pas heureuse non heureuse c’est un peu trop fort et un peu trop facile aussi, disons, disons que tu de meilleure humeur que ce matin, tu es réchauffée et tu as rencontré une personne gentille généreuse et désintéressée (bienveillante, soucieuse et… complétez par vous même) une denrée bien rare de nos jours (sombres). Tu as même des chaussures toutes chaudes toutes douces, ou simplement réconfortantes car tu trouves cette sensation nouvelle bien agréable (nouvelle car d’aussi loin que remontent vos souvenirs tu ne te souviens pas avoir protégé tes pieds un matin d’hiver comme celui-ci) tu comptes bien y faire précautionneusement attention les garder jalousement, bien en prendre soin (moralité tu ne le mettras pas) comme on veillerait avec ferveur sur son plus grand trésor.

De nouveau tu déambules dans les rues et de nouveau tu vois les différents magasins ou échoppes défiler devant tes yeux curieux (neugierig) de petite fille (sale gosse) qui découvrent le monde. Tu n’oses pas trop regarder les vitrines qui s’offrent à toi, traîtresse, révélatrice de ton nouveau reflet une jolie robe toute neuve assortie de beaux souliers. Tu es légèrement angoissée à l’idée de te voir affabulée de cette étrange chose que les gens nomment « normalité », règle absolue qui régit le monde (morne et ennuyant) et tous ses habitants. Néanmoins tu finis finalement par t’arrêter devant une boutique quelconque et tu observes fascinée l’image que te renvoie cette infinité de rayons lumineux, enfants du soleil. Le résultat reste moins choquant que ce à quoi tu t’attendais, il reste cependant déconcertant.

Tu penches la tête sur le côté, ton reflet fait de même, de l’autre côté, même constat. C’est bien toi. La surprise passée tes yeux font la mise au point et quelque chose attire ton attention, une immense peluche trône devant toi. Un grand papillon. Tu en possèdes déjà une belle collection mais tu ne peux pas résister (tu ne veux pas en fait) et entre dans le bâtiment. Tu te précipites vers le vendeur (tu ne sais pas pourquoi mais tu dis qu’il pourrait s’envoler) tu entends distraitement quelqu’un entrer derrière toi mais tu t’en fiches l’objet de ton envie dans tes bras tu sors pensant que pour une fois une journée se passait sans aucun accroc. Mais tu n’as pas fait trois pas (dans tes souliers tout  doux) que (tu crois) la personne que tu as (bien brièvement) croisé t’interpelle.

-Bonjour, mademoiselle.

Tu te retournes que peut-il bien te vouloir ? Il fait un peu près ta taille tu le remarques tout de suite il a les même yeux que toi tiens blond et « normal »  quelqu’un qui te t’aborderait pas d’ordinaire (personne de le fait) alors ? que te veut-il ?

-Dis-moi… je connais une enfant qui adorera cette peluche. Si tu me la donnes, en échange, je te donnerai de quoi acheter deux peluches comme celle-ci. Marché conclu ?

La peluche ? Tu regardes ton bien bien au chaud entre tes bras. Tu le regardes de nouveau. 2 peluches comme celle-ci ? Tu pourrais très bien avoir toutes les peluches du monde. Ce n’est pas en te proposant de l’argent qu’il risque de t’acheter. Et puis, tu viens de décider que tu n’étais pas gentille ni bienveillante ni rien de tous ça. Aujourd’hui du moins.  Tu veux t’amuser un peu. Un petit sourire (de sale gamine) se dessine doucement sur tes lèvres.

-Désolé, Monsieur, je préfère la garder.

Tu lui fais ton plus beau sourire.




LES KDOS :feels::
 


Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina et Seo :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 17 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (60) >En cours
France ft. Lysandre (50) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 930

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Mar 19 Sep - 23:09


Diplomatie et peluche



Elle me fixait à présent, et il y avait quelque chose dans son regard de… déplaisant. Peut-être leur étrange couleur jouait-elle, car si je portais la même, je ne la voyais ironiquement que rarement... Ou peut-être était-ce plus que cela, comme une lueur mystérieuse, imprévisible. Il fallait dire que ce qui entourait cet œil unique – et je ne faisais pas référence au bandeau qui cachait l'autre – n'était pas moins singulier ; entre richesse et pauvreté, entre misère et luxe, entre élégance et pitié… La robe lui allait à ravir, mais cachait mal les traces de coup et la maigreur de ses membres.

Je ne savais si je devais avoir peur ou être pris de compassion ; mais la première serait ridicule, et la seconde n'avait jamais été mon fort. Une fois l'objet acquis, je me désintéresserai d'elle et repartirai sans tarder, je le savais déjà. D'aucuns me traiteraient de monstre, et peut-être auraient-ils raison, mais qu'auraient-ils offerts de plus ? Un mot gentil, une petite pièce qui lui permettra de manger de quoi réveiller sa faim ? De toute manière, cet habit en bon état prouvait qu'il y avait une brave âme qui faisait plus que cela, et qui peut-être même l'arrachait aux griffes de la misère. Même si, dans ce cas… et bien, je n'allais pas pousser le vice à regretter qu'une telle personne se soit penchée sur son sort, mais en l'occurrence, cela se traduisait par cet achat qui ne m'arrangeait guère. Cela dit, avec un peu de chance et de bonne volonté, chacun repartira gagnant, elle comme moi.

Elle hésitait. Regardait son bien, réfléchissait. C'était un bon début : elle ne s'était pas braquée, ni n'avait pris peur. Il fallait dire que je n'étais guère effrayant, on me disait même que j'avais une aura sereine… Tant mieux, pour cette fois : j'aurais eu l'air fin si elle s'était enfuie ou avait crié à l'aide. Pour autant… la partie ne semblait pas gagnée. Un sourire apparaissait, qui ne me disait rien qui vaille…
- Désolé, Monsieur, je préfère la garder.
Bien entendu. C'eut été trop facile qu'elle accepte, et que nous nous séparions en bonne entente. A vrai dire, je me moquais bien de ce dernier point… mais je ne comptais pas user de moyens trop répréhensibles. D'une part, parce que je n'étais pas réellement un monstre, et de l'autre, parce que nous étions en public et que je ne comptais pas avoir de problèmes ou même ternir ma réputation. Il allait falloir me montrer diplomate et fin négociateur…

Qu'est-ce qui pourrait séduire une enfant aussi étrange ? Grande question. Ce qu'il me fallait, c'était surtout du temps… et j'allais en gagner, quitte à prendre des risques.
- Mademoiselle a le sens des affaires, manifestement. Et bien, pourquoi ne pas en parler autour d'un repas ? Le midi sonne… Bien entendu, je t'inviterai avec grand plaisir.
Je ne cachais même pas mon animosité : je n'en avais aucune. La situation ne me plaisait guère, certes, mais elle était dans son droit. Et puis… malgré moi, j'étais intrigué par cette étrange enfant. Peut-être ce repas ne sera-t-il pas une corvée, après tout.
- Que voudrais-tu ? Tu connais un restaurant qui te ferait plaisir ?
Instinctivement, j'avais rejeté l'idée de proposer des sucreries, habitude que j'avais prise avec Emy… Je revins sur l'idée, et hésitai. Compromettre sa santé était à la limite de ce que je m'autorisais, mais la situation n'était pas la même, cette fille était bien trop maigre : même des plats moins fins ne pourraient lui faire de tort... Finalement, je tranchai en songeant que ce genre de plaisir pouvait se manger debout, et qu'elle pourrait fort bien décider de me fausser compagnie une fois son bien en main. Alors, restons sur l'idée du restaurant…

© Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Dim 8 Oct - 21:17

Diplomatie et Peluche ft. Lys






Tu vois bien qu’il est légèrement ennuyé, tu l’embêtes un peu, tu aurais pu dire oui et aller te chercher une autre peluche… Mais si tu avais fait ça tu n’aurais pas été toi ç’aurait été hypocrite (moche dit plus simplement) et tu aurais perdu une bien belle occasion de t’amuser un peu. De nouveau ton regard retombe sur la peluche. Que peut bien avoir ce grand papillon de si particulier ?  

- Mademoiselle a le sens des affaires, manifestement. Et bien, pourquoi ne pas en parler autour d'un repas ? Le midi sonne… Bien entendu, je t'inviterai avec grand plaisir.

Oh. Écoute ça Lena tu es invité intérieurement tu ricanes un peu ; vous m’invitez ? Vraiment ? Quel galant homme que voilà tu ne devrais pas être sarcastique sale môme tu devrais t’estimer heureuse de tomber sur des personnes polies et civilisées (très bien je note jour à marquer d’une pierre blanche) ces choses-là (oui je vous traite de chose monsieur) sont remarquables il faut les respecter. Vous m’invitez donc (je reprends avec le « je » ne perdez pas le fil) laissez moi réfléchir, laissez moi prendre l’air de ces grandes dames de la société, éternellement cachées derrière leurs innombrables parures ou que sais je encore,  qui ne peuvent s’empêcher de réfléchir longuement à la requête comme si elles avaient (pensez vous c’est évident) des millions (n’allons pas trop haut non plus) de choses à faire et qui finalement se laissent tenter par ses deux mystérieux rubis qu’ils leur font face. Pour ma part, seul l’attrait d’un bon repas chaud m’enjoint à accepter l’offre. Le reste je ne m’en soucie guère.

- Que voudrais-tu ? Tu connais un restaurant qui te ferait plaisir ?

Croyez vous vraiment Monsieur que j’ai déjà eu la possibilité de manger dans un de ces prestigieux restaurant qu’abrite Paris ? Et bien non. Mais je me ferais sans aucun doute une joie de les découvrir. Surtout si vous payer. Petit sourire espiègle.

-Vous m’invitez ? Dans ce cas je m’en voudrais de vous offenser si jamais j’osais décliner l’invitation.

Je m’en voudrais surtout de ne pas répondre aux hurlements stridents de mon estomac qui me terrassent le cerveau depuis que le mot « restaurant » fait écho dans mon crâne.

- Je n’ai jamais eu la chance de pouvoir découvrir les mets probablement délicieux qui se préparent dans les cuisines des établissement de notre ville. Mais vous m’avez l’air fin connaisseur je remets donc le choix entre vos mains.

Je m’amuse bien, c’est un drôle de petit plaisir d’imiter (un peu) de parler (un peu) comme les bourgeois qui pleurent sur ton sort et crachent sur ton existence (incertaine).





LES KDOS :feels::
 


Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina et Seo :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 17 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (60) >En cours
France ft. Lysandre (50) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 930

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Mar 10 Oct - 19:05


Diplomatie et peluche



Quel drôle de spectacle nous devions donner là. Un homme élégant et dont la sobriété des vêtements ne pouvait pourtant cacher leur riche facture, s'adressant à une gamine à la pauvreté évidente. A vrai dire, cette dernière à elle seule rendait n'importe quelle scène étrange, vêtue de cette robe qui contrastait avec sa misère. Et puis surtout, le plus singulier…

C'était que c'était elle qui était en position de force. Voire un bourgeois adulte se plier devant une pauvresse juvénile, voilà qui avait de quoi susciter les regards intrigués et les chuchotements vifs ; et à Paris, je craignais fort d'être vu par une connaissance. Et même sans cela, les choses se savaient rapidement, plus que ne pourrait le laisser supposer la grandeur de la capitale. Mais… je n'allais pas lâcher l'affaire pour autant. Il me sera facile de trouver une explication plus sérieuse qu'une bataille pour une peluche, et puis, comme je parlais peu de moi, les gens me voyaient déjà comme mystérieux. Ce n'était pas vraiment un effet recherché, mais à cet instant, il pouvait se révéler utile… Quitte à ce que des rumeurs naissent sur mon compte, je préférais qu'elles m'imaginent liés à des choses ou raisons surnaturelles que de passer pour un pervers.

Ce sourire, le même que tout à l'heure. Celui d'une enfant qui avait bien compris qu'elle tenait un adulte dans sa main, et qui savourait cette situation inhabituelle, qui comptait bien profiter de ce retournement de force. N'espère pas trop, petite… C'est une supériorité toute relative que tu as là, et qui repose sur des éléments instables – les témoins et ma conscience, surtout.
 - Vous m’invitez ? Dans ce cas je m’en voudrais de vous offenser si jamais j’osais décliner l’invitation.
Bien. Je ne soulevai pas le sarcasme flagrant, satisfait d'avoir obtenu du temps pour la convaincre. Et pour en apprendre plus sur elle, car plus nous parlions, et plus j'étais intrigué…
 - Je n’ai jamais eu la chance de pouvoir découvrir les mets probablement délicieux qui se préparent dans les cuisines des établissements de notre ville. Mais vous m’avez l’air fin connaisseur je remets donc le choix entre vos mains.
Hum. Je commençais à me demander si sa robe n'était pas le fruit d'un vol, ou une trouvaille inespérée. Un don, j'en doutais fort ; qui donnerait une robe à une nécessiteuse ? L'équivalent en nourriture lui serait bien plus utile, d'autant plus que la robe ne semblait pas en mauvais état.
Mais au vu de la grosse peluche qu'elle tenait, la première option était peut-être plus crédible… Après tout, s'il s'était agi d'un protecteur, ne l'aurait-il pas emmené ne serait-ce qu'une fois à un établissement du genre ? Peut-être était-ce fort récent. Peut-être en apprendrai-je plus en parlant…

Une question se posait, plus pratique : où l'emmenais-je ? Un restaurant chic eut été stupide. D'une part, parce que nous serions très mal vus, à cause de l'aspect de l'enfant, et peut-être même jeté dehors. Et j'avais plus de risques d'y croiser une de mes connaissances. Et d'autre part, je doutais que ce soit ce qu'elle cherche ; elle ne goûterait même pas les subtilités des saveurs, habituée à manger ce qu'elle trouvait. Non, un endroit chaleureux et à la nourriture consistante conviendrait mieux… et serait plus pratique pour parler.
 - Je connais un endroit qui devrait te plaire.
Et je me mis en route, essayant de ne croiser le regard de personne…

"Le joli moulin". J'étais déjà venu ici avec Emy, et elle avait beaucoup aimé. Le public était d'âge et de personnalité différents, mais j'espérais qu'elle l'apprécie de même. Nous prîmes une table, et je regardai le menu. Le sien n'avait pas de prix, bien entendu. Mais pour une fois, c'était pour la dissuader de prendre un plat cher exprès et non l'inverse… Je n'étais pas près de mes sous, mais qui savait de quoi était capable cette enfant manifestement espiègle.
Tout en regardant les plats, j'attaquai sur le ton de la conversation :
 - C'est une jolie robe que tu as là. Tu en as d'autres ?
Ce pouvait être une autre piste d'offre, de beaux vêtements… Et puis, c'était aussi un bon début pour mieux comprendre sa situation actuelle. Autant pour savoir comment négocier que par curiosité…

©️ Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Ven 27 Oct - 15:24

Diplomatie et Peluche ft. Lys






Tu savoures oui c’est bien le mot « savourer » la situation (bien cocasse) dans laquelle te voilà embarquée tu t’amuses comme une petite folle et tu ne comptes pas t’arrêter en si bon chemin. Tu vois dans ces yeux le doute et l’interrogation comme dans ceux de tout ses insupportables de l’élite (qu’ils disent) ; je suis sûre que vous vous demandez plein de chose notamment comment vu ma prétendue situation (celle que vous avez bien voulu voir) je peux me tenir aisément devant vous apprêtée aussi proprement, ce que vous ne savez pas c’est qu’il existe encore (mais pour combien de temps on ne sait pas (c’est que le sable coule vite)) des personnes au cœur tendre et généreux (c’est un peu banal je sais mais le mot altruiste grinçait atrocement aux oreilles de mon esprit). Mais abrégeons.  


-Je connais un endroit qui devrait te plaire.


Il ne me plaira pas, je préférais toujours mieux le froid de l’hiver aux bruits sourds et incessants des restaurants (peu importe son nom) de la capitale et même je viens de décider qu’il ne me plaira pas du tout pas parce que j’ai décidé que je serai la pire de toutes les pauvres gamines que vous n’aillez jamais rencontrée. Il se met en route et tu le suis plus par curiosité que par réelle envie de manger quelque chose ta Bienfaitrice fait les meilleurs chocolats chauds du monde (en toute objectivité évidemment) et malheureusement (tu avoues tu n’es jamais contre un bon repas) ce genre de boisson tient à l’estomac (surtout le tien fragile) et tu t’en voudrais (un peu) de régurgiter un repas offert si… gentiment. Vous voilà devant ledit restaurant « Le joli moulin ». Le nom te plait. Tu l’admets (difficilement).

Vous voilà installés et tu sens étouffée par la (pourtant) réconfortante chaleur ambiante (créature à sang froid) mais tu ne dis rien (tu dis rarement quelque chose en fait) tu t’affales littéralement sur ta chaise et pose la peluche tant convoitée sur tes genoux calleux. Tu crois te souvenir que dans les livres que tu (elle) a(s) déjà lus dans la situation présente la sale gamine prend le repas le plus cher dans le seul but de contrarier encore plus ton vis à vis. Tu ouvres le menu et t’amuses à tourner les pages sans même jeter un simple coup d’œil aux lettres encrées sur le papier.


-C'est une jolie robe que tu as là. Tu en as d'autres ?


Mais que voilà ? Monsieur veut faire le conversation paraît-il, Monsieur veut discuter, Monsieur pose (encore) des questions. Ennuyant ennuyant ennuyant en quoi ma robe vous intéresse t’elle tant ? Dîtes moi. Vous n’en avez cure et je n’en ai cure aussi (bien qu’elle soit bien mienne je vous l’assure) et juste pour vous ennuyer autant que vous m’ennuyer je m’amuse à tordre dans tout les sens les ailes de la peluche.

-J’en possède une seconde depuis peu. (tu fais mine de réfléchir) Mais j’ai du mal à saisir en quoi cette information pourrait vous intéresser ou même vous permettre d’atteindre votre objectif. (un sourire) Mais peut être aimez vous juste poser des questions ?


Et un papillon qui se tord de douleur sur des montagnes rocailleuses.





LES KDOS :feels::
 


Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina et Seo :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 17 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (60) >En cours
France ft. Lysandre (50) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 930

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Sam 28 Oct - 18:02


Diplomatie et peluche



Elle ne parlait guère, pendant le trajet et même quand nous arrivâmes ; ce fut moi qui dû briser à nouveau le silence. Que mijotait-elle ? C'était une enfant, et je commençais à comprendre une chose : il était très difficile de deviner leurs pensées et projets. Une idée absurde leur venait et, encore trop irrationnels, ils ne la rejetaient pas. Voilà comment je pouvais retrouver Emy en habit d'extérieur et avec un pot de miel, prête à aller attirer le papillon qu'elle avait vu vingt minutes plus tôt pour l'observer de tout son saoul… Et qu'il était difficile de la détourner de sa mission, en lui expliquant qu'il devait déjà être loin ! Car non seulement ils avaient brusquement des projets absurdes, mais surtout, une fois lancés, il n'y avait pas plus têtu.

Aussi, l'air espiègle et peut-être même méchant que je lisais sur son visage ne me rassurait guère. Emy aussi décidait parfois – très rarement cependant – de ne pas être sage. Consciemment, ou pas, ou entre les deux, je ne le savais guère ; mais elle désobéissait brusquement à tout, sans raisons. Et si cette gamine avait décidé de même… après tout, ce ne serait guère étonnant. Ironiquement, les plus pauvres avaient tendance à réagir au mépris des fortunés par un autre mépris, teinté de haine et tentant d'étouffer leur jalousie. Alors si la pauvresse avait décidé de profiter de l'étrange situation pour me faire payer pour les "miens", ou simplement pour savourer d'être enfin en position de force et de jalousée… l'affaire s'annonçait pénible. Malheureusement pour elle, elle allait se heurter à une patience rare ; si elle espérait me voir enrager ou jouer dans son jeu, elle risquait une cruelle déception.

Elle continua son numéro de sale gamine en s'asseyant négligemment. Avec une autre, j'y aurais simplement vu l'absence habituelle de manière des basses castes, mais il y avait quelque chose de provocateur dans ce geste… Ce qui n'eut pour seul effet que de me conforter dans l'idée que j'avais bien fait de choisir un restaurant peu luxueux – même si je gardais en conséquence un œil prudent sur mon violon, apporté avec. Ensuite, elle saisit le menu et le parcouru des yeux. Ha, bien sûr… elle ne devait pas savoir lire. Je lui proposerai mon aide, ce sera une bonne façon de lui rappeler qu'hormis cette peluche, elle n'avait guère de pouvoir contre moi. Je ne voulais pas l'humilier, mais si cela pouvait aider à récupérer l'objet… tous les moyens seraient bons, et elle ne faisait pas grand-chose pour attiser mes scrupules.

Je posai ma question, et un air de franc – ou mimé – ennui me répondit. Tant pis pour elle, c'était le prix du repas… Finalement, elle répondit :
 - J’en possède une seconde depuis peu. Mais j’ai du mal à saisir en quoi cette information pourrait vous intéresser ou même vous permettre d’atteindre votre objectif. Mais peut être aimer vous juste poser des questions ?
Je réfléchis à ce qu'elle avait dit, analysant déjà la réponse. Donc, ça devenait régulier ; il ne s'agissait pas d'un don poussé par une brusque et éphémère générosité. En d'autres mots, elle n'était plus autant dans le besoin qu'avant… Pourquoi fallait-il qu'un des rares gestes de bonté en soit un qui se dressait en obstacle face à moi ? Enfin… je pouvais aussi jouer dessus. Après tout, on compatissait plus facilement avec nos semblables… et la situation d'Emy ressemblait quelque peu à la sienne.

Alors, je répondis d'abord :
 - Toi aussi, manifestement.
C'eut été une belle réplique au tac-au-tac, mais je n'y avais songé que trop tard. Tel était le prix d'être de ceux qui réfléchissaient avant de répondre… Et puis, j'enchaînai :
  - Je fais simplement la conversation, et poser des questions à première vue sans intérêt en est la définition. Un moyen de faire simplement connaissance, et de voleter de sujet en sujet jusqu'à en trouver un intéressant.
Pourtant, moi non plus n'aimais pas discuter pour ne dire dire. Je préférais parler peu, mais avec justesse, en général… sauf que je n'avais pas le choix, avec elle. Si je ne me forçais pas, nous n'échangerions plus un mot, elle se contenterait de manger et de partir.

Et de supplicier cette pauvre peluche. Ce qui laissait poindre une sombre question : refusait-elle de me la céder par affection pour le papillon, ou dans l'unique but de continuer ce petit jeu et le plaisir de me nuire ? Ma foi, j'espérais que son protecteur commence par lui inculquer quelques leçons de morale, elle semblait en avoir grand besoin… Mais je ne montrai rien de mon inquiétude et de mon agacement naissant. Cela lui ferait trop plaisir, et puis, si le papillon en venait à se dégrader, il serait toujours possible de le réparer… même si je n'avais guère envie qu'une cicatrice le parcoure.

Alors, comment continuer ? Par des offres faramineuses qui balaieraient son envie d'être mauvaise ?  Par des menaces ? En essayant de toucher un éventuel bon fond en parlant d'Emy ? J'étais terriblement sceptique quant aux chances de succès de cette dernière voie : elle n'avait rien montré de gentil jusqu'ici, et j'étais pessimiste sur l'éventuel bonté d'autrui. Les gens étaient égoïstes, et une fille des rues s'en était sûrement rendu compte mieux que personne…

Mais la seconde option était risquée et risquait de finir de la braquer ; et il serait toujours temps d'essayer la première si la diplomatie échouait. Alors, Je soupirai, et décidai d'aller droit au but – tout en choisissant soigneusement les mots et idées :
 - Mais soit, abandonnons les plaisantes discussions. Tu as décidé d'y mettre toute la mauvaise volonté du monde par plaisir, ou par esprit de revanche envers les plus riches ou simplement "les autres". Très bien, c'est ton droit.
Nul amertume ou accusation dans ma voix : je décrivais d'un ton formel, simple exposé des faits faussement objectif. Et je continuai, sur le même ton :
 - Mais celle que tu prives, ce n'est pas moi, c'est une enfant de 6 ans. Orpheline, qui vient aussi de trouver un protecteur, encore perdue et en manque de repères.
Les idées fusaient dans mon esprit, et je les triais soigneusement. Mentionner que son protecteur n'approuverait pas ses actes, lui qui a aidé une enfant ? Trop direct, et elle ne le voyait peut-être que comme une vache à lait. La dire puéril et égoïste ? Rien de mieux pour la braquer. Dire que même moi, je n'avais rien fait pour mériter ce traitement ? Elle trouvera des raisons, ou n'en prendra peut-être même pas la peine – elle aussi avait subi ce qu'elle ne méritait. Alors, sans rien montrer de mes calculs, je la regardai finalement d'un air calme et terminai :
 - Ce petit jeu vaut-il vraiment la peine de la priver de ce qu'on t'a accordé ? Sans compter que mon offre tient toujours, même si tu n'en as peut-être plus besoin…
J'espérais que si. Son protecteur n'était vraisemblablement pas aussi fortuné que je l'étais.
Et puis, pour la laisser réfléchir, je demandai sans transition :
 - Tu as choisi ton plat ?
Je ne lui proposai pas de les lui lire ; finalement, il valait mieux qu'elle se sente en position de force. Ainsi, elle pourra se donner l'image d'un noble cœur cédant l'avantage par bonté, et non pas par contrainte et acculée.

Il ne me restait qu'à espérer que mon pessimiste sur la bonté d'autrui se révèle injustifiée dans ce cas précis…

©️ Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Jeu 22 Fév - 0:27

Diplomatie et Peluche ft. Lys






Un silence, un temps, un songe ou comme un rêve : un rien. Et toi, tu regardes juste le papillon (tu t’ennuies bon dieu) et tu attends et tu te demandes pourquoi tu attends, accumulation d’incertitudes que l’on divise (évidemment) par un nombre déterminé de certitudes (a contrario) ce sont (simplement) des mathématiques. Finalement il répond (et tu n’attends plus).

- Toi aussi, manifestement.

- Je fais simplement la conversation, et poser des questions à première vue sans intérêt en est la définition. Un moyen de faire simplement connaissance, et de voleter de sujet en sujet jusqu'à en trouver un intéressant.

Ah ? C’est donc ça la définition de « faire la conversation » ? Si tel est le cas tu les plains cette pauvre noblesse, forcée de porter ((souvent) car je ne fais pas dans les généralités) ce masque (que l’on appelle communément) d’hypocrisie et comme si cela ne suffisait pas ; faisons la conversation faisons semblant ensemble et en souriant de vouloir en apprendre plus sur autrui mimons l’intérêt la sympathie et le respect ; pleurons sur le sort de ces pauvres orphelins ; rions des guenilles  des clochards du pavé ; et buvons mangeons jusqu’à plus pouvoir le supporter (mourrons). Moi (tu) je mime mes enfantillages, je pleure pour elle (enfermée), je rie de votre malheur savamment déguisé, et je mangerai et boirai ce que vous consentirez bien à me payer. Cocasse situation et tristes vies que les nôtres.

- Mais soit, abandonnons les plaisantes discussions. Tu as décidé d'y mettre toute la mauvaise volonté du monde par plaisir, ou par esprit de revanche envers les plus riches ou simplement "les autres". Très bien, c'est ton droit. Mais celle que tu prives, ce n'est pas moi, c'est une enfant de 6 ans. Orpheline, qui vient aussi de trouver un protecteur, encore perdue et en manque de repères.

Je vous avouerai volontiers que votre petit plaidoyer me mettrait presque la larme à l’œil. C’est donc tout ce que vous avez trouvé pour me persuader (les sentiments) ? Malgré le temps laissé à la réflexion ? Je suis un peu déçue. Pour ma défense (même si vous ne le saurez jamais) je réfute la mauvaise volonté au contraire je trouve que je suis extrêmement conciliante aujourd’hui vous devriez vous en trouver chanceux.  En outre qu’y a t’il de mal à se faire plaisir de temps en temps ? J’arrête enfin de martyriser l’insecte coloré entre mes mains (osseuses).

- Ce petit jeu vaut-il vraiment la peine de la priver de ce qu'on t'a accordé ? Sans compter que mon offre tient toujours, même si tu n'en as peut-être plus besoin…

Je l’avais déjà relevé avant mais mon esprit n’avait pas pris le temps d’analyser ces mots. Il semblerait que vous pensez (pour une raison inconnue (non présente dans le tableau périodique des éléments)) que je n’ai trouvé un protecteur que récemment. Ai je donc l’air si misérable ? Si maigre ? Si malheureuse ? Si triste ou encore si morte ? Je ne suis pas misérable, ma maigreur semble trop attachée à moi, je ne sais pas si je suis malheureuse mais je ne suis certainement pas triste puisque je vis (et lui aussi).

-  Tu as choisi ton plat ?

Je trouve votre ton calme certes mais comme froid et distant (mais mais je veux dire peut être n’est ce qu’une impression ?) oserai je dire calculateur ? Je peux vous confier (faussement) un secret ? J’aimerais j’adorerais je me délecterais de l’expression que je pourrais voir sur votre visage si je vous disais que si m’aviez de suite demander la peluche pour votre ( ?) petite fille sans essayer de me soudoyer avec de l’argent (rien que le mot me fait frissonner de dégoût). Et bien. Je vous l’aurais donné. Tout simplement. Et te voilà Lena qui sourit un peu bêtement.

- Je vais prendre si cela vous convient  une « timbale de nouilles à l'italienne ».

Tu n’as pas spécialement regardé le prix mais il te semble que ce n’est pas ça qui devrait le ruiner.

- Vous parlez toujours comme dîtes ? Comme si vous récitiez un texte par cœur ? Loin de moi l’idée de vous vexer mais c’est juste l’impression que cela me donne.  Aimez vous lire ?

Les fils invisibles se connectent se déconnectent se croisent et s’entrecroisent. Et tes mots semblent avoir perdu tout leur sens.

- Vous la désirez à quel point cette peluche ?

Suite il(logique).






LES KDOS :feels::
 


Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina et Seo :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 17 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (60) >En cours
France ft. Lysandre (50) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 930

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Lun 5 Mar - 23:11


Diplomatie et peluche



Elle ne m'interrompit pas, sans que je sache s'il s'agissait de curiosité, de respect ou d'inintérêt. Pourtant, à la mention de l'enfant, le papillon n'eut plus à subir ses tortures mesquines. S'était-elle lassée ou avait-elle été touchée, malgré son air immuable ? Que pouvait-il bien se passer derrière ce visage impassible, dans cette tête marquée par la misère ? J'étais curieux mais, quelque part, je savais que je n'aurai jamais réellement la réponse : elle ne semblait guère encline à s'ouvrir et cette rencontre ne connaîtra pas de suite, nous le savions tous deux. Je ne pouvais qu'essayer de deviner, sans grand espoir cependant d'y arriver… et continuer la conversation.

Elle ne m'aidait pas vraiment, d'ailleurs. Elle me regardait, m'écoutait sans répondre, sans dévoiler le moindre indice de ce qu'elle pensait. Chacun suivait ses intérêts, et s'ils étaient généralement faciles à deviner pour les adultes – gagner le maximum, se forger une bonne réputation… –, il en était tout autre pour les enfants… et particulièrement pour elle. Que voulait-elle ? Se venger ? S'amuser ? Obtenir autant que possible de moi ? Tuer le temps ? Tester ma patience ou ses talents d'enquiquineuse ? Que pouvait bien rechercher une fille aux yeux de démon, au corps maigre, à la tenue intrigante, aux pieds nus, aux répliques si malicieuses et qui était prête à débourser et refuser autant d'argent pour une simple peluche ? Qu'espérait-elle tirer de cette conversation ? Était-ce uniquement le plaisir d'un repas qui lui avait fait accepter cette proposition ? Peut-être réfléchissais-je trop, lui prêtant des intentions aussi singulières que son apparence quand elle n'était qu'une enfant comme les autres. Peut-être aurai-je la réponse en continuant cette discussion, peut-être pas…

A ma question, elle répondit simplement mais après un sourire inattendu :
 - Je vais prendre si cela vous convient une « timbale de nouilles à l'italienne ».
Je ne montrai rien de ma surprise, mais elle était présente : l'analphabétisme était la norme, et voilà que cette pauvresse lisait à la perfection un menu. Ce qui ne pouvait que m'intriguer plus encore…
Néanmoins, je me contentai d'hocher la tête, indiquant que j'avais entendu. Ni Emy, ni moi n'y avions jamais goûté… mais le cuisinier avait ma confiance, je n'avais jamais été déçu. Espérons que ce choix la mette dans des dispositions plus conciliantes, un ventre rempli était souvent un esprit plus clément.

Finalement, elle se décida à répondre. Enfin, à questionner…
- Vous parlez toujours comme dîtes ? Comme si vous récitiez un texte par cœur ? Loin de moi l’idée de vous vexer mais c’est juste l’impression que cela me donne.
Bonne question. J'avais l'habitude de réfléchir et choisir mes mots, en effet, ce qui pouvait donner l'impression d'un texte écrit que je ne ferais que livrer oralement. Certains étaient mal à l'aise avec cela, craignant que derrière cette absence de spontanéité se cachaient des calculs malhonnêtes ou des vérités choisies, mais je préférais prendre ce risque que celui de dire des stupidités. En tout cas, cela les empêchait de deviner mes pensées, et l'inconnu ne plaisait que rarement – n'était-ce pas le cas pour moi, face à cette enfant, en ce moment précis ? Seulement, dans le cas présent, je faisais cet exercice avec plus de prudence encore : je craignais qu'un terme inadapté ne la braque ou me mette en position de faiblesse. Je n'étais pas spécialement manipulateur, mais j'étais bien conscient de l'importance de la parole et préférais mettre les chances de mon côté… En guise de réponse, c'en fut donc une pesée et construite qu'elle reçut :
 - J'ai toujours préféré des airs soigneusement composés à l'improvisation, je suppose.
 - Aimez vous lire ?
J'aurais pu être surpris mais, à nouveau, Emy m'avait habitué à cette inconstance enfantine. Je retins une remarque sur le fait qu'elle semblait se plaire aussi à faire la conversation, et répondis simplement :
- Beaucoup. Et toi donc ?
Elle avait déjà prouvé sa connaissance des lettres, et j'étais curieux d'en connaître l'étendue. Lisait-elle des romans ? Y avait-elle accès ? Mais elle n'avait pas fini de sauter d'un sujet à l'autre :
- Vous la désirez à quel point cette peluche ?
C'était là une question vicieuse. Soit elle voulait savoir jusqu'où elle pourrait aller, ce qu'elle pourrait obtenir, à quel point elle me tenait dans sa main, et je ferais mieux de minimiser mon intérêt. Soit elle avait une conscience, et se demandait si son petit jeu et cette peluche valait de faire souffrir un homme et sa fille. Je pouvais deviner ce que Basile me conseillerait : lui dire honnêtement à quel point je tenais non à cette peluche mais à pouvoir la donner à Emy, à voir son sourire ravi et ses étoiles dans les yeux, à me sentir fier de la voir jouer avec et l'aimer, d'avoir trouvé le cadeau idéal. De faire confiance à cette enfant étrange, à son humanité derrière ce comportement espiègle.

Mais je n'étais pas Basile.
 - Au point d'emmener une enfant inconnue dans un restaurant. Mais comme je te l'ai dit, ce n'est pas moi qui la veut le plus…
Si je me montrais désintéressé, elle pourrait bien accorder elle-même moins d'importance à cette peluche et s'en séparer plus facilement, plutôt que de prendre le risque que les négociations coupent court et qu'elle n'obtienne rien. Elle semblait maligne, assez que pour comprendre cela… mais aussi capricieuse. Je ne pouvais qu'espérer qu'elle me croie et décide qu'il était plus intéressant pour elle de revendre cette peluche… ou qu'elle cesse son petit jeu mesquin et prenne Emy en pitié.

Et, pour l'y aider, je retournai sa question :
- Et toi donc ? Pourquoi cette préférence pour cette peluche en particulier ?
Un moyen de lui faire avouer, même à demi-mots, qu'elle n'agissait que dans un but mesquin et non par affection pour l'objet. Ou de trouver un compromis, une solution à l'amiable… après tout, j'avais fait tant de boutiques qu'il se pourrait bien que je connaisse un équivalent qui lui irait.

©️ Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Sam 30 Juin - 17:00

Diplomatie et Peluche ft. Lys







 - Au point d'emmener une enfant inconnue dans un restaurant. Mais comme je te l'ai dit, ce n'est pas moi qui la veut le plus…

Alors ? Alors Monsieur ? Votre réponse ? C’est votre réponse ? C’est tout ? Je suis légèrement déçue. Cela vous parait-il si exceptionnel d’emmener une inconnue au restaurant ?   Je ne sais pas vraiment je n’ai pas la notion de « ce qui se fait » et « ce qui ne se fait pas ». Est ce réellement important ? Je réfléchis je ne sais pas (toujours). Moi aussi j’aime lire en fait et elle aussi aime lire en fait, j’aimerais bien savoir ce que vous lisez nouvelles ? Romans ? Journaux ? Un peu de tout ? Je ne suis pas très loquace mais je pourrais un effort. Vous me semblez prudent avec vos mots comme pré-écrits je trouve ça un peu effrayant ne parlez vous donc jamais spontanément avec votre vous savez cette chose qui bat et qui dicte nos émotions (enfin c’est ce qu’il m’a dit) le coeur ? Ou quelque chose qui produit la même musique (comme une douce mélodie vous savez). Je crois comprendre que vous la désirez ardemment cette peluche mais que vous ne le montrez pas.

« Moi aussi j’aime lire. Et elle aussi. » Tes yeux vides qui se perdent dans l’immensité du lointain (le mur juste derrière vous Monsieur) « Elle s’appelle ? » La petite fille je veux dire. Votre petite fille ?

J’adore les peluches elles ne parlent ne se plaignent jamais ce sont des amies silencieuses qui ne  vous jugent pas dénouées de vie de paroles charge à moi de les éveiller c’est le merveilleux pouvoir de notre voix couplé à celui de notre imagination. J’aurais souhaité avoir des peluches quand j’étais trop jeune (encore) pour comprendre le monde absurde dans lequel j’évoluais (absurdement) je n’en ai pas eues  m’ont t-elles manquées ? Qui sait. Pourquoi cette préférence pour cette peluche en particulier me demandez vous. Je me demande si, si je n’avais pas acheté ce papillon (tout coloré le papillon) m’auriez vous seulement adressé un regard ? Drôle de rictus qui déforme mes joues et tu te mets à rire pour ? pourquoi ? Visage stoïque et contraste troublant.

« Je n’ai pas de papillon en peluche. Je l’ai vu dans la vitrine en passant et j’ai eu envie de l’acheter », tu hausses les épaules.


Je vous la donne c’est bon. J’en ai plein d’autre de toute façon je m’en fiche un peu ce n’est pas très important je vous libère de cette présence indésirable (la mienne) qu’allez vous faire ? Partir ? En courant ? De peur que je vous fasse une mauvaise blague de sale gamine ? Ou bien soulagé de ne plus avoir quelque chose à quelqu’un comme moi ? Vaste et grande question (impressionnante). Est ce que si cette petite fille sourit lorsque vous lui donneriez l’insecte (sinistre formulation) on pourra dire que j’ai donné le sourire à quelqu’un ? (autres que ceux tristes de celui qui a oublié) Dîtes moi ? Monsieur. Maintenant que j’ai changé d ‘avis (humeur de l’heure).

« Si je vous le donne. Maintenant. Tout de suite. Que feriez vous ? Prendrez vous le temps de réfléchir à une réponse posée ? Partiriez vous en courant ? » . Demi-lune bancale.

Tu lui tends la peluche.

Votre réponse ?





LES KDOS :feels::
 


Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina et Seo :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 17 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (60) >En cours
France ft. Lysandre (50) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 930

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Mer 18 Juil - 2:46


Diplomatie et peluche



Je crus dans un premier temps qu'elle allait ignorer ma question retour sur son goût pour la lecture et avais déjà décidé de ne pas m'en formaliser, mais elle me répondit tout simplement plus tard. Impossible de savoir ce qu'elle tirait de ma dernière réponse, en conséquence…
 - Moi aussi j’aime lire. Et elle aussi.
Son regard se fit absent. De qui parlait-elle ? Une proche ? Sa protectrice ? La peluche ? N'avait-elle pas passée l'âge des amis imaginaires ? Je décidai de lui demander ce qu'elle entendait par "elle" – cela n'était le sujet de la peluche, mais j'avais le sentiment que les choses évoluaient bien plus par ces discussions parallèles qu'en forçant la question du papillon ; cependant, elle m'en empêcha, enchaînant d'un :
 - Elle s'appelle ?
Je fus désarçonné un instant par cet écho de mes propres pensées ; comment pourrais-je savoir son nom quand j'apprenais à l'instant son existence ? Ce ne serait la première phrase singulière de cette enfant, toutefois…

Cependant, elle attendait une réponse. Ah ! Ce pourrait-il qu'elle parle en réalité d'Emy ? A présent, cette question me semblait stupide tant la réponse allait de soi… Pourquoi avais-je choisi spontanément une interprétation aussi étrange ? Cette enfant mystérieuse commençait à mettre à mal jusqu'à mon bon sens… Enfin. Quelque part, j'étais rassuré qu'elle n'eut lu mes pensées.
Et pourtant…

Pourtant, l'idée de lui répondre faisait naître en mon ventre une sensation étrange. Comme… de la crainte. C'était absurde, il ne s'agissait que d'un nom dont cette enfant ne pourrait rien faire, elle ne pourrait même rencontrer sa propriétaire. Alors, était-ce la peur de lier ne serait-ce que d'un mot la pure petite Emy à cette gamine miséreuse, sournoise, dont je ne pouvais deviner la moitié des méfaits ni son histoire sans aucun doute sombre et douloureuse ? Par son simple prénom, la mêler à ce monde de chagrin, de misère, de douleur infligée et subie qu'était celui des enfants de rue ? Peut-être… et pourtant, je n'étais moi-même convaincu par cette seule explication. Je ne me savais guère si superstitieux ; aussi étrange était-elle, l'enfant ne paraissait point mauvaise non plus. Et que pourrait-elle faire ? Ignorant mes absurdes réticences, je répondis :
 - Elle se nomme Emy. Pour ma part, il me vient soudain que j'ai omis de me présenter : mon nom est Lysandre. Et... cette "elle" qui aime lire, qui donc est-elle ?
Mon étrange pressentiment ne disparut pas. Au contraire, il ne fit que gonfler alors que la fillette s'esclaffait soudain et sans raison. Je commençais à mieux comprendre les enfants, depuis un temps. A force d'être traitée et rejetée comme quelqu'un de différent et bizarre, par ses yeux rouges et sa solitude, s'était-elle enfermée dans ce rôle ? Ou n'avait-elle pour les mêmes raisons simplement pas acquis les comportements sociaux attendus, tels que se retenir de rire brusquement ? Cela dit, même si elle les avait appris, à quoi bon les suivre ? Elle serait de toute façon rejetée par la grande majorité.

Si je n'avais tant besoin de cette peluche, je n'aurais moi-même guère accepté de passer du temps avec elle. Non point pour ses yeux rouges que je partageais ; simplement, il était mal vu pour ceux de mon rang de côtoyer les plus basses couches… Sans doute n'avait-elle plus cure de ce que l'on pensait d'elle, mais je ne pouvais me permettre ce luxe ; mes relations étaient nécessaires à ma vie actuelle, et celle d'Emy. Tout cela pour en arriver à un point précis : était-ce son petit jeu qui fonctionnait si bien que même moi, j'en ressentais une certaine crainte… ou était-ce autre chose ? Allons, Lysandre… Reprends-toi. Ce n'était qu'une enfant un peu étrange et surtout différente de ce que je connaissais. L'inconnu faisait toujours peur, ce devait être là l'unique raison de mon angoisse.
  - Je n’ai pas de papillon en peluche. Je l’ai vu dans la vitrine en passant et j’ai eu envie de l’acheter.
Etait-ce juste cela ? Purement enfantin, innocent… Sot que j'étais, de m'inquiéter et de la voir pour autre que ce qu'elle était : un rejeton des rues, aux comportements asocial par son histoire et son milieu, rien de plus. D'autre part, cette réponse était intéressante : des papillons en peluche, j'en avais vu d'autres, bien que plus petits.
 - Alors, nous pourrions trouver arrangement. Une ou même plusieurs autres peluches en papillon te siéraient de même, si telle est l'unique caractéristique qui t'intéresse ?
Je ne savais si elle m'avait écouté. Je me doutais déjà qu'elle n'accepterait proposition si simple : elle voulait surtout cette peluche pour l'utiliser à mon encontre, et ne la lâcherait pas aussi aisément, elle en avait déjà fait preu-
 - Si je vous le donne. Maintenant. Tout de suite. Que feriez-vous ? Prendriez-vous le temps de réfléchir à une réponse posée ? Partiriez-vous en courant ?
Et elle tendit les bras, approchant la peluche des miens. Je fronçai les sourcils, prudent et sceptique : de mon choix dépendait son don, était-ce bien cela ? Si telle était sa manière d'encourager ma spontanéité, elle allait devoir revoir ses manigances. Les secondes que je pris étaient une première réponse : malheureusement pour elle et son petit jeu, je n'étais de ceux qui se sentaient honteux de ne point surprendre : ma manière de faire n'était peut-être pas la meilleure, mais elle m'avait admirablement servi jusqu'ici. Seulement… quel devait être le fruit de cette réflexion ? Que ferais-je ? Réfléchir n'était point fabriquer la vérité la plus arrangeante : je ne mentais que très rarement. Disons plutôt… la présenter de la meilleure manière.

A dire vrai, il y avait encore une demi-heure, je l'aurais remerciée, lui aurais remboursé la peluche et serais parti. Cependant, d'une part elle avait su attiser ma curiosité malgré – ou à cause – de la crainte irrationnelle qu'elle m'inspirait et, d'autre part…
 - Je resterai au moins jusqu'à la fin de ce repas, après t'avoir remercié bien entendu. De toute manière, le prochain train n'arrivera pas avant un moment.
Mon retard me mettait mal à l'aise : si Emy sera sans aucun doute heureuse de pouvoir passer plus de temps avec Basile, je n'aimais guère imposer à mon cousin cet imprévu. Je faisais une leçon de bonté à une enfant tout en abusant de celle de mon ami, en quelque sorte…

Je tendis la main, sans tenter de prendre la peluche mais de sorte qu'elle puisse la déposer dans ma paume, et demandai doucement :
 - Puis-je ? Ma proposition tient toujours, la première comme la dernière, à ton choix.
Je n'avais guère foi en la bonté d'autrui, et ne pouvais m'empêcher de douter de son soudain changement d'avis. Pourtant, j'avais sous-estimé plus d'une fois la conscience d'autrui ; peut-être allais-je être surpris à nouveau.

Quelque part, hormis ses réactions singulières, sa tenue étrange et la sensation inexpliquée de crainte, elle ressemblait à n'importe quelle enfant, toujours entre cruauté et bonté. Je n'étais guère de ceux qui se lamentaient sur le sort d'autrui, et pourtant… je ne pouvais m'empêcher de me poser la question. Et si elle avait eu une famille correcte ? Et si la fortune lui avait souri ? A quel point serait-elle différente, à présent ? Cette malice aurait peut-être connu meilleures fins. Peut-être n'aurait-elle pas à faire chanter autrui pour manger un bon repas. Sa propre question me revint en tête, sur ma réaction. Sans doute était-ce plus qu'un repas, sans doute voulait-elle compagnie qui ne la rejetterait pas. Ou peut-être étais-je présomptueux et insultant de la croire si seule, cependant… Alors, j'ajoutai, toujours main tendue, d'un ton plus gentil :
 - Et toi… Que voudras-tu, quand tu me l'auras donné ? Quelle réponse attendais-tu ?
 Je n'espérais guère à ce qu'elle m'ouvre soudainement son cœur, bien entendu, mais me montrer un peu plus affable ne pouvait nuire. Elle était dans son droit depuis le début de notre rencontre, après tout, et n'avait point été particulièrement désagréable non plus. A dire vrai, de son dernier geste dépendrait en bonne part mon opinion. Était-ce réellement un don qu'elle faisait enfin…

… ou une mauvaise farce ?


©️ Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Sam 28 Juil - 18:29

Diplomatie et Peluche ft. Lys







Emy donc, une petite Emy votre petite Emy c’est joli comme nom Emy j’aime bien je pourrais bien jouer un morceau sur un grand piano-forte qui s’appelle « Emy » peut être qu’un jour je me rassoirai devant une partition vierge à la main et qu’elle m’aidera à imaginer une musique qui correspondrait à la façon dont vous me faîtes imaginer Emy.  Bref (moment d’égarement). Lysandre   vous m’avez dit Monsieur Lysandre donc je présume que je vous appellerai comme ça à partir de cet instant (parce que j’en ai envie évidemment). Vous semblez absolument vouloir me donner une contre partie au présent que je souhaiterais vous faire de cette peluche ce qui est déjà bien plus qu’aurait fait une tout autre personne de la même classe que vous (je suppose car vous êtes bien le seul à prendre le temps de me supporter) en cela vous remonter dans mon estime bien que je l’avoue vous n’y étiez pas tombé si bas (sourire).

Mais ; j’attends, toujours. La ! réponse….


 - Je resterai au moins jusqu'à la fin de ce repas, après t'avoir remercié bien entendu. De toute manière, le prochain train n'arrivera pas avant un moment.

J’ai mal aux bras. Au moins jusqu’à la fin du repas ? Je suis… légèrement septique. La plupart des gens peu importe leur milieu aurait juste saisi la peluche et serait parti sans même payer ce fameux repas. En fait il est plus vrai de dire que la plupart des gens ne m’aurait même pas abordé au vu de mon apparence dérangeante qui dégraderait leur propre image (tout le monde sait que chacun ne pense qu’à l’image qu’il renvoi à lui même et aux autres). Vous l’aimez à ce point la petite Emy ? Ma mère m’aurait elle aimée à ce point? Mélancolie lointaine.  Je le vois tendre sa main mais il ne prend pas l’insecte (effroyable papillon).


 - Puis-je ? Ma proposition tient toujours, la première comme la dernière, à ton choix.

Je ne veux pas de votre argent je ne veux pas de votre aide loin de moi l’idée de dire que je n’accepterai rien de la part des « riches » qui n’ont que les mérites de leur naissance blablabla. Je ne les aime pas d’une manière général hypocrites avares égoïstes, aucun scrupule à leur arracher quelques plumes mais Monsieur Lysandre puisque vous êtes là vous êtes un cas particulier et je ne veux surtout pas de votre pitié cela me donne la nausée (pires souvenirs).

Tu le regardes une moue mi-boudeuse mi-agacée sur le visage vous êtes d’un compliqué Monsieur tu as toujours mal aux bras tu es fatiguée peut être aussi (dure journée). Et gentiment il te dit :


 - Et toi… Que voudras-tu, quand tu me l'auras donné ? Quelle réponse attendais-tu ?

Tu poses la peluche dans sa main et tu ramènes les tiennes sur tes genoux.

-Je ne veux rien, mais plus que tout je ne veux pas de votre pitié, certains dirons que ma situation est bien meilleure que la votre d’autre préférait mourir plutôt que d’être une seule seconde à ma place. Je pensais sûrement trop facilement que vous feriez comme tout le monde que vous prendriez la peluche et que vous partiez. Sans un mot. Mais vous n’êtes pas tout le monde. Vous devez beaucoup l’aimer Emy hein ?

(tu reprends ton souffle car tout de même…)

-Vous vouliez savoir qui est « elle » ? C’est la raison pour laquelle les gens veulent me fuir ou… veulent me tuer. Mais c’est aussi une amie très chère

Doux sourire.





LES KDOS :feels::
 


Après l'intrigue :lol::
 

Merci Nina et Seo :
 
☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Qui sait?
Aime:
N'aime pas: avatar
Lena K. Friedwald☆ EINE KLEINE PUPPE ☆

"La peur est la chambre noire où le négatif se développe."



Lena brûle des hôpitaux en #980a31

Katrin est ton pire cauchemar en #0000ff


▐ IRL Age : 17 ▐ Messages : 157 ▐ Autres Comptes : Ankk Majsdotter (de Katrin)/ Aaliyah A. Attanasio (Lena)
Féminin
▐ RPG Age : 14 ans à jamais.
▐ Personnalité : Nombreuses: Timides. Patientes. Impulsive/Calme. Joyeuse/Maussade.
▐ Parcours RP : Chronologiquement:

Arche ft. Bonnie (70) >En cours
Inde ft. Ava. (20) > Abandonné
Portugual ft. Izû {10/3}>Terminé
France ft. Satis et Alix (40) >Abandonné
France ft. Khan (10) > Abandonné
Intrigue: Chap IV bis ft. Tyki ; Soren ; Caem (5x20+10) >Terminé

Allemagne ft. Tyki (40) >En cours
Suisse ft. Reynald (60) >En cours
France ft. Eugénie (60) >En cours
France ft. Lysandre (50) >En cours
Arche ft. Salvatore (30) >Abandoné
Arche ft. Ash (40) >En cours
Écosse ft. Soren (90) >Terminé
Epistolaire ft. Soren (10) >Terminé
France ft. Soren (130) >En cours
Pérou ft. Cutie (40) >En cours

+50 points anniv
+50 points FP

Total des points : 930

Rang D.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Dim 2 Sep - 2:32


Diplomatie et peluche



Quand elle me déposa le fameux papillon dans la main, un mélange d'émotion coula en moi. La surprise, d'abord, qu'elle ait réellement changé d'avis. Une fois encore, ma conception sombre de l'humanité était mise à mal… Enfin, une expérience ne pouvait effacer toutes les autres. Néanmoins, la seconde émotion fut une note de gratitude et de plaisir face à cette bonté inattendue. Cependant, la crainte noircissait le tableau, génitrice d'une certaine envie de partir à l'instant : et si elle changeait à nouveau d'avis ? Ainsi étaient les enfants, et je ne tenais à mener chamaille en lieu public contre la pauvresse désireuse de reprendre son bien. Cependant, j'avais donné ma parole, et je n'avais pour habitude de la briser. De plus, elle s'était montrée fort avenante, et je n'avais cœur à l'en remercier de si lâche manière. Enfin, elle m'intriguait. Je n'avais jamais été d'une curiosité rare, préférant me tenir loin de l'inconnu dangereux et des indiscrétions ; cependant, cette étrange fascination mêlée de crainte me retenait, presque d'une force inconnue.
 - Je ne veux rien, mais plus que tout je ne veux pas de votre pitié, certains dirons que ma situation est bien meilleure que la vôtre d’autre préférait mourir plutôt que d’être une seule seconde à ma place.
Bien meilleure que la mienne ? Je ne comprenais guère ce qu'elle insinuait. Peut-être était-elle de ces gens convaincus que les bourgeois cachaient leur malheur par l'argent, que les sentiments réels n'avaient place qu'unis dans la misère. Ils avaient tort. Pourtant, elle n'était seulement de basse classe ; sa tenue la reléguait au rang de pauvresse, d'enfant des rues, de "rien du tout", diraient certains. Je doutais que quiconque envie réellement sa situation… Ou parlait-elle de l'actuelle, nouvelle, du fait de son nouveau protecteur ?
 - Je pensais sûrement trop facilement que vous feriez comme tout le monde que vous prendriez la peluche et que vous partiez. Sans un mot. Mais vous n’êtes pas tout le monde.
Elle faisait erreur. Je n'avais rien d'exceptionnel, si ce n'était un don qui eut pu tomber sur n'importe quelle autre âme. Peut-être parlait-elle simplement de mon absence de mépris pour elle, malgré notre différence de richesse et de culture. C'était là fait surprenant, certes, mes parents ne manquèrent pourtant point de tenter de m'inculquer notre supériorité ; sans doute furent-ils finalement particulièrement permissifs, me laissant prendre recul sur leur éducation. Il y eut Basile, préférant une vie modeste. Il y eut Abigail, étoile montante née du prolétariat. Et surtout… ce n'était noblesse d'âme ou humaniste bienveillant. C'était la passion, cette passion qui pouvait me saisir, prendre force implacable, et qui ne s'embarrassait guère de ces barrières. En ce cas précis, c'était bien mon désir brûlant d'un sourire d'Emy qui m'avait amené en pareille situation…

Je n'eus pas à répondre ou la détromper, cependant, car elle enchaîna :
 - Vous devez beaucoup l’aimer Emy hein ?
Je n'aimais parler de moi, et moins encore de mes sentiments. Je n'étais de ceux qui appréciaient parler de leurs passions et faire discours public de leur amour ; tout cela était en moi, et le vivre me suffisait amplement. Livrez vos souvenirs et pensées à autrui, et vous lui donnerez toute occasion ou de les tordre et pervertir, ou de s'immiscer dans vos affaires privées. Aussi, alors qu'elle reprenait son souffle, d'un ton neutre, je me contentai d'un sobre :
 - Comme ma fille.
Une fois encore, elle reprit rapidement sa tirade. Cela m'arrangeait fort, je préférais l'écoute à la parole.
  - Vous vouliez savoir qui est « elle » ? C’est la raison pour laquelle les gens veulent me fuir ou… veulent me tuer. Mais c’est aussi une amie très chère.
Je lui rendis son sourire. Les enfants avaient une telle imagination… Emy elle-même, quand elle parlait de son père biologique, l'imaginait parfois puissant et intimidant. Sans parler de ce "Monsieur Turban", l'exotisme fascinait facilement la petite, après tout. Je me demandai alors jusqu'où allait les rêveries de celle qui me faisait face, et songeai que j'avais le temps de le découvrir ; n'étais-je point ici pour parler ? Si cela pouvait m'éviter d'autres questions personnelles, ce n'en était que plus intéressant.
 - Il s'agit de celle qui t'a offert cette robe et l'argent pour le papillon ? D'ailleurs, il me faut te rembourser au moins la somme originelle.
Quant à sa bonne action, le repas en sera juste récompense. Avant qu'elle ne puisse protester, je saisis la somme que la boutique affichait et la plaçai devant elle, faute de pouvoir atteindre sa main. Si faire transition d'argent en repas était d'une impolitesse rare, j'avais décidé que nous ne serions point à une entorse près.

Nos plats arrivèrent à cet instant. Je vis le regard intrigué du serveur à la vue de cette paire pour le moins étrange, et songeai avec un sourire que Basile s'en serait amusé. Néanmoins, il ne fit aucun commentaire et disparu en cuisine, nous laissant commencer la dégustation des plats. Si le goût ne laissait le doute sur l'origine moins raffinée que ce dont mon palais avait l'habitude, il n'en était que différent, non moins savoureux. Si certains grands restaurants misaient sur la qualité de leurs ingrédients, celui-ci se distinguait par son savoir-faire précieux. Il ne me restait qu'à espérer que l'enfant partage mes goûts…

"L'enfant". J'ignorais encore son nom, elle n'avait eu l'élémentaire politesse de se présenter à ma suite. Ce n'était guère surprenant…
 - Comment puis-je t'appeler, par ailleurs ?
Si le serveur avait eu l'élégance de ne pas s'attarder à nous observer, l'un des clients ne semblait s'embarrasser de discrétion. Cela faisait un moment qu'il nous observait, particulièrement l'enfant. Si je ne pouvais que difficilement lui reprocher d'être intrigué par cette gamine singulière, j'aurais apprécié qu'il contienne sa curiosité : être observé n'avait jamais fait mon plaisir. D'autant plus qu'en terme de curiosité, pardonnez ce jeu de mot…

L'étrange globe ailé piètrement dissimulé sous sa serviette n'avait rien à lui envier.


©️ Halloween



Pianissimo, appassionato
avatarLysandre DelcourtPianissimo, appassionato
...

▐ IRL Age : 20 ▐ Messages : 92 ▐ Autres Comptes : Rhiryne ~ Rhian Llewellyn, Mary Risatina, Flonne Sørensen
Masculin
▐ RPG Age : 25 ans
▐ Personnalité : Introvertie
▐ Parcours RP : Partition (FP)
Orchestre (RS)
Répertoire (BQ)

RP en cours :
* Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
* Lutin Farceur [Pv. Shiva]
* Bon anniversaire, Brosin ! [Pv. Basile]
* Intrigue V : la Parole au peuple
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Re: Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Diplomatie et peluche [Pv. Lena]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Couture & peluche Arts des objets
» Livres pour les tous petits en peluche et tissu
» [NETTOYAGE] Nettoyer une peluche
» [WATCHIMAL] bracelet montre en peluche
» VOICI MA GIRAFE EN PELUCHE, COUSUE MAIN...

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: France-
Sauter vers: