Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP

Partagez
 

 Pures

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Pures
Ven 2 Fév - 0:42

Pures.



Abi nous a emmené dans un nouveau pays. Il fait moins froid qu'à la Maison, mais plus que dans les autres endroits, alors tu es contente. Il n'y a pas de neige, mais Abi a dit peut-être après. Quand les nuages sont assez grands et forts, ils donnent de l'eau à la terre pour que les plantes, les animaux et les gens puissent en profiter. Et quand il fait froid, les gouttes mettent un manteau, alors ça devient tout doux et tout blanc. Tu espères que les nuages, tout là-haut, se sentiront bientôt prêts ! Tu adores la neige, et ça te rappelle la Maison.

Ici, les gens parlent une autre langue. Elle ressemble un peu à la nôtre, avec des mots qui viennent du fond de la gorge, beaucoup de "g", des sons par morceaux. Tu en as entendu des chantantes, où tous les sons sont liés ! Des qu'on parle très fort mais comme si on avait la bouche pleine ! Des où on ne l'ouvre presque pas, chez des gens qui boivent beaucoup de thé ! Des qu'on parle en faisant des signes avec les mains, et en faisant longtemps les sons ! Tu ne sais pas les parler mais tu imites les gens, c'est amusant de pincer les doigts et de faire des mouvements de bras. Ici, ça ressemble, mais tu ne comprends quand même pas ce que les gens disent. Ce n'est pas très grave ! Abi s'en occupe, et toi, tu ne parles quand même presque jamais. Et tu ne comprends pas toujours ce que les gens disent même dans notre langue.

Vous avez été dans un bâtiment, puis dans une chambre. Abi semble pressé, il a un travail urgent à faire, dit-il. Alors, il a demandé à une madame dans le bâtiment quelque chose, et il t'a dit de lui faire confiance. Il sait que c'est un peu inutile : même quand il ne le veut pas, tu fais confiance, petit ange.

La dame t'a emmené dans une autre pièce, avec un bain. Elle te déshabille, te mets dans l'eau et te frotte partout. Tu ris sous les chatouilles, mais tu te laisses faire sans crainte. L'eau est chaude, tu aimes bien te laver ! Papa dit que c'est important pour rester en bonne santé et éviter les ép… épid… les maladies que tout le monde attrape, alors tu lui demandais tous les soirs. Si vous tombez tous les deux malades, qui s'occupera de l'autre ? Moi-même me laisse tremper dans l'eau, sous le regard réprobateur de la dame qui n'ose pourtant pas m'en retirer. Puis vient le moment encore plus amusant : tu bouches ton nez, et te laisse aller au fond du bain. Papa dit que sinon, des petites bêtes restent sur nous, et elles sont dangereuses.

Tu aimerais bien rester plus longtemps sous l'eau. Il fait calme, tu te sens légère, tu entends ton cœur battre. Toudoum. Toudoum. Il n'y a plus que toi. Ça t'angoisse un peu mais, en même temps, ça te fait du bien. Mais… la dame te fait ressortir. Elle n'a pas le temps de jouer, dit-elle. Sale mégère, pensé-je, mais tu hoches la tête : Papa dit qu'il y a un temps pour jouer, et un temps pour être sérieuse.

Finalement, tu sors de l'eau, et tu grelottes. La dame te couvre de quelque chose de chaud, et te frotte. Elle te dit de ne pas sortir, qu'elle revient avec des vêtements, et tu hoches la tête. Mais tu penses qu'elle veut dire aller dehors-dehors et que tu peux sortir de la pièce, alors tu vas vers la chambre pour retrouver Abi. Mais… il n'y est pas. Alors, tu vas un peu plus loin, dans la salle où vous êtes entré au début. Mais il n'y est pas. Alors, tu mets un pied dehors et jette un œil à droite, à gauche. Mais il n'y est pas. Alors, tu sors, tu as oublié ta promesse à la dame, et tu vas dans les ruelles. Tu serres fort le tissu chaud contre toi, car même s'il ne neige pas, il fait froid. Tu aimes bien le froid, mais là, c'est un peu trop.

Tu ne remarques pas les yeux ronds des gens qui te regardent. Drôle de spectacle ! Une grande aux cheveux blancs, avec juste un tissu autour d'elle, qui court comme une enfant en jetant des coups d'yeux partout. Tu regardes juste les vestes, car tu as retenu celle d'Abi, et Papa t'a dit que c'était méchant de désiv… de regarder les visages des inconnus. Une ruelle. Deux ruelles. Trois ruelles. Je compte pour toi, tu n'y penses même pas, inquiète et concentrée. Tellement que tu cours sans regarder devant toi, et… badaboum.

Tu tombes, et ta serviette aussi. Au moins, elle amortit un peu ta chute, mais tu couines quand même quand tes fesses cognent le sol. Je lève mon regard vers l'agresseur, feule, me tient prêt à bondir dessus et défendre ma sélénite. Tu lèves le tiens aussi, curieuse. Mais pas de grand monsieur au visage sévère, pas de madame outrée : c'est une enfant qui te fait face. J'espère pour elle qu'elle n'essayera pas de t'embêter…


©️ Halloween






AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Lun 20 Aoû - 13:02
Pures

Ca fait combien de temps qu'ils marchent là? Des minutes, des heures, des jours, voire des semaines même ! Saphira n'en peut plus, elle est fatiguée mais elle garde la pêche malgré tout. Gambader de pays en pays, c'est bien, sans être menacé et à son rythme, c'est mieux. Elle n'a jamais vu autant de pays à la suite, même en géographie elle n'en a pas vu autant ! Et puis bon, les voir dans un livre et en vrai, ce n'est pas pareil. Dans un livre, bah ce sont des images, certes elles sont jolies parfois mais on s'en fiche. Tandis qu'en vrai... il y a toute la véritable beauté de la nature, il y a l'animosité de chaque pays, il y a les gens qui sont tous complètement différents ! C'est bien plus passionant de voyager avec son coeur qu'avec sa tête.

Enfin, les voilà en Allemagne. C'est un pays... bizarre, étrange, les gens parlent super bizarrement. Elle essaie d'imiter leur façon de parler mais elle n'y arrive pas... quelle langue de barbare ! L'anglais c'est quand même bien plus beau, plus poétique.
Saphira veille à bien rester près d'Ayden, elle n'a pas envie de se perdre dans cette foule de gens. Ils sont bien excités dans ce pays, y aurait-il une fête? Ou alors ils sont comme ça tout le temps? Ce n'est pas comme si ça pouvait la gêner : elle est tout le temps comme ça. C'est son côté hyperactif.

Mais bon, actuellement, elle s'ennuie. Elle est assise sur les marches d'un escalier, observant les gens qui passent, les poings sur les joues. Son père partit faire "2-3 trucs, je reviens vite, bouge pas", ouais, il est sûrement en train de dormir quelque part ! En attendant, l'ennui la gagne et Brave se salit à terre. Et pourtant, elle a essayé plein de trucs pour s'amuser un peu : faire un château de caillous, compter les fourmis, en profiter pour se brosser les cheveux mais rien n'y fait, elle s'ennuie encore et toujours. Ca fait combien de temps qu'il est parti ? Ca doit bien faire 20 minutes !

Et puis, si lui a le droit de partir faire 2-3 affaires, pourquoi pas elle? Elle pourrait en profiter pour découvrir cette ville ! Sans se faire repérer évidemment, sinon elle est mal barrée..
Elle décide donc de se lever, fièrement et de déambuler dans les rues. Ce sont de grosses avenues, remplies d'hommes, de femmes, d'enfants et de marchands en tout genre. C'est plutôt sympathique comme ambiance, beaucoup de bruits, des gens un peu partout... tout ce qu'il faut pour se camoufler correctement. Bien entendu, elle a rabattu sa capuche sur sa tête, une fille aux cheveux aussi longs ne passe pas inaperçue, même dans une foule.

Une fois le marché fait, elle décide de s'aventurer dans une autre partie de la ville : les ruelles. Ce n'est pas le genre d'endroits où elle traîne d'habitude mais tout est bon à explorer dans un nouvel environnement ! Elle lève la tête pour observer les fenêtres et les toitures des maisons. Ce n'est pas vraiment la même architecture qu'en Ecosse mais elle est quand même jolie malgré quelqu-

- Woh !

Un truc vient de lui foncer dedans, la faisant tomber, fesses à terre. Prête à bondir, elle se relève, serrant sa cape contre elle, observant son aggresseur... qui est une enfant, nue. Une enfant, dans la rue, en hiver, nue. Saphira cligne des yeux, restant bloquée pendant quelques secondes face à la petite aux cheveux blancs. Puis l'adolescente se rappelle qu'elle est nue alors qu'il fait 0 degré, et enlève sa veste pour les mettre sur les épaules de la petite, paniquée.

-Hé, couvres-toi, tu vas attraper froid ! Qu'est-ce que tu fais toute seule ici?

L'instinct de grande soeur qui reprend le dessus. Ca fait tellement longtemps qu'elle ne s'est plus occupée de son frère ! M'enfin, mon petit doigt me dit qu'elle va devoir s'occuper de cette enfant aussi...
Codage par Libella sur Graphiorum


Pures RiRn7RIG_o
Pures IsaCYIj

Déroule pour de la beauté ♥:
 


moodboards:
 
† Lost butterfly †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir la Guerre et vivre avec Ayden
Aime:
N'aime pas: Saphira Hyde
Saphira Hyde† Lost butterfly †
Saphira rit en #cc33cc


Pures D2tyQmj Pures NTkdlF8 Pures T3JxKNv

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 173 ▐ Autres Comptes : Madalia | Ada van E. | Asiye Y. D. | Dorothea von R. | Sua | Shani I. | Elpis | Psyché K. | Ksenia V.
Féminin
▐ RPG Age : 16 ans
▐ Personnalité : Sociale - Naïve - Rancunière - Hyperactive - Attachante - Impatiente - Spontanée - Téméraire -
▐ Parcours RP : (╯°□°)╯︵ ┻━┻

d é c e m b r e :
 


j a n v i e r :
 


f é v r i e r :
 


m a r s :
 


a v r i l :
 


m a i :
 


j u i n :
 


j u i l l e t :
Le lutin farceur ft. [color=#D1BE41]Adriel[color] {20}

Anniversaire X2 {100}
200 points HRP + 1190 points RP + 2 conditions
1390 points

Rang C
Rang B dans 110 points et 4conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Sam 6 Oct - 19:16

Pures.



Qui de nous deux est le plus intelligent, ma Sélénite ? Une question que les témoins de notre paire se posent, parfois. L'une, naïve, s'accroche soudainement au plus dangereux des êtres. Et l'autre feule à la gorge des plus subtilement mal intentionnés. Mais… lequel est meilleur ? Tu es bête, ho, ça oui. Cela au moins, tu le sais. Parfois, tu te demandes… Et si tu ne l'étais pas ? Alors, ton ancien papa ne t'aurait pas chassé, peut-être. Et Papa t'aurait prise avec lui, ou alors, tu aurais su comment le retrouver. Mais tu ne sais que peu parler, et écrire son nom par une comptine… Tu n'as jamais songé que tu ne le reverrais plus, non, tu n'imagines même pas que ce soit possible. Tu le reverras, aussi certainement que la neige fondra à la maison – mais tu ne sais plus quand c'est, que le Soleil est haut et fort. Mais… quand ? Te reconnaîtra-t-il ? Toi aussi, tu oublies si vite les gens – mais lui, tu ne l'oublieras jamais. Tu l'espères, très, très fort… Tu ne sais plus le visage de ta maman, après tout. Ni des autres gens que tu as aimé. Parfois, tu aimerais être intelligente, tellement, tellement…

Mais tu ne dois pas, mon Ange. Des gens intelligents, il y en a tant, et vois ce que le monde en devient. Peut-être ne pourrions-nous vivre sans eux, et il en est des bons, comme Papa… mais ils ont besoin de toi aussi. Qui ne se souvient pas ne peut tenir griefs. Qui ne peut avoir gloire et fortune ne cherche à écraser autrui. Qui n'apprend pas ne s'aveugle d'idées faites. Qui ne sait mentir peut blesser… mais non trahir. Vois ces villes illuminées de feux et d'ampoules, savamment conçus par d'esprits plus brillants encore que leurs créations ! Et pourtant, quand le cœur est lourd, quand l'âme est en doute, quand la beauté manque aux yeux… c'est bien vers la Lune que ceux-ci s'élèvent. Clarté simple, pure, biens moins vive qu'une flamme de bougie, et pourtant si rassurante. La Lune ne cherche à dévorer pour grandir, elle ! Quand le jour est présent, elle s'efface, elle ne cherche à surpasser le Soleil… Elle se laisse baigner dans sa lumière pour donner la sienne aux autres, sans prétention, quand le temps est venu. Ho, il est vrai que ta peau ne le supporte guère, mais je parle ici par image. Alors, ma Douce, ma Gentille, mon Idiote… Ton esprit simple n'est point qu'une absence de la qualité d'intelligence. C'est si différent, si beau, si… nécessaire.

Et là où ta bêtise amène le danger, mes griffes et mes dents feront barrage. Quelle est donc cette enfant qui nous fait face, aux cheveux plus longs encore que les tiens ? Est-elle clarté semblable ? Ou braise vicieuse ? Mon instinct point ne s'inquiète, mais prudence jamais ne nuira. Aussi, quand l'humaine s'approche, je laisse faire sans feuler mais me tient prêt à trancher sa peau blanche. Elle te met un habit comme le faisait Papa, et mes craintes s'apaisent un peu : nous l'oublions bien vite, mais ta peau n'est dotée de fourrure, le froid t'est danger ! Par chance, tes ennemis pires encore, les rayons du Soleil, ne sont présents aujourd'hui.

Tu serres la veste contre toi. Tu souris, parce que c'est doux, et parce qu'elle est gentille.
 - Takk…
Tu ne comprends pas ce qu'elle dit, bien sûr. Mais tu sais ce que tu dois faire : trouver Abi. Alors, tu expliques… de tes mots rares et doux.
  - Abi… finne…
Un cri nous fait sursauter, alors nous regardons son origine. Un garçon fixe avec des yeux surpris, il porte un grand vêtement blanc et ample. Mais pour une fois, ce n'est pas toi qui attires l'attention stupéfiée et craintive : c'est ta sauveuse aux longs cheveux qui semble l'effrayer. Je sens son animosité, et feule. Je connais cela. La peur qui mène à la violence, absurde et abrutie. Pour ma part, si ma confiance n'est accordée à personne, Longs-Cheveux me semble moins dangereuse : les femelles sont plus distantes, elles ne te frappent que rarement. Et toi, bien sûr… tu ne te méfies de personne.
 - Hallo ! … Venn ?
Demandes-tu à Longs-cheveux, intriguée. Mais le garçon, tout blanc, fouille quelque chose dans son sac, et Longs-cheveux te prend par la main pour courir dans l'autre sens. Nous la laissons faire et la suivons : toi par confiance et – déjà – affection, moi par méfiance… envers l'autre humain.

Intelligence ou bêtise, parfois, le résultat est le même.

Traduction:
 

© Halloween






AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Jeu 6 Juin - 11:55
Pures

Un peu paniquée, un peu perdue aussi, Saphira observe la jeune fille que se tient devant elle.  Ses longs cheveux blancs sont magnifiques, et l'exilée a déjà l'impression d'avoir trouvé une sœur de chevelure. Sa peau est aussi blanche que ses cheveux, aussi blanche que la neige.  Mais que fait-elle toute seule dans cette si grande ville? A-t-elle perdu ses parents? Ou alors s'est-elle perdue tout simplement ? Mais que fait-elle... nue?
Elle la regarde, l'air interloquée. Elle essaie de paraître rassurante, comme faisait sa maman lorsqu'elle-même avait peur. Elle espère surtout ne pas lui faire peur, ce qui serait vraiment problématique. Cette ruelle n'est d'ailleurs pas l'endroit le plus rassurant du monde, ni le plus sécurisé. Il faudrait qu'elles sortent de là et qu'elles aillent se réfugier dans un endroit chaud, pour qu'aucune des deux ne tombe malade. De plus, avec son Innocence à découvert vu qu'elle a donné sa cape à la jeune fille, il faut qu'elle trouve un endroit où elle pourrait se cacher en attendant son père... d'ailleurs, que dira-t-il quand il la verra en compagnie d'une inconnue?

L'étrangère lui sourit. Son cœur est apaisé, soulagé. Apparemment, elle ne lui a pas fait peur, c'est déjà ça de bien.

- Takk…

Takk? Takk... qu'est-ce que c'est que cette langue? Ça ressemble un peu à l'allemand, mais ça n'en est pas. Elle connaît quelques petits mots, à force de rester dans ce pays et de voyager, mais l'ancienne exorciste est sûre à 90% que ça n'en est pas. Néanmoins, elle hoche la tête, en souriant en coin, histoire de rester aussi rassurante que possible.

- Abi… finne…

Elle a une voix toute douce, apaisante. Elle semble si posée que cela calme la nature d'habitude si excitée de son interlocutrice. Elle écoute chacun de ses mots avec attention, essayant d'en déceler le sens. Mais elle n'y arrive pas. C'est si différent de son propre langage... lors de sa réponse, Saphira essaie de bien faire les choses et d'accompagner ses paroles avec des gestes, pour être la plus compréhensible possible.

- Je suis désolée, je ne te comprends pas...

Elle n'a pas le temps d'ajouter autre chose, qu'un cri retentit derrière elle. Elle se retourne alors et découvre avec horreur un membre de l'Ordre Noir, qui la fixe. Seigneur, mais quelle journée ! Le monde semblait décidément contre elle aujourd'hui. L'exorciste ne fait rien, elle attend de voir ce que son ennemi (oui, il est maintenant considéré comme son ennemi) lui veut, prête à bouger au moindre faux mouvement. La jeune fille blanche, intriguée, se retourne vers elle.

- Hallo ! … Venn ?

"Hallo", ça elle le comprend. Elle prend alors sa main, tandis que le membre de l'Ordre Noir semble fouiller pour trouver quelque chose dans son sac.

- Pas hallo ! Méchant avec moi, pas gentil ! On doit partir maintenant !

Ses paroles toujours accompagnées de gestes, Saphira se met à courir dans le sens opposé, tenant fermement sa nouvelle amie par la main.  Elle a peur, sa respiration commence à s’accélérer, l'adrénaline prend le dessus. Comment ont-ils fait pour la retrouver ? Et pourquoi MAINTENANT? Combien sont-ils, où sont-ils tous dispersés? Les questions se bousculent dans sa tête. Elle emprunte des rues à l'aveuglette, elle ne connaît absolument rien de ce pays. Complètement perdue, sans repères, elle tente de sauver sa peau du mieux qu'elle le peut. Elle ne compte pas retourner à la Congrégation, sûrement pas, elle veut rester avec son papa, revoir sa mère et son frère...

Après plusieurs minutes à courir pour mettre de la distance entre eux, Saphi ouvre la porte d'une boutique au hasard, fait rentrer son amie qui a accepté de la suivre et referme très rapidement la porte. Elle défait sa tresse, laissant Brave vagabonder. On ne sait jamais, en cas de besoin, il faut qu'elle puisse l'activer assez vite. Elle se tourne ensuite vers l'étrangère en soupirant.

- Pardon de t'avoir fait courir... mais il ne faut pas qu'ils nous attrapent.

Elle réfléchit quelques instants et porte la main à sa poitrine, se désignant.

- Moi, Saphira. Je suis gentille. Je veux protéger toi. Toi, quel est ton prénom?

Elle la pointe alors en tournant légèrement la tête vers la droite, pour marquer l'interrogation. Elle ajoute ensuite deux mots simples, mais essentiels pour le déroulement de la suite des choses.

- Maman? Papa? Où sont-ils?

Pitié qu'elle comprenne, il ne faut pas qu'elle reste avec Saphira ou sa vie risque d'être menacée tout autant que la sienne...


Codage par Libella sur Graphiorum


Pures RiRn7RIG_o
Pures IsaCYIj

Déroule pour de la beauté ♥:
 


moodboards:
 
† Lost butterfly †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir la Guerre et vivre avec Ayden
Aime:
N'aime pas: Saphira Hyde
Saphira Hyde† Lost butterfly †
Saphira rit en #cc33cc


Pures D2tyQmj Pures NTkdlF8 Pures T3JxKNv

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 173 ▐ Autres Comptes : Madalia | Ada van E. | Asiye Y. D. | Dorothea von R. | Sua | Shani I. | Elpis | Psyché K. | Ksenia V.
Féminin
▐ RPG Age : 16 ans
▐ Personnalité : Sociale - Naïve - Rancunière - Hyperactive - Attachante - Impatiente - Spontanée - Téméraire -
▐ Parcours RP : (╯°□°)╯︵ ┻━┻

d é c e m b r e :
 


j a n v i e r :
 


f é v r i e r :
 


m a r s :
 


a v r i l :
 


m a i :
 


j u i n :
 


j u i l l e t :
Le lutin farceur ft. [color=#D1BE41]Adriel[color] {20}

Anniversaire X2 {100}
200 points HRP + 1190 points RP + 2 conditions
1390 points

Rang C
Rang B dans 110 points et 4conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Ven 2 Aoû - 19:13

Pures.




 - Palo ! Mësjan tavek…
Tu n'entends pas vraiment la suite, emporté par la course de Longs-cheveux ; de toute façon, tu ne comprends pas ce qu'elle dit. Mais tu n'as jamais aimé les mots, car le cœur comprend mieux : son angoisse, sa crainte ne t'échappe pas, et tu devines que l'homme en est la source. Une peur qui ne t'est pas étrangère : de toutes tes innocences perdues, la confiance puérile que chacun est un ami fut la première arrachée.

Inquiète, tu essaies de suivre son pas pressé ; mais tu es pieds nus, ange, et cette ville crasseuse n'a guère la douceur des nuages. Comme Papa te l'a appris, comme Abi a fini par le comprendre, tu serres la main qui te tient pour exprimer ta douleur. Tu gémis même doucement. Mais Longs-cheveux ne se retourne pas, n'écoute pas tes plaintes trop subtiles pour son esprit paniqué, et les marques s'accumulent sur la plante fragile qui élève ton corps aussi léger que vulnérable. La rage gronde dans ma gorge, pour celle qui t'inflige cela. Avait-elle besoin d'impliquer ma sélénite dans cette stupide course ? Pourquoi le garçon est-il une menace ?

Enfin, nous entrons dans une boutique. Longs-cheveux parle, et tu ne comprends pas. Ta propre langue parfois t'échappe, qu'espérer de celle d'un autre pays ? Tu ne vois qu'un signe et des sons vides de sens. Elle se montre du doigt. Tu te sens mal, était-ce important, ce qu'elle a dit ? Papa te dit qu'il faut écouter les gens calmement, sinon on les blesse, mais si tu ne les comprends pas ? Elle te montre du doigt. Tu n'aimes pas ce signe, Papa t'a dit que c'était malpoli… et trop de gens te montrent du doigt. Ils évitent ton regard, et te laissent tranquille. Ils pointent le doigt, et tu as des ennuis. Mais elle n'a pas le même regard qu'eux. Toi ? Cela, tu le comprends. Mais quoi, toi ? Parfois, quand les gens pas méchants te montrent du doigt devant Papa, il dit ton nom. Alors, tu essaies :
  -  Flonne.
 - Maman ? Papa? Où sont-ils?
Mamma ? Pappa ? Ces mots, tu les connais. Cet air inquiet, avec ces mots. Elle te demande où est Papa, tu t'en rappelles. D'habitude, tu montres là où tu l'as vu pour la dernière fois. Mais cette fois…
 - Ikke… vet…
Quand tu montres, les gens te ramènent à Papa. Tu voudrais, mais même toi, tu comprends qu'elle ne sait pas retrouver Papa. Mais Abi ? Elle peut te ramener à lui, peut-être.
 - Abi....…
Tu ne sais pas où nous sommes, car nous avons couru. Tu prends une moue embêtée ; qui se transforme en souffrance quand tu déplaces ton pied. Tu n'as pas peur en voyant le sang, car tu en vois souvent : Papa est médecin. Et tu te blesses souvent, aussi. Mais c'est douloureux.

Pourtant, tu oublies bien vite, quand tu vois un dessin sur le mur et que tes yeux s'ouvrent grand. Tu mets le doigt dessus en disant :
   - Bad ! Abi !
C'est un dessin de l'hôtel que tu as quitté, tu le reconnais. Les mêmes lettres, les mêmes fenêtres, les mêmes escaliers difficile à monter. Quel joli dessin ! Il y en a beaucoup d'autres dans ce magasin. Un autre attire ton attention :
   - Snø !
Un paysage couvert de neige. Cela fait longtemps que tu n'en as plus vu…

Ça te manque.

Traduction:
 

© Halloween






AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Ven 30 Aoû - 1:11
Pures

Elle ne sait pas du tout quoi faire. Pas du tout. Elle n'a jamais dû affronter ce genre d'évènements et surtout, surtout pas avec un Membre de l'Ordre Noir qui lui court après. Elle panique un peu en fait, mais elle essaie de garder son calme pour ne pas effrayer sa nouvelle camarade. Peut-être que si elle reste ici, l'Ordre se lassera et partira? Non, non c'est débile, ils ne se lasseront jamais. mais comment l'ont-ils retrouvée? Ayden et elle avaient pourtant fait super attention ! Elle réfléchit longuement, mais elle n'oublie pas qui se trouve avec elle.
Et, par miracle, elle semble avoir compris la première question de l'Exorciste. Elle répond avec sa petite voix, un tout petit mot.

-  Flonne.

Flonne... oh, comme c'est joli. Ca lui rappelle le mot fleur, et les fleurs c'est joli. Comme elle un peu. Enfin, Comme Flonne, pas Saphira. Elle n'est pas arrogante, elle ne se complimente pas toute seule, ce serait bizarre. Et elle n'est pas bizarre.

- Ikke… vet…

Une nouvelle fois, elle ne comprend pas ce qu'elle veut dire. Et pourtant, elle essaie Saphou, elle essaie, elle fait de son mieux mais rien ne veut, elle n'arrive pas à la comprendre. Son langage est trop éloigné du sien sûrement. Elle secoue la tête, elle a l'air dépitée de ne pas la comprendre. Elle veut l'aider pourtant.

- Abi....…

Elle fronce les sourcils, interloquée. Ca ressemble à un nom. Elle pense comprendre que c'est un nom. Peut-être n'a-t-elle plus de parent?
Mon dieu, c'est vraiment horrible. Si vraiment elle n'a plus de parent, que va bien pouvoir faire Saphira? Elle ne va pas l'abandonner là, en pleine rue ! Mais elle ne peut pas la prendre avec elle non plus ! Mais que faire...

- Abi? Qui est Abi?

Et là, elle voit. Ses pieds. Rouges. Elle ouvre de grands yeux, mais elle essaie de ne pas paniquer. Ca semble faire souffrir Flonne, mais elle-même semble rester calme. Rester calme, trouver une solution. Elle cherche autour d'elle, mais elle ne trouve rien qui pourrait faire office de bandage, ou même de chaussures. Il n'y a que du papier et des dessins de tout et n'importe quoi... elle est vraiment tombée sur la mauvaise boutique.
Néanmoins, elle voit la jeune fille aux cheveux blancs pointer un dessin sur le mur.

- Bad ! Abi !

Saphira décroche alors le dessin et le dépose à terre. Elle l'observe longuement. Apparemment, c'est un hôtel. Elle fronce les sourcils. Est-ce qu'elle vient de là-bas? La fille du gérant de l'hôtel peut-être? Mais vraiment... que faisait-elle nue dans la rue?
Alors, elle a une idée. Alors que Flonne lui montre un dessin avec de la neige en prononçant "Sno", elle comprend à peu près. On dirait qu'elle est la fille de la Neige elle-même, avec ses beaux cheveux blancs et sa peau pâle. Peut-être que c'est ça en vrai?
Alors qu'elle s'interroge, elle saisit un dessin au hasard de la boutique et le retourne. Elle cherche ensuite des crayons, qu'elle trouve rapidement. Elle espère que Flonne comprendra de par ses dessins.
Attention les yeux, ça pique:
 
Après avoir fini son dessin, elle pointe le bonhomme dessiné dans l'hôtel.

- Abi !

Puis elle montre les bonshommes censés les représenter, elle et Flonne. Puis, elle montre Flonne et elle.

- Flonne et Saphira !

Elle remonte le bonhomme dans l'hôtel, en insistant bien sur lui, tout sourire. Elle est quand même fière de son petit dessin hein.

- Abi ! On va voir Abi !

Son dessin est horrible, mais elle l'a dessiné en vitesse. N'oublions pas que y'a l'Ordre Noir dehors qui n'attend qu'une chose, c'est de mettre la main sur elle !

Codage par Libella sur Graphiorum


Pures RiRn7RIG_o
Pures IsaCYIj

Déroule pour de la beauté ♥:
 


moodboards:
 
† Lost butterfly †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir la Guerre et vivre avec Ayden
Aime:
N'aime pas: Saphira Hyde
Saphira Hyde† Lost butterfly †
Saphira rit en #cc33cc


Pures D2tyQmj Pures NTkdlF8 Pures T3JxKNv

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 173 ▐ Autres Comptes : Madalia | Ada van E. | Asiye Y. D. | Dorothea von R. | Sua | Shani I. | Elpis | Psyché K. | Ksenia V.
Féminin
▐ RPG Age : 16 ans
▐ Personnalité : Sociale - Naïve - Rancunière - Hyperactive - Attachante - Impatiente - Spontanée - Téméraire -
▐ Parcours RP : (╯°□°)╯︵ ┻━┻

d é c e m b r e :
 


j a n v i e r :
 


f é v r i e r :
 


m a r s :
 


a v r i l :
 


m a i :
 


j u i n :
 


j u i l l e t :
Le lutin farceur ft. [color=#D1BE41]Adriel[color] {20}

Anniversaire X2 {100}
200 points HRP + 1190 points RP + 2 conditions
1390 points

Rang C
Rang B dans 110 points et 4conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Jeu 12 Sep - 17:54

Pures.



Longs-cheveux prend le dessin, et un autre. Elle prend aussi des crayons, qui ne semblent pas à elle. Papa te dit toujours qu'il ne faut pas faire ça, alors tu es mal à l'aise ; mais peut-être qu'elle, elle peut ? Peut-être donnera-t-elle l'argent après ? Peut-être qu'elle connaît le vendeur ?

Elle dessine sur le papier. Tu aimes bien dessiner aussi, mais tu n'oses pas prendre un autre papier ; toi, tu ne peux pas. Alors tu la regardes, curieuse, oubliant que vous étiez en fuite. Tu apprends des choses : tu ne savais pas que le soleil avait un visage. Papa t'a formellement interdit de le regarder, car tes yeux sont rouges, et quand tu le fais, ça fait mal et tu ne peux regarder longtemps…

Tu reconnais les lettres de l'hôtel, en tout cas, même s'il n'y avait pas de fleur géante à côté ; peut-être a-t-elle poussée quand tu es partie ? Mais il n'y avait pas de monsieur sur l'hôtel, alors tu es un peu perdue. "Abi", dit-elle, et tu secoues la tête : ce n'est pas Abi. Ou peut-être que c'est un autre abi. Son abi à elle ? Heureusement, elle montre deux autres personnes, que tu reconnais, cette fois.

Flonne et Saphira, dit-elle. Alors, tu comprends : elle s'appelle Saphira. Tu le répètes, pour essayer de ne pas l'oublier.
 - Saphira… Saphira…
Et puis, elle remontre le bonhomme de l'hôtel.
 - Abi ! Onva vwar Abi !
Elle sourit beaucoup comme toi avec Abi, alors tu te dis que oui, c'est son Abi à elle. Tu te demandes s'il ressemble à cela en vrai, et pourquoi il est monté sur l'hôtel – on ne peut pas escalader les bâtiments, a dit Papa, mais ton Abi le fait parfois, alors tu ne sais plus. Tu hoches la tête pour montrer que tu as compris que c'est son Abi, parce qu'elle insiste.

Tu veux aussi dessiner Abi. Alors, tu prends un crayon – elle ne t'en voudra pas – et tu te dessines avec Abi quand vous entriez dans l'hôtel. Ses cheveux noirs et en bataille, ses cicatrices, ses plumes dans les cheveux et ses yeux rouges... Tu me dessines aussi, dans les deux duos : cela te semble si évident que tu penses que ton amie n'avait simplement pas fini, alors tu l'aides un peu.
Spoiler:
 
Et tu le montres en disant :
  - Min Abi.
Vous vous amusez bien, chères enfants… Inconscientes, ne songeant pas que le vendeur n'est toujours pas apparu. Qu'il se cache et appelle des hommes mal intentionnés envers ton amie…


© Halloween






AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Jeu 26 Sep - 23:17
Pures

Flonne prend à son tour le dessin et se met à dessiner. C'est tout drôle quand même cette façon de parler, cette manière d'en apprendre plus sur l'autre. Saphira se concentre et observe tous les traits que sa camarade pose sur le papier avec la plus grande attention -ce qui lui demande beaucoup d'efforts. Elle oublie totalement où elle se situe, et surtout qui se trouve avec elles. Parce que oui, la boutique n'est pas vide. Le vendeur est là, et il les a bien vues.
Elle se redessine -elle dessine aussi bien que l'exilée, au moins elle se comprenne- et à côté, les traits de ce qu'il semble être un homme prennent forme. L'Exorciste fronce les sourcils en observant ce nouvel arrivant dans le dessin.

- Min Abi.

Oh... Son Abi ressemble donc à ça. Il est quand même étrange avec ses trucs rouges qui sortent de ses oreilles et ses taches brunes sur sa peau. Serait-il lépreux? Elle se rappelle avoir déjà vu des descriptions correspondant à ce croquis -notamment dans la Bible qu'elle lisait à l'école, quand elle y allait encore.

Mais au moins, elle est sûre d'une chose : Flonne l'a comprise et semble avoir reconnu l'endroit. Et ça, c'est une victoire et pas n'importe laquelle ! Ca veut dire qu'elle a une piste pour ramener sa camarade à bon port, si toutefois, elles ne se font pas prendre par l'Ordre Noir avant.
En parlant d'eux, ils n'ont pas abandonné leur course, au contraire. Ils ont enfin retrouvé la trace d'une Exorciste traître qu'ils avaient perdue depuis un mois déjà alors c'est pas maintenant qu'ils vont la lâcher.

Saphira relève d'un coup la tête, telle une suricate. Il n'y a aucun bruit dans la boutique, et c'est seulement maintenant que ça lui paraît louche. Elle prend doucement le dessin entre ses doigts, restant silencieuse et sur ses gardes. De son autre main, elle attrape la main de Flonne et se relève, lentement. Elle pose le doigt sur sa bouche, indiquant ainsi à sa comparse que le silence est leur atout maintenant. Elle se dirige lentement vers la porte et se fige.

Derrière la vitre de la porte, se trouve un traqueur. Heureusement, il leur fait dos. Mais au même moment, elle commence à entendre des chuchotements dans la boutique. Son coeur commence à battre la chamade et sa main se resserre doucement sur celle de Flonne, prise par la peur. Dans quoi l'a-t-elle embarquée? Elle s'en veut tellement...

Elle baisse le regard et observe ensuite les pieds toujours blessé de la jeune fille. Alors, lui vint une idée.

- Brave... activation.

Et dans ce chuchotement, ses cheveux s'illuminent et s'imprègnent d'une aura chaude, rassurante. Elle fait un clin d'oeil vers Flonne et murmure, comme pour la rassurer.

- Tadaaam ! Magie.

Elle expire une fois, tentant de rester calme face à la situation. Elle dirige une des mèches de cheveux de Brave lentement vers Flonne. Elle ne veut pas la blesser, ni lui faire peur. Elle veut simplement s'aider de Brave pour porter Flonne, histoire qu'elle ne se blesse pas encore plus les pieds. Elle s'avance par la même occasion et passe une main dans son dos, avant de la porter comme elle faisait avec son frère, Brave aidant pour alléger le poids -même si la jeune fille n'est pas très lourde.

- Accroche-toi...

Une fois cela fait, elle se tourne vers la porte, alors que les chuchotements se rapprochent de plus en plus -ou alors, semblent de plus en plus forts. Elle ne doit pas hésiter, ou c'est le retour forcé à la Congrégation.
Elle porte alors un grand coup à la porte à l'aide de son Innocence, écrasant un peu le Traqueur au passage mais bon tant pis, dommage collatéral. Dès que la porte s'enfonce, elle se rue à l'extérieur, Flonne dans ses bras.

- OUPS pardon je pensais pas avoir fait si fort mais je suis pressée là, salut !

Elle s'en veut un peu d'avoir enfoncé la porte d'un honnête marchand, gratuitement en plus. Mais c'était soit ça, soit elle y passait.
Tout en faisant gaffe à ce que sa camarade ne soit pas trop blessée, elle se remet à courir dans les rues allemandes, bousculant parfois les gens au passage, certains l'observant très bizarrement à cause de ses cheveux illuminés ou même de sa dégaine assez spéciale -elle porte tout de même une fille qui fait presque la même taille qu'elle dans ses bras.

Maintenant, il n'y a plus qu'à courir.

Maintenant, il n'y a plus qu'à prier.

Maintenant, il n'y a plus qu'à chercher votre porte de sortie.

Codage par Libella sur Graphiorum


Pures RiRn7RIG_o
Pures IsaCYIj

Déroule pour de la beauté ♥:
 


moodboards:
 
† Lost butterfly †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir la Guerre et vivre avec Ayden
Aime:
N'aime pas: Saphira Hyde
Saphira Hyde† Lost butterfly †
Saphira rit en #cc33cc


Pures D2tyQmj Pures NTkdlF8 Pures T3JxKNv

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 173 ▐ Autres Comptes : Madalia | Ada van E. | Asiye Y. D. | Dorothea von R. | Sua | Shani I. | Elpis | Psyché K. | Ksenia V.
Féminin
▐ RPG Age : 16 ans
▐ Personnalité : Sociale - Naïve - Rancunière - Hyperactive - Attachante - Impatiente - Spontanée - Téméraire -
▐ Parcours RP : (╯°□°)╯︵ ┻━┻

d é c e m b r e :
 


j a n v i e r :
 


f é v r i e r :
 


m a r s :
 


a v r i l :
 


m a i :
 


j u i n :
 


j u i l l e t :
Le lutin farceur ft. [color=#D1BE41]Adriel[color] {20}

Anniversaire X2 {100}
200 points HRP + 1190 points RP + 2 conditions
1390 points

Rang C
Rang B dans 110 points et 4conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Mar 15 Oct - 23:32

Pures.



Elle observe ton dessin. Doute, inquiétude, réflexion, puis joie. Le visage de Longs-cheveux est un livre ouvert, même pour une fouine… Mais que se passe-t-il en cet esprit sans cesse au pas de course ? Je connais le tiens, cerveau benêt, lent, simple. Tes pensées flottent, suivent des directions insolites, tel un papillon. Ton attention reste portée au dessin, auquel tu ajoutes des éléments. Une lune, au loin ; tu aimes la lune, et parfois, elle apparaît avec le soleil. Des flocons tombant du ciel. Comme tu serais heureuse qu'il y ait de la neige… Tu pourrais y jouer avec ton amie. Comme l'autre fois, avec… Quel était son nom ? Tu ne sais plus. Son visage est flou. Cheveux blancs… Luge. Neige.
Tu ne sais plus.

Une main te saisit, te fait te lever et avancer. Tu suis, triste d'abandonner le dessin, curieuse d'aller autre part. Mais moi, je feule devant elle : je ne veux plus que tes pieds souffrent. Je me moque de son doigt pour nous dire de ne plus parler, je crache et menace. S'il y a un danger, je le combattrai ! Si elle est le danger, je la combattrai ! Je l'ai déjà fait, tant de fois. Je suis protecteur et ami.

Les amies ne font pas souffrir en courant, Longs-Cheveux. Et je ne laisse que les amis saisir mon ange.
Un pas de plus, et tes propres mollets souffriront le martyr…
 - Brav… Akt iva sion.
Cheveux d'or, lumière solaire. Les tiens sont sélénites : la clarté se reflète en ces fils argent, sereine. Tes paupières s'agitent, tes rubis fragiles se détournent. Lune parfois côtoie Soleil, mais ses habitants le fuient : la face toujours obscure est leur refuge. Son éclat est douleur, braise ronge neige.

Lueur pourtant câline, douce ; et bientôt, tu ne la crains plus. La chaleur t'enveloppe, te fait du bien : tu es neige, non point glace. Elle s'approche ; je la fixe. Une ultime chance lui est laissée, car je vois ton sourire. Je ne veux le briser.

Ses bras se font support, comme Papa, comme parfois Abi. Je saute au creux de ton ventre, promesse de ma présence. Du coût d'un échec de sa part. Toi, tu ris : être portée par quelqu'un d'aussi petit, c'est nouveau. Oublié, le dessin. L'hôtel. Tant de choses que tu aurais été heureuse de retenir, si tu avais su ce que tu venais de perdre… An… Anne ? Était-ce son nom ? Tu es source d'eau pure, et les sources ne peuvent garder leur fruit.

Tu sursautes quand l'ouverture est brisée. Que se passe-t-il ? Violence… pourquoi ? Portes qui souffrent, tempêtes qui soufflent : homme mécontent, urgence dans une pièce fermée… Tu te raidis, inquiète.

Des gens sont dehors, l'un est blessé. Il faut le soigner. Papa soigne toujours les gens. Tu le pointes du doigt et souffle pour ton amie :
 - sykepleie.
Mais elle ne s'arrête pas. Elle n'a peut-être pas compris. Ou pas vu. Vous vous éloignez : tu t'en veux de ne pas avoir pu aider, mais la blessure n'était pas grave. Et je sais que bientôt, tu auras oublié.

Le paysage défile. Les gens ont des regards étranges ; et donc habituels, pour toi. Tu ne comprends pas ce qu'il se passe. Tu n'essaies même pas de comprendre. Tu ne songes même pas que tu devrais peut-être essayer de comprendre. Tu savoures cette course, le vent frais sur ton visage, la douce chaleur qui t'enveloppe, la beauté de la ville. Si légère, aussi…

Et puis, tes yeux croisent un regard perplexe. Tu la reconnais.
   - Bad !
Elle reste immobile. Je lis son hésitation. Et puis, elle hurle :
 - Arète évu ! Jeun fy !
Moi aussi, je la reconnais. La dame du bain, de l'hôtel. Alors, je saute à terre, prend un peu d'avance pour ne pas subir les pas de Longs-cheveux, puis m'arrête et feule.

Stop. Je ne veux plus d'elle avec toi. Qu'elle te laisse aller avec la dame, qui prenait soin de toi. Longs-cheveux est trop dangereuse.

Oui, petit papillon… Cette flamme est belle et forte. Tu te sens bien avec elle. Elle est pure…

Mais si dangereuse pour tes ailes paresseuses et délicates.

traduction:
 

© Halloween






AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Dim 3 Nov - 19:44

Sous la lampe, un dernier songe.

Pures Original
Elle court.

Elle n'a fait que ça de sa journée. Courir à en perdre haleine, échapper à son tragique destin de soldat. Elle ne fait que fuir depuis un mois, alors pourquoi dans un moment censé être une pause, elle se retrouve à fuir encore et encore?

Elle fuit, elle donne tout ce qu'elle a dans sa course parce qu'il n'y a pas qu'elle qui est concernée. Il y a aussi Flonne dans ses bras, qui n'a pas l'air de bien comprendre ce qu'il lui arrive. C'est normal après tout, elle ne semble ni comprendre la langue d'ici -l'allemand- ni la langue de l'Exorciste - l'anglais-. En vérité, même Saphira a du mal à comprendre ce qu'il lui arrive. Elle ne fait que suivre son instinct, elle ne fait que suivre ce que lui dicte ses pas, sans se poser plus de questions.
Mais après avoir rendu Flonne, que fera-t-elle? Que pourra-t-elle faire? L'Ordre Noir sait qu'elle se trouve en Allemagne maintenant. Il va falloir qu'elle s'en aille. Que pourra-t-elle dire à son père? "Coucou papa, je me suis faite repérer par l'Ordre Noir, faut partir dans les minutes qui suivent haha !"

Non.

Décidément non.

Elle inventera quelque chose. Qu'elle a le mal du pays, qu'elle a besoin de bouger à nouveau et que c'est vraiment super urgent. N'importe quoi, mais ils ne peuvent plus rester ici. Ils doivent fuir.
Encore.

Et alors qu'elle court, elle voit la fouine -celle à laquelle elle n'avait pas fait attention depuis le début, et pourtant, c'est assez remarquable une fouine en pleine ville- descendre de ses bras, se poster devant elle et feuler. Elle freine d'un coup, alors que Flonne pointe une femme sur le côté.

- Bad !

La femme, après un moment d'hésitation, se met à crier après l'Exorciste.

- Arrêtez-vous ! Jeune fille !

Saphira serre Flonne, observe ses réactions. Elle a dit "bad", et dans sa langue, ce n'est pas bon signe. Mais elle sait également que Flonne ne parle pas sa langue, alors est-ce que ce mot a le même impact dans sa langue que dans la sienne?
Elle comprend rapidement que la fouine ne semble pas l'apprécier grandement. Ou alors est-ce pour la prévenir? Elle se souvient de quand son chien aboyait sur les inconnus, sur les bruits étranges dehors. Mais là ce n'est pas un chien, ce n'est pas pareil.
L'Exilée se tourne vers la dame. Elle n'a pas vraiment le temps en vérité, elle a toujours l'Ordre à ses trousses.

- Je peux vous aider madame?

Elle remarque son air hésitant. Est-ce à cause de ses cheveux? Ou la situation qui la met mal à l'aise?

- Je m'occupe de cette jeune fille et-

Saphira fronce ses sourcils. Soit elle ne semble pas vraiment qualifiée -elle a réussi à la perdre alors qu'elle était toute nue quand même- soit elle lui ment. Alors, elle lui coupe la parole, sans même attendre la fin de sa phrase.

- Comment vous vous en occupiez? Elle s'est quand même retrouvée seule, sans vêtements en hiver au plein milieu de la rue ! Je ne sais pas si je peux encore vous la confier, si vraiment vous vous occupiez d'elle.

En vérité, l'Exorciste la teste. Elle ne voudrait pas laisser sa nouvelle amie avec quelqu'un qui lui voudrait du mal. Alors elle guette les réactions de Flonne, de la fouine. Parce qu'elle ne sait pas qui croire. Mais elle espère que le calvaire de la jeune fille aux cheveux blancs sera bientôt terminé.
Et qu'elle pourra enfin retrouver son Abi, se retrouver au chaud et enfiler des vêtements autre qu'une simple cape.


Pures RiRn7RIG_o
Pures IsaCYIj

Déroule pour de la beauté ♥:
 


moodboards:
 
† Lost butterfly †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir la Guerre et vivre avec Ayden
Aime:
N'aime pas: Saphira Hyde
Saphira Hyde† Lost butterfly †
Saphira rit en #cc33cc


Pures D2tyQmj Pures NTkdlF8 Pures T3JxKNv

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 173 ▐ Autres Comptes : Madalia | Ada van E. | Asiye Y. D. | Dorothea von R. | Sua | Shani I. | Elpis | Psyché K. | Ksenia V.
Féminin
▐ RPG Age : 16 ans
▐ Personnalité : Sociale - Naïve - Rancunière - Hyperactive - Attachante - Impatiente - Spontanée - Téméraire -
▐ Parcours RP : (╯°□°)╯︵ ┻━┻

d é c e m b r e :
 


j a n v i e r :
 


f é v r i e r :
 


m a r s :
 


a v r i l :
 


m a i :
 


j u i n :
 


j u i l l e t :
Le lutin farceur ft. [color=#D1BE41]Adriel[color] {20}

Anniversaire X2 {100}
200 points HRP + 1190 points RP + 2 conditions
1390 points

Rang C
Rang B dans 110 points et 4conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Lun 18 Nov - 0:02

Pures.



Longs-cheveux parle à la dame. Nous ne comprenons leurs mots, mais leurs émotions sont claires ; la colère de l'enfant, la crainte de l'adulte. Tu n'aimes pas ces sentiments, ils sont douloureux… dangereux. Pourquoi les choisir ? Pourquoi les humains ne peuvent préférer l'amour et la tendresse ? Tu ne peux pas comprendre ; tu n'offres que ces derniers, quand Peur ne s'impose pas. Sélénites, ne connaissez-vous point l'hostilité ? Est-ce la raison de vos cachettes ? N'y a-t-il que dans l'ombre de l'astre qu'une telle paix peut s'enchanter ?
Quel mauvais sort, alors, amena ton enfant en ces lieux de poison...

N'aie crainte cependant, mon ange. Je suis fruit de ces terres froides ; je connais ses règles, je suinte sa nature. Quiconque montrera ses crocs subira mes griffes, cycle de violence que tu ne peux, douce, toujours briser. Et... elle vit sous ce joug, Longs-cheveux.
Rouage de la machine.

Voilà ses mots qui frappent la femme. Pauvre domestique, à qui ta compassion déjà se voue. Et pourtant... elle n'est point chevalier, moins sainte encore. La peur est phare de ses gestes, car Abi ne lui pardonnerait jamais une erreur : là repose la force d'affronter l'inconnu. Son altruisme n'est qu'un second guide, elle n'est guère différente d'autrui. L'égoïste marque ses pas.

Mais est-ce si important ? Je te connais, Sélénite.
Pas  pour toi.
Ses mains n'en sont point moins chaudes quand elles frottent ta peau. Sa voix n'en est guère moins chantante, de cette mélodie saccadée, discrète, belle. Ses yeux craintifs n'en perdent leur profondeur, leur lueur de vie.
Son cœur bat. Son âme se mêle aux autres.
C'est cela qui compte.

Très prudemment, ta main approche la sienne. Animal, m'appelle-ton ; animal, te crache-t-on ; mais eux sont les bêtes qu'il faut approcher avec douceur. Le contact parfois les apaise. Parfois, les enrage. Stupides, qui voient menace en une pure patte...

Mais elle n'est de ceux-là, et ses terreurs sont autres. Acceptant ta main, sa voix acerbe, aiguisée par la panique, riposte à Longs-cheveux. Ho, tu ne le sais que trop bien, Ange : la haine ne provoque point tant d'hostilité que ne le fait la peur.

Et c'est pour cela que tu veux l'étouffer, comme l'on jette une chaude couverture sur un feu ardent : tu sers la main et celle de Longs-cheveux. Tu ne comprends pas leur dispute, mais tu n'en veux point. Elle t'effraye, elle n'est pas ce pour quoi tu es née.

C'est un peu égoïste, sélénite... Peut-être préfèrent-elles le conflit, elles. Comment le savoir, toi qui n'est point de ce monde sinistre ?

Pourtant, il n'est plus. Un silence le remplace, puis ta gardienne revenue baisse la voix. Elle s'excuse, comprends-tu. Tu es heureuse : à ces mots, bien souvent, suit l'affection.

Peut-être allez-vous, à trois, revenir à l'hôtel et voir Abi. Tu tiens les deux mains avec toute la fermeté dont tu es capable.

Tu ne veux quitter personne.

© Halloween




AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Mar 10 Déc - 20:08

In this ocean, called the world.

Pures Original
Elle a peur Saphira.
La peur guide ses gestes, lui insuffle de continuer à protéger son amie -qu'elle ne connaît que depuis quelques dizaines de minutes, ne soyons pas dupes-, qu'importe les obstacles qui se dressent devant elle.
Elle est comme ça.

C'est son fonctionnement.

Et là, l'adrénaline toujours à bloc, tous ses sens en éveil, elle ne peut empêcher la méfiance de faire surface. Cette méfiance, qu'elle n'a jamais développée, qu'elle n'a jamais connue avant son exil. Mais depuis qu'elle a quitté la Russie, elle sait, elle a compris. Elle ne peut plus faire confiance aux gens, aveuglément comme elle le faisait avant.
Surtout lorsque la problématique ne la concerne pas qu'elle seulement.
Elle se dresse, elle se pose en protectrice, son Innocence faisant bouclier entre Flonne et le danger.

- Vous savez, jeune fille, il n'est pas facile de garder une enfant, il suffit de tourner le dos quelques secondes et ils disparaissent. Mais vous êtes sûrement trop jeune pour vous en rendre compte.

trop jeune.
trop insouciante.
trop naïve. Inconsciente même.
elle déteste qu'on l'appelle comme ça, qu'on la prenne pour ce qu'elle n'est pas.

Mais pourtant, il y a une part de vérité dans les paroles de la bonne. c'est vrai qu'elle est jeune, et qu'elle ne s'occupe pas d'enfant. Elle ne sait pas ce que c'est. Elle est elle-même l'enfant après qui l'on court, déséspérément. L'enfant que l'on espère rattraper, que l'on doit sermonner.
Mais elle n'oublie pas, la douceur de l'innocence, cette innocence qui se reflète beaucoup trop bien dans la personne de Flonne.

lorsque sa main vient saisir doucement celle de la femme.
et puis celle de l'Exorciste.

Saphira, qui allait encore répliquer avec méfiance se retrouve déboussolée par cette douceur si soudaine.
Elles la regardent la petite sélénite, elles regardent ses petites mains, et elles voient l'innocence de son geste. Elles sont gênées maintenant, un certain malaise s'installe suite à la confrontation. Chacune aimerait dire quelque chose, mais aucune n'ose encore.

- Veuillez m'excuser, je me suis emportée...

Pourquoi est-ce elle qui s'excuse?
Oh non, elle va s'en vouloir. L'adolescente agite sa main, toute gênée, un sourire léger remplaçant son visage menaçant. elle change d'émotion si vite que c'en est presque effrayant.

- Non non, vous ne devez pas vous excuser ! C'est moi qui me suis emportée, comme d'habitude, ça m'arrive touuuut le temps haha ! C'est moi qui suis désolée.

Et son regard se porte sur sa nouvelle amie, aux pieds ensanglantés et au visage pâle.
son sourire s'estompe un peu.
Parce qu'elle sait que c'est la fin de leur petite aventure. Et ça la rend triste au fond. Parce qu'elle ne reviendra plus en Allemagne après ça. Parce qu'elle ne reverra sûrement plus jamais Flonne.

- Je vais devoir te laisser Flonne... on s'est bien amusées non?

Elle la lâche doucement. Elle tente de ne pas la brusquer -ça serait bien la première fois aujourd'hui-. Elle indique à la dame qui s'occupe d'elle qu'elle peut garder sa cape. Ca lui ferait comme un souvenir comme ça.
un souvenir d'une fille qu'elle ne reverra sûrement jamais. le souvenir d'une fuite sans merci.

a-t-elle envie de s'en souvenir, vraiment?

- Occupe-toi bien de ton Abi surtout ! Et fais attention à toi.

c'est important. Mais elle-même n'applique pas ses propres conseils, et ne les appliquera sûrement jamais.
Et alors, elle la laisse complètement à la femme, à qui elle sourit une dernière fois. Elle lui fait un signe de la main, parce qu'elle n'est pas encore complètement sortie d'affaire et qu'elle a assez traîné.

- Au revoir !

et elle s'en retourne, rapidement.
parce que les adieux, c'est ce qu'elle déteste le plus dans ce monde. si elle le pouvait, elle n'en ferait jamais. c'est mieux d'espérer se revoir un jour.
mais un jour, elles se reverront.
n'est-ce pas?


Pures RiRn7RIG_o
Pures IsaCYIj

Déroule pour de la beauté ♥:
 


moodboards:
 
† Lost butterfly †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Fuir la Guerre et vivre avec Ayden
Aime:
N'aime pas: Saphira Hyde
Saphira Hyde† Lost butterfly †
Saphira rit en #cc33cc


Pures D2tyQmj Pures NTkdlF8 Pures T3JxKNv

▐ IRL Age : 19 ▐ Messages : 173 ▐ Autres Comptes : Madalia | Ada van E. | Asiye Y. D. | Dorothea von R. | Sua | Shani I. | Elpis | Psyché K. | Ksenia V.
Féminin
▐ RPG Age : 16 ans
▐ Personnalité : Sociale - Naïve - Rancunière - Hyperactive - Attachante - Impatiente - Spontanée - Téméraire -
▐ Parcours RP : (╯°□°)╯︵ ┻━┻

d é c e m b r e :
 


j a n v i e r :
 


f é v r i e r :
 


m a r s :
 


a v r i l :
 


m a i :
 


j u i n :
 


j u i l l e t :
Le lutin farceur ft. [color=#D1BE41]Adriel[color] {20}

Anniversaire X2 {100}
200 points HRP + 1190 points RP + 2 conditions
1390 points

Rang C
Rang B dans 110 points et 4conditions.
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Dim 26 Jan - 22:10

Pures.



Les esprits s'apaisent alors que tu leur rappelles, d'un simple toucher, l'essentiel. Les êtres intelligents sont ainsi : ils planifient tant leur voyage qu'ils en oublient la destination. Toi qui marches droit devant, aveugle aux obstacles et aux ronces, tu te blesses, ralentis, mais ne te perds point.

Elle qui te guida dans ce dédale physique, la voilà qui retrouve sa voie par ta lumière ; sourit.

S'attriste.

Elle te parle, et tu veux te boucher les oreilles : tu connais ces yeux, tu connais ce ton.
Elle va partir.
Tu ne veux pas entendre, tu ne veux pas comprendre ; mais tu devrais le savoir, Sélénite. Le monde n'a jamais attendu que tu l'appréhendes pour exister ; implacable. Cette Terre se moque de la Lune… elle l'a toujours fait. Mais ses moqueries s'effacent en ton esprit.

Longs-cheveux fera de même. Cette cape ne sera bientôt qu'un joli tissu ; tes souvenirs, comme tes blessures, ne seront plus. Et tu ne veux pas, tes yeux inquiets, ta main serrée, ta détresse silencieuse.

Ce monde est sourd à tes suppliques, immuable sous tes doigts. La pierre ignore la soie, toujours. Et voilà ta main, vide, seule, alors que ton amie te dit "Abi". Même lui, pourtant, n'est pas là… Mais il reviendra. Il te l'a promis.

Trop bête pour ne pas croire qu'il puisse se tromper.

Longs-cheveux va s'éloigner. Tu essaies de t'approcher pour la retenir, mais l'autre main ne te l'autorise pas. Alors, tu ne peux que la fixer, triste. Tu ne peux lui sourire, lui faire au revoir. Tu ne te rends pas compte que cela la blessera ; tout ce que tu sais, c'est que tu ne veux pas qu'elle parte.

Tu ne veux quitter personne.

Mais c'est son dos qui accueille ton regard humide, à présent.

La dame te tire vers l'intérieur et tu la suis, docile, en jetant des regards d'espoir et de regrets vers Longs-cheveux. Elle ne se retourne pas.
Et c'est peut-être tant mieux, mon ange.

Ne pleure donc pas ! Le soleil ne sera guère couché que déjà, le sourire renaîtra. Alors que le sang se lavera de la plante de tes petons fragiles, les chatouillements te secoueront d'éclats de rire, chassant chagrin et mémoire ! C'est là ta force, ta malédiction. Bientôt, ton cœur ne souffrira plus ; car tu ne sauras plus pourquoi tes pieds le font.



Quand Abi revient, ton visage s'illumine de bonheur ; et voilà tes bras qui l'enserrent ! Il a rapporté de délicieux chocolats, qui nous régalent tous trois. Ton cœur est léger, comblé ; il ne manque de rien.
Pourquoi les souvenirs quand le présent est heureux, Sélénite ?


© Halloween




AnonymousInvitéInvité
Revenir en haut Aller en bas
Re: Pures
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Pures
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Autres pays-
Sauter vers: