Rumeurs
Prédéfinis
Les touites
La boîte à news
Le Poulain
On sait que t'es beau
D.Gray-Man © Hoshino Katsura.

Design réalisé par Nina et Xin-Yao. L'intrégralité des textes a été rédigé par la team. Toute création d'un membre lui appartient.
Fin d'un XIXème siècle futuriste...
Le monde vit des heures sombres. Peuplé d'Akumas, machines meurtrières créées par le Comte Millénaire, l'Humanité touche à sa fin. C'est là qu'entrent en scène les Exorcistes : combattant au service du Vatican, ils se dressent sur la route du Comte et du Clan Noé dans le but de ramener la Paix dans le monde grâce à l'Innocence, une arme céleste. Cette Guerre Sainte est tenue secrète aux yeux du Monde : pour la comprendre, il faut prendre part au combat...Lire le contexte complet
Nos meilleurs alliés
Bonnie R. O'CahanPrésente MP
Nora LockwoodPrésente MP
Nína SiríussdóttirPrésente MP
Lily PennyworthPrésente MP
Célania VaillantPrésente MP
-37%
Le deal à ne pas rater :
Grosses remises sur le calendrier de l’Avent 2021 FUNKO Dragon Ball ...
43.99 € 69.91 €
Voir le deal

Partagez
 

 you gave it all and i waited by the other side (célania)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mar 20 Oct - 22:01


you gave it all and i waited

Pandélis avait mal dormi. L'insomnie dont il subissait les effets toutes les nuits n'avait pas arrangé les choses, mais elle n'était pas seule responsable des cernes qui s'étaient doucement dessinées sous les paupières du garçon. Il avait attendu ce jour avec impatience et nervosité – passant parfois quelques instants les yeux fixés sur une énième montre à gousset, les gestes figés parce que son esprit avait divagué loin, trop loin pour qu'il s'attarde correctement sur sa tâche (une tâche qui s'apparentait plutôt à du plaisir). Et ce jour n'était autre que ce face à face avec Célania, après un temps trop long à se retrouver sans se parler, à se battre ensembles sans pouvoir s'attarder sur ce qui s'était passé cette fois-là. Célania avait disparue, du jour au lendemain. Envolée comme un fantôme, dissipée comme un nuage de fumée. Où avait-elle été ? Pourquoi l'avait-elle laissé derrière elle sans jamais lui envoyer un quelconque signe de vie ? Et pourquoi était-elle revenue seulement maintenant ?

Lorsqu'il avait croisé son regard, nombreuses avaient été les questions qui avaient défilé dans sa tête mais la guerre avait frappé et le soldat qu'on l'obligeait à être avait dû se battre et se focaliser sur ce qui s'était passé autour d'eux. Ils s'étaient ensuite revus alors qu'il avait fuit deux Akumas aux côtés de Saphira, et Pandélis avait ensuite retenu l'Aube Céruléenne. Il serait peut-être temps qu'on parle, non ? avait-il dit, la mine un peu renfrognée, fatiguée, les blessures ornant sa peau, la poussière recouvrant ses cheveux bruns et sa peau au teint méditerranéen. Le garçon avait bon cœur mais il était rancunier et savoir que son amie avait été vivante pendant tout ce temps l'avait bousculé, lui qui avait passé doucement d'une phase à une autre du deuil. Mais les morts ne semblaient pas toujours l'être vraiment et la jeune femme avait accepté de le voir en dehors de la guerre, à l'abri des regards et des oreilles un peu trop curieuses. Savoir qu'il allait pouvoir l'entendre plus que quelques secondes, qu'il allait pouvoir ressentir sa présence un peu plus qu'un instant le rendait nerveux, joyeux, rempli d'émotions qui se bousculaient les unes contre les autres. Et voilà qu'il était en route vers la devanture de l'un des quelques magasins de Sonderborg, les mains plongées dans ses poches et le palpitant cognant contre sa poitrine avec un rythme qui s'accélérait davantage au fur et à mesure que le temps s'écoulait.

Les réminiscences défilaient lentement dans son esprit. Pandélis se souvenait sans mal de ces larmes qui avaient coulées le long de ses joues, ruisselant jusqu'à s'échouer sur les manches recouvrant ses avant-bras qu'il avait pressé contre son visage pour tenter de faire disparaître ces pleurs. Il se souvenait sans mal de la douleur qui avait tiraillé son cœur et son corps, avant que la surprise, la stupéfaction ne s'emparent de lui en la voyant au Vatican. Et bientôt, tous ses souvenirs s'évanouirent lorsqu'il aperçut le visage de Célania, ses longs cheveux roulant dans son dos. Caspian ne savait pas si elle était aussi agitée que lui, aussi fatiguée et impatiente, mais il savait qu'il était temps de mettre les choses à plat et le cœur entremêlé de bonheur et de rancœur, il avança jusqu'à elle, avant de s'arrêter, les battements de son palpitant résonnant jusque dans ses tempes. « Je me suis perdu. Deux fois. » dit-il pour attirer son attention, ses yeux bruns rencontrant bientôt les prunelles de son amie. Cette amie avec qui il avait partagé des bons comme des mauvais moments et au fond, une question le tiraillait. Est-ce qu'ils parviendraient à retrouver ce lien qu'ils avaient façonnés ensembles ? Lui qui n'avait jamais été le plus entouré, lui qui avait toujours préféré être entouré de mécanique plutôt que d'êtres humains savait ô combien les liens  mettaient du temps à se créer. Le plus dur était de préserver cela, de l'ancrer dans le temps. « On a beaucoup de choses à se dire, alors autant se poser quelque part, non ? » demanda t-il d'une voix un peu fermée, réservée. Au fond, il avait espoir de ne pas la perdre une seconde fois. Au fond, si elle partait à nouveau, il savait déjà qu'il lui en voudrait davantage et que sa rancune serait plus grande encore – parce qu'elle était de ceux qu'il avait accepté dans son cercle relationnel, parce qu'elle était de ceux dont il appréciait la compagnie et parce qu'elle était Célania, tout simplement.  

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mer 21 Oct - 22:59
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Un pas.
(Hésitant.)
Après l’autre.
(Incertain.)


Allez, (ça ira) ça ne sera pas différent des autres fois, n’est-ce pas ?

En boucle. Dans sa tête. Pour se convaincre. Pour se donner courage. Mais. Un pas -incertain-. Après l’autre -hésitant-. Et -toujours- les doutes. Les craintes. L’appréhension. En songeant. Aux prochaines minutes. Qui s’écoulaient, se rapprochaient -petit à petit, bien trop rapidement -car le sablier ne pouvait être brisé-- depuis que cette date s’était imposée dans un simple échange -si bref mais pourtant, si important-. Et. Plus le sablier s’écoulait. Plus l’angoisse se renforçait.

« Il serait peut-être temps qu'on parle, non ? »

Et cette phrase. Elle la hantait presque. Elle l’empêchait de trouver le sommeil -même si. Ce n’était qu’une excuse. Ses insomnies n’avaient pas l’utilité de quelques mots pour œuvrer-. Elle l’empêchait de profiter de la quiétude du manoir -et là encore. Une excuse. Ses inquiétudes n’avaient pas besoin de quelques mots pour occuper son esprit-. Elle l’empêchait de songer à la suite -et encore. Une excuse. Car après les derniers évènements, la suite semblait terriblement floue-. Et si, c’était une excuse. Il fallait tout de même composer avec. Car elle était là. Présente. Et si, c’était une question. Il fallait tout de même une réponse. Et en vérité, le problème, c’était ça.

Parler ?
Mais de quoi ?


En réalité, elle s’en doutait. Non. Elle le savait. Les questions étaient toujours -malheureusement- les mêmes -et malgré tout ce temps, elles faisaient toujours aussi mal-. Les interrogations, toujours semblables. Mais pire. C’était l’incompréhension. La colère. La frustration. L’abandon. Qui étaient toujours semblables. Et. Elle avait eu le temps d’y songer, assise là, sur les marches extérieures du manoir, profitant du soleil d’été. Et. Elle avait eu le temps de se souvenir. Des excuses qu’elle avait faites à Gwenaëlle. Des regrets qu’elle avait exprimés à Lavi. Des explications qu’elle avait données à Hua. Mais. Lui. Pandélis. Qu’est-ce qu’il voulait ? Qu’est-ce qu’il attendait ? Parler ? Non. C’était plutôt -surement- un mélange des trois.

Mais.
Ça irait ?


Il faudrait bien. Mais en réalité. Non. Car en réalité. Cette histoire. Elle ne voulait plus la raconter -plus jamais-. Plus l’évoquer -surtout pas-. Plus s’en souvenir -jamais-. Et. Cette histoire. Elle aurait préféré. L’oublier. Définitivement. À jamais. Et qu’elle emporte avec elle tous les cauchemars, tous les traumatismes, toute la fatigue. Tout ce qui la faisait souffrir. Guérie, vraiment ? Elle pouvait continuer de faire semblant. Raconter des fables. Mentir. Mais la vérité… Sans importance. Ça n'avait pas -plus- d’importance. Il fallait juste -oublier- continuer. Réussir. Parler ? Non. Convaincre -peut-être- Pandélis, qu’elle -eux tous -sa nouvelle famille- qui aimaient s'appeler les pacificateurs- n’était pas un danger. Pas les ennemis. Pas ceux contre qui il fallait se battre. Pas ceux à qui il ne fallait pas -plus- faire confiance.

Et ça.
Ça semblait possible.


Car. Leurs précédentes rencontres. Il l’avait aidé, une fois -peut-être en souvenir de leur amitié -une amitié, vraiment ? Elle l’avait obligé à rejoindre les rangs, elle l’avait obligé à combattre, à risquer sa vie, tous les jours, pour une cause qui. Non, ce n’était pas le moment. Même si, elle aurait dû. Stop.-, oui, en souvenir de leur amitié. Il avait aidé Saphira, une autre fois. Mais. Pourquoi ? Simplement, parce que la jeune femme faisait partie du même groupe ? Mais pour lui, n’était-elle pas qu’une exilée ? Ah. Toujours trop de question. Et si peu de réponse. Mais au moins. Un espoir. Et c’était à lui, qu’elle se raccrochait. Pour avancer.

Un pas.
Après l’autre.
Ça irait.


Cette fois, ça irait. Car à cet espoir, elle voulait lui faire confiance. Suffisamment pour se rendre au rendez-vous, seule -et ça avait été compliqué, de convaincre ses amis que tout irait bien -autant que ça l’était de se convaincre elle-même--. Suffisamment pour se rendre réellement au rendez-vous, ne faisant pas demi-tour en chemin. Non. Elle les lui devait bien, ces explications. Justifier et espérer se faire pardonner de cet abandon brutal. Alors. Un pas après l’autre. Et enfin, au milieu des rues du petit village, un uniforme reconnaissable -cet horrible uniforme, guère mieux qu’une cible-. Une tignasse brune familière. Et surtout, un air renfrogné sur un visage qui ne lui convenait pas.

Et alors. Un étrange mélange -et même si ça devenait plus facile à mesure du temps qui s’écoulait, composer avec ses sentiments retrouvés était parfois difficile-. Entre l’appréhension et le soulagement. L’appréhension de la discussion à venir. Le soulagement de le voir seul -alors peut-être qu’il restait un peu de confiance entre eux- et en bonne santé -relativement sans doute, mais les bandages semblaient avoir disparu-. Alors toujours. Un pas après l’autre. Pour arriver à sa hauteur. Cachant son anxiété dans un coin de ses yeux fatigués. Ne sachant pas comment l’aborder, à présent qu’il n’y avait plus de panique, plus de combat, plus de sang, plus de douleur. Plus de douleur, vraiment ?

« Je me suis perdu. Deux fois, » déclara-t-il simplement en guise de salutation, un air toujours contrarié sur son visage.

Et. Peut-être -non, sans doute- que dans d'autres circonstances, la déclaration l’aurait amusé. Mais. À cet instant. Seules les craintes persistaient, empêchant un sourire. Empêchant de parler librement. Comme elle l’aurait fait autrefois. Ne laissant qu’une hésitation malvenue. Dérangeante.

« Ah, désolée… C’est vrai que ce n’est pas facile à trouver, » répondit-elle doucement. Même si. En réalité. C’était bien -parfait- que ça ne soit pas facile à trouver.

Et. Un simple désolé. Loin d’être suffisant pour briser le silence, renforcé par les mois d’absence, par l’incompréhension de sa désertion, par la trahison de ses mensonges. Alors toujours. La voix de son -ancien ?- ami, identique dans son ton, car, pour le moment, aucun changement.

« On a beaucoup de choses à se dire, alors autant se poser quelque part, non ? »

Toujours identique.
Toujours les mêmes attentes.
Toujours les mêmes discours.


Il fallait. Toujours un endroit calme, à l'abri des regards curieux et des oreilles indiscrètes. Toujours une boisson -n’importe laquelle du moment qu’elle rassurait- pour aider à digérer les -trop nombreuses- mauvaises nouvelles. Et. Même si c’était identique. Même si c’était toujours les mêmes attentes. Les mêmes discours. Elle ne pouvait que comprendre. Ce besoin de comprendre. Ce besoin d’explications. Ce besoin de savoir, s’il fallait lui en vouloir ou lui pardonner. Ce besoin d’avoir une excuse, pour la détester. Et ça. Elle n’en voulait jamais, à personne.

« Hm, oui, ça serait mieux, » approuva-t-elle, ne sachant pas vraiment à quoi s’attendre -dis, tu vas m’en vouloir, toi ?- de la part de l’exorciste -et, tu ne trouves pas que cet emblème, il est déjà bien trop gorgé de sang ?-. Alors. Reproduisant ce schéma, qui jusque-là, avait aidé beaucoup d’autres à comprendre. « Je sais où aller. Viens, » ajouta-t-elle, l’invitant à la suivre.

Et.
Ça aurait pu être.
Un piège de sa part.
Une erreur de la sienne.


Mais. Si elle lui avait fait suffisamment confiance pour venir à sa rencontre, lui devait faire de même pour obtenir ses réponses. Alors, toujours cet air sur son visage -et décidément, il ne lui allait pas-, il lui emboîta le pas en direction de cette petite auberge qui avait plusieurs fois arrêté son regard bleu, curieux. Mais. En attendant d’y parvenir. Le silence. Toujours plus lourd. Toujours plus pesant. Et. Il devenait presque angoissant. Alors, sa voix, à nouveau dans la rue du petit village, pour le briser.

« Tu as l’air d’aller mieux que la dernière fois. » Et ce n’était qu’une tentative maladroite pour engager une conversation. Mais c’était déjà ça. N’est-ce pas ?

Même si, elle se doutait -savait- que ce n’était pas forcément le cas. Car parfois. Les blessures n’étaient pas forcément apparentes. Et. Celles-là, c’étaient les pires.



© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Lun 26 Oct - 22:27


you gave it all and i waited

Le temps aurait sans doute son importance. Peut-être panserait-il assez les plaies qui ornaient le cœur de Pandélis pour que celui-ci pardonne à Célania sa disparition – trop longue, douloureuse et incompréhensible. La rancœur qu'il abritait en son sein, toutefois, était hargneuse et sans doute le temps ne serait pas à lui seul suffisant. Il fallait plus aux yeux du garçon. Il fallait plus qu'un retour et un sourire pour faire un trait sur ce qui s'était passé. Il fallait plus que laisser au Temps le temps de faire les choses. Et désormais devant elle, ses yeux bruns figés sur le visage de l'Aube Céruléenne, les questions qui défilaient dans son esprit semblaient menacer de dépasser la barrière de ses lèvres. Le cœur entremêlé de sentiments contradictoires, Caspian se contenta d'abord de quelques mots en guise de salutation, le regard un peu fuyant alors que Célania répondit avec calme, accordant à celui qui avait été – était encore – son ami le fait qu'il n'était pas évident de trouver ce lieu situé entre quelques ruelles. Mais il y avait plus important que ça, et Pandélis hocha doucement la tête lorsque la jeune femme l'invita à le suivre, brisant un silence qui retomba bien vite. Ni l'un ni l'autre ne paraissaient savoir comment s'y prendre après tant d'années sans se parler, l'un pensant que l'autre était mort et l'autre restant caché jusqu'à remonter à la surface.

Marchant à ses côtés, Pandélis gardait la plupart du temps son regard fixé devant lui, tentant de ne pas l'égarer sur cette silhouette qui avait combattu à ses côtés et s'était montrée vaillante comme toujours. Elle avait guidé ceux qui la suivaient avec attention et le garçon se rappelait encore du soulagement qui avait tonné dans la voix de Saphira lorsqu'ils étaient tombé sur l'ancienne Exorciste et un jeune Corbeau. Le Papillon, lui, n'avait pas été impacté par la disparition de Célania alors pourquoi lui ? Pourquoi Pandélis avait été obligé de faire son deuil ? Le garçon ruminait, encore et encore, tandis que le silence se faisait toujours plus lourd. Puis, ce fût Célania qui le brisa, faisant un pas vers lui – un pas maladroit, certes, mais comment pouvait-elle être à l'aise après des mois et des mois sans se côtoyer ? – et le garçon haussa d'abord les épaules, ses yeux bruns s'abaissant vers ses pieds qui suivaient le pas de Célania. La dernière fois, les blessures étaient simplement aussi bien visibles que brûlantes à l'intérieur et si aujourd'hui les plaies avaient cicatrisées, la peine et les blessures intérieures, elles, ne s'étaient pas dissipées.

La guerre, ça n'était pas pour lui et en dépit de tout le courage dont il s'était armé pour la bataille, Pandélis préférait s'attarder sur un mécanisme complexe et se blesser en confectionnant des babioles et autres objets plutôt que revenir blessé par les coups, les yeux fatigués à la vue du sang, des corps et de la lutte acharnée entre Noés, Akumas et Exorcistes. Qu'il était épuisant de se demander si, un jour, tout cela ne serait plus qu'un mauvais souvenir et si, un jour – pour toujours – il pourrait enfin vivre de sa passion et découvrir le reste du monde avec Lullaby sans voir son entourage disparaître au fur et à mesure. « En apparence, peut-être. » souffla t-il en gardant cette moue réservée sur le visage, avant de poser ses prunelles sur le visage de Célania. « Et toi ? Un mort qui revient à la vie, c'est pas tous les jours. » ajouta t-il avec cette pointe de rancœur dans la voix, le cœur partagé entre bonheur et tristesse – parce qu'il ne pouvait s'empêcher d'être heureux de retrouver cette amie qui lui était si chère et d'être peiné par sa disparition et ces mensonges qu'elle avait traîné derrière elle pour lui cacher sa situation. Puis, détachant son regard de la silhouette de la demoiselle, son attention s'attarda sur la petite auberge qui se dessinait devant eux, accueillante et bien entretenue. Elle n'était pas bien grande, mais elle était malgré tout occupée par pas mal de monde et quelques regards curieux se tournèrent vers eux lorsqu'ils entrèrent, Pandélis demandant une table pour deux avant de s'y diriger en silence, le cœur partagé tout comme l'esprit, qui se torturait de mille et unes questions. Il retira son manteau, le posant sur le dossier de sa chaise avant de réunir ses deux mains et de souffler sur paumes pour les réchauffer un peu. « Tu sais, j'avais commencé à faire mon deuil pendant tout ce temps. Quand je t'ai revu, j'ai été plus que surpris et pourtant, t'étais avec des personnes qui ont pu être avec toi jusqu'à maintenant. Pourquoi t'as fais ça ? » dit-il, arrêtant d'éviter son regard pour venir planter son regard dans celui de Célania. Pourquoi tu m'as fais ça ? Les réminiscences défilaient, encore et encore. Après le déni, la colère et toutes les étapes du deuil qu'il avait traversé, il n'avait jamais pu accepter le départ de son amie, celle-là même qui l'avait entraîné à la guerre.  

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mar 27 Oct - 16:30
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Et.
La lueur.
D’ordinaire, pleine de vie.
Aujourd’hui, pleine d’amertume.


Et. Son cœur à elle. Qui se serrait de le constater -qui se serrait de regret et d’inquiétude-. Même si. Cette lueur, son regard, semblait bien trop dure à capter -bien trop difficile -impossible--, de voir si quelque chose se cachait derrière-. Et c’était presque comme si. Il ne devait pas la regarder. Pour ne pas renforcer la lueur. Pour ne pas voir. Qu’elle était vraiment là. Vraiment vivante. Malgré tout.

Alors. Devant les ressentiments qui ternissaient -sans aucun scrupule tellement ils étaient aveuglants- l’amitié. Seulement le silence. Le silence, gênant, qui n’aurait jamais dû exister. Il aurait dû y avoir des accusations, des reproches, des cris, des larmes, du soulagement -et c’était ce à quoi elle avait été habitué-. Mais pas le silence. Alors. Pour espérer. Pour déclencher. Quelques mots -bien trop maladroits- de sa part et enfin, une réponse de la sienne -bien que trop courte et laissant difficilement la possibilité d’entamer une conversation grâce à elle-.

« En apparence, peut-être. »

Et ce fut tout. Et il faudrait s’en satisfaire. Mais ça ne la surprenait pas. Ça ne l’agaçait pas. Car elle savait -parfaitement- que ces quelques mots, c’était la réponse de prédilection des infortunés combattants de cette guerre. C’était la même que Hua. C’était la même que ses amis. C’était la même pour elle-même. Tant qu’il n’y avait pas de blessures apparentes, alors ça allait. Et reconnaître le contraire, c’était comme reconnaître une faiblesse. C’était se sentir bien trop fatigué pour continuer. Alors il fallait mentir, sauver les apparences. Pire. Il fallait se mentir. Pour continuer d’avancer. Et d’affronter. Pour convaincre et se convaincre. Que ça allait. Comme elle voulait se convaincre, que ça allait bien se passer. Alors. Inutile d’insister et de le forcer à avouer ce qui le tourmentait -ce n’était jamais une bonne chose, de brusquer les épuisés-. Alors le silence à nouveau, pendant qu’elle le conduisait à travers les ruelles. Le silence. Jusqu’à ce que, sa voix, à nouveau. Et cette déclaration. Cette horrible déclaration. Qu’elle détestait tant.

« Et toi ? Un mort qui revient à la vie, c'est pas tous les jours. »

Et cette déclaration. Elle la détestait tellement. Parce qu’elle lui faisait mal -tellement mal qu’elle serrait son cœur et lui donnait presque la nausée, la forçant à ralentir le pas-. Parce qu’ils la lui disaient presque tous -et alors elle revenait en boucle, encore et encore-. Parce qu’elle n’était en réalité qu’un reproche sous couvert d’un faible intérêt -car on se fichait bien de sa santé, c’était seulement le reproche qui comptait-. Parce qu’il accusait de façon bien trop vive sans chercher à comprendre -comme si on ne l’assumait pas réellement, comme s'il valait mieux ignorer ce qui se cachait en dessous, ce qu’elle avait dû endurer, pour être ce fameux “mort qui revenait à la vie”-. Parce qu’elle donnait l’impression que c’était facile et qu’ils étaient les seuls à avoir souffert -et parce qu’elle savait qu’ils avaient réellement souffert, elle ne leur en voulait pas -jamais- mais elle regrettait -toujours- qu’ils ne s’arrêtent qu’à ça, qu’à eux-. Et si. Elle la détestait tant. Elle avait appris, à force de l’entendre, à ne pas -trop- se sentir vexée, à ne pas laisser une remarque malvenue s'inviter dans la conversation -et seul Oskar n’avait pas eu le droit à une telle attention. Et pour lui, elle regrettait bien trop-. Même si. Peut-être que ça finirait par trop l’irriter. Peut-être qu’elle finirait par moins comprendre. Parce que.

(On te croyait morte. Pourquoi tu n’es pas morte.
Tu as l’air en forme, pour une morte, aussi.
Un mort qui revient à la vie, c'est pas tous les jours.)

Ça faisait mal.
Mais. En attendant ce jour.


Elle acceptait les accusations déguisées. Elle présentait ses excuses -et pour elle aussi, c’était toujours les mêmes mots, toujours la même façon d’être désolée-, elle regrettait. Même si. Ça ne changerait jamais ce qui avait été fait. Ça n’effacerait jamais ses choix et ses actions. Même si. Ça continuait de faire mal alors qu’elle endurait. Jusqu’à songer. Que peut-être. Ça aurait été plus simple pour eux tous, si elle avait réellement disparu. Si elle n’avait pas lutté pour être ce mort qui revenait à la vie. Comme si. Finalement. Ce n’était pas une bonne chose, qu’elle soit revenue.

Et ça.
Ce doute, qui naissait doucement.
Trouverait facilement une place dans ses angoisses nocturnes.


Mais. S’il aurait voulu -parce que ça aurait été plus facile et parce que c’était douloureux- qu’elle ne revienne pas. Alors. Pourquoi lui donner de l’importance -une existence- à ses yeux rongés par le ressentiment en lui demandant une rencontre ? Il aurait été tellement plus simple d’ignorer sa présence sur les champs de bataille, d’ignorer son retour. Mais. C’était impossible, n’est-ce pas ? Car. Une ancienne amitié. Bien trop de questions. Trop peu de réponses. Et enfin, la sienne, qui manquait d’assurance, tellement elle semblait attristée.

« C’est ce qu’on m’a dit, oui… Plusieurs fois. »

Et. Qu’aurait-elle pu dire d’autre ? Comme lui. Les apparences voulaient qu’elle se porte bien. Même si. Comme lui. La réalité était bien différente. Alors. Comme pour lui. Il n’était pas nécessaire d’évoquer davantage ce sujet. Et surtout. Ils n'étaient pas réunis pour échanger des banalités pareilles. Mais savait-elle seulement pourquoi, ils étaient réunis ? Discuter, sans doute. Et noyer leurs voix dans le bruit incessant -presque insupportable pour elle-, qui régnait dans la petite auberge du village, déjà si occupée malgré l’heure. Mais heureusement. Pas un déplacement inutile et une table pour les nouveaux arrivants. Et. En face d’elle, l’exorciste prit place, visiblement suffisamment à l’aise pour se débarrasser de sa cible -de son manteau, il fallait faire la différence. Quelle différence ? - rendant la rencontre étrangement normale -banale- alors qu’elle, prenait place, presque anxieuse, en attendant que le silence soit de nouveau rompu. Attendant de voir comment le silence allait être rompu.

Mais.
Pas par sa voix cette fois.


Car la déclaration précédente faisait encore mal. Et que parler devenait encore plus difficile. Alors. Elle se chargea de vérifier qu’ils ne couraient aucun danger, vérifier du coin de l'œil qu’aucun regard ne s’était arrêté plus que nécessaire sur eux. Et. Puisque ça n’avait pas l’air d’être le cas. Ce fut à l’exorciste de reprendre. Et. Puisqu’il fixait ses yeux dans les siens, elle eut enfin l’occasion de la voir, toute cette amertume qui y brillait toujours. Alors. Toujours aussi mal à l’aise, se faisant aussi petite que possible sur sa chaise.

« Tu sais, j'avais commencé à faire mon deuil pendant tout ce temps. Quand je t'ai revu, j'ai été plus que surpris et pourtant, t'étais avec des personnes qui ont pu être avec toi jusqu'à maintenant. Pourquoi t'as fais ça ? »

Pourquoi t’as fait ça ?
Quoi exactement.


Malgré son air devenu perplexe, elle ne comprenait pas bien sa question. Pas vraiment où Pandélis voulait en venir. Pourquoi elle avait fait quoi ? Laisser la rumeur de sa mort se propager sans la démentir ? Pourquoi était-elle entourée de personnes déjà dans la confidence alors que lui, ne l’était pas ? Et. Si c’était la première, alors elle était compliquée à expliquer. Mais. Si c’était la deuxième, alors elle était beaucoup plus simple à évoquer. Et peut-être, qu’au fond, il connaissait déjà la réponse mais qu’il ne voulait simplement pas l’écouter. Parce que c’était trop dur, de l’écouter. Alors. Un soupire qui lui échappait, alors qu’elle baissait les yeux. Pourquoi t’as fait ça ? Pour survivre. Tout simplement.

« Tu… Tu penses que ces personnes sont avec moi depuis que j’ai disparu ? Qu’elles savent et m’accompagnent depuis le début ? » demanda-t-elle vaguement, se rendant bien compte que les mots étaient minimisés pour ne pas le brusquer.

Disparue ? Non. Survécu. C’était ça, la réalité. Mais. Parce que c’était toujours aussi douloureux de se souvenir -encore plus de l’évoquer-, pour lui donner tort peut-être -elle ne savait pas trop-, elle secoua la tête avant de reprendre.

« Détrompe-toi, ce n’est pas le cas. Et ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air, » ajouta-t-elle, presque vexée qu’il puisse songer qu’elle l’ait mis volontairement à l’écart.

Tu sais.
J’ai été longtemps seule.


Pas aussi simple. Car. Personne n’avait pu l’accompagner jusqu’à maintenant. Parce qu’elle avait toujours refusé. Et les malheureux qu’elle avait pu croiser avant, avaient dû faire face à bien pire qu’une disparition. Ils avaient dû endurer et accepter ses refus, vivre avec la perte, une seconde fois. Et si Pandélis ne pouvait pas en accepter une. Alors c’était pour le mieux qu’il ne s’agisse là que d'une première rencontre -dans le calme- et non d'une deuxième.

« Si tu ne savais pas, » reprit-elle avec hésitation, toujours. Car en réalité, c’était ça qui le dérangeait le plus, non ? Pourquoi t’as fait ça ? Plutôt. Pourquoi, moi, je n’étais pas au courant ? N’est-ce pas ? « c’est seulement parce que je n’ai pas eu l’occasion de t’en informer… La plupart des personnes qui sont avec moi n’étaient déjà plus en lien avec la Congrégation lorsque j’ai croisé leurs routes. » Et ça ne servait à rien de mentir, de camoufler la vérité. Il avait vu leur groupe au Vatican, il avait combattu aux côtés de Saphira en Allemagne. Il savait de qui elle parlait. « Il est plus facile d’entrer en contact avec quelqu’un qui ne dépend que de lui-même plutôt qu’avec quelqu’un qui est protégé par l’Ordre Noir, » expliqua-t-elle, un air désolé sur le visage.

Désolé de cet échec. Car. Il n’était pas possible de contacter les exorcistes sans se mettre en danger. Mais. Il devait bien comprendre maintenant, non ? Il devait moins lui en vouloir ? Ne serait-ce qu’un peu, espérait-elle.

« Si tu ne savais pas, c’est parce que tu étais inaccessible, Pan… » conclue-t-elle tristement.

Ce n’était pas parce qu’il ne comptait pas -plus-. Sûrement pas. Et elle espérait qu’il le comprendrait, malgré sa maladresse et ses erreurs.


© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Sam 31 Oct - 20:51


you gave it all and i waited

Les paroles pleines de rancœur étaient probablement douloureuses à entendre, et peut-être que Pandélis devait s'exprimer avec plus d'empathie et délaisser un peu cette rancune qui le caractérisait parmi toutes ces qualités et ces défauts dont il était constitué. Pourtant, il n'y parvenait pas et plus encore, il ne voulait pas cacher à Célania ce qu'il lui reprochait – c'était comme ça, il voulait qu'elle comprenne qu'il l'avait mal vécu –  et au-delà de toute l'affection qu'il avait pour elle, il ne pouvait alors taire ce qui se déversait dans son palpitant depuis qu'il avait vu qu'elle était encore de ce monde, parmi eux. Peut-être n'était-il pas le seul à le lui avoir dit. Probablement, même. Sûrement. Il le sut en entendant la voix de l'Aube Céruléenne résonné jusqu'à lui, affaiblie par une tristesse qui secoua un peu plus le porteur de Creation. Son cœur lui criait presque de la prendre un instant dans ses bras pour étouffer cette peine qui l'atteignait lui aussi – parce que s'il avait voulu lui parler c'est qu'il tenait toujours à elle et le temps n'avait en rien dissipé ce lien qui s'était créé entre eux. Pourtant, il prit sur lui, serrant la mâchoire et détournant son regard qui s'était posé furtivement sur Célania en percevant le peu d'assurance qu'elle avait eu dans sa voix.

La rancœur était encore là, hargneuse, têtue. « Elles t'ont pardonnées ? Ces personnes qui t'ont dit ça... Est-ce qu'elles ont réussi à te pardonner, après ? » demanda t-il de sa voix toujours réservée, la tête ensevelie par les questions, par cette question qui lui brûlait les lèvres et ce n'est que lorsqu'ils arrivèrent à l'intérieur de l'auberge et qu'ils prirent place autour d'une table que Pandélis laissa les mots se déverser de sa bouche. Pourquoi t'as fais ça ? Ses yeux noisette figés sur le visage de Célania, il attendait une réponse – des explications, quelque chose qui le convaincrait et qui serait suffisant pour tenter de passer outre. En silence, il observait ces traits perplexe et l'écouta avec attention lorsqu'elle se décida à parler, son cœur se serrant en entendant cette question qu'elle lui posa en retour. Et si c'était le cas ? Si, pendant tout ce temps où il pensait qu'elle était morte, d'autres avaient pu avoir la chance de continuer à avancer avec elle ? Un sentiment d'injustice défila dans l'esprit de Pandélis, qui referma ses doigts sur sa paume, une lueur de chagrin passant dans ses prunelles alors qu'il regarda ailleurs, vers le comptoir où le propriétaire venait de dire au revoir à des clients. « Peut-être. » dit-il, en haussant les épaules comme si cela lui était bien égal – mais ça ne l'était pas et quelque part, il fût rassuré de savoir qu'il avait eu tort de le penser. Ça n'était pas aussi simple comme le disait Célania et Pandélis voulait en savoir plus. Il voulait savoir pourquoi ça avait été si difficile, pourquoi tout ceci avait eu lieu et pourquoi elle n'avait pas pu revenir avant pour lui assurer qu'elle était encore là, vivante – saine et sauve.

Pourquoi n'avait-elle pas pu lui envoyer quelque chose – n'importe quoi, un indice, un origami semblable au chien qui l'accompagnait ? « Alors, dis moi pourquoi. » souffla t-il en égarant à nouveau ses yeux sur son amie, qui recommença, captant toute l'attention dont pouvait faire preuve Pandélis sur autre chose que ce monde de mécanique et de rouages. Au fur et à mesure qu'elle lui révélait les coulisses de sa disparition, de ce qui s'était passé après sa fausse mort, le garçon sentait les émotions se bousculer toujours plus fort dans sa poitrine. Sa seule affiliation à la Congrégation lui avait mis des bâtons dans les roues et elle avait continué avec Célania, qui, à cause de cela, ne l'avait tenu au courant de rien. Et pourtant, Caspian savait que sa loyauté envers la Congrégation n'était pas un choix mais bien une obligation – parce qu'il était compatible et qu'il ne pouvait être libre tant que cette guerre durerait. Il n'avait pas d'autre échappatoire – pas pour le moment ou du moins n'en avait-il pas connaissance – et il était assez ironique désormais de se dire que Pandélis, qui avait été recruté par Célania à travers la Congrégation, l'avait perdue à cause de cette même organisation. La colère qu'il avait à l'égard de ce nid à Exorciste se fît un peu plus grande, mais quelque chose le titillait encore et son cœur se serra un peu plus en entendant les derniers mots de la disparue.

Inaccessible. Et pourtant, n'aurait-il pas fait de son mieux pour garder ça secret et trouver un moyen de communiquer ? S'il avait fallu qu'il passe des jours et des jours à inventer un système à code, mille et unes manière de transmettre et recevoir des messages, Pandélis se serait tué à la tâche et cela pour une raison toute simple : s'il n'était pas celui qui comprenait le mieux la mécanique humaine, il s'était lié à Célania et leur amitié avait été sincère. Un rictus faussement amusé – véritablement triste en vérité – apparut sur le faciès du créateur dont le cœur était toujours plus divisé entre bonheur et peine. « J'arrive pas à être totalement convaincu, Célania. Tu te souviens de notre première rencontre ? Je savais même pas de quoi tu me parlais. La Congrégation, ça ne m'intéressait pas et je me rappelle encore que tu insistais et que j'essayais de me débarrasser de toi comme on essaye de se débarrasser d'un truc collé à nos chaussures. Même quand je suis rentré là-bas, ça ne m'intéressait pas plus que ça. Tout ce que j'ai toujours voulu, ça a été un peu perturbé par mon statut d'Exorciste et tu sais... En fait, tu aurais dû savoir que je te serai toujours plus loyal à toi qu'à cette organisation qu'on a côtoyé tous les deux. » souffla t-il en ne pouvant empêcher sa voix de tonner encore rancunière – blessée. « J'aurais trouvé un moyen, j'aurais fais de mon mieux pour qu'on puisse garder contact. Et eux, pourquoi tu leur as fais confiance ? » demanda t-il, essayant de comprendre un peu plus tout ce qui gravitait autour du départ de son amie. Il voulait mettre en forme ce puzzle désordonné, tous ces chemins qui s'étaient créés autour d'elle sans pouvoir creuser le sien et lui venir en aide, la soutenir dans ce qu'elle avait entrepris. Peut-être était-il de mauvaise foi, à ne pas être totalement convaincu, mais Pandélis avait bon cœur et malgré tout (malgré tout) il savait qu'il ne la laisserait pas lui tourner le dos une seconde fois – parce que s'ils s'étaient retrouvés, c'était parce que leur amitié était importante et que le temps pouvait bien passer, rien ne changerait.  

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mar 3 Nov - 15:59
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Et il y avait.
Ce sentiment glacial -celui qui forçait à mettre ses mains dans ses poches-.
Le regret.
Et il y avait.
Ce sentiment brûlant -celui qui donnait l’impression de s’étouffer-.
La culpabilité.


Mais surtout.
Il y avait eu cette question.
Et elle.
C’était encore cette rancœur.
Mais elle.
C’était peut-être une légère lueur d’espoir.


« Elles t'ont pardonnées ? Ces personnes qui t'ont dit ça... Est-ce qu'elles ont réussi à te pardonner, après ? »

Et elle avait porté son regard à ses souvenirs. Elles l’avaient pardonné. À leur manière. Avec le temps nécessaire à chacun. Avec les mots de leurs personnalités. Mais. Elles l’avaient pardonné. Et c’était le plus important. Et. Pour davantage aider Pandélis à comprendre -non, en réalité, c’était davantage pour le conduire sur le même chemin, lui montrer que ce n’était pas impossible-, un hochement de tête, suivi de quelques mots.

« Elles m’ont pardonné. Certaines m’ont même proposé leur aide. »

Alors.
Tu vois.
Ce n’est pas impossible d’oublier la rancœur.
Pour ne laisser que ce qui est important.


Et. Dans l’auberge. Autour de cette table. Parfois dérangés par toutes ces paroles environnantes -et aucune note triste, seulement des rires, des échanges-, des questions -trop nombreuses questions mais comment lui en vouloir -même si ce qu’elle percevait à travers ne lui plaire guère-- auxquelles elle essayait d’apporter des réponses satisfaisantes-. Pour effacer cette tristesse et cette amertume qui le rongeait, s’imaginant qu’elle l’avait volontairement abandonné, qu’elle s’était immédiatement tourné vers d’autres -comme si, malgré tout, il ne comptait pas suffisamment. Mais. Il aurait dû savoir. Que ce n’était -et que ça ne serait jamais- pas le cas-. Pour essayer de lui faire comprendre -de le convaincre- que tout n’était pas aussi sombre qu’il semblait le penser.

Mais. Impossible d’oublier.
Le chagrin.
La tristesse.
La rancœur.
L’injustice.
Impossible. Aussi facilement.


Alors. Malgré ses mots. Malgré ses explications. Le regard de l’exorciste qui semblait se teinter de peine -ou peut-être était-il simplement vexé-, trouvant échos dans ses gestes, dans ce sourire ironique qui étira ses traits lorsqu’une réponse lui vint enfin.

« J'arrive pas à être totalement convaincu, Célania, » déclara-t-il, avec sa franchise qui aujourd’hui, blessait.

Et une légère déception dans son regard à elle. Mais. Elle savait. Que ça ne pouvait pas être aussi simple. Pas alors qu’il avait tant souffert. Tant réfléchit sur l’incompréhension de son retour. Alors. Il fallait simplement écouter, essayer de trouver les mots justes. Même si. Ce serait visiblement moins facile avec lui qu’avec d’autres.

« Tu te souviens de notre première rencontre ? Je savais même pas de quoi tu me parlais. La Congrégation, ça ne m'intéressait pas et je me rappelle encore que tu insistais et que j'essayais de me débarrasser de toi comme on essaye de se débarrasser d'un truc collé à nos chaussures. »

Nostalgique, un instant. Bien sûr, qu’elle s’en souvenait. Sa première rencontre avec le compatible fuyard l’avait obligé à lui courir après pendant des heures. Mais surtout. Bien sûr, qu’elle regrettait -de tout son cœur- de l’avoir forcé à entrer au service de l’Ordre Noir. Mais. Avant. Avant elle y croyait, elle aussi. Il fallait juste comprendre. Que les choses changeaient. Et qu’elle-même. N’était plus celle d’autrefois. Alors. Nostalgique. Mais surtout. Désolée pour lui. Tellement qu’elle baissa les yeux, alors que les regrets rongeaient toujours. Alors quelques mots, faibles.

« Je m’en souviens… »

Insuffisants.

Et puisque c’était insuffisant. Tellement insuffisant. Il continua, toujours aveuglé par ses sentiments néfastes. Et ça aurait été tellement plus simple. Qu’il les oublie un instant pour ouvrir les yeux.

« Même quand je suis rentré là-bas, ça ne m'intéressait pas plus que ça. Tout ce que j'ai toujours voulu, ça a été un peu perturbé par mon statut d'Exorciste et tu sais... En fait, tu aurais dû savoir que je te serai toujours plus loyal à toi qu'à cette organisation qu'on a côtoyé tous les deux. »

Et la surprise.
D’entendre ses propos.
Insensés.
Incorrects.


Car. Comment pouvait-il -un seul instant- croire le contraire ? Comment -même une seconde- avait-il pu s’imaginer qu’elle ne le savait pas ? Parce qu’il était simplement blessé. Et aveugle. Alors qu'il suffisait simplement. De regarder. D’analyser. Car. Si elle l’avait oublié. Alors. Jamais elle n’aurait accepté la rencontre. Jamais elle n’aurait pris le temps et la peine de lui expliquer. Jamais elle se serait sentie soulagée de constater qu’il s’était trouvé aux côtés de Saphira. Jamais, lui, ne l’aurait aidé au Vatican. Alors. Pourquoi ? Prétendre qu’elle ne savait pas. Alors que tout prouvait le contraire. Alors. À son tour d’être vexée, qu’il puisse penser qu’elle l’avait oublié aussi vite, aussi facilement.

« Je le sais ! » dit-elle alors précipitamment, relevant enfin la tête, dans le seul but de le contredire. Car. Elle ne voulait pas. Surtout pas. Qu’il puisse penser une chose aussi stupide. Et. Se rendant compte trop tard de son empressement -alors qu’elle ne voulait pas le brusquer mais simplement lui expliquer calmement-, elle se reprit, continuant plus posément. « Je le sais bien. Sinon, pourquoi tu penses que j’aurais accepté de te rencontrer aujourd’hui sans même savoir si… » Si j’ai une chance de me faire pardonner. « Ce que tu penses de tout ça… Je te fais confiance, tu sais. Je sais que tu n’iras pas parler de moi à la Congrégation. »

Ça. Il ne pouvait pas l’ignorer, n’est-ce pas ? Elle lui faisait confiance -suffisamment pour se mettre en danger en se rendant au rendez-vous- et lui, ne la trahirait pas. Parce que leur amitié était plus importante -même si, pour le moment, quelque peu effritée-. Ça. Il ne pouvait pas l’ignorer. Mais. Malgré tout, toujours ce ressentiment qui animait ses paroles et ses traits. Non. Ce ne serait pas aussi facile.

« J'aurais trouvé un moyen, j'aurais fais de mon mieux pour qu'on puisse garder contact. »

Et. Un sourire désolé. Car. Ça aussi, elle le savait. Malin comme il était, elle n’en aurait pas douté. Mais elle. Fatiguée et angoissée comme elle était, n’avait jamais pu trouver une solution viable à ce problème. Alors un soupir. Alors qu’elle secouait sa tête, avant d’essayer de le convaincre -encore une fois-.

« Je n’en doute pas. Mais… Moi, je n’ai pas réussi à trouver, » expliqua-t-elle -même si, encore une fois, ça ne serait sûrement pas suffisant-. « Je n’ai trouvé aucune façon de te contacter sans prendre de risque. T’envoyer quelque chose, n’importe quoi, ça semblait impossible. Il aurait suffit de regarder les timbres et les tampons postaux pour savoir d’où l’envoie avait été fait. Et puis… » Sa voix se fit légèrement plus hésitante, se demandant si elle devait continuer. « Ça ne fait pas si longtemps que je suis en mesure de reprendre contact avec des amis… »

Car. Avant. Lorsqu’elle n’avait pas encore récupéré ce qui lui avait été dérobé. Lorsqu’elle n’était plus elle-même. C’était simplement. Impossible. Impossible et inutile. Alors. Seulement depuis le milieu du printemps. Mais. Les événements, les catastrophes. Tout s'était enchaîné trop rapidement pour bénéficier du temps nécessaire. Et. Depuis avril, juin ne lui paraissait pas si éloigné. Non. Pour lui. Ce n’était pas avril. Pour lui. C’était janvier. Alors pour lui. C’était bien plus terrible. Et. Il fallait comprendre. Qu’il ne comprenait pas. Tout comme. Il ne comprenait pas -désespérément pas- pourquoi certains se trouvaient déjà à ses côtés. Pourquoi eux, plutôt que lui.

« Et eux, pourquoi tu leur as fais confiance ? » demanda-t-il, toujours vexé.

Pourquoi.
À eux.
Spécifiquement.


Et. C’était d’une évidence lucide. Mais. Seulement pour elle. Car. Même avant, même lorsqu'elle était vivante, les secrets s’étaient installés. Avaient fini par prendre trop de place. Même. Lorsqu’ils étaient encore amis. Et ça. Il ne le savait pas encore. Mais ça. Serait peut-être plus difficile à assimiler. Alors elle craignait. De renforcer cette rancœur. Mais puisqu’elle devait lui expliquer, puisqu’elle lui faisait confiance, alors il faudrait parler. Et elle ne pouvait qu'espérer, qu’il comprendrait.

« Et bien… » commença-t-elle difficilement. Entre l’hésitation et l’appréhension. Cherchant ses mots. Sans lui mentir. Pour qu’il comprenne. Et peut-être, qu’il pardonne. Alors le premier nom -le plus simple de tous à expliquer- qui lui vint à l’esprit. « Gwenaëlle avait déjà déserté depuis un moment et… La dernière fois qu’on s'était croisées, c'était pour s’affronter alors… J’avais besoin qu’elle me pardonne, qu’elle ne me tienne pas rigueur de mon erreur. C’est une amie très chère alors… » Sa meilleure amie, en réalité. « Hm, bref. Je l’ai retrouvé après les événements d’Édimbourg. Et elle m’a offert un endroit où rester, un foyer. Alors que ça faisait des mois que j’étais seule et que je vivais dehors. Naturellement, j’ai accepté de rester à ses côtés. »

Et non le contraire. Comme Pandélis semblait le penser. Et. Ça avait simplement commencé de cette façon. Un foyer. Où elle avait pu se reposer, malgré les problèmes et la vétusté du manoir. Où elle avait pu voir d’autres personnes les rejoindre. Peut-être trop, pour parler de chacun d’eux. Et puis. Certains ne devaient pas leur présence de son fait. Saphira, Soren, Lars, avaient suivi d’autres personnes. D’autres encore -comme Lena et Maisie-, semblaient bien difficiles à évoquer sans avoir, d’abord, parlé de ce qui les rassemblait. Sans parler de l’espoir qu’ils partageaient. Alors. Peut-être. Un nom, pour continuer de convaincre, qu’elle avait, lui aussi, croisé par hasard. Et qui lui semblait tellement important.

« J’ai rencontré Lavi par hasard, lors d’une mission que la Congrégation lui avait confié. » Elle l’avait cherché, aussi. Longtemps. Mais. Ce n’était sans doute pas nécessaire de le préciser. « Il a décidé de nous rejoindre plutôt que de rentrer lorsqu'on a eu terminé de résoudre l’affaire. » Et c’était quelque peu étrange. Qu’un bookman puisse décider, sur un simple coup de tête, d’abandonner sa place d’observateur, son mentor, pour suivre deux déserteurs, non ? Alors. Comme elle savait qu’il allait poser des questions -il en avait toujours tellement-, et surtout, parce qu’elle lui faisait confiance -malgré ce qu’il pouvait en penser-, elle décida de répondre avant qu’il ne puisse questionner. Même si. C’était gênant d’évoquer ce sujet. « Hm… Tu vois… Lavi et moi on est… Ensemble ? Alors… »

Alors.
Comme une évidence.


Et. Ses mains qui se serraient nerveusement de l’avouer, car loin d’être à l’aise. Car beaucoup trop timide. Mais. Peut-être que ça permettrait de mieux comprendre. Peut-être que ça prouverait qu’il n’était pas le seul à avoir souffert de son mensonge.

« En réalité, » reprit-elle, essayant de retrouver un peu contenance et surtout, changeant rapidement de sujet, « je crois que ce sont eux qui m’ont fait d'avantage confiance que le contraire… »

Suffisamment pour lui pardonner.
Pour oublier.
Pour rester à ses côtés.



© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mar 10 Nov - 21:42


you gave it all and i waited

Elles m'ont pardonnées. Certaines m'ont même proposé leur aide. Leur aide ? Pandélis hocha doucement la tête, intrigué cependant par les derniers mots de l'Aube Céruléenne mais il ne dit rien de plus, dévoilant à nouveau sa rancœur par son mutisme qui ne durerait pourtant pas éternellement. Il avait besoin de réponses, après tout, et cela ne l'enchantait pas plus qu'elle de se tenir à ses côtés sans pouvoir apprécier entièrement sa présence – son retour à la surface. Doucement, les réminiscences continuaient à remonter dans son esprit et il était presque difficile pour l'Exorciste de ne pas sombrer totalement dans ces souvenirs agréables, dans ces discussions nombreuses et enrichissantes, amicales et plaisantes. Pourquoi fallait-il qu'elle soit partie, en un claquement de doigt, comme si jamais elle n'avait existé ? Elles t'ont pardonnées. se répéta t-il, les mains encore plongées dans ses poches alors que ses yeux bruns étaient fixés devant lui. Le parviendrait-il, lui, à passer outre ? Le garçon connaissait déjà la réponse, au fond – au plus profond de lui-même. Il n'y avait qu'à constater qu'il avait fait la route jusqu'ici pour lui parler pour savoir qu'il restait son ami et qu'il resterait par-dessus tout.

Désormais installé dans l'auberge, le garçon faisait face à Célania et toute l'attente qui s'était amassée en lui, toutes les questions qui se bousculaient dans sa tête pouvaient désormais exploser. Pandélis avait alors été droit au but, incapable de contenir plus longtemps ce qui l'avait hanté en apprenant son retour, en la voyant de chair et d'os, mobile et en bon état physique. Il avait déversé des mots, encore et encore, demandant des explications, demandant des réponses à ces questions globales : pourquoi j'ai dû subir ta mort, pourquoi j'ai dû faire mon deuil ? Et son cœur se serra un peu plus en voyant les émotions qui passaient dans le regard de l'Aube Céruléenne avant qu'elle n'abaisse ses prunelles. Elle se souvenait, tout comme lui, et Pandélis enchaîna encore, incapable de la laisser placer quelques mots de plus, incapable de lui cacher tout ce qu'il contenait en lui, tout ce qui tordait son palpitant sans aucun scrupule – tout ce que son cœur voulait lui crier depuis longtemps. Et le garçon fronça légèrement les sourcils lorsque Célania rappliqua instantanément, précipitamment. « Si tu le sais,... » commença-t-il avant de se taire pour l'écouter dès lors que le timbre de sa voix résonna à nouveau jusqu'à ses oreilles. Elle lui apportait plus. Elle lui apportait ce qu'il cherchait à savoir depuis tout ce temps et si le doute pulsait encore dans les veines de Caspian, il l'écoutait, envieux au fond de pouvoir retrouver ce lien soudé qu'ils avaient construits pas à pas.

Elle disait lui faire confiance, et ses phrases parfois ne trouvaient pas de fin – les mots bloqués en travers de la gorge, sans doute comme ceux de Pandélis (ceux qui voulaient lui dévoiler qu'elle lui avait manqué, qu'il était heureux de la revoir) – et ce fût au tour du garçon de détourner ses yeux des siens, égarant ses prunelles vers ses mains dont les doigts étaient désormais entremêlés. Il ne comprenait toujours pas. Il ne comprenait toujours pas pourquoi elle parlait de confiance et, à contrario, pourquoi elle n'avait alors pas donné signe de vie en sachant qu'il n'aurait pas révélé une seule information. Alors il avait renchérit, plongeant de nouveau son regard dans celui de Célania et ce sourire désolé semblait sincère – si sincère qu'il était douloureux de le voir dessiné sur ce faciès mais la rancune était hargneuse et les réponses encore incomplètes. Autour d'eux, les rires se faisaient entendre et l'ambiance était légère, dénuée de toute tension. Entre eux, une bulle s'était créée – incertaine, fragile et remplie de ressentis divers – et Pandélis n'aimait pas ces mots qui parvenaient jusqu'à lui. Garder contact avec lui avait été impossible. Ça aurait été dangereux et pourtant, Caspian ne parvenait pas à être rassasié par ces explications. Il le lui avait dit, après tout. S'il avait été au courant de ce qu'elle prévoyait de faire, il aurait trouvé un moyen. Mais les choses ne s'étaient pas passées comme il l'aurait souhaité et ses yeux s'humidifièrent un peu plus – prémices des larmes qui jamais ne couleraient devant elle – alors que les souvenirs douloureux revenaient encore et encore.

Ses amis. Si Pandélis et Célania ne s'étaient pas revus pendant la bataille, sans doute le garçon n'aurait-il jamais été au courant de sa situation et le simple fait de savoir qu'il aurait continué à la penser enterrée dans sa tombe ne faisait qu'alimenter sa rancune qui le dévorait à pleine dents, bataillant contre un chagrin qui remontait – un deuil qui n'était plus à faire et qui avait pourtant été si long à entreprendre – et sa question avait alors dépassé à nouveau la barrière de ses lèvres, ses yeux laissant paraître tout ce qu'il ressentait. Célania semblait chercher ses mots et Pandélis les attendait avec impatience, l'écoutant avec intérêt lorsqu'elle commença finalement. Gwennaëlle. Instantanément, le porteur de Creation dessina dans sa tête le visage de la jeune femme aux cheveux de feu qu'il avait croisé brièvement au combat, et il s'imprégna sans mal des paroles de son amie, la scène apparaissant clairement dans son esprit bouillonnant. Et tout ce qu'elle lui racontait faisait remonter en lui un sentiment d'injustice, un sentiment qu'il ne parvenait pas à calmer et qui grondait toujours plus dans sa poitrine. Elle avait eu besoin d'avoir son pardon et s'était finalement abritée chez elle, chez cette amie chère.

Pandélis aurait voulu l'aider lui aussi, lui apporter tout le soutien dont elle avait eu besoin mais il était resté impuissant contre son gré et la frustration se dessina sur ses traits, son cœur se serrant toujours plus. « T'as eu de la chance de la trouver. » dit-il d'une voix réservée, avant qu'elle ne continue et qu'elle ne mentionne Lavi. Le borgne lui revint en mémoire également, et son cœur bondit de surprise en apprenant qu'ils étaient ensembles, que le garçon avait quitté la Congrégation pour faire route avec elle. La romance s'était immiscée au milieu d'un drame qui en avait secoué plus d'uns – dont lui, porteur de Creation – et les yeux bruns de Pandélis, scrutant le visage de l'Aube Céruléenne, y voyaient un amour fort, des sentiments puissants à la simple mention de ce prénom attribué à un Bookman. Pandélis était un peu plus content pour elle, lui qui était un peu fleur bleue et qui parvenait sans mal à imaginer le lien fort qui s'était tissé entre les deux – mais les autres émotions qui le traversaient étaient encore là et aucun sourire ne se dessina sur ses lèvres. Il restait fermé, bien que sincèrement heureux pour elle malgré tout, malgré ça. « Je ne m'attendais pas à ça. Mais... Je suis content pour toi, je suppose. » dit-il en se calant contre le dossier de sa chaise alors que le serveur venait prendre leur commande – gardant pour lui ce soulagement quant au fait qu'elle avait pu s'en sortir plus épanouie, gardant pour lui le sentiment agréable qui l'avait parcouru en comprenant ce dont le cœur de Célania était en parti constitué. « Un thé, s'il vous plaît. Qu'est-c'que tu prends ? » demanda t-il en observant un instant le serveur, patientant que son amie décide de sa commande avant d'abaisser à nouveau son regard sur elle, la tempête secouant toujours son cœur nuancé de couleurs. Et lorsqu'ils furent à nouveau seuls, la voix de l'Aube Céruléenne résonna à nouveau.

Autant que lui, elle faisait un pas vers lui et Pandélis, observateur, soulevait à chaque fois toutes ces petites choses qui faisaient que le pardon pourrait finalement dépasser la barrière de ses lèvres un jour ou l'autre. Je crois que ce sont eux qui m'ont fait davantage confiance que le contraire. A nouveau, le descendant du créateur de Lullaby avait du mal à y croire, et il détourna à nouveau les yeux, les questions continuant de défiler dans son esprit sans encore avoir trouvé de réponses. Il voulait la retrouver, profiter à nouveau de ces moments qui lui avaient manqués mais il ne laissait rien passer – et peut-être était-il trop dur, peut-être était-il trop rancunier mais il ne pouvait aller à l'encontre de sa nature – et il ne put empêcher ces quelques mots de s'extirper de sa gorge – de son cœur. « Et maintenant ? Ils sont qui, exactement, pour toi ? Est-ce que.... » dit-il, hésitant quelques secondes, cherchant à formuler correctement sa phrase. « Est-ce que ça a changé quelque chose à notre amitié ? Même si le temps a passé.... » Même si le temps a passé, j'y tiens encore. dit-il, le cœur lourd, apeuré quelque part d'entendre une réponse qu'il ne voulait pas entendre. Pandélis ne se liait pas forcément automatiquement aux autres, après tout. Il était dans son monde, dans sa bulle – avec Lullaby – et lorsque quelque chose prenait place dans sa vie – importante – il était impliqué.

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Sam 21 Nov - 14:48
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Et parfois.
Ça donnait l’impression qu’il fallait insister, pour briser la glace qui dissimulait.
Et parfois.
Ça donnait l'impression qu’il fallait détourner, pour cacher tout ce qui tourmentait.


Et elle ne pouvait qu’observer. Désolée. Ses yeux châtaigne qui ne semblaient pouvoir trouver ce qu’ils cherchaient. Toujours perdus -même s’ils essayaient de comprendre en se faisant insistants, en la fixant-. Toujours noyés d’incompréhension -même s’ils tentaient de rassembler les informations, lorsqu’ils s’arrêtaient sur un élément visible d’eux seul dans cet environnement si bruyant-. Et parfois tellement noyés dans l’incertitude qu’ils se faisaient brillants alors qu’il détournait le regard. Et elle ne pouvait qu’observer. Désolée.

De constater.
Que la vérité semblait si déplaisante.
De savoir.
Que les mensonges semblaient toujours plus doux.


Mais plus horrible. Alors. Aucun mensonge. Seulement la vérité dans ses réponses. Et. La peine qui serrait toujours son cœur devant les réactions et mots de l’exorciste. Car. Ce n’était sans doute pas la vérité qu’il souhaitait entendre. Mais. Le passé était tel qu’il était et rien ne pouvait plus le changer. Alors. Il fallait simplement accepter. Et choisir. Ce qu’il devait -voulait- faire. Avec toutes les vérités en main. Aucun mensonge. Surtout pas. Même s’ils auraient paru plus doux à ses oreilles qui attendaient visiblement tout autre chose.

Alors seulement.
La confiance.
La vérité.
Même s’il détournait les yeux pour ne pas la voir.
Pour ne pas comprendre que.


C'était lui, qui ne pouvait pas encore avancer et faire le choix qui s’imposait.

Alors la confiance.
La vérité.


Et toutes ses -trop nombreuses- réponses -et elles auraient pu se retourner contre elle à n’importe quel moment- à toutes ses -trop nombreuses- questions -étonnant presque, de constater qu’il en avait autant-. Et l’évocation de ses quelques amis, sans pour autant, évoquer tout leur groupe aussi étrange qu’hétéroclite.

« T'as eu de la chance de la trouver, » fit-il simplement -un mélange étrange dans sa voix, qui lui déplaisait d’entendre- lorsqu’elle évoqua Gwen et l’aide qu’elle lui avait apportée -et son soutien, et son pardon, tellement importants-.

Et. Seulement un hochement de tête. Car. Tellement consciente de cette chance -qui ne lui ressemblait pas et semblait presque insolente- bien qu’elle ait dû effectuer bon nombre de recherches pour retrouver sa trace jusqu'à ce vieux manoir abandonné. Mais. Aussi. Car. Navrée, de constater que la rancœur dissimulait parfois autre chose de plus sombre. Et ça. Elle ne voulait pas non plus le voir. Car. Elle ne pouvait rien y apporter, n'avait rien pour le faire disparaître. Les événements s’étaient déroulés ainsi. Elle ne pouvait plus les changer. Elle n’avait pas croisé sa route avant cette sanglante bataille. Il fallait simplement l’accepter. Quand bien même. Ça la désolait presque autant que les ressentiments qui l’animaient. Désolée. Alors d’autres explications pour espérer se faire pardonner. D’autres explications accompagnées d’un autre nom auquel son interlocuteur réagit, presque incrédule.

« Je ne m'attendais pas à ça. Mais... Je suis content pour toi, je suppose.
Personne ne le savait alors… » Ce n’était pas contre toi. Et personne n’aurait pu le savoir. « Garde ça pour toi, s’il te plaît. »

Mais.
Une nouvelle voix.
Une interruption.


Alors. Délaisser pour un court instant les paroles pour avoir l’impression étrange de revenir dans le monde réel, dans le présent, en fixant le nouveau venu. Comme si la bulle qui accueillait leur discussion venait de se briser. Comme si les bruits alentour les atteignaient de nouveau alors que, jusqu’ici, ils lui avaient semblé si distants. Si. Absent. Alors. Presque surprise de cette intervention et de ce retour soudain dans la réalité. Mais. L’exorciste, moins perturbé. Un thé. Et une question pour elle. Qu'est-ce que tu prends ? Ah. Oui. Parce qu’il fallait prendre quelque chose. Alors. A nouveau surprise mais surtout, prise de court. Car. Il ne s’agissait pas d’un déplacement, pas d’une mission, pas d’un intérêt pour le groupe. Car. C’était seulement pour elle, pour son pardon. Alors. Une évidence. Impossible de piocher dans les réserves déjà si minces pour une simple boisson. Alors une réponse. Évasive. Un simple verre d’eau et ça serait très bien ainsi. Et lorsque l’homme repartit, il fallut reprendre, comme si l'aparté n’avait pas existé.

Et à nouveau.
Détourner.
Comme si c’était trop dur, de l’écouter.


Et. Toujours, son cœur qui se serrait. Ça avait pourtant été si simple. Avec Oskar. Avec Hua. Mais Pandélis était fidèle à lui-même. Et elle l’avait su -redoutait- d’avance, que ça ne serait pas aussi facile.

« Et maintenant ? Ils sont qui, exactement, pour toi ? Est-ce que.... » Et elle le fixait. Curieuse mais patiente, qu’il puisse trouver une fin à sa question -encore une difficile, n’est-ce pas ?- « Est-ce que ça a changé quelque chose à notre amitié ? Même si le temps a passé.... »

Même si le temps a passé.
Pourquoi cela devrait changer ?


Alors. Devant cette évidence qu’il peinait à constater et à accepter. Un soupir. Car. Il ne comprenait pas. Malgré tous ses mots. Il ne parvenait pas à comprendre. Et c’était encore pire, de constater qu’il ne parvenait pas à voir ce que cette confiance -ce rendez-vous- signifiait. Mais. Chaque demande en son temps et chaque explication, progressives.

« Rien n’a changé avec eux, malgré ce que j’ai pu faire, » dit-elle doucement -et sans doute ne les remercierait-elle jamais assez pour ça- ne souhaitant pas le brusquer davantage. « Et dans le contexte actuel… Je crois qu’ils sont devenus une sorte de famille. »

Car. Vivre ensemble -que ce soit aisé ou non, parfois-, composer avec chacun, partager les petites attentions du quotidien, avoir le même rêve… C’était bien ça, une famille. Alors son sourire, plus doux, presque rêveur. En songeant que, malgré l’horreur de la guerre, elle était presque heureuse avec eux.

« Quant à toi, rien n’a changé de mon côté, » reprit-elle sur le même ton. « Tu n’as rien fait qui aurait pu mettre en péril notre amitié alors, elle n’a aucune raison de changer. » C’est moi qui t’ai fait du mal, pas le contraire. Et. Elle le savait depuis longtemps. Un camp -une appartenance- différente, ça ne détruisait pas une amitié si elle était suffisamment forte. « C’est à toi de décider si tu veux qu’elle change ou non, Pan. »

À lui.
De pardonner.
Ou de rentrer.


Le choix était entre ses mains. Et il était temps qu’il comprenne, qu’il l’avait toujours été. Elle, était juste venue défendre ses actes, prouver que malgré le rosaire, elle lui faisait confiance. Et. En aucun cas. Venue pour briser ce qui était.


© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mer 23 Déc - 22:48


you gave it all and i waited

« Pas de problème. » souffla t-il de sa voix toujours aussi réservée, le regard détourné de ce visage dans lequel il pouvait observer des choses – tellement de choses (des sentiments). Célania pourrait toujours compter sur lui. Malgré tout, malgré tout, elle restait cette amie chère et Pandélis ne pouvait pas tourner le dos à ceux envers qui son cœur s'était ouvert. Il était certes rancunier, et de cette rancune découlait une certaine insolence dans ce refus de pardonner facilement, mais au fond il était ce garçon au bon cœur, à l'affection et l'amour sincère. Si Célania lui demandait de garder quelque chose pour lui, elle pouvait être sûre qu'il le ferait et finalement, leur bulle éclata un instant lorsque le serveur s'approcha d'eux. Un thé, et un verre d'eau – leur face à face semblait si simple aux yeux de tous ces hommes et de toutes ces femmes riant à droite et à gauche et pourtant leur échange était compliqué. Ou peut-être était-ce Pandélis qui se compliquait les choses à rester campé sur ses positions, à refuser de se convaincre entièrement. Il était têtu, après tout, en plus d'être rancunier.

Cependant, sa tête fonctionnait avec son cœur – indéniablement, comme tout être humain – et son palpitant lui criait de demander des réponses, de parler encore et encore (de questionner, d'interroger, de comprendre), alors sa voix avait à nouveau résonner et gardant ses prunelles d'abord fixées vers le comptoir où le personnel s'attelait à remplir des verres ou à préparer de quoi manger, la voix de l'Aube Céruléenne atteignit doucement ses tympans. Ses liens avec ses amis n'avaient pas changés – toujours intacts, toujours forts – et plus encore, ils semblaient représenter pour elle une famille. Le mot était fort. Pandélis avait une haute estime de la sienne – Lullaby et ses parents – et il savait que pour beaucoup d'autres également, la famille était le noyau. Alors, toutes ces personnes qu'elle considérait comme tel était le centre de son monde ? Et lui, parmi tout cela, où devait-il se placer ? La peur d'entendre la réponse pulsait dans ses veines, lui qui se retrouvait incertain face à elle, face à ce qu'elle avait laissé dans son sillage après sa disparition. Et son cœur frémit dans sa poitrine en entendant finalement Célania apaiser cette angoisse qui avait pris forme dès l'instant où il avait su qu'elle était vivante, qu'elle n'était pas enterrée dans sa tombe mais bien ici parmi les vivants. Rien n'avait changé. C'était à lui de décider. Les paroles de son amie résonnèrent un instant dans la tête de Pandélis, qui avait détourné les yeux vers elle, rencontrant les siens. Il se sentait terriblement heureux d'entendre ces mots, et terriblement idiot de ressentir encore une certaine rancœur envers elle – parce qu'il n'arriverait pas à la pardonner ainsi, ça avait toujours été dans son tempérament et qui pouvait le changer ? – et il sentit ses yeux s'embuer légèrement, croisant rapidement les bras sur sa poitrine en abaissant les yeux vers le thé et le verre d'eau qui leur furent amenés. « Merci. » marmonna t-il à l'égard du serveur, s'empressant d'enrouler ses doigts autour de la tasse chaude. Pendant quelques secondes, il resta silencieux, leur bulle retrouvée.

Son cœur battait d'allégresse et de tous ces autres sentiments qui dévoilaient encore ce qu'il reprochait à son amie – si chère. « Je ne veux pas que ça change. En fait, c'est tout le contraire. » dit-il d'une voix encore fermée – mais si Célania le connaissait alors elle saurait qu'il était sincère et qu'au-delà de l'amertume qu'il éprouvait pour ses actes, il était content et décidé à faire perdurer ce lien qui les unissait et qui les avait uni malgré tout. A travers sa mine boudeuse, un semblant de petit sourire s'étira sur ses lèvres. « Même si je suis rancunier, tu restes mon amie. » ajouta Pandélis en attendant que ses émotions se tassent un peu pour relever son regard vers Célania. Il porta la tasse à ses lèvres et but une première gorgée. « J'espère simplement que je n'aurai pas à apprendre ta mort une nouvelle fois. » dit-il sans pouvoir s'en empêcher, son cœur se serrant en imaginant simplement que cela puisse se produire, son semblant de presque petit sourire se dissipant. Il l'avait déjà perdu une fois, il ne voulait pas la perdre une deuxième fois et  en égarant ses yeux autour de lui, une question brûla ses lèvres et finit par résonner jusqu'à Célania. « Pourquoi si loin ? » Pourquoi ici, au Danemark.

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue
[/color]


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Dim 14 Fév - 0:06
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




(Et.
La lueur.
Aujourd’hui, pleine d’amertume.)
Non.
Plus aujourd’hui.
Car une nouvelle.
Faible. Timide.
Mais présente.


Et. Cette lueur -et en vérité, c’était presque une étincelle, qui ne demandait qu'à raviver un feu qui couvait sous la cendre -dans les cœurs-, abandonné et éteint depuis bien trop de temps-. Comme attiser -réveillée d’un trop long sommeil- par simplement. Quelques mots. Mais. Quelques mots honnêtes. Et alors. Les yeux du Créateur à nouveau sur elle. Mais surtout. Cette flamme qui venait de renaître. Et. Qui lui réchauffait déjà le cœur. Car.

Plus de méfiance.
Plus de rancœur.
Seulement.
Le retour de ce qui avait été perdu.


Alors. Un sourire -et cette fois, il n’était plus timide, simplement soulagé de constater que rien n’était perdu -et rien ne l’avait jamais vraiment été, simplement égaré- et que tout pouvait à nouveau être comme avant cette horrible fois-. Car. Il n’y avait pas besoin de plus de mots. Car. Elle avait compris. Et. C’était le plus important.

Mais.
L’étincelle.
Rapidement envolée.
Et.
Son regard.
Baissé.


Et alors. Ses yeux, curieux vers l’exorciste. Car. Le contact à nouveau rompu et ses bras, croisés -et pourtant sans raison particulière alors que-. Et. C’était comme si. À nouveau. Un repli. Et l’échange, encore trop amer. Alors. L’espoir de l’étincelle -et ça avait envahi son cœur bien trop rapidement. Et alors, se rendre malheureusement à l’évidence -ses sentiments, encore parfois trop difficiles à comprendre-- qui s’éteignait avec tristesse -avec le feu qui couvait sous la cendre-. Et. Une pensée malheureuse. Et si. Elle avait mal interprété. Mal compris. Et que. Sa réponse, bien différente de ce qu’elle avait imaginé.

Mais.
Enfin.
Pour briser le silence et répondre aux attentes.
Un mot.
Pour l’étincelle. Et pour son cœur.


« Merci, » finit-il par dire. Et elle. Pas un mot. Pas un geste. Car toujours. Attendant la véritable réponse -et c’était presque une angoisse de la connaître-, qui heureusement ne tarda pas à arriver. « Je ne veux pas que ça change. En fait, c'est tout le contraire. »

Et. Si sur son visage. Toujours cet air -bien trop- rancunier. Mais qui. En réalité. Peut-être davantage comme. De la contrariété -grognon, c’était peut-être ça le mot le plus approprié mais il valait sans doute mieux l’éviter tant que le climat, pas encore assez atténué- contre la mauvaise tournure qu’avaient pris les événements et les jours. Contre ce qu’elle avait pu et dû faire. Mais. Tout de même. Un fin sourire amusé. En songeant. Que lui n’avait pas tant changé. Et. Si cette rencontre n’avait pas été si importante. Si ses enjeux n'avaient pas été aussi forts. Alors. Sans doute aurait-elle ri un peu de cet entêtement qui n’avait plus lieu d’être. Car. S’il était plus âgé, il fallait tout de même reconnaître, que parfois, il ressemblait presque à un enfant. Alors. Si juste, il boudait, ça lui passerait.

« Même si je suis rancunier, tu restes mon amie, » ajouta-t-il, confirmant ses pensées.
Mais les amis, ça se pardonne, non ? »

Et. Même si elle se moquait légèrement. Elle devait bien avouer. Qu’elle espérait que ce soit le cas, comme tous les autres -Gwen l’avait pardonné malgré le mal qu’elle lui avait fait -et ses doigts qu’elle avait injustement tranchés- alors pourquoi pas lui ?-. Et. Même si elle se moquait légèrement. En réalité. Elle était simplement soulagée de savoir qu’ils étaient bien -et toujours- amis -alors l’étincelle sous les cendres était-. Soulagée d’obtenir la confirmation qu’il n’avait pas évoqué leurs précédentes rencontres à ses supérieurs. Et si son secret se retrouvait trahi, alors ça ne serait pas par Pandélis. Car il était -toujours- son ami. Un ami, toutefois bien rancunier -mais il l’avait lui-même avoué- et qui souhaitait le faire savoir.

« J'espère simplement que je n'aurai pas à apprendre ta mort une nouvelle fois. »

Et. Son amusement, aussitôt disparu. Et. Si lui avait levé les yeux dans sa direction, elle, les avait à nouveau baissés. Et. D’un geste qui lui parut si lointain, elle attrapa son verre pour le ramener vers elle. Et. Un regard, pour être sûre -pour se rassurer-. Son tout petit reflet était bien présent. Alors. Ça va. Alors. Une inspiration, pour se donner du courage. Car. Elle comprenait bien. Cette peine destructrice qu’elle avait obligé à supporter. Mais. Parfois. Elle se demandait. Si cette peine avait été plus dure à supporter que [cette fois-là] et tout ce qu’elle avait engendrée. Alors. Sa voix. Comme un murmure de chagrin.

« J’espère ne plus avoir à vivre ça une nouvelle fois, si ça peut te rassurer… »

Car. Le vivre. L’imposer. Avaient provoqué suffisamment de mal. Avaient duré suffisamment longtemps. Mais. Impossible. De simplement et définitivement tourner la page. Car. Toujours trop de conséquences qui perduraient. Toujours trop de ressentiment et d’absence. Toujours trop de colère et de silence. Toujours trop de traumatismes. Et puis. Ce groupe. Leur groupe. Sa désertion, qui l’avait mené jusque-là, aux côtés d’une ancienne amie. Alors. Impossible de réellement tourner la page. Car les conséquences. Toujours présentes. Et. Il fallait les assumer.

« Pourquoi si loin ? » demanda finalement Pandélis, la sortant de ses pensées.

Et. Si l’exorciste avait prononcé d’autres mots. S’il avait fait un autre reproche. Alors. Elle ne l’avait pas entendu, perdu -toujours- dans ses pensées. Alors. À son tour de redresser la tête dans sa direction, essayant de se ressaisir -d’oublier-.

« Cette rencontre, tu veux dire ? » s’étonna-t-elle. Car. Elle ne pensait pas qu’il se serait attardé sur un détail pareil. Pourtant si insignifiant à ses yeux. Mais. Son ami -oui, ils l’étaient- avait besoin de réponses. Et peu importe lesquelles. Elle les lui fournirait. « Tu as accès à l’Arche, pas moi, » répondit-elle, comme s’il s’agissait d’une évidence. « Il t’es plus facile de parcourir de grandes distances alors… C’est un peu égoïste, désolée… Mais j’ai pensé que ça serait plus simple ainsi. J’espère que ça ne t’a pas posé trop de problème ? »

Car. Elle savait. Comme c’était difficile -presque impossible, peut-être- de quitter la Congrégation sans exposer une raison valable. Sans être accompagné. Et. Sans doute encore plus à présent, au vu des nombreux exorcistes qui ne rentraient pas, pour une raison ou pour une autre. Saphira, Gwen, Lavi, elle-même… Et. C’était seulement ceux dont elle avait connaissance -peut-être étaient-ils plus nombreux, en réalité -peut-être les rencontrerait-elle un jour-, peut-être que ces étranges exorcistes et ces déchus avaient déclenché de nouvelles conséquences dont elle ignorait encore tout-. Alors. La présence de Pandélis. Presque un miracle. Une chance -de s’expliquer et de se faire pardonner- qu’elle ne voulait pas laisser passer -une chance de rattraper les erreurs passées-.

« En tout cas… Merci d’avoir accepté de venir, Pan, » reprit-elle après quelques secondes -toujours perdue dans ses pensées-. « M’approcher de la Congrégation, d’une façon ou d’une autre, ça aurait vraiment été trop… Compliqué. » Risqué, c’était le mot le plus juste. « Et te croiser sans pouvoir prendre le temps de te parler c’était frustrant. »

Et.
Un sourire désolé.
Mais toujours aussi sincère.


© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Lun 22 Fév - 22:28


you gave it all and i waited

Pandélis mentirait s'il disait que ce sourire ne lui avait pas manqué. En la pensant morte, emportée par une Guerre à laquelle ni l'un ni l'autre n'avait réussi à échapper, le garçon avait cru retrouver ces grimaces joyeuses seulement dans ses souvenirs, seulement à travers des réminiscences qui n'auraient été que plus douloureuses encore. Mais Célania était là et même si son cœur avait été façonné par la guerre au fur et à mesure, elle semblait être toujours celle qu'elle avait été lorsqu'il l'avait rencontré puis côtoyé. Elle lui avait manqué, tout simplement et ce sourire amusé réchauffa chacune de ses fibres, un sourire léger se dessinant à son tour sur les lèvres du garçon, son cœur bondissant de surprise en entendant les paroles de l'Aube Céruléenne. Mais les amis, ça se pardonne, non ? Le myocarde du jeune Exorciste frémissait d'un soulagement toujours plus prononcé, criant que oui, oui, les amis se pardonnaient et que seraient les amitiés si chaque fois que les liens se froissaient il n'était plus possible de les réparer ?

C'était un peu comme ce que faisait le porteur de Creation : il façonnait, resserrait les boulons pour former une structure stable et si quoique ce soit venait à la fragiliser, il parvenait à la renforcer, minutieusement, précieusement parce que cela lui tenait à cœur et sa relation avec Célania était semblable à cette structure qu'il fallait sans cesse entretenir, préserver, choyer. Pandélis était comme il était, imbibé de rancœur mais il avait grand cœur par-dessus tout et si Célania lui était chère il ne briserait pas le lien qui les unissait et il finirait par pardonner. Pas maintenant – il en était incapable – mais un jour. Un jour. « Absolument. » souffla t-il, sans pouvoir retenir un ré-haussement plus prononcé de ses lèvres. Et la peine et la rancune avaient beau pulser conjointement, l'attachement qu'il éprouvait pour son amie était plus coriace encore. Elles étaient toujours là, cependant, à remuer dans ses entrailles et les mots qui dépassèrent la barrière de ses lèvres lorsqu'il releva les yeux vers l'Aube Céruléenne lui fit ressentir cette même douleur qu'il avait ressenti en apprenant qu'il l'avait perdu. Ses prunelles figées sur le faciès de Célania, celle-ci avait baissé les yeux et Pandélis savait pertinemment qu'il avait à nouveau refroidi un peu la chaleur qui s'était installé petit à petit – tout doucement, subtilement – mais il n'avait pu s'en empêcher et baissa les yeux à son tour, observant le thé qu'il tenait entre ses mains avant d'en reprendre une gorgée.

Son sourire avait disparu, et finalement, la voix peinée de son amie résonna à ses oreilles. Peut-être voulait-elle lui assurer que cela ne se reproduirait pas ? Peut-être voulait-elle lui dire qu'elle ferait le nécessaire pour ne pas avoir à disparaître une fois encore ? Il hocha doucement la tête, ne sachant que dire, ne sachant que rajouter. Il comptait sur elle, tout simplement, et il avait espoir de ne pas avoir à la perdre à nouveau – parce que si Caspian ne s'attachait pas à tout le monde, il était de ceux qui s'accrochaient pour de vrai – et sa voix résonna à son tour, bifurquant sur un autre sujet. Pourquoi ici ? Son regard s'était redressé, et il hocha doucement la tête en réponse à l'interrogation de l'ancienne disparue, avant de l'écouter avec intérêt. Il appréciait l'endroit, en vérité, même s'il avait mis un peu de temps à trouver cette auberge. Le Danemark avait un certain charme et dans un coin de sa tête – dans un coin de son cœur – il se promit de découvrir ces terres aux côtés de Lullaby. « Oh, non, pas du tout. Et puis si ça m'en avait causé, je m'en fiche. » parce que ça en valait la peine, n'est-ce pas ? dit-il en hochant la tête de manière assuré, le regard brûlant de témérité. Pandélis n'avait déjà pas voulu être Exorciste et si l'un d'entre eux était venu le voir pour lui dire que ses raisons n'étaient pas valables, le garçon aurait trouvé un moyen ou un autre de se retrouver ici.

Merci. Ce mot résonna en écho dans l'esprit toujours en ébullition du garçon. Mais peut-être était-ce aussi à lui de lui dire merci. Merci d'être encore là, de ne pas m'avoir oublié et d'avoir accepté de me voir. Son cœur se réchauffa davantage, et un sourire se dessina à nouveau sur ses lèvres – fleurissant comme cette amitié qui, après s'être abîmée, reprenait de plus belle, tout doucement. Il n'oublierait pas de lui dire merci mais pour le moment Célania continuait de parler et Pandélis hocha doucement la tête, partageant sans mal cette frustration qu'il avait ressenti à la bataille – tous ces non-dits lui explosant à la figure en comprenant qu'elle n'était pas morte – et son sourire se fissura un peu, les réminiscences lui revenant si vite. Il se souvenait encore de la surprise qui l'avait étreint lorsqu'il avait croisé ces yeux, lorsqu'il avait découvert ces cheveux bleus au milieu de la bataille – ces cheveux, ce visage qu'il pensait sous terre – et il croisa les bras sur la table, son regard s'étant attardé ailleurs se tournant de nouveau vers son amie. « Je te l'fais pas dire. D'un côté, je suis content d'avoir croisé Saphira en chemin par la suite même si la situation n'était pas très agréable. On a pu se retrouver comme ça. » dit-il d'une voix calme, ne pouvant encore totalement taire les rudes émotions qui le traversaient encore à l'égard de la pseudo mort de son amie. Elle avait cependant ce sourire désolé qui lui faisait mal. Que pouvait-il faire pour qu'elle sourit avec légèreté ? Que pouvait-il faire alors que la rancoeur qu'il avait à son encontre expliquait une part de ce qu'il voyait sur son visage ? Hésitant pendant quelques instants, Pandélis finit par tendre son petit doigt. « Faisons de cette amitié une promesse. » dit-il finalement, dans un presque murmure, un peu réservé. Un nouveau chapitre s'écrivait désormais et si le gamin à l'esprit créatif n'avait pas pu s'empêcher de remuer le couteau dans la plaie, il était encore ce garçon attachant et attaché, qui n'abandonnait pas ceux auxquels il tenait dans leurs tourments.

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mar 23 Fév - 22:35
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Absolument.
Et puisque c’était absolu.
Alors.
C’était immuable.


Absolument. Et aux paroles -aux gestes doux, aux gestes rassurants, aux gestes cléments, qui avaient accompagné tous ces mots- pour preuve, l’exorciste n’était pas le premier à approuver -et elle l’espérait, il ne serait pas le dernier-. Et. Ceux qui étaient loin -et qui aujourd'hui n’appartenaient plus aux souvenirs-, ceux qui étaient proches -et eux, ils avaient choisi de rester et c’était bien mieux comme ça-, toujours cette même conclusion. Cette même conclusion. Que son ami finissait par entrevoir et surtout, par accepter. Et. C’était bien tout ce qu’il fallait retenir -et autant l’inscrire dans la mémoire et dans les cœurs, là où il y avait une place- car c’était bien tout ce qui comptait. Alors. Peu importait -pour le passé comme pour le présent- le battement de sablier nécessaire.

Absolument.
Inscrit.
Inaltérable.


Alors. Simplement attendre -patiemment puisqu’il le fallait- que le sablier tourne -et en espérant que jamais, il ne puisse à nouveau s’arrêter-. Simplement retrouver ce qui avait été perdu -et ça, elle savait le faire alors elle ne craignait pas d’échouer-. Alors. Même si, quelques flottements parfois gênants -quand ils n’étaient pas seulement brisés par un sous-texte de rancune- s’instauraient, soulagée de constater que d’autre fois, l’échange semblait se faire moins amer -et peut-être même, à certains moments, elle avait l’impression de percevoir la flamme d’un passé appartenant à un souvenir si lointain et en même temps, si proche-, plus léger.

Alors pour aider.
La flamme du souvenir.
À devenir la flamme du présent.


Et surtout. Pour conserver cette amitié à laquelle ils tenaient tant -et il fallait bien l’avouer, malgré les quelques regrets, n’est-ce pas ?-, pour rendre à l’échange des airs de souvenirs -et alors, ils deviendraient présents-, elle voulait -tenait, en réalité- à répondre à autant d’interrogations, à autant d’accusations, que possible -mais il n’était pas question pour autant d’évoquer les Ombres qui rôdaient toujours dans un coin de la pièce -et de son esprit abîmé--. Et. Peut-être, absolument deviendrait maintenant.

Et.
À un nouveau soulagement qui lâchait son cœur de l’angoisse.
Un sourire.
Hésitant.
Mais présent -et après tous ces mois où il avait appartenu à quelqu’un d’autre, c’était bien que ce soit elle qui puisse enfin s'en servir-.


Car. Apprendre que cette rencontre n’avait été d’aucun souci ou d’aucune source d’ennui pour eux deux la rassurer bien plus que nécessaire -et en réalité, ce n’était jamais assez de savoir qu’aucun de ses proches n’était pas en danger-. Mais. Tout de même, une pensée lointaine. En songeant. Qu’il était presque étrange que l’exorciste ait pu s’absenter ainsi, sans besoin de s’expliquer, de rendre des comptes, après tout ce qui s’était passé. Mais. S’il assurait qu'il n’avait rencontré aucun obstacle. Alors. Elle voulait simplement le croire. Parce qu’ils étaient absolument amis.

« Et puis, » continua-t-il avec assurance, « si ça m'en avait causé, je m'en fiche. »

Et. Si le regard certain de Pandélis ne faisait que trouver écho dans ses mots -et ça aurait presque été amusant de constater à quel point il était sûr de lui -au point de réellement s’en ficher si quelqu’un avait osé le retenir--, elle, ne montrait cependant pas tant d’assurance dans l’acceptation de son explication. Car. Elle n’était pas certaine -loin de cette idée- que l’Ordre Noir ou même Central soient assez conciliants pour que l’on se permette de simplement “se ficher d’eux”. Car. Même si elle ne les craignait pas -même si, peut-être, elle aurait dû-, elle savait que pour survivre, il était important -obligatoire en réalité- de se soucier d’eux -de prendre au sérieux leurs décisions-. Et. Il aurait été préférable que son ami s’en rende compte également. Mais. Ce n’était pas -encore peut-être- l’instant pour prendre le temps d’expliquer une chose pourtant si évidente -pour cet instant, il fallait se concentrer sur plus important-. Car. C’était l’instant d’exprimer ouvertement -les incompréhensions, les doutes, les sentiments, les regrets- dans l’espoir de comprendre, d’excuser, de pardonner. Alors. Pas de faux-semblant. Pas de mensonge. Pas de détour. Simplement. La vérité -même si parfois, trouver les mots étaient toujours plus difficile-.

Mais. À la vérité et à ses mots. Un nouveau sourire sur le visage de Pandélis -et il atténuait enfin la grimace qui avait provoqué son mécontentement-. Et. Elle était heureuse de le revoir enfin -quand bien même, à cet instant, il ne semblait pas aussi amusé -plus faible, c’était le mot juste- qu’il l’avait été lors de nombreux autres conversations-. Mais. Elle n’oubliait pas. Absolument. Alors simplement. Elle attendrait.

« Je te l'fais pas dire. D'un côté, je suis content d'avoir croisé Saphira en chemin par la suite même si la situation n'était pas très agréable. On a pu se retrouver comme ça. »

Et. Simplement d’accord avec lui, elle hocha la tête en songeant. Qu’au moins. Cette étrange intervention en Allemagne aura permis d’inscrire cette rencontre dans une réalité plutôt qu’un souhait hypothétique. Alors. Ils n’avaient pas tout perdu -pas totalement échoué lors de cette fuite précipitée-. Ou. Du moins. Elle n’avait pas totalement tout perdu -car, une pensée pour Maxence qu’elle désespérait de sans cesse croiser sur les champs de batailles -dans les pires situations possibles- sans jamais pouvoir lui expliquer -mais peut-être -ou plutôt, surement-- que Maxence n’attendait plus ses explications depuis longtemps-. Alors. Si elle aurait dû s’en réjouir, une légère tristesse tout de même.

Et.
Comme pour ces Ombres de chagrin.
Un geste.
Soudain.


Brisant les quelques secondes de flottement qui l’avait précédé. Mais. Surtout. Brisant la distance qui les avait séparés. Alors. Une légère surprise pour fixer la main de l’exorciste -essayant de comprendre pourquoi il fallait du temps et pourquoi d’un coup, c’était comme s’il n’en fallait plus-, pour appréhender sa signification aussi vive qu’insolite. Et. Pour expliquer cet espoir nouveau -et alors son cœur semblait battre un peu plus fort-, seulement quelques mots.

« Faisons de cette amitié une promesse. »

Et. Ce n’était qu’un bref murmure. Et. C’était légèrement hésitant. Mais. Ça valait tellement davantage à ses yeux. Tellement, qu’il était nécessaire de ne pas se précipiter en acceptant trop rapidement. Car. Les promesses étaient -et seront toujours- d’une importante considérable et que Pandélis ne savait pas encore toute la vérité -et pourtant, c’était comme si ça lui suffisait puisqu’il n’en demandait pas plus-. Alors. Si l’absence de certaines explications n’était pas un problème à cette promesse pour lui. Elles n’en seraient pas un pour elle. Alors. Un geste et un sourire timide. Parce que ça valait tellement -et peut-être aussi, parce que les contacts étaient une habitude pas encore réellement retrouvé- et que c’était absolument important.

« D’accord. »

Et. Enfin. Une amitié restaurée -sauvée- mais surtout, une promesse scellée d’un simple échange -et pourtant, c’était tellement plus-. Alors. Un nouveau sourire. Soulagé. Car. Finalement, les choses semblaient enfin prendre un chemin acceptable et elle voulait le voir perdurer ainsi. Et. Pour rester sur cette voie, pour donner plus d’importance -de confiance, en réalité-, quelques autres explications sans doute nécessaires -et même si Pandélis les avait -volontairement ou non- omis, elle les jugeait trop marquantes pour les garder à jamais sous silence -il avait subi, il devait au moins savoir pourquoi--. Alors. Une simple gorgée d’eau -comme pour s’aider à parler- et ses doigts à nouveau entrelacés sous la table -comme pour se rassurer-.

« Tu sais… » Et. C’était toujours aussi difficile -peut-être encore plus que d’ordinaire- de trouver la façon la plus propice à des explications pareilles -d’évoquer des souvenirs douloureux -traumatisants- en faisant toujours croire que c’était du passé et que, maintenant, ça allait-. « Au départ… Quand je ne suis pas rentrée, je… Je n’avais pas encore réellement songé à déserter. J’avais… J’avais quelque chose d’important à faire et… Je devais le faire. » Et. C’était chaotique. Et ses mots soulevaient plus d’interrogations qu’ils n’apportaient d’explication mais ça -[cette fois-là]- elle ne voulait pas en parler en détail. « C’est après, quand j’ai retrouvé Gwen et qu’on a décidé d'imaginer les choses autrement que… Que j’ai compris que je ne rentrerai définitivement pas. Mais je n’ai pas tout abandonné pour autant, » ajouta-t-elle avec plus d’assurance -peut-être parce qu’elle voulait absolument le convaincre qu’elle n’était pas la méchante de cette histoire-. « Je n’ai pas quitté la guerre pour autant. »

Je ne vous ai pas abandonné pour autant.

Simplement. Le chemin pour arrêter la guerre, pour tous les sauver, n’était pas celui qu’elle avait emprunté aux côtés de la Congrégation. S’en était un autre. Qu’elle voulait emprunter avec ses amis.


© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mer 24 Fév - 21:36


you gave it all and i waited

La Congrégation tentait d'avoir les yeux partout, bien plus encore depuis que certains des anciens Exorcistes avaient décidé de partir. Pandélis savait que si Central retrouvait Célania ou l'un de ses compagnons cela ne donnerait rien de bon, et alors il n'avait pas parlé de leurs retrouvailles inattendues dans son rapport, se murant dans un silence qu'il respecterait toujours pour protéger ce qui lui était cher. Si Célania avait disparue une fois, s'évaporerait-elle encore si elle venait à être découverte ? La question traversa l'esprit du garçon originaire de Thèbes qui sentit ses muscles se raidirent un peu, mais il se rappela les paroles de son amie et tenta de se convaincre comme il l'avait fait encore quelques instants avant qu'elle ne le laisserait pas une fois encore. Et peut-être l'aurait-il mise en danger s'il était parti comme un voleur de cette fourmilière de soldats, mais il avait trouvé quelque chose qui semblait avoir tenu la route et il avait espoir qu'aucun soupçon n'ait germé dans les esprits de ceux à qui il ne portait pas une loyauté sans faille. Après tout, Pandélis n'était pas un soldat mais seulement un garçon passionné de création, parti à la recherche d'une poupée avant de devoir se battre contre sa volonté.

Célania l'avait vite remarqué lorsqu'ils s'étaient rencontrés et aujourd'hui ils se retrouvaient dans un contexte encore différent – celui des retrouvailles, d'une page qui se tourne et d'une amitié qui reste soudée malgré tout – et Pandélis avait fini par tendre son petit doigt à son amie. Le geste avait été hésitant mais terriblement sincère. Ce lien qu'il avait avec Célania valait plus que de simples échanges, plus que quelques sourires échangés et plus qu'une poignée de moments agréables. Elle l'avait recruté, lui avait permis de s'adapter à un monde qui n'avait jamais fait parti du sien (celui des Exorcistes, des Noés et des Akumas) et il s'agissait tout simplement de l'Aube Céruléenne en elle-même – marquante, inspirant confiance et attachante. Si Pépé Bias avait été encore là, sans doute aurait-il dit à son petit-fils que s'il trouvait quelqu'un de profondément inspirant, en faire la découverte serait profondément intéressant et le porteur de Creation lui aurait assuré que l'Exorciste l'avait inspirée. Inspiré à s'impliquer malgré tout, à combattre dans cette Guerre Sainte et à s'armer d'un peu plus de courage malgré toute la témérité dont disposait Pandélis, pour combattre mais aussi affronter les pertes multiples. Cette promesse était ainsi importante : elle résumait leur amitié jusque là et leur amitié pour après – un mélange entre passé, présent et futur – et le garçon ne put s'empêcher de sourire en entendant la voix de Célania résonner jusqu'à lui. D'accord. Le petit doigt accroché au sien, la promesse était scellée et le palpitant du jeune homme frémit de bonheur alors qu'il hocha doucement la tête.

D'accord. Ce simple mot défilait dans l'esprit du porteur de Pandore, qui sentait que les choses allaient sans doute être différentes désormais, mais pour quelque chose de meilleur. Cette promesse signifiait beaucoup, écrivait les prémices d'une amitié toujours plus soudée et si Pandélis n'était pas celui qui était le plus entouré, il était heureux de pouvoir dire que toutes les relations qu'il avait en dehors de sa famille étaient sincères. Buvant une gorgée, le cœur encore soulevé par cette vague de soulagement qui l'avait envahi, son regard était perdu sur le verre d'eau de Célania et revint vers elle lorsqu'elle reprit la parole. Elle abordait ce jour où elle avait disparue. Ce jour où elle s'était retirée, et si Pandélis ne l'avait pas forcé à tout raconter dans les moindres détails, il écoutait son histoire avec attention et intérêt. Certains mots – plus que d'autres – firent écho dans son esprit intrigué. Quelque chose d'important. Elle avait le faire et le créateur avait de nouvelles questions en tête mais il n'eût pas l'occasion de les lui poser. Célania continuait, emportée dans des souvenirs qu'il ressassait avec elle dans un angle qui lui appartenait à lui – celui de l'ami qui avait appris une mort dont il avait dû se remettre sans qu'on lui laisse un quelconque répit. Faire les choses autrement ? De quoi parlait-elle ? C'était à partir de cet instant que sa décision avait été prise et Pandélis se demandait bien quel autre chemin avait-elle pu emprunter. Elle n'avait pas abandonné la Guerre lorsque le garçon avait cru que la vie l'avait abandonné elle pour l'enterrer six pieds sous terre. Le sourire disparu, le visage de l'Exorciste laissait paraître une mine intriguée, un regard curieux, un esprit bousculé par de nombreuses questions. « Qu'est-c'que tu as fais ? Qu'est ce que tu as imaginé autrement ? Si tu me fais confiance alors... » commença t-il d'une voix calme avant de reprendre, ses doigts se resserrant légèrement autour de sa tasse. « Si tu me fais confiance, alors je veux bien que tu me fasses part de tes projets. » assura t-il, prêt à entendre Célania lui raconter ce qu'elle voulait dire par je n'ai pas quitté la guerre pour autant.  

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Jeu 25 Fév - 22:18
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




D’accord.
Et c’était une promesse.
Et c’était une amitié.
Et c’était une réciprocité.
Et c’était une confiance.


Alors. Puisque c’était bien plus qu’un simple échange qui se terminerait ainsi. Bien plus que de simples retrouvailles qui faneraient aussitôt qu’on cesserait de les alimenter. Alors. Il était enfin possible de parler. D’exprimer. D’expliquer. Même si. C’était mettre des mots -mettre des souvenirs- sur les atrocités -et ça les rendaient toujours plus réels- que les derniers mois avaient abrité -et en parler, évoquer, c’était toujours aussi compliqué -difficile- qu’elle l’avait imaginé-. Et. Puisqu'il n’y avait pas qu’elle que ça touchait. Puisqu’il était à présent concerné. Son sourire soulagé, qui semblait s'effriter petit à petit -à mesure qu’un non-dit se révélait mais qu’un mystère se créait-. Petit à petit, pour laisser sa place à un intérêt certain -et cette curiosité minutieuse qu’il possédait, comme un trait de personnalité marquant -et c’était peut-être quelque chose de propre aux inventeurs et ingénieurs, de toujours vouloir comprendre- qu’elle n’avait pas oublié-, attentif, réagissant subtilement à certaines évocations en particulier.

Mais.
Malgré la curiosité.
Malgré les questions.


Aucun mot de sa part. Aucune intervention. L’exorciste écoutait, simplement, sans jamais l'interrompre. Et. Au fond, elle lui en était reconnaissante. Car. Parler. Exprimer. C’était suffisamment difficile de cette façon. Entrecouper de questions, d’explications, reprendre un récit déjà bien trop compliqué lui aurait semblé impossible -et de toute façon, elle n’avait jamais été très éloquente, ajouter une complexité supplémentaire était bien inutile-. Alors. Puisque toutes ses interrogations s’étaient inscrites dans un silence que lui seul était capable de déchiffrer, il fallait les partager. Alors. Une brève explication -et cette explication, elle n’aurait contenté personne en réalité, il en fallait toujours plus- qui prenait fin. Et. La voix étrangement calme -et elle s’était presque attendu à ce qu’il lui demande plus de détails de façon trop impatiente, empressée- de Pandélis pour exprimer, saisissant le moment qui semblait le plus opportun.

Et.
Questionner.
Pour comprendre.
Pour construire -un futur commun-.
Pour réparer -une amitié-.
Et elle reconnaissait bien cette façon de procéder.


« Qu'est-c'que tu as fait ? Qu'est-ce que tu as imaginé autrement ? Si tu me fais confiance alors... » Alors ? « Si tu me fais confiance, alors je veux bien que tu me fasses part de tes projets. »

Alors. Déjà deux questions -et ce n’était pas beaucoup mais pour le moment, c’était déjà bien assez-. Deux questions. Et. Une qu’elle préférait ignorer -et ce n’était pas juste mais ce n’était pas une question de confiance cette fois-. Car. Qu'est-c'que tu as fait ? C’était un souvenir horriblement monstrueux rendu presque difforme par le traumatisme qu’elle ne voulait plus évoquer -car il était déjà bien trop présent dans le silence le plus total-. Alors. Puisque la deuxième semblait appeler tant et tant de paroles -encore et toujours trop de paroles mais elles étaient aussi nécessaires qu’importantes-. Alors. Peut-être, réussir à ignorer, à faire oublier, la première. Et. Ses questions. Mais aussi, sa demande. Si tu me fais confiance. Et. Ça l'aurait presque vexée. Car. Après ce rendez-vous -aussi dangereux pour l’un que pour l’autre-. Après ces confidences -et s’expliquer, elle ne l’avait pas fait et ne le ferait pas auprès de tous-. Après la promesse -elle valait, n’est-ce pas ?-. Pourquoi parler encore de confiance alors que, seulement, l’évidence. Mais. Les détails n’étaient que des détails -inutile de le relever et de prendre le risque de vexer -encore plus après tout ce qu’il avait vécu--.

Et.
Les détails qui n'étaient que des détails.
Inutiles pour le moment.


Alors. Simplement évoquer et tenter d’expliquer ce qui résumait -ce qui semblait le plus logique et le plus important-. Faire part de ses projets. Non. Pas seulement les siens. Ceux de tous ses si chers amis. Leurs projets. Mais. Comment expliquer avec fluidité quand les mots étaient toujours si compliqués à trouver -encore plus dans ces situations tellement essentielles-. Mais. Aussi -puisqu’il fallait aussi l’aborder- une légère crainte. Le créateur lui faisait confiance -et c’était réciproque, malgré le détail-. Mais. Malgré l’amitié, une légère crainte de sa possible future réaction. Car. Lorsqu’elle parlerai -lorsqu’elle voudrait lui faire comprendre, convaincre- accepterait-il pour autant la possibilité d’un pareil projet -de tout ce qu’elle pourrait lui dire-. Car. Malgré l’amitié, c’était si différent de ce qu’ils avaient songé jusqu’ici. Mais. Si tu me fais confiance. Alors. Il fallait simplement trouver ses mots et éclaircir les questions, justifier les choix. Alors. Qu'est-ce que tu as imaginé autrement ?

« Une autre issue à la guerre, c’est ce qu’on cherche, » commença-t-elle, hésitante toujours, cherchant ses mots encore. Car. La motivation pourrait paraître bien stupide -folle, en réalité-. « On… On nous a toujours dit que cette guerre était binaire, que c’était ainsi et que ça ne devait pas changer. Nous, les gentils. Les Noés, les méchants. Et tous ceux qui pouvaient sortir du rang, des déserteurs à éliminer… » fit-elle tristement, comme pour insérer à l’histoire un contexte pourtant bien logique que tous deux connaissaient déjà. « On doit juste… Simplement, obéir, à tout, sans poser de question, être d’accord, quand bien même c’est mal préparé ou horriblement dangereux. Les Bermudes, Édimbourg, les déchus, c’était juste un suicide irréfléchi… On doit détester nos ennemis, leur accorder aucune chance… »

Et tout ça. Tout ça. Ça la répugnait tellement que c’était presque ce qui la poussait à continuer sans jamais se reposer. Sans jamais se relâcher. Car. Des actions, des missions, des interventions à la préparation quasiment inexistante et à l’impatience, à la spontanéité qui avait fait tomber tant et tant de soldats -et peu importe le camp, c’était toujours le même constat-. Et cette désinformation. Ou plutôt. Cette manipulation. À faire croire qu’en face, c’était simplement des monstres. Et. Qu’en les éliminant dans le sang et la douleur, c’était un acte héroïque. Glorifié. Mais qu’en était-il. De l’humanité. Faire combattre des enfants, des personnes qui ne le voulaient pas. Les obliger à commettre des méfaits, des crimes. Et. Tout ça. Pour quoi ? Pour une guerre que personne ne semblait réellement comprendre ? Les informations étaient dissimulées, cachées, même aux combattants. Alors. Comment parler de confiance et non pas de manipulation. Stupides -pas tellement en réalité, ils savaient très bien avec quoi ils jouaient et comment ils le faisaient- orgueilleux. Et. En réfléchissant. Ses poings qui se serraient sous la table.

« Je ne veux plus avoir à obéir sans réfléchir, sans être d’accord, sans avoir considéré les risques, » ajouta-t-elle après quelques secondes, toujours nécessaires. Et. Cette fois, fixant son ami avec une conviction nouvelle. Espérant, que lui aussi, lui fasse suffisamment confiance pour comprendre la suite. « Et… J’ai des amis, des Noés. Ils ne sont pas tous comme on nous les a décrit, tu sais. Certains sont… Comme nous, en réalité. Aveuglés, contraints, obligés, mais ils ne souhaitent pas se battre non plus. Alors… Peut-être qu’en trouvant une autre solution, qu’en la mettant au grand jour, on pourra stopper cette guerre sans avoir à s’entre-tuer les uns les autres. Pour le moment, on essaie juste de les empêcher de se battre inutilement mais je compte bien trouver une réelle solution. »

Et. Pour ça. Il faudrait qu’ils soient enfin pris au sérieux. Pour ça. Il faudrait avoir un groupe solide. Une organisation. Des ressources. Et surtout. De quoi convaincre.

© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Dim 21 Mar - 19:25


you gave it all and i waited

Le cœur de Pandélis frémissait de curiosité à l'égard des paroles que Célania avait prononcées, mais le garçon avait gardé ce calme presque pensif, intrigué, son esprit tentant de chercher par lui-même ce qui se cachait derrière ces mots, derrière ce je n'ai pas quitté la guerre pour autant. Que voulait-elle dire ? Que voulait-elle lui dire ? Elle semblait chercher ses mots – elle semblait chercher cette façon de dire les choses, qui entraînerait sans doute le porteur de Pandore à son tour,  parce qu'elle avait cette manière d'inspirer les autres, de l'inspirer lui et les quelques premiers mots qui dépassèrent la barrière de ses lèvres soulevèrent le palpitant du jeune homme derrière sa cage thoracique. Une autre issue à la guerre. Vraiment ? Les yeux de Pandélis s'écarquillèrent légèrement et l'espoir qui trônait dans sa chair se fit plus fort encore, comme si l'on venait d'embraser davantage cette aspiration à la paix. N'était-ce pas ce que le garçon avait toujours voulu dès qu'il avait été contraint de rejoindre la Congrégation de l'Ombre ? S'ils trouvaient un autre moyen que celui de collectionner les morts sur les champs de bataille, c'était l'opportunité de construire la vie qu'il avait souhaité mener après avoir trouvé la trace de Lullaby.

Alors ses yeux reflétaient sans mal ce dont son cœur était submergé : l'espoir, d'abord, mais aussi l'impatience de connaître la suite, et elle ne tarda pas à arriver, Caspian écoutant avec un intérêt toujours plus grand les paroles de Célania. D'un côté, les méchants. De l'autre les gentils. Il était vrai que le tableau avait été peint ainsi, accusant les uns, admirant les autres. La Guerre Sainte était bâtie sur des extrêmes, excluait toutes ces nuances du bien et du mal, du pardonnable et de l'impardonnable. Pandélis n'avait jamais adhéré à cette vision radicale qu'encourageait à voir la Congrégation (et sans doute Adam lui-même) et il avait vu de ses propres yeux les dégâts causés par cela. Des morts, des structures effondrées, un bonheur dissipé et du chagrin à foison – les cœurs fissurés de toute part, brisés comme un vase envoyé valsé au sol. Les Bermudes. Édimbourg. Les déchus. Les souvenirs étaient plus ou moins frais mais tout aussi poignant. Quand est-ce que cela cesserait ? Quand est-ce que l'on arrêterait d'envoyer des soldats à la mort, vers un danger face auquel personne n'échappait ?

Pandélis hocha doucement la tête, son cœur se serrant en entendant tous ces mots – ces mots si bien choisis, ces mots qui se bousculaient dans l'esprit bouillonnant d'imagination du garçon – et ses yeux se teintèrent d'une certaine amertume, s'abaissant vers ses mains qui tenaient sa tasse de thé devenue tiède. Tout ça – toute cette détresse, toutes ces catastrophes – Pandélis en était conscient. Et maintenant, c'est quoi le plan ? Et maintenant, qu'est-c'que tu proposes ? Le regard du jeune homme se redressa vers l'Aube Céruléenne – vers cette amie qui avait ces allures de leader, revêtant le courage et forçant l'admiration. Ses yeux parlaient pour lui, remplis de cet espoir qui reprenait le dessus sur l'amertume. La conviction qu'il percevait dans les prunelles de la disparue résonnait tout entier en lui, et chaque parole s'ancra dans sa mémoire. Des Noés aussi avaient une vision différente du monde qu'on leur avait toujours peint blanc et noir – sans gris, sans plus de nuances, sans rien d'autres qu'une victoire à remporter, un camp à faire dominer – et Célania avait l'intention de trouver une solution à cette guerre. Elle voulait la faire cesser, empêcher les conflits d'avoir lieu, endiguer les batailles à venir. Célania avait l'intention d'obtenir la paix sans écraser ni les uns ni les autres et cela résonnait si fort dans la poitrine de Pandélis. Son cœur rata un battement.

Retrouver la stabilité, retrouver la paix – chasser la souffrance et la violence. Tout cela résonnait si fort, et son regard s'embrasa de détermination, son poing refermé venant légèrement taper la table alors qu'un sourire se dessina finalement sur ses lippes – plus grand qu'il ne l'avait été jusque là face à elle en la retrouvant ce jour. La rancune croulait sous tous ces sentiments qui pulsaient dans les veines du porteur de Pandore. Il en avait assez de cette guerre. Il en avait assez de ce monde déchiré. « J'en suis, Célania ! Si tu veux stopper cette Guerre, je veux t'aider. » dit-il, le cœur battant d'allégresse, d'une conviction plus renforcée que jamais – et ses rêves d'enfants, ses rêves d'adolescents défilaient dans son esprit. Il imaginait les voyages innombrables, l'échange entre les uns et les autres, mais aussi son monde en sécurité. « Alors, tu mènes tout ce groupe, c'est ça ? Vous êtes nombreux ? Comment vous avez fait, pour arriver aussi vite la dernière fois ? » demanda t-il, emporté par cette idée qui l'avait convaincu sans surprise. Pandélis n'était pas un garçon fait pour la guerre. Il était de ces rêveurs qui voulaient façonner un monde laissant libre cours à l'imagination, à la liberté et à l'amour.  

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mar 23 Mar - 14:59
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Et c’était une amitié.
Et c’était une confiance.
Mais surtout.
Ça semblait être.


Un espoir. Une conviction. Immuable. Qui brillait d’une lueur infaillible dans les yeux de porteur d’Innocence. Et. Même si son visage semblait garder une impassibilité et un calme qui le caractérisait presque -et la rancœur semblait enfin s’être totalement dissipée et c’était sans doute un soulagement qui l’aidait à trouver ses mots plus facilement-. Et. Même si son corps semblait davantage se concentrer sur ses paroles que sur les sentiments qu’ils évoquaient derrière cet uniforme si reconnaissable -et elle se souvenait vaguement du jour où elle l’avait quitté pour ne plus jamais le remettre-. L’espoir. Toujours. Et pourtant. Elle ne comprenait pas. Ses mots -hésitants -qui parfois ne trouvaient de sens que dans ses souvenirs--, si loin d’être éloquents -et ils n’avaient pas été énoncés pour être entraînants, ils étaient à peine pertinents- n’avaient eu pour but que de répondre aux questions -tellement nombreuses- de son ami. Alors. Pourquoi cette lumière dans les yeux de l’exorciste.

Et la réponse.
Elle était là.
Derrière l’espoir, derrière l’ombre châtaigne.
L’aigreur.
Elle était là.
Elle était la même pour ceux qui avaient vécu trop de guerres et d’horreurs.


Mais. Elle ne comprenait toujours pas. Si arrêter la guerre pouvait résonner -comme une douce espérance emplie d’optimisme -de mensonges pour d’autres- à laquelle on voulait désespérément s’accrocher- aux oreilles de ceux qui avaient trop souffert. Comment. De simples phrases -incertaines car toujours aussi difficiles de s’expliquer- presque murmurées avaient pu créer tant d’échos chez son ami. Tant de volonté. Et. C’était étrange. Car. Elle savait -elle l’avait toujours vu dans ses paroles, dans ses gestes, dans son regard- que cette guerre ne l’avait jamais bercée d’illusions et de bons sentiments comme elle l’avait fait avec elle. Elle savait qu’il avait toujours vu cette horreur telle qu’elle était réellement. Mais. Jamais. Il n’avait semblé la rejeter -surtout jamais autant qu’aujourd’hui-. Alors. Pourquoi aussi soudainement alors qu’il avait semblé que jamais. Non. En soi. Ça faisait simplement partie d’une logique que l’Ordre Noir avait instauré lui-même. Contester, montrer des doutes, s’impliquer moins qu’il ne le fallait. C’était sans doute suffisant pour inspirer une surveillance accrue. Alors. Faire semblant. C’était ce que beaucoup semblaient faire. C’était sans doute ce que Pandélis avait fait. C’était ce qu’elle avait fait. Alors. Une certaine logique et une réponse évidente à sa question intérieure. Ses paroles n’avaient rien fait naître. Elles avaient juste réveillé ce qui avait été dissimulé.

Et.
Un bruit sec.
Comme pour la ramener à l’instant présent.


Alors. Garder loin ses songes pour se concentrer sur l’exorciste. Sur son poing qui venait de heurter la table -et elle ne comprenait pas cet engouement soudain -elle n’aimait pas les débordements et tout ce qui pouvait faire trop de bruit--, sur ce sourire confiant sur son visage, sur cette lueur toujours présente dans son regard.

« J'en suis, Célania ! Si tu veux stopper cette Guerre, je veux t'aider. »

Et.
C’était presque une exclamation en réponse à l’écho.
C’était un espoir et une conviction.
Et.
Il n’était même plus question d’amitié.


Alors. Son regard interrogatif sur lui. Pour essayer de comprendre ce qui l’avait tant touché dans ses réponses alors même que plusieurs minutes auparavant, il ne lui pardonnait pas de s’être lancée dans ce projet -de l’avoir laissé en arrière, en réalité, non ?-. Ce qui l’avait tant convaincu au point de vouloir prendre des risques aussi fous qu’inconsidérés. Car. En réalité, elle n’avait jamais imaginé le persuader de quoi que ce soit. Seulement. Voulu se faire pardonner.

« Tu… » Et en vérité, c’était plus que de l’interrogation, c’était de la surprise, et ça avalait ses mots avant même qu’elle ne puisse les prononcer. « Tu te rends bien compte qu’en faisant ça, tu deviendras l’ennemi de tous ? Que tu ne seras jamais en sécurité ? Que tu vas abandonner tes amis, tous les liens que tu as à la Congrégation ? C’est… C’est ce que tu m’as reproché, ce que tu ne m’as pas pardonné alors… Pourquoi ? »

Pourquoi ça lui paraissait si injuste.

Et. En réalité, cette flamme, cette confiance, cet espoir. Ils auraient dû la réjouir. Cette amitié et cette promesse qui voulaient perdurer malgré tout auraient dû la faire sourire. Mais. Il y avait quelque chose -et elle ne savait pas si c’était de l’incompréhension ou de l’amertume -des regrets-- qui l’en empêchait. Et. Ce regard qui la fixait. Ce qu’elle y voyait, elle ne pouvait pas l’assumer.

« Alors, tu mènes tout ce groupe, c'est ça ? Vous êtes nombreux ? Comment vous avez fait, pour arriver aussi vite la dernière fois ? »

Ce qu’elle y voyait.
Elle ne voulait surtout pas avoir à l’assumer.


Mener un groupe. Être une meneuse. Une leadeuse. Si cette conversation avait été plus légère, si elle n’avait pas eu tant d’importance, elle en aurait sûrement ri devant l'absurdité. Combattre ses propres peurs, prendre ses propres décisions, était déjà suffisamment difficiles. Elle n’avait ni le potentiel, ni l’envie, de s’occuper de celles des autres et surtout pas -jamais- de devoir assumer de mauvaises décisions et toutes leurs conséquences. Jamais.

« Non, » répondit-elle catégoriquement. « En aucun cas, je ne dirige notre groupe. Chacun prend ses propres décisions, je n’oblige personne à combattre ou à participer. Je n’ai pas quitté la Congrégation pour reproduire ses erreurs. »

Ne me regarde pas comme ça.
Je ne suis pas comme eux.
Je ne suis pas une meneuse.


Et. Si elle avait pu paraître contrariée. Si elle avait pu vexer. Un soupir pour se reprendre. Pour continuer plus posément. Il n’avait pas voulu lui imposer ce rôle. Il n’avait pas voulu la comparer à eux. C’était simplement une confusion. Entraînée par cette conviction nouvelle qui l’habitait.

« Tu t’en doutes, on n’est pas beaucoup, » reprit-elle plus doucement, espérant que cette saute d’humeur n’ait pas blessé son ami -et les sautes d’humeur, il faudrait qu’il s’y habitue car si elles s’estompaient petit à petit, elles étaient toujours présentes-. « Tout ça, c’est assez récent et trouver des personnes qui partagent nos idées n’est pas forcément aisé. On est loin d’avoir la puissance nécessaire pour avoir un réel impact pour le moment… Stopper les combats lors de l’attaque à déjà était un défi un soit et… La conclusion a été dramatique… »

Deux déchus. Un abattu -et ce pauvre porteur d’Innocence qui avait perdu la vie pour la stupidité et la cupidité d’autres-, l’autre ramené parmi les vivants grâce à Destiny. Mais à quel prix ? Le Vatican rasé et des centaines de vies soufflées. Disparue à jamais. Ne laissant que tristesse et chagrin. Toutefois. Restait aujourd’hui une autre question. Et Pandélis en avait tellement que ça lui donnait presque le tournis. Et Pandélis en avait tellement que ça ressemblait presque à un interrogatoire. Mais. Il était son ami. Et. Il avait promis. Alors. Elle voulait s’accrocher à cette promesse pour espérer.

« Et pour répondre à ta dernière question, on a simplement emprunté l’Arche. Avec l’attaque surprise, elle n’était plus vraiment surveillée, on a pu s’infiltrer facilement. On est peut-être plus exorcistes mais on sait toujours où se trouvent les portes, » dit-elle dans un haussement d’épaules.

Car.
Même s’ils n’étaient plus.
Il ne fallait pas oublier qu’ils l’avaient été.



© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Jeu 20 Mai - 23:02


you gave it all and i waited

L'espoir s'était mis à pulser dans ses veines, recouvrant pour un instant cette rancune que Pandélis avait ressenti – et ressentait encore – à l'égard de cette amie fraîchement retrouvée. Elle semblait avoir des idées pour en finir avec cette guerre et cela avait attisé la curiosité du garçon. Cela avait fait remonter ce désir qu'il avait toujours eu de mener une vie paisible après avoir été cherché Lullaby – après l'avoir retrouvé – et si la Guerre l'en empêchait aujourd'hui, peut-être ne serait-ce plus le cas demain. Le créateur était rêveur – les idées défilant toujours par milliers dans son esprit, le faisant vagabonder dans des pensées dans lesquelles il avait toujours aimé se perdre – mais Célania l'était beaucoup moins et alors qu'un sourire affirmé s'était dessiné sur les lippes de l'Exorciste, celui-ci se crispa. Elle le ramenait d'un instant à l'autre à la réalité, repoussant ces idées presque chimériques – et pourtant si précieuses à ses yeux – et alors ses doigts qui avaient tapé légèrement sur la table se portèrent à sa tasse de thé, ses yeux à la lueur moins lumineuse subissant  le regard interrogatif de Célania.

La voix de son amie qu'il avait cru disparue résonnait jusqu'à lui, lui exposant ce à quoi il devrait faire face s'il venait à la suivre mais aussi son incompréhension face aux reproches qu'il lui avait fait et qu'il semblait vouloir réaliser à son tour. Pourtant, les choses n'étaient pas pareilles et les sourcils de Pandélis se froncèrent, sa mine se fermant, cette rancune qui avait été un peu étouffée par l'espoir reprenant cette place dominante qui avait dicté son attitude tout au long de leurs retrouvailles. « Je t'ai reproché de t'être fait passé pour morte, de m'avoir laissé faire mon deuil sans jamais me donner de tes nouvelles d'une manière ou d'une autre. Si je te suis, je ne reproduirai pas le même schéma. » dit-il d'un ton sec – et peut-être avait-il été dur une fois encore, mais le garçon était encore blessé et il n'oubliait pas (il n'oublierait pas) ce jour où Célania était partie pour ne jamais revenir (jusqu'à aujourd'hui). Tu deviendras l'ennemi de tous. Tu ne seras jamais en sécurité. Au-delà de sa surprise quant à ces mots que le garçon avait prononcé, Célania lui avait fait part de ce qu'il encourait s'il venait à la suivre. La Congrégation ne faisait pas de cadeaux aux traîtres, Pandélis le savait et s'il tournait le dos à l'organisation, nul doute qu'il les aurait à sa poursuite. Pourtant, ses idéaux étaient plus important et après tout, jamais le porteur de Pandore n'avait souhaité être mêlé à tout ça. Il se rappelait, comme si c'était hier, de l'Aube Céruléenne venant à sa rencontre pour l'emmener entre ces murs froids.

Si la guerre cessait, ils retrouveraient tous une vie ordinaire ou s'en construirait une jour après jour. Si la guerre disparaissait, il pourrait tenir son atelier et voyager tranquillement aux côtés de Lullaby. « J'ai conscience de ce que j'encours. Je serai prudent, mais je ne reviendrai pas sur mes mots. » souffla t-il, décidé, ses bras se croisant sur sa poitrine alors que son sourire était encore fané, ses pensées le ramenant à ces quelques amis qu'il ne pourrait plus côtoyer aussi souvent qu'il avait eu l'habitude de le faire – mais il avait espoir que Lullaby soit à ses côtés et plus que toute autre personne, elle était son monde et s'il pouvait la garder près de lui alors il était sûr de faire tout ce qui était en son pouvoir pour rester prudent et attentif au danger. Puis, sa curiosité s'était manifestée une fois encore, son esprit emporté par ces idées que son amie portait avec d'autres, et sa réponse fût catégorique, faisant doucement hocher la tête à l'Exorciste dont les yeux restaient figés sur le faciès de la jeune femme. Il n'était pas question de diriger seule ou même de diriger qui que ce soit. Chacun était libre – chacun pouvait agir comme il l'entendait et Pandélis appréciait ce fonctionnement contraire à celui de la Congrégation.

Après tout, il n'avait jamais combattu par choix mais le destin en avait décidé autrement, obligeant le garçon à affronter la guerre et ses horreurs, à prendre du recul par rapport aux réminiscences déplaisantes qui s'étaient incrustées dans son cœur en voyant la peine, les pertes et la peur dans les yeux des uns et des autres. « Ce n'est pas ce que je voulais dire. Je sais bien que tu n'es pas comme eux. » souffla t-il d'une voix assurée, bien qu'un peu renfermée après cet enthousiasme que la jeune femme avait étouffé. Et la voix de Célania reprit – un peu plus posée, un peu moins catégorique comme si cette ambiance lourde qui s'était épaissie après l'espoir atténué devait disparaître et laisser place à ce sentiment agréable qui découle entre deux amis (celui-là même que Pandélis et l'Aube Céruléenne avaient fait fleurir au fur et à mesure). Le jeune homme l'écoutait avec attention, le palpitant encore partagé entre ces émotions aussi fortes l'une que l'autre. Ils n'étaient pas encore très nombreux – recruter était difficile et lorsqu'elle mentionna les derniers événements, Pandélis baissa les yeux, les détournant vers sa tasse de thé qui avait finalement refroidi. Il se rappelait de ces garçons prisonniers de leur propre Innocence, incapables de se dépêtre de leurs alliées retournées contre eux – dévorantes et fatales. Personne n'avait rien pu faire. Pourtant, une bataille de perdue ne pouvait les décourager de continuer à tenter. Pandélis voulait aider son amie à stopper toute cette horreur, et il acquiesça une nouvelle fois en entendant la dernière réponse à toutes ces interrogations qui lui avaient envahi l'esprit. Ils avaient fait de leur mieux. « Je suis prêt à t'aider. Si quelque chose vous manque, je peux essayer de vous arranger. » dit-il, d'une voix confiante, son regard brillant de cette persévérance et de ce sérieux dont il savait se revêtir se posant à nouveau sur son amie. Le garçon à la tête gonflée de rêves était aussi devenu soldat malgré lui et s'il pouvait aider cette amie – la promesse gravée dans un coin de sa tête – alors il voulait faire de son mieux et façonner un monde nouveau.

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Lun 28 Juin - 16:26
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Selon toi.
Est-ce que ça finira par disparaître.
Après tout.
C’était promis.
Non ?


Mais. À nouveau -parce que c’était comme un lointain souvenir à un sentiment -qui pourtant devrait disparaître le plus tôt possible-- les sourcils de l’exorciste -l’était-il encore à présent- qui s’inclinèrent, comme une réponse au mécontentement ressortant de la réponse.

« Je t'ai reproché de t'être fait passé pour morte, de m'avoir laissé faire mon deuil sans jamais me donner de tes nouvelles d'une manière ou d'une autre. Si je te suis, je ne reproduirai pas le même schéma. »

Ah. Alors.

Alors, en réalité. Il ne comprenait toujours pas, n’est-ce pas ? Mais. Ce n’était pas -si- important. Et. En réalité. Ce n’était ni le moment, ni l’endroit pour évoquer cette question -pourquoi n’aurait pas de réponse aujourd’hui- et se perdre en paroles secondaires -oh, et s’il abandonnait -non, s’il rejoignait- alors les paroles pourraient avoir lieu un autre jour -alors ce n’était pas important-. Car. Aujourd’hui, bien d’autres sujets plus importants qui devaient être évoqués -et la promesse qu’elle ne voulait pas oublier pour croire -qu’elle pouvait avoir confiance -toutefois, pas sûre que Gwen soit de cet avis, encore moins facile de la convaincre, il faudrait lui parler pour que -non, pas maintenant-- mais surtout, que le mécontentement finirait par disparaître complètement un jour ou l’autre-.

Alors.

Ignorer ce sentiment dérangeant -et c’était entre l’agacement, l’injustice et la tristesse, elle n’en était pas réellement sûre- qui ne lâchait pourtant pas son cœur. Pour se concentrer sur l’important. Sur ce qui comptait réellement à cet instant. Pandélis et son optimisme. Pandélis et sa décision. Rejoindre ce projet -totalement- fou qu’ils avaient, les yeux brillants d’impatience et d’assurance. Ah, attends, est-ce que. Alors. Une légère crainte qui la prenait, en songeant -sans doute à tort- qu’il s’était laissé -un peu trop- emporter par ses explications et les événements -car en réalité, la guerre n’était pas plus belle vu de leur camp-. Alors. D’une importance capitale de lui faire comprendre -qu’il se rende compte- ce que ça signifiait réellement -ce qu’il encourait réellement. Car. Pas question -surtout pas- de l’entraîner une fois de plus dans une -terrible- guerre qu’il ne voulait -plus- pas vivre. Pas tant qu’il n’en aurait pas perçu toute l’ampleur -une fois cette erreur, pas deux-. Mais. Malgré tout. Toujours cette lueur déterminée dans les yeux de l’exorciste -non, plus maintenant- et cet air résolu sur son visage. Et. Ce regard, elle le connaissait bien. Alors. Un soupir résolu en comprenant. Qu’il n’était plus nécessaire d’essayer de convaincre ; Pandélis avait pris sa décision, il ne changerait pas d’avis.

Alors.
N’oublie jamais le danger.


« J'ai conscience de ce que j'encours. Je serai prudent, mais je ne reviendrai pas sur mes mots, » déclara-t-il avec son visage décidé -oui, ce n’était plus la peine d’essayer, il ne voudrait pas car à présent, il voulait bien trop-. Et. Si c’était rassurant de songer que le Créateur serait à présent à leurs côtés. C’était en réalité tout aussi inquiétant de le savoir à leurs côtés -car c’était une nouvelle personne à surveiller, une nouvelle personne pour qui s'inquiéter -et il y en avait déjà tellement-. Mais. Il était sûr de lui. Il fallait simplement l’accepter.

Mais.
S’il te plaît.
N’oublie jamais le danger.


« Très bien, » finit-elle par accepter -et elle était aussi heureuse qu’elle était inquiète et c’était quelque peu étrange à supporter comme sentiment-, pas sûr toutefois qu’elle aurait dû.

Et toujours. Ensuite. La curiosité de Pandélis. Car. Il voulait toujours tout savoir -et pourtant, certaines choses lui échappaient encore et avec cette nouvelle perspective, il semblait les oublier pour un temps -et c’était mieux ainsi--, tout connaître. Et. C’était peut-être une dilution de sa passion sur ses mots -car pour comprendre, il fallait étudier, non ?-. Mais. Heureusement, il avait fini par comprendre le plus important -et c’était réellement le plus important-, l’organisation de leur petit groupe -et elle lui était presque reconnaissante de ne pas lui attribuer ce rôle à tort-. Et surtout. Ça semblait lui convenir.

Alors.
Tout allait bien -non surement pas mais aujourd'hui, ça y ressemblait pourtant- ?


Mais. Toujours. D’autres questions qui appelaient d’autres réponses -et de la patience- pour toujours mieux comprendre et appréhender la suite -et ça devenait difficile de parler autant -mais ça, il ne pouvait pas le savoir- mais au fond, elle le lui devait-. Et. Quand enfin elle eut fini d'expliquer, lorsque tout sembla -presque- clair et qu’il n'eut plus de questions qui appelaient des réponses. Il ne resta que ce regard, toujours aussi décidé -toujours presque impatient -et avec un semblant d’amusement, elle eut presque l’impression d’y déceler une nouvelle question -par où on commence ?---.

Alors.
C’était une nouvelle histoire qui s’écrivait pour l’exorciste.
Un nouveau chemin -et il avait déjà un pied pour commencer à le parcourir -trop pour renoncer--.


« Je suis prêt à t'aider. Si quelque chose vous manque, je peux essayer de vous arranger, » annonça-t-il finalement -ah, toujours cette assurance qui ne le quittait plus- car il fallait commencer à écrire -à vivre- cette nouvelle histoire.
« Tu veux déjà partir en mission ? » se moqua-t-elle doucement en l’entendant.

Même si. Il fallait bien reconnaître. Qu’il avait raison. Pandélis voulait les rejoindre. Mais. Il était encore exorciste sous la tutelle de la Congrégation. Et. Avant que la roue ne tourne encore. Avant que sa future désertion ne soit connue de tous. Profiter de son statut. Alors. Pensive l’espace d’un instant, ses yeux fixèrent son verre d’eau. Des choses qui leur manquaient… En réalité. Il y en avait bien des centaines -à commencer par un logement décent-. Des informations, du matériel. De quoi faire pencher la balance des forces. Il leur manquait tout. Mais. Pandélis ne pouvait pas tout régler. Et encore moins prendre des risques inconsidérés -non, ça, c’était hors de question-. Et. Surtout. Il fallait bien se rendre compte qu’il n’aurait qu’une seule chance d’agir. Travailler sous couverture, avant de les rejoindre, mais certainement pas pendant longtemps -pas question de le laisser davantage là-bas-. Car. Beaucoup trop dangereux. Et. Surtout. Ce n’était pas ce qu’il souhaitait. Alors. Quoi ? Qu’est-ce qui semblait être le plus urgent -et pourquoi il fallait toujours prendre des décisions difficiles- ? Ah, oui. Soren.

« Hm, plus sérieusement, » reprit-elle enfin, relevant les yeux vers son ami -à nouveau équipier-. « Soren… Oh, hm, Soren, c’est un peu comme notre scientifique et médecin, » expliqua-t-elle vivement, se rendant seulement compte que Pandélis n’avait peut-être pas connu le blond lorsqu’il se trouvait encore à la Congrégation. « Il faisait partie de la Congrégation aussi, avant. Peut-être que tu le connais ? » Mais. Devant la réponse du brun, prendre en compte qu’ils étaient des inconnus l’un pour l’autre -Soren allait devoir lui faire confiance autant qu’à elle-. « Il aurait besoin d’une chose précise que nous n'avons pas encore réussi à obtenir. »

Et. Pourtant. Ce n’était pas faute d’avoir essayé. Mais. Même dans la confusion des combats, les golems semblaient toujours bien trop surveillés -et elle n’avait pas eu le courage de priver Maxence du sien au pire moment-. Alors. C’était beaucoup lui demander. C’était dangereux. Et. Dans le fond, elle s’en voulait déjà de lui demander une chose pareille. Mais. De sa position d’exorciste, les choses seraient peut-être plus simples pour lui.

« Mais… Peut-être que tu pourrais, toi. Si tu es d’accord, je peux t’organiser une rencontre avec lui. Il te dira ce dont il a besoin exactement. Et après… Demande-lui de te ramener à la maison, d’accord ? »

Et un léger sourire.
Car après.
Il serait tant qu’il rentre chez lui.


© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Ven 20 Aoû - 19:06


you gave it all and i waited

Le palpitant du porteur de Pandore était un amas de sentiments qui s'entrechoquaient les uns aux autres, nuançant ses paroles qui pouvaient autant refléter l'attache que Pandélis avait pour Célania que la rancœur qu'il éprouvait encore pour ce qui s'était passé. Seul le temps et le chemin qu'il était désormais décidé à emprunter à ses côtés pouvait apaiser cette peine qu'il avait ressentie et qu'il ressentait encore – les réminiscences douloureuses de sa disparition défilant encore dans son esprit – et l'espoir insufflé par l'Aube Céruléenne pulsait dans ses veines comme un feu ravivé par un vent nouveau. Il voulait ajouter sa pierre à l'édifice pour mettre fin à cette guerre qui faisait bien trop de ravages, dévorant les cœurs et accablant les esprits de traumatismes persistant dans le temps. Il voulait vivre la vie qu'il avait toujours voulu mener après avoir retrouvé Lullaby et s'il s'était fait des amis entre temps, ils pourraient désormais construire cet avenir de paix ensembles. Une paix qu'il se rappelait avoir connue lorsqu'il était encore enfant, poursuivant son grand-père comme son ombre dans cet atelier où sculptures, vases, montres et autres objets mécaniques se côtoyaient sur les étagères.

Retrouver Célania signifiait beaucoup pour lui, même s'il oscillait entre reproches et remarques dévoilant toute l'affection qu'il lui portait, et s'il pouvait l'aider, Caspian n'avait aucune hésitation à se lancer dans cette nouvelle aventure – à ses côtés et près de tous ses autres compagnons. Très bien. Sans doute son amie avait-elle perçue la détermination débordante du garçon, qui ne put s'empêcher de sourire doucement à nouveau, le cœur rêvant une nouvelle fois, l'esprit déjà prêt à se lancer dans une mission quelconque pour aider l'Aube Céruléenne et le reste de son groupe. Pandélis était résolu – le cœur gonflé d'un enthousiasme solide – et Célania l'avait bien compris, le garçon hochant la tête en réponse à la question de son amie. Elle pouvait tout lui demander : il était prêt à faire de son mieux – pour elle, pour Lullaby, pour ce monde qui n'avait que trop subit la guerre – et son regard posé sur le visage de son amie, l'Exorciste la voyait réfléchir avant de sentir son cœur frémir lorsqu'elle parla à nouveau, ses yeux désormais plongés dans les siens. Avec attention, il l'écoutait, et lorsqu'elle prononça ce prénom, son esprit fouilla dans ses souvenirs, tentant de mettre un visage sur ce Soren. « Non, ça m'dit rien. » dit-il calmement, la mine un instant froncée par la réflexion se détendant en laissant poursuivre Célania. Ils avaient besoin de quelque chose, et son cœur tressaillit de nouveau en entendant les paroles de son amie.

Non pas de déception parce qu'elle ne lui disait pas directement ce dont ils avaient besoin. Ni parce qu'elle préférait qu'il retrouve Soren avant toute chose pour qu'il lui parle lui-même de ce qu'il avait à faire, mais parce que ces derniers mots voulaient tout lui dire. Dès lors qu'il aurait rempli ses objectifs – parce qu'il était bien décidé à les atteindre pour aider l'Aube Céruléenne et le reste du groupe – il rentrerait à la maison et quitterait ces murs froids, tournant le dos à cette Congrégation qui ne lui avait jamais convenue. Il connaissait les risques, mais rien ne le ferait revenir sur sa décision. Il pourrait véritablement retrouver cette amie qu'il avait cru perdre pour toujours et avoir un nouveau départ, un combat qu'il lui importerait vraiment de mener. Et ce léger sourire qu'elle lui adressa le rassura un peu plus – la promesse qu'ils s'étaient faite défilant dans sa tête. Il sourit un peu plus en retour. « J'en suis ! J'attendrai tes indications, et je rentrerai. » dit-il, le regard brûlant d'espoir, avant de fouiller dans l'une de ses poches pour en ressortir une vieille montre qu'il avait rafistolée, remarquant l'heure. Il n'allait pas devoir tarder plus longtemps, et repoussa légèrement la tasse sur le côté avant de se lever, rangeant sa montre et relevant la tête vers Célania. « Je vais devoir y aller, mais... on se retrouve bientôt. » souffla-t-il, un certain réconfort dans sa voix. S'il était rancunier, il était aussi heureux de la savoir en vie et qu'elle lui ait ouvert une nouvelle opportunité, et son esprit alimentait toujours plus ses rêves de créer son propre atelier et de voyager avec Lullaby, ses rêves de paix qu'il avait toujours portés avec lui lors de son voyage, lors de chacune des batailles auxquelles il avait participé. « Merci. » ajouta-t-il en dernier, le regard rempli de respect pour cette amie chère. Puis il paya leurs boissons et s'en alla, son cœur un peu plus léger. Merci, malgré tout

Halloween
Fin Juin 189X+1 - Quelques temps après l'intrigue


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyCgAmOV_o

♥♥♥:
 
† Le Créateur  †
C. Pandélis BiasC. Pandélis Bias† Le Créateur †
you gave it all and i waited by the other side (célania) 1630261786-panicon

www - www - www

Rang E.

670 pts.

Points HRP

50 pts (fiche) + //.

Conditions remplies : 0.

Pan s'exprime en #47A255

des' (avatar) ; des' (signa')

▐ IRL Age : 22 ▐ Messages : 143 ▐ Autres Comptes : Viggo - Felipe - Blasius - Olav - Delsin - Jasdebi - Adriel - Lion - Kostya
Féminin
▐ RPG Age : 18 ans.
▐ Personnalité : Créative.
▐ Parcours RP :
[indisponible]

www ft. Célania (10)
www ft. Ivana (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Soren (fin juillet 189X+1) (10)
www ft. Ellyn (mi-juillet 189X+1) (40)
www ft. Akira, Asiye & Adélaïde (1er juillet 189X+1) (...)
www ft. Célania (fin juin 189X+1) (100)
www ft. Elpis (15 juin 189X+1) (10)
www ft. Lullaby (fin avril 189X+1) (30)
www ft. Aesa (fin avril 189X+1) (40)
www ft. Luba (mi-avril 189X+1) (30)
www ft. Madalia, Sebastian, Cyclamën, Sept & Eloi (décembre) (...)
www ft. Cassandre (FB) (60)
Revenir en haut Aller en bas
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Mer 8 Sep - 14:54
YOU GAVE IT ALL AND I WAITED BY THE OTHER SIDE




Un pas dans l’ombre.
Un pas dans la lumière.
Selon toi.
Laquelle (t’)engloutira.


Car. Malgré tout. Malgré les avertissements -et finalement, ils n’avaient que si peu de sens face à la volonté de croire-, malgré le danger -n’avait-il pas toujours été présent, alors, pourquoi s’en inquiéter maintenant-, malgré les souffrances -les cicatrices du corps, c’était loin d’être les pires en finalité-, malgré les répercussions -un simple galet dans un lac, peu importait les ondes qui se propageaient-. Malgré. Impossible -illusoire de se convaincre- de faire revenir l’exorciste sur sa décision. Résolu, n’était qu’un bien faible mot devant la conviction qui animait l’étincelle de ses yeux à la simple idée de s’engager sur ce chemin -et peu importait le reste, n’est-ce pas ?-. Mais. Malgré la confiance -et il y avait aussi la promesse-, malgré le soulagement -autant de retrouver une amitié perdue que de la faire vivre à nouveau-. Malgré. Cette lueur, elle questionnait. Ne valait-il mieux pas l’éteindre, avant que. Car. Déjà exorciste par sa faute -et tout ce que ça avait impliqué, c’était -c’était la guerre- horrible-. Et maintenant. Sans doute pire, inutile de se voiler la face -et encore par sa faute-. Mais.

C’était son choix.
C’était ses raisons.
C’était sa flamme.
Et impossible de l’éteindre.
-Laquelle, alors-


Alors. À nouveau des mots -et c’était toujours aussi compliqué mais c’était vraiment important- pour expliquer son nouveau rôle. Et. Une attention nouvelle, pour écouter et comprendre, pour alimenter la flamme et surtout, pour prendre compte du danger qui rôdait sur cette mission. Et malgré tout. Impossible de l’éteindre -alors peut-être que malgré tout, il ne lui en voulait pas tant que ça et qu’un jour, elle pourrait vraiment lui expliquer-. Et. Des mots et un prénom, inconnu aux oreilles de Pandélis. Et. Dans un sens, c’était préférable -pour le moment, toutefois-. Ça aurait au moins le mérite d’effacer quelque peu les traces -car s’ils ne se connaissaient pas, alors pourquoi et comment ils auraient pu réfléchir à cette mission ensemble- et de, peut-être, rendre sa tâche plus facile qu’elle ne l’était réellement -du moins, elle l’espérait -parce qu’elle semblait bien trop risquée--. Et. Quelques autres mots -de très brèves explications, en réalité -mais Soren était bien plus à même de les donner correctement--, qui n’effacèrent en rien la volonté -et c’était vraiment comme une flamme impossible à souffler-.

« J'en suis ! J'attendrai tes indications, et je rentrerai. »

Toujours son choix.
Toujours ses raisons.
Et elle n’en doutait pas.
Il rentrerait.


Car. À présent, ce n’était plus qu’une question de temps -avant de quitter la Congrégation, avant de les rejoindre pour de bon -et toutes ces disparitions -non, ces désertions-, elles allaient commencer à faire parler d’elles, à être moins discrètes, à devenir problématiques -ce n’était pas sa faute s’ils étaient incapables de garder leurs rangs soudés, en réalité- alors il faudrait faire quelque chose à ce sujet aussi-. De temps. À l’image de la relique qu’il venait de scruter pour constater que les mots -les promesses- en dévoraient souvent beaucoup -pas tant, pour ces brèves retrouvailles mais les disparitions se succédaient et les absences rendaient méfiants et soupçonneux alors prudence et peu de temps accordé-.

« Je vais devoir y aller, mais... on se retrouve bientôt, » déclara finalement son ami -puisqu’ils l’étaient à nouveau- en rangeant la montre à gousset -et finalement, malgré le temps si court, il avait obtenu ce qu’il voulait, non ?-.

Bientôt, j’espère.

« Sans doute plus tôt que tu ne le crois, » assura-t-elle, comme pour le rassurer une dernière fois -pour promettre à nouveau ; oui, ça serait bientôt-.

Puisqu'après tout. Les rouages étaient déjà en marche. Alors. Impossible de perdre plus de temps. Maintenant qu’on savait qu’ils existaient, il fallait pouvoir se défendre et surtout. Réussir. Ils n’avaient plus le choix. Et. Un dernier mot de la part de son ami -et c’était sans doute un qui comptait vraiment- avant de rentrer -pas là où il aurait dû mais cette fois, c’était temporaire -ce n’était qu’une question de temps et la relique en marquait les minutes- et ne pas éveiller de soupçons. Et pour elle aussi. Il était grand temps de rejoindre les siens -et la relique marquait toujours les minutes-, laissant les angoisses pour quelques instants, rentrant avec le soulagement de constater que. Malgré tout. Malgré les regrets, les rancunes et les remords. Une promesse et un mot -merci-. Et. C’était le plus important.

Alors.
Merci à toi.



© GASMASK


Célania's theme


you gave it all and i waited by the other side (célania) ZXDOz5K
©️Destiny

you gave it all and i waited by the other side (célania) KTQkjxzU_o
©️Destiny

Cadeaux  :maug: :
 
† Aube Céruléenne †

Dossier Confidentiel - Central
Mon but: Arrêter la guerre
Aime:
N'aime pas: Célania Vaillant
Célania Vaillant† Aube Céruléenne †
La mort est le commencement de l'espoir.
Célania combat en #009999

- you gave it all and i waited by the other side (célania) XGJaXns - you gave it all and i waited by the other side (célania) V54XpHz -

you gave it all and i waited by the other side (célania) ZyJ11Y6 you gave it all and i waited by the other side (célania) 2gcon0C you gave it all and i waited by the other side (célania) GcgkP7G

▐ IRL Age : 28 ▐ Messages : 834 ▐ Autres Comptes : Klok
Féminin
▐ RPG Age : 17 ans
▐ Personnalité : Sympathique mais bornée. De mauvaise foi mais loyale. En roue libre.
▐ Parcours RP : Activité Rp : Active

Date Inconnue - Civil:
 


Phase Une - La Congrégation - Exorciste:
 



Phase Deux - L'Oublie - Exilée:
 


Phase Trois - Le Renouveau - Pacificateur:
 



Points :

3895 points
Conditions remplies : 0/??

Rang A
Revenir en haut Aller en bas
https://jointhepacis.tumblr.com/
Re: you gave it all and i waited by the other side (célania)
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
you gave it all and i waited by the other side (célania)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
D.gray'man HEART - Le Réveil du Coeur  :: Le Monde :: Europe :: Scandinavie-
Sauter vers: